Les actualités Malgaches du Vendredi 01 Septembre 2017

Modifier la date
News Mada2119 partages

Min Santé : réglementer le métier des tradipraticiens

La médecine moderne et la médecine traditionnelle sont complémentaires. Toutefois, «Les tradipraticiens devraient savoir leurs limites. Une fois qu’ils sentent que la situation dépasse leurs capacités, ils devraient au plus vite envoyer leurs patients dans les centres de santé», a souligné le directeur de la pharmacie, des laboratoires et de

la médecine traditionnelle (DPLMT) du ministère de la Santé publique, Nicole Mahavano. Cela, en marge de la célébration de la 15e journée africaine de la médecine traditionnelle, hier, à l’ex-pharmacie Tsaralalana. Une célébration dont l’objectif est non seulement de promouvoir la médecine traditionnelle, mais de réglementer également le métier de tradipraticien. «Sur ce point, on est en cours d’élaboration d’une législation qui devrait régir la pratique de la médecine traditionnelle», a indiqué le DPLMT. En attente de son adoption, des formations et des informations sur les normes et réglementations du métier sont dispensées par le ministère de tutelle à l’endroit des tradipraticiens.

Intégration dans le système de santé

Le 31 août marque la journée africaine de la médecine traditionnelle. Une médecine qui est reconnue par l’Etat malgache depuis 2007. La célébration de cette journée est actuellement à sa 15e édition, dont le thème pour cette année est : «Intégration de la médecine traditionnelle dans les systèmes de santé dans la région africaine : le progrès réalisé». Un thème recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui préconise ainsi d’intégrer la médecine traditionnelle dans tous les domaines de service de soins de santé.

Pour marquer cette journée, diverses manifestions ont été organisées à Tsaralalana, entre autres, des activités promotionnelles sur la médecine traditionnelle, des ventes expositions des pratiques et produits traditionnels à travers des stands, ainsi qu’une formation sur les normes et réglementations des tradipraticiens.

Sera R

Midi Madagasikara1071 partages

Baisse des prix du carburant : Le gas-oil à 3 000 Ar et l’essence à 3 650 Ar

Les distributeurs, dont Jovenna ont revu leurs prix à la pompe à la baisse.

Depuis ces derniers mois, la tendance a été toujours à la baisse pour les prix du carburant. Et ce au grand bonheur des consommateurs qui profitent ainsi des effets bénéfiques de la vérité des prix.

Une nouvelle plutôt bonne pour les consommateurs. Les prix du carburant ont de nouveau connu une nouvelle baisse depuis minuit. Une baisse relativement importante pour le gas-oil qui passe de 3 130 ariary le mois dernier à 3 000 ariary actuellement. Soit une baisse de 130 ariary par litre, et un pourcentage de -4,33%.  Les propriétaires de voitures à essence doivent pour leur part se contenter d’une petite baisse de -1,35% puisque le super carburant est passé de 3 700 ariary à 3 650 ariary, soit 50 ariary en moins en l’espace d’un mois. Enfin, le  pétrole lampant est passé de 2 200 ariary à 2 180 ariary, soit une baisse de -20 ariary par litre.

Appréciation de l’ariary

En tout cas, même si elle ne va pas résoudre les difficultés de la grande majorité des consommateurs, cette baisse va un peu soulager le budget des ménages. En moyenne, tous produits confondus les prix du carburant ont baissé de -2,19% au cours de ce dernier mois. Une baisse consécutive à la vérité des prix qui est dorénavant la règle en matière de prix du carburant à Madagascar. La baisse s’explique notamment, par l’appréciation de l’ariary par rapport au dollar qui est la monnaie de référence en matière de transaction pétrolière. Par ailleurs, les cours du pétrole brut ont baissé ces dernies temps sur les principaux marchés. Si cette tendance continue, on devrait encore assister à une autre baisse le mois prochain. Bien évidemment, si la tendance s’inverse, ce sera de nouveau la hausse.

R.Edmond.

L'express de Madagascar749 partages

Mahajanga – La trésorerie de la commune créditrice

Après des années de déficit, la trésorerie de la commune urbaine de Mahajanga est bénéficiaire. Cet état financier lui permettra d’acheter du matériel, entre autres. 

La gestion financière de la commune urbaine de Mahajanga commence à s’améliorer et la municipalité se redresse petit à petit. Depuis le 28 août, les appels d’offres pour l’achat des fournitures de bureau, du matériel pneumatique ainsi que des pièces de rechange de voiture ont été lancés.Le maire Mokhtar Andriantomanga a rencontré les fournisseurs, mercredi à l’Hôtel de ville, afin de relancer la collaboration. En fait, un avis d’appel d’offres a été émis  mais aucun fournisseur n’a répondu, suite aux arriérés hérités des anciens dirigeants de cette commune, il y a plusieurs années.« D’après la Trésorerie générale de Mahajanga, la commune est solvable. Nous disposons actuellement d’une somme de 700 millions d’ariary, suite aux différentes taxesversées, pour ce mois d’août, alors que pour toute une année nous n’avions même pas atteint ce chiffre auparavant », a déclaré le maire.« Cela nous permettra alors de payer les arriérés des fournisseurs qui remontent àplusieurs années, lesquels ne sont pas dûs à notre gestion. Nous avons hérité d’une lourde dette mais nous pouvons désormais nous en acquitter. Et en même temps payer les salaires du personnel », a-t-il précisé.La commune peut ainsi passer à l’achat de différents équipements, afin d’améliorer son matériel pour son bon fonctionnement.

TransparenceL’attribution des achats des fournitures et des matériels de la commune de Mahajanga doit passer à travers un appel d’offres selon les procédures du nouveau Code des marchés publics.Un nouveau code des marchés publics est en vigueur à Madagascar, depuis  le 25 janvier. Transpa­rence oblige.Le paiement des salaires du personnel sera également assuré et aucun retard ne sera possible, vu la situation financière de la commune de Mahajanga.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar246 partages

Explosion  à Manja

Une explosion dramatique a arraché les doigts d’un garçonnet de huit ans à Manja, lundi. Selon les informations communi­quées, le gamin a ramassé une batterie de téléphone qu’il a trouvée dans les ordures, pour ensuite la brûler sur une bougie allumée en la tenant avec la main. Une explosion, qui s’est soudainement produite,  l’a amputé de trois doigts. L’enfant a dû être hospitalisé.

Midi Madagasikara218 partages

Toamasina : Miaramila zazavao nanambana basy sy nanendaka

Misesy ny fanendahana ao an-toerana (sary tahiry)

Zandary mpiray tsikombakomba amina andian-jiolahy sy mivarotra basim-panjakana ary mpiray tendro amin’ny varotra taolam-paty, izao indray miaramila zazavao manao ny servisy ara-miaramilany eto Toamasina tratra tao Andranomadio indray nanambana basy sy nanendaka mpandalo. Izany no iainan’ny vahoaka isan’andro amin’ny adalan’ireto ambara sy voalaza fa mpiaro ny vahoaka sy ny tanindrazana ary ny fananany ireto eto Toamasina. Antsoina hoe R.A izay 28 taona ity miaramila zazavao mpanendaka ity; ka mpiasa monina ao Andranomadio 11/43 hamonjy asa vao maraina no nambanany basy sy noendahany. Misy vatana ihany ity nokasaina endahina ka raikitra ny sakoroka teo amin’izy roa lahy. Nisy nahita anefa izany na nanampy ity mpiasa nanohitra ilay miaramila mpanedaka koa izy ireo, noho farany tsy tohitra ilay miaramila zazavao intsony ny zava-nisy dia nitsoaka izy ka nandritra izay dia latsaka ny basy teny aminy. Niverina teo amin’ity faritra nitrangan’ilay sakoroka anefa ity miaramila zazavao ity nitady ilay basy latsaka, ka teo no nisy nahatsikaritra izy ka niantsoan’ny olona polisy avy hatrany ary voasambotra ambodiomby. Araka ny angom-baovao mari-pototra dia miaramila zazavao voahiraka iambina trano na mpandraharaha sinoa izy ity, ka basin’ilay sinoa embenany ity nangalariny nanaovana asa fanendahana tsy hita popoka hatramin’izao ity. Amin’ny maha-miaramila azy dia ny zandary no misahana ny fanadiadiana azy, raha ny polisy no nisambotra azy. Ho hita eo ny tohiny…

Malala Didier

News Mada210 partages

Alliance française 70 taona : hiaka-tsehatra ny tarika AmbondronA

Alliance française, iray amin’ireo toerana ahafahan’ny mpanakanto sy ny zavakanto malagasy sy vahiny mivelatra. Mankalaza ny faha-70 taony, ankehitriny, ity foibe kolontsaina sy fanabeazana malagasy-frantsay ity. Ho an’ny eto Antananarivo manokana, anisan’ny handray anjara amin’izany ny tarika AmbondronA. Ny alahady 3 septambra izao, manomboka amin’ny 3 ora hariva, seho anisan’ny hitondran’ny tarika zavatra tsy hampoizina, raha ny fanazavan-dry zareo. Haharitra ora telo be izao rahateo ny fampisehoana. Efa ao anatin’ny famerenana tanteraka ry zareo mba hahatomombana tsara ny tolotra homena ny mpitia zavakanto.

Fantatra fa hanova paikady ny tarika AmbondronA eo amin’ny fampahafantarana sy fifandraisana (marketing) amin’ny tontolon’ny fanjifana sy fampitiavana ny kanto omeny. Hiditra kokoa any amin’ny tontolon’ny nomerika. Somary hihena kokoa ny ahitana azy ireo mivantana eny an-tsehatra amina fampisehoana goavana.

Marihina fa ny volana febroary 2018 vao hifarana ny fankalazana ny faha-70 taon’ny Alliance Française izay hatao manerana ny Nosy.

HaRy Razafindrakoto

 

Midi Madagasikara183 partages

Judo – Tournoi des Mascareignes : Saint-Michel rentre ce jour avec 7 médailles

Le tournoi du 26 et 27 août à la Réunion a rassemblé trois pays à savoir Maurice, Réunion et Madagascar. Une bonne centaine de judokas en tout, ont participé aux entraînements de groupe, aux compétitions et surtout aux formations initiées par la ligue de judo de la Réunion. Côté malgache, le judo club de Saint-Michel a envoyé une petite délégation qui rentre bardée de médailles. Ainsi trois judokas se sont emparées de l’or. Laura Rasoanaivo, la fille de Me Rasoanaivo Razafy Luc rentre avec une médaille d’or tout comme Ramahefarison Riana et Ranaivo Oelimalala Rotsy. Bon sang ne saurait mentir apparemment.

Les résultats

Médaille d’Or

Rasoanaivo Laura

Ramahefarison Riana

Ranaivo Oeliarimalala Rotsy

Médaille d’argent

Rasoanaivo Miora

Andrianandrianina Miangola Fitia

Rasoanaivo Antsa

Médaille de bronze

Rasoanaivo Lucas

Midi Madagasikara168 partages

Statut d’immigrants illégaux : Des imams ont été expulsés

Un rapport international sur la liberté religieuse à Madagascar en 2016, fait état que de nombreux musulmans nés au pays n’ont pas pu obtenir des documents pour la citoyenneté à cause des lois sur la nationalité qui limitent la capacité des femmes Malagasy à transmettre la citoyenneté à leurs enfants si le père n’est pas citoyen. Le ministère de l’Intérieur a déporté ou expulsé 10 imams pakistanais qui ont dépassé la date d’expiration de leur visa. Ils ont dirigé une mosquée ainsi qu’une école coranique, ce qui n’est pas autorisé avec un visa touristique. Toujours est-il qu’au mois de novembre 2016, le Premier ministre Olivier Mahafaly a affirmé que les imams ont été expulsés à cause de leur statut d’immigrants illégaux.

Disponible. Le gouvernement américain estime la population totale à 24, 4 millions (estimations en juillet 2016), et selon le dernier recensement en 1993, 52% adhèrent à des croyances indigènes, 41% sont des chrétiens et 7% sont des musulmans. Bien qu’aucun chiffre précis ne soit disponible, des dirigeants musulmans et érudits locaux estiment que les musulmans constituent actuellement entre 20 et 25% de la population. En revanche, la communauté juive a signalé qu’elle compte environ 150 individus, au mois de septembre 2016. D’après une étude réalisée par l’ONG Focus Development et le Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés, estime que près de 6% dans les communautés étudiées étaient apatrides.

Rapport. Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur a enregistré sept nouveaux groupes religieux jusqu’au milieu du mois d’octobre de la même année, portant le total à environ 283 groupes officiellement enregistrés. En outre, toujours d’après le rapport, le gouvernement n’a ni restitué ni remboursé la valeur des équipements de la Radio Fahazavana, appartenant à la FJKM, lesquels ont été saisis par l’administration précédente du fait que la station ait été associée au Président déchu Marc Ravalomanana. Une autre remarque, le sacrifice de zébu est commun chez les animistes, les musulmans et éventuellement au cours de funérailles royales, mais un seul sponsor qui finance 200 zébus est extrêmement rare et c’est ce qui a suscité le soupçon de la communauté locale. Notons qu’au mois de septembre 2016, l’ambassade des Etats-Unis a invité des représentants de différents groupes religieux ainsi que du ministère de l’Intérieur en vue de tenir des échanges sur la liberté religieuse.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara163 partages

Nosy-Be : Nanondrana ny miaramila

Tsy fanajàna olona, fanamparam-pahefana ary fampitahorana. Izany no nitranga teny ambony ranomasina omaly ary teo imason’ny mpandeha rehetra tamin’ireny vedety rapida ireny, isan’izany ny vazaha mpizaha tany maro. « Miaramila izay miandraikitra ny fanaraha-maso ny sisin-dranomasina no tompon’andraikitra. Vao niala 500 metatra ny seranan’i Nosy-Be izahay raha saika hihazo an’Ankify no nosakanan’izy ireo. Samy nakanaka sary daholo ny mpandeha ary tsy voatery ho izy ireo no nalaina. Eny ambony ranomasina rahateo no sady mizaha tany ny olona ka rariny loatra raha maka sary. » raha araka ny fitantaran’ny Filoha lefitry ny holafitry ny mpanao gazety ao Antsiranana. « Rehefa naka sisiny izahay dia tsy ny taratasin’ny sambo akory na ny mpandeha no nosavaina fa ny fakan-tsary sy ny telefaonina ary ny tablette no nasain’ireo miaramila homena azy », hoy ihany ny fitantarany. Gaga ny mpandeha ary nifanontany tena ny mpizaha tany hoe inona ny heloka vitany. Tsy nisy nety nanome ny fananany ny olona satria tsy nazava ny tian’ireo miaramila hahatongavana. Rehefa izany dia ny an’ilay mpanao gazety no noteren’izy ireo nalaina (fakan-tsary lehibe). Raikitra ny fifamaliana ary nisy ny baiko ny hisamborana azy ka hampiakarina ao amin’ny sambon’ny miaramila. Nanazava ilay mpanao gazety fa tsy zon’izy ireo izany satria toerana handehanan’ny besinimaro (endroit public) no nangalany sary ary manaraka izany ihany koa, tsy misy soratra na fandraràna fakana sary tamin’ilay sambo. Rehefa tsy hitan’izy ireo izay fomba hitazomana io farany dia ny sambo no nogafiana nasaina niverina eny amin’ny seranana. Raikitra sahady ny fanamparam-pahefana amin’ity sambo kely nomen’ny Amerikana ity ary notokonanan’ny Filoham-pirenena raha hiverenana kely, volana vitsivitsy lasa izay. Handrasana ny fandraisana andraikitry ny minisiteran’ny fiarovana.

D.R

L'express de Madagascar151 partages

Carburant – Baisse considérable du prix du gasoil

La baisse du prix continue. La surprise était au rendez-vous pour les automo­bilistes depuis minuit. Les prix des carburants ont connu une baisse dans les stations-service du pays. C’est le gasoil qui a enregistré une baisse la plus considérable. Le litre de ce type de carburant est descendu jusqu’à 3000 ariary, soit une baisse de 130 ariary par rapport à la dernière révision.Pour les autres carburants, ils n’échappent pas à la règle. Le litre du super carburant est désormais de 3650 ariary, soit une baisse de 50 ariary par rapport à la dernière révision, il y a un mois. Quant au pétrole lampant, il connaît une légère baisse. Le litre de ce type de carburant s’achète désormais à 2180 ariary, soit une baisse de 20 ariary.Les premiers bénéficiaires de cette baisse seraient, sans doute, les automobilistes, surtout les transporteurs de marchandises et les transporteurs publics. Ils n’ont cessé de hausser le ton devant la hausse excessive du prix des carburants. Mais cette fois-ci, ce sera le contraire. Ils auront le sourire aux lèvres et seront de bonne humeur au volant. C’est la troisième fois consécutive que le prix à la pompe a enregistré une courbe descendante.

L.R.

Midi Madagasikara120 partages

Ministre Rasolo Elise Alexandrine : L’affaire Riana Andriamandavy parmi ses priorités

Une délégation du SMM dirigée par sa présidente Fanirisoa Ernaivo a été reçue au Ministère de la Justice hier.

Mises à part les revendications du SMM, tous les dossiers brulants du moment au niveau de la Justice ont également été évoqués durant les deux heures d’entrevue.

L’affaire Riana Andriamandavy VII figurait au menu de la rencontre entre le Syndicat des Magistrats de Madagascar et la nouvelle ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine qui s’est déroulée hier à Faravohitra. En effet, comme il fallait s’y attendre, mises à part les revendications du SMM, tous les dossiers brûlants du moment au niveau de la Justice ont été évoqués durant les deux heures d’entrevue. A entendre les explications de la présidente du SMM, le SMM et la nouvelle Garde des Sceaux partagent la même position sur l’affaire impliquant le Sénateur élu sous les couleurs du HVM à Fianarantsoa. « Il est hors de question d’entretenir la culture de l’impunité ». Selon Fanirisoa Ernaivo, la ministre Rasolo Elise Alexandrine se serait engagée à insérer le dossier Riana Andriamandavy parmi ses priorités. « Le traitement de ce dossier reprendra incessamment », a laissé entendre le numéro Un du SMM qui dénonce une tentative de soustraction à la Justice. Si l’on s’en tient à cette déclaration, le Vice-président du Sénat sera donc convoqué à la Brigade des recherches dans les jours qui viennent. A noter qu’il est poursuivi pour deux dossiers. Le premier est une plainte pour diffamation, menace de mort par SMS, violence et voie de fait, tandis que le second dossier concerne une dénonciation d’infractions qui devrait inciter le parquet à se saisir d’office. L’affaire Claudine Razaimamonjy a également été évoquée durant la rencontre d’hier.

Réforme. En ce qui concerne les revendications du SMM, la délégation a réclamé la mise en place d’une commission spéciale pour résoudre les revendications des magistrats. Cette commission aura pour mission de veiller sur le respect de l’indépendance de la Justice et de l’Etat de droit, mais aussi pour lutter contre l’immixtion et l’ingérence des politiciens dans les dossiers de Justice. En effet, le SMM souhaite imposer une véritable réforme du statut de la Justice et des magistrats. L’instauration d’un comité de réforme a d’ailleurs été proposée à la ministre Rasolo Elise Alexandrine. « Les magistrats devraient être consultés par rapport aux questions relatives à la gestion de leur carrière », estime la présidente du SMM. Le Ministère devrait ainsi sortir une circulaire et faire une déclaration officielle pour la mise en place de balises entre les magistrats et les autorités étatiques. Le gouvernement devrait également élaborer un décret pour concrétiser la réforme. Reste à savoir si la Garde des Sceaux nouvellement nommée obtiendra le soutien de l’Exécutif dans son ensemble. En tout cas, à l’issue de la rencontre d’hier, Fanirisoa Ernaivo reste optimiste. Selon ses dires, la ministre aurait accepté de satisfaire les revendications pouvant être réalisées dans l’immédiat. Cependant, elle a demandé une semaine pour consulter l’Exécutif. A l’expiration de ce délai, les magistrats vont se réunir pour prendre une décision concernant la suite de leur mouvement. A noter qu’après avoir reçu le SMM, la ministre Rasolo Elise Alexandrine a aussi rencontré les représentants du Syndicat des greffiers qui menacent également de faire une grève générale en cas d’échec des négociations.

Davis R

Midi Madagasikara100 partages

Ankandindratombo : Mpanao dôlara sandoka voasambotra

Nandritra ny fisavàna ny tranony no nahitàna ravim-bola vahiny amerikana : dôlara. Ankoatra izay dia mbola nisy ravin-taratasy mitovy habe tanteraka amin’ireo vola vahiny saron’ny mpanao fanadihadian’ny zandarimaria tao. Niainga tamin’ny vaovao azon’ny zandary avy ao amin’ny borigady Antananarivo-Renivohitra ny fanadihadiana. Mpanaparitaka devizy sandoka eto an-drenivohitra no niahiahiana an’ilay lehilahy  ary amidiny 300.000 ariary ny vola sandoka 100 dôlara. Dia misy roboka tokoa ao anatin’izany kanefa tsy mifanalavitra firy amin’ny sandany tena izy akory ny elanelana. Natao ny vela-pandrika, nantsoina ilay lehilahy ary nolazaina fa misy takalo hatao. Voasambotra ary dia niaiky tokoa ny heloka nataony. Heloka bevava ary mampigadra mandra-pahafaty ny fanaovana vola sandoka eto amin’ny firenena. Mbola mety hiampy vesatra hafa koa aza izany raha toa ka mitory ny masoivohon’ilay firenena voakasika. « Tsy nahitàna masinina fanaovana dika mitovy tao amin’ny tranon’ilay olona nosamborina. Na izany aza, ny fahitàna ilay vola sandoka dia efa manaporofo ny heloka nataony. Na iray fotsiny aza no saronay tao dia efa izy azo itazomana azy, raha araka ny fanazavan’ny zandarimaria. Zavatra roa no ahiana amin’ny fanaon’ity lehilahy ity. Ny voalohany dia mety ho manana tambajotra mpanao vola sandoka izy saingy mbola miririaria any aloha ireo miaraka amin’ny fitaovana fampiasany. Ny faharoa kosa dia mety ho manam-pahaizana amin’ny fanova-maso izy, mety manamarina izany ny fisian’ny taratasy mitovy (500 isa) taorian’ny dôlara izay nampiasainy ka sarona tao an-tranony. Na izany aza anefa mbola tsy nisy aloha ny fitoriana tonga teny amin’ny zandary momba ity raharaha ity. Azo heverina koa izany fa vao nikasa ny hamitaka olona ny tenany io voasambotra io. Na izany aza dia miparitaka tanteraka ny vola sandoka amin’izao fotoana izao. Tamin’ity no haingana indrindra ny fisian’ny vola sandoka, fotoana fohy taorian’ny nivoahan’ny vola tena izy.

D.R

Midi Madagasikara92 partages

Hery Rajaonarimampianina : Véritable discours de propagande à Beroroha

Il profite de l’absence des textes régissant la précampagne pour mener des actions qui compromettent l’égalité des chances des candidats aux prochaines présidentielles.

L’inauguration du nouveau bâtiment de la perception principale dans le district de Beroroha (province de Toliara) a été pour le président Hery Rajaonarimampianina une occasion pour mener sa précampagne électorale aux frais de l’Etat. Une réalisation d’un peu plus de 200 millions d’ariary que le chef de l’Etat a mis dans ses actifs personnels alors qu’elle a été entièrement financée par l’argent des contribuables qui sont tous les jours confrontés aux problèmes de l’insécurité, de l’inflation et de la corruption des dirigeants. Hier, le président de la République a fait beaucoup de promesses à la population de Beroroha où les « Dahalo » ne cessent de terroriser les propriétaires des bœufs. Le chef de l’Etat est même allé jusqu’à défier les opposants à faire de même. Bref, il a prononcé un véritable discours de propagande. La seule chose qu’il a évité, c’est d’avoir prononcé les termes « Fidio aho » (votez pour moi). Quoi qu’il en soit, ce qu’il a fait hier dans le Sud ressemble à une véritable campagne électorale. Une campagne qui ignore la bonne gouvernance financière et où le futur candidat du HVM use des prérogatives de puissance publique.

Lacune juridique. Devant ces pratiques anti-démocratiques, la CENI (Commission Electorale Nationale indépendante) ne peut rien faire. Elle se cache derrière l’éternelle absence des textes régissant la précampagne. Alarobia n’a aucun pouvoir de sanction. Par ailleurs, le futur candidat du parti au pouvoir profite au maximum de cette lacune juridique pour enterrer l’égalité des chances à l’approche de l’élection présidentielle de 2018. Bon nombre d’observateurs avertis se demandent alors si l’on a encore besoin de cette CENI qui n’a ni le pouvoir des sanctions, ni le pouvoir de proclamer les résultats officiels des élections qu’elle organise. Alors que dans d’autres pays en Afrique, la commission électorale n’est pas seulement en charge de l’organisation des élections, elle a également pour mission de statuer sur certains litiges électoraux et de publier les résultats officiels de ces élections. A Madagascar, ces missions sont confiées à la Haute Cour Constitutionnelle dont la neutralité ne rassure plus les candidats. Ces derniers temps, les gestes du président de la HCC Jean Eric Rakotoarisoa laissent croire qu’il lui serait difficile de ne pas défendre l’intérêt du candidat du pouvoir.

R. Eugène

L'express de Madagascar84 partages

Médecine traditionnelle – Des tradipraticiens en prison

Des tradipraticiens ont été poursuivis pour escroquerie. Au moins sept ont été incarcérés pour 15 ans.

Profiteurs. Une femme, atteinte d’une insuffisance rénale, est entre la vie et la mort dans un grand hôpital d’Antananarivo. Sa famille confie son dernier espoir aux médecins, après avoir dilapidé des millions d’ariary chez un tradipraticien à Ivato. «Nous avons dépensé au moins 5 millions d’ariary en un mois et demi de traitement chez ce guérisseur. L’état de santé de ma tante ne s’est pas amélioré. Il nous a envoyés dans un hôpital, quand elle a perdu connaissance », témoigne Christine, nièce de la victime. Cette famille pourrait porter plainte contre ce profiteur.Au moins sept tradipraticiens ont déjà écopé des peines d’emprisonnement, depuis l’an 2002, suite aux doléances de leurs victimes, selon Josephin Rasamivelona Andriandrainarivo, président de l’association nationale des tradipraticiens de Madagascar (ANTM). L’un d’eux, ayant un local à Antsalovana 67 Ha, aurait soutiré 80 millions d’ariary à son patient, en 2014.« Beaucoup de personnes portent plainte contre des charlatans pour de divers motifs, notamment, pour escroquerie », explique-t-il. C’était à Tsaralalàna, hier, dans le cadre de la célébration de la Journée africaine de la Médecine traditionnelle.

Non reconnusLa médecine traditionnelle a, toutefois, sa place dans la branche de la thérapie. Le ministère de la Santé publique l’a reconnue depuis 2007. L’organisation mondiale de la Santé (OMS) tente de réglementer cette discipline. Toutefois, beaucoup de médecins, notamment, les spécialistes, refusent de reconnaître son efficacité.« Nous recevons souvent des complications de ces tradipraticiens », affirme un spécialiste en ortho-traumatologie.Il reste, par ailleurs, difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Beaucoup se vantent d’avoir le don de guérisseur. Faute de promotion de règles qui régissent cette discipline, on est tenté de se fier aux préjugés de la communauté et de ceux qui témoignent d’y avoir trouvé guérison. Et la mise en place de l’ANTM n’a pas empêché les profiteurs et les incompétents d’exécuter ce métier délicat.Nicole Mahavany, directeur des Pharmacies, du Laboratoire et de la Médecine Traditionnelle (DPLMT) au sein du ministère de la Santé publique, recommande à tout un chacun de se méfier de ceux qui font des publicités. « Le ministère interdit les publicités dans l’exercice du métier, autant pour les médecins que pour les tradipraticiens », annonce-t-elle. Les professionnels du métier font appel à l’État pour intervenir.

Miangaly Ralitera

Tia Tanindranaza74 partages

Marc RavalomananaHenika azy i Madagasikara

Tonga nanotrona ny famaranana ny fihaonambe voalohan’ny seha-pitaizana ao amin'ny Fifohazana FJKM, tanterahina ao Ambatolampy Vakinankaratra, Atoa Marc Ravalomanana omaly alakamisy 31 aogositra 2017.

 

 Nahatonga solontena avokoa ny synaoda 35 amin'ny 38. Mahatratra 1.200 eo ho eo ny mpizaika tonga ao an-toerana. Ny Mpitandrina Lazandrainy Martin, filoha mpanampy ny sampana Fifohazana foibe FJKM no nitarika ny fotoana. Ny tonia Robson Radolalaina Johary mpitandrina no nitory teny, Salamo 91. Talohan’io dia nanotrona ny fihaonamben’ny Laika FJKM tao Morondava, renivohitry ny faritra Menabe ny filohan’ny komitin’ny jobily faha-50 taonan’ny FJKM sy ny faha-200 taona nidiran’ny misiona LMS teto Madagasikara.

Jean D.

 

Midi Madagasikara72 partages

Andravoahangy-Mascar : Hain-trano goavana : trano am-polony maro kila forehitra

Trano hazo am-polony sy trano vato lehibe iray no lasa lavenona tao anatin’ny fotoana fohy teo Andravohangy Mascar omaly alina. Araka ny namabran’ireo nanatri-maso, tamin’ny 7 ora sy sasany no nanomboka ny afo tao amin’ny trano hazo iray. Vetivety foana dia nitatra izany ka tsy voafehin’ireo fokonolona intsony. Eny  fa na ny mpamojy haitrano avy ao amin’ny lakazeran’ny “Pompiers” ao Andravoahangy, izay azo lazaina fa haingana ihany ny fahatongavan’izy ireo sy ny avy eny Tsaralàlana aza dia hita ho sahirana tokoa niatrika ity loza ity. Toy izany koa ireo mpitandro ny filaminana sy ireo tompon’andraikitry ny fokontany izay niezaka namoaka ny olona sy ny entana izay voatsirambin’ny tanàna. Marihina fa hatramin’ny ora nanoratana izao vaovao izao, ora taty aoriana, dia mbola tsy maty ny afo. Noho izany, mbola tsy misy tarehimarika mazava mikasika ny isan’ny trano may. Raha ny filazan’ity tompon’andraikitra iray eo anivon’ny fokontany ity dia ahiana ny mety hisian’ny aina nafoy. Nambarany fa misy ramatoa tsy hita nadritra ny famoahana ireo olona. Teo ihany koa ireo izay mbola nanda ny tsy hivoaka sy hamoha trano nefa ny afo efa nahery dia nahery.

T.M.

Tia Tanindranaza59 partages

Orinasa AAA TIKOMaka ny toerany

Anisan’ireo orinasa nisehatra teo amin’ny famokarana sy fiaraha-miasa amin’ny mpamboly sy mpiomby ny A.A.A TIKO Andranomanelatra.

 Raha tsy tazana tamin’ny “Vitrine du Vakinankaratra” ity orinasa ity hatramin’ny krizy 2009 dia niseho vahoaka indray tamin’ny alalan’ireo vokatra nahafantarana azy. Efa nisy ny fisehoana voalohany nataony tamin’ny fetin’ny Paska saingy vokatra vitsy no naseho. Amin’izao fotoana dia efa vokatra marobe no naranty sy namidy avy hatrany. Nambaran’Atoa Razakarivo Armando, tompon’andraikitry ny fanangonana ronono fa tsy mbola ahodin’izy ireo ny ronono voaangona ankehitirny satria raha 75.000 litatra izany ny taona 2007 dia mbola zara raha 8.000 litatra monja no mbola  azo. Nambarany fa tsy ho mpifaninana amin’ireo orinasa mitovy aminy izay tsy niato izy ireo amin’izao fotoana fa kosa hiezaka hamerina ny fanaingana ny famokarana ronono ao Vakinankaratra mihitsy amin’ny alalan’ny fanohanana ireo mpiompy sy tantsaha mba hahabetsaka ny ronono amin’ny alalan’ny fanatsarana ny taranak’omby sy ny famokarana sakafom-biby. Nomarihiny fa efa manomboka miparitaka any Betafo sy Antsirabe faharoa ny fanangonana ronono ataon’ny AAA Tiko amin’izao fotoana.  Raha ny atontanisan’ny Banky Iraisam-pirenena dia tsy mbola ampy ny fanjifan’ny Malagasy ny ronono ka malalaka tsara ity sehatra ity. Tsy ny ronono ihany no vokatra Tiko efa hita eny amin’ny tsena fa saika efa tazana avokoa ireo nahafantarana azy. Raha nandalo fotsiny teo amin’ny tranohevan’ny Tiko moa ireo mampahefana sasany tonga tamin’ny fisokafan’ny “Vitrine du Vakinankaratra” omaly dia anisan’ny nijanona naharitra kosa ny filohan’ny Antenimieram-pirenena, Rakotomamonjy Jean Max.

Caius R.

 

 

Midi Madagasikara53 partages

Vendredi joli

# Nanie, Inah et Bodo au Trass Tsiadana. Trois voix d’or de la variété malagasy réunies sur une même scène, une occasion à ne rater sous aucun prétexte. Ce soir, Nanie, Inah et Bodo ont décidé de se donner rendez-vous au Trass pour une soirée musicale à  consommer sans modération.# Revy Njila au Telozoro. Actuellement de passage au pays, Njila ne pouvait se résoudre à rester loin de la scène. Ce soir, il s’entourera de Lilie et de Mahery, un artiste qui l’a maintes fois accompagné sur scène. Une soirée inédite avec Lilie, Mahery et Njila.# Farakely au Piment café. Farakely de son vrai nom Fara Randrianarivo se redécouvre désormais en solo au devant de la scène en présentant le fruit d’un travail passionné où la musique est reine. Elle présente une nouvelle facette d’elle-même à travers son tout premier album intitulé « Tafaray isika roa ». Un opus dont elle continue de faire la promotion. Après une première au CCEsca il y a quelques semaines, la voici donc sur la scène du Piment Café.# Tana in rock au Dôme rta Ankorondrano. C’est enfin le jour J ! Après des mois de préparation, Iary, Ken, Lija, Nini, Abasse, Jacquot, Rheg, Niry Batata vont enfin pouvoir dévoiler sur scène le fruit de leur travail. Ils vont entonner pas moins de 50 titres pour l’occasion.# Revy Lôlô sy ny tariny à La Cabane Andavamamba. Un concert de musique brassant le folk, le ba-gasy et la world music avec des sonorités acoustiques. C’est ce que proposent Benny, Bebey, Sefo et Sammy ce soir à la Cabane.# Imiangaly Tasha à La Fabrik Ambondrona. On ne la présente plus. Imiangaly figure parmi l’une des plus belles voix de la musique malgache. Ce soir, elle sera sous les feux des projecteurs avec une artiste, certes moins connue qu’elle mais non moins talentueuse.# Samoela au Karibotel 26 Analakely. Avec lui, aucun risque de s’ennuyer ! Ce soir, Monsieur « Bandy akama » va faire danser tous les noctambules et les habitués du Karibotel au rythme de ses plus grands tubes.# Arnaah au Glacier Analakely. Arnaah, un nom qu’on ne présente plus. Des morceaux tels que Magneva, Anao io tiako ou Fa tara, passent en boucle à la télé et à la radio et restent collés aux lèvres des ados de toutes les cours de récré. Arnaah n’est pas qu’une voix, c’est aussi une belle plastique à laquelle tout spectateur mâle normalement constitué a bien du mal à résister.Mahetsaka

News Mada52 partages

Toamasina : nanao atrikasa ny Tily sy ny Mpanazava

Tahaka ny fikambanana miahy sy mikirakira ny fanabeazana skotisma ho an’ny zatovo  rehetra ny Tily sy Mpanazava eo anivon’ny FJKM, FLM, EEM, ary ny FMTA. Nanatanteraka atrikasa lehibe fanao isan-taona, nandritra ny roa andro etsy Ambalamanasa, ireo mpikambana anivon’ny komitim-paritany, notarihin’ny filoha lefitra, ny sefo Harahara Mihangy Zoé, sy filoham-paritany Toamasina, ny Me Rasamimaka Mahefaly. Nambaran’ ireo mpandaha-teny, fa handrafetana ny fivoriamben’ny Tily sy Mpanazava, hamaranana koa ny taom-piasan’ ireto komity lehibe, ity fivoriana ity. Eo koa ny fandrafetana ny sori-dalana momba ny fitaizana. Fotoana hitodihana ny lasa nandritra ny taom-pikatrohana sy hamisavisan’ny tsirairay ny ezaka vitany ny fivoriana. Mitodika amin’ny fitiavam-bavaka, firenena, namana ary ny tontolo iainana ny fomba fitazaina. Nosoritan’ny mpitandrina nitondra am-bavaka ny fotoana, fa foto-boaloboka eo amin’ny fiarahamonina ny skoto. Sampana iray manana ny maha izy azy eo anoloan’ny fiangonana ny fikambanana skoto. « Asehoy ny tenanao ho fiainana ny asa tsara« , hoy ny teny fanevan’ ity komity lehibe ity, mandritra ny telo taona.

Sajo

L'express de Madagascar51 partages

Tourisme durable – Un concept encore à développer

Bien que la Grande île soit une destination reconnue pour sa biodiversité riche et authentique, y voyager sans nuire à l’environnement reste impossible.

Des efforts à déployer. À Madagascar, « le concept  commence à prendre place. Néanmoins, des efforts demeurent à entreprendre pour appuyer son développement », à en croire Sylviane Rajerison, secrétaire exécutif au Comité Sectoriel Partenarial de Pilotage et de Coordination (CS2PC). A preuve, « la persistance des feux de brousse, l’exploitation abusive des ressources naturelles, comme les forêts de Mangrove qui, pourtant, figurent parmi les éléments majeurs du tourisme à Madagascar », a t-elle poursuivi. Cette situation résulterait d’un manque de sensibilisation, d’après les explications de cette dernière. « Une prise de conscience de la richesse du patrimoine et des bonnes pratiques touristiques est de mise, particulièrement au niveau de la population. Ensuite, il appartient à l’administration de règlementer et d’appuyer les opérateurs dans la promotion du tourisme durable », préconise t-elle. L’année 2017 a été déclarée par l’ONU comme celle du « Tourisme durable pour le développement ».La richesse et l’authenticité de la biodiversité de Madagascar font du pays une destination sans pareil. À cet effet, « La majorité de nos clients étrangers viennent au pays pour découvrir sa biodiversité naturelle. On a des touristes qui sont des  »birds watchers »», nous a confié un responsable d’une agence de voyage de la capitale.

Enjeux Même son de cloche de la part du Directeur régional du tourisme de la région Sava, Nadine Ibrahim Soavelo indique que « la grande majorité des touristes qui séjournent chez nous viennent pour des raisons bien précises, comme c’est le cas, notamment, des chercheurs qui séjournent en général à Marojejy et à Masoala pour y effectuer des travaux de recherches sur la biodiversité ». À Madagascar, des réserves naturelles ont été classées patrimoine mondiale par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).« Nous ne sommes pas en mesure de concurrencer, par exemple, l’île Maurice en matière de qualité des infrastructures d’accueil, et ce, malgré les efforts entrepris en ce domaine. Par contre, la Grande île peut compter sur son capital naturel pour promouvoir la destination. C’est grâce à sa biodiversité importante que le pays pourra compéter avec les autres destinations touristiques », a souligné Sylviane Rajerison. Ainsi, des efforts sont à entreprendre pour conserver cet atout.

Soa-Mihanta Andriamanantena

Tia Tanindranaza44 partages

Governemantan’i MahafalyNiady tamin’ny inona marina ?

Naneho ny heviny mikasika ny fahitany ny fanovana governemanta farany teo ihany koa ny antoko Vahoaka Miray na VAMI tamin’ny alalan’ny Sekretera jeneraliny, Gaby Vakiniadiana.

J. Mirija

Madagascar Tribune42 partages

Un sursis d’une semaine pour la nouvelle ministre

Le syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) ainsi que celui des greffiers (SGM) ont rencontré la nouvelle Garde des sceaux, Rasolo Elise Alexandrine hier au siège du ministère de justice à Faravohitra. Les deux syndicats ont remis à la nouvelle ministre le dossier sur leurs revendications respectives et lui ont donné une semaine pour bien étudier les dossiers en question. Entre autres, la mise en place d’une commission spéciale pour résoudre les revendications des magistrats et greffiers. La mission de cette commission étant de veiller sur l’indépendance de la justice et de l’Etat de droit mais également lutter contre l’ingérence et l’immixtion des politiciens et hauts responsables du régime dans les affaires de la justice. Les greffiers quant à eux se focalisent plus sur des revendications pécuniaires et de carrière.

Après une semaine, ils vont sûrement revenir à la charge et vont demander à la nouvelle ministre si elle peut ou non les satisfaire. La nouvelle ministre est censée leur proposer un calendrier pour concrétiser leurs doléances.

Dans tout ceci, la nouvelle ministre ne peut pas ignorer les revendications du syndicat des agents pénitenciers qui attend lui aussi d’être reçu en audience après s’être fait mariner par le Premier ministre. D’après le président du syndicat des agents pénitenciers, les rencontres avec le Premier ministre n’ont donné jusqu’ici aucun résultat.

Mais en toute objectivité, on ne voit pas bien comment la nouvelle ministre pourra les satisfaire vu que le Premier ministre Mahafaly Olivier, Chef de l’Administration ainsi que le Chef d’Etat, Hery Rajaonarimampianina, ont déjà échoué sur ce plan. D’autant que les revendications ne concernent pas que le ministère de la Justice. D’autres départements sont concernés dont celui des finances pour les greffiers par exemple. Toutefois l’espoir est de mise du côté des syndicalistes, étant donné que Elise Rasolo, ancienne présidente de Cour de cassation est issue du SMM et semble bien connaître les difficultés et les problématiques des magistrats.

Midi Madagasikara34 partages

Privatisation du centre de contrevisite : Le syndicat des taxis-villes rehausse le ton

Les membres du bureau du syndicat des taxis villes se réuniront à partir de ce jour pour discuter des mesures à prendre face à ce projet.

La relation est de nouveau tendue entre le syndicat des taxi-villes et la commune urbaine d’Antananarivo.

« Nous contestons la tentative de la commune urbaine d’Antananarivo de procéder à la privatisation du centre de contrevisite ». Ce sont là les propos de la présidente du syndicat des taxi-villes d’Antananarivo hier pour contester le projet de transfert de gestion du centre de contrevisite à une société privée. Joint au téléphone, Clémence Rahariniaina d’expliquer que « l’affaire de transfert de gestion du centre de contrevisite à une société privée a été la première cause de la création du syndicat ». « Nous avions déjà été prévenu des conséquences de ce transfert depuis le mois de novembre 2016. Et nous n’avons pas encore changé d’avis » a-t-elle fait savoir. Il convient de rappeler que la CUA a projeté de céder la responsabilité des contrôles de légalité des véhicules servant de taxi-villes à une société privée depuis le mois de novembre de l’année dernière. Conséquence, ledit contrôle devrait s’étaler en 104 points (tous les points devant être remplis par les véhicules et que peu d’entre eux pourraient remplir vu l’état de la majorité). Le projet qui a provoqué la panique chez les membres du syndicat des taxi-villes revient des plus belles. Et la réaction des propriétaires des taxis ne se sont pas fait attendre.

Déclic. Les démarches pour sa concrétisation seraient actuellement en cours selon les dires de Clémence Rahariniaina. « La CUA a récemment projeté de soumettre en conseil communale le projet d’arrêté portant la mise en œuvre du transfert de gestion du centre de contrevisite ». La présidente du syndicat des taxi-villes d’ajouter que « le projet d’arrêté tient également compte de l’agrémentation des taxi be circulant dans la capitale ». Avant de rappeler que « les membres du syndicat des taxi-villes ont été au courant des conséquences de la concrétisation de ce projet depuis le mois de novembre de l’année 2016 ». Lesdites conséquences concernent, outre l’éventuelle suspension momentanée des taxis ne respectant pas la règle des 104 points, une hausse des frais devant être acquittés par les propriétaires des taxis villes et des taxis be. « On nous a fait savoir depuis novembre 2016 que le frais du contrôle technique s’élèvera à 30 000 ariary une fois ce projet mis en place » se lamenta Clémence Rahariniaina. Le numéro Un des taxis villes toutefois de clarifier que les « contestations des membres du syndicat ne concernent en rien les efforts de développement entrepris par la CUA ». Pour soutenir son projet, cette dernière aurait, en effet, avancé la thèse selon laquelle le centre de contre visite est miné par la corruption. Thèse à laquelle Clémence Rahariniaina répond. « Nous sommes conscients de la nécessité d’éradiquer la corruption dans l’appareil administratif. Il faut toutefois que les dirigeants de la commune urbaine d’Antananarivo prennent leur responsabilité si les faits de corruption règnent dans ce centre. « Qu’est ce qui les empêche de procéder au changement du personnel défaillant et corrompu ? ».

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara34 partages

AGF Export : L’affaire de fraudes monétiques, en cours de traitement par la justice

Dans un communiqué publié dans les journaux ces derniers jours, Alain Moyon nie en  bloc ses relations avec Lucien Llinares. « Il n’y a plus le moindre intérêt entre Lucien Llinares et A. Moyen dans aucune des sociétés », lit-on notamment dans ce communiqué qui confirme en tout cas qu’auparavant, les deux personnalités étaient étroitement liées. Cette relation est d’ailleurs confirmée par le registre du commerce selon lequel, ils sont coactionnaires. Du coup, même si la situation a par la suite changé,  la question se pose toujours quant à la part de responsabilité du groupe Assist dans l’affaire de fraude monétique qui implique AGF Export. Une affaire, rappelons-le, est actuellement en cours auprès des instances judiciaires compétentes.

Pour rappel, AGF Export est en passe de faire l’objet d’une condamnation pour utilisation de cartes de crédit frauduleuses si les faits qui lui sont reprochés par la justice se confirment. En effet, ces cartes de crédit seraient utilisées pour réaliser des opérations à l’international. Mais le problème c’est que le détenteur de la  carte de crédit qui serait un Tanzanien a affirmé lui-même qu’il n’a jamais entendu parler de cette opération.  L’affaire, en tout cas, est très suivie  par les autorités et les instances financières du pays, dans la mesure où l’enjeu s’élève à deux millions d’euros et concerne apparemment de l’alcool et des cigarettes de contrebande. Qui plus est, une banque locale aurait été victime d’une extorsion de fonds, toujours dans cette affaire dont l’issue judiciaire est très attendue dans le milieu économique. Aux dernières nouvelles, l’on apprend que le parquet prendra une décision sur cette affaire aujourd’hui. A suivre.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza33 partages

Grenady nikendrena an-dRatsirakaAfenimpenina

Nangina tanteraka tsy nisy tohiny intsony ny momba ilay grenady hita teo amin’ny “parking” an’ny minisitry ny fizahantany Roland Ratsiraka ny 28 jona lasa teo.

Toky R

 

Midi Madagasikara22 partages

Vitrine du Vakinankaratra : Une centaine de participants

Les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale ont été présents à l’ouverture officielle de la vitrine de Vakinankaratra.

L’ouverture officielle de la vitrine du Vakinankaratra a eu lieu, hier, devant la gare d’Antsirabe. Ladite vitrine va durer trois jours, du 31 août au 2 septembre. Cette cérémonie a vu la présence du Président du Sénat Honoré Rakotomanana, du Président de l’Assemblée nationale Jean-Max Rakotomamonjy, du ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Tazafy Armand, des parlementaires, des conseillers techniques spéciaux de l’Assemblée nationale et de la Primature. Etaient également présents le directeur de cabinet du ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage représentant du ministre Rivo Rakotovao ainsi que les autorités locales, à savoir le maire, le Préfet et le Chef de Région.

Région pilote. Cette 20e édition coïncide aussi avec le 20e anniversaire de la vitrine de Vakinankaratra, ayant attiré une centaine de participants et comportant 158 stands. Les petites, moyennes et grandes entreprises de la Ville d’Eau ainsi que d’autres régions y sont notamment représentées. Il s’agit, entre autres, du Cotona, du groupe Tiko, Sacimen, Socolait, Star et du Fifamanor. L’objectif de cette vitrine est de faire de Vakinankaratra une région pilote. Notons qu’elle a été organisée par FIOVA et placée notamment sous la houlette d’Andrianjafy Ramarijaona qui n’est autre que le président de cette association.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar21 partages

Insécurité – Les jeunes se mobilisent à Morondava

L’auto-défense villageoise s’active dans les communes rurales du district de Moron­dava afin de contrer les atta­ques des dahalo qui dominent presque dans toutes les brousses de Morondava et de récupérer les zébus volés. Une association de jeunes hommes de 18 à 45 ans est créée dans la Commune rurale d’Anki­livalo dans le district de Morondava. Il s’agit d’une association rattachée l’Organe mixte de contrôle. « Le Dina de Menabe n’a été créé qu’au mois de juillet mais l’association des jeunes volontaires dans les villages a déjà existé depuis  trois ans. Cinq cent jeunes sont en collaboration avec six gendarmes et se regroupent dans cette association. Ils ne reçoivent aucune indemnité mais cultivent du manioc pour les revendre lors de la période de soudure », affirme Pasaky Namoezason, président du conseil communal d’Ankilivalo.Ces jeunes luttent contre tous les actes de banditisme selon Jean Maharo, président de l’association Iadiro (ou Ialiontsika gny dahalo iaby rolahy). « Nous sommes une association de jeunes volontaires provenant de tous les villages et comptent lutter contre l’insécurité sous toutes ses formes dans notre territoire », affirme t-il. Le port d’arme par de simples civils comme ces jeunes a été autorisé «Nous recevons une autorisation  d’achats des armes auprès du Préfet de la région et prenons les balles ainsi que les armes à Antana­narivo», poursuit-il.

M.A.

Midi Madagasikara21 partages

ISCAM : La promotion « Tsiry Itokiana » prend son envol

Des Diplômés de la promotion TSIRY ITOKIANA avec la Marraine Sahondra RABENARIVO et le DG de l’ISCAM, Jaona RANAIVOSON.

Ils sont jeunes et pleins d’ambition. Ce qui pouvait se transparaitre sur les lueurs qu’on pouvait voir dans leurs regards lors la cérémonie officielle de leur sortie de promotion hier au centre de conférence internationale Ivato. Ils, ce sont 407 étudiants fraîchement diplômés de l’ISCAM. La nouvelle recrue comprend, entre autres, 224 diplômés de niveau Licence, 146 Masters et 37 autres sortant de la formation Continue Diplômante en niveaux Bac+2, bac+3 et bac+4. Parrainée par Sahondra Rabenarivo, les étudiants de cette promotion officiellement sortie ont suivi différents parcours. Tels que le commerce international ; le management et développement d’entreprise ; la comptabilité-Finances, le marketing Communication et gestion des ressources humaines.

Skills. La nouvelle promotion se distingue de ses ainées. En effet, elle est la première à avoir bénéficié des nouveaux dispositifs mis en place par l’ISCAM qui devraient permettre de mieux les armer pour affronter la vie professionnelle. Lesdits dispositifs comprenant une formation en softskills, une structure d’appui dans la mise en relation avec le monde professionnel facilitant la connexion étudiants-recruteurs. Les dispositifs tiennent également compte du changement progressif du modèle d’enseignement. Et ce, pour arriver à une construction collective du savoir.

José Belalahy

Madagascar Tribune20 partages

Roland Raparivo nommé Grand Officier de l’ordre national

« 60 ans de peinture de Raparivo », c’est le titre de l’exposition qui se tient actuellement à l’Alliance Française Andavamamba. Une exposition qui met à l’honneur le grand Artiste peintre plasticien Malgache Raparivo Ramaherinarivo Roland, qui signe Raparivo en bas de ses tableaux. Un des plus marquants artistes Malgaches du 20ème et certainement encore du 21ème siècle. Hier, à son exposition, Raparivo a reçu le titre de Grand Officier de l’Ordre National de la part du Ministère de la Culture, de l’artisanat et de la conservation du Patrimoine. La consécration de 60ans de belle carrière, qui s’achève par cette dernière exposition.

La première exposition de tableaux de Raparivo remonte à 1962, à Diego Suarez. Depuis, le peintre plasticien a créé bien des chefs-d’œuvre qu’il a arrêté de compter. Avec son art, il a représenté Madagascar dans le monde entier. Participant à d’éminentes expositions internationales telles qu’en URSS, aux Etats-Unis au Musée International des Arts du 20ème siècle ou encore en France, aux Arts Sans Frontière à la Maison de l’UNESCO. Raparivo a également contribué au développement de l’art plastique à Madagascar. Il a été Président du Comité National des Arts Plastiques à Madagascar et Président-Fondateur de l’Union Nationale des Artistes Plasticiens de Madagascar.

Ce fût avec beaucoup de modestie et d’humilité qu’il a répondu au Président Rajaonarimampianina, venu pour l’occasion, et qui l’a félicité pour avoir si bien mis en valeur la culture malgache et les paysages du pays : « Tout ceci et tout ce que j’ai accompli, ce n’est pas uniquement pour moi, c’est pour nous tous, c’est pour notre Pays. »

Paysages familiers, scènes quotidiennes malgaches, tout chez lui respire l’intimité avec le pays. Il a fait connaître la Grande île grâce à son voyage en peinture à travers le temps et l’espace, avec son style de prédilection qui est l’art figuratif.

A 83 ans, cet artiste émerite a annoncé sa retraite artistique mais la relève est assurée, son fils Tiana Raparivo ayant suivi ses pas.

Cette exposition qui s’est ouverte le 23 aôut dernier ne s’achèvera que le 9 septembre prochain dans le hall de l’Alliance Française à Andavamamba.

Midi Madagasikara20 partages

Sécurisation des fonds publics : Nouveau bâtiment de la Perception Principale à Beroroha

Inauguration de la Perception Principale de Beroroha par le président Hery Rajaonarimampianina, le ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Andriambololona et d’autres autorités.

La politique de proximité des services liés aux finances publiques se poursuit. Une nouvelle construction de la Perception principale de Beroroha, dans la région Atsimo Andrefana de la Grande-île, a été inaugurée en grande pompe hier.

Sécurisation des personnes et des fonds publics ; amélioration des services rendus aux usagers. Tels sont les motifs cités dans le cadre de la construction du nouveau bâtiment de la Perception Principale de Beroroha, inauguré hier par le président Hery Rajaonarimampianina, avec quelques membres du Gouvernement et les autorités locales. D’après les initiateurs du projet, cette construction a pour principaux objectifs de renforcer l’exécution des opérations de recettes et de dépenses des Services Déconcentrés implantés à Beroroha ; d’améliorer les conditions de travail des agents, la qualité des services publics ; et surtout d’appuyer la gouvernance locale, notamment dans la gestion budgétaire et financière des Collectivités Territoriale Décentralisées (CTD), en l’occurrence, la Commune de Beroroha, en tant que correspondant. En outre la mise aux normes et l’amélioration des méthodes de travail, accompagnent également cette nouvelle infrastructure.

Modernisation. Des nouvelles technologies adaptées aux besoins des usagers et pour l’amélioration de la sécurisation des fonds publics sont rattachées à la nouvelle infrastructure, selon le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona, lors de son allocution durant la cérémonie d’inauguration. « Le déploiement des services du Ministère des Finances et du Budget a démarré du temps où l’actuel Président de la République était Ministre des Finances et du Budget. La mise en place de cette Perception Principale est, à cet effet, la concrétisation de la vision d’un ancien de la maison », a-t-elle indiqué. Notons que la Perception Principale de Beroroha est un poste comptable secondaire et elle est rattachée à la Direction Générale du Trésor Public. En outre, elle est le comptable principal de la Commune Rurale de Beroroha. En ce qui concerne les prestations directes aux usagers, la Perception Principale de Beroroha assure le paiement de 108 pensionnés et de 225 fonctionnaires qui perçoivent leurs salaires par le biais de bons de caisse.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara19 partages

Peinture : Roland Raparivo, fait Grand Officier de l’Ordre National

Roland Raparivo a été fait Grand Officier de l’Ordre National. (photo : Yvon RAM)

Le ministère de la Culture, en présence du chef de l’Etat, a décoré le peintre Roland Raparivo hier, qui a été fait Grand Officier de l’Ordre National. La cérémonie a eu lieu hier dans l’après-midi à l’AFT Andavamamba.

C’était hier, lors d’une cérémonie très officielle, et dans l’émoi, que le peintre Roland Raparivo a été fait Grand Officier de l’Ordre National par le ministère de la Culture et en présence du Président Rajaonarimampianina. Une distinction honorifique qui fait de lui un des plus grands piliers artistiques du pays. L’artiste, entouré de son épouse et de sa famille, a visiblement été très ému par cette reconnaissance, d’autant plus qu’il a décidé cette année, qui marque ses 60 ans de carrière, d’arrêter de peindre. Cette fierté de figurer parmi les plus grands artistes du pays, et qu’il a d’ailleurs emmené partout dans le monde, pas seulement à travers ses œuvres mais grâce à sa participation à plusieurs expositions durant toutes ces années, fait de lui un vrai ambassadeur artistique du pays.

Biographie. Roland Raparivo est né le 22 février 1934, d’un père vice-président du MDRM. Il fait partie d’une fratrie de 5 enfants. Il a grandi à Moramanga, et a assisté aux affrontements du 29 mars 1947. Véritable témoin de l’histoire, il n’était qu’un adolescent lorsque la révolution a éclaté. Il a alors dû fuir dans la forêt, une partie de ses souvenirs qu’il a d’ailleurs immortalisée en peinture dans une toile faisant partie de sa collection personnelle. Plus tard, il a été placé dans une de ses familles, à Antananarivo. Il a alors intégré un laboratoire de photo Razafitrimo, puis a ouvert leur labo à Diego où il a rencontré son épouse. C’est également dans cette ville qu’il a fait la connaissance de Lelei, qui a été impressionné par ses œuvres. Il lui a alors donné des matériels, en échange d’un tableau signé Raparivo. Il lui a également offert un livre de peinture, qui l’a aidé à apprendre la peinture classique. Ce n’est que plus tard qu’il acquiert de la notoriété en devenant président du comité des arts plastiques. Depuis, Roland Raparivo est l’un des illustres peintres qui a immortalisé les paysages malgaches, et le quotidien de cette population, du nord au sud. Cette distinction honorifique est une fierté pour toute la famille artistique malgache. Durant son discours, le Président de la République a d’ailleurs témoigné sa fierté envers les œuvres de ce grand peintre qui sont toujours aux premières loges des expositions internationales. Les peintures soignées de Raparivo, gages de l’euphorie artistique malgache, seront exposées à l’Alliance française jusqu’au 9 septembre.Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara19 partages

Médecine traditionnelle : Promotion et réglementation nécessaires

Une vue d’ensemble de la JAMT d’hier, officiels, tradipraticiens et simples citoyens ont répondu massivement à l’appel.

Hier 31 août, les Etats africains ont communément célébré la Journée africaine de la Médecine traditionnelle (JAMT). Madagascar a célébré la sienne dans l’enceinte du bâtiment ex-pharmacie centrale Tsaralalàna. Pour cette année, la JAMT poursuit deux objectifs : la promotion de la médecine traditionnelle et la réglementation du métier de tradipraticien.

Des efforts sont effectivement à mener dans ce sens, car bien que la médecine et la pharmacopée traditionnelle fassent partie intégrante de la culture malgache, les tradipraticiens ne jouissent pas tout à fait d’une réputation favorable, surtout avec les progrès technologiques galopants de la médecine moderne. Toutefois, l’on constate également un progressif et global « retour aux sources » en matière de soins. Les méthodes naturelles, voire alternatives commencent à grimper en côte. D’ailleurs en matière de santé publique, l’Etat malgache a reconnu la Médecine traditionnelle dans son système de santé traditionnelle. Lors de la JAMT d’hier, les tradipraticiens étaient près d’une centaine à faire honneur à leur corps de métier.

Définition et programme. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit cette branche de la médecine comme étant « la somme de toutes les connaissances, compétences et pratiques reposant sur les théories, croyances et expériences propres à différentes cultures, qu’elles soient explicables ou non, et qui sont utilisées dans la préservation de la santé, ainsi que dans la prévention, le diagnostic, l’amélioration, ou le traitement de maladies physiques ou mentales. ». Dans la pratique, les Malgaches commencent à faire confiance à la médecine traditionnelle, notamment dans le traitement des différents type de cancer ; pourtant Haro, un naturopathe a expliqué à Sahondra, jeune femme qui est venue pour trouver des méthodes alternatives pour la guérison de sa mère, atteinte d’un cancer: « En matière d’oncologie, la médecine traditionnelle agit efficacement à titre préventif et non curatif, car seule la chimiothérapie et la radiothérapie peuvent venir à bout d’un cancer déclaré. Et parfois, même ces thérapies ne suffisent pas. » Hier, pour satisfaire la curiosité de la population, des stands d’information et de vente-exposition ont été au menu.

Luz R.R

News Mada17 partages

Topsport Event sy ny tanora : raikitra ny “City foot-ball”

Hetsika voalohany karakarain’ny “Topsport  Event” ny “City foot-ball” hatao etsy amin’ny kianjan’Alarobia, manomboka ny 2 septambra izao. Mizara amin’ny sokajy telo, ahitana ekipa efatra avy izany. Ho an’ny vondrona A, Antanandrano, Ilafy, Ankazomanga ary Soavimasoandro. Ao amin’ny sokajy B kosa, Androhibe, Andohatapenaka, Ivandry ary Analamahitsy. Ny sokajy C, ny avy eny Manjakaray sy Ambatofotsy, ny FC sy ny Asca samy avy eny Ambohimanarina. Hanao ny ampahefa-dalana ny ekipa roa voalohany ary hanampy azy ireo ny mendrika eo amin’ny laharana fahatelo. Hahazo amboara sy vola 1 500. 000 Ar ny tompondaka. Hibata amboara sy vola 750 000 Ar kosa ireo tafakatra amin’ny famaranana. Tsy mijanona eo anefa izany fa mbola homena valisoa, 50 000 Ar,  ny mendrika eo amin’ny fampidiram-baolina  sy ny mpiandry harato. Tahaka izany koa ny mpijery tonga maro, hahazo 200 000 Ar. “Tanjona ny hanaovana hetsika matihanina sy hanabeazana ireo tanora 17 taona no ho miakatra, hanana toetsaina mioitra ary handeha amin’ny lalana mahitsy. Manana firaisankina amin’ny mpiara-belona. Fa eo koa ny hanomezana fialamboly ny mponina amin’ireo tanàna hanaovana izany”, hoy ny eo anivon’ny  Topsport  Event, Rakotonjanabelo Valéry Arthur, tetsy Antanimena, omaly.

Synèse R.

Midi Madagasikara13 partages

La bataille des ténors va bientôt commencer

A un peu moins d’un an de l’élection présidentielle 2018, les prétendants à la magistrature suprême commencent à se dévoiler. Le président actuel adopte un ton un peu plus agressif,  Marc Ravalomanana continue sa précampagne et les partisans d’Andry Rajoelina annoncent la prochaine entrée en lice de leur leader. La véritable bataille électorale va débuter.

La bataille des ténors va bientôt commencer

Le président de la Transition s’était fait très discret depuis, mais les journalistes savaient pertinemment que lui et ses partisans n’étaient pas inactifs. Ils ont multiplié les réunions et se sont rendus sur le terrain pour approcher la population. L’un des cadres du Mapar, auquel on demandait la raison du silence des membres du parti, avait dit qu’il y avait un temps pour se taire et un temps pour parler. C’est une stratégie bien pensée  qui a été mise en place et la machine électorale va se mettre en branle au moment voulu. Cela ne devrait plus tarder car les sympathisants ont commencé à parler de la candidature de leur leader, avant-hier.  Ils n’attendent plus que son retour de France pour se mettre en ordre de marche. Ils ne doutent pas de la  popularité de leur candidat. L’actuel chef de l’Etat, quant à lui, n’est pas en retard. Il est déjà entré en campagne depuis longtemps. Il a multiplié les inaugurations et vanté les réalisations de son régime. Dans le même temps, il a tout fait pour, déstabiliser son rival, Marc Ravalomanana.  Mais il va devoir tenir compte de la prochaine entrée en lice d’Andry Rajoelina.  On affirme que ce dernier va mettre le paquet et qu’il n’épargnera pas le président Hery Rajaonarimampianina. Le parti HVM est en train d’essayer de le contrer. Le chef de l’Etat qui continue ses apparitions publiques a adopté un ton plus mordant. On l’a constaté, hier lors de son déplacement à Beroroha où il a mis au défi ses adversaires de faire mieux. Néanmoins, la situation globale ne plaide pas en sa faveur. Le désenchantement a gagné une grande partie de la population.  Marc Ravalomanana est en train de retrouver un regain de popularité. Andry Rajoelina a lui aussi une base très fidèle. La fièvre électorale va gagner tous les états-majors.

Patrice RABE

Midi Madagasikara12 partages

Maevatanana : Zandary voatifitra, mpivarotra maty voadaroka

Tamin’ny roa sasany maraina no nitranga ny fanafihana tao Tsararano-Maevatanana. Toeram-pivarotana enta-madinika no norobain’ny valo lahy mitazona basim-borona. Tsy vitan’ny fandrobana fotsiny ihany fa maty novonoina tamin’ny daroka ny tompon’ny tsena. Nisy nahavita nampandre ny zandary izay nidina avy hatrany teny an-toerana. Raikitra ny fifampitifirana teo. Voa teo amin’ny kibony havia sy ny tanany havanana ny zandary iray kilasy faharoa. Najifa ny vola rehetra tao amin’ilay toerana. Nisy lavo ihany koa tamin’ireo jiolahy mpandroba. Iray no maty tsy tsa-drano rehefa voatifitry ny zandary. Avotra soa aman-tsara ihany ilay mpitandro ny filaminana rehefa tonga ara-potoana teny amin’ny toeram-pitsaboana.

Nangonin’i D.R

Midi Madagasikara12 partages

Hippisme : Coup d’envoi reporté pour Bevalala

Les courses de chevaux prévus se tenir le 3 septembre à Bevalala, auront finalement lieu le 10 septembre dans le cadre de l’ouverture de la saison pour cet hippodrome.

Du reculer pour mieux sauter pour l’AHCEL du président Michelson Rakotoarisoa qui va devoir entamer des travaux de réhabilitation de ce site.

C’est devenu inévitable pour entamer une nouvelle saison dans les normes, confie d’ailleurs Michelson Rakotoarisoa impatient comme tous les éleveurs de se retrouver à Bevalala où les grands chevaux se donnent rendez-vous après le galop d’essai de Mahazina.

Dix journées sont prévues à Bevalala jusqu’au 12 novembre avec une journée spéciale pour le 24 septembre pour marquer le 21e  anniversaire de l’AHCEL

Il y aura également la journée des propriétaires du 5 novembre avant le bouquet final du 12 novembre qui inclut le Grand Prix des jockeys mais aussi le Grand Prix de clôture de la saison hippique 2017.

Clément RABARY

News Mada11 partages

Formation : l’Iscam mise sur le savoir-être

Dans ses nouveaux défis sur la formation en management, l’Institut supérieur de la communication, des affaires et du management (Iscam) mise sur la méthode «softskills» ou savoir-être. C’est un dispositif qui permet aux étudiants le développement de la personnalité par le biais de différents programmes de formation, en complément au «hardskills» ou le savoir-faire. A cela s’ajoutent la promotion des activités et l’esprit d’entrepreneuriat en collaboration avec le Centre d’excellence en entrepreneuriat (Le Ceentre), ainsi que le changement progressif du modèle d’enseignement pour arriver à une construction collective du savoir. L’objectif étant de mieux armer les étudiants pour affronter la vie professionnelle.

Les bénéficiaires de cette nouvelle méthode de formation ont fait l’objet d’une sortie de promotion hier au Centre de conférences international (CCI) d’Ivato. Il  s’agit de 407 étudiants, dont 224 sont diplômés en Licence, 146 en Master et 37 sortants sont issus d’une formation continue diplômante en niveau Bac+2, Bac+3 et Bac+4.

Sera R

Midi Madagasikara11 partages

Portrait : « Salomon Manan’art », le magicien des bois

Salomon Rakotomanana dit « manan’art ».

Ebène, palissandre, bois de rose, mais aussi du bois blanc comme le « fanazava » et le « hazotokana » ou encore le « tsivakimbaratra »…  Salomon Rakotomanana maîtrise à la perfection l’art de changer les bois en magnifiques sculptures inédites.

L’une de ses spécialités ? Le « siko-bontolo », une taille intentionnellement inachevée effectuée dans le tronc du bois. Le contraste est tout simplement saisissant entre la partie travaillée, lissée à la perfection, et le brut laissé en l’état qui la valorise tout en semblant rappeler le chemin parcouru depuis le premier coup de burin. D’autres se rapprochent plus de l’art ancestral : le « zafimaniry », avec toujours ce côté original qui singularise le sculpteur. Ce qui ne signifie pas pour autant que celles-ci sont des reproductions de pièces déjà existantes. Car le « copier-coller », ça il ne connaît pas. Il laisse ce soin à d’autres. 

 

Une œuvre inédite de Salomon.

Créatif. Ses œuvres sont surtout les fruits de ses longues expériences et des recherches qu’il a effectuées tout au long de sa carrière. Si certains se lancent dans la sculpture par coup de cœur ou par caprice, lui y a baigné depuis son enfance. Fils et petit-fils de sculpteur, cet artiste d’exception hérite tout naturellement du talent de ses aînés et sait en tirer toutes les ficelles. Il réalise sa première sculpture à 10 ans. Ce n’est pourtant que 13 ans après, qu’il décide de se lancer sérieusement dans cette voie et d’emboîter le pas à ses parents. Dans les années 80 voit donc le jour « Manan’art ». L’atelier où prennent vie ses sculptures, tout aussi singulières les unes que les autres et plus important encore, en modèle unique. 

 

 

L’atelier de Salomon, là où tout se crée.

Actif. Depuis la création de Manan’Art, spécialisé en création de sculptures figuratives, décoratives et abstraites, dans les années 80, Salomon n’a cessé de travailler dur pour se démarquer et faire évoluer son œuvre. Dans les années 90, il participe donc à tous les salons organisés dans la Capitale. En 1994, il participe à son premier évènement international. Depuis, il n’a cessé de voyager, en Hexagone en particulier, pour dévoiler ses œuvres. En 2001, Ronadoo, expert italien -restaurateur d’œuvres l’initie au traitement et  à la finition du bois. La même année, il est nommé Chevalier de l’Ordre du Mérite Artisanal. Quatre ans plus tard, il suit une formation en design et gestion de production avec le même professionnel. Très impliqué dans le milieu associatif, l’artiste est entre autres Secrétaire Général du groupement des artisans du bois (GARFID) et Président de Ravo-Mihary qui lutte pour le développement durable de la région du lac Masotsora.Mahetsaka

 

Midi Madagasikara11 partages

Une agence du PMU de Diégo cambriolée : Un butin conséquent pour les malfaiteurs

Tout s’est déroulé dans la nuit de lundi à mardi 29 août. Vers 23h 30 le gardien est sorti de l’agence du PMU  situé route du bazary kely, pour aller comme à son habitude au parking  Ambilobe. Il  envoie la programmation du PMU par taxi brousse chaque soir. Comme le chef d’agence n’est pas sur les lieux, c’est une dame avec sa fille de 4 ans qui le remplace dans son appartement situé au dessus de l’agence.

Environ dix minutes après le départ du gardien, les bandits sont rentrés par la porte principale cadenassée.  Rapidement  les trois bandits cagoulés portant chacun un coupe-coupe ont surgi dans l’appartement. Ils ont alors ordonné à la dame de s’agenouiller et ils l’ont menacée de s’en prendre à elle et à sa fille si elle criait.

Ils ont alors arraché le rideau de la chambre  puis ils l’ont ligotée. Ensuite ils lui ont demandé où se trouvait la clé du coffre, et pour la persuader  ils lui ont mis la lame du coupe-coupe sur la gorge. Terrorisée, la pauvre femme a fait semblant d’obtempérer, mais elle savait pertinemment que seul le caissier possédait la clé. Pendant qu’un des individus faisait le guet, surveillant les alentours, les deux autres ont fouillé l’appartement. A 23h 50 le gardien est rentré, puis a été directement conduit dans la chambre et ligoté. Les malfaiteurs ne trouvant pas  la clé du coffre ont voulu le fracturer  à l’aide d’une barre à mine. Malheureusement ils ne sont pas arrivés à l’ouvrir et ont dû arrêter à cause du bruit. L’arrivée des forces de l’ordre les a fait fuir. Mais ils ont quand même pu s’emparer d’une somme de  1 556 100 Ar, deux ordinateurs,  trois téléphones portables de marque Samsung, plus deux autres téléphones tous faisant partie de la flotte pour le personnel du PMU.

Les bandits courent toujours, l’affaire est entre les mains des responsables de la sécurité, l’enquête se poursuit.

C. Angeline

Midi Madagasikara11 partages

Iavoloha : Les membres du CFM chez Hery Rajaonarimampianina

Le Président Hery Rajaonarimampianina a reçu, hier, en début de soirée, les membres du « Conseil pour le Fampihavanana Malagasy » (CFM), et ce, en présence du Premier ministre Mahafaly Olivier. Ils étaient 31 sur les 33 membres du CFM à être présents, lors de cette rencontre. Ce fut une occasion pour le chef de l’Etat de rappeler l’importance du cadre légal qui régit les actions du CFM. Notons que ce dernier est chargé de réaliser le processus de réconciliation nationale. Cet organe exerce sur toute l’étendue du territoire national, la plénitude de compétence dans l’accomplissement de sa mission afin de soigner et guérir les blessures individuelles et collectives du passé en vue d’établir les saines fondations pour l’avenir de Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara8 partages

CHRR Ambositra : 2e mission des médecins volontaires égyptiens.

« CHRR d’Ambositra ». (Photo Anastase)

Une délégation de médecins volontaires égyptiens, pour sa deuxième mission, séjournera au centre hospitalier de référence régional d’Ambositra du 1er au 5 septembre prochain pour recevoir des patients dans le domaine de la pédiatrie et de la cardiologie. Les consultations seront offertes gratuitement ainsi que les soins et médicaments y afférents.

Mission humanitaire. Une mission humanitaire qui, comme à chaque occasion vient à point nommé répondre aux besoins des patients souffrant de pathologies pédiatriques et cardiologiques, étant donné que le CHRR d’Ambositra est dépourvu de ces services spécialisés. Selon des informations recueillies auprès des médecins  de cet établissement hospitalier, ces derniers temps, plus particulièrement, le taux de maladies cardiologiques est en hausse dans la région,  touchant non seulement les personnes âgées, mais également des jeunes patients. Un phénomène qui préoccupe au plus haut point ces responsables qui doivent éventuellement  avoir recours à des évacuations sanitaires dans des établissements spécialisés comme à Antsirabe ou dans la Capitale avec les conséquences que cela engendre, dont la plupart des familles ne peuvent se prendre en charge et les malades sont livrés à eux-mêmes.

Anastase

News Mada7 partages

Andralanitra Ankamasoa : olona telo tratra teo am-pivarotana toaka gasy

 Olona telo mianadahy indray saron’ny polisin’ny Fip Antanimora teny Andralanitra Ankamasoa, afakomaly hariva. Noraisim-potsiny teo am-pivarotana toaka gasy ireto olona voarohirohy ireto. Araka ny loharanom-baovao voaray, polisy nanao fisafoana no nahatratra azy ireo nivarotra toaka gasy. Nogiazana avy hatrany ireo toaka gasy sy ireo mpivarotra ka mbola nahatrarana toaka gasy 20 litatra teny amin’izy ireo nandritra ny fisavana. Niaiky izy ireo fa tena azy tokoa ireo toaka gasy ireo ka olona avy any Anjiro Moramanga no mpamatsy toaka gasy azy ireo. Vidiany 2 800 Ar ny litatra ka hamidy 4 000 Ar indray izany rehefa tonga any an-dRenivohitra. Sady mivarotra enta-madinika izy ireo no mivarotra toaka gasy.

Tratra teny Andralanitra ny asabotsy teo koa ireo dimy lahy malaza ratsy amin’ny fifohana rongony amin’iny faritra iny. Tratra teo am-pifohana rongony mihitsy ry zalahy tamin’io fotoana io.

J.C

Midi Madagasikara7 partages

Economie bleue et vision minière : Plusieurs défis identifiés

La mise en place d’une Vision Minière Africaine (VMA) ainsi que d’une politique nationale sur l’économie bleue. Tel a été l’objet de la discussion entre toutes les parties prenantes lors d’un atelier d’échanges sur le profil pays co-organisé par le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole et de la Commission Economique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), trois jours durant, à l’hôtel Panorama. « Madagascar est un pays pilote en Afrique en matière de mise en œuvre de cette VMA au niveau national combinée avec une stratégie sur l’économie bleue. Une ébauche de feuille de route a été ainsi élaborée menant vers les réformes nécessaires à un secteur extractif pourvoyeur de ressources, géré harmonieusement dans un respect de l’environnement et garantissant à la population et aux générations futures des retombées conséquentes. Pour ce faire, plusieurs défis ont été identifiés », a expliqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah lors de la clôture de cet atelier hier.

Comité de suivi. Il s’agit entre autres de la détermination des secteurs prioritaires, de l’identification d’une stratégie de surveillance et de protection des routes maritimes et de la zone de pêche. En outre, la préservation de l’environnement, les impacts du changement climatique, les retombées économiques positives de l’exploitation des ressources minérales non renouvelables pour la population et la stratégie, et le cadre juridique sur l’économie bleue, ont été discutés. « Un comité de suivi est ainsi créé pour ce faire », a rajouté le ministre Zafilahy Ying Vah. En revenant sur l’économie bleue, ce concept embrasse un éventail d’activités, directes ou dérivées, qui vont de la pêche à l’exploitation minière sous-marine en passant par l’aquaculture, les transports, la construction navale, l’énergie et la bio-prospection. « L’objectif de sa mise en relation avec la Vision Minière Africaine au niveau national est d’utiliser  le secteur minier pour promouvoir le  développement socio-économique du pays en créant  des liens entre ce secteur et les autres activités économiques tout en construisant une base de données solides et fiables sur les potentialités minières à Madagascar »,  a expliqué le représentant de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique.

Attirer des investisseurs. A titre d’illustration, « il y a maintenant des véhicules fonctionnant avec de l’énergie solaire grâce à l’évolution du High-Tech servant à exploiter  des ressources minérales sous-marines dit lithium. L’exploration de pétrole offshore est aussi en perspective. Mais tout cela nécessite un investissement lourd et à haut risque. Des phases de recherche s’étalant sur plusieurs années s’impose avant de les exploiter. Les gens ont souvent tendance à confondre les phases d’exploration et d’exploitation. L’application de cette vision minière africaine au niveau nationale ainsi que de la stratégie sur l’économie bleue permettra d’attirer des investisseurs à se lancer dans le secteur extractif dans le but de contribuer au développement durable et inclusif de Madagascar », a conclu le ministre de tutelle.

Navalona R.

Tia Tanindranaza6 partages

Ady amin’ny asan-dahaloNandroso vahaolana ny FIMPIOMBY

Misedra olana ireo mpiompy omby manerana ny foko 18 amin’izao fotoana noho ny tsy fandriampahalemana.

 Ankoatra ny fananana very dia misy hatrany ny aina afoy matetika, antony nananganan’izy ireo ny fikambanana, hoy ny filoha nasionalin’ny FIMPIOMBY, Randimbielson. Tanjon’izy ireo ny hamongotra ny halatra omby miainga eny ifotony ka hatrany amin’ny fivarotana ny henany mba ho fiarovana ny harem-pirenena. Nanolotra vahaolana maro hahafahana miady amin’ny asan-dahalo ny fikambanana ary mangataka toky fiarovana avy amin’ny mpitondra. Anisan’ireny ny tokony hamongorana ireo fitaovam-piadiana miparitaka toy ny basy tsy mazava sy ny kalaky, ny Mas36, indrindra ireo tambajotra mpivarotra basy sy bala tsy ara-dalàna. Ny fanaovana sesitany ireo lehiben’ny dahalo na an-tanety na ambony latabatra, ny fananganana sy fampiharana ny dina ifotony toy ny kalôny, famonjena koka, hazolava, fisavana kizo sy kijanan’omby, famatsiam-bola ireo tovolahy vonona hiala amin’ny asan-dahalo…

Pati

Midi Madagasikara6 partages

Volley / Sommet national : Les jeunes en lice à partir du 4 septembre

Les ligues de volley de Madagascar se donneront rendez-vous à Toamasina du 4 au 16 septembre pour le sommet national de volley. Les championnats nationaux U18 et U20 garçons et filles auront lieu du 4 au 9 septembre et pour les plus grands, les seniors hommes et dames, du 8 au 16 septembre.

Les équipes participantes

Catégorie U18Filles:– ASE: ligue Atsinanana– STEF AUTO: ligue Atsinanana– EVBI 1: ligue Ihorombe– EVBI 2: ligue Ihorombe– CCVB: ligue Analamanga– ASI: ligue Analamanga– SQUAD: ligue Analamanga– SJA: ligue Boeny– EVBFI: ligue Boeny

Catégorie U18 Garçons:– AS MAMI: ligue Atsinanana– Pygargues: ligue Analanjorofo– EVBI: ligue Ihorombe– CARPI: ligue Atsimo Andrefana– SQUADRA MONDODIMBI: ligue Atsimo Andrefana– CVBF: ligue Atsimo Atsinanana– ASI: ligue Analamanga– AFA: ligue Analamanga– GNVBA: ligue Analamanga– EVRA: ligue Boeny

Catégorie U20 Filles:– ASCA: ligue Vakinankaratra– AS MAMI: ligue Atsinanana– STEF AUTO: ligue Atsinanana– VBCD: ligue Analamanga– EVBI: ligue Ihorombe

Catégorie U 20 Garçons:– Pygargues: ligue Analanjorofo– PAON: ligue Atsimo Andrefana– VBCD: ligue Analamanga– AMVB: ligue Analamanga– ASSM: ligue Analamanga– AVB: ligue Itasy– EVRA: ligue Boeny– AKAT’S: ligue Boeny– EVBI: ligue Ihorombe– AS MAMI: ligue Atsinanana– ligue Menabe– ASVA: ligue Androy

Catégorie Senior Dames:– VBCD: ligue Analamanga– AMVB: ligue Analamanga– BI’AS: ligue Analamanga– COSTI: ligue Boeny– EVBI: ligue Ihorombe– BAVB: ligue Atsinanana– STEF AUTO: ligue Atsinanana

Catégorie Senior Hommes:– COSRM 5: ligue Atsimo Andrefana– COSFA: ligue Analamanga– VBCD: ligue Analamanga– VOARA: ligue Analamanga– GNVBA: ligue Analamanga– JSA: ligue Analamanga– GNVBVKN 1: ligue Vakinankaratra– GNVBVKN 2: ligue Vakinankaratra– M.A.M.I VBC: ligue Vakinankaratra– EVBI: ligue Ihorombe– HTM: ligue Atsinanana– AVOTRA: ligue Atsinanana– CNAPS: ligue Itasy– COS BOA: ligue Itasy

News Mada5 partages

Carburant : nouvelle baisse des prix à la pompe

Une nouvelle baisse des prix à la pompe est constatée au niveau des stations-service depuis hier. Le prix du litre du super carburant a baissé de 50 ariary. Celui-ci est de 3 650 ariary le litre depuis hier, contre 3 700 ariary auparavant. Pour le pétrole lampant, le prix du litre du produit a baissé de 20 ariary et est passé de 2 200 ariary à 2 180 ariary.

Par ailleurs, le prix du litre  du gasoil a connu la plus importante baisse allant de 3 130 ariary le litre à 3 000 ariary. Soit une baisse de 130 ariary.

Ce sont les chiffres attribués par l’Office malgache des hydrocarbures (OMH), hier. Les explications relatives à cette révision à la baisse n’ont pas été mentionnées, si ce n’est qu’il s’agit d’un réajustement des prix par rapport au prix sur le marché international et la valeur de l’ariary par rapport à la monnaie de référence, c’est-à-dire le dollar US.

Riana R.

L'express de Madagascar5 partages

Cuvée noire

Ce n’est pas trop tôt. La décision de déplacer les dépôts d’hydrocarbures d’Ankorondrano et de Soanierana du côté d’Ambohijanaka est déjà dépassé par la réalité. Alors que les travaux ne débuteront qu’en octobre, l’accident d’une cuve de la centrale thermique d’Aksaf Power a Ambohimanambola ayant coûté la vie à deux ouvriers, montre qu’Antananarivo est assise sur une poudrière. Le drame d’Ambohimanambola aurait pu faire des centaines voire des milliers de victimes si les autres cuves à proximité avaient également pris feu. Il aurait pu embraser tout un village. On n’était pas loin de l’apocalypse. Les sapeurs-pompiers de Tsaralalana et ceux de l’Asecna ont mis quatre heures pour venir à bout de l’ivresse du feu d’une seule cuve. Les moyens qu’ils ont déployé mardi n’auraient pas suffi si toutes les cuves avaient brûlé. Le feu a été particulièrement violent alors que l’on pensait que le fuel lourd n’est pas aussi inflammable que l’essence ou le pétrole. On imagine donc aisément ce qui se passerait si un tel accident se produisait à Ankorondrano et a Soanierana. Les estimations des techniciens avancent que le diamètre de la tragédie pourrait atteindre 10 km. Autrement dit , Ivato, Andoharanofotsy, Ambohimangakely, Sabotsy Namehana, Ampitatafika seront touchés par les flammes.Le transfert de ces dépôts est d’autant plus urgent qu’ils figuraient parmi les cibles préférées des terroristes politiques à l’instar des stations-service dont quelques unes ont été victimes d’attentats à la bombe. Les dépôts d’hydrocarbures comme les barrages hydroélectriques , qui sont des sites hautement stratégiques,ont ainsi fait l’objet d’une surveillance rapprochée des forces de l’ordre durant la crise de 2009 suite à des menaces. Une pratique à laquelle ont souvent recours les opposants et les contestataires dont la liberté d’expression est réduite voire inexistante.La vigilance doit être accrue a l’approche de l’élection présidentielle. La tension va monter petit à petit. Depuis 2009, les attentats a la bombe, artisanale ou pas, est devenu le mode d’expression de prédilection de ceux qui sont privés de meeting et de rassemblement populaire.Le problème est que le déplacement n’est pas une solution définitive étant donné que l’endroit retenu, a priori loin des habitations ne le reste que pour une courte période.L’expansion démographique et l’extension de la ville font que les dépôts attireront les «immigrés». Il va sans dire que des voies de communication seront ouvertes vers le nouveausite qui seront synonymes de développement. Les environs des nouveaux dépôts seront ainsi très vite assaillis par les nouveaux migrants.Au début, il n’y avait rien autour des dépôts à Ankorondrano. Aujourd’hui c’est devenu le quartier des «gratte-nuage», des centres commerciaux, des médias, des industries…Tout ce monde risque de disparaître en un clin d’œil si l’irréparable se produit. Comme on aura tout vu depuis 2014 en terme de drame et de catastrophe, il faut s’attendre à tout. Les incendies ont atteint un record absolu alors que les tragédies ont gagné en originalité et en variété comme en témoigne l’explosion d’Ambohimanambola.Quand les criquets avaient envahi Tana d’Ampefiloha a Manjakamiadana le 29 août 2014, les superstitieux avaient pressenti un mauvais sort. Les événements qui se sont succédé depuis semblent leur donner raison. Et ce n’est pas fini. Le pire est peut-être à venir.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara5 partages

Mahazoarivo : Réunion des membres du CNR

Une réunion des membres du Conseil National du Recensement (CNR) a eu lieu hier au Palais de Mahazoarivo. Cette réunion qui rentre dans le cadre du troisième recensement général de la population et de l’habitation (RGPH3), a été dirigée par le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana qui assure la présidence de cette entité. L’état des lieux des activités préparatoires du dénombrement, la stratégie pour la relance de la mise en place des Comités Communaux du Recensement (CCR), et le domaine du financement ont été évoqués durant cette rencontre. Le locataire de Mahazoarivo a annoncé que le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation va adresser une note aux autorités locales afin de pouvoir poursuivre et accélérer la mise en place du comité régional et du comité communal du recensement. Et lui de noter que ce troisième recensement va combler les lacunes en statistiques sociodémographiques.

Davis R

Midi Madagasikara5 partages

Football féminin- Championnat de Madagascar : SabNam et ASKAM en finale !

L’équipe de l’ASKAM fera encore figure de favori surtout si Kanto parvient à libérer de ses études

Coup d’arrêt pour l’ASOT qui a été écartée des demi-finales par une équipe de SabNam hargneuse à l’image de cette tête rageuse de Ginah alors que le match venait d’entamer 2sec 37. Un début catastrophique pour une équipe qu’on donnait pourtant favori.

La finale de la seconde phase du championnat de Madagascar de football féminin opposera, ce samedi à Mahamasina à partir de 14h30, l’ASKAM qu’on attendait à ce stade là, à SabNam qui a su se réveiller à temps après la contre-performance de Mahajanga.

Situation inédite. C’était hier au centre technique de Carion et devant un public essentiellement composé par des délégations participantes. Un public qui assista sans grande passion au naufrage de l’AS Comato qui se trouve à la dernière place après sa lourde défaite de 3 à 0 devant la Prescoi d’Antsirabe.

La première demi-finale a pour sa part, vu une formation de l’ASKAM qui a du mal à gérer une situation inédite puisque l’absence de son métronome Kanto a tout chamboulé. La rentrée de Lala était plus une manière de renforcer la défense plutôt que de reprendre le contrôle du milieu de terrain.

Il a donc fallu attendre la seconde période pour voir l’ASKAM prendre l’ascendant sur le Stade Olympique de Mahajanga. Une tête piquée de Sarah au second poteau redonna espoir à l’ASKAM avant que Christina n’enfonça le clou en héritant un caviar de Lalao.

Démonstration. A 2 à 0, les Majungaises se firent une raison en laissant la conduite des opérations à leurs adversaires. Mais prudent, Navalona dit à ses protégés de se calmer sans doute pour préserver toutes les forces en vue de cette finale contre SabNam.

Une SabNam retrouvée qui infligea une raclée de 4 buts à 0 à l’ASOT trahie par la forme de sa gardienne. De la tête de Ginah à l’entame du match au but de Rina peu de temps avant la pause, on assista à une démonstration des protégées de Avotra Andriamosa. Car entre temps, Sophie Farafaniriana qu’on voyait peu, sortit de l’ombre pour réaliser un doublé (50e et 77e). Il était temps car ces derniers jours, elle se faisait trop discrète alors que ses concurrentes directes en équipe nationale font parler la poudre à l’image de Sarah de l’ASKAM et Ando de l’ASOT.

C’est presque une certitude que ces trois joueuses feront le déplacement au Zimbabwe dans le cadre du COSAFA Cup. Mais ne jurons de rien car le mode de sélection où le sentiment se trouve au premier plan, risque de compromettre tant de choses.

Clément RABARY

Midi Madagasikara5 partages

CUA : Le Conseil municipal constate l’amélioration des recettes fiscales

Rideau sur la session extraordinaire du Conseil municipal hier à Analakely.

La session extraordinaire du Conseil municipal de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) s’est terminée hier après avoir duré 3 jours. En effet, outre le feu vert qui permettra désormais à l’Omavet de gérer le centre de visite d’Antsakaviro dans le cadre d’une délégation de service public autorisée par les lois en vigueur, le Conseil a également adopté le budget rectificatif 2017 de la commune. Les conseillers municipaux ont en même temps constaté l’amélioration des recettes fiscales depuis janvier 2017. Et le budget initial a connu une retouche car certains nouveaux impôts créés par la Loi de Finances 2017 n’ont pas encore été perçus. Par ailleurs, le Conseil municipal a donné son accord à une opération de recensement qui sera bientôt menée au niveau de 119 Fokontany de la Capitale. Cela permettra de mieux contrôler les circulations des personnes au niveau des Fokontany.

Assainissement. Fort de l’aval du Conseil municipal, l’Exécutif municipal a effectué hier à Anosy une grande opération d’assainissement. Cette opération a permis de chasser les marchands et les occupants illégaux des endroits interdits à ce genre de pratique. L’opération a été menée avec le concours des éléments de la police municipale et de la police de marché. D’après le chef de la police municipale, la plupart des bâtiments administratifs se trouvent à Anosy et c’est pour cette raison que cette partie de la capitale doit être propre en permanence. « Cela nous permettra également de lutter contre différentes formes d’insécurité. », a-t-il expliqué.

Recueillis par R. Eugène

News Mada4 partages

« Dago festival » : hampiakatra ny lentam-pamoronana sy ny kanto malagasy

Sehon-javakanto ankehitriny samihafa. Mozika, dihy, sarimihetsika, saripika, sns. Samy asongadin’ny « Dago festival » avokoa ireo… Tsy eto an-toerana ihany fa hiroso hatrany ivelany ihany koa.

Miavaka amin’ireo karazana « festival » tontosaina eto amintsika, indrindra ny eto an-dRenivohitra, ny « Dago festival », hotanterahina manomboka androany ary haharitra iray volana. Mahakasika seha-javakanto ankehitriny samihafa, toy ny mozika, kanto araka endrika amam-bika, dihy, sarimihetsika, kanto an-dalambe, saripika, sns, izy ity.

Sehatra iray hampahafantarana ireo talenta miafina any ambadibadika any ny « Dago  festival ». Heverina fa tsy vitsy izy ireo, saingy olana iraisana ny tsy fisian’ny toerana hanehoana izay talenta izay. Etsy ankilan’izay, fotoana hanamafisana ny lentam-pamoronana sy ny fitazonana ny maha kanto ny kanto ny « Dago festival ». Araka izany, hibahan-toerana ny atrikasa sy ny fihaonana samihafa, izay mahakasika ireo karazan-javakanto marobe ireo, ankoatra ny fampisehoana sy ny fampirantiana.

Toerana maromaro no handray ity hetsika ity, toy ny Is’Art galerie eny Ampasanimalo, ny IKM etsy Antsahavolan, ny ao amin’ny Kudéta (Carlton Anosy) ary koa ny eny amin’ny fonjan’Antanimora. Marihina fa aorian’ny eto an-dRenivohitra, hoentina any Frantsa ny « Dago festival », izay andiany voalohany raha toa ka santatra ny tamin’ny taon-dasa.

Mikarakara izao hetsika izao ny fikambanana Dago Team Zara, fikambanana niorina tamin’ny taon-dasa ary ivondronana mpanan-talenta sy matihanina amina sehatra samihafa, mifandray amin’ny tontolon’ny famoronana. Tanjon’izy ireo ny hizara sy hiaro ny soatoavina maha olona amin’ny alalan’ny hetsika ara-javakanto sy kolontsaina.

Landy R.

 

News Mada4 partages

Haify : des nouveautés pour la 4e édition

La quatrième édition du festival «Haify Mampihavana» aura lieu le 30 septembre et 1er octobre prochain au jardin d’Andohalo. Organisé par Women tourism association for Madagascar (WTMA), l’événement prend de l’ampleur cette année. Avec des ateliers, un concours «Haify», des découvertes culinaires des autres pays… le festival présentera des nouveautés dans son programme pour cette prochaine édition.

L’année dernière, un chef indonésien était présent. Cette année, un autre chef renforcera les stands. Un chef espagnol dévoilera les divers plats originaux de son pays. «L’association Ravinala de Nosy Be sera aussi invitée. Elle présentera une spécialité culinaire de l’île de Nosy Be avec ses plats en saveur de coco», a annoncé l’une des membres de WTMA. En effet, l’objectif du festival est de faire découvrir au grand public les vrais goûts des plats traditionnels malgaches issus des diverses régions de la Grande île. «Chaque région a sa façon de cuisiner. Ce qui rend ainsi notre pays riche en saveur et en culture», a affirmé Chef Mariette Andrianjaka, marraine du festival.

«Lorsqu’un étranger demande à goûter un plat typiquement malgache, nous avons peu de restaurant spécial pour ce genre de menu. A chaque fois, il nous présente les mêmes plats tels que le ravitoto. Et pourtant, il existe d’autres spécialités qui méritent d’être dégustées », a-t-elle ajouté. Ainsi, la vision de WTMA est d’éditer un livre intitulé «Haify» qui dévoilera les recettes des diverses régions de Madagascar.  «Par rapport aux autres pays, nos produits sont d’une valeur exceptionnelle. Ils sont plus riches en goût et donnent ainsi une meilleure saveur», a expliqué notre interlocuteur.

Organisé par le CS2PC-THR, une plateforme public-privé en charge de la mise en œuvre des réformes dans la formation professionnelle du secteur tourisme, le festival proposera aussi des ateliers culinaires aux jeunes Chefs gagnants du concours «Haify» des précédentes éditions. «Ces jeunes chefs ont tous du talent, mais cuisiner exige d’abord une maîtrise de la science avant d’être un art», a conclu chef Mariette Andrianjaka.

Holy Danielle

Midi Madagasikara4 partages

Football : Hanjavola entre talent et autorité !

Si les buteuses Sarah et Andoniaina et même Sophie Farafaniriana ont marqué le championnat de Madagascar de football féminin tant à Mahajanga qu’à Carion, on ne peut pas passer sous silence la prestation de l’arbitre Hanjavola Dominique Rosa qui, à 26 ans, s’affirme comme un des meilleurs sifflets féminins tant elle incarne cette assurance qu’on perçoit chez les grands arbitres tels l’Italien Pierluigi Collina ou tout près de chez nous Hamada Nampiandraza.

Le moins qu’on puisse dire c’est que Dominique comme tout le monde l’appelle, a le physique de l’emploi mais également une certaine autorité sinon une autorité certaine sur le terrain où ses décisions sont rarement contestées. Son sérieux est un grand atout pour elle, disait le Coordonateur des arbitres, Pascal Andrianantenaina. Et venant d’un homme qui n’a pas l’habitude d’encenser ses arbitres, cela vaut tous les éloges.

Sortante de l’Académie Nationale des Sports d’Ampefiloha, cette jeune femme travaille à Mandoto où malgré tout son dévouement, elle a du mal à convaincre les jeunes filles de cette localité à venir au football.

Arbitre national depuis 2012, Hanjavola entend ne pas s’arrêter à si bon chemin et se prépare à affronter toutes les étapes menant à une carrière internationale. Encore  faut-il qu’elle fasse preuve de volonté pour apprendre le B.A. BA du métier et d’être un peu moins…timide en dehors du terrain.

Clément RABARY

Midi Madagasikara4 partages

Festival « Nosy Be Symphonies » : L’ouverture nosybéenne au Vanila Hôtel & spa

Après une première ouverture dans la capitale le week-end dernier à l’hôtel Colbert et au Café de la gare, les musiciens étrangers et malgaches ont pris la route pour Nosy Be. La route fut longue. Vécue comme une épopée pour certains et une aventure pour les autres, la communion pour l’appréciation de la musique classique est restée intacte pour tous.

La fatigue du voyage, était palpable. Cependant chaque formation s’est évertuée à donner le meilleur de lui-même pour  accrocher le public à l’amour du genre classique en musique.  L’innovation de cette 4e édition est la place réservée aux jeunes dès l’ouverture. Entre musiciens émergeants et confirmés, il est évident que la relève est assurée. A Nosy Be, c’est à Sandy Rajaofetra qu’a incombé le rôle de lanceur des festivités. Son interprétation « Pour le piano » de Debussy a ému la salle par son jeu fluide, révélateur d’une parfaite maitrise des mouvements du compositeur.

Du classique original. La formation vocale Cantiamo composée des deux sopranos Natacha Rajemison et Arianala Ramanohison  et du quintette d’hommes ont porté haut les voix du chant lyrique. Les formations d’instruments à cordes mauriciens « 415 ! » conduite par  Guy Noel Clarisse ont tous deux joué la carte de l’humour. Leurs interprétations respectives de 2 morceaux de Franck Sinatra en version classi-comique ont ravi le public par leur professionnalisme et leur humilité. Et celle malgache Mozartiana conduite par Ravo Raboanarison a joué la carte de l’humour.  Une façon vivante de dire que le classique peut avoir toutes les variantes pour la lus grande joie du public.

Les classiques pas classiques. Pour ceux qui ont connu les précédentes éditions du festival, pour sûr, il y a du changement. Celle d’éduquer le public à une meilleure appréciation de la musique classique. Pari tenu avec humour et originalité. « Les voix de Nosy Be » conduite par Tiana Raherimanantsoa accompagnée de Stephaniella Mandimbinierana ont certes été un peu timides mais Daniel Rafanomeantsoa (sax) et Tantely Mamisoa (piano) ont rehaussé légèrement la tonalité. Les membres de la formation vocale Cantamio venus spécialement de la capitale ont apporté le « coffre » du chant lyrique à ce répertoire vocal classique. Les sopranos Natacha Rajemison et Arianala Ramanohisoa ainsi que les ténors Fitah Rasendrahasina et Lova Raoelison ont brillé par  leur voix dans toutes leurs interprétations qui ont laissé le public… sans voix.

Une opération de charme réussie. Les organisateurs et les artistes ont compris que pour éduquer et intéresser le public au genre musical classique, une éducation est nécessaire. Depuis sa création, le COAC invite tous les soirs une vingtaine de collégiens pour leur permettre une approche à cette forme musicale. Le groupe LMM mené par le saxophoniste Seta, première formation d’instruments à vent invitée au festival a épaté leur interprétation la sonate en ré mineur.

Une communion entre artistes et public. Pour sûr, le festival de musique classique  «Nosy Be Symphonies » est devenue une institution à Nosy Be. Dès la première soirée au Vanila Hôtel spa, une chose était à constater : Le public est croissant au fil des éditions. Mieux, les spectateurs venus de la capitale pour assister à cet évènement sont aussi en croissance. Un constat encourageant pour les organisateurs (COAC Comité d’Organisation d’Activités Culturelles) et les sponsors. Les échanges de plus en plus nombreux entre artistes et public lors des cocktails dinatoires qui suivent les spectacles sont le signe d’un réel engouement pour ce genre musical peu connu sur l’île de Nosy Be. La marraine de l’évènement, la pianiste belge d’origine polonaise lui a emboité le pas par l’interprétation de deux valses de Chopin (n°10 et 14) en mi et si mineur qui a plongé la salle dans un silence religieux de par la qualité de sa prestation.Recueillis par Anjara Rasoanaivo

News Mada2 partages

Franck Ramarosaona : « Rien ne va plus »

A un an des échéances électorales, le pays semble aller à reculons. De la vie sociale à la politique en passant par l’économie, tout semble aller de travers. Secrétaire général du comité des héritiers de la 1ère République, politologue et économiste, Franck Ramarosaona n’y va pas par quatre chemins.

* Les Nouvelles : Comment voyez-vous la situation actuelle du pays ?

 Franck Ramarosaona : Mon premier constat est que la crise reste très présente dans le pays, accompagnée d’un ras-le-bol généralisé de la population. Et cela dure depuis des mois déjà. Avec l’insécurité totale qui règne dans ce pays, ajoutée à la corruption, et le non respect de l’Etat de droit, on peut dire que rien ne va plus à Madagascar. L’échec du gouvernement est flagrant et cela peut être remarqué à travers le manque de confiance de la population envers ses dirigeants. Je ne parle même pas du décalage entre la population et les élites au sein de l’administration, pour ne pas dire les fausses élites. En effet, les faux diplômes pullulent alors que les vrais diplômés ont du mal à obtenir un poste à responsabilité. Cela est dû à la corruption et à la cupidité des dirigeants. On ne s’étonnera plus après qu’à un an des élections, il y ait encore des nominations au sein des hauts emplois de l’Etat. La corruption gangrène les recrutements dans les concours auprès de la Fonction publique et des administrations étatiques de telle sorte que les fonctionnaires n’ont plus aucune expérience tangible et aucune formation adéquate.

* Et concernant la vie politique ?

Sur le plan politique, c’est le dysfonctionnement total et le peuple n’a plus aucun espoir. Les politiciens sont tellement concentrés sur les élections à tel point que la vie quotidienne de la population semble totalement délaissée. On peut dire que la politique est totalement dévalorisée à Madagascar. Les politiciens et partis politiques n’ont aucune base idéologique solide, mais cela n’est pas étonnant vu que la plupart ne sont pas passés par les écoles et n’ont pas reçu les formations adéquates, les politiciens manquent de militantisme, et la culture politique est absente.  D’autre part, les partis politiques n’ont pas de projet de société concret pour appuyer leurs argumentations, et les opposants manque de personnalité et se contentent de critiquer gratuitement. Pour résumer, le débat politique est en déclin puisqu’aucun argument concret ne semble en sortir. Néanmoins, le fait de critiquer ne signifie pas pour autant empêcher le régime de travailler. Au contraire, on dira qu’il y a réellement une faille dans la gestion du pays.

* Qu’entendez-vous par mauvaise gestion ?

Il y a mauvaise gestion sur tous les plans. On peut constater cette incapacité à gérer la situation sociale de la population, notamment la pauvreté et l’insécurité. Sur le plan économique, la politique économique et industrielle de l’Etat laisse toujours à s’interroger, et sur le plan politique, outre les problèmes déjà cités il y a également cette incapacité à gérer la laïcité de l’Etat. Le chef de l’Etat prône la séparation de l’Etat et de l’Eglise alors qu’il est le premier à vouloir intervenir lors des différentes manifestations religieuses. Il se veut être alors donneur de leçon mais en réalité c’est le premier à commettre la faute. A défaut de pouvoir gérer la situation, ce dernier tente de flatter l’Armée. L’impunité est également très présente dans ce régime pour ne citer que l’affaire Claudine Razaimamonjy.

*Le remaniement a été la grande surprise de la semaine dernière, qu’en pensez-vous ?

Ce soi-disant remaniement ne changera rien à la situation actuelle. Le chef de l’Etat a exclu des ministres en charge des ministères de souveraineté qui ne peuvent travailler et prendre des décisions sans son accord. Il dit ensuite que ce sont les ministres qui sont irresponsables.

* Quelles solutions pouvez-vous alors avancer ?

Il vaut mieux attendre les prochaines élections et laisser le peuple s’exprimer librement sans contrainte. Et contrairement aux propositions de certains, il n’est ni nécessaire de procéder à un référendum pour changer la Constitution, ni organiser les législatives avant. Cela n’est que diversion pour rallonger un peu plus le temps au pouvoir. Par contre, s’il y a changement au niveau du Code électoral, cela est tout à fait normal. Pour ce qui est de la Constitution, des amendements pourront toujours être effectués plus tard.

Cette fois-ci, il est plus que primordial que les candidats aient des projets de société clairs pour éviter d’être élu président par hasard et passer à la période d’essai par la suite. On touche à tout mais après, plus aucun suivi, et d’ailleurs, un certain vide a été constaté dès le départ. On pourrait alors citer le PND qui n’a été présenté qu’en 2015, le projet des 100 jours de certains ministères, le gouvernement de combat ou encore la Conférence des bailleurs. Sur ce point, il ne serait pas étonnant que le chef de l’Etat ne puisse pas boucler son mandat sous prétexte qu’il ait été à l’origine de ce Fonds et devra alors le mettre en œuvre. Néanmoins, il est souhaitable que lui et l’ancien président, Marc Ravalomanana ne se présentent plus. Mais pour l’heure, le schéma constaté est qu’on refasse le même scénario qu’en 2001 où il a été prévu que l’amiral Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana passent au second tour. On essaie actuellement de victimiser l’ancien président Marc Ravalomanana mais au final leur objectif,  avec le Président Hery Rajaonarimampianina, c’est d’évincer les potentiels candidats. Une chose est au moins sûre, c’est qu’il n’y aura pas de candidats issus des provinces et régions périphériques pendant 20 ans.

D’autre part, les doutes planent autour des dettes contractées avec les Chinois. On ignore si celles-ci ne sont pas signées pour préparer les élections de 2018. Tout est opaque concernant la politique de la dette à tel point que les bailleurs traditionnels semblent inquiets. L’argent reçu est utilisé à d’autres fins comme le paiement des dettes de la Jirama et comme toujours, c’est la population qui doit en supporter les frais. Je me demande d’ailleurs si ces accords de financement passent par l’Assemblée nationale et contrôlés par la HCC.

Qu’en est-il de la liberté d’expression ?

Je voudrais avant tout insister sur le rôle de la communication dans ce régime. D’abord, il faudrait que le ministre de tutelle cesse d’être le seul maître de la «vérité». Ce dernier se comporte comme un vrai procureur et décide de quoi faire de la loi. Le Code de la communication est d’ailleurs un des exemples concrets. Le secteur n’est pas du tout maîtrisé de telle sorte que le gouvernement semble faire un aveu d’échec. Cela peut-être constaté dans l’émission hebdomadaire «Fotoam-bita» du chef de l’Etat où il doit justifier ses choix. On peut dire qu’il y a une faille dans la communication du président. Evidemment, tout n’est pas de sa faute et on pourra également dire qu’il y a un échec battant du Premier ministre dès le début.

Pour ce qui est de la liberté d’expression, il ne s’agit pas d’un nouveau cas. Il faut rappeler que le régime précédent, notamment celui de Marc Ravalomanana en 2008, a réagi de la même façon puisque toute manifestation avait été interdite par la Préfecture de police. Le régime Rajaonarimampianina semble ainsi commettre les mêmes erreurs qu’en 2008. Ce qui pousse la population à la révolte.

Propos recueillis par T.N

 

La Vérité2 partages

Flagornerie !

Larousse définit le mot « flagornerie » en ces termes : « flatterie basse et intéressée ». Le président Hery Rajaonarimampianina recevait à son palais les nouvelles recrues de l’Armée conduites par leurs chefs  pour leur remettre des tenues. Occasion offerte pour le Chef de l’Etat, Chef suprême des Forces armées,  de transmettre un message fort aux hommes en treillis.

Au lieu de rosser, vertement, les responsables en uniformes de leurs échecs récurrents, le président se livrait à des flatteries de bas étage. Les chefs militaires qui ont failli à leurs devoirs et ayant déçu de leur mission reçoivent, indécemment, des mots de complaisance. Une courtisanerie qui fait perdre le nord au citoyen lambda. On ne voit pas pourquoi le Chef de l’Etat lance des fleurs à l’endroit de ces Chefs défaillants. L’état de la sécurité ou de l’insécurité qui prévaut dans le pays préoccupe dangereusement les esprits. Pratiquement, il n’y a pas un jour que le Bon Dieu crée où l’on ne fait pas état d’attaque meurtrière un peu partout dans tout le pays. Le sang coule…à flots. La population, meurtrie par la douleur, ne sait plus où donner de la tête.   Apparemment, le président Rajaonarimampianina prend soin de ne pas vexer ni frustrer les hommes en treillis. Il a pris bonne note des mésaventures tragiques de son prédécesseur durant la crise de 2009. En effet, Ravalomanana a payé, au prix très fort, son arrogance vis-à-vis de la Grande Muette. Il a dû subir l’ire de la caserne. Il n’avait qu’une seule issue, à l’époque, à savoir céder le pouvoir et fuir. Heureusement pour lui que l’ambassadeur des Etats-Unis l’avait aidé.Le Chef suprême des Forces armées a la peur au ventre. Il prend au sérieux tout mouvement d’humeur des éléments non maîtrisés. Le cas des retraités qui réclament l’alignement de certains avantages est suivi de près. Ainsi, la meilleure option pour lui consiste à caresser la «bête » dans le sens des poils.Dans les pays du Sud, l’Armée occupe une place prépondérante dans l’assise du pouvoir. Les hauts gradés, plus précisément les « étoilés », assurant entre leurs mains les Commandements des Unités, tiennent par la même occasion la clé de la « stabilité ».En Egypte, c’est l’Armée qui gouverne le pays. Rien ne se fait sans l’accord des grands patrons des hommes en uniformes. Le Général Al Sissi, Chef d’Etat-major, n’avait eu aucune résistance en face quand il avait déposé le président-élu Mohamed Morsi. Même, les grandes puissances occidentales, soucieuses du respect de la démocratie, n’avaient eu rien à commenter.Au Venezuela, le président Nicolas Maduro, en dépit d’une dictature caractérisée, peut dormir sur les lauriers grâce au soutien sans faille de l’Armée. Il n’en a cure des contestations, presque quotidiennes, de l’opposition ainsi que les mises en garde du « gendarme » de la région, les Etats-Unis, et les « avertissements » de ses voisins immédiats. Mais là où notre Big Boss se trompe réside dans le fait que l’Armée, quelle que soit sa puissance en armes et en nombre de ses soldats, ne pourra jamais défaire le « déferlement » d’une population en colère. L’Amiral Didier Ratsiraka en savait quelque chose sur ce point. Inutile de se verser dans une flagornerie de ce genre !Ndrianaivo

Ino Vaovao1 partages

ANKIRIHIRY -TOAMASINA : Mpanao sinto-mahery saika maty niharan’ny fitsaram-bahoaka

Ny talata 29 aogositra lasa teo tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany maraina, dia tovolahy iray no nifanenjehan’ny fokonolona tao Ankirihiry. Fantatra fa nanendaka olona handeha hamonjy fotoam-bavaka maraina ilay tovolahy.

Lasa tamin’izany ny finday sy firavaka. Tsy lasa lavitra, dia tra-tehaky ny fokonolona ilay olon-dratsy. Tsy nisy alaharo fa fitsaram-bahoaka avy hatrany no nahazo azy. Leo amin’ny mpanendaka ireo mponina ka izao nanampatra hatezerana izao.

Tsy nalatsaky ny fokonolona kosa ny ain’ilay tovolahy fa niantsoana mpitandro filaminana taorian’izay.

Kamy

News Mada1 partages

Ambanja : la filière cacao au cœur du débat

La foire économique d’Ambanja s’est tout particulièrement penchée sur le cacao et les problèmes qui frappent cette filière.  Un débat amical et courtois s’est alors engagé hier entre les acteurs de la chaîne.

«Le prix du cacao a considérablement baissé cette anné : 1800 USD la tonne et 6 000 ariary le kilo sur les marchés internationaux. A Ambanja, le kilo de la fève de cacao fraîchement décabossée s’achète à 700 ariary.  C’est principalement les producteurs qui subissent les conséquences de cette chute violente des cours du cacao», déplore Eric Ranaivosoa, opérateur économique dans cette filière.

Pour y remédier, il propose des activités économiques alternatives aux agriculteurs. «La solution consiste à associer la culture de cacao avec d’autres plantes alternatives comme le patchouli, le gingembre et le curcuma qui sont des plantes à huiles essentielles. 1 ha de ces plantes peut générer une marge bénéficiaire de 4000 USD par an», avance-t-il.

Les mauvaises conditions climatiques figurent parmi les causes de la mauvaise campagne  dans cette principale zone de production à Madagascar.  «Le changement climatique affecte le cycle de croissance du cacao. Les observations et expérimentations réalisées ces dernières années ont permis de constater l’apparition de maladies et des parasites comme les mirides qui tuent à petit feu le cacaoyer. Et si aucune mesure drastique n’est mise en place, cette espèce pourrait disparaître dans les années à venir», a fait savoir Malaza Ramanamahafahay, de l’ONG Sôrogno.

Avec le projet PIC 2, les spécialistes ont proposé une nouvelle variété de plantes qui produit de meilleures qualités de récoltes et qui peut s’adapter aux variations du climat.

Fofifa : Adapter nos plantes au changement climatique

Bien que la production de cacao est relativement faible (7500 tonnes en 2015), Ambanja produit l’un des meilleurs cacaos du monde. Seulement, le vieillissement des plantations et la diversité des procédés post récolte deviennent un obstacle à une production de qualité.

Une relance de la recherche cacaoyère est incontournable. L’objectif principal étant de densifier les vergers et la durabilité de cette filière dans le Sambirano, région Diana.

Dans ce dessein, «le Centre national de la recherche appliquée au développement rural (Fofifa) d’Ambanja est doté d’une collection de 24 hybrides sélectionnés, d’un parc à bois et de pépinières pour la production de jeunes plants de cacaoyer dans le cadre du projet Pôles intégrés de croissance et corridors (PIC2)», a déclaré Jidor Kalo, chef de station régional de recherches au sein du Fofifa.

Joachin Michaël

 

L'express de Madagascar1 partages

Bailleurs de fonds – Une mission du FMI attendue

Une mission évaluera la performance du gouvernement dans le cadre de l’accord avec le FMI. Ce sera le premier test pour Vonintsalama Andriambololona.

Un mois crucial pour Madagas­car. Une mission d’évalua­tion du Fonds monétaire international (FMI) est attendue à Antananarivo, la semaine prochaine. Après le décaissement de la deuxième tranche du programme Facilité élargie de crédit (FEC), les experts de la Gendarmerie de la finance mondiale vont scruter de près la performance du gouvernement. Le redressement de la Jirama, le dossier Air Madagascar, l’amélioration de la gouvernance et la lutte contre la corruption figurent dans leur agenda. Une note positive signifiera la continuité de ce programme, avec le décaissement d’un crédit de 43 mil­lions de dollars correspondant à la troisième tranche en novembre.

Premier testCette mission serait donc le premier test du ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriam­bololona. A la tête de ce département ministériel, en deux ans et demi, son prédécesseur, Gervais Rakoto­arimanana, avait réussi à boucler différents dossiers, notamment avec celui du FMI. Ce dernier reste, toutefois, optimiste sur la continuité de ce programme. « Madagascar est sur la bonne voie et le gouvernement n’a pas intérêt à rompre cet accord à cause d’un échec », avait-il déclaré, lors de sa démission, le 15 juillet.Le Conseil d’administration du FMI mène à terme la première revue de l’accord au titre de la FEC, augmente le niveau d’accès, approuve un décaissement de 86 millions de dollars,un montant quasi deux fois supérieur à ce qui était prévu. L’élaboration des textes concernant la lutte contre la corruption fait également partie des demandes du Board du FMI. Les efforts des autorités pour renforcer la gouvernance et pour lutter contre la corruption sont essentiels à leur stratégie.« Outre l’achèvement du dispositif juridique de lutte contre la corruption, y compris l’adoption d’une nouvelle loi régissant la lutte contre le blanchiment de capitaux, les Administrateurs soulignent qu’il est nécessaire de renforcer l’application et l’exécution du dispositif ainsi que l’indépendance de la justice. Ils recommandent, en outre, d’améliorer davantage la gestion des finances publiques, notamment en faveur de mesures propresà accroître la transparence », note le FMI dans son rapport, en date du 28 juin.Le programme FEC est un mécanisme de prêt qui permet d’accompagner des programmes de manière soutenue, à moyen et à long terme, dans les cas de difficultés persistantes de balance de paiement. L’accord conclu avec Madagascar, d’un montant de 220 millions de DTS soit environ 304,7 millions de dollars, a été approuvé par le conseil d’administration du FMI le 28 juillet 2016.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Antananarivo-Ville – Recensement de la population en vue

La commune urbaine d’Antananarivo (CUA) effectuera un recensement de la population dans chaque fokontany des six arrondissements, prochainement. Cela a été délibéré à la session extraordinaire des conseillers municipaux de la commune urbaine d’Antananarivo qui a été clôturée, hier. La statistique de 2014 indique qu’il y a environ deux millions deux cent mille habitants à Antana­narivo-ville, mais il y aurait plus que ça. « La réalisation de ce recensement nous permettra de connaître le nombre réel de la population actuelle. Il y a beaucoup de gens qui viennent des milieux ruraux », explique le Colonel Faustin Andriam­bahoaka, président du Conseil municipal.La finalité de cette monographie serait d’ordre économique et social. « Nous devrons connaître la catégorie de la population, pour identifier les contribuables. Nous pourrons aussi cerner le problème d’insécurité. Ceux  qui ne sont pas inscrits dans les fokontany et ne font qu’y réfugier seront mis à nu», rajoute ce président du conseil municipal. Elle pourrait également revêtir une finalité politique.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Gastronomie – Quatrième édition de «Haify Mampihavana»

Découvrir la cuisine locale fait partie intégrante du voyage. À Madagascar, « les touristes recherchent davantage les restaurants qui mettent en avant la gastronomie du terroir », a indiqué l’association WTAM, ou Women Tourism Association for Madagascar, hier, lors de l’annonce de la quatrième édition de «Haify mampihavana» à Andohalo. Ainsi, le festival de la gastronomie malgache s’est tenu au Jardin historique Ando­halo, le samedi 30 septembre et le dimanche 1er octobre. Les deux jours de festivités seront concentrés sur l’art culinaire, les goûts et lesmatières. Outre la découverte des saveurs, ce sera également l’occasion de mettre en avant les jeunes talents ainsi que le savoir-faire des professionnels, dont le chef Mariette Andrianjaka, et amateurs de la cuisine malgache. À ce jour, plusieurs pays sont classés meilleures destinations gastronomiques au monde, dont l’Espagne, le Pérou, le Maroc, …

S.M.A.

L'express de Madagascar1 partages

Perception principale à Beroroha

La perception principale de Beroroha vient d’être inaugurée par le Président Hery Rajaonarimam­pianina, hier. L’installation d’une telle infrastructure dans cette localité vise le renforcement de l’exécution des opérations de recettes et de dépenses des services déconcentrés implantés à Beroroha. Son implan­tation améliore les presta­tions de service auprès des usagers. Elle se met au service de cent huit pensionnés et de deux cent vingt cinq fonction­naires. Ceux-ci perçoivent leur salaire via bon de caisse.

L'express de Madagascar1 partages

Football féminin – Askam et Sabnam en finale

Les demi-finales de la phase II, en championnat de Madagascar de football féminin division Élite, ont donné leur verdict, hier à Carion. L’Askam Itasy a disposé du SOM Boeny dans le premier match du dernier carré, deux buts à zéro. Et ce, grâce à des réalisations de Lalao et de Christina.Dans la deuxième rencontre, l’AC Sabnam n’a laissé aucune chance à l’Asot, dans un duel 100% Anala­manga. Score final quatre buts à zéro, avec notamment un doublé de l’inévitable Sophie.L’Askam avait remporté la phase I de la compétition, il y a deux semaines à Mahajanga. Pour sa part, l’AC Sabnam, tenant du titre, avait terminé troisième. Ce samedi, les deux équipes se retrouveront au stade de Mahamasina.D’un côté, le club de l’Itasy tentera d’enregistrer un deuxième succès consécutif. De l’autre, le champion sortant tentera de se reprendre. Deux autres matches de classement se jouaient aussi hier, toujours à Carion. Le Mifa Analamanga s’est ainsi défait de l’Ascuf Haute Matsiatra, par trois buts à un.Il en a été de même pour le Prescoi Vakinankaratra face à l’AS Comato Atsimo Andrefana, trois buts à zéro.

H.L.R.

Madaplus.info0 partages

DFP tiendra sa manifestation

Les membres de la plateforme «  Les forces de changement » ou « Dinika ho an’ny Fanavotamp-pirenena » DFP ont réitéré hier qu’ils ont toujours l’intention de maintenir la manifestation prévue se tenir la semaine dernière.
Mais faute d’avoir eu le verdict auprès du Tribunal Administratif après le refus du Préfet, la manifestation a du être annulée. La plateforme revient donc à la charge et affirme que l’Etat ne parviendra pas à empêcher leur manifestation. Selon les membres, il n’y a aucun respect de la démocratie et du droit d’expression. Ratolojanahary Maharavo alias Doudou, membre actif des Forces de changement d’ajouter que les propos du Préfet sur le fait que la plateforme a l’intention perpétrer un coup d’Etat sont des affirmations fausses. La date et le lieu de la manifestation seront communiqués prochainement selon toujours les explications des membres.
Madaplus.info0 partages

La nouvelle Ministre de la Justice et le SMM

Le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) accorde un délai d’une semaine à la nouvelle Ministre de la Justice pour étudier les dossiers contenant les détails de leur revendication. Ce temps écoulé, le SMM renforcera leur manifestation d’intérêt, d’après les décisions des membres hier après la rencontre avec la Ministre de la Justice.
Fanirisoa Ernaivo, Présidente du SMM a expliqué que la vision de la nouvelle Ministre rejoint leur lutte pour l’indépendance de la justice, pour la mise en place d’Etat de droit et aussi l’exécution des décisions judiciaires. Dans ce cadre, le SMM attend donc qu’il ait une concrétisation dans les meilleurs délais.
Ino Vaovao0 partages

ASAN’NY ZANDARIMARIAM-PIRENENA : Miisa 22 ireo voaroaka hatramin’ ny fiantombohan’ny taona

Manoloana izay tranga izay anefa dia miezaka hatrany ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena manadio ny ao anatiny, ka hijerevana ny fitondran-tena sy ny fomba fiasan’ny tsirairay mba ho tena mpiaro ny mponina tokoa izy ireo. Nanerana ny Nosy mihitsy araka izany ny fidinana ifotony nanaraha-maso izay fomba fiasa izay ary nisy ihany koa ny fifampiresahana amin’ireo vahoaka mba tsy hilazana fa hery famoretana fotsiny.

Vokatr’izay dia niisa 22 eo ireo zandary no nesorina tamin’ny asany hatramin’ny fiantombohan’ny taona 2017 ity. Izany moa no fantatra dia noho ny fanatanterahana ny dinika nokarakarain’ny Lehiben’ny faritra Theodoret sy ny Prefet Naryson Roch Léopold avy any Farafangana afak’omaly maraina ka notontosaina tao an-tampon-tanànan’i Vangaindrano .

Niarahan’ireo mpitantana isan’ambaratongany avy ao amin’ny Zandarimariam-pirenena Faritra Atsimo Antsinanana, Androy ary Anosy. Ny tanjona tratrarina hatreto dia ny fahavononan’ireo mpitandro filaminana tena hiaro ny vahoaka sy ny fananany tokoa. Raha ny zava-miseho ankehitriny mantsy dia misy ireo zandary sasantsasany no voalaza fa miaraka mitsikombakomba amin’ireo olon-dratsy. Anisany mampiahiahy ny maro koa ankehitriny ny fiparitahan’ireo fitaovam-piadiana mahery vaika. Etsy andaniny ny asan-dahalo sy ny trangana fanafihana mitam-piadiana saika ho manerana an’i Madagasikara tato ho ato.

Noho izay tsy fandriam-pahalemana izay àry dia tsapa sy re matetika fa misy ireo zandary sasany no manao ny tsy tokony hatao na koa manampatra fahefana loatra amin’ireo vahoaka madinika. Hany ka lasa tsy mahatoky azy ireo intsony ny mponina iharan’ny fanafihana. “Izany indrindra no antony anamafisana ny fanaraha-maso ny fitondran-tena ka tsy handefitra amin’ireo izay mbola minia tsy manara-dalàna ny lalàna mifehy izy ireo”, raha ny fanambaràna nataon’i Jeneraly Tsirivelo Nicolas Talen’ny Kabinetran’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena. Tsy hijanona amin’izay dinika natao izay hatreto ny fisavana ny fomba fiasan’ireto mpitandro filaminana fa mbola hitohy ary miandry ny sazy sahaza azy avy hatrany ireo izay tratra .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I MANJA : Zazalahikely maty voahitsaky ny kamiao, potika tsy nisy noraisina

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia kamiao lehibe mpitondra vokatrana mpandraharaha ao an-tanàna no nandona ity zaza ity. Potika tsy nisy noraisina ny razana rehefa natao ny fizahana . Voalaza fa mbola handeha hitsena an-dreniny avy nivarotra no anton-diany no izao voahitsaka tampoka izao, ka nindaosin’ny fahafatesana avy hatrany.

Ilay Kamiao kosa dia lalan’ny handeha hody avy namonjy tsena ihany koa ka sendra ny zaza somary niampita tampoka.

Raikitra moa ny fifanjevona ka tonga dia nanatitra ny razana teny amin’ny Biraon’ny Polisy ny mpamily tamin’io fotoana io. Raha ny tatitra hatrany dia efa vita tamin’io hariva io tao amin’ny Biraon’ ny kaomisaria ihany ny famotorana ilay mpamily. Mbola mitohy kosa ny fanadihadiana ireo nanatri-maso nahita ny tena zava-niseho marina. Andrasana hatreto ny tohin’ny fivoaran’ny fanadihadiana.

Fipoahana mahery vaika tao Manja

Trangan-javatra hafa nampihoron-koditra ny iray tanàna ihany koa no niseho ny fiandohan’ny herinandro lasa teo satria dia zazalahikely vao valo taona no tapaka rantsan-tanàna havia niisa telo vokatry ny fipoahana bateria nolalaoviny. Baterianà finday notsiponina teny amin’ny fanariam-pako no nolazainy fa nalainy ka nasiany ‘fil’ anankiroa , avy eo dia napoakany tamin’ny “bougie” ka izany no nirefodrefotra heno nanerana ny tanàna.

Taitra ny manodidina raha nandre izany noho ny fipoahana mafy loatra . Nandriaka ny rà teo amin’ny tanany ary tapaka hatramin’ny ratsan-tanana mihitsy. Efa nahazo fitsaboana tao amin’ny Hopitalibe ao Manja moa ity zaza ity amin’izao fotoana izao. Vokatr’izay dia nikoropaka ireo ray aman-dreny raha nahita ity tranga ity ka samy nijery akaiky ny zanany avokoa hatreto.

Fotoanan’ny fialan-tsasatra izao ary samy tokony ho mailomailo ihany ireo mpitaiza. Betsaka mantsy ireo ankizy no manita-kevitra ary tena tsy ampoizina mihitsy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VOLAMBITA SOATOAVINA MAMPIRAY : Hisy ny hetsika hampisehoana ny fomban-drazana malagasy

Very tanteraka ny soatoavina na amin’ny fomba fitafy na fiteny, eny fa na ny sakafo hohanina ankehitriny aza. Zary lasa nizarazara noho ny antony ara-politika sy ara-toekarena ny mpiray tanindrazana, ka lasa voambolana sisa fa tsy iainana intsony ny fihavanana sy ny firaisankina. Izany rehetra izany no nahatonga ny fikambanana “Iray Madagasikara” nisafidy ny hifantoka amin’ny lafiny kolon-tsaina sy ny soatoavina.

Raha heverina mantsy dia ny famerenana amin’ny laoniny ny fomba tena malagasy no ahatongavana amin’ny tena firaisam-pirenena, ka ahafahana mampandroso haingana an’i Madagasikara. Izany indrindra no isany nikarakarana ny “volambita”, izay hetsika goavana hanehoana ny haren’ny kolontsaina manerana ny lafivalon’ny Nosy.

Tanora avy amin’ny sehatr’asa maro no mivondrona ao, ka samy mitondra ny traikefa ananany. Amin’ity taona ity dia hifantoka eto an-drenivohitra ny hetsika ; ka ny alin’ny 22 septambra 2017 ho avy izao no hanatanterahana izany. Ao amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely kosa no toerana hanaovana izany.

Seho maro dia maro no ho hita ao toy ny filatroana fanehoana ny fitafy sy ny taovolo malagasy nentim-paharazana ataon’ireo efa matihanina. Mpanakanto maro avy any amin’ny faritra ihany koa no hanafana ny lanonana amin’ny alalan’ny soradihy sy ny mozika mampisongadina manerana ny Nosy. Etsy andaniny ny fampisehoana ny sakafo mampiavaka antsika Malagasy ka ny “Tsiron’i Gasikara” , izay eo ambany fiahian’i Mariette Andrianjaka no hikarakara izany amin’ny fomba hafa kely.

Raha ny fanazavana voaray avy amin’ny tompon’andraikitra misahana ity hetsika ity ihany dia efa vonona tanteraka izy ireo fa ny fotoana hanatontosana azy sisa no andrasana ary efa miantso ny vahoaka tsy vakivolo mba ho tonga hanotrona izany.

Marihina fa amin’ity taona ity no hanombohana ny fankalazana ary tsy hijanonana intsony izany fa hitohy isan-taona.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Maro ireo ala voly karakaraina ka anjarana sisa no misafidy

Salegy

Hafotaka etsy amin’ny Bonara be chez Sa-Yah 67ha

Hanafana ny sehatry ny Bonara be 67ha i Jaojoby Eusebe anio, manomboka amin’ny 8 ora sy sasany alina. Hitondra ireo mozika mafana nahafantarana azy hatramin’izay ity Mpanjakan’ny salegy avy any amin’ny Faritra avaratry ny Nosy ity. Ity no seho takariva notontosainy ao amin’io toeram-pilanonana etsy 67 ha io ho an’ity taona ity. Mampanantena ambiansy tanteraka ho an’ireo mpankafy azy eto an-drenivohitra ny tenany ka manentana ny rehetra ho tonga maro hanotrona azy. Tsy voafetra ny fotoana amin’io fa mandra-paharainan’ny andro.

Variété

Hanafana ny Le Glacier Analakely i Arnaah

Ambiansy samby tia indray no hatolotr’i Arnaah ireo mpankafy azy etsy amin’ny toeram-pilanonana Le Glacier Analakely anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Hanakoako eny an-toerana ny “magneva” sy ny “samby tia” mandritra io alim-pandihizana hanomezan’ity andriambavilanitra ity fahafaham-po ireo mpankafy azy. Fantatra amin’ny gadona mozika variété i Arnaah ary nisandratra tokoa izy io amin’ny sehatry ny mozika tato ho ato. Ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io alim-pandihizana io.

Vazo miteny

Hitondra ny talentany etsy amin’ny Karibo Twenty Six 26 Analakely i Samoela

Hampiala voly ireo mpankafy azy etsy amin’ny Karibo Twenty Six 26 i Samoela anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Hitondra ny hira an-gitara amin’ny alalan’ny vazo miteny ity mpanakanto efa fanta-daza amin’ny sehatry ny mozika ity. Amin’io seho takariva miavaka io no handrotsirotsy ireo mpankafy vazo miteny ho tonga hanal’azy ny mpanakanto. Mampanantena ambiansy ho azy ireo ny mpikarakara.

Vazo an-gitara

Hampiara-peo etsy amin’ny Telozoro Andrefan’Ambohijanahary i Njila sy Lilie ary Mahery

Mpanakanto telo samy mivoy ny gadona milamindamina na hoe vazo an-gitara i Njila sy Lilie ary Mahery. Hampiala voly ireo mpankafy azy, izy telo mianadahy ireto amin’io seho takariva izay hotanterahina etsy amin’ny Telozoro Andrefan’Ambohijanahary, anio manomboka amin’ny 9 ora alina. Tazana matetika eny amin’ireny seho takariva ireny i Mahery tato ho ato ary dia mampiara-peo amin’ireo mpanakanto efa fanta-daza amin’ny vazo an-gitara avokoa. Hanome fahafaham-po ho an’ireo mpankafy tonga eny an-toerana izy ireo.

Milamindamina

Handrotsirotsy ny toeram-pilanonana Piment Café Behoririka i Fara Kely

Hampilanonana etsy amin’ny Piment Café Behoririka i Fara Kely anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Andriambavilanitra mivoy ny mozika milamindamina natokana ho an’ireo mpifankatia ity mpanakanto ity. Hitondra ireo hira nahafantarana azy hatramin’izay, toy ny “tsy foiko ianao” sy “Ny akaikinao” sns. Mampanantena fahafaham-po tanteraka ho ireo mpankafy azy izy amin’io seho takariva io.

Mozika mafana

Jao etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo

Hahazo laka indray ny mozika mafana eny Ambohipo. Hanafana ny Jao’s Pub Ambohipo i Jao, anio alina manomboka amin’ny 9 ora. Mpanakanto avy any amin’ny tapany avaratry ny Nosy izy ary manana ny maha izy azy eo amin’ny fitendrena gitara sy mozika mafana sy maro samihafa. Gadona maro no asongadin’i Jao eo amin’ny mozika ary dia miangaly gitara ihany ny tenany rehefa miaka-tsehatra. Amin’io no hitondrany ireo hira nampisandratra azy eo amin’ny sehatry ny mozika, toy ny “Zaho Malagasy” sy “Ankilanao” sns. Ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io fotoana io.

Tana in Rock

Rock ny samy ngeza etsy amin’ny Dome rta Ankorondrano

Taorian’ny tsy nahatontosana ny fampisehoana ny Alahady lasa teo dia vonona kosa ireo mpanakanto miangaly Rock anio hanome fahafaham-po ireo mpankafy. Mampanantena ny mpikarakara fa ho seho takariva miavaka no karakarain’izy ireo. Manomboka amin’ny 9 ora alina ny lanonana ho hafanain’ireto mpanakanto maro miangaly rock ireto ao amin’ny Dome rta Ankorondrano. Fampisehoana baomba ary miavaka izay mbola tsy fahita no hotanterahin’i Iary, Kiaka, Apost, Green, Iraimbilanja sy Mage 4 ity. Hafana araka izany ny sehatry ny Dome rta Ankorondrano amin’io alim-pandihizana io.

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Nihena ho 15 000 ariary ny vidin’ny arina fandrehitra amin’ny gony lehibe

Ny gony kely dia mitentina 9 000 ariary teo aloha ary nihena ho 7 000 ariary. Tsy araka ny fidinan’ny vidiny anefa ny tsenan’ireo mpivarotra fa tsy mahasarika ireo mpanjifa izany fihenany izany. Isany tsy nampandeha ny vidin’ny arina koa ny fialan’ireo mpiala sasatra tao Mahajanga izay isan’ireo mpanjifa betsaka ny arina. 

Avy any Manerinerina ny ankamaroan’ny arina fandrefitra amidy ao an-toerana. Hatramin’ny arina amidy amin’ny toko aza dia tsy mahavantana ireo mpividy ka aleon’ireo mpivarotra mamarotra  amin’ny gony lehibe sy salatsalany. Ao anatin’ny andro iray dia zara raha mahalafo gony roa ireo mpivarotra. Efa mifantoka amin’ny fidiran’ny mpianatra avokoa ny olona rehetra ka miditra tanteraka ao anatin’ny fitsitsiana. Tsy atao mahagaga ihany koa ny fitombon’ny fahasahiran’ny vahoaka.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

VITRINE DE VAKINANKARATRA : Homena lanja manokana ny vehivavy sy...

Ankehitriny dia efa mitombo isa ireo orinasa mitsangana ao amin’izany faritra izany, izay anisany fanoitra lehibe ho an’ny lafiny toekarena.

Ny fisian’ny hetsika ara-ekonomika any an-toerana, toy ny Vitrine de Vakinankaratra, dia anisany fotoana hahafahana mamantatra misimisy kokoa ny momba ireo lafin-javatra voatanisa ireo. Fantatra àry fa hanomboka anio ary tsy hifarana raha tsy amin’ny faha-22 ny volana Septambra ho avy izao ao Antsirabe ny vitrine de vakinankaratra. Hanomezan-danja ireo mpamokatra tena madinika ary fampivondronana ireo orinasa amin’ny fifandraisana amin’ny tontolo ambanivohitra no anisany tanjona amin’ity andiany ity. 

Lohahevitra raisina amin’izany ny hoe “fanentanana ny mpisehatra hitovy fomba fijery mba ho tonga amin’ny fisandratana mirindra”.

Famelabelaran-kevitra arahina adihevitra fito

Hiditra amin’ny andiany faharoapolo ny vitrine de Vakinankaratra amin’izao andiany izao. Homena lanja manokana ny vehivavy sy ny tanora ary ny tontolo ambanivohitra, araka ny nambaran’ny filohan’ny Fiova, Ramarojaona Andrianjafy. Hasongadina manokana mandritra izao andiany izao ihany koa ny fivondronan’ny orinasa amin’ny fifandraisana amin’ny tontolo ambanivohitra. 

Samy resy lahatra mantsy ny rehetra fa any no miainga ny tena fampandrosoana. Anisany mampiavaka ity andiany manaraka ity ihany koa ny fisian’ny famelabelaran-kevitra arahina adihevitra fito mandritra io elanelam-potoana io. Ny lohahevitr’ireo kaoferansa ireo dia miompana amin’ny hevi-dehiben’ity andiany ity ihany, eo ihany koa ny mahakasika ny tanora sy ny mpianatra. Maro ireo hetsika ho hita mandritra ity andiany manaraka ity, toy ny diaben’ny firaisankina, ny fitsidihana orinasa ary eo ihany koa ireo trano heva 150.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

BIRAON’NY ANTENIMIERAN’NY VAROTRA ANALANJIROFO : Notokanana ny sabotsy teo

Ny taona 2016 no nanomboka ny asa fanamboarana. Vita tamin’ity taona 2017 ity izany. Vola manodidina ny 192 000 000 Ariary no lany tamin’ny fanamboarana azy. Nisolotena ny fitondram- panjakana foibe tamin’ny lanonam-pitokanana ny minisitry ny fambolena sy ny fiompiana, Rivo Rakotovao. 

Nisongadina nandritra ireo lahateny nifandimbiasana fa biraon’ny Antenimieran’ny varotra manara-penitra tokoa ity naorina ao Analanjirofo ity. Ho an’ny filohan’ny Antenimieran’ny varotra Analanjirofo, Rajaonarison Pierre, nivoitra nandritra ny lahateny nataony ireo sori-dalana itondrany ao anatin’ny efatra taona. Voaresaka ny fametrahana ny kolontsainan’ny fandraharahana amin’ny alalan’ireo fampiofanana maro lafy. Efa manomboka ny fitetezam-paritra ataon’ny filohan’ny Antenimieran’ny varotra Analanjirofo ho fanetsi- ketsehana ny fandraharahana ao anatin’ny faritra.

Kamy

News Mada0 partages

Toekarena manga : « Hojerena ny lalàna », hoy ny minisitra Zafilahy Y.

Vita, omaly, ny atrikasa mikasika ny hanatanterahana ny paikady toekarena manga aty Afrika sy Madagasikara. Anisan’ny manana anjara toerana amin’izany ny harena an-kibon’ny tany, ankoatra ny sehatra hafa toy ny harena an-dranomasina, ny fitaterana, ny fizahantany, ny fotodrafitrasa amin’ny seranan-tsambo, sns. Nivoaka ny sori-dalana hanatanterahana ny toekarena manga ho an’i Madagasikara, mifanaraka amin’ny vinan’ny Vondrona afrikanina.

Notsindrin’ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny vokatra ara-tsolika, Zafilahy Ying Vah, omaly, fa mbola ho lava ny dingana harahina sy hatao hanatanterahana ny toekarena manga. Anisan’ny hojerena manokana sy amin’ny antsipiriany ny zava-drehetra satria marobe ireo liana amin’ny harena an-dranomasina, nefa mila mazava tsara daholo ny resaka lalàna. Mila tombanana ihany koa ny harena an-dranomasina ananan’i Madagasikara, vao miroso amin’ny dingana hafa.

Marihina fa mbola hitohy ny fifampidinihana toy izao, isaky ny sehatra samihafa voakasika,  ary anisan’ny handray anjara amin’ny atrikasa mikasika ny toekarena manga karakarain’ny governemanta sinoa ny minisiteran’ny Jono sy ny Harena an-dranomasina.

Njaka A.

News Mada0 partages

Tandavanala Fandriana-Vondrozo : niverina ny loharano

Tsapan’ny mponina any Ampanitelo Vondrozo ny lanjan’ny rano. Nahitam-bokany ny ezaka satria niverina ny loharano taorian’ny fambolen-kazo natao.

Mitantana ampahany amin’ny ala ao anatin’ny Tandavanala Fandriana-Vondrozo (Cofav) ny mponina manodidina any amin’ny fokontany Ampanitelo, distrika Vondrozo, faritra Atsimo Atsinanana. Nitsangana ny fikambanana Vondrona olona ifotony (VOI) Madiorano Mahomby, hisahana ny fiarovana ny tontolo iainana sy ny harena voajanahary. Anisan’izany ny fambolen-kazo ahafahana namerina indray ny loharano, efa ritra nandritra ny taona maro. Tato anatin’ny efa-taona ny namolavolana tetikasa sy paikady notohanan’ny fikambanana WWF ny mponina. Azo tsapain-tanana ny vokatra satria nahatratra 60.000 ny zana-kazo tsy fahita raha tsy any an-toerana voavoly tao anatin’ny roa taona. Tafaverina amin’ny laoniny ny ala manana velarana 24 ha nataon’ny fokonolona ary mirefy 150 ha ny ala niverina naniry zava-maitso voajanahary indray.

Fanovana toe-tsaina

« Ampolo taony ny fanentanana sy ny fanovana toe-tsaina natao amin’ny mponina, vao nahitam-bokatra toy izao », hoy i Kotopombo, filohan’ny Vondrona olona ifotony (VOI) Madiorano Mahomby.

Afaka mampitombo ny famokarany ny mponina any Ampanitelo amin’izao fiverenan’ny rano avy amin’ny loharano izao. Tsapan’izy ireo ny lanjan’ny fikajiana ny tontolo iainana, vokatry ny fiaraha-miasa sy ny tohana nomen’ny WWF. Ilaina ny fientanan’ny mponina tsirairay, mitaky asa mafy sy mitohy, hitsinjovana ny hoavin’ny taranaka, hoy ihany i Kotopombo.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Mpandalina politika sy toekarena, Ramarosaona Franck : « Tsy mandeha amin’ny laoniny ny fitantanana ny ...

Nitondra ny heviny manoloana ny raharaham-pirenena ny mpandalina ny resaka politika sy ny toekarena sady sekretera jeneralin’ny fikambanan’ny Zanaky ny Repoblika I, Ramarosaona Franck. Nambarany tamin’izany fa tsy misy mandeha amin’ny laoniny ny fitantanana ny firenena. Na politika na sosialy na toekarena…

 

Taratra (+) : Ahoana ny fahitanao ny fiainam-pirenena amin’ny ankapobeny ?

 Ramarosaona Franck (-) : Misy krizy eto amin’ny firenena ary tena hita fa leo tanteraka ny vahoaka. Tsy misy ny vahaolana avy amin’ny mpitondra. Tsy mirindra ny fitantanana sady tsy mandeha amin’ny laoniny. Fihetsiketsehana ivelany sy karazana sarimihetsika ny ataon’ny fanjakana sy ny mpanohitra. Manjaka sy mihanaka ny kolikoly eny anivon’ny sampandraharaha rehetra. Tsy araka ny fenitra mihitsy izany hoe manao fifanarahana amin’ny Bianco avokoa ny fidirana amin’ny asam-panjakana. Eo koa ny tsy filaminana sy tsy fandriampahalemana. Tsy misy fepetra raisina fa am-bava fotsiny ihany. Jereo ireny fihetsiketsehana sy fanazarantenan’ny tafika tany Tamponketsa ireny nefa misy manafika any Camp Robin, Tsiroanomandidy, maty misy mamono ny ben’ny Tanàna. Tsy maintsy resahina hatrany ireo tranga roa ireo isan’andro. Ankoatra izany, tsy mahafehy ny fitantanan-draharaham-panjakana ireo anankinana andraikitra amin’izany. Manampy izany ny tsy fisian’ny tany tan-dalàna ka mahatonga ny elanelana sy ny tsy fifampitokisana eo amin’ny vahoaka sy ny mpitondra. Manjaka ny tsy fahamarinana sy ny tsimatimanota. Ohatra, ny “Raharaha Claudine”… Ankoatra izany, hosoka ny diplaoman’ireo mpiasam-panjakana ambony sasany ka tsy azo itokisana. Tsy mandeha amin’ny laoniny ny fitantanan-draharaham-panjakana. Nianatra sy nandalina manokana ireo avarapianarana sy manampaizana tena izy…

+ Vahaolana ve izany ny fanovana lalàmpanorenana mialoha ny fifidianana ?

-Hanova lalàmpanorenana hatrany izany isika isaky ny miova mpitondra. Midika ho tsy fahamatorana izany na koa mety hanalavana ny fe-potoam-piasana. Karazan’ny fanariana dia ataon’ny HVM amin’ny vahoaka sy hamiliviliana adihevitra koa anefa izany. Avelao handeha ny fifidianana. Na izany aza, tokony hahitsy ny lalàm-pifidianana…Hajaina ny vanin’andro hanaovana ny fifidianana, araka ny voalazan’ny lalàna. Tsy tokony hampiarahina tahaka ny teo aloha intsony koa ny fifidianana filoham-pirenena sy ny depiote. Alefa mialoha ny fifidianana filoha. Mila ny maro anisa hampihatra ny fandaharanasany sy ny fanovana hoentiny ny mpitantana vaovao eo…

+ Ahoana ny mason-tsivana ny amin’ny tokony hofidina ho filoham-pirenena ?

 -Mila olona manana vina ny firenena fa tsy rehefa tonga eo vao haka fanapahan-kevitra. Tsy afaka roa taona vao mandrafitra ny drafitrasa (PND)… Na manitsakitsaka lalàmpanorenana

( And 54, and 72…) raha vao voafidy. Ilaina ny olona manana fahaiza-manao sy traikefa. Tsy mpanao andrankandrana ary manana fotokevitra mazava ijoroana miaraka amin’ny ekipany, hatrany ifotony.  Aoka  tsy hiverina eto intsony izany filoha tongatonga ho azy eo amin’ny fitondrana izany. Mila fiomanana sy fahamatorana ny fitantanana ny firenena… Amiko manokana, tsy mbola hitondra eto amin’ity firenena ity ato anatin’ny 20 taona ho avy ireo  avy any anindran-tany ary tsy tokony ho lany na hofidina eo intsony koa  anefa Rajaonarimampianina sy Ravalomanana…

+ Ahoana anefa ny fahitanao ny fanaovana politika sy ny mpanao politika eto amintsika ?

-Ianarana sy iofanana ny politika. Tahaka ny nataonay, nianatra politika mihitsy. Tokony hahafehy  ny resaka politika sy toekarena ary sosialy ny mpanao politika… Mpitolona ary manana antoko, miaraka amin’ny traikefa. Tsy mirefarefa amin’ny adihevitra atao fa manana fotokevitra mazava sy manaja ny etika  fanaovana politika. Mitondra fampandrosoana fa tsy miteniteny fahatany amin’ny haino aman-jery… Very hasina ny fanaovana politika manoloana ny fivadibadihana palitao sy tsy fananana mpikatroka eny ifotony.

+ Voaresaka matetika, tato ho ato, ny fifangaroan’ny resaka politika sy ny fiangonana. Inona ny mahatonga izany ?

 -Hafa ny ambaran’ny filoha ary hafa ny ataony raha miainga amin’ireny nambarany an-dRavalomanana tany Mahajanga ireny. Nolazainy fa tsy tokony atao fitaovana politika ny fiangonana nefa ny tenany miteny izany, miresaka politika eny ambony alitara sy pilopitra. Aoka mba homena an’i Kaisara ny an’i Kaisara… Tsy mbola nisy izany filoha Chirac na i Mitterand nikabary any am-piangonana izany… Manome lesona ny hafa ny filoha nefa tsy mijery ny tenany sy ny ataony.

+ Aiza ho aiza ny fahalalahana maneho hevitra sy ny lafiny demokrasia ?

 -Avelao haneho hevitra malalaka ny olona. Maromaro ireo fitakiana sendikàly sy ny olana sosialy ka tokony halalaka izany. Hakanosana ny filazana fa fanonganam-panjakana ny fihetsehana… Vao mainka mahatonga ny olona hitroatra ny fihetsiky ny fitondrana… Mbola maro anefa ny manantena fa hipetraka izany demokrasia izany saingy tsy amin’izao fitondrana izao.

+ Eo amin’ny lafiny toekarena indray, aiza ho aiza izao ny fiaraha-miasa amin’ny mpamatsy vola ?

 –Tsy tanteraka ny PND satria tsy nierana tamin’ny vahoaka. Etsy andaniny, tsy nisy tohiny ny vokatra 100 andro sy ny ambara fa governemanta vonona hiady. Tsy misy tohiny intsony koa ny vokatry ny dinika niarahana amin’ny mpamatsy vola (CBI) fa nitanisa mari-bola fotsiny ny mpitondra. Tsy fantatra rahateo hoe hatao inona izany vola izany. Mety amin’ny 2018 vao hisy vola hivoaka ka fomba iray hijanonana eo amin’ny fitondrana izany fa tsy mihevitra ny fitohizan’ny raharaham-panjakana ny mpitondra. Manoloana ireo, ahina ho firenena bokan-trosa isika ary miahiahy tanteraka amin’izany ny fianakaviambe iraisam-pirenena sy ireo mpamatsy vola. Tahaka izany koa ny fitrosan’ny fanjakana amin’ny banky any ivelany. Lasa nandoavana faktioran’ny Jirama sy ny sehatra hafa… Hibaby trosa ny vahoaka hamerina ny vola. Ho tompon’andraikitra tanteraka amin’izany ary tsy ho afa-bela ny fanjakana. Betsaka ny sonia fifanarahana natao fa tsy nisy vola nivoaka. Tsy misy fiantraikany amin’ny fiainam-bahoaka. Nandalo ny parlemantera koa ve izany fifanarahana izany ? Ilaina ny fahaiza-mitantana ny volam-panjakana satria gaboraraka izany izao ary betsaka ny vola very. Tokony hazavaina koa ny fiaraha-miasa amin’ny Sinoa. Hanomanana fifidianana izany ka efa nifanaiky fa hamerim-bola amin’ny harem-pirenena ? Mampiahiahy izany. Ankoatra izany, tokony hapetraka mazava ny politika momba ny tontolo iainana, ny angovo ary ny rano, manoloana ny fiovan’ny toetry ny andro. Mila apetraka ny politikan’ny fanofanana arakasa , ny famoronana asa hiatrehan’ny tanora ny hoaviny. Amin’ny ankapobeny izany, tsy mandeha any amin’ny fampandrosoana izao toekerana sy politika izao fa mankany amin’ny fahantrana…

Etsy andaniny, tsy manova na inona na inona ny nanendrena minisitra farany teo. Tsy afa-miasa ireo raha tsy eo ny baikon’ny filoha. Minisitera miantoka ny fiaindrianam-pirenena mantsy ireo.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Kitra – “Division Elite” vehivavy : hanao ny famaranana ny Askam sy i Sabnam

 Efa nampoizina ihany. Hanao ny famaranana eo amin’ny kitra vehivavy “Division Elite” ny ekipan’ny Askam Itasy sy ny Sabnam Analamanga. Lalao hatao etsy Mahamasina rahampitso ary tafiditra amin’ny dingana faharoa.

 

Tontosa, omaly, ny manasa-dalana teny amin’ny kianjan’i Carion, nahafantarana ireo ekipa roa hanao ny famaranana ka lavon’ny Askam, tamin’ny isa 2 noho 0 ny Som Boeny. Nampiditra ireo baolina ireo i Lalao (55mn) sy i Christina (77mn) ka nitondra azy ireo any amin’ny lalao famaranana.

Teo amin’ny manasa-dalana faharoa kosa, nomontsanin’ny Sabnam tamin’ny isa mavesatra,  4 no ho 0, ny Asot.  Nahatafiditra baolina voalohany teo amin’ny minitra faharoa nilalaovana i Ginah. Nampian’i Rina izany taty amin’ny minitra faha-43. Nisaraka 2 no ho 0 ny roa tonta teo am-pialan-tsasatra. Nahatafiditra ny baolina fahatelo ny Sabnam tamin’ny alalan’i Sophie, 5 minitra monja taorian’ny nanombohan’ny fizaram-potoana faharoa. Mbola nahatafiditra baolina fanindroany taty amin’ny minitra faha-77 koa izy ka nahatonga ny isa teny amin’ny solaitrabe ho 4 no ho 0.

Baolina hiady sy andrasan’ny maro

Midika izany fa hiady ny lalao famaranana sady tena andrasan’ny maro tokoa. Hiezaka hiaro ny anaram-boninahitra efa eo  an-tanany ny Askam avy any Itasy, efa nandrombaka ny dingana voalohany. Etsy andaniny, tsy maintsy hanao ny faraheriny ny Sabnam hitady fandresena raha mbola hanantena hitazona hatrany ny anaram-boninnahitra ho tompondakan’i Madagasikara 2017.

Tsiahivina fa resin’ny Mifa, tamin’ny isa 3 no ho , ny Ascuf ary nomontsanin’ny  Prescoi ihany tamin’ny isa 3 no ho 0 ny Comato, teo amin’ny fiadian-toerana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fanafihana mitam-piadiana teny Ampitatafika : voasambotra ireo efadahy nitifitra ka nahafaty olona

 Ny fahatrarana ny iray voalohany no nahafahan’ny zandary nisambotra tsikelikely ireo jiolahy efatra, nanao fanafihana sy nitifitra ka nahafaty lehilahy iray, teny Ampitatafika, andro vitsivitsy lasa izay. Tratra teny amin’izy ireo ny basy Kalachnikov nampiasainy.

Andian-jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana tamin’iny faritr’Ampitatafika sy ny manodidina iny no voasambotry ny zandary. Efa-dahy izy ireo indray tratra tamin’izany, izay mbola nahatrarana fitaovam-piadiana ihany koa. “Tratra ny iray amin’izy ireo taorian’ny fanafihana teny Ampitatafika ka nahafatesan’ireo jiolahy lehilahy iray avy ao anaty trano ka tamin’ny alalan’io no nisamborana ny namany”, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitry ny famotorana, ny lietna Rabotovao.

Nosamborina tsikelikely ireo olon-dratsy ireo taorian’ny nanoroan’ny namany azy. Voalaza fa nisy hatrany Imerintsiatosika ny fisamborana ireo jiolahy ireo. Araka ny fanazavana, nampiasa basy Kalachnikov ireto jiolahy ireto nentina nanafihana ka nentina nitifirana lehilahy iray teny Ampitatafika. “Ity maty ity izay avy nisotro nifanena tamin’ireo olon-dratsy ka noheverin’izy ireo fa hanohitra azy ary notifiriny avy hatrany. Tonga teny an-toerana ny zandary ary nanao ny fanenjehana ka nahasamborana ny iray”, hoy ny fanazavana ihany.

Mbola misy naman’ireto olon-dratsy ireto karohina amin’izao fotoana izao. Nambaran’ny zandary fa tsy tafiditra tao anatin’ireo jiolahy efa nokarohina ireto tratra ireto kanefa kosa fantatra fa efa jiolahy mpanao fanafihana amin’ireo faritra manodidina iny Atsimondrano iny izy ireo. Natolotra ny fampanoavana, omaly, izy ireo, ary efa naiditra am-ponja vonjimaika.

Manamafy ny fisafoana

Araka ny fanazavan’ny zandary, manamafy ny fisafoana fanaony ihany izy ireo, ary miantso ny olona hanome vaovao ara-potoana hahafahana misambotra ireo olon-dratsy. Ny avy amin’ny polisim-pirenena ihany koa, efa nilaza fa hamafisina ny fisafoana sy ny fisavana ataon’izy ireo. Nisy mihitsy ny fanentanana fa tokony hitondra kara-panondro ny rehetra satria hisy ny fisavana izany eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Mety hampiditra “violon” ny tsy fitondrana izany raha sendra azy ireo tampoka.

Tazana tokoa ny mpitandro filaminana mivezivezy manerana ny tanàna amin’ny faritra maro eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Fangatahan’ny olona kosa anefa ny mba hisian’izany isan’andro sy isan’alina ary mba hiditra any amin’ireo elakela-trano tena famelezan’ireo olon-dratsy izy ireo. Mety mba hampitony ny fitaintainan’ny olona ny fahitana azy ireo mandalo eny aminy eny.

Yves S.

News Mada0 partages

Fanadiovana eo anivon’ny zandarimaria : zandary 22 voaroaka hatramin’ny fiadohan’ny taona,

Nambaran’ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena nandritra ny dinika ho fametrahana ny fandriampahalemana notanterahina tao Vangaindrano, afakomaly fa miisa 22 ireo zandary efa voaroaka tamin’ity taona ity noho ny tsy fanarahan-dalàna…

 

Tsy andeferana ireo izay minia tsy manaraka ny toromarika ary efa nahatratra 22 ireo zandary voaroaka tamin’ity taona ity. Ireo ny fantatra nandritra ny dinika niarahan’ireo tompon’andraikitra isan’ambaratongany eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ao anatin’ny faritra Atsimo Atsinanana, Androy ary Anosy sy ireo Olobe mpitazona ny fomba amam-panao. Teo koa ireo mpitondra sy solontenam-panjakana eny ifotony ao amin’ny faritra Atsimo Atsinanana izay notarihin’ny lehiben’ny faritra Atsimo Atsinanana, ny Dr Theodoret ary ny prefen’i Farafangana, Naryson Roch Léopold tao Vangaindrano afakomaly.

Tonga nitarika ity dinika ho fametrahana ny fandriampahalemana ity ny talen’ny kabinetran’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Tsirivelo Nicolas sy ny tale misahana ny fiarovana sy ny angom-baovao eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Rakotoarison Anthony. Nohamafisin’ireto tompon’andraikitra ambony ireto fa hisy ny fidinana matetika hanaraha-maso ny fomba fiasan’ireo zandary sy ny fifampiresahana amin’ireo vahoaka mba hananan’izy ireo fahatokisana hatrany ny zandarimariam-pirenena.

Vonona, araka izany, ny zandarimariam-pirenena hanadio ny ao anatiny ka tena hiaro ny vahoaka sy fananany hatrany. Nampita hafatra ho an’ireo zandary isan’ambaratongany koa ireto manamboninahitra ambony ireto mba ho mendrika amin’ny fitondrantena sy ny asa hatrany ny zandary ka hananan’ny olona fahatokisana hatrany ny zandarimariam-pirenena.

J.C

News Mada0 partages

Anosy : nesorina ireo mpivarotra amoron-dalana

Nanadio teny amin’ny faritra Anosy sy ny manodidina ny kaominina Antananarivo Renivohitra,  izay notarihin’ny chef de corps-n’ny polisy monisipaly, ireo polisin’ny tsena ary ireo ekipan’ny mpanadio avy eo anivon’ny boriborintany voalohany izay mamaly rahateo ny hetahetan’ny mpanolontsain’ny Tanàna sy ny fanjakana.

Anisan’ny toerana betsaka biraom-panjakana  eny Anosy ka sahaza ny nanaovana izao hetsika fanadiovana izao. Araka ny nambaran’ny chef de corps-n’ny polisy monisipaly, manamora ny fanaraha-maso sy ny fitandroana filaminana  ny tanàna madio sy milamina.

Rehefa betsaka ireo mpivarotra mijorojoro, sarotra ny mamantatra ny mpanao ratsy sy ny olon-tsotra ka izay indrindra no tena iezahan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra manamafy hatrany ny hetsika fanadiovana.

Mpivarotra maro isan-karazany toy ny  hani-masika, voankazo, voninkazo ary taxi-phone  no tsikaritra fa nameno ny sisin’ny arabe sy ny lalan’ny mpandeha an-tongotra, nandritra ny hetsika.

Tsy vitan’ny nanala ireo mpivarotra ireo fotsiny ny tompon’andraikitra fa mbola nanentana sy nampitandrina azy ireo mba tsy hiverina eny amin’ireny toerana voarara ireny.

Tanjona ny hitazonana izao fahadiovana izao tsy hiverenan’ireo mpivarotra sy taxi-phone eny an-toerana.

Hisy araka izany ireo polisy monisipaly hifamezivezy. Ankoatra izay, efa misy polisin’ny tsena mijanona ihany koa eny an-toerana. Ireo minisitera ihany koa, etsy andaniny,  angatahina fiaraha-miasa hanara-maso ny fahadiovana mba tsy ho very maina ny ezaka natao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fampianarana eny amin’ny lycée : hampitovy tadin-dokanga ireo “proviseurs”

Mandray anjara betsaka amin’ny fikarakarana pedagojika ny fanadinana bakalorea ny sampandraharaha momba ny fampianarana ambaratonga faharoa ao amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena.

 Betsaka ny fanatsarana efa natomboka fa ho fanohizana izany indrindra, efa nisy ny fihaonambem-paritra nataon’ny mpitantana ny lycée ary mbola  hotohizana amin’ny fihaonambem-paritany izany.Efa vita ny 28 aogositra teo ny fihaonam-paritra tany Mahajanga izay misy “proviseurs” 52. Ho an’Antananarivo, hotanterahina ny 12 septambra ho avy izao ny fihaonan’ireo “proviseurs” 111. Hatao ny 4 oktobra ny any Antsiranana izay misy “proviseurs” 28 ary 7 septanbra ny any Fianarantsoa hihaonan’ny “proviseurs” 109.

Hotanterahina ny 6 septambra kosa ny fihaonan’ny “proviseurs” 50 any Toamasina rah any 5 septambra no hotanterahina ny any Toliara izay misy “proviseurs » 50 ihany koa.

Hofaranana amin’ny fihaonambem-pirenena hatao eto Antananarivo ny 5 sy 6 oktobra ireo fihaonambem-paritany ireo. Hihaona amin’izany ireo “proviseurs” 400 manerana ny Nosy mba hifampizara traikefa amin’ny famahana ireo olana mateti-pitranga amin’ny fitantanana ny lycée.

Misy ihany koa torolalana (guide) natao hampitovy ny fitantanana ny lycée rehetra sy hamahana ireo olana mpitranga mba tsy hampandringa ny fampianarana. Fotoana ihany koa io hampahafantarana ny “proviseurs” ireo asa goavana karakaraina eo anivon’ny minisitera mba tsy hahatonga azy ireo ho tompon-trano mihono.

Tatiana A

News Mada0 partages

Secteur minier : la gestion des investissements en question

Les trois jours d’atelier sur le lancement du processus Vision minière africaine (VMA) à Madagascar et le concept de l’économie bleue se sont clôturés hier. La valorisation des deux secteurs pour plus de retombées sur l’économie du pays a été abordée durant cette rencontre. Pour la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) qui a organisé l’atelier avec le ministre des Mines et du pétrole, Madagascar devrait savoir comment gérer les investissements dans le pays. «Il est  évident que Madagascar regorge d’importantes ressources minières et maritimes. Il est également nécessaire d’avoir une stratégie sur le moyen d’attirer les investisseurs et la gestion des investissements dans le pays», a fait savoir le représentant de la CEA.

Par ailleurs, une feuille de route a été rédigée à l’issue de l’atelier. La définition des secteurs porteurs, les étapes à suivre pour leur valorisation et les ressources financières nécessaires ainsi que la stratégie et la politique concernant  l’économie bleue sont les principaux points abordés. «Une convoitise croissante pour les ressources maritimes et minières est constatée à Madagascar. Plusieurs paramètres sont toutefois à considérer dans le contexte actuel», a avancé le ministre Ying Vah Zafilahy. Concernant la promotion de l’économie bleue à Madagascar, le ministre de préciser que «L’heure est encore à l’étude géologique et à l’évaluation des ressources du pays. Bien que plusieurs investisseurs s’intéressent à Madagascar».

Riana R.

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

L’explosion d’une citerne de la centrale thermique d’Aksaf Power à Ambohimanambola a fait deux morts et trois blessés.

Le ministre auprès de la présidence chargé des Mines et du pétrole lors de la clôture de l’atelier sur l’économie bleue.

La passation de service entre les ministres nouvellement nommés et leurs prédécesseurs s’es tenue cette semaine.

Les représentants du Syndicat des magistrats et celui des Greffiers ont rencontré le ministre de la Justice.Photo : Tiana R, Fanou et Mamiherison

News Mada0 partages

Ampanitelo – 174 ha de forêt restaurées : es sources d’eau taries fournissent à nouveau de l’eau

Les habitants d’Ampanitelo, un village situé dans le Corridor forestier Fandriana-Vondrozo, dans la partie sud-est du pays, ne sont plus contraints de puiser de l’eau des rivières dans la mesure où les trois sources taries fournissent à nouveau de l’eau après la restauration de la forêt locale.

La nature reprend ses fonctions écologiques. Un grand changement s’opère à Ampanitelo après quatre années de restauration des espaces forestiers, une intervention qui a bénéficié de l’appui de WWF. Grâce à la mise en terre de près de 60.000 jeunes plants autochtones en deux années, 24 ha de forêt ont été restaurés de manière active et 150 ha se sont régénérés de façon naturelle. La communauté de base (Coba) «Madiorano Mahomby», qui s’est impliquée activement dans ce projet, s’est réjouie de l’impact de leurs actions qui ont permis aux trois sources d’eau asséchées de fournir à nouveau de l’eau potable.

«Heureusement, nous avions décidé de gérer cette partie de la forêt du corridor et d’agir activement en sa faveur car depuis quelques années, on a constaté le retour des sources d’eau qui ont été épuisées», a fait savoir le président de cette Coba. «Avant, on ne savait pas que nos pratiques, comme le «tavy», sont parmi les facteurs favorisant le tarissement des sources d’eau. Maintenant, avec le retour de quelques sources d’eau, on sait que le maintien, voire l’amélioration des forêts de ce corridor apporte beaucoup plus de bénéfices aux communautés riveraines. De ce fait, on comprend mieux les efforts de sensibilisation de WWF depuis une dizaine d’années dans le district de Vondrozo pour nous responsabiliser», a-t-il ajouté. Les résultats palpables de leurs initiatives amènent les membres de la communauté, qui sont au centre des décisions pour l’avenir de leurs terres, à s’engager davantage pour la gestion durable de leurs forêts.

Pour une bonne gestion de l’eau

Une bonne gestion de l’eau n’est pas seulement décisive pour le développement d’Ampanitelo, elle l’est aussi pour le reste de l’Afrique. Cette réalité est mise en exergue dans un nouveau rapport intitulé «Moment décisif pour l’Afrique : Comment une meilleure gestion de l’eau peut contribuer au développement de l’Afrique». Ce rapport est partagé par WWF et AB InBev, la première entreprise mondiale des boissons, lors de la semaine mondiale de l’eau, célébrée à Stockholm, du 27 août au 1er septembre 2017. Ledit rapport lance un appel à l’action des gouvernements, des entreprises, des agences de développement et des leaders d’opinion pour assurer que le continent africain priorise une bonne gestion de ses ressources en eau et travaille pour améliorer celles-ci.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Braquage meurtrier à Ampitatafika : quatre suspects arrêtés en moins de 48 heures

Quatre présumés auteurs de la série de braquages à Atsimombohitra Ampitatafika ont été arrêtés par les éléments du poste avancé de gendarmerie d’Ampitatafika et de la brigade de gendarmerie de Fenoarivo.

Menant un véritable travail de bénédictin, les gendarmes ont réussi en moins de 48 heures à mettre la main sur quatre personnes soupçonnées d’avoir participé

à la série d’attaques à main armée. Agés entre 23 et 33 ans, les quatre suspects ont été démasqués grâce à des renseignements fournis par des indicateurs et par les victimes.

La première arrestation a eu lieu près de trois heures après le braquage meurtrier. Vers 21 h, au cours d’un bouclage à Ankazotoho Anosizato, les gendarmes ont appréhendé un jeune homme correspondant au signalement fourni par l’une des victimes. Cette dernière a déclaré que l’un des bandits portait des sandales kyranil. Lors d’une opération de tapissage, la victime n’a pas mis longtemps à identifier l’homme qui l’avait brutalisée durant l’attaque. Quoi qu’il en soit, le suspect a nié toute implication dans l’attaque.

Sans anicroche

Poursuivant leurs investigations, les gendarmes ont appris le lendemain que les autres membres de la bande s’affairaient du côté d’Antanimenakely. Sans attendre, les militaires se sont dépêchés sur les lieux et ont appréhendé deux individus. Aucun coup de feu n’a été tiré. Une perquisition opérée au domicile de l’un d’entre eux s’est révélée fructueuse car les gendarmes y ont découvert une bretelle pour fusil d’assaut Kalachnikov.

Lors d’une enquête sommaire, les deux suspects ont avoué que leurs complices se terraient à Fonenana Imerintsiatosika.

Ces renseignements ont permis de faire progresser l’enquête car au cours de leur descente à l’endroit indiqué, les gendarmes ont mis la main sur un autre suspect.

D’autres membres de la bande courent toujours et, d’après les dires des suspects, les armes ont été emportées par les bandits en cavale. Par ailleurs, l’on sait que le bandit arrêté à Fonenana a déjà fait de la prison à trois reprises pour des faits similaires. Notons au passage que des individus armés ont assailli le quartier d’Atsimombohitra Ampitatafika dans la soirée du 26 août. Un homme qui sortait d’un bar a été abattu par les malfaiteurs. Une boucherie, un bar, une gargote et un foyer ont été pris pour cible ce soir-là. Selon la déposition des victimes, plus d’un million d’ariary, des bijoux en or et en argent, des téléphones portables ont été dérobés.

Mparany

 

News Mada0 partages

Chronique : peut-être une apogée mais pas le terme

Après chaque mouvement d’aménagement de gouvernement, mini remaniement prétendu technique ou profond chamboulement de sa composition, une partie de l’opinion s’inquiète du sort des nouvellement exclus. Emotion témoignant de générosité peut-être, toutefois quelque peu déplacée face aux malheurs et difficultés qui accablent une grande partie de la population. De ce sort que vivent leurs compatriotes, les gens du pouvoir non seulement en sont préservés, mais souvent anesthésiés par le confort ils ne parviennent plus à réaliser même pas en 3D la dureté de la vie.

Peut-être qu’en quittant leur poste certains éprouvent amertume, naturel quand on voit à quel point ces fonctions sont enviées, les candidats se bousculent au portillon au moindre signe supposé annonciateur d’un remaniement.

Tous, il faut bien le croire, au moment de leur nomination se forgent un mental de gagnant dans l’espoir de marquer de leur sceau le passage à ces fonctions de haute responsabilité, peut-être à l’unanimité avec l’esprit de remplir un devoir citoyen, (encore que…). Certains ne font pas de l’objectif de soigner les intérêts personnels une priorité secondaire. De ce point de vue, pour ne pas contredire le dicton que l’on ne prête qu’aux riches, la rumeur n’est pas en reste, véhicule une légende sur des milliards accumulés par des «aristos de la politique», y confondus : présidents, ministres, s.g., d.g. et même moins que ça.

L’exercice de ces fonctions de haute responsabilité ne s’assure pas toujours d’un devoir de responsabilité, en les quittant les apparatchiks n’ont pas nécessairement des comptes à rendre. Ridicule, malgré une obligation de déclaration de fortune à leur prise de service, aucune procédure systématique n’organise la vérification d’un éventuel enrichissement outrancier en rapport à cette déclaration. Il n’y a pas de raison de s’inquiéter de leur sort alors qu’eux-mêmes s’en vont sans être inquiétés par les résultats de leur gestion.

Ils auraient bien exécuté les choses, ce n’est que normal, tel est l’engagement de toute personne à qui on confie une responsabilité. Ils l’auraient mal assumé, ce n’est que justice que leur «maître» les traite en «sauterelles de chien».

La démocratie, le moins pire des systèmes, a encore de la marge pour devenir un bon, ne serait-ce qu’à responsabiliser de l’honnêteté des résultats les hauts responsables.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : comice agricole (3)

(Suite.)

Après avoir pris connaissance des documents établissant, d’une façon péremptoire, les faits énoncés ci-dessus, le Comice agricole de Tamatave, à l’unanimité, a joint sa protestation indignée à celle des colons et des corps constitués de Mananjary, regrettant que des sanctions plus efficaces et plus sévères ne fussent pas appliquées aux auteurs de ces abus.

Car en somme, quel que soit le dommage qu’en éprouvent les colons et la colonie, les auteurs de ces abus, tenus pour irresponsables, jouissent de l’immunité la plus absolue.

De plus, dans la circonstance, pour que les colons voisins se soient émus, pour que les corps constitués se soient indignés et protestent, il a fallu que la victime des abus dénoncés fût une riche et puissante compagnie telle que la Lyonnaise.

Car ils sont légion, les modestes et malheureux colons victimes d’abus de toute nature, pour qui les voisins n’osent prendre parti, dans la crainte de se voir eux-mêmes englobés dans l’animosité des auteurs de ces abus.

Et quelles sanctions ont jamais été prises contre ces derniers, bien que leurs exploits (?…) puissent remplir des volumes ?

Pour ne citer qu’un exemple pris dans la Province même de Tamatave, l’administrateur Lagriffoul, ayant ruiné un colon, s’est vu condamné – par les tribunaux civils – à dix mille francs de dommages-intérêts. Quelle sanction a été prise contre lui par l’administration ?… On le donnerait en mille qu’on ne devinerait pas.

La colonie a payé les

10 000 francs et Lagriffoul a été gratifié de la croix de la Légion d’Honneur, et d’un poste d’avancement dans une colonie d’Afrique. Après cela, il n’y a plus qu’à tirer le rideau ! Et ainsi de même pour les autres.

L’occasion se présentera, sans doute plus tard, de relater d’autres abus, dont le récit ne peut trouver place dans ce compte rendu déjà trop long.

La discussion sur les incidents de Mananjary a amené sur le tapis la question de la main-d’œuvre, et autres questions qui s’y rapportent.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : filalaovana aretina

Fantatra fa ny fahantrana dia isan’ny antony mitarika ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Tsapa koa fa raha mbola toy izao fitavozavozana izao no fomba fiady entina anoherana an-dRafahantrana dia mbola ho lava andro hiainana izy. Ny tsy fahaiza-manao amin’izany ady izany kosa tsy manakana ny fandraiketana ny ady  amin’ireo jiolahy na tontakely na dahalo sy ny karazany hafa, izay samy olon-dratsy avokoa. Manangana vondrona sy mirongo fitaovam-piadiana, mampitombo ny fampihorohoroana noho ny fampisehoany hatrany fahasahiana tsy manam-petra sy habibiana tsy mahalala fady.

Resaka ka resaka fa raha samy vondron’olona sy mitana fitaovam-piadiana izao ihany, hisy sahy hifampitaha amin’ny Tafika ve ? Inona ary ny antony ahazoan’ireo olon-dratsy vahana toy izao ? Dia izy ireo indray anefa tsy vitan’ny manani-bohitra fotsiny fa miseho azy ho tompon-daka tsy hay tohaina, tonga manafika tobin’ny zandary ! Efa mila loza, mangarom-biby an-davaka. Biby kerisay angamba ny fiheveran’izy ireo ny fanjakana sy ny forongony toy ny Tafika. Any anefa no mila kokoa ny fampiasana hery fa tsy amin’ny fitsitokotokoan’ny vahoaka izay tsy mitana fitaovam-piadiana fa miray hina fotsiny te haneho ny tsy fankatoavany an’ity fanapahan-kevitra ity na itsy fomba faneriterena itsy, na ny fanaovana tandrevaka sy filibalibana eo amin’

ny fampiasana ny volam-panjakana…

Araky ny lalàna tsy manana fahefana hirotsaka amin’ny sehatry ny fiarovana fandriampahalemana iadidian’ny “police judiciaire” ny miaramila ao amin’ny Tafika.

Ity lelo mitarozaka ity anefa tsy resaka sery intsony fa aretina efa ela nikiky, tsy vitan’ny fitaizataizana intsony

amin’ny sakamalaho fa mitaky fitsaboana mahery vaika. Hatavezina fotsiny ao ambala ve ilay vantotr’akoholahy lazaina ho mpiady. Toy izany mantsy ankehitriny ireo Arivolahy an-dakazerina ! Sanatria ve dia ho voky am-pitoerana fotsiny ? Sarin’ady aza foronina atao ho fanazarana azy ireo. Tonga amin’ilay fitenena hoe nitady toko ka sendra vato. Na tsy misy maniry ny fidirana an’ady aza, na tsy fidiny aza, tonga izao ny fotoana tokony hakana izany andraikitra izany. Tsy ny vahoaka midina an-dalambe no fahavalom-pirenena na tokony atao fanazarana ny hery fiarovana fa ireo ny andian’olon-dratsy izay mendrika hosorana ny anaran-dratsy hoe fahavalo ka ilana ananganana ady tena izy. Fahasahiana pôlitika no andrasana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : couleur tropicale

Que n’a-t-on entendu de propos plus ou moins ironiques de remarques plus ou moins gentilles voire méchantes, concernant le mora-mora et la désinvolture. On peut reprocher l’intolérance de ceux qui n’ont d’objectif qu’à faire suer le burnous en se gardant de suer sous la chaleur, tout en déplorant la nonchalance que manifestent parfois certains travailleurs du crû qui peinent à faire leur la rigueur indispensable dans la civilisation dominante. On peut alors s’étonner de cet accident qui a endeuillé la Jirama, lorsque l’on sait que l’entreprise est gérée par une entreprise américaine, et que le moins que l’on relève que dans cette centrale l’on ne souciait pas beaucoup ni d’établir des règles de sécurité, ni de sensibiliser le personnel de cultiver un esprit de prudence.

 

News Mada0 partages

Judo-Championnat du monde : fin de parcours pour les judokas malgaches

Le championnat du monde dans la capitale hongroise, Budapest, se termine dès la phase de poule pour les deux judokas malgaches en lice. Ils n’ont pas démérité pour autant.

L’espoir est de mise pour Fetra Ratsimiziva (-81 kg homme) et Damiella Nomenjanahary (-63 kg femme) sur le plan international malgré leur sortie prématurée lors des Mondiaux de Budapest. Il leur a manqué un petit plus pour aller plus loin dans la compétition.

A l’image de Fetra Ratsimiziva qui, malgré une préparation gâchée par une blessure cette année, a fait jeu égal avec son adversaire, le Chinois Erihemubatu. D’ailleurs, ce dernier a été le premier à être sanctionné de shido pour non combativité après 1’41’’ de combat.

Plus fort défensivement, le Chinois a par la suite empêché toute tentative offensive venant du  Malgache jusqu’à le pousser aussi à la faute à 2 minutes avant la fin du temps imparti.

Avec un shido chacun, le match a été complètement relancé et le futur vainqueur a profité de la fatigue de notre combattant pour lui asséner un Uchi-mata-gaeshi imparable après 3’02’’ de mano a mano.

Bref, Fetra Ratsimiziva a tenu la dragée haute à son adversaire techniquement mais physiquement, il lui manque encore quelque chose dont il est le seul à connaître.

Deux vraies guerrières

Damiella Nomenjanahary a fait forte impression dans son premier pas sur la scène internationale. Face à l’Américaine Akiyama Leilani, elle a réalisé une belle entame. Une approche qui a porté ses fruits dès la 23e seconde de la partie après que l’arbitre ait sanctionné son adversaire de Shido.

Avantagée, la judokate a continué à attaquer sans complexe aucune devant l’expérimentée Akiyama Leilani.

Celle-ci, moins à l’aise debout a changé de tactique en poussant la Malgache à un combat au sol. Une idée payante à la fin. Après une attaque ratée, Damiella Nomenjanahary a été amenée au sol par son adversaire jusqu’à ce que celle-ci ait trouvé une ouverture pour l’immobiliser qui a conduit à sa victoire par ippon.

Naisa

 

News Mada0 partages

Foot – Elite féminine : une finale Askam-Sabnam

Les deux équipes favorites du championnat de Madagascar de la division élite du foot féminin ont validé leur ticket pour la finale, hier au terrain de Carion.

Lors de la première demi-finale, la bande à Lalao de l’Askam a dominé aisément Som sur la marque de 2 à 0. Le premier but a été inscrit par Lalao, 15’ après le début de la deuxième mi-temps. Christina, la buteuse attitrée de l’équipe a marqué le but du break  à la 77’ du jeu.

Dans la seconde demi-finale, Sabnam a fait mieux en étrillant Asot par 4 à 0. La pluie de buts a débuté dès la 2’ minute de la rencontre par l’intérmédiaire de Ginah. 41 minutes après, Rina double la mise pour la formation d’Avaradrano.

Au retour du vestiaire, Asot continuait son calvaire. Son adversaire a enfoncé le clou à la 50’ et 77’ grâce à un doublé de l’excellente Sophie.

Sabnam tentera de remporter son troisième sacre d’affilée samedi au stade de Mahamasina dans cette compétition. Mais en face, Askam est autant mieux armée que son adversaire eu égard aux performances qu’elle a réalisées depuis le début de la joute nationale.

Naisa

 

News Mada0 partages

AHCEL : va pour la journée des quartiers

La saison des courses 2017 se poursuit du côté de l’hippodrome de Bevalala à partir du 10 septembre après la fin de celle de Mahazina d’Ambatolampy. Prévue se tenir ce 3 septembre, la journée inaugurale a été reportée «à cause des travaux d’entretien, de restauration, de nettoyage du terrain de course, et du transport des chevaux de compétition», selon l’Association hippique pour la course et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel). Celle-ci «s’excuse auprès des spectateurs pour ce changement de calendrier et les invite à venir nombreux lors de l’ouverture de la saison».

Huit journées de course sont au programme cette saison dont la journée spéciale le 24 septembre où en guise de célébration du 21e anniversaire de l’Ahcel, un Grand Prix dénommé Zazakely sera organisé. Les courses ne prendront fin que le 12 novembre avec le Grand Prix des Jockeys et le Grand Prix de clôture.

Naisa

Calendrier de Bevalala :

10 septembre :

Ouverture de la saison

Journée des quartiers

17 septembre :

Journée des pierres précieuses

24 septembre :

Journée spéciale 21e anniversaire Ahcel

8 octobre :

Journée des Cracks

15 octobre :

Journée des Hippodromes

29 octobre :

Journée des étalons

12 novembre :

Grand Prix des Jockeys

Grand Prix de clôture

News Mada0 partages

Nosy Be Symphonie : la relève est assurée

Après avoir parcouru une longue route, les artistes nationaux et internationaux sont bel et bien arrivés à Nosy Be, mardi dernier. Ils ont déjà effectué des soirées prestigieuses à Vanila Hôtel, Ravintsara hôtel, et à Nosy Be hôtel, hier. Par rapport aux précédentes éditions, cette année, les organisateurs ont surtout mis en avant les jeunes artistes adoptant le genre musique classique.

Ainsi, la relève est assurée ! Tel est l’objectif de cette décision. Sandy Rajaofetra a été exceptionnelle en interprétant «Pour le piano» de Debussy. Le groupe vocal Cantiamo a aussi envoûté les salles avec l’interprétation de plusieurs chants lyriques. Quant à L’Ensemble 415, un groupe formé de jeunes musiciens mauriciens, dirigé par Guy Noël Clarisse, il a surtout misé sur l’humour. Une interprétation d’un morceau de Franck Sinatra a démontré ainsi le professionnalisme du groupe. En effet, nombreux pensent que la musique classique est un genre fermé, et pourtant depuis ces dernières années, plusieurs groupes essaient de revisiter certains standards  internationaux.

Par ailleurs, le festival commence à être bien reçu à Nosy Be. «Le public a répondu présent au fil des éditions», a annoncé le Comité d’organisation d’activités culturelles (Coac). Ce soir, il animera le Sarimanok hôtel. Et demain, le festival sera clôturé en beauté à Mont Passot.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Roland Raparivo : le grand maître élevé Grand officier de l’ordre national

Le grand maître Roland Ramaheninarivo Raparivo ou Raparivo R.R. a reçu une distinction honorifique de Grand officier de l’ordre national, décernée par le ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine, hier, à l’Alliance Française d’Antananarivo (AFT).

Raparivo R.R. était très ému hier, lors de la cérémonie de remise de décorations à l’AFT, en présence du président de la République. Le  grand peintre expose pour la dernière fois, dans le cadre du 60e anniversaire de sa carrière artistique. Il y dévoile ses collections personnelles. «Ce genre de tableau devrait être exposé dans une musée pour que tous les passionnés de l’art puissent voir les œuvres des grands peintres malgaches. Certains d’entre eux relatent l’histoire de notre pays», a annoncé le président Hery Rajaonarimampianina, lors de son discours officiel. «Ceci sera désormais la priorité du ministère de la Culture», a ajouté le ministre Jean-Jacques Rabenirina. Il a ajouté que toutes les musées réparties dans plusieurs villes de Madagascar devront accueillir tout art confondu afin de promouvoir les œuvres des artistes locaux.

Une école des beaux arts

«Même si actuellement je suis en retraite artistique, je continuerai à pratiquer cette passion, et surtout à transmettre tout mon savoir à la nouvelle génération», a annoncé l’artiste. En effet, son rêve est de bâtir une école des beaux arts à Madagascar. «Les étrangers sont toujours étonnés de nos talents. Nous n’avons pas d’école et nous  ne recevons aucune formation adéquate, et pourtant, nous accomplissons des œuvres d’art exceptionnelles», a-t-il poursuivi. Depuis ces dernières années, accompagné par son fils Andriantiana Raparivo ou A. Raparivo qui est aussi un grand peintre, grand maître Roland Ramaheninarivo Raparivo offre des ateliers aux jeunes passionnés de cet art.

Une mémoire vivante de l’histoire

Raparivo R.R. est né en 1934. Il a grandi à Moramanga où il a vécu les moments fort de la révolution des Malgaches contre la colonisation. Etant

le fils du Vice-président du MDRM, il a dû se cacher dans la forêt durant plusieurs mois, avec sa famille. Il a ainsi commencé à apprécier les paysages malgaches et mémoriser des images qui l’ont marqué durant cette période. «Quelques unes de mes collections privées relatent surtout cette révolution », a annoncé le peintre. Il est donc l’un des Malgaches qui garde une mémoire de cette histoire malgache. Agé de 83 ans, l’artiste ne veut pas lâcher son pinceau. «Je continuerai à peindre, seulement je ne pourrais plus assurer une exposition qui demande davantage d’effort», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miandry vory vahoaka

Tsy dia re feo indray aloha ny filoham-pirenena tato anatin’ny andro vitsivitsy, indrindra fa taorian’ny nanoloana ny mpikamban’ny governemanta.

 Miandry ny akony sa kosa mbola mieritreritra izay kajikajy vaovao hatao ? Ny raharaham-pirenena sy raharaham-piarahamonina etsy an-daniny mihodina ihany, saingy miharatsy andro aman’alina toy ny asan-jiolahy, loza mahatsiravina, faty olona, fahantrana. Tsy taitra sy tsy rototra anefa ny mpitondra fa any amin’izay misy tombontsoany ihany no mahamaika azy. Antomotra ny fifidianana, ka ireny hetsika hahavoriana olona betsaka ireny, toy ny ara-pivavahana no mahamaika sy maharototra azy ireo. Rehefa mahazo fitenenana, dia manovokovoka sy mamatrapatratra ery amin’ny fizahozahoana sy ny filazana fa mitsinjo ny Malagasy sy mbola hitsinjo, ary mampanantena fiadanana sy fiainana lavorary hatrany. Ny fanambatambazana ny miaramila moa efa tsy resahina intsony. Ireny mantsy no hery ianteherana sisa. Tsy mora ny mitondra firenena, ary mora ny miresaka sy manakiana saingy ny loza dia fanjakana tsy mahay mihaino, tsy mety atoro ary vao mainka mandranitra vahoaka no misy eto. Fady amin’ny fanjakana HVM izany hiaiky ny hadisoany izany, na koa hanafay ny olony efa hita fa manao ny tsy mety. Manao volongita mifandray tendro, ka mifampiharo amin’ny ratsy no anton-draharaha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Eliane Bezaza“Hifamono eto isika”

Diso fanantenana ny olona satria rehefa manao fanovana governemanta dia tokony hisy dikany sy hisy lalan-tsaina hoe

 

: rehefa nisy zavatra tsy nety dia harenina fa ho any amin’ny fampandrosoana, hoy i Eliane Bezaza, Sekretera nasionalin’ny antoko PSD manoloana ny fanovana minisitra vitsivitsy tao anaty governemanta. Ny zavatra hitanay dia resaka seza, ary toa kiantranoantrano ihany, hoy izy. Tsy dia hisy ny tombony amin’ny vahoaka Malagasy satria minisitra efa niasa ela tamin’ny taranja iray dia ovana toerana, dia inona no dikan’izany ? Tsy dia seza no resaka eto fa fifidianana. Na inona na inona fanovana atao amin’ny governemanta na manao ahoana, dia io fifidianana io tsy maintsy mandeha. Manao izay hahavariana ny vahoaka fotsiny amin’ny fanovana seza sy ny karazany mba tsy hanaovana ny fifidianana, ka enga anie mba tsy ho izany, hoy hatrany ity mpitarika ny PSD ity. Hatramin’izao ny lalàna momba ny fifidianana tsy milamina. Nisy fangatahana nataon’ireo komity fakan-kevitra  ka nanana solontena tao ny mpanao politika sy ny firaisamonim-pirenena. Ireo mpanara-maso ireo dia tokony hampiasaina amin’ny komity iraisan’ny minisitera amin’ny famolavolana ny lalàna momba ny fifidianana satria atahorana hitovy amin’ny olan’ny lalàn’ny serasera izay novatsian’ny PNUD, kanefa niova ho zavatra hafa no nivoaka tany amin’ny Antenimieram-pirenena. Raha ny lalàna momba ny fifidianana ihany koa no hatao toy izany, dia manahy aho fa hifamono ho faty isika, hoy hatrany i Eliane Bezaza.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Berija sy Jean PierreRaikitra ny politika mamoafady…

Tsy dia mahita rirany eny anivon’ny anjerimanontolo intsony ry Berija Ravelomanantsoa sy Jean Pierre Randrianamboarina amin’izao fotoana izao, ka zary mitady hirika sy lalan-kafa mihitsy.

Mazava ny rafitra, fa ny fikambanana pedagojika, izay nofidian’ny mpianatra isaky ny fakiolte ihany no ara-dalàna sy afaka misolotena ny mpianatra sy mitarika ny fitakiana isan-karazany saingy tsy anisan’ireny izy ireo. Tratry ny tosi-bohon-tanana, ka namorona ny fikambanana SOLUMA(Solidarité des Leaders Universitaires de Madagascar) mba hahafahana miteny amin’ny alalan’ny mpianatra sy manao politika, hahafahana mahazo famatsiam-bola. Hampirisihina na manolo-tena hitarika sy hamondrona tanora amina hetsika isan-karazany toy ny fanatanjahantena, famonoana voalavo… izy ireo. Hevi-petsy maloto anefa no ao ambadika satria re fa ireny tanora ireny indray no tarihina tsikelikely hatao fitaovana hanohana ny fitondrana, ka hireharehan’izy ireo fa mahazaka olona betsaka ary hahazoan’izy ireo vola. Ny tontolon’ny anjerimanontolo hatrany no hiadiana sisika satria ahitana tanora maro. Volabe no voalaza fa azon’izy ireo amin’izany politika mamoafady izany, ka ireo tanora mpianatry ny anjerimanontolo no tadiavina hatao tohatra fiakarana.

Mamadika hatrany

Zary nataon’ny mpanao politika fitaovana, ary nitety vanim-potoana mihitsy ry Berija sy Jean Pierre, izay nialokaloka tao anatin’ny resaka fitakian’ny mpianatry ny anjerimanontolo. Efa niaraka tamin’ny fitondrana Tetezamita tamin’ny fotoan’androny, ary rehefa somary lefy hery sy tsy nahatolotolotra intsony ireny dia nivadika tany amin’ny HVM indray. Tsiahivina anefa fa ny volana janoary 2015 dia efa nogadrain’ny fanjakana teny Tsiafahy i Berija. Niarahan’ny rehetra nahita, ny herisetra nataon’ny mpitandro ny filaminana tamin’i Jean Pierre ny volana septambra 2015, saingy rehefa tena halalalinina, dia toa faniriana mihitsy ilay nanao voasambotra mba hampalazana tena. Rehefa hahazoany vola dia izay ny zava-dehibe, ka tany aloha niaraka tamin’ny MAPAR. Izao indray HVM, ary any aoriana dia mety hamadika ny fanjakana ankehitriny ihany koa ? Mahalala ny aferan’ny mpitondra amin’ny maha mpikarama an’ady azy anefa, ka ahiana amin’ny famoahana tsiambaratelo rehefa tsy mahatolotolotra azy intsony ny mpanao politika niarahany na koa tsy maintsy homena seza mba hampangina ny vavany. Ny tsikaritra aloha, dia milamina eny amin’ny oniversite noho ny tsy fanarahan’ny mpianatra azy ireo sy ny tsy dia fankasitrahan’ny mpitantana ny anjerimanontolo, ka nisitahan’izy ireo teny Ankatso. Mba hampanginana an-dry Berija sy Jean Pierre ihany koa no hamatsiana vola azy hanao hetsika hafa any amin’ny faritra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanàna madio sy milaminaMiroso amin’ny tanjona Antananarivo Renivohitra

Nanao fanadiovana goavana teny amin’ny faritra Anosy sy ny manodidina ny kaominina Antananarivo Renivohitra omaly alakamisy 31 aogositra 2017,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihavanam-pirenenaIgagam-bahoaka ny CFM

Mahagaga anay, hoy ry zareo avy eo anivon’ny vovonana politika Dinika ho an’ny Fanavotam-Pirenena, tao amin’ny foiben’ny AKFM Andravoahangy ambony, omaly,

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Toavina RalambomahayMila tompon’andraikitra ny vahoaka

Tsy misy azo antenaina ny fanovana minisitra nataon’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampanina farany teo, hoy ny mpandinika ara-politika Toavina Ralambomahay.

Tsy hitondra zava-baovao na hanatsara ny fiainam-bahoaka velively mihitsy mantsy ny fikitihana mpikambana vitsy tao amin’ny governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier, hoy ity mpanoratra politika ity. Tsy misy rahateo fandaharanasam-panjakana mazava fa ny teo aloha ihany no mbola hita ankehitriny. Olana eto Madagasikara moa ny tsy fisian’ny maridrefy amin’ny zava-bita, hany ka olona efa nesorina dia haverina indray amin’ny fitantanana departemanta minisiterialy, araka ny fanazavany. Efa tany amin’ny volana aprily 2017, ohatra, no tsy nilamina ny minisiteran’ny Fitsarana nefa niandry taty amin’ny faran’ny volana aogositra vao nosoloina. Mijanona ho kitranoantranon’ny fitondrana Hery Vaovao ho an’i Madagasikara sy ireo mpiaradia aminy manokana moa iny fanamboarana ireo olona mandrafitra ny fahefana mpanatanteraka iny fa tsy misy fandraisan’ny vahoaka anjara, araka ny fanamarihany. Tsy mahagaga raha manao izay saim-pantany sy manao izay danin’ny kibony ny mpitondra HVM satria miraviravy tanana ny olom-pirenena, hoy ny mpanao politika mpanohitra Toavina Ralambomahay.

Nangonin-dRamano F

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zaridainan’AndohaloHampiantrano ny “Haify Mampihavana 4”

Raikitra indray ny Haify Mampihavana andiany fahefatra. Ny 30 septambra ho avy izao no hanatanterahana izany eny amin’ny zaridainan’Andohalo, haharitra telo andro.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pr Radanoara JulienMandrisika ny tanora hifaninana

Ny 20.000 amin’ireo 75.000 mahery afa-panadinana bakalorea ihany no azon’ny oniversitem-panjakana raisina ho an’ny eto Antananarivo.

 

 Efa nanazava izany rahateo ny minisitry ny fampianarana ambony Rasoazananiera Marie Monique, ary naneho fa ny fampanarahana fenitra ireo oniversite tsy miankina sy ireo fampianarana ampitain-davitra no hitadiavana hevitra. Raha izaho ny eo amin’ny toeran’ny mpianatra, dia manao fifaninanana hidirana ho mpiasam-panjakana aho, hoy ny Pr Radanoara Julien. Afaka sady miasa no misondrotra hatrany amin’ny alalan’ny fifaninanana hiakarana amin’ny asa, raha ny fanazavany. Amin’izao ihany koa dia efa mitombo ny fianarana ampitain-davitra, izay hahazoana mari-pahaizana mitovy amin’ny eny Ankatso, ka sady afaka mianatra no miatrika ny fiainana, raha ny fanehoan-kevitra nataon’ity mpampianatra amina ambaratonga ambony ity hatrany. Tsy natao hanakiviana, fa maro amin’ireo tanora no lany andro teny amin’ny oniversite fotsiny amin’izao fotoana, ka midonanam-poana vokatry ny tsy fananan’asa, kanefa mety efa nahavita zavatra maro raha sady nitady vahaolana hafa no nianatra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

BNI MadagascarMiezaka manohana ireo tanora manampahaizana

Miezaka manohana ireo tanora Malagasy manampahaizana ny banky BNI Madagascar, indrindra ho an’ireo nianatra sy nandalina manokana ny resaka banky, efa nahavita fianarana.

 

Pati

 

Nandritra ny fizarana diplaoma ho an’ireo mpianatry ny sekoly ambony ISCAM eny amin’ny CCI  Ivato omaly 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra – “Champion’s League Malagasy”Lalao 9 no hanombohana azy anio

Lalao 9 be izao no hanombohana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara 2017 eo amin’ny taranja baolina kitra anio zoma 1 septambra 2017.

 Samy handray lalao 3 avy ireo toerana 4 voafidin’ny FMF hanatanterahana ny dingana voalohany amin’izany fifaninanana izany ka any Mahajanga dia ny Varatraza Antsohihy # Cosfa Analamanga, Fosa Juniors Boeny # MTM Melaky, USSK Ambanja # Fc Iharana SAVA. Any Toamasina : FC Vakinankaratra # RTS Jet Mada Itasy II, Fifafifi Atsinanana # STF Analanjirofo, HZAM Amparafaravola Alaotra Mangoro # Ajesaia Bongolava. Any Fianarantsoa : Zanak’ala FC M/Ambony # AS Espoir Androy, 3fb Atsimo Andrefana # FC Angèle Anosy. Etsy Mahamasina : FC Malaimbandy Menabe # FC Maeva Betsiboka, Elgeco Plus Analamanga # VFM V7V, FC MenagnaraAtsimo Andrefana # TOP Dom Amoron’i Mania.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XVMitohy ireo lalaon’Analamanga

Mbola mitohy avokoa ireo lalao rugby eto Analamanga na dia mitoetra hatrany aza ny disadisa ara-pitantanana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Volley-ball – Tompondakan’i MadagasikaraHo ambohimpihaonana ao Toamasina

Manomboka ny alatsinainy 4 septambra 2017 izao no hanatanterahana any Toamasina ny ho tompondakan’i Madagasikara amin’ny taranja volley-ball sokajy “tanora” U 18 sy U 20 lahy sy vavy.

 Vao mifarana izany ny zoma 8 septambra 2017 dia hanomboka amin’io andro io indray ny an’ny sokajy “sénior” lahy sy vavy ihany koa. Araka ny fanamarihana nomen’ny Federasion’ity taranja ity dia ligy 7 amin’ny 15 misy ankehitriny no efa fantatra nahatonga ny anaran’ireo solontenany avy. Ho an’ny ligin’Analamangan’ny volley-ball dia hanana solontena telo avy ny sokajy U 18 vavy sy lahy dia ny CCVB, ny ASI ary ny Squad an-kilany sy ny ASI sy AFA ary GNVB an-daniny. Telo ihany koa ireo solontenan’ity ligy ity eo amin’ny sokajy U20 lehilahy dia ny AMVB, ny ASSM ary ny VBCD, tokana kosa hoan’ny sokajy U20 vehivavy dia ny VBCD. Hanotrona azy ireo any Toamasina ny filohan’ny ligy, Rasamison Hajanirina.

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanMaimbo hatramin’ny farany

Miarahaba anao aho ry Jean ! Rahoviana ihany ianao ity vao tena hidio e e ? Efa ela ihany no nahenoako anao hidio fa hatramin’izao mbola hanaovana fikafika foana.

 Tsy masiso intsony anie, hono, ianao fa efa maimbo mihitsy e ! Dia ho maimbo hatramin’ny farany eo ve ? Iza moa no tsy manakiana anao izao ? Na ireo havana sy mpifanolo-bodirindrina amintsika aza ity toa fihatsaram-belatsihy sisa idirany ato. Toa mitango izay fananana ato fotsiny sisa no tena ataony an ! Hatramin’izao ve isika mbola manaiky hofetsen’ny olona amina harem-be hatakalo fitia potipotiny foana ? Izaho aloha dia mananatra sisa azoko atao satria efa hailikao an-kolaka tanteraka amin’ny andraikitro mihitsy koa. Tohizo ihany ny ataonao ary e ! Enga anie mba tsy ho rehefa hidona amin’ny poto vao tonga saina !

Marco

La Vérité0 partages

Football - THB ligue des Champions - Cosfa débute bien, Ajesaia mal en point

La première journée du THB Ligue des Champions de Madagascar a dévoilé son premier lot de surprises hier. Les grosses pointures de la compétition ont fourni peu d’effort pour gagner leur premier point de la victoire. A Mahajanga, Cosfa, n’a forcé devant en écrasant le Varatraza de Sofia (6-0) hier au Stade Rabemanjara, tandis que le Fosa Juniors FC de Boeny a été tenu en échec (0-0) par le MTM de Melaky. 

Toujours dans la groupe A, l’USSK Ambanja suit de près les militaires du Cosfa au classement après s’être adjugé sa première victoire (6-2) devant FC Iharana de Sava.  Dans le groupe B, après son élimination prématurée dans la Coupe, l’Ajesaia Bongolava a été surprise par Hzam Amparafaravola  sur le petit score (1-0) à Toamasina. Dans le groupe C, Elgeco Plus, l’archi favori de ce championnat, a laminé (5-0) le VFM Vatovavy, sur le terrain synthétique de Carion. A Fianarantsoa, Zanakala FC, CNaPS Sport et 3FB Atsimo Andrefana annoncent la couleur. Si les Zanakala FC n’ont fait qu’une bouchée (7-2) l’As Espoir Androy, la CNaPS Sport a fait monter les enchères à 7 buts à rien devant le JSA Ihorombe. Quant au 3FB, il se trouve à la troisième place après avoir disposé du FC Angele Anosy par (2-1) au score. La deuxième journée se disputera demain dimanche dans les quatre sites. E.F.

La Vérité0 partages

Consommation d’alcool à Madagascar - Un litre par an, par habitant !

0,92 litre. Telle est la quantité d’alcool pur consommée par an, par habitant plus de 15 ans à Madagascar, selon un récent rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), relaté par l’agence Ecofin. L’on peut ainsi dire que les Malgaches sont moins alcooliques que les africains, notamment les Gabonais, les Nigériens et les Ougandais. Ces derniers arrivent respectivement à consommer en moyenne 9,1, 8,9 et 8,33 litres d’alcool par an par habitant. Pour la Grande île, la consommation ne dépasse même pas un litre par an et ce malgré la prolifération des boissons alcoolisées.

« J’ai  l’habitude de consommer un petit verre d’alcool tous les jours, histoire de bien démarrer ou de finir en beauté la journée. Sans cette dose quotidienne, c’est comme si mon corps est vidé de toute énergie, au point que je me sens faible et inutile. D’ailleurs, ma famille et mon entourage le sait très bien et ne pose aucun problème. Bref, je peux dire que la consommation d’alcool avec modération s’avère bénéfique », nous confie Njato, opérateur média résidant à Antananarivo. Comme lui, bon nombre de malgaches consomment régulièrement de l’alcool. D’autres en boivent pour les grandes occasions, dont les différentes cérémonies et célébrations. Mais la consommation abusive d’alcool de certains, notamment le week-end et la fin du mois, les rendent inconscients au point de devenir ivres-morts. Pour leur part, les propriétaires de bars et établissements proposant de l’alcool le vendent librement dans le pays. Leur fermeture, même durant les jours durant lesquels la vente est interdite, ne se fait que rarement. Au 38è rang Malgré la prolifération d’alcool, favorisée par une vente libre, ainsi que l’effectif assez important des consommateurs, Madagascar se trouve au 38è rang sur les des 49 pays africains étudiés en matière de consommation d’alcool. Comme cité plus haut, c’est le Gabon qui arrive en tête des pays étudiés, suivi par Nigéria, Ouganda, Afrique du Sud et Rwanda. Egypte, Guinée, Comores, Algérie et Niger constituent les pays les plus sobres, en étant les 5 derniers du classement, avec une consommation d’alcool entre 0,20 et 0,10 litre par an, par habitant. Cette étude démontre que l’Afrique, dans son ensemble, n’est pas un continent très porté sur la bouteille et ce, contrairement aux idées reçues. Pour preuve, les populations européennes consomment en moyenne 10 à 12 litres d’alcool pur par an par habitant contre 8,55l pour les américains  et 5,75l pour les chinois.  Mais avec une moyenne annuelle de 14,3 litres par habitant, le Belarus étant le pays le plus imbibé au monde. A noter que l’Oms surveille de très près l’évolution de la consommation d’alcool dans le monde, qu’elle mesure en litres d’alcool pur. Cet organisme onusien a toutefois mesuré, dans chaque pays, la consommation des seuls buveurs d’alcool en excluant toutes les populations abstinentes. Cette fois-ci, des pays musulmans se démarquent par leur forte consommation annuelle. C’est le cas du Tchad avec 33,9 litres, le Mali avec 29,3l. Pour les Emirats Arabes Unis, cela s’élève à 32,8l.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Incendie à Mahavoky-Besarety - 387 personnes sinistrées, 2 autres blessées

Le grave incendie survenu jeudi dernier vers 18h a dévasté 40 maisonnettes en bois et 4 autres en dur à Mahavoky-Besarety. Du coup, le sinistre a fait 2 blessés qui ont été hospitalisés et quelque 387 personnes parmi lesquelles des femmes et des enfants qui furent accueillis à l’Epp du quartier, du moins le soir du drame. « Dès vendredi, l’autorité publique s’attelait à implanter des tentes sur la zone même de l’incendie car il faut que  les victimes regagnent l’endroit où elles habitent », déclare le président du « Fokontany » de Mahavoky. 

Pour le moment, l’origine du drame, avec des pertes évaluées à quelques centaines de millions d’ariary, demeure encore floue. Si une source auprès des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna a avancé la flammèche d’une bougie comme responsable, une autre a inculqué la faute à un enfant. Ce dernier a essayé d’allumer le feu dans une maisonnette, mais son imprudence a débouché sur l’accident.  « C’était mon enfant qui m’a informé que tout a été dévoré par le feu. Les flammes s’étant trop rapidement propagées que même s’ils sont intervenus à temps, les sapeurs-pompiers n’ont pas pu faire grand-chose dans leur tentative de les circonscrire. Personnellement, j’ai senti une odeur d’essence », déclare un père de famille qui a tout perdu dans le sinistre.   Tout comme les autres victimes, il  est complètement dans le désarroi. Beaucoup n’ont plus que les vêtements sur eux et lancent un appel de détresse à l’endroit du pouvoir en place afin de leur venir en aide. Ce fut partiellement chose faite. Le ministère de la Population, joint au Bureau national de la gestion des risques et catastrophes naturelles (Bngrc), mais aussi les autorités du quartier ont apporté de l’aide et cherché un moyen pour héberger les victimes. Parmi les mesures prises, l’injonction aux travaux à haute intensité de main-d’œuvre en vue du nettoyage du secteur sinistré, et ce, à raison de 5000 ariary par volontaire.  Les forces de l’ordre s’étaient également mobilisées. Ce brasier de Mahavoky a été l’un des plus graves survenus ces dernières années au cœur de la capitale. Pour preuve, les murs de flammes étaient visibles à 3 kilomètres à la ronde. Vers 7h du matin vendredi, on a pu voir encore au loin de la fumée monter des décombres depuis les hauteurs qui surplombent la zone basse.Franck Roland

La Vérité0 partages

« Foire Renala » - 3 jours pour persuader les investisseurs

Promotionner la Région. La 3e édition de la « Foire Renala » se déroule à Morondava depuis jeudi dernier et se clôturera aujourd'hui. Cet évènement est organisé afin de mettre en valeur les richesses de la Région de Menabe que ce soit en matière d'agriculture ou d'élevage, ou encore au niveau du secteur minier ainsi que du tourisme. Cette mise en valeur de richesses a surtout pour objectif de persuader les investisseurs que ladite Région regorge d'un marché très productif et très prometteur. Plus d'une cinquantaine de stands d'exposition participent à cette foire.

En parallèle à cela, des conférences-débats sont également organisées pour exposer des sujets spécifiques concernant Menabe, entre autres l'insécurité ou encore les différents moyens de faire développer pour cette Région.La population du Menabe espère que cette foire apportera une évolution dans son quotidien, notamment dans le domaine économique et social. La mise en œuvre des nouvelles perspectives est en pleine préparation. Pour la ville de Morondava, on projette d'ouvrir une entreprise productrice de sucre dénommée Sucoma, mais aussi une université pour permettre aux jeunes de développer leurs compétences professionnelles sans devoir quitter la ville. Il y a également la réouverture de l'entreprise Aquamen, un autre projet qui se fera avec l'appui d'une grande entreprise californienne, laquelle exploitera les langoustes et les crabes. Le développement de la Région est perceptible, et cette troisième édition lui sera vraiment bénéfique.Pour aujourd'hui, au programme, il y aura bien sûr une visite de l'Allée des baobabs dans la matinée, mais aussi une conférence sur la programmation des activités de développement faite par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), les Régions et les Communes. Pour l'après-midi, un grand spectacle va être organisé avant la clôture officielle de l'évènement.Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Maison centrale d’Antanimora - Le quartier des mineurs doté d’une chapelle

Fait nouveau à la prison d’Antanimora. Une chapelle a été inaugurée dans le quartier des détenus mineurs, hier matin. Cet évènement s’inscrit aussi dans le cadre de l’ouverture officielle de la commémoration des 10 ans de l’Aumônerie nationale au sein de l’Eglise Fjkm. Sur place hier, un culte a préludé à la présentation officielle de la stèle, et ce, en l’honneur des généreux donateurs dont surtout la famille Stephen Andriantsimbazafy. 

Cette dernière est plutôt connue pour ses nombreuses actions sociales en faveur des plus défavorisés, entre autres les sans-abris qui occupent les lieux publics tels que les tunnels de la Capitale. Outre donc ses habituelles œuvres caritatives, ladite famille donatrice a décidé de se consacrer davantage sur le sort des prisonniers d’Antanimora, notamment les mineurs.  A ce dessein, elle bénéficie de l’appui de l’association Bethlehema, qui regroupe pour sa part des aumôniers d’obédience Fjkm. L’initiative de la famille Andriantsimbazafy a été saluée par les autorités officielles concernées dont le Sg du ministère de la Justice, qui ont d’ailleurs rehaussé l’inauguration d’hier par leur présence. La construction de ladite chapelle tombe ainsi à point nommé en vue du salut de l’âme des quelque 125  mineurs qui y sont actuellement incarcérés.  L’évènement d’hier fut également une occasion pour apprendre que seuls 21 d’entre eux ont été jugés tandis que les 104 autres ne le sont toujours pas. A la fin du culte dans le tout pimpant temple, le représentant de ces derniers, lors de sa prise de parole, n’a pas manqué de demander au ministère de tutelle d’accélérer les procédures de jugement.Franck Roland

La Vérité0 partages

Politique et religion - Clins d’œil intéressés de Hery Rajaonarimampianina

Le président Hery Rajaonarimampianina aurait – il des penchants en matière de religion ? Une question qui se pose à juste titre, vu ses récentes sorties aux allures d’opération de charme à l’endroit de plusieurs groupements confessionnels. Néanmoins, dans cet amalgame entre politique et religion, force est de constater que certaines religions ont été privilégiées par rapport à d’autres et ce, en vue de la présidentielle 2018.

Rencontre nationale du groupement des laïcs de l’église Fjkm à Morondava, clôture de la 2ème  édition des journées nationales des enfants catholiques à Morondava, culte et sacrement  à l’occasion de sa 71ème réunion annuelle de l’église FLM de Farihimena conduite par le président de l’Eglise Luthérienne Malagasy, sans oublier sa 2ème visite au Toby Ankaramalaza.  La liste des évènements religieux ayant vu la  présence du président Hery Rajaonarimampianina ces derniers temps est longue. De quoi susciter la jalousie chez les autres religions qui n’ont pas eu ce privilège, à l’instar des musulmans ou autres églises dissidentes communément appelées « fiangonana zandriny ». A l’exemple du grand rassemblement des témoins de Jehovah au Coliseum Antsonjombe qui était dépourvu de toute présence étatique.Privilège aux églises  du Ffkm Très critiqué pour avoir affiché trop d’intérêts vis-à-vis de l’église protestante et faisant de la concurrence à l’ancien Président Marc Ravalomanana, le chef de l’Etat a voulu faire diversion en s’affichant également dans d’autres évènements organisés par les autres religions. Toutefois, il reste dans le cercle des églises rassemblées  au sein du Ffkm.  A y voir de plus près et au-delà de toute forme de propagande avant l’heure déjà plus que flagrante, cette démarche présidentielle revêt un tout autre aspect stratégique.  Le Président privilégie les églises membres du Ffkm, vu les enjeux que pourraient apporter les voix des fidèles. Ces églises représentent, en effet, une source non négligeable d’électeurs potentiels. Au niveau de l’opinion publique, Marc Ravalomanana est associé au Fjkm tandis qu’Andry Rajoelina  renvoie directement à la religion catholique. Le locataire d’Iavoloha – qui  prévoirait encore de briguer un nouveau mandat malgré son impopularité – tente de se faire une place au sein des deux confessions. Pour le reste, l’attente est toujours de mise! S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Justice – La ministre Rasolo et la SMM sur la même fréquence

Sur la même longueur d’onde, la ministre de la Justice, Alexandrine Elise Rasolo, le syndicat des magistrats de Madagascar et celui des greffiers de Madagascar ont conclu des accords

Prometteur. Les membres du syndicat des magistrats et de celui des greffiers de Madagascar sont sortis du bureau de la ministre de la Justice sereins. Le rendez-vous entre les deux parties s’est déroulé au siège du ministère de la Justice à Faravohitra, hier.À entendre la présidente du syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), Fanirisoa Ernaivo, des avancées ont été constatées à l’issue de ce premier contact avec la nouvelle garde des Sceaux. « Des accords ont été conclus», soutient la présidente du SMM.«L’espoir est permis», selon le président du syndicat des greffiers de Madagascar (SGM), Soloniaina Patrick Jaonary, lors de leur rencontre avec la presse, hier, en début d’après-midi, une réaction également partagée par Clément Jaona, vice-président du SMM. Parmi les accords trouvés, le ministère de la Justice s’est engagé à enclencher les réformes de la Justice et à sortir des circulaires relatives aux revendications du SMM.La ministre a également promis la publication de certains décrets après une discussion en conseil du gouvernement.Les participants à cette rencontre semblent être sur la même longueur d’onde. «La nouvelle ministre est issue du SMM. Elle connaît très bien les difficultés et les problématiques des magistrats», soutient Fanirisoa Ernaivo. Ils partagent les mêmes principes, comme le respect de l’État de droit et le respect de l’indépendance de la Justice. Ainsi, les négociations sont en bonne voie.

DélaiToutefois, les dossiers remis par les syndicalistes ont été discutés dans leur globalité, d’autant que la nouvelle garde des Sceaux n’est qu’à trois jours de sa prise de fonction. «Nous accordons une semaine à la ministre pour examiner en détail les dossiers que nous lui avons remis. Après cela, nous reviendrons sur la table des négociations», poursuit la présidente du SMM. Un avis partagé par ceux du syndicat des greffiers, présidé par Soloniaina Patrick Jaonary.Pendant cette première rencontre, les «patates chaudes», laissées par son prédécesseur, ont été également abordées. Il s’agit, notamment, de l’affaire concernant Riana Andriamandavy VII. Selon la présidente du SMM, la ministre a déclaré qu’elle « ne se soumettrait pas à l’ordre de quiconque et prendrait ses responsabilités par rapport à cette affaire. »La balle est donc actuellement dans le camp de la ministre de la Justice, d’autant que les syndicalistes ont exigé l’élaboration d’un calendrier quant à l’exécution des décisions prises et à prendre. À l’allure des négociations, la menace de grève générale et illimitée semble s’essouffler, à moins que des événements inattendus surviennent entre-temps.

Andry Rialintsalama 

L'express de Madagascar0 partages

Antsohihy – Des tireurs d’élite en hélico

A bord d’ un hélicoptère, des tireurs équipés  du 1er RFI ont intercepté seize dahalo armés. Les malfaiteurs ont battu en retraite et abandonné leur butin.

L’épée de Damoclès. Une meute de dahalo surarmés dans la ligne de mire de commandos héliportés. Dans la matinée d’avant-hier aux alentours de 10 heures, des tireurs d’élite, embarqués à bord d’une libellule de fer de l’armée malgache, ont donné du fil à retordre à seize bandits de grand chemin lourdement armés.« L’hélicoptère a intercepté les malfaiteurs in extremis, alors que ces derniers étaient sur le point de s’engouffrer avec leur butin dans une forêt impénétrable qui se fige dans la zone limitrophe Nord-Est d’Antsohihy. Sur les cent soixante têtes de bovidés tombées entre leurs mains, cent-trente ont été récupérées. Le bilan de l’affrontement n’est pas encore, en revanche, connu », lance le colonel Marotia, directeur des opérations et des renseignements auprès de l’état Major Général de l’Armée Malgache (EMGAM).Le troupeau a été dérobé mardi dans une localité inaccessible, aux fins fonds de la brousse d’Andilamena. Les assaillants étaient équipés d’armes de guerre, dont deux fusils d’assaut de la manufacture Saint Etienne 1936 (Mas 36), et de tout un arsenal de fusils de chasse. « La zone où les brigands ont frappé est isolée. Elle n’est même pas couverte par les réseaux des opérateurs en téléphonie mobile. Ayant reçu des appels de détresse, nous avons, d’emblée, lancé une libellule de fer aux trousses des voleurs de bétail », poursuit le directeur des opérations.

Triangle frontalierSitôt les préparations logistiques ficelées, l’Alouette II de l’armée a pris son envol à la Base Aéronavale d’Ivato (BANI).« Une telle mission est, tout à fait, dans les cordes des commandos parachutistes du1er Régiment des Forces d’Inter­vention (RFI), à Ivato. D’autant plus que cette formation dispose d’armes de tirs de précision à moyenne portée, à l’instar du Dragunov Sniper Rifle et du fusil mitrailleur PKM, lesquels  sont d’une efficacité redoutable, entre des mains de maîtres, dont ces snipers », confie pour sa part le général de brigade Théophile Rakoto­nirina, deuxième adjoint du Chef d’État Major Général de l’Armée Malgache (OA2 CEMGAM).« Bien évidemment, ces tireurs hors pair étaient de voyage, d’abord pour protéger l’appareil des déluges de tirs ennemis, mais aussi pour garantir la réussite de la mission », poursuit-il.Ayant  essuyé une défaite aux portes de leur fief, au terme d’une poursuite armée, qui a duré presque un jour et demi, les malfaiteurs ont battu en retraite dans la forêt labyrinthique, abandonnant à un fokonolona tenace la quasi-totalité de leur butin. Avant que l’armée n’intervienne, ils étaient insaisissables pendant leur progression dans un triangle frontalier entre les régions Alaotra Mangoro, Betsiboka et Sofia.Une source auprès du ministère de la Défense nationale indique que les moyens logistiques déployés permettent de mobiliser l’appareil pendant encore quelques jours.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – Raparivo nommé Grand Officier de l’ordre national

Un artiste émérite, au talent exceptionnel faisant sa renommée auprès de plusieurs générations de passionnés d’art. Roland Raparivo s’est vu attribuer un titre des plus prestigieux hier.

Exceptionnel et inédit à la fois, c’est ainsi que se décrit l’événement qui s’est tenu à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) à Andavamamba hier. Rendant hommage au talent, à l’imaginaire et à la créativité d’un grand maître de la peinture malgache, la soirée d’hier s’est affirmée comme un instant privilégié pour le peintre Roland Raparivo. Bien au-delà de sa passion pour l’art en général, c’est toute la communauté culturelle et artistique qui a tenu à saluer sa passion, ainsi que sa patience à l’AFT Andavamamba, à l’occasion. Sous la présence de quelques sommités de la scène artistique, mais par dessus tout celle même du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, qui a honoré de sa présence la soirée. C’est un Roland Raparivo en émoi qui s’est ainsi vu attribuer la distinction honorifique de Grand Officier de l’ordre national des mains du  ministre de la Culture, de la Promotion de l’artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine, Jean Jacques Rabenirina.« C’est un véritable honneur pour moi que de pouvoir continuellement partager avec vous ma passion. La peinture est une seconde vie pour moi et tant que je le pourrais, je continuerai à peindre aussi bien pour moi que pour les générations à venir » souligne Roland Raparivo.

Des œuvres éternellesDu haut de ses 83 ans, le grand maître Roland Raparivo expose actuellement depuis une semaine maintenant, sa dernière exposition à l’AFT Andava­mamba. Une rétrospective sur la carrière de ce peintre d’exception, « Jery todiky ny fiainany » couronne six décennies de peinture de la part de Roland Raparivo. « L’art contribue à l’épanouissement de notre culture, d’autant plus que notre pays regorge d’une richesse artistique incommensurable. Malgré ce que l’on peut penser, la promotion de la culture reste parmi nos priorités, on contribuera activement à partir de ce jour à la gestion des musées pour que chaque artiste y ait leur place. Ainsi, leurs œuvres seront visibles par tous et ne resteront pas dans leur collection privée » affirme le Président de la République tout en découvrant l’exposition de Roland Raparivo. Une affirmation à laquelle le ministre Jean Jacques Rabenirina ajoute « On s’active à faire en sorte que les artistes aient les honneurs qu’ils méritent. Que tous soient sur le même piédestal et que les plus talentueux soient amplement reconnus comme tels ». Le peintre Roland Raparivo, qui a officiellement annoncé sa retraite artistique également, mais qui a tenu à rassurer le public quant au fait qu’il continuera à peindre au moins trois ou quatre tableaux chaque année.« Mes œuvres, ces paysages qui m’inspirent  et que je me plais à retranscrire dans mes tableaux. Je les dédie en hommage à ma patrie, à Madagascar et à mes compatriotes » clôt Roland Raparivo. L’exposition continuera jusqu’au 9 septembre dans le hall de l’AFT Andavamamba.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimanambola – Aucune brûlure mortelle sur le corps des défunts

Les dépouilles de deux employés, tués dans l’explosion d’une cuve de fuel dans le central  thermique d’Ambohimanambola, dans la matinée d’avant-hier, ont été conduites à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha . Des autopsies ont été pratiquées hier. Les deux victimes ont été sérieusement touchées à la tête, ce qui a entraîné leur mort. Des fractures du bras ont été, de surcroît, relevées sur les corps. Aucune brûlure mortelle n’a été en revanche relevée. Aux alentours de midi, après l’autopsie, les corps ont été acheminés dans les districts d’origine des défunts, à Brickaville et Soanierana Ivongo.Dans la soirée du drame, vers 22 heures, les corps ont été transportés à la morgue pour les autopsies, mais les familles rentraient bredouille faute de médecin légiste.Tous âgés d’une trentaine d’années, les victimes travaillaient pour l’OTI, une entreprise de maintenance, prestataire de la compagnie turque Aksaf Power Energy, partenaire de la Jirama dans la production en électricité.L’un  a été tué sur le coup si le deuxième a rendu l’âme lors de son évacuation à l’hôpital.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Football – THB Ligue des Champions – Elgeco Plus est mieux armé

La THB Ligue des Champions débute ce vendredi. Elgeco Plus, champion d’Analamanga en titre, affrontera le VFM pour son premier match, à Mahamasina.

Depuis 2013, le trophée de champion de Mada­gascar est la chasse gardée de la CNaPS Sport Itasy. Un trophée qu’Elgeco Plus Analamanga n’a jamais soulevé. Et ce, depuis la création de ce club.Cette année, celui-ci se présente, une nouvelle fois, comme le principal challenger du champion sortant, en THB Champions League, compétition qui débute ce vendredi.Dino et ses coéquipiers comptent déjà un titre cette saison, en l’occurrence la très convoitée couronne de champion d’Analamanga. À celle-ci s’ajoute le titre de meilleur buteur pour Zôla, auteur de 25 réalisations. Ils vont tenter de réaliser le doublé donc, avec le cham­pionnat de Madagascar.Et justement, ils sont mieux armés pour aller chercher le titre national, cette fois-ci. On compte toujours les valeurs sûres, Johnny en défense, ainsi que Dino et Bela en attaque, pièces importantes également des Barea. À ces derniers vient s’ajouter le jeune gardien prometteur Ando. En club, il a ravi le poste de titulaire à Eddit Bastia. Et en équipe nationale, il a assuré pour sa première apparition, lors du match aller face à l’Angola en éliminatoires du Cham­pionnat d’Afrique des Nations 2018.Sans oublier Eddy Kely, un autre élément offensif qui a aussi progressé rapidement, ces derniers mois. Mais si on parle de progression, la plus significative est certainement celle de Bila, le milieu offensif à qui nous avions consacré notre édition du 11 août dernier. Avec 1m78 et 73kg comme gabarit, un équilibre à l’épreuve des défenseurs et une bonne frappe au sortir du dribble, il constitue un atout supplémentaire.

Première contre le VFMElgeco Plus a été tiré dans le groupe D d’Antananarivo, pour la phase I de la THB Ligue des Champions. Il évolue donc à domicile. Pour sa première rencontre, ce vendredi à 13h, au stade municipal de Mahamasina, le cham­pion d’Analamanga affrontera le VFM Vatovavy Fitovinany.Le tenant du titre, la CNaPS Sport Itasy, se retrou­ve dans le groupe D de Fianarantsoa. Les Caissiers entrent en lice face au JSA Ihorombe, ce vendredi à 13h au stade moderne d’Ampasam­bazaha. On suivra également de près les performances de Fosa Juniors Boeny, autre candidat potentiel au titre, qui évolue également chez lui, dans le groupe A de Mahajanga.Il croisera le fer avec le MTM Melaky pour sa première apparition, ce vendredi à 13h au stade Rabemananjara.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Dessin – Un atelier spécial portrait sur le vif

Une grande première à Madagascar. Le premier atelier spécial de portrait sur le vif s’est tenu chaque matinée du lundi 28 août jusqu’au vendredi 1er septembre au Tahala Rarihasina à Analakely. Partage de connaissances, guide et techniques, démonstration et pratique, évaluation des niveaux des intéressés et une récompense pour les trois meilleurs portraitistes figurent dans le programme durant ces cinq jours d’atelier. Huit personnes, dont deux filles, ont répondu à l’appel. Leur âge se situe entre quatorze et vingt-huit ans. Partager et pérenniser l’art de reproduire avec un coup de crayon la photo portrait d’un sujet sont les principaux objectifs de cet atelier. L’initiative revient au dessinateur Mahery Andrianjaka. Ce dernier a sensibilisé les passionnés de dessin et ceux qui sont doués en portrait pendant plusieurs jours jusqu’au jeudi 24 août. Il a reçu une demande de reproduire le même genre d’atelier en province. «Ce n’est qu’un début. On va rééditer ça aussi souvent que possible. J’ai constaté que les gens portent leur intérêt sur ce genre de dessin», a commenté Mahery Andrianjaka avec satisfaction.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Festival des arts martiaux – Démonstrations et combats de défi

Rendez-vous à ne pas manquer pour les amoureux des arts martiaux et sports de combat. La deuxième édition du Festival des arts martiaux, organisée par le Collectif des arts martiaux (CAM) se tiendra ce dimanche 3 septembre toute la journée, au Palais des sports à Mahamasina.« On a dû remplacer et malgachiser la dénomination de l’événement en Rombo, au lieu de Bushido, celle de la première édition en 2016, pour éviter toute poursuite en utilisant ce terme japonais», a précisé Rivo Rakotobe, directeur technique national de la Fédération malgache de taekwondo WTF et un des membres de l’association organisatrice.« Cette version 2017 est donc la première édition de Rombo et le Festival se tiendra désormais à une fréquence annuelle, à chaque début du mois de septembre », a-t-il poursuivi.Le CAM, présidé par Gilbert Raharinala, a vu le jour en début de 2016 et regroupe des techniciens, des directeurs techniques nationaux et des entraîneurs nationaux, des dirigeants, des gradés ainsi que de simples pratiquants de dix-sept disciplines d’arts martiaux et sports de combat. Des séries de démonstrations spectaculaires effectuées par les disciplines membres et des combats de défi seront au programme de cet événement.Les demi-finales des combats de défi auront lieu dans la matinée à partir de 9 h 30. Dix sports de combat seront au programme, entre autres le karaté, les taekwondos styles ITF et WTF, le kick boxing, le pancrace, le morengy, le kendo, la boxe anglaise et la savate boxe française.Ce sera un événement d’envergure nationale car quatre provinces seront représentées aux combats de défi, à savoir Mahajanga, Toama­sina, Fianarantsoa et Antana­narivo. Pour le morengy, les trois styles existants seront tous intégrés dans la liste de disciplines engagées pour les combats de défi, celui de Mahajanga, de Nosy Be et d’Antsiranana.Les séances de démonstration et les spectacles débuteront dans l’après-midi vers 14 h, juste après le défilé de tous les participants prévu à 13 h 30. Les grandes finales des combats de défi se tiendront vers 16 h.« L’organisation gardera l’entrée gratuite des spectateurs car on est toujours en phase de relance et de promotion », a mentionné Rivo Rakotobe.L’objectif du CAM est de réunir tous les pratiquants des sports de combat et arts martiaux sans distinction, et de mettre en valeur les techniciens, qui sont les sources principales de tous les succès en compétitions internationales.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Fandriana – L’eau est de retour  à Ampanitelo

La communauté de base Madiorano Mahomby, « Eau potable, réussite » en malgache, a bien choisi le nom du regroupement en 2010. Pour les membres de cette organisation communautaire, du village d’Ampani­telo, dans le corridor forestier de Fandriana Vondrozo, leur objectif principal pour améliorer leur qualité de vie était de faire ressurgir des sources d’eau taries.« Heureusement, nous avions décidé de gérer cette partie de la forêt du corridor», se réjouit Kotopombo, prési­dent de la communauté de base Madiorano Mahomby. « Maintenant, avec la regénération de quelques sources d’eau, on sait que la sauvegarde des arbres de ce corridor apporte beaucoup plus de bénéfices aux communautés riveraines», ajoute-t-il.Après quatre années de reboisement appuyée par WWF, le changement est là: grâce à la mise en terre de près de soixante mille jeunes plants autochtones en deux années, 24 ha de forêt ont été restaurées de manière active et 150 ha se sont régénérées de façon naturelle. Avec cette nouvelle forêt, trois sources d’eau qui se sont taries fournissent de nouveau de l’eau aux habitants.

Recueillis par Prosper Rako

L'express de Madagascar0 partages

Élevage – Le cheptel bovin en péril

Le secteur de production animale régresse dans la Grande île, notamment pour le cas du cheptel bovin. Ce qui pourrait être une partie oubliée du patrimoine culturel, vestige d’une autre époque.

Le zébu intervient dans le quotidien des Malgaches que ce soit culturel, social ou économique. Mais cette richesse est menacée de perdition. Un rapport national, en contribution avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en 2003 mentionne que plus de 750 000 familles possèdent près de 10 353 000 bovins. Aucun chiffre sur le recensement des bovidés n’a été publié, depuis, par le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage par rapport au contexte actuel du pays. Les éleveurs et les opérateurs dans le domaine se trouvent en détresse. Ces derniers exposent leurs soucis sur le risque de disparition de l’espèce bovine.« Nous constatons que le nombre des bœufs ne cesse de diminuer. Cela se manifeste par la baisse de ravitaillement. Il existe également des zones productrices qui ont arrêté l’approvisionnement, à savoir Ambalavao et Miandrivazo. De plus, l’offre ne satisfait plus la demande. Notre fournisseur a dû limiter de moitié le nombre de zébus des commandes », détaille Mamy Johnson Ramarakandro, vice-président de l’association des grossistes en bovidés d’Ampasika regroupant une quinzaine de membres. Ces derniers ravitaillent certaines zones de la capitale avec près de cent zébus par jour.

La consommation de viande de zébu diminue d’année en année.

Dans les années 70, les chiffres publiés par l’Institut national de la statistique (Instat) signalaient qu’« un Malgache pouvait prétendre posséder au moins deux zébus, actuellement », tandis que le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche prétend qu’un recensement, effectué en 2002, a fait état de 7 736 524 bœufs dans la Grande île.La promotion de l’élevage de cette espèce figure parmi les stratégies mises en œuvre. La population du cheptel bovin était d’environ dix millions en 2010. Les bêtes très utilisées pour le transport et la traction animale dans les travaux agricoles sont passées de quelque 9,7 millions de têtes en 2005 à environ 6,5 millions en 2016, selon le ministère en charge de l’Élevage.« Cette forte diminution est due à des vols récurrents, particulièrement dans les régions du Sud de Madagascar où l’élevage des zébus est très développé. Dans ce contexte d’insécurité, beaucoup de producteurs ont préféré vendre une partie de leurs troupeaux et recourir par la suite à l’emprunt ou à la location de zébus pour effectuer leurs travaux », rapporte la FAO.

Quelques bœufs de la race brahmane élevés à la ferme de Vohilava Antsiranana.

 

Faible productivitéLes chiffres du ministère de l’Élevage mentionnent que 80% des 21 millions de Malgaches travaillent dans le secteur agricole (agriculture, élevage et pêche), 48% d’entre eux étant des éleveurs de zébus. Pourtant, le système d’élevage, pour toutes les espèces confondues (bovins, ovins, caprins, porcins et aviaires) est du type extensif. Souvent, ces animaux ne reçoivent ni soins vétérinaires ni apports alimentaires répondant à leurs besoins vitaux et de production.« Cela explique la faible productivité de ces ressources animales. La mauvaise gestion des pâturages et les feux de brousse non contrôlés pourraient réduire les disponibilités fourragères », fait toujours remarquer le rapport de la FAO.Le cheptel est concentré dans les parties Sud (ex province de Toliara), Ouest (régions de Bongolava et de Menabe) et Sud-Ouest (région Sofia) avec 65% de l’effectif national. Il est moins important dans les ex-provinces d’Antsiranana (au Nord) et de Toamasina (à l’Est). Dans une partie de la Grande île (sur les Hautes Terres, les ex-provinces de Mahajanga et Fianarantsoa), on utilise surtout les zébus pour les travaux agricoles. 42% des agriculteurs font appel à la traction animale pour le labour et 48% d’entre eux pratiquent le piétinement des rizières par les bœufs.Les problèmes d’alimentation, de protection sanitaire, de commercialisation et d’exportation du cheptel perdurent. Ainsi, si en 1990, 113 tonnes de viande ont été mises sur le marchéextérieur, cette exportation s’est réduite à 9 tonnes seulement en 1999. Officiellement, 158 bœufs ont été expédiés aux Comores en 2012. En fait, l’exportation de bœufs a été suspendue afin de ne pas léser la demande en viande de bœuf de la population mais également pour interrompre une éventuelle connexion des vols de bœufs avec la reprise de l’exportation des bœufs sur pied.

Le phénomène dahalo

L’ampleur des vols de zébus fait, actuellement, partie des écueils bouleversant l’élevage bovin dans la Grande île. Certaines régions et zones fournisseurs de bœufs ont dû arrêter leur activité à cause des vols qui ne cessent de s’intensifier.À Madagascar, le vol de bétail est, à l’origine, une tradition au cours de laquelle les jeunes hommes pouvaient prouver leur virilité. Au fil du temps, cette pratique ancestrale a pris une autre facette et s’est transformée en une affaire de grand banditisme aboutissant à des conflits sanglants. La recrudescence des violences liées aux vols de zébus dans l’Anosy en témoigne. L’animal a été symbole de richesse et également un moteur de développement de la région mais il est devenu la proie qui attise la convoitise des dahalo ou des malfaiteurs. En 2011, la gendarmerie nationale a recensé 3 000 vols de bovins, et le chiffre atteint le cap des 8 000 en 2012. Les opérateurs dans le domaine comme les bouchers et les grossistes en paient le prix.« Désormais, c’est à Mandoto, dans le district d’Antsirabe, que nous nous approvisionnons car il n’y a plus de bétails en provenance de Miandrivazo, Ambalavao, ou Mahabo à cause des vols à main armée qui sévissent dans ces zones ayant fourni des milliers de têtes de zébus avant », se plaigne Johnson Ramarakandro, vice-président de l’association des grossistes en bovidés d’Ampasika, lequel opère dans ce secteur économique depuis près de 15 ans.

Richard exerce le métier de ravitailleur en viande de bœuf des boucheries depuis 21 ans.

Focus – Richard, opérateur dans l’approvisionnement en viande de bœuf :« C’est un métier difficile »Richard, un père de famille, gérant de l’abattoir R2 d’Ampasika opère dans le ravitaillement et l’approvisionnement en viande de zébu depuis 21 ans.Cet opérateur signale les difficultés et les manigances qui mettent, actuellement, la filière en péril.« Depuis la vingtaine d’années où j’exerce ce métier, la situation a beaucoup évolué. Nous nous trouvons en difficulté à cause de la rareté de l’espèce. Actuellement, les zébus destinés à notre abattoir proviennent d’Ihosy et de la région du Nord, si auparavant Ambalavao et Miandrivazo figuraient parmi nos principaux fournisseurs », constate l’opérateur.« Cette diminution en nombre perturbe le marché. En 2008, par exemple, nous arrivions à avoir trois camions avec plus de 26 têtes de zébus chaque semaine. Actuellement, ce n’est plus le cas car le nombre de bovidés ne cesse de diminuer et on a dû espacer la fréquence d’abattage », rajoute -t-il.Cet opérateur a également connu des hauts et des bas dans son métier. L’insécurité est un danger auquel il s’expose.« C’est un travail de longue haleine mais c’est aussi un métier à risque. En 2002, nous avons été victimes d’une attaque à main armée qui a conduit mon frère à la mort de », raconte-t-il.

Rivo Rakotovao – « L’abattage de génisses et de veaux est sanctionné »

Le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage aborde le problème des abattoirs.

Un atelier de travail sur la lutte contre l’abattage des femelles bovines a été organisé. Quel en est l’objectif ?

On constate une faille au niveau de l’approvisionnement en viande de bœuf dans certaines parties da La Grande île. Pourtant, une loi interdit effectivement l’abattage de génisses et de veaux. Cela constitue donc une infraction.

Quelles régions pratiquent-elles cet abattage prohibé ?Nous avons récemment constaté un cas d’un tel abattage à Toliara. Sept bêtes parmi les 18 dans l’abattoir étaient des femelles bovines. Nous interpellons alors tous les responsables à renforcer le contrôle.

Qu’en est-il des mesures prises ?Il y aura sûrement des sanctions pour ceux qui commettent encore cet acte car nous avons déjà une loi qui interdit l’abattage d’une femelle bovine et d’un veau. La gendarmerie a déjà effectué des descentes dans certains abattoirs d’Analamanga comme celui d’Ambatonapoaka. On a commencé par cette région mais cela se poursuivra dans les autres régions.

La délocalisation des abattoirs en pleine ville a été également évoquée …La situation actuelle démontre que la plupart des abattoirs dans la capitale sont implantés dans des zones densément peuplées. De plus, le nombre d’habitants ne cesse de s’accroître. Nous sommes donc contraints de prendre la mesure de délocalisation de ces abattoirs car c’est une question d’hygiène et de santé, d’environnement mais également desécurité.

Quelle sera alors la mesure d’accompagnement de cette décision?L’État va également trouver une mesure d’accompagnement comme le site où déplacer les abattoirs. Pour l’instant, nous sommes actuellement à l’étape de la mise en œuvre d’une solution durable.

Les bœufs destinés à l’abattage se font de plus en plus rares.

Baisse de la consommation de viande

Il y a eu des périodes où le prix de la viande de zébu n’a cessé de prendre l’ascenseur. La baisse de sa consommation à cause du faible pouvoir d’achat des gens en constitue une conséquence. La difficulté de ravitaillement des bouchers constitue une des raisons de la hausse.La viande de zébu devient alors un produit rare et pourrait devenir un  produit de luxe si aucune mesure n’est prise car c’est l’espèce bovine même qui est menacée de disparition. En 2015, le kilo de viande de zébu était de 7 600 ariary auprès des boucheries, actuellement ce chiffre indique le prix du kilo auprès des grossistes dans les abattoirs. En l’espace de deux ans, le coût a flambé pour atteindre les 10 000 ariary. Cela engendre également un changement de comportement chez les consommateurs.

Plusieurs acteurs ont participé à l’atelier pour le renforcement de la lutte contre l’abattage de la  génisse et du veau, à Ampandrianomby.

«Nous avons constaté une chute de la demande par rapport au premier trimestre 2016. Si avant, les consommateurs achetaient entre 500 g et un kilo de viande de zébu, désormais, ce n’est plus le cas car beaucoup de ménages n’achètent que l’équivalent de 2 000 ariary, soit 200-250 grammes», affirme Faly Rakotondrasoa, boucher au marché d’Analakely.La consommation annuelle malgache est de 400 000 têtes soit environ deux kilos par habitant, si elle était de 17 kg par habitant en 1970. En fait, les Malgaches consomment de moins en moins de viande.

L’hygiène dans un abattoir laisse à désirer.

Textes  : Sandra Miora Hafalianavalona Photos : Claude Rakotobe - Sandra Miora Hafalianavalona Archives de l’Express de Madagascar.

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Des kits désenclavent des zones isolées

« Avant, nous avons utilisé des réfrigérateurs marchant avec du pétrole. Ce réfrigérateur est tombé en panne la plupart du temps et nous avons dû aller à Morondava pour prendre des vaccins », témoigne Herilala Ranivoarisoa, sage-femme et chef du centre de santé de base niveau I dans le fokontany de Tsianaloka , district de Belo Tsiribihina dans la région de Menabe. Ce n’est que l’un des problèmes subis par ce centre se trouvant à 125 km de Morondava en passant par des routes quasiment secondaires.En tant que centre bénéficiaire du programme d’appui aux secteurs sociaux de santé de base (Passoba santé), des kits de fidélisation et de gratification permettent  l’amélioration de l’accessibilité au système de santé dans les zones enclavées et éloignées comme le cas de Tsianaloka. « Le kit de fidélisation facilite le travail des agents de santé puis les motive dans leur milieu de travail comme la dotation d’une moto. Le kit de gratification est comme une reconnaissance vis à vis d’une bonne gestion des intrants pharmaceutiques (un ordinateur portable afin de gérer les données et les statistiques) », explique Famatanantsoa Razana­boninahitra, assistant technique régional auprès de l’Unicef.Les kits permettent également de motiver les patients. « Nous ne devons plus couper l’approvisionnement en matière de kits car cela fidélise les patients. Prenons comme exemple l’accouchement, chaque femme accouchant au centre de santé de base bénéficie d’un sac de longe. Si l’approvisionnement en kits cesse, les patients décident de ne plus fréquenter le CSB », confirme Herilala Ranivoarisoa. Elle poursuit que  le taux de fréquentation a augmenté de cinq cent personnes par rapport à deux cents personnes il y a trois ans. Plus de sept cent soixante mille personnes bénéficient du programme Passoba santé dans la région de Menabe.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Des nouveaux-diplômés de l’ISCAM

Quatre cent sept étudiants de l’Institut Supérieur de la Communication, des Affaires et du Management (Iscam) ont empoché leurs diplômes. Ayant suivi des parcours en Commerce International, Management et Développement d’Entre­prise, Comptabilité-Finances, Marketing Communication et Gestion des Ressources Humaines, ils ont bénéficié de la formation accrue en « softskills ».

L'express de Madagascar0 partages

Gang démantelé

Quatre suspects ont été arrêtés à Ampitatafika, Antanimenakely et Imerin­tsiatosika pour une quadruple attaque armée ayant fait un mort à Antsi­nanambohitra Itaosy, samedi. Ces individus se sont fait coincer sur la base d’indices et de renseigne­ments.

L'express de Madagascar0 partages

Judo mondial – Fetra et Damiella  éliminés d’entrée

Éliminés d’entrée. Les deux porte-fanions malgaches, à savoir Fetra Ratsimi­ziva engagé dans la catégorie -81kg seniors hommes et Damiella Nomen­janahary dans la catégorie-63kg seniors dames, en lice aux championnats du monde de judo sénior ont tous les deux quitté le sommet dès le tour préliminaire.La 35e édition de ces Mondiaux de judo se déroule du 28 aout au 3 septembre à Budapest Hongrie. Plus de 700 judokas, les meilleurs du monde venant de 126 pays y sont réunis.Tiré au sort dans la poule A de la catégorie des moins de 81kg qui regroupe 66 combattants, l’olympien de Londres en 2012 et vice cham­pion d’Afrique en 2011 à Dakar Sénégal, Fetra, expatrié de Toulouse France, a perdu son premier combat hier matin face au Chinois Erihemubatu, victoire par wazari. Ce Chinois a pour palmarès la troisième place du Grand Prix d’Ulaanbaatar en 2016.Dans la catégorie des moins de 63kg dames, Damiella Nomenjanahary, médaillée d’argent aux derniers Jeux des îles de l’océan Indien et classée cinquième aux derniers championnats d’Afrique version 2017 sur le sol malga­che, a également échoué dès son premier combat face à l’Amé­ricaine Akiyama Leilani. Quarante sept judokates sont engagées dans cette catégorie, et Damiella a été tirée au sort dans la poule C.L’Américaine, deux fois classée troisième aux cham­pionnats panaméricains, en 2014 et en 2015, a remporté la victoire après avoir obtenu un wazari puis par ippon après 2 minutes et 31 secondes de combat. Les porte-fanions de la Grande île plient donc bagages après leur premier combat dans la phase éliminatoire.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Première rencontre

Le président de la République Hery Rajaonarimampianina a reçu les nouveaux membres du Conseil du fampihavanana Malagasy, hier, au palais d’Iavoloha. C’était l’occasion pour le Chef d’État de les féliciter, mais surtout, de rappeler l’importance du cadre légal qui régit les actions du CFM. Après cette rencontre, les conseillers du fampihavanana vont tenir leur première assemblée générale, pour prêter serment et élire le bureau permanent.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « Inspi­ration vers l’infini » à l’hôtel Le Louvre

Chaque mois, l’hôtel Le Louvre accueille une exposition d’art. Ce fleuron de la capitale rehausse la valeur des créations de nos artisans. L’établissement brasse du bon monde, qui est une clientèle potentielle pour ces œuvres d’art. Sa position géographique favorise les visites. Après les belles sculptures en bois, exposées tout le long du mois d’août, les œuvres de cinq artistes peintres prennent le relais et meubleront le hall de cet hôtel quatre étoiles à partir du 1er jusqu’au 30 septembre. Jina Randriamiharisoa, Toky Andriantsilavo, Dina Rabearivelo, Petit Maître et Dolph étaleront les plus beaux de leur création pour cette occasion. Des noms bien connus à partir de la qualité et l’originalité de leur travail. Le vernissage sera prévu pour le vendredi 8 septembre à 12 heures 30. Nos artistes peintres rêvent d’avoir une salle d’exposition permanente, qui leur est destinée pour montrer de quoi ils sont capables. Bon nombre d’entre eux sont autodidactes et vivent de cet art. « Avoir une salle nous permettra de conjuguer nos talents et de stimuler notre production. Les jeunes peuvent aussi profiter  de cette infrastructure et jouiront des expériences de leurs aînés. Nous lançons unanimement un appel à nos responsables », a formulé Mistery, un artiste peintre qui fait du classique figuratif. « L’inspiration vers l’infini » nourrit des rêves et elle vaut le détour.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Masters – Madagascar termine  à la sixième place

Clap de fin pour Mada­gascar aux Masters de pétanque. L’exploit n’a pas donc eu lieu pour Christian  « Nanou » Andrianiaina, Luc Rahaingoson et Tojo « Cobra » Rahasintsoa.La sélection malgache termine à la sixième place du classement général. Hier, à Ruoms-Aluna, lors de la septième et dernière étape, elle a réussi à passer le cap des quarts de finale.Et ce, suite à une victoire sur l’équipe Rocher (13-5). Cependant, elle s’est inclinée dans le dernier carré face à l’équipe Gire (8-13), synonyme de cinq points supplémentaires qui s’ajoutent à son cumul.Au final, la Grande île termine avec un total de vingt-trois points, insuffisants cependant pour remonter au classement général et se qualifier pour le Final Four. Pour la deuxième année consécutive donc, Mada­gascar ne jouera pas la finale.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Quatorze blessés graves sur la RN5  

Le mardi 29 août, aux environs de 17h 30, un minibus transportant des passagers à destination de Tanambao Nosibe et un véhicule 4×4 Sorento sont entrés en collision à Antetezambaro, sur la RN 5,  causant quatorze blessés graves. Les victimes ont dû être évacuées d’urgence à l’Hôpital Be Toamasina ainsi qu’à l’Hôpital Manara-penitra.

L'express de Madagascar0 partages

Un colon du dimanche mal luné

Le colon Charles-Auguste Couesnon, installé entre Ampangabe dans le Marovatana et Ambohitrimanjaka dans l’Ambodirano, rencontre des problèmes dans le recrutement de la main-d’œuvre. Ce qui amène Yvan Paillard à dire, « ces difficultés laissent deviner déjà quelles sont les relations réelles du colon avec ses voisins malgaches ».En réalité, explique-t-il, (Les mésaventures d’un colon du dimanche, 1975)- « et l’administration commence à en prendre conscience »-, si les villageois supportent déjà mal la présence des colons, les procédés de Couesnon envers ses employés enveniment encore les relations. « Il les fait travailler douze heures par jour et a la main dure », est-il noté au crayon sur la lettre d’avril 1906 par laquelle Couesnon demande l’intervention du gouverneur général. Renseignement probablement fourni par le district et qui contribue certainement à détériorer les relations avec l’administration supérieure « dont la mansuétude est épuisée », commente Yvan Paillard.Ainsi, le colon « semble s’avouer vaincu » : les affaires ne vont pas comme il le souhaite. Dès 1905, le Guide-Annuaire ne le distingue plus des autres colons de la province ; il veut vendre sa concession, mais « l’insécurité et le peu de respect des propriétés » découragent les acheteurs éventuels. Finalement, en 1907, il se présente à un concours pour l’emploi de commis de 4e classe des Domaines-cadre local. Il est reçu, prend son service le 1er aout 1907 et s’installe à Antananarivo. Cependant, il ne renonce pas à sa concession.« Colon du dimanche », il y vient encore à bicyclette les weekends quand il obtient une permission. Il en confie la garde et l’entretien à deux domestiques et continue de pratiquer l’élevage, sans cesser de cultiver encore un peu de riz et des mûriers.Mais, indique Paillard, les difficultés se multiplient avec les indigènes, encouragés sans doute par l’absentéisme du colon, et avec l’administration locale, en particulier Germenot qu’il accuse de « parti pris non dissimulé », et le « gouverneur madinika » d’Ampangabe, Rainimanantsalama.« Couesnon perd alors tout à fait le sens de la mesure. »En 1908, il se plaint que, pour aider à la construction d’un nouveau bureau du gouverneur « madinika » (par un tâcheron d’Antananarivo engagé par le service des Travaux publics), Rainimanantsalama et son secrétaire auraient réquisitionné un tombereau et des mulets lui appartenant et qui auraient servi à véhiculer jusqu’au village, les briques confectionnées au bord de la rivière Sisaony. Plus généralement, Couesnon reproche au « gouverneur madinika » de détourner ses employés « par des promesses ou de l’argent », et de faire édifier le bureau à son propre bénéfice, sous le couvert d’autres indigènes. En fait, explique Paillard,« tout se réduit à l’acte de mansuétude de l’un des domestiques du colon : transportant avec le tombereau une charge de herana, il a rencontré sur son chemin un garçon ployant sous une pile de briques dont il a pris une dizaine sur le véhicule ! ».Ce n’est pas la première plainte et Germenot en a assez : « Il semble que le colon abuse de plaintes de l’espèce. Sans compter celles adressées à mon prédécesseur, depuis une année, il m’a saisi de différentes réclamations : tantôt les indigènes lui ont dérobé un cadenas, tantôt les habitants se liguent pour couper son bozaka. Or, rien de tout ceci n’a pu être prouvé, au contraire. La vérité est que M. Couesnon, ne surveillant pas lui-même sa propriété, rend responsable la population toute entière des menus larcins qui peuvent être commis à son préjudice et qui pourraient avoir comme auteurs ses domestiques. »Le colon est d’ailleurs noté comme payant très irrégulièrement ses « bourjanes ». Le chef de province, Titeux, s’étonne de « l’acrimonie » de ses plaintes « peu en rapport avec la correction dont ne devait pas se départir un fonctionnaire ». Et pourtant, écrit Yvan Paillard, ce même chef de province serait intervenu à plusieurs reprises pour recommander aux fonctionnaires indigènes de «veiller avec soin à la préservation des intérêts du colon».Le gouverneur général Augagneur est finalement saisi de ce petit scandale, et « ce n’est pas un homme très patient ». Il fait « admonester Couesnon par le chef du service des Domaines ». Ce dernier est invité à lui exposer notamment « qu’il est inadmissible qu’un fonctionnaire sur la foi de simples racontars recueillis à la légère, accuse de vol des agents de l’administration indigène et réclame l’ouverture d’une enquête pour des faits reconnus entièrement inexacts ».Mais peine perdue et Couesnon s’en prend plus directement à Rainimanantsalama, son pire ennemi, les notables, les « mpikarakara » et les « mpitandrina »,  « à la dévotion des missionnaires». Il finira d’ailleurs par le coincer en 1909. Mais c’est une autre histoire.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Nouvelle ère 

À leur tour, le syndicat des gardes pénitentiaires demande une rencontre auprès de la nouvelle garde des Sceaux et ministre de la Justice, Elise Alexandrine Rasolo. Le paiement des arriérés d’indemnités ainsi que la réhabilitation des infrastructures carcérales sont parmi les sujets à discuter. Les syndicalistes espèrent trouver une solution à leurs revendications suite à cette rencontre.

L'express de Madagascar0 partages

Appui au dénombre­ment

Un comité régional de recensement et un comité communal de recensement seront mis en place pour faciliter l’exécution du dénombrement de la population. Une note sera envoyée auprès des autorités locales, selon le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana.

L'express de Madagascar0 partages

Un militaire dé­trousseur arrêté

Un militaire nouvelle­ment engagé âgé de 28 ans a été arrêté par la police, mardi dernier. Il avait voulu détrousser un homme allant à son travail dans la matinée, du côté d’Andranomadio parcelle 11/43. Le malfaiteur a menacé sa présumée victime par un pistolet. Mais elle ne s’est pas laissée faire et s’est défendue. D’autant plus que le jeune homme est un élément d’une sécurité privée et il a donc fait usage de techniques de self defense.  Une autre personne est venue à la rescousse contre le militaire, lequel n’a eu d’autre issue que de prendre la fuite en laissant tomber le pistolet.

L'express de Madagascar0 partages

Newrest sert à l’Ame­rican School

Depuis le 15 août, Newrest Madagascar fournit chaque jour aux deux cent vingt étudiants et soixante enseignants de l’American School of Antananarivo des petits déjeuners et des déjeuners. Cette filiale du Groupe Newrest est aujourd’hui une référence dans la restauration hors foyer et la gestion des Bases Vie à Madagascar. Elle sert plus de six mille huit cent repas tous les jours. Parmi ses références, on peut citer la plus grande société minière Ambatovy et la société Outremer Telecom.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps dans  un puits

Le corps inerte d’un jeune homme de vingt-cinq ans, qui venait de concourir aux examens d’entrée  à la police nationale pour le recrute­ment 2017, a été retrouvé dans un puits à Farafangana hier, tôt le matin. La thèse d’un meurtre est privilégiée. Une perforation a été relevée sur sa boîte crânienne avec un hématome dans le dos.

Midi Madagasikara0 partages

Adduction d’eau

Le taux d’accès à l’eau potable n’est que de 43% à Madagascar. Des efforts soutenus sont encore à fournir, notamment en milieu rural. Heureusement la société civile commence à se mobiliser. Ce lavoir de Vontovorona, en est un exemple. Il bénéficie à près de 200 lessiveuses de la zone.

Luz R.R

Midi Madagasikara0 partages

Ambohibary-Sambaina : Nitangoronan’ny fokonolona nitaky fitsaram-bahoaka ny tobin’ny zandary

Tsy latsaky ny 200 ireo olona tonga nitangorona teo anoloan’ny paositry ny zandary ao Andranomadio, ny alarobia 29 aogositra teo. Vory teo izy ireo mba hitaky ny hamotsorana lehilahy roa voarohirohy noho ny resaka doro trano sy ny hanomezana azy ireo olona telo mianaka ampangain’izy ireo ho nangalatra ka tsy maintsy hanaovana fitsaram-bahoaka.

Avy any amin’ny tanàna atao hoe Andranokely, 15 km avaratra andrefan’Ambohibary, renivohitry ny kaominina ireto fokonolona ireto ary efa saika nanao fitsaram-bahoaka lehilahy lehibe iray 67 taona izay mpandroaka sarety no asany,  ny sabotsy 26 aogositra lasa teo. Nampangaina ho nangalatra vary ity lehilahy ity tamin’izay. Nitranga izany rehefa nitondra vary 4 gony hototoina tamin’ny saretiny ity lehilahy ity sy ny zanany io sabotsy io tokony ho tamin’ny 10 ora maraina. Nisy nanakana anefa izy mianaka rehefa nandeha 3 km niala an’Andranokely. Ary nolazaina fa vary halatra no nentiny ka tsy maintsy entina miverina any amin’ny tompony any an-tanàna ilay vary. Nilaza anefa ilay rangahy fa tsy azy io vary io fa an’izany Radista izany fa mpiakarama fotsiny izy mitondra izany. Noho izany, nanaiky ny hitondra ny entana  hiverina izy,  saingy nitaky kosa ny hanefanany saran-dalana efa nataony. Nony tonga tao an-tanàna dia avy dia niantso vahoaka ilay vehivavy nilaza ho tompon’ilay vary ka vory ny olona. Tsy afa-nihetsika intsony ilay rangahy ka nosamborin’ny olona. Ilay zanany kosa tafaporitsaka. Ny tolakandron’io dia nentin’ireto fokonolona hatao fitsaram-bahoaka ilay rangahy. Tonga haingana teo an-toerana anefa ny zandary nanavotra io rangahy io ary nitondra azy tany amin’ny paositry ny zandarimaria.

Hatolotra ny Fitsarana. Tsy nitsahatra hatreo ny raharaha fa nandeha tany an-tranon’ny zanak’ity rangahy lahy iray hafa indray ireto olona mba hisambotra ity farany, satria hono mpangalatra koa io. Nony tonga teo izy ireo dia nasain’izy ireo nivoaka ny vady aman-janak’ilay lehilahy fa hodorana velona ao an-tranony hono ilay io. Dia nodorana tokoa ny trano. Tsy may tao anefa ity raim-pianakaviana ity fa nahita lalana nivoahana avy tao andamosin’ilay trano ary nadehana nitolo-tena tany amin’ny zandary niaraka tamin’ilay rahalahiny tafatsoaka tamin’ilay tsy voasambotry ny fokonolona tamin-drainy. Ny alahady 27 aogosira anefa dia nametraka fitoriana azy mianaka tao amin’ny zandary ilay ramatoa milaza fa tompon’ny vary. Mba nametraka fitoriana ihany koa ilay lehilahy nodorana trano ka lehilahy roa, izay voalaza fa nitarika ny fokonolona hanao izany, no nosamborin’ny zandary. Ny alarobia teo anefa, olona efa ho telonjato no tonga teny amin’ny tobin’ny zandary hitaky ny hamotsorana ireo  roa lahy nosamborina noho ny doro trano satria tsy meloka hono ireo fa ny fokonolona no nanao ny fandorana. Nitaky ihany koa izy ireo  ny hanolorana azy telo mianaka mba hanaovana fitsaram-bahoaka. Tsy nanaiky izany anefa ny lehiben’ny zandary teo an-toerana izay nilaza fa efa eo am-pelatanan’izy ireo ity raharaha ity ary efa misy ny fitoriana ka tsy maintsy hatao ny famontorana ary hatolotra ny fitsarana ny raharaha. Naharitra antsasakadiny teo ho eo ny roa tonta no nifampiziriziry ary tsy nitsahatra izany raha tsy niditra an-tsehatra mihitsy ny ben’ny tanàna nampitony ireto vahoaka ary nitondra azy ireo tany amin’ny lapan’ny tanàna. Hatreto dia mbola tazonina ao amin’ny zandary izy dimy mirahalahy mianaka ireto rehefa nahazo fanalavam-potoana ny fihazonana azy. Mbola karohina mantsy ilay Radista izay voalaza fa nanakarama ilay mpitondra sarety. Ity farany izay toa tsy noresahin’ireo fokonolona mihitsy tao anatin’ity raharaha ity.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Namakia : Faty roa hita tao anaty alam-pary

Ny voalohany dia zazavavy izay tombanana ho fito taona ary tsy misy lohany sy tanana havia. Ny faharoa kosa lehilahy tokony ho 25 taona izay tsy nisy lohany sy tanany roa. Izay no hitan’ny olona tao amin’ny tany fambolena fary ao Morafeno-Mitsinjo, ao amin’ny fokontan’i Namakia. Nantsoina ny zandary mba hijery ny zava-misy ary mbola nitombo ihany aza ny zavatra hita. Nisy taolan-dàava miisa folo hita teo akaikin’ireo razana izay efa simba. Fa inona no mitranga ao an-toerana ? Fanarian’ny mpamono olona razana ve izany ilay alam-pary sa kosa mety ho azo heverina ny hoe misy manao sorona ? Nihoron-koditra ny olona raha nahita sy naheno ny zava-nitranga, indrindra fa hoe samy tsy nisy loha intsony ireo faty roa hita.

Nangonin’i D.R