Les actualités à Madagascar du Samedi 01 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara287 partages

Masakalina Anjozorobe : Lasa avokoa ny omby, noraofin’ny dahalo tamin’ny gony ny vola teo an-tanana

Tsy nisy toa izany ! « Tsy hisy olona tonga hamonjy anareo eo,… Avoahy avokoa ny fananana rehetra ! ». Nanao izay danin’ny kibony, ary nanjaka tanteraka tao amin’ity fokontany iray ao ao amin’ny kaominina ambonivohitra Anjozorobe ireo dahalo, afak’omaly. « Voafafa » tanteraka ara-bakiteny ny tanana, lasa avokoa ny omby rehetra ary noraofin’ireo olon-dratsy tamin’ny gony ny vola !

Efa zary sakafo fihinan’ny mponina andavanandro any amin’iny distrikan’Anjozorobe iny ny resaka asan-dahalo, izay vao mainka moa nampiana valan’aretina Covid-19 indray amin’izao. Saingy tamin’ity indray mitoraka ity dia tena sahy mihitsy ireo andian-dahalo. Fokontany iray, tsy lavitra fa dia 10 kilaometatra miala ny tampon-tanana no nataon’ny dahalo nahita faisana ny hariva ny alakamisy teo. Tokony ho tamin’ny fito ora tany ho any tokoa mantsy dia dahalo am-polony maro nirongo fitaovam-piadiana no tonga nanafika tao amin’ny fokontanin’i Masakalina.

Tanana amoron-dalana, tohin’ny lalam-pirenena fahatelo mizotra mihazo an’Alaotra iny saingy mbola lalan-tany. Horakoraka, kiririoka niaraka tamin’ny feom-basy mitatata no re maneran’ny tanana, hoy ny fitantarana mponina any amin’iny toerana iny. Ary tsy vitan’izay fa nodomina isan-trano ary nasaina nivoaka avokoa hoe, raha ny angom-baovao hatrany. Nasaina namoaka ny vola rehetra tany an-tranony avy tany ireo mponina ary « tena noraofina sy nangonin’izy ireo tamin’ny gony » ny vola. Ny sasany tamin’ireo dahalo kosa namoaka tsirairay ireo omby rehetra tany am-bala, mitotaly am-polony maromaro.

Voafehy tanteraka izahay, hoy hatrany fitantaranan’ireo mponina ary nanana fotoana maharitra mihitsy izy ireo nanaovana ny asa ratsiny. Adin’ny iray sy sasany mahery teo ho eo no niainan’ireo mponina horohoro sy tahotra ny ho faty sa ho velona. Na izany na tsy izany dia fantatra fa tsy nisy olona namoy ny ainy na ny naratra tao an’ity fanafihana ity saingy very fananana tanteraka ireo vahoaka. Ny somary nampalahelo, hoy ny sasany dia « nisy ihany ny afaka nampilaza mpitandro filaminana, raha mbola tao anatin’ny fanafihana saingy toa hoe nilaza izy ireo fa hoe tsy ampy fitaovana angaha handehanana mankaty, kanefa dia etsy amin’ny lalana antsakadiny miala ny tampon-tanana dia tongotra ». Ary mety ho izay ve no fantatr’ireo andian-dahalo ka nasahian’izy ireo nandraby ireo mponina ny amin’ny hoe « tsy hisy hamonjy anareo izany eo … »

Taorian’ny fanafihana tokoa moa vao tonga ireo mpitandro ny filaminana, ny zandary avy amin’ny tobim-paritra ao Anjozorobe saingy mazava ho azy efa nandositra ireo dahalo niaraka tamin’ny omby. Ny Komandin’ny tobim-paritry ny zandary any an-toerana, azo an-tariby omaly no nanazava fa « efa tokony ho tamin’ny sivy ora alina izy ireo vao nisy nampandre ka tsy ho « possible » intsony ny famonjena. Ny fanarahan-dia sisa azo atao ». Marihana fa efa eny am-panaovana izay fanarahan-dia izay tokoa ireto mpitandro filaminana ireto niaraka tamin’ireo vatan-dehilahy tao an-toerana. Mbola tsy nisy latsaka hatreto aloha ireo omby ary tsy mbola nisy voasambotra ireo malaso, raha hatramin’ ny omaly hariva.

m.L

Midi Madagasikara236 partages

Covid-19 : 56 cas de contamination dans 3 prisons

56 cas positifs au coronavirus sont actuellement recensés dans les prisons. Ces dernières s’en sortent tant bien que mal avec les moyens du bord pour endiguer l’épidémie malgré la surpopulation qui y sévit car, les prisons  malgaches sont surpeuplées. Actuellement on compte 28.000 détenus dans toutes les prisons de l’île si la capacité d’accueil ne devrait dépasser les 11.000. Dans la maison centrale d’Antanimora, qui était un ancien monastère, on compte actuellement 4.000 détenus, dépassant largement sa capacité de 850. C’est une réalité qui attire depuis de longues années les foudres de toutes les critiques, parfois les plus virulentes, des défenseurs des Droits de l’Homme. Le pays manque énormément de places de prison. La dernière construction de nouvelle prison date de 2006 à Miandrivazo et Betroka, si, en revanche, la plupart des établissements actuels ont vu le jour durant la période coloniale « vers les années 1900 » a affirmé le Directeur général de l’administration pénitentiaire, Tovonjanahary Ranaivo Andriamaroahina.

Ambalatavoahangy. Dans le cadre de la crise sanitaire,  l’engorgement des prisons n’a pas facilité les tâches du ministère de la Justice pour lutter contre le coronavirus. En effet, la limitation des flux de nouveaux détenus qui arrivent dans les prisons a été adoptée pour prévenir l’épidémie dans les prisons. Mais les dispositifs de lavage de main, la réalisation de tests de dépistage, la mise en quarantaine des nouveaux détenus, la désinfection des cellules et des quartiers, la suspension des visites familiales des détenus, ont été aussi renforcés pour limiter la circulation virale dans ces prisons surpeuplées. Cependant, les « résultats de la riposte contre l’épidémie dans les prisons sont quand même convenables » soutient le patron des prisons malgaches. En avril dernier, la prison d’Ambalatavoahangy à Toamasina a accueilli 41 personnes infectées et sont toutes actuellement guéries, selon Tovonjanahary Ranaivo Andriamaroahina. Dans la prison d’Arivonimamo, les 43 contaminés suivent actuellement des traitements spécifiques et sont toujours en isolement. Comme les 12 cas testés positifs au coronavirus, dont 4 hommes et 8 femmes, à Antanimora. A Port-Berger, un agent de l’administration pénitentiaire est porteur du coronavirus. Les établissements pénitenciers comptent alors, jusqu’à présent, 56 cas de coronavirus, selon les chiffres avancés par le Directeur général de l’administration pénitentiaire.

Peines. Conscient de ce manque flagrant de cellules, l’Etat compte actuellement augmenter, avec ses propres moyens, le nombre des établissements afin que les peines soient purgées dans un environnement adapté. L’actuel garde des sceaux réitère à plusieurs reprises cette volonté du gouvernement à lutter contre cette surpopulation carcérale et, aussi, à améliorer les conditions de détention dans les prisons. De nouveaux établissements sont alors en cours de construction pour augmenter le nombre de places de prison disponibles. A Imeritsiatosika, une nouvelle prison de haute sécurité est sortie de terre, comme les maisons centrales à Ambohitrabiby dans le district d’Avaradrano et à Ambalakely, à Fianarantsoa. A Sainte-Marie, Sambava, Toamasina I, Belo sur Tsiribihina et Ambilobe, les travaux vont tous débuter pour cette année, selon le Directeur général de l’administration pénitentiaire, pour ériger de nouveaux établissements.

Secrétariat d’Etat. Si l’Etat veut résorber les prisons dont la plupart sont en état de délabrement avancé, l’administration pénitentiaire, quant à elle, compte relever le défi de la professionnalisation de son métier. « La mise en adéquation des formations, qui doivent aussi suivre les normes internationales en la matière, avec les réalités des prisons malgaches est une des questions fondamentales dans le cadre de la professionnalisation du métier de l’administration pénitentiaire », a affirmé Tovonjanahary Ranaivo Andriamaroahina. Aussi, l’administration pénitentiaire s’évertue, selon son Directeur général, à atteindre l’objectif de ratio normal d’un agent pour 5 détenus si, actuellement, la situation de l’effectif des agents est loin de répondre à cette norme internationale avec un agent pour 15 détenus. Ainsi, pour mieux aborder les réformes que ce corps professionnel, actuellement rattaché au ministère de la Justice, veut mener, ce dernier estime qu’« il serait mieux de nous doter d’un secrétariat d’Etat ».

Rija R.

Midi Madagasikara14 partages

Gouvernement. : Remaniement incontournable

Il y a d’autres maillons faibles dans le gouvernement.

De nouvelles recrues pourraient faire prochainement leur entrée dans l’équipe gouvernementale en ce mercato en plein Covid-19.

Depuis la formation le 24 janvier 2019 du premier gouvernement Ntsay de l’ère Rajoelina, 10 ministres ont été remerciés (au propre comme au figuré) en l‘espace de 18 mois. La première à partir fut la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, Félicitée Rejo Fienena en juillet 2019. Marie Thérèse Volahaingo devait à son tour, suite à l’ « Affaire Panier garni de 65.000 Ar », s’effacer devant Rijasoa Andriamanana le 29 janvier 2020. Celle-ci ne garda pas non plus très longtemps le… portefeuille de l’Education nationale à cause de l’histoire de « 8 milliards Ar. de bonbons sucettes » qui a entraîné son limogeage le 04 juin 2020.

7 ministres. D’autres ministres ont aussi quitté le gouvernement lors du remaniement du 29 janvier 2020. Ils sont au nombre de 7, en l’occurrence, Naina Andriantsitohaina qui déménagea du ministère des Affaires Etrangères à Anosy pour l’Hôtel de Ville de la Capitale. A cause des problèmes de délestage, Vonjy Andriamanga céda aussi le ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures avant de passer plus tard de l’ombre à la… lumière avec son repêchage au poste de DG de la Jirama. La fuite de sujet au Bac 2019 a également coûté sa place de ministre de l’Enseignement Supérieur à Blanche Nirina Richard. Les autres partants étaient Julio Rakotonirina (Santé Publique) ; Jacques Randrianasolo (Justice) ; Roger Rafanomezantsoa (Sécurité Publique) ; Alexandre Georget (Environnement et Développement Durable).

Examens officiels. 6 mois après la recomposition de l’équipe gouvernementale, un remaniement dont l’ampleur dépend du Président de la République et du Premier ministre, s’avère incontournable voire imminent, surtout dans la perspective des examens officiels. En effet, à 1 mois de la date prévue pour la tenue du CEPE et à 1 mois et demi du début des épreuves du BEPC, l’intérim du ministère de l’Education nationale est toujours assuré par la ministre de l’Enseignement Supérieur Assoumacou Béatrice qui doit elle-même s’occuper de la préparation du Bac fixé au 5 octobre. C’est dire que la nomination de la remplaçante de Rijasoa Andriamanana est urgente.

Dîner d’adieu. Le remplacement de l’actuelle ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme est aussi d’actualité car, en plus du conflit d’intérêts que son mariage civil avec le diplomate américain Stuart Wilson a généré, elle va suivre, tôt ou tard, son mari dans son nouveau lieu d’affectation. Un dîner d’adieu à l’occasion du départ du Chargé d’Affaires américain s’est tenu avant-hier, d’après une publication sur Linkedin du Premier Conseiller auprès de l’Ambassade de France, Frédéric Joureau. Des ministrables potentiels commencent à circuler dans les allées du pouvoir pour succéder à Irmah Naharimamy à Ambohijatovo. En tout cas, sa remplaçante sera une descendante d’Eve qui sied mieux au poste mais aussi pour maintenir un tant soit peu la parité hommes – femmes au sein du gouvernement.

Débordé. Le ministre de la Santé Publique, le Pr Ahmad Ahmad risque aussi de faire les frais du prochain remaniement. Et ce, après son « initiative personnelle » de s’adresser aux chefs d’agence et institutions partenaires du développement sanitaire qui lui a valu un désaveu du gouvernement. Quoique le nom d’un(e) autre Professeur(e) très médiatique, commence à courir, l’actuel titulaire du poste bénéficie de la solidarité du corps médical mais aussi et surtout du soutien des natifs de la province de Mahajanga qui s’estiment être, à tort ou à raison, les mal aimés du pouvoir après l’éviction de Rijasoa Andriamanana qui est originaire du même Faritany. Ce qui a d’ailleurs amené le Premier ministre à souligner que l’interpellation du ministre de la Santé n’a aucun caractère tribal. Selon le communiqué du gouvernement, « le contenu de la lettre reflète l’état de débordement dans lequel se trouvent le ministre et son entourage ». Bon nombre d’observateurs se demandent si c’est seulement le ministre de la Santé qui est débordé. Une manière de laisser entendre qu’il y a d’autres maillons faibles dans le gouvernement. Lesquels sont également ou davantage en état de débordement si ce n’est pas l’Etat dans son ensemble qui est débordé. Et ce, face à la pandémie de Covid-19 qui constitue pour tous les ministres, un véritable …test. Positif pour les uns, négatif pour les autres.

R.O

Midi Madagasikara8 partages

Mahajanga et Antsirabe II : Une fillette et une jeune femme sauvagement assassinées

Les auteurs de ces crimes contre des descendantes d’Eve sont tous des hommes. Arrêté, l’un attend actuellement son procès en prison tandis que l’autre reste encore en cavale. Les habitants de la Cité des Fleurs souhaitent vivement qu’il soit appréhendé vu la cruauté de son acte dont la victime était une fillette de 7 ans. Selon l’information, le corps sans vie de cette fille unique d’un couple résidant dans le quartier de Nosikely-Tsararano, dans la commune urbaine de Mahajanga a été retrouvé enterré, jeudi à 10 heures près d’un canal dans un endroit appelé Ambohimiadana. Les enquêteurs sont parvenus à cette découverte macabre grâce au témoignage des passants qui ont vu un homme de grande taille qui a creusé un trou près du canal susmentionné puis y enterré quelque chose. Ils ont pu photographier le suspect. Accompagné des agents du bureau municipal d’hygiène de la commune urbaine de Mahajanga, la police s’est alors rendue sur le lieu où elle a alors trouvé la dépouille de la victime. Le constat effectué par le médecin a révélé qu’elle a été tuée par strangulation. Ses genoux présentaient des blessures. En possession des photos du suspect, les forces de l’ordre s’attellent actuellement à la recherche de ce dernier.

Crime passionnel ? L’atrocité a eu lieu dans le fokontany de Tsaratanana, commune Alakamisy, district d’Antsirabe II. Le corps sans vie d’une jeune femme de 21 ans a été retrouvé dans une forêt de la localité, le 22 juillet. La victime a été tuée avec un objet tranchant au niveau de son cœur. L’enquête menée par la gendarmerie a révélé que cette femme a été tuée par son amant. Arrêté, celui-ci a avoué son crime. Expliquant le mobile de son acte, il affirme qu’il l’a commis pour honorer la promesse d’amour qu’il a faite à cette jeune femme comme quoi leur union devrait durer jusqu’à la mort. L’enquête a également révélé que sa relation avec la jeune femme a fait suite au fait que celle-ci lui aurait emprunté de l’argent. Puisqu’elle n’a pas pu honorer son engagement, les deux jeunes gens se sont promus de s’unir pour toujours, à entendre son explication. Déféré au parquet jeudi 30 juillet, le présumé a été placé sous mandat de dépôt.

T.M.

Midi Madagasikara3 partages

Traitement des cas sévères de Covid-19 : Un besoin de 10 bouteilles d’oxygène par patient en moyenne

Les besoins en oxygène ne cessent de grimper avec la hausse du nombre de personnes présentant des formes sévères de Covid-19.

Les patients atteints de la forme grave de Covid-19 ont besoin d’une oxygénothérapie. Une thérapie indispensable pour tous les patients qui souffrent de détresse respiratoire. Cette dernière étant dans la majorité des cas, la cause du décès lié au Covid-19 selon les épidémiologistes. La prise en charge – répondant aux normes – des patients présentant des formes sévères de Covid-19 s’étale en moyenne sur sept jours. Soit, un besoin en consommation d’une dizaine de bouteilles d’oxygène à peu près pour chaque patient à prendre en charge selon un responsable de centre de traitements des cas sévères de Covid-19. Interrogé sur le coût moyen d’une bouteille d’oxygène, un responsable de société d’approvisionnement en oxygène a fait savoir que cela « varie d’une région à l’autre » et que « le prix d’une bouteille pourrait être comprise entre 100.000 à 250.000 Ar ». Ce qui – avec les prix des médicaments, de la prise en charge dans les centres de traitement ainsi que des coûts des équipements médicaux – donne une certaine idée du coût total d’un traitement de la forme sévère de cette maladie.

Partenaires. L’Unicef, l’organisme onusien pour l’enfance a appuyé Madagascar dans la dotation en équipements dans cette lutte contre le Covid-19. C’est dans cette optique que 23 hôpitaux qui prennent en charge les cas sévères du pays ont été dotés en oxygène par l’organisme. Soit, un total de 2.680 bouteilles d’oxygène réparties dans dix sept régions du pays. Une initiative dont le coût est estimé à 295.209.000 (77.626 USD) selon l’organisme onusien en charge de l’enfance. Initié depuis le mois de juin dernier, la dotation en bouteille d’oxygène des centres de traitement des cas sévères de Covid-19 a pu bénéficier à 688 patients. Elle a également permis de satisfaire les besoins des grands hôpitaux qui prennent en charge les cas sévères de la maladie. Notamment, les besoins relatifs à l’oxygénothérapie des patients. Dans cette lutte contre le Covid-19, les besoins sont toujours là.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Police nationale : 13 nouvelles nominations

13 jours après le conseil des ministres, plus précisément du 16 juillet 2020 où l’on a procédé à une série de nominations au sein de la police nationale, une autre vague de nominations a lieu le 29 juillet dernier également dans ledit ministère. Ainsi, lors du dernier conseil des ministres, au titre du ministère de la Sécurité Publique, il y avait eu 13 nominations. Il s’agit notamment du commissaire divisionnaire de police, Randriamampianina Hariniaina Samisoa, nommé directeur des « systèmes d’information et des transmissions », du commissaire principal de police Talily Damy en tant que directeur de l’Ecole Nationale des Inspecteurs et Agents de Police, du commissaire principal de police Razafindrazaka Hector directeur régional  Analamanga, Commissaire Divisionnaire de Police Andriamanantsoa Zakatiana Pière Donatien, directeur régional Anosy, Commissaire de Police de Première Classe Rafalimanana Alain Adonis, directeur régional Bongolava, Commissaire Principal de Police Mandinimanana Hery Nirina, directeur régional Amoron’i Mania, Commissaire Principal de Police Randrianirina Manahy, directeur régional Androy, Commissaire Principal Divisionnaire de Police Ranoarison Willy Martial, directeur régional Atsimo Andrefana, Commissaire Divisionnaire de Police Ramampiandry Nicolas, directeur régional Betsiboka, Commissaire Principal de Police Randriamahasoa Pascal, directeur régional Haute Matsiatra, Commissaire de Police 1ère classe Tafeno Roly Ezah Vivonys, directeur régional Itasy, Commissaire Divisionnaire de Police Seraly Hercule, directeur régional Menabe et le Commissaire Divisionnaire de Police Zafimanga Gervais, directeur régional Vatovavy Fitovinany.

Compétences. Il s’agit en majorité de nouvelles nominations sur fond de restructuration par rapport au nouvel organigramme. Ceci rentre également dans le cadre de l’optimisation des compétences avec notamment le départ à la retraite de bon nombre de hauts gradés. Sans oublier pour autant la place donnée à la décentralisation avec cette vague de nominations de 11 directeurs régionaux.

Recueillis par Dominique R

Midi Madagasikara1 partages

Eid al-Adha : Les mosquées ferment leurs portes

Privés de leurs mosquées, les musulmans malgaches fêtent à la maison l’Eid al-Adha.

Confinement oblige. Même si la fête de l’Eid al- Adha est un jour férié, les mahométans de Madagascar ne peuvent pas prier dans leurs mosquées comme tous les ans. Cette année, les célébrations doivent composer avec la pandémie de Covid-19. En effet, la fête s’est assombrie par les mesures drastiques du gouvernement.

Eid al-Adha commémore la force de la foi d’Abraham à son Dieu, symbolisée par l’épisode où il accepte de sacrifier, sur l’ordre de Dieu, son fils Ismaël. Après son acceptation de cet ordre divin, Dieu envoie l’archange Gabriel qui, au dernier moment, substitue à l’enfant, un mouton qui servira d’offrande sacrificielle. En souvenir de cette dévotion d’Abraham à son Dieu, les mahométans sacrifient un animal dans le respect des règles en vigueur. En outre, le jour de l’Eid constitue un jour de célébration dans la tradition prophétique musulmane. En effet, dès l’annonce de la vision de la nouvelle lune, les musulmans glorifient la grandeur de Dieu. Il est, également, fortement recommandé de multiplier les aumônes et les cadeaux en ce jour.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Rally Cup 2020 : Hugo Louvel sur la ligne de départ

Hugo sera au volant de sa Peugeot 208.

En attendant la première manche du Rally Cup 2020, l’équipage Hugo Louvel – Alex Vida prendra le départ du Rallye de Bagnols-les Bains les 7 et 8 août prochains.

Il sera de la partie. Après plusieurs mois de pause, la compétition va pouvoir reprendre pour les pilotes. « Nous y sommes. Au bout de ce tunnel qui nous a sevrés de compétition durant tant de semaines, j’ai le plaisir de vous annoncer ma participation à la Peugeot 208 Rally Cup 2020. La nouvelle 208 Rally 4 va nous procurer de belles sensations. Et pour tenter de faire bien dès le départ, je m’attache les services de Yohan Rossel, Champion de France des rallyes 2019 et ancien vainqueur de la formule de promotion du Lion. Engagé au sein de sa nouvelle structure et de son team Rossel Compétition, qui d’autre pouvait m’apporter les meilleurs conseils et partager son expérience ? » a-t-il posté sur son compte Facebook. L’équipage Hugo Louvel – Alex Vida prendra le départ du Rallye de Bagnols-les Bains les 7 et 8 août prochains avec le numéro 42. Ce rallye servira de préparation de la 1ère manche au Rallye du Mont-Blanc prévue du 3 au 5 septembre. La 208 Rally Cup se disputera sur un calendrier réduit puisque deux rendez-vous, initialement programmés, ont déjà été annulés ceux de Vosges Grand-Est et Langres. « Concernant la 208 Rally Cup, avec l’hypothèse que nous faisons de pouvoir reprendre des compétitions en septembre, la 208 Rally Cup 2020 démarrera lors du rallye du Mont Blanc. Notre objectif est de vous proposer un calendrier de 4 à 5 dates dans le respect des décisions et recommandations du gouvernement, de la FFSA et des organisateurs des différents rallyes, » a annoncé le directeur de Peugeot Sport.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Bouffée d’oxygène

« Les autorités restent déterminées, au-delà de leur réponse immédiate à la crise, à poursuivre les réformes nécessaires pour une croissance plus forte, plus inclusive et durable ». Comme tout le monde, le Fonds Monétaire International pense également à la période post-Covid-19.

Bouffée d’oxygène

L’Institution de Bretton Woods est bien évidemment l’une des entités la mieux placée pour reconnaître les effets dévastateurs de cette crise sanitaire planétaire. Pour le FMI qui vient d’accorder un fonds supplémentaire de 171 millions de dollars au titre de la Facilité de Crédit Rapide (FCR) pour Madagascar, la pandémie de Covid-19 continue d’affecter gravement des secteurs clés de l’économie malgache, notamment le tourisme et l’industrie manufacturière orientée vers l’exportation, affaiblissant encore davantage les perspectives macroéconomiques. La croissance devrait être négative en 2020 et les besoins urgents de balance des paiements résultant de la pandémie ont augmenté. Une situation qui a entraîné d’ailleurs cette décision du Fonds d’octroyer un soutien d’urgence supplémentaire qui fera office de bouffée d’oxygène à une économie au bord de l’asphyxie. Le double décaissement obtenu en l’espace de 5 mois constitue par ailleurs la preuve de la confiance des bailleurs quant à la capacité du gouvernement à faire face à la crise et se préparer pour la relance, une fois la pandémie passée. Et cette confiance du FMI a son pesant d’or pour l’avenir quand on sait que ce dernier joue le rôle de catalyseur pour les autres donateurs.au titre de la facilité de crédit rapide, à la suite d’un premier décaissement approuvé le 3 avril 2020, devrait aider à financer les dépenses de santé et de soutien économique et continuer de catalyser le soutien des donateurs. Qui plus est, avec un risque de surendettement modéré, Madagascar a encore une certaine marge de manœuvre pour solliciter d’autres financements pour sa relance économique. En tout cas, avec cette note plutôt positive du FMI, l’on peut dire que l’espoir est permis quant à la survenance d’un lendemain meilleur, une fois ce vilain coronavirus passé.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Cisco Nosy-Be II : Reprise pour les classes d’examen à partir de lundi

Le chef de la circonscription scolaire de Nosy-Be, Thierry Anicet RABEMANANJARY vient d’annoncer que la région compte reprendre les cours pour les enfants en classe d’examen à partir du lundi 03 août 2020. Ce retour concerne uniquement les classes de 7e, 3e et terminales. Mais pour que cela puisse se faire, toutes les écoles seront nettoyées et désinfectées avant la reprise. Et concernant les dispositions qui garantissent la sécurité des apprenants, la CISCO recommande un seul élève par banc, une distance d’un mètre entre chaque enfant, le port obligatoire du masque et le lavage fréquent des mains avec du savon dans les écoles.

Les enfants de Nosy-Be vont donc retrouver leurs bancs d’école. Les cours seront dispensés le matin et l’après-midi. Cependant, aucune école n’est autorisée à garder des élèves au-delà de 17 h selon les explications du chef Cisco de Nosy-Be.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Jerusalema de Master KG fait le tour du monde

En octobre 2019, Master KG sort de son album « Jerusalema » un autre titre appelé  » Jerusalem « . Il met en vedette la chanteuse Nomcebo Zikode dans cette chanson groovy.

La musique n’a pas de frontières ! Elle voyage de pays en pays, de continent en continent. Elle rassemble toutes les nationalités surtout en cette période tendue qui inquiète la population mondiale.

Madagascar est le pays, parmi tant d’autres, à admirer la chanson sud-africaine, « Jerusalema » de Master KG. De Sambava à Fort-Dauphin en passant par la Ville des Mille, les Malgaches réalisent des « cover dance » sur le morceau de Master KG.

La situation actuelle ne nous empêche pas de nous défouler, d’autant plus que « Jerusalema est une chanson qui nous donne de l’espoir »,affirme Evan Randria, un des fans de l’artiste.

Kgaogelo Moagi alias Master KG a déclenché une frénésie de danse mondiale avec son dernier single “Jerusalema”. Partout dans le monde, les amateurs de musique dance se lancent avec la sortie la plus réussie de Master KG, avec un rythme contagieux et une danse à la hauteur. Le clip original a été visionné plus de 60 millions de fois sur YouTube et présente l’artiste féminine Nomcebo Zikode. Un certain nombre de vidéos de danse inspirées ont vu le jour depuis sa sortie.

Le talentueux.

Né en 1996, dans le village de Calais proche du bourg Tzaneen, dans la province Limpopo, en Afrique du Sud. Master KG a commencé à aimer la musique dès son plus jeune âge et est devenu célèbre en 2018 avec son album  » Skeleton move  » qui a reçu plusieurs nominations et prix, dont un AFRIMMA Award (All Africa Music Awards) dans la catégorie meilleur groupe d’artistes dans l’électro africaine. Il est également connu comme le pionnier de la danse Balobedu. Il a commencé à jouer différents rythmes musicaux à l’âge de treize ans en utilisant un ordinateur que son oncle, aujourd’hui décédé, lui avait acheté pour l’encourager.

La carrière musicale de Master KG a commencé lorsqu’il a pris contact avec DJ Maebela et qu’ils ont commencé à expérimenter de la musique électronique. Il disposait déjà d’un arsenal complet d’instruments et de compétences pour concocter des rythmes. En 2016, plus aguérri, il sort son premier single  » Situation « . Après avoir signé sur son label actuel, Open Mic Productions, Master KG sort son premier album  » Skeleton Move  » en 2018. Il a collaboré avec un certain nombre d’artistes, dont Zanda Zakuza, Makhadzi et Nomcebo. Master KG chante dans sa langue maternelle, le khelovedu, une langue parlée par le peuple Lovedu. Master KG s’est produit dans un certain nombre d’autres pays, dont la Zambie.

Zo Toniaina / Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Major League Soccer : Minnesota United FC affronte SJ Earthquakes demain

Romain Métanire et sa bande joueront gros demain.

L’équipe de Romain Métanire du Minnesota United FC jouera sa place pour les demi-finales du Major League Soccer aux Etats-Unis. MUFC sera opposé à San José Earthquakes demain dimanche 2 août pour les quarts de finale de la compétition à Orlando (Floride, États-Unis). Mercredi en huitièmes de finale, l’équipe de l’international malgache a arraché la qualification à l’issue de tirs au but  5-3 après un match nul de 1-1 partout. Le défenseur malgache a joué jusqu’à la 70e minute. Romain Métanire a été remplacé à la 70e minute. MUFC affiche un bilan de deux victoires et deux nuls depuis le coup d’envoi de la compétition  tournoi. En cas de victoire en quart de finale, Métanire et consorts défieront le vainqueur entre New York City FC et Portand Timbers, le 5 aôut pour la demi-finale.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Clôture du mois Mandela : Un bilan positif selon les acteurs

La célébration du mois Mandela a pris fin hier. L’occasion pour tous les acteurs qui se sont engagés dans la mise en œuvre des actions menées pour cette cause, durant tout le mois de juillet, de rappeler le concept et l’origine de cette célébration. Cette année, les actions sociales pour marquer ce mois Mandela ont été initiées majoritairement par l’ambassade d’Afrique du Sud à Madagascar, le Rotary Club Ivandry et le système des Nations Unies. Des contributions sociales qui ont pu être menées avec l’aide de divers partenaires pour ne citer que Shoprite, la bijouterie PALA, les donateurs anonymes, les volontaires, ou encore les membres du Rotary Club Antananarivo Ivandry. Grâce à cet esprit de bienveillance, 250 familles vulnérables ont pu se restaurer et un concours digital organisé.

Pour Sisa Ngombane, ambassadeur d’Afrique du Sud à Madagascar : « Aujourd’hui plus que jamais, la solidarité avec ceux qui en ont besoin est le plus grand acte altruiste. Cela vaut non seulement pour les individus mais aussi pour les pays en particulier qui doivent faire face à la pandémie de Covid 19. (…) Pour moi, grandissant dans un village à moins de cent kilomètres de son pays natal, entendant parler de l’homme en question, le connaissant ainsi sans le connaitre, parce que la mention du nom, Nelson Mandela vous enverrait immédiatement en prison, et finalement rencontrer l’homme lui-même a été un trésor de la vie. Je ne l’aurais pas rencontré si je n’avais pas rejoint la lutte pour laquelle il a consacré sa vie ». Même chose pour Charlotte Faye Ndiaye, coordinatrice représentante du système des Nations Unies qui n’a pas manqué de remercier le Rotary et l’ambassade pour avoir rendu ces actions humanitaires possibles malgré la crise sanitaire.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Voatafika hatramin’ny mpitondra fivavahana

Vola manodidina ny valo hetsy ariary teo ho eo no lasan’ireo olon-dratsy. Mitondra faisana avokoa ny rehetra amin’ity resaka tsy fandriampahelamana ity, eny fa na hatramin’ireo mpitondra fivavahana aza. Pasitora iray tany amin’iny distrika Sakaraha iny mantsy no lasibatry ny fanafihan-jiolahy ny alin’ny alarobia lasa teo. Araka ny fampitam-baovao azo dia tokony ho tamin’ny iraika ambin’ny folo alina tany ho any no nanao amboletra niditra tao amin’ny tokantranony, ny jiolahy maromaro izay mirongo zava-maranitra sy basim-borona. Tamin’ny alalan’ny famakiana ny varavarankely sy ny varavaram-be no nahafahan’izy ireo niditra. Avy hatrany dia fandrahonana sy fitakiana ireo vola rehetra tao an-trano no nataon’izy ireo. Nentin’ny tahotra sy ny tratry ny be noho ny vitsy moa ity mpitondra fivavahana ka nanome izay notadiavan’ireto mpanafika. Vokany, lasa tamin’izany io lelavola voalaza etsy ambony io niaraka tamina fitaovana sarobidy maromaro. Saika mbola handroaka izay zakany ihany izy ireo raha tsy notairin’ny fiaran’ireo mpitandro filaminana mpanao fisafoana ary vaky nandositra noho izany. Raikitra teo moa ny fifanenjehana saingy nafenin’ny alina maizi-kitroka ireo olon-dratsy ka tafaporitsaka. Mitohy ny fikarohana azy ireo, araka ny fampitam-baovao azo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Financement de la lutte contre le coronavirus : Un décaissement supplémentaire de 171,9 millions de dolla...

Les bailleurs de fonds internationaux continuent d’appuyer financièrement Madagascar dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.

A commencer par le Fonds Monétaire International qui affiche, une fois de plus, sa confiance à l’endroit de Madagascar en décaissant une deuxième tranche de financements au titre de la Facilité de Crédit Rapide

Bonne gouvernance

« Les autorités mettent en œuvre des mesures pour faire face à l’impact humanitaire et économique de la pandémie tout en préservant la stabilité macroéconomique, notamment en renforçant le système de santé et la protection sociale, en soutenant le secteur privé, en préservant la stabilité du secteur financier et en maintenant le régime de taux de change flexible ». C’est ce que l’on peut notamment lire dans un communiqué publié, hier par le Fond Monétaire International (FMI), sur le décaissement supplémentaire de 171,9 millions de dollars au titre de la Facilité de Crédit Rapide (FCR). Une manière pour ce bailleur de fonds de reconnaître la bonne gouvernance dont fait preuve le gouvernement malgache. Le FMI qui reconnaît par ailleurs, les efforts de transparence réalisés par les autorités dans la gestion des fonds. « Afin de garantir que les financements fournis sont utilisés de manière efficace pour faire face à la crise, les autorités se sont engagées à renforcer la transparence, notamment avec la publication des marchés publics liés à la réponse à la pandémie et avec des audits post-crise » selon toujours le communiqué du FMI dont les financements au titre de la lutte contre le coronavirus s’élèvent désormais à 337,9 millions de dollars.

Double exploit

Faut-il en effet rappeler que le 3 avril dernier, le FMI avait déjà débloqué une première tranche de 165,99 millions de dollars. Cette seconde tranche décrochée en seulement 5 mois, prouve par ailleurs la bonne capacité de négociation de la partie malgache qui vient de réaliser un double exploit. En effet, d’une part, seuls Madagascar et le Rwanda de Paul Kagame ont obtenu ce double déblocage et, d’autre part, la Grande Ile a bénéficié d’un double décaissement en moins de six mois. Un enjeu de taille en somme puisque cette confiance du FMI, considéré comme le patron des bailleurs, va davantage ouvrir le robinet d’autres financeurs. En attendant, ce deuxième décaissement de la FCR va permettre au gouvernement de faire face aux urgences. En effet, même si c’est le ministère de l’Economie et des Finances qui a mené les négociations pour l’obtention du crédit, c’est le gouvernement en général qui décide et qui est responsable quant à l’utilisation des fonds, en accord avec les services du FMI.

Aubaine

Ce décaissement budgétaire supplémentaire au titre de la FCR aidera notamment à financer les dépenses de santé et un plan d’aide économique dans le cadre du plan national d’urgence du gouvernement pour lutter contre la pandémie. Il continuera aussi de catalyser un soutien supplémentaire de la part des donateurs. Une aubaine, en somme pour l’économie malgache qui se trouve, en ce moment, dans une situation très difficile, en raison notamment d’une baisse sans précédent des recettes fiscales et douanières. Selon toujours le FMI, « les besoins urgents de la balance des paiements résultant de la pandémie ont augmenté, avec un besoin de financement désormais estimé à environ 580 millions de dollars, tandis que la situation fiscale a été gravement affectée par des pertes de recettes supplémentaires et la réorientation des ressources budgétaires pour faire face à des dépenses critiques, y compris une assistance sociale accrue aux plus vulnérables ». A noter que le risque de surendettement public de Madagascar reste modéré. Ce qui laisse la possibilité de recourir à d’autres emprunts.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Association musulmane Ahmadiyya : Distribution de viande dans le cadre de l’Aïd al-Adha

Jour férié comme annoncé par le gouvernement, la plus importante fête musulmane Aïd al-Adha a été célébrée par tous les musulmans du pays hier. Pour l’association musulmane Ahmadiyya , ce grand jour a été marqué par une distribution de viande aux personnes vulnérables à Andavamamba. Une action en parfaite adéquation avec l’esprit de l’Aïd al-Adha. En effet, dans la région musulmane, il est dit que tous les croyants doivent procéder à des sacrifices divers au cours de leur existence : sacrifice de la gloire, objets matériels, sentiments, et de la vie elle-même. Ceci afin d’atteindre la paix sous toutes ses formes. Depuis hier jusqu’à dimanche, l’association a procédé au partage de viande pour 1.500 ménages de la Capitale, 500 ménages à Fianarantsoa, 150 autres à Manakara, et des centaines aussi à Toliara et Milenaka. Une aide qui ne s’adresse pas uniquement aux musulmans mais à toutes les personnes qui en ont besoin.

Comme le pays est encore en pleine période de crise, tous les gestes barrières qui permettent de stopper la circulation du coronavirus seront imposés lors de cette action sociale. Et en même temps, cette aide est également une manière de porter un regard bienveillant sur les plus nécessiteux dans cette lutte commune contre la pandémie de Covid-19.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Karàna voatifitra teo imasom-bahoaka

Ny alin’ny alarobia no niseho ny tranga. Teo ivelan’ny toeram-pivarotan’ilay karàna antsoina hoe Mamod, tokony ho tamin’ny valo ora alina, no nisy telo lahy nitam-basy ary nitifitra azy avy hatrany. Tsy nisy na inona inona nalain’ireo ary azo heverina arak’izany fa fifofoana ny ain’i Mamod no nitranga. Raha araka ny fanazavan’ny komisera ao an-toerana dia nisy olona iray nanondro an’ilay karàna. Teo no ho eo ihany ny olona niaraka tamin’io mpanondro io dia nitifitra an’i Mamod ary nitsoaka izy ireo nony avy eo. Nanaitra an’i Morondava iray manontolo ity zava-nisy ity satria tsy zatra an’izany io renivohim-paritra io. Tsy mbola nisy fanafihana mitam-piadiana anaty tanàna toa izany tao an-toerana ary indrindra koa, tsy mifanalavitra ny biraon’ny polisy no nitranga izany. Teo imason’ny namany sy ny mpiasa eo anivon’ny toeram-pivarotana izay tantaniny no nitranga ilay fikasàna hamono azy. Mba avotra soa aman-tsara ihany ny ain’i Mamod rehefa tonga ara-potoana tany amin’ny toeram-pitsaboana. Nisy avy hatrany ny fivorian’ny manam-pahefana rehetra tao an-toerana izay mivondrona eo anivon’ny OMC (Organisme Mixte de Conception) ny ampitson’ilay tranga. Nilaza ny lehiben’ny prefektiora fa vokatr’izany dia nisy paik’ady manokana hapetraka mba tsy hiverenan’ny tsy fandriam-pahalemana toa izay nitranga. Mandeha ny savahao ireo izay tompon’antoka tamin’ity fitifirana ity. Izany dia hialohavan’ny fikaroham-baovao izay ataon’ny mpitandro ny filaminana izay miparitaka eraky ny tanàna.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Rencontre avec les opérateurs économiques de Nosy-Be

Le président Andry Rajoelina à l’écoute des opérateurs économiques de Nosy-Be.

Come back du président de la République Andry Rajoelina à Nosy-Be le 30 juillet dernier pour rencontrer les opérateurs économiques du secteur Tourisme.

Toujours est-il que ce secteur est touché de plein fouet par les mesures de restriction liées à la pandémie du Covid-19. Cette réunion était une occasion pour le président Andry Rajoelina d’être à l’écoute des acteurs du tourisme sur la relance économique post Covid-19, et ce, en présence du ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, du ministre de l’Économie et des Finances, ainsi que de la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales.

Système de crédit. D’entrée de jeu, le président de la République a rappelé les objectifs fixés par l’État malgache pour promouvoir l’industrie du Tourisme, à savoir : redynamiser le secteur, attirer les investisseurs, et exploiter l’écotourisme et le tourisme vert. Ainsi, en réponse à la demande des opérateurs touristiques de l’Ile aux Parfums, le Chef de l’État a annoncé qu’une réouverture partielle du secteur du tourisme à Nosy-Be pourrait être envisageable vers le début du mois d’octobre. Toutefois, il a tenu à préciser que la décision relative à une éventuelle réouverture dépendra de l’évolution de la pandémie de Covid-19.  Le Chef de l’État a également annoncé la prochaine mise en place d’un système de crédit au profit des acteurs formels du tourisme, qui consistera à accorder un prêt équivalent à un mois de salaire pour les employés déjà membres de la CNaPS. Le délai de remboursement ne dépassera pas 12 mois et il incombera aux sociétés d’établir la démarche auprès des banques pour leurs employés. Ce système de crédit sera destiné aux entreprises ayant été régularisées depuis au moins un an au niveau de la CNaPS. L’objectif étant de préserver le maximum d’emplois durant la période de la crise sanitaire.

Aides sociales. Après cette rencontre, le Président de la République a, par la suite, procédé à la remise d’aides sociales à la population de Nosy Be dont la majeure partie tire ses revenus du tourisme. Ainsi, 1 sac de riz, 2 litres d’huile alimentaire et 1 kg de sucre ont été distribués à chaque foyer au niveau des 42 fokontany de la Commune urbaine de Nosy-Be. Par ailleurs, le Chef de l’État a annoncé que près d’1 million de foyers vulnérables recevront une aide sociale du même type dans tout Madagascar. Le président Andry Rajoelina a terminé cette tournée dans l’Ille aux Parfums par la remise d’un appareil de radiologie numérique, ainsi qu’une ambulance au CHRD de Nosy-Be, comme il l’avait promis deux jours auparavant. Il a également annoncé, qu’une autre ambulance équipée d’appareils de réanimation viendra s’ajouter à celle remise ce jour. En outre, “le CHRD de Nosy Be fera l’objet d’une réhabilitation intégrale afin d’offrir à la population des services de soins adaptés aux normes internationales” d’après la  Direction de la Communication et des Relations Publiques.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Marco Ilaimaharitra pisté par FC Metz

FC Metz souhaite la venue de Marco Ilaimaharitra pour consolider son milieu de terrain.

Alors que son contrat avec son actuel club ne prendra fin qu’en 2023, FC Metz vise déjà de rapatrier l’international malgache, Marco Ilaimaharitra chez eux pour jouer en Ligue 1 la saison prochaine. Il est en négociation avec ce club français depuis des semaines. En effet, le milieu défensif des Barea plaît à l’entraîneur Vincent Hognon qui cherche d’ailleurs un milieu défensif performant pour rafraîchir ce secteur de jeu au FC Metz. Marco Ilaimaharitra ne peut pas refuser cette offre. Du fait qu’il est intéressé par l’idée de retourner en France et surtout de jouer en Ligue 1. Selon la presse française, son traitement salarial varie aux alentours de 600.000 euros par saison. Il faut savoir qu’il est arrivé en Charleroi en 2017. Marco Ilaimaharitra a disputé 96 matchs toutes compétitions confondues avec le club belge. Il a inscrit 4 buts pour le compte de cette équipe. Après sa blessure de pubalgie, il a entamé son premier match lors d’une rencontre amicale entre Royal Charleroi et FC Metz, il y a quelques jours. Le match s’est soldé sur le score de 3 buts à 0 en faveur du FC Metz. Selon encore un journal français, Marco Ilaimaharitra est estimé à cinq millions d’euros. D’après ce quotidien, les dirigeants de Royal Charleroi chercheraient à prolonger son contrat qui devrait prendre fin le 30 juin 2023. Face aux réticences du milieu défensif à poursuivre l’aventure sous leurs couleurs, la direction du club réclame une indemnité de transfert d’environ 3 millions d’euros. C’est à ce niveau que bloquent pour le moment les négociations entre les deux clubs. La suite de l’histoire sera connue très prochainement.

ManjatoRazafy

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 7 décès, 551 nouveaux cas et 690 guérisons ces dernières 48h

6 décès, 431 nouveaux cas et 344 guérisons signalés le 30 juillet, et 1 décès de plus, 120 nouveaux cas et 346 guérisons annoncés, hier, 31 juillet 2020, soit un total de 106 décès à ce jour.

Ces dernières 48h, au cours desquelles la barre des 100 décès a été dépassée, le Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 a rapporté 7 décès, 551 nouveaux cas et 690 guérisons. Hier, en particulier, le seul nouveau décès annoncé par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du CCO, est survenu au CHU Anosiala, portant à 106 le nombre de décès enregistrés jusqu’ici, soit un taux de mortalité de 0,97%.

 Localisations. Les 120 nouveaux cas d’hier sont toujours localisés principalement à Analamanga avec 77 cas identifiés dans cette région. Les autres localisations des nouveaux cas d’hier étant Tsiroanomandidy, région Bongolava (20) ; région DIANA (3 dont 2 à Antsiranana et 1 à Nosy Be) ; Toamasina région Atsinanana (1) ; Fianarantsoa, région Haute Matsiatra (7) ; Ambatondrazaka, région Alaotra Mangoro (11) et Manakara, région Vatovavy Fitovinany (1). A ce jour, le nombre total des cas confirmés de Covid-19 à Madagascar depuis le début de l’épidémie est de 10 868, incluant 2 955 cas actifs, en cours de traitement. Les formes graves, au nombre de 83, hier, sont actuellement prises en charge dans divers hôpitaux d’Antananarivo et des régions : Analamanga 68 (HJRB 40 ; HJRA 13 ; hôpital militaire 2 ; Anosiala 9 ; Andohatapenaka 2 ; Fenoarivo 2) ; Vakinankaratra 5 ; Fianarantsoa 5 ; Atsimo Andrefana 1 ; Boeny 2 ;  Atsinanana 1 ; Bongolava 1. A souligner que ces 120 nouveaux cas d’hier ont été identifiés parmi 425 tests PCR effectués dans 4 laboratoires, ayant permis de relever 88 cas positifs, et 100 tests geneXpert réalisés dans 7 régions de l’île ayant permis de relever 32 cas positifs (Analamanga 18 tests geneXpert dont 10 positifs ; Fianarantsoa 19 tests dont 7 positifs ; Atsinanana 25 tests dont 1 positif ; Alaotra Mangoro 32 tests dont 11 positifs ; Anosy 1 test qui s’est révélé négatif ; Vatovavy Fitovinany 1 test qui s’est révélé positif ; et DIANA 4 tests dont 2 positifs).

 Taux de guérison. Au chapitre des guérisons, 346 patients rétablis ont été rapportés, hier. Parmi eux, 309 sont localisés à Analamanga dont 291 à domicile et 18 suivis dans les centres de traitement (CTC-19) et les hôpitaux (3 au HJRA ; 1 au CHU Anosiala ; 2 au HJRB ; 9 à Andohatapenaka ; 1 au CTC-19 Ivato ; 1 à l’hôpital militaire régional Ampahibe ; 1 au CNaPS Vontovorona). Le reste des guérisons étant localisé dans la région Vakinankaratra (2) ; Haute Matsiatra (1) ; Alaotra Mangoro (2) ; Analanjirofo (9) ; Boeny (21) et Atsinanana (2). A ce jour, le total des guérisons est de 7807, soit un taux de guérison de 71,83%.

A noter que le total des tests PCR réalisés depuis le début de l’épidémie est de 41 194, et celui des tests geneXpert est de 2 723.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Transition énergétique : Vers la création d’une industrie inclusive

Trouver des solutions à la pauvreté énergétique. Telle est la mission du nouveau comité africain sur la transition énergétique au sein de la Chambre Africaine de l’Energie. « On ne peut pas discuter de cette transition énergétique sur notre continent sans prendre en compte la pauvreté énergétique et la nécessité de créer une industrie énergétique inclusive qui crée des emplois et procure des biens et des services localement », a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie. Cette entité s’est ainsi engagée à bâtir une industrie de l’énergie qui fonctionne pour tous, mais reste préoccupée par la prédominance d’un discours international qui s’imposerait au continent au détriment des meilleurs intérêts des Africains. Alors que le continent se remet du Covid-19, la Chambre travaillera sur la promotion de solutions et d’opportunités qui accordent la priorité à la fourniture d’une énergie abordable et fiable aux Africains tout en créant des emplois et en soutenant l’entrepreneuriat local.

N.R

Midi Madagasikara0 partages

Financement extérieur : 4 milliards Ariary pour renforcer les capacités de l’IPM

Signature d’accord de financement entre l’AFD et l’IPM.

Les informations sur la situation épidémiologique à Madagascar restent ambiguës, à cause des contraintes limitant le nombre de tests réalisés. Pour renforcer les moyens de l’IPM pour lutter contre la pandémie, l’AFD a attribué un appui financier.

La France a accordé un appui d’un million d’euros, soit plus de 4 milliards ariary à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 à Madagascar. Un accord de financement a été signé le 17 juillet dernier entre l’AFD (Agence française de développement) et l’IPM. A noter que cet institut œuvre pour le diagnostic, la formation et la recherche relatifs à la maladie. « Les capacités du laboratoire seront renforcées par l’acquisition de deux nouvelles machines de diagnostic ; deux nouveaux postes de sécurité permettront une maîtrise accrue du risque biologique lors des manipulations ; le contrôle qualité sera amélioré par l’extension des logiciels relatifs au contrôle de la chaîne du froid ; et la filière d’élimination des déchets à risques infectieux sera consolidée. Enfin, le projet appuiera les capacités de déplacement et de communication de l’Institut pour une action toujours plus efficace en province, notamment grâce au laboratoire mobile actuellement déployé à Toamasina », a indiqué l’AFD.

Missions multiples. Pour la France, cet appui vise à soutenir la pérennité des autres activités essentielles de l’Institut Pasteur, au premier rang desquelles figure la vaccination contre la rage, mise en péril par la crise sanitaire. « L’IPM assure le fonctionnement d’un centre de traitement antirabique qui prend en charge gratuitement les personnes potentiellement exposées à la rage et qui approvisionne, régulièrement et gratuitement, en vaccins les 30 centres du ministère de la Santé publique. De plus l’IPM héberge le Centre national de référence de la rage qui réalise le diagnostic virologique de la rage chez l’homme et l’animal. Le projet couvrira l’achat du vaccin, pour que la prise en charge reste gratuite », a souligné l’AFD. Selon Jérôme Bertrand-Hardi, directeur de l’AFD pour la Grande-île, il était inenvisageable que la France, avec l’appui de l’AFD ne soutienne pas l’IPM durant cette période difficile, qui remet en cause son fonctionnement quotidien et la continuité de ses activités. « C’est pourquoi nous avons souhaité qu’au-delà de l’urgence liée à la crise, l’institution soit soutenue dans la réalisation de ses autres missions au bénéfice de la population malgache», a-t-il affirmé. Bref, l’IPM devrait, désormais, pouvoir intensifier ses activités, pour faire face à la crise sanitaire, qui dure déjà plus de quatre mois à Madagascar.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Rolly Mercia : Nolavina ny fahafahany vonjimaika

Ny alakamisy teo no nandalo teo anivon’ny sampam-pitsaràna izay miandraikitra ny fandalinana ny fangatahana fahafahana vonjimaika ny taratasin-draharaha izay napetraky ny mpisolovava an’i Rahajason Harry Laurent na Rolly Mercia. Nolavin’ny fitsaràna izany ary dia mbola mitohy mijanona am-ponja vonjimaika aloha izany ity minisitry ny serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana teo aloha ity. Ny 16 jolay teo io farany no nosamborina teny an-tranony ary nentina tao amin’ny polisy etsy Tsaralalàna. Ny andron’iny ihany dia natolotra ny fampanoavana ary nidoboka am-ponja vonjimaika. Voarohirohy ho nanohintohina ny filaminana anatiny izy rehefa nahitsok’i Félicien, iray amin’ireo tanora izay nanao fitokonana tetsy Ambohipo ny 13 jolay ary nitaky ny famoahana am-ponja an’i Berija Ravelomamantsoa. Io farany dia olona akaiky ny fitondràna teo aloha, mpiaro mavitrika an’i Mbola Rajaonah izay mpanolon-tsain’ny Filoham-pirenena teo aloha. Ny olona izay voatonona dia migadra avokoa ankehitriny ary misy ny mbola tsy voatsara. Momba an’i Rolly Mercia, ankoatra ny pitsony hafa dia isan’ny tena antony nangatahany ny fahafahana vonjimaika ny tsy fahasalamany. Taizan’ny aretin’ny tatavia izy ary azo sokajiana ho olona marefo ka mora andairan’ny valanaretina Covid-19, raha araka ny fanazavan’ny fianakaviany. Fantatra anefa ankehitriny fa efa miparitaka ao amin’ny fonja izay misy azy (Antanimora) io valanaretina io ary samy efa nisy voa na ny voafonja na ny mpiandry fonja. Ankoatra ny fangatahana fahafahana vonjimaika dia efa nanao fanohanana ny didin’ny fampanoavana momba ny fitazomana am-ponja ny mpisolovava ity minisitra teo aloha ity. Nolavina koa anefa izany ary dia mbola mitohy izany ny fitazomana vonjimaika an’i Rolly Mercia ao Antanimora.

D.R