Les actualités Malgaches du Jeudi 01 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara46 partages

Deux blessés à Tsaralalàna : Le fusil d’un policier tombe par terre et tire accidentellement

Lutter avec les moyens du bord.

Imprudence ou manque d’expérience ? Cette question se pose pour expliquer ce qui s’est passé à Tsaralalàna, hier, vers midi. Des coups de feu ont retenti et deux personnes ont été blessées en pleine rue. On dirait qu’on assistait à une attaque à main armée de grande envergure. Le pire est d’entendre que les balles qui ont provoqué l’incident provenaient de l’arme d’un policier. Pris sur le fait, celui-ci a été tout de suite arrêté par ses confrères en attendant l’arrivée de son supérieur hiérarchique. C’était en ce moment-là que les blessés ont été évacués d’urgence à l’hôpital. Le calme est revenu quand tout le monde s’est rendu compte qu’aucun danger n’était à craindre. Ces coups de feu n’étaient qu’un accident survenu sur un policier de la Force d’intervention de la police (FIP) en service. Celui-ci était en train de déposer un opérateur économique qu’il venait d’escorter à la banque dans ce quartier quand son arme est tombée par terre et a accidentellement tiré, à entendre les explications du commissaire de Police Jerry Clark Rakotonirina, commandant de la FIP. De marque MAT 49 qui est un fusil d’assaut semi-automatique, l’arme a tiré car elle n’aurait pas été sécurisée. D’après ce commissaire, ce genre de fusil dont la manipulation est un peu difficile à cause de la vétusté de son mécanisme, peut faire des rafales. C’est malheureux car deux individus ont été blessés dont l’un qui a été touché au niveau de son bassin n’est autre que l’employé de l’opérateur économique escorté. Ayant reçu une balle au genou, le deuxième était un simple passant.

Placé en garde à vue. Parlant de son élément incriminé dans cette affaire, le Commandant du FIP affirme que celui-là est déjà placé en garde à vue pour enquête. Dans le cas pareil, il doit être interrogé par la brigade criminelle. Même si l’enquête révélera le cas accidentel, la procédure administrative exige que le concerné devra faire l’objet d’une demande d’explication ordonnée par son chef supérieur hiérarchique. Ce sera autour de ce dernier qui va décider de  son sort. Quoi qu’il en soit, il serait temps de réviser ou de reformuler la formation de nos agents de police. Le moment serait également venu pour renouveler l’armement de nos policiers.

T.M.

Midi Madagasikara22 partages

Mangrove : Record de reboisement jamais réalisé à Madagascar

Le ministre de l’Environnement en personne a dirigé l’opération de reboisement lundi dernier à Boanamary (Mahajanga II).

Le ministère de l’Environnement et du Développement Durable a réalisé un exploit en matière de reboisement.

2.600.000 jeunes plantes de mangroves mises en terre seulement en trois jours sur une superficie de 500 ha. Ce record de reboisement n’a jamais été réalisé à Madagascar. Lundi dernier, dans le cadre de la célébration officielle de la Journée Internationale des Mangroves, l’équipe du ministère de l’Environnement et du Développement Durable conduite par le ministre Alexandre Georget a procédé à Boanamary (Mahajanga II) à la mise en terre de 1.000.000 jeunes plantes. L’opération de reboisement qui a été effectuée sur une superficie de 200 h a duré 4 heures. 2 000 personnes ont participé à ce reboisement intensif. Au mois de juin, le ministère de l’Environnement et du Développement Durable a déjà mis en terre 500.000 jeunes plantes de mangroves à Boanamary. Toujours dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale des Mangroves, une autre opération de reboisement a été réalisée dans le district d’Ambilobe le 26 juillet dernier. 600.000 jeunes plantes de mangroves ont été mises en terre à cette occasion. Et pas plus tard qu’hier, la direction régionale de l’Environnement d’Atsimo Andrefana a organisé dans l’aire protégée de Mangoky Ihotry (district de Morombe) à la mise en terre de 1.000.000 jeunes plantes de mangroves sur une superficie de 200 ha. 2000 personnes y ont participé.

Volonté politique. En trois mois seulement, 3.100.000 jeunes plantes de mangroves ont été mises en terre dans trois régions dont Boeny, Diana et Atsimo Andrefana. Dans la région du Boeny en particulier, 7.200 ha de terre sont reboisés . « L’objectif est largement atteint. Au début, on s’est fixé comme objectif de reboiser dans cette région une superficie de 6.000 ha. », a fait remarquer le ministre Alexandre Georget. Ce dernier de préciser : « Cette année, on s’est fixé comme objectif de reboiser 38.500 ha de terre. Jusqu’à présent , 38.000 ha sont déjà reboisés. L’objectif est déjà atteint à 96%. » Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable a rappelé que ces opérations de reboisement s’inscrivent dans le cadre du « Vina » du président de la République qui consiste à couvrir de forêts le territoire national. « Si nous n’avons pas pu réaliser des exploits pareils en matière de reboisement, c’était à cause du manque de la volonté politique. Actuellement, le ministère que je dirige est prêt à relever les défis. », a martelé le ministre Alexandre Georget.

Une grande première. Les activités du ministère de l’Environnement et du Développement Durable ne s’arrêtent pas à la mise en terre des jeunes plantes. Il a également le devoir d’assurer le  suivi  des opérations déjà effectuées. A ce propos, le ministre Alexandre Georget a rappelé à Mahajanga que « les coupes des mangroves sont interdites par le décret n°32-100 pris en 2014. » Quatre personnes viennent d’être incarcérées pour avoir coupé illégalement des mangroves à Andranoboka Mahajanga II. Dans le cadre de la lutte contre ces coupes illicites, le ministre de l’Environnement et du Développement Durable s’est réuni avec les membres de l’OMC (Organisme Mixte de Conception) de la région du Boeny. « C’est une grande première. Les responsables locaux en charge de la sécurité ont accepté de contribuer à notre combat. C’est motivant de savoir qu’un juge d’instruction est désormais en charge des infractions environnementales dans la région du Boeny. Il travaille étroitement avec le ministère et les forces de l’ordre. », a expliqué Alexandre Georget. Lundi dernier, le ministère de l’Environnement et du Développement Durable a signé avec ASITY Madagascar et EDEN Project un accord de partenariat pour le reboisement d’une superficie de 15.000 ha incluse dans l’aire protégée de Complexe Mahavavy Kinkony. La mise en œuvre de cet accord de partenariat durera cinq ans.

R. Eugène

Midi Madagasikara9 partages

Ambositra : Une maison d’habitation a été la proie d’un incendie

Lutter avec les moyens du bord.

Mercredi dernier, dans la matinée aux environs de 10h, alors que personne ne s’y attendait, une maison d’habitation sise à Manolotsoa, dans la ville d’Ambositra, a été la proie d’un  incendie. Quelles que soient les origines du sinistre, on ne déplore aucune perte en vie humaine, mais les chocs psychologiques des occupants de cette demeure, ainsi que les riverains et les dégâts matériels ont été conséquents.

Une situation qui remet de nouveau sur le tapis la question vitale pour la municipalité d’Ambositra d’être dotée de moyens matériels de lutte contre les incendies, tout au moins d’un camion-citerne pour les pompiers. Les deux députés élus dans le district d’Ambositra,  sans nul  doute, seront sollicités  par la population pour  faire pression auprès des instances gouvernementales, pour que la ville d’Ambositra dispose d’un camion-citerne . Des sollicitations en vain, plusieurs fois réitérées par les édiles qui se sont succédé mais qui finalement n’ont vu que du noir durant la traînée de leurs mandats.

Taux démographique. Lutter contre les incendies, face aux risques sans cesse croissants d’une agglomération comme Ambositra où le taux démographique avoisine les 3,5 pour mille habitants chaque année alors que la moyenne nationale est de 2,5/1000 habitants.

Ironie. Ironie du sort, le BNGRC a doté la préfecture d’Ambositra, un prétendu camion-citerne mais qui ne dispose que d’une échelle, mais non de réservoir d’eau et donc inappropriée. Encore, faut- il savoir si la préfecture d’Ambositra dispose d’un budget afférant pour que le parc d’engins offert par la Corée au BNGRC antenne d’Amoron’i Mania soit opérationnel. Une gestion des risques et catastrophes qui apparemment est loin de répondre aux attentes des habitants et non moins des contribuables de surcroît pour se sentir en sécurité.

Anastase

Midi Madagasikara6 partages

Une vaste consultation pour élaborer le PSE

C’est un des dossiers les plus délicats sur lequel le gouvernement doit se pencher. Il est d’autant plus sensible qu’il touche toutes les familles malgaches. Le premier ministre a suspendu le PSE, et a déclaré la nécessité d’instaurer une large consultation. La polémique qui a enflé ces derniers temps après la décision du nouveau ministre de l’éducation de revenir au calendrier scolaire d’antan. Les discussions en public sont d’autant pus vives que ce sont les enfants qui pâtissent de cette question délicate. Il est plus que temps de tenir compte de tous les avis et d’établir une politique d’éducation conforme aux réalités malgaches.

Une vaste consultation pour élaborer le PSE

Le secteur de l’éducation connaît depuis de nombreuses années de multiples problèmes. Il arrivait tant bien que mal à fonctionner malgré les dysfonctionnements du système. Sa réorganisation était une nécessité et la  ministre de l’éducation a donc élaboré un PSE, réaménageant le calendrier scolaire, jugé plus conforme à l’’environnement socioculturel malgache. Il a amené un certain bouleversement dans le cycle scolaire, déplaçant les examens, raccourcissant les vacances et repoussant les dates des rentrées scolaires. Il s’agissait d’un changement important et nécessaire. Il avait pour résultat de bousculer des habitudes. Les réseaux sociaux se sont enflammés, mais les arguments avancés pour décrier ou soutenir la réforme ont alimenté la polémique. La  nouvelle  titulaire du portefeuille de l’éducation a donc décidé de revenir au PSE précédent. La polémique n’a fait qu’enfler et des propos peu amèrs ont été tenus à l’égard de ce dernier. La question ne peut pas être prise à la légère car elle affecte les parents et leurs enfants. Ce sont les premiers concernés et ils doivent être consultés. Le premier ministre a donc désavoué son ministre et ordonné d’entamer de véritables discussions avec ces derniers. Voilà où on en est aujourd’hui. L’affaire est délicate et on espère que le dialogue qui va être entamé portera ses fruits.

Patrice RABE

Midi Madagasikara6 partages

Infrastructures sportives : Tinoka Roberto en visite de « chantiers »

Le ministre à l’écoute de la population locale.

Dans le cadre de la politique du chef de l’Etat Andry Rajoelina, en matière de sport, le ministre Tinoka Roberto enchaîne les visites des sites qui vont accueillir les nouvelles infrastructures sportives. Hier, le numéro un du sport malgache s’est rendu au bord de la mer dénommé « Kianja Marimar » de Toliara où sera construite une piscine olympique de 50 m et un bassin de 25 m pour les entraînements, le nouveau gymnase pouvant accueillir 1000 personnes. Le tout sera clôturé avec un parking pouvant accueillir plusieurs voitures. Avant cela, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto s’est déplacé à Morondava le samedi 27 juillet dernier pour constater et  voir l’état d’avancement des travaux de construction du Stade « Manarapenitra ». « Les travaux avancent à grands pas et d’ici la fin de l’année le nouveau stade flambeau neuf sera opérationnel » a t-il déclaré. Depuis le début du quinquennat, le président de la République a placé le sport comme une de ses priorités en misant sur la diplomatie sportive. Andry Rajoelina était au chevet des Barea lors de la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte. Des primes avant et après la CAN ont été offertes aux joueurs des Barea. Récemment, il a honoré de sa présence les 10es Jeux des Iles de l’Océan Indien à l’Ile Maurice et a promis aux athlètes de veiller sur eux.

T.H

Midi Madagasikara5 partages

En finir avec les inondations à Tanà : Haro sur les remblais, de nouvelles infrastructures opérationnel...

Il faut résoudre rapidement les problèmes d’évacuation d’eaux pour éviter l’inondation de la ville d’Antananarivo, selon le ministre Hajo Andrianainarivelo.

L’inondation de la ville d’Antananarivo devrait être évitée durant la prochaine saison de pluies. Le ministre Hajo Andrianainarivelo a fait une descente sur terrain hier, pour constater de visu le fonctionnement des infrastructures d’assainissement.

Des stations de pompage et des pelles antirefoulement ! Ce sont les infrastructures réceptionnées officiellement hier, par une délégation conduite par le ministre de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo. En effet, si la ville d’Antananarivo est inondée à chaque période de pluies, c’est bien à cause des problèmes d’évacuation d’eaux. « Certaines stations de pompage, à l’exemple de celle d’Ambodimita, ont déjà été gérées par l’APIPA (Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo). D’autres gérées par le SAMVA (Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo) n’ont pas pu fonctionner correctement à cause de problèmes liés à des retards de paiement de salaires du personnel, ou sinon de factures de la Jirama, etc. De ce fait, l’Etat a décidé de transférer la gestion de ces cinq stations nouvellement réhabilitées, à l’APIPA qui dispose des moyens pour les faire fonctionner. Il s’agit des stations de pompage d’Anatihazo Isotry, Cité Ampefiloha, Cité Ambodinisotry et Cité des 67ha. Des pelles antirefoulement ont également été mises en place, dans le cadre du PIAA (Projet intégré d’assainissement d’Antananarivo) financé par l’AFD (Agence française de développement) », a déclaré le ministre, lors de sa descente sur terrain.

Mesures urgentes. Certes, le Gouvernement compte résoudre une bonne fois pour toute, le problème d’inondation à Antananarivo. Selon le ministre Hajo Andrianainarivelo, la ville a besoin d’un réservoir de 15 millions de mètres cube – un bassin tampon comme le Marais  Masay – pour stocker les excédents d’eau de pluies durant leur évacuation. « Grâce à cette descente sur terrain, nous avons également vu avec nos techniciens les mesures à prendre. Des infrastructures routières sont en cours de construction et il faut éviter que ces nouvelles routes engendrent des problèmes d’évacuation d’eaux usées ou d’eaux de pluies. Le Gouvernement a déjà ordonné la suspension de tout remblayage dans plusieurs zones comme à Ambohimangakely ou à Ambodimita. Des infrastructures d’assainissement seront également construites. Avec le projet TATOM, par exemple, nous avons déjà fixé la mise en place d’un nouveau bassin tampon, dans le cadre du Plan d’aménagement de la ville d’Antananarivo. En ce qui concerne le PIAA, nous concoctons déjà la deuxième phase. Cette descente sur terrain vise également à constater les réels besoins et les possibilités d’embellissement de la ville. Si actuellement, les eaux usées sont déversées directement dans l’Ikopa, nous allons mettre en place une station d’épuration, pour que le fleuve ne soit pas pollué. La zone d’installation est déjà identifiée », a indiqué le ministre. Bref, le changement est en cours. D’après la délégation ministérielle, des descentes sur terrain se feront également dans les autres régions du pays. Pour le ministre Hajo Andrianainarivelo, un projet bien conçu ne peut se faire en restant au bureau. D’après ses dires, les techniciens doivent concevoir les meilleurs projets, car les partenaires sont déjà prêts à financer.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

INDONESIE : UN PAYS EMERGENT,  MODELE DE DEVELOPPEMENT

Les nouveaux métros désengorgent Jakarta, la capitale, de l’embouteillage.

Treize journalistes issus de quatre  pays d’Afrique : Côte d’Ivoire, Ouganda, Madagascar, Sénégal, et 10 ceux des îles de Sud de l’Océan Pacifique dont Fidji, les Iles Salomon, Kiribati, Nauru, Papa New Guinea, Vanuatu, Tuvalu ont participé au voyage d’information organisé par le ministère des Affaires étrangères et celui de la Communication et de l’Informatique de la République d’Indonésie.

UN PAYS TRES PROCHE DE NOUS.

L’Indonésie est un pays très proche de nous sur le plan géographique, seulement 6500 km séparent nos deux côtes. L’Océan Indien qui nous unit a été déjà traversé il y a très longtemps par nos ancêtres et le bateau Sarimanok a fait la même traversée en 1985 partant de Bali jusqu’à Nosy-Be. De ce fait, les deux pays ont un lien historique séculaire, et d’après les études scientifiques, une partie du peuplement de notre pays s’est faite par cette vague de migration. Les Malagasy qui ont déjà eu l’occasion de visiter l’Indonésie sont convaincus de cette similitude entre les deux peuples, et les Indonésiens qui sont chez nous n’ont pas dit le contraire. D’autant plus que la similitude des us et coutumes, de la croyance, et des deux langues sont frappantes… Face à cette réalité, les deux pays ont décidé d’établir des relations diplomatiques depuis 1975 et l’Indonésie a déjà installé une ambassade chez nous depuis cette année. Ce pays ayant connu un développement considérable ces dernières années, est devenu l’un des pays les plus riches du monde, membre du G20 son PIB s’élève à 1.101 milliards de dollars cette année avec un taux de croissance de +7,7% selon les estimations  du FMI.

 LE TROISIEME PAYS DEMOCRATIQUE.

L’Indonésie est un pays de 265 millions d’habitants formés par plus de 1.340  tribus éparpillées sur 17.504 îles et parlent 742 dialectes. La langue officielle est le Bahasa indonésien. Face à cette situation humaine extraordinaire les dirigeants de ce pays l’ont géré par la démocratie et ont adopté le système de « présidentialisme fort » pour instaurer le pouvoir. Une élection à tous les niveaux à partir de la base jusqu’à la présidentielle a eu lieu le 17 avril dernier et 192 millions d’électeurs ont participé à cette élection. Cette élection a connu une adhésion populaire massive car 81% des électeurs ont accompli leur devoir. Le peuple indonésien a accepté le verdict des urnes malgré quelques manifestations. L’opposant du nouveau président M. Juko Widodo, a accepté sa défaite après la proclamation de résultat et a tendu la main au président élu qui est à son deuxième mandat. « Tout le monde peut manifester ; mais il faut que ça se fasse dans le cadre de la constitution » a expliqué Mme Retno Marsudi ministre des  Affaires étrangères indonésien durant le petitdéjeuner avec la presse étrangère. « Gérer un grand pays comme le nôtre n’est pas chose facile  car la diplomatie indonésienne revêt actuellement d’un autre caractère » a-t-elle ajouté.

Une vue partielle du terminal 3, flamboyant neuf, de l’aéroport Soekarno –Hyatta.L’INDONESIE PRIVILEGIE SES RELATIONS AVEC LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT.

Elle voudrait coopérer avec tous les pays du monde ; mais il faut que le respect mutuel s’instaure dans ce contexte et que chacun fasse de même. La diplomatie indonésienne a une bonne réputation dans le monde c’est pour cela que les militaires indonésiens sont toujours appelés pour faire partie des missions de maintien de l’ordre dans des zones sensibles comme Myanmar, la Palestine ou l’Afghanistan mais dès que le conflit devient une affaire interne, le pays décide de retirer ses troupes . L’Indonésie a plus de 130 représentations diplomatiques et consulaires dans le monde et voudrait intensifier spécialement ses relations économiques avec l’Afrique et les îles de l’Océan Pacifique pour parer au changement climatique et incite les dirigeants de ces petites îles à prendre des mesures adéquates pour éviter leurs disparition de la carte du monde. Aussi faut-il,  que tous les pays prennent connaissance de ce fléau. La croissance démographique galopante implique une hausse de la demande énergétique et dès que les êtres humains font fi de la préservation de la nature, de la protection de l’environnement le danger est imminent et aucun pays n’est épargné. La plupart des pays en voie de développement utilisent encore les énergies fossiles causant la destruction de l’environnement, et pis encore certaines grandes puissances ne veulent pas signer les accords de préservation de la nature.

Le ministre de la  Communication et de l’ Informatique M. Rudiantara a expliqué pendant son allocution aux journalistes que toutes les parties du pays devraient être connectées par les fibres optiques backbone.  Cette opération a déjà commencé et il faut que tout le peuple indonésien soit au courant en temps réel de l’évolution de toutes les situations de leur pays et les prises de décision doivent en être les corollaires. Tout cela contribuera à réaliser la vision du Président Juko Widodo de développer le pays à partir de l’Est vers l’Ouest et à partir des villages reculés vers les grandes villes. Une idée tout à fait nouvelle aussi vient de naître dans ce pays si gigantesque : bâtir une nouvelle capitale car presque tous les pouvoirs viennent de Jakarta,  il faut les décentraliser d’autant plus elle est au-dessous de niveau de la mer. M. le Ministre a ajouté qu’il  ne sera plus admissible de voir les denrées alimentaires au Papua occidentale plus chères qu’à Jakarta alors que le niveau de vie dans cette province est bien inférieur  à celui de la capitale. L’Indonésie voudrait travailler avec l’Afrique qui a d’énormes potentialités économiques et les opportunités ne manquent pas dans ce continent notamment dans le domaine de l’agriculture, de la pêche, de l’aquaculture, de l’élevage, et des infrastructures de toutes sortes. Pour concrétiser cette perspective, l’Indonésie a déjà organisé plusieurs forums dont : Indonesia-Africa forum forum, l’année dernière, le dialogue maritime entre l’Indonésie et l’Afrique (IAMD), le dialogue d’infrastructure entre l’Indonésie et l’Afrique (IAID). En ce qui concerne  la coopération avec les pays de la région pacifique, elle a déjà organisé plusieurs réunions dans plusieurs secteurs comme la préservation de la nature,  l’agriculture, la pêche, le renforcement de capacité des femmes et des jeunes, l’entrepreneuriat  etc.  En effet, pendant la période de 1999 -2018 l’Indonésie a organisé 671 programmes de développement à l’endroit des pays asiatiques, de pays de l’Océan Pacifique, d’Afrique, de Moyen Orient , de l’Europe centrale et de l’Est , de l’Amérique centrale et du Sud et des îles de Caraïbes, 8726 participants venant de 96 pays y ont participé.

Mme La Ministre des affaires étrangères indonésiennes Mme Retno Marsudi et le représentant des journalistes africains. (Nary Ravonjy)PARMI LES SIGNES DE DEVELOPPEMENT.

Ces journalistes africains et ceux de Sud de l’Océan  Pacifique ont visité plusieurs industries qui sont la source de cet essor rapide de l’Indonésie. Parmi elles, la société « PT Wika » spécialiste de la construction des infrastructures.  Elle fabrique des motos, des wagons très modernes répondant au besoin des clients les plus exigeants , elle est à l’origine du nouveau terminal 3 de l’aéroport de Jakarta , elle a l’ambition de construire avec la compagnie nationale de chemin de fer  une nouvelle ligne de 5346 km de long reliant Sumatra , Java et Sulawesi jusqu’en 2030.  Jakarta est maintenant libérée de l’embouteillage grâce aux métros flambant neufs qui facilitent le va-et vient des millions de gens dans cette ville gigantesque.  Un  autre exemple, le trajet entre Jakarta et Bandung se fait maintenant en 38 minutes alors qu’avant la modernisation, le train faisait ce même trajet en 3h  30 mn. Cette société excelle aussi dans l’exploitation minière et a déjà de nouveaux contrats dans neuf  pays en voie de développement dont la Tunisie, l’Algérie et l’Ouganda. Les PMI et les PME ont beaucoup contribué à l’essor économique du pays. Presque toutes les transactions sont faites en ligne et des PMI comme le GO-JEK les facilite. La majorité des Indonésiens possède  des téléphones portables et des ordinateurs et les aux marchés d’antan où tout le monde se rencontrait,  s’échangeaient des idées se font de plus en plus rares,  les grandes surfaces et les malls se multipliant.

PRESSE-LIBRE SYNONYME DE DEVELOPPEMENT

Il existe beaucoup d’écoles de journalisme et de communication en Indonésie et les nouveaux journalistes sont  toujours recrutés pour occuper des postes qui leur conviennent.  De ce fait, les journalistes ont un niveau de vie décent et ils accomplissent leur mission et leur devoir envers la nation en toute liberté. D’un côté, la presse publique a joué son rôle en tant que porte-parole de l’Etat et de l’autre côté la presse privée en tant que contrepoids ne manifeste aucune complaisance envers le pouvoir.  Ils sont professionnels et se sentent libres ! Chaque province a sa propre chaîne  de télévision publique.  Jogjakarta qui est la deuxième ville intellectuelle,  qui se place à la seconde place de l’index de développement humain, possède en dehors de la TV nationale, cinq grandes chaînes  privées et plusieurs quotidiens indépendants. I–News fondé par l’homme d’affaires, M. Hary Tanoesoedibjo est parmi les chaînes privées de référence en Indonésie et possède plusieurs studios localisés dans un grand building qui a un amphithéâtre pouvant contenir 1500 personnes.

NARY RAVONJY

Midi Madagasikara2 partages

Situation de la sécheresse : Légère amélioration dans le grand Sud

Ebelo (Amboasary), affiche toujours un niveau d’eau modérément bas, en alerte « Vigilance ».

L’UNICEF, en collaboration avec l’Union  européenne et le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures a développé un système de monitoring de la sécheresse (SMS) pour le sud de Madagascar.

SMS est basé sur des indicateurs de sécheresse dérivés d’images satellites et des données sur les eaux souterraines. Ainsi, un bulletin mensuel d’alerte à la sécheresse incluant l’étendue de la sécheresse et son impact sur les ressources en eaux souterraines est diffusé à toutes les parties prenantes, les humanitaires, et les décideurs dans la planification des interventions d’urgence et la mise en œuvre de mesures d’atténuation de la sécheresse à Madagascar.

Particulièrement utile dans le sud. Les régions du sud de Madagascar ont la plus faible couverture en eau potable du pays et subissent fortement les effets du changement climatique, tels que l’augmentation de la fréquence/intensité des sécheresses et le manque chronique d’eau. Cette situation entraîne de graves crises d’insécurité alimentaire et de malnutrition qui touchent principalement les enfants. La détection précoce des impacts de la sécheresse incluant les fluctuations saisonnières des eaux souterraines sont utiles pour fournir des alertes rapides en vue de prévenir les éventuelles pénuries d’eau et les famines.

Un peu plus de précipitations. D’après le bulletin du mois de juillet du système de monitoring de la sécheresse, les précipitations dans les trois régions sont conformes aux normales saisonnières du mois de juillet ; c’est-à-dire avec une faible pluviométrie et une saison sèche. Toutefois, les conditions de sècheresse se sont améliorées en raison des légères augmentations de la précipitation du mois de juin. En effet, le mois précédent, les précipitations cumulées reçues étaient respectivement de 38.66mm et 80.65mm pour les régions d’Androy et Anôsy si les normales saisonnières sont de 26.364mm et 45.02mm. Puis en ce qui concerne les ressources en eaux souterraines, la situation des nappes est variable sur l’ensemble du grand Sud. Douze nappes sur les dix-sept en observation sont en recharge dont quatre avec une tendance en baisse, cinq avec une tendance en hausse et trois en tendance stable. Mais même si la majorité des nappes est  en recharge, Ankaranabo (Bekily) et Jafaro (Ambovombe) sont toujours en alerte avec un niveau d’eau bas et une tendance d’évolution à la baisse.

Le prix de l’eau dans le grand Sud. Le prix du bidon d’eau varie d’un endroit à un autre dans le sud. Un bidon de 20 litres coûte entre 200 ariary à 500 ariary en zone urbaine et 500 ariary à 1.500 ariary en zone rurale. Ensuite, dans les communes desservies par le nouveau pipeline, le bidon de 20 litres est accessible à 120 ariary. Enfin, pour la qualité de l’eau, tous les points d’eau suivis présentent une salinité normale, en dessous du seuil de 3.000 µS/cm.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA (Source : UNICEF)

Midi Madagasikara1 partages

CHAN 2020 – Match retour : Le départ des Barea prévu pour demain

Le coach Franklin ne changera pas l’équipe qui gagne.

Jusqu’à hier soir, le départ des Barea pour le match retour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) n’a pas encore été officialisé. Selon l’explication, un arrangement était en cours et la délégation quittera le pays prévu demain. Concernant la liste des joueurs, Franklin Andriamanarivo a réservé ses 23 sélectionnés. « Pas de changement pour le prochain match. Les sept joueurs du Fosa Juniors restent dans l’équipe nationale, même s’ils devraient renforcer leur club pour la compétition de la confédération africaine », a-t-il déclaré.

Rappelons que le match retour entre Madagascar et Mozambique se déroulera dimanche à Maputo. La victoire reste encore un mot d’ordre pour les Barea B, après le score de 1 but à 0 lors du match aller, en faveur de l’équipe malgache.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Retraite ministérielle de la COI : L’avenir de la Commission au menu

Une retraite ministérielle sur l’avenir de la Commission de l’ Océan Indien (COI) se tient actuellement, à Moroni, Union des Comores. Une rencontre au cours de laquelle il sera question de la COI de demain. Cette organisation régionale, créée par la Déclaration de Port-Louis en 1982, a vu officiellement le jour en 1984 aux Seychelles, après la signature de l’Accord général de coopération (Accord de Victoria) instituant la COI par Madagascar, Maurice et les Seychelles, Etats « membres fondateurs », rejoints deux ans plus tard, en 1986, par les Comores et la France, au titre de La Réunion. « La COI est l’expression d’une solidarité naturelle entre ces îles. Elles partagent une même géographie, une histoire commune, des généalogies, des traits culturels et surtout un même destin », souligne dans un communiqué cette organisation régionale regroupant, depuis plus de trois décennies, cinq Etats membres. Espace d’expression de la solidarité régionale et au cœur de la coopération régionale, la COI intervient dans plusieurs secteurs sur la base de l’intérêt commun des Etats membres. C’est ainsi que des projets de coopération ont été menés dans des domaines comme la pêche, la gestion et la préservation des écosystèmes, la stabilité politique… Puis vient le temps de se pencher davantage sur les besoins des Etats membres face aux défis de la mondialisation des échanges, et les risques. La COI a alors mobilisé les parties prenantes régionales et les partenaires au développement dans de nouveaux domaines comme la santé publique, la connectivité régionale ou encore la sécurité maritime.

Questions. Après 35 ans d’existence, la COI se penche sur son avenir. Durant trois jours, la retraite ministérielle de Moroni est alors l’occasion d’aborder un certain nombre de questions : ce qu’attendent les Etats membres de leur organisation ; les moyens et ressources pour répondre aux défis du développement durable ; revoir ou non les missions et le mode de fonctionnement de l’organisation ; les voies et moyens pour contribuer davantage à la croissance, au progrès social, à la préservation des équilibres écologiques ; le rôle de la COI dans un paysage régional de convoitises et de rivalités ; les partenariats pour relever les défis de sécurité, de croissance, d’épanouissement social et climatique ; ou encore la forme que doit prendre le dialogue avec les Etats tiers et les organisations internationales.Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de la COI ou leur représentant débattent de ces questions. La retraite ministérielle est également l’occasion d’un exercice rétrospectif pour mesurer le chemin parcouru et identifier les succès comme les écueils et d’un exercice prospectif pour définir les contours de la COI de demain. La rencontre prendra fin le 03 août 2019.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Circulation : Pour la limitation et la réglementation des cocardes « maitso, fotsy, mena »

L’utilisation de cocarde devrait être réglementée.

Gouvernants et gouvernés sont soumis aux mêmes normes juridiques, d’après le préambule de la Constitution qui préconise aussi la responsabilisation des dépositaires de la puissance publique, y compris en matière de code de la route.

Depuis qu’une ministre a été rappelée à l’ordre par le PM Ntsay Christian, aucun membre du gouvernement n’ose plus user et abuser de gyrophare et/ou de voiture ouvreuse dans ses déplacements, sauf pour se rendre en qualité de représentant du pouvoir à une cérémonie comme la célébration du 14 juillet à Ivandry, pour ne citer que la fête nationale française. Dans ce cas, celui ou celle qui représente le chef du gouvernement ou de l’Etat, a même droit à un motard pour dégager la voie. En dehors des rares exceptions qui confirment la règle, les princes qui nous gouvernent sont tenus de respecter le code de la route, notamment les panneaux de signalisation genre sens interdit ou céder la priorité. Et ce, pour le « vivre ensemble » entre gouvernants et gouvernés.

214 cocardes. La cocarde « maitso, fotsy, mena » installée sur le tableau de bord ou suspendue sur le plafond du véhicule n’est pas un « sésame ouvre-toi » par rapport à la circulation, quand bien même cela n’empêcherait pas certains de s’en servir comme passe-droit dans les embouteillages, en se réfugiant souvent dans l’anonymat que leur procurent les vitres fumées. En plus de la cocarde tricolore qui est un signe extérieur de pouvoir, non seulement pour les membres de l’Exécutif, mais également pour les parlementaires. Avec 151 députés et 63 sénateurs, cela fait en tout et pour tout, 214 cocardes en …circulation. Même si l’on enlève les 2 députés et le sénateur actuellement en détention préventive, les voitures avec cocarde pourraient courir les rues de la capitale, surtout durant les sessions – ordinaires ou extraordinaires – du Parlement. Qui plus est, la cocarde est quasi-systématiquement relevée alors que le député ou le sénateur ne se trouve pas forcément à bord du véhicule.

Bureau permanent. On se souvient que sous la Deuxième République, seuls les membres du Bureau permanent avaient le droit de mettre une cocarde sur leurs véhicules. L’Assemblée nationale populaire ne comptait d’ailleurs que 5 vice-présidents puisque le président était considéré comme représentatif de sa province d’origine. Il n’y avait non plus que 2 questeurs pour 137 députés. Au total, l’effectif du Bureau permanent n’atteignait même pas une dizaine de membres. Pas de Rapporteur général à l’époque. Pas de sénateurs non plus car le Parlement était monocaméral. Le président Andry Rajoelina a d’ailleurs souligné le caractère budgétivore de la Chambre haute qu’il compte rayer à terme de la carte des institutions de la Quatrième République. En attendant de concrétiser son « Velirano » relatif au Sénat, il a pris une ordonnance réduisant à 18 le nombre des « Loholona ». Pour sa part, le Premier ministre Ntsay Christian estime qu’il ne faut pas balayer d’un revers de main tout le passé, mais garder ou réactualiser ce qui était bon. Pourrait en faire partie, la limitation de l’utilisation des cocardes aux seuls membres du Bureau permanent de l’Assemblée nationale et de celui du Sénat. Avec les 22 ministres, il y aurait nettement moins de cocardes « maitso, fotsy, mena » en …circulation. Mais avec plus de plaque rouge, une autre mesure remise au goût du jour par le PM malgré quelques récalcitrants qui sont dans le… noir.

R. O

Midi Madagasikara1 partages

Société Générale Madagasikara : Une nouvelle agence à La City Ivandry

Société Générale Madagasikara rejoint les entreprises qui opèrent à la City Ivandry.

La Société Générale Madagasikara continue d’étoffer son réseau d’agences dans la capitale. La banque s’installe à partir d’aujourd’hui à la City Ivandry avec une nouvelle agence qui répond aux normes Société Générale. « Notre objectif est de faciliter l’entrée en relation avec nos clients et leur apporter expertises et conseils » indique un communiqué de la banque. « Cette nouvelle adresse à la City Ivandry, un lieu à forte influence, est une étape de plus dans la vision de notre évolution vers une banque plus agile et au cœur des préoccupations de nos clients. Cette agence s’inscrit dans une mise à disposition d’outils, de services et de produits adaptés à la mobilité de la vie quotidienne ». La nouvelle agence de la City Ivandry se décline dans un tout autre format simple et moderne, disposant de tous les services bancaires : Distributeurs Automatiques de Billets, caisses dédiées, un espace confortable et plus convivial. « Effectivement, le changement de la relation bancaire fait que les clients passent essentiellement par des canaux à distance. C’est ainsi donc, que s’est construite l’Agence La City Ivandry, en favorisant les réseaux alternatifs et une relation bancaire d’accompagnement».

R.Edmond.

Ino Vaovao0 partages

MAROVATO ANDREFA-AMBANJA : Zazavavy kely 4 taona novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Zazavavy kely antsoina hoe Juliana eo amin’ny 4 taona no hita faty tao amin’ny tora-pasika iray tao an-toerana tokony  tokony tamin’ny 12 ora antoandro, tamin’io andro sabotsy io. Tapaka ny tanana havian’ilay zazavavy kely, vaky ny lohany ary nipotsaka ny masony roa. Tsy vitan’izany fa nalevina tao anaty fasika ny lohany, notsentsenana lamba ny vavany sy ny orony.

Novonoina tamin’ ny fomba feno habibiana ii Juliana, raha ny fahitana ny razana. Araka n y nambaran’ny ray aman-drenin’ity farany dia very tamin’ny talata faha 23 jolay teo ity zazavavy ity. Tena marina hoy i Germo rain’i Juliana nisy olona naka ny zanany tao an-tranon’izy ireo tamin’io andro io tokony tamin’ny 9 ora alina. 4 andro aty aoriana ny fatin’i Juliana vao hita. Efa simba ny razana ka voaterny nalevina tamin’io andro io ihany. Ny zandary no nandray an-tanana ny fanadihadiana ity raharaha vono olona ity. Manantena araka izany ny rehetra fa indrindra ny Ray aman-drenin’i Juliana fa tsy ho afa-bela izay namono sy nahafaty an’ity zazavavy kely ity.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

SAKAN-DALAN’NY POLISY : Niakatra fampanoavana omaly izy 2 lahy nitondra rongony 9kg

Mailo araka izany ny mpitandro filaminana   ka manao savahao ireo fiara mivezivezy ary dia nahitam-bokany hatrany izany. Raha ny  tatitra voaray avy amin’ny  Polisim-pirenena tany Antsampanimahazo ny talata  30 jolay lasa teo iny dia rongony nahatratra 9kg no  tratra teny  amin’ny  sakan-dalana notanterahan’izy  ireo. Lehilahy roa  tao anaty ilay  fiara mampitohy an’ Antananarivo sy Fianarantsoa  no voasambotra tamin’izany satria voalaza fa azy  ireo ny entana. 

Nandritra ny fakana am-bavany ireto roa lahy  no  nahafantarana fa  avy any Ihosy ireo zava-mahadomelina ireo ary saika hamidy  eto  an-drenivohitra. Natolotra ny fampanoavana tao Antsirabe omaly ireto farany. Tsara ny  manamarika hatrany fa raha ny  loharanom-baovao  voaray  hatramin’izay dia efa malaza ratsy amin’ny fanaparitahana rongony ny any amin’ny  faritra atsimon’ny Nosy iny ary efa manao ny asany ny mpitandro filaminana amin’izao  fotoana izao. Manara-maso  akaiky ny toe-draharaha any an-toerana izy ireo hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Misy manimba sahady ireo sakana amin’ny lalam-baovao Tsaramandroso sy Mahavoky

Araka ny nambaran’ny mponina dia misy fiarakodia tsy mahafantatra ny haavon’ny fiarakodia entiny ka lasa mandona sy manapaka azy ireo. Ireo sprinter no matetika voatonona amin’izany. Efa nalain’ny kaominina hamboarina izy ireo. Efa matetika miseho izany ka hisy ny fanaraha-maso, hoy ny tompon’andraikitra ao amin’ny kaominina. Tsy ao Mahavoky ihany fa any amin’ireo lalam-baovao hafa izay vao namboarin’ny kaominina koa dia misy io olana io avokoa. Sahirana ny mpiasan’ny kaominina manamboatra ireo tsato-by izay mibirioka sy latsaka. 

Efa misy moa ny fivoriana nataon’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny nandinihana izany, ka voalaza fa misy azo ampidirina amin’iireo lalana ihany ny fiarakodia sasany. Mafy tsara satria vita amin’ny béton ireo lalana ireo hoy ny ao amin’ny kaomina.  Raha ny tokony ho izy mantsy dia ireo fiarabe no tsy tokony mampiasa ireo lalana ireo, saingy misy koa ireo  fiara mpitatitra no avo na dia tsy mavesatra loatra aza. 

Manomboka izao, ireo manimba kosa dia ho voasazy no sady tsy maintsy mamerina amin’ny laoniny ny fotodrafitrasa nosimbainy. Voakasik’izany avokoa ireo fotodrafitrasa rehetra nataon’ny kaominina eto Mahajanga satria fananana iombonana izy ireo ka ny tsirairay no tokony samy tompon’andraikitra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

HERINARATRA AO AMIN’NY KAOMININA EJEDA : Telo andro niaina tao anaty aizina ny mponina

Manao fitarainana amin’ny tompon’andraikitra mba hitady  vahaolana satria efa ho telo  andro no niaina tao anaty maizina ny mponina.

Tsy misy  mandeha amin’ny ara-dalàna intsony ny fiainam-bahoaka amin’ny andavanandro vokatr’izao fahatapahana izao. Raha ny tatitra voaray  avy any an-toerana dia voalaza fa  nalain’ny mpandraharaha tompony ny milina lehibe fampiasa , izay nampandeha ny jiro tao an-tanàna hatramin’izay, hany  ka nisedra olana ny rehetra hatreto. 

Nomarihin’izy ireo tamin’izany mantsy fa tsy mbola misy famatsiana herinaratra avy  amin’ny Jirama ity  kaominina ity, izay olana goavana tsy mbola voavaha mandrak’androany. Velon-taraina  ireo mponina araka izany satria dia tsy mandry fahalemana ny  tany, voasembantsembana ny sehatry ny asa, manginy  fotsiany ny fijaliana isan-kariva rehefa tsy  misy  jiro.

 Eo anatrehan’izay  indrindra dia manao antso avo ny solombavambahoaka voafidy tao an-toerana mba hijerevan’ny fanjakana akaiky ny zava-misy  iainan’ny mponina any. Noho ny fijaliana mianjady aloha ankehitriny dia voatery tsy  maintsy nitady vahaolana hampazava ny tanàna ny depiote voafidy  tao an-toerana na dia azo lazaina aza tsy andraikitr’izy ireo ny manatanteraka izany. Etsy  andanin’izay dia manantena sahady ny tompon’andraiki-panjakana ireto  mponina mba hidina ifotony  hizaha ny  olana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FOMBA FIASAN’NY JIRAMA MAHAJANGA : Manariva andro amin’ny filaharana ireo mpandoa faktiora

Misy ny milahatra eo manomboka amin’ny enina ora maraina nefa amin’ny enina ora hariva mbola tsy voaray. Mihazakazaka ny olona rehetra mandoa faktiora satria raha vao tara ny fandoavana izany dia manao tsy omby aloha ireo mpiasan’ny Jirama manapaka ny jiro. Mitaraina ireo mpanjifa fa misy roa andro milahatra foana nefa mbola tsy tafiditra ihany. Misy mpiambina ihany eo mandahatra, nefa izy ireo ihany koa no manao aferafera sy kolikoly, hoy ireo olona milahatra, ka misy ireo tonga afara nefa ampidirina aloha. 

Anisan’ny olana sedrain’ny mpanjifa maro ny miandry faran’ny volana satria amin’ny ankapobeny dia faha-26 ny volana diavina eo no fe-potoana farany omen’ny Jirama ny mpanjifa handoavana ny faktiora nefa ny ankamaroan’ny olona herinandro aorian’ny faran’ny volana vao mahazo karama. 

Raha hamerina jiro tapaka anefa dia tsy maintsy lany fotoana mivezivezy satria tsy maintsy milahatra aloha mandoa ilay faktiora, avy eo mandalo any amin’ny tale misahana ny varotra maka taratasy handoavana ny  10 000Ariary saran’ny famerenana ny jiro (mety mbola mivory ingahy tale ka tsy maintsy miandry izay ahavitan’ny fivoriany)  avy eo mankany amin’ny tompon’andraikitry ny fanapahana, mbola miandry ny teknisianina mpanapaka sy mpamerina jiro, mbola mandoa ny saran-dalana andehanany eny an-toerana, mitondra azy any an-trano, mamerina ny jiro. 

Raha maro ny jiro notapahina iny andro iny dia mety mandra-paharivan’ ny andro ny miandry ny teknisiana mpamerina jiro. Izany hoe iray andro manontolo no maty tsy ahafahana miasa fa mikarakara ny famerenana ny Jiro ataon’ny Jirama. “ohatry ny hafaliana ho azy ireo (ndlr Jirama) ny mahita ny olona mijaly, hoy ny mpanjifa. Misy ny fomba hafa fandoavana faktiora dia ny Orange money sy Mvola na Airtel money ohatra. 

Ny olana anefa matetika dia tsy ara-potoana ny fandefasan’izy ireo ny fanamarinana ny fandoavana ny faktiora ka dia tonga ihany ry Jirama manapaka. Rehefa entina any amin’ilay voalaza fa talen’ny varotra na « directeut commercial » indray anefa ny fanamarinana avy amin’ireo tambazotram-pifandraisana fa voaloa marina ilay faktiora dia ambarany fa tsy mbola voamarina ao aminy izany, ka asainy aloa fanindroany eny amin’ny ‘caisse’ alohan’ny hamerenana ny jiro. Izany hoe mbola ho sahirana koa ny mpanjifa izay efa nandoa faktiora handeha hanao fanamarinana any amin’ilay tambajotram-pifandraisana na hamerina ny volany satria efa naloa any amin’ny Jirama fanindroany  ilay faktiora. 

Mampijaly mpanjifa no sady tsy mahalala ny hadisoany mihitsy amin’ny ankapobeny ireo mpiasa ao amin’ny Jirama sy ny fomba fiasan’izy ireo. Misy aza ny tale no efa miteny fa tsy miraharaha mihitsy ilay voalaza fa tale misahana ny mpanjifa ao.  Tsy manan-tsafidy anefa ireo mpanjifa satria tsy misy afaka manery azy ireo hanao ny asany ara-drariny. Indrindra raha mbola miampy delestazy, ka nahatonga ny tanàna maromaro teto Madagasikara manampatra ny hatezerany amin’ny biraon’ny Jirama. Hatreto anefa dia mbola tsy mahatonga saina ireo mpiasa sasany izany na dia misy dia misy tokoa aza ireo miezaka mipetraka eo amin’ny toeran’ny mpanjifa sy manala olana azy ireny. 

Na dia manjaka tokana aza ny Jirama dia tokony hihevi-tena ihany ireo mpiasa ao aminy satria orinasam-panjakana io, orinasam-bahoaka ka ny tombontsoan’ny vahoaka no tokony anisan’ny hotsinjoviny… indrindra moa fa misy terena handoa hofana kaontera indroa ireo mpanjifa amin’ny kaontera iray. Ilaina araka izany ny fanovana ny fomba fiasa mba hanamorana ny fandoavana ireo faktiora ireo satria matetika dia miasa ireo olona mandoa faktiora ary tsy tafiditra anatin’ny antony fakana ‘permission’ ny fandoavana faktiora.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ZANDARIMARIAM-PIRENENA : Mikaon-doha hanatsarana ny asa ireo tompon’andraikitra ambony

Mandritra izany no hanaovana jery todika ny asa efa vita, miara-mikaon-doha ihany koa izy ireo hoentina hanatsarana ny asa ho avy.

Manana andraikitra lehibe eo amin’ny fiainam-pirenena ny Zandarimariam-pirenena, hoy ny sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimaria. Manoloana izany, hoy izy, dia tsy maintsy manao tombana sy jery todika amin’ny asa vita mba hahafahana manarina ny lesoka sy manatsara ny fomba fiasa mba hahazoana vokatra tsaratsara kokoa. Toy ny fanao isan-taona eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena dia misy hatrany ny fivoriamben’ ireo tompon’andraikitra ambony manerana ny Nosy handinihana sy hanaovana izay tomban’ezaka izay.

Ireo asa vita tao anatin’ny enim-bolana voalohany amin’ny taona hitsahina no jerena manokana. Ho an’ity taona ity dia tontosaina omaly 31 Jolay sy anio 01 Aogositra izany fivoriam-be izany. Ireo  tompon’andraikitra ambony isan-tsokajiny no mandray anjara amin’izany. Nivoitra nandritra ny fivoriana ho an’ny andro voalohany fa betsaka ny ezaka vita teo anivon’ny Zandarimariam-pirenena kanefa mbola maro ihany koa ireo asa miandry. Nambaran’ny jeneraly Ravalomanana Richard, sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimariam-pirenena fa manao ny ainy tsy ho zavatra ireo zandary miady amin’ireo dahalo sy jiolahy.  

Porofon’izany ny fisian’ireo zandary maratra tato ho ato noho ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany. Samy nanome toromarika avokoa na ny minisitry ny fiarovam-pirenena  na ny Sekreteram-panjakana eo anivon’ny fiarovam-pirenena miadidy ny Zandarimaria ny amin’ireo lalàna vaovao arahina ho an’ny fandriam-pahalemana sy ny fampiasàna ireo fitaovana vaovao nomena. Ankilany ny Praiminisitra, lehiben’ny governemanta ihany koa dia nanome ny fahatsapany ny ezaka efa vita sy nanome toromarika hentitra ho amin’ny fanatsaràna ny ao aoriana. Nisaotra manokana ny fitondram-panjakana ihany koa ny tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny Zandarimaria noho ny fanampiana indrindra ny ara-pitaovana natao azy ireo. 

Omaly tamin’ny 8 ora maraina no nanokafana ity fivoriana ity tamin’ny fomba ofisialy. Nitarika izany ny Jeneraly Richard Rakotonirina, Minisitry ny fiarovam-pirenena sy ny jeneraly Richard Ravalomanana, Sekreteram-panjakana eo anivon’ny fiarovam-pirenen miadidy ny Zandarimaria ary ny Jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa, Komandin’ny Zandarimariam-pirenena. Tonga nanome voninahitra izany ihany koa ireo minisitra hafa izay miara-miasa akaiky amin’ny Zandarimaria toy ny  Minisitry filaminam-bahoaka, Minisitry ny Fitsarana, ny solontenan’ny Minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana ary ny Tale jeneralin’ny Bianco.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Fianakaviana RavalomananaAnanan-dRajoelina kakay manokana ?

Nanomboka tamin’ny taona 2009 hatramin’izao dia mitohy ny lonilonin’ny Filoha ankehitriny Andry Rajoelina amin’i Marc Ravalomanana.

 

Tsy nisy rahateo ny tena fampihavanam-pirenena tena nahomby teto, fa mbola ao hatrany ilay otrik’ady tsy levona. Naongany ny taona 2009, nodorana ny fananana, tsy navela nody,… Mbola tratry ny kajy maloton’ny fifidianana filoham-pirenena teo, fa nandefitra sy niarahaba ary nirary soa an’ilay filoha nambara fa lany aza. Izao dia hiroso amin’ny fanovana ny ben’ny tanàna ho PDS indray izy sy ny ekipany, izany hoe ho lasibatra indray ihany koa Rtoa Lalao Ravalomanana. Miha mafy ny fanenjehana sy fanaratsiana ary hanaovana fahirano tanteraka ny ben’ny tanàna sy ny renivohitr’i Madagasikara, izay toa misy ambadika politika, toy ilay resaka tsenan’Anosibe izay olona mpitarika fikambanana mpanohana ny Filoha no mitarika olona hikomy amin’ny asa ataon’ny kaominina. Ny resaka fakan’i Marc Ravalomanana ny toeran’ny lehiben’ny mpanohitra izay efa voafaritry ny lalàna hitadiavana hevitra hialana aminy satria tsy levon’ny vavonin’ny filoha am-perinasa ny handraisan-dRavalomanana io toerana io. Tena manana kakay manokana amin’ny fianakaviana Ravalomanana ve Atoa Andry Rajoelina ? Ara-politika ihany sa misy antony hafa mihitsy ? Raha nisy olona tokony ho nangata-pamelana sy naneho fanetren-tena sy nifona tamin’ny fitondrana tany an-davaka ny firenena teto dia ny Filoha ankehitriny Andry Rajoelina, kanefa toa mbola mandrehitra afo indray aza no ataon’izy ireo ankehitriny.  Ny resaka olana manokana ve no hoentina hamotehana firenena sy ny Renivohitra ? Fotoana izao tokony hananana fijery vaovao sy fifanomezan-tànana fa tsy ny hambom-po diso toerana an’olon-tokana na vitsivitsy no hanaovana takalon’aina ny firenena.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

KMF-CNOE : Mila ampiharina ny lalàna manome lanja ny mpanohitra eto amintsika

Fantatra fa anisany mahatonga ny fitondrana ho mari-toerana ny fisian’ny mpanohitra. Ireo fiarahamonim-pirenena misehatra amin’ ny fifidianana ihany koa dia nanamafy fa  ilaina ny fisian’ ny mpanohitra. “Ny mpanohitra dia ilaina foana. Tsy mpanohitra atao hanohitra fa mpanohitra natao ho fefy sy hahafahana mitondra fampandrosoana marina ho an’ ny Firenena ”, hoy ny fanazavan’ ny filoha nasionalin’ ny Kmf-Cnoe Fanabeazana olom-pirenena, Andoniaina Andriamalazaray.  Ny antoko mpanohitra dia eo anivon’ny firenena manaja ny demokrasia dia natao hitondra tsikera neo anatrehan’ny tsy mety ataon’ ny mpitondra, natao ihany koa izy ireo hampahatsiahy ny andraikitry ny mpitondra koa manoloana ny fitantanana ny Firenena. 

Nohamafisin’ny Kmf-Cnoe fa ilaina ny fisian’ ny lalàna mifehy ny mpanohitra ary ilaina ny fisian’ny didy fampiharana izany. “ Mahakasika ny Lalàna mifehy ny mpanohitra dia tena ilaina mihitsy. Efa nisy izany saingy tsy nampiharina, satria ilay didim-panjakana fampiharana tsy navoaka. Tsy navoaka ny fomba fiteny azy saingy aleo atao hoe tsy hay ny namoaka azy”, hoy ny hatrany voalaza. Fantatra fa efa nisy ny lalàna mifehy ny mpanohitra hatramin’izay saingy tsy nisy loatra ny tena fampiharana izany. Tamin’ny fitondrana teo aloha aza dia tsy tafapetraka mihitsy io toeran’ny mpanohitra io mandra-pifaran’ny fe-potoam-piasan’ny Filoha teo aloha. Mila averina dinihina io lalàna io, hoy ny Kmf-Cnoe.

“ Ny fandinihana indray mandeha io lalàna mifehy ny mpanohitra na ny fanoherana io dia zava-dehibe. Tsy misy lalàna tonga lafatra izany eto ambonin’ ny tany fa hatsaraina foana ”, hoy ny Kmf-Cnoe.

Avotra Isaorana      

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE JOCELYNE MAXIME : Nanome voninahitra ny andro iraisam-pirenena ho an’ny vehivavy Afrikanina

Tonga nanatrika sy nanome voninahitra ny fankalazana ny andro maneran-tany ho an’ny vehivavy Afrikana ny tenany, omaly maraina, tao an-tampon-tanànan’i Nosy Be. Manoloana ny tahan’ny fanolanana izay ambony dia ambony ao amin’ny distrikan’i Nosy Be  dia nanentana ny Ray aman-dreny fa indrindra ny reny ity filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena ity mba handray andraikitra amin’ny fitaizana ireo zanaka fa indrindra ireo zanaka vehivavy izay matetika hiaran’ny herisetra sy fanolanana amin’ny andron’ireny fety lehibe ireny izay mampalaza ny tananan’i Nosy Be tamin’ny kabary nataony. 

«  Tsy mila variana isika Ray aman-dreny fa tokony hanara-maso ireo zanatsika  » hoyi Jocelyne Maxime. Tsy izay ihany fa nasian’ity farany  resaka ihany koa ny andraikitra tokony horaisin’ny vehivavy amin’ny fampandrosoana ny firenena. Tsara ny manamarika fa ny talata teo nanaraka fiofanana momba ny «  leadership  » tao amin’ny efitra fivorian’ny kaominina ambonivohitra Nosy Be  ireo solontenan’ny vehivavy rehetra tonga niatrika ny fankalazana izany andro iraisam-pirenena ho an’ny vehivavy afrikanina izany. Marihina fa tonga niatrika sy nanome voninahitra izany andro izany ihany koa ny Minisitry ny mponina Naharimamy Irmah sy ny Minisitry ny fampianarana ambony Blanche Nirina Richard.

Sômarôho

Omaly tolakandro nanome voninahitra ny fanokafana ny festivaly «  Sômarôho  » andiany faha-6 amin’ny fomba ofisialy ireto farany sy ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena Jocelyne Maxime ary nandray anjara tamin’ny karnavaly lehibe namakivaky ny tanana izay niafara tao amin’ny kianja monisipaly  Ambodivoanio. Tsy hifarana raha tsy amin’ny alahady ho avy izao ity festivaly ity. Mpanakanto vahiny tsy latsaky ny 5, ka anisany izany i Diamond sy teratany maro be raha tsy hilaza afa-tsy Black Nadia, Ngiah Tax sns no handray anjara sy hanafana ny Nosy manitra mandritra ny 4 andro ankoatra an’i Wawa izay zaman-jaza.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTEN’ANTSIRANANA II : Nanentana ny vahoaka hiara-hiasa ho fampandrosoana ny faritra

Vonona hanompo ny vahoaka ity farany ary ny hampandroso ny distrika nahavoafidy azy sy ny faritra Diana no laharam-pahamehana napetrany. Ny alatsinainy teo nitsidika ny tanànan’ Anivorano Avaratra ny lehilahy. Natao izany ho fisaorana ny vahoaka rehetra tonga nifidy tamin’ny 27 mey lasa teo sy fanaovana tatitra ny fivoriana voalohany natrehany. Nambaran’ny dokotera Raymond tamin’ny kabary nataony fa tsy vitany izy irery ny hampandroso ny distrikan’Antsiranana II fa mitaky ny fiaraha-miasan’ny hery velona  rehetra tsy an-kanavaka. Araka izany nanao antso avo amin’ireto farany ny tenany mba haneho firaisankina ary nanainga ny rehetra hanao soroka miara- milanja sy tongotra miara-mamindra sy tanana miara-mibata amin’ny asa fampandrosoana ny distrikan’Antsiranana II sy ny Faritra Diana ary ny Firenena manontolo. Azo ambara fa narisika dia narisika tokoa ny olona tonga nihaino ny kabary nataon’ny depiote Raymond.

Namaly antso sahady ireo mpandraharaha

Taorian’ny kabary nataony dia nivory manokana niaraka tamin’ireo vondrona sy antoko politika samihafa sy ireo raiamandreny tao an-toerana ity farany. Voaresaka nandritra izany fivoriana izany ny olana misy ao an-toerana sy ny hafa. Namaly antso sahady ary vonona hiara-hiasa amin’ny depioten’ Antsiranana II  ireo mpandraharaha ao an-toerana. Porofon’izany nilaza ireto farany fa handray anjara amin’ny fandoavana ny volan’ny mpampianatra «  Fram  » ao amin’ny lisea Anivorano. 

Tsara ny manamarika fa tsy vitany ny tenany zanaky ny distrikan’Antsiranana II fa mahafantatra tsara ny olana misy ao an-toerana i Dr Raymond izay vonona hitondra ny anjara birikiny amin’ny fampandrosoana izany distrika izany sy ny mponina ao anatiny. Ny azo ambara aloha hatreto tsara ny fomba fiasan’ity depiote ity ary antenaina mba hitohy.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

Tanàna vaovao ao Soaniedanana Nojeren’ny fanjakana fotsiny hatramin’izay

Nivoaka tamin’ny fahanginany omaly ny filoha nasionalin’ny HAFARI Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina manoloana ilay

 

fanorenana tanàna vaovao tanterahiny eto amintsika.  Nisafidy ny nangina aho hatramin’izay, hoy izy noho ny fisian’ireo mpamingana ny tetikasa nefa tsy ho ahy no nanaovako ireny fa ho an’ny vahoaka Malagasy. Nambarany ary fa mbola lesoka tamin’ity tetikasa ity ny tsy firaharahian’ny fitondram-panjakana nifandimby hatramin’izay ny maha zava-dehibe ny exode urbain. Anisany ny fananganana sekoly, ny hopitaly izay tokony hanomezan’ny fanjakana tanana ny fikambanana Hafari saingy nojereny fotsiny, hany ka sahirana ny mponina. Hiainga amin’ny heriny hanatanteraka ny tetikasa ny HAFARI  manomboka izao ka fizarana kara-tany ho an’ny 80 %-n’ireo mponina ao Soaniedanana Ankazobe no hisantarany ny asa amin’ny sabotsy ho avy izao izay nomarihin-dRafanomezantsoa Jean Nirina fa havadika ho titra tsy ho ela. Hisy ihany koa ny ady fototry ny toerana hametrahana ny jiro hanazavana ny tanàna arahin’ny fitondrana mpiandry hanalana ireo karazana fanahy ratsy misakana ny tanànan’i Soaniedanana  tsy handroso.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bemasoandro ItaosyMisy manangana indray ilay pylone efa nolavin’ny mponina

Misy miverina manangana indray raha somary nangingina kely teo aloha teo ilay pylone ao amin’ny kaominina Bemasoandro Itaosy,

 

distrikan’Atsimondrano rehefa nolavin’ny mponina tamin’ny heriny rehetra. Nitohy nanomboka ny talata teo indray ny fandokoana ilay trano misy azy sy ny fametahana ilay vy be izay tena atahoran’ny mponina iny ka nisy ny hetsika nataon’ireto farany nanoloana ny biraon’ny kaominina mba hampitsaharana izany.  Ankoatra ireo vahoaka madinika mantsy dia ahitana sekoly telo raha kely indrindra manodidina ity trano kasaina hametrahana ilay pylone ity ka tsy vitsy amin’ireo ray aman-dreny ao an-tanàna no velom-panahiana ny amin’ny mety ho fiantraikan’izany amin’ny fahasalaman-janany sy izy ireo. Raha tsiahivina, efa nisy ny taratasy navoakan’ny kaominina ny 20 jolay taona 2018 mba hampitsaharana ny  fananganana ity pylone ao Bemasoandro Itaosy ity mandrapisian’ny fifanarahana vaovao.  Tsy mbola nisy akory anefa ny fifanarahana, tsy nisy ihany koa ny fakana ny hevitry ny mponina dia niainga indray ny asa ka tsy hanaiky intsony ny mponina, raha ny tafa nifanaovan’izy ireo tamin’ny mpanao gazety omaly. Raha araka ny fanapahan-kevitra farany moa dia nanambara ny Ben’ny tanànan’ny kaominina Bemasoandro nanoloana ilay orinasa hanao ny asa sy ny solontenan’ny mponina fa omena herinandro izy mba hieritreretany ary hamoahany didy mifandraika amin’izay.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rano maloto , diky miparitakaManimba ny fahasalamana, mamono ireo ankizy latsaky ny 5 taona

Ny 60 %-n’ny vatan’ireo ankizy latsaky ny dimy taona dia rano avokoa no mbola mandrafitra azy.

 Raha vao tratry ny aretim-pivalanana nateraky ny mikraoba tamin’ny tanana na entin’ny lalitra vokatry  ny diky miparitaka izy ireny dia zary very rano ka raha tsy voavonjy haingana dia mety hafoy hatramin’ny ainy.  Anisan’ny antony hivorian’ireo tompon’andraikitra eny ifotony teny amin’ny le pavé Antaninarenina ny fitadiavam-bahaolana mifandraika amin’izany, omaly, notronin’ny WSUP sy ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka. Nivoitra nandritra izany ny fametrahana fotodrafitrasa  momba ny fanadiovana sy ny fidiovana ka anisan’ireny ny trano fivoahana, ny paompy fanovozana rano fisotro madio…. Tanjon’ny rehetra ny hahafahan’ny mponina miaina anaty tontolo madio lavitry ny aretina, indrindra amin’izao taon-jato faha-21 izao. Nomarihin’ireo tompon’andraikitra nanome fanazavana omaly moa fa anisan’ny antony miteraka ny fahafatesan’ny zaza latsaky ny dimy taona eto amintsika ny aretin-kibo ka ilana fandraisana andraikitra haingana ny ady hatao amin’ny loto.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famahana ny olan’ny SecesAsa indray izay hataon’ny minisitra vaovao

Horaisin’ny minisitry ny fampianarana ambony vaovao, Blanche Nirina Richard, anio ny avy eo anivon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka eto

Antananarivo, raha ny fanazavan’ny filohan’ny Seces Tanà, Sammy Grégoire Ravelonirina, nandritry ny fihaonan’ny solontenan’ireo oniversite miisa 12 eto afrika mikaroka momba ny resaka fisorohana sy fitantanana ny loza tetsy amin’ny Colbert Antaninarenina omaly. Miarahaba sy mankahery ny minisitra vaovao amin’ny adidy mavesatra miandry azy ny tenako, hoy ity filoha ity, satria raha ny mikasika ireo fitakiana miisa 7 nataonay dia tsy mbola misy azo tsapain-tanana aloha hatreto ny famahana ny olana. Manantena izahay fa hijery vahaolana maharitra ny fanjakana mba tsy hiverenan’ny olana toy ny fampiatoana fampianarana, hoy izy. 3 volana lasa izay dia miroso amin’ny fanatanterahana ny fanjakana. Ohatra, ny momba ny fikarakarana ny atao hoe “reclassement” dia vahaolana politika no azo fa tsy teknika. Ny Seces anefa efa nanolo-kevitra hoe aleo vitaina 2019 ny ampahany voalohany ary  ny taona 2020 ny faharoa. Efa neken’ny praiminisitra fa tokony handeha ho azy io. Efa nekena fa haloa ny trosan’ny Seces amin’ny fanjakana. Ampahany no efa azo. Vonona amin’ny fifampidinihana izahay ary mino fa hahita marimaritra iraisana ahitam-bahaolana, hoy izy.

J. Mirija

Legende:Ny Pr Sammy Grégoire Ravelonirina filohan’ny Seces Sampana Antananarivo

Tia Tanindranaza0 partages

AndavamambaLeo fofona kafe ny mponina, feno setroka ny tanàna

Velon-taraina ireo mponina etsy Andavamamba noho ny fisiana ozinina iray mpanodina kafe eny an-toerana.

 Manetroka tsy mitsahatra mantsy izy io sady mamoaka  fofona kafe mahery vaika izay tsy maintsy hiainana isan’andro. Raha araka ny nambaran’ireo solontenan’ny mponina omaly dia ireo ankizy madinika mpianatra manodidina ity ozinina ity no tena mahita faisana. Tsy mahare fofona afa-tsy  kafe mantsy izy ireo ao an-dakilasy isan’andro  nefa na ireo mpandalo aza tsy mahatanty. Mangataka ny amin’ny tokony hampiakarana ho ambony kokoa ilay fitaovana mamoaka setroka ao amin’ity ozinina iray ity ireo mponina ao Andavamamba. Eo koa ny fanamboarana ny fotodrafitrasa hanjary ho tena manara-penitra ho fitsinjovana ny fahasalaman’izy ireo. Tsiahivina fa tafiditra afovoan-tanàna mihitsy ity ozinina iray mpanodina kafe ao Andavamamba ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa TafitaHampiroboroboana ny tontolon’ny fampianarana

Notanterahina omaly alarobia 31 jolay tetsy amin’ny Hotely Mandrosoa Ivato ny fivoriana fahenina nataon’ireo komity maharitry ny tetikasa Tantsoroka ho an’ny Fitantanana ny sekoly (TaFita).

Tetikasa tohanan’ny governemanta Japoney (JICA) hanatsarana ny fampidirana sy ny fitazonana maharitra ny ankizy any an-tsekoly. Eo ihany koa ny fanatsarana ny fitantanana sy ny kalitaon’ny fampianarana izay hanohanana ny minisitera amin’ny drafitra fampivoarana ny fampianarana (PSE). Zavatra 3 lehibe no hanohanana ny minisitera ka anisan’izany ny fampiroboroboana ny fitantanana ny sekoly, ny fanatsarana ny kalitao sy ny fanamafisana ny famakiam-boky sy ny taranja matematika ary ny fanomezana sakafo any an-tsekoly. Efa nanomboka tamin’ny jona 2016 ity tetikasa ity ary ho tapitra ny taona 2020 ka ny faritra Analamanga sy Amoron’i Mania no iasana. 2600 ny sekoly fanabeazana fototra ary mpianatra miisa 410 000 no hahazo tombony amin’ity tetikasa ity.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manamafy ny minisiteran’ny filaminam-bahoakaGiazana avy hatrany ireo posy sy sarety mandika lalàna

Nanamafy ny avy ao amin’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka fa mandray andraikitra feno momba ireo posy sy sarety entin-tanana tsy manara-dalàna ny polisim-pirenena.

 

 Giazana avy hatrany ireto  posy sy sarety tratra mandeha eny an-dalambe amin’ny ora tsy tokony handehanany. Amin’ny 10 ora maraina ka hatramin’ny 12 ora atoandro sy amin’ny 2 ora ka hatramin’ny 4 ora tolakandro moa no ora hahafahan’izy ireo mifamezivezy eto Antananarivo Renivohitra, izany hoe tsy tokony hisy posy sy sarety hita eny amin’ny arabe amin’ny 7 ora na amin’ny 9 ora maraina. Nitsotra kosa anefa Atoa Ainanirina Estel talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka fa somary manahirana ny mandamina ireo posy sy sarety maro be izay miantso etsy amin’ny tsenan’Anosibe. Nomarihany fa ny polisim-pirenena no voalohany nanaitra ny tompon’andraikitra rehetra mba handamina sy hampanaja ny lalàna momba ny fifamezivezen’ny posy sy sarety eto an-drenivohitra ary mitohy mandray andraikitra ireo polisy mandrindra ny fifamoivoizana. Izay ny fanambarana ofisialy fa amin’ny tena izy dia misy ny polisy tena mitazam-potsiny posy sy sarety mandeha eny amin’ny arabe amin’ny ora tsy tokony hadehany eny.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMila mianatra

Kolontsainan’ny vola, ny seho ivelany, ny fifanindriana, ny fifaninanana ary miitatra any amin’ny fifanambakàna sy fifamonoana mihitsy aza.

 

 Ireo amin’ny ankapobeny no lasa kolontsaina raiki-tampisaka mamolavola ny fiarahamonina malagasy ankehitriny ary zary fotoana mandalo saingy manabevoho izany, indrindra, tao anatin’ny 10 taona izay, ireo fifidianana notontosaina teto amin’ny firenena. Ny fianarana tokoa, hono, no lova tsara indrindra kanefa dia indrisy fa taiza tokoa moa no naha voavoly izany toetsaina rehetra izany tao anatintsika raha tsy nisy rivotra nampianatra azy ? Ny dikan’izany na dia ilaina ny mitandrina satria misy ny fianarana mitondra fivoarana sy fampandrosoana ary misy ireo mampivoatra ihany saingy tonga amin’ilay fitenin’ny tanora hoe mampivoatra gaigy. Mila mianatra izany koa, araka izany, isika ary heverina fa tsy adala ny mpanao politika sady mpandraharaha, efa nahita fahombiazana amin’izany raha milaza fa hevitra sy fampandrosoana no ilaina eto amin’ny firenena ankehitriny fa tsy famitahana sy fanambakana amin’ny fizarana fitaovana hita maso tsy natao haharitra toy ny vola sy fanamiana na nofon-kena sy vary iray kapoaka rehefa propagandy. Mila mianatra miala amin’izany fomba mahazatra efa tsy nampandroso izany aloha isika mianakavy raha te hiarina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanalalahana ny fiarahan’ny mitovy fananahanaKotrehina mafy hampidirina ho lalàna indray…

Tsy azo ekena eto Madagasikara na oviana na oviana ny lalàna manaiky ny fanambadian'ny olona mitovy taovam-pananahana,

 

 hoy ny filohan’ny Antenimieram-pirenena Christine Razanamahasoa vao andro vitsy lasa izay. Rehefa halefa lavitra ny saina dia toa mampametra-panontaniana ihany hoe : nisy ve ny fikatsahana hanisika io lalàna io hodinihina sy holaniana eny amin’ny antenimieram-pirenena ka ny an’io filohana andrim-panjakana io no nataony tonga aloha ? Tsy tongatonga ho azy ireny, ary mahalala tsiambaratelom-panjakana maro izany filohana andrim-panjakana izany, ka asa na misy andian’olona mety ho olona ambony te hampiditra azy holaniana sy havela ho malalaka eto Madagasikara. Ny firenen-dehibe sasany, dia mivoy an’io ho fahalalahana, ary tsaroana tsara ny kabarin’ny praiminisitra Kanadianina Justin Trudeau teto Madagasikara ny volana novambra 2016 nandritra ny fihaonana an-tampon’ny Frankofonia nilaza fa tokony havela malalaka eto ny LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender) na ny fiarahan’ny mitovy fananahana. Ho an’ireo firenen-dehibe mivoy sy maniry ny tsy tokony hisakanana an’io dia voizina, fa mariky ny fahalalahana izany. Na ny kolontsaina Malagasy na ny baiboly eny ny finoana rehetra dia samy tsy mankasitraka an’io avokoa. Foto-kevitra iray iraisan’ny finoana Kristianina sy ny silamo io, saingy mihazakazaka maneran-tany ihany koa amin’izao ny fanapariahana azy io. Misy resaka volabe mihodina mihitsy aza, ary eto Madagasikara dia efa tena manomboka mihazakazaka ny fanapariahana azy io, ka misy tambajotra misy fifandraisany amin’ny any ivelany mampiasa volabe mihitsy hanalalahana ny LGBT. Mety hisy olona any anaty fanjakana ihany koa aza ao anatiny, ka mitetika ny hamela malalaka izany amin’ny alalan’ny fankatoavana araka ny lalàna matoa mivoaka sy miverina indray ity resaka ity.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Mbola Rajaonah“Sahy ilay nitsara azy !”

Afaka madiodio izany aloha, hoy ny mpahay lalàna Willy Razafinjatovo na Maitre Olala, ilay mpandraharaha Mbola Rajaonah tamin’ny resaka taratasim-bola tsy nisy anto-bola na “checque sans provision”.

 Sahy ary nanana fahaleovantena ilay nitsara iny raharaha iny raha ny fahitako azy, hoy izy, ary ny fitsarana dia mila tadidiana fa miaina anaty lalàna ary fehezin’ny atao hoe fahamarinana. Azo arahabaina ity mpandraharaha ity sy ilay nitsara azy ary hitako hoe lojika ny fampiarahana ny fitsarana ireo raharaha miisa 2 naha voapanga ity mpandraharaha ity. Ny hirariana kosa anefa dia ny hananan’ilay mpitsara ny raharaha manaraka iny fahasahiana sy fahaleovantena toy ny an’ilay tamin’ny voalohany iny ihany ary mba hoporofoina hatrany fa tsy mitanila tokoa ny fitsarana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanemorana ny fifidianana Ben’ny tanànaTena fandikan-dalàna, hoy ny Kmf/Cnoe

Fandikana ny lalàmpanorenana ny fanemorana ny fifidiana Ben’ny tanàna amin’ny taona ho avy, hoy ny teo anivon’ny vovonana

 

Tia Tanindranaza0 partages

Augustin AndriamananoroHatao PDS eto Antananarivo ?

Mandeha ny ketriketrika any amin’ny Etamazaoro politikan’ny fitondram-panjakana any amin’ny fametrahana olona ho Filohan’ny Delegasionina manokana na PDS hanoloana ireo ben’ny tanàna hatrany amin’ny 1695 manerana ny Nosy, izay ho tapitra fe-potoana iasana ny 22 septambra ho avy izao. Ho an’Antananarivo Renivohitr’i Madagasikara, dia Atoa Augustin Andriamananoro minisitry ny jono teo aloha,

 

 ary Tale Jeneralin’ny tetikasan’ny filoham-pirenena no hapetraka amin’io toerana io, raha ny resaka mandeha nanomboka omaly. Izy izany no mety ho ilay PDS hampanaovina fahagagana eto Antananarivo, izay nezahina natao fahirano foana mba hanaratsy endrika ny mpitondra ny tanànan’Antananarivo, izay ny antoko TIM mpifanandrina politika mivantana amin’ny antokon’ny fitondrana rahateo no eo amin’ny familiana hatreto. Mety hirarakopana mazava ny karazana asa fakana doka, toy ny resaka fanadiovana ny fitaterana ny fako ataon’ny SAMVA izay eo ambany fifehezan’ny minisiteran’ny rano. Mety hamoaka vola mivantana amin’izay ny fanjakana foibe mba hoenti-milaza fa rehefa izy ireo no mandray an-tànana ny renivohitr’i Madagasikara, dia afaka manao zavatra sy mandamina ny tanàna, ka ny olon’izy ireo no hofidiana ho ben’ny tanàna avy eo. Politika maloto sy filalaovana fiainam-bahoaka sy fiainam-pirenena anefa izany, ary hahafaha-milaza fa ny antsojay sy ny politika maloto no lehibe indrindra satria nisy ihany ny azo natao kanefa mety nanampy tosika haminganana ny ben’ny tanàna aza no natao. Fahadisoan-kevitra ny tahaka izany ary famotehana tanindrazana, fa mila miara-miasa hatrany ny mpitantana izay ben’ny tanàna lany eto Antananarivo sy ny fanjakana foibe, fa tsy ny loko sy lonilony politika no hamotehana hatrany ny renivohitra, izay fitaratr’i Madagasikara. Sady fanajana ny safidim-bahoaka izany no mariky ny fitiavan-tanindrazana ihany koa, ka mila ovaina amin’izay ny fomba fijery.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Vahoaka MirayFamitaham-bahoaka no nataon’ireo efa depiote niverina minisitra

Maninona raha tsy mamita-bahoaka ireo depiote lany tamin’ny alalan’ny IRD, nefa niverina nandray ny toeran’ny minisitra nanendrena azy ireo indray ?

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tahina Razafinjoelina« Fampianarana no fanalahidin’ny fandrosoana »

Vahiny manokan’ny onjam-peo Fandaharana “Bemiray” ao amin’ny Top Radio 102.8 Fm Atoa Tahina Razafinjoelina filoha nasionalin’ny Antoko Tia Tanindrazana omaly maraina.

 Nampahafantatra bebe kokoa ny mahakasika io antoko io, naneho ny heviny mahakasika ny raharaham-pirenena izy, indrindra fa ny fifidianana, ary nitondra ny heviny ihany koa hoenti-mampandroso ny firenena.

 

Oviana marina moa no niforona ny antoko Tia Tanindrazana fa ny tena fantatry ny olona dia ny gazety foana ?

TR: Antoko niforona efa tamin’ny 2010 ny Tia Tanindrazana, tao anatin’ny fotoana nivaivay teto amin’ny firenena. Nanana fomba fijery hafa hoe: ny antoko dia natokana hanasoa ny mpiray tanindrazana fa tsy voatery haka toerana na haka tombontsoa,… Noheverina tamin’izany fotoana fa tsy mbola fotoana hakana toerana na hirotsahana amin’ny fifidianana

Inona no foto-kevitra tena ijoroan’ny Tia Tanindrazana ?

TR: Mifototra amin’ny lafin-javatra 3 lehibe ny antoko, dia ny fampianarana   sy ny fihavanana, ny fitsinjaram-pahefana tena izy, ary mampivoitra ny teknolojia hoentina amin’ny fampandrosoana.

FAMPIANARANA   SY NY FIHAVANANA

Adidy lehibe ny fampianarana, izany hoe tokony hampianatra ny vahoaka hifampizara vaovao. Fa amin’ny fampianarana mihitsy, dia anisan’ny foto-kevitra ijoroana ny hoe: “ny fampianarana no fanalahidin’ny fampandrosoana”. Mila ampifanarahana amin’ny zavatra tadiavin’ilay faritra io fampianarana io. Ny any amoron-tsiraka, ohatra, dia anisan’ny foto-pivelomana ny resaka jono, ary mila afantoka amin’izany ny fampianarana. Ny any Atsimon’ny Nosy, dia manana harena ankibon’ny tany, izay azo havadika ho hery hampandrosoana ka hafantoka kokoa amin’izany ny fampianarana. Raha ny resaka PSE (Plan Sectoriel pour l’Education), izay misy adihevitra be amin’izao dia azo atao ny hoe samy manana ny azy sy ny fandaharam-potoana. 

FITSINJARAM-PAHEFANA TENA IZY

Mikasika ny fitsinjaram-pahefana ihany koa dia efa ela ny Tia Tanindrazana no nivoy momba ny fitantanana sy ilay fitsinjaram-pahefana tsy nety hatramin’izay satria lasa ny tompon’ny vola no tompon’ny fahefana. Ny volam-panjakana dia tokony hozaraina eny anivon’ny olona tena miasa, fa tsy tazonina eny anivon’ny minisitera. Ohatra iray mivaingana izay mampalahelo kanefa marina ny amin’ny hopitaly. Na mivoaka mivalan-drano aza mandoa vola. 400 miliara isan-taona anefa ny tetibola sy vola mihodina ao amin’ny minisiteran’ny fahasalamana. Lasa aiza izany ilay volabe natokan’ny fanjakana ho an’ny fahasalamana ? Tsy tonga eny amin’ny hopitaly. Ny tahaka izany no voizin’ny Tia Tanindrazana hoe: alefaso eny amin’ny hopitaly ny betsaka kokoa amin’io volam-panjakana io fa tsy ohatr’izao ny fahasalamam-bahoaka sy ny fahoriana raha ohatra ka mety kokoa ny fomba fizarana azy io. Fahasalamana no noraisina ho ohatra, fa betsaka ny endri-javatra tahaka an’io, tahaka ny any amin’ny filaminam-bahoaka.

TEKNOLOJIA HOENTINA AMIN’NY FAMPANDROSOANA

Ny sehatry ny teknolojia, dia tena azo ampiasaina amin’ny fampandrosoana. Ohatra azo raisina mba hampazava azy kokoa ny fampihenana ny fitohanan’ny fiara, izay manary vola 3 miliara isan’andro. Fomba hahafaha-manao izany ny fametrahana “Puce GPS” amin’ny fiara fitateram-bahoaka. Amin’ny fihantsonan’ny taksibe no tena ahitana ny fitohanana, ka tsy hoe saziana na hampijaliana izy ireo, fa fehezina ary beazina. Eo ihany koa ny fametrahana “camera de surveillance” hahafaha-mahazo loharanom-baovao haingana hahafahan’ny mpandrindra mandrindra ny fifamoivoizana,… izay raha mametraka 100 isika eto Antananarivo ho fanombohana mety eo amin’ny 100 tapitrisa ariary, raha toa ka hatrany amin’ny 8 tapitrisa dolara ny manao lalana 1km.  Manana traikefa manokana sy mahay ary tena anisan’ny kinga saina indrindra eto ambonin’ny tany rahateo ny Malagasy.

 

Ahoana ny fahitanao ny resaka fanemorana ny fifidianana sy ny fikasana hametraka Filohan’ny Delegasionina manokana na PDS ?

TR : Ny antony mety nanemorana azy, dia zavatra iray tsy azo lavina ny hoe: tsy manam-bola sy tena sahirana ny fanjakana amin’izao. Araka ny eritreritry ny antoko, dia variana amin’ny “populisme” ny fanjakana fa tsy amin’ny mahasoa ny mponina (Population). Manao fety sy mamalifaly etsy sy eroa fa ny tena fototra ilain’ny vahoaka adino, raha tsy hiteny ny zava-nisy teny 67Ha hoe: tapaka ny rano. Ny Jirama amin’izao misedra olana lehibe amin’ny fandoavana ny solika. Ny jiro sy rano dia filana fototra. Ny yola no tena olana, izay vao ilay hoe: tsy mahita kandida, ka tokony hijery vahaolana amin’io ara-bola io ny fanjakana. Tsy olana ny mametraka PDS raha ao anaty fahasarotana tahaka izao. PDS tena hanao ny marina ve anefa sa hitsinjo ilay tombontsoa manokana ho an’izay mametraka azy eo ? Raha hametraka fifidianana tena marina eny amin’ny kaominina, dia tsy misy olana.

Inona ny olana sy vahaolana amin’ny fifidianana eto Madagasikara izay ahitana lesoka foana ?

TR: Raha hahemotra ihany dia andao hatao fifidianana maodely, mba mitsinjo lavitra. Miainga amina lisi-pifidianana madio. Mihoatra amin’ny lisitra voasoratra no tonga mifidy. Sao dia ampiasaina hifidianana olon-kafa io mihoatra io. Raha madio io lisitra io tsy manan-tahotra mihitsy ny CENI mamoaka ny lisitry ny olona tonga mifidy. Mila haverina ihany koa ny laharana hamantarana ny bileta tokana, hahalalana hoe tena an’ilay biraom-pifidianana tokoa ve ilay bileta narotsaka tao ? Tokony ho fantatra hoe: ny bileta mitondra ny laharana izao ka hatramin’izao, dia ho an’ny fari-pifidianana na biraom-pifidianana mazava. Tokony hangarahara ihany koa ny isan’ny bileta tokana natonta sy nampiasaina ary tsy niasa satria ny tsy niasa no lasa ampiasaina indray hanaovana zavatra hafa. Ny olana eto, dia ny fitondrana misy no mametraka ny mpitsara eny ambony kianja, ary hita io amin’ny fifidianana. Ny fifidianana eto Madagasikara elabe vao mivaly. Mila kirakiraina eny anivon’ny faritra ny valim-pifidianana. Azo ampiasaina ihany koa ny teknolojia ary isika rahateo manana ny “fibre optique” eo tambajotram-pifandraisana. Mila ampidirina any amin’ny fifidianana ny FFKM, fa tsy hoe rehefa misy olana ihany vao midododo mitady ny Raiamandreny am-panahy hoe: manana olana i anona sy anona !

 

 

Izany rehetra izany ve no tsy nandraisana anjara mihitsy tamin’ny fifidianana izay efa maromaro ihany no nandalovana nanomboka ny 2010 ? Ianao ve ho kandida amin’ny fifidianana ben’ny tanàna ?

TR: Anisan’ny tsy nandraisana anjara tamin’ny fifidianana izany. Efa ela no niady tamin’izany sy niteny tamina haino aman-jery. Atsipy foana ilay teny fa tsy mahakivy ary aleo atao foana. Mino isika, fa ny zavatra tsara ohatr’izany tsy very fa henon’ny olona. Matoa izahay manao izany, dia tsy ho an’ny Tia Tanindrazana ihany fa ho an’ny firenena. Ny vinavina dia tsy mitodika amin’i Tahina Razafinjoelina ihany fa mitodika amin’ny antoko, ka ny fanapahan-kevitry ny antoko no mitondra izany. Izay foana no nahavoa teto mantsy hoe: rehefa mijery, dia olona aloha fa tsy antoko. Na rehefa mifidy aza, izay isan’ny nanambakan’ny olona antsika, dia ny bikabikan’ny olona sy ny tarehiny. Ny fampandrosoana dia miainga amin’ny vinan’antoko politika. Anisan’ny natao teto foana rehefa fifidianana ny hoe: mizara zavatra, fa fanambakana ireny, ary rehefa lany tsy hita intsony. Raha hitaiza sy tena hanao politika isika dia andao hatao politika tena izy hoe: hevitra sy fampandrosoana no hoentina !

Nanangona sy nandrindra: Toky Rafalimanana

Tia Tanindranaza0 partages

Savorovoro eny amin’ny AFT AndavamambaNanomboka ny fifampiresahana

Niroso tamin’ny fifampiresahana ireo mpampiasa sy ny mpampianatra eo anivon’ny Alliance française Andavamamba eto Antananarivo na AFT omaly hariva,

 taorian’ny fampiatoana ny fampianarana afak’omaly ka niteraka savorovoro teo an-toerana. Tsy mbola nisy nipika ny resaka hatramin’ny fotoana nanoratana ny vaovao. Mialoha io latabatra boribory io anefa dia nanizingizina ny tompon’andraikitra tamin’ny alalan’ny fampitam-baovao fa tsy mbola tara ny fandoavana karama ny talata teo, omaly mantsy vao nifarana ny volana ary tsy nisy fe-potoana nipetraka tao anaty fifanaraham-piaraha-miasa mahakasika izany. Voalaza fa nanamaloka endrika ny « alliance française » iny fanapahana fampianarana iny ka noheverina ho hadisoana goavana ho an’ireo mpampianatra ny fitokonana.

Noraisin’ity ivontoeram-pianarana teny sy kolontsaina frantsay ity ho fahatapahana fifanekena arak’asa avy hatrany izany ka ireo izay tsy mamerina mametraka fangatahana asa sy fifanekena vaovao mialoha ny anio dia anisan’ireo efa tsy mpiasa ao intsony. Tetsy an-daniny anefa misy amin’ireo mpampianatra no resy lahatra fa tsy olana karama  irery no notakiana fa ireo zo maro an’ny mpiasa tahaka ny tambin-karama, ny fizakana ny ara-tsosialy sy fahasalamana, ny fampiakarana ny mari-karama izay efa nilaozan’ny toetr’andro raha mitaha amin’ny firimorimon’ny vidim-piainana. Efa betsaka no lazain’ny mpiasa ho fifampiresahana toy izao fa nandamoka hatrany izany ka nahatonga azy ireo nidrikina. Mihevitra ny mpiasa sasany fa fandresena ho azy ireo ny faneken’ny filohan’ny filankevitra hiditra an-databatra boribory mba hanapotsirana ny tsy rariny sy handinihina ity fifanekena vaovao ity.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Poa-basy teny TsaralalanaPolisy nahatifitra tsinahy olona roa

Fitombenana sy fen’olona roa samy hafa no voatifitry ny basy tsy nahy ana mpitandro filaminana teo Tsaralalana omaly alarobia 31 jolay tolakandro.

 

 

Raha ny voalazan’ny loharanom-baovao azo antoka iray dia noho ny fahanteran’ity fitaovam-piadiana ity no nahatonga izany. “Voatifitra tsinahin’ny polisy iray ny olona roa. Basy efa antitra tamin’ny taona 1947 izy io. Anisan’ireo fitaovam-piadiana zokiny indrindra efa tsy fampiasa intsony fa noho ny tsy fahampian’ny fitaovan’ny mpitandro filaminana aty amin’ny tany an-dalam-pandrosoana dia mbola maro izy ireny no ampiasaina nefa mampidi-doza toy izao. Tsy mba misy hidiny mantsy izy ireny fa vao misy bala ka voadona na mitontona tahaka ilay omaly dia mipoaka. Sendra ny andro miditra ity polisy iray izay mpiambina mpandraharaha ara-toekarena handeha hamindra vola be. Noho io fitondrana vola io dia efa nofahanana ny basy fa tojo ny patsa iray tsy omby vava”, hoy ny mpitandro filaminana iray.  

Basy efa famotika

Midika izany fa tandindomin-doza ny mpitandro filaminana izay mampiasa azy  ireny, indrindra ny olom-pirenena mifanerasera amin’izy ireny. Azo heverina fa tokony ho anisan’ireo basy hopotehina eny amin’ny lapan’ny tanàna indray koa ny karazan’ity basy ity. Anisan’ny mampintaraina ireo mpitandro filaminana ny kojakojan’izy ireo, tsy ny basy ihany fa ny “menotte” koa. Ny fiara tsy mataho-dalana maro tonga fa ny basy mamono olona tsy manan-tsiny.  Araka ny fampitam-baovao azo farany, nitolo-tena nihazo ny BC avy hatrany ity polisy ity ary eo am-panatanterahana ny famotorana ny tompon’andraikitra. Ankoatra ireo olona roa voatifitra, nisy fitaovana sy fananana hafa ihany koa simba.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianaka maty tao IkalamavonyLehilahy iray naiditra am-ponja vonjimaika

Niakatra fampanoavana omaly ilay lehilahy voarohirohy tamin’ny famonoana ny raim-pianakaviana nitory noho ny famonoana an-janany.

 

 Raha ny fampitam-baovaon’ny zandary ao amin’ny borigadin’Ikalamavony, ny ao amin’ny kaompanian’i Fianarantsoa no nandray an-tanana ny raharaha. Ny resaka nifanaovana tamin’ny komandan’ity farany no nahalalana fa efa notanana am-ponja vonjmaika ao Fianarantsoa io olona io. Noho ny halavitry ny lalana sy ny fidirana alina teo amin’ny renivohitry ny Faritra Matsiatra Ambony afak’omaly dia omaly alarobia vao niakatra fampanoavana.

Raha iverenana ny tantara, hita faty teo akaikin’ny EPP Tanambao Avaratra, ao Ikalamavony i Dariera ny sabotsy teo. Nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana ity raim-pianakaviana sahabo ho 42 taona ity. Vao tapa-bolana mahery kely lasa izay no nisy namono ihany koa ny zanany ka nampiakatra fitsarana ny raharaha izy. Voasambotra tamin’ny nahafaty ny zanany ny lehilahy teo an-tanàna izay niara-nisotro  ny 10 jolay teo ka nanindrona antsy an’io tovolahy io. Nosamborin’ny fokonolona avy hatrany io lehilahy nahavanon-doza io ary natolotra ny zandary. Nametraka fitoriana ihany koa anefa ny raiben’ilay tovolahy izay voasaringotra  ka samy niaka-nidina teo ny raharaham-pitsarana ary izao niampy tranga hafa izao indray.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandrahonana sy fanararaotanaNidoboka am-ponja ilay lehilahy tsy mpandoa volan’ny mpivarotena

Lehilahy iray mpanimba ny entan’ny mpivarotena sy mpividy ireny mpampanofa tena maro ireny nefa tsy mpandoa vola no nidiran’ny mpitandro filaminana an-tsehatra ny fisamborana azy.

 

 Araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena, arahin’ity tovolahy ity fandrahonana amin’ny zava-maranitra ny fanatanterahana ny asa ratsiny. Ny sabotsy tokony ho tamin’ny 10 ora maraina, nohenjehina olona maromaro teny amin’ny faritra Andohatapenaka io lehilahy io. Raha nahita izany ny polisy dia voatery nandray andraikitra nisambotra ity enjehin’ny mponina ity. Nentina teo anivon’ny kaomisarian’ny Boriborintany faha-7 eo 67 Ha izy hanaovana fanadihadiana, araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena.

Mpampanofa tena 4 niara-nitaraina

Tamin’io maraina io ihany dia vehivavy mpivarotena miisa efatra no tonga nametraka fitarainana mahakasika io lehilahy io noho izy tsy mety mandoa vola sady mandrahona amin’ny antsy, no mbola vakiany ny tranon’izy ireo ary alainy izay tiany ao. Fantatra ihany koa fa efa nifonja teny Tsiafahy ity lehilahy ity noho ny antony fitanana fitaovam-piadiana sy fikambanan-jiolahy. Niaiky ny fiampangana azy izy nandritra ny famotoran’ny polisim-pirenena ary fantatra fa nidoboka am-ponja eny Antanimora taorian’ny fandalovany teo anivon’ny fampanoavana omaly.

Haja Nirina

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha-4Fokontany roa nahazo tetikasam-pampandrosoana PSAE

Notanterahana omaly maraina ny fifanaovan-tsonia momba ny tetikasa PSAE ( Programme de Solidarité d’Andohatapenaka et ses Environnants)

 

 izay iarahan’ny kaominin’Antananarivo Renivohitra sy ny boriborintany fahefatra, ary ny CDA sy ny distrika. Fokontany miisa 10 no tafiditra ao anatin’ity tetikasa ity ho an’Antananarivo Renivohitra. Anisan’ireny ny fokontany Ivolaniray,  Anosibe Andrefana II, Ampefiloha Ambodirano. Ho an’ny  Boriborintany voalohany I indray dia voakasika  ny fokontany Andohatapenaka I sy II, Ankasina ary ny kaominina Bemasoandro Itaosy. Tanjona amin’izany ny hanovana ny toe-tsain’ny mponina eny anivon’ny fokontany, ny fampandraisana anjara sy andraikitra azy ireo, mba hahafahan’ny andrimasom-paritra mandray andraikitra hampandrosoana ny faritra misy azy, indrindra hisian’ny tamberin’andraikitra sy fitondrana tsara tantana eo amin’ny mpitantana sy ireo tantanina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

SinaNampiato ny fitsangantsanganana mankany Taiwan

Namoaka fanambarana ny firenena Sinoa omaly, milaza fa haato ny fandefasana mpizahatany sinoa hitsidika an’i Taiwan.

 

Nilaza ny minisiteran'ny kolontsaina  sy ny fizahantany sinoa fa noraisina ny fepetra noho ny fifandraisan'ny roa tonta izay tsy dia nifanaraka tato ho ato. Mahery vaika ny fifanolanana misy eo amin'ny filoha Sinoa Xi Jinping sy ny filoha Taiwaney Tsai Ing-wen, izay nahazo ny fahefana nanomboka ny taona 2016 tato ho ato ary nandà tsy te-hahalala ny fitsipiky ny firaisan'ny nosy sy ny kaontinanta. Misy fiantraikany any amin’ny toekarena Taiwaney anefa izany, indrindra manaratsy ny sarin’ny filoha Tsai Ing-wen, izay manantena fatratra ny  mbola ho lany amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny volana janoary 2020.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanavaozana lalana eto IarivoMisy petatoko sy tsy manara-penitra

Manomboka vitavita ireo lalana sasany eto Antananarivo mifanohy amin’ireo làlam-pirenena mivoaka ny renivohitra.

 

Misy orinasa maromaro nahazo ny tsenan’asa, ka misy ny manao ny asany araka ny tokony ho izy, fa miharihary ihany koa ny petatoko sy tsy fanarahana ny fenitra. Hahatarafana an’izany ny zava-misy amin’ny làlana ataon’ny Sinoa amin’iny Soanierana ampitan’ny gara iny. Zara raha vita, ary hita miharihary ny haratsin’ny asa satria toa tahaka ny « bombon voanjo » izay tokony mbola ampiana “dernière couche”, ohatra, saingy efa mijanona amin’izao raha ny fanadihadiana natao. Raha ny resaky ny olona teny amin’ny manodidina, izay nanontaniana momba ny fahitany ny kalitaon’ny asa aza, dia toa ny mpanara-maso avy amin’ny minisiteran’ny Asa vaventy indray no nahazo loza nafindra toerana rahefa nanakiana izany. Ireny tokoa ve no nifanarahana tamin’ny mpamatsy vola sa misy fanodinkodinam-bola mandeha, ka akora tsy ampy no ampiasaina ? Tsy haharitra mihitsy ny fotodrafitrasa petatoko tahaka izany, ka mila hentitra sy manara-maso ny mpitondra. Mampahatsiahy ilay filoha tany aloha hoe: nasainy nohepahina ny asa efa vita ary naverina natao, toy ny tamin’iny làlana mihazo an’i Miandrivazo sy Morondava iny satria tsy arakaraka ny nifanarahana. Lojika raha naharitra tokoa ny asa tamin’izany, toa iny By Pass iny, izay efa 15 taona izao fa tsy ahitana fahasimbana kanefa ny làlana nataon’ny sinoa etsy Tsarasaotra-Ivato vao roa taona, dia efa potika noho ny haratsin’ny kalitao satria nisy volabe voahodinkodina tao, raha ny loharanom-baovao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatanjahantena Qi GongVoasakana noho ny tsy fahampian’ny hoenti-manana

Nisy ny fampahafantarana ho an’ny rehetra ny amin’ny Qi Gong eto Madagasikara tetsy amin’ny ivontoeran’ny kolontsaina malagasy etsy Antsahavola omaly alarobia 31 jolay.

 

 Araka ny fanazavan’ny mpampianatra azy, Julia Rakotomalala, dia sady kolontsaina no fanatanjahantena izy ity. Fahasalamana no zava-dehibe azo avy amin’ity taranja aziatika ity ary amin’ny alalan’ny fampaherezan-tsaina mipaka any amin’ny vatana no hahombiazana aminy. Io, hoy hatrany ny fanazavana, no maha ela velona ny sinoa sy mampavitrika azy hiasa satria ny aretin’ny saina na « psycho somatique » no miteraka ny aretina rehetra ary ny olona manao Qi Gong dia tsy ho azon’izany. Na dia tokony hanana anjara biriky betsaka amin’ny fampandrosoam-pirenena aza anefa ity taranja ity dia voasakana ihany noho ny tsy fahampian’ny enti-manana amin’ny fanentanana, hoy hatrany ny tomponandraikitra, ary tsy mihoatra ny 30 isa hatreto ireo mpikambana ao anatin’ny fikambanana manao azy eto Madagasikara.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Volley Asief AnalamangaHiditra amin’ny andro faha-7 amin’ny faran’ny herinandro izao

Hiditra amin’ny andro faha-7 amin’ny faran’ny herinandro izao ny fifaninanana Volley-ball fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga 2019.

Tia Tanindranaza0 partages

ToliaraHananganana fotodrafitrasam-panatanjahantena Goavana

Tonga nitsidika ny toerana hananganana ilay fotodrafitrasam-panatanjahantena lehibe ao Toliara, omaly alarobia 31 jolay 2019, ny minisitry ny tanora sy ny fanatanjahantena,Atoa Tinoka Roberto.

Goavana dia goavana izy ity, hoy izy, fa hahitana dobo filomanosana manara-penitra (piscine olympique semi-couvert) izay manana halavana mirefy 50m (piscine de compétition ) sy dobo fanomanan-tena mirefy 25m (piscine de préparation), ary koa "Gymnase sy gradin" izay mahazaka mpijery 1000 isa.hisy fefy sy toerana fiantsonam-piarakodia ety ivelany. Manamorona ilay moron-driaka an-damonisin'ny "kianjan'ny Marimar"izy io. Marihana fa tafiditra ao anatin'ny Velirano faha-13 izay nataon'ny filoham-pirenena Andry Nirina Rajoelina ity fanorenana fotodrafitrasa ity.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Cosafa Cup Women 2019Montsan’i Afrika Atsimo 17-0 ny vehivavy Kaomoriana omaly

Nahazoam-bokatra ny andro voalohany amin’ilay fifaninanana Cosafa Cup Women 2019 notontosaina tao amin’ny kianja “Wolfson Stadium” any Port Elisabeth Afrika Atsimo omaly alarobia 31 jolay 2019.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Atsimo andrefanaHampahafantarina eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena

Ny 9 ka hatramin’ny 17 aogositra izao no hotanterahina any amin’ny faritra atsimo andrefan’i Madagasikara ny hetsika Vez’tival.

 Tanjona, araka ny fanazavana, ny hampifandraisana ny kolontsaina sy ny fikarohana tokony hatao any an-toerana. Hisy, araka izany, ny hetsika isan-karazany toy ny taranjam-panatanjahantena rugby, moto, roller, cyclo-pousse ary fanentanana isaka’lina. Hampiavaka ny hetsika amin’ity ny fisian’ny fifaninanana semi-marathon amin’ny halavirana mirefy 21,095 km ary azon’ny olon-drehetra 18 taona no ho miakatra mandray anjara. Anisan’ny loka iadiana amin’izany moa ny smartphone avy amin’ny orinasa Telma, raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra. Tanjona eto ny hampahafantatra iny faritra iny amin’ny sehatra iraisampirenena satria araka ireo fikarohan’ireo manampahaizana dia manana harena an-dranomasina sy tenin-drazana mila ampahafantarina iny faritra iny ka antony anohanan’ny Unesco ny hetsika. Hisy rahateo moa ny vela-kevitra momba ireo lafin-javatra ireo hotontosaina manomboka ny andro voalohany.

J. Mirija

 

La Vérité0 partages

Téléphone portable à Madagascar - 3 millions d’appareils clandestins utilisés

Obsolètes. Depuis le mois de janvier 2018, l’importation et la vente de téléphones  avec un code IMEI invalide sont interdites, selon l’arrêté n°890/2018. Cette mesure a notamment été prise afin de protéger les utilisateurs d’éventuels problèmes causés par ces produits contrefaits, plus particulièrement ceux qui peuvent nuire leur état de santé. En plus de l’importation et de la vente, l’utilisation des ces produits hors normes est également interdite, depuis le mois de juin dernier. « Toutefois, malgré ces interdictions, on continue de vendre ces produits contrefaits » se désole Laurent Richard Rakotomalala, directeur général de l’Autorité de régulation des technologies de communication (ARTEC), hier, dans ses locaux, à Ivandry. Selon les chiffres fournis par l’ARTEC, sur plus de 10 millions d’abonnés ayant accès au réseau mobile, fourni par les quatre opérateurs dans le pays, les 3 millions utilisent des téléphones clandestins. En effet, le code IMEI équivaut à une carte d’identité mais spécifique aux téléphones. Un téléphone sans IMEI valide est comme une personne sans papiers. « Nous avons déjà tous les détails concernant ces téléphones. Quelques-uns se trouvent dans la Capitale. Mais la grande majorité se localise dans les banlieues reculées et les villages éloignés du pays. Ils continuent d’avoir accès au réseau mobile, mais pour une durée déterminée. Il ne faut pas oublier que la durée de vie de ces téléphones est limitée en comparaison aux téléphones aux IMEI valides », précise le Dg de l’ARTEC.

Régime libreA Madagascar, la vente de téléphones, de smartphones ou de tablettes est régie par un régime libre. De ce fait, tout le monde peut vendre un téléphone. « Il suffit juste que l’opérateur dépose une demande d’importation auprès du module MIDAC. Toutefois, avant de lui octroyer une autorisation, nous demandons tous les codes IMEI des téléphones qu’ils veulent importer pour pouvoir vérifier leur validité. Après, c’est le vendeur qui est responsable au cas où quelque chose ne va pas selon les normes », explique Laurent Richard Rakotomalala. Malgré ces modalités imposées aux importateurs et les contrôles, des téléphones arrivent quand même à entrer illégalement sur le territoire. Ainsi, l’ARTEC et l’administration douanière travaillent conjointement dans le contrôle a posteriori de tous les vendeurs de téléphones présents dans le pays. D’un autre côté, la vérification des téléphones apportés par les particuliers reste un peu floue. Effectivement, jusque-là, aucune vérification d’adresse IMEI ou autre ne se fait à l’aéroport d’Ivato. Afin de vérifier que votre portable est valide, il suffit de taper *#06#  et votre code apparaîtra. Rova Randria

La Vérité0 partages

Virus Ebola - Prise de mesures préventives par l’Etat malagasy

Face à la progression de la maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest, l’Etat malagasy a décidé de renforcer les mesures sanitaires de surveillance et de prévention, notamment, au niveau de ses principaux points d’entrée. Dans les ports et aéroports internationaux de la Grande-île, à savoir Ivato, Sainte – Marie, Taolagnaro, Mahajanga, Nosy Be, Toamasina, Antsiranana et Toliara, des équipements aux normes afin de détecter le virus Ebola ont été mis en place Un état des lieux a déjà été effectué par le ministère de la Santé publique, dans ces centres, afin de connaître les points faibles qui pourraient être encore améliorés, selon le  secrétaire général du ministère de la Santé publique, le docteur Andrianirinarison Jean Claude. Les agents de santé autant que les médecins ont bénéficié d’une formation adéquate concernant les symptômes du virus, comment maitriser la contamination du virus et comment prendre en charge les patients en cas de situation douteuse. Une simulation a été déjà faite comme le transport du patient, la mise en quarantaine, les prises en charge ou encore la collecte des informations.  La lutte contre le virus d’Ebola est l’affaire de tous, réitère le Sg du MINSAN. Dans une situation similaire, la collecte des renseignements est la plus difficile. Toutefois, elle  joue un rôle crucial dans la lutte contre la propagation de ce virus. La collaboration de chaque passager est donc nécessaire, conclut -il. Pour Antananarivo, le Centre hospitalier universitaire d’Anosiala a été désigné pour prendre en charge les cas suspects éventuels de la maladie à virus Ebola. Cet établissement hospitalier dispose déjà des médecins spécialistes, une infrastructure appropriée, des équipements aux normes comme l’Equipement de protection individuelle (Epi) pour les personnels sanitaires et les responsables, une ambulance ainsi qu’un stock de médicaments.  Outre le contrôle de routine qui se tient depuis toujours dans les ports et aéroports de Madagascar, la vigilance est renforcée depuis le mois de juillet dernier. Tous les voyageurs qui débarquent dans le pays doivent passer à un test de température outre le remplissage d’une fiche individuelle.

« Madagascar est régi par le Règlement sanitaire international(RSI), qui oblige tous les états membres de l’OMS d’aider la communauté internationale à prévenir les risques graves pour la santé publique, susceptibles de se propager au-delà des frontières et de constituer une menace dans le monde entier et à y riposter », avance le docteur Manitra  Rakotoarivony, directeur de promotion de la santé au sein du MINSAN. Le virus mortel Ebola se transmet aux personnes par contact direct avec les fluides corporels d'une personne malade ou décédée des suites de la maladie. Les symptômes d’Ebola commencent par une poussée de fièvre subite, suivie d’un maux de tête, fatigue, douleurs et faiblesse musculaires, mal de gorge, éruption cutanée, nausées et vomissements, diarrhée, hémorragie.  Les symptômes peuvent se manifester de 2 à 21 jours après l'exposition au virus.   Le Congo est actuellement menacé par la propagation du virus d’Ebola. Un troisième cas d’Ebola a été diagnostiqué mercredi dernier, après le décès d’un patient  infecté. Même si le risque de contracter le virus Ebola est relativement faible à Madagascar, la possibilité d'être touché existe, quelle que soit sa gravité. Raison pour laquelle l’Etat malagasy par le biais du ministère de la Santé publique a décidé l’application de la vigilance sanitaire mondiale en cas d’épidémie. Anatra R.

La Vérité0 partages

Nœud gordien

Le Premier ministre, Chef de Gouvernement Ntsay Christian convoqua au Palais de Mahazoarivo le lundi 29 juillet tous les intervenants des ministères directement ou indirectement concernés du secteur éducatif (niveau primaire et secondaire) à Madagascar. Il s’agit d’un atelier de travail dont le principal sujet tourne autour de trois grands axes : la mise en place d’une nouvelle approche, la réorganisation des activités à entreprendre et l’uniformisation des différents points de vue relatifs à la mise en œuvre des actions entrant dans le cadre des responsabilités des agents du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et Professionnel. En substance, le PM convenait les participants à revoir de fond en comble les tenants et aboutissants du Programme sectoriel éducatif (PSE) initié par l’ancienne équipe de Paul Rabary. Il les enjoint également à étudier en profondeur le calendrier scolaire répondant aux intérêts du pays. Apparemment, le Chef de Gouvernement s’impliquait directement en s’engouffrant dans la fournaise. Tellement ce secteur a créé des vagues sinon de la cacophonie ces derniers temps que Ntsay Christian engage personnellement sa responsabilité pour conjurer ce nœud gordien. En fait, le domaine de l’éducation constitue depuis toujours le « souffre-douleur » des responsables politiques successifs. En réalité, tous les pays en développement ou pauvres du Sud éprouvent la même difficulté dans la gestion de ce secteur coriace et imprenable. En effet, l’éducation nationale est un vaste domaine dont le pourtour échappe à tout responsable.

Il reste à définir et à cerner. Parsemé d’embûches, le secteur éducatif fait trébucher les dirigeants notamment ceux en mal de propositions crédibles. C’est un domaine trop technique à déconseiller aux aventuriers.  Il fut à l’origine de la chute de la plupart des tenants du pouvoir. Le point focal de la difficulté de la maitrise de ce secteur réside sur le fait qu’il exige à la fois des compétences techniques suffisantes et des moyens matériels et humains colossaux. En termes de volumes financiers à mettre en œuvre, le secteur éducatif pèse au deuxième rang dans le budget de l’Etat. Tandis que l’effectif du personnel du MENETP défie en nombre le reste des fonctionnaires de l’administration. Bref, on a affaire à un département budgétivore record alors que le rendement tant attendu est loin, très loin des résultats escomptés. Le niveau des élèves décroit inexorablement. Le second point focal de la problématique de l’éducation à Madagascar résulte d’une part de la difficulté de trouver le point d’ancrage commun entre les deux types d’ « écoles » : les écoles publiques et les écoles privées/confessionnelles et de l’autre, la difficulté à concilier les réalités entre les Hautes Terres et celles des régions côtières surtout concernant l’établissement du calendrier scolaire. La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et Professionnel Marie Thérèse Volahaingo aura vraiment du pain sur la planche. Nouvellement réélue députée dans le District de Bealanana, elle retrouve son département. En passant, il faut l’avouer que cette circonscription incluse dans la Région de Sofia est l’apanage de la gent féminine. Une certaine Odette Rahaingosoa fut indéboulonnable en son temps. Ainsi, maintenant c’est le tour de Volahaingo de régner en maitre. Nommée ou plutôt confirmée à son poste, Marie Thérèse Volahaingo doit faire preuve de génie technique pour venir à bout de ce secteur, un véritable nœud gordien.

La Vérité0 partages

Circulation à Antananarivo - 75 infractions par heure relevées aux 67ha

photo police nationale

Un très grand nombre d’infractions a été relevé aux 67ha hier dans la matinée. La brigade des accidents au niveau de la Police nationale effectuait un contrôle routier destiné principalement à sensibiliser les usagers de la route par rapport à la sécurité routière. Les résultats de cette opération qui ciblaient notamment les deux roues sont édifiants. Les policiers étaient positionnés au niveau du rond-point près de Mad Inox aux 67ha.  Les agents ont constaté environ 306 infractions en quatre heures, soit environ 75 infractions par heure. Selon les données officielles, ce sont 306 motocyclistes circulant sans casques, sans attestation d’assurance ou encore sans permis qui ont été interpellés.Des statistiques qui montrent que les motocyclistes sont nombreux à être hors la loi, et possiblement, une des raisons de la prolifération des accidents impliquant des motocyclistes. Des contrôles ont également été effectués sur les automobilistes. Des cas de défaut de permis de conduire ont été relevés. De même de nombreuses charrues circulant aux horaires interdits ont été relevées.

Etant donné qu’il s’agissait surtout d’une opération de sensibilisation, les deux roues ainsi que les motocyclistes en infraction pour non port de casques, défaut de permis de conduire ou d’assurance ont été immobilisés. Ils ont toutefois été autorisés à repartir une fois leur situation régularisée, précisément une fois que des casques leur ont été apportés, que leurs permis de conduire et les assurances valides ont été présentés aux policiers. Cette situation révèle la gabegie qui peut régner dans la Capitale de Madagascar. En une heure, à un point fixe, 75 cas d’infractions au code de la route ont été relevés. Et si des contrôles avaient été menés par la Police nationale dans plusieurs points de la Capitale ? Bon nombre d’observateurs avertis estiment que ces données auraient été quatre fois plus conséquentes… En effet, l’on ne compte plus les cas visibles d’infraction au code de la route dans la Capitale, pour ne citer que les cas de mauvais stationnements, les cas de non-respect des priorités, les excès de vitesse, la circulation des charrues à des heures interdites. Que ce soit des délits ou des contraventions, les infractions sont pourtant à l’origine de nombreux accidents mortels ces derniers temps à Madagascar.  Nombreux sont ceux qui sont ainsi d’avis que les contrôles effectués hier soient plus fréquents pour dénicher les contrevenants au code de la route, pour éviter les accidents.La rédaction

La Vérité0 partages

Toamasina - Trois assassinats en trois jours

L’insécurité fait peur à Toamasina. Rien que cette semaine, trois assassinats ont été constatés dans le Grand port de l’Est  dont deux ont eu comme cible des femmes. La nuit du lundi, un gang  a pris pour cible un foyer du « Dépôt 3 ». Les agresseurs ont ligoté le chef de famille. Le fait qu’il y avait très peu d’objets  de valeur chez les victimes, aurait mécontenté les intrus. Ils s’en étaient pris à la maîtresse de maison  qu’ils ont violée  à tour de rôle. La victime a dû être hospitalisée. Mardi dernier, elle a succombé des suites de ses blessures.Mardi soir,  un homme de 33 ans qui opère  dans un cyber   était retrouvé mort chez lui à Anjoma. C’était un client, qui en se  rendant au cyber, qui a fait le triste constat. Ce dernier  a vu une anomalie comme quoi la porte de son domicile  est étrangement laissé entrouverte. En constatant plus près, l’inconnu a trouvé le corps sans vie du malheureux gisant au sol. Ils l’ont émasculé et son corps portait les traces d’objet tranchant.La nuit du mercredi, c’était une autre mère de famille de payer les frais de la violence des bandits à Tanambao 5. La concernée venait de faire un retrait de somme à la banque.  Sur le seuil de sa porte, des malfaiteurs venus en motos et armés  l’ont interceptée. La victime a tenté de se défendre. Ils ont ouvert le feu, l’atteignant à un  pied. Puis ils s’étaient enfuis avec les 19 millions Ar de la victime. Les assaillants, au nombre de six selon des témoins, ont pris la fuite en  direction de Tanamakoa.

Vers 9h du matin hier, une autre femme qui venait de ramener des enfants à leur école était attendue par des bandits équipés d’armes à feu devant le portail de sa résidence à Morarano. Puis, ils ont fait forcing  pour entrer  chez la victime et ont fait main basse sur une somme de 100 000 ariary que la locataire avait en sa possession.  Jugeant que cette somme leur paraît tellement dérisoire, ils l’ont forcée à aller à la banque  pour retirer des espèces.  Or en cours du chemin, les assaillants se montraient de plus en plus méfiants et ont finalement pris la poudre d’escampette.F.R/T.H

La Vérité0 partages

CUA de Ravalomanana - La grande braderie de Tana

Parkings, îlots, trottoirs,… Le moindre recoin, quelle que soit sa destination initiale, est mis à profit pour ériger des box à usage commercial cédés et/ou loués, dit-on, à prix d’or dans la Capitale par la mairie. Le dernier cas en date est celui du parking du grand marché d’Anosibe qui défraie actuellement la chronique. Plus généralement, la Commune urbaine d’Antananarivo semble avoir décidé de soutirer un maximum de profit sur tout espace possible et imaginable de la Ville des mille relevant de sa compétence.Au carrefour de Soarano, presque tous les îlots et des pans entiers des trottoirs se sont vus envahis par de multitudes de locaux commerciaux à l’allure de kiosques de journaux. Comme l’endroit figure parmi les plus fréquentés de la ville, le déferlement de la marée humaine sur la chaussée est inévitable. Aux embouteillages créés par cet encombrement permanent, il faut ajouter les risques de heurts, la nonchalance des piétons n’ayant rien d’égal que l’énervement des automobilistes. En cas d’accident, à qui incombe la responsabilité ? Aux usagers de cette voie publique hors-norme ou à la CUA qui l’a rendue ainsi en rétrécissant les voies piétonnes ?Outre les bords de rue concédés à la société Easy Park, l’on assiste également à des privatisations abusives de la voie publique à des endroits inimaginables. L’on n’a jamais vu en effet des trottoirs transformés dans leur totalité en parking privé et ce, avec l’autorisation officielle de la Municipalité. Il en est ainsi, par exemple, sur la rue allant d’Ambohidahy à Amparibe, où un établissement hôtelier a pu obtenir les deux côtés des trottoirs sur toute leur largeur pour les besoins de son exploitation.

Quels que soient les arguments avancés pour justifier cette ineptie, l’on ne peut que demander aux responsables de la mairie qui ont octroyé l’autorisation où donc les piétons empruntant cette rue vont mettre les pieds ?Pour en revenir au cas du grand marché d’Anosibe, pour contrer les contestataires de l’érection de nouveaux locaux commerciaux sur une partie du parking de ce « Rungis Malagasy », la Municipalité n’a rien trouvé de mieux que d’envoyer sur le front certains délégués de marchands pour défendre sa cause (diviser pour régner). Ces derniers, maladroitement, de soutenir que les constructions en question sont règlementaires pour avoir reçu l’autorisation de la… CUA. Ce que nul ne disconvient. L’intérêt de la déclaration est qu’elle vient confirmer l’implication étroite, voire la complicité de la mairie de Tana dans cette aberration.Nul n’ignore en effet que les éternels embouteillages monstres observés tout autour de ce marché sont causés par le débordement de véhicules du parking sur l’axe emprunté par le grand public. Dès lors, resserrer davantage ledit parking relève de l’irresponsabilité pure et simple. Dans ces conditions, l’on ne peut que subodorer derrière l’autorisation délivrée complaisamment par la Municipalité une affaire de gros sous. La grande braderie de Tana sous une autre forme.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Concours : « Ekolograma » implique les jeunes sur les enjeux environnementaux

Les impacts du changement climatique à Madagascar se confirment de plus en plus.

Hier ont été rendues les vidéos du concours national « Ekolograma », lancé par le Cercle Germano -Malgache ayant pour thème « Lutte contre le changement climatique et la protection des ressources naturelles ». En fait, cette compétition visuelle s’est adressée « aux cinéastes, professionnels et amateurs, qui sont appelés à produire seul ou en groupe un clip vidéo, pas plus d’une minute, dont le thème tournera autour de la lutte contre le changement climatique et la protection des ressources naturelles », explique les organisateurs. Le choix des meilleures productions a été laissé au grand public, puisque ce dernier a pu voter sur un compte Instagram dédié à « Ekolograma ».Ainsi, trois clips sont sortis du lot et les lauréats ont pu bénéficier d’un séjour entre le 29 juillet et le 5 août dans la capitale tous frais payés. Ils ont pu participer à un atelier avec le réalisateur germano-grec Stefanos Pavlakis. « L’objectif de cet atelier est de créer ensemble un clip vidéo d’environ 2 minutes sur la sensibilisation surtout des jeunes malgaches », d’après toujours les organisateurs. Vers la fin, cette production sera diffusée sur des télévisions en ligne. « Ekolograma », c’est donc une affaire à suivre dans les mois prochains.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Alliance Française d’Antananarivo : Risque de licenciement d’une soixantaine d’enseignants

Les enseignants auprès de l’Alliance Française d’Antananarivo revendiquent la révocation de la décision de licenciement.

L’ambiance est tendue auprès de l’Alliance Française. Les enseignants qui ont signé la lettre de refus d’assurer les cours ont jusqu’à aujourd’hui 1er août pour se manifester sous peine de rupture de leurs contrats.

Les enseignants auprès de l’Alliance Française d’Antananarivo ont demandé à attirer l’attention des responsables de l’établissement et ils ont réussi. Sauf que la situation ne correspond pas à l’objectif escompté par lesdits enseignants. Si ces derniers, via une lettre de doléances envoyée le 30 juillet dernier, avaient espéré instaurer “ le dialogue”, ils (une soixantaine d’enseignants) risquent actuellement d’être au chômage à compter ce jour (1er août). Ce qui est loin d’être à leur avantage. Une décision prise par l’Alliance Française d’Antananarivo (AFT) suite à une cessation des cours effectuée par les enseignants concernés le 30 juillet dernier. Il conviendrait de rappeler que des enseignants qui se sont réunis dans un collectif ont adressé une lettre de doléances auprès des responsables de l’AFT le même jour. Une lettre dans laquelle ils (les enseignants) décrivent leurs requêtes qui ont pour objectif “d’améliorer la qualité des cours” au sein de l’établissement. Divers points ont été soulevés pour ne citer que “le coût des prestations et les modalités de paiement, la révision des conditions de travail ou encore l’allègement des formalités”.

Tendus. L’envoi  de la lettre a été suivi d’une suspension des cours. Ce à quoi, l’Alliance Française, via un communiqué, répond : “ La rupture volontaire des cours annoncés dans la lettre écrite par quelques enseignants constitue une faute grave et entache lourdement l’image de l’Alliance Française d’Antananarivo ayant été obligée d’annuler les cours de la journée. Ainsi, il est à considérer que tous les consultants signataires dudit courrier ont volontairement mis fin à leurs contrats de prestation avec l’Alliance Française pour cause de contrat de prestation non honoré”. Une décision dénoncée par les enseignants concernés. “Par le communiqué rendu public, l’Alliance Française nous accuse d’avoir pris en otage nos élèves. Les responsables n’ont même pas pris en compte les requêtes que nous avons leur envoyé” s’est lamentée une enseignante auprès de l’Alliance Française. Notre interlocutrice de faire savoir également que ce n’est pas “la première fois que les enseignants adressent leurs doléances auprès des responsables”. Avant de renchérir “ Nous avons toujours essayé d’entrer en contact avec le conseil d’Administration de l’Alliance d’Antananarivo mais en vain”. Si l’éventuel retard de paiement des salaires était l’élément déclencheur de la cessation des cours initiée par les enseignants de l’Alliance Française, ceux-ci n’ont pas caché le fait qu’ils soient insatisfaits de leurs conditions de travail. Pour de plus amples informations concernant la question, nous avons- en vain – essayé d’entrer en contact avec les responsables auprès de l’établissement. Affaire à suivre.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Hiragasy Makotrokotroka : La région Analamanga à l’honneur

Sous le haut patronage de la ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Rakotondrazafy-Andriatongarivo, l’office régionale du tourisme d’Analamanga et la commune urbaine d’Antananarivo, présente la 9ème édition de l’évènement « Hiragasy Makotrokotroka » qui débutera ce dimanche 04 août 2019 à 14heures au Rovan’Antananarivo et se terminera le 06 octobre prochain à l’Hôtel de ville Analakely.

Cette année encore, l’évènement fera le tour d’Analamanga. De Talata-Volonondry en passant par Alarobia Manjakandriana jusqu’à Ambohijatovo Iarivo et ses alentours seront une grande scène. Toujour gratuite tous les dimanches à 14heures, chaque représentation est un voyage dans le temps, car il s’agit là d’une tradition orale malgache, mais aussi la réalité décrite à travers des déclamations aussi imagées que colorées. Pendant trois mois, les tambours et les instruments traditionnels malgaches résonneront dans la Capitale.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Vez’Tival- 5e édition : Un festival pluridisciplinaire

La course de pirogue fait partie de l’activité au Vez’tval.

La région Atsimo-Andrefana sera animée pendant dix jours. Diverses activités seront organisées dans les neuf districts.

Vez’tival se tiendra à Toliara du 9 au 17 août prochain. Les activités seront plus variées afin de montrer la diversité de la région Atsimo-Andrefana.

La langue autochtone contribue au développement. Sous le haut patronage de l’Unesco, coïncidant avec la journée internationale des peuples autochtones (09 août) ainsi que l’année internationale des langues, cette 5e édition favorisera la culture immatérielle à savoir le parler de la région Atsimo-Andrefana. Lors de la conférence de presse hier à La Terrasse, Villa Pradon à Antanimena, l’anthropologue Sylvia Hanitra Andriamampianina a expliqué « qu’à travers les langues, nous participons non seulement à notre histoire, nos traditions, leur mémoire, nos modes de pensée, nos significations et nos expressions uniques, mais plus important encore, nous construisons notre avenir. Les langues sont essentielles dans les domaines de développement durable, en assurant la diversité culturelle et le dialogue interculturel ». Une conférence débat entamera la première journée à l’Université de Toliara. Des professeurs de différentes disciplines telles que l’océanographie, l’anthropologie, l’archéologie, l’histoire et la linguistique participeront à ce colloque.

Conférence de presse de Vez’tival qui s’est tenue à La Terrasse Antanimena.

Vez’Tival est un événement d’ampleur régionale qui a pour ambition de faire venir des publics de toute génération, et de toute origine sociale et culturelle autour d’une programmation riche, fédératrice et de qualité. Le festival est une manifestation proposée dans une démarche d’éducation populaire, faite de relations humaines avec une volonté de faire  rencontrer artistes professionnels et habitants.

Vez’Tival comptera des évènements artistiques comme les concerts tout le soir à Ankalisoafilira. Un carnaval, une séance d’éducation environnementale pour les enfants. Il sera clôturé par un semi-marathon de 21 km dont la ligne d’arrivée et de départ seront à Ankilisoafilira. Selon le représentant de Telma, partenaire de l’organisateur, «partenaire numéro 1 du sport à Madagascar, Telma fournira des équipements aux participants à ce semi-marathon ».

La première édition de Vez’Tival a commencé en 2014. Ce festival a été initié par ses créateurs et promoteurs suite à un constat désolant, du peu de considération et de la mise en valeur de la région. Comme tous les évènements culturels organisés à Madagascar, l’objectif est de faire connaître la région Atsimo-Andrefana. Créé par une association des opérateurs économiques bénévoles, Vez’Tival a pris de l’ampleur lors de sa deuxième édition. Au fil des années les organisateurs comptent  passer au niveau supérieur. D’après Anthony Fruteau, PCA de l’office du tourisme de Toliara, « les organisateurs ont l’ambition de lancer l’évènement sur la scène internationale ».

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Communales : La société civile propose leur tenue pour cette année-ci

La société civile propose la tenue des municipales et des communales pour cette année-ci.

Le report des municipales et communales a focalisé l’attention de bon nombre d’observateurs, ces derniers temps, la société civile n’a pas échappé à la règle. Même la Ceni n’a pas encore donné officiellement son avis.

Le KMf-Cnoe et l’observatoire Safidy ont ainsi émis leur point de vue quant à la tenue de ces élections de proximité. Pour le premier, il faudrait respecter les textes en vigueur, autrement dit, les élections ne devraient pas avoir lieu durant les saisons pluvieuses. Ce Comité National d’Observation des Elections et de L’Education des citoyens souhaite ainsi que les maires ne soient pas remplacés par des PDS. Mais reste à savoir si leur souhait soit exaucé.

Elections de proximité. De son côté, l’observatoire Safidy adopte la même position, il est contre le report des élections pour l’année prochaine. Il estime ainsi que la tenue de ces élections de proximité devrait avoir lieu soit à la mi-novembre, soit vers le début décembre. Il trouve, par ailleurs, que la mise en place des délégations spéciales à la tête des communes n’est pas la bonne solution. Et que même si ces consultations populaires auront lieu cette année, cela ne va pas poser tellement de problèmes pour la convocation des électeurs. Même vision, enfin presque pour ces deux entités, elles sont pour la tenue des élections communales pour cette année-ci.

Textes. A propos notamment de la convocation des électeurs, les vacances gouvernementales s’effectueront en deux vagues, du 26 au 31 juillet et du 1er au 6 août. En tenant compte de ces dates, les activités du gouvernement ne seront effectives qu’à partir du 7 août. Pourtant, les textes sont clairs là-dessus, la convocation des électeurs pour les communales doit être prononcée 90 jours avant le scrutin. Ce qui fait que le gouvernement aurait dû se prononcer au plus tard le 28 juillet dernier. Mais cela s’est avéré impossible, vu que les membres du gouvernement sont partis en vacances comme on l’a cité auparavant.

Prorogation incertaine. Face à ces imprévus, la CENI va revoir sa copie. D’ailleurs, elle ne s’est pas prononcée officiellement quant à la tenue de ces communales. Restant prudent quant aux décisions à prendre. Faut-il rappeler que le mandat des maires expire en principe le 28 septembre prochain. La prorogation du mandat des 1695 maires sur toute l’étendue du territoire reste pour l’instant incertaine dans la mesure qu’ils pourraient être remplacés par des PDS. Mais ce serait une autre paire de manche.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball : L’ASCB à La Réunion

L’équipe de l’ASCB à la recherche d’une expérience à La Réunion.

L’équipe de l’Association Sportive et Culturelle de Boeny (ASCB) est en sortie pour La Réunion. Le champion de Boeny va affronter le CREPS, équipe locale, pour un match amical. Ces deux équipes vont se disputer les 8 et 10 août prochains au Gymnase COM de La Montagne. L’équipe malgache était arrivée à La Réunion, ce mardi. Elle est composée de 11 joueurs dont 3 médaillés d’or lors des Jeux des Îles de l’Océan Indien, accompagnée de deux coachs, ainsi que le président du Club. La délégation était accueillie par le Consulat Général de Madagascar. Ce dernier a invité massivement les spectateurs à venir nombreux pour supporter l’équipe malgache lors de ces deux matchs. L’ASCB a déjà commencé les entraînements pour la préparation de ces rencontres. Leur séjour sur l’île durera quatorze jours..

Le programme détaillé est le suivant:-31 juillet: entraînements de 9 h à 11h 30, de 15 h à 17h au gymnase du Moufia, même programme pour les 1er, 02 et 03 août.

-Les 05 et 06 août : entraînements de 17 h à 18h30 au gymnase COM de La Montagne.

-Le 07 août de 9h30 à 11h30: entraînement au gymnase de Joinville ou au gymnase COM.

-Le 08 août: séance de Shooting au gymnase Joinville de 9h30 à 11h30, suivie d’un match le soir à 20h 30 au gymnase COM.

– Les 09 et le 10 août: entraînements de 9h30 à 11h30 et de 14h à 16h au gymnase Joinville.

– Le 11 août: Shooting à Champ fleuri de 11 à 12 h suivi d’un match au gymnase COM à 20 h.

Recueilli par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Miahy for Madagascar : Responsabiliser les jeunes

Des jeunes en fin d’études venant en aide aux jeunes défavorisés; voilà ce que projette l’association « Miahy for Madagascar » pour sortir le pays de la pauvreté. En activité depuis peu, puisque l’association a été créée seulement en février de cette année, elle compte déjà une cinquantaine de membres bénévoles qui offrent des cours aux jeunes et aux enfants vivant en milieu rural. C’est à travers le programme baptisé « alternate schooling » que ces jeunes dispensent tous les samedis des cours aux enfants qui n’ont jamais fréquenté l’école, dans deux communes d’Antananarivo, à savoir Katsaoka et Ambohimangakely. Et comme il n’y a pas que les enfants en bas âge qui ont besoin d’aide dans le pays, « Miahy for Madagascar » a également mis en place un autre programme dédié aux jeunes qui ont eu leur baccalauréat mais qui n’ont pas les moyens de poursuivre leurs études. Ces derniers peuvent donc suivre des formations professionnelles grâce à l’association Miahy.

Collecte de fonds. « Miahy for Madagascar » est comme toutes les jeunes associations, c’est-à-dire qu’elle tourne pour l’instant grâce à la contribution des membres. Toutefois, avec les projets en cours, elle est dans l’obligation d’organiser une collecte de fonds. Cela aura lieu ce samedi 03 août au skate park Antanimena. Au programme une porte ouverte qui permet aux différentes associations invitées de présenter leurs projets et activités au public mais aussi de recruter des bénévoles ; une conférence-partage sur le thème « engage together », dans l’objectif de conscientiser les jeunes à s’impliquer davantage dans leur communauté ; des animations assurées par des différents artistes ; et une vente-expo où une partie des recettes réalisée par les exposants sera remise à l’association Miahy.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Douanes : Des détecteurs d’explosifs et de stupéfiants opérationnels

L’IONSCAN 500DT de Smiths Detection est un matériel sophistiqué de détection des traces de stupéfiants.

Les trafiquants de tout genre sont avertis. Les douanes malgaches sont actuellement mieux équipées dans leur  lutte contre  l’introduction d’explosifs et de stupéfiants. Grâce à une collaboration avec Teknet group, les douanes malgaches disposent de détecteurs de traces d’explosifs et de stupéfiants. Il s’agit plus exactement de détecteurs IONSCAN 500DT capable de détecter des traces de stupéfiants et de l’IONSCAN 600 qui permet de détecter et d’identifier les traces d’explosifs. Ces matériels sont mis à disposition pour une durée de trois mois. A travers cette dotation, les douanes malgaches démontrent, une fois de plus leur détermination à lutter contre les trafics. Notamment contre l’introduction de stupéfiants qui a été fréquente ces derniers temps. D’après le Directeur Général des Douanes, Lainkana Zafivanona Ernest, Madagascar est considéré depuis peu comme une plaque tournante du commerce illicite de drogue dure dans l’Océan Indien, et du coup, il est plus que jamais indispensable de mettre à contribution tous les moyens nécessaires pour y faire face. A noter qu’après trois mois d’utilisation de ces matériels, les douanes pourront donner suite à cet élan en se  dotant définitivement pour en équiper tous leurs bureaux et agents.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Flash Eco

Une  cérémonie officielle de certification des trésoriers communaux, issus des communes partenaires de l’INDDL (Institut National de la Décentralisation et du Développement Local) et de ProDéCID/GIZ (Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation financé par la Coopération technique allemande), s’est tenue hier au Motel Anosy. Cette première promotion compte 14 Trésoriers communaux certifiés. Nous en reparlerons.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Base Toliara : Reconciliation officielle avec les communautés opposantes au projet 

Le projet de Base Toliara a reçu le « Tso-drano » des notables et des autorités locales.

Une cérémonie traditionnelle a été organisée hier au terrain de foot dans le fokontany d’Ambohitsabo pour marquer cet événement, une grande première à Toliara.

Des communautés issues des fokontany d’Anketrake, d’Ambohitsabo, de Besakoa et d’Ankihimbe dans la commune urbaine de Toliara I se sont auparavant opposées à la mise en œuvre du projet d’exploitation d’ilménite de Base Toliara. Elles ont même fait un pacte ou « titiky » selon leurs us et coutumes pour empêcher à tout prix qu’il naisse. Mais suite au dialogue fructueux entre les deux parties, ces communautés opposantes ont changé d’avis en acceptant une réconciliation officielle avec Base Toliara. « Les notables et les communautés ainsi que les autorités locales ont ainsi donné leurs bénédictions et leur feu vert à la compagnie minière de réaliser la construction d’une jetée qui va coûter la bagatelle de plus de 100 millions USD à la plage de La Batterie à Andaboy, à Toliara. C’est destiné à acheminer les minerais vers un bâteau », a déclaré Jean Bruno Ramahefarivo, le directeur général de Base Toliara lors d’une cérémonie de tradition organisée par ces communautés hier au terrain de football dans le fokontany d’Ambohitsabo.

Inquiétude. Cette cérémonie vise à lever le pacte réalisé auparavant par ces communautés opposantes tout en marquant leur réconciliation officielle avec la compagnie minière. Des zébus leur ont été offerts à cette occasion. Un Vice-président du Comité de Réconciliation Nationale, y a assisté avec les autorités locales. « Ces communautés opposantes ont manifesté leurs inquiétudes face à l’impact de l’exploitation de l’ilménite sur la santé humaine. Et la mise en place de cette jetée pourrait-elle entraver au développement des activités des pêcheurs locaux ? Il est bien normal qu’ils aient des soucis. Mais je vous assure que l’exploitation de l’ilménite n’aura pas d’effet radioactif. C’est d’ailleurs prouvé par l’INSTN (Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires), le seul organisme habilité à détecter le seuil acceptable du taux de radioactivité d’un minerai, suite à une étude réactualisée l’an dernier. Et nous n’allons jamais apporter quelque chose de malheureux à nos proches et familles qui résident ici », a exprimé le directeur général de la compagnie minière, qui plus, est un originaire de Toliara.

Opportunité. Quant à la construction d’une jetée, « on va augmenter son hauteur de 4,50m au lieu de 2m tandis que la distance entre les piliers va mesurer 24m. Ce qui permettra à tous les engins de pêche de circuler librement. Maintenant, les doutes sont levés. Dans la foulée, les communautés de pêcheurs bénéficient d’une formation et des matériels de pêche pour pouvoir développer leurs activités. L’association des femmes mareyeuses est en même temps formée en matière de transformation des produits de pêche pour une meilleure conservation », a-t-il enchaîné. Ces communautés opposantes à la mise en œuvre de ce 3e plus grand projet minier à Madagascar, notamment les associations « Zanadriake » et « Akioviko » sont maintenant rassurées. « Nous sommes convaincus que celui-ci apportera un développement pour notre localité et la région Atsimo Andrefana, voire pour le pays. On ne doit pas rater cette opportunité sinon Toliara restera un cimetière de projets », a évoqué Cinah Soafilira, un notable venant d’Ambohitsabo. « Tsy mipoly ko ty tetikasa fa roso » ou textuellement, « on ne revient plus en arrière, ce projet va démarrer avec nos bénédictions », affirme Leondis Mandrerake, un notable d’Ankihimbe.

Respect du cahier de charges. Par ailleurs, la nouvelle route qui sera construite par Base Toliara jusqu’à la plage de La Batterie va passer dans le fokontany d’Ambohitsabo. « Nous, les propriétaires fonciers, ne nous y opposerons plus car nous sommes convaincus que c’est le seul moyen d’éviter l’inondation de notre localité quand ce sera la période de la marrée haute », a précisé Momaly Franklin, un autre notable ou « Hazomanga ». Le maire de la commune Ankilimalinike, impacté par le projet d’exploitation d’ilménite, Iadiny Paul, quant à lui, a fait remarquer qu’on est tous responsable de la réussite ou non de ce projet. Et enfin, le Préfet de Toliara, Vladimir Edouard, a réitéré que l’Etat veille à ce que Base Toliara respecte bien son cahier de charges. Notons qu’un groupe d’individus a fait un barrage à la plage d’Andaboy hier pour manifester qu’ils sont encore contre le projet. Ils n’ont pas pu empêcher les communautés opposantes à se réconcilier officiellement avec Base Toliara, et ce, en présence des autorités locales. De son côté, le Préfet les a ordonné d’enlever immédiatement ce barrage sinon les forces de l’ordre interviendront.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Tovolahy hita faty, nanjavona ny filahiany

Hatairaina ny an’ny fianakaviany sy ny mponina manodidina ary ireo mpandalo nahita ity tovolahy maty tao an-tranony,satria tsy teo aminy intsony ny filahiany, ary nivoaka ranon-javatra fotsifotsy ny vavany. Avy hatrany dia nandeha ny feo fa manomboka mitranga eto Toamasina indray ny halatra taova ka isan’izany ny filahiana. Raha ny fanazavana azo tamin’ny angom-baovao natao dia mbola niasa tao amin’ny « cyber » ao Tanambao I izay misy ny trano fonenany tantanany ity tovolahy ity ny talata hariva. Ny takariva anefa dia tao an-tranony niaraka tamin’ny namany izy ary mbola nivoaka nirevy raha tonga ny alina niaraka tamin’io namany io. Tsy nisy nahita sy nahare kosa ny fiverenan’izy ireo tao an-trano na izy irery no nody, na mbola niaraka tamin’ity namany ity nandry tao aminy. Ny maraina no gaga ny mponina manodidina fa tsy mety misokatra ilay « cyber » ka ity mpanjifa iray no nandondona azy tao an-trano. Teo anefa dia gaga ity mpanjifa ity fa tsy nihidy ny varavarany ka avy hatrany dia niditra, saingy olona efa nivalampatra teo ambony fandriana maty misarotra bodofotsy no hitany. Raha tonga ny mpitsabo misahana ny fahadiovana eo anivon’ny kaominina sy ny mpitandro ny filaminana avy ao amin’ny boriborintany voalohany, dia tovolahy maty tsy nisy filahiana intsony no hita, izay nambaran’ny BMH ao amin’ny kaominina sy ny mpitandro ny filaminana, fa vono olona sy halatra taova no nisy nandritra izany. Efa mandeha ny fanadihadiana ataon’ny polisy misahana ny heloka be vava, nitory olon-tsy fantatra ihany koa ny fianakavian’ity tovolahy maty ity raha ny fanazavana azo.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ampitatafika : Sarety nodomin’ny fiara, olona roa maty, roa miady amin’ny fahafatesana

Namono olona indray iny lalam-pirenena voalohany iny, tetsy Ampitatafika, ny alin’ny talata teo. Sarety tariti-tanana iray no nodomin’ny fiara teny an-toerana. Vokany, olona roa no namoy ny ainy teo ho eo, roa telo naratra mafy.

Tokony ho tamin’ny valo ora alina tany ho any, ny talata teo, no nitranga ny loza. Sarety mpitaona tany no voafaokan’ny fiara «Mazda », mpitondra entna, teo amin’ny PK10+600, teo amin’ny toerana antsoina hoe Tranovy, fokontany Malaza, Ampitatafika. Raha ny fanazavàna azo dia toa hoe somary maizina ny lalana ary tsy hitan’ilay fiara mihitsy ity sarety ity teo alohany. Nandeha mafy ihany koa ity fiara ity tamin’io fotoana io ary voafaoka niaraka tamin’ireo olona mpitarika sy mpanosika ilay sarety. Mafy dia mafy ny fifandonana satria samy nipitika lavitra avokoa ireo olona dimy teo amin’ilay sarety. Ny roa moa, ilay mpitarika sy ilay nanosika avy ato aorina no maty tsy tra-trano tao anatin’izany. Naratra mafy kosa ny olona telo ambiny tety amin’ny sisin’ny sarety : tao ireo tapa-tongotra, ny voadona mafy tamin’ny lohany. Ity farany dia voalaza fa tsy mbola nahatsiaro tena hatramin’ny ora nanoratanay omaly hariva, ary mety atahorana mafy ny ainy. Tonga teny an-toerana nisehoan’ny loza avy hatrany moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana, nijery ifotony  ny zava-nisy ary niara-nisalahy tamin’ny famonjena haingana ireo naratra,  izay nentina avy hatrany tetsy amin’ny hôpitaly Hjra. Ilay mpamily kosa dia nentina nihazo ny biraon’ny zandary natao andrimaso sy nanaovana famotorana. Ilay fiara nahavanon-doza kosa tetsy andanin’izay dia nogiazana aloha hiandrasana ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Football – COSAFA féminin : Madagascar échoue face au Malawi !

La capitaine malgache, Mamy Prisca a été élue meilleure femme du match.

Le miracle n’a pas eu lieu. Comme lors de la dernière édition, le Malawi a battu les dames malgaches et cette fois-ci sur le score de 2 buts à 0. Une défaite qui rend désormais compliquée la qualification de Madagascar au tour suivant.

Madagascar a lâché prise durant les 10 dernières minutes de son match contre le Malawi, hier au Stade Wolfson à Port Elizabeth. La sélection malgache avait pourtant livré une belle entame de match justifiant ainsi le titre de femme du match de Mamy Prisca, la capitaine, qui fait partie de la nouvelle vague après l’ère Sophie Farafanirina.

Bon coaching. Mais fatiguées, c’est la seule explication, les Malgaches ont subi le bon coaching de l’entraîneur malawite qui effectua des changements opportuns.

Un premier but de Vinkhumbu à la 81ème minute d’une rencontre jusque là équilibrée puis un autre de Kipanda rentrée à la place de Mkazilire à l’heure du jeu à la 88e.

Deux coups qui ont mis fin au rêve malgache car dans un groupe de quatre équipes où figure  l’Afrique du Sud, quatre fois titrée dans cette compétition, cela va être difficile voire impossible de passer la phase des poules.

Mais autant le dire que c’était prévisible dans une période transitoire où tous les atouts ont été concentrés aux Barea à la Coupe d’Afrique des Nations. A 80%, on a la même équipe qui a participé aux éditions du COSAFA Cup mais également avec le même entraîneur Johary Rakotomalala.

Faute de grive, la sélection malgache doit se contenter de merle en tentant le tout pour le tout pour gagner ses matches contre les Comores le 2 août puis face à l’Afrique du Sud le 05 août. Et puis après tout « impossible » n’est pas… malgache.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Les musiciens de la FJKM en rassemblement

Seta Ramaroson se trouve parmi les formateurs du rassemblement des musiciens de paroisse.

La cathédrale FJKM Analakely accueille le rassemblement bi-annuel des musiciens de paroisses de tout Madagascar. Ambiance studieuse sur les lieux.

Ils sont plus de 1 000 musiciens d’église à se rassembler à la cathédrale FJKM d’Analakely depuis hier. Venus des quatre coins de la Grande Île, dans le lot se trouvent des organistes, un accordéoniste, des guitaristes, un batteur… Bref, en entrant dans le lieu, c’est à travers une jolie cacophonie que ce rendez-vous bi annuel accueille le visiteur. « Tous les deux ans, les musiciens d’église du FJKM se rassemblent. Nous en sommes à la troisième édition », fait savoir Seta Ramaroson. Saxophoniste reconnu dans le milieu du jazz, il fait partie des formateurs. « Ce ne sont que des représentants », ajoute-t-il.

Ces rencontres sont aussi des moments inédits. Un des musiciens va présenter un orgue qu’il a fabriqué. « Un instrument fait malgache », lance Seta. Tandis qu’un autre a bénéficié d’un livre de 400 pages pour appuyer ses connaissances en solfèges. La rencontre des musiciens de la FJKM c’est avant tout des moments de partage. Il faut aussi bien se l’accorder, c’est rare de rassembler autant de musiciens dans un même lieu sur la même période. Un concert se tiendra à la messe de clôture demain à partir de 9 h 30. « Ce n’est pas vraiment l’esprit, mais on va mettre en avant ce que nous avons acquis durant la rencontre », selon toujours le saxophoniste.

A ses côtés se trouvent d’autres pointures de la musique comme Norbert Razafindrakoto, Solofo Ranarivelo… Tous des musiciens d’église. « La plupart des musiciens profanes sont tous musiciens de paroisse à la base », met en avant Seta. Vers 15 h 30, tout le monde est afféré avec ses instruments. Personne ne pense sortir prendre l’air. Le brouhaha musical ne laisse place à aucun petit rire ni à quelques étirements. A croire que si chacun pensait avoir le regard sévère et bienveillant du Seigneur depuis les cieux. « Jouer de la musique, c’est aussi participer à la messe. Les formations sont toujours nécessaires, dans les grands pays, il faut passer à l’université pour pouvoir devenir un musicien de paroisse », fait savoir le saxophoniste.

Au-delà de l’apprentissage, les musiciens seront aussi conscientisés de leur position dans l’église. « Si vous venez de jouer la veille dans un cabaret, et que vous arrivez avec une gueule de bois à la paroisse, ce n’est pas décent. Alors, tout cela c’est notre code conduite, il faut le rappeler », d’après toujours Seta. A part l’atelier musical, d’autres astuces ont aussi été partagées, comme l’entretien des matériels, des partages d’expériences, etc. Bref, une vraie rencontre de professionnels. Au train où sont allées les choses, la journée d’hier se serait conclue assez tard.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Polisim-pirenena eto Toamasina : Tratra ireo anisan’ny mpamaky trano tao Ambolomadikina sy Mangarivotra

Isan’ny fahoriana iainan’ny vahoaka eto Toamasina tato ho ato izay ny resaka vaky trano sy fanafihana anaty trano fonenana. Nisy noho izany ny fivoriana maika nataon’ny OMC sy ny EMMO atsinanana nandinika ny paikady entina hanalafehana izany, ka efa samy mandray sy mametraka ny paikadiny avy ireo mpitandro ny filaminana, ahitana ny polisy – ny zandary – ary ny tafika malagasy. Ho an’ny polisy anefa dia efa nisy ny vokatra azon’izy ireo momba izay resaka andian-jiolahy mpanao famakiana trano izay, tamin’ny fahasamborana ireto bandy telo lahy isan’ny mpanao izany ao Ambolomadinika sy Mangarivotra. Mbola ifampitadiavana kosa ny naman’izy ireo sy ilay mpitahiry sy mpividy ny halatra ankehitriny, hoy ny polisy. Nandritra ny fahatrarana azy ireo dia tratra tany amin’izy ireo ny Camera – ny solosaina – ary ireo kojakoja avy nangalarin’izy ireo. Ho an’ny zandary sy ny tafika miaraka koa izay nilaza fa manao hetsika tsy an-kitsitsy amin’izao fametrahana filaminam-bahoaka eto Toamasina izao, dia nanetsika ny olombelony sy ny fitaovany rehetra izy ireo hapetraka amin’ireo fokontany sy kihon-dalana rehetra amin’ireo faritra sy fokontany voasokajy ho mena eto Toamasina. Tsy hijanona ny hetsika ataon’izy ireo raha tsy misy ny vokatra momba ny filaminam-bahoaka, hoy ny komandan’ny vondrompileovan’ny zandary Atsinanana. Anio alatsinainy aza dia hisy ny fihaonan’ny zandary amin’ireo olona tsara sitra-po isaky ny fokontany, amin’ny fanomezam-baovao azy ireo momba ireo olon-dratsy manao izao andian-jiolahy mandeha am-polony, « bande de 15 », sady mangalatra no mitondra basy mampahory vahoaka izao. Ankoatra izany anefa dia mangataka ny hamerenana ireo « saka mainty » handamina an’i Toamasina ny ankamaroan’ny vahoaka, satria ireo andiana polisin’ny « saka mainty » ireo ihany no tena mampilamina an’i Toamasina hoy ny vahoaka.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Ramatoa avy naka vola tamin’ny banky voatifitra teo amin’ny feny roa

Raha nangingina ny resaka fanafihana mitam-basy teto Toamasina tato ho ato izay,  saingy nahazo vahana ny vaky trano sy ny famakiana magazay, dia niverina indray izany nanomboka omaly tolakandro tao Tanambao V. Ny angom-baovao natao no nahalalana fa nandeha naka vola tamin’ny banky iray teto Toamasina ity ramatoa ity sy ny zanany mbola kely. Efa narahan’ireo andian-jiolahy efatra nitaingina moto scooter avy any amin’ny banky ny tenany, ka raha izy niala Tuc-Tuc teo Tanambao V iny dia avy hatrany dia tsy nisalasala ny nitifitra azy ireo andian-jiolahy nanaraka azy avy any amin’ny banky nakany vola. Voatifitra teo amin’ny feny roa ilay ramatoa ka avy hatrany dia namotsitra ny vola tao anatin’ny poketrany. Vao nahazo izany ireo andian-jiolahy dia lasa tahaka ireny tsy nangalatra sy nanao asan-jiolahy ireny. Tsy fantatra mazava ny tena sandan’ny vola lasa, fa ny fanazavana no nahalalana fa vao avy nividy tany ireto fianakaviana ireto, ka avy naka ny vola vidin’ilay tany ilay ramatoa izao niharan’ny fanafihana nataon’ny andian-jiolahy izao. Vao nahazo ny antso tamin’ny fisian’ny fanafihana ny polisy dia tonga avy hatrany ary nanao ny fanarahan-dia, saingy efa tsy hita ny nandosiran’ireto andian-jiolahy ireto. Mamerina hatrany ny polisy fa afaka maka azy ireo ny olona, na orinasa, na fikambanana, raha toa ka haka vola be amin’ny banky ho fisorohana ny tahaka izao fanafihana izao. Maimaim-poana ny fakana azy ireo raha ny fanazavan’ny kaomisera misahana ny filaminana eto Toamasina sy ny komandan’ny FIP. Raha izao zava-nisy nanomboka omaly izao izany dia manomboka hiverina indray ny fanafihana ireo olona mpikirakira vola eto Toamasina.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Basketball Africa League : Une équipe malgache disputera les qualifications

La Basketball Africa League (BAL) a annoncé hier que Le Caire (Egypte), Dakar (Sénégal), Lagos (Nigéria), Luanda (Angola), Rabat (Maroc) et soit Monastir ou Tunis (Tunisie) seraient les villes hôtes pour la saison inaugurale de la Basketball Africa League. A la fin de la saison, Kigali (Rwanda) accueillera les toutes premières finales du BAL Final Four et de la BAL Final.  « Les annonces d’aujourd’hui marquent une autre étape importante alors que nous nous dirigeons vers ce qui sera la première saison historique de la Basketball Africa League » a déclaré Amadou Gallo Fall, le président de la Basketball Africa League, Amadou Gallo Fall. Mais avant cela, il y aura un premier tour en deux phases qualificatives pour qualifier les six équipes en plus des six équipes des pays choisis. Il s’agit du Sénégal, du Nigéria, de la Tunisie, du Maroc, de l’Egypte et de l’Angola. « Une poule intègre Madagascar. L’équipe championne malgache participera à ces éliminatoires et c’est la raison pour laquelle le championnat national a été avancé au mois de septembre » a fait savoir, Jean Michel Ramaroson, président de la fédération malgache de basket-ball. A partir de mars 2020, les six villes accueilleront une saison régulière qui réunira douze équipes réparties en deux conférences, chacune des conférences se déroulant dans trois villes. La saison régulière verra les 12 équipes disputer cinq matches chacune pour un total de 30 matches.  Les trois meilleures équipes de chaque conférence se qualifieront pour les playoffs. Les six équipes qualifiées pour les playoffs – le « Super 6 » – joueront un tournoi à la ronde pour déterminer les 4 équipes qui accèderont pour la première fois à la BAL Final Four et à la BAL Final, à Kigali (Rwanda), à la fin du printemps 2020. Les finales du BAL Final Four et de la BAL Final se joueront en matches à élimination directe.NIKE et Jordan Brand habilleront les 12 équipes de la ligue avec les maillots officiels des matches, les tenues d’échauffement, les chaussettes et les tenues d’entraînement, avec six clubs habillés en NIKE et les six autres en Jordan Brand.

Recueilli par T.H