Les actualités Malgaches du Mercredi 01 Août 2018

Modifier la date
News Mada16 partages

Mpanao trafikana sokatra: tambajotra matanjaka, manana 4X4 sy fitaovam-piadiana

 

Tambajotra matanjaka. Izay no azo ilazana ireo mpanao trafikana sokatra any amin’ny Faritra atsimo andrefana, Androka. Mitondra fiara 4X4, miaraka amin’ny fitaovam-piadiana mihitsy izy ireo handrahonana ireo Vondron’olona ifotony.

Olona tsy fanta-pihaviana, tsy mponina any an-toerana ny ankamaroan’ireo miditra any amin’ny kaominina Androka, any anaty ala, “mikarama” maka ireo sokatra ireo, na ny lehibe na ny zanany. Misy mihitsy tambajotra matanjaka tonga any an-toerana miaraka amina fiara 4×4 sy fitaovam-piadiana mandrahona ireo mba miaro izany. Efa nitondra fitarainana momba izany hatry ny ela ny Vondron’olona ifotony (VOI), saingy tsy hita izay fandraisana andraikitra avy amin’ny fanjakana.

Misy anefa ny sampandraharam-paritra momba ny tontolo iainana, ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana, nefa toa mandeha ho azy ny famoahana ireo sokatra ireo, raha ny fitarainan’ny mponina any an-toerana. Fantatra fa karazan’olona fady sokatra, tsy mikitika izany mihitsy, ireto mponina ireto. Ao anefa ireo karazan’olona hafa tsy fady ka manararaotra izany handrafaona ireo biby arovana aty amintsika ireo ny sasany amin’izy ireo. Zara raha misy 1 000 Ar ny vidin’ny iray handraisan’ireo mpanao trafika azy, nefa tsy latsaky ny 1.000 dolara (manodidina ny telo tapitrisa Ar) ny vidiny any ivelany.

Miverina indray ireo olona tratra mandrahona

Taterina amin’ny fiara ireo sokatra ireo mankany Toliara. Misy ampahany ampiakarina avy hatrany aty an-dRenivohitra. Fantatra ihany amin’ny vaovao heno ny fahatraran’ny mpiasan’ny fadintseranana azy ireo, nefa tsy hita ny tohiny… Miverina any an-toerana indray ireo olona tratra mandrahona. Midika izany fa matanjaka io tambajotra mpangalatra sy mpanondrana sokatra io matoa votsotra na efa tratra aza ny sasany amin’izy ireo.

Raha ny tao amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, ohatra, efa firy ny olona tratra miaraka amina sokatra, nefa manjavona ny raharaha aty aoriana. Indrindra moa fa variana amin’ny politika ny maro amin’izao fotoana izao, sarona tanteraka, etsy andaniny, ny trafika sokatra. Hararaotin’ny mpanao izany izao tontolo politika tsy milamina izao hanondranana an-tsokosoko harena  voajanahary maro avy eto Madagasikara.

R.Mathieu

News Mada15 partages

Andry RAJOELINA: une candidature qui se dessine

 

Un show à l’américaine est attendu de l’ancien homme fort de la Transition, Andry Rajoelina, ce jour.

En effet, après des années d’attente, il rencontrera la population de la capitale au palais des Sports pour une déclaration très attendue. Une déclaration qui intervient après les rencontres auprès de la population dans les régions. Plusieurs déplacements ont été d’ailleurs initiés par Andry Rajoelina depuis la présentation de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM) au Carlton. Cette fois-ci, au moment où le dépôt de candidature est ouvert, la déclaration de l’ancien président de la Transition sera suivie de très près. Lors d’une interview à «Jeune Afrique» en février dernier, à la question de savoir «Pourquoi ne déclarez-vous pas votre candidature maintenant ?», il avait répondu, «Parce que je dois aller, avant cela, à la rencontre des Malgaches. Je verrai alors s’ils souhaitent que je me porte  candidat». Cette rencontre s’est faite depuis quelques temps.

Rakoto

News Mada6 partages

La tension monte a l’ENS : deux étudiants blessés et arrêtés

La tension est montée d’un cran à l’Ecole normale supérieure (ENS). L’affrontement entre les forces de l’ordre et les étudiants, qui ont poursuivi leur manifestation hier, s’est intensifié. Les grévistes sont descendus dans les rues tout en bloquant la circulation du côté du rond-point d’Ampefiloha. D’où l’intervention de l’Emmoreg, qui a essayé de les repousser dans l’enceinte de l’établissement, via des coups de gaz lacrymogène. C’est à ce moment-là que deux étudiants ont été arrêtés, sous prétexte que les grévistes ont lancé des pierres sur des éléments des forces de l’ordre. Une explication non fondée d’après les étudiants, qui ont évoqué le contraire.

«Les étudiants ont riposté pour  protester contre l’usage de force par les militaires. Ces derniers ont tabassé et arrêté deux de nos collègues. C’est seulement après cette scène que les étudiants ont répliqué avec des jets de pierres», a précisé le président de l’association pédagogique des étudiants, Dagué Ratianarivo. Via cette explication, ce dernier a voulu réitérer que la provocation ne venait pas des grévistes. De ce fait, ils condamnent la violence faite par les éléments de l’Emmoreg sur les étudiants qui n’ont fait que revendiquer leurs droits et réclamer la libération sans condition de leurs amis.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara6 partages

Dépôt de dossier de candidature : Point de presse interdit dans l’enceinte de la HCC

Les déclarations à la presse doivent se faire dehors.

Ouverture ce matin à partir de 9 heures et jusqu’au 21 août à 17 heures du dépôt de dossier de candidature à l’élection présidentielle du 7 novembre 2018.

Le portail de la Haute Cour Constitutionnelle situé en face du bureau du Faritany à Ambohidahy est spécialement ouvert pour les candidats ou leurs mandataires qui vont déposer au greffe de la HCC, le volumineux dossier en double exemplaire et composé de 15 pièces. Entre autres, une attestation d’investiture du candidat par un parti politique légalement constitué ou par une coalition de partis politiques légalement constituée.

Disqualification d’office. Dans un communiqué en date du 30 juillet 2018, la HCC de faire savoir que « le parti ou la coalition de partis politiques présentant un candidat à l’élection présidentielle est informé que la vérification au niveau de la Haute Cour Constitutionnelle se fera sur la base de la « Liste des partis politiques légalement constitués » transmise par le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation à la date du 30 juillet 2018. La présence d’un ou de plusieurs partis politiques ne figurant pas sur ladite liste dans le dossier de candidature entraînera une disqualification d’office ». Autrement dit, toute formation politique non enregistrée à l’Immeuble Patte d’Eléphant à Anosy n’est pas habilitée à investir un candidat sous peine de voir ce dernier écarté de la course à la magistrature suprême.

Principe de neutralité. Un second communiqué de la HCC publié également hier de faire savoir que « La ou les entités voulant présenter un candidat à l’élection présidentielle sont informées que la présence des journalistes lors du dépôt de candidature est autorisée, moyennant le respect des règles de sécurité régissant l’institution. Par contre, en vertu du principe de neutralité, les points de presse doivent se dérouler en dehors de l’enceinte de la Haute Cour Constitutionnelle ». En d’autres termes, les candidats ou leurs mandataires n’ont pas le droit de parler aux journalistes dans la cour de la …Cour.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara6 partages

TJE 2018 : L’inscription est ouverte

C’est parti pour la 14e édition du Trophée du Jeune Entrepreneur. L’inscription à ce challenge ouvert  aux  jeunes capitaines d’entreprise en quête de nouvelles opportunités et d’innovation est en effet ouverte. La date limite de soumission des candidatures est fixée avant le 9 octobre 2018 et les jeunes entrepreneurs intéressés sont invités à aller sur le site internet de BNI Madagascar  www.bni.mg pour télécharger le dossier de candidature et envoyer le dossier complet par email à l’adresse tje2018@bni.mg. a-t-on notamment indiqué hier lors d’une conférence de présentation de l’événement.

En guise d’innovation, la dénomination TJE change en « TJE Croissance » et le concours inclut dorénavant une option « Startup TJE ». TJE Croissance + est destiné aux jeunes propriétaires et chefs d’entreprise confirmés de plus d’un an d’existence, ayant réalisé un chiffre d’affaires d’au moins 60 millions ariary. En plus du titre honorifique, le lauréat va bénéficier d’un crédit à taux zéro (pour la première année) afin de développer davantage ses activités. Fidèle à son modèle de développement inclusif, BNI Madagascar accorde également une attention particulière aux Jeunes qui présenteront des projets innovants et qui montreront leur ambition de se faire une place dans le microcosme économique du pays en concourant au Startup TJE.  La Banque offrira gracieusement au vainqueur de cette catégorie, une aide financière non remboursable, et un pack ORINASA (compte courant, chéquier, carte visa LOKANGA, compte MVOLA, Assurances Miarina, BNI-NET, mobile banking) pendant un an pour lancer ses activités. Partenaire de  l’événement, AXIAN accompagnera également le lauréat avec le « coworking  space » et TELMA, et attribuera une connexion internet 4 G d’un an pour que la banque digitale soit accessible plus facilement. Première banque malgache engagée aux côtés des entreprises, BNI Madagascar  met ainsi un point d’honneur à valoriser les jeunes femmes et hommes d’affaires à travers ce concours de référence nationale qui met en exergue ses valeurs. « L’accompagnement des jeunes entrepreneurs entre dans la droite ligne de notre politique d’inclusion financière au même titre que notre gamme complète de solutions bancaires dédiées aux Entreprises » explique Ndrina Ralaimanisa, directeur de la Communication et des Relations Publiques.

R.Edmond

Midi Madagasikara4 partages

Pety Rakotoniaina : Requête auprès de la HCC

La marque est tombée pour Pety Rakotoniaina. Hier, le leader du « Hetsika ho Fanorenana Ifotony » (HFI) s’est rendu auprès de la Haute Cour Constitutionnelle pour demander l’avis de la HCC sur la juridiction devant laquelle l’on pourrait déposer une plainte contre Andry Rajoelina. En effet, l’ancien Maire de Fianarantsoa accuse l’ex-président de la Transition de détournement et d’enrichissement illicite. Ces derniers temps, le leader du HFI qui se revendique un « Hetsi-bahoaka » même  le mouvement n’est suivi que par une vingtaine d’individus, se lance dans une véritable campagne de dénigrement et/ou d’acharnement contre le numéro Un du MAPAR. De par ses agissements, bon nombre d’observateurs l’accusent de « mercenariat politique ». Désormais, il ne réclame plus le report, voire l’annulation de la Présidentielle, il cherche plutôt la disqualification d’Andry Rajoelina qui n’est autre que celui qui l’a sorti de prison en 2009 après avoir été condamné à 10 ans de travaux forcés par le régime Ravalomanana en 2008 pour l’affaire du coup d’Etat manqué à la BANI. Pety Rakotoniaina a également été condamné par la Cour Criminelle Ordinaire à l’époque pour d’autres affaires. Pour ne citer que l’affaire du vol de voitures administratives qui lui a valu une condamnation à cinq  ans d’emprisonnement ferme.

Troubles. Pour revenir à la requête déposée hier à Ambohidahy, nul n’ignore que Pety Rakotoniaina n’est pas habilité à saisir la Cour constitutionnelle car selon l’article 119 de la Loi fondamentale, « La Haute Cour Constitutionnelle peut être consultée par tout Chef d’Institution, et tout organe des Collectivités Territoriales Décentralisées pour donner son avis sur la constitutionnalité de tout projet d’acte ou sur l’interprétation d’une disposition de la présente Constitution ». A noter également que le président du Tambatra n’est pas à son premier coup d’essai pour troubler un processus électoral. Durant la Présidentielle de 2006, il a provoqué des troubles en érigeant des barrages à Fianarantsoa. Un agissement qui lui a valu une arrestation suivie d’un emprisonnement à la maison de Force de Tsiafahy après un mois de traque. En 2015, il a également été condamné à un an d’emprisonnement ferme pour avoir perturbé les élections communales à Fianarantsoa. A l’allure où vont les choses, il risque de subir le même sort puisque son mouvement HFI dit non à la tenue du scrutin, et cherche tous les moyens pour provoquer des troubles préélectorales.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Ny Kardinaly Tsarahazana tao Fenerivo Atsinanana : Be loatra ny fahaloavana sy ny tsy fahamarinan’ny mpit...

Taorian’ny fandraisan’ny mpino ny Kardinaly Sem Tsarahazana tao Antananarivo sy teto Toamasina renivohitra taorian’ny fandraisany ny marika maha-kardinaly azy tany Roma, dia manomboka manao fitsidiham-paritra amin’izay ny tenany izao mba hitondra hafatra sy hampahery ny Malagasy isam-paritra. Ny faran’ny herinandro teo, dia ny tao Fenerivo Atsinanana faritra Analanjirofo no novangiany, faritra izay tsy vahiny aminy satria efa naha-eveka azy talohan’ny nahazoany ny arseveka teto Toamasina ka nahavoafidy azy ho kardinaly izao indray. Ny sabotsy no fotoana nitsenan’ny vahoaka sy ny mpino azy tao Fenerivo Atsinanana, ka tamin’ny 5ora sy 15min izy no nigadona tao Fenerivo Atsinanana tamin’izay. Ny alahady kosa dia fotoam-bavaka goavana natao tao amin’ny kianja lehiben’i Sahavola ny kardinaly Sem Tsarahazana. Raha noharina ny teto Toamasina izay zary lasa fanaovana dokam-barotra politika ho an’ny sasany, dia nilamina sy nirindra tsara ny fotoam-bavaka tao Fenerivo Atsinanana, tamin’ny fanaovan’ny vahoaka sy ny mpino fitafy mena midorehitra tahaka ny fitafy maha-kardinaly ny Sem Tsarahazana izy rehetra. Nandritra ny toriteny nataon’ny kardinaly no nanomezany lesona sy namakian’ny bantsilana ny fahalovana sy ny tsy fahamarinana ary ny tsy fanajana ny soa toavina maha-malagasy sy ny hafatr’Andriamanitra fanaon’ny mpitondra. Nomeny hafatra vokatra izany ny Malagasy sy ny tanora mba handray ny andraikiny, fa tsy ho kivy na hamoy fo. Mila miverina amin’Andriamanitra isika, mila manaraka ny didin’Andramanitra ny Malagasy, satria ady mafy no tsy maintsy atao amin’ny fahazoan’ny tsy fahamarinana laka eto amintsika izao.

Malala Didier

News Mada3 partages

Huissiers de justice : insuffisance criante d’effectif

Le manque d’effectif constaté au niveau des huissiers de Justice à Madagascar est frappant. Actuellement, ces  auxiliaires de la Justice sont seulement au nombre de 134 pour près de 24 millions d’habitants, alors que les besoins ne cessent de croître. D’ailleurs, avec cette situation, le pays est loin de respecter les normes, stipulant qu’il faut au moins trois huissiers de Justice pour un Tribunal de première instance (TPI).

Le problème réside tout d’abord dans le fait que le métier d’huissier de Justice est peu connu. A preuve, le quota de recrutement d’élèves huissiers, lors du dernier concours organisé l’an dernier, n’a pas été rempli. «Le nombre de candidats à avoir postulé pour le concours était seulement de 90 alors qu’il y avait une centaine de postes à pourvoir. En plus, sur l’ensemble des candidats, seule une cinquantaine a été admise».

Huissiers provisoires

En vue de pallier ce manque dans bon nombre de districts, des huissiers provisoires sont en exercice là où il n’y a pas d’huissiers titulaires de charge. «Certains d’entre eux ne respectent pas les règles les régissant, en étendant, par exemple, leurs zones d’interventions dans d’autres districts, alors qu’ils ne sont pas habilités à exercer ainsi», a dénoncé le nouveau président de la Chambre nationale des huissiers de justice et commissaires priseurs de Madagascar (CNHJCPM), tout comme l’ existence d’huissiers provisoires dans des districts où des huissiers titulaires de charge sont déjà opérationnels.  C’est notamment le cas à Ambatondrazaka, Moramanga, Fianarantsoa ou encore Toliara…

Fahranarison

News Mada3 partages

TJE 2018 : les startups dans la course

Le coup d’envoi est donné. La 14e édition du Trophée du jeune entrepreneur (TJE) est ouverte aux jeunes capitaines d’entreprise en quête de nouvelles opportunités et d’innovation.

Comme chaque année, la BNI Madagascar compte soutenir les jeunes femmes et hommes d’affaires, à travers ce concours de référence nationale qui met en exergue le professionnalisme, l’esprit d’équipe, l’engagement et l’intégrité.

La grande nouveauté de l’édition 2018 du TJE est un autre prix destiné aux startups. Car, à partir de cette année, deux prix seront décernés dans le cadre de ce concours : En plus du TJE classique qui devient le «TJE croissance +», une nouvelle distinction, le «Startup TJE» a été créée.

Le TJE croissance plus est destiné aux jeunes propriétaires et chefs d’entreprise confirmés de plus d’un an d’existence, ayant réalisé un chiffre d’affaires d’au moins 60 millions d’ariary. En plus du titre honorifique, le lauréat bénéficiera  d’un crédit à taux zéro (pour la première année) afin de développer davantage ses activités.

Par ailleurs, la BNI Madagascar offrira au vainqueur de la catégorie «Startup TJE»  une aide financière non remboursable et un pack Orinasa, pendant un an, pour lancer ses activités. Axian, le partenaire de la banque, accompagnera également le lauréat avec le coworking space et l’opérateur mobile Telma attribuera une connexion internet 4G d’un an pour que la banque digitale soit accessible plus facilement.

R.R.

Madagate3 partages

Madagascar. Le mystère du ministre intègre devenu président incompétent

Au crépuscule de son mandat présidentiel, débuté en janvier 2014, Hery Rajaonarimampianina n’a toujours pas compris qu’il est le seul et unique maître d’œuvre de la relégation de son propre pays à la 4ème place des nations les plus pauvres de la planète. Cela, entre janvier 2017 et janvier 2018. Où étaient tous ceux qu’il a le plaisir d’accuser gratuitement à chacune de ses sorties inaugurales, uniquement théâtrales sans plus? Je parle des anciens présidents élus Didier Ratsiraka, Zafy Albert et Marc Ravalomanana. Qu’ont-ils eu à voir dans la mauvaise gouvernance rajaonarimampienne teintée de corruption généralisée et d’abus de pouvoir de toutes sortes ?

L’initiative du Premier ministre Ntsay Christian, au sujet des plaques d’immatriculation rouges pour tous les véhicules administratifs, a révélé une chose que le commun des Malgaches n’avait même pas imaginé. Ainsi donc, l’administration sous le régime Hvm/Rajaonarimampianina a passé son temps à acheter des véhicules dernier cri flambant neufs ! Je ne tiens pas à faire de publicité gratuite pour des marques et des concessionnaires. Sachez seulement que, désormais, grâce à leur plaque rouge, dans les rues de la ville -et même en rase campagne-, tous ces beaux véhicules coûteux, certains encore sans numéro d’immatriculation (portant donc le WWT de garage), sont aussi remarquables que la barbe d’un père Noël, un 25 décembre, dans une grande surface, ici ou ailleurs.

Pour la petite histoire, cette idée de plaque rouge pour les voitures appartenant à l’État malgache remonte au Premier ministre Francisque Ravony, il y a bien plus de 20 ans de cela. Mais l’initiative n’aura donc été qu’un feu de paille durant près d’un quart de siècle. Quel en est l’intérêt véritable ? Très élémentaire mes chers Watson: une économique gigantesque en carburant. En effet, la plaque rouge indique qu’il s’agit d’un véhicule de service qui doit être ramené dans le parc automobile de son ministère et qu’il ne peut être utilisé hors des journées de travail. Logiquement donc, finies les ballades familiales et les week-end de sortie, payés par l’État avec des tickets carburant.

Il faut dissocier, toutefois, les véhicules de service, très nombreux sinon en nombre incalculable, et les véhicules de fonction, en nombre moindre, réservés aux hauts cadres qui, cependant, ne doivent pas en abuser afin de donner le bon exemple et une belle image des dirigeants malgaches. Économie gigantesque ai-je écrit plus haut. C’est plus que vrai car tout ce parc roulant en mouvement se chiffrerait bien en milliards d’ariary en carburants (essence et gazole). L’autre impact de cette très bonne décision, se situe dans le « fiarahamonina », la vie dans la société au quotidien. Beaucoup de citadins de quartiers où habitent des fonctionnaires qui semblaient changer de voitures comme ils changent de chemise, n’en reviennent toujours pas ! Ainsi donc, les « fiara vaovao tsara tarehy » (voiture neuve et jolie) que la dame élégante, certes, mais « miavonavona » (bêcheuse), conduisait ne lui appartenaient pas. Conduisait au passé car, depuis -et c’est une histoire vraie-, la dame en question, ciblée par tant de regards aussi moqueurs que suspicieux, préfère, désormais, se déplacer en taxi à présent.

Pour revenir à l’enjeu économique, certains fonctionnaires font de la résistance par pur égoïsme sans notion aucune de patriotisme. Il est temps de leur rappeler ce que John Fitzgerald Kennedy a déclaré, qui l’a amené à créer le Peace corps (Corps de la Paix), le 1er mars 1961: « Ask not what your country can do for you; ask what you can do for your country» (Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous ; mais demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays). 57 ans après, les volontaires du Corps de la Paix des États Unis d’Amérique, parcourent les cinq continents pour montrer ce qu’ils peuvent faire dans et pour des pays autres que le leur, dont Madagascar.

Avec l’arrivée au pouvoir du ministre des Finances et du Budget, Hery Rajaonarimampianina, tous les Malgaches, l’ayant élu ou non, espéraient un grand changement dans leur pays et dans leur vie même. Dans le sens positif s’entend. Mais Rage et Désespoir auront été au rendez-vous. Un seul exemple, celui de ces plaques d’immatriculation rouges administratives. Comment, en un peu plus de quatre ans et avec trois Premiers ministres (Kolo Roger, Jean Ravelonarivo, Olivier Mahafaly), le président Hery Rajaonarimampianina, ancien ministre des Finances et du Budget, il faut le préciser, n’a-t-il pas eu la volonté politique de leur donner les directives pour comprendre que cette seule initiative du nouveau Premier ministre Ntsay Christian, permet une énorme économie d’argent pour compenser le faible taux de pression fiscale. Étrange de la part d’un expert-comptable qui plus est. Non ?

Et c’est ce grave manquement à son devoir d’œuvrer pour le bien-être des finances publiques, et, par synergie aussi, celui de ses compatriotes, qui a amené toutes les « fantaisies », pour ne pas dire plus, du parti Hvm au pouvoir (mais plus pour longtemps), dont les travers ont été dénoncés très médiatiquement par un autre traître, l’ex-ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary. Cela prouve que la justice immanente existe bel et bien. Que ce régime en décomposition ne repose que sur une minable histoire de traîtres et de traîtrises pour quelques misérables ariary de plus : trahison envers les uns et les autres, mais plus grave encore, haute trahison envers sa patrie. Quoi, je divague ! Et ces remblais immenses vus du ciel dans la seule Capitale, avec des tôles de couleur verdâtre comme enceintes, c’est quoi selon vous ? Ce n’est rien d’autre que du « fivarotanana tanindrazana », avec la complicité de quelques membres d’une administration territoriale corrompue jusqu’à la moelle épinière. Rappelez-vous aussi que ce Hery vaovao a renié superbement son ancien patron, celui qui l’a nommé pour être Grand argentier durant près de 5 ans. Pour une période transitoire, dirigée donc par un président non-élu mais reconnu de tous.

Petite mise au point, ici, pour les cornards de tous bords : arrêtez les palabres ! Andry Rajoelina n’a jamais été seul aux commandes de la transition. Tous les partis politiques dignes de ce nom à Madagascar y ont été représentés sous une forme ou une autre. Quel parti n’a pas eu un membre soit au CT (Congrès de la transition) soit au CST (Conseil supérieur de la transition) et au sein même des gouvernements des Premiers ministres Monja Roindefo puis Camille Vital et Jean Omer Beriziky ?

Or, et c’est ce qui est extraordinairement incompréhensible, vu ce qui est advenu de Madagascar, la bonne gouvernance avait effectivement régné sous cette 6ème période de transition qu’a vécu la Grande île, n’en déplaise aux détracteurs qui aiment détracter pour le simple plaisir de parler pour ne rien dire. Pour faire taire à jamais ce genre de créatures qui ne feront jamais rien d’elles-mêmes (don de soi) et pour les autres (altruisme), ce qui suit, vous pourrez le retrouver sur écran via Wikipédia. Puisqu’à Madagascar, seulement 15% de la population à accès à Internet, il était primordial que cela soit couché en noir et blanc sur papier… journal. Non ? Je rappelle enfin que cela figure dans la biographie officielle de Hery Martial Rajaonarimampianina Rakotoarimanana. Une preuve encore qu’il s’est renié jusque dans ses actes.

Carrière politique

Ministre des Finances d'Andry Rajoelina

En 2009, Hery Rajaonarimampianina intègre un gouvernement issu d’une prise de pouvoir anticonstitutionnelle en qualité de ministre des Finances et du Budget. Il doit composer sans le soutien de la communauté internationale qui a été retiré au pays en raison de l’illégitimité de ce gouvernement, le tout dans un contexte économique mondial dégradé.

Pendant quatre ans, il réussit à contenir l’inflation et à maintenir la stabilité de l’ariary, l'unité monétaire malgache. L'administration sous Rajoelina paye également en temps et en heure les traitements des fonctionnaires et des agents de l'État en réduisant par exemple 90% du budget de l’agriculture dans un pays qui compte 80% de paysans. Le régime de la Transition contribue à résoudre les crises sociales à répétition liées au contexte économique de la Grande Île, dans les universités (enseignants, étudiants, personnels techniques), les milieux hospitaliers (médecins, paramédicaux), ou encore chez les agents des douanes.

Devenu président du conseil d'administration d’Air Madagascar, en juillet 2011, Hery Rajaonarimampianina y représente l'État malgache et y mène à ce titre une nécessaire politique de redressement financier (…)./.

La grande question, après la lecture de ce passage limpide à propos de la période de transition 2009-2014 dirigée par Andry Rajoelina n’est plus comment mais pourquoi Hery Rajaonarimampianina a-t-il paupérisé Madagascar dans, à peu près, le même laps de temps (2014-2018)? Et le mystère mis en titre demeure encore entier. Mais à partir de maintenant, qu’il cesse de chercher des boucs émissaires de sa propre forfaiture. Enfin, autre « mystère » qui n’en est pas un : comment ose-t-il penser à se représenter pour un second mandat présidentiel ? Ce ne sera pas donc pas la honte qui finira par l’étouffer, mais il sera couvert d’un opprobre dont il sera encore l’unique artisan. Que le ciel lui soit léger…

Dossier de Jeannot Ramambazafy également publié dans « La Gazette de la Grande île » du mercredi 1er Août 2018

Midi Madagasikara3 partages

Talike Gellé : Un retour aux sources au rythme du Sud !

Très peu présente sur la scène musicale tananarivienne, Talike Gellé, de passage au pays, retrouvera les mélomanes de Tana le 17 août, à l’Is’art galerie Ampasanimalo.

Très peu la connaissent. Talike Gellé est pourtant, grâce à sa musique, l’une des meilleures ambassadrices de Madagascar à l’étranger. Au pays depuis la semaine dernière, la chanteuse nous fera le bonheur d’un concert à l’IS’art galerie le 17 août.

L’amour sous toutes les coutures, la vie en communauté, la tolérance et le respect, ces valeurs qui lui tiennent à cœur, la révolte, ses émotions, beaucoup d’émotions, ses révoltes, sa joie de vivre et sa bonne humeur d’ailleurs contagieuse… Dans sa musique, Talike Gellé nous transporte dans son monde. Un monde dans lequel règne en maître le « beko », ce rythme qui l’a bercé toute son enfance et qu’elle a adopté par la suite. Mais si d’autres se contentent de chanter le rythme traditionnel, elle ne cesse de trouver de nouvelles formules pour faire connaître sa musique au-delà des frontières, et pour qu’elle soit reconnaissable entre toutes. Elle a ainsi décidé de fusionner les rythmes du pays avec ceux d’ailleurs et de jouer sur la diversité des langues. Talike créa ainsi des rythmes musicaux métissés qui lui sont propres tels que le “sara jazz”, un mélange de « sarandra » et de chants griots en version jazz, le « beko blues », le « banareg », « banafunk » ou encore le « classigagnaoke ». Rythmes qu’elle a commencé à mettre en avant avec son nouveau groupe Talike Humeur Métisse en 2008.

De père en fille. Bon sang ne saurait mentir ! Ayant hérité du sens artistique de ses parents, Marie-Chantal Gellé, alias Talike, suit les traces de ces derniers. Mieux, elle les surpasse.  Belgique, Suisse, France, Suède, Norvège, Pologne… sa musique l’emmènera plus tard dans les quatre coins du monde. Elle figure aujourd’hui parmi l’une des ambassadrices de la musique malgache les plus actives et les plus connues en Europe. Pour elle, la musique se jouait en famille. Cinquième d’une famille de neuf enfants, Talike passe son enfance au rythme des chansons françaises et des cérémonies traditionnelles. Accordéoniste, son père jouait souvent Piaf, Tino Rossi, Luis Mariano ou encore Charles Trenet. Elle découvre, d’un autre côté grâce à sa maman, la culture Antandroy. A 13 ans déjà, inspirée par le « beko », Talike Gellé commence à composer son propre répertoire. Ne se produisant que très rarement au pays, son concert à l’Is’art galerie le 17 août est un évènement à ne rater sous aucun prétexte, surtout pour ceux qui affectionnent particulièrement la musique du Sud. Après l’Is’art, Talike mettra de suite le cap sur Ambovombe et continuera son périple en Allemagne, puis en Belgique.Mahetsaka

News Mada2 partages

Kidnapping à Tsaratanàna: huit cas recensés en quatre mois

180 millions d’ariary, c’est le montant exigé par les dahalo  depuis le début de l’année à Tsaratanàna en matière de kidnapping.

Un nouveau business pour les dahalo qui semblent avoir renoncé au  vol de zébus. En effet, le kidnapping est devenu un moyen de se procurer de l’argent rapidement dans ce district situé dans la région Betsiboka car, en une semaine, trois cas d’enlèvement ont été signalés dans la localité et à chaque fois, il y a une demande de rançon. Actuellement, un homme est toujours séquestré  par les dahalo après son enlèvement le 19 juillet dernier sachant que la famille n’est pas en mesure de payer la rançon réclamée par les bandits, une somme de 30 millions d’ariary.

Huit enlèvements depuis janvier

D’après le député de Tsaratanàna, lors d’une rencontre avec la presse hier, le kidnapping a fait huit victimes depuis les quatre derniers mois, dont le plus médiatisé est le cas des quatre employés de la société Kraoma kidnappés lundi dernier. Il a déclaré que 36 attaques de dahalo ont eu lieu à Tsaratanàna cette année, causant 28 pertes de vie humaine dont 6 villageois. 27 écoles ont dû fermer leurs portes dans cinq Zones d’administration pédagogique (Zap) à cause de l’insécurité.

Selon les déclarations du Chef de la région Betsiboka, Herimalala Razafipiera, un puissant réseau de malfaiteurs serait derrière ces actes de kidnapping successifs dans le district de Tsaratanàna. Et d’après ses dires, des personnes haut placées (des élus, des nommés, des membres des forces de l’ordre) y seraient impliquées.

Ando Tsiresy

News Mada2 partages

Apaisement : une charte pour les candidats

Les membres du Comité du Fampihavanana malagasy (CFM), conduits par leur président Alphonse Maka, ont rencontré hier le Premier ministre Chrisitan Ntsay à son bureau à Mahazoarivo. A l’issue de la rencontre, le numéro un du CFM a révélé qu’un projet de Charte d’apaisement est actuellement en cours de préparation. «Dès que la liste des candidats sera officialisée, les membres de ce Comité d’experts procèderont à des entretiens avec tous les candidats à la présidence de la République  afin que les élections se déroulent dans un esprit de sérénité et de fraternité», d’après le  communiqué de la Primature.

En effet, dans le cadre de la recherche de l’apaisement, garantie d’une élection crédible, transparente et acceptée par tous, des perspectives de collaboration avec le Chef du gouvernement  ont été discutées, hier. Ainsi, les deux parties ont reconnu que la neutralité de l’Administration s’avère primordiale.

Rakoto

News Mada2 partages

Senateur Berthin RANDRIAMIHAINGO : « On veut une élection qui rassemble »

Question : Le dépôt de candidature s’ouvrira cette semaine alors que l’opinion est encore fortement divisée à propos de cette élection. Quelle est votre opinion ?

Sénateur Berthin Randriamihaingo : Selon les dispositions constitutionnelles, le mandat de l’actuel président de la République doit impérativement expirer le 25 janvier prochain. Cela oblige le gouvernement actuel et les autres institutions concernées à réaliser l’élection cette année. D’ailleurs, le calendrier électoral est déjà fixé et il me semble que les questions financières sont déjà résolues selon les dires de la ministre des Finances. De son côté, la Ceni déclare être  à pied d’œuvre pour la réalisation technique et matérielle de l’élection. Bref, les basiques sont là pour avancer vers cette élection. Tout le monde doit accepter que seule la tenue d’une élection est la seule possibilité pour l’alternance au pouvoir.

Question : Mais l’opinion est fortement divisée et cela est déjà une très mauvaise augure. Comment expliquez-vous cette réticence d’une partie des acteurs politiques ?

Sénateur Berthin Randriamihaingo : Des acteurs politiques considèrent cette situation comme un affrontement politique majeur qui risque de dégénérer. Par contre, pour moi, une élection est avant tout un état d’esprit  et une volonté commune de la réaliser ensemble. C’est le seul garant pour un contexte électoral apaisé et pour éviter d’autre crise postélectorale.

Le contexte actuel s’explique par le fait qu’il existe deux courants d’idée contradictoires. Le premier avance la thèse comme quoi, on doit laisser les citoyens exercer leur droit de choisir librement celui qu’ils veulent désigner pour diriger le pays et qui va résoudre  par la suite tous ces problèmes récurrents. L’autre courant veut d’abord assainir cette situation délabrée, facteur de trouble et d’instabilité pour procéder par la suite à une élection libre et transparente. Deux thèses qui sont   contradictoires mais en réalité se complètent et exigent seulement un aplanissement d’idées à base de volonté politique et de patriotisme. Il existe par-dessus tout, une volonté commune de bien réaliser l’élection pour le bien de la Nation  et surtout pour ne plus revenir aux erreurs du passé. J’encourage les deux tendances avec un grain de patriotisme à trouver une issue heureuse.

Question : Exactement, c’est actuellement la grande question et comment y procéder ?

Sénateur Berthin Randriamihaingo : A mon avis, le doute réside seulement dans le fait que les grosses pointures ne se prononcent pas encore d’une manière effective. Dans ce cas, l’opinion a raison de ne pas croire encore à cette élection. C’est psychologique ! Par contre, le Président Rajoelina est déjà sur le terrain, le Président Ravalomanana a déjà déclaré qu’il est prêt et sans le dire clairement, le président de la République est sur le starting-block à l’image de la démission du Président de son parti. Une cinquantaine de candidats ont affirmé leur participation. Quoi de symbole encore pour effacer le doute ? Par contre, il ne suffit pas seulement  de dire que tout est prêt techniquement mais il faut s’assurer d’un contexte électoral apaisé  pour éviter les problèmes en aval. Il nous faut un pacte républicain auquel doivent se soumettre tous les candidats et leur parti respectif.

Question : Respecter des accords politiques pareils n’est pas notre apanage si on se réfère à Dakar 1, Dakar 2. Existe-t-il des facteurs qui risquent de porter préjudice à la réalisation de cette élection malgré tout ?

Sénateur Berthin Randriamihaingo : Il y d’abord le contexte global dominé par l’insécurité grandissante, l’indiscipline et les foyers de tension divers. Il y a ensuite le calendrier électoral en pleine période estivale cyclonique qui pourrait créer des ennuis considérables. Il y a enfin les deux dates trop exiguës des deux scrutins. Ces facteurs éminemment négatifs pourraient compromettre le bon déroulement de l’élection en sus de ces divergences politiques très vivaces.

Question : En définitive, est-ce qu’il serait encore possible de trouver un terrain d’entente ?

Sénateur Berthin Randriamihaingo : Mais pourquoi pas ? Mais faut-il que les politiques sachent qu’une élection  est  une synergie de trois étages : l’organisation, les candidats et leur parti, les électeurs en tant qu’acteurs principaux et le contexte global. Il ne doit pas y avoir un ventre mou dans ce grand ensemble. Au gouvernement d’identifier un à un les points qui divergent et de trouver par des dialogues politiques avec l’un et l’autre camp les solutions idoines. Cette élection doit rassembler tout le monde mais ne doit pas être en aucun cas un facteur de division.

Question : Pour terminer, on vous connaît en tant qu’opérateur économique, votre conversion en homme politique est-elle une réussite ?

Sénateur Berthin Randriamihaingo : Je ne vis pas deux mondes différents car l’objectif est le même et c’est pour développer le pays. J’embrasse la responsabilité d’un élu du peuple mais je garde mon statut d’opérateur économique. Un élu du peuple est un Raiamandreny  qui rassemble et soucieux des biens de tout un peuple sans distinction  donc je ne dois pas être confiné ou enfermé par une appartenance politique. C’est la politique politicienne qui nous enlise dans ces problèmes inextricables. Pour développer ensemble notre pays, il faut un vivre ensemble harmonieux et non une division malsaine. En tant qu’opérateur économique et à la fois politicien, je fais l’effort de travailler correctement avec les régimes en place non pas par simple complaisance mais à base d’échange et de dialogue pour développer ensemble le pays.

Rakoto

 

News Mada2 partages

Sante : une douzaine de microbes résistent aux médicaments

La résistance aux antimicrobiens est devenue un problème majeur de santé publique à travers le monde. La situation devient de plus en plus critique à Madagascar, d’où l’urgence de la gérer, en concrétisant l’engagement du pays à lutter contre ce fléau.

Les statistiques sont éloquentes. «D’après les données récentes, obtenues à la suite d’une étude menée ces dernières années, des médicaments, dont des antibiotiques, perdent leur efficacité sur une douzaine de microbes, vecteurs de différentes maladies, telles que la diarrhée, la grippe ou encore la tuberculose…», regrette le Dr Rado Andrianasolo, Point focal clinique au sein de Global antimicrobial résistance surveillance system (Glass). C’était hier, en marge de la cérémonie d’ouverture de l’Atelier national d’information, de sensibilisation et d’élaboration du Plan d’action national de lutte contre la résistance aux antimicrobiens (Ram), qui se déroule pendant trois jours, soit depuis hier jusqu’au 2 août, à l’ Académie malgache à Tsimbazaza.

D’après le directeur de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE), au sein du ministère de la Santé, le Dr Alain Rakotoarisoa, «La perte de l’efficacité des médicaments sur certaines infections est due principalement à l’automédication. C’est devenu un phénomène banal dans le pays où des médicaments sont proposés hors des officines pharmaceutiques, entraînant ainsi de mauvaises conditions pour les conserver, anéantissant ainsi leur performance. On peut citer également l’irrespect des consignes des médecins sur le dosage de médicaments et la durée de traitement». Notre source d’ajouter que depuis quelques années, l’usage abusif et excessif de certains médicaments, dont des antibiotiques, dans l’élevage, dans le dessein d’avoir un satisfaisant rendement en un temps record, constitue une vraie menace pour la santé publique dans la mesure où cette pratique crée des risques de Ram chez les consommateurs.

Concept « One health »

Compte tenu de cette réalité, il est primordial de mettre en place une plateforme suivant le concept «One health» dans la lutte contre la Ram, qui est un phénomène complexe, multifactoriel, nécessitant un abord plus intégré et holistique de la santé humaine, animale et environnementale. «Cette initiative vise à développer les collaborations interdisciplinaires entre les secteurs concernés, qui sont incités à en savoir plus sur la Ram et ses conséquences sur la santé humaine, animale et environnementale, réaliser des analyses situationnelles sur la Ram dans le pays afin d’identifier et hiérarchiser les actions prioritaires et élaborer le Plan d’action national qui contient les stratégies et opérationnalisation des activités répondant aux priorités identifiées», a conclu le DVSSE.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara2 partages

Consulat général Honoraire du Vietnam : Dons de PPN au « fokontany » d’Amboniloha

La remise des dons à Amboniloha samedi 28 juillet 2018 dernier.

Une action de bienfaisance et d’entraide citoyenne a été effectuée par le Consul général du Vietnam en la personne d’Eric Ramiandrasoa Nazaraly et son épouse le samedi 28 juillet dernier. Des vêtements chauds ainsi que des PPN ou produits de premières nécessités, ont été distribués aux familles nécessiteuses d’Amboniloha Morarano, Anosivavaka.  Répartie dans deux centres rassemblant respectivement les fokontany d’Amboniloha et le fokontany d’Anosivavaka, la remise des dons a vu la participation effective du personnel des sociétés du groupe LEONG et GMM. Des sociétés qui sont implantées dans le quartier d’Anosivavaka depuis des années. Par ailleurs, la remise des dons entre dans le cadre de l’action «ensemble pour un élan de solidarité» menée par le Consul Général Honoraire du Vietnam. Un projet qui vise à apporter la solidarité et l’aide aux familles et populations vulnérables. Mais également un projet qui vient deux semaines après l’action d’entraide effectuée par le Consul lui même aux victimes de l’incendie dévastateur qui a eu lieu au quartier de Manarintsoa.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Agriculture : Des pertes post-récoltes de 15 à 20%

La gestion des produits alimentaires après la phase de récolte s’avère importante.  En effet, « les pertes post-récoltes sont de l’ordre de 15 à 20% de la production. Si l’on parle de la filière rizicole, entre autres, plus de 400 000 tonnes de paddy par an sont perdues ». Rakotomalala Willy, directeur de la Promotion et du  Développement Rizicole au sein du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, l’a expliqué lors d’un atelier sur l’analyse et l’évaluation des pertes post-récoltes organisé hier par le Forum du Conseil Agricole (FCA) Madagascar  au PIF TIC à l’ANS Ampefiloha. Des partages d’expériences sur les bonnes pratiques, les méthodes et les techniques permettant de mieux gérer ces pertes après la récolte, auront lieu pendant deux jours, entre les participants à cet atelier comptant au nombre d’une cinquantaine. On peut citer entre autres, les exploitants agricoles, les ONG, les responsables étatiques, les conseillers et vulgarisateurs agricoles venant des différentes régions de l’île.

Chaîne de valeurs. Parmi ces techniques et bonnes pratiques, il a été évoqué la validation sur les champs des systèmes de séchage et de battage des graines de riz au lieu de les transporter dans un autre endroit. Une machine agricole pouvant être fabriquée localement dénommée batteuse à pédale sera également vulgarisée afin d’éviter les pertes post-récoltes, sans oublier le développement d’une stratégie de conditionnement et de conservation de la production. Notons qu’un projet Gestion Post-Récolte en Afrique Sub-Sahara (PHM-SSA) a été implémenté au Bénin et au Mozambique en tant que pilote pour promouvoir une meilleure gestion des récoltes de céréales et graines. Les solutions qui y ont été  trouvées sont exposées dans le cadre de cet atelier en vue d’une mise à l’échelle à Madagascar. Ce projet est financé par l’Agence Suisse de Développement et de Coopération (SDC). De son côté, « le ministère de tutelle appuie également les exploitants agricoles opérant dans des filières porteuses en intervenant dans toute la chaîne de valeurs », a conclu Rakotomalala Willy.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Conjoncture économique : L’économie malgache se porte bien selon la Banque Mondiale

La crise est toujours là et la pauvreté continue de frapper la grande majorité des Malgaches. Mais la croissance se fait aussi sentir et l’espoir d’une vie meilleure est permis.

Après le FMI, c’est au tour de la Banque Mondiale de reconnaître la réalité d’une croissance économique positive à Madagascar. La dernière note de conjoncture économique présentée hier par  cette dernière, fait état d’une évolution économique positive.

Facteurs de croissance. « Globalement, l’économie malgache se porte bien, avec une croissance estimée à 4,2 % en 2017 et à 5 % en 2018 », lit-on notamment dans ce rapport intitulé « Évolutions économiques récentes – favoriser l’inclusion financière ».  Un rapport semestriel  qui fait le point sur les développements économiques récents de Madagascar, et  qui présente les perspectives économiques à moyen terme. Parmi les facteurs de croissance constatés par la Banque Mondiale figurent entre autres, une demande accrue de services de transport, un secteur bancaire rentable et une bonne performance des biens et services produits dans les zones franches économiques, contribuant à de solides recettes d’exportation et à l’accumulation de réserves. Bref, sur le papier la croissance est constatée. Mais dans la vie quotidienne de la majorité de la population malgache la croissance n’est pas encore palpable.

Augmentation de l’inflation. Le rapport  de la Banque Mondiale relève en effet  que « malgré cette performance macroéconomique plutôt robuste, les personnes pauvres ont été confrontées à des conditions climatiques défavorables qui ont entraîné une contraction du secteur agricole ». La production locale de riz a chuté et les prix ont monté en flèche. Ces événements ont entraîné une augmentation de l’inflation en 2017, érodant directement le pouvoir d’achat de nombreux ménages. L’inflation en glissement annuel a culminé à 9% fin 2017. Néanmoins, les pressions inflationnistes ont commencé à s’atténuer au premier trimestre 2018, notamment du fait de l’amélioration de l’offre de riz local. Un autre signe de relance en somme, puisque dans le contexte actuel, le riz qui est la base de l’alimentation des ménages malgaches, est de plus en plus accessible. « Même si la croissance est importante, elle doit être inclusive pour avoir un impact sur la réduction de la pauvreté, et doit reposer sur des institutions publiques solides », souligne Coralie Gevers, responsable des opérations de la Banque mondiale à Madagascar. « Ces perspectives macroéconomiques positives, conditionnées par la poursuite des réformes engagées dans le domaine économique et fiscal, et un environnement politique stable, offrent des opportunités pour réduire la pauvreté.» L’incidence de pauvreté, dont le seuil est fixé à 1,90 dollar par jour, devrait baisser de 75 à 73 % entre 2018 et 2020.

R.Edmond

Midi Madagasikara2 partages

Ambolomadinika : Olona nahatrarana taolam-paty nalaina avy tany “Mavam”

Isan’ny tena nahatrarana andian’olona mpamaky fasana sy mpangalatra taolam-paty ary taolam-paty maro indrindra eo anivon’ny faritra Atsinanana ny ao Mavam, misy any Vatomandry, Mahanoro, Antanambao Manampontsy ary Marolambo. Ny taona lasa dia taolam-paty nilanja roa taonina no tratra tao Vatomandry, manginy fotsiny ilay tratra nampiarahana tamina gony feno arina tao Vohimbendrana lalam-pirenena faha-5 ao akaikin’ny kaominina Ambodiatafana nisy roa gony izay nalaina tany Mahanoro ary nokasaina hamidy teto Toamasina. Ny faran’ny herinandro teo koa dia olona roa lahy avy any Mavam ihany koa no tratran’ny polisy niaraka tamina taolam-paty 5kg teo am-pialana taksibrosy tao amin’ny toeram-piantsonan’izany tao Ambolomadinika. Heverina hoy ny polisim-pirenena na milaza ny mifanohitra amin’izany aza izy roa lahy, fa santionany hoentina hitadiavana mpividy eto Toamasina renivohitra ireto taolam-paty tratra ireto, satria sady voafantina tsara ireto taolan-dava ireto, no vita tao anaty fonosana ara-dalana ihany koa. Mitohy ny fanadihadiana mikasika izao raharaha izao, ary misy ny fiaraha-miasa eo amin’ny kaomisaria eto Toamasina sy ireo kaomisaria ary ireo mpitandro ny filaminana hafa any Mavam, mba hamantarana marina ny fandehan’ity  taolam-paty tratra tao amin’ny toeram-piantsonan’ny taksibrosy ao Ambolomadinika, ny faran’ny herinandro teo ity. Anio no hiakatra fitsarana izy roa lahy ireto…

Malala Didier

Midi Madagasikara2 partages

Meurtre chez un journaliste : IST contre tous les suspects présumés

Malgré la disparition de l’un et de l’autre, le dossier judiciaire concernant l’affaire de meurtre du chauffeur du journaliste Maurice Tsihiavonana est encore en cours.

Suite à une demande formulée par  la partie civile, une interdiction de sortie du territoire (IST) a été décidée  contre tous les suspects présumés  de cette affaire, dont des membres de la famille de Maurice Tsihiavonana.

Absence. Le dossier sur le meurtre de Maurice Rakotomalala commis la nuit du 13 au 14 mai 2018 au domicile de l’ancien journaliste chroniqueur d’une chaîne télévision privée de la capitale, semble tarder à être clôturé auprès de la Justice. Selon les informations émanant de la brigade de la Gendarmerie de Tana-ville à Betongolo, cette affaire devrait être déférée au Parquet. Les procès-verbaux de l’enquête sont déjà ficelés mais le problème est, selon les explications, l’absence des deux gendarmes qui étaient les gardes du corps du feu Maurice Tsihiavonana dans  la capitale. Ces éléments des Forces de l’ordre figuraient sur la liste des suspects dans la mesure où ils étaient dans la maison de ce journaliste la nuit de ce meurtre. Selon les explications du commandant de la brigade, ces gendarmes seraient encore en mission de pacification dans les provinces.

Suspicion. Face à cette situation, les proches de la victime qui se sont constitués partie civile, n’ont pas dissimulé leur suspicion sur l’éventualité d’une manœuvre visant à étouffer cette affaire. Raison pour laquelle, la partie civile a formulé une demande d’Interdiction de Sortie du Territoire(IST) contre tous les suspects présumés dans ce meurtre auprès du Procureur général de la Cour d’Appel d’Antananarivo.  Ainsi la partie demanderesse a obtenu gain de cause. Désormais, cinq individus proches de Maurice Tsihiavonana sont frappés de cette mesure préventive. Rappelons que  la victime Maurice Rakotomalala était sauvagement abattue dans le salon de Maurice Tsihiavonana à Ambatobe la nuit du 13 au 14 mai 2018. Ayant plaidé innocent dans ce meurtre, ce journaliste a apporté sa version du fait en disant que lui aussi, il en était victime.  Ce dernier rappelons-le est décédé des suites d’un cancer du gros intestin.

T.M.

Madagate2 partages

Andry Rajoelina. Grand favori de l'élection présidentielle selon le magazine Jeune Afrique

**********************************************

LEHIBE KOKOA: TSINDRIO ETO

Ino Vaovao1 partages

ANDRANOMADIO TOAMASINA : Tovolahy tsy nandoa vidin-drano niharan’ny fitsaram-bahoaka

Nitaky ny vidin’ny rano ilay ramatoa mpindray volan-drano. Fandrahonana tamin’ny alalan’ny antsy no nataon’ilay tovolahy. Nandefitra ilay ramatoa.

Ny talata 31 jolay tokony ho tamin’ny 10 ora maraina, nandalo indray ilay tovolahy. Nosakanan’ilay mpivaro-drano avy hatrany. «  Tsy omeko rano eto ianao satria tsy mandoa vola »,  hoy ilay ramatoa. Tezitra ilay tovolahy mpitondra posiposy ka nikasi-tanana an’ilay mpivaro-drano. Torana ity farany. Nahita izany ireo manodinana ka niditra an-tsehatra. Nitsoaka ilay nahavanon-doza. 

Tsy namelan’ny fokonolona kosa raha tsy tratra. Namaly an’ireo olona nanara-dia azy ilay tovolahy. Voatery namaly ny fokonolona tamin’ny alalan’ny fanaovana fitsaram-bahoaka. Ny fokonolona izay sady niantso mpitandro filaminana. Tonga teny an-toerana ny Fip naka azy. Ilay ramatoa kosa nentina avy hatrany teny amin’ny Hopitaly.

Kamy

News Mada1 partages

Jour J: des disqualifications à prévoir

 

Le dépôt de candidature à la présidentielle s’ouvre aujourd’hui. Les candidats ont intérêt à bien ficeler leurs dossiers.

Au-delà des déclarations d’intention destinées à amadouer l’opinion publique, la liste des candidats à la présidentielle pourrait être moins importante que prévue. En effet, «une attestation d’investiture du candidat  par un parti politique légalement constitué ou par une coalition de partis politiques légalement constitués, ou une attestation de parrainage du candidat par une liste de 150 élus», devra compléter le   dossier à fournir pour être retenu dans la liste des prétendants à la magistrature suprême.  Sauf que bon nombre des candidats ou pseudo candidats qui se sont prononcés ces temps-ci risquent ne pas disposer de cette attestation.

D’ailleurs, la Haute cour constitutionnelle (HCC) a tenu à faire une dernière précision concernant les dossiers à fournir pour les prétendants candidats à la présidentielle, hier. «Le parti, ou la coalition, de partis politiques présentant un candidat à l’élection présidentielle est informé que la vérification au niveau de la Haute Cour Constitutionnelle se fera sur la base de la «Liste des partis politiques légalement constitués» transmise par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation à la date du 30 juillet 2018», a-t-elle publiée sur son site. La liste se trouvant entre les mains de la Haute cour, «La présence d’un ou de plusieurs partis politiques ne figurant pas sur ladite liste dans le dossier de candidature entraînera une disqualification d’office».

Outre ce formulaire, la candidature à la présidentielle devra aussi s’acquitter d’autres dossiers importants dont un certificat délivré par l’Administration fiscale attestant que l’intéressé a rempli ses obligations fiscales et s’est acquitté de tous les impôts et taxes exigibles de toute nature des trois dernières années, d’une déclaration sur l’honneur du candidat certifiant il s’est acquitté de tous les impôts et taxes exigibles de toute nature des trois dernières années, d’une quittance confirmée par une attestation signée par le responsable de la Caisse des Dépôts et Consignations attestant du dépôt de la contribution aux frais d’impression des bulletins de vote d’un montant de 50 millions d’ariary (50.000.000), ainsi qu’une déclaration de probité portant engagement à respecter les dispositions en vigueur relatives au financement des campagnes électorales, notamment celles qui se rapportent à la transparence, à la lutte contre le blanchiment de capitaux et à la corruption.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Cooperation : le SG sortant du Comesa décoré

Le Secrétaire général sortant du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa) sortant, Sindiso Ngwenya, a été élevé au grade de Commandeur de l’ordre national malgasy, hier  à Anosy. Et ce, après avoir consacré 34 ans de sa vie à la bonne marche, à la visibilité et à l’essor de l’organisation régionale.

Durant son allocution, le ministre des Affaires étrangères, Dovo Eloi Maxime, a tenu à souligner le rôle de cette personnalité au sein de cette institution. «La distinction honorifique qui vous est décernée ce jour par le président de la République de Madagascar est un hommage à votre parcours exemplaire au service de notre intégration régionale, de notre région et des Etats membres, mais également le témoignage de notre reconnaissance pour l’abnégation et de la disponibilité dont vous avez fait montre au cours de cette présidence malagasy du Comesa», a-t-il fait savoir. Et lui d’ajouter que, «Le Comesa que vous avez léguez est fort de ses institutions, anciennes et nouvelles, et offre à ses membres un large éventail d’avantages en termes de taille, d’harmonisation, de compétitivité et de fiabilité dans les domaines du commerce, des banques et des services financiers ou encore dans les secteurs du transport et de la communication…». Lors de sa prise de parole, le diplomate zimbabwéen n’a en tout cas pas manqué de remercier les responsables étatiques malgaches pour cette marque de reconnaissance.

A la tête du Comesa, il aura comme successeur, et pour la première fois une femme, en la personne de Chileshe Kapwepwe. Elle a été élue en tant que Secrétaire général de cette organisation lors du 20e Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est tenu à Lusaka.

Rakoto

News Mada1 partages

Kolibera : un grand spectacle pour ses 50 ans de scène

Cette année, le chanteur Kolibera célèbre deux évènements spéciaux. Il s’agit de la célébration du 50e anniversaire de sa carrière et aussi de ses 70 piges. Sur ce, il donnera un grand concert, le 3 août, au Dôme RTA Ankorondrano, à partir de 19 heures.

Le programme s’annonce grandiose pour ce vendredi étant donné que Kolibera va inviter une pléiade d’artistes. « Presque tous les chanteurs qui ont collaboré avec le groupe seront présents durant cette soirée, entre autres, Rimbosa, Dama du groupe Mahaleo, Bodo, le groupe Sakelidalana, le groupe Feo Gasy… Notons que ce dernier est actuellement en pleine tournée nationale », a souligné Kolibera. Durant la première partie, ces artistes effectueront des duos avec Kolibera, et dans la seconde partie, le chanteur n’interprétera que les morceaux du groupe.

Le bà gasy et le kalon’ny fahiny à l’honneur

Randria Ernest Zanany et son vakodrazana assureront l’animation entre ces deux séquences. « Mon objectif est de faire revivre les anciens morceaux kalon’ny fahiny et le bà gasy », a-t-il ajouté.  «  Durant ma carrière, j’ai adopté au début la musique moderne, mais après quelques années, je me suis focalisé uniquement sur le bà gasy qui est un genre typiquement malgache. L’invasion des autres styles étrangers, comme le sega ou le dombolo,  ne m’a pas influencé et je  garde toujours le même rythme depuis plusieurs années », a-t-il expliqué. C’est donc pour cette raison qu’il honore le bà gasy qui valorise l’identité culturelle malgache.

Par ailleurs, durant les 50 années plongées dans cet univers musical malgache, Kolibera a remarqué que ces deux genres sont loin d’être oubliés. « Beaucoup de jeunes s’y intéressent sérieusement. Ce qui permet d’assurer la conservation de ce style », a-t-il ajouté. En effet, plusieurs groupes composés surtout de jeunes chanteurs adoptent cette catégorie actuellement, comme le cas de Voary, âgée seulement de 13 ans, qui maîtrise parfaitement le kalon’ny fahiny.

Après cette soirée, l’artiste projette de clôturer cette célébration, le 2 septembre, au Planète M sis à Alasora. « Ce spectacle se tiendra durant l’après-midi et en plein air », a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada1 partages

Tokony hialana ny fanaovana dokotera tena: otrikaretina 12 tsy andairan’ny fanafody intsony

 

 Tsapa araka ny fanadihadiana natao, efatra taona lasa fa miha mahazo vahana ny tsy fahombiazan’ireo fanafody natao hiaro sy hiady amin’ny otrikaretina, hoy ny fanazavan’ny tomponandraikitra ao amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana, ny profesora Andrianasolo Rado, omaly teny Tsimbazaza.

12 ny otrikaretina voatily fa tsy andairan’ny fanafody intsony ka tafiditra amin’izany ny antibiotika fampiasa matetika. Ohatra amin’ny ny otrikaretina mitarika ny aretin-kibo samihafa, ny fanaviana, ny gripa…

Fomba iray isorohana ny fiparitahan’ny otrikaretina tsy andairan’ny fanafody ny fampiasana ny fanafody omen’ny mpitsabo amin’ny tokony izy. Tokona harahina avokoa ny fatra sy ny faharetan’ny fihinanana ilay fanafody, hitarika amin’ny fahasitranana tanteraka. Mila ialana koa ny fanaovana dokotera tena satria rehefa mihinana antibiotika ohatra ny vatana nefa tsy mifanaraka amin’ny otrikaretina, lasa tsy mandaitra intsony iny karazam-panafody iny any aoriana.

Aleo manatona mpitsabo hatrany

Asa hirosoana ny fampianarana ny vahoaka amin’ny fampiasana fanafody izay tokony ho azo avy amin’ny mpitsabo ary novidiana teny amin’ny farmasia sy ny toeram-pivarotana fanafody. “Ady tsy maintsy hotanterahina ny fanafoanana ny fivarotana fanafody eny an-dalamabe sy anaty toerana tsy natokana ho amin’izany”, hoy ny talen’ny fanaraha-maso ny valanaretina ao amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana, Rakotoarisoa Alain.

Araha-maso koa manomboka izao ny fampiasana ny antibiotika amin’ny olona sy ny biby. Nataon’ny mpiompy hanatavezana haingana ny biby ny fanafody ka lasa mifindra amin’ny olombelona mihinana ilay henam-biby fiompy ny tsy fandairan’ny fanafody aty aoriana.

Misy atrikasa, nanomboka omaly eny Tsimbazaza ary haharitra hateloana hamaritana ny paikady sy antontan-kevitra ahafahana misoroka ny fiparitahan’ny otrikaretina tsy andairan’ny fanafody intsony. Betsaka ny olona sy ny biby maty noho io tranga io ary hiakatra ho 10 tapitrisa izany ny taona 2050 raha tsy voavaha ny olana.

Vonjy A.

Midi Madagasikara1 partages

Guanomad – « Ho Maitso ny Tontolo » : Un partenariat avec le Rotary Ivandry.

Lors d’une donation de couverture à Ivandry.

Dans le cadre de ses activités de RSE, la société Guanomad mise sur l’atteinte des Objectifs du Développement Durable via l’association « Ho Maitso ny Tontolo ». Raison de son partenariat avec le Rotary Ivandry. « La convergence vers des objectifs pour le développement durable a permis de redonner un nouveau souffle à notre partenariat », a évoqué le président de cette association, Erick Rajaonary. Pour commencer,  « Ho Maitso ny Tontolo » et le Rotary Ivandry ont collaboré afin de doter les personnes âgées du quartier d’Ivandry des couvertures en cette période d’hiver. Ces bénéficiaires, qui malgré leur quartier Ivandry, sont qualifiés de personnes nécessiteuses, selon le classement établi par le chef fokontany avec le soutien du Rotary Ivandry. Les deux parties ont encore d’autres perspectives de développement tel que la mise en œuvre d’un projet agricole dit « le potager du cœur » et d’un autre projet axé sur la santé de la mère et de l’enfant. « L’instauration du  resto du cœur par la bijouterie Pala, l’écologie, la reforestation, l’environnement et l’assainissement constituent également nos domaines d’activités durant mon mandat », a conclu Ravin Goonmetter, le président actuel du Rotary Ivandry.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Ankazobe : Fifandonana tamin’ny dahalo, telo maty, basy « kalach » iray sarona

Nisehoana fanafihan-dahalo mahery vaika indray tao amin’ny kaominina Antakavana, any amin’iny distrikan’ Ankazobe iny, ny faran’ny herinandro lasa teo. Omby am-polony maro no lasan’ireo olon-dratsy, izay ny sasany amin’izy ireo dia mirongo basy mahery vaika. Nisy avy hatrany taorian’io ny fanarahan-dia nataon’ireo zandary avy ao amin’iny Vondron-tobim-paritra Ankazobe. Tsy ela dia tratra ireo andian-dahalo ka raikitra tamin’izany ny fifandonana teo amin’ny roa tonta. Ireo dahalo moa raha vao nahita ireo mpitandro filaminana avy hatrany dia nitifitra no sady nandositra. Tetsy andanin’izay kosa dia voatery namaly tifitra ny andaniny. Fantatra teo, fa nisy telo tamin’ireo olon-dratsy no lavo ary tsy afaka manao ny asa ratsiny intsony. Tamin’ireto dahalo maty ireto no nahazoana basy « kalach » iray niaraka tamin’ny fitoeram-bala vita tamin’ny vy. Tao anatin’ity farany dia mbola nahitana bala  telo, calibre 7.62 mm. Mbola nisy vodim-bala efatra ihany koa hita tao.

Nanao tari-dositra nitsoaka avokoa moa ireo olon-dratsy, raha vao nahita an’ireo namany nitsirara. Tavela teo araka izany ireo omby nangalariny, izay nisy 25. Ireto farany dia efa saika tafaverina tamin’ny tompony avokoa. Araka ny fampitam-baovao azo, dia mbola manohy hatrany ny fikarohana sy ny fanarahana ireo olon-dratsy nitsoaka ireo zandary any an-toerana. Ny fokonolona tany an-toerana kosa no naka ny fatin’ireo dahalo ary nandevina izany.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Violence envers les enfants : Baisse de 1,8% des cas en 2017

Une fille victime de violence sexuelle à Ambovombe.

58 309 enfants victimes de violence ou de blessures ont été reçus en consultation externe au niveau des Centres de santé de base.

Le bulletin d’information sur la Violence et les blessures des Enfants à Madagascar 2017 dessine une nette régression des cas observés dans les Centre de Santé de Base (CSB) éparpillés à travers le pays. Les données recueillies auprès des CSB démontrent en effet que : «le nombre de cas reçus en consultation externe au niveau des Centres de santé de base publics et privés accuse une légère baisse». Le même bulletin toutefois de noter que «d’une manière globale, la situation n’a pas évolué par rapport à l’année précédente». Par ailleurs, «toutes formes de violences et traumatismes confondues, les régions du Nord (en particulier Sava) semblent avoir des taux d’incidence de violence et des traumatismes plus élevés que les autres régions. Les causes pourraient être le manque de services ou un besoin de sensibilisation de la population sur l’obligation de signaler les cas, ou encore sur les droits des enfants», rapporte le bulletin. Ce dernier de noter que «le fait que les cas de violences observés dans les régions Nord de l’île sont fréquents ne signifie par pour autant qu’il y ait moins de victimes ailleurs».

Les causes. Pour ce qu’il est des causes des violences et blessures des enfants, le bulletin informe que les accidents de travail occupent «3 746 cas soit 2,7% des faits enregistrés». Les autres violences telles que la violence physique et émotionnelle occuperaient quant à elles 2 137 cas soit 3,4% des observations. Par ailleurs, les CSB (Centres de Santé de Base) ont enregistré 1 040 cas de violence sexuelle (-0,2%) et 433 cas de tentatives de suicide (-8,1%). Pour ce qu’il est des autres cas de traumatismes, les CSB ont enregistré «51 032» cas durant l’année 2017. Soit une baisse de 2,0% par rapport à l’année précédente, si l’on se réfère toujours au bulletin. Il convient de noter que le rapport fait savoir que «les garçons sont les plus concernés par les violences, les accidents et traumatismes (62% des cas traités au niveau des CSB). 95% des enfants victimes sont des filles dont la majorité est âgée de moins de 14 ans (72%)».

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Financement des infrastructures : Africa50 fait appel aux projets bancables du secteur privé

Les secteurs de l’énergie, des transports, des TIC, de l’eau et de l’assainissement offrent des opportunités d’investissement au secteur privé. C’est ce qu’a indiqué le Fonds Africa50, lors de l’assemblée générale des actionnaires, qui s’est tenue le 19 juillet dernier à Nairobi, capitale du Kenya. En effet, les membres de cette organisation ont lancé un appel urgent en faveur du développement et de projets d’infrastructures bancables, afin de soutenir le programme de développement de l’Afrique. «Le secteur privé doit redoubler d’efforts et nous aider à combler le retard du continent africain en matière d’infrastructures. Les financements publics sont limités et il y a d’autres priorités concurrentes», ont soutenu les participants à cette réunion. A noter que les besoins en infrastructures du continent exigeraient près de 170 milliards de dollars américains par an de financements, et que le déficit de financement actuel oscillerait entre 68 et 108 milliards de dollars, selon les chiffres de la Banque Africaine de développement (BAD). «Nous devons agir vite et de toute urgence. Nos populations n’attendent rien d’autre », a déclaré Akinwumi Adesina, président du Groupe de la BAD et président du conseil d’administration Africa50. Et de souligner combien il importe de s’attaquer aux facteurs qui freinent les investissements privés dans les infrastructures : coûts de financement élevés, réglementations insuffisantes, droits de douane qui ne reflètent pas les coûts réels, trop maigre rentabilité et faiblesse des cadres réglementaires régissant les partenariats public-privé.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Sécheresse et catastrophe humanitaire : 700 000 euros pour le PAM au profit du grand Sud et du Sud-Est

Un financement de 700 000 euros vient d’être octroyé au Programme Alimentaire Mondial (PAM) à Madagascar par la Commission européenne. Il s’agit d’une aide humanitaire destinée à la mise en place d’un projet de réduction et gestion de risques de catastrophes dans les régions du grand Sud de Madagascar frappées par la sécheresse, et celles du Sud-Est, exposées aux risques cycloniques et d’inondations. Dans ces régions, 50 000 personnes bénéficient des retombées de ce projet, lequel vise l’amélioration du système d’alerte précoce et des réponses précoces dans les trois communes dans le Sud. Il s’agira, par ailleurs, de renforcer la capacité des autorités et des partenaires au niveau national et local dans la préparation de programmes de transferts monétaires durant les urgences, la logistique et la télécommunication.  Ce système permettra de collecter et analyser les informations, aidant à la diffusion d’alertes et à réduire les impacts de la sècheresse. Les communautés seront dotées de kits pour pouvoir envoyer et recevoir les informations. Des programmes radiophoniques liés aux risques de sècheresse seront élaborés et diffusés localement afin d’informer les populations sur les actions à prendre. Les activités seront menées avec l’implication du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, et du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC).

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Fakàna an-keriny tao Tsaratanàna : Tsy fankasitrahana ny fanaovanan-dàlana any an-toerana ny antony

Fantatra hatreto ny antony mampirongatra izay tsy izy ny asan-dahalo ; izay niova ho fakana an-keriny tato ho ato, any amin’iny distrikan’i Tsaratanàna iny. Araka ny voalazan’ny solom-bavambahoaka voafidy tany an-toerana, Atoa Ratefiarivony Jaona dia tsotra ihany ny anton’izay : ny fangatahany hanao ny lalam-pirenena RN33a, izay mampitohy ny kaominina Andriamena, Tsaratanàna ary mipaka hatraty Ambondromamy (RN4), izay nomarihany fa efa maty tanteraka nandritra ny 50 taona teo ho eo izay. Tao anatin’izay dia lasa zohy fieren’ny dahalo ny tanana handalovan’ity lalana mirefy eo amin’ny 180 km, hamboarina ity, hany ka manohintohina sy manamora ny fisamborana azy ireo ny fisiany, hoy izy. Na dia teo aza izany, dia namaly ny antso ireo mpiray antoka, izay ao anatiny ny orinasa Kraoma. Natomboka ny 17 mey lasa teo ny asa, saingy voatery naato indray izany, noho ny fisian’ilay trangana fangalana an-keriny ireo mpiasa efa-dahy isan’ireo mpanamboatra làlana.

Raha ny filazan’ity olom-boafidy, izay nitafa tamin’ny mpanao gazety omaly tetsy Tsimbazaza ity, dia izy mihitsy no saika hokasain’ireo olon-dratsy nalaina an-keriny, saingy hoe tsy tratra tany an-toerana izy tamin’io fotoana io. Ny antony, dia « noho izaho miezaka miady amin’ny tsy fandriampahalemana any an-toerana ary nangataka ny hanamboarana io làlana io. Miaina anaty tebiteby tanteraka mantsy ny mponina any, indrindra fa ireo any ambanivohitra. Saika hianjadian’izany avokoa ny ankolafin’olona rehetra : ny mpiompy, ny mpandraharaha, ny mpiasam-panjakana, ny mpiasa amin’ny orinasa, eny fa na hatramin’ireo tompon’andraiki-panjakana sy olom-boafidy aza ». hoy izy. « Noho izany adidiko ny mitady hevitra, hiadiana amin’ity trangana tsy fandriampahalemana ity, ary tsy matahotra aho na dia eo aza izany fampitahorana ahy, satria tanindrazako any »  hoy hatrany ity « déput » namarana ny teniny.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

TICAD : La 7e Conférence à Yokohama du 28 au 30 août 2019

Le Gouvernement du Japon l’a annoncé hier. La septième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 7) se tiendra du 28 au 30 août 2019 à Yokohama. Profitant de cette occasion de la conférence où les chefs d’État et de gouvernement africains se réuniront au même endroit, la cérémonie de remise du troisième Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique aura également lieu. En pleine période de l’émergence de l’Afrique, le Japon a déclaré qu’en tant que pays hôte de la TICAD 7, il soutiendra de manière proactive les efforts de l’Afrique pour leur développement à travers la collaboration entre les secteurs, public et privé du Japon. A noter que la Déclaration de Nairobi adoptée par la dernière TICADⅥ en 2016, a souligné l’idée de la promotion de systèmes de santé résilients pour la qualité de vie comme l’un de ses domaines prioritaires, parce que l’Afrique a le plus souffert de graves maladies infectieuses et d’autres maladies, qui sont des défis majeurs à surmonter pour le développement de l’Afrique.

Prix. Dans ce contexte, le Gouvernement du Japon a créé le Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique en 2006, en tant que symbole de la coopération entre les pays africains et le Japon dans le domaine de la santé. Le Prix se fixe comme idéaux et aspirations, de faire progresser la lutte mondiale contre les maladies infectieuses et d’autres maladies qui prévalent en Afrique. Le Prix vise à honorer des personnes ayant accompli des réalisations remarquables dans les domaines de la recherche médicale, ou des services médicaux pour améliorer la santé publique en Afrique, et lutter contre les maladies infectieuses et d’autres maladies en Afrique, contribuant ainsi à la santé et au bien-être des populations africaines et à toute l’humanité. Le Prix est décerné tous les six ans, coïncidant avec la TICAD tenue au Japon. Il consiste en une citation, une médaille et 100 millions de yens (Un million de dollars US) pour chaque lauréat.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Insécurité : branle-bas de combat du pouvoir

Le nombre de kidnappings  a atteint ces derniers temps un pic qui, on l’espère, ne peut que redescendre. La prise de conscience de l’opinion est réelle, et le gouvernement en place pour asseoir sa crédibilité a décidé de mobiliser des moyens. Il  espère ainsi restaurer cette autorité mise à  mal dans plusieurs contrées. Les opérations menées par les forces de l’ordre ont commencé à porter des résultats, mais il faut  pérenniser  pour rétablir la confiance de la population.

Insécurité : branle-bas de combat du pouvoir

Les kidnappings de citoyens s’étaient banalisés depuis bientôt un mois, et cela semblait être la preuve du manque de crédibilité de l’autorité publique. Les titres des quotidiens abondaient dans ce sens. Le gouvernement ne pouvait pas laisser la situation en l’état. Les responsables se sont donc mobilisés. Les plans successifs de lutte contre l’insécurité n’ont  produit aucun effet car ils sont restés au stade de l’intention. A présent, les forces de l’ordre doivent une obligation de résultat. La  libération rapide des employés de la société Kraoma a montré que les autorités ont décidé d’agir       . La réception fortement médiatisée du chef de ces derniers par le chef  de l’Etat  à Iavoloha montre  que, le pouvoir a pris conscience de la gravité de la situation. Au-delà de cette exploitation politique, la résolution du problème  de l’insécurité est primordiale. Dans les petites localités où les actes de brigandage et les enlèvements sont devenus monnaie courante,  les renforts de gendarmes affluent.  Maintenant, la population a donc l’impression que les malfaiteurs seront poursuivis sans relâche. L’objectif est de  rétablir une confiance qui était en train  de fuir l’opinion.  Il est loin d’être atteint, mais l’intention est là. Les efforts ne doivent pas être relâchés. Le laisser-aller et le manque de volonté politique des dirigeants n’ont plus lieu d’être.

Patrice RABE

Madaplus.info0 partages

01 Aout 2018 : double hausse pour Antananarivo

Énième surprise pour les automobilistes ce matin. Les prix du carburant à la pompe ont encore connu une hausse. Cette dernière serait une convention entre les compagnies pétrolières et l’État.
Cela est la surprise pour les automobilistes, mais coup dur pour les usagers des transports urbains du groupe FMA car, comme annoncé par ce groupement de coopératives, à partir d’aujourd’hui leur tickets de transport seront à raison de 500 Ar. Les organisations de la société civile qui œuvrent pour le droit des consommateurs haussent le ton face à cette double hausse et que la population n’est pas en mesure de vivre avec. Le gouvernement doit réagir et trouver une solution.
.
Madaplus.info0 partages

Andry Rajoelina officiellement candidat

Tout le monde l’avait déjà anticipé, mais il a annoncé publiquement aujourd’hui devant un public qui n’a pas pu remplir le Palais des sports de Mahamasina.
01 Aout, à part la hausse de l’augmentation du prix du ticket d’un groupement de coopératives FMA, c’est aussi aujourd’hui que le dépôt de candidature pour les présidentielles à Madagascar pour novembre est ouvert. Le mandataire de l’ancien homme fort de la transition a déposé sa candidature aujourd’hui. De leur coté, le HFI (Mouvement pour la Refondation) dirigé par Pety Rakotoniaina a déposé une demande à la HCC (Haute Cour Constitutionnelle),hier, pour la candidature d’Andry Rajoelina ne doit pas être validée par cette instance. En effet, selon, Pety Rakotoniaina, l’ancien président de la Transition s’est enrichi illégalement quand il était au pouvoir.
News Mada0 partages

Sabotsy Namehana : trois braqueurs sous les verrous

Trois individus suspectés de braquage dans la commune de Sabotsy Namehana ont été capturés par la police vendredi dernier.

Les trois individus rodaient dans le quartier le jour d’avant, aux  alentours d’une maison privée. «Les habitants ont demandé la raison de leur présence sur les lieux mais au lieu de répondre, ils ont pris la fuite. Leur comportement a confirmé les soupçons des riverains», a expliqué la police.

Dans la soirée, étant avertis de la cachette de la bande, les policiers ont mis en œuvre un dispositif pour les capturer.

Et le vendredi, dès l’aube, l’endroit où les bandits se sont terrés a été encerclé par la police. Durant leur interrogatoire au niveau du commissariat de Sabotsy Namehana, les suspects ont avoué qu’ils projetaient de cambrioler la maison où les habitants les ont interpellés le jour d’avant.

ATs.

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITE ANTSIRANANA : Mifamaofao ny resaka fakana an-keriny ilay mpianatra

Araka ny nambaran’ny loharanom-baovao akaiky ny fianakavian’ity mpianatra ity dia handeha hamonjy  toeram-pianarana no nialany tao an-trano, ny zoma maraina teo ary tsy niverina hatramin’ny omaly. Polisy miasa any Ambilobe ny rain’i Behiny Gais Arly ary ao amin’ny «  Trésor  » Antsiranana kosa no miasa ny reniny. 

Efa nampahafantatra ny mpitandro filaminana mikasika ny tsy fahitana ny toerana misy ny zanany ny rain’i Behiny Gais Arly ny sabotsy teo tamin’ny fandalovany tany Antsiranana. Raha manahy fakana an-keriny ny ray aman-drenin’ilay tovolahy, nilaza kosa izy ireo fa hatramin’ny omaly tsy nisy nitaky vola ho takalony  amin’izy ireo. Fantatra ihany koa fa ny alatsinainy teo dia nandefa sms tany amin’ny reniny i Behiny Gais Arly. «  Aza miasa saina anao neny fa ho avy tsy ela aho  », hoy  ilay hafatra. 

Misy ny milaza fa any Antsohihy no misy an’ity tovolahy  ity ny alatsinainy teo ary nomarihin’ny loharanom-baovao azo antoka avy any an-toerana  izany. Hatreto aloha sarotra ny hilaza fa nisy fakana an-keriny tany Antsiranana satria tsy misy fitakiana vola any amin’ny ray aman-drenin’ilay tovolahy ary ity farany tamin’ny sms nalefany amin’ny fianakaviany tsy nilaza izany. Na izany na tsy izany  voarain’ny mpitandro filaminana ny raharaha ka andrasana ny tohiny.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

ANJANAHARY ANTANANARIVO : Jiolahy miisa telo misaron-tava nanafika tokantrano iray

Raha ny fitantaran’ilay tompon-trano dia ny alika tsy nijanona  nivovo no nahafantarany fa misy olona ao ivelany. Nifoha araka izany ilay renim-pianakaviana ka nitsikilo teo ambaravarankely. Taitra izy raha nahita olona misaron-tava 3  nitsambikina teo amin’ny tamboho ary avy hatrany dia nanaitra ny vadiny. Nampaneno ny bokotra fanairana tao an-trano izy ireo ka taitra ny manodidina. 

Tsy nisy ny  olona naratra na ny zavatra voaroba satria nandositra ireo jiolahy raha vao nahare ireo mpitandro filaminana tonga. Mirongatra tanteraka tokoa ny tsy fandriampahalemana eny amin’ny faritra Anjanahary iny ankehitriny ary mangataka ireo mponina ao an-toerana mba hanamboarana ireo andrinjiro misy fahasimbana satria maizina ny eny an-toerana rehefa hariva ny andro ka mahatonga ireo olon-dratsy hanararaotra.

Dinafitia

Ino Vaovao0 partages

FREEDOM FROM FISTULA MADAGASCAR : Mitsabo maimaimpoana ny aretina mamany lava

Io aretina io izay avy amin’ny lavaka miforona eo amin’ny tranon’amany (vessie) vokatry ny fahasarotana teo am-piterahana, ka mahatonga ilay vehivavy tsy mahavoabaiko ny amany na ny diky, ka lasa mamany lava.

Ireo vehivavy eny ambanivohitra lavitra hopitaly no tena voan’io aretina io. Misy antony hafa koa anefa no mety mahatonga io aretina io. Mety ho vokatry ny fanolanana na rovitra nandritra ny fandidiana  ny tranon’amany saingy raha ny eto amintsika ny  90%  dia avy amin’ny fahasarotam-piterahana avokoa no ahazoana ny aretina mamany lava.

Iharan’ny fanilikilihana

Vehivavy maro no ailikiliky ny fianakaviana sy ny fiarahamonina vokatr’io aretina io. Ao ireo misara-panambadiana mihitsy. Vokatry ny fofona, dia tsy mba afaka miatrika na mandeha amin’ny toerana vory vahoaka.

Manana ivon-toeram-pitsaboana maimaimpoana ao ToamasinaAraka ny fanazavana nentin’i Andriamarohova Vonjinisainana tomponandraikitry ny fandaharanasa, dia noho ny fahatsapana fa betsaka ireo vehivavy mila fanampiana mikasika io aretina io, dia nanapa-kevitra nametraka ivon-toerana maharitra mitsabo maimaimpoana io aretina io ao Toamasina ny filoha mpamorona ny Freedom From Fistula (FFF) Ann Gloag. Marihina fa na ao Toamasina aza no misy ny toeram-pitsaboana, dia natao hanampiana ny vehivavy rehetra tratry ny aretina mamany lava manerana an’i Madagasikara io ivon-toeram- pitsaboana io.  

Tanjon’i Ann Gloag ny hanampy ireo vehivavy sy zaza sahirana. Izany no nanosika azy hanao maimaimpoana ny fitsaboana rehetra atao ao amin’ny FFF Madagascar Hopitaly Be Toamasina. Misy mpiasa malagasy 30 ny Ong FFF ary teratany vahiny 2, anisan’izany ny dokotera mpandidy. Tsara ny mampahafantatra fa any Ecosse no misy ny foiben-toeran’ny fikambanana FFF ary misy ivon-toerana rahavavy any amin’ireo firenena afrikana sasany tahaka an’i Kenya, Malawi, Sierra Leone.

Afaka mandray marary hatrany amin’ny 38 ary mahavita fandidiana 30 isam-bolana ny FFF Toamasina. Misokatra 7 andro amin’ny 7 andro, 24 ora amin’ny 24 ora. Maimaimpoana tanteraka ny fitsaboana ary iantohana hatramin’ny sakafon’ny marary. Nomarihin’i Andriamarohova Vonjisainana fa maharitra telo andro eo ho eo ny fitsaboana. Efa manana fotodrafitrasa kilasimandry andraisana ireo marary izy ireo.Ny volana oktobra 2016 no nanomboka nanao fandidiana ny FFF Toamasina ka nahavita fandidina 36 nandritry ny taona. Ny taona 2017 kosa, dia nahavita nitsabo vehivavy 211 izy ireo. Efa maherin’ny 120 sahady ireo vehivavy nandalo tao amin’ny FFF Toamasina nahazo fanasitranana tamin’ity taona ity.

Anisany fandaharan’asan’ny FFF ny fampianarana ireo vehivavy ireo mandritry ny fandalovany ao amin’ny hopitaly. Misy ny fampi- anarana mamaky teny sy manoratra, asa tanana maro samihafa, zaitra sy fanomezana ireo tsara ho fantatra entina miatrika ny fiainana andavanandro. Tanjona ny ahafahan’ireo vehivavy ireo mahaleotena rehefa miverina any amin’ny fiarahamonina misy azy any.

Misy koa ny fampiofanana ireo marary efa sitrana mba ho ambasa- daoron’ny FFF Madagascar eny amin’ny fokontany, handresy lahatra ireo vehivavy mbola miaina ao anatin’ny aretina mamany lava ho tonga hanatona ny tobim-pahasalamana. Aretina azo sitranina tsara mantsy izy io. Nomena andraikitra miaraka amin’ireo mpanentana ara-pahasalamana sy ny Ong Assos izy ireo mandresy lahatra ireo marary any ambanivohitra any manoloana  ireo tsaho tsy mitombina momba ny halatra taova. Fantatra mantsy fa anisany misakana an’ireo marary sasany tsy hanatona toeram-pitsaboana io tsaho momba ny halatra taova io. Eo koa ny finoanoam-poana amin’ny filazana fa tsinin-drazana no mahatonga ny aretina mamany lava.

Miara-miasa amin’ny ministeran’ny fahasalamana ny FFF ho fanafoanana ny aretina mamany lava. Fanamby ny hiady sy hanafoana ny aretina mamany lava aty amin’ny kaontinanta Afrikana, anisan’izany ny eto Madagasikara.

Ao amin’ny Hopitaly Be Toamasina no misy ny FFF. Tsindrina hatrany fa maimaimpoana tanteraka ny fitsaboana ireo marary. Ny FFF Toamasina, dia azo antsoina amin’ny laharana 020 53 306 57 na 032 11 718 62.

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANAN’NY ZANAK’I TOLIARA : Notolorana solosaina ireo filohan’ny mpianatra

Tetsy amin’ny kianja malalaka ENS Ampefiloha no nanatanterahana izany ny sabotsy lasa teo. Niara-nifety teny an-toerana avokoa ireo solon-tenan’ny fikambanana avy any amin’ny faritra manerana ny nosy. Anisan’ireo tonga nanome voninahitra tamin’ity havoriambe fankalazana ny faha- 40 taona ity ny filohan’ny fikambanana avy amin’ny zanak’Avaratra izay notarihan’Andrimatoa  Bekasy sy Andrimatoa Papa Solé. 

Ankoatra azy ireo dia tonga nanohana ny antso ihany koa ireo olona miisa dimy arivo avy amin’ny lafivalon’ny Nosy. Nomarihina tamin’ny alalan’ny nofon-kena mitam-pihavanana ny firaisankinan’ity fikambanana ity. Nambaran’ny tomponandraikitra fa ny lafiny sosialy no tena hiantseheran’ny fikambanana nandritra izay nijoroany izay. Anisan’ireo nasongadina tamin’izany ny lafiny fanabeazana. 

Nisy araka izany ny fanolorana solosaina fitondra an-tanana sy ny kojakoja momba izany niampy ‘connexion’ sy ny “tableau blanc  » ary «  vidéo projecteur  » tamin’ireo filohan’ny mpianatra avy amin’ny Faritany 6 mikambana ao amin’ny Fizafato tamin’io andro io.

Andria Y.

Ino Vaovao0 partages

SARAN-DALANA 500 ARIARY : Mbola tsy vonona amin’ny fiakarana ny isan-tokantrano

Antony maro no mahatonga ireo eo anivon’ny Kaoperativa hampihatra io fisondrotana io dia eo aloha ny fatiantoka amin’ny “versement”, ny tsy mbola fahazoan’izy ireo ny fanampiana avy amin’ny fanjakana na “subvention” izay mihemotra lava kanefa ny pitsopitsony amin’ny fanamboarana ny fiara dia mandany volabe. Izany hoe, tsy mahaleo ny sarany ny vidiny.

Etsy andaniny, milaza ny tsy vonona amin’io fiakaran’ny saran-dalana io ny tokantrano tsirairay na efa nisy aza ny fampandrenesana mialoha. Ho an’ireo olon-tsotra nanontaniana dia ny fiakaran’ny vidim-piainana mihitsy no tsy hahafahana mandoa izany saran-dalana izany.  “ Tsy vita ary tsy mety aminay mpampiasa taksibe io fiakarana io. Ny saran-dalana 400 Ariary aza mila efa tsy ho voaloa mainka fa hiakatra 500 Ariary ”, hoy i Toky izay monina eny Andranomena. 

Midika ho tsy fitsinjovana ny mpandeha io fampiakarana saran-dalana io raha ho an’ireo mponina. “ Diso tia tena loatra ireo kaoperativa, tsy misy mihitsy ny firaharahiana ny mpandeha. Tokony hojeren’izy ireo ihany ny marimaritra iraisana satria efa tsy misy ny tapa-dalana”, araka ny hevitry Rajean, izay raim-pianakaviana iray. Ho an’i Sarah kosa izay mpianatra eny amin’ny Anjerimanontolo dia mitombo be ny fandaniana raha tena mihatra io fiakarana io anio. “Miampita fiara in-droa aho vao tonga eny Ankatso ka raha atambatra izany dia lasa mandany roa arivo eo aho ho an’ny saran-dalana fotsiny. Raha atambatra ao anatin’ny volana iray izany dia misimisy ihany, kanefa tsy saran-dalana ihany no fandaniako ao anatin’ny iray andro amin’ny famitako ny fianarako”, hoy izy. 

Manao antso avo amin’ireo tomponandraikitra mahefa araka izany ireo olon-tsotra izay tena mampiasa ny fiara fitateram-bahoaka mba hijery akaiky io fampiakarana ny saran-dalana io, ka hanome vahaolana mahomby sy maharitra satria tena mijaly ny vahoaka. Ho an’ny tokantrano iray mantsy dia tsy latsaky ny telo ireo mampiasa ny taksibe. Etsy ankilany, misisika amin’ny fampiakarana ireo taksibe nefa ny bokin’andraikitra aza tsy voahaja fa misy ny gaboraraka amin’ny fanariana ny mpandeha eny amin’ny tapa-dalana amin’ny fihodinana eny amin’ny antsasaky ny lalana, ny faharatsian’ny seza ao anaty fiara manginy fotsiny, ny tsy fanajan’ireo resevera ny mpandeha amin’ny fanaovana teny tsy mendrika.

Andria Y

News Mada0 partages

Session ordinaire de la CUA : le Conseil procède à un rapport spécial

La tenue de la première session ordinaire de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), prévue se tenir vers la fin du mois de mars, a pris du retard cette année. Les membres du Conseil municipal n’ont été convoqués que lundi dernier pour une session qui durera jusqu’au 8 août prochain. 17 points sont à l’ordre du jour, dont la présentation du rapport annuel de la CUA, mais à la demande de l’opposition, le conseil municipal a procédé à la préparation d’un rapport spécial. «Cela, au nom de la redevabilité car nous devons tous être mis au courant de ce qui se passe au sein de la commune», a indiqué la conseillère de l’opposition Lalatiana Ravololomanana, qui s’est dite satisfaite de la décision prise par le président du Conseil. Quatre directions ont ainsi pu établir leur rapport d’activité hier, à savoir la direction des sapeurs-pompiers, celle de la Gestion des risques et catastrophes, la direction santé hygiène et celle des actions sociales. Pour la conseillère de l’opposition, cette initiative entre dans le cadre de «l’amélioration de la gestion et de la gouvernance de la ville».

Les questions figurant sur l’ordre du jour de cette première session devront ainsi attendre la prochaine session. Il s’agit entre autres de l’approbation du bilan de l’année écoulée, de l’état d’exécution des délibérations du Conseil municipal et de la situation financière de la commune. A cette allure, la deuxième session ordinaire de la commune risque également de prendre du retard car censée débutée vers la quinzaine de ce mois. A noter que cette deuxième session sera consacrée au budget 2019. Sur ce point, Lalatiana Ravololomanana entend éclaircir certains points car il semble que le Conseil demanderait la restructuration de la direction financière de la commune à un an de la fin de mandat de la maire de la capitale, Lalao Ravalomanana.

Tahina Navalona

 

News Mada0 partages

Foot-Cosafa : les footballeuses malgaches débarquent en Afrique

Trêve du championnat national féminin ! Les yeux se tournent vers le Cosafa Women’s Championship qui se tiendra en Afrique du Sud du 26 août au 6 septembre. 30 présélectionnées briguent les 25 places dans la sélection nationale.

La Fédération malgache de football (FMF) retente le coup ! Après un premier essai peu convaincant l’année dernière, la sélection nationale féminine sera bel et bien présente en Afrique du Sud pour l’édition 2018.

Le regroupement des joueuses présélectionnées a débuté depuis le 23 juillet dernier et ne prendra fin que la veille du départ pour le pays arc-en-ciel. Le staff technique, conduit par le coach Joharinirina Rakotomalala, a choisi les 30 meilleures joueuses.

Sauf que cinq d’entre elles devront plier bagage une fois que la liste finale soit dévoilée. En effet, dans certains postes comme la gardienne de but, le milieu doit ou encore la défense centrale, il y a du surnombre.

Ainsi, les titulaires habituelles dans les postes à concurrence sont averties ! Les néophytes ont des arguments à faire valoir. Cela, au plus grand bonheur du sélectionneur qui se frotte déjà les mains à l’idée de choisir les meilleurs joueuses du moment.

Mix parfait

Au vu de la prestation des unes et l’expérience des autres, le choix du staff technique ne relève pas d’un hasard. Les tauliers de l’équipe nationale font partie des présélectionnées au même titre que les nouvelles têtes qui ont épaté la galerie lors des deux phases de la joute nationale.

En effet, en plus des Verosantatra Diana Andrianandrasana, Sarah Rasoanandrasana, Ali Suraya ou encore Anjarasoa Velomanantsolo et Prisca Razafindrabe sont venues s’ajouter les Malala Gerande Solonandrasana, Nirina Tsifoy Noriaty et autre Geneviève Razafindramilina.

Naisa

Liste des présélectionnées :

Verosantatra Diana Andrianandrasana (Gardienne)Fanomezantsoa Tojomamitiana (Gardienne)Malala Gerande Solonandrasana (Gardienne)Solange Emilienne (Gardienne)Sarah Rasoanandrasana (Attaquante)Ali Suraya (Attaquante)Mahaline Berthine Sambeto (Attaquante)Nirina Tsifoy Noriaty (Attaquante)Rina Marie Véronique Raharimalala (Milieu gauche)Christina Aimée Razanampiavy (Milieu gauche)Julida Razanamalala (Milieu droit)Elisa Rasoarimamonjy (Milieu droit)Andoniaina Rasamison (Milieu droit)Lucia Florida Raharison (Milieu droit)Julie Solonilaina Razanarisoa (Milieu offensif)Fara Domoina Ravonison (Milieu offensif)Nivonirina Hanitriniaina (Milieu offensif)Fetra Raherimampionona (Milieu offensif)Sitraka Fitiavana Ramanantsoa (Milieu récupérateur)Bao Zackia Razafindrasoa (Milieu récupérateur)Nekena Lalazo Maminjanahary (Milieu récupérateur)Irlac Floriette Ramanantenasoa (Défense gauche)Lalaina Farida Razafimanantsoa (Défense droite)Nomenjanahary Raharimampionona (Défense droite)Sitrakiniaina Rafanomezantsoa (Défense droite)Oliva Zaramampionona Fanambinantsoa (Défense centrale)Ernestine Rasoamanarivo (Défense centrale)Prisca Razafindrabe (Défense centrale)Geneviève Razafindramilina (Défense centrale)Anjarasoa Velomanantsolo (Défense centrale)
News Mada0 partages

Kick-boxing : les combattants au départ de Fianarantsoa

Dans le cadre du championnat cadet et junior de kick-boxing qui se disputera du 3 au 5 août prochain au gymnase couvert de Toliara, les pratiquants de cette discipline se donnent rendez-vous à Fianarantsoa ce jour pour organiser le déplacement.

Les délégations prendront un départ collectif ce jour à Fianarantsoa une fois le contrôle des copies d’acte de naissance effectué. Les participants sont issus de 12 régions, à savoir, la région Atsimo Andrefana, Menabe, Melaky, Boeny, Atsinanana, Alaotra Mangoro, Haute-Matsiatra, Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana, Ihorombe, Analamanga et Vakinankaratra. Les combattants passeront aux pesées et entreront dans la compétition du 3 au 5 août. Les phases éliminatoires et la finale se joueront durant ces trois jours de bataille.

Baptisé «Mada Andrarangy 2018», ce tournoi se déroulera sous la houlette de la Fédération malgache du kick-boxing. C’est un grand assaut pour mieux se préparer au championnat du monde du 15 au 23 septembre en Italie.

Miarintsoa R.

 

News Mada0 partages

Randonnee ORTALMA : huit coureurs inscrits

Ce samedi 4 août, l’Office régional du tourisme Alaotra Mangoro (Ortalma) compte organiser une randonnée à Iaroka Antavolobe d’Andasibe. Il a clôturé l’inscription, hier, mais 8 coureurs se sont inscrits.

L’organisateur a annoncé la tenue de cette course à pied depuis quelques mois, sauf que jusqu’à présent, 8 coureurs seulement se sont inscrits,des natifs de la région Alaotra Mangoro où se déroulera la course. Ceci étant, le Directeur de l’Ortalma a décidé de reporter la date de clôture d’inscription.

Un parcours de 6 km, de Moramanga au site d’Andasibe, sera au programme. Nombreuses aventures sportives et différentes animations comme la découverte de la faune et flore, des pique-niques et déjeuner de groupe sur les sites touristiques, une visite surprise seront à l’affiche. Le départ est fixé vers 8 h dans la matinée du 4 août au bureau de l’Ortalma et la ballade s’achèvera à Moramanga vers 16 h. Chaque compétiteur devrait payer une participation de 12.000 ariary pour le frais de transport  aller-retour et le repas.

Tout en promettant une belle ambiance aux concurrents, l’organisateur compte avoir plus d’adhérents et donne encore une chance à ceux qui veulent participer à cette randonnée.

Miarintsoa R.

News Mada0 partages

Karate : Daniel Lautier bientôt au pays

 

Dans le but d’évaluer la performance des karatékas malgaches, un instructeur international de Japan Karate Association (JKA) effectuera une visite à Madagascar ce mois d’août. Les séances se dérouleront à Vatomandry et à Antananarivo.

Shihan Daniel Lautier, chef instructeur et 7e dan de JKA, donnera cette opportunité aux pratiquants du karaté à Vatomandry du 5 au 7 août prochain. Des stages en vue d’obtenir une bonne connaissance en «Kihon Kata Kumite» seront dispensés aux karatékas malgaches.

La suite de la formation se poursuivra à Antananarivo du 9 au 12 août à l’ANS Ampefiloha. A noter qu’à l’issue de l’ apprentissage, un examen clôturera le stage lors du  «Sayonara party», au Dojo Aska.

Miarintsoa R.

News Mada0 partages

Chronique: de l’infidélité à la trahison

 

L’infidélité est sans doute l’une des commissions coupables la plus répandue et peut-être l’une des mieux réparties. En bien des domaines et à de nombreuses occasions, pour des motifs anodins comme pour des raisons graves, la tentation peut se présenter. A tout moment chacun peut se trouver dans des circonstances  qui poussent à commettre un acte d’infidélité, une telle banalité quel qu’en soit le niveau de gravité n’enlève pas à la commission de l’acte un caractère vil, à l’origine duquel se trouve nécessairement une petite ou énorme lâcheté de qui le commet. Évidemment que l’on ne peut tout mettre dans le même sac, les religions elles-mêmes classent les péchés selon la gravité entre mortels et véniels. D’ailleurs dans les évangiles on rencontre un bel exemple d’infidélité, le reniement de Pierre par trois fois avant que le coq ne chante, péché qui lui sera pardonné et qui ne le handicapera pas à être Pierre sur lequel sera bâtie l’Église. On ne connait que trop les infidélités dans le mariage, on oublie davantage les infidélités à la parole donnée que sont aussi du reste les infidélités dans le couple. Dans le milieu politique à Madagascar, ce qui n’est peut-être pas une particularité du pays mais dont on observe mieux les singularités en raison de la proximité, la transhumance des acteurs est de pratique courante, nombreux émigrent d’un camp à l’autre sans faire d’état d’âme. L’inconstance n’apparait pas aux yeux de nombre de ces nomades comme une infidélité à une conviction, référence inexistante sans cote de valeur à la bourse politique locale. En l’absence d’idéologie réellement construite à laquelle adhérer, chacun se satisfait de déclarer un attachement à la cause large du patriotisme qui se résume à de vagues engagements, quasi identiques quelle que soit l’organisation dans laquelle on milite. Concernant les idées, militer n’est du reste qu’un bien grand mot, ici on milite généralement pour un homme au succès duquel on conditionne sa carrière. Le militantisme politique s’apparente ainsi et de plus en plus à une activité alimentaire, certains exercent cette activité comme une profession ce qui leur permet de changer d’usine le cœur léger, il en est même qui avec le temps acquièrent une âme de mercenaire pour se mettre au service du plus offrant, avec à la clé un contrat à durée indéterminée avec clause de rupture à volonté. Dans un tel contexte les écuries recrutent et débauchent à tour de bras et sans scrupule les «valeurs» sûres chez les concurrents. Évidemment il ne manque pas aux recruteurs de faire des erreurs de casting et d’adouber barons des individus sans valeur électorale ni compétence particulière autre que l’art de la courtisanerie. Les chances de promotion jusqu’à occuper une fonction ministérielle autant que la promesse de longévité de ces derniers à l’intérieur du sérail varient en fonction de leur savoir-faire à vivre aux basques du patron en donnant le change sinon pour devenir indispensable dans le rayonnage des brosses à reluire au moins pour se rendre utile dans les rangs de parfumeurs.

Tout va pour eux tant que tout va au château. Leur sort pourtant vacille quand surviennent les circonstances qui ébranlent la construction ainsi faite de bric et de broc. Il arrive, comme ce fut le cas dernièrement, que pour sauvegarder son siège le patron se trouve dans l’obligation de se délester des bois morts et des poids légers. Malheureusement depuis le temps (plus de quatre ans) qu’ils se «croient mèches» lors même qu’ils «ne sont que suif»,  les petites cervelles ont pris la grosse tête jusqu’à inverser les rôles et à considérer leur disgrâce non seulement comme la pire des injustices mais comme une coupable manifestation d’ingratitude nécessitant lourde sanction. Et voilà le bonhomme parti en guerre, pour franchir le seuil de la trahison.

Parfois on parle de coups de canif dans le contrat pour illustrer ce qu’est une infidélité, pour rester dans le style on dirait volontiers que planter un couteau dans le dos exprime assez fidèlement en image ce qu’est la trahison.

La déclaration tacite de concurrencer son mentor sur le terrain des élections vaut déclaration de guerre, ce qui ne relève pas d’une grande élégance, mais surtout qui dénote d’une fatuité emplie de naïveté. Non satisfait de cracher dans la soupe dont il s’est abondamment repu, il se nourrit d’illusion en espérant mordre à grosses dents dans l’électorat de son ex patron sans même se rendre compte que cet électorat sans avoir jamais atteint un niveau respectable sinon en rêve, a fondu comme neige au soleil. Les initiatives brouillonnes de cet ancien baron auraient pu être accueillies avec satisfaction par les concurrents, mais en réalité indiffèrent ceux-ci, on ne tire pas sur une ambulance.

Peine perdue pour ce soldat perdu que de se salir davantage à essayer de déballer au grand jour les draps sales dans lesquels il s’est vautré des années durant. Il lui reste beaucoup à apprendre, la rumeur raconte tant et plus qu’il ne peut révéler des turpitudes qui se pratiquent autour du pouvoir. L’acte de les dénoncer plutôt qu’à les confesser, ne signifie pas s’en repentir pour en avoir été complice même passif, en tous cas ne vaut ni une absolution ni auto-absolution. L’énergumène s’en va au combat après s’être accroché lui-même autour du cou les casseroles qu’il pensait accrocher comme des boulets aux pieds de son ancien patron transformé dans ses pensées fantaisistes son concurrent à battre ou pireà abattre.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

La crise du graphite (2)

(Suite et fin.)

Mais il faut agir sans aucun retard, sinon tous les consommateurs américains renouvelleront leurs traités avec les producteurs de Ceylan, et se feront délivrer par leur Gouvernement des licences d’importation pour le graphite de cette provenance. Nous risquerions, si nous ne nous pressons pas, qu’il n’y ait plus de place pour le graphite de Madagascar.

Nous espérons que Monsieur le Gouverneur Général, qui jusqu’à l’heure présente est resté sourd à nos appels les plus pressants, va enfin nous donner satisfaction.

Il serait question de l’achat par le Gouvernement d’une certaine quantité de graphite – quantité proportionnée au stock existant chez chacun des producteurs. Ce serait une excellente mesure et un acte de justice car le Gouvernement n’a pas le droit de se désintéresser aujourd’hui de la situation des exploitants de graphites qu’il a, sur des renseignements erronés, incités à la surproduction et qui sont aujourd’hui acculés à la ruine.

Un bon mouvement de la part de M. le Gouverneur Général dans ce sens serait certainement bien accueilli.

Le certificat d’études primaires élémentaires

Les examens de toutes catégories deviennent de plus en plus difficiles dans la Colonie.

Le certificat d’études primaires du 25 juillet à Tamatave nous en donne une preuve.

La dictée, quoique n’étant pas très difficile, par défaut de compréhension d’un certain passage, a été la pierre d’achoppement de plusieurs candidats.

La composition française avait un sujet bien sérieux pour de jeunes enfants.

Quant aux problèmes, l’un d’eux était particulièrement difficile et pourrait très bien figurer à un examen de brevet de capacité.

À l’oral, les questions posées auraient embarrassé bien des personnes qui possèdent déjà plusieurs diplômes. On peut dire qu’on n’a pas été indulgent pour les candidats qui possèdent déjà plusieurs diplômes. On peut dire qu’on n’a pas été indulgent pour les candidats, qui n’en ont que plus de mérite.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

 

News Mada0 partages

IS’ART galerie : la robotique, c’est aussi de l’art

L’Is’art Galerie Ampasanimalo accueillera ce 2 août une conférence et une démonstration portant sur la robotique, à l’initiative de la communauté de Stem4Good Madagascar. Ainsi, les «Geek » et les inconditionnels du numérique auront l’occasion de connaître les tenants et les aboutissants du « First global challenge », une compétition internationale de robotique qui aura lieu cette année, à Mexico City, du 15 au 18 août.

Cet événement verra la participation des jeunes de moins de 18 ans venant de 185 pays du monde entier, calés en informatique. Pour la seconde fois, Madagascar, qui a raflé la médaille de bronze l’année dernière en créant « une voiture intelligente » pour faciliter l’accès à l’eau potable, sera de la partie.

« Nous nous plairons à faire montre de nos idées, nos projets autour du numérique ainsi que Kalesa 2.0, un robot fabriqué par notre équipe. Pour ainsi dire que la robotique n’est pas seulement de la science, de l’électronique ou de la programmation… c’est aussi de l’art », a publié la communauté dans sa page facebook.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

AFT : le concours « Face aux livres » lancé

A partir de ce jour, la médiathèque de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) lance le concours dénommé « Face aux livres ». Il s’agit de prendre en photo la couverture d’un livre et une image réelle qui servira de décor, ensuite les mettre ensemble sur un seul format en donnant une autre perspective de l’ouvrage. Cela exige la maîtrise de la photographie et surtout de l’illustration.

Le concept du concours est original. Il permet à la fois d’apercevoir, d’abord, le genre de livre le plus lu des lecteurs,  de susciter ensuite leur imagination et leur création qui les ont inspirés dans l’ouvrage. Ainsi, selon le communiqué de presse relatif à cet évènement, les intéressés doivent envoyer leur photo sous format numérique à l’adresse suivante mediatheque2-aft@alliancefr.mg, avant le 18 août.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Ambohimahatsara : mampiray appuie les catholiques

Les actions sociales de l’association Mampiray se poursuivent, particulièrement au niveau des congrégations confessionnelles. Le bureau national de l’association a décidé d’étendre ses initiatives à la mission catholique depuis dimanche dernier.

L’association Mampiray ne s’est plus limitée aux appuis matériels apportés aux églises luthériennes malgaches (FLM) dans son programme d’actions. Son président-fondateur, le député Hary Andrianarivo, a mandaté une délégation conduite par le chef de la section Fandriana, Ny Aina Dina Rakotomalala, pour le représenter au culte de célébration du 140e anniversaire de l’église catholique romaine d’Ambohimahatsara, dans le district de Fandriana, en région Amoron’i Mania.

Les équipements de sonorisation, don de Ny Aina Dina Rakotomalala de l’association Mampiray, ont été inaugurés à l’occasion, avec de nouveaux matériels provenant des fidèles de l’église et des membres de la diaspora de la localité. Rappelons toujours que le député Hary Andrianarivo, président de cette association non confessionnelle, a aussi offert une dizaine de motos à des sections de jeunes luthériens dans plusieurs régions de la province de Fianarantsoa, pour un développement social harmonieux et équilibré de la population, d’après les explications de ses représentants à Ambohimahatsara, dimanche.

Manou

 

News Mada0 partages

Anosy : la JIJ en préparation

Madagascar prépare la célébration de la Journée Internationale de la Jeunesse (JIJ). Le ministre de tutelle,  Faratiana Tsihoara, a été sur le site d’organisation dans la région Anôsy, la semaine dernière.

 Le ministre de la Jeunesse et des sports a rencontré le staff technique de l’organisation de la Journée Internationale de la Jeunesse (JIJ) dans les locaux de la maison des jeunes et de l’emploi, nouvellement construite à Lanirano, à Tolagnaro, le 27 juillet dernier. Des directives ont été transmises aux responsables du site d’accueil de la célébration qui sera marquée officiellement à Ambovombe, dans la région Androy, le 12 août, au cours de la concertation avec le ministre.

Saisissant l’opportunité de cette descente sur le terrain, le ministre Faratiana Tsihoara a constaté l’état de délabrement avancé du stade d’Ampasimasay. Des mesures seront sûrement prises à cet effet par ce premier responsable de la jeunesse et des sports pour la réhabilitation de l’infrastructure.

Manou

News Mada0 partages

Tsaratanana: ny depiote no nokasain’ny jiolahy halaina an-keriny

 

Nilaza ny depiote avy any Tsaratanana, Ratefiarivony Jaona, fa izy no nokasain’ireo jioahy alaina an-keriny, araka ny nambarany teny Tsimbazaza,omaly. Nambaran’ity depiote ity fa nanampy ireo fianakaviana tamin’ny fifampiresahana tamin’ireo mpaka an-keriny izy. “Tsy araka ny nambaran’ny olona hoe nitsoaka aho, fa nanampy ireo lasibatra hatrany”, hoy ny fanazavany, omaly.

Voalaza fa inefatra nifampiantso ireo vao tonga tamin’ny fanomezana ny vola tany Antafinombimahery. Ity toerana ity izay 3 km miala an’ny fokontany Bemavo, saika hanaovana ny fifanakalozana, kanjo nentin’ireo jiolahy nifindra toerana. Nisy ihany koa ny fampitahorana lietna iray izay mpitarika borigady any an-toerana nataon’ireo jiolahy. Tsy nahasakana ny fifanakalozana vola anefa izany, izay natao tamin’ny sakaosy tsy nisy fanisana. Milaza ity depiote ity fa tsy nisy mihitsy ny firaisana tsikombakomba tamin’ireo jiolahy. Izany mantsy no nalaza tany an-toerana. Teo ihany koa ny filazan’ny lehiben’ny dsitrika fa nirongatra tato ho ato io fakana an-keriny any Tsaratanana io.

Yves S.

News Mada0 partages

Nalefa eny Antanimora: roa vavy tratra nivarotra rongony teny Andravoahangy

 

 Nidoboka am-ponja eny Antanimora, afakomaly, ireo vehivavy roa mpanao trafika sy mpivarotra rongony eny amin’ny faritra Andravoahangy. Saron’ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria Antaninandro teny Andravoahangy, ny faran’ny herinandro teo, izy roa vavy ireto. Nisy ny hetsika manokana nataon’ny polisy amin’ireo toerana heverina ho mafana eny amin’ny faritra Andravoahangy sy ny manodidina. Nahatsikaritra fihetsika hafahafa nataona vehivavy iray ny polisy, ny asabotsy teo, ka nanatona azy. Raha ny fantatra, mipetraka eo amoron-dalana ao Mascar Andravoahangy ity vehivavy ity ary misy olona tonga mandoa vola ao aminy. Rehefa vita izany, miampita arabe ireo olona ireo ka manatona vehivavy lehibe iray ery ampita ka ito farany no manome zavatra anaty fonosana azy ireo. Niroso tamin’ny fanadihadiana azy ireo avy hatrany  ny polisy ka nahitana fonosan-drongony tany amin’ilay vehivavy lehibe nandritra ny fisavan’ny polisy. Nentin’ny polisy izy ka nilaza nandritra ny fanadihadiana azy fa mivarotra rongony ny asan’izy roa vavy.  Mpandray vola ny iray raha mpanome rongony kosa ny iray. Lehilahy iray antsoina hoe Ndaty no mpamatsy rongony azy ireo ka vidiana 15 000 Ar ny rongony rarany ary tsinjaraina anaty fonosana madinika.

J.C

News Mada0 partages

Sabotsy Namehana: jiolahy telo tratra niaraka tamin’ny baramina

 

Mirongatra ny vaky trano ao Sabotsy Namehana. Sarona nandritra ny hetsika nataon’ny polisy ny jiolahy telo niaraka tamin’ny baramina raha nikasa hamaky trano…

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny commissariat central Sabotsy Namehana, ny zoma lasa teo, ireo jiolahy telo malaza ratsy amin’ny famakiana trano amin’iny faritra Sabotsy Namehana sy ny manodidina iny. Araka ny fanazavan’ny polisy, nisy jiolahy telo mampiahiahy nihaodihaody tamina tokantrano iray eny Sabotsy Namehana, ny alakamisy lasa teo. Nahavariana ny olona eo amin’ny manodidina ny fihetsik’izy telo lahy ka nifampiantso avy hatrany ny fokonolona ary nanatona ireto telo lahy ireto. Nirifatra nitsoaka avy hatrany ry zalahy raha vao nahatazana ireo fokonolona ka raikitra ny fifanenjehana ary tafaporitsaka ihany izy ireo. Nampandre ny polisy ireo fokonolona ka niantomboka teo ny fanadihadiana rehetra. Nahazo loharanom-baovao marim-pototra amin’ny toerana ipetrahan’ireto jiolahy ireto ny polisy taorian’izay. Nametraka ny paikady rehetra amin’ny ahafahana manao fizahana ny toerana misy azy telo lahy ireo ny polisy taorian’izay. Tonga teny amin’ny tranon’ireo jiolahy, ny zoma vao mangiran-dratsy, ny polisy ary efa voahodidina polisy ny tranon’izy ireo. Noraisim-potsiny tao an-trano ry zalahy ka nentina teo anivon’ny kaomisarian’i Sabotsy Namehana hanaovana fanadihadiana. Niaiky ny heloka vitany ry zalahy ary nilaza fa teo am-piomanana ny hamaky trano tamin’io fotoana io.

J.C

News Mada0 partages

Sambava: basy vita gasy sy bala saron’ny polisy

 

Sarona tamin’ny lehilahy iray ny basy vita gasy niaraka tamin’ny bala maromaro tany Sambava. Natolotra ny fitsarana ambaratonga voalohany, omaly maraina ilay tovolahy, 36 taona, avy ao Ankadirano, Kaominina Farahalana izay saron’ny mpitandro filaminana teny amin’ny sakana Ambariomiambana ampidirana ny tananan’i Sambava.

Nambaran’ny Commissaire de Police, Mahonjo Roddi, fa noho loharanom-baovao avy tamin’ny tsara sitrapo no nahazoana izao voakatra izao. Voatery nohamafisina ny fiambenana mba tsy hiparitahan’ny fitaovam-piadiana ao anatin’ny fotoana vokatra lavanila izay mampalaza an’i Sava ary mampirongatra ny asan-jiolahy mitam-basy any amin’ny Faritra. Miparitaka ary amidy lafo ny basy any an-toerana, ka anisan’ny hetsika ataon’ny polisy ny famongorana izany.

Yves S.

News Mada0 partages

ENS Ampefiloha: nitohy indray ny sakoroka, mpianatra roa voasambotra

 

Tsy nifarana afakomaly fa mbola nitohy indray, omaly ny fihetsiketsehan’ny mpianatry sekoly ambony mpampiofana ho mpampianatra, ENS Ampefiloha. Toy ny nitranga afakomaly ihany, nivoaka ny faritry ny sekoly ireo mpanao fihetsiketsehana. Velona ny fifanandrinana tamin’ny mpitandro filaminana avy ao amin’ny Emmo/Reg. Nirefodrefotra ny grenady mandatsa-dranomaso teny an-toerana. Novalin’ny mpianatra tamin’ny tora-bato izany. Nisy ny mpianatra roa voasambotra tamin’izany, ary nisy ny mpitandro filaminana naratra. Nitohy tamin’ny fifanazavana teo amin’ny mpitarika ny mpianatra sy ny mpitandro filaminana ny raharaha, ary nitaky ny hamotsorana ny namany ireto farany. Nilaza ny zandary fa mpianatra iray ihany ny nosamborin’izy ireo fa tsy roa, raha nanamafy ny mpianatra fa telo aza ny nosamborina fa vehivavy ny iray ka navotsotra. “Telo ny nosamborin’ny Emmo/Reg fa navotsotra ny vehivavy iray. Nodarohan-dry zareo izy roa lahy ka tsy ekenay mpianatra mihitsy izany”, hoy ny fanazavan’ny mpitarika ny hetsiky ny mpianatra.

Ity hetsika ity izay efa miditra amin’ny andro fahefatra nitokonan’izy ireo. Toy ny zava-nitranga afakomaly, nivoaka ny faritry ny sekoly ambony izy ireo, ary nibahana ny arabe. Taorian’izay, niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana nandrava ny sakana sy ny nanaparitaka ny mpianatra. Naharitra elaela ihany ny fifandonana teo amin’ny roa tonta. Tapaka tanteraka ny fifamoivoizana teny an-toerana. Niverina tamin’ny laoniny ihany ny filaminana rehefa nifanazava teo ny rehetra. Ireo mpianatra kosa, mbola voatazona ary notakin’ny mpianatra ny hamotsorana azy avy hatrany.

Hitohy ny hetsika

Nilaza ireo mpianatra fa hitohy hatrany hetsika rehefa tsy mbola voavaly ny fitakian’izy ireo. Fitakiana momba ny hamerenana ireo mpianatra mahazo diplaoma “licence” eny amin’ny minisiteran’ny Asa sy ny asam-panjakana ho “catégorie 3”. Ho lasa “catégorie 8” izay manana ny master. Ankoatra izany ny fampidirana avy hatrany ho mpiasam-panjakana izay mivoaka avy amin’ny ENS.

Ny avy amin’ny minisitera, mbola tsy namaly ireo fitakiana ireo hatramin’izao. Hitohy izany ny hetsika, ary ahina ny hiitarany. Milaza ny hanamafy izany ny mpianatra, ary mety hihetsika ihany koa ny any amin’ny toerana hafa.

Yves S.

News Mada0 partages

Ambatondrazaka: nahazo fotodrafitrasa ny Istralma

 

Nahazo efitrano fianarana roa vaovao ny Institut supérieur et technologique régional Alaotra Mangoro (Istralma) ao Andrarabaribe Ambatondrazaka, ny herinandro lasa teo. Mahazaka mpianatra hatramin’ny 600 ny ivontoerana. Manana anjara toerana lehibe eo amin’ny fampandrosoana ny fampianarana ambony izany ivontoeram-pampianarana izany sady paikady nasionalin’ny minisitera amin’ny fampanatonana ifotony ny oniversite, ahafahan’ny rehetra mandranto fahalalana. Manana anjara toerana lehibe amin’ny fampivelarana ny maha olona ny fampianara ambony, indrindra ho an’ny tanora amin’ny fanabeazana sy fanovozana fahalalana hitarika amin’ny fampandrosoana eny ifotony. Natolotra nandritra ny fitokanana ny fotodrafitrasa  koa ny mpitantana vaovaon’ny Istralma, Andriamanaitra Fetra.

Nanotrona ny hetsika tany an-toerana ny minisitry ny Fampianarana ambony, Rasoazananera Marie Monique, sy ny lehiben’ny Antenimierandoholona.

Taorian’izany, nanokatra tamin’ny fomba ofisialy ny foara “Tangorogna” andiany faharoa ao amin’ny kianja Rasolonjatovo Ambatondrazaka izy ireo. Foara nandraisan’ny Fofifa Cala anjara tamin’ny alalan’ny fampirantiana ireo zavatra vokariny. Naseho tao koa ny tolotra rehetra misy ao amin’ny Istralma.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Ady amin’ny fihazonana am-ponja tsy manara-dalàna: 30 ny voafonja noraisin’ny mpisolovava an-tanana

 

Miditra amin’ny taona faharoa ny tetikasa iadiana amin’ny fihazonana am-ponja tsy manara-dalàna mialoha ny fitsarana, iarahan’ny vondrom-pikambanana Fédération intenationale des Acat sy ny fikambanana Action chrétiens pour l’abolition de la torture à Madagascar (Acat Madagascar). Tanjona ny hanatsara ny zava-misy iainan’ny voafonja amin’ny fanafainganana ny fitsarana azy. Nanomboka ny volana marsa ka hatramin’ny faran’ny volana jolay lasa teo, 172 ny voafonja eny Antanimora afaka niresaka tamin’ireo mpiasa an-tsitrapo an’ny Acat, 57 ny vehivavy amin’ireo. Mbola voatazona mialoha ny fitsarana avokoa ny 50%. Ny 10% amin’ireo niresahana, tsy mahalala akory ny laharan’ny adiny eo amin’ny fitsarana nefa zony tanteraka izany, araka ny fanazavan’ny mpiasa an-tsitrapo ao amin’ny Acat, Razakanirahina Erica, teny Anosy. 48% tamin’izy ireo ihany no nentina teo anatrehan’ny mpitsara natao famotorana, tao anatin’ny telo volana voalohany nihazonana azy.

Antony mampitarazoka ny fihazonana ny fikarakarana ny antontan-taratasy samihafa eo anivon’ny fitsarana izany. Indraindray, nafindra toerana ilay mpitsara namoaka ny didy momba ny voafonja iray ka tsy manao sonia ny antontan-taratasy mikasika azy. Eny am-ponja, lasa verivery saina koa ny ankamaroan’izy ireo, ny havany rahateo, tsy mahalala ny dingana tokony hatao rehefa hanara-maso ny fizotry ny raharaha eny amin’ny fitsarana. Amin’izao fotoana izao, 30 ny antontan-taratasy efa noraisin’ny mpisolovavan’ny Acat an-tanana, ary ny dimy amin’ireo, hiditra tsy ho ela fitsarana. Vahaolana amin’ny fanafainganana ny fitsarana ny fiaraha-miasa akaiky amin’ny mpandraharaha fonja sy ny mpiasan’ny fitsarana. Nanao jery todika ny zava-bita tao anatin’ny taona voalohany ny mpiandraikitra ny tetikasa, omaly.

Vonjy A.

Ho an’ny voafonja amin’ny ankapobeny ary tafiditra ao ny tsy ampy taona, miandry fitsarana avokoa ny 50% amin’ireo. 30 (ireo nanao heloka) isam-bolana ireo efa dila ny fotoana tokony ho nihazonana am-ponja mialoha ny fitsarana azy ary ampahafantarina eny amin’ny fitsarana. Andraikitry ny fitsarana ny manapaka na hiroso amin’ny fitsarana na ampitomboana ny fe-potoana hjanonany eny Antanimora, araka ny fanazavan’ny lehiben’ny fonjan’Antanimora, Rakotonanahary Tahina.

 

News Mada0 partages

I Marinaah Doumbia: tsy hadinoiny ireo ankizy tra-pahasembanana

Renim-pianakavina teratany malagasy monina sy mipetraka any velany ary mandalo eto an-tanindrazana i Marinaah Doumbia.  Toy ny fanaony isaky mandalo an-tanindrazana, manao asa sosialy hatrany izy. Ny talata 10 jolay lasa teo, tonga  tao amin’ny akany fitaizana « Mampiaty »,  etsy Ampilaolava, RN 5, misy ireo ankizy miisa 170, tra-pahasembanana amin’ny maso, Rtoa Marianah Doubia sy ny fianakaviany ary nivimbina fanampiana toy ny vary, ny menaka, ny ronono, ny voamaina, ny siramamy, ary ny lamba fitafy sy solosaina.Fitaovana izay ampiasaina hampianarana ireo ankizy hamaky teny sy hanoratra ary hikajy. Miisa 16 ny mpanabe, miasa an-tsitrapo mampihodina ity akany « Mampiaty » ity.

Sajo

News Mada0 partages

Kitra: nifindra ao amin’ny USS Tampon i Lanto

 

Anisan’ireo mpilalao ao anatin’ny lisitra tilin’ny mpanazatra ao amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina ireo mpilalao baolina kitra malagasy. Fantatra fa hifindra atsy La Réunion indray i Lanto.  

Mbola ao anatin’ny fotoana fifindran-toerana (mercato), amin’izao fotoana izao, ireo mpilalao baolina kitra maneran-tany. Anisan’ireo voakasik’izany ireo mpilalao malagasy. Fantatra àry ankehitriny fa nifindra ao amin’ny USS Tampon, La Réunion, ho an’ity taom-pilalaovana 2018 – 2019 ity, Rabehasimbola Lanto.

Avy any amin’ny ekipan’ny Pamplemousse SC Maorisy i Lanto izao hiatrika fifaninanana ao La Réunion izao indray. 31 taona izy ankehitriny ary irakiraka mpanafika ny toerana misy azy. «Efa vita ny fifanarahana eo amin’ny klioba roa tonta fa miandry ny fahatongavany any La Réunion sisa», hoy i Jack Gence, filohan’ny USS Tampon.

Raha tsiahivina, ekipa fantatr’i Lanto tsara ny USS Tampon satria efa nilalao tao ihany ny tovolahy, tany amin’ny taona 2008, ary izao hiverina hanatevina ity ekipan’ny kaominina ao La Réunion ity izao indray.

Tsy voalazan’ny fifanarahana kosa ny tentimbidin’izao fifindran-toeran’i Lanto izao, sy ny ho faharetany, ao amin’ity ekipan’i Tampon ity, izao. Ny azo antoka aloha, mandritra io taom-pilalaovana vaovao ho avy io.    

Mpilalao novolavolaina tao amin’ny Akademia Ny Antsika Vakinankaratra, niaraka tamin-dry Claudio, milalao any Frantsa, sy i Ibrahim Amada ary ry Leda, mpiandry tsatobin’ny Cnaps Sport, sy ny Barea de Madagascar, amin’izao fotoana izao, i Lanto. Taorian’izay, nilalao tao amin’ny ekipan’ny Cnaps Sport Itasy.

Efa imbetsaka voaantso tao anaty ekipam-pirenena malagasy na ny Barea de Madagascar izy. Maro ireo fihaonana efa natrehiny, toy ny “Cosafa” sy ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika ary ny “Lalaon’ny Nosy”.

Mpilalao manana traikefa tsara, araka izany, i Lanto ka inoana fa hanana ny toerany sy hitana andraikitra goavana ao amin’ny USS Tampon.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Kung-fu wisa Hiady izay ho tompondakany Analamanga

 

Hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakany, ny ligin’Analamanga, eo amin’ny taranja kung-fu wisa, izay hamarana ny taom-pilalaovana 2018. Araka ny fandaharam-potoana, hotanterahana, ny alahady 5 aogositra ho avy izao, eny amin’ny kianja mitafo Ankatso, izany fihaonana izany.  Hiaka-tsehatra amin’izany avokoa ireo mpikatroka rehetra. Na izany aza, tsy maintsy hamarinina tsara ny maha ara-dalàna ny klioba toy ny fisavana ny “certificat de conformité”, sy ny fizahana ny kara-pilalaovana vita sonian’ny tomponandraikitra ary ny fiantohana, ho an’ny atleta tsirairay.

Nambaran-dRakotonirina Henry Justin, filohan’ny ligy fa ny sokajy rehetra, manomboka any amin’ny latsaky ny 50 kg ka hatrany amin’ny 80 kg mihoatra no hiady izay ho lohany, amin’io. Hifaninanana, mandritra ity fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga ity, ny “Tao” sy ny “Kata à mains nues”, miampy fitaovana.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Production agricole : réduire les pertes post-récoltes

Les pertes de nourritures et autres gaspillages constituent un problème sérieux qui affecte la chaine des valeurs de production. Les pertes post-récoltes avoisinent les 30 à 40% de la production agricole, selon les estimations de la FAO et de la Bad. Réduire ces pertes requiert que les producteurs, même les plus petits exploitants, adoptent et appliquent des technologies agricoles qui leur assurent une bonne rentabilité de leurs cultures.

Sachant que plusieurs acteurs à différents niveaux ont effectué des recherches et acquis de bonnes pratiques pour réduire les pertes post-récoltes au niveau des exploitations agricoles, le Forum du conseil agricole (FCA Madagascar) organise, depuis hier et ce jour, un atelier de formation-échange à l’ANS Ampefiloha, à l’occasion du lancement du Point d’information et formation utilisant les Tic (Pif Tic) et en amont de la Foire internationale de l’économie rurale a Madagascar (Fier Mada). Une cinquantaine d’exploitants et de conseillers agricoles, chercheurs et responsables des ONG ainsi que des départements ministériels ont participé à cet atelier de partage, de découverte, d’échange et discussion sur les outils, les techniques, les méthodes et approches de gestion post-récolte.

Appui aux exploitants agricoles

En prenant l’exemple de la filière riz, Willy Rakotomalala, directeur de la Promotion et du développement rizicole du ministère de l’Agriculture, a fait savoir que 16 kg de riz par hectare sont perdus rien que dans le transport et le stockage. «Sachant que Madagascar produit 4 millions de tonnes par an et que si nous arrivons à sauver 10% de la récolte, nous épargnons déjà plus de 400.000 tonnes de riz par an». Et 400.000 tonnes équivaut approximativement aux importations en riz de Madagascar pour une année.

Aujourd’hui, il faut qu’un paysan ait la capacité de produire et de stocker. Mais pour ce faire, le Gouvernement a un rôle d’encouragement important à jouer, ne serait-ce que pour l’acquisition de matériels par les exploitants agricoles, en particulier les machines agricoles.

Dans ce sens, le FCA et le ministère prévoient un partenariat avec le Centre de formation et d’application du machinisme agricole (Cfama), à Antsirabe, pour la fourniture de ces machines agricoles. «La création de coopératives pourrait, entre autres, faciliter cette initiative. D’ailleurs, le test sur les coopératives est en cours d’élaboration», a indiqué Willy Rakotomalala  Aussi, faudrait-il inculquer l’esprit entrepreneurial aux exploitants agricoles.

Arh.

News Mada0 partages

Banque Mondiale : la croissance économique ne profite pas à tous

Une hausse continue du taux de croissance économique est constatée à Madagascar ces cinq dernières années, selon le rapport sur les évolutions économiques récentes dans le pays, sorti par la Banque mondiale hier. Cette note positive n’a pas touché pour autant les couches les plus vulnérables dans le pays, particulièrement la population rurale. L’institution préconise plus d’exclusivité pour pouvoir réduire la pauvreté dans la Grande île.

Le taux de pauvreté au niveau national est passé de 77,84%  en 2012  à 76,42% en 2017, en se référant au seuil international de pauvreté à 1,90 USD PPP (Parité de pouvoir d’achat), soit une légère baisse d’un peu plus de 1% ces cinq dernières années, d’après les estimations de la Banque mondiale. Les prévisions de cette institution de Bretton Woods montrent, par ailleurs, que l’incidence de pauvreté, dont le seuil fixé à 1,90 USD par jour, devrait baisser de 75% à 73%  entre 2018 et 2020, dans la mesure où l’évolution économique actuelle reste maintenue.

D’après le nouveau rapport de la Banque mondiale, le taux de croissance économique dans le pays est passé de 2,3% du PIB à 4,2% entre 2013 et 2017. Seulement, les performances  macroéconomiques enregistrées par la Grande île, ces cinq dernières années, n’ont pas tout à fait permis de réduire la pauvreté au niveau national. Pour la Banque mondiale, le secteur agricole a connu la plus faible croissance, soit 0,8% par  an depuis 2012. «Ce qui indique que la croissance économique de ces dernières années n’a pas eu de répercussions positives sur les conditions de vie de la population rurale», peut-on lire dans ce rapport.

«Même si la croissance est importante, elle doit être inclusive pour avoir un impact sur la réduction de la pauvreté et doit reposer sur des institutions publiques solides», a soutenu  Coralie Gevers, responsable des opérations de la Banque mondiale à Madagascar. Avant de poursuivre que «ces perspectives macroéconomiques positives, conditionnées par la poursuite des réformes engagées dans le domaine économique et fiscal et un environnement politique stable, offrent des opportunités pour réduire la pauvreté».

Le secteur agricole à la traine

Concrètement, la faible productivité agricole, l’absence d’activités alternatives des ménages ruraux et les chocs météorologiques à répétition sont les principaux obstacles au développement du secteur de l’agriculture dans le pays. Le rapport révèle que la production locale de riz a chuté et les prix sont montés en flèche. Ces événements ont entrainé une augmentation de l’inflation en 2017, érodant directement le pouvoir d’achat de nombreux ménages. L’inflation en glissement annuel a culminé à 9 % fin 2017.

En outre, la Banque mondiale favorise également l’accès aux services financiers pour permettre aux ménages d’épargner et d’effectuer des paiements plus sûrs. Toutefois, avec un taux de bancarisation avoisinant les 5% dans le pays, l’inclusion financière reste un important défi pour la Grande île.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Banky iraisam-pirenena: mahantra ny 76,42%-n’ny Malagasy

 

Araka ny tatitry ny Banky iraisam-pirenena, mihatsara ny toekarena ankapobeny eto Madagasikara, saingy tsy mipaka any amin’ny isam-batan’olona. Mbola miaina anaty fahantrana ny maherin’ny  ¾-n’ny Malagasy.

Tsy foana ny fahantrana eto Madagasikara. Namoaka tatitra ny Banky iraisam-pirenena (BM) mikasika ny tontolon’ny toekarena eto amintsika. Raha fintinina, tsy foana ny fahantrana, izany hoe, tsy nisy fandrosoana loatra ny fanatsarana ny fari-piainan’ny Malagasy. Ho an’ny taona 2017, niaina anaty fahantrana ny 76,42%-n’ny Malagasy, mandray vola tsy mihoatra ny 1,9 dolara isan’andro (manodidina ny 6.000 Ar). Tsy nivoatra firy io taha io, hanamarinana fa tsy nihena ny fahantrana, satria niaina tanaty fahantrana ny 77%-n’ny Malagasy, ny taona 2016.

Nambaran-dRtoa Coralie Gevers, tompon’andraikitry ny BM eto Madagasikara, fa mahatratra ny 90%-n’ny Malagasy no mahantra tsy mandray mihoatra ny 3, 2 dolara isan’andro (manodidina ny 10.000 Ar isan’andro).

Araka ny tatitry ny BM ihany, nivoatra kely ny tahan’ny fandrosoana toekarena ankapobeny (4,2%), ny taona 2017. Na izany aza, nidangana ny vidim-piainana, nahatratra 9%, ary anisan’ny tena nahatonga izany ny halafosan’ny vidim-bary satria nihena ny vokatra, noho ny loza voajanahary. Nisy fivoarana kely izany nanomboka ny telo volana voalohany ny taona 2018, satria nihatsara ny voka-bary ka nidina ny vidiny vary eto an-toerana.

Nohazavain-dRtoa Coralie Gevers ihany, fa “na zava-dehibe aza ny fitomboana toekarena, tokony hiantraika any amin’ny isam-batan’olona mba hampihena ny fahantrana ary tokony hatanjaka ny rafi-panjakana samihafa”.

Nivoatra ny fifanakalozam-bola

Araka ity tatitry ny BM ity, tsikaritra fa nivoatra ny fifanakalozam-bolan’ny Malagasy amin’ny alalan’ny finday sy ny sampandraharaha ara-bola madinika, indrindra tato anatin’ny 10 taona farany. Nahafahan’ny mponina nampirina na mitahiry ny volany azo antoka izany fampiasana ny teknolojia elektronika, nanatsara ny fiharian’ny orinasa ary nitsinjovana ny andro sarotra ihany koa.

Raha ny voafaritry ny paikady mikasika ny fifanakalozam-bola elektronika, tombanana hitombo 29% hatramin’ny 45% ny Malagasy, nanomboka ny taona 2016 hatramin’ny taona 2022.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

BFV-SG sy Zandary: fiofanana mikasika ny banky

 

Nahavita fiofanana, ny 25-27 jolay teo, ny zandary miisa 30 nomen’ny banky BFV-SG, mikasika ny tontolon’ny banky. Tanjona ny ahalalana bebe kokoa ny lafiny vola sy ny banky, hanamafisana ny fanatanterahan’izy ireo ny asany, toy ny ady amin’ny famotsiam-bola, ohatra. Nampahafantarina azy ireo ny lalàna sy ny fepetra mifehy ny vola sy ny fikirakirana azy. Eo koa ny asan’ny banky, anisan’ny zava- dehibe satria ny 6%-n’ny Malagasy ihany no tena mampiasa azy.

Zava-dehibe ho an’ny BFV-SG, ity fampiofanana nomeny ity, hanehoana ny maha banky tompon’andraikitra azy. Satria ilaina ny fanaovan’ny rafitra sy ny olom-panjakana ny asany, araka ny tokony ho izy. Manan-danja amin’ny zandarimaria ihany koa, satria manamafy ny traikefany sy hifehezana tsara hatrany ny andraikitra tandrify azy.

Ankoatra ny zandary, efa nanome fiofanana, toy izao koa ny BFV-SG, ho an’ny tompon’andraiki-panjakana samihafa, toy ny ao amin’ny polisim-pirenena, ohatra. Endriky ny hametrahana fanjakana tsara tantana avokoa izany.

Njaka A.

News Mada0 partages

Misokatra ny TJE -BNI: entanina ireo tanora manana vina sy paikady miavaka

 

 Misokatra indray ny fifaninanana loka ho an’ny tanora mpandraharaha, na ny TJE (Trophée du jeune entrepreneur), andiany faha-14 ao amin’ny BNI Madagascar. Nomarihan’ny talen’ny fifandraisana ao amin’ity banky ity, Ralaimanisa Ndrina, fa maherin’ny 64 % ny renivola ao amin’ny BNI an’ny Malagasy. Koa entanina manokana ireo tanora eo amin’ny sehatry ny fandraharahana, manana vina sy paikady miavaka ho an’ny tsena eto an-toerana, any ivelany, na izy roa miaraka handray anjara amin’ity TJE ity, ho fampandrosoana ny toekarem-pirenena.

Manomboka amin’ity taona ity, hisy loka roa hozaraina, ny “TJE croissance +” efa mahazatra, sy ny “Startup TJE”. Ny loka voalohany, misokatra ho an’ireo mpandraharaha latsaky ny 45 taona, manana orinasa efa niasa herintaona, mampihodina vola tsy latsaky ny 60 tapitrisa Ar. Izay mahazo io “TJE croissance +” io afaka hampindramam-bola hatrany amin’ny 100 tapitrisa Ar, ka tsy misy zana-bola ny taona voalohany. Miainga avy amin’izay ny hahazoana manatsara ny orinasa amin’ny lafiny rehetra.

Tohanana manokana ny PME

Ny loka faharoa “Startup” kosa, araka izany anarany izany, manainga voalohany ilay orinasa ho an’izay manana tetikasa vaovao sy afaka mifaninana tsara amin’ny hafa. Manampy ara-bola, telo tapitrisa ariary ny BNI, fanomezana fotsiny, tsy averina, miampy “pack Orinasa”, mandritra ny iray taona, misy ireo singa samihafa, toy ny tahiry MVola, fiantohana Miarina, BNI-Net, sns. “Tafiditra ao anatin’ny politikanay ny fiarahana amin’ireo tanora mpandraharaha”, hoy Ralaimanisa Ndrina. Tohanana manokana ny orinasa madinika sy salantsalany (PME), koa nametrahana sampandraharahana iray misahana izany ao amin’io banky io.

Azo jerena ao amin’ny tranonkala BNI, manomboka izao ny fepetra rehetra momba ny fandraisana anjara. Ny 9 oktobra 2018 ny fotoana farany fametrahana izany ao anatain’ny tranonkala. Midika  izany fa tsy mampiasa taratasy mihitsy, ho mariky ny fitsitsiana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tsy fanjarian-tsakafo: very ny 40%-n’ny vokatra

 

Araka ny tatitry ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny sakafo (FAO), ny taona 2011, mahatratra 1, 3 miliara taonina ny sakafo avy amin’ny fambolena very an-javony. Antony, ny tsy fahaiza-mitantana ny vokatra manomboka eo amin’ny fiotazana, ny fikarakarana ary hatrany amin’ny fitahirizana. Tena voakasik’izany, ny aty Afrika sy eto Madagasikara. Manome 40%-n’ny sakafo avy amin’ny fambolena io 1, 3 miliara taonina io.

Atao eto Antananarivo, ny atrikasa hifanakalozana traikefa sy adihevitra, hikarohana vahaolana hamahana io olana amin’ny fitantanana ny tahirim-bokatra aorian’ny fiotazana io. Iarahan’ny Fiombonana aty Afrika amin’ny fambolena (Afaas), miara-miombon’antoka amin’ny Fiombonamben’ny filankevitry ny fambolena, FCA Madagasikara amin’ny fampahafantarana ny fitaovam-pifandraisan-davitra sy fampiofanana mampiasa ny teknolojian’ny informatika (Pif Tic) sy ny Fier Mada.

Nilaza ny tompon’andraikitry ny fandaharanasa fitantanana ny vokatra aorian’ny fahavokarana aty amin’ny tapany atsimon’Afrika, miara-miombon’antoka amin’ny FCA (Forum du conseil agricole eto Madagasikara), fa tokony ho foana ny tsy fanjarian-tsakafo eto Madagasikara sy Afrika, raha voafehy io tahirim-bokatra 40% very io. Efa natao andrana tany Mozambika, Tanzania ary Bénin ny andrana amin’ny fomba fitantanana nampiasana ny teknolojia vaovao (Tics) ary hita fa nahomby.

Njaka A.

News Mada0 partages

Tropy Jeannette: hoentina an-tsehatra indray ny «Ny tsy amoizako azy»

 

Taorian’ny « Lakile roa », ny « Ny tsy amoizako azy » indray ny tantara hoentina an-tsehatra, etsy amin’ny Alliance française (AFT) Andavamamba, ny alahady tolakandro izao. Misy fizarana telo ity tantara nosoratan-dRatsimiseta Jasmina sy narindran-dRavaloson Mbato ary holalaovin’ny tropy Jeannette ity. Ravaloson Rima kosa ny eo amin’ny fitendrena piano.

Piesy kilasika malagasy, izany hoe, teatra ravahina hira, ny ankamaroan’ny tantara lalaovin’ny tropy Jeannette. Tamin’ny taona 1930 no niaka-tsehatra voalohany, tao amin’ny Teatra Ambatovinaky, ny tropy Jeannette, niorina ny taona 1929. Io tantara « Ny tsy amoizako azy » io ny tantara fisehatra faharoa nolalaovin’ity tropy fanta-daza ity, raha ny « Ranomody », nosoratan’i Rodlish ny nolalaoviny voalohany.

Ny tropy Jeannette andiany fahatelo B indray izao hamoha azy izao ka tanora avokoa ny ankamaroan’ny mpikambana, toa an-dry Mina, Fanja, Yannick, Valo, Arilija, Tsiory, Rivo. Hanampy azy ireo ireo zokiolona, izay mbola tanora tao amin’ny tropy Jeannette, andiany faharoa. Tsy iza izany fa i Lija sy i Fara.

Hira tsy fandre firy intsony ny hira mandravaka io tantara io ary tantara tsy levon’ny vanim-potoana fa mbola misy hatramin’izao ny trangan-javatra hita ao. Mifankatia Ranary sy Rahely. Ranary anefa, akoholahimbohitra ka mikatsaka an-dRanoro. Tsy tian-dRanoro izy fa Ramahefa no iriny. Ramahefa anefa, mikatsaka an-dRahely. Ary misy lehilahy iray hafa koa izay akaiky azy, mitady an-dRanoro. Izay, raha fintinina, ny tantara, izay antenaina fa hahaliana ny maro.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Havatsa-Upem: hasandratra i Abel Andriarimalala

 

Itoeran’ny talenta tokoa i Abel Andriarimalala. Tsy tokana fa maro, tahaka ny fanoratana tononkalo, ny famoronan-kira, ny fahaizana manabe sy mampianatra, sns. Homen’ny Havatsa-Upem lanja avokoa ireo.

I Abel Andriarimalala, iray amin’ireo andrarezin’ny zavakanto malagasy ! Anisan’ny fanomezan-kasina lehibe ho azy sy ny kanto ataony ny hetsika hokarakarain’ny fikambanana Havatsa-Upem nampitondraina ny lohateny « Fanandratana an’i Abel Andriarimalala ». Ny asabotsy 8 septambra izao manomboka amin’ny 2 ora tolakandro, ao amin’ny Tahala Rarihasina Analakely, hanehoan’ity fikambanana ity ny momba an’i Abel Andriarimalala sy ny zavakanto ataony, toy ny famoronan-kira, ny tononkalo, sns. Hianoka ireo tononkalo nosoratany ny mpanatrika. Antsa hotanterahin’ny mpikambana ao amin’ny Havatsa-Upem. Horavahin’ireo hira noforoniny izay horedonin’ny tarika Abel Andriarimalala izany.

Mpanakanto feno, mpanabe ihany koa

Raha tsiahivina, poety, mpanoratra ary mpamoron-kira anisan’ny manana sanganasa tsy afaka am-bavan’ny Malagasy maro i Abel Andriarimalala. Anisan’ireny ny hira : « Andefaso taratasy », « Fitia tsy ambaratelo », « Tsy maninona aho », « Kalon’ny Ntaolo », « Mahita kilazalaza », « Tsy hanomezako tsiny anao », « Mangidihidy », « Ry taniko », « Tsara ianao ka tiako », sns. Ankoatra ny maha mpanakanto azy, ny taona 1964 ka hatramin’ny taona 1975, nampianatra taranja malagasy tao amin’ny lycée Jules Ferry izy. Efa nampianatra teny amin’ny oniversite Ankatso sy talen’ny sampana kolontsaina tao amin’ny minisiteran’ny Kolontsaina tany amin’ny taona 1972 – 1975 koa izy.

Marihina fa zanak’i Ener-Lalandy, mpanoratra anisan’ny manana ny maha izy azy, i Abel Andriarimalala.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Fotoam-pialan-tsasatra: raikitra indray ny « Salon des jeux de société »

 

Na tsy mbola ao anatin’ny fotoam-pialan-tsasatra tanteraka aza ny kilonga, efa mihamaro ireo hetsika fialamboly sy fanitaran-tsaina natokana ho azy ireo. Anisan’izany ny « Salon des jeux de société », hetsika fanao etsy amin’ny Alliance française (AFT) Andavamamba. Efa tonga amin’ny andiany faha-23 moa ny amin’ity taona ity.

Hotanterahina, ny 6 hatramin’ny 19 aogositra, izany hoe, haharitra roa herinandro be izao, ny « Salon des jeux de société » amin’ity. Araka izany anarany izany, ahitana ireo karazan-dalaon-tsaina malagasy sy vahiny mandritra ny « salon ». Maimaimpoana ny fidirana sy ny fandraisana anjara amin’ireo lalao rehetra, toy ny isan-taona.

Anisan’ireo lalao ho hita ao, ohatra, ny katro sy ny fanorona, izay lalao malagasy mihamiverina indray ary be mpankafy. Eo koa ireo lalao vahiny fantatra eran’izao tontolo izao, toy ny « jeu de go » an-dry zareo Japoney. Ankoatra ireo, hisy « jeu de dame », “1 000 bornes”, “scrabble”, “uno”, “sudoku”, sns.

Tanjon’ny mpikarakara ny « Salon des jeux de société » ny hanome sehatra ho an’ny ankizy hialany voly, mandritra ny fotoam-pialan-tsasatra. Tsy ho fialamboly ihany anefa izany fa hanazatra ny sainy hahay hikarokaroka ihany koa. Eo koa ny fampahafantarana karazan-dalao hafa, ankoatra ireo efa mahazatra ny ankamaroan’ny ankizy sy ny tanora.

Landy R.

News Mada0 partages

Fangaraharan’ny fifidianana: hiady amin’ny fanadiovam-bola ny hetsika Rohy

 

Niofana momba ny kolikoly sy ny vola  maloto  ny  eo anivon’ny hetsika  Rohy. Tafiditra amin’izao hiatrehantsika  ny fifidianan filoham-pirenena izao izany, indrindra  ho an’ireo  kandidà  hirotsaka amin’izany.

 Ady amin’ny fomba ratsy sy ny kolikoly ary ny vola maloto mialoha sy mandritra ary aorian’ny fifidianana. Izay no tanjon’ny fanofanan’ny Samifin ny hetsika Rohy teny Ambatonakanga, ny 25 sy 26 jolay lasa teo, momba ny ady amin’ny fanadiovam-bola maloto, araka ny fampitam-baovao tamin’ny tranonkala, omaly.

Vonona hiara-hiasa ka nampita fahalalana tamin’ny ekipan’ny tetikasa Fandio sy Fanoa  momba ny lalàna miady amin’ny fanadiovam-bola maneran-tany, indrindra eto Madagasikara, ny Samifin. Nohadihadina ny fomba fanadiovam-bola sy ny ady atao amin’izany amin’ny fotoanam-pifidianana toy izao, indrindra amin’ny fampielezan-kevitra.

Sarotra fehezina ny fanadiovam-bola

Sarotra fehezina ny fanadiovam-bola, zava-baovao amin’ny  ankamaroan’ny Malagasy. « Tsy mora ny ady amin’ny famotsiam-bola, indrindra amin’izao fiomanana amin’ny fifidianana izao », hoy ny mpanolotsaina teknikan’ny Samifin, Rabemananjara  Emilson. Tanjona amin’ny ady ny hananana mpitondra mendrika, itokisan’ny vahoaka, lany am-pahamarinana tanteraka ho fampandrosoana an’i Madagasikara.

Raha ny lalàna ankapobeny mifehy ny fifidianana vao nivoaka, nametraka mazava ny fametrahana ny fangaraharana sy ny ady amin’izay fanadiovam-bola maloto izay amin’ny  fifidianana.

Hisy ny fanentanana ireo kandidà

Hisy ny fanentanana sy fampahalalana ho an’ireo kandidà hametraka fangaraharana ny kaontim-bola. Mampirisika azy ireo sy ny antoko mpanohana hanara-dalàna ny Samifin amin’ny tetikasa, indrindra amin’ny fitantanana ny kaontim-bola amin’ny fifidianana.

Heverina ho fahombiazana sahady ho an’izay ho kandidà ny fangaraharan’ny fitantanam-bola, indrindra ny fiaviany sy ny ampiasany azy ary ny tambiny. Mila mandà izy ireo raha misy ny vola mampiahiahy avy amin’ny raharaha maizina hamatsiana fampielezan-kevitra sy ny laminasa mandritra ny fitondrana hijoro.

Adidin’ny olom-pirenena koa ny miady amin’ny fampiasana vola maloto. Tsy amin’ny fifidianana ihany izany fa mandritra ny fitondrana, indrindra amin’izay mety ho hita amin’ny mpanohitra koa. Tsy ny sehatry ny politika ihany no mety ahitana fanadiovam-bola fa ny fiharian-karena, ny asa fanasoavana, ny fivavahana…

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

CFM, Rasoamananiry: “Hihavanana koa ny tany…”

 

Tsy vitan’ny hoe mpikambana  ao amin’ny CFM Rasoamaniry, zanak’iny Antsihanaka iny, fa mbola mitarika ihany koa ny vaomieran’ny fahamarinana.  Anisan’ireo nanome voninahitra ny foara “Tangorogna II” tao Alaotra-Mangoro, Ambatondrazaka ny 28 jolay teo, ny tenany. Nitondrany fanazavana ny momba ny fihavanana sy ny fampihavanana, ankoatra ny tsy namaliany na koa ny nihodinkodinany amin’ny valin-teny manoloana ny fanontaniana hafa.  “Tsy  ny olona irery  no mila hihavanantsika. Ndao isika Malagasy hihavana amin’ny tanintsika aloha, hihavana amin’ny tontolo iainantsika  izao. Arahabao ny ala, arahabao ny omby, arahabao ny akondro…”, hoy izy.

Tsiahivina fa notovoziny tamin’ny zavaboahary ny foto-pisainana, ny iorenan’ny fahendrena malagasy manontolo. Niteraka ny fihavanana izany ary tsy misy afaka manda. Ao anatin’ny tontolo iainantsika  koa ny mpiray firenena amintsika.

 Rarivo      

News Mada0 partages

Fitondran-tena: hamory ireo antoko ny Ceni  

 

 « Fanarahan’ireo kandidà sy antoko politika na vondrona antoko politika miditra amin’izao fifidianana izao ny hametrahana fomba fitondran-tena sy fomba fiteny ary toetoetra mandritra ny dingana rehetra ao anatin’ny zotram-pifidianana. »

Izay ny ho anatin’ny fifanarahana eritreretin’ny Ceni, hosoniavin’ireo kandidà sy antoko politika misehatra amin’izao fifidianana filohan’ny Repoblika izao, araka ny fanazavan’ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, teny Alarobia, omaly.

Voalaza amin’izany fifanarahana izany ny tokony hatao mialoha ny fifidianana, na mandritra ny fampielezan-kevitra. Eo koa ny tokony hatao mandritra ny androm-pifidianana, ary ny tokony ho fitondran-tena sy hatao aorian’ny famoahan’ny voka-pifidianana. Ao anatin’izany koa ny tokony hatao raha misy mandika ny fifanarahana nosoniavina.

Hiaraha-manapaka ny fifanarahana

Andrasana izao ny sehatra hamoriana ny antoko politika rehetra hanomanana izany fifanarahana izany, hiaraha-manapaka. « Eritreretina fa tokony ho vita sonia alohan’ny fampielezan-kevitra ny fifanarahana », hoy izy.

Efa eo an-dalam-panomanana ny fifanarahana ny Ceni, miaraka amin’ny Bianco, ny Samifin, ny tetikasa Fandio… Hametrahana fitondran-tena mendrika sy filaminana ary fitoniana amin’ny fifidianana ny fanaovan-tsonia ny fifanarahana izay.

Tsy noho ny tsy fananana sy fanarahana etika politika ve no anisan’ny mahatonga ny fidirana amina karazana fifanarahana ivelan’ny lalàna toy izany? Eo indrindra koa ny tsy fanarahan-dalàna mahaza-dratsy ny sasany, indrindra ny eo amin’ny fitondrana mihevitra ho ambonin’ny lalàna. Ny lalàna aza tsy hajaina, vao ny hoe fifanarahana?

R.Nd.

 

News Mada0 partages

Fifidianana filoham-pirenena: mangataka an-dRajoelina ho  kandidà ny GMMAR

 

Tonga ny fotoana.  « Miantso sy mangataka ny filoha Rajoelina hilatsaka hofidina filoham-pirenena izahay. Aoka izy tsy hihemotra na hisalasala na eo aza ny fingampingana ary na inona miseho eto amin’ny firenena. Vonona izahay ary aoriany mandrakariva, hanohana sy hampandany azy hatramin’ny  farany”, hoy ny filohan’ny GMMAR, i Mamy Jo, omaly. Nampitandrina ireo manana teti-dratsy na koa mety hisakantsakana ny lalan’ny lamasinina  TGV koa izy ireo fa handray ny fepetra rehetra sy fanapahan-kevitra momba izany. “Misy fetrany ny fandeferanay”, hoy ihany ny GMMAR. Nanterin’izy ireo fa ho voavaha amin’ny alalan’ny IEM ny olana eto amin’ny firenena ary ahafahana mampandroso ny firenena izany.  Nohitsiny fa tsy tokony hihemotra intsony ny fifidianana.

Anisan’ny hahatonga delegasiona mafonja ho etsy Mahamasina, anio ny avy amin’ny GMMAR, avy any atsimo sy Atsimo Atsinanana.

Synèse R.

News Mada0 partages

TMH: “Tsy ekena ny fitiavan-tsezan’ireo matahotra fifidianana”

 

 Naneho ny heviny manoloana ny raharaham-pirenena ny eo anivon’ny Tanora miandrandra ny ho avy  (TMH). Anisan’ny tsy levon’ny vavonin’izy ireo ny fitadiavan’ny sasany hanaovana kilalao ny fiainam-pirenena  ka hambolena Tetezamita lavareny. “Mody fonosin’ireo olom-bitsy amin’ny fanorenana ifotony nefa tsy hitondra voka-tsoa fa fitadiavan-tsezan’ireo matahotra fifidianana”, hoy izy ireo tetsy Andavamamba, omaly. Toherin’izy ireo koa ny tetika samihafa hanemorana na hanafoanana ny fifidianana. Na izany aza, takin’izy ireo ny fangaraharan’ny fifidianan filoham-pirenena, hatao ny 7 novambra ho avy izao.

Manoloana izany, mangataka ny mpanorina ny Mapar, Rajoelina, ny TMH hirotsaka hofidina. “Tohananay izany filatsahany izany ary hanao ny handaniana azy izahay”, hoy ihany izy ireo. Anisan’ny naharesy lahatra azy ireo ny fitoviam-pijery eo amin’ny TMH sy ny filohan’ny Tetezamita.  Eo ny fampandrosoana ny firenena ka namolavolany ny paikady amin’ny alalan’ny IEM.

Synèse R.

Tia Tanindranaza0 partages

Vinam-piarahamoninaAzon’ny Malagasy tsara ve ?

Samy manovokovoka amin`izay ireo kandidà ho filoham-pirenena amin`ny fifidianana manaraka. Hisokatra amin`izany ny fotoana hanaovana kabary feno fampanantena satria ho henjana ny fifaninanana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola hanaiky hosasana atidoha ?

Manomboka anio ny fandraisana ny antontan-taratasin’ireo kandida, ary ho hita eo amin’izay hoe iza no nitsapatsapa sy nanao resabe fotsiny, saingy tsy sahy sy hihemotra, ary iza ireo tena sahy sy vonona ?

Ao aza ireo efa masaka ara-poto-kevitra hatry ny ela amin’izay olona hotohanany satria nijery sy nandinika ary nanaraka ny raharaham-pirenena, ka nahalala tsara hoe iry no nahavita sy tena niasa ary nampandroso ny firenena, iry kosa ilay namotika sy nandrava efa ary nanao fiainam-voalavo ka mamotika izay tandrify sy tsy mitsinjo ny ampitso, na koa hoe iry dia nampiesona fotsiny ary ny zavatra nambarany aza hatramin’izao tsy misy tanterany, fa izy mianakavy no nitombo harena andro aman’alina … Misy ihany koa ireo tsy dia fantatra firy, saingy inoana izay maro no hanao fitaovana ny tsy fahombiazan’ny teo aloha, toy ny sasany izay tao anaty sambo. Samy handresy lahatra vahoaka ireo, samy hiresaka sy hanasa atidoha… ary misy mihitsy aza ny sasany mety hizara vola sy hividy ny safidim-bahoaka. Dia tena takon’ity resa-pifidianana ity ny fiainam-bahoaka, izay ambikambin-javatra hatrany hatrany, saingy hatao fitaovana ato ho ato. Ny fampianarana tsy mivaha iray kanefa dia misosoka ny hafa, ny fitaterana manangasanga ny fampisondrotana saran-dalana, ny fakana an-keriny sy vono olona etsy sy eroa tsy vaovao amin’ny sofina intsony. Fa raha ireo kandida izay samy manam-bola be ireo aloha no miray hina sy mifanampy ary tsy hiady fa hifanohana sy hifamelona amin’ny Malagasy tokoa, dia tsy ho toy izao isika e ! Maro no hanasa atidoha fotsiny, ka dieny izao dia mila mijery sy mandinika tsara sao dia mijoboka e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida filohaSamy hampiasa fitaovana goavana

Manomboka miditra lalina amin’ny fifaninanan’ny fifidianana isika na tsy mbola raikitra aza ny propagandy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Na mpanao politika , na olon-tsotraMaro no be fanakianana kanefa tsy manana vahaolana

Hatreto, rehefa atao tombana ny vokatry ny fihetsiky ny mpanao politika sy vahoaka Malagasy dia azo aravona amin’ny hoe samy be fanakianana sy tsy mahatondra vahaolana ny ankamaroany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsi-panoherana eto MadagasikaraTsy hita mazava izay tena tanjony

Ny niady hahatafapetraka ny lehiben’ny mpanohitra eo anivon’ny antenimieram-pirenena, araka ny voalazan’ny lalàmpanorenana aza tsy mbola vitan’ny antoko mpanohitra eto amintsika hatramin’izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao ho FilohaKrizy vaovao ho an’i Madagasikara

Ny filohan’ny Antenimierandoholona no voafaritry ny lalàmpanorenana fa mandray ny toeran’ny filoham-pirenena raha mbola hirotsaka hofidiana izy, araka ny voalazan’ny andininy faha-46.

 Ny filoha nasionalin’ny Antoko HVM teo aloha, Rivo Rakotovao mazava ho azy no handray ny toeran-dRajaonarimampianina raha hirotsaka izy satria tsy maintsy miala 30 hatramin’ny 60 andro mialoha raha ny voalazan’ny andininy faha-47. Hatry ny ela rahateo ny HVM no nilaza fa Rajaonarimampianina no hatosika sy ampirisihina hirotsaka, ary mety ny 10-11 aogositra amin’ny fihaonamben’ny HVM any Antsiranana no havoaka ofisialy izany. Ny 7 septambra no miala Rajaonarimampianina raha hiala. Vao mainka ho krizy vaovao eto amin’ny firenena anefa io, rehefa dinihina ny zava-misy ara-politika amin’izao. Fitakiana fony nisian’ny tolon’ny fanovana dia efa nisesisesy ny tsy fankasitrahana ny mety handraisan’i Rivo Rakotovao ny toeran’ny filoham-pirenena. Tsy misy antoka mazava rahateo fa tsy hitanila ny fanjakana eo na dia fampandehanan-draharaha aza no tokony hatao mandra-pahatonga ny filoha vaovao. Efa ireny niaraha-naheno ireny rahateo ny nambaran’i Rivo Rakotovao teny amin’ny Hotely Carlton ny 27 jolay lasa teo fa tsy maharesy antsika ireo mantsy ny hafa satria efa tsara fiomanana, hono, izy ireo. Ny hafa izany, dia maivan-danja avokoa. Ekena hoe mety ho fankaherezana ny mpikatroka HVM izany, fa azo adika ho efa fananana fanantenana amin’ny zava-dratsy hampandresena ny antokon’izy ireo, toy ny resaka hala-bato. Ny fampiasana ny lehiben’ny faritra hampandresy ny HVM moa io iaraha-mahalala, ankoatra ny mety ho fanambatambazana ny lehiben’ny distrika sy Prefe, izay karazan’ny efa nahazo toromarika im-betsaka tany an-dapa. Ho raikitra ny rombo politika vao misy zavatra midilatra ka mampitombina ny ahiahin’ny maro eo.

Toky R

 

News Mada0 partages

Cecifoot: niofana ireo atleta sembana ara-pahitana

 

Nomena fiofanana ireo mpilalao kitra manana fahasembanana ara-pahitana. Notanterahina tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina izany, ny 30 sy ny 31 jolay lasa teo, ny cecifoot no mpanatanteraka fampiofanana, niaraka tamin’ny federasiona malagasy paralympique, notarihan’ny filohany, Monja Dinar.

Nitarika ny fiofanana sy nanampy ara-pitaovana, i Hoareau David, manampahaizana reonioney, sady filohan’ny Association cecifoot La Réunion. 20 ireo mpiofana nahitana, mpilalao sy mpanazatra avy eto Analamanga. Nomarihin’ny filohan’ny federasiona fa noho ny fahamaizana ny anton’izany, saingy ireto nandray fiofanana ireto indray no hizara sy hampita ny fahaizana norantoviny, any amin’ireo faritra. Tanjon’izao fiofanana izao, ny hahafahana hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’ny Ranomasimbe Indiana, amin’ity taranja ity, izay hatao ny taona 2019 sy 2020.

Nanambara ny fahafaham-pony, i Hoareau David, na fohy aza ny fotoana nanatanterahana ny fiofanana. “Manantena aho fa hitondra vokatra tsara ho an’i Madagasikara, ny zavatra natao, tao anatin’izay roa andro izay”, hoy izy.

Torcelin

Tia Tanindranaza0 partages

Hetran-trano sy hetran-tany Fa mankaiza marina ?

Betsaka ireo tokantrano tsy mety mandoa hetra eto Antananarivo Renivohitra na dia efa isan-taona aza no hanaovana azy ary manomboka amin’ny 2.000 Ar.

 Nitondra fanazavana mikasika izay Atoa Ndramanoro François  assistant de direction eo anivon’ny sampandraharahan’ny fitantanam-bola eo anivon’ny kaominina. Nambarany fa hikarakarana ny vahoakan’Antananarivo Renivohitra ihany ireny  hetra alaina aminy ireny, ho an’ireo Boriborintany enina eto an-drenivohitra. Anisany ny fandoavana ny karaman’ireo mpiasan’ny kaominina izay miasa ho an’ny vahoaka. Ny fametrahana ny jiro an-dalambe hampitoviana ny tombontsoan’ireo tokantrano tsy afaka mametraka herinaratra eny an-tokotany. Ny fanamboarana toeram-panasan-damba eny anivon’ny fokontany izay notsindriany manokana fa tsy ho zakan’ny tetibolan’ny fokontany velively, ny fanamboarana lalankely, ny fanamboaran-dalana, indrindra ho an’ireo lalana kaominaly izay ialan’ny fanjakana hatrany, ny fampandehanan-draharaha eny anivon’ny kaominina. Farany dia nomarihin’Atoa Ndramanoro François ihany koa fa hividianana ireo taratasy eny anivon’ny tranompirintim-pirenena  hanamboarana bokim-pianakaviana, kopia mari-pahaterahana, kopia nahafatesana… ihany koa ireny hetra aloantsika ireny. Raha vao tsy voaloa ao anatin’ny telo volana aorian’ny hahatongavany moa ireny hetra ireny dia mahavoasazy avy hatrany amin’ny alalan’ny tataon-ketra manaraka azy. Ho an’ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia efa mivoaka ankehitriny ny hetran-trano sy hetran-tany taona 2018, raha araka ny fantatra hatrany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fivalanan-drano miparitaka etsy sy eroaAzo havadika ho herinaratra hanazavana ny tanàna

Raha mbola olana goavana eto amintsika ny fiparitahan’ny fivalanan-drano eny rehetra eny amin’izao dia nahita vahaolana mifandraika amin’izany ireo mpianatry ny sekoly ambony ISPM eny Antsobolo, ao amin’ny taona faharoa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voafonja ao AntanimoraMiandry fitsarana avokoa ny antsasa-manila

Omaly talata 31 jolay 2018 no natao tetsy amin’ny DLC Anosy ny atrikasa jeritodika ny tetikasa iadiana amin’ny fitazonana am-ponja mialoha ny fitsarana tsy manara-dalàna.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra amin’ny kilasy antenantenanyTsy hisy fanadinana 3 volana fahatelo ?

Niantso ny mpampianatra rehetra hanohy ny asa hanatanterahana ny fanadinam-panjakana filohan’ny sendikan’ny Mpampianatra ANEFFA, Elidio Randrianjafy afak’omaly.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kidnapping tany TsaratanànaTranga dimy tao anatin`ny efa-bolana

Mirongatra hatrany ny fakana an-keriny tamin`ity taona ity ary toa lasa fomba amam-panao any amin`ny tontolo ambanivohitra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Saran-dalan’ny Taksibe500 Ar ho an’ny FMA, 400 Ar ho an’ny UCTU

Hanomboka anio alarobia 1 aogositra no hampiakatra ny saran-dalana ho 500 ariary ireo taksibe mivondrona ao amin’ny FMA izay ahitana ny kaoperativa Mirindra (194-163), Mihary (165), Sitraka (109), Kofitama (143), Mitambatra (166) ary Onja (192).

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby Amboaran’ny Ben’ny tanànaRaikitra ny andiany voalohany

Araka ny fanazavana nomen’ny tanànan’Antananarivo notarihan’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana ny mpanao gazety tetsy amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely omaly talata 31 jolay 2018 dia hotontosaina etsy amin’ny kianjan’i Mahamasina ny 12 sy 19 ary 26 aogositra 2018 izao ny andiany voalohany amin’ny “Amboaran’ny Ben’ny tanàna” eo amin’ny taranja rugby à XV.

Tia Tanindranaza0 partages

Ahiana ny afera maloto goavanaHitokona ny mpiasan’ny minisiteran’ny jono ?

Mbola ratsy lavitra noho ny teo aloha ny afera maloto ato amin’ny minisiteran’ny jono, hoy ny fampitam-baovao iray. Vola ana miliara maromaro no re fa nalain’ny minisitra Augustin Andriamananoro raha nandeha nanao fitsirihana sambo sinoa tany an-toerana herinandro maromaro izay, raha ny voalazan’io loharanom-baovao io hatrany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasam-bola eto MadagasikaraTsy miteraka harena ny ankamaroany

Tsy vitan’ny hoe kely sy tsy ampy ny vola miodina eto Madagasikara fa sady tsy miteraka harena.

 

 Noho izay tsy fahamian’ny bongam-bola ho enti-manodina ny tetikasa izay dia mianona fotsiny amin’ny tombom-barotra kely ny ankabeazan’ny Malagasy. Tsy mbola hahavitana manangan-javatra goavana sy hiampitana  amina tetikasa lehibe mihitsy ny eo an-tanana. Tsy misy afa-tsy ny fanamorana ny fidiran’ny Malagasy amin’ny banky mba ho afaka hampiodim-bola sy hampiteraka tombony ho azy. Io hatrany no olana eto amintsika satria sady sarotra sy maro ny taratasy takiana kanefa ny zana-bola koa ambony be. Mila jerena ihany koa ny zavatra mampiavaka ny faritra ary amin’izany no hanosehana ny tsirairay amin’izay tetikasa hampandroso azy sy io faritra misy azy io. Sakana ihany koa ny toe-tsaina tsy mety hivoatra ka na dia hita ho efa fitadiavam-bola tokony hovaina zavatra hafa aza dia aleo mionona amin’io ihany fa hoe: efa io no nahazatra . Ankoatr’izay dia matahotra mampiasa vola noho ny asa fandraharahana tena marefo eto Madagasikara ireo mba afaka manao izany. Io tontolon’ny fandraharahan’ny Malagasy io mihitsy no tokony hilofosana na amin’ny sehatra madinika indrindra na ny goavana raha tiana hiroborobo ny toekarem-pirenena

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa “RANO WASH”Hamatsy vola 30 tapitrisa dolara ny USAID

Nisy ny atrikasa nokarakaraina momba ny Rano Wash omaly talata 31 jolay tetsy amin’ny Hotely Solimotel Anosy.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aza be resaka e

Teo foana ianao hatrizay , naninona no tsy niteny?Fa izao vao mihorakoraka etsy sy eroa hoe tsy mety ireny.Raha hoe nametra-pialàna indray mety azoko leferinaFa olona voadaka, very seza vao mimpenompenona.

 

Ny Malagasy izany heverinao ho bado daholo?

Hoe azo ambakaina amin'ny andraso eo poly!

Efa fomba fatao hatrizay io manadio tena io

Ary tsy ianao irery no maloto miezaka ny mba hadio.

 

Efa nolazaiko foana hoe ny nenina tsy eo aloha hananatra.

Zao vao mody miseho manana ny vahaolan'ireo mpampianatra

Tara loatra r'ingahirainy, efa halohalika ny ranombary

Hita be fa mirangorango, tapaka fihinanana miBariBary.

 

Asa iza indray no manaraka eo hamadika palitao?

Ka mety ahasahy mihitsy, hihirahira hoe miala i Jao

Horonantsary efa mahazatra tsy mampihontsina vahoaka

Mpanao politika mampihomehy, toa manao resa-toaka.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarenana an’i MadagasikaraMila olona ampy traikefa sy efa voasedra

Tsy moramora ny asa miandry izay ho filoham-pirenena vaovao eo satria tsy vitan’ny miala bala amin’ny filazana hoe firenena fadiranovana no noraisiko teo tamin’ny 2014, toy ny nambaran-dRajaonarimampianina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Manomboka anio ny fanaterana dosie

Anio amin`ny 8 ora maraina no hisokatra ny fandraisana an`ireo antontan-taratasin`ireo maniry hilatsaka hofidiana filoham-pirenena amin`ity fifidianana 2018 ity etsy amin`ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) Ambohidahy.

 

 Araka ny didim-panjakana, lah. 2018- 644 izay nivoaka ny 06 jolay lasa teo izay namariparitra ny fomba fanomanana ny fifidianana dia ny mpirakidraharaha eo anivon`ny HCC no handray ireo antontan-taratasy ireo.  Andrasana ny fametrahana ireo antontan-taratasin`ireo izay vonona handray anjara amin`ny fifidianana ho filoham-pirenena. Matetika ireo kandidà mametraka ny taratasy amin`ny andro voalohany na koa amin`ny andro farany no tena misarika ny sain`ny olona. Tsy misy kosa idiran` ny filaharana ao anatin`ny biletà tokana ny fametrahana dosie satria amin`ny alalan`ny antsapaka indray no hanatanterahana azy. Ireo kandidà ho tonga amin`izao voalohany izao dia hanome toky an`ireo mpanohana azy na ireo mpifidy amin`ny fahavononany hirotsaka hofidiana filohan`ny Repoblika.  Fepetra 15 no takiana ao ary ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana no ho tompon-kevitra farany amin’ny fahafahan'ny kandida iray milatsaka na tsia. Hatreto roa-polo mahery kely no efa azo antoka fa hirotsaka ho filoham-pirenena ary hihoatra an`izany izany isa izany mandrapaha tapitry ny fe-potoana amin`ny 21 Aogositra ho avy izao.Ny sabotsy 26 Aogositra ho avy izao kosa hivoaka ao anatin`ny gazetim-panjakana ny anaran`ireo izay mahafeno fepetra ka afaka hirotsaka. Kihon-dalàna ho an`ny firenena iray ny fanatanterahana fifidianana ka antenaina fa hafana ny toedraharaha politika eto amintsika manomboka anio.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pety Rakotoniaina sy ny HFIHitory an’i Andry Rajoelina

Fifanandrifian-javatra ve sa kajy efa voarindra? Iray andro mialoha ny famoriam-bahoaka hotontosain’ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina,

J. Mirija

 

Midi Madagasikara0 partages

Kung-fu Wisa – Analamanga : Rendez-vous ce dimanche à Ankatso

Le championnat régional de kung-fu Wisa se déroulera ce dimanche au Gymnase d’Ankatso. « Tout est fin prêt. On n’attend plus que le jour-J de la compétition », a fait savoir le président de la ligue d’Analamanga, Henry Justin Rakotonirina. Cette joute régionale verra la confrontation des meilleurs pratiquants de cette discipline à Analamanga, allant de la catégorie des moins de 50 kg à celle des moins de 80 kg, autant chez les hommes que chez les dames. Les combats débuteront à 9 heures.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Financements de campagne : Le Kmf/Cnoe appelle à une collaboration entre le Bianco et le Samifin !

Quand il s’agit de mettre en relief les intérêts personnels des parlementaires, ils n’hésitent pas à paralyser l’Exécutif. Par contre, quand il faut protéger l’intérêt supérieur de la nation, ils sont les premiers à le reléguer. C’est exactement ce qui s’est passé avec le vote des lois électorales bancales et incomplètes, mais aussi et surtout avec le projet de loi sur le recouvrement des avoirs illicites qu’ils ont complètement zappé. En effet, les deux chambres parlementaires devaient procéder à l’examen et au vote dudit projet de loi lors de la dernière session ordinaire de mai et de juin, mais les parlementaires ont préféré passer à autres choses. Quoiqu’il en soit, et compte tenu du fait que le processus électoral soit déjà… en marche, l’origine des fonds utilisés et mobilisés lors de la précampagne et de la campagne demeure, généralement, occulte.

Contrôle de financement. Comme nous l’avons écrit le 19 juillet dernier, la commission nationale de contrôle du financement de la vie publique, prévue par la loi n°2018-008 relative au régime général des élections et des référendums, attend à être mise en place. Pour des raisons « organisationnelles » de la part de l’Ordre des Experts-Comptables et de la Cour des Comptes, qui doivent proposer cinq noms (deux pour le premier et trois pour la seconde), le public est obligé d’attendre également la formation de cette commission. Et pourtant, d’après les dispositions de l’article 87 de la loi susmentionnée, la commission nationale de contrôle du financement de la vie publique « s’assure de l’accomplissement, par le trésorier de compte de campagne de sa mission, du respect de la condition du compte unique, du contrôle de légalité des recettes perçues et le caractère électoral des dépenses effectuées ».

Intentionnels. Lors de la deuxième session extraordinaire du mois de mars dernier, le KMF/CNOE(Kaomity Mpanara-maso ny Fifidianana/Comité National d’Observation des Elections) a d’ores et déjà fustigé certaines dispositions des lois électorales qui sont loin de faire l’unanimité, dont celles relatives aux financements de la précampagne et/ou de la campagne. Par rapport à ce point, Andoniaina Andriamalazaray, le président du KMF/CNOE – joint au téléphone, hier – appelle à une collaboration entre le Bianco et le Samifin. « Le premier va s’occuper des fonds d’origine intérieure et le second va se charger de ceux d’origine extérieure, pour éviter la circulation de l’argent sale ou blanchi. » Mais l’effectivité de cette recommandation nécessite l’amendement des textes y afférents, pour que ces deux organes qui, jusqu’à maintenant ne sont pas investis de ce pouvoir « de chasse aux fonds de campagne occultes », soient véritablement compétents en la matière.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Le CFM chez le PM

Les membres du CFM (Comité du Fampihavanana Malagasy), conduits par leur Président, Maka Alphonse, ont rendu une visite de courtoisie auprès du Premier ministre Ntsay Chrisitan. Dans le cadre de la recherche de l’apaisement, qui garantira une élection crédible, transparente et acceptée par tous, des perspectives de collaboration ont été discutées avec le Chef du Gouvernement qui est non moins le Chef de l’Administration. Ainsi, les deux parties ont reconnu que la neutralité de l’Administration s’avère primordiale.

Charte d’apaisement. Maka Alphonse, d’avancer qu’un projet de Charte d’apaisement est actuellement en cours de préparation. Dès que la liste des candidats sera officialisée, les membres de ce Comité d’experts procèderont à des entretiens avec tous les candidats concourant à la présidence de la République,  et ce afin que les élections se déroulent dans un esprit de sérénité et de fraternité.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Jour J pour le meeting à Tana

Le Palais des Sports est fin prêt pour accueillir les invités.

Durant toute la journée d’hier, les organisateurs se sont attelés à l’installation des matériels de sonorisation, des décorations, et ont planifié les emplacements des invités.

Jour J pour la rencontre de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina avec la population tananarivienne. Comme prévu, le président fondateur de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) tiendra un « show politique » au Palais des Sports et de la Culture de Mahamasina ce jour. Une occasion pour lui de présenter aux tananariviens son grand projet dont l’objectif est de rattraper le retard de la Grande île en matière de développement. Comme à son habitude durant ses récents déplacements au niveau de 21 districts, l’ex-homme fort du pays profitera également de cette occasion pour se mettre à l’écoute de la population, à propos des réalités vécues au quotidien par la majorité des Malgaches, engendrée entre autres, par l’inflation, l’insécurité, la pauvreté alarmante, la corruption et les abus de tout genre. Toutes les couches sociales vont être représentées au Palais des Sports ce jour.

Diffusée en direct. Selon Hasina Razafindrakoto, membre du comité d’organisation, des Sojabe et des Raiamandreny venant des 22 régions, des Maires et des parlementaires, des opérateurs économiques, des étudiants, des artistes, des commerçants, des paysans, ainsi que des personnalités politiques et apolitiques issues de différents domaines ont reçu leur carton d’invitation pour être présents à Mahamasina. « Tout est fin prêt pour accueillir les invités », a-t-il déclaré. En effet, jusqu’à très tard dans la nuit, les organisateurs se sont attelés à l’installation des matériels de sonorisation, des décorations, et ont planifié les emplacements des invités. Les 6 000 places du Palais des Sports et de la Culture étant insuffisantes pour contenir les partisans de l’ancien président de la Transition à Antananarivo, un écran géant a été ainsi installé à l’extérieur. Il convient de noter que seuls, ceux qui disposent d’un carton d’invitation pourront assister à cet évènement. Pour satisfaire les partisans d’Andry Rajoelina dans les provinces, la cérémonie sera diffusée en direct sur facebook et sur youtube.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Deda Randrianarivelo : « Le basket-ball 3 x 3 a besoin d’un coach ! »

« Deda » Jean de Dieu Randrianarivelo a pris sous sa cape, les meilleurs basketteurs du moment

Brisant le silence, Jean de Dieu Randrianarivelo plus connu dans le monde du basket-ball sous le petit nom de Deda, parle de ce basket-ball 3 x 3 qui réussit bien aux Malgaches et aborde sans complexe ce qui nous manquait vraiment pour réussir aux championnats d’Afrique de cette nouvelle spécialité auxquels Madagascar a réussi à se qualifier.

Midi Madagasikara : On avait dit que le basket-ball 3 x 3 réussit bien aux Malgaches. Du coup on n’arrive pas à comprendre le naufrage aux Jeux Africains de la Jeunesse où Loïc et ses camarades n’ont pu rien faire.

Les textes à la lettre. Jean de Dieu Deda Randrianarivelo : « C’était prévisible dans la mesure où les quatre garçons étaient livrés à eux-mêmes puisqu’il n’y avait pas d’entraîneur. Comme il s’agit de mineurs et malgré tout leur talent auquel on ajoute la taille car il y avait un joueur de 2m et un autre de 1m90, ils ne savaient pas à quel moment s’entraîner et surtout qui remplacer dans une bataille. Pire, je pense qu’ils ne savaient même pas quand  procéder au réveil musculaire nécessaire. »

Midi Madagasikara: Mais les textes ne prévoient pas la nécessité d’avoir un entraîneur…

Deda : « C’est vrai mais comme on a vu ici au Palais des Sports, toutes les équipes ayant participé pour se  qualifier aux championnats d’Afrique seniors avaient leurs entraîneurs. Seulement ils se trouvaient comme en tennis dans les tribunes. Il ne faut pas prendre les textes à la lettre car il faut quelqu’un pour dire à quel moment prendre un temps-mort et à quel moment changer. Il faut surtout un entraîneur pour diriger l’entraînement. Ce qui explique pourquoi on a perdu bêtement car si le budget de l’Etat ne le permet pas, la Fédération malgache de basket-ball aurait pu trouver les moyens pour faire partir à Alger un entraîneur comme on l’a fait en natation lorsque le club Saint Michel prenait en charge ses deux nageurs. »

Un plus. Midi : Pour revenir aux championnats d’Afrique auxquels nous nous sommes qualifiés, les basketteurs malgaches peuvent-ils aller au bout en supposant que vous faites partie du voyage car ce n’est pas un secret que vous avez personnellement préparé Elly et ses camarades ?

Deda : « C’est indispensable que la délégation au Congo comporte un entraîneur. Qui qu’il soit, sa présence est impérative. Et si c’est moi, alors ce serait un plus car je connais plus que quiconque les quatre joueurs en l’occurrence Elly, Ricky, Fabrice et Arnaud pour les avoir formé. »

Midi : Si ce n’est le titre africain du 3 x 3, ce serait donc une qualification pour les Jeux Olympiques de 2020 ?

Deda : « C’est possible car pour l’instant Madagascar fait partie de l’élite africaine. Reste à espérer que cette spécialité recevrait la bénédiction du Comité Olympique même si  nous ne faisons pas encore partie des amis du président Siteny Randrianasoloniako et de son SG Harinelina Randriamanarivo. Mais la réalité du terrain est là pour rappeler que le basket-ball 3 x 3 constitue nos meilleures chances de faire bonne figure au même titre que la pétanque. »

Propos recueillis par

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

« King of Kickboxing » – Mayotte : Double victoire malgache

Andi Milliard (à gauche) et Voary Pierre (à droite) posant avec leur ceinture mondiale.

Andifitia Mahery et Voary Pierre sont rentrés avec deux ceintures mondiales au Gala de kickboxing disputé à Mayotte le 27 juillet dernier.

De bons augures. A quelques mois de la tenue à domicile de « l’X-trem combat » au Palais des Sports de Mahamasina, les kickboxeurs malgaches, à savoir Andifitia Mahery et Voary Pierre, ont assuré au « King of Kickboxing », disputé le week-end dernier au Gymnase Pamandzi, à Mayotte. Dans le premier combat, Andi Milliard s’est imposé face au Mahorais Saindou Irachidine, champion du monde de kickboxing et champion d’Europe full-contact. Après cinq rounds de trois minutes, le combattant du Lion Force a corrigé son adversaire et s’est emparé de la ceinture profesionnelle World Kickboxing Network (WKN). Dans l’autre combat, Pierre Voary a battu par K.O. au premier round le Tanzanien Moussa Mohamed. Dès les premières secondes du combat, Pierre a fait trembler son adversaire. Il a remporté ainsi le titre de champion de l’Océan Indien pro WKN. « Les combattants malgaches ont démontré qu’ils évoluent dans le niveau. Le président du WKN, Stéphane Cabrera, présent sur place, a félicité la prouesse technique des Malgaches » a expliqué, Thommy Gilbert, président du club Lion Force.

X-trem combat. C’est la première fois que la célèbre ceinture du championnat du World Kickboxing Network se dispute dans l’Océan Indien. Cinq pays étaient présents à ce grand gala international de Mayotte. Il s’agit de Madagascar, de la France (Mayotte, La Réunion), de la Tanzanie et du Kenya. Cette étape mahoraise a permis au clan malgache de voir le niveau régional pour mieux attaquer la 3e édition du « X-trem Combat » du 8 septembre au Palais des Sports de Mahamasina. Un grand gala mondial, sous l’égide du World Kickboxing Network (WKN), de la fédération malgache de kickboxing et des disciplines associées (FMKB-DA), qui verra la participation de six pays. Le président du WKN, Stéphane Cabrera, est attendu au pays. En attendant le jour-J de l’évènement, les représentants malgaches sont actuellement en pleine préparation.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Anjanahary : Tanora mpanao haiady lasa jiolahy

Mbola namaly ny iray nandritry ny fisamborana azy

Ny olona mihitsy no nanome vaovao feno ny polisy. Azo hatramin’ny sarin’ireo mpanendaka. Ny olona ihany koa no nanampy tamin’ny fikarohana izay toerana fanaovan’izy ireo ny asa ratsiny. Nohamarinin’ny polisy ny vaovao ary dia tonga tamin’ny fisamborana ireo tovolahy roa. Niainga tamin’ny fitarainana nisesisesy izay tonga teny amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo ny fanokafana ny fanadihadiana. Tsy teny ihany fa ny teo anivon’ny fokontany Anjanahary II-N sy II-O, dia nahazo izany koa. Heverina ho feno arak’izany ny fepetra tamin’ny fanaovana haza lambo ireto jiolahy ireto. Ny fokontany, ny olon-tsotra, ny polisy dia samy nikaroka vaovao sy nanao fanaraha-maso ny tanàna. Rehefa nohamarinina rahateo, dia efa hatramin’ny volana novambra no efa nisy fitarainana momba ny olona izay voakasika. Teny Manjakaray, noho izay fiaraha-mientana izay, indrindra tamin’ny fifampizaram-baovao, no nahatrarana ny iray izay fantatra amin’ny solon’anarana hoe Darara. Nanomboka tamin’ny nahazoana an’io farany no nahafantarana, fa mpanao haiady eo anivon’ny fileovana iray ilay tovolahy. Rehefa natao ny fanadihadiana azy dia natazominy ho mpiray tsikombakomba taminy ny jiolahy iray hafa. Natao koa ny fisamborana io lehilahy io. Nidoboka am-ponja eny Antanimora izy ireo rehefa natolotra ny fampanoavana. Raha araka ny fanamarihan’ny polisy izay nanao ny fisamborana, dia mbola nampiasain’ny iray tamin’ireo tovolahy ny fahaizana haiady nandritry ny nangalana azy. Ny zava-misy dia tsikaritra, fa manamafy ny tenany avokoa ireo mpanao sinto-mahery mba ho fiarovana ny ainy. Ao ny mikotrana isan’andro mba ho afaka manavotr’aina rehefa misy ny fanenjehana. Ao koa ny manao haiady mba hampiasaina mandritry ny asaratsy sy hialàna koa amin’ny fisamborana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

MPTDN : Les dirigeants œuvrent dans la cohésion

Le SG du MPTDN Briand Andrianirina (à gauche sur la photo) a assisté à la passation de service entre les directeurs des ressources humaines entrant et sortant Jocelyn Andrianasoloarijaona et Haja Randrianarivony.

Le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique ne ralentit pas. Les activités, le travail avancent à grand pas. Toujours est-il que les dirigeants dans ce Département ministériel œuvrent dans la cohésion. En présence de Briand Andrianirina, Secrétaire Général du MPTDN, la passation de service entre les directeurs des ressources humaines entrant et sortant, Jocelyn Andrianasoloarijaona et Haja Randrianarivony a été faite, hier.

Solutions. Pour reprendre les mots du Secrétaire Général du MPTDN « le ministère travaille pour trouver des solutions à la crise qu’elle a subie. Il faut avancer pour permettre le fonctionnement du ministère, atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés et pour l’intérêt de tous ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – Analamanga : Un choc BBCM – LRBBA

Les championnats d’Analamanga vétérans hommes et dames battent actuellement leur plein au Petit Palais des Sports à Mahamasina.  La compétition entrera dans la troisième journée des éliminatoires cet après-midi.  Chez les hommes, les férus du ballon orange attendent le duel entre  les équipes du Basket-ball club Mahamasina (BBCM) et de la ligue Régionale de Basket-ball Analamanga (LRBBA).

T.H

Calendrier

Véterans dames

12H00: FOB contre MMBC

13H30: BBC contre JCBA

15H00: ASF contre DBC

Vétérans homes

16H30: BCR contre COSFA

18H00: ASTAR contre CHEMINOTS

19H30: BCSM contre AT2B

21H00: BBCM contre LRBBA

Midi Madagasikara0 partages

Tsararivotra Toamasina suburbaine : Ho vita ao anatin’ny 30 andro ny lalam-potaka 3,5km nampijaly vahoaka

Natomboka ny alatsinainy teo misandratr’andro, ny fanombohana ny fanamboarana ny lalam-potaka nampijaly vahoaka ao amin’ny fokontany Tsararivotra kaominina Toamasina Suburbaine. Isan’ny mampiasa ity làlana nampitondra olana goavana isaky ny fotoana ny orana ity ireo mpianatra mandranto fianarana eo anivon’ny Lisea faha-2 ao Tsararivotra, hany ka betsaka amin’ireo mpianatra no manapatapaka lava mandritra izany, noho ny fotaka sy ny fiakaran’ny rano noho ny tsy fisian’ny tetezana fiampitana. Raha ny fifanarahan’ny minisitera misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena ny taona lava, satria efa tokony  ho ny volana novambra 2017 no nanombohan’ity asan-dalana ity, dia ao anatin’ny 30 andro no hanaovana izany ; izay hizara telo ny asa atao. Voalohany ny lalana 3.220m, aorian’izany ny lalana 280m, ary eo koa ny tetezana (radiers); mahatratra 3,5km izany ity fanamboaran-dalan-tany ity izay ny orinasa Malagasy “Tsaravintana” no hanao izany. Mitentina 140 tapitrisa ariary ny vola navoakan’ny fanjakana hanaovana izany avy eo anivon’ny minisiteran’ny fanajariana ny tany sy ny fananan-tany. Tsy ity lalan-tany ity ihany anefa no mampijaly vahoaka amin’ny fotoan’ny orana, fa eo koa ny lalana hafa izay efa nanome toky ny orinasa Ambatovy amin’ny alàlan’ny fanampiana ara-tsosialy fanaony ny hanamboatra izany. Sady manala fahasahiranana ny mponina, no hiteraka fiovam-piainan’ny  ao Tsararivotra, ary hanafaingana ny fitsinjovana ara-tsiaslin’ny mponina na ara-pilaminana na ara-pahasalamana na ara-panabeazana ny fahavitany ity asan-dalana ity, hoy i Talata Michel lehiben’ny faritra Atsinanana. Ny orinasa “Tsaravintana” nahazo ny asa kosa nanome toky, fa hampiasa ny traikefany amin’ny fanajana ny fetr’andro nomena, sy hanao ny asa hanara-penitra ho tombontsoam-bahoaka.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

« Te Hankalaza aho » : Dany Ranoa célèbre ses 60 ans de composition

Dany Ranoa clôturera ses 60 ans de composition au Temple KAMAFA Antsirabe ce dimanche 5 août.

Compositeur, Dany Ranoa n’est que rarement sous les feux des projecteurs. Célébrant cette année ses 60 ans dans le milieu artistique, le compositeur (essentiellement évangéliques, pour l’Eglise Protestante Réformée et les différentes chorales à Madagascar et en France) a décidé de faire une exception. Depuis le mois de janvier, diverses manifestations en son honneur ont effectivement eu lieu. Celle qui a eu lieu en janvier au Temple FJKM Tranovato Anjanahary Maritiora, reste la plus marquante. Durant cet évènement, ses compositions ont été interprétées par les chorales Maintimolaly Anjanahary, Anjomara Anosivavaka, Amboarampeo Feo ny Fahazavana Antsirabe, Tsanta Vaovao Amboniloha, Feon’Andriamazoto Anjanahary, AMAFI APF Marseille, FITAZAA  Ambohitrantenaina, Antsan’ny Salema Salazamay Toamasina, Anteman’ny Foloalindahy, Antso sy Famonjena BANI Ivato, Ankadilalana… Le 5 août, la célébration sera clôturée par un concert au Temple KAMAFA Antsirabe. Plusieurs pochettes de clip seront disponibles durant la manifestation.Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Association des natifs de l’Itasy : Mise en place officielle samedi dernier

Développer la région d’Itasy par son peuple et pour son peuple. Tel est l’objectif de l’association des natifs d’Itasy qui vient tout juste de «naître». Une grande ambition que les membres entendent mener à bien pour le bien-être de la région en premier, mais aussi et surtout, pour le développement du pays. A cet effet, l’association envisage de proposer des projets de développement aux futurs élus et responsables désignés du Pays. La mise en place officielle de l’association à Ampefy samedi 28 juillet dernier a également été l’occasion pour les membres de faire part des difficultés et obstacles qui freinent le développement de la région. «La région Itasy est qualifiée de zone rouge. Une situation qui nuit grandement à l’essor de notre région. L’insécurité ambiante et continuelle nuit grandement aux activités et à la quiétude de la population», a-t-on lancé durant la mise en place officielle. L’association des natifs de l’Itasy voudrait donc proposer des solutions permettant d’endiguer le problème d’insécurité dans leur région. L’évènement du lancement officiel a également été l’occasion pour les membres de faire savoir leur volonté de prendre en mains leur développement, le développement de la région et du Pays tout entier.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy Namehana : Trois adolescents arrêtés pour tentative de cambriolage

Poursuivis pour tentative de cambriolage, trois adolescents ont été appréhendés par la Police dans la commune rurale de Sabotsy Namehana, le 27 juillet dernier. Cette arrestation a été rendue possible grâce à la collaboration avec le « Fokonolona ». La vigilance de ce dernier a permis de repérer à temps les malfaiteurs.

L’acte remontait au 26 juillet. Des membres du « fokonolona » ont remarqué ces trois individus rôdant autour d’une maison d’habitation dans la localité. Méfiants de leur comportement, des habitants ont pris l’initiative de les arrêter, mais en vain. Les suspects ont pu prendre la fuite malgré la course-poursuite menée par le « fokonolona ». Ainsi, ces derniers ont alerté le commissariat de la Sécurité publique de Sabotsy Namehana qui a, à son tour, lancé la recherche. Dans la même journée, la police a reçu un renseignement de la part d’une personne de bonne volonté, qui a indiqué la cachette des fugitifs. Détenant une telle information, les enquêteurs ont élaboré leur stratégie. Ayant débarqué sur le lieu indiqué le 27 juillet au petit matin, les suspects ont été surpris par les policiers. Durant leur interrogatoire, ces adolescents ont reconnu leur mauvaise intention. Des outils de cambriolage comme des barres à mine et des couteaux ont été saisis sur eux. Déférés au parquet du Tribunal à Anosy, ils sont tous placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Insécurité ambiante : Akata Zana-drazana lance le mouvement «Solidarité pour la Paix»

Le retour aux us et coutumes malgaches ainsi que l’éradication de l’insécurité sont les objectifs premiers du mouvement lancé par Akata Zana-drazana

Le développement de Madagascar dans la communion et la paix sociale». Telles  sont les ambitions du mouvement «Solidarité pour la Paix» lancé par Akata Zana-drazana. Une organisation non gouvernementale qui a affirmé son «ras-le-bol», via son président Brice Rabevoavy, du climat d’insécurité qui règne dans le Pays et qui empoisonne le «vouloir vivre ensemble». «Il est temps de se défaire de cette situation et d’aller de l’avant, car la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement est grave et empêche notre développement – aussi bien humain qu’économique et politique» a fait savoir Brice Rabevoavy, lors d’une interview effectuée hier. Pour le président de l’Akata Zana-drazana, le dépassement de la situation actuelle se ferait par deux façons distinctes : «le retour aux origines pour les Malagasy et la paix sociale». Ainsi, Akata Zana-drazana voudrait réunir tous les «Ampanjaka» malagasy autour d’une table afin de leur redonner la «place qu’ils méritent». «Ce sera une fois le retour à la source effectué que nous pourrions avancer. Il n’y a qu’à voir la vie actuelle pour se dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas» a interpellé Brice Rabevoavy. «La réunification des Ampanjaka devrait permettre de voir ce qui ne va pas et d’en tirer les éventuelles solutions» a-t-il renchéri.

Insécurité. Le second moyen correspondrait à l’endiguement de l’insécurité, plus particulièrement le kidnapping. «Le kidnapping est devenu une culture, car si auparavant cela se faisait surtout à l’encontre des personnes riches, des gens qualifiés comme de simples citoyens sont actuellement kidnappés». «Les gens font du kidnapping et des rançons qu’ils peuvent en tirer des moyens faciles pour se faire de l’argent. Et c’est mal, c’est inadmissible d’autant plus qu’aucune mesure vraiment concrète ne soit prise par les responsables étatiques pour arrêter les cas», a-t-il déploré. Pour faire face à ce fléau, le président de l’Akata Zanadrazana compte sur le mouvement «Solidarité pour la Paix» qui invite tous les citoyens à se réveiller et à dénoncer les faits. «J’appelle tout le monde, malagasy de souche ou les « zana-tany » (les étrangers qui ont vécu à Madagascar depuis plusieurs décennies et qui se considèrent comme des Malagasy) à prendre leurs responsabilités» a lancé Brice Rabevoavy. Avant de noter qu’outre «la population malagasy, l’État est le premier responsable face à de tels problèmes. Et c’est à ce dernier de trouver la façon adéquate de l’endiguer».

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Groupe Jeneraly : La nostalgie au rendez-vous

Place à l’ambiance bonne enfant avec Jeneraly.

Un bon moment pour revivre les morceaux de Ghaby ! Leur dernière prestation remonte il n’y a pas longtemps. Le groupe Jeneraly revient sur une scène plus grande encore. Andy et ses compères donnent rendez-vous aux inconditionnels au le Twenty-six Analakely pour un grand cabaret. Vendredi, la nostalgie revient au galop dès 21 h. Le répertoire se fera des incontournables notamment ceux qui figurent sur l’album audio. « Toaka », « Isika roa », « Dada vaovao », « Izany vehivavy izany »… rien ne sera laissé au hasard par ce groupe tant apprécié par ses pairs.

Leur dernier album qui contient treize titres est déjà sorti en version audio, toutefois, le groupe travaille actuellement sur la réalisation d’un Dvd. C’est-à-dire qu’une compilation des clips des morceaux connus du groupe sera bientôt dans les bacs. Si le groupe a fait profil depuis la disparition de Ghaby, la relève s’avère être à la hauteur en la personne de Andy, le vocal du groupe. D’autant plus que la formation n’a pas changé avec Vonona à la batterie, Tax à la guitare, Benja à la basse et Raomao au clavier. Pas moins de cinquante titres constitueront la programmation, sans compter les bis. Pour ce qui en est de l’ambiance, 100% Jeneraly, le groupe répondra aux attentes de son public.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Chansons sans frontières : « Embarquez avec nous pour la planète Terre »

La beauté de la nature vue par le photographe Chris McLennan.

Pour écrire une lettre, il faut se donner le temps, choisir ses mots, prendre plaisir à écrire… Nous qui habitons la Terre, qu’avons-nous à dire, à chanter à la Terre aujourd’hui ?

Ses beautés, ses couleurs, ses espaces, mais aussi ses violences, sa dureté, sa sécheresse… Écrire une lettre à la Terre, c’est peut-être aussi écrire à nos frères humains… Pour sa treizième édition, le concours Chansons sans frontières propose un thème sur les grandes questions environnementales,   qui invite les gens à écrire pour notre planète. La condition de participation est simple, les candidats doivent écrire un texte de chanson en français sur des thèmes autour de la liberté d’expression et des Droits de l’Homme.

« Dis-moi dix mots ». Les règles ne changent pas. Trois couplets et un refrain pour une chanson, à faire parvenir aux organisateurs avant le 6 janvier 2019. Toujours associé aux « Dis-moi dix mots », la thématique 2018-2019 met en valeur la capacité de la langue française à accueillir et intégrer des mots venus d’ailleurs. Les participants sont donc invités à jouer avec les mots «arabesque, composer, coquille, cursif/-ive, gribouillis, logogramme, phylactère, rébus, signe, tracé », faire déchaîner l’imagination avec la chaîne des mots.

Lancé sur plus de 130 pays, ce concours est ouvert aux participants de tous âges et de tous pays, à l’exception des professionnels et des personnes résidant en France. Ce concours international d’écriture francophone a été lancé en 2005 sur le principe très simple de l’écriture d’une chanson en français,  gratuit et ouvert à tous.

Développement. Un jury de professionnels se réunit à la Sacem de Paris pour sélectionner les quatre prix internationaux. Le lauréat du premier prix gagne un séjour en France pour deux personnes et participe à la soirée de remise des prix. Implanté en Basse Normandie, Chansons sans Frontières s’applique à développer une dynamique régionale et internationale, avec un travail centré sur les échanges interculturels et les Droits de l’Homme, où les identités et les langages artistiques sont des liens fondamentaux d’ouverture et de fraternité entre ici et ailleurs. Une autre opportunité à saisir.

Zo Toniaina