Les actualités Malgaches du Vendredi 01 Juin 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara95 partages

Forces armées : Menace d’un putsch

Les hommes en treillis sont plus que jamais poussés à prendre leurs responsabilités en tant que dernier rempart.

L’autorité civile prime sur l’autorité militaire. Jusqu’ici, les forces de l’ordre (Armée, Gendarmerie nationale et Police nationale) se soumettent à ce principe. Mais, dans leur déclaration d ‘hier, en se référant à l’article 61 de la Constitution, ils n’ont pas exclu l’option d’une situation d’exception si les politiciens ne parviennent pas dans les plus brefs délais à s’entendre sur la mise en œuvre de la décision n°18 de la HCC, notamment son article 14 qui préconise un accord politique. L’article 61 de la Loi fondamentale dispose : « Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, son unité et l’intégrité de son territoire sont menacées et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics se trouve compromis, le président de la République peut proclamer, sur tout ou partie du territoire national, la situation d’exception, à savoir l’état d’urgence, l’état de nécessité ou la loi martiale. La décision est prise par le président de la République en Conseil des Ministres, après avis des présidents de l’Assemblée nationale, du Sénat et de la Haute Cour Constitutionnelle. La proclamation de la situation d’exception confère au président de la République des pouvoirs spéciaux dont l’étendue et la durée sont fixées par une loi organique. Dès la proclamation de l’une des situations d’exception précitées, le président de la République peut légiférer par voie d’ordonnance pour des matières qui relèvent du domaine de la loi. »

Prérogatives exorbitantes. Si les 73 députés pour le changement réclament le départ du président Hery Rajaonarimampianina et si la HCC vient, par sa décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018, de réduire les pouvoirs de celui-ci, les chefs militaires ont brandi hier une solution qui confère au président de la République en exercice des prérogatives exorbitantes. L’article 4 de la Loi n° 91-011 du 18 juillet 1991 relative aux situations d’exception prévoit que la proclamation d’une des trois situations énoncées dans l’article 61 de la Constitution met à la disposition du chef de l’Etat tous les moyens civils et militaires susceptibles d’être mis en œuvre. L’article 6 de la même loi stipule que « le droit de réquisition est ouvert, sans autres restrictions que celles prévues par la loi, sur toute zone territoriale soumise à une situation d‘exception ». Ce droit de réquisition permettrait de débloquer la machine administrative au niveau de certains services publics stratégiques dont entre autres les établissements bancaires, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Défense et le ministère des Finances et du Budget. Avec ses pouvoirs spéciaux, le président de la République peut ordonner la remise des armes de première, de deuxième et de troisième catégories ainsi que des munitions appartenant aux particuliers ; des perquisitions à domicile de jour et de nuit au domicile des personnes dont les activités s’avèrent dangereuses pour l’ordre public ou la sécurité de l’Etat ; ainsi que la prise de toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse des publications et des émissions de toute nature et l’interdiction de celles qui sont de nature à perturber l’ordre public ou à mettre en danger l’unité nationale.

Dernier rempart. Quel que soit donc le type de la situation d’exception qui pourrait être proclamée, l’actuel président de la République restera à sa place. Il sera à la tête d’un régime militaro-civil. Ce qui ne résoudrait pas les problèmes politiques actuels. Jusqu’ici, la mise en place d’un directoire militaire qui constitue une solution extrême à la crise actuelle, est écartée. D’ailleurs, cette solution dont la mise en œuvre sera certainement confrontée au rejet des partenaires techniques et financiers de Madagascar plongera le pays dans une situation chaotique. En tout cas, l’énième déclaration faite hier par les chefs militaires du régime suscite des polémiques. Certains n’y voient qu’une menace d’un putsch.  D’autres la saluent en estimant qu’il est temps que les forces de l’ordre prennent leurs responsabilités en tant que dernier rempart.

R. Eugène

Midi Madagasikara43 partages

Rencontre au sommet : Le CFM snobé par trois présidents

L’Amiral Didier Ratsiraka était le seul ex-président présent au CCI Ivato.

Seul l’ancien président Didier Ratsiraka était présent au CCI Ivato hier.

Une rencontre au sommet vouée à l’échec. Comme prévu, le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » a convoqué autour d’une table hier des acteurs politiques, des membres de la Société civile, des leaders religieux et des chefs traditionnels. Des représentants du Corps diplomatique et consulaire résidant dans la Grande Ile et des partenaires techniques et financiers ont également assisté à cette rencontre au sommet dont l’objectif est de rechercher des solutions consensuelles pour résoudre la crise actuelle. En tout cas, c’est ce qu’a expliqué Maka Alphonse, président du CFM. L’objectif des organisateurs qui voulaient réunir les quatre présidents, à savoir Hery Rajaonarimampianina, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina autour d’une même table n’a pas été atteint. Seul le président fondateur de l’AREMA a été présent au CCI, et encore avec une heure de retard par rapport à l’heure initialement annoncée pour le coup d’envoi. « Deba » a fait une entrée en vedette. Pour leur part, Hery Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ont snobé l’invitation du CFM. Si le premier a été représenté par ses proches collaborateurs entre autres, Jaobarison Randrianarivony, Harisoa Razafindrakoto et Rachid Mohamed, le patron du « Tiako i Madagasikara » pour sa part a envoyé Olivier Donnat Andriamahefamparany et Ravatomanga Roland. De son côté, l’ancien président de la Transition a été représenté par Augustin Andriamananoro et Pierre Houlder Ramaholimiasy. A noter également la présence des émissaires de la mouvance Zafy dont le Docteur Joseph Randriamiarisoa et Manoro Régis.

« Seza ». Si l’on se réfère aux personnalités présentes hier au Centre de Conférences Internationales d’Ivato, cette rencontre au sommet n’a pas atteint le résultat escompté. En effet, le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » a invité des petits partis et des groupuscules qui ont complètement été disparus de l’échiquier politique durant les quatre années de pouvoir du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Cette initiative constitue donc une occasion pour eux pour « ressusciter ». Pour ne citer que le GMMR de Yves Aimé Rakotoarisoa, le RPSD Vaovao, le Grand Rassemblement pour la Refondation de Madagascar dirigé par Robert Razaka, l’UNDD représenté à l’occasion par Marcel Bernard, le « Tambatra » de Pety Rakotoniaina, mais aussi les partis AME, RAM et le VMMF. Des partis dont la plupart n’ont même pas participé aux dernières échéances électorales, mais qui participent à cette rencontre de deux jours, uniquement dans le dessein d’obtenir des « seza ». En effet, bon nombre d’observateurs accusent l’équipe du CFM dirigé par Maka Alphonse de vouloir instaurer une nouvelle Transition. D’après les indiscrétions, ce jour, les organisateurs proposeront aux participants la signature d’accord politique prévoyant la tenue de l’élection présidentielle au mois de mai 2019 et la mise en place de nouvelles institutions pour recaser des acteurs politiques avides de sièges. Il serait également question de sortir des noms de premier-ministrables et de former un gouvernement « de consensus », quitte à passer outre les recommandations de la décision de la Haute Cour Constitutionnelle.

Article 14. Dans son discours, le président du CFM, Maka Alphonse a expliqué que cette initiative a été prise par rapport à l’article 14 de la décision de la Haute Cour Constitutionnelle qui stipule que « Sauf accord politique dans un délai de 10 jours, les dispositions de la présente Décision sont applicables dans son intégralité ». En quelque sorte, le CFM est en train de faire un forcing afin d’éviter l’application de cette décision de Justice. Et ce, même si la mission principale de cette institution est de diriger le processus de réconciliation nationale et non pas de trouver un accord politique. D’autant plus que l’objectif annoncé pour cette démarche est de trouver un consensus, pourtant, les principaux protagonistes de la crise actuelle, à savoir les 73 députés pour le changement et le MAPAR d’Andry Rajoelina ne sont même pas présents au CCI Ivato. La question est donc de savoir si le CFM va exclure ces forces politiques ? Pourtant, Maka Alphonse a déclaré que pendant deux jours, les participants vont tenter de mettre en place toutes les structures nécessaires en vue d’assurer la tenue d’élections libres, transparentes, crédibles et acceptées par tous. Reste à savoir si cet espace de concertation qui prendra fin ce jour bénéficiera de la crédibilité espérée par le « Komitin’ ny Fampihavanana Malagasy » qui risque de s’ériger en « Komitin’ ny Fanakorontanana ny Malagasy ».

Davis R

Midi Madagasikara40 partages

ITM : Madagascar mise sur les marchés principaux

Le ministre Roland Ratsiraka avec le président de l’ONTM Boda Narijao au Salon ITM.

Le secteur du tourisme prend un nouvel élan. Les perspectives pour 2018 sont prometteuses, d’après la présentation du ministre de tutelle, Roland Ratsiraka, lors de l’ouverture de l’ITM hier.

Le Salon International du Tourisme (ITM) a commencé hier. Lors de la cérémonie d’ouverture, le ministre du Tourisme Roland Ratsiraka a indiqué que Madagascar mise désormais sur les marchés principaux. « La Chine est le pays qui dépense le plus d’argent pour le tourisme, dans le monde avec 258 milliards d’Euros de dépenses tous les ans. Les Etats-Unis arrivent en deuxième position avec 135 milliards d’Euros. Les Allemands aiment également faire du tourisme, car ils dépensent 84 milliards d’Euros annuellement, contre 63 milliards d’Euros pour les Britanniques et 41 milliards d’Euros pour les Français. Cela veut dire qu’on va puiser là dans les pays où il y a le plus de dépenseurs en tourisme », a-t-il déclaré en évoquant la possibilité d’un vol qui relie l’Allemagne à l’une des grandes villes de Madagascar. D’après le ministre, plusieurs efforts ont déjà été menés pour l’essor du secteur tourisme. Il a cité entre autres la formation de 500 guides, l’attribution de 600 badges professionnels, l’amélioration de la visibilité du pays à travers la Madagascar promotion tour, etc.

Défis. D’après les explications, tous les marchés émetteurs ont fait état d’une hausse en 2017 reflétant la demande continue des touristes internationaux dans toutes les régions du monde. Selon le ministre, l’Afrique du Sud est un pays d’honneur à l’ITM, car c’est le seul pays en Afrique à avoir accueilli 10 millions de touristes, l’année dernière. « Avec cette évolution globale, il nous est imposé de suivre cette tendance, car le tourisme réduit la pauvreté, crée de la richesse », a affirmé le ministre Roland Ratsiraka. A noter que la Grande Ile a déjà affiché un chiffre exceptionnel en 2016, avec 293 000 touristes accueillis, mais les cas d’épidémie de peste et les risques de crise ne sont pas favorables au développement du secteur. Néanmoins, certaines zones comme Isalo, Nosy-Be, Morondava sont épargnées par ces problèmes, d’après le ministre, si l’on se réfère au nombre de touristes accueillis. Par ailleurs, la visite du secrétaire général de l’Office mondial du Tourisme (OMT) en 2017 a également rassuré le monde entier que Madagascar est une destination sûre.

Antsa R.

Midi Madagasikara28 partages

Soanierana Ivongo : Raikitra ny sakoroka, potika ny lisea sy ny CEG

Raikitra ny sakoroka tao amin’ny kaominin’Antanifotsy Soanierana Ivongo, ny alarobia 30 may sy ny alakamisy 31 may teo, raha nipoaka ny sarom-bilany teo amin’ireo mpianatra an-jatony noho ny voalazan’izy ireo fa fitiavam-bola sy kolikoly ary didy jadona ataon’ireto talen’ny lisea sy ny Ceg any an-toerana ireto. Nanomboka tamin’ny 8ora maraina ny hetsika ; izay tsy nitsahatra izy ireo raha tsy tamin’ny 5ora hariva nandrava ireo fitaovan-tsekoly. Raha ho an’ny lisea, dia niainga tamin’ilay “voyage d’études” naka vola 10.000 ariary tamin’ireto mpianatra isany nandehan’izy ireo tao Antananarivo no antony voalohany. Nambaran’ireto mpianatra sy ireo ray aman-drenin’izy ireo sasany, fa nisy ambiny ny vola saingy tsy naverin’ny talen’ny lisea sy ny ekipany izany raha nitaky ny famerenana izany ireto mpianatra. Nambaran’ny talen’ny lisea sy ireo mpampianatra nisahana ny dia natao, dia ny teo am-pelan-tanana aza tsy ampy. Tsy vitan’izay koa fa milaza ireto mpianatra an-jatony ireto fa mpanao didy jadona loatra ihany koa ny talen’ny lisean’izy ireo, ka terena haka kitay sy falafa ho azy ny mpianatra, ka ny fotoana fanaovana fakan-drivotra no hampanaovany izany azy ireo. Tsy nahitam-baliny kosa ireto voatonona mikasika ity tranga ity, izay voalaza ny ray aman-dreny nanontaniana fa mpitranga sy misy amin’ireo sekoly aty ambanivohitra izany; saingy ny tena olana amin’ity raharaha ity, dia ity resaka hoe “mpihavy” ity ihany, satria saika tsy zanak’ Antanifotsy sy Soanierana Ivongo ny mpiasa any an-toerana. Noho ireo tranga ireo sy ny tahotra ny ainy ihany koa dia nitsoaka  an’i Soanierana Ivongo tampon-tanana ireo mpampianatra 9 sy ny talen’ny lisea ary ny lefiny ; Efa nidina nandamina ny raharaha tany Antanivotsy koa ny talen’ny Cisco ny Soanierana Ivongo niaraka tamin’ny lehiben’ny distrika sy ireo mpitandro ny filaminana nandamina ny raharaha, saingy miziriziry amin’ny heviny ireto mpianatra an-jatony sy ireo ray aman-drenin’izy ireo sasany. Ny taona 2010 no niorina ny lisea ka ny 2013 izy vao ara-panjakana, misy 417 mpianatra izay sahanin’ireo mpanabe sy mpandraharaha 20 mianadahy. Ankoatra izay, dia norotahan’ireto mpianatra koa ny Ceg any an-toerana, omaly alakamisy 31 may, potika ihany koa ny sekoly, ireo fitaovana tao anatiny, ary ny tranon’ny talen’ny Ceg ao Antanifotsy distrikan’i Soanierana Ivongo. Nasian’ireto mpianatra sorabaventy koa ny tokotanin-tsekoly manao hoe “Miala ny talen’ny sekoly fa efa misy mahasolo ny varavaran-tsekoly sy ireo fitaovana simba”; koa andrasana ny ho tohin’ity raharaha ity…

Malala Didier

Midi Madagasikara20 partages

AMETIS : Forcing malgré la requête du SNAIM

Décidément, la société AMETIS semble assurée de certaines protections dont elle bénéficie d’en haut lieu, à tel point qu’elle n’a que faire de la requête déposée la semaine dernière par le Syndicat des Agents des Impôts au Conseil d’Etat. Ce dernier, rappelons-le, a demandé le sursis à exécution et l’annulation du décret autorisant la délégation de service d’octroi de visas aux frontières pour les étrangers entrant à Madagascar. C’est en effet sur la base de ce décret qu’une convention a été passée entre le ministère de la Sécurité intérieure, le ministère des Finances et la société privée AMETIS pour déléguer à cette dernière le traitement des demandes de visas aux frontières. Le  hic, c’est qu’en même temps, cette société a été autorisée à percevoir les droits de timbres de ces visas, sans aucune base légale. En effet, la loi des finances dispose clairement que la perception de ce genre de droits est exclusivement dévolue aux comptables publics assermentés. AMETIS se prévaut uniquement de la convention suscitée, bien qu’elle n’autorise donc que le traitement des demandes de visas et nullement la perception des droits y afférents.

Sourde oreille. Le Syndicat des Agents des Impôts a contesté depuis le mois de janvier de cette année l’installation d’Ametis dans les locaux de l’aéroport d’Ivato. C’est même la raison principale de leur grève entamée depuis plus d’un mois maintenant. Malgré tout cela, la société fait la sourde oreille, forte sans doute du soutien des hauts responsables de la Direction générale des Impôts et du ministère de tutelle. Pire, elle prévoit même de s’installer dans les autres ports et aéroports de l’Ile, notamment à Nosy-Be, Sainte-Marie, Mahajanga et à Toamasina. Et cela, à partir de ce début juin. Les agents des impôts sur ces sites sont ainsi en effervescence, dénonçant le forcing de la société. Soulignons en effet que la société voulait déjà s’installer à Nosy-Be le 1er mai dernier mais s’est heurtée à l’opposition farouche des agents locaux du fisc et a dû faire marche-arrière. Elle va ainsi tenter une nouvelle fois de s’y installer, parallèlement aux autres sites cités plus haut. Les syndicalistes de la DGI, appuyés entre autres par ceux des douanes et des magistrats regroupés au sein de la Solidarité Syndicale de Madagascar, s’insurgent contre le forceps d’Ametis, qu’ils qualifient de provocation. « Elle aurait pu attendre au moins que le conseil d’Etat tranche » condamnent les syndicalistes.Condition non négociable. Ces derniers ne peuvent s’empêcher de soupçonner des manœuvres pas très catholiques de la part de la société privée. D’après leurs dires, ils ont des renseignements sur des va-et-vient effectués par des gens qui se disent émissaires de la société dans les locaux du Conseil d’Etat depuis le dépôt de la requête. Pour quelle raison? Telle est leur question. « On nous a informé que ces émissaires seraient présents sur les lieux pour le mémoire en défense de la société. Mais cela ne tient pas la route car ce n’est pas celle que nous avions attaquée ». C’est un problème exclusivement entre le gouvernement qui a pris la décision illégale et nous, employés du « fisc » s’offusquent les syndicalistes qui ne voient pas d’un bon œil les attitudes de la société privée. « Nous savons qu’Ametis a le bras long, nous ne pouvons que nous inquiéter de ce qu’elle serait capable de faire pour tenter d’obtenir un verdict du CE qui lui serait favorable ». Par conséquent, les syndicalistes mettent en garde contre toute tentative de corruption, d’où qu’elle puisse venir. « Nous renforçons notre mouvement de grève en espérant que le Conseil d’Etat tranche uniquement en faveur de la légalité comme elle devrait le faire » dixit nos interlocuteurs au sein des syndicats des agents des impôts. Ces derniers d’indiquer que le départ d’Ametis est une des conditions non négociables à l’arrêt de la grève et à la reprise du travail. Avec cette installation forcée d’Ametis prévue à partir d’aujourd’hui dans les ports et aéroports des provinces, l’impasse est totale et les grévistes envisagent de durcir davantage leur mouvement de contestation.

D.R.

News Mada8 partages

Tourisme : les professionnels résistent dans un contexte difficile

La septième édition de l’International tourism fair Madagascar (ITM) a ouvert ses portes, hier, au Village Voara Andohatapenaka, sous le signe de l’écotourisme.

Et malgré le contexte difficile à Madagascar, les professionnels dans le secteur sont prêts à relever le défi. L’objectif reste le même pour la nouvelle saison touristique, celui d’accueillir 100 000 touristes de plus que l’année précédente. Devant les tensions politiques actuelles, les opérateurs ont informé que des touristes ont annulé leurs réservations, il y a un mois, mais la situation s’est redressée peu à peu.

Ecotourisme

Cette année, les organisateurs de l’ITM ont misé sur le thème de l’écotourisme qui s’avère être un investissement à la fois rentable et durable dans ce secteur porteur. D’après les allocutions du directeur général de Madagascar national parks (MNP), Guy Ramangason, «l’écotourisme  est un levier efficace à la lutte contre la pauvreté à travers la participation de toutes les parties prenantes, dont particulièrement les communautés locales. Mais en plus de cela, la promotion de l’écotourisme a permis l’autonomie financière de quelques aires protégées dans le pays». Ce responsable a poursuivi que «le secteur du tourisme a généré une recette de 8 milliards d’ariary pour les aires protégées entre 2010 et 2017».

Le marché sud- africain à conquérir

Comme il a été déjà annoncé, l’Afrique du Sud, un des plus grands pays émetteurs de touristes en Afrique, est le pays d’honneur de cette nouvelle édition de l’ITM. Pour ce faire, un pavillon est dédié au pays de l’arc- en- ciel durant le salon pour présenter ses atouts touristiques et culturels.

D’après Boda Narijao, président du Conseil d’administration (PCA) de l’ONTM, l’objectif est d’augmenter de 10% la part des touristes sud- africains en visite dans la Grande île. «Les Sud-Africains s’intéressent surtout à la pêche sportive et Madagascar présente d’importants potentiels dans ce domaine», a-t-il précisé.

Riana R.

Midi Madagasikara7 partages

Basket-ball : La « Dream team » champion de Madagascar

Ils ont tellement donné, si bien qu’ils viennent de récolter le fruit de leurs engagements. La « Dream team sporting club » champion de Madagascar s’exprime à travers son président Heritiana Rabarijaona.

 Midi Madagasikara : Comment  avez-vous préparé le championnat ?

 Heritiana Rabarijaona : Après les débâcles de 2017, que nous estimons injustes et qui nous ont fait très mal, (3è place nationale à Ambositra pour l’équipe U16 et 3e place à Toliara pour l’équipe U18), tout le monde a convenu que cette année 2018 sera l’année pour nous de panser nos blessures. Depuis octobre 2017, toute l’équipe s’était investie à fond. On a participé à une longue campagne de matches : on est Champion de Section Tana N1B, Champion Analamanga N1B, Champion Section Tana U20, Champion Analamanga U20 et on a aussi gagné le Challenge National Basket 3×3. Sportivement donc, on se présentait dans les meilleures conditions avant d’entamer le Championnat National U20 à Toamasina. Cependant, force est de reconnaître que l’organisation du Championnat en pleine période scolaire ne nous arrangeait pas, en effet tous les joueurs ont du sécher leurs études pendant deux semaines.

 M.M. : Quels sentiments ressentez-vous avec ce titre ?

 H.R : « De la fierté…, mais aussi du soulagement, car nos joueurs ont fourni tant d’efforts, tant de sacrifices. Imaginez-vous que parmi nos joueurs il y en a qui vont passer leur Bac d’ici à une semaine. Mais à la fin on a l’espoir et l’intime conviction que notre club est promis à un bel avenir. »

 M.M. : « Les prochains objectifs du club ? »

 H.R. : La pérennisation du club. Il faut savoir que tout à son début en 2010-2012, le club n’était formé que de joueurs « mercenaires », mais le projet a échoué. Alors on a viré le plein cap vers la formation des jeunes à partir de 2013. Et nos champions actuels des catégories U18 et U20 sont les fruits de cette formation qui a duré déjà depuis presque cinq ans. Nous sommes à l’aube d’intégrer la catégorie N1A, mais ce sera toute une autre histoire. Est-ce que nos moyens actuels nous permettront de faire face à toutes les obligations qui s’imposent ? Est-ce que nous serons capable de contenir les assauts des « grands clubs » dan le pillage de nos joueurs ?

M.M. : Depuis quand êtes-vous président club ? Qu’est-ce qui vous a poussé à le devenir ? A créer le club ?

 H.R. : « J’ai intégré le club DTSC depuis l’année de renouveau en 2013 en tant que simple parent de joueur, mais c’est seulement depuis cette année sportive qu’on m’a confié la direction du club. Une fois de plus, c’est la campagne malheureuse de 2017 qui nous a incités à relever ce challenge. Et malgré le peu de moyens dont nous disposons, nous sommes une équipe très soudée et les résultats sont là. Souhaitons vivement que toutes les entités (Fédération, Ligue, Section, Partenaires,…) trouvent les formules adéquates pour ne pas endiguer l’épanouissement des clubs que ce soient les « grands clubs » ou les « petits clubs ». Car l’avenir du basket à Madagascar repose avant tout sur la capacité de tous les clubs de tous les recoins de l’île à fournir les meilleurs joueurs.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Behenjy : Nataony « shooting » ny vadiny dia novonoiny ho faty

Sary tsara tarehy marobe no hita farany tao amin’ny findain’ilay ramatoa 28 taona rehefa nosavain’ny zandary mba hanaovana fanadihadiana. Izany dia sary farany nalaina talohan’ny namonoana ho faty azy. Ny mpaka sary indray dia tsy iza  fa ny vady mariaziny ihany ary mbola io ihany koa no namono nahafaty avy eo. Toa izao ny zava-nitranga, ny alarobia teo dia nentin’ilay rangahy niala vao maraina teto an-dRenivohitra ny vadiny mba handehandeha haka rivotra sy hampifaly tena eny amin’ny RN7. Teo akaikin’i Behenjy, nisy sampanana niala ny lalam-pirenena ary nivadika lalan-dratsy, antsoina hoe Antsonjony ilay tanàna. Sady mangina no tsy misy olona mandalo mihitsy ny toerana izay nosafidian’ilay rangahy. Teo izy dia nampifaly ny vadiny tokoa ary dia natao ny « shooting » na ny fangalàna sary marobe mba hatao fahatsiarovana. Kinanjo izay tokoa ny fahatsiarovana…farany. Novonoiny ho faty ilay ramatoa tamin’ny alàlan’ny vely maritoa indimy teo amin’ny lohany. Rehefa izay dia nantsoiny avy hatrany ny fianakaviam-badiny (ramatoa) ary nilazany fa nisy efa-dahy namono ilay vehivavy raha nandeha nivalan-drano ary dia maratra mafy. Teo no nikoropaka ny fianakaviana ary nanao izay fomba haingana nandehanana teny an-toerana. Teny an-dàlana anefa izy ireo no tonga saina tampoka ny amin’ny hoe efa in-droa nopoizinin-drangahy io vadiny io (ny fianakaviana no nilaza an’io) ary nipaika tany amin-drangahy avy hatrany ny fanahiana ho namono. Naka zandary teny Ambatofotsy avy hatrany ireo mba hijery ifotony izay zava-mitranga miaraka amin’izy ireo. Inona tokoa fa rehefa teny an-toerana, dia nitombina ny ahiahy. Voalohany, efa maty ilay ramatoa. Faharoa, rehefa nosavaina ny moto izay nandehanan’izy mivady dia nahitana maritoa izay mbola misy dian-drà ary tsy vitan’izany fa mbola hita teo akaiky teo ny lamba izay namafàna ny rà tamin’ny maritoa. Nosamborin’ny zandary avy amin’ny borigady Behenjy avy hatrany ilay rangay ary nofatorana rojovy. Hatramin’ny omaly izy, dia mbola notazomina tao ary raha ny vaovao akaiky ny mpitandro ny filaminana dia efa nanaiky ny helony izy. Isan’ny tsikaritry ny zandary koa fa efa niala ny peratra mariazin’ilay rangahy ary nafeniny tao am-paosy. Ny mariazin’izy roa ireto dia nakotroka ary nivoaka gazety iray mihitsy tamin’ny herintaona…

D.R

Midi Madagasikara4 partages

CCI Ivato : Le MAPAR claque la porte

Pierre Houlder et Augustin Andriamananoro ont quitté la table des négociations.

« Le MAPAR ne sera pas complice de cette mascarade, qui n’est qu’une nouvelle tentative de confiscation du pouvoir ». C’est ce qu’ont déclaré hier les représentants de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina à la sortie du Centre de Conférences Internationales d’Ivato. En effet, le parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » a claqué la porte. Après la cérémonie d’ouverture, Augustin Andriamananoro et Pierre Houlder Ramaholimiasy ont organisé une conférence de presse pour annoncer que le parti quitte cet espace de concertation. « Nous dénonçons avec la plus grande fermeté les manœuvres politiciennes qui recherchent l’appui de mouvements factices pour tenter de contourner la décision de la HCC en inventant un simulacre d’accord politique », a-t-on martelé. Et eux de dénoncer le calcul politique du « Conseil du Fampihavanana Malagasy ». Le Porte-parole du clan Orange estime qu’ « un groupe politique minoritaire cherche aujourd’hui à imposer sa vision en dehors de tout cadre démocratique et constitutionnel pour se soustraire à la décision de la HCC et son application ». En effet, le MAPAR soupçonne une manœuvre dilatoire pour éviter l’application de la décision de la Haute Cour Constitutionnelle qui attribue la nomination d‘un Premier ministre issu de ce parti. Le CFM est ainsi considéré comme complice du régime HVM. Hier, Augustin Andriamananoro a annoncé que le MAPAR présentera ce jour la liste de Premier-ministrables au nom du clan Rajoelina. Et ce, conformément aux dispositions constitutionnelles. La balle est donc désormais dans le camp du président Hery Rajaonarimampianina qui devrait annoncer le nom du nouveau PM ce jour. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Ambatofinandrahana : 60 lahy nanafika tanàna, olona telo lasa takalonaina

Nirefodrefotra ny basy tany amin’iny distrika Ambatofinandrahana iny, ny alarobia lasa teo. Fifandonana in-telo miantoana no nisy teo amin’ireo mpanara-dia ; izay nahitana zandary sy fokonolona tetsy ankilany, ary dahalo amam-polony, nirongo fitaovam-piadiana tetsy andaniny, tao amina kaominina iray antsoina hoe Amborompotsy. Vokatr’izay, dahalo 15 no tsy afaka hanohy ny asa ratsiny intsony, olona iray no naratra avy aty amin’ny fokonolona kosa.

Ny alarobia lasa teo, tokony ho tamin’ny sivy ora maraina tany ho any no nitrangan’ity asan-dahalo mahery vaika ity, araka ny tatitra azo avy tamin’ny mpitandro filaminana. 60 mahery tany ho any ireo dahalo, niaraka tamin’ny basy « kalach » sy Mass 36 ary basim-borona. Omby mahatratra teo amin’ny 250 teo ho eo no lasan’izy ireo, ary tsy vitan’izay, fa mbola naka takalonaina telo, mba tsy hahafahan’ireo fokonolona hanara-dia. Niditra an-tsehatra avy hatrany anefa teo ny zandary ary tonga nanampy ireo fokonolona. Antsasak’adiny taorian’ny fanafihana, dia efa nisy sahady ny fifandonana teo amin’ny mpanara-dia sy ireo andian-dahalo. Tonga ihany koa ireo zandary sy fokonolona hafa nanampy ireto namany ary raikitra indray ny fifandonana. In-telo miantoana ny nisian’izany ary niafara teny amin’iny kizo iray tsy lavitry ny tanàna ny fifandonana farany, izay nitsoahan’ireo dahalo sy namotsorany ireo takalonaina sy ireo omby teny am-pelan-tànany. Voatsimpona tsirairay mantsy ireto malaso. 15 no totalin’ireo namoy ny ainy, ary nanao tari-dositra ireo naratra sy ireo ambiny sisa velona. Mbola nifanenjehana ireo ambiny sisa, hoy ny vaovao, saingy efa hariva ny andro tamin’io fotoana. Tsy maintsy nentina notsaboina ihany koa tetsy andanin’izay ilay naratra. Na izany na tsy izany aza, dia mbola manao ny fanadihadiana rehetra hikarohana ireto malaso ireto ireo tompon’andraikitry ny filaminana tany an-toerana.

m.L

News Mada1 partages

Recherche : des déchets halieutiques au service de la nutrition…

Le Centre national de recherches sur l’environnement (CNRE) réitère son engagement de valoriser la recherche au service du développement durable, à l’occasion de la célébration de son 30e anniversaire, hier à Fiadanana. Quelques fruits de ses recherches sont actuellement prêts à l’utilisation pour servir la population. Innovation après innovation. Le CNRE s’apprête actuellement à mettre en œuvre les résultats de ses recherches, entre autres,  sur les déchets halieutiques, au service du public. En fait, ces produits regorgés de protéines, dont des miettes de crabes, des écailles et arêtes de poissons…sont valorisés en vue d’améliorer la nutrition. Il s’agit d’extraire les produits protéiniques pour en faire des compléments alimentaires qui favorisent la croissance des enfants.

« Ce projet est actuellement en cours  grâce à un partenariat avec une société distributeur de produits halieutiques dans le pays, qui fournit environ une tonne de produits par semaine », a informé le directeur du CNRE, Heriniaina Ramanankierana.

Cet événement est placé sous le thème « Nation moderne et prospère dans un environnement sain ». A cette occasion, un nouveau bâtiment du CNRE a été inauguré.

Expérimentation à Ranomafana Est

Les premiers produits dérivés seront bientôt prêts à être utilisés. Et les cantines scolaires dans les écoles pilotes, situées à Ranomafana Est seront les premières à en bénéficier, à partir de ce mois. Sur ce, des suivis sur l’évolution de la croissance des élèves cibles seront menés en vue de mesurer l’efficacité de cette initiative, qui sera par la suite développée dans d’autres écoles.

En outre, le CNRE compte également élargir le partenariat avec d’autres sociétés qui peuvent fournir ces matières premières. Dans ce sens, le directeur du CNRE lance un appel à leur endroit pour une future collaboration.

Dans la foulée, ces déchets halieutiques pourront également servir à la fabrication de produits d’épuration et de traitement d’eau, en y extrayant le « Chitosane ». Ce produit a déjà été utilisé pour le traitement d’eau en laboratoire, mais le CNRE compte promouvoir son usage à grande échelle. Sous cet angle, ce centre de recherches envisage de conclure un partenariat avec la Jirama.

Fahranarison

News Mada1 partages

Jeux africains de la jeunesse : l’athlétisme, la boxe… malgaches, absents de la liste

La liste des athlètes et officiels malgaches, en partance pour les Jeux africains de la jeunesse, est bouclée. Contrairement à ce qui a été initialement prévu, le nombre des disciplines en lice est revu à la baisse. En cause, l’attitude des responsables du Comité olympique malgache (Com) qui ont volontairement omis d’informer tardivement certaines fédérations concernées de la date limite d’engagement, le 24 mai dernier.

Ainsi, des fédérations proches du président du Com, comme l’haltérophilie, le judo, le rugby, le tennis de table ainsi que le basket, entre autres, ont été avisées à temps et feront partie des disciplines engagées. Par contre, pour la boxe olympique et la lutte, deux disciplines pourvoyeuses de médailles sur le plan continental, elles restent à quai au grand dam des responsables et férus des deux disciplines.

Chose inattendue et impensable, l’athlétisme fait également partie des grands absents de la liste. Apparemment, c’est la réponse du Com après que la Fédération malgache d’athlétisme (FMA) a refusé de céder aux caprices des dirigeants du Com, relatifs à l’élection fédérale. Le sport de base est rayé de la liste. Pour dire que le Com a cette fois-ci mis les bâtons dans les roues de l’équipe dirigeante de l’athlétisme malgache.

Un différend qui, par le plus grand hasard, rappelle celui qui oppose les deux candidats à la présidence de l’Association des comités olympiques africains (Acnoa), en l’occurrence, le président sortant Lassana Palenfo et le président de la Confédération africaine d’athlétisme, Hamad Kalkaba Malboum.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Le monde culturel en deuil : Dadagaby laisse orpheline, Ny Voninavoko

Après la tragique disparition de Clarisse Ny Voanio, Dadagaby, le fondateur de la tromoe Ny Voninavoko, a succombé, hier, à l’HJRA, à l’âge de 83 ans, des suites d’une longue maladie.

«Raozy Mavokely » s’est fanée. « C’est avec une immense tristesse que nous vous annonçons le décès de Dadagaby, qui nous a quittés pour un monde meilleur, ce matin à 5 heures. Les médecins ont tout fait pour le sauver et son état s’est amélioré après le traitement, mais hélas, le destin en a décidé autrement », a annoncé son fils  Christian Tsilavina.

Cela fait deux semaines qu’il a été admis au service de réanimation de l’HJRA après une chute à son domicile. Mais selon les dires de ses proches, le chanteur de « Zanak’Iarivo » a mené un rude combat contre l’hypertension artérielle depuis 2002.

Une voix reconnaissable entre toutes. Dadagaby ou bien Gabriel Rakotomavo de son vrai nom a insufflé un vent nouveau dans le monde de la musique malgache avec le vakodrazana comme argument. Un genre musical qu’il a porté haut, très haut même que l’écho de sa musique a dépassé nos frontières. Effectivement, cette troupe, qui a trouvé sa genèse dans la capitale, à l’orée du retour à l’Indépendance de la Grande île, a fait un long chemin, couronné de succès.

Hommages

« J’ai la bouche amère, les jambes qui tremblent, les lèvres sèches, le cœur lourd, rempli de tristesse en apprenant la mort de Dadagaby. Il laissera une trace indélébile dans l’histoire de la musique malgache », a écrit Rajery qui a prévu avec ses compères d’organiser un concert de solidarité à son égard ce soir.

« C’est lui qui a forgé ma culture musicale. Je voulais lui rendre la pareille à Antsonjombe en lui offrant cet accordéon que Ny Voninavoko utilise actuellement. Ny Voninavoko fleurira toujours, c’est seulement le leader du groupe qui s’en est allé», a fait savoir Rossy.

« Nos vifs remerciements à Dadagaby d’avoir porté haut notre couleur musicale. Notre grande reconnaissance pour le patrimoine qu’il a laissé en héritage pour tout le pays aujourd’hui et pour les milliers d’années à venir », a conclu le comité d’organisation du Taombaovao malagasy (Martsa – Aprily).

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Ambatofinandrahana : 15 dahalo abattus

La lutte contre les vols de bœufs dans le district d’Ambatofinandrahana monte d’un cran. La gendarmerie a infligé un cinglant revers aux dahalo écumant ce district.

D’après une source auprès de la gendarmerie, une soixantaine de dahalo, armés de fusils d’assaut Kalachnikov et de fusils de chasse, ont attaqué le fokontany d’Ambalavato, commune d’Amborompotsy, dans la matinée du 30 mai. Ils ont emporté 250 têtes de zébus au cours de cette razzia et pris trois personnes en otages. Plus que jamais décidés à en découdre avec les dahalo, les gendarmes et des villageois ont engagé une battue.

Après près d’une demi-heure de course poursuite, de violents affrontements ont eu lieu. En se heurtant à la puissance de feu des gendarmes, les dahalo ont abandonné la partie. Les otages ainsi que le butin leur ont échappé. Le ratissage opéré par les militaires ont permis de découvrir 15 corps de dahalo. Aucun mort n’est à déplorer dans les rangs des poursuivants. Un membre de la communauté villageoise a par contre été blessé.

Mparany

 

Madagate1 partages

Madagascar. Le Mapar se retire de la réunion organisée par le CFM

Déclaration des représentants du MAPAR à la réunion du CFM

La décision rendue par la Haute Cour Constitutionnelle le 25 mai 2018 est une décision équitable. Non seulement parce qu’elle est fondée sur nos règles constitutionnelles, mais aussi parce que cette décision est claire et équilibrée, et ouvre la voie à la tenue d’élections libres et transparentes.

L’objectif de tous devrait donc être de mettre en œuvre cette décision.

Néanmoins, nous tenons à rappeler que bien avant la sortie de cette décision de la Haute cour Constitutionnelle,

Le CFM a déjà initié une démarche malgacho malgache à  laquelle les représentants de l’ actuel et anciens Présidents chefs de l’Etat en vue d’explorer des pistes de solutions à une crise politique qui vient de surgir à Madagacar depuis la répression sanglante d’un mouvement pacifique des 73 députés le samedi 21 avril 2018.

Nous, les 4 entités représentantes des trois anciens et l’ actuel chef de l’Etat à savoir .

Le Président Amiral Didier Ratsiraka

Le Président Marc Ravalomanana

Le Président Andry Rajoelina

Le Président Hery Rajaonarimampianina

Nous étions conviées à une table ronde sous l’égide du CFM en la Résidence du Nonce Apostolique à Ivandry.  Après échanges et discussions nous sommes convenus d’œuvrer pour Instaurer un climat d’apaisement dans un respect total d’un État de Droit en vue de procéder à l’organisation des élections crédibles, inclusives, transparentes et acceptées par tous.

Depuis vendredi 25 mai, le MAPAR n’a eu de cesse que de se conformer à la décision de la HCC : proposer avant tout un candidat de consensus au poste de premier ministre, puis trouver un accord sur la répartition des ministères.

Pour mémoire, la décision de la HCC est que la proposition du premier ministre revienne au parti ou groupe de parti politique ayant recueilli le plus grand nombre de sièges aux élections législatives de 2014, c’est-à-dire le MAPAR, selon l’avis de la HCC n1 du 17 février 2014, et que les ministères soient répartis en regard des résultats obtenus par les différents mouvements aux mêmes élections de 2014.

Nous dénonçons aujourd’hui avec la plus grande force les manœuvres politiciennes qui recherchent l’appui de mouvements factices  pour tenter de contourner la décision de la HCC en inventant un simulacre d’accord politique.

Une coalition d’intérêts particuliers ne fait pas un accord politique. Un groupe politique minoritaire cherche aujourd’hui à imposer sa vision en dehors de tout cadre démocratique et à se soustraire de la décision de la HCC et de son application. L’objectif du régime est clair : éviter la nomination d’un premier ministre issu du MAPAR en contradiction avec la décision de la HCC, et garder la mainmise sur les postes clés du gouvernement pour sécuriser en sa faveur les prochains scrutins électoraux.

Le MAPAR ne sera pas complice de cette mascarade, qui n’est qu’une nouvelle tentative de confiscation du pouvoir.

Comme prévu par la décision de la HCC, nous proposerons demain, au nom du Mapar, la nomination d’un Premier ministre qui sera un chef de gouvernement permettant à Madagascar de continuer de fonctionner normalement et d’organiser des élections démocratiques.

Nous continuons par ailleurs les discussions pour tenter de parvenir à un accord politique équilibré et raisonnable entre toutes les forces en présence.

Antananarivo, le 31 mai 2018

Midi Madagasikara1 partages

MDM : Pour une sortie de crise rapide

Le MDM, à travers son bureau national, sort de son silence « face à l’embrouillamini politique actuel qui intervient peu avant la phase d’alternance démocratique ». Tout en reconnaissant les effets de la mauvaise gouvernance qui impactent sur le social et l’économie, le parti de Pierrot Rajaonarivelo de faire remarquer que « la majorité silencieuse est en plein désarroi et qu’il suffit d’une étincelle pour attiser la colère de tout un chacun en cette période de crise traversée par le pays ».

« Adilahy politika ». Le noyau dirigeant du MDM déplore « l’instrumentalisation à des fins politiques de la misère ambiante ». A son avis, le « adilahy politika » ou guéguerre politique n’apporte pas de solution aux difficultés vécues au quotidien par les Malagasy mais trahit la volonté des uns  de garder le pouvoir ou les velléités des autres de le conquérir.

Décision HCC. Le MDM de faire savoir qu’il respecte la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 et invite toutes les parties concernées à son application intégrale. Si elle venait à ne pas être appliquée, le MDM lance un appel aux forces armées pour qu’elles prennent leurs responsabilités et amènent les politiciens concernés par la décision à trouver une solution consensuelle pour une sortie de crise rapide. En ce qui la concerne, le MDM est disposé à discuter et à apporter sa contribution pour débloquer la situation actuelle.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara1 partages

Toliara : Roa lahy tra-tehaka nandroba hotely lehibe, saika matin’ny fitsaram-bahoaka

Tao anatin’ny herinandro dia nisesisesy nanao tohy vakana ny vaky trano sy ny fandrobana tamin’ireo toeram-pandraisam-bahiny ao Anakao Distrikan’i Toliara II. Manoloana ny firongatry ny asa ratsy, dia niray hina nanamafy ny fiambenana sy nifampita vaovao hatrany ireo mpitantana hotely any amin’ity toeram-pitsangantsanganana mahasarika vahiny mpizahatany maro izay misy tora-pasika tsara sy vorona miavaka tsy fahita maneran-tany hafa tsy ao Nosy Ve. Omaly, jiolahy roa nifanenjehana izay avy nandroba tamina hotely lehibe malaza iray tao Anakao, no voasambotry ny Fokonolona tany Soalary. Rehefa nofotorana lalina ireto roa lahy izay nilaza fa avy any Fianarantsoa, fa manao asan-jiolahy mitam-piadiana amin’ny tapany atsimon i Toliara iny, dia tsy nety nanondro mihitsy ireo namany sy ny toerana nanitrihan’izy ireo ny entana nangalariny. Tezitra ny olona ka raikitra ny vono sy daroka nentina nanafaizana an’ireto mpangalatra mafy vava. Ary nisy ampahan’olona sasany teo an-tanàna no efa nandrehitra afon-kitay teny amoron-dranomasina sy naka kodiarana ary vantan-kazo, saika handorana velona  ireto olon-dratsy, kanefa nandrara izany fihetsika mamoafady izany ny Raiamandreny olombe teo an-tanàna. Taorian’izay dia natolotra ny mpitandro filaminana ireto jiolahy sarona izay efa rapan’ny vono tanteraka, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Toliara : Ady tany ao Maninday, ahiana ny rà mandriaka

Taorian’ny fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana sy ny didin’ny Fitsarana nilatsaka, izay manome baiko mandroaka an’ireo fianakaviana maherin’ny telo arivo, voalaza fa mibodo ny tanin’ny oniversiten’i Toliara mirefy 325 ha ao Maninday, ka tsy maintsy miala eo amin’io tany io ireo mponina . Raikitra indray ny savorovoro mahakasika ny olana ady tany ifandroritana ity. Tsy mankasitraka io fanapahan-kevitra io ireo mponina ao Maninday, ary nilaza nahitsy izy ireo fa tsy hiala amin’ny taniny mihitsy na dia hisy rà mandriaka sy faty olona hikarana aza. “ Izahay tsy hiala eto, ary mila maty ambonin’ny taninay io izahay “, hoy Rtoa Razafy Ramora Raymonde. Nanambara kosa ny filohan’ny Fimpanama, Mahataviky Freda, fa “ Ny oniversite dia tsy manana tany ary tsy tompon’ny tany izany, satria ny Fokonolona mpanamaintimolaly no nanome tany ny oniversite rehefa nangataka tany hanorenana ny oniversite ny filoha Didier Ratsiraka ny taona 1982, ka nahoana no manao taratasy fandrahonana sy sahy mandroaka anay vahoaka amin’ny taninay ny oniversiten’i Toliara ankehitriny “. Mba hisorohana ny ady saritaka, dia mangataka amin’ny fitsarana ny fampiatoana ny raharaha ny avy ao amin’ny fikambanan’ny mpanamaintimolaly ny tany, izay ivondronan’ ireo fianakaviana efatra arivo, ary miantso ireo tomponandraikitra ambony ihany koa izy ireo hamaha ny olana haingana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Une situation politique de plus en plus embrouillée

Comme il fallait s’y attendre, la montagne a accouché d’une souris. Le fameux sommet organisé au CCI n’a pas permis de déboucher sur un accord politique, car seul l’ancien président Didier Ratsiraka a répondu présent. On revient donc à la situation de blocage « ante » et on attend de voir comment vont évoluer les événements. Dans le même temps, l’intervention des forces de l’ordre s’apparentant à une mise en garde aux acteurs politiques vient compliquer encore plus une situation passablement embrouillée.

Une situation politique de plus en plus embrouillée

Le CFM, organisateur de ce sommet du CCI Ivato, conscient du blocage actuel, a décidé de remettre sur le tapis cette réconciliation qu’il prône depuis toujours. Les personnalités invitées, du moins celles qui devraient en être les principaux acteurs, ne sont pas venues. Seul l’ancien président Didier Ratsiraka qui a toujours manifesté sa disponibilité s’est rendu sur place. Les autres chefs d’Etat ne se sont même pas excusés, montrant ainsi le peu de cas qu’ils font de l’initiative du CFM. Aujourd’hui, le débat est de nouveau relancé et le ton est de plus en plus véhément. Et les échanges sont dans la limite du raisonnable. Les partisans du régime multiplient les manœuvres pour freiner la nomination d’un P.M. ne répondant à leurs critères. Les dépôts de requêtes faites par ces derniers à la HCC entrent dans ce cadre. Le haussement de ton des militaires qui somment les acteurs politiques de trouver un accord est un véritable pavé dans la mare et complique encore plus la situation. Alors que l’on espérait que les dissensions allaient cesser et qu’un premier ministre de consensus serait nommé, on retombe dans les errements passés. On retrouve cet égoïsme des hommes politiques malgaches guidés par leurs propres intérêts. Le blocage de la situation va certainement encore durer et c’est le pays qui va en subir les conséquences.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Sécurisation foncière : 300 certificats et titres fonciers distribués à Andramasina

Le PRM a remis personnellement des certificats et titres fonciers aux bénéficiaires.

La sécurisation foncière est une priorité pour le régime actuel. Les autorités l’ont encore démontré, hier, lors de l’ouverture officielle des opérations domaniales à Andramasina.

Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina a tenu à faire le déplacement pour cette cérémonie qui démontre au plus haut point, l’importance des réformes foncières pour le développement du pays.

ODOC. Hier, c’était 300 familles de trois « Fokontany » de la Commune d’Ambatofahavalo qui ont reçu leurs certificats et titres fonciers. Mais ce n’est que le coup d’envoi, puisque l’événement entre dans le cadre de l’Opération Domaniale Concertée (ODOC). Une opération menée par le ministère auprès de la Présidence, en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement et qui  consiste à formaliser de manière collective les occupations sur des propriétés de l’Etat, facilitant ainsi l’accès à la propriété foncière. L’objectif est de régulariser la situation foncière de la population locale victime de fausse attestation de propriété. Une opération de grande envergure puisque,  dans  les Régions Analamanga et Itasy, un total d’environ 100 000 titres seront attribués. Dans le seul District d’Andramasina, 31 000 titres seront attribués d’ici à 2020, Hery Rajaonarimampianina  a tenu à féliciter les premiers bénéficiaires. « Le titre foncier est un document de valeur qui authentifie l’existence et la possession d’une richesse : la terre, qui peut être valorisée de plusieurs façons, et il en sera ainsi dans toutes les régions » a déclaré le président de la République.

Indispensable. Une manière de réitérer que l’obtention des titres et certificats fonciers est indispensable pour la sécurisation foncière est primordiale avant d’entreprendre telle ou telle activité sur le terrain. L’occasion a été également saisie par le président de la République pour dénoncer les fausses informations sur la vente des terres aux étrangers  par les dirigeants. «Face aux mensonges et à toutes les calomnies qu’on déverse, je tiens à déclarer de façon claire et nette que l’Etat et le président Rajaonarimampianina n’ont pas vendu, et ne vendront jamais nos terres aux étrangers. L’objectif de toutes ces manœuvres est d’opposer les Malgaches entre eux, alors que des anciens dirigeants de ce pays ont vendu, ou mis en location, d’immenses superficies de terres. Tout au contraire, la politique que nous développons est de permettre aujourd’hui aux Malgaches de jouir de leurs terres, de réconcilier le Malgache avec sa Terre » a-t-il déclaré.

 R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Vitogaz : Lancement de la promotion hiver

L’hiver est bien là. Une occasion pour les entreprises de  lancer les offres pour lutter contre ce froid hivernal, surtout sur les Hautes Terres. C’est le cas notamment de Vitogaz qui lance la saison de ses promotions pour l’année 2018. Une promotion hiver qui a débuté depuis mai, où Vitogaz a commencé à proposer  des chauffages mobiles et des parasols chauffants  avec une remise promotionnelle  de -15% à l’achat.

« Cette opération s’inscrit dans une démarche consistant à favoriser l’utilisation d’une énergie propre, fiable et écologique pour les ménages. Une énergie puissante et compétitive mise à la disposition des familles et des industriels à Madagascar » déclare un responsable de Vitogaz. Ainsi, jusqu’au 31 juillet 2018, VITOGAZ met en avant les applicatifs pour l’hiver austral, notamment les chauffages mobiles utilisés en intérieur, et les parasols chauffants pour les usages extérieurs.  La société ne compte pas s’arrêter là dans la diversification des produits. En effet, elle met également en vente à partir de ce mois, des appareils anti-moustiques fonctionnant au gaz, qui seraient le matériel idéal et efficace pour les hôtels et restaurants, ou tout simplement pour les particuliers. Toujours dans cette lancée, la société démarre également à partir de ce mois de juin le lancement de son programme national « VITOGAZ TOUR 2018 » pour la promotion du kit complet « Fatapera gaz » auprès des ménages à revenu moyen en favorisant la première acquisition. A noter que Vitogaz vient de démentir les rumeurs sur une pénurie de gaz domestique.  « Ces rumeurs ne sont pas fondées et qu’il n’existe pas de risques de non-approvisionnement de gaz sur le territoire. La distribution reste normale, et il n’y a pas de raison de céder à la panique et de procéder à des achats supplémentaires » précise un communiqué de Vitogaz.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Madagascar – Australie : Formation des cadres pour une meilleure négociation dans le secteur minier

Un premier atelier de formation du gouvernement de l’Australie de l’Ouest est organisé sous l’égide d’un protocole d’accord entre ce pays et le COMESA, au profit de Madagascar en tant que pays membre. « Il s’agit notamment d’une formation des cadres issus de l’administration minière, de l’Office national de l’Environnement et de l’administration fiscale étant donné que le secteur minier a un caractère transversal. L’objectif vise à renforcer les capacités de nos techniciens afin que ceux-ci puissent avoir plus d’expériences pour une meilleure négociation avec les investisseurs désirant opérer dans ce secteur qualifié de pourvoyeur de ressources », a expliqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, lors de l’ouverture officielle de cette cérémonie hier au « Mining Business Center » à Mamory Ivato.

Croissance inclusive. En fait, l’Australie fait partie des grands pays miniers. Elle partage ses expériences dans le développement et la mise en œuvre des cadres politiques et réglementaires pour la promotion des pratiques minières durables afin de soutenir une croissance socio-économique inclusive. « C’est en complément du programme de phare de l’Australia Awards qui permettent aux bénéficiaires de suivre des cours de courte durée et de maîtrise dans les domaines de politiques publiques et du secteur minier et extractif. Ce sont d’ailleurs nos domaines prioritaires », a évoqué l’Ambassadeur de l’Australie à Madagascar, SEMme Jenny Dee. Notons que cet atelier de formation durera deux jours. Le thème est axé sur « l’efficacité et limites de surveillance des impacts environnementaux des opérations minières à Madagascar ». Et parmi les sujets abordés, on peut citer, entre autres, la gouvernance minière, la géoscience, la législation, l’environnement, l’engagement communautaire et les retombées financières des activités minières.

Cartographie. Il faut savoir que la coopération entre Madagascar et l’Australie dans le domaine minier date de très longues années. « Plus de centaine d’étudiants ont déjà bénéficié des formations en la matière en Australie », a soulevé le ministre de tutelle. Par ailleurs, il a saisi cette occasion pour annoncer la participation de Madagascar au Forum Economique en Russie tout récemment. « Un mémorandum d’entente a été signé avec le gouvernement russe afin de renforcer les études géologiques à Madagascar. Ce qui nous permettra d’avoir une cartographie servant à identifier nos ressources minérales sur une zone précise, et ce, pour une meilleure attractivité des investisseurs étant donné que le secteur minier est à risque nécessitant un lourd investissement », a-t-il conclu. Navalona R.

Madaplus.info0 partages

La culture malgache en deuil : Dadagaby rejoint les étoiles

Le fondateur du groupe Ny Voninavoko Rakotomavo Gabriel mieux connu sous le sobriquet « dadagaby » s’est éteint hier, après avoir passé plus d’une semaine à l’HJRA. Il a été admis à l’hôpital le 23 Mai dernier pour une maladie. Cette dernière lui a déjà valu une administration dans un établissement hospitalier dans le passé.
Il a été déjà victime d’une rumeur. En effet, des bruits ont couru sur les réseaux sociaux que Dadagaby est décède. Fait qui a été démenti par son fils. Malheureusement, hier vers 5 h du matin, il tire complètement sa révérence. Le folklore malgache est en deuil. Ny Voninavoka a ce style très malgache. Ces œuvres resteront longtemps dans les bouches des fans : Zanak'Iarivo, Raozy mavo kely, Manja, et bien d’autres.
Madaplus.info0 partages

COSAFA CUP: les Barea en quarts de finale

Les Barea vont affronter les Bafana Bafana de l’Afrique du Sud en quarts de finale. Après avoir battu les Mozambicains 2-1, ce sont Les Seychelles qui ont rendu le suspens à la qualification des Barea.
C’est seulement après la victoire 1 but à 0 face aux Comoriens que la qualification de Madagascar pour les quarts de finale a été assurée. Ainsi, Madagascar sort en tête de liste dans le groupe A avec 7 points, suivi de près par le Mozambique avec 8 points, les Seychelles 2 points et les Comores 1 point. Les Sud-Africains sont à la portée de la bande à Dax. On souhaite bon courage pour que nos portes-fanions puissent remporter la coupe. #AlefaBarea
Madaplus.info0 partages

Open bar de 20h à 21h: Nuit Blanche samedi 2 juin 2018 au Salon Firat 91250

Comme chaque année la Nuit Blanche est la soirée de rencontres et de retrouvailles de la diaspora alors soyez là dès 20h et l'équipe Madaplus sera heureuse de vous accueillir autour d'un verre (Boissons à bulles, punch, boissons softs offertes).
Réservez dès maintenant si vous n'avez pas encore le ticket d'entrée.
Madagate0 partages

Madagascar. Cessation du gouvernement Mahafaly: 5 juin 2018 au plus tard, affirme la HCC

Avis n°03-HCC/AV du 1er juin 2018 concernant une demande d’avis sur la signification de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 relative à une requête en déchéance du Président de la République.

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

La Haute Cour Constitutionnelle,

Vu la Constitution ;

Vu l’ordonnance n°2001-003 du 18 novembre 2001 portant loi organique relative à la Haute Cour Constitutionnelle ;

Le rapporteur ayant été entendu ;

Après en avoir délibéré conformément à la loi ;

1.Considérant que par lettre du 30 mai 2018, enregistrée au greffe de la juridiction de céans le même jour, le Président de la République saisit le Président de la Haute Cour Constitutionnelle, conformément aux dispositions de l’article 119 de la Constitution, pour avis sur la signification de la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 ;

EN LA FORME

2.Considérant qu’aux termes des dispositions de l’article 119 de la Constitution : « La Haute Cour Constitutionnelle peut être consultée par tout chef d’institution et tout organe des collectivités territoriales décentralisées pour donner son avis sur la constitutionnalité de tout projet d’acte ou sur l’interprétation d’une disposition de la présente Constitution »; que le Président de la République, en tant que chef d’institution, dispose du pouvoir de consulter la Cour de céans ;

3.Considérant que l’article 120 alinéa 3 de la Constitution dispose que « les arrêts et décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés ; ils ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles » ; qu’en application de cette disposition, les décisions de la Cour de céans ne doivent souffrir d’aucune fausse interprétation dans leur mise en œuvre ; que dans le respect de l’Etat de droit, de la Constitution et des décisions de la Haute Cour Constitutionnelle, la présente demande d’avis est fondée ;

AU FOND

4.Considérant que par la demande d’avis précitée, le Président de la République pose la question suivante : «Qu’ainsi, eu égard au fait que l’article 4 ne peut entrer en jeu qu’à défaut d’accord politique dans les 10 jours, le délai de 7 jours pour nommer un Premier ministre de consensus ne peut être décompté qu’à l’expiration du délai de 10 jours indiqué à l’article 14. Est-ce dans ce sens que les délais précisés aux articles 4 et 14 doivent être entendus ? » ;

5.Considérant que l’article 14 de la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 dispose que « sauf accord politique dans un délai de dix (10) jours, les dispositions de la présente décision sont applicables dans leur intégralité »; que cela signifie que, si les articles 1, 2 et 3 de la décision précitée sont d’application immédiate, l’application des autres dispositions est soumise au préalable du délai de 10 jours impartis pour l’adoption d’un accord politique ;

6.Considérant que la seconde question posée concerne le point de départ des délais impartis par la Haute Cour Constitutionnelle ; qu’aux termes de l’article 118 in fine de la Constitution, « la décision de la Haute Cour Constitutionnelle est publiée au Journal officiel » ;

7.Considérant cependant que l’exécution d’une décision de justice est la réalisation effective de ses dispositions ; que, pour que la décision soit effective, il faut qu’elle soit revêtue de l’autorité de la chose jugée ; que l’article 120 in fine de la Constitution dispose que « les arrêts et décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés ; ils ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles » ; qu’une fois donc la sentence prononcée par le juge constitutionnel, celle-ci passe en force de chose jugée et a une validité ergaomnes ; qu’à la différence de la loi, les effets juridiques d’une décision de la Cour ne sont pas conditionnés par sa publication au Journal officiel ;

8.Considérant que la troisième question a trait à la cessation de fonction du Premier Ministre et des membres du gouvernement ; que selon l’article 54 alinéa 2 de la Constitution : « Il [le Président de la République] met fin aux fonctions du Premier Ministre, soit sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement, soit en cas de faute grave ou de défaillance manifeste » ; que l’article 4 de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 précise que « le Président de la République met fin aux fonctions du Gouvernement et procède à la nomination du Premier Ministre de consensus, dans un délai de 7 jours pour compter de la publication de la présente décision… » ;

9.Que les Considérants et le dispositif prononcés par la Haute Cour Constitutionnelle entrent dans le cadre de ses pouvoirs de régulation et de sanctions ; que pour l’intérêt supérieur de la Nation et en vue de mettre fin à la crise politique conformément aux dispositions de l’article 167 de la loi fondamentale, la Cour de céans a tracé le processus de sortie de crise ; que ces directives ont été prises par la Haute juridiction sous forme de sanctions à l’endroit du Président de la République et ce, en vertu de ses fonctions régulatrices des pouvoirs des institutions ; qu’il s’ensuit que la cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement devrait résulter d’un Accord politique ou de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles ;

En conséquence,

la Haute Cour Constitutionnelle

émet l’avis que :

Article premier–  Le délai pour l’adoption d’un Accord politique est de dix jours. Faute d’accord, les dispositions de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 s’appliquent dans leur intégralité.

Article 2– Les décisions de la Haute Cour Constitutionnelle entrent en vigueur dès le prononcé de la sentence dûment signée par les membres de la Cour.

Article 3.- La cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement a lieu suite à un Accord politique ou, faute d’accord, dans le cadre de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles, soit le 5 juin 2018 au plus tard.

Article 4.- Le présent Avis sera notifié au Président de la République, au Président du Sénat, au Président de l’Assemblée nationale, au Premier ministre, Chef du Gouvernement et publié au journal officiel de la République.

Ainsi délibéré en audience privée tenue à Antananarivo, le vendredi premier juin l’an deux mil dix-huit à quinze heures, la Haute Cour Constitutionnelle étant composée de :

Monsieur RAKOTOARISOA Jean-Eric, Président

Madame ANDRIANARISOA RAVELOARISOA Fara Alice, Haut Conseillère-Doyenne

Monsieur TSABOTO Jacques Adolphe, Haut Conseiller

Monsieur TIANDRAZANA Jaobe Hilton, Haut Conseiller

Madame RAMIANDRASOA Véronique Jocelyne Danielle, Haute Conseillère

Monsieur DAMA Andrianarisedo Retaf Arsène, Haut Conseiller

Madame RANDRIAMORASATA Maminirina Sahondra, Haute Conseillère

Monsieur ZAFIMIHARY Marcellin, Haut Conseiller

Madame RABETOKOTANY Tahina, Haute Conseillère ;

et assistée de Maître RALISON Samuel Andriamorasoa, Greffier en Chef.

 

Madagate0 partages

Mahafaly Olivier: “Demokraty aho ka manaja ny fanapahan-kevitry ny HCC”

Anosy, 01 Jona 2018 – Nanome voninahitra ny fotoam-pitsarana manetriketrika fianianana sy fametrahana amin’ny toerany ireo mpikambana mandrafitra ny Fitsarana Avo (“Haute Cour de Justice”) izay natao tetsy amin’ny Fitsarana an-tampony Anosy nyPraiminisitra Lehiben’ny Governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Mikasika ny fanapahan-kevitra navoakan’ny Fitsarana Avo momban’ny Lalampanorenana ny Praiminisitra taorian’ny lanonana, ny amin’ny fanoloana Praiminisitra dia nilaza fa: “olona demokraty ny tenako, manaja ny fifandimbiasam-pahefana, manaja ny lalàna sy ny fanapahan-kevitra izay miompana amin’ny Lalampanorenana, manaja ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana Avo momban’ny Lalampanorenana ihany koa ary manaja ny soatoavina demokratika sy repoblikanina. Rehefa tonga ny fotoana, sahala amin’ny nataoko tamin’ny voalohany, am-pitiavana no nandraisako ny toerana maha-Praiminisitra ary maro ireo zavatra tsy maintsy nosedraina tamin’izany, dia am-pifaliana ihany koa no hanolorako ny fahefana amin’izay olona handimby araka ny Lalampanorenana… Ny irariana, ary manao antso avo aho, dia ny mba hiverenan’ny fitoniana eto Madagasikara, satria izay no ilain’ny vahoaka Malagasy rehetra. Tsy misy afa-tsy ny fitoniana sy ny firaisankina ihany no entintsika mampandroso an’i Madagasikara”.

Loharanom-baovao: Seraseran’ny Primature Mahazoarivo

Ny tena dikany dia ny filoha Hery Rajaonarimampianina mihitsy no tsy manara-dalàna ary ny loza dia naniraka ny minisitra Béni Xavier Rasolofonirina, hiresaka ny hoe "situation d'exception".

News Mada0 partages

Fizahantany “ITM 2018” : miantso ny mpandraharaha ny BNI

Ankoatra ny fiaraha-miasa amin’ny Federasiona trano fandraisam-bahiny sy fisakafoana, miditra manohana ny fizahantany koa ny BNI Madagascar. Mandray anjara amin’ny ITM (1) faha-7, ho fanomezan-danja ny fizahantany ny BNI, nanomboka omaly hatramin’ny 3 jona izao, eny Andohatapenaka. Mitodika amin’ireo mpandraharaha na olon-tsotra io banky io hampivoatra ny fizahantany.

Tolotra « Soava dia », araka izany anarany izany, atao indrindra ho an’ny rehetra. Manana ny tolotra ho azy koa ireo trano fandraisam-bahiny sy fisakafoana, araka ny maha orinasa azy ireny, manome asa ho an’ny tanora. Mahita izay mifanandrify aminy ny rehetra mandritra ny ITM, araka ireo sokajiny rehetra, indrindra ho an’ny fampiasam-bola. Mbola tsy ampy betsaka eto Madagasikara izay tsy fampiasam-bola izay, tsy amina sehatry ny fizahantany ihany.

Ho fampiroboroboana ny fizahantany eto an-toerana, tolotra iray lehibe ho an’ny mpandraharaha ny fahazoan’izy ireo manofa TPE (2), hahafahana mandoa vola amin’ny karatra Visa na Mastercard. Manamora ny asa izany sy manampy betsaka ireo vahiny mpizahatany. Tsy misy hofany mandritra ny telo volana ny misoratra hatramin’ny 14 jona  hampiasa io TPE io.

R.Mathieu

News Mada0 partages

EDBM : mandray anjara hampiroboroboana ny fizahantany

Mandray anjara feno amin’ny fampiroboroboana ny fizahantany eto amintsika ny Rafitra hampandrosoana ny toekarena eto Madagasikara (EBDM). Tsapa fa anisan’ny sakana amin’ity sehatra ity ny lafiny fotodrafitrasa samihafa, toy ny fitaterana sy ny famatsiana, ohatra. Noho izany indrindra ny antony nampifandraisan’ny EDBM ireo mpisehatra voakasika, nandritra ny “Foara iraisam-pirenena ho an’ny fizahantany” (ITM), omaly. Lohahevitra noraisina ny hoe “ny fikarohana zava-baovao amin’ny fifandraisana sy ny rohy amin’ny lafiny famatsiana”. Tafiditra ao anatin’ny fandaharanasa hitondra fampandrosoana haingana andiany faharoa (Pic 2) tohanan’ny Banky iraisam-pirenena ity tetikasa ity.

Nilaza ny talen’ny sampandraharaha ho an’ny mpampiasa vola ao amin’ny EDBM, Rajosefa Johary, fa mila hamafisina ny fifanatonana sy ny fifampidinihan’ireo mpisehatra isan-tsokajiny ao anatin’ny fizahantany hampitombo ny mpampiasa vola ao aminy.

Notsorin-dRtoa Andriambolanoro Verohanitra, miandraikitra ny fizahantany ao amin’ny EDBM, fa tanjona “ny hampiroboroboana ny fiaraha-miombon’antoka maharitra eo amin’ny samy mpandraharaha tsy miankina, manome tolotra sahaza azy avy.

Fifaninanana karakarain’ny Vondrona Axian

Nampahafantarina, nandritra ny famelabelarana omaly, ny rohim-pihariana iarahan’ny EDBM sy ny Pic 2 miara-miasa amin’ity lafiny fizahantany ity. Anisan’izany ny any Nosy Be, any Antsiranana, any Toliara, any Taolagnaro, any Antananarivo. Afaka nihaona mivantana koa ireo mpisehatra voakasika (B2B), nikaroka fiaraha-miombon’antoka.

Manampy ireo, mikarakara fifaninanana ny vondrona orinasa Axian, miara-miombon’antoka amin’ny EDBM. Nanazava Rtoa Rakotondrainibe Carole, tompon’andraikitry ny fampandrosoana ny fandraharahana ao amin’ny Vondrona Axian, fa ifantohana ny fampandrosoana sy ny fanohanana ny fandraharahana eto Madagasikara. Tohananay manokana ny lafiny fanomezana tolotra vaovao handraisan’ny mpisehatra rehetra anjara. Ilaina ny fiaraha-miasa amin’ny EDBM hisandratan’ny fandraharahana eto amintsika. Ahafahan’ireo mpandray anjara amin’ny fifaninanana hampandroso ny fizahantany ity fifaninanana ity.

Njaka Andriantefiarinesy 

News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany : mampita ny traikefany amin’ny fanofanana i Aostralia

Nanomboka, omaly mitohy anio, ny fampiofanana teknisianina 24 avy amin’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika ; Tontolo iainana ; Fitantanam-bola, eny amin’ny MBC Ivato. Teknisianiana roa, vavy sy lahy, avy any Aostralia ny manome fiofanana ireo Malagasy ireo.

Taranja omena mandritra ny fanofanana ny momba ny lalàna, ny tontolo iainana, ny fitantanana, ny fampidiran-ketra, ny fikarohana. « Manana traikefa ampy amin’ireo taranja ireo i Aostralia eo amin’ny fitrandrahana harena ambanin’ny tany tato anatin’ny 120 taona ka tsara ifampizarana amin’i Madagasikara », hoy ny masoivohony, Rtoa Jenny Dee.

Efa miara-miasa amin’i Madagasikara hatry ny ela i Aostralia, ary notsindrin’ny mpampiofana iray ny fampiharana hentitra sy fanaraha-maso ny fifanarahana rehetra ifanaovan’ny fanjakana sy ny tsy miankina. Anisan’ny hampitaina amin’ireo mpiofana ny  « Fanaraha-maso ny tontolo iainana mifandraika amin’ny asan’ireo mpitrandraka ». Manana fandaharanasa iray, « Australia Awards », ny fanjakana aostralianina ho fanomezana vatsim-pianarana hanarahana fiofanana any aminy, momba ny politikan’ny fanjakana sy ny harena ambanin’ny tany.

Mampita ny traikefany eto Madagasikara izany ry zareo Aostralianina : fampiasana teknolojia, fiarovana ny tontolo iainana, ady amin’ny kolikoly ary indrindra, ho fampidiram-bola ho an’ny fanjakana. Mifandray amina sehatra hafa ny asan’ny indostria mpitrandraka, toy ny fambolena, ny famatsiana herinaratra, ny fizahantany, ny asa vaventy. Noho izany, ny fandrosoana hita avy amin’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany tokony hampivoatra ny sehatra maro hafa.

Fivoriana tany Rosia

Nohararaotin’ny minisitra Zafilahy Ying Vah ny fotoana nitondrany fanazavana momba ny fivoriana natao tany Rosia, ny herinandro lasa teo. “Nafantoka indrindra momba ny fanadihadiana ny tontolon’ny harena an-kibon’ny tany ny fihaonana. Avy amin’izany, ohatra, ny hamoahana sary hahafantarana ny harena misy isam-paritra. Miainga avy amin’izay ny hisarihana ireo mpampiasa vola, sy hahalan’ny fanjakana ny tokony ho anjarany”, hoy ny minisitra. Nasaina manokana tamin’io fotoana io ny filoha frantsay, ny praminisitra japoney, ny filoha lefitra sinoa…

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fanelanelanan’ny CFM : I Deba irery namaly ny antso

 Mpikarama an’ady tsotra izao ny  CFM ? Tsy nahomby sady tsy naharesy  lahatra  ary efa nampoizina  ny fampihaonana nokarakarain’ity rafitra  mitonona  ho  mpampihavana ity.  Samy tsy tonga  teny amin’ny CCI Ivato hirosoana momba ny fifanarahana  politika  ny filoha  teo aloha, Ravalomanana sy ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina. Nandefa solontena izy ireo. Tsy nipoitra koa ny filoha Rajaonarimampianina  rehefa  tsy tonga ny sasany. Hany namaly ny fanasana ny amiraly Ratsiraka.  Antoko madinika, efa zatra mijapy lamasinina miandry kendry tohina ho amin’ny fizarana seza ny maro amin’ireo nanoina ny antson’ny CFM .

Na  izany  aza, hiroso amin’ny fifanarahana  momba ny fanendrena ny ho praiminisitra ny dinika hotarihin’izy ireo.  Mazava anefa ny efa nambaran’ny Mapar fa  tsy maintsy  hampiharina ny And. 54 milaza ny maro anisa eny amin’ny Antenimierampirenena. Aorian’izany vao miresaka fifanarahana politika.  Araka izany, andrasana ny ho tohiny, anio eny Ivato.

Synèse  R.

News Mada0 partages

Fikaroham-bahaolana : mandrangaranga fitondrana miaramila ny Foloalindahy

Nampitandrina. Nanao fanambarana indray ny eo anivon’ny  fianakaviamben’ny mpitandro filaminana, omaly  tetsy Ampahibe. Nivoitra tamin’izany ny tokony hitadiavan’ny mpanao politika vahaolana,  miainga amin’ny  fanapahana noraisin’ny  HCC farany  teo. Nilaza ny handray fepetra izy ireo  raha tsy misy  ny fifanarahana.  

Hijoro ny fianakaviamben’ny Foloalindahy  amin’ny maha aroriaka farany azy ireo ho  fanajana  sy fampiharana ny andin-dalàna voalazan’ny  lalàmpanorenana ka tsy hamela ny firenena ho latsaka an-katerana sy amin’ny fanaovana takalon’aina na ankivy ny tanindrazana” ,  hoy ny fanambarana novakin’ny minisitry ny Fiarovana, Rasolofonirina  Beni Xavier. Notsiahivin’izy ireo  fa  samy saropiaro amin’ity  tanindrazana ity ny olom-pirenena  tsirairay noho  ny  fitiavan-tanindrazana.  Eo koa ny tokony hanajana ny lalàmpanorenana sy ny tany tan-dalàna araka ny nambaran’izy ireo. Anisan’izany ny fanapahana noraisin’ny HCC ny 25  mey teo. Manampy izany ny ambaran’izy ireo fa  fanambarana roa sosona efa nataon’ny fianakaviamben’ny mpitandro filaminana.   “Hampirisihina ny rehetra hanaraka ny didin’ny HCC  ka hampandefitra ny hambompo sy hanandratra avo ny fitiavan-tanindrazana ary  ny fikatsahana ny tombontsoam-pirenena.  Tohizo ny fametrahana  ny fifanarahana politika efa natomboka, araka ny voalazan’ny didim-pitsarana”,  hoy ihany izy ireo. Mbola  nampitandrina koa anefa ny mpitandro filaminana fa ho loza mitatao ho antsika  ny fifandroritana politika  amin’ny famakiana ny andininy voalazan’ny didin’ny HCC ka  hahitan’ny fahavalom-pirenena tombontsoa. “Noho izany,  mampirisika ny tompon’antoka amin’izao  savorovoro mitady hampikatso ny fiainam-pirenena izao izahay,  hahatongavanareo amin’ny fitadiavana vahaolana mahomby manaraka ny soatoavina  sy ny kolontsaina malagasy mifanandrify amin’ny voalazan’ny savaranonandon’ny lalàmpanorenana…”, hoy izy ireo.

Tapitra anio ny fito andro  hanendrena praiminisitra… 

 Araka izany, ho tonga hatraiza izao fanambaran’ny fianakaviamben’ny mpitandro filaminana  izao ? Miantso azy ireo hiaro ny ara-dalàna, miainga amin’ny didin’ny HCC ny tokony hanendrena praiminisitra,  hatramin’ny anio, ny depiote  ho an’ny fanovana manana ny maro anisa, etsy amin’ny kianjan’ny 13 mey.  Hanao ahoana ny ho fandraisan’ny Foloalindahy izany  satria voasoratra amin’ny fanapahan’ny etsy Ambohidahy koa  ny fe-potoana fito andro, tapitra anio ? Nahoana ny be galona no mitaky ny fitondrana miaramila izy ireo raha tokony anjaran’ny filoha avy hatrany ny mampihatra izany ? Homanina ny sain’ny olona mba hanomezan’ny tafika ny fahefana  indray ny filoha ?  Ahiana indray koa ny hiverenan’ny 17 marsa 2009, tahaka  ny tetsy Antanimena ?

Randria

News Mada0 partages

Antoko RDS : “tsy voahaja ny lalàmpanorenana”

 Nitondra ny heviny manoloana  ny  raharaham-pirenena  ny eo anivon’ny  antoko  RDS,  tarihin-dRakoto  Fetison Andrianirina. Resadresaka… 

  Gazety Taratra (-) Anisan’ireo ny mankasitraka ny fanapahan’ny HCC  ianareo. Mikatso anefa ny raharaha. Tsy diso hevitra ve ianareo ?

RDS (+) Tsy voahaja ny lalàmpanorenana. Nihamaro ny kolikoly. Niteraka tsy firindran’ny fiainam-pirenena izany ka nampirongatra ny fahantrana sy ny tsy fandriampahalemana. Tompon’andraikitra avokoa ny rehetra. Mikorontana ny fiarahamonina. Inona  ny arahina eto raha tsy hajaina ny fanapahan’ny HCC?

(-) Samy diso avokoa izany ireo ambaratongam-pitondrana raha ny fahitanao azy ?

(+) Tsy nahavita ny asa nandrasana aminy ny filoha. Tsy fantatra mazava ny toeran’ireo antoko lehibe toy ny Mapar sy ny Tim ka nampikorontana ny fiasan’ny Antenimiera. Raha nijoro tamin’ny maha  mpampanaja lalàna azy ny HCC hatreny am-boalohany, toy ny fampiharana ny andininy faha-54 sy faha 72 ohatra, tsy niseho izao. Hatramin’izao, tsy tafantsangana ny mpanohitra ara-dalàna. Ny CFM, tsy hita ny vokatra azo tsapain-tanana na eo aza ny finiavany…

(-) Inona izany ny vahaolana, satria samy mizirizy ny mpifanandrina ?

(+) Hararaotina iny fanapahan’ny HCC iny hivoahantsika amin’izao olana izao. Dingana voalohany ihany anefa iny fa ilaina tadiavina ny fomba hanatanterahana azy.

(-) Amin’ny fomba ahoana  izany  ?

(+) Tsy misy heviny intsony ny fangatahna  fialàn’ny filoha taorian’iny didy iny. Mila mamarana ny fe-potoana hiasany amin’ny maha filoha azy izy. Hivoaka ho toy mpandresy anefa izy raha toa ka mitondra vahaolana iraisana sy eken’ny rehetra amin’izao olana goavana atrehintsika izao.

(-) Inona izany ny  vahaolana ?

(+) Ilaina vahana haingana ny olana. Miainga amin’ny hevitry ny didy navoakan’ny HCC iny, azony atao ny mampiantso dinika eo amin’ireo hery velona rehetra. Miantefa amin’ireo filoha nitondra teo aloha, ny fiarahamonim-pirenena, ny mpisehatra politika, ny manampahaizana, ireo raiamandrenim-piangonana sy ara-drazana, ny tanora sy ny vehivavy  ny antso. Tsy tokony handà ny fanasana ny mpanohitra ireo raha asesiky ny fitiavana hitady vahaolana ho amin’ny tombotsoan’ny Malagasy.

Hijery ny fomba tsaratsara kokoa hanohizana ny asa fampandrosoana, ny fanomanana ny fifidianana mirindra, madio, tsy misy hosoka ary andraisan’ny rehetra manan-jo hanao izany ny dinika. Efa fanomanana ny fomba hanorenana Madagasikara vaovao izany.

Synèse  R.

News Mada0 partages

Rabenarivo Sahondra : « nofidina ny mpikambana HCJ, miampy ny filohany »

 “Efa ela ny Rafitra avon’ny fitsarana (HCJ) ny tokony hitsangana”, hoy Rtoa Rabenarivo

Sahondra, mpahay lalàna. Nohamafisiny fa anisan’ny azo torina eny amin’ny HCJ ny filoham-pirenena, ny praiminisitra sy ny minisitra, ny filohan’ny Antenimera roa tonta. Voafaritra ao anatin’ny andininy faha-131 sy ny faha-133 ny karazana heloka azo anenjehana azy ireo sy ny fomba hitoriana ireo mpitondra ambony ireo.

Nilaza koa Rtoa Rabenarivo Sahondra fa nofidina teny amin’ny rantsana hisolony tena avokoa ireo mpikambana ao amin’ny HCJ, miampy ny filohan’ny fitsarana an-tampony izay azon’ny filoham-pirenena vaovao soloina rehefa tonga eo amin’ny fitondrana izy.

Tsy mitsabaka sady tsy maintsy misintaka amin’ny raharaham-pirenena ny mpikambana ao amin’ny HCJ, raha sendra misy ny fifanoheran-tombontsoa (conflit d’intêret) mety mahakasika mivantana na ankolaka azy.

Njaka A.

 Ireo mpikambana ao amin’ny HCJ: Ny filohan’ny fitsarana tampony; avy amin’ny fitsarana tampony (2); ny avy amin’ny fitsarana ambony (2); solombavambahoaka (2); loholona (2); solontena avy amin’ny Filankevitra ambony ny demokrasia sy ny fanjakana tàn-dalàna (HCDE) (2).

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa : nametra-pialana tsy hanazatra ny Real i Zidane

Vaovao lehibe nampivarahontsana izao tontolo izao ny fanambarana nataon’i Zinedine Zidane fa tsy hanazatra ny ekipan’ny Real Madrid intsony ny tenany. Tsy nisy anefa ny disadisa eo aminy sy ny Real Madrid.

Dimy andro taorian’ny nahazoan’ny Real Madrid ny tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions” fanintelony, nanambara tamin’ny alalan’ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety, omaly 31 mey,  i Zinédine Zidane fa hitsahatra ary tsy hanazatra ny Real Madrid, intsony.

Loza ho an’ny Real Madrid sy ho an’ny tontolon’ny baolina kitra izao fanapahan-kevitra tsy nisy nanampo, nataon’i Zidane, izao. Tsy mbola fahita hatramin’ny taona 1970 no ho mankaty ny mpanazatra nahavita vokatra tsara, toy ity vitany ity, mametra-pialana.

“Noraisiko izao fanapahan-kevitra izao, izay heveriko fa fotoana tsara ho an’ny rehetra. Heveriko fa tsy maintsy manohy ny fandreseny ny ekipa, izay mila fiovana sy fomba fiasa vaovao”, hoy izy. Na izany aza, haharitra hatramin’ny taona 2020 ny fifanaraham-piara-miasany amin’ny Real Madrid. Tsy mbola nanambara kosa anefa i Zidaneamin’izay mety hataony na ny ekipa hoentiny, aorian’ny Real Madrid.

“Tsy nampoizina ity fanapahan-kevitr’i Zidane ity”, hoy i Florentino Perez, filohan’ny Real Madrid, tao anatin’ny fahatezerana tanteraka. Noraisiny ho fahakanosana izao teny nataon’i Zidane izao.

Tsiahivina fa i Zidane irery ny hany mpanazatra nahazo ny tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions” intelo misesy (2016, 2017, 2018). Marihina fa voatendry ho mpanazatra ny Real izy, ny 4 janoary 2016, izay nanolo an’i Rafael Benitez. Efa nahazo anaram-boninahitra maro, toy ny tompondakan’i Espaina sy ny «Supercoupe Espaina», tamin’ny taona 2017, ny tenany. Indroa nahazo ny «Super coupe de l’UEFA », ny taona 2016, 2017, ary indroa tompondaka eran-tany, ho an’ny klioba, ny taona 2016, 2017.

Tompondaka

News Mada0 partages

Situation d’exception : menaces des forces de l’ordre

Une menace à peine voilée. Les forces de l’ordre pressent les acteurs politiques à trouver un accord tout en brandissant l’application de l’article 61 de la Constitution. Une disposition qui donne au président de la République un pouvoir exceptionnel. Décidément.

Une sortie médiatique qui va faire beaucoup de bruits dans Landerneau. Dans une déclaration lue à la presse, hier, les responsables au niveau des forces de l’ordre ont fait clairement savoir leur position par rapport à la crise actuelle.

Sauf que leur discours semble avoir été fait pour appuyer le chef de l’Etat qui se trouve en position fébrile à l’heure actuelle, suite à la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) du 25 mai dernier. Une ruse de sioux.

«Nous invitons les parties prenantes à la situation actuelle (…) à trouver des solutions correspondant à la valeur et la culture malgache ainsi qu’à la Constitution, qui est encore en vigueur, conformément à la décision de la HCC», a indiqué à ce titre le ministre des Forces armées, Béni-Xavier Rasolofonirina, dans cette déclaration.

Et d’ajouter : «Si cela ne se concrétise pas, la grande famille des forces de l’ordre s’érigera en tant que dernier rempart pour faire respecter l’article 61 de la Constitution et ne laissera pas le pays dans un précipice».

Compromis ?

Ce dernier point a fait tiquer bon nombre d’observateurs car les forces de l’ordre entendent donner au chef de l’Etat le pouvoir qu’il n’a plus depuis belle lurette.

L’article 61 de la Constitution dispose en effet que «lorsque les Institutions de la République, l’Indépendance de la Nation, son unité ou l’intégrité de son territoire sont menacées et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics se trouve compromis, le président de la République peut proclamer, sur tout ou partie du territoire national, la situation d’exception, à savoir l’état d’urgence, l’état de nécessité ou la loi martiale. La décision est prise par le président de la République en Conseil des ministres, après avis des présidents de l’Assemblée nationale, du Sénat et de la Haute cour constitutionnelle».

Les observateurs s’interrogent alors sur la nature de cette déclaration des forces de l’ordre. Plus d’un se demande : «Pourquoi ce sont les forces de l’ordre qui demandent l’application de l’article 61 ? Est-ce que c’est une préparation psychologique ?».

Et pour cause, la suite de l’article 61 est plus que limpide. «La proclamation de la situation d’exception confère au président de la République des pouvoirs spéciaux dont l’étendue et la durée sont fixées par une loi organique. Dès la proclamation de l’une des situations d’exception précitées, le président de la République peut légiférer par voie d’ordonnance pour des matières qui relèvent du domaine de la loi».

Pouvoir élargi

A titre d’illustration de ce pouvoir étendu. La Loi n° 91-011 du 18 juillet 1991, relative aux situations d’exception, stipule que les situations d’exception, la situation d’urgence, l’état de nécessité nationale et la loi martiale sont proclamés lorsque les circonstances l’exigent pour la défense de la République, de l’ordre public et de la sécurité de l’Etat.

Cette même loi ajoute que les situations d’exception sont considérées comme une réquisition de services publics ou entreprises sans qu’il soit nécessaire de la notifier. La situation d’exception ouvre aussi la voie à de nombreuses atteintes à la démocratie et l’Etat de droit car toutes les réunions sont interdites. Elle suspend immédiatement tout le droit commun.

Loin d’apaiser le débat, les forces de l’ordre enveniment encore plus la situation à travers cette déclaration. En tout cas, ce n’est pas la première fois que les forces de l’ordre lancent un appel aux acteurs politiques mais ceci se cantonne aux déclarations sans suite.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Basikety – Mada U20 lehilahy : nanao pao-telo ny DTSC Analamanga

Anisan’ny ekipa nisongadina sy nahavita dingana goavana ny DTSC Analamanga, nandritra ny fifaninanam-pirenena, ho an’ny sokajy zandriny U20 lehilahy, notanterahina tany Toamasina, ny 19 ka hatramin’ny 27 mey lasa teo. Tsy vitan’ny hoe nandrombaka ny maha tompondakan’i Madagasikara azy izy ireo fa mbola noraofiny avokoa ny amboara ho an’ireo mendrika sy nahavita be, tamin’izany fihaonana, izany.

Nanao pao-telo ny DTSC, tamin’ity. Voalohany, Raharimanantoanina Sitraka no voahosotra ho mpilalao namono baolina be indrindra. 95 ny isa azony, nandritra ny lalao rehetra nataony. Marihina fa anisan’ny mpilalao andrin’ny ekipam-pirenenaihany koa i Sitraka. Mbola mpilalaon’ny DTSC ihany koa ny nahazo ny amboaran’ny mpilalao mendrika, amin’ny alalan’Andriamanana Mickael, ary farany Razafindralambo Bayard, mpanazatra nisongadina sy niavaka.

Marihina fa notolorana amboara sy fanomezana avy any amin’ny orinasan-tserasera Telma ihany izy telo mirahalahy mianaka.

Dingana manaraka ho an’ny federasiona ny dingana voalohany amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, sokajy N1A. Fihaonana, hotanterahina any Mahajanga, manomboka ny 8 ka hatramin’ny 17 jona 2018. Ekipa 12 ny eo amin’ny vehivavy ary 14 kosa ny lehilahy hifaninana amin’izany.

Tompondaka

News Mada0 partages

Nodimandry i Dada Gaby Ny Voninavoko : lasa ilay «Rakipahalalan’ny hira sy dihy malagasy»

Niezaka ny mpitsabo sy ny fianakaviana… Nodimandry teo amin’ny faha-83 taony Rakotomavo Gabriel na i Dada Gaby. Mpitarika ny tropy Ny Voninavoko kanefa koa mpikaroka, mpampianatra, mpihira ary mpamorona hira sy dihy malagasy izy.

« Amin’ny alahelo lehibe no ilazanay fianakaviana fa nodimandry, anio maraina tamin’ny 5 ora, i Dada ». Fanambarana nataon’i ChristianTsilavina, zanak’i Dada Gaby ary mpitarika ny Ny Voninavoko amin’izao fotoana, io. Lasa omaly tokoa ilay andrarezin’ny zavakanto malagasy, raha toa ka efa notsaboina nandritra ny andro maromaro, tetsy amin’ny efitrano famelomana aina etsy amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha izy.Nianjera indroa nisesy tao an-tranony izy, ny asabotsy 19 mey lasa teo, ka nitarika ny tsy fahasalamany ary nampidirana azy hopitaly izany. Tsy nahatsiaro tena nandritra ny andro maromaro kanefa efa nihatsara kely ny fahasalamany, nialoha izao nandehanan’i Dada Gaby izao.Niainga tao amin’ny tropy Ravolana Fenomanana Rakotomavo Gabriel. Nanorina ny tropy Ny Voninavoko kosa izy, taorian’izay. Efa miditra amin’ny andian-taranaka fahafito amin’izao fotoana izao ny Ny Voninavoko. “Rakipahalalan’ny dihy sy ny mozika malagasy”, satria nitrandraka tany ifotony, ary niezaka nampianatra sy nanaparitaka izany i Dada Gaby. Hainy tsara ny nampita ny salegy, bahoejy, basesa, ôsika, sns, narahin’ny dihy nifanaraka tamin’izany.Ireo tao anatin’ny tropiny aloha no nandray voalohany ny fampianaran’i Dada Gaby, teo amin’ny dihy sy mozika. Tsy vitsy koa anefa ireo mpanakanto nandray soa taminy, ary maro ireo mpikaroka mozika malagasy sy vahiny nitrandraka izay fahalalany izay.Efa nitety firenen-dehibe maro tany ivelany i Dada Gaby. I Frantsa, i Soisa, i Allemagne, i Etazonia, sns, samy nitondray avo ny zavakanto malagasy avokoa. Nosaloran’ny Unesco ny anaram-boninahitra “Harena velona” mihitsy izy tamin’izany. Mpanakanto firifiry moa no tsy efa nindrana ny sanganasany raha tsy hilaza afa-tsy ry Rossy, Erick Manana, Kolibera, sns? Ary iza ny Malagasy tsy mbola naheno, na iray azy, amin’ireo hirany, toy ny “Tsiriry roa”, “Raozy mavokely”, “Lalatiana”, “Itondray tsikitsiky”, “Zanak’Iarivo”, “Mananjary”, “Zaza mitomany”, “Manja”, sns.

Miraradraraka ny fanomezam-boninahitra azy“Mangidy ny vava, mangovitra ny tongotra, maina ny molotra ary fenon’ny alahelo ny fo raha nahita ny filazana fa maty i Dada Gaby. Hirakitra ho tantara tsy ho voakosika ny zava-bitany…” hoy Rajery.“Nandritra ny 12 taona no niaina niaraka taminy, nanoro lalana nampianatra ary nampita traikefa maro amiko izy, nahalalako zavatra maro mikasika ny vakoka sy kolontsaina malagasy”, hoy kosa i Donné Randria Ernest.“Isaorako ny nahary sy ny razana ny nahavitako ny adidy tamin’ny fahavelony, na amin’ny maha raiamandrenin’ny firenena na amin’ny maha ray mpiahy ny tenako azy amin’ny zavakanto. Anisan’ireo nampianatra ahy sy nahatonga ahy ho toy izao izy. Eo am-panomanana ny pao-tsatroka ho azy izahay sy ny mi’Ritsoka Production, saingy indrisy izy lasa izao”, hoy kosa i Rossy.Ampahany ihany amin’ireo mpanakanto naneho ny fiaraha-miory sy nanome voninahitra an’i Dada Gaby ireo. Fantatra fa efa nisy ny hetsika nomanin’ireo mpanakanto malagasy sy mpikarakara hetsika any Frantsa, saika hatao ho fitadiavam-bola hanampiana ny fitsaboana azy. Nanambara izy ireo fa hatao ihany ny hetsika, anio, satria efa nankatoavin’ny fianakaviana izany ka hatao ho fara adidy amin’i Dada Gaby izay vola voaangona.Andrasana kosa ny tohin’ny fandaharam-potoana amin’ny fanomezam-boninahitra farany an’i Dada Gaby. Maneho ny fiaraha-miory ho an’ny fianakaviana, ny tropy Ny Voninavoko ary ny fianakaviamben’ny zavakanto ny gazety Taratra.

Nangonin’i Zo ny Aina

News Mada0 partages

FJKM – Mamio – Teny malagasy tranainy… : hanatanteraka velakevitra Ramaherison Radoarijaona

Fiaraha-miasa eo amin’ny Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara sy ny fikambanana Malagasy miombona (Mamio) ho fampiroboroboana ny teny malagasy. Hanatanteraka velakavitra « Ireo teny malagasy tranainy tsy fandre firy intsony ao anaty Baiboly » Ramaherison Radoarijaona (poeta mpiraifaribolana, mpikaroka ireo « very »), ny alatsinainy 4 jona izao manomboka amin’ny 2 ora sy sasany tolakandro, ao amin’ny fiangonana FJKM Ambatonakanga. “Rehefa noheverina tsara, fironan-tsaina hikaroka ireo “very” no tena tanjona. Izao asa izao no dingana voalohany sy santatra amin’izany ombay mitady ny “very” izany”, hoy i Rado Ramaherison.

Ohatra sady niandohan’ny fikarohany rahateo ny nanehoany fanazavana ny amin’ny teny hoe « nanatsika ». Fehezanteny ao anaty Baiboly: « Ary izy (Petera) nanatsika ny namany, izy teo amin’ny sambokely hafa, mba ho avy hanampy azy. Dia avy ireny, ary nofenoiny ny sambokely roa, ka efa saiky nilentika” (Lioka 5 :7). Ho an’ny Rakibolana Régis Rajemisa Raolison,  « manatsika : miantso amin’ny fihetsiky ny loha na tanana ». Ho an’ny Rakibolana Rakipahalalana kosa : « manatsika : miantso na mihaika olona amin’ny alalan’ny fihetsiky ny tanana na koa hoe mamahana basy ».

Nanompanana ny asa ireo teny malagasy tranainy tsy fandre firy intsony ao anatin’ny Baiboly (fanitsiana fahadimy tamin’ny taona 1965). Asa fikarohana nahafahana nanangona voambolana miisa 441. Natolotra indrindra ao anatin’izao jobily faha-50 taona niorenan’ny FJKM (Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara) izao sy ny “Iray volan’ny teny malagasy”.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

IPM – 120 taona : nanafoana ny nendra, miady amin’ny pesta, ny tazomoka, sns

1898-2018, feno 120 taona amin’ity taona ity ny niorenan’ny Institut pasteur de Madagascar (IPM) etsy Avaradoha. Natao omaly ny fanamarihana izany ka nasongadina ny hoe nisoroka ny faharipahan’ny Malagasy ity foibe ity noho ny asa vitany eo amin’ny tontolon’ny fahasalamana, ny fikarohana ary ny fanofanana.

 Foibe fikarohana, miahy ny fahasalamam-bahoaka ary mampiofana, tsy miankina amin’ny fanjakana saingy miara-miasa akaiky amin’ny governemanta malagasy, ny IPM. Tamin’ny fotoana nampihanaka ny areti-mandoza  samihafa, toy ny nendra sy ny haromotana, no nanomboka ny tantarany. Efa nisy vaksiny miady amin’ireo aretina ireo, tamin’izany, saingy sarotra ny fitaterana azy ho eto amintsika.

Teo ny nahatonga ny jeneraly Galliéni, governoran’i Madagasikara, hanangana foibe mpamokatra vaksiny. Nanomboka ny volana novambra 1899 ny fivoahan’ny vaksiny miady misoroka ny nendra. Foana tanteraka io aretina io ny taona 1917 ary i Madagasikara no nahavita izany voalohany.

Mikasika ny aretina haromotana, naharitra ela kokoa ny fikarohana sy famokarana vaksiny noho ny olana teknika, saingy ny taona 1901, nisokatra ny sampana miady amin’ity aretina ity ka olona anjatony no noraisina an-tanana, tamin’izany. Nanomboka teo, tsy nitsahatra intsony ny fanaovana vaksiny miaro amin’ity aretina ity ka, isan-taona, mahatratra 6.000 ireo olona manao izany. Tsy mamokatra vaksiny misoroka ny haromotana intsony moa ny IPM fa manafatra sy mitsinjara izany amin’ireo foibe miisa 30 eto amintsika.

Nifanojo tamin’ny firongatry ny pesta ihany koa ny niorenan’ny IPM eto Madagasikara. Nanomboka ny taona 1898, tsy nitsahatra ny fikarohana ary nandray anjara hatrany tamin’ny ady amin’ity aretina ity ireo ekipany ka anisan’izany ny tamin’ny taon-dasa.

Nasongadin’ireo nandaha-teny, omaly, ny fivoarana nentin’ny IPM teo amin’ny fahasalamana sy ny fanatsarana ary ny fanitarana ao aminy. Ankehitriny, misy sampam-pikarohana sivy ao. Ireo aretina mbola mateti-pitranga, toy ny tazomoka, ny raboka, ny gripa, ny lefakozatra, ny bilarziozy, no sahanina manokana.

Landy R.

News Mada0 partages

Toamasina . niakatra fampanoavana ilay miaramila namaky magazay

 Natolotra ny fampanoavana, omaly ao Toamasina ilay miaramila kilasay voalohany sy ireo namany tompon’antoka tamin’ny famakiana magazay fitobian’entana ao Ampilalaova nambenan’ilay miaramila. Niaiky  ny heloka vitany ilay miaramila…

 Na teo aza ny fanelanelanana nataon’ny lehibeny amin’ny hanafenana ity raharaha ity indrindra ny hanolorana mangingina ilay miaramila fa tsy aseho mpanao gazety, tsy nanaiky izany koa ny eo anivon’ny polisim-pirenena ao anatin’ireo vondrona efatra lehibe misahana ny filaminana anatiny ao Toamasina. Nitondra fanazavana momba ity raharaha ity ny polisy ary nilaza fa niaiky ny heloka vitany ilay miaramila. Nilaza kosa izy ireo fa mbola hisokatra kokoa izany famotorana izany amin’ireo trangana fanafihana mitam-piadiana nifanesy ao Toamasina tato ho ato. Nambaran’ny kaomisera Razafindahy Manitra Fleurys fa efa eo am-pametrahana paikady vaovao hiadiana amin’ny asan-jiolahy ny vondron’ny kaomisera efa-dahy ary mbola vonona hatrany handresy ny tsy fandriampahalemana eo an-drenivohitr’i Toamasina. Nambaran’ny polisy fa jiolahy efa nokarohin’ny mpitandro filaminana hatry ny ela i Florent, izay mpamerin-keloka. Iray amin’ireo jiolahy sivily niaraka tamin’ilay miaramila. Voasambotry ny polisy ny alin’ny alarobia teo koa tao Androranga i Ginoh, mpanendaka gagilahy sy efa mpamerin-keloka, saingy tsy voatazona ela ao Ambalatavoahangy izy.

Tsiahivina fa ny alin’ny talata hifoha alarobia 30 mey 2018 no naharay vaovao ny polisy avy ao amin’ny commissariat central Toamasina fa misy jiolahy mamaky magazay fitobian’entana elektronika ao Ampilalaova Toamasina. Tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny ireo jiolahy efatra ka isan’izany ilay miaramila.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Raikitra ny savorovoro tany Andramasina : nifampitadiavana hosamborina ny ben’ny Tanàna sy ny mpanao ga...

 Niharan’ny antsojay sy ny fampihorohoroana  ny ben’ny Tanànan’Alarobia Vatosola,  i Bina, manohana ny hetsiky ny  depiote ho an’ny fanovana tany  Andramasina,  omaly.  Tsy afa-bela  koa ny mpanao  gazetin’ny Kolo TV/FM. 

 Nitarika vahoaka nilanja sora-baventy mitaky  ny fialan’izao fitondrana izao ny  tenany tao Andramasina , tamin’ny fahatongavan’ny filoha Rajaonarimampianina tany an-toerana nizara kara-tany. Nosakanan’ny mpitandro filaminana anefa izany  ary noraofina  koa ny sora-baventy nentin’izy ireo. Mbola tafaporitsaka ihany anefa ireo vahoaka ary tafiditra teny amin’ny  kianja nanaovana ny lanonana  ka namoaka ny taratasy maneho ny fitakiana ny fialan’ny  filoham-pirenena.

Etsy andaniny, norahonan’ny mpitandro filaminana  ny mpanao  gazetin’ny Kolo TV/FM nanao ny asany naka sary izany  rehetra izany. Tsy nanaiky hatramin’ny farany  ny  hamafana ny sary  amin’ny “camera”  ny tenany ary tafaporitsaka nandositra avy eo.

Fitondrana jadona sy  tsy refesi-mandidy

Tahaka izany koa, nandositra niafina rehefa nifampitadiavan’ny mpitandro filaminana ny ben’ny Tanàna, i Bina. “Nokarohin’ny zandary izahay ary mbola miafina aty amin’ny tokantranon’olona. Narovan’ny vahoakan’ Andramasina…  Mbola maneho ny jadona sy mampihorohoro ary tsy refesi-mandidy ny mpitondra…”, hoy izy.

Nangadihady sy nihanjahanja ny filoha Rajaonarimampianina sy ireo nanara-dia azy satria nialan’ny vahoaka, nandritra izany rehetra izany.

Araka izany, voatohintohina indray aloha izany  ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety. Eo koa ny tsy fahazakan’ny mpitondra fahalalahana maneho hevitra sy ny demokrasia  ka mahatonga ireo tompomenakely sasany mihoa-pefy sy manao antsojay ireo  tsy mitovy  hevitra aminy.

Randria 

News Mada0 partages

Fampianarana : mpikarama an’ady ireo lazaina ho ray aman-dreny

Nahavariana ny maro ary nahatezitra ny sasany kosa ny fahitana ireo andian-jatovo mpikarama an’ady nilaza ho ray aman-drenin’ny mpianatra tetsy amin’ny lycée Moderne Ampefiloha omaly.

Nilanja sora-baventy izy ireo nilaza fa tokony haverina ny volam-bahoaka hanaramana ireo mpampianatra mitokona. Tezitra ireo tanora mpianatra sy ny ray aman-drenin’ny mpianatra satria olon-kafa mihitsy no tazana nilanaja izany sora-baventy izany.

Efa novoizin’ny minisitra Rabary Paul tamin’ny haino aman-jery rahateo fa tsy misy ny vola hahafahana mampakatra ny karaman’ireo mpampianatra araka ny fitakian’izy ireo. Milaza ny handefa mpampianatra hafa izy ireo hanohy ny fampianarana ireo ankizy rehefa tsy hampianatra ireo mpampianatra.

Miteraka ahiahy amin’ireo ray aman-dreny ihany koa izany soson-kevitra miharo fandrahonana ataon’ny minisitra izany satria sao ho olona tsy manana traikefa amin’ny fampianarana akory no asaina mampianatra ny zanany ka hanimba ny ankizy izany.

Efa iaraha-mahalala fa tsy ampy ny mpampianatra ka olona avy aiza ireo lazaina fa hisolo ny toeran’ny mpampianatra ireo ?

Misavorovoro ny sain’ny mpanara-baovao mahakasika ny fampianarana satria mihenjan-droa ny tady eo amin’ireo mpampianatra mitokona sy ny minisitera tompon’andraikitra.

Randria

News Mada0 partages

Bianco : 51 arrestations en 2017

Le rapport annuel du Bureau indépendant anti corruption (Bianco) pour le compte de l’année 2017 s’est déroulé, hier, au siège de cet organe à Ambohibao. A cette occasion, le Bianco a fait savoir que l’année dernière, 62,93% de doléances ont été reçues, 51 personnes ont été placées sous mandat de dépôt sur 215 arrestations effectuées.

Ces arrestations concernent des hautes personnalités et des simples citoyens, dont la fameuse conseillère du chef de l’Etat, en la personne de Claudine Razaimamonjy. Sans oublier un ancien ministre des Finances et du budget.

Selon toujours les chiffres fournis par cet organe, force est de constater l’augmentation des doléances reçues relatives aux grands dossiers ainsi qu’une hausse exponentielle des dossiers sensibles traités. Ceux-ci concernent notamment des infractions, comme l’abus de fonction, la corruption, la concussion, le favoritisme ou encore le détournement de deniers publics.

Parmi les secteurs les plus touchés par les doléances figurent les communes, les domaines, l’éducation, la gendarmerie nationale, ainsi que l’environnement et forêt. Comme défi, cette année, le Bianco entend, en tout cas, renforcer la lutte contre l’impunité, par le renforcement des structures de répression de la corruption et de recouvrement des avoirs. Et ce, à travers, entre autres, l’opérationnalisation du Pôle anti corruption, la promulgation de la loi sur le recouvrement des avoirs.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Malnutrition : la situation empire dans l’Atsimo Andrefana

Sur les neuf districts de l’Atsimo Andrefana, trois d’entre eux, à savoir, Betioky, Benenitra et surtout Ampanihy, sont essentiellement touchés par la malnutrition, de source auprès de l’Office régional de la nutrition (ORN) de cette région.

« En 2017, on a enregistré 8,5% d’enfants souffrant de la malnutrition aiguë, 39,4% de la malnutrition chronique et 26,5% de l’insuffisance pondérale. Et la situation ne cesse d’empirer après les premières évaluations effectuées, le mois de mars dernier, dans le cadre de l’enquête Smart », selon la responsable suivi et évaluation et système information de l’ORN Atsimo Andrefana, Marie Aimée Razafimahatratra.

La malnutrition aiguë a particulièrement été soulignée comme étant en hausse par rapport à la même période en 2017. Par contre, la malnutrition chronique et les insuffisances  pondérales sont plus ou moins stables sur cette même période.

Les impacts de la sécheresse, qui a sévi dans cette région ces derniers temps, sont cités comme étant une des causes principales de cette situation. L’ignorance de l’équilibre de l’alimentation basée sur les codes de couleurs, à laquelle s’ajoute également le maintien de certaines  pratiques ancestrales dans la région, comme la polygamie et les mariages précoces, ne fait qu’aggraver la situation.

Sera R.

News Mada0 partages

« Voyage de lumiere » : 200 opérations gratuites de cataracte

La mission médicale chinoise dans le pays, entrant dans le cadre du projet « Voyage de lumière », menée par la Commission nationale de la santé de la Républiquepopulaire de Chine dans plusieurs pays d’Afrique, dont Madagascar, se déroule à partir de ce jour, au Centre hospitalier  universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA).

« Près de 200 patients, issus de familles démunies, bénéficieront d’une opération gratuite de cataracte, lors de cette intervention de dix jours qui s’étale jusqu’au 10 juin », a informé l’ambassadeur de Chine à Madagascar, Yaong Xiaoring, à l’occasion du lancement de ce projet, hier à l’hôtel Carlton. Un événement qui a été suivi par une séance d’exposition de photos, relatant la coopération sanitaire sino-malgache, qui date depuis des années.

Ce ne seront pas seulement ces quelque 200 patients qui profiteront de cette initiative. « Comme lors des missions de ce genre, menées précédemment, des ophtalmologues malgaches, qui travailleront en étroite collaboration avec les spécialistes chinois, pourront acquérir de l’expérience et renforcer leurs compétences en la matière », a fait valoir le chef de la mission des ophtalmologues chinois, Gao Xiang.

Par ailleurs, les équipements et matériels médicaux, tous à la pointe de la technologie, utilisés lors de l’opération, feront l’objet d’un don en faveur du CHU-JRA, à la fin de la mission.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Perception de droits de visa : ametis au-dessus de la loi ?

Alors que le Syndicat national des agents des impôts de Madagascar (Snaim), en grève depuis le mois de janvier, attend avec impatience la décision du Conseil d’Etat, relative à sa requête pour annulation du décret instaurant le système de visa électronique pour les étrangers, accordé à la société Ametis, cette dernière fait comme si de rien n’était et prévoit même de s’installer dans les grands aéroports des provinces, à partir de ce mois de juin.

Devant un tel constat rapporté par le syndicat, les membres ne cachent pas leur crainte rejoignant en fait celle de la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM) qui a déjà déposé une requête auprès du Bianco, pour suspicion de favoritisme à la société Ametis. Egalement sans réponse jusqu’à maintenant.

Normalement, tant que le Conseil d’Etat ne rend pas son verdict, toute procédure doit être suspendue, surtout du côté d’Ametis. D’autant que les résultats d’enquête menée par le Bianco devaient être également pris en compte.

Mais d’après les informations relayées par les membres du Snaim dans les provinces, le déploiement d’Ametis à Nosy Be, Mahajanga, Toamasina et à l’île Sainte Marie n’est plus un effet d’annonce. Comble de l’histoire, les responsables de la Direction générale des impôts demeurent de simples spectateurs face à ce non respect manifeste de la loi en vigueur. C’est carrément du forcing.

Présence douteuse

A vrai dire, les membres du Snaim soupçonnent quelque chose de louche dans cette affaire. D’après eux, la présence sans raison apparente des émissaires d’Ametis dans les locaux du Conseil d’Etat, depuis le dépôt de ladite requête, en dit long sur la suite à donner à ce dossier.

« Nous savons qu’Ametis a les bras longs, nous ne pouvons que nous inquiéter de ce qu’elle serait capable de faire pour tenter d’obtenir un verdict du CE qui lui serait favorable », rapporte le Sinaim. Ce dernier estime que ces émissaires d’Ametis n’ont rien à faire auprès du Conseil d’Etat. «Leur présence fréquente auprès du CE, justifiée par le dépôt d’un mémoire de défense, ne nous convainc pas» a souligné le syndicat.

Et d’ajouter, «A travers la requête pour annulation, cette affaire ne concerne que le Gouvernement, qui a pris une décision illégale, et nous, les employés du Fisc».

Grève renforcée

Déterminé à lutter jusqu’au bout, le Sinaim lance une mise en garde contre tout trafic d’influence menant vers la corruption. Dans ce sens, il manifeste son intention de renforcer la grève si le Conseil d’Etat ne tranche pas en faveur de la légalité et «c’est non négociable» martèle le syndicat. Dans les provinces, les membres du Sinaim comptent déjà durcir leur mouvement de contestation. A noter que, le 1er mai dernier, Ametis a tenté de s’implanter à Nosy Be, mais en vain face à l’opposition des agents du fisc locaux.

Pour rappel, l’article 02. 05.01 de la Loi des finances 2018 stipule que «la contribution du timbre perçu au profit du budget général est établi, soit au moyen du visa pour timbre, soit d’après un système forfaitaire constaté par la remise d’un récépissé de paiement dûment signé par l’agent chargé du recouvrement au niveau du bureau des impôts territorialement compétent. Il n’y a pas d’autres exceptions que celles notamment exprimées par la loi».

JR

News Mada0 partages

Chronique : inconscience source d’insulte

On ne peut pas dire que les « Rendez-vous du Président », encarts périodiques dans nombreux organes de presse, constituent toujours des publications frappées au coin du bon sens. Pour parler vrai elles sont destinées à communiquer en faveur du Président. En soi la formule n’est pas la mieux adaptée à ce dessein, comme si le président devait lui même faire « son aricle » tel un vantard qui se répand en autosatisfaction. Sûr pourtant que même si ça s’intitule rendez-vous du président, les paroles ne sont pas les siennes, l’auteur enclin à faire du zèle se lâche à certains endroits et ne parvient pas à se gendarmer pour ne pas verser dans la dithyrambe.

C’est fait pour convaincre, mais le style et le ton ne prêchent qu’aux convaincus. Pauvre président ! Certes il n’est pas à plaindre, mais le constat est quand-même là, il a voulu embrasser une responsabilité dont il n’a pas les moyens pour bien l’étreindre. Et ce n’est pas à s’être entouré de courtisans qu’il aurait pu compenser ses manques. Évidemment ça ne pouvait aller que de mal en pis, la dernière édition du « rendez-vous du Président » suffit à elle seule à expliquer la désolante actualité. A se demander laquelle de l’arrogance ou de l’inconscience a poussé une initiative destinée à conquérir la sympathie du plus grand nombre, à prendre une dérive qui ressemble à une insulte.

On aurait pu croire que la Haute Cour de Justice était le sujet qui fâche, l’immobilisme assimilé à une mauvaise volonté pour rendre fonctionnelle cette juridiction a été le motif de la requête déposée pour demander la destitution du Président. Acculé, en deux coups trois cuillères à pot celui-ci il réussit la performance de réaliser ce qu’il a été incapable de faire en quatre ans. Et dans le rendez-vous il s’en vante ! Comme si on devait à sa seule détermination l’établissement d’un état de droit par la mise en place de cette HCJ qui signe la fin de l’impunité. Une arrogance que l’opinion considère gifle insultant la lucidité du peuple. Sa position étant déjà suffisamment inconfortable les gens en rigoleraient presque, d’autant que dans le public la rumeur attribue ce genre de comportement à des individus emplis de suffisance qui ne parviennent même pas à se rendre compte ô combien leurs maladresses révèlent leurs insuffisances. En l’espèce se dévoile au grand jour l’ignorance de l’art en politique, défaut suffisant pour disqualifier à assumer des responsabilités politiques.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Le pétrole (2)

(Suite et fin.)

Bien que très oxydés par le voisinage de la surface, ces huiles du premier niveau pétrolifère de Madagascar sont riches en produits lampants. En voici l’analyse, faite à Londres :

Eau : 1,20

Coke : 12,70

Gazoline : 14,00

Kérosène : 25,80

Huile de graissage : 40,50

Paraffine : 1,90

Gaz et pertes : 3,90

Total : 100,00

Puisqu’il existe à Madagascar des sources de pétrole, c’est le moment ou jamais de les exploiter. Non seulement la caisse se vend actuellement 45 francs, mais comme le pétrole devient de plus en plus rare, on n’en cède, nous assure-t-on, qu’en échange de produits du pays.

Les fêtes de la Journée de l’Armée d’Afrique et des Troupes coloniales

Ce n’est jamais en vain que l’on fait appel à la générosité des Tamataviens lorsqu’il s’agit d’une œuvre patriotique. Aussi, malgré la cherté de la vie actuelle et le marasme des affaires, la fête de la Journée d’Afrique et des Troupes coloniales a eu un résultat des plus satisfaisants. La recette a été très fructueuse, ayant atteint la somme de 3 500 francs.

En présence de ce résultat inespéré, qu’il nous soit permis de féliciter et de remercier tous ceux qui, animés des plus nobles sentiments patriotiques, ont pris à cette œuvre une part plus ou moins active.

Nos chers combattants verront par là combien on a à cœur de leur venir en aide et combien on pense à eux dans les colonies les plus éloignées de la Mère Patrie.

Faits divers

Dernièrement, à l’hôtel Lascagne, un prospecteur, M. X., fut victime d’un vol peu ordinaire.

Le voleur, après avoir ouvert la malle (dérangé sans doute), n’enleva qu’une serviette en cuir contenant des papiers divers, un livret militaire et une paire de chaussures presque neuve.

Mais, pris de remords ou ne trouvant pas les objets volés à son goût, il alla les jeter dans un parc à bœufs en dehors de la ville, où ils ont été retrouvés et remis à leur propriétaire.

Un autre vol au préjudice d’un colon de la vallée de l’Ivondro a été commis le mois dernier.

Des marchandises diverses telles que : sel, toiles, etc., d’une valeur de 800 francs ont été dérobées.

Mais, jusqu’à ce jour, rien n’a été retrouvé.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : fanasahiranana mampitombo ny mety fitrangan’ny loza

Na mandry aza ny tany ka manjaka ny fandriampahalemana tsy azo anaovana baranahana ny fitandroana ny filaminana. Ny ratsy hono tsy kely làlana ka ny fahamalinana no antoka voalohany hisian’ny fandriampahalemana. Mainka moa izany amin’izao fotoana izay anjakan’ny setrasetra mandravarava ny fitonian’ny mponina izao, tsy ny kely vitan’ny mpitandro filaminana indray no afaka iniana kianina.

Nefa kosa misy ihany ny tsy mety izay tsy azo odian-tsy fantatra eo amin’ny fomba fanaon’ny maro amin’ireo mpitandro filaminana. Tsy resaka mikasika ny kolikoly akory no velabelarina eto. Misy ihany moa ny feo mandeha momba izany, sarotra anefa ny miampangana raha tsy eo ny porofo. Lasa fanendrikendrehana no betsaka. Ambonin’izany, aiza moa ny sehatra tsy marary noho io fomba mikiky ny firenena io? Ka rehefa hoe tena hitsabo ka handoatra ny vay, tsy rantsana na sampana no ampifandimbiasana tsindrotsindronina fa ny vatana manontolo no anaovana fizahana sy itondrana fanefitra araky ny fisehon’ny fery.

Na tsy mahomby firy aza, araky ny hevitry ny olona maro, ireny fanakanan’ny zandary sy pôlisy, na eny antenantenan-dàlana na an-tampon-tànana, dia tsy isika tsy tompon’andraikitra no afaka hitompoteny fantatra amin’ny fanoroana tetika mety handaitra kokoa amin’ny fanaovana sakantsakana mba tsy hahafahan’ny jiolahy manaram-po hivezivezy. Tsy mijanona amin’izay ihany moa ny antony anaovana ireny fisavana izay manorisory indraindray, fa fomba hanerena ny rehetra hanaja ny fepetra rehefa mampiasa ny arabe.

Misy aza amin’ireny fisavana ireny, mbola maro ihany ny fiara tsy manaraka ny fenitra, azo heverina ho loza mandehandeha mety hitera-doza ho an’ny sasany.

Nefa matetika tsy eo amin’ny toerana tokony anajanonana fiara no safidian’ny polisy sy zandary anakanana fiara. Mitarika fahasahiranana ho an’ny rehetra sady mampitombo ny fikatson’ny fifamoivoizana ny fomba fijanon’ireo fiara anaovan’ny mpitandro filaminana fisavana. Miteraka fahasahiranana ? Ny fitombon’ny fahasahiranana mazava ho azy fa mampitombo ny anton’ny mety fitrangan’ny loza.

Ohatra fotsiny : ny làlana efa azo lazaina ho tery ihany, nefa andaniny sy ankilany mifanandrify dia samy misy pôlisy. Ny eo ampita andrefana manakana ny fiara mianatsimo, ny eo atsinanana izay mizotra mianavatra. Azo an-tsaina fa manery kokoa ny arabe afaka izorana izany… Isan’andro olona ambony firy no mandalo an’izany rehefa ho eny Iavoloha. Tsy mbola nisy nifampiresaka tamin’ny namany minisitra tompon’andraikitra mikasika an’izany zavatra tsotra izany. Tsy mahatazana sa tsy mandraharaha ? Lavitra anareo ny fahasahiranan’ny vahoaka. Vava fotsiny.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : à la recherche d’un surnaturel

Pour occuper les fonctions de Premier ministre, chaque camp avance un candidat naturel, aussi parmi les prétendants sont-ils nombreux à prétendre posséder ce qualificatif. Tout le monde semble zapper les caractéristiques extra naturels de cette fonction eu égard au pouvoir que lui dévolue la Constitution. Personne ne le dit mais la première des qualités que chaque camp attend de son candidat concerne la fidélité. Fidélité ? Un bien rare, qui vaut à celui qui ose s’en prévaloir une suspicion à vouloir se parer d’une anomalie  et ainsi de se démarquer et de passer pour un être surnaturel.

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

Ouverture de la rencontre au Sommet organisée par le Conseil du fampihavanana malagasy (CFM) au CCI Ivato.

Les responsables des forces de l’ordre menacent de déclarer la situation d’exception si jamais…

: Cérémonie du lancement du projet « voyage de lumière » et l’exposition sur la coopération sanitaire sino- malagasy hier au Carlton.

Ouverture du salon ITM au Village Voara Andohatapenaka.

Les vendeurs de drapeaux arpentent déjà les rues de la capitale.

 Photo : Tiana R., Fanou et Mamiherison

News Mada0 partages

Judo international : fruits et Nature au tournoi des 5 continents

Le club Fruits et Nature de Toamasina fait partie des participants à la 5e édition du grand tournoi des 5 continents, du 1 au 3 juin à Fronton en France. L’occasion pour le président de la ligue Atsinanana, Jean-Loup Bardy, d’évoquer la situation de la discipline dans cette partie est de la Grande île. Interview !

* Les Nouvelles (-) : Pourriez-vous donner de plus amples informations sur la participation du club Fruits et Nature au tournoi des 5 continents?

– Jean-Loup Bardy  : Toamasina est fortement représentée au tournoi des 5 continents. La délégation est conduite par Emmanuelle Prigent, directrice de la Petite bulle présidente, le premier établissement qui bénéficie de notre enseignement du judo. Pour nous, cette participation  se fera à titre d’essai. Outre le résultat, il y a aussi le  jeu et le plaisir de la découverte. Comme l’a souhaité le fondateur du judo, Jigoro Kano, il est essentiel de promouvoir  le judo comme sport éducatif, permettant l’essor d’une société harmonieuse,

Qu’en est-il des ressources financières nécessaires au déplacement  de la délégation ?

– Un judoka doit trouver 1500 euros pour un tournoi de ce type : 800 euros pour le billet, le voyage à Antananarivo pour le visa, le séjour en France. Tout en sachant que le coût mensuel moyen de la pratique du judo à Toamasina  est de 1500 euros, c’est-à-dire que 1500 licenciés de la ville portuaire paient chacun 1 euro à titre de cotisation. Déjà un grand merci à Galana, Jica, la société Tsaravintana et tous ces anonymes qui nous soutiennent matériellement et financièrement.

* Les établissements scolaires de la région ont également apporté leur contribution…

– Effectivement,  comme les lycées français de Toamasina, technique et Jacques Rabemanajara rassemblant au total 4000 élèves. A noter que le ministère reconnait depuis 10 ans le judo comme sport scolaire… Il reste à nous de retrousser les manches et institutionnaliser la chose…

* Comment se présente actuellement la situation globale du judo à Toamasina ?

– Nous essayons malgré toutes les difficultés de trouver un modèle économique qui permettra de mettre en place un système où l’égalité des chances peut être une règle dans le domaine sportif en général et en judo en particulier.

* Pouvez-vous être plus explicite sur ce modèle économique ?

– Comme chacun le sait, le talent n’est pas une affaire d’argent. Le talent peut se découvrir dans les familles riches tout comme dans les familles nécessiteuses. Nous avons prouvé que Toamasina est bourrée de talents (Champions de Madagascar, champions des Jeux des îles, champions aux Jeux de la CJSOI…).  Et, il est important que les jeunes issus des quartiers difficiles, comme Morarano, puissent accéder à des infrastructures et des équipements appropriés. Cela passe par la mise en place d’un règlement spécifique à notre organisation, règlement permettant d’avoir des indicateurs objectifs pour que réellement les meilleurs de Toamasina représentent Toamasina. En effet, hors de nos frontières, l’enjeu n’est plus régional, Toamasina représente la nation malgache.

* Quelles sont vos ambitions

– Notre ambition maintenant est de vulgariser chaque quartier, dans chaque arrondissement, dans chaque commune et dans chaque district le judo. Avec 250 licenciés, près de 16 clubs, 5 dojos, on peut dire que le judo de Toamasina commence à avoir un ancrage. A ce niveau, nous invitons déjà les chefs de quartiers (138 à Toamasina), les 200 écoles de la ville à s’inscrire et former les équipes de 2019. En juillet, avec nos partenaires de La Réunion, nous mettrons en place un système de financement. L’enjeu est éducatif….

Recueillis par Naisa

 

News Mada0 partages

Cosafa CUP : Madagascar bat les Comores

La troisième rencontre disputée par les Barea de Madagascar qui les a opposés aux Comores s’est soldée par la victoire des Malgaches, hier, au stade Old Peter Mokoba. L’unique but de cet affrontement a été inscrit par Boura à la 46e minute. Les deux formations ont regagné les vestiaires sur ce score. Une occasion s’est encore présentée à Nasandratra, à la 59e minute, mais l’homme a complètement manqué son tir alors que le portier adverse était déjà désorienté. Cela aurait pu être le coup de grâce mais le sort en a décidé autrement. Quoi qu’il en soit, Madagascar devra être sur ses gardes car les Sud-Africains sont de redoutables adversaires.

Notons que ce match s’est déroulé sous les yeux du coach de l’Afrique du Sud, Stuart Baxter, qui va sortir l’artillerie lourde pour déstabiliser les hommes de Franklin Andriamanarivo, en quarts de finale. C’est le potentiel pays que Madagascar va affronter en quarts de finale le 3 juin. L’autre affiche a opposé le Mozambique aux Seychelles. Les Mozambicains l’ont emporté sur le score de 2 buts à 1. Une grande désillusion pour le Mozambique qui a été battu par la Grande île, lors de la première rencontre. Par ailleurs, la Fédération malgache de football (FMF) a annoncé que l’Assemblée générale ordinaire se tiendra, demain, à l’hôtel le Paon d’or à Ivato. Un évènement qui marquera un tournant dans l’histoire du ballon rond malgache et qui devrait résoudre le litige sur la question des élections du nouveau bureau exécutif.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Fatapera : Silo inaugure une soirée au coin du feu

Silo signe son retour dans  la sphère musicale, à travers un concert à ciel ouvert et au coin du feu, dans l’antre du Fatapera Antaninarenina, ce soir.

Après une semaine de dur labeur, il n’y a rien de mieux que de se détendre autour d’un bon plat et de la bonne musique. D’autant que le précurseur de Silography compte bien réchauffer les cœurs des mélomanes en cette saison hivernale.

 Durant deux heures d’affilée, le multi-instrumentiste va proposer un voyage musical à travers un rythme allant du rock au jazz ou encore au funk. Un répertoire riche et fort de plusieurs dizaines de chansons sera aligné lors de cette soirée qui s’annonce éclectique.

D’après Tsinjoniaina Rakotondrazanany, la propriétaire des lieux, « Silo fera office d’inauguration du rendez-vous musical hebdomadaire chez Fatapera. S’affirmant comme un lieu de partage et de découverte, nous accueillons, chaque jeudi,  les jeunes artistes en devenir, à l’occasion d’une scène ouverte dédiée à toute forme d’expression. Après la musique, le mois prochain laissera la part belle à l’humour dans toute sa splendeur ».

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Insécurité à Toamasina : les bandits changent de méthodes

Les malfaiteurs font des ravages dans la ville de Toamasina malgré les efforts déployés par les forces de l’ordre. Leur mode d’attaques  semble varier en fonction des stratégies mises en place pour les contrer, selon la population.

Les malfrats usent de nouvelles astuces pour détrousser leurs victimes, depuis quelques jours à Toamasina, afin de déjouer la célérité des forces de l’ordre qui les traquent sans relâche. Les actions en réseau sont utilisées dans les attaques de tuc-tuc, de ce fait. Pour ce faire, une complice s’embarque dans le tricycle et descend en un point donné où ses acolytes interviennent pour attaquer les autres passagers et le conducteur. Parfois, des individus barrent tout simplement la route aux motards noctambules  afin que des complices lui dérobent leur engin sous la menace des armes. Les éléments de la police nationale de Toamasina ont déjà arrêté des dizaines de détrousseurs sans parvenir à maîtriser le fléau, d’après la population.

Manou

News Mada0 partages

Suite à la décision de la HCC : le Fitefa espère un gouvernement d’union nationale

Une solution consensuelle. C’est ce que les natifs d’Antsiranana attendent des principales parties prenantes à la crise actuelle, à travers la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

Telle a été la déclaration des ténors de l’association des natifs de la province d’Antsiranana dans la capitale (Fitefa), lors d’une rencontre avec la presse, mercredi dernier, au Carlton à Anosy.

«Nous saisissons aussi cette occasion pour exhorter les raiamandreny et chaque responsable, dans leurs fonctions respectives, à trouver une solution dans cette crise politique, selon les décisions de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC)», a fait savoir le numéro un de cette association.

Et d’ajouter : «Nous espérons un véritable gouvernement d’union nationale qui sera le reflet de la représentation régionale». En effet, pour cette association, la participation de tous les Malgaches, sans distinction d’origine, permettrait d’instaurer la stabilité dans le pays.

Sur un tout autre registre, l’association rappelle aussi que les infrastructures routières constituent l’un des handicaps au développement du pays, en particulier dans la partie septentrionale de l’île. Pour y remédier, les natifs d’Antsiranana espèrent que la réfection de la RN5, reliant Ambilobe à Vohemar, débutera enfin cette année.

Promesse à tenir

«D’après le Conseil des ministres du 9 mai dernier, il a été prévu que cette réfection débutera au mois de juin. Nous espérons qu’il n’y aura pas de changement par rapport à cette décision et que les travaux commenceront (…)», a fait savoir le numéro un de cette association. Selon les prévisions  de l’époque, en effet, c’est l’Etat chinois qui s’occupera de cette réfection. Jusqu’ici, toutefois, la situation est encore au statu quo.

Il faut se rappeler que l’état de délabrement de la route handicape le développement de cette partie de l’île, comme la route Ambanja-Antsiranana qui nécessite une véritable réhabilitation. A cela s’ajoute l’impact de cette situation qui se fait sentir tous les jours au niveau de la population locale, notamment au niveau des prix des produits et du tourisme.

J.P

News Mada0 partages

Découverte macabre a Ampangabe : meurtre d’une étudiante de l’université d’Antananarivo

Une étudiante en Histoire à l’université d’Antananarivo a été retrouvée morte à Ampangabe, dans la matinée de mercredi. Un suspect, qui n’est autre que son époux, a été interpellé.

Maculé de sang, le corps sans vie de Annick Perle Hanitriniaina, 20 ans, a été découvert dans un bosquet à Ampangabe Behenjy. D’après la constatation, son bourreau l’a frappée à la tête avec un objet contondant.

Soupçonné d’être derrière la mort de la jeune femme, son mari a été interpellé et placé en garde à vue à la chambre de sûreté du poste avancé de Behenjy. Une autopsie sera pratiquée pour examen du corps, afin de déterminer les causes exactes du décès.

Marteau et pantalon maculés de sang

Lundi, au cours d’une visite à l’une de ses tantes à Ampandrianomby, l’étudiante a indiqué que son mari et elle allaient s’évader un peu pour oublier la routine et respirer l’air de la campagne. Mercredi, ils ont quitté leur maison. Quelques heures après leur départ, l’époux a contacté par téléphone un proche de l’étudiante pour annoncer la mort de cette dernière.

Etant donné qu’il est la dernière personne à avoir vu Annick Perle Hanitriniaina avant sa mort, le mari a été interpellé. D’après les premiers éléments de l’enquête, toutes les circonstances sont contre cet homme d’affaires. L’on sait en effet qu’un marteau couvert de sang a été découvert sur sa moto. Il en est de même pour un pantalon maculé de sang lui appartenant.

Pour se disculper, le mari a indiqué que sa femme est allée faire ses besoins quand quelqu’un l’a assommée dans le bosquet.

Mparany

 

News Mada0 partages

Fonciers : des titres pour 300 familles

L’Opération domaniale concertée (ODOC) qui consiste à formaliser, de manière collective, les occupations sur des propriétés de l’Etat, a débuté en février dernier. Environ 300 familles ont obtenu jusque-là des titres fonciers dans le cadre de ces opérations qui ont été réalisées auprès des 31 communes dans la région Analamanga et Itasy.

La cérémonie officielle de remise des certificats et de ces titres fonciers a été effectuée, hier, à Andramasina, en parallèle avec le lancement des opérations domaniales dans ce district et ayant vu la présence du président de la République, de quelques membres du gouvernement, en l’occurrence, le ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, et des représentants du corps diplomatique.

La possession de terrain étant effectivement symbole de la richesse, l’obtention des titres et certificats fonciers s’avère indispensable pour les propriétaires de terrains en vue d’une sécurisation foncière.

Arh.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sitabaomba IvatoMafotaka indray ny ady tany

Mitaraina ireo olona rehetra izay mamboly legioma eny amin’ny Sitabaomba Ivato noho ny tsy rariny mahazo azy ireo amin’ny fanapotehana tsotra izao ny volin’izy ireo izay tena miantoka ny fidiram-bolany ataon’ireo hanorina fotodrafitrasa eo amin’ny toerana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Posy sy sarety tsy manara-dalànaMiditra “fourrière” avy hatrany

Mitombo isa isan’andro tato ho ato ireo posy sy sarety mandeha amin’ny ora voarara eto an-drenivohitra.

 Anisan’ny toerana tena ahitana azy ireny betsaka ny eny Anosibe, Anosizato, lalam-baovao boulevard de l’Europe izay marihina fa tena miteraka fitohanana goavana tokoa. Tsy mipetra-potsiny anefa ny kaominina Antananarivo Renivohitra manoloana izany. Raha ny fanadihadiana natao dia efa niasa nanomboka ny talata lasa teo ny sampandraharaha misahana izany manenjika ireny posy sy sarety tsy manara-dalàna ireny. Telo sahady no tratra teny amin’ny lalam-baovao  tao anatin’ny indray andro izay voatery nampidirina fourrière eny Anosipatrana avokoa. Mbola hitohy hatrany ny hetsika hahafahana mandamina sy mandrindra ny fifamoivoizana eto amintsika.  Raha tsiahivina, manomboka amin’ny 7 ora maraina ka hatramin’ny 7 ora hariva dia tsy afaka mandeha ireo posy sy sarety eto an-drenivohitra. Ho an’ireo polisy kaominaly manokana izay manampy amin’ny fandrindrana ny fifamoivoizana eto amintsika  dia fantatra fa efa miroso amin’ny fanentanana sy ny fampianarana ireo mpitarika posy sy sarety  eto an-drenivohitra izy ireo ankehitriny mialoha ny tena hampiharana ny lalàna.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zinedine Zidane

Nanambara tao anatin’ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety tao amin’ny ivotoerana fanaovan’ny Real fanazaratena omaly tolakandro ilay mpanazatra Frantsay Zinedina Zidane fa nanapa-kevitra ny tsy hanazatra an’ity ekipa notantanany nanomboka tamin’ny 4 janoary 2016 ity intsony ny tenany amin’ny taom-pilalaovana ho avy izao.

 « Fotoana hitako fa tokony hialana ao amin’ity ekipa ity izao, hoy izy, na dia hafahafa ihany aza fa tsy maintsy atao ho an’ny rehetra  ary tsy maintsy atao ny fanovana hitohizan’ny fahombiazana». Marihana fa tao anatin’izay  roa taona sy tapana nitantanany ny Real Madrid izay dia nahatratra 9 ireo amboara norombahin’ity ekipa ity niaraka taminy ka ny 3 amin’ireo dia amboaran’ny “Champions League UEFA”.

 

 

 

 

Mondial 2018

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

MANANGANA SAINA FOTSY

Manangana saina fotsy Rajao dia mifampiraharaha amin’ny fianakaviam-ben’ny mpitandro ny filaminana izay milaza ny hanangana ny fitondràna miaramila raha tsy milamina ny fifanarahana politika izay mandeha omaly.

 Inona anefa ny olana raha mametra-pialàna tsotra fotsiny dia ny governemanta iraisana no manomana ny fifidianana ? Tapi-dalan-kaleha tanteraka ary mbola azo enjehina koa ity fikasàn’ny miaramila ity satria tsy misy loza mitatao mivantana ho an’ny firenena (ady, rà mandriaka, areti-mifindra tsy voafehy sns) ka hahafahana manome ny fitondràna ho azy ireo.

MPIASAN’NY CAMUSAT

 

Mahakasika ilay fikasàna hanao fitsaram-bahoaka ny mpiasan’ny Camusat izay nametraka « pylône » tany Mandoto rehefa nolazaina ho mpangala-jaza, dia nanomboka omaly ny fisamborana ireo olona tompon’antoka tamin’izany. Tsiahivina fa raha tsy nafenina tao an-tranon’ny Ben’ny tanàna izy ireo ary koa nitsoaka tao amin’ny biraon’ny zandary dia matin’ny fokonolona izay nino ny feo niely fa mpangala-jaza, nefa dia olona nisotrosotro avy nahavita asa ary tao anatin’ny fiara.

FANARAHAN-DALANA

 

Roa lahy tratra nangalatra kisoa no novonoin’ny olona avy hatrany tetsy Antanifotsy. Rehefa afaka ny ain’ireo dia nalevin’ny fokonolona soa aman-tsara. Nidina teny an-toerana ny zandary niaraka tamin’ny dokotera mpanao fijirihina ny maty mba hanaovana tatitra. Eraky ny firenena izany ankehitriny ny fitsaram-bahoaka izay mahazo vahana hatrany ary tsy voafehy intsony. Mbola ezaka iray hafa ny famerenana ny tany tan-dalàna. MIDONGY NY MAPAR

 

Nilaza ny tsy hanatrika ny fihaonana an-tampony intsony ny Mapar taorian’ny omaly. Izany dia noho ny filazan’izy ireo fa tsy misy na inona na inona nodinihina ankoatry ny andininy faha-14 amin’ny fanapahan-kevitra navoakan’ny HCC. Mbola mirirotra arak’izany ny tady eo amin’ny antoko politika raha vao resaka fizaran-tseza no mandeha. Ahiana ho tsy hisy vokany ity fihaonana ity ary hiverina amin’ny fampiharana ny fanapahan-kevitry ny HCC ny baolina.

FANGATAHAM-PANAZAVANA

 

 Mifandimby indray ny fangataham-panazavana eo anivàon’ny HCC momba ilay fanapahan-kevitra noraisiny farany teo. Ny solon-tenan’ny antenimieran-doholona indray no tonga teny ary nametraka ny atotan-taratasy momba izany omaly. Tsy misy mahazaka ilay fanapahan-kevitra ireo andrim-panjakana rehetra izay nokakerin’ny amboa kely tiana raha ny fijery ny raharaha.

FATY NATSINGEVAN’NY RANO

 

Lehilahy iray izay mpivaro-mandeha no hita natsingevan’ny reniranon’i Managnano ao Manakara. Nisy ratra ny tenany ary novonoina izy mba hangalàna ny vola mitentina 1.6 tapitrisa ariary teny aminy raha araka ny vaovao avy any an-toerana. Tsy mbola fantatra ny nahavanon-doza ary samy miezaka mamantatra izany ny namany sy ny zandary.

NAMONO VADY

 

Trangam-piarahamonina mampalahelo.Novonoiny ho faty ny vadiny. Izay no ahian’ny fianakavian’ny maty. Efa in-droa nopozininy saingy tsy maty ary tamin’ity indray mitoraka dia nentiny niala an’Antananarivo  tamin’ny moto ary rehefa tonga teny amin’ny lalan’Antsirabe, tsy mifanalavitra an’i Behenjy dia nentiny tamin’ny toerana mangina ka nototany maritoa ny lohany. Nosamborin’ny zandary avy hatrany ary notazomina ao Behenjy ilay lehilahy izay noahiahiana ho nahavanon-doza. Vao herintaona anefa no vita mariazy izy roa.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ny Andriana Robert“Mila hasandratra ny hasim-pirenena”

Samy manana ny fahitany ny atao hoe fitiavan-tanindrazana ny tsirairay, indrindra amin’izao fotoana mafampana eto amin’ny firenena izao. Ho an’ny Andriana Robert, mpiandry ny hasim-piandrianan’Imerina eny amin’ny vohitra Ambohimanga, dia ny hasim-piandrianana no mila haverina hapetraka na hasandratra maika eto amin’ny firenena.

 

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dadagaby -Tarika VoninavokoNindaosin’ny fahafatesana omaly maraina

Nindaosin’ny fahafatesana omaly alakamisy 31 mey maraina tokony ho tamin’ny 5 ora, Rakotomavo Gabriel, fantatry ny maro amin’ny anarana hoe : Dadagaby, angady nananana sy vy nahitana ny tarika miangaly ny vakodrazana,

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpampianatra mpanabeNitondra valin-kafatra an`i Paul Rabary

Vory lanona ireo mpampianatra mpanabe nitondra sorabaventy nitokona teo anoloan’ny minisiteran`ny fanabeazam-pirenena indray omaly maraina.

Mialoha ny fandehanana eny amin`ny kianjan`ny 13 mey dia nanome valin-kafatra an`ny minisitra Paul Rabary ireo mpampianatra mpanabe.  Tsy manaiky ny tsindry sy antsojay ataon`ny minisitra ireo mpanao fitokonana. Nitondra valin-kafatra mamaivay an`i Paul Rabary izy ireo manoloana ny fanehoan-kevitra nataon`ny minisitra tamin`ny haino aman-jery mikasika ny fitokonana nataon`izy ireo. Raha fehezina, nilaza ny minisitra fa diso varavarana ireo mpampianatra mpanabe. Novalian`izy ireo kosa fa izy mihitsy no diso varavarana ary efa natoron`ny HCC ny lalana tokony hivoahana. Nandritra ny fanambarana dia nanamafy ny minisitra fa izy no tompon`andraikitra amin`ny fampidirana mpiasa 40 000 kanefa ny vahoaka Malagasy no tompon`ity minisitera ity. Tsy azy velively ny minisitera kanefa nekeny ny fampidirana 4 000 tamin`ity taona ity izay porofo iray hisian`ny kolikoly. Tao alohan`izay anefa dia  nanatanteraka fivoriana tao amin`ny Lisea Maoderina Ampefiloha (LMA) ireo mpampianatra mpanabe manoloana ny hetsika ho an`ny depiote 73 mialoha ny hihazoan`izy ireo ny kianjan`ny 13 mey. Misy ireo andian`olona nikasa hanakorontana ny fivoriana teny amin`ny toerana manodidina ny LMA saingy noraran`ny mpitandro ny filaminana ny fikasan-dratsin`ireo andian`olona ireo. Amin`ny ankapobeny, nizotra tam-pilaminana ny fivorian`ny mpampianatra mpanabe izay manohana ny tolona mitaky fanovana. Nanome toky kosa izy ireo tamin`ireo ray aman-dreny fa tsy hisy ny taona fotsy amin`ity taom-pampianarana ity. Niely ny feo omaly tetsy Anosy fa misy indray ny teritery ataon`ny fitondrana ho an`ireo mpampianatra ho any Antanimbarinandriana anio ary hosoloina, hono, ireo mpampianatra mitokona. Tsy ekena intsony ny faneriterena amin`izao ary nohamafisin`ireo mpampianatra fa ny fametraham-pialana am-pahendrena no nandrasana tamin`ireo tompon`andraikitra isan-tsokajiny taorian`ny didy navoakan`ny fitrsarana avo momba ny Lalàmpanorenana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaram-bahoaka eto MadagasikaraMankasitraka ny Malagasy 4 amin’ny 10

Olona miisa 1200 tamina toerana maro samihafa teto Madagasikara no nanaovan’ny Afro baromètre fanadihadiana hahafahana mamoaka antontan’isa momba ny toe-javatra samihafa eto Madagasikara, toy ny resaka fanabeazana, fitsaram-bahoaka.

 Fanontaniana miisa 100  no nitondrana ny fanadihadiana. Raha ny fitsaram-bahoaka, dia ny ampahefatry ny Malagasy no namaly fa efa nisy io teo amin’ny toerana nisy azy na ny manodidina azy. Any amin’ny Faritra Melaky, ny 57% amin’ny olona nohadihadiana dia efa misy sy mampihantra teo amin’ny faritra misy azy. 5% kosa ny ambany indrindra, izay any amin’ny faritra Itasy, raha 25% ny eto Analamanga. Ny 31% dia an-tanàn-dehibe ary 24% kosa ny an-drenivohitra. Ny 4 amin’ny 10 amin’ny Malagasy ihany koa no mankasitraka ny fitsaram-bahoaka. Ambony kokoa io taham-pankasitrahana io ho an’ny mponina ambanivohitra, izay 43% raha toa ka 31% kosa ny an-tanàn-dehibe. Ny 80% amin’ny mponina eny ambanivohitra ary 55% ho an’ny eny an-tanàn-dehibe miaina ao anatin’ny dina na teny ifampierana hoenti-mandrindra ny fiarahamonina. Ny resaka fanolanana, dia 44% no mankasitraka fa ilaina ny fitsaram-bahoaka avy hatrany, 40% kosa amin’ny resaka halatra omby, ary 22% amin’ireo resaka halatra hafa, toy ny sinto-mahery. Raha ny tontolon’ny fampianarana kosa ny 76% amin’ny Malagasy no tsy mankasitraka ny fanafoanana ny fanadinana CEPE, raha toa ka 59% izany ho an’ny fandravonana ny ambaratonga fototra sy ambaratonga faharoa ho iray. Mifanohitra amin’izay kosa anefa, dia 51% amin’ny Malagasy no mankasitraka fanovana ny tetiandrom-pampianarana ho manomboka ny volana martsa hatramin’ny novambra. 33% tamin’ny 2014 ny taham-pankasitrahan’ny olona ny governemanta amin’ny fanomezan-danja ny governemanta amin’ny sehatry ny fanabeazana, ary lasa 54% tamin’ity 2018 ity, saingy mbola ambany lavitra mitaha ny tamin’ny 2008 nitondran’i Marc Ravalomanana. Ampahany amin’ny tatitra ihany ireo, izay ampitain’ny Afrobaromètre amin’ny tompon’andraikitra sy ambaratongam-pahefana isan-karazany hahafaha-mandray fepetra na vahaolana, hoy ny mpandrindra Laetitia Razafimamonjy. Mba misy mihaino ve ny mpitondra sa mijanona ho antontanisa ampiasain’ny mpikaroka sy ny mpanao fanadihadiana fotsiny ny tatitra toy izao ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy mba hiova mihitsy ve e ?

Tsy milamina ny tantara ary vao mainka mihenjana ny tady na toa misy ihany aza ny karazam-pitoniana hafahafa eto amin’ny firenena. Iza ihany no ho praiminisitra ?

 Ho teraka ihany ve ny fifanarahana politika ? Ahoana no hiafaran’ny tolon’ny fanovana ? Mbola mipetraka ve ny hoe tsy maintsy miala ny Filoha ?  Ireo no anisan’ny fanontaniana miverimberina amin’ny olom-pirenena amin’izao fotoana izao. Miandry izay haloaky ny ampitso ny rehetra. Ny hita aloha dia toa misavorovoro hatrany ny mpanao politika. Raikitra ny hoe dinika hikatsaham-bahaolana, dia milaza azy ho zavatra avokoa izao milaza azy ho mpanao politika na vondrona politika na fikambanana rehetra izao. Milaza azy ho zavatra sy mba tokony hantsoina hiara-kisalahy amin’ny fanavotana ny firenena, hono e ! Raha mba izay tokoa moa ka haninona fa ity izy toa vao mahare ry mamba noana sy ry mpanaty ran-kena isan-karazany, dia ny mba andao andao sao mba hahazo izay anjara e ! Vao mahare resaka dinika hitadiavana fifanarahana politika, dia mailaka ery satria tsy vitsy no mihevitra fa fizaran-tseza hatrany no ambadik’io. Tsy sanatria hanambany na hanamavo fa maro anie no mety tsy ho lany akory na lehiben’ny fokontany aza. Ilay politikan’ny sitrany hahay sy ny hoe fotoam-panararaotana izao no betsaka matoa isika mbola toy izao hatrany. Firifiry moa ny antoko politika eto ? Efa mananika ny 300 satria samy te ho lohany, samy te hiteny, samy te hihinana,… hany ka famotehana no tena anjara asan’ny mpanao politika maro fa tsy fanarenana. Sao dia mba fotoana izao hiovana amin’izay amin’ity fomba fanaovana politikan’ny seza sy hoe iza irery no tsy mba hihinana ity e ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ligin’ny baolina kitra Amoron’i ManiaNy FC AZ Fandriana no tompondaka 2018

Tontosa tamin’ny 27 mey 2018 teo ny fiadiana izay ho tompondakan’ny ligin’Amoron’i Mania eo amin’ny baolina kitra ka nihaonan'ny FC Bemaha Soavina sy FC AZ Fandriana.

 

 Nivoaka  ho mpandresy 2 - 0 ny FC AZ Fandriana. Izy ireo no hisolotena an’ity ligy ity amin’ny fiadiana ny ho tompondaka nasionaly. Mbola mandray anjara amin’ny Telma Coupe ihany  koa ny FC AZ Fandriana miaraka amin’ny ekipa telo hafa dia : ny FC Varatraza Sandrandahy, Boca Junior Fandriana ary FC Jofama Ambositra. Ireo no hiaro ny voninahitry ny Faritra amin’ny sehatra nasionaly.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny Malagasy RugbyLigy 9 amin’ny 13 no mangataka ny fialany

Nambaran’ny filohan’ny ligin’ny rugby eto Analamanga, Ravelojaona Andry La Pie, omaly tetsy amin’ny Malacam Antanimena fa ligim-paritr’ity taranja ity miisa 9 amin’ireo 13 misy no mangataka ny fialan’ny filohan’ny Malagasy Rugby,

Tia Tanindranaza0 partages

Akany Avoko FFPM AmbohidratrimoMitohy ny varavarana misokatra lehibe

Mitohy ny varavarana misokatra lehibe natao hampahafantarana misimisy kokoa ny Akany Avoko FFPM eny Ambohidratrimo izay nosokafana tamin’ny alatsinainy 28 mey lasa teo ka tsy hifarana raha tsy amin’ny zoma 8 jona 2018 izao,

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny piratyHarafitra ny paikady vaovao

Vory lanona tetsy amin’ny tranombokim-pirenena Ampefiloha omaly alakamisy 31 mey ny fianakaviamben’ireo mpilalao sy mpanatontosa sarimihetsika Malagasy izay mivondrona ao anaty ofisim-pirenena miandraikitra izany na ny Omaci.

Atrikasa fohy ho fampahafantarana ny atao hoe hosoka na piraty eo amin’izay tontolon’ny sarimihetsika izay sy ny fomba atao hiadiana amin’izany no anton’ny fampivoriana. Noho ny mbola firongatry ny kapila hosoka hamidin’ireo tontakely eny an-tsena dia nanapa-kevitra ny handrafitra paikady vaovao hiadiana amin’ny piraty izy ireo. Miara-miasa akaiky amin’ny borigady manokany na ny “brigade anti-piratage” hatrany moa izy ireo, araka ny fanazavana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanararaotana mamoafady amin’ny ankizyTsy fantatra mazava ny antontanisa

Nosoniavina omaly tetsy amin’ny Espace Dera Tsiadana ny fanamafisam-piaraha-miasa eo amin’ny Ecpat, sampandraharaha miady amin’ny fanararaotana mamoafady atao amin’ny ankizy eto amintsika sy ny minisiteran’ny mponina (MPPSPF).

 Raha ny fanazavana, ny hanena ity karazam-panararaotana ity sy ny fiantraikany no tanjona. Anisan’ny hitrangan’izany any an-tsekoly ary endriny ihany koa ny fampiasana zaza tsy ampy taona amina tontolo mamoafady izay. Efa nisy ny fampiofanana nomena ireo tompon’andraiki-panjakana sy ny lehilahy resy lahatra hiady amin’ity fanararaotana ity. Nanambara ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny mponina fa efa tamin’ny 1991 isika no nanasonia ny fifanarahana iraisam-pirenena fa hiady ho fiarovana ny zon’ny ankizy, indrindra fa ireo fianakaviana marefo. Olana amin’izao fotoana, satria saropady ilay resaka, dia tsy misy antontanisa fantatra mazava momba izay tahana fanararaotana mamoafady izay. Efa eo am-panaovana izany kosa anefa ankehitriny, hoy ny fanazavana, ary faritany 6 izay heverina ho tena hirongatan’izy ity aloha hatreto no iasana dia i Nosy be, Antsiranana, Toliara, Antananarivo, Fianarantsoa ary Mahajanga.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo RenivohitraNanao fanadiovana faobe teny Andavamamba-Anosipatrana

Noho ny fangatahan’ny mponina eny Andavamamba, Ilanivato, Anosipatrana iny, nanao fandaminana sy fanadiovana faobe teny an-toerana omaly ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA), notarihan’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana sy ireo mpiara-miasa aminy akaiky.

 

Nalamina ireo mpivarotra amoron-dalana mivarotra amin’ny lalana, nosokafana sy nodiovina ny dalle na ny tatatra ka nosokirina ireo fako manentsina ireo tatatra sy mahatonga ny lalana amin’iny faritra iny ho feno rano matetika, nesorina ny bozaka amin’ny toerana misy izany, nofafana ny lalana, nesorina ny fasika, namboarina ihany koa ny lalana rarivato mikorontana sy samba. Nanatanteraka ny asa teny an-toerana ny mpiasan’ny CUA foibe sy ny avy amin’ny Boriborintany 6, ny ekipa teknika ao amin’ny fiadidiana ny tanàna, ny mpamonjy voina, nisy ihany koa ireo mponina manodidina iny fokontany Andavamamba, Ilanivato ary Anosipatrana ao amin’ny Boriborintany faha-4 iny, nanampy tamin’ny fanatontosana izao fandaminana sy fanadiovana faobe izao. Mbola hitohy anio ny asa, ary hiitatra any amin’ireo Boriborintany 5 hafa eto an-drenivohitra. Nanentana ny mponina koa ny kaominina hitandro sy hanaja hatrany ny fahadiovana satria mandrora mitsilany ihany ny manary fako any anaty tatatra sy dalle, ny fahadiovan’ny tanàna, hoy ihany ny fiadidiana ny tanàna dia tombontsoa lehibe ho an’ny mponina. Amin’izao voalohany izao dia manentana sy mampianatra ny olona ny fahadiovana ny CUA, atsy ho atsy, hisy ny sazy ho an’ireo mbola minia tsy mitandro ny fahadiovana sy fandaminana ny tanàna. Ankoatra izay, amin’ny hankalazantsika ny fetim-pirenena tsy ho ela, hiaina anaty fahadiovana ny mponin’Antananarivo mialoha, sy mandritra ary ao aorian’io fetim-pirenena io.

Jean D

Tia Tanindranaza0 partages

Fitokonan`ny mpiasam-panjakanaRaikitra koa ny an`ny INSTAT

Manomboka mikatso tsikelikely ny fampandehanan-draharaham-panjakana eto amintsika. Araka izany, hafanafana etsy Anosy satria hitokona ny mpiasan’ny ivontoeram-pirenena misahana ny antontanisa (INSTAT) manomboka anio.

 Nivoaka tamin’ny fahanginany ireo mpiasa manoloana ny toe-draharaham-pirenena misy ankehitriny. Tsy hisy intsony ny fandraisana baiko avy amin`ny minisitra mpiahy, hoy ireo mpiasa omaly. Nambaran`izy ireo fa efa marobe ny olana mianjady ao amin`ity sampandraharaha iray ity, saingy natao ankilabao ny mpiasa. Araka ny fanambarana nataon`i Ndremitsara Jean Baptiste Tarzan dia kamboty velon-dray izy ireo, mahakasika ireo olana marobe misy eo amin`ity sampandraharaha ity. Nodian’ny Minisitry ny toekarena sy ny teti-pivoarana tsy hita anefa izany. Nanapa-kevitra izy ireo fa tsy handray baiko avy amin’io minisitra io intsony, mandra-pahatonga ny minisitra vaovao hiahy ny INSTAT. Nahitsy ny mpitondra teny fa zary lasa vato misakana ho an’ny fampandrosoana ny Minisitera ny tsy fijeren’ny minisitra mpiahy ireo mpiasa, izay eo ambany fiadidiany. Raha tojo olana ireo mpiasa, tsy misy vahaolana hoentin’ny minisitra hatramin`izay fa mizaka izany samy irery izy ireo. Ny mpiasan’ny Instat avy eto Antananarivo no efa tsy mandray baiko avy amin’ny Minisitra ary efa manatevin-daharana koa ny any amin`ny faritra. Maro amin’ireo mpiasan’ny Instat no tsy miasa raha vao nalain’ireo solombavambahoaka ho an’ny fanovana nanatanteraka ny tolona. Tara matetika ny fandoavan-karama ary matetika mitambatra telo na efa-bolana, ho an’ireo mpiasa tsy raikitra. Tsy misy hatrany ny vahaolana momba io fahataran’ny karama io avy amin`ny minisitra mpiahy fa ny talen’ny Instat no mamaha azy,  hoy hatrany izy ireo. Ankoatr’izay, raha misy fivorian’ny filankevi-pitantanana momba ny tetibola ilain’ny mpiasa ka miandry ny sonian’ny minisitra dia maharitra fotoana ela vao mivoaka. Tsy misy ny mba fitadiavam-bahaolan’ny Minisitra, ny amin’ny tokony hifampiresahany amin’ny minisitry ny tetibola sy ny vola. Vokany, lasa ireo mpiasa no mitady vahaolana, saingy tsy mahatapaka. « Matoa mbola hitanareo eto izahay, noho ny resaka RGPH-3, mahakasika ny fanisana ny mponina, izay tombontsoa ho an’ny firenena sy noho ny fitiavan-tanindrazana. Manentana ny vahoaka izahay, mba omeo vaovao ireo mpanadihady momba ny isan’ny mponina fa tena ilain’ny firenena », hoy hatrany Ndremitsara Jean Baptiste Tarzan sy Pierre M. Ireto farany dia milaza fa tsy tokony hanana olana ara-bola kanefa tonga amin’izao krizy miseho izao ny INSTAT raha ny loharanom-bolany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanFanoto sy laona

Mba mifankatiava tsara re ianareo mivady ry dada Jean ô !! Mba jereo izahay zanakareo ! Izahay anie izao efa eto ambonin’ny tany fa tsy mbola vao hamboarina intsony e e !

Lasa mampijaly anay ity revina fanoto sy laona tohizanareo foana foana ity. Aiza ve ka efa ambivitry ny faharavana izao izahay dia mbola torotoroinareo amin’ny fanaovana toy ny lelon-jaza ity karazan-dalàna rehetra ity ihany. Fa mitondra anareo ho aiza anefa io fibodoana toerana tsy haharitra mandrakizay io ee ? Na ho ela na ho haingana tsy maintsy hatsahatra tsy ho eo intsony foana ianareo e e ! Im-piry efa niteny anareo an’izany moa izahay fa dia toy ny hoe izahay foana no adala koa ! Rehefa ela loatra marina aloha ity revinareo ity dia tsy maintsy hiantso be sandry ihany izahay ho aro riaka e e ! Tsy sanatria tsy fitiavana anareo akory fa mba fitsinjovanay ny hoavinay. Ireto zandrikeliko ireto no tsinjoviko amin’izany fa ny ahy moa efa vita.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana ADEMManohana ny fanalana an-dRajao sy ny forongony

Fikambanana iray misehatra amin’ny asa fanabeazana eto amintsika ny ADEM ( Association pour le Developpement et l’éducation à Madagascar).

  Manohana ny hetsik’ireo solombavambahoaka 73 mianadahy ho amin’ny fanovana etsy amin’ny kianjan’ny 13 mey izy ireo ankehitriny hahafahana manova sy manatsara ny fiainana ankapoben’ny mponina eto amintsika mihitsy. Vonona ny ADEM  hanala an-dRajaonarimampianina eo amin’ny toerany. Na dia efa misy  aza ny fandravana ny governemanta izay vaovao nalaza nanomboka ny faran’ny herinandro teo dia nanambara ny ADEM fa   tsy mbola afa-po amin’izany ny mpitolona. Mbola takian’izy ireo ny hametrahana ny “etat de droit” eto amin’ny firenena izay tsy tafapetraka araka ny tokony ho izy. Izay mpitondra nifandimby teo dia nilaza ho matahotra an’Andriamanitra avokoa nefa mijaly fadiranovana ny vahoaka. Vonona ny hanohy ny tolona hatrany, araka izany, ny fikambanana mandra-pisian’ny vokatra mahomby. Marihina fa fikambanana iray miandrandra ny soa ho an’ny firenena ihany koa ny ADEM.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Krizy politika eto MadagasikaraEfa misy fiantraikany sahady amin’ny sehatra fizahantany

Nisokatra tamin’ny fomba ofisialy tetsy amin’ny Village Voara Andohatapenaka omaly alakamisy 31 mey ny hetsika International Fair Tourism Madagascar andiany fahafito.

Ao ireo mpandraharaha no efa velon-taraina sahady ny amin’ny akony sy laza ratsin’i Madagasikara manoloana izao krizy eto amin’ny firenena izao. Manaraka ny toe-draharaha misy eto amintsika ny vahiny ary mahafantatra tsara fa miaina anaty krizy ny Malagasy amin’izao fotoana izao. Matetika dia manomboka volana jona tahaka izao no manao famandrihana ny toerana hivahinianany sy hotsidihany ireo vahiny sy ireo teratany Malagasy efa mandamina ny fialantsasatra ho avy. Araka izany dia mbola antenaina aloha ny fahatongavan’izy ireo hamandrika toerana satria mbola ny alahady 3 jona vao tapitra ny hetsika. Tsy mitarain-tana-miempaka ihany koa ireo mpandraharaha, indrindra ny any amin’ny faritany fa miezaka hatrany manao izay ho afany ny amin’ny fanentanana maro samihafa amin’ny fandresen-dahatra ireo mpitsidika. Mila vahana haingana ity krizy eto amin’ny firenena ity fa efa manimba tsikelikely sahady ireo sehatra ahafahana mampidi-bola ho an’i Madagasikara.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisorohana ny savorovoroRavao ny HCC sy ny CENI, hoy ny SECES

Iaraha-mahalala fa nisy ny krizy niverimberina teto amintsika satria mivangongo any amin’ny filoham-pirenena avokoa ny fahefana rehetra sy ny fanendrena olona ho tomponandraikitra ambony, anisan’izany ny mpikarakara fifidianana,

hany ka voka-pifidianana tsy mazava, tsy araka ny safidim-bahoaka, feno kolikoly no nisy teto Madagasikara, hoy ny fanambaran’ny Sendikan’ny Mpampianatra Mpikaroka na ny SECES Sampana Antananarivo mitondra ny datin’ny 17 mey 2018. Tsy vahaolana ny krizy ara-politika miverimberina sady midika ho kajikajy politika ahazoana fahefana tsotr’izao ny fanatanterahana fifidianana ankamehana sy antematemaka, hoy hatrany ny ampahany ao anatin’ny fanambarana. Toa efa tsinjon’ny SECES ihany koa angamba ny hafitsoky ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana na ny HCC, izay namoaka didy hafahafa sy miteraka adihevitra be mikasika ny fitoriana ny fanesorana ny filoha. Mila manova lalàm-pifidianana mazava voadinika tsara isika, neken’ny rehetra ary andraisan’ny maro anjara sady tsy manilika na iza na iza no mila hajoro eto Madagasikara, ka antenaina fa hoeken’ny rehetra ary miantoka ny fifandimbiasam-pahefana ara-demokratika. Mila ravana noho izany ny HCC, ary torak’izany ihany koa ny CENI, ary tokony hojerena akaiky ireo rantsa-mangaika mpikarakara fifidianana, izay takiana ny hampahaleo tena azy tanteraka, hoy hatrany ny SECES. Mila apetraka isam-pokontany ny rafitra mifototra amin’ny teknolojia avo lenta voaaro amin’ny hosoka, hahafahana mamoaka ao anatin’ny iray andro ny voka-pifidianana sy hisorohana ny famadihana ny safidim-bahoaka, hoy hatrany ny SECES.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitolona etsy amin’ny 13 meyMisy efa manao tetiandro mihitsy

Raha aravona dia tokana ny tanjona iraisan’ireo mpitolona eny amin’ny kianjan’ny 13 mey.

 

Tsiry Andriamihantasoa, filohan’ny fikambanana Tanora mandray andraikitra (TMA): “Efa safidinay ny hiaraka amin’ny vahoaka. Tianay mba hoentin’ny vahoaka ny firenena. Mitaky ny fialan-dRajaonarimampianina izahay satria ity fitondrana ity no nampidangana ny vidin-tsolika, nampiakatra ny sandan’ny Euro, nidangana ny vidin-jiro sy ny sisa.”

Jocelyne, Olon-tsotra: “Tapa-kevitra ny hanohana ny tolona tarihin’ny depiote 73 aho satria mila fanovana ny lalàmpanorenana tsy mandeha amin’ny laoniny”. Efa hatramin’ny voalohany aho no teto ary efa nametraka “emploi du temps” mifanaraka amin’ny hetsika mihitsy.

Alain, Olon-tsotra: “Mila ovana amin’izay ny toe-draharaham-pirenena manoloana ny tsy fandriampahalemana, ny kolikoly, ny tsy fisiana asa. Ny manam-bola ihany amin’izao no tafita eto. Tsy tokony hahantra mihitsy isika, raha ny harena ananantsika. Azo atao tsara ny mitsinjara ny 50%-n’ny harem-pirenena amin’ny vahoaka.”

Sareraka, Mpanakanto, mpanao politika: “Raha ny tokony ho izy dia tsy nisy tolona intsony taty amin’ny taona 2018 saingy ny zava-doza dia natambatry ny mpitondra ankehitriny daholo ny fahotana vitan’ny tany aloha rehetra ary nampiany avo 10 heny aza. Tsy nisy fitondrana nandatsa-dra ka tsy niala teto. Hadalan’ny mpiray firenena ny mbola mamela an-dRajaonarimampianina hijanona eo. Tsy tokony hoekena intsony ny famelana handositra fa tsaraina daholo izay nanao ny tsy nety teto amin’ny firenena.

Nanangona: J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Foloalindahy MalagasyHijoro rehefa tsy mahavita azy ny mpanao politika

Namoaka fanambarana tetsy amin’ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena (MFA) tetsy Ampahibe omaly alakamisy 31 mey ny fianakaviamben’ny foloalindahy Malagasy notarihin’ny minisitra, Beni Xavier Rasolofonirina.

 Ho fanamafisana ny fanambarana roa sosona efa nataonay, hoy izy ireo, ary manoloana ny fanapahan’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana laharana faha 18-HCC/D3 ny 25 mey 2018 teo ary ho fikatsahana ny tombontsoan’ny vahoaka tsivakivolo no hanaovana izao fanambarana izao. Samy sarotiny amin’ny fitiavan-tanindrazana sy fikatsahana ny tombontsoa ambonin’ny firenena ka hampirisihana ny rehetra hanaja iny fanapahana iny. Tohizo ny fanatanterahana ny voalaza ao amin’ny andininy faha-14. Miantso izay tompon’antoka rehetra nahatonga izao toe-draharaha izao, araka ny fanazavana, ny foloalindahy mba handray fanapahan-kevitra mifanaraka amin’ny soatoavina sy ny lalàmpanorenana. Zava-doza ho an’ny firenena, hoy izy ireo, ny fandroritan’ny mpanao politika ny fandikana iny fanapahana iny ary hanome vahana ny fahavalom-pirenena ka mampirisika ny mpanao politika hanatanteraka izay voalaza. Raha sanatria anefa tsy tanteraka izany dia hijoro amin’ny maha aro riaka farany azy ny foloalindahy fa tsy hamela ny firenena ho latsaka an-katerena sy atao ankivy. Nohamafisin’ny minisitra moa fa mbola manaja ny rafitra sivily sy ny rafitra demokratika izy ireo ary raha ny mikasika izay fijoroana izay dia mazava ny andininy faha-61 ao amin’ny lalàmpanorenana sy ny andininy faha-11 voalazan’ny lalàna 91 – 011. Raha fintinina ny voarakitra ao anatin’ity andininy voalaza farany ity dia manome alalana ny filoham-pirenena hampandre ny tafika amin’ny fisiana toe-javatra na toe-draharaha amin’ny tany mihotakotaka ka mampizotra ny mpitandro ny filaminana ho any amin’ny fandraisana fanapahan-kevitra ny amin’ny fampiharana ny antsoina hoe lalàna miaramila na « Loi martiale ». Azo idirana sy tsy mivaona amin’ny lalàmpanorenana raha tojo ny antsoina hoe toe-draharaha maningana na « situation d’exception ».

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanarahana politikaMbola gidragidra be…

Tsy nisy tonga teny amin’ny CCI Ivato namaly ny antson’ny Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy na ny CFM na ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana na ny filohan’ny tetezamita teo aloha Andry Rajoelina na ny filoha am-perinasa Hery Rajaonarimampianina, saingy nandefa solontena avokoa.

 Ny filoha teo aloha Didier Ratsiraka ihany no namaly ny antso. Tanjona moa ny hitadiavana ilay fifanarahana politika, ka anisan’ny tsy azo ihodivirana  ireo filoha nifanesy. Miantso ny mpanao politika ny hanatanteraka ny didy navoakan’ny HCC ihany koa, indrindra amin’ny fametrahana ny praiminisitry ny marimaritra iraisana ny CFM tamin’ny alalan’ny filohany Maka Alphonse.  Toa tampotampoka ary tsy ampy fahamatorana ny fampihaonana, raha ny fanehoan-kevitry ny mpikatroka politika maro, izay nanantena ny hantsoina saingy niahaka tanteraka. Maro ny manakiana ny fomba fitondrana ny dinika isan-tsokajiny, ary tsy manaiky hatao anjorom-bala eo anatrehan’ity raharaha ity. Hatramin’ireo mpitarika ao anatin’ny FFKM no tsy nipoitra teny an-toerana ny rehetra noho ny tsy fahamatorana.  Na ny fomba fiasa ivelany sy ny fanomanana na ny votoatin’ny fitondrana ilay fikatsahana fampihavanana, dia toa petatoko. Tsy hay aloha na iniana atao noho ny resaka kajikajy mihitsy na tonga amin’ilay hoe manao zavatra tsy mora, fa dia tratry ny kiana mafy aloha ny CFM. Anisan’ny nanakiana mafy ny fomba fiasan’ny CFM ny avy amin’ny MAPAR. Aoka hiara-hanapaka fa tsy ireo filoha 4 na ny depiote 73 na ny 79 ihany no hanapaka fa ny herivelona rehetra, hoy i Pety Rakotoniaina. Aoka isika rehetra samy hanana fanetren-tena ary hanompo ny fahamarinana izay dradradradraina, fahatsoarana…, hoy kosa ny Amiraly Didier Ratsiraka. Tsy io lalàm-pifidianana io ihany no olana eto Madagasikara fa io lalàmpanorenana io no tsy mety, raha ny nambarany. Efa noteneniko , hoy izy, fa misy zavatra tsy mety ao dia andao harenina. Io azo hovana io hahasoa an’i Madagasikara. Azontsika atao ny manavotra an’i Madagasikara ao anatin’ny 5 taona raha ohatra, ka miara-misalahy isika rehetra, hoy hatrany ny amiraly Ratsiraka. Ny olana mipetraka, kolikoly, fananan-tany, fivarotana tanindrazana, lalàmpanorenana, dia tsy hahafohy roa herinandro, roa volana, eny na roa taona hamahana izany ve isika, hoy ny amiraly. Mbola mandeha ny adihevitra ary ny hita aloha dia somary mikatso ny resaka fitadiavam-bahaolana. Mbola andrasana indray, ohatra, izay hafitsoky ny HCC eo anatrehan’ny fangatahana nataon’ny filoha. Ahoana ihany koa ity adihevitra be momba ny fanendrena  praiminisitra ity ?

Toky R

 

 

 

 

 

 

 

La Vérité0 partages

Commerces et échanges internationaux - Un guichet unique pour la protection des droits d’auteur

Protéger les marques et les indications d’origine. La Direction générale des douanes (DGD), l’Office malagasy du droit d’auteur (OMDA) et la société GasyNet ont procédé hier, à l’hôtel Le Palissandre, à la signature d’un protocole d’accord. Cette signature va permettre à l’OMDA d’intégrer le guichet unique électronique TradeNet par le biais du module MIDAC (Ministères, départements, agences de contrôle). Effectivement, la dématérialisation du traitement des dossiers est aujourd’hui incontournable, notamment pour faciliter de manière significative le parcours des opérateurs ainsi que le suivi. La douane malagasy et GasyNet ont ainsi collaboré dans ce système pour intégrer toutes les institutions publiques et les agences de contrôle comme l’OMDA.

  L’accès de l’OMDA au module MIDAC portera particulièrement sur l’importation de marchandises susceptibles de contenir des œuvres artistiques ou d’être utilisées pour des copies privées comme les clés USB ou encore les cartes mémoires.  A compter du 1er juillet prochain, ces marchandises devront avoir l’autorisation de l’OMDA avant d’accéder sur le territoire malagasy. Le traitement et l’émission d’autorisations relatives à ces activités se feront alors tous en ligne. D’après Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes,  « comme elle est inscrite dans le Code des douanes malagasy, cette mesure permettra donc de prévenir, de détecter mais aussi de sanctionner toutes les fraudes commises comme la contrefaçon ou le piratage, tout en préservant le développement des commerces et des échanges internationaux, ainsi que la bonne gestion des frontières de la Grande île ».  En parallèle avec cette émission d’autorisation, une rémunération pour copie privée sera également prélevée sur les importations citées auparavant.  Sur les 20 % de taxes normalement accordées à la douane malagasy, 6 % iront directement au Trésor public pour ensuite être versées sur le compte de l’Office malagasy du droit d’auteur. 

Rova R.

La Vérité0 partages

Dissolution du gouvernement Mahafaly- La HCC donne 72 heures au Président !

Le gouvernement de Mahafaly Solonandrasana Olivier devra être dissout au plus tard mardi prochain. C’est l’avis rendu hier par la Haute Cour constitutionnelle suite à la requête du Président de la République pour demander un avis d’interprétation sur certains points de la décision de la HCC du 25 mai dernier.  

Ambohidahy met les choses au clair. Dans l’article 3 de son avis n°033-HCC/AV du 1er juin 2018, la HCC émet l’avis que : « La cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement a lieu suite à un Accord politique ou, faute d’accord, dans le cadre de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles soit le 5 juin 2018 au plus tard ». 

 

Dans une requête datée du 30 mai, le Président de la République avait saisi la HCC pour avis sur la signification de certaines dispositions de la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018. Notamment par rapport à la lecture des délais précisés aux articles 4 et 14 de la décision de la HCC de vendredi dernier. 

En ce qui concerne l’article 14 de ladite décision, celle-ci dispose que « sauf accord politique dans un délai de dix (10) jours, les dispositions de la présente décision sont applicables dans leur intégralité »; Dans ses considérants de la décision d’hier, la HCC indique que, « si les articles 1, 2 et 3 de la décision précitée sont d’application immédiate, l’application des autres dispositions est soumise au préalable du délai de 10 jours impartis pour l’adoption d’un accord politique ». 

Sanctions à l’endroit  du Président  de la République

Dans sa requête,  le Président de la République a également posé une question relative à la cessation de fonction du Premier ministre et des membres du gouvernement, soulevant une contradiction entre l’article 54 de la Constitution qui dispose que : « Il [le Président de la République] met fin aux fonctions du Premier Ministre, soit sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement, soit en cas de faute grave ou de défaillance manifeste » et l’article 4 de la décision en question qui précise pour rappel que « Le Président de la République met fin aux fonctions du Gouvernement et procède à la nomination d’un Premier Ministre de consensus, dans un délai de 7 jours pour compter de la publication de la présente Décision ». Selon la HCC, « pour l’intérêt supérieur de la Nation et en vue de mettre fin à la crise politique conformément aux dispositions de l’article 167 de la loi fondamentale, la Cour de céans a tracé le processus de sortie de crise ». Et Ambohidahy de préciser que « ces directives ont été prises par la Haute juridiction sous forme de sanctions à l’endroit du Président de la République et ce, en vertu de ses fonctions régulatrices des pouvoirs des institutions ». Raisons pour lesquelles « la cessation de fonction du Premier ministre et du Gouvernement devrait résulter d’un Accord politique ou de l’exécution de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 prise en application des dispositions constitutionnelles ». Notons que quelques jours avant l’échéance du 5 juin, aucun accord politique n’est sur le point d’être trouvé (voir article par ailleurs). L’on se dirige donc tout droit vers l’application intégrale de la décision de la HCC donnant au parti majoritaire dans l’Assemblée nationale et issu des élections législatives le droit de proposer le nom du nouveau PM. Un privilège non accordé au groupe parlementaire HVM, créé de toutes parts après les élections….

La Rédaction

La Vérité0 partages

Alerte générale !

Attention ! La « bête » rampe et remonte la pente. Un vaste complot contre l’élan populaire dans tout le pays se trame quelque part. La contre-attaque s’organise. Iavoloha  mobilise ses « troupes ». Et voilà, les inquiétudes sur le risque d’incertitudes après la publication par la HCC de cette controverse Décision en date du 25 mai se confirment. Au lieu d’apaiser, l’Institution d’Ambohidahy sème le chaos. L’hésitation des Hauts Conseillers à punir Rajao ouvre une brèche permettant aux « ennemis de la Nation » de s’engouffrer. Une conspiration à grande échelle se trame.  Toutes les Institutions de la République, y comprise la HCC, et les grandes entités de l’Etat dont les Forces de Défense et de Sécurité  sont concernées. La présidence et les véreux parlementaires  pro-régime, les « mpamadika palitao », se déplacèrent, tour à tour, à Ambohidahy pour déposer des requêtes demandant à la HCC de plus amples explications relatives à sa décision du 25 mai 2018. A croire que le Chef de l’Etat et les députés /sénateurs ne savent pas comment lit-on un texte de loi ! Le vrai mobile de toutes ces gesticulations réside dans l’optique de jouer sur le temps et sur les…nerfs de militants de la Place du 13 mai. Pourtant,la décisionde la HCC n° 18-HCC/D3 du 25 mai 2018 est claire et simple à…lire. Il ne devrait souffrir  d’aucune fausse interprétation ni de déviation  d’esprit ou de manipulation d’idées.

 

Le CFM, l’instance nouvellement installée par le Chef de l’Etat et chargée d’enclencher la réconciliation réapparait. Malheureusement, il s’égare dans les dédales de la politique et se trompe de terrain et d’interlocuteurs.En fait, dès le début de la crise, l’équipe de Maka Alphonse semait la pagaille. Ces derniers jours, le CFM récidive ! Convier des personnalités politiques qui n’ont rien à voir avec la lutte pour le changement menée par les 73 députés, sur la Place du 13 mai, relève d’une pure aberration. Et quand Maka Alphonse évoque le terme « majorité » durant ce « faux sommet » au CCI d’Ivato, de quelle majorité insinue-t-il ? En tout cas, la HCC est nette sur ce sujet.  Il ne faut surtout pas le trahir ou  le « violer ». Et voilà l’Armée remonte au front. Elle braque l’arme en direction des acteurs politiques et les interpelle en sommant de « pondre » un accord politique, faute de quoi… Les concitoyens de  se demander. S’agit-il d’une menace ? Quand on évoque le cas de l’Art. 61 de la Constitution qui confère au Chef de l’Etat les pleins pouvoirs pour instaurer l’état  d’urgence ou autre en cas de nécessité impérieuse, on s’écarte de la réalité. L’Armée semble perdre la pédale. Elle prend parti du président qui, en vertu de la décision de la HCC, ne dispose plus la plénitude des pouvoirs en condamnant, indirectement,  les 73 députés pour le changement. Décidément, quelle malédiction s’abattrait-elle sur nous ? Nos dirigeants au pouvoir ne savent même pas lire et comprendre un texte de loi de  15 articles. L’organe chargé de régler nos conflits se trompe d’interlocuteurs et l’Armée se perd dans un labyrinthe et se trompe, elle aussi, de cible. Rien d’étonnant si le pays va à reculons !  Alerte générale à tout le monde !  

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Football-Cosafa Castle Cup - Les Barea défient les Bafana Bafana en quarts

Les Barea de Madagascar se sont qualifiés en quarts de finale, après avoir battu les Cœlacanthes sur une victoire in-extremis (1-0). Une victoire couronnée qui revient à l’étoile montante du football, Tsito Razafindrasata. Il vient de disputer sa première titularisation et déjà sacré homme du match.  Il est à noter qu’il n’a été appelé dans la sélection que dans le dernier match préparatoire des Barea contre la sélection d’Analamanga et ce après avoir convaincu l’entraîneur. 

 

Madagascar est la première équipe à avoir validé son billet pour les quarts de finale. Les Barea ont assuré le minimum jeudi dernier au Old Peter Mokaba Stadium. La formation de l’océan Indien était opposée à son voisin des Comores. Et c’est sur le score de 1-0 que les hommes de Franklin Andriamanarivo ont disposé des Cœlacanthes. L’unique but du match a été inscrit par Bourahim Jaotombo, l’attaquant de la CNaPS Sport à la 45e minute après un énorme cafouillage dans la surface. Dans cette première période, les Malgaches ont bénéficié d’un nombre incalculable d’occasions mais ne sont jamais parvenus à aggraver le score. Malgré tout, ils ont obtenu le droit de poursuivre l’aventure dans la COSAFA 2018. Dans l’autre rencontre, le Mozambique a triomphé des Seychelles 2-1. Les Mambas pourront longtemps regretter cette défaite inaugurale contre Madagascar qui les privent d’une place en quarts de finale.  Mais Luis Miquissone, attaquant du Mozambique, pourra se consoler avec une quatrième réalisation qui le place en tête du classement des buteurs. Les Comores et les Seychelles disent adieu à la compétition également. Ils n’ont remporté aucune de leurs trois sorties. L’équipe nationale malagasy défiera les Bafana Bafana d’Afrique du Sud, demain dimanche  3 juin au Peter Mokaba Stadium à  Polokwane, pour une place en demi-finale.  Un défi immense pour les protégés de Francklin Andriamanarivo. En effet, ils vont défier l’équipe sud africaine, dirigée par l’entraîneur national, Stuart Baxter, sur son terrain. Un coach qui connait bien le football malagasy, car il n’est autre que l’entraineur du club sud africain  Super Sport United, adversaire d’Elgeco Plus lors de la Coupe de la Confédération Africaine de football Caf en 2017. Il l’a déjà pressenti cette qualification malagasy car cet entraîneur est venu en personne assisté au match Madagascar-Comores ce jeudi. 

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Maka Alphonse - Flagrant délit de collusion rédhibitoire

Trop de coïncidences ne sont plus coïncidences. A l’instant même où le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) ouvre un sommet dont l’objectif avoué serait d’accoucher d’un accord politique devant régir la vie de la Nation jusqu’à la tenue de l’élection présidentielle, les têtes pensantes des forces de l’ordre font une déclaration menaçante, celle de mettre le pays sous régime d’exception si jamais les politiques n’arrivent pas à se mettre d’accord sur un…accord politique. Aussi bien le premier que les seconds se prévalent de l’article 14 de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 de la Haute Cour constitutionnelle.  La ficelle n’est-elle pas trop grosse ? Car point n’est besoin d’être devin pour savoir que les deux initiatives ne visent qu’un seul et même objectif : court-circuiter la mise en œuvre des autres articles de la Décision de la HCC suscitée, dont ceux exigeant la dissolution du Gouvernement et la nomination d’un nouveau Premier ministre.

Concrètement, il s’agit tout simplement d’éviter que le HVM perde le contrôle de l’appareil étatique en faisant en sorte que Hery Rajaonarimampianina ne soit pas dépouillé de certaines de ses prérogatives, notamment et surtout celle de désigner le Premier ministre ainsi que les ministres de son choix. Le tandem Maka Alphonse et Beni Xavier Rasolofonirina semble avoir perdu de vue que, avant l’article 14 en question, la décision de la HCC avait édicté plusieurs mesures avec des deadlines bien précises pour leurs réalisations. Le simple bon sens dicterait que, si un accord politique n’intervient pas avant les délais prescrits, les mesures édictées avec ceux-ci s’imposent. A titre d’exemple, l’éventualité d’un accord politique n’a nullement exempté le Président de la République de l’obligation de mettre en branle les dernières procédures de mise en place de la Haute Cour de Justice. Dans le même sens, la dissolution de l’actuel Gouvernement et la nomination d’un nouveau Premier ministre auraient dû intervenir hier 1er Juin 2018 (échéance du délai de 7 jours prescrit par la HCC), en l’absence d’accord politique conclu avant cette date.

La concomitance du début du « sommet » initié par le CFM de Maka Alphonse et la déclaration de Xavier Beni Rasolofonirina, l’un et l’autre ayant un même objet et objectif,  laisse supposer que, quelque part, il y a eu collusion. Si de la part d’un ministre, l’initiative peut paraître normale, s’agissant de sauver le Gouvernement dont il est membre. Par contre, pour Maka Alphonse et ses pairs, il s’agit d’un vice rédhibitoire.  Car en agissant ainsi, le CFM a perdu, en même temps que sa neutralité, sa crédibilité de réconciliateur. Et définitivement.

   La Rédaction

La Vérité0 partages

Assassinat d’une jeune femme - L’arme du crime trouvée dans la moto de son mari

Stupeur dans le quartier d’Anosizato-est. Une jeune résidente d’une vingtaine d’années, mariée, a été retrouvée morte à la suite d’une agression barbare survenue mercredi soir. Des traces de coups ont été observées sur le crâne de la femme lors d’une constatation faite ultérieurement par le médecin légiste et les Forces de l’ordre. Pour le moment, son mari, du nom de Tahiana R. (36 ans), fortement soupçonné du meurtre, est placé en garde à vue dans les locaux de la Brigade de gendarmerie de Behenjy.  « La famille de la jeune femme a demandé à ce que le déferrement de son époux soit repoussé à une date ultérieure, étant donné  qu’elle doit encore faire les obsèques », a-t-on appris d’une source. L’assassinat de la victime qui est issue de milieu aisé, se serait déroulé lors d’un « shooting » effectué par le couple à Tsinjony-Behenjy, mercredi dernier. Depuis, les proches de la victime portent leur soupçon sur son mari. 

 

Les premiers éléments de l’information indiquent que le marteau ayant servi à tuer la jeune femme a été trouvée dans le porte-bagage du scooter de l’homme. « Dans un premier temps ayant suivi aux faits, il s’était empressé d’appeler la famille de son épouse, leur expliquant que tous deux venaient d’être agressés par des bandits et que sa femme est gravement blessée », indique-t-on de source proche de l’enquête. Or, des membres du 

« fokonolona » ont affirmé avoir vu toute la scène de loin. Ils ont déclaré avoir pu voir le couple accéder dans la zone boisée et qu’il n’y avait jamais d’autres individus qui rodaient dans le secteur, à part bien sûr le couple lui-même.

Il aurait finalement tout avoué aux enquêteurs, jeudi dernier. Rappelons que le mari se serait justifié en avançant sa frustration de ne pas avoir d’enfant après un an et demi de vie de couple. Devant les enquêteurs, il aurait plusieurs fois demandé le divorce, une proposition qui a été systématiquement rejetée par son épouse.

 Franck Roland

Midi Madagasikara0 partages

MPPSF : Des matériels pour des activités génératrices de revenus dans huit régions

Les kits agricoles et les matériels de pêche ont été acheminés vers les huit régions depuis mercredi.

Le Ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) continue de soutenir les plus démunis en poursuivant la création et la promotion d’activités génératrices de revenus (AGR). Au total, 1 637 femmes ont bénéficié de cette action.

En tenant compte de l’expression des besoins des populations concernées, le MPPSPF vient de procéder à la livraison de matériels de production pour les AGR dans huit régions, à savoir : Bongolava, Amoron’i Mania, Alaotra Mangoro, Analamanga, Boeny, Analanjirofo, Menabe et Atsimo Andrefana. Il s’agit de matériels de stockage de produits de la pêche, mais aussi de kits agricoles et des motoculteurs, de marque Kubota, à neuf millions d’Ariary l’unité. Notons que ces matériels ont été expédiés le mercredi 30 mai au départ du MPPSPF (Ambohijatovo) et du centre Seba (local de stockage des matériels neufs) à Isotry.

Kits agricoles. 15 motoculteurs ont été achetés par le MPPSPF pour être répartis dans les huit  régions suscitées. Ces Kubota seront placés au niveau des DRAE (Directions régionales de l’Agriculture et de l’Elevage) pour être mis à disposition des associations qui en font la demande. Ambohidratrimo et Anjozorobe (pour la région Analamanga) ont quant à elle réceptionné les matériels agricoles classiques (charrues, herses, sarcleuses et bêches, etc.)

Matériels de pêche. Congélateurs, réfrigérateurs et panneaux solaires ont été acheminés depuis mercredi dernier vers les régions Analanjirofo, Menabe, Atsimo Andrefana et Boeny, où 250 femmes ont pu en tirer profit dans l’exercice de leurs AGR. Par ailleurs, dans un communiqué y afférent, le MPPSPF a tenu à souligner que les allégations (politisées) selon lesquelles cette livraison de matériels est lié à une affaire de détournement, sont fausses. Selon ce communiqué, « l’acheminement des matériels fait partie du fonctionnement normal du MPPSPF et se déroule en toute transparence, en suivant les formalités techniques et administratives qui s’imposent ».

Recueillis par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Institut pasteur de Madagascar : 120 ans au service de la population

L’Institut pasteur de Madagascar a célébré son 120e anniversaire hier, en présence d’éminents chercheurs et de hautes personnalités issues du secteur, dont notamment, le Directeur général de l’Institut Pasteur de Paris, Pr Stewart Cole, qui s’est déplacé spécialement pour l’occasion.

Charlotte Ndiaye, Représentante résidente de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Madagascar ; ainsi que le ministre de la Santé publique, Mamy Lalatiana Andriamanarivo ont également rehaussé de leur présence la célébration d’hier. Depuis 1961, l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) a intégré le réseau international des Instituts Pasteur, qui compte actuellement 33 Instituts Pasteurs dans le monde. Selon le Pr Stewart Cole, l’IPM constituerait une pièce maîtresse du réseau international des Instituts Pasteur. « Nous avons contribué à renforcer le système de santé publique malgache et nous allons continuer de le faire, notamment en ce qui concerne la vaccination ; et les recherches concernant les maladies qui constituent encore un fléau pour la santé publique : le paludisme, la tuberculose, etc. »La cérémonie de la célébration des 120 années d’existence de l’IPM a été entre autres, marquée par des journées scientifiques, ainsi qu’une exposition relatant ce siècle d’histoire de l’IPM et ses réalisations majeures.

Collaboration. Par ailleurs, l’IPM a toujours été un partenaire privilégié pour le Ministère de la Santé publique (MSP), depuis la convention en 1961, où il a été placé sous le haut patronage du MSP. Pour ne parler que de la récente flambée de l’épidémie de peste, durant laquelle, cet établissement scientifique a été un partenaire privilégié du MSP et de l’OMS pour la compréhension, le diagnostic et l’endiguement de cette épidémie dans la Grande  Ile. André Spiegel, Directeur général de l’IPM a d’ailleurs confirmé cela dans une interview : « L’IPM est fier d’avoir pu contribuer à la maîtrise de l’épidémie de peste, de par ses recherches qui ont permis de mieux la comprendre en diagnostiquant et analysant les cas au fur et à mesure qu’ils ont été déclarés et surtout en recherchant les causes de cette résurgence intense de l’épidémie, à la croisée du scientifique et du social. » L’IPM  a d’ailleurs été créé en 1898, à laquelle le premier cas de peste a été diagnostiqué dans la Grande Ile, le 24 novembre 1898 plus précisément.

Neuf unités de recherche. L’IPM emploie actuellement 550 travailleurs, dont 95% de Malgaches. 550 employés répartis dans neuf unités de recherche et 10 centres et laboratoires nationaux et internationaux. Les principales maladies étudiées dans ces centres de recherche sont : le paludisme, la tuberculose, la peste, la grippe, la polio et la résistance aux antibiotiques, etc. Par ailleurs, l’IPM constitue depuis toujours une référence en matière d’analyses biomédicales, de vaccinations internationales ; mais aussi en ce qui concerne la surveillance des risques liés à l’hygiène alimentaire et à l’environnement.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Ady amin’ny halatra lavanila : Raikitra ny hetsika lehibe fampandriana fahalemana ataon’ny Zandary

Noho ny firongatry ny halatra lavanila mahazo laka any amin’ny Faritra Sava, dia raikitra nanomboka omaly ny “Opération” lehibe fampandriana fahalemana ataon’ny Zandary amina kaominina  86. Ity hetsika ity moa raha ny fantatra, dia tarihan’ny Komandin’ny Vondrontobim-pileovan’ny Zandarimaria ao Sava, ny Lieutenant-Colonel Besoa Sirnot. Ary ho fanohanana an’ity “Opération” goavana ataon’ireo mpitandro filaminana ity, dia nanolotra fiara tsy mataho-dalana  efatra ny vondron’ny mpandraharaha lavanila GPAS (Groupement des Préparateurs Acheteurs de vanille Sava) any an-toerana. Ankoatr’io  ady lehibe io, raha ny fanazavana azo hatrany, dia olana tsy mampitovy hevitra ireo mpamboly ihany koa ny momba ny « arrêté ministeriel » izay namoahana ny daty 15 Jolay 2018 ho fanokafana ny tsena taom-piotazana lavanila, satria dia ny vahoaka indray no lasa mibaiko fanjakana ka miteraka fifanolanana, hoy ny filohan’ny « Plate Forme vanille », Atoa Tombo Tam. Nambaran’ity mpandraharaha ity hatrany, fa « ity taona ity no farany omen’ ireo mpanafatra lavanila avy any ivelany an’i Madagasikara ny mba hanarenana haingana ny kalitaon’ ny vokatra, fa raha mbola ratsy foana izany kalitao izany, dia eto isika samy sahirana eto ».

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Rugby-« Adin’ny samy ngeza » : Quatre affiches au programme

Quatre matchs sont au programme de ce dimanche 3 juin sur le terrain des Makis Andohatapenaka à l’occasion du tournoi « Adin’ny samy ngeza ». Un tournoi organisé par l’association « Les AS 38 ». En outre des trophées et le zébu de fosse, les deux équipes vainqueurs des finales A et B du 17 juin remporteront chacune  un million d’Ariary.

T.H

Programme

10h : 3FB contre Jsta.

 11h : Tfma contre Stm.

13h : Tfa contre Cosfa.

15h : Ftm contre Uscar.

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli : Ginot Fabrice au Glacier Analakely

Découvrons la musique  « tsapiky » sous l’égide de Ginot Fabrice. Le groupe fera ses premiers pas dans la capitale ce soir au Glacier Analakely. Ginot Fabrice emmènera les habitués des lieux dans un voyage dans le Sud durant quelques heures. Musique typique de Madagascar, conjuguant danse et chants, égayera  la programmation.

Silo au “Fatapera” Antaninarenina

Ce n’est pas un vendredi 13, mais Silo compte toujours combler les mélomanes. Ce soir, le crooner  retrouvera ses inconditionnels au « Fatapera » Antaninarenina.  Des retrouvailles en toute intimité avec ses fans qu’il espère se dérouler comme il le prévoit, dans la bonne humeur. Silo a encore beaucoup de choses à raconter… en musique. Une fois de plus, il nous partagera donc ses petites histoires, le fruit de ses voyages, ses tristesses, ses coups de cœur… le tout conjugué bien sûr avec cette « folie » musicale dont lui seul détient le secret.

Taa Tense au « Bonara-Be 67 ha »

La carrière de Taa Tense semble être sur du bon pied. Après les grandes scènes, la jeune femme enchaîne les cabarets. Ce soir encore, c’est au « Bonara Be 67 ha » qu’elle rencontrera le public. Mettant toujours une ambiance entraînante à sa façon, elle compte enflammer la scène.

« Iraimbilanja » au « Piment Café » Behoririka

« Iraimbilanja », le groupe de rock revient au  « Piment Café » Behoririka. Les inconditionnels auront l’occasion de partager une soirée nostalgique des années 80 et 90. Au programme, les tubes et les incontournables, sans oublier les bis et l’ambiance bon enfant.

Tence Mena au Cemess Antanimora

Elle fait partie des stars du style tropical malgache. Fidèle à son registre, Tence Mena reprendra. Cette  ambiance « mipoapoaka » avec laquelle elle s’est faite une place considérable dans le paysage musical de la Grande Ile. Cette fois la tornade rouge partagera une partie avec ses compères de toujours au Cemess Antanimora. Une autre occasion à ne pas manquer ce soir !

Joudas au « Filling » Antsakaviro

Efa anao », « Aleo izy handeha », « Karaha agnao You »… quelques titres du répertoire de Joudas. Entre le « baoejy », l’« antosy » et le « ba-gasy », le chanteur n’en démord pas. Ce soir c’est au « Filling » Antsakaviro qu’il compte chauffer l’ambiance. Sa musique est riche d’influences proches et lointaines dans le temps et l’espace. En effet, elle a su conserver son patrimoine ancien, austronésien de l’Asie du Sud-est, mais aussi de la proche Afrique, tout en amalgamant de nouveaux genres beaucoup plus récents dus aux contacts avec l’Europe et les États-Unis.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Miaramila niray tendro tamina jiolahy telo

“Sady maharary no mahamenatra ny zava-misy, satria izahay natao hiaro ny fananan’olona indray no miray tendro amina jiolahy amin’ny famakiana magazay ; izay nanaramana anay ny hiambina azy, nefa izay no zava-misy ka tsy maintsy samy hizaka ny sazy nataony ny tsirairay”, hoy ity manamboninahitra amin’ny Tafika eto Toamasina nanontanian’ny mpanao gazety mikasika ity tranga niseho tao Ampilaolava Toamasina suburbaine ity. Misy magazay ana tera-tany vahiny fitehirizana entana ao amin’ity fokontany amin’ny lalam-pirenena faha-5 miala kely ny seranam-piamanidina Ambalamanasy ity. Ho fiarovana ny entany, dia manarama miaramila telo isan’andro ilay tompony miambina ny entany, saingy tamin’ny alarobia maraina be tokony ho tamin’ny tamin’ny 1ora kosa dia nitondran’ity miaramila kilasy faharoa andian-jiolahy telo namaky izany, raha nolazainy, fa afaka mamonjy ny sakaizany ireo namany roa lahy tamin’io fotoana io ka lasa tokoa. Raha nahazo antso anefa ny polisy araka ny fanazavana dia tonga nijery ny zava-nisy ka tratra ambodiomby tao anaty magazay mbola niaraka tamin’ny basy kalaky fitondrany ilay miaramila kilasy faharoa sy jiolahy iray, ny roa ambiny kosa tratra tany ambony tafotrano mamoaka ny entana sy tety ivelany mitatitra izany sy manara-maso ny manodidina. Tsy misy afaka nandà ny nataony avokoa izy ireo noho ny fahatrarana azy ireo ambodiomby tanteraka, ka miatrika ny fakana am-bavany azy eo anivon’ny polisy misahana ny raharaha izy efa-dahy mamaly ny heloka vitany avy . Ny iray antsoina hoe Fertis raha teo efa voafonja vao nahavita ny saziny tamin’ity taona ity. Ireo miaramila roa lahy nandao ny toerana ambenany kosa dia sazy ara-miaramila no miandry azy ireo araka ny fanazavan’ity manamboninahitry ny Tafika tafaresaka tamin’ny mpanao gazety. Ankoatra izay, dia tratra ny alarobia alina tao Androranga koa ingahy Gino izay tena hikohizana amin’ny fanendahana sy fandravana olona eto Toamasina. Efa  am-polony rahateo ny fitoriana azy ity eo anivon’ny polisy eto Toamasina mikasika ny asa ratsy fanaony, ary vao nahavita ny saziny am-ponja tamin’ny taona nivalona iny koa ny tenany noho ireo fanenan-tsazy azony ara-panjakana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Université d’Antananarivo : Journée de la paix pour la Corée et Madagascar

L’ambassadeur de la Corée à Madagascar, Lim Sang Woo.

Projection d’un film sur la relation intercoréenne, avant-hier, à l’université d’Antananarivo, et ceci entrant dans le cadre de la journée de la paix pour la Corée et Madagascar.

Lors de son intervention, le nouvel ambassadeur de la Corée à Madagascar, Lim Sang Woo, a parlé d’un endroit particulier en Corée où la faune et la flore  sont très riches. D’ailleurs, l’auteur américain Alan Weisman, dans son livre « Homo disparitus », a décrit cet endroit comme suit : « D’une longueur de 248 km et de largeur de 4 km, la zone est restée hors d’atteinte depuis le 6 septembre 1953. L’endroit le plus dangereux du monde est devenu un refuge pour les animaux sauvages ». C’est la DMZ, zone démilitarisée frontalière entre les deux Corées.

Zone tampon. L’armistice est signé le 27 juillet 1953, mais aucun traité de paix n’a été ratifié, la péninsule coréenne est encore officiellement en état de guerre, pour le moment. Il est tout de même important à noter que pendant ses deux millénaires d’histoire, il n’y avait qu’une seule Corée. Par rapport à ces 2 000 ans, la division des deux Corées n’est qu’un court moment. Pour en revenir au sujet, la DMZ, après l’armistice de 1953, a été établie pour servir de zone tampon entre les deux Corées. Ceux qui veulent s’échapper franchissent la frontière vers la liberté au péril de leur vie, très peu d’humains ont pénétré dans ces lieux. Une des frontières les plus militarisées et dangereuses du monde est paradoxalement  l’espace le plus calme, tranquille et paisible pour les animaux sauvages dans la péninsule coréenne.

Contrôle. L’ambassadeur a tenu, en outre, à préciser que « localisé au sein de la DMZ, il y a un secteur où les militaires sud et nord coréens se font face à distance d’à peine quelques mètres. Nous l’appelons JSA, Joint Security Area en anglais, une zone commune de sécurité, placée sous le contrôle de l’ONU. La JSA est surveillée jour et nuit par les armées de deux Corées …Aujourd’hui, vous allez regarder un film, justement, parlant de ces endroits. Le film « JSA » est sorti en septembre de l’année 2000, après le premier sommet inter-coréen qui s’était tenu avec succès en juin de la même année. Ce film, qui était un des films les plus regardés de cette année, a enregistré un record d’entrées de 5,8 millions ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

« Fety de baskety » : La réunion technique ce jour à Mahamasina

C’est la troisième journée des éliminatoires ce week-end à Andraisoro pour le tournoi « Fety de baskety ». « Les rencontres se disputeront toujours à Andraisoro. C’est le club AT2B qui organise le tournoi et les matchs se joueront sur le terrain d’Andraisoro » a indiqué Pascal Rasaony, coordonnateur général au sein du comité d’organisateur. Mais avant la reprise des hostilités ce week-end, la réunion technique se tiendra cet après-midi à 15 h au Stade annexe Mahamasina. En attendant, ci-dessous le calendrier des rencontres.

T.H

Calendrier

Samedi 2juin

08h (SH): ASSM contre SOE.

09h30 (SD): AT2B contre CBBT.

11h (U12G): TANA SHOOTER 2 contre BCSM1.

13h (Vêt H): FOBB contre FBC.

14h30 (Vêt H): AMB’HOOPS contre BCSM.

16h (SH): ASTAR contre AMB’HOOPS.

Dimanche 3juin:

08h (SH): TMS contre DREAM TEAM.

09h30 (SH): BONNET contre INSTITUT PASTEUR.

11h (SH): AUDACIOUS contre MB2ALL.

13h (U18G): CALIBRE 12 contre AT2B.

14h30 (U12G):DREAM-TEAM contre NBE.

16h (SH): SBC SÔLA contre MANDORO.

Midi Madagasikara0 partages

Cyci , chanteuse aux multiples facettes

Cyci, une chanteuse avec une carrière prometteuse.

Sur les grandes scènes, elle est une illustre inconnue, pourtant Cyci est la force actuelle de  « Gafunk ». Depuis son apparition au festival Libertalia la semaine dernière, la jeune femme ne cesse de faire parler d’elle.  

Ravonirina Onja Hasina Stéphanie, Cynthia avec un nom aussi long, Cyci ne peut être qu’une Malgache de pure souche. A première vue, l’on se croit avoir à faire à une jeune femme toute timide, typique des jeunes malgaches en quête d’identité. Mais aussi discrète soit-elle, Cyci cache une chanteuse talentueuse que l’on a le loisir de découvrir durant les prestations de « Gafunk », le groupe auquel elle appartient.

A Nosy- Be, le grand public du Festival Libertalia a été subjugué par la force dégagée par ce petit bout de femme. Une tête que seuls les inconditionnels de « Gafunk » connaît et qui débarque dans la cour des grands. Sur le devant, se trouve une chanteuse charismatique, apportant ce punch qui cadre parfaitement au style « funky gasy » sans détonner. Des petits déhanchements sans verser dans le vulgaire, mais assez de zèle pour captiver l’attention du public. Le tout se fait entre deux prouesses vocales bien propres à Cyci.  Bien que Nully Ratomosoa soit le leader de la formation, Cyci contribue largement, tout comme Tsilavina et Titi, à la mise en valeur de  chaque titre. Avec cette voix rauque, la jeune femme combine technique vocale et style avant-gardiste, en donnant une couleur encore plus vive aux chansons qu’elle interprète.

Pas à pas. Si elle n’est pas encore une figure connue dans le showbiz, la jeune femme n’en est pas pourtant à ses premiers pas. La première fois qu’on l’a vue, elle a participé à une télé crochet local. Elle s’est hissée en quarts de finale avant d’être éliminée dans ce concours de chant. Depuis, elle a décidé de faire de sa passion son gagne- pain. Durant le concours, elle élargit ses horizons en sortant de sa zone de confort. Même si Cyci est une grand fan de Whitney Houston, James Brown, Michaël Jackson, Aretha Franklin, ou encore Tina Turner, elle s’est découverte une accroche avec le style plus traditionnel comme le « beko » du Sud, tout en cultivant toujours son penchant pour le soul, le jazz, le funk et les chansons de puissance.

Le groupe « Gafunk » au « Libertalia Festival » à Nosy- Be.

« Gafunk ». La musique étant une passion familiale, elle s’est baignée dedans depuis longtemps. Poussée par ses amis et ses proches, elle a finalement suivi sa voie en passant le cap du Pazzapa, mais sa véritable aventure commence avec « Gafunk ». « La première fois que j’ai vu Nully en live, j’ai tout de suite accroché avec son style. C’était en 2014 et entre temps, j’ai suivi la progression du groupe avec la sortie de Misarangotra » relate-t- elle.  « A l’époque je n’ai jamais songé à travailler avec lui. Mais au mois de  février, un ami en commun, Toky David, Jazzman et photographe m’avait dit que Nully cherchait une chanteuse. J’ai voulu tenter ma chance, et contrairement à mes craintes, il ne m’avait pas soumis à de grands castings. Il m’avait juste dit de chanter et le reste est passé comme une lettre à la poste » continue la chanteuse. Si l’on a toujours connu le trio de Nully Ratomosoa, depuis février, Cyci,  rejoint la formation pour sublimer de sa voix  les compositions du bassiste. En à peine trois mois, le trio l’adopte, elle fait dorénavant partie des complices de scène de Nully à chacune de ses prestations.  Dans les cabarets, elle ne cesse d’étonner les mélomanes par sa facilité presque insolente à swinguer sur les mélodies des morceaux de « Misarangotra ».

Professionnel. Animée par la passion depuis sa tendre enfance, elle a toujours fait des recherches   sur la musique, en se tournant vers  les meilleurs, sans songer à se consacrer à une carrière de chanteuse pour autant.  « La musique est un partage. Nully, Tsilavina et Titi ont eu un comportement professionnel envers moi. Depuis mes débuts, une complicité s’est installée entre nous quatre. Vivant dans un même monde et ayant une vision commune de la musique, la cohésion a été une évidence ». Arrivée, récemment, au moment de faire un choix crucial dans sa vie, Cyci troque donc les bancs de la faculté contre le micro de « Gafunk ».  Avec l’émergence de multiples chanteurs, seuls les meilleurs et les pires du milieu font parler d’eux. Pour le cas de Cyci, elle a la chance de performer auprès d’un leader reconnu sans se faire éclipser pour autant.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – « School Tournament » : 15 établissements de la zone 2 en action

Ce week-end sera chargé pour les férus de basket-ball. C’est au tour de zone 2 d’entrer en action au tournoi de basket-ball inter-établissement baptisé « School Tournament 3 x 3 ». 15 établissements scolaires de la capitale et ses environs en découdront demain  samedi 2 juin toute la journée. A l’issue des rencontres éliminatoires, six meilleures équipes masculines et quatre équipes féminines de chaque catégorie U18 et U15 se qualifieront pour la phase finale sur le terrain de Saint-Michel Amparibe, le 16 juin.

T.H

La liste des établissements

Aceem Analakely.

CEG 67 ha.

CEG Antanimbarinandriana.

Chaperon Rouge Tsimbazaza.

ESCA Antanimena.

La Sagesse.

Le Petit Nid.

Les Capucines Ankadindramamy.

Les Rossignols Ambohimanarina.

LTP Alarobia.

LTP Mahamasina.

Lycée Andoharanofotsy.

Pépite d’Or.

SFX Antanimena.

St-Antoine Ankadifotsy.

Midi Madagasikara0 partages

Ny Voninavoko : Dadagaby a rejoint les étoiles

Dadagaby s’en est allé à 83 ans.

Il avait 83 ans. Il aura marqué tous ceux qui l’ont connu et côtoyé par sa bonne humeur et son incroyable talent. Dadagaby, le premier malgache déclaré « Représentant du patrimoine culturel immatériel » de notre pays par l’Unesco, a rendu l’âme hier, dans la matinée.

Inéluctable, oui, la mort l’est ! Elle prend tout le monde par surprise. Au moment où l’on croit, après une maladie, que les choses s’améliorent : arrive soudainement la fin du temps réglementaire ! C’est le cas pour Dadagaby qui n’a cessé de porter haut, très haut le flambeau malgache. Admis à l’hôpital HJRA depuis le 23 mai, Gabriel Rakotomavo de son vrai nom a rendu l’âme hier.  « Dada nous a quittés ce matin (à 5 heures). Son état s’est pourtant amélioré hier, mais le sort en a décidé autrement. Les médecins ont fait tout leur possible pour le maintenir en vie, mais tel un voleur, la mort ne prévient pas« , a confié son fils Christian Tsilavina. Surnommé par certains comme étant «l’encyclopédie de la danse folklorique malgache », Dadagaby était l’ambassadeur artistique malgache par excellence. Réunion, France, Inde, Suisse, Grande-Bretagne, Allemagne et Etats-Unis… le fondateur de « Ny Voninavoko » a représenté Madagascar aux quatre coins du monde et dévoilé au monde la richesse et la beauté de notre folklore.

Un maître de la danse folklorique ? Il l’est, sans aucun doute. Dadagaby connaît les moindres détails de cette discipline artistique. De nombreux ethnomusicologues l’ont d’ailleurs approché et questionné pour leurs recherches. Son groupe : « Ny Voninavoko », qu’il a créé il y a près de 50 ans, maîtrise quasiment toutes les danses traditionnelles de tous les peuples de Madagascar allant du « bahoejy », du « salegy », du « basesa » au « hôsika » et au « tsapiky ». Auteur, compositeur et danseur, ce monument de la culture malgache a écrit des chansons comme « Voninavoko », « Zaza mitomany », « Mananjary », « Itondray tsikitsiky », « Iza ireo »… aujourd’hui  interprétées par des artistes de renom. Dimanche, sa famille et ses proches l’accompagneront à sa dernière demeure à Alatsinain’Antsahadinta. Midi Madagasikara présente ses condoléances à la famille de Dadagaby.Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Rossy : Du « tapôlaka » au Carlton !

Rossy et son équipe s’invitent au Carlton Anosy ! Pour le roi du « tapôlaka », qu’importe l’endroit où il se produit, le résultat, au final reste presque toujours le même : un succès populaire! Rossy en espère autant pour ses retrouvailles avec le public du Carlton, ce soir.

Une grande première pour l’interprète de « Any malala » ! Fils du peuple, « zanak’ambany tanàna » comme il ne cesse de le marteler, Rossy figure parmi l’un des artistes les plus populaires de sa génération. Oui, Rossy est très apprécié du « petit peuple », mais il est également très sollicité dans les milieux plus privilégiés. Le chanteur donne d’ailleurs très souvent des concerts privés pour pouvoir satisfaire tous ses inconditionnels,  peu importe le milieu dont ils sont issus. Cette fois, il ne s’est plus contenté d’un évènement privé. Avec « mi-ritsoka production », toujours dans le cadre de ses 30 ans de scène, le roi du « tapôlaka » va donc investir le Carlton Anosy. « Cet évènement est la suite logique du programme de célébration du trentième de Rossy. Au mois de mai, nous étions censés donner un concert pour le grand public à Antsonjombe,  mais la tenue d’un évènement politique sur les lieux ne nous a pas permis de tenir le nôtre. Nous suivons cependant notre planning et cette fois, c’est au Carlton que le groupe va donc se produire ».

Mahetsaka