Les actualités à Madagascar du Mercredi 01 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara194 partages

Tests PCR et TDR : « Seul le test PCR permet de confirmer un cas de COVID-19 », explique le Professeur ...

Seuls les tests positifs au PCR, réalisés à l’IPM, sont des cas confirmés de COVID-19.

Selon le Pr Zely Randriamanantany, premier responsable du centre de test de diagnostic rapide (TDR) au CCI Ivato, le TDR n’est pas suffisant pour confirmer un diagnostic de COVID-19. En revanche, il permet de savoir si la personne testée a déjà rencontré le virus. Ainsi, le TDR permet plutôt de détecter, en observant leurs anticorps, les personnes ayant déjà rencontré le virus. Une personne testée positive au TDR ne signifie pas systématiquement qu’elle est un cas confirmé. Il faut confirmer par un test PCR (Polymerase Chain Reaction, ou réaction en chaîne par polymérase) qui recherche le virus lui-même. Un test qui est effectué à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM). « En cas de test positif au TDR au CCI et au Jumbo Score Ankorondrano, le personnel de santé procède aussitôt à un prélèvement nasal, envoyé à l’IPM pour une analyse PCR. Seuls les tests positifs au PCR sont des cas confirmés de COVID-19 », souligne le Pr Zely Randriamanantany. A lui de préciser par ailleurs que le sang des personnes ayant déjà rencontré le coronavirus, mais dont la défense immunitaire a été suffisamment forte et a pu s’opposer au virus, permet d’aider les personnes malades. C’est ainsi le cas des sujets guéris du coronavirus ou ayant déjà rencontré le virus, mais qui n’ont jamais développé de symptômes et qui ont éliminé le virus grâce à leur défense immunitaire. Il est cependant important de s’assurer de la charge virale : l’organisme de la personne ne doit plus contenir la moindre trace de coronavirus. 

Hanitra R.

Midi Madagasikara57 partages

Test de diagnostic rapide : 7 cas positifs

La période d’angoisse prend fin pour les passagers des vols ayant atterri à Madagascar avant la fermeture des frontières. Ils peuvent désormais pousser un ouf de soulagement. En effet, comme prévu, les personnes ayant été mises en quarantaine pendant 14 jours à leur domicile, au complexe sportif de la CNaPS à Vontovorona, ou dans des hôtels, ont passé un test de diagnostic rapide hier après-midi. Au total, 731 passagers ont été testés au Centre de conférence internationale d’Ivato (CCI) et au Jumbo Score Ankorondrano. 4 d’entre eux, parmi les 560 passagers qui se sont présentés au CCI, ont été testés positif au test de diagnostic rapide (TDR) du coronavirus ; tandis que pour le reste, du côté d’Ankorondrano, 1 seul passager a été signalé positif. A l’issue de cette première journée de campagne de tests de dépistage à grande échelle organisée par le régime, 5 passagers sont probablement contaminés par le COVID-19. Cependant, pour l’heure, l’on ne peut pas affirmer que ce sont des cas confirmés. Pour avoir la confirmation définitive, les passagers ayant été testés positif au TDR ont immédiatement été soumis à un test par prélèvement nasal et ont par la suite été emmenés à l’hôpital d’Anosiala où ils ont passé leur première nuit. Comme les 50 autres cas confirmés, ils seront suivis par des agents de santé et bénéficieront de meilleurs traitements, a déclaré le président Andry Rajoelina. Quant à elles, les personnes ayant été testées négatif ont reçu un certificat de fin de mise en quarantaine émanant du chef de l’Etat. Ce dernier a d’ailleurs lancé un appel à l’endroit de tous les Malgaches afin de ne pas marginaliser ces personnes. Désormais, nous avons la certitude qu’elles ne sont pas contaminées par le coronavirus, a-t-il soutenu.

2 autres personnes testées positif au TDR. A noter qu’outre ces 731 individus ayant effectué un TDR à Ankorondrano et à Ivato, il y a également eu 588 autres passagers qui ont été testés soit à leur domicile de confinement, soit à la CNaPS Vontovorona ou dans des hôtels. Parmi eux, 2 personnes ont également été testées positif. Le président Andry Rajoelina et son épouse Mialy Rajoelina sont restés au CCI Ivato durant toute la journée pour suivre de près cette opération de dépistages massifs, mais aussi pour exprimer leur soutien à ces personnes qui ont été mises en quarantaine pendant 14 jours. Les tests rapides vont se poursuivre ce jour et demain sur les deux sites. « On pourra faire le bilan de notre combat contre le coronavirus quand tous les passagers auront été testés après le 2 avril », a réitéré Andry Rajoelina. Si l’on s’en tient aux chiffres officiels, Madagascar compte actuellement 50 cas confirmés de COVID-19, et 7 en attente de confirmation définitive.

Davis R

Midi Madagasikara39 partages

Commune rurale d’Ambatomanga : « Pas moins de 150 personnes contacts » selon la cellule de crise COVID-19

La commune rurale d’Ambatomanga fait partie des itinéraires d’un touriste qui a été confirmé positif au COVID-19. Celui-ci est arrivé sur le territoire via le vol Air France AF934 le 13 mars dernier. La tension monte et les autorités locales ne disposeraient pas de suffisamment de moyens pour faire face à la situation. 

La peur règne dans la commune rurale d’Ambatomanga.

« Suite à l’annonce du président de la République de l’itinéraire du touriste confirmé positif au COVID-19, nous avons décidé de mettre en place une cellule de crise dans la commune rurale d’Ambatomanga. Une cellule composée du maire, du président du conseil communal, du médecin auprès du CSB II de la commune, et d’une infirmière. Des investigations menées par les membres de la cellule ont permis de confirmer les faits annoncés, et ont avancé une probabilité de contamination au COVID-19 de la population ». Propos de Manampisoa Rasendra, président du conseil municipal et membre de la cellule de crise COVID-19 auprès de la commune en question, joint au téléphone hier. Notre interlocuteur de faire savoir que « 48 élèves ont pu être contaminés directement par l’étranger lors de la journée de distribution de dons auprès d’une école primaire catholique le 19 mars dernier  ». « Un chiffre qui grimpe facilement à 54 personnes si l’on ajoute les enseignants et/ou le personnel de l’école primaire catholique » ajoute notre source. Outre la journée du 19 mars dernier, d’autres touristes auraient également distribué des dons auprès de 44 élèves d’une école primaire publique de la même commune rurale, les 14 et 15 mars derniers. « Nous avons pris en compte tous ces faits et sommes arrivés à environ 150 cas contacts potentiellement porteurs du COVID-19 », conclut Manampisoa Rasendra. 

Trouble. Le président du conseil municipal de la commune rurale d’Ambatomanga note toutefois que « des tests devraient confirmés ou infirmés l’état de santé des personnes en question ». « Tests qui devraient se faire ce jour auprès de douze personnes », d’après toujours ses dires. « Nous n’avons pas cessé d’appeler le Centre de commandement opérationnel COVID-19 afin que les responsables dépêchent une équipe pour effectuer des investigations et des tests auprès des personnes contacts. Une descente a été effectuée aujourd’hui [hier, ndlr] . Et il a été décidé d’effectuer des tests auprès de douze personnes qui ont potentiellement eu des contacts directs avec l’étranger » explique Manampisoa Rasendra. Ce dernier de noter également que « deux personnes parmi les douze devant être testées ce jour présentent des symptômes faisant penser à la maladie ». Interrogé sur les prises en charge des deux malades, le président du conseil municipal d’Ambatomanga de déplorer « un manque considérable de moyens matériels ». « Nous ne disposons que de masques. Nous faisons avec les moyens du bord pour le suivi de l’état de santé des deux personnes » ajoute notre source. Questionné sur le climat social qui prévaut actuellement dans la commune, notre interlocuteur avance « un certaine trouble dans la communauté d’Ambatomanga ». « Il y a une certaine méfiance qui s’installe entre habitants. L’atmosphère est lourde et les soupçons sur d’éventuels cas positifs au COVID-19 augmentent. Il suffit juste qu’une personne tousse, et la population la fuit », conclut notre interlocuteur.     

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Coronavirus : Mort de Pape Diouf

L’ancien président de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf, est mort hier à Dakar des suites du coronavirus. On s’apprêtait à l’évacuer vers la France mais il était trop tard. Sa mort à été douloureusement ressentie par les footballeurs africains en particulier au sein de la Ligue 1, qui le considéraient comme un père. C’est le cas notamment de Mamadou Niang, que Pape Diouf avait lancé dans le bain du football professionnel, lorsqu’il a succédé à Bernard Tapie à la tête de l’Olympique de Marseille.

Clément RABARY

Madagate1 partages

Coronavirus. Déjà en 2017 dans... Astérix, puis vint Raoultix

Albert Uderzo, dessinateur et créateur, avec René Goscinny (décédé en 1977), du personnage de BD Astérix, est décédé le 24 mars 2020 à l'âge de 92 ans. Sa mort n'a rien à voir avec ce coronavirus covid-19 de malheur. Et pourtant... Dossier sur les étranges coïncidences de cette vie passagère terrestre.

Pour les générations actuelles de Malagasy qui n'ont pas la chance d'avoir en temps réel les albums des aventures d'Astérix qui, de nos jours de toute façon, leur coûteront les yeux de la tête, voici son histoire. “Astérix le Gaulois” est, avant tout, un personnage de “Pilote”, un magazine hebdomadaire, puis mensuel, de bande dessinée français publié d'octobre 1959 à octobre 1989. Astérix a été créé le 29 octobre 1959 par le scénariste René Goscinny et le dessinateur Albert Uderzo, tous deux Français.

Les aventures d'Astérix, dont le nom évoque le signe typographique appelé “astérisque” (*), c'est l'histoire de Gaulois d'un petit village fictif situé en Armorique (territoire entre la Loire et la Seine, qui, en 50 av. J.-C., poursuivent seuls la lutte contre l'envahisseur romain grâce à une potion magique préparée par le druide Panoramix. Cette potion donne une force surhumaine à quiconque en boit. Dans les 38 albums aussi bien que dans tous les films (dessins animés ou personnages réels comme Christian Clavier et Clovis Cornillac), cet antagonisme est immuable et ces irréductibles Gaulois gagnent toujours la partie à la fin sous forme d'un banquet prouvant qu'ils sont de bons vivants.

Le 19 octobre 2017, l'avant-dernier album, “Astérix et la Transitalique” est publié. Ses auteurs : Jean-Yves Ferrari pour le scénario et Didier Conrad pour les dessins. L'histoire est basée sur le passage d'Astérix et Obélix dans la péninsule italienne. Prémonition déjà ?... Pour prouver à Jules César le bon état des voies romaines, le responsable Lactus Bifidus propose une course de chars traversant l'Italie et qui sera dénommée la “Transitalique”. Y participeront tous les peuples du monde connu à cette époque. Apprenant cela, Jules César le félicite et lui ordonne secrètement de faire en sorte que ce soit un Romain qui gagne, puisque le prestige de Rome et l'unité des peuples en dépendent. Le champion romain est masqué et son nom est Coronavirus. Eh oui, amies lectrices et amis lecteurs. Et même que son “co-pilote” se nomme Bacillus.

La “Transitalique” est donc une course de chars partant du nord de l’Italie et traversant le pays à la vitesse d’un attelage au galop. L’idée du nom de Coronavirus découle du fait que ce pathogène avait déjà fait parler de lui lors de l’épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigü sévère) apparu en Chine en 2002 et 2003. Le SRAS est une maladie respiratoire contagieuse qui se transmet par les gouttelettes propulsées dans l'air lorsqu'une personne tousse, éternue ou parle. Les symptômes sont de la fièvre, une toux sèche, des maux de tête, des douleurs musculaires et des difficultés respiratoires. Aucun traitement n'existe à l'exception de soins d'accompagnement. Comme l'actuel Covid-19. Mais, concernant le SRAS, depuis 2004, aucun cas de transmission n'a été rapporté...

Pour en revenir à la “Transitalique”, l’histoire finit bien car le Romain masqué Coronavirus (signifiant en latin : virus à couronne), ne sort pas victorieux de cette course. Mais comme toujours, dans les aventures du petit Gaulois, c'est bien grâce à Panoramix et sa potion magique.

Et nous voilà au mois de mars 2020 avec le vrai Coronavirus, dénommé, à présent, Covid-19. En ce début du mois d'avril, le bilan est catastrophique, surtout en Italie. En effet, les autorités sanitaires italiennes ont annoncé, le 30 mars, un lourd bilan quotidien de 812 morts. Ce qui porte à plus de 11.500 le nombre total de personnes décédées à cause de ce Covid-19 dans ce pays où le confinement -qui a déjà duré trois semaines- a été étendu jusqu'au 13 avril, c'est-à-dire à la Pâques 2020. Je ne parlerai pas de l'Espagne ou encore des États-Unis où les décès augmentent : 1 mort toutes les 17 minutes à New York. Certes, le navire-hôpital militaire “USNS Comfort” est arrivé là-bas le 30 mars, avec ses 1.000 lits, mais il ne pourra que soulager les hôpitaux de New York City submergés par un afflux de malades du Covid-19.

D'où viendra donc le salut définitif? C'est tout sérieusement du monde que je vous dirais que le salut pourrait bien venir d'un Gaulois que j'appellerai Raoultix, en référence à Panoramix. Sa potion magique contre le Covid-19? L'Hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine, en association avec le seul antibiotique qui fonctionne sur les virus : l'Azithromycine. Devant cette révélation, que fait le président Emmanuel Macron, dans une France avec 3.024 morts du coronavirus au 30 mars 2020 ? Dans un premier temps, le 23 mars, lui et son gouvernement veulent “prendre le temps de l’analyse” et “ne pas se précipiter pour protéger les Français du Covid-19”. Puis, dans un second temps, après des micmacs dignes des films du genre, l’exécutif français autorise, le 28 mars, la prescription de l’Hydroxychloroquine à l’hôpital, afin de soigner le Covid-19. Car, dans une nouvelle étude, Raoultix a confirmé l’efficacité de son traitement sur 80 patients. Mais qui diable est donc celui que je nomme, ici, Raoultix, qui a vraiment l'apparence physique du druide Panoramix ?

Le professeur Didier Raoult interviewé sur Europe1. Le 26 mars 2020, le parquet de Nantes a indiqué qu'une enquête a été ouverte après des "actes d'intimidation" à son encontre, lui qui préconise un traitement à base de chloroquine contre le coronavirus. Ces menaces auraient été proférées par téléphone

Il s'agit de l’infectiologue Didier Raoult, né le 13 mars 1952 à Dakar au Sénégal, Directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection, à Marseille, un des meilleurs spécialistes de virologie en France. Il figure en première position des chercheurs européens dont les publications ont été les plus cités par la communauté scientifique internationale dans le domaine des Maladies Infectieuses. Ce classement a été établit en février 2017 sur la base de l’analyse du nombre de citation de publications parues dans des revues de Microbiologie scientifiquement reconnues durant une période de 7 ans entre 2007 et 2013. Le Pr Raoult a publié 636 articles entre 2007 et 2013 et ces articles ont été cités 18,128 fois par les scientifiques de la communauté internationale. Cette liste a été établie d’après la base de donnée Clarivate Analytics (anciennement Thomson Reuters), qui recense les chercheurs les plus influents du monde en science et science sociale et SCIMago qui est une mesure de l’influence scientifique des revues savantes.

Ainsi, le 16 mars, après avoir mené un premier test sur 24 malades du coronavirus, Raoultix avait indiqué que la chloroquine, plus précisément l’Hydrochloroquine, pourrait être une piste très prometteuse contre le Covid-19. A ce moment, il avait été critiqué, notamment pour son échantillon trop restreint. D'où la réticence même du président français. Cependant, convaincu de l’efficacité de ce médicament pour traiter les personnes atteintes du Covid-19, Raoultix, le 24 mars, a présenté les résultats de sa deuxième étude, qui a été cette fois portée sur 80 patients, dont l’âge était compris entre 18 et 88 ans pour une médiane de 52 ans. A travers ce nouvel essai clinique, le professeur Didier Raoultet son équipe ont tenu à démontrer "la pertinence de l’association de l’hydroxychloroquine (trois fois 200 mg par jour) et de l’azithromycine" pour traiter les patients contaminés par le coronavirus. Après la prise de cette combinaison, aucun effet secondaire important n’a été constaté chez les malades. "Une amélioration clinique" aurait été par ailleurs constatée. Le média d'information alternative et d'analyse “Sputnik” a noté alors que “57,5% de ces malades présentaient une comorbidité, notamment de l’hypertension, du diabète ou une maladie respiratoire chronique”.

Puis tout s'enchaîne très vite surtout que le dernier essai a été intégré, le 22 mars, à l’essai européen Discovery : le gouvernement français accède, par un décret en date du 26 mars 2020, aux demandes de Raoultix. Pour résumé ce décret, le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que "l'hydroxychloroquine et l'association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d'un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile". Et, selon le document rendu public, "pour l'application de ce décret : sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l'Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire".

Depuis, la vente et la prescription d’Hydroxychloroquine (Ndlr: de la chloroquine augmentée d’un radical OH d’où son nom) sont désormais possibles partout sur le territoire français, mais en milieu hospitalier. Ce revirement des autorités françaises était intervenu en pleine polémique sur l’usage thérapeutique de la chloroquine dans le traitement du nouveau coronavirus. Pour en revenir sur l'essai européen Discovery, il s'agit d'un essai coordonné par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), actuellement en cours. Il vise à évaluer l’efficacité de quatre médicaments, dont la chloroquine, sur 800 patients français atteints de formes sévères du Covid-19 et plus de 3.200 en Europe.

Brave Raoultix ! Du coup, même le ministère de la Santé publique de Madagascar s'est mis à l'hydroxychloroquine dans son protocole de traitement du covid-19 pour les adultes, en milieu hospitalier. Et c'est ici qu'il faut faire attention à l'automédication. En effet, voici ce que j'ai lu dans le journal “Le Monde”, en date du 30 mars 2020 : L’agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine a émis, dimanche 29 mars, une “Alerte danger” concernant des cas de toxicité cardiaque signalés à la suite de prises en automédication de Plaquénil (nom commercial de l’hydroxychloroquine) chez des patients craignant d’être infectés par le nouveau coronavirus. Ces cas ont “parfois nécessité une hospitalisation en réanimation”, indique l’ARS, qui souligne que l’Hydroxychloroquine “ne doit en aucun cas être prise en automédication”. En langue malagasy, automédication se traduit par “manao dokotera tena”, une démarche un peu trop pratiquée à Madagascar... A bannir !

 

Restons dans la Grande île, justement. Certes, du point de vue politique, on rattache beaucoup Madagascar au continent africain depuis la feue OCAM (Organisation commune africaine et malgache). Une aberration post colonialiste qui a vécu de 1961 à 1973. Cependant, 400 km la sépare de l'Afrique à l'Ouest et comme toute île, le pays est entouré d'eau. Seul accès donc, l'avion ou le bateau. Il n'existe aucune frontière terrestre commune à aucun pays ou état, comme c'est le cas en Afrique, en Europe ou aux États-Unis.

Selon les derniers chiffres de cia.gov., sur 26,955,737 voici la répartition de la population malagasy :

0-14 ans, 38,86% : 5.278.838 d'hommes et 5.196036 de femmes

15-24 ans, 20,06% : hommes 2.717.399 et femmes 2.689.874

25-54 ans, 33,02% : hommes 4.443.147 et femmes 4.456.691

55-64 ans, 04,6% : hommes 611,364 et femmes 627.315)

65 ans et plus, 03,47% : hommes 425.122 et femmes 509.951

A présent, quelle est la répartition de la population italienne, selon toujours les derniers chiffres de cia.gov. Sur 62.402.659 habitants, la péninsule italienne compte :

0-14 ans, 13.45% : 4.292.431 d'hommes et 4.097.732 de femmes

15-24 ans, 9.61% : 3.005.402 d'hommes et 2.989.764 de femmes

25-54 ans, 40.86% : 12.577.764 d'hommes et 12.921.614 de femmes

55-64 ans, 14% : 4.243.735 d'hommes et 4.493.581 de femmes

65 ans et plus, 22,08% : 5.949.560 d'hommes et 7.831.076 de femmes

Pas besoin d'être un druide gaulois pour comprendre que c'est dans cette portion de 22,08% de la population italienne que le Covid-19 fait le plus de dégâts. Car, en plus de l'âge, ces personnes peuvent être fragilisées par des maladies du 3ème âge comme l'asthme, le diabète, la goutte, l'insuffisance respiratoire ou rénale, les hémorroïdes... jusqu'à l'anxiété. Ainsi, l'Italie est passé au stade 3 de la pandémie depuis le samedi 14 mars 2020. Certaines franges de la population, commeles personnes de plus de 70 ans ou celles ayant des pathologies cardiovasculaires ou respiratoires, sont plus à risque d'être infectées par le virus. Elles font d'ailleurs l'objet de recommandations spécifiques, comme l'interdiction de se rendre en visite dans les Ehpads (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) et leurs sorties sont limitées au strict minimum.

 

En France, selon santé.journaldesfemmes.fr du 31 mars 2020 : au 24 mars 2020, 22.302 personnes sont hospitalisées dont 2.516 cas graves, en réanimation, dont 34% ont moins de 60 ans et 58% ont entre 60 et 80 ans. Les formes graves sont majoritairement signalées chez des personnes âgées ou fragiles(immuno-déficients, avec des comorbidités) mais également chez des adultes sans pathologies antérieures.

1.100 sont décédés à l'hôpital : 93% des cas de 65 ans ou plus.

Les formes graves sont essentiellement observées chez des adultes avec une médiane à 60 ans.

Augmentation significative des décès toutes causes chez les plus de 65 ans dans les départements : Haut-Rhin, Oise, Vosges et Alpes-de-Haute-Provence.

Rappelons que, selon toujours cia.gov, la France compte 67.848.156 d'habitants dont 20,46% sont des femmes et des hommes de 65 ans et plus (plus exactement 6.029.303 d'hommes et 7.855.244 de femmes).

António Guterres, Secrétaire général de ce “Machin”, comme avait qualifié Charles de Gaulle, l'Onu, le 10 septembre 1960 à Nantes à propos du Congo

Mon propos n'est pas de minimiser les ravages du Covid-19 dus à sa facilité de propagation mais il ne faut pas oublier que -dures réalités de la vie sans doute-, les Malagasy, globalement, sont plus résistants que les Européens. Faites boire de l'eau du robinet de la Jirama à un “vazaha” (étranger au pays, de manière globale), il va tomber malade à coup sûr. Aussi, les propos alarmistes de certaines entités mondiales, à... propos de l'Afrique et du coronavirus, semblent indiquer des visées pas très catholiques. En effet, pourquoi vouloir inonder de vaccins le continent africain alors que c'est en Europe et aux États-Unis qu'il y a le plus de victimes du Covid-19 ? A moins que je n'ai rien compris à la démarche ? Eclairez-moi alors, ô branches de l'ONU comme l'OMS et l'UNICEF... Mais Ebola (aucun cas signalé à Madagascar) et Sida sont donc passés à la trappe ?

Je ne rappellerai jamais assez, ici, la définition simplifiée de la vaccination : il s'agit d'inoculer une maladie donnée à quelqu'un bien portant et attendre les réactions de l'organisme de l'individu vacciné. Je dis O.K. pour le tétanos, la tuberculose, la rougeole et la coqueluche mais concernant ce coronavirus Covid-19, j'ai des doutes profonds... Quoi qu'il en soit, pour l'heure, et je suis d'accord à 100% : le confinement est le seul moyen de limiter la propagation de ce virus invisible et c'est valable même à Madagascar, malgré une culture de promiscuité datant de la nuit des temps. Personnellement, je suis heureux que le président Andry Rajoelina ait fait appel à nos Panoramix locaux. La médication par les plantes (“raokandro”), ce n'est pas un scoop dans la Grande île. Et on n'a jamais eu besoin d'un quelconque “encadrement médical rigoureux afin d’éviter de possibles effets secondaires néfastes”. Lorsqu'on a des morts se chiffrant par milliers, faut-il vraiment attendre une “étude respectant toutes les exigences scientifiques prouvant son efficacité” ?

Tout cela me rappelle le chercheur malagasy Zaraniaina qui avait déclaré avoir trouvé le remède contre le VIH Sida. Il y avait même eu des séances démonstratives et il a mis au point trois médicaments (ZAR1, ZAR2 et ZAR3), à base de plantes, dont il est resté le seul propriétaire. Je l'avais défendu à l'époque, il y a bien une décennie, à travers des articles dans “Madagascar Tribune”. Mais, peu de temps après, Zaraniaina a complètement disparu de la circulation. Aujourd'hui, nul ne peut savoir s'il est mort ou vivant. Seul écho sur lui, un article de l'agence de presse chinoise Xinhua, en date du 12 juin 2010, dont voici des extraits : “les produits de Zaraniaina ont été testés par un professeur à l’université de Louvain, en Belgique, mais un document pouvant être consulté auprès du comité d’éthique prouve que le médicament ZAR 3 provoque des conséquences néfastes pour l’organisme humain, même s’il est actif contre le VIH”. Il paraît que Zaraniaina aurait vendu son brevet à des partenaires chinois et italiens. Mais lui, où est-il ?

En tout cas la pharmacopée de la Grande île est extrêmement riche mais escamotée depuis l'Indépendance... En passant, j'ai, à la maison, un ouvrage intitulé “Pharmacopée de Madagascar”, dont les auteurs sont Robert Pernet et Georges Meyer, publié par l'Institut de recherche scientifique, Tananarive-Tsimbazaza, en 1957. Et savez-vous ce que j'ai lu quelque part, il y a quelques années ? Ceci : “La découverte du remède contre le VIH par un pays pauvre serait anti-économique, privant de retour sur investissements les grandes puissances qui ont dépensé des milliards de dollars et d’euros dans la recherche. Un traitement contre le sida à moins de 100 dollars, c’est tout simplement impensable”. Pauvres malagasy, c'est le cas de le dire. Non?

Moralité de ce dossier ? Tant que les Panoramix seront Africains (dont les Malagasy dans ce contexte du Covid-19), leur stigmatisation par la mafia des laboratoires occidentaux, avec la complicité d'entités mondiales qui se veulent “sincères et honnêtes, œuvrant pour le bien des Africains”, sera systématique comme au bon vieux temps béni des colonies. Mais comme rien n'est éternel ici-bas, l'heure est grave et ce n'est pas un poisson d'avril. Mais pour qui ?

Jeannot Ramambazafy – Egalement publié dans “La Gazette de la Grande île” du mercredi 1er avril 2020

Madaplus.info0 partages

Madagascar : D’autres porteurs du coronavirus ont été repérés

Le nombre de cas ne cesse d’augmenter dans le monde pour le Coronavirus. Si Madagascar comptait en début de semaine 46 victimes, la journée du 31 mars 2020, les victimes sont au nombre de 50.
Le Professeur Vololontiana Hanta Marie, porte parole, du Centre de Commandement Opérationnel a annoncé l’annoncé hier. Sur les personnes infectées, actuellement, seulement 11 d’entre eux présentent des symptômes tandis que les autres se portent bien. Un de ces victimes siège à Antsiranana, il s’agit d’un premier cas pour cette province.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Coronavirus – les tests se font continuellement

Les tests au Covid ne s’arrêtent pas à Madagascar. Les personnes qui ont été à l’étranger et sont rentrées à Madagascar en début Mars ont fait l’objet d’un test de dépistage massif. Les tests se sont passés en plein air au parking du Jumbo Score Akorondrano et au CCI Ivato. C’est le président Andry Rajoelina qui lead toutes les actions. Aujourd’hui au Jumbo Score il a reçu des félicitations de toutes les personnes sur place sur sa gestion de cette crise sanitaire. 2500 tests de diagnostic rapide ont pu être effectués mardi et mercredi
Les personnels de la santé responsables, accompagnés par la Police Nationale ont été présent sur les lieux. Des tests se sont fait aussi dans d’autres régions du pays pour les résidents suspectés et le respect des mesures sont de plus en plus exigé dans tous le pays.
Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : 58 personnes contaminées, quatre nouveaux cas contacts

Quatre nouveaux cas positifs ont été confirmés par les résultats émanant de l’Institut Pasteur de Madagascar ce jour [mercredi 1er avril 2020]. La Grande île compte donc à ce jour 58 personnes contaminées par le coronavirus. Les quatre cas nouvellement confirmés sont tous des cas contacts. Parmi eux figure une femme commerçante de « raokandro malagasy », ou produits phytothérapeutiques, à Isotry, qui a contracté le virus après un contact avec un étranger déjà contaminé avant son arrivée à Madagascar. Celui-ci était venu pour chercher des produits locaux pour soigner sa maladie. Cette mère de famille a ensuite transmis le coronavirus à un enfant de 13 ans qui s’avère être un de ses proches. Les deux autres cas contacts ont été découverts à Toamasina. Actuellement, les forces de l’ordre et les agents de santé mènent des investigations pour trouver toutes les personnes ayant été en contact avec ces nouveaux cas. D’après les explications, la femme qui a pris la fuite après avoir été testée positive au coronavirus a déjà été retrouvée. 

 Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Opération « Vatsy Tsinjo » : 500 bénévoles participent au packaging

Le président Andry Rajoelina continue d’être omniprésent sur le terrain. Cet après-midi, il a effectué une descente inopinée au Palais des Sports de Mahamasina pour constater de visu le travail de packaging des dons. Ces derniers vont être distribués aux familles nécessiteuses au niveau des six arrondissements de la capitale. 500 bénévoles issus de la Croix-Rouge Malagasy, de l’association Aides et actions, des représentants des ministères, des scouts ainsi que de simples citoyens participent à ce travail. Le chef de l’Etat est venu pour les encourager. L’opération est menée par différents ministères, entre autres, le ministère de l’Eau ; le ministère de l’Environnement ; le ministère des Affaires étrangères ; le ministère de l’Enseignement supérieur ; et le ministère du Commerce. Si lors de la première journée, seulement 5 000 packs ont été réalisés, désormais, les bénévoles arrivent à en faire près de 12 000. L’objectif est de distribuer jusqu’à 25 000 dons par jour, a annoncé le président Andry Rajoelina. Bien qu’ayant été recrutés pour du bénévolat, ces 500 hommes et femmes qui sont présents au Palais des Sports tous les jours ne rentreront pas bredouille. Ils pourront apporter avec eux chaque soir un pack comprenant du riz, de l’huile alimentaire, des légumineuses, du sucre, du « koba aina » et des savons. Par ailleurs, ces bénévoles percevront aussi une indemnité de 10 000 ariary par jour. A noter que la distribution des dons dans le cadre de cette opération « Vatsy Tsinjo » se fait avec la collaboration des députés, des chefs districts, du BNGRC, de l’association Fitia, et surtout des responsables au niveau des fokontany qui détiennent le registre des familles défavorisées au niveau de chaque quartier. Il convient de noter que dans le cadre de cette période de confinement, les dons seront distribués directement aux domiciles des bénéficiaires. Le président Andry Rajoelina a aussi annoncé que la population de Toamasina bénéficiera aussi du « Vatsy Tsinjo » à partir de demain. Les tireurs de pousse-pousse et les conducteurs de tuc-tuc seront les priorités pour cette opération.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Routes de Tana : Travaux d’entretien en cours dans plusieurs quartiers

Travaux d’entretien de routes en cours à Ankorondrano.

La circulation est fluide. Très peu de véhicules circulent dans la ville d’Antananarivo comparativement aux flux habituels. En effet, bien qu’une partie considérable de la population préfère sortir – majoritairement à pieds – malgré les mesures de confinement, les travaux d’entretien des routes peuvent être réalisés plus facilement car le trafic de véhicules est moins important. C’est ce qu’a affirmé le ministère de l’Aménagement et des Travaux publics (MATP). « Suivant les instructions émises par le président Andry Rajoelina quant à la réparation des routes dégradées par les pluies, le ministère a réquisitionné les entreprises en charge de l’entretien de ces infrastructures, pour lancer les travaux d’entretien. Les premiers travaux menés dans ce cadre ont débuté à Ankorondrano. Le MATP et la société CRBC sont responsables des travaux pour cet axe », a indiqué le ministère dans un communiqué. D’après les informations, ces travaux d’entretien se poursuivront également dans d’autres quartiers et sur d’autres axes routiers de la capitale. Ces techniciens doivent profiter de la réduction du trafic pour mener ces travaux et boucher tous les nids de poule, avant que la situation ne revienne à la normale.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo : Rivo Rakotobe testé négatif au COVID-19 

Hier, Rivo Rakotobe a accepté de rejoindre le CCI Ivato pour procéder au test de coronavirus.

Deux techniciens malgaches de taekwondo ont procédé à des tests au COVID-19. Il font partie des personnes ayant embarqué sur les vols du 11 au 19 mars derniers. Ils ont suivi une formation réservée aux coaches à Dakar les 13 et 14 mars, dans le but d’obtenir le certificat de World Taekwondo (WT) niveau 1. Ils sont arrivés au pays le 17 mars dernier par le vol ET853 d’’Ethiopian Airlines. Rivo Rakotobe, directeur technique national, est passé au Centre de Conférence Internationale (CCI) à Ivato hier matin, pour faire le test de diagnostic rapide (TDR). En effet, les résultats de son test étaient négatifs au coronavirus. « Les sportifs doivent toujours montrer le bon exemple sur le respect de toutes les consignes données. D’ailleurs, c’était nécessaire pour protéger ma famille et toute ma nation. Je n’avais aucun symptôme du COVID-19 pendant le confinement à la maison », a-t-il déclaré. Quant à l’entraîneur du club ATF Atsinanana, Andry Harilala Randriamihamison, il a effectué le sien à Toamasina. Selon les explications du TDN, les résultats de son test seront dévoilés sous 48h. Pourtant, ce dernier ne présente aussi aucun symptôme de la maladie, malgré les 17 cas confirmés positifs au Sénégal durant leurs séjours. Pour rappel, ils étaient 98 coaches, issus de 17 pays africains, à avoir participé à cette formation. 

Tout le programme de la Fédération malgache de taekwondo est encore en stand-by. « On ne peut rien faire en ce moment. La Fédération doit attendre l’évolution de la situation. L’élaboration du nouveau calendrier dépendra de la déclaration officielle du président de la République. Le plus proche serait le tournoi Grand Open Dynamique, prévu pour les vacances de Pâques, mais il sera probablement annulé », a fait savoir le DTN, Rivo Rakotobe.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Entreprises franches : « Tous les marchés extérieurs sont fermés », se plaint  Hery Lanto Rakotoar...

Les entreprises franches membres du Groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP) sont actuellement en très grande difficulté.  

« Certaines entreprises franches ont procédé à un chômage technique partiel, d’autres sont en cessation d’activité », selon Hery Lanto Rakotoarisoa, président du GEFP.

En effet, « la grande majorité de notre production est destinée à l’exportation, alors que tous les marchés extérieurs sont en ce moment fermés à cause de la propagation du coronavirus. A titre d’illustration, le marché européen, notamment français, est complètement fermé. Toutes les commandes ont ainsi été annulées à cause des mesures de confinement. Tout récemment, l’Afrique du Sud a arrêté d’importer des produits textiles venant de Madagascar. Et dans le cadre du marché de l’AGOA, les Etats-Unis commencent également à fermer leurs frontières pour tous les produits catégorisés non essentiels. Ainsi, même si les entreprises franches continuent à tourner, leur production ne trouve plus de preneur, la faute aux blocus sur le marché international », se plaint Hery Lanto Rakotoarisoa, le président du GEFP. 

Plan de relance économique. Il faut savoir que la majorité de ces entreprises franches exportent en Europe, et en particulier en France. Sur les 106 entreprises franches membres de ce groupement, plus de la moitié opère dans le secteur textile. « Certes, l’Etat a pris des mesures servant à soutenir le secteur privé face à cette crise sanitaire en ajournant les échéances fiscales et sociales, ce qui lui coûtera près de 116 milliards d’ariary. Mais il est aussi grand temps de se pencher sur l’élaboration d’un plan de relance économique de Madagascar. Même le système des Nations Unies et l’Organisation mondiale de sa Santé en particulier reconnaissent que l’après-crise sanitaire sera encore plus dramatique pour les pays en voie de développement si l’on ne soutient pas dès maintenant leur secteur privé pour le redémarrage économique », a-t-il poursuivi.

 150 000 emplois. Notons que les entreprises franches membres du GEFP ont fait tout leur possible pour préserver leurs 150 000 emplois. « Des entreprises franches opérant dans le secteur des centres d’appels collaborent, entre autres, avec l’administration pour répondre aux appels reçus sur les numéros 910, 913 et 914. D’autres industries du textile s’engagent également à confectionner des masques de protection. Nous assurons tout simplement la production, mais la gestion de ces masques de protection revient au ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat », a précisé Hery Lanto Rakotoarisoa.

En cessation d’activité. Il existe cependant des entreprises franches qui ont procédé au chômage technique partiel. « Certaines d’entre elles ont sollicité leurs employés à prendre un congé, voire même un crédit de congé, pour ce mois d’avril. Concernant le transport, comment une entreprise localisée à Ivato, et employant entre 1 000 à 3 000 personnes, pourrait-elle transporter tous ses employés alors que dans un bus de 25 places, on n’autorise que 8 personnes ? C’est irréaliste. Par ailleurs, les dispositions annoncées par l’Agence de transport terrestre sont interprétées autrement par les éléments des forces de l’ordre qui érigent des barrages. C’est difficile de continuer à travailler dans ces conditions. Nous ne disposons pas de statistiques concrètes, mais il y a également des entreprises franches qui sont en cessation d’activité en raison de cette crise sanitaire », a-t-il conclu. 

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

SeFaFi : « Les fragilités du système de santé risquent d’handicaper la lutte contre le COVID-19 » 

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, le SeFaFi dresse un diagnostic alarmant et soutient que le système de santé du pays est malade. 

Le pays affronte la propagation du coronavirus depuis une semaine. Mais « les fragilités de son système de santé risquent d’handicaper la lutte » a signalé l’Observatoire de la vie publique (SeFaFi) dans un communiqué en date du 30 mars, et dispatché à la presse ce 1er avril. Cette organisation de la société civile a en effet fait abstraction des défaillances sur plusieurs niveaux du système de santé du pays, dans le cadre de cette lutte qui s’annonce compliquée eu égard au ravage qu’a fait le virus sur plusieurs vies humaines à l’échelle planétaire. 

La propagation du virus est loin d’être maîtrisée, et son remède reste toujours introuvable. Dans ce contexte, le SeFaFi est allé droit au but en crevant l’abcès sur les maux qui rongent le secteur de la santé, qui n’a jamais été au centre des plus grandes préoccupations des gouvernements successifs. L’Etat, en premier lieu, dans son « rôle de garant du bien-être de la population », est de ce fait loin d’être épargné des critiques du SeFaFi. « Le budget alloué annuellement au secteur de la santé est notoirement insuffisant, et n’arrive qu’à grand-peine à soutenir un secteur vacillant et perfusé, qui survit grâce à l’aide des bailleurs de fonds ». Ce manque de soutien financier de l’Etat affecte la disponibilité des ressources au niveau des centres de santé et des hôpitaux du pays.  Ainsi, « le citoyen s’interroge sur la réelle capacité d’accueil des hôpitaux, sur le nombre de lits, de médecins, d’infirmiers, etc. » interpelle le SeFaFi. 

Mais l’Etat n’est pas le seul élément du mécanisme qui empêche le système de santé de bien fonctionner, estime cette organisation. Le corps médical, lui, présente aussi des faiblesses, selon toujours le SeFaFi. Au-delà du « corporatisme malsain du corps médical », la « persistance de diverses formes de corruption dans le monde médical et hospitalier », selon cette organisation, contribue à fragiliser le système de santé du pays et risque même d’« handicaper la lutte contre le COVID-19 ». Cette « corruption est une évidence que tente de nier le corps médical » regrette le SeFaFi, et ce « en dépit des nombreux témoignages de victimes ». Toutefois, côté pile, le SeFaFi reconnaît et « rend hommage au dévouement des médecins, infirmiers, sages-femmes et autres soignants intègres qui ne cessent de se préoccuper des plus faibles ».  

Les chiffres officiels ne font état, jusqu’à présent, d’aucune victime de cette pandémie sur le sol malgache. Pourtant, selon le SeFaFi, des doutes subsistent sur la réelle capacité du pays à faire face à une explosion du virus. Et pour faire dissiper ces doutes, l’organisation souhaite  «  la transparence à tous les niveaux, pour la moindre dépense, et que l’origine de l’argent public utilisé pour gérer la crise soit portée à la connaissance de tous ». « La population a le droit de savoir ce qui l’attend, ce qui implique une communication régulière et professionnellement mieux informée » interpelle le communiqué. Sur ce point, le SeFaFi rejoint les déclarations des autres membres de la société civile qui ont réclamé de la transparence sur la gestion publique de la crise sanitaire actuelle. 

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Secteur pétrolier : Une croissance négative de la demande en vue

Alors que Madagascar se prépare à attribuer ses blocs pétroliers aux investisseurs, les analystes économiques et les opérateurs d’actifs énergétiques entrevoient une baisse de la demande pour cette année 2020.

Madagascar compte sur les investissements directs étrangers pour capitaliser ses ressources pétrolières. Depuis déjà plusieurs années, plusieurs compagnies ne cessent de manifester leur intérêt pour les ressources minérales de la Grande île, et attendent impatiemment les appels d’offres internationaux pour l’attribution des blocs pétroliers. Cependant, en cette période de pandémie du COVID-19, une baisse des prix du pétrole est enregistrée. Les analystes économiques et les opérateurs d’actifs énergétiques évoquent même une croissance négative  de la demande de pétrole à l’échelle mondiale, suite à la situation actuelle, pendant laquelle les industries ferment et que les pays du monde entier se confinent. Des impacts économiques négatifs sont également prévus pour les secteurs de l’électricité, des énergies renouvelables et des mines, selon leurs dires. Cette situation actuelle exige que les entreprises qui contrôlent et gèrent les infrastructures énergétiques critiques maintiennent leur vigilance contre les menaces de sécurités physiques, cybernétiques et technologiques, alors qu’elles font face à ces événements cygne noire. 

Continuité. La résilience des opérations des sociétés pétrolières est essentielle à l’économie, à la sécurité et à la qualité de vie globale de tous les citoyens en Afrique et dans le monde, selon C. Derek Campbell, PDG de la société américaine Energy Natural Resource Security Inc. « Les indications et les avertissements mettent en lumière le fait que les terroristes, les acteurs étatiques hostiles, les criminels, les pirates informatiques et les vandales prévoient actuellement de profiter de notre état de chaos actuel. Nous continuons à soutenir de nombreuses sociétés énergétiques en Afrique pour atténuer les actions hostiles de ceux qui sont mal intentionnés. En des temps incertains comme ceux-ci, ce sont les efforts des entreprises contre les menaces inattendues qui garantissent que leurs actifs maintiennent la continuité des opérations pendant ces temps difficiles », a-t-il affirmé.

Recommandations. Pour la Chambre Africaine de l’Énergie, les sociétés pétrolières et leurs sous-traitants devraient œuvrer pour garantir la résilience de leurs actifs et assurer la continuité de leurs opérations. D’après leurs explications, cela conduit à évaluer et passer en revue leur infrastructure de cyber sécurité par rapport à des protocoles tels que NIST-800-171, ISO27001 et les cadres de cyber sécurité CIP ; à surveiller les méthodes et plateformes informatiques que leurs employés utilisent pour accéder à leurs réseaux d’entreprise lorsqu’ils travaillent à distance ; via leur personnel local, à impliquer les populations et communautés locales dans un rayon de 8 à 15 km de leurs opérations pour mieux comprendre l’atmosphère autour de leur actif ; à vérifier ponctuellement leurs mesures de sécurité physiques et techniques existantes pour s’assurer qu’elles sont pleinement fonctionnelles ; et à demander une évaluation de la sécurité pendant leur temps d’interruption opérationnelle, afin de comprendre les vulnérabilités actuelles de leur actif et les niveaux de risque supposés.

Antsa R.

Madagate0 partages

Madagasikara Coronavirus, 1 Aprily 2020. 58 no isan'ireo misy ny otrik'aretina, tamin'ny 8 ora hariva

Nanambara ny Filoha Andry Rajoelina, tao amin’ny Tvm androany 1 Aprily 2020, tamin’ny 8 ora hariva fa 58 (VALO AMBIN’NY DIMAPOLO) izao ny olona manana ny otrik’aretina Covid-19. Nisy amin’ireo «personnes contacts» tao Isotry Antananarivo ary tao Ambatovy Toamasina ihany koa.

Midi Madagasikara0 partages

Art oratoire : Les contes à remettre au goût du jour

La comédie musicale « Le mythe d’Ibonia », une des fondatrices de la culture malgache, mise en scène par Henri Randrianierenana à l’Aft en 2013. (Crédit photo : Studio D Mix)

Il était une fois… les contes… Notre culture regorge de ces bonnes vieilles histoires. Pourtant, la jeune génération d’aujourd’hui peine à connaître les meilleurs des contes malgaches. Avec ce confinement, c’est l’occasion ou jamais de redécouvrir et partager ces « lovan-tsofina » sans modération.

« Indray andro hono… ». De cette formule s’ensuit une belle et longue histoire pour les enfants. Les contes font partie de ces belles choses qui mettent du baume au cœur dans ce monde de brutes. Depuis 2004, la planète a choisi de célébrer à sa manière les contes le 20 mars. Partout dans le monde, les conteurs fêtent à leur façon les belles histoires et les livres qui les renferment. Mais cette année, la célébration est passée sous silence à cause du coronavirus. Hélas, force est de constater que les jeunes malgaches ignorent notre richesse en matière d’art oratoire. D’après Arikaomisa Randria, écrivain et conteur, « la nouvelle génération est tellement entraînée dans la mondialisation qu’il est difficile pour elle de s’intéresser aux contes. Comme le conte malgache est surtout oratoire, les jeunes ont du mal à s’y intéresser de par leur faculté d’écoute très limitée à l’âge de l’adolescence. Comme chaque deuxième mercredi du mois, nous organisons des ateliers pour enfants qui incluent les séances de conte. Notre public est composé essentiellement d’écoliers issus des écoles primaires. »

La valeur du conte ternie. C’est la valeur du conte que le citoyen ignore. Comme les conteurs se font rares également, il est difficile de transmettre la valeur des histoires. « Les histoires avant de dormir, ce sont les tout petits qui en ont besoin » avance Hosana, un garçonnet de 14 ans. Inconditionnel des mangas et des dessins animés, l’adolescent porte un regard négatif sur les « angano », qu’il considère  comme insignifiants. Cette mentalité, beaucoup de jeunes voit cela comme une évidence, pourtant, les contes ont toujours un aspect éducateur. Selon Diavolana, conteuse et animatrice d’atelier pour enfants, « le problème c’est que les enfants peuvent être intéressés par les contes, mais il y a peu de personnes pour leur raconter les histoires. Bon nombre d’enfants ignorent même l’existence des contes malgaches. De même que par faute de temps, les parents n’arrivent pas à leur inculquer la valeur des contes, puisqu’eux-mêmes ne se rappellent plus de ces histoires. Il arrive que les parents lisent trop vite le conte pour que l’enfant s’endorme vite, sans la raconter comme il se doit. »

D’après Arikaomisa Randria, « les ‘mass media’ locaux tiennent un rôle essentiel pour pouvoir rehausser la valeur du conte malgache. La technologie moderne est bien plus attrayante que les narrations d’histoires. La solution, c’est de numériser les contes. Actuellement, plusieurs contes sont déjà mis en ligne. On pourrait également traduire ces contes en dessins animés ou les adapter au cinéma. Si la mondialisation s’accentue, autant en profiter et intégrer la culture en les mettant à disposition et faire en sorte que les histoires soient exploitables avec les technologies modernes » souligne-t-il. De même qu’il est envisageable d’inclure le conte dans le programme scolaire. Comme la poésie, les contes peuvent faire l’objet de recherches si besoin est. Ce sera une occasion de remettre au goût du jour les contes, pour une large diffusion et peut-être éveiller des talents cachés. 

Bases. A noter que pour écrire des contes, il y a des bases à respecter, sinon le conte s’arrête à une simple histoire. Il faut savoir inventer quelque chose de merveilleux, qui fait rêver les petits et fait voguer les grands sur les vagues immenses de l’imaginaire. De plus, la volonté est de se diriger vers un public neuf, faire ou refaire découvrir les plaisirs d’écoute et de la lecture. Aller à la rencontre des personnages fantastiques comme Ibonia, Ibotity ou Rapeto…Par amour des bonnes choses, enchanter les oreilles par des lectures publiques et organiser des événements comme des parcours contés. En ces temps de confinement, c’est l’occasion ou jamais de passer un bon moment pour perpétuer les « lova-tsofina ».

Zo Toniaina

Madagate0 partages

Madagasikara Coronavirus, 1 Aprily 2020, 12h. 54 ireo olona voamarina fa mitondra ny otrik’aretina covid-19

DIMY AMBIN'NY DIMAPOLO (54) no isan’ireo olona voamarina fa mitondra ny otrik’aretina covid-19. Ny 4 amin’izy ireo dia ireo antsoina hoe « contact ». Izany hoe Malagasy eto an-toerana tsy avy ivelany nandeha fiaramanidina na raoplinina fa nifampikasoka tamina olona avy ivelany tratra io covid-19 io. Ny 3 amin’izy ireo dia eto Antananarivo ary ny 1 any Toamasina.

Ny dikany dia miisa 6 ny totalin’ny Malagasy eto an-toerana misy ny otrik’aretina covid-19 ary efa tsaboina amin’ireo toerana voatokana ho an’izany. mino isika aloha fa mafy ny fanefitra na « anti-corps » ao amin-dry zareo. Satria na misy ilay otrik’aretina ry zareo dia salama aloha izy ireo. Izay no atao hoe « porteurs sains ».

Hatreto kosa aloha mbola tsy nisy ny aina nafoy noho ny coronavirus eto Madagasikara.Ho antsika rehetra kosa dia averina eto hatrany ny hafatra mahomby indrindra :

AZA MIVOAKA NY TRANO MBA TSY HIFANENA AMINA OLONA CONTACT TSY AMPOIZINAO!

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Événementiel : AmbondronA, Pâques à Antsirabe, RFC… le COVID-19 intraitable

L’ambiance électrique au Coliseum d’Antsonjombe lors des précédents concerts d’AmbondronA.

Jamais depuis des décennies le secteur événementiel n’a été autant bouleversé à Madagascar. Plusieurs événements majeurs de ce mois d’avril devront être ajournés. 

Trois grands rendez-vous de ce mois d’avril sont compromis dans le calendrier culturel malgache, à cause de la pandémie de COVID-19, entrée à Madagascar autour de la mi-mars, si l’on se réfère aux chiffres officiels. A commencer par la fameuse Pâques à Antsirabe, censée se dérouler durant tout le week-end du 11 au 13 avril, notamment avec des concerts à travers les places populaires de la cité. D’autant que la plus grande ville du Vakinankaratra commence à devenir une nouvelle destination artistique depuis quelques mois. Chaque année, Antsirabe attire des centaines de milliers de vacanciers. De quoi tripler le nombre de la population durant ces festivités pascales. Les grandes figures de la scène musicale malgache s’y donnent également rendez-vous… Du moins, s’y sont donnés rendez-vous. Pour Antananarivo, le premier festival majeur de l’année les « Rencontres du film court » (RFC), du 17 au 25 avril, sera reporté. Selon un communiqué au niveau de l’organisation, « dès que l’évolution de la situation le permettra, nous communiquerons les nouvelles dates retenues pour le déroulement du festival ». A titre de rappel, les RFC en sont à leur quinzième édition cette année. Laza et son équipe auront déjà une mesure de la situation le 4 avril, date du bilan du président de la République Andry Rajoelina, et de la fin du confinement. Si l’Etat décide de lever celui-ci, la question de la présence d’invités internationaux se pose. Le rendez-vous manqué le plus marquant de la Grande Île reste l’immense concert d’AmbondronA prévu le 5 avril au Coliseum à Antsonjombe : une grande messe de rock entre le band et ses fans, avec pour objectif de remplir les plus de 30 000 places. Déjà, la bande à Beranto a réussi, par deux fois, à remplir en solo cette plus grande scène de concert de la capitale. Un exploit que personne n’a réussi jusqu’à maintenant. Sauf en faisant des concerts rassemblant plusieurs stars. Mais AmbondronA reste le chouchou de la capitale. L’occasion aussi pour le groupe de prouver qu’il possède sa place à côté des légendes comme Mahaleo, Lôlô sy ny Tariny et compagnie. 

Maminirina Rado

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitandrina mivady voan’ny Coronavirus« Négatif » ny valin’ny fitiliana natao tamin’izy ireo

Araka ny tati-baovao voaray vokatry ny fifandraisan-davitra nifanaovana tamin’ny Mpitandrina Rakoarimanana Arijaona Filoha Nasionaly Sampana Fifohazana FJKM SAFIF/FJKM halina ,

 

 

 

dia fantatra fa  sitrana soamantsara Ramatoa mpitandrina mitondra ny Fitandremana FJKM Ambatoroka Finoana izay vadin'Andriamatoa Robson Johary Lalaina, Tonian'ny Fifohazana FJKM, ary samy niverina « négatifs »  izy mivady rehefa natao fitiliana. Teny amin’ny hopitaly manara-penitra Andohatapenaka izy mivady ireto no notsaboina . Anisan’ireo olona nandeha tamin’ilay zotram-piaramanidina avy any Paris Frantsa voatondro fa nitondra ny Coronavirus teto Madagasikara ry zareo ireto.Hany ka tsy maintsy naraha-maso avy hatrany teny amin’ny hopitaly ary nampiharana ilay fandraisana an-tanana (protocole) mba nitsaboana azy ireo.Tsara ho marihana ihany koa anefa fa na efa « négatif »  aza ny valin’ny fitiliana dia mbola tsy maintsy misy ny fanaraha-maso atao hatrany amin’ny roa herinandro any.

 

Nangonin’i RTT (Loharanom-baovao : RZK) 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa StarNanolotra rano 1 tapitrisa tavoahangy

Ho fiaraha mientana handresena ny valan'aretina Coronavirus dia nitondra ny anjara birikiny tetsy amin’ny toeram-pibaikoana momba ity viriosy COVID-19 ity

 

omaly ny avy eo anivon’ny orinasa mpamokatra zava-pisotro Star. Rano amin’ny tavoahangy miisa 1 tapitrisa no natolotra maimaimpoana teny amin'ny “Centre de Commandement Opérationnel” na CCO COVID-19 Ivato. Ny tavoahangy rehetra vokarin’ny Star dia misy fampatsiahivana ireo fihetsika tokony hatao hiadiana amin'ny valan'aretina. Rano fisotro ireto natolotra ireto, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo mihibokaMbola tazana eny ihany ireo mpangataka

Asa na adino tamin’ilay famindran-toerana faobe herinandro lasa izay na olom-baovao mihitsy fa mbola misy ihany ireo mpangataka tsikaritra tamina toerana vitsivitsy teto Antananarivo renivohitra omaly.

 

 

Misy ny amin’ny sisin-dalana, mangataka no sady mitoetra sy matory eo mihitsy raha ny fahitana azy satria misy lamba sy entan-kely eo akaikiny eo.Misy ihany koa ireo mpangataka mikarama, izany hoe mihira dia miandry ny fitserana amin’ireo izay mandalo.Eo ihany koa ireo hita hoe mifindrafindra toerana.Ny itovizan’izy rehetra ireo dia hita hoe olona sahirana tokoa, reraka sy noana .Mbola nahitana an-dry zareo ireo izao omaly teny amin’ny tohatohabaton’Antaninarenina sy Analakely ary Ambodifilao.Samy velom-panontaniana ny mpandalo : ahoana ny amin’ireto mpangataka ireto amin’izao vanim-potoana misy valan’areti-mifindra izao ? Avy aiza ka handeha ho aiza marina izy ireny ? Dia ahoana ny fanaraha-maso ny fahasalamany satria mazava ny resaka fa sty ampozina mihitsy ny mety hifindran’ny Coronavirus ; tsy oatery hoe avy amin’ny fifampikasohan’ny samy olombelona irery ihany fa mety amin’ny alalan’ireo zavatra nokasihina na noraisin’ny tanana ka tafiditra ao anatin’izany ny vy, plastika, taratasy…izany hoe anisany mampifindra ny Coronavirus ny vola, na taratasy io na ireny vola madinika ireny.Ary efa fantatra tsara fa mifindrafindra tanana be izany vola izany.Ka raha sanatria ary ka nahakasika ny iray tamin’ireo ireny mpangataka amoron-dalana ireny koa tsy hanahirana ve…ry zareo rahateo hita fa marefo.Koa raha tonga any amin’ny toerana misy azy any ilay mpangataka sanatria efa tratran’ny coronavirus, hamindra amin’olona isan-karazany, ho fantatra ve izany ? Ho voafehy ve ?

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

CORONAVIRUS MANERAN-TANYManeran-tany4000 mahery ny maty tao anatin’ny 24 ora

Raha notaterintsika teto omaly fa 35 905 ireo matin’ny coronavirus maneran-tany, dia tafiakatra efa tafiakatra 40 057 indray io, izany hoe 4156 tao anatin’ny iray andro monja ny fitomboana, ary lojika sy heverina ho mbola nihoatra an’io aza.

 

Ny firenena Italianina no mitana ny lohalaharana amin’ny maty be indrindra satria efa tafiakatra 12 428 izany amin’izao fotoana izao. Maherin’ny 800 000 ireo olona voa eto ambonin’ny tany.

 

Tafiakatra 4 ny olona maty tatsy amin’ny Nosy Maorisy, izay efa tapa-bolana teo ho eo izay ny roa ary tranga vaovao ny roa ambiny. Tafiakatra 143 ireo voamarina fa mitondra ny Covid-19 ao amin’ity nosikely tsy lavitra antsika ity, ka ny 16 amin’ireo dia tranga vaovao hita omaly. Miisa 94 kosa ireo trangan’aretina voamarina atsy amin’ny nosy Mayotte. Nanao fanambarana ny tomponandraikitra ara-pahasalamana ao an-toerana omaly, fa nisy olona iray matin’ity Covid-19 tao amin’ity nosy ity ao anatin’ny departemanta Frantsay ity. Io no fahafatesana voalohany tany an-toerana. Tany Tanzania ihany koa dia omaly no nisy olona maty voalohany, raha toa ka 19 ireo voamarina fa mitondra ny Covid-19 amin’izao fotoana izao.

 

Tafiakatra 849 no namoy ny ainy tany Espagne tao anatin’ny 24 ora, ka manome ny tambatr’isa 8 189 ho an’ireo namoy ny ainy tao amin’ity firenena ity. I Espagne rahateo no laharana faharoa amin’ny firenena be maty indrindra. Ho an’ny tany Frantsa kosa dia 499 no isan’ny maty tao anatin’ny iray andro ihany koa, ka tafiakatra 3523 ireo namoy ny ainy hatramin’izay, ary 5564 mahery ao amin’ny sampana fameloman’aina n any “reanimation”. Mbola any Eoropa ihany, dia 381 no maty tao anatin’ny 24ora, ka manome ny isa ho 1789.

 Tovovavikely vao 12 taona no namoy ny ainy tany Belgique omaly. Tranga sokajiana ho tsy dia fahita na “rare” ho an’ny salan-taona tahaka izany. Tranga tsy dia fahita saingy tsy azo nihodivirana, hoy I Emmanuel André mpitondra tenin’ny manam-pahefana. Telo andro izay no nisy fanaviana izy ary voamarina fa voan’ny covid-19, hoy ny fanazavana. Vao andro vitsy izay no nisy ilay tovovavikely antsoina hoe Julie vao 16 taona no namoy ny ainy tany Frantsa, ary ity izany ny tranga faharoa mitovitovy amin’izany.

 

Miketrika hanana fahaleovantena feno sy manontolo I Lafrantsa amin’ny tapim-bava hiatrehana ny coronavirus. Manomboka izao hatramin’ny faran’ny taona, dia kendrena ho ny fireneny ihany no hamokatra ny tapim-bava ho azy ireo, hoy ny Filoha Frantsay Emmanuel Macron omaly. Amin’ny faran’ny aprily dia hahavita tapim-bava sy “respirateurs” 10 tapitrisa izy ireo ary hampitomboina ny ezaka, raha ny nambaran’i Emmanuel Macron raha nitsidika ny orinasa iray dia ny Kolmi-Hopen any amin’ny faritr’i Angers ny tenany. Marihina fa nanafatra tamin’ny sinoa ny Frantsay. Ny mampametra-panontaniana dia hoe: mihevitra ve ny Frantsay na ny firenen-dehibe hafa fa mbola haharitra hatrany amin’ny faran’ny taona vao tena ho fongana na voafehy sy misy vahaolana mafonja sy azo tsapain-tànana ny coronavirus?

 

Tao anatin’ny herinandro dia maherin’ny 1 miliara ny Indianina tsy mihiboka, tsy afaka mivoaka ny trano mba hisorohana ny fipariahan’ny coronavirus. Mba hanajana izany, dia mampiasa hery mihitsy ny mpitandro filaminana. Miteraka adihevitra satria mety higadra herintaona an-tranomaizina ny olona tsy manaja ny fihibohana. Asaina mandady na “à quatre pattes” tahaka ny saka na alika. Asaina manao paompy, ary darohan’ny polisy amin’ny “baton”. Aiza ho aiza amin’izany ny aty Madagasikara?

 

 

 

 

Mitsahatra tanteraka ny fanatanjahantena amin’izao fotoana izao. Tena ao anatin’ny fotoan-tsarotra, hoy ny Filohan’ny Kaonfederasionina Afrikanina momba ny baolina kitra Ahmad. Nanao fandalinana ny CAF, ary manaraka ny toromariky ny OMS, hoy izy tamina fampahalalam-baovao vahiny iray. Tsy maintsy nahantona ny fifanintsanana hiakarana amin’ny CAN 2021 tokony natao tamin’iny faran’ny martsa iny. Miandry ny fivoaran’ny coronavirus, fa amin’izao fotoana hitenenako izao aloha, dia mbola voatazona ho amin’ny janoary-febroary 2021 ho avy io ny CAN 2021, hoy I Ahmad, izay eto Madagasikara amin’izao fotoana izao.

 

Nangonin’i Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fihibohana an-tranoNampihena ny loto etsy sy eroa

Tsikaritra kosa aloha tato ato ny tsy fisian’ny loto mahazatra eny amin’ny arabe. Na eny anivon’ireo mpivarotra zava-pisotro sy ireo hani-masaka dia hita fa tsy ahitana loto firy tahaka ny talohan’ny fisian’ny aretina coronavirus.

Na izany aza dia mbola mampitaraina ny maro, indrindra ireo mpiantsena manao ny tahiry (provision) ny loto eny amin’ny tsenabe tahaka ny eny Anosibe, Namontana, Andravoahangy,  Ambodivona, Petite Vitesse. Tokony hisy fiaraha-mientana hatrany miainga amin’ny tompon’andraikitra mpanadio sy ny vahoaka eny ifotony indrindra ireo mpivarotra mbola manao ny asa fanaony. Mila apetraka ihany koa ny fepetran’ny fahadiovana indrindra ny eny amin’ny faritra iva ary ilaina fahatsapan-tena amin’ny tsirairay. Tokony efa mazava tsara amin’ny rehetra fa tsy milatsaka avy any an-danitra tsy akory ny fako sy ny loto fa ny olombelona sy ny ataony no mahatonga izany; rehefa mihena ny asa sy fivezivezena ataon’ny olombelona dia mihena ny lota ary miha madio ny tontolo iainana..tsy hoe hijanona any an-trano mandrakizay ka tsisy hiasa intsony fa misy lesona maro azo tsoahina amin’izao zava-mitranga izao mba hanitsiana ny tsy mety amin’ny sisa ho avy rehetra.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Ramboasalama Emilien “Aleo misoroka toy izay mitsabo”

Taorian` ny fanomezana toromarika nataon` ny filoha nasionalin` ny antoko Tiako I Madagasikara, Marc Ravalomanana, dia samy manatanteraka ny adidiny ireo depiote voafidy tamin` ny alalan` ny antoko.

Teny amin` ny boriborintany fahaefatra dia nidina ifotony nanentana ireo olona ao aminy ny depiote Ramboasalama Emilien. Misy ny rano ao anaty bidon sy savony izay napetraka amoron-dàlana hahafahan’ny tsirairay manasa tànana araky ny tokony ho izy, hoy ity depiote ity. Misy ihany koa ny rano zaraina maimaim-poana hahafahan’ny tsirairay mahazo rano amin` izao fotoana sarotra iainan’ny firenena izao ary hitandro hatrany ny fahadiovana. Manentana ny rehetra hatrany ity solombavambahoaka handray ny fepetra rehetra hisorohana ny tsimok’aretina Coronavirus. Nandritra izay fidinana ifotony izay dia hita fa nanaraka ireo toromarika ireo olona sendrany ary filaharana hatrany ny fanasana tanana teny amin`ny boriborintany fahaefatra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Covid-19Mihamafy ny fiantraikany ara-toekarena

Miova isan’andro ny toe-draharaha! Mitotongana hatrany ny toekarena manerana izao tontolo izao. Raha ny any Frantsa dmanokana ia voafaritra

 

hatrany amin’ny 60 miliara Euros isam-bolana ny fatiantoka vokatry ny fihibohana an-trano. 5,7 tapitrisa ny mpiasa tsy maintsy niato tamin’ny asany araka ny fanadihadiana nataon’ny sampam-pikarohana OFCE any an-toerana. Ny any Etazonia ihany koa dia tsy mitsahatra mitombo ny isan’ireo tsy miasa ankehitriny ary miaina anaty krizy tanteraka ny firenena Amerikana. Misy mihitsy ny drafitra novolavolain’izy ireo mahakasika ny fitotonganan’ny orinasa mba hijerena manokana ny vahoaka indrindra manoloana ny fahaverezan’asa marobe. Tsiahivina fa efa mihoatran’ny 100 000 ireo voan’ny aretina coronavirus any Amerika amin’izao fotoana izao ary efa nihoarany indray aza Sina sy Italia. Mahakasika ny Harinkarena faobe dia manary isa 30 (30 points) isam-bolana i Frantsa taorian’ny fepetra tsy fivoahana an-trano izay manome fatiantoka 2,6% isan-taona. Anton’izany ny fitotonganan’ny fanjifan’ny isan-tokantrano, ny fahapotehan’ny sehatra fandraharahana sy ny asa famokarana rehetra. Manampy trotraka ny krizy manerantany ihany koa ny fidarabohan’ny sehatra fizahantany izay manary vola amina miliara maro isam-bolana. Tsy maintsy ho mafy ny fiantraikany eto Madagasikara ary andrasana ny akon’izany rehetra izany. Saingy maika kosa aloha ny fiarovana ny ain’ny vahoaka ary ilaina ny fanarahana ny fepetra apetraky ny fitondram-panjakana.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivaro-damba etsy AnalakelyTena mafy loha ve sa nanome kely ?

Ny mpivarotra akanjo sy fripery sy ny mitovitovy amin’izany dia tsy mahazo misokatra satria ao anatin’ireo filana maika.

Ny mpivarotra sakafo sy « épiceries » ihany no afaka manao misojatra; tena mazava ny didy navoakan’ny fanjakana. Tsy izay anefa no miseho etsy Analakely. Ahoana ireo mpivarotra lamba sy fripery izay mbola mivarotra soa aman-tsara, afovoan-tanana be. Tsy hitan'ny kaominina Antananarivo mihitsy ve sa sanatria efa nametraka kely tany ho any dia havela malalaka sy hodian-tsy hita? Adala ve ny rehetra manaiky ny lamina na mafy sy mangidy aza ny mampitsahatra tsy fidiny ny asa fihariana? Ahoana raha hanao ny ataony ihany koa ny hafa raha hotazanim-potsiny ny fandikan-dalàna toa izao? Aiza ny tompon’andraikitra samihafa eo anatrehan’ireny? Misy fahefam-panjakana ara-dalàna eto, saingy toa tsy tena mahafehy vahoaka raha tarafina amin’izao. Na izany aza, izay tokoa angamba etsy andaniny no tonga amin’ilay fanehoan-kevitra hoe: rehefa misy fanapahana lehibe miantraika amin’ny besinimaro dia tokony hisy vahaolana mifandraika amin’izany (mésure d’accompagnement). Ny zavatra hita eto anefa, dia ny rehetra no mizaka ny mafy, kanefa ampahan’olona no mahazo tambiny sy tohana, hany ka misy ny mibirioka. Mila atao tahaka ny tery omby ririnina, ka atao izay tsy hahabotry ny reniny sy ny hahafaty ny zanany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny Atitany“Tongava ety Ivato raha hanampy ianareo”

Nanome valin-kafatra ny Tiako I Madagasikara omaly ny minisitry ny atitany Tianarivelo Razafimahefa raha nitafa fohy tamin’ny mpanao gazety.

 

Tsy misy fanavahana na fanilikilihana izany amin’izao fotoana, hoy izy fa ady iraisan’ny Malagasy rehetra ny fanoherana ny Coronavirus.Ety Ivato, ato amin’ny Mining Business Center no misy ny CCO Covid 19 raha mbola misy tsy mahafantra, ka ety no mandray ireo fanampiana rehetra, hoy izy.Ajanony any mihitsy ny resaka politika hoy ny minisitry ny atitany fa fifanomezan-tanana izao no ilaintsika.Tsy misy an-kijery tavan’olona fa raisina izay fanampiana tonga.Raisina avy amin’izay fanambaran’ity mpikambana ao amin’ny governeanta ity izany fa tsy hisy ny hoe fivoriana iarahan’ny fitondram-panjakana amin’izatsy na izaroa fa izay te hanao tolo-tanana dia tonga eny Ivato; raisin’ny ao amin’ny CCO Covid 19 izany ary ny tompon’andraikitra ao avy eo no mitsinjara ny entana na vola voaray araka izay fomba fandaminan’izy ireo ao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Habibo Miantso ny fiaraha-mientan’ny Malagasy

Mandritra izao fotoan-tsarotra lalovan’ny firenena izao dia tsy mitazam-potsiny ny vondrona orinasa Habibo fa nanolotra vokatra 3200 baoritra, izany hoe,

iray kamiao ahitana paty, ronono, rononomandry sy biscuits ary vokatra hafa entina hanampiana ireo olona tsy manan-kialofana sy raisin’ny CUA an-tanana ny alatsinainy teo. Izany dia natao mba hitsonjovana ireo mpiara-belona tena sahirana amin’ny fiatrehana ny valan’aretina COVID-19, hoy ny fanazavana. Ny fiarahantsika mientana no hahafahantsika mandresy ny Coronavirus, hoy ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny orinasa. Nanamafy moa izy ireo fa vonona hatrany ny hanoina izay filana fifanomezan-tanana izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

GEHEMNanolotra fitaovana mitentina 100 000 euros

Ho fitsinjovana an' ireo mpisehatra lohalarana amin` ny ady atao amin`ny “coronavirus” eto Madagasikara dia nanolotra fitaovana mitentina 100 000 euros

 

ny vondron` ireo mpanondrana loha-menaka voajanahary (Groupement des Exportateurs d'Huiles Essentielles de Madagascar). Ny CCO (Centre de Commandement opérationnel), ny ministeran` ny fahasalamam-bahoaka, ministeran`ny indostria sy varotra ary ny asa tanana, ireo mpitandro filaminana, ireo hopitaly… no hisitraka izany fanampiana izany. Ny fitaovana toy ny “gel désinfectant », « Huiles essentielles » Ravintsara, Niaouly, Mandravasarotra,… natolotry ny GEHEM, izay mampivondrona orinasa maherin` ny 50 isa.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanan` ireo teratany SinoaNanome 270 tapitrisa Ar hadiana amin’ny Coronavirus

Manoloana ny zava-misy eto amin` ny firenena amin` ny fiparitahan` ny aretina “coronavirus”, dia nitondra ny anjara birikiny amin` ny fanohana ny vahoaka

 

malagasy amin` izao fotoan-tsarotra izao ny fikambanan` ireo mizaka ny zom-pirenena sinoa sy ireo rafitra sinoa rehetra eto Madagasikara. Omaly maraina, dia nanolotra fanomezana mitentina 270 tapitrisa ariary ity fikambanana sinoa ity ka taratasim-bola mitentina 200 tapitrisa ariary, izay noraisin` ny « Receveur Général d’Antananarivo » sy PPN mitentina 70 tapitrisa ariary, ho an` ny Kaominina Antananarivo Renivohitra, izany. Ho fanampin` izany rehetra izany dia nanolotra ihany koa vary 20 taonina izy ireo izay nangonina nanomboka ny zoma lasa teo. Ny fikambanana sinoa misahana ny vokatra an-dranomasina eto Madagasikara indray dia nanolotra tampim-bava miisa 100 000 ho an` ny ministeran` ny fahasalamam-bahoaka. "Miaraka amin'ireto fanomezana ireto dia miara-mivavaka sy manome ny fanohanana feno ny governemanta, ary indrindra ny vahoaka Malagasy, mba hahafahantsika mandresy ity aretina ity izahay " hoy Sylvain LIU, solontenan'ny vondrom-piarahamonina sinoa eto Madagasikara, omaly tetsy amin` ny CCO COVID-19 omaly.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Air FranceHisy sidina manokana ny 4 aprily izao

Mampandre ireo teratany vahiny ny masoivoho frantsay eto Antananarivo omaly tamin` ny tranokalany fa hisy sidina manokana ho tonga eny Ivato ny 04 aprily izao ka hihazo an`i Paris-Frantsa.

 

Tsy misy olona io fiaramanidina io migadona eny Ivato fa rehefa hiverina ho any Frantsa kosa izy vao hitondra mpandeha, hoy ny fanamarihana. Ho laharampahamena ireo olona mandalo, ireo teratany frantsay sy eoropeanina. Nomarihan` ny masoivoho hatrany fa tsy maintsy olona vita fizahana ara-pahasalamana ka azo antoka fa tsy voan` ny coronavirus no afaka mandeha amin’ io sidina manokana io. Tsy misy famandrihana toerana, hoy ny fanazavana. Ny zotra Air France dia hifandray mivantana an` ireo mpandeha mandalo eto Madagasikara izay efa nampandre ny masoivoho ny fandalovany eto amintsika. Miara-miasa akaiky moa ny ministeran` i Eoropa sy ny raharaham-bahiny Frantsay sy  ireo manam-pahefana eto an-toerana. Manentana ireo teratany vahiny mba hanaraka ny fitsipika ara-pahasalamana napetraky ny mpitondra eto an-toerana ho fiarovana ny rehetra ny masoivoho frantsay.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitokana-monina 14 andro teny AnosialaMitantara ny raim-pianakaviana iray

Betsaka ireo efa tonga saina amin’ny ady amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina coronavirus eto amintsika ka miezaka ny manolo-tena mba hitokana ho

fiarovana ny ankohonany sy ny mpiara-monina ary ny firenena iray manontolo.

Tsy mahita tory, manonofy ratsy

Raim-pianakaviana iray nifandray tamina mpizahantany vahiny ny 14 martsa teo no fantatra fa nandeha teny Anosiala avy hatrany tsy mba afaka nody sy nanao veloma ireo vady aman-janany akory noho ny fitiavany ny ankohonany sy ny mpiray Tanindrazana aminy. Mafy ilay fitokana-monina raha araka ny fanazavany. Efitrano iray lehibe no hipetrahan’ny olona iray ary tsy misy afa-tsy izy irery no tao anatiny. Matahotra ihany koa anefa raha vao mivoaka satria olona mihiboka avokoa no manodidina ny tena hany ka tonga avokoa ireo karazana tebiteby sy krizy maro samihafa. Amin’ny alina anefa mbola tsy mahita tory ihany koa ny tena hoy hatrany izy no sady manonofy ratsy.

Tebiteby sy adin-tsaina

Voatsakotsako avokoa ny segondra niainany rehetra tao anatin’ny tontolo andro miampy ny tebiteby amin’ny fivoahan’ny valin’ny fitiliana natao. Ny hypocalcemie mantsy no niteraka ny harerahana sy ny maripana niakatra ho 37.8 ◦C nahatonga ity Raim-pianakaviana ity nanana ahiahy tamin’ny fahasalamany saingy ny ampitson'ny nahatongavany teny Anosiala ihany dia nihafana izany ary nidina ilay mari-panany. Ara-dalana ny sakafo raha araka ny fanazavany saingy ny hataon’ireo mpitsabo no misy tsy ara-dalana. Matetika mantsy no tsy tonga izy ireo mandritra ny roa andro hany ka ilay marary indray no voatery miantso raha misy zavatra tsy metimety. Herinandro aorian’ny fitazonana moa dia hafindra toerana ilay olona ahiahiana ka ho an’ity Raim-pianakaviana iray ity dia tany amina hôtely lehibe iray indray no nametrahana azy niandry ilay herinandro faharoa. Nivoaka ihany koa ny valin’ny fitiliana nataony taorian’izany izay samy “negatif” avokoa ka nisaotra an’Andriamanitra izy no sady faly mihaona velona indray miaraka amin’ireo ankohonany ihany koa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fasan’ny karanaOlona maro be tsy tafody noho ny fihibohana

Mipetraka eto Madagasikara ny fahamehana ara-pahasalamana indrindra eto Antananarivo sy Toamasina.

 

Izany hoe tsy azo ivezivezena eo amin` ireo faritany roa ireo. Etsy amin` ny toby fiantsoana Fasan’ny karana ohatra dia an-jatony ireo olona no mihitsoka ao. Maherin` ny 200 ireo tsy misakafo ary tsy manan-kialofana. Misy amin' izy ireo avy any Nosy Be hody an' i Fort Dauphin. Ny ankamaroany dia hihazo ny faritra  Atsimon’ny nosy iny ary maro dia maro izy ireo no efa lany vatsy. Misy ihany koa vehivavy sy zazakely miantsona tsy fidiny etsy amin` ny Fasan’ny karana ary tsy afa-manoatra. Olon-tsotra no manome izay azon'ny omena hanampiana azy ireo mandrapahatapitry ny fihibohana. Miantso fandraisana andraikitrin` ny fanjakana izy ireo.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’i TanjombatoNahazo dabam-pako 20 isa

Ao anatin’ny ady amin’ny valan’aretina Coronavirus hatrany dia nisy omaly ny fanoloran’ny avy eo anivon’ny orinasa SFOI dabam-bako miisa 20 hitandroana ny fahadiovan’ny tanana ao Tanjombato ao.

 

 Kaominina ambanivohitra izay misy ity orinasa ity rahateo moa izany. Araka ny fanazavan’ny ben’ny tanana ao an-toerana, Tovo Rakotojohary, dia zava-dehibe izao fanomezana izao, mba tsy hiparitahan’ny fako eny rehetra eny. Isan’ny misoroka aretina izany, hoy izy, ankoatry ny fanasana tanana amin’ny savony sy ireo toromarika hafa.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra amoron-dalana Miisa 500 ireo nomena fanampiana omaly

Mpivarotra amoron-dalana eny Analakely miisa 500 no nozaraina fanampiana Vatsy aina avy amin’ny fitondram-panjakana tetsy amin’ny ANS Ampefiloha omaly.

 

Tamin’ny 9 Ora maraina no nanomboka ny fizarana ka nampidirina isaky ny vondron’olona miisa 50 mielanelana iray metatra avy mba hisorohana ny fiparitahan’ny valan’aretina Coronavirus, raha ny fanazavana. Ankoatr’izay dia nozaraina fanampiana ihany koa ireo mpivarotra gazety miisa 300 etsy amin’ny Gymnase Ankorondrano. Ny fiadidiana ny repoblika sy ny fikambanana Fitia ary ny ministeran’ny mponina no niandraikitra izany rehetra izany. Somary nahatsikaiky sy naha lasa saina ihany na izany aza anefa ny fandaminana hita teny an-toerana na dia nilamina tsy nisy sahotaka toy ny afak’omaly aza izany satria na dia nirindra aza ny fizarana tao anaty kianja mitafon’ny ANS ary tena nanaja ny 1 metatra mahery dia hita ho mbola somary nitangorona kosa ireo olona niandry teo ivelany. Nandalo teny an-toerana nijery ny fizarana no sady nankahery ireo mpivarotra moa omaly ny filoham-pirenena Andry Rajoelina sy Ramatoa vadiny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana fanampianaNy zokiolona indray no nampiandrasana fotoana maharitra

Tsy mety miala eny amin’ny biraom-pokontany ny ankamaroan’ireo zokiolona eto amintsika izay fantatra fa nataon’ny Filoham-pirenena laharam-pahamehana

 

amin’ny fizarana fanampiana ho an’ireo marefo ao anatin’izao fotoanan’ny fihibohana izao. Taorian’ny teny Sabotsy Namehana dia nahitana izany indray omaly ny tetsy Ivandry. Raha araka ny siosion-dresaka nandeha dia lasa zokiolona 35 isa isaky ny Fokontany ihany sisa no mahazo izany fanampiana izany. Amin’ny ankapobeny anefa dia tsy misy fanavahana ny fizarana ny fanampiana ary efa nambaran’ny filoham-pirenena fa efa fantatra avokoa ireo zokiolona rehetra ary efa mipetrapetraka ny fomba hizarana ny fanampiana. Nohamafisiny ihany koa fa aterina isam-baravarana amin’izay izany hisorohana ny filaharam-be, fandaminana iarahana amin’ny sefom-pokontany tsirairay avy. Ilay fandaminana asa mihitsy araka izany no tsy mety ankoatra ireo mpanararaotra. Antso avo araka izany no hatao amin’ireo tompon’andraikitra mba hanara-maso ireny fanampiana ho an’ny marefo ireny fa tena misedra olana izy ireo.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vidin’entana eny an-tsena Ny vary no tena mbola lafo

Raha tena nanahiran-tsaina ny maro ny fidangan’ny vidin’entana teny an-tsena ny herinandro teo noho ny fisian’ilay tsy fahafahana mivoaka nateraky ny coronavirus dia efa manomboka midina tsikelikely izany ankehitriny.

 

Ankoatra ny vary izay mbola tena midangana eny amina tsena sy mpivarotra maromaro ihanyraha ny eto Antananarivo dia efa nahitana fidinany kosa ny vidin’ireo karazan-tsakafo voalaza fa mampiakatra hery fiarovana. Ho an’ny voasarimankirana ohatra dia efa nidina ho 100 na 200 Ar ny iray raha tafakatra 1.000 Ar teo aloha. Efa lasa mahazo sakamalaho ihany koa amin’izao 200 Ar raha efa tafakatra 8.000 ka hatramin’ny 10.000 Ar ny iray kilao teo aloha. Efa nidina ho 15.000 Ar ihany koa ny iray kilao amin’ny tongolo gasy amin’izao raha efa nahatratra 25.000 Ar teo aloha… Tsy mbola nahitana fidinany kosa anefa ny vidin’ny vary makalioka. Mbola mihenahena hatreo amin’ny 2.800 Ar hatrany mantsy ny iray kilao amin’izao raha efa noferan’ny Ministeran’ny varotra ho 2.100 Ar izany nandritra ny fidinana ifotony sy ny fanentanana nataon’izy ireo. Mbola mijanona ho 2.100 Ar ihany koa ny iray kilao amin’ny vary stock fotsy eny an-tsena. Fanontaniana mipetraka ny hoe : fa resi-tory tampoka ve ny ao amin’ny ministeran’ny varotra no tsy nahavita nanara-maso akaiky ny vidim-bary intsony sa efa niova ny laharampahamehana ? Ekena fa misy ny vary mora saingy tsy ampy ho an’ny rehetra ilay 1.000 Ar isan-kilao.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaHitaky fanampiana ihany koa ny mpitondra Kamiao

Hisy ny hetsika ho tontosain’ireo mpitondra kamiao ao Toamasina amin’ity anio ity, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpampanofa fiaraTafiditra anaty fahasahiranana tanteraka

Velon-taraina ankehitriny ireo mpampanofa fiara tahaka ny eny amin’ireny hotely lehibe mpitondra mpizahatany sy ireo tompona fiara misehatra amin’ny lanonana tahaka ny mariazy (tête de cortège,…) ireny.

 

Tsy misy karama intsony kanefa maro amin’izy ireny no tena manao ho asa fivelomana izany. Mbola tsy voakasika tamin’ilay resaka fanampiana avy amin’ny fitondram-panjakaina ihany koa anefa izy ireo. Ny ankamaroan’ireo fiara miara-miasa amin’ireny hotely lehibe indrindra ireo misehatra amin’ny fizahantany ireny ankehitriny dia efa nanapaka ny fiarahamiasa avokoa noho ny fikatonana. Ho an’ireo tompona fiara mpitondra mpanambady moa dia nilaza fa ny fiandohan’ny taona sy ny faran’ny taona no tena mba ahazoana karama kanefa hatreto dia tsy nampidi-bola noho ny fisian’ny valan’aretina. Andrasana ny mety vahaolana avy amin’ny fitondram-panjakana mahakasika ny olan’izy ireo.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’Antananarivo Renivohitra“Aza korontanina izahay…”

Tsy mety ireny fa manakorontana ny lamina efa napetraky ny tanàna. Iangaviana ny mba tsy hisian’ny fanakorontanana, hoy ny Lefitry ny ben’ny tanànan’Antananarivo

 

Mamy Rajohnson afak’omaly manoloana ny fiantsoan-dRtoa Clémence Raharinirina ireo mpitondra fiarakaretsaka haka ny fanampiana ara-tsosialy avy amin’ny fanjakana. Nokianiny ihany koa ireo lehiben’ny Koperativa. “Message” na hafatra avy amin’ny Kaominina Antananarivo renivohitra (CUA) irery ihany, fa tsy misy ankoatra izay, hoy izy, izay naneho fa mahazo ny anjarany daholo ny rehetra. Samy manana toerana ao anatin’ny Kaominina Antananarivo Atoa Mamy Rajohnson sy Rtoa Clémence Raharinirina, saingy niharihary omaly ny fanebahana nahazo ity farany. Tsy vao izao izany, fa efa nahazo fampitandremana ity lohalisitry ny IRK tamin’ny fifidianana mpanolontsaina ity tamin’ny kihana momba tolo-dalàna mahakasika ny sazy ho an’ny fiarakaretsaka. Ao aminay misy “base des données” satria ny kaominina rahateo mamoaka ny « licence » ho an’ny mpitatitra, toy ny fiarakaretsaka kanefa misy ny hoe : sendika mivoaka avy any mitondra olona, hoy Rtoa Elia Ravelomanantsoa, tompon’andraikitra eo anivon’ny Kaominina Antananarivo nanamafy izany omaly talata, raha nivahiny tamina fampahalalam-baovao iray. Ny « sms » avy aty amin’ny CUA ihany, kanefa misy olona mandefa hafatra hafa any ambadimbadika any. Amin’ny alalan’izay hafatra izay no hiantsoana fa tsy hoe: olona 9000 no hiara-hirohatra. Tahaka izany ihany koa ny an’ny mpanasa lamba, izay lasa fianankaviana manontolo ny sasany, hoy ny fanazavana. Na izany aza tokony harindra sy hazava amin’ny rehetra ny fanampiana. Tsy ny an’ny CUA irery ihany, fa teny Ivandry, ohatra omaly, dia tsy nanaiky niala teo amin’ny toerana firazana fanampiana ny zokiolona. Nisy resaka nilaza fa 35 isam-pokontany ihany no mahazo. Nafana ny adihevitra!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana fanampianaTahaka ny kermesy ny teny Analakely

Mbola niverina indray ny fitangoronan’olombelona maro be tetsy amin’ny lapan’ny tanana Analakely omaly,

 

 resaka fizarana fanampiana ho an’ireo mpitatitra no antony. Asa na diso nandaitra tamin’izy ireo loatra ny tenin’ilay minisitra iray izay, nialohan’ny nahatafidiran’ity Coronavirus ity teto, hoe tsy mafy noho ny Pesta sy kolera io sa tena antony fahasahiranana tokoa ve? Ny any Toamasina mivory foana ireo mpitondra tuk tuk sy cyclo posy. Ny tao Mahajanga koa aza moa dia heno ho nisy toy izany.Tsy misy fanajana ny elanelana iray metatra izany mihitsy .Tokony ho fantatra anefa fa Otrikaretina miparitaka malaky sy ao anaty fotoana tsy voafaritra ny COVID19 amin’ny maha viriosy azy ary izay no tena ahiana hitera-doza raha tsy hitan’ny fitondram-panjakana haingana ny hifehezana io resaka fivorivoriana io. Indrindra moa fa aminn’izao fipoiran’ireo tratr’ilay otrikaretina vokatry ny fifampikasohana izao. Raha sanatria moa any anatin’ireny mpivorivory ireny ka nisy izay antsoina hoe “personne contacte” sendra nifampikasoka na dia olona 1 monja tao anaty fokonolona ao izay dia ahoana? Olona 1 mety hamindra amina olona 10. Olona 10 amina 100 dia toy izany hatrany izy io raha sanatria. Izay no anton’ilay hijanonana any an-trano. Ny kolera sy pesta izay nateraky ny Bakteria sy Mikraoba mety mbola latsaka 50% amin’ny fipariahan’ny viriosy raha betsaka ny fipariahany fa ny viriosy kosa dia tena malaky dia malaky, raha ny fanazavan’ny mpitsabo. Raha hiverenana ny tranga tetsy Analakely omaly dia mbola zava-doza noho ny hita talohan’io ny havorian’ireo mponina haka izato lazaina fa « vatsin’aina ». Mampametra-panontaniana hoe tena hanome vatsin’aina tokoa ve no tanjona sa ny mifanohitra amin’izany sanatria. Tena fanahy iniana atao mihitsy ve ilay tandrevaka sa tena efa tsy fahaiza-mifehy ny toe-draharaha fa raha sanatria nisy 1 monja tokoa aloha no mitondra ilay valan’aretina tamin’ireo mila fanampiana tonga marobe teny an-toerana omaly dia heverina kosa angamba ny fiadidiana an’Antananarivo na ny CUA mihitsy no tsy afa-miala voalohany tamin’ny fanapariahana ity areti-mandoza ity.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjifana herinaratraMihena noho ny tsy fihodinanan’ny Indostria

Taratry ny fandrosoan’ny firenena ny filàna ara angovo misy ao aminy.

 

Amin’izao fotoana izao dia saika mihena avokoa izany noho ny tsy fihodinan’ny Indostria. Ny any amin’ny firenena mandroso tahaka ny any Eoropa dia efa saika nihena avokoa ny filàna noho ny fepetra noraisina momba ny aretina coronavirus. Raha ny tany Frantsa manokana dia tafidina hatrany amin’ny 15% ny fanjifana herinaratra taman’ny herinandro lasa teo. Efa nihena hatrany amin’ny 40% ny vidin’ny Megawattheure izay mbola tsy nisy hatramin’izay. Hisy akony ratsy amin’ireo mpamatsy herinaratra sy entona fandrehitra izany. Nisy ny fanambarana nataon’ny tambajotra misehatra amin’ny fitaterana ny herinaratra tany Frantsa fa ampy ny herinaratra vokarina ary mahasahana izay filàna rehetra misy izay tahaka ny misintona ireo mpanjifa mba hanjifa bebe kokoa. Ampy ihany koa ny tambajotra mitatitra ny herinaratra manerana an’I Frantsa sy ny Eoropa iray manontolo araka ny fanambarana hatrany. Hatreto aloha dia mbola mandeha ireo orinasa tena mila herinaratra matanjaka eto Madagasikara tahaka ireny orinasa afakaba ireny, na dia nihena aza ny isan’ny mpiasa miasa. Amin’izao fotoana izao dia ampoizina ihany anefa ny fidinan’ny fanjifana herinaratra eto satria na ireo banky, na ny mpivarotra maro mampiasa herinaratra betsaka dia ny tapak’andro ihany no tena miasa. Hisy akony ratsy indray amin’ny fampidiram-bola amin’ny orinasa JIRAMA izay efa tanatin’ny fanarenana raha ireo orinasa mampiasa herinaratra ireo no mety hampiato ny asa fanaony. Indrindra moa fa nandray fanapahan-kevitra ny fitondram-panjakana farany teo hoe tsy misy mandoa saran-jiro sy rano aloha tamin’iny volana martsa iny ary rehefa hanefa izany indray dia mbola azo zaraina 5 na 10 mihitsy azan y fandoavana azy.Mety hahafinaritra ny mpanjifa io saingy zava-doza ho an’ny orinasa Jirama ary efa midika ihany koa fa tsy maintsy hamoaka volabe hanohanana ny Jirama ny fanjakana.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

NEW YORKLasa fandraisana marary ny complexe us open

Mba hanampiana ny hopitaly any New York amin’ny fikarakarana ireo olona voan'ny coronavirus dia navadika vonjimaika handraisana an'ireo marary hafa ny "Complexe Us Open" any an-toerana.

 

Nambaran'i Andrew Cuomo Governora any New York fa ity tanàna tantanany ity no ahitana olona mitondra ny tsimokaretina coronavirus be indrindra any Etazonia fa amin'ireo tranga mahatratra 67 000 misy dia ao New York avokoa ny 38 000 amin'izany.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra motoSaika raikitra ny fitsaram-bahoaka

Andro atoandro be nanahary tokony ho tamin’ny 1 ora sy fahefany tolakandro no nitrangan’ny fikasan’ny tovolahy iray saika hangalatra moto tao amin’ny lalam-baovaon’ny fokontanin’i Tanambao V, Toamasina.

 

Nahatsikaritra izany ny tompon’ity moto ity sy ireo mponina tao an-toerana ka avy hatrany dia nanambotra sy saika nanao fitsaram-bahoaka ilay tovolahy. Nirongatra ny hatezeran’ny olona izay efa leon’ny fihibohana an-trano sy ny fahatapahan’ny fiveloman’izy ireo vokatry ny afitsok’ity areti-mandripaka COVID19 ity, raha ny filazan’ny mpampita vaovao azy. Ilay lasibatry ny halatra no nandray andraikitra niaro ity tontakely ity sy namerina nanidy azy tao am-bavahadiny fa raha tsy izany, hoy ny fanazavana, dia efa matin’ny olona teo io olon-dratsy io. Tonga nandamina ny toe-draharaha moa ny mpitandro filaminana ao an-toerana, minitra vitsy tao aorian’izay.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Andro maneran-tany momba ny “autisme”Hiova endrika ny fanamarihana azy

Ny 02 aprily no fankalazana ny andro eran-tany ho fanentanana momba ny ôtisma. Manoloana ny fihibohana na eto Madagasikara na koa any amin` ireo firenena hafa dia miatrika fahasahiranana goavana ireo olona ôtista sy ny fianakaviany.

 

 Ny fikambanana Autisme de Madagascar, tamin` ny alalan` ny filoha mpanorina, Mbolatiana Raveloarimisa, dia nampahafantatra fa noho ny fametrahana ny fahamehana ara-pahasalamana dia foana aloha ny fivoriamben` ny Autisme Océan Indien izay tokony hotontosaina ny 06 sy 07 aprily izao. Marihana fa manana mpikambana mpilatsaka an-tsitrapo misandrahaka amin’ny Faritra 8 eto Madagasikara moa ny fikambanana “Autisme Madagascar”. Nanambara ihany koa izy fa toy ny olon-drehetra dia mila fampiononana sy fahatokisana ihany koa ny olona ôtista sy ny fianakaviany mandritra io fotoam-pihibohana io. Noho izany, manasa ny rehetra, izay maniry hanohana an` ireo ôtista, amin` io andro natokana azy ireo io mba haka sary amin` ny fitafy miloko manga sy hanaparitaka izany amin` ny tambajotra sosialy miaraka amin`ny famantarana “#hafakely”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Resy ny valalabemandry

Roa herinandro latsaka kely izay no nihatra teto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara ny hamehana ara-pahasalamana.

Misy ny fepetra lehibe mihantra amin’ny tanàn-dehibe sasany tahaka ny eto Antananarivo. Tsy afa-mivoaka ny trano ny olona, mikatso ny asa aman-draharaha maro, misy ny zary lasa mitsoaka ny renivohitra mitady vonjy satria eo ny tahotra noho ny fiakaran’ny antontan’isa ho an’ireo voa fa eo ny tsy misy harapaka intsony. Misy ny sokajin’olona nambaran’ny fanjakana fa hotolorana fanampiana ara-tsosialy, ary ny filoham-pirenena mihitsy no miditra an-tsehatra amin’ny fandaminana na koa ny fitsinjarana. Toa mikorontana tanteraka anefa ny fisitrahana izany. Tsy ampahan’olona na vondron’olona manokana no voa sy lasibatra fa ny rehetra. Tsy tokantrano an’aliny vitsy, fa saika ny olona manontolo, ny sehatr’asa rehetra no mikatso eto Antananarivo. Na eo aza aza ny hoe an-jatony miliara ariary mahery ny sandan’ny tsy fandroahana mpiasa ataon’ny orinasa tsy miankina, izay hetra tsy hala alaina amin’izy ireo. Maro anefa ny orinasa re fa efa hiroso amin’ny fampiatoana ara-teknika. Ny 80% amin’ny mponina eto an-tanan-dehibe, dia saika mpanofa trano avokoa, ka aiza no hahita vola amin’ity fikatsoana ity? Maro ny vesatra ho an’ny isan-tokantrano, ary tena satria saika ny hoanina androany tadiavina androany no iveloman’ny ankamaroan’ny olona. Saika miaina sy mivelona amin’ny sehatra tsy ara-dalàna, ary ny filoham-pirenena aza vaky vava amin’io hoe: tokony hisy ny fanisana sy ny antontan’isa mazava sy ny fampidirana amin’ny sehatra ara-dalàna. Asa izay ho fanapahan-kevitra amin’ny faramparan’ity herinandro ity. Raha mijery ny antontan’isan’ireo tratran’ny areti-mandringana, dia hitombo ny fepetra. Raha mijery ny maha-olona, dia ny kibo tsy mba lamosina ary ny tsinay tsy mba vatsy, ka atao ahoana ireo mponina efa noana sy ketraka? Sady resin’ny fahantrana sy fahasahiranana ny Malagasy no tadiavin’ny areti-mandoza tsy mifidy hasiana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Basket-ball - fivorian'ny BC FIBAMaro ireo fanapahan-kevitra nivoaka

Fanapahan-kevitra vitsivitsy no noraisin'ny birao foiben'ny FIBA nivory tamin'ny alalan'ny videoconference niainga avy any amin'ny foiben'ny "Maison du Basketball Patrick Baumann" foiben'ny FIBA maneran-tany tamin'ny faha-26 sy 27 martsa lasa teo.

 

Taorian'ny iray minitra fahanginana ho fahatsiarovana sy ho fanomezam-boninahitra an'i Borislav Stankovic "SG emerite" -n'ny FIBA nodimandry tsy ela izay dia nambara fa i Australie no voafidy handray ny "Coupe du Monde Feminine FIBA 2022" ary any Rosia kosa ny manaraka afaka 2 taona. Nankatoavin'ny BC FIBA ny fanapahan-kevitry ny CIO sy ny komity mpanomana ny JO Tokyo 2020 ny hanemorana amin'ny 2021 an'io lalao olimpika io. Mbola hifampidinihana kosa ny amin'ny fifanintsanan'ny FIBA (3x3 sy lehilahy) hahazoana miatrika an'io JO 2021 io. Mikasika ny basketball 3x3 dia tapaka fa ireo tompon-dakan'ny "Zone Cup" (Continentales) dia tafita avy hatrany hiatrika ny "Coupe du Monde 3x3 FIBA" ary ankoatra ny ekipa handray ny fifaninanana dia anisan'ireo ho tafita koa ireo ekipa tsara toerana amin'ny "FIBA 3x3 Federation Ranking". Nampidirin'ny BC FIBA ho mpikambana vaovao i Richard Carrion sy Andrei Kirilenko. Notanana koa ny fampiatoana tsy ho mpikambana FIBA an'i Mexique. Farany nankatoavin'ny BC FIBA ny toe-bola hanamafisana ny 2019 ary nambara fa miroso tsara ny fanomanana ny "Coupe du Monde FIBA 2023".

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusMitombo hatrany ny tarehimarika

Tafiakatra 50 ny olona mitondra ny tsimok’aretina Covid 19 amin’izao fotoana izao.

 

Nisy 4 vaovao voamamarina fa voa indray mantsy omaly, izay mpandeha tao anatin’ilay fiaramanidina AF 934 avy any Frantsa, raha ny tetitry ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle. Ny 3 dia vazaha monina any Toamasina, ary ny iray dia mbola teratany vahiny ihany fa monina eto Antananarivo. 39 amin’ireo no tsy misy soritr’aretina, raha toa ka ahitana izany kosa ny 11 amin’izy ireo. Misy ny fitiliana lalina kokoa tanterahin’ny Institut Pasteur de Madagascar na ny IPM, fa omaly ihany koa moa no nanomboka ny famerenana fitiliana. Ireo mpandeha tonga teo anelanelan’ny faha 11 -19 martsa ireo hanatanterahana izany amin’ny alalan’ilay “test rapide” izay eo amin’ny 20 minitra eo dia mivaly, ka ny 2 aprily no ho vita tanteraka. Ny hahafahana mitombon-tsaina no tanjona. Vita omaly mantsy fihibohana 15 andro. Ao anatin’izay no ahitana na mitondra ny tsimok’aretina na tsia, hoy ny Filoha Rajoelina teny amin’ny CCI Ivato toerana nanaovana ny fitiliana.

“CAS POSITIF” vaovao miisa 7

Miisa 731 ny fitiliana vita omaly, ka nisy olona 4 nitondra ny Covid 19 teny amin’ny CCI Ivato, ary ny 1 teny amin’ny Jumbo Score Ankorondrano. 588 ny isan’ny fitiliana teny amin’ireo toerana nanokanana ny mpandeha toy ny CNaPS, ka 2 tamin’izy ireny no nitondra. Olona vaovao miisa 7 indray izany no voan’ny Coronavirus taorian’ny fitiliana  omaly, ka raha atambatra amin’ireo 50 voalaza etsy ambony izany, dia manome 57. Fantatra anefa araka ny fanazavana azo teny amin’ny CCO COVID 19 Ivato omaly hariva fa mbola hamarinina eny amin’ny institut Pasteur ireo “cas Positif” miisa 7 voalaza etsy ambony ireo vao atsofoka ao anatin’ny antontan’isa.

Sary 1: Nandritra ny fitiliana natao omaly teny Ivato

ANKININA AMIN’ANDRIAMANITRA

Nanamafy ny tokony hijanonana any an-trano ny Filoham-pirenena, ary ankinina amin’Andriamanitra ny momba antsika, hoy ny Filoham-pirenena. Aorian’ny fivalian’izay fitiliana izay, ka raha voamarina fa tsy mitondra ny tsimok’aretina ireo olona ireo, dia homena ny taratasy manokana maneho ny fahavitany ny fitokana-monina, ka hiverina eny amin’ny fiarahamonina. Raha “negatif” ny valiny dia mazava fa mbola tsy nidirany ary tsy mitondra ny coronavirus velively ny olona iray vita fitiliana iray.

FITILIANA SAMY HAFA

Misy mampiavaka azy  ny fitiliana haingana  naTest de diagnostique rapide (TDR)  sy ny fitilianana anaty laboratoara eny amin’ny Institut Pasteur de Madagascar (IPM)  . 20 minitra dia vita ny fitiliana atao amin’ny alalan’ny TDR  ary mety olona 1000 no vita indray andro . 4 ka hatramin’ny 6 ora kosa no mivaly ny fitiliana atao eny amin’ny IPM, ary mety ho iray andro aza. 150 hatramin’ny 200 raha be indrindra isan’andro ny fitiliana vita, ka nahatonga ny fanjakana hampanofana ireo “bilologiste” Malagasy nambara fa hofanina, ary hisy ny laboaratoara hatsangana, ka 1000 isan’andro ny fitiliana mety ho tratra amin’izany. Azo adika io fa mbola ho elaela izany vao hifarana ity raharaha coronavirus ity. Ny olona hanaovana ny fitiliana haingana dia ireo efa misy soritr’aretina 7 ka hatramin’ny 14 andro no hitany, raha toa ka mety hatrany na olona salama tsara aza ho an’ny eny amin’ny IPM.

 

Toky R

La Vérité0 partages

Football - Futur équipementier des Barea - Que la Fédération fasse machine arrière !

Seuls les imbéciles ne changent pas. La Fédération malagasy de football (FMF) est censée être dirigée par des personnalités supposées intelligentes, il n’y a ainsi aucune raison pour qu’elles ne reviennent pas  sur leur décision d’octroyer à TED Holding le statut d’équipementier des Barea de Madagascar. Aucun contrat, en principe, n’est signé jusqu’à maintenant avec cette société mais les points faibles de celle-ci, dévoilés au public, devront faire réfléchir plus d’un membre du comité exécutif à ne pas se verser dans le ridicule et dans le déshonneur.

En effet, comment accepter qu’une société se disant équipementier mais qui ne l’est pas finalement et n’ayant pas de notoriété, ne serait-ce qu’au niveau local, puisse « habiller » une sélection nationale quart de finaliste d’une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations. En cautionnant une telle mascarade, la FMF met la barre au bas de l’échelle et revoit à la baisse ses ambitions sur les Barea de Madagascar en lice aux éliminatoires de la CAN 2021, en tête de leur poule, actuellement, et en course également pour le Mondial 2022 à Qatar.

Les articles de la presse concernant TED Holding sont loin d’être un acharnement mais une interpellation pour éviter une grossière bourde de la FMF. Jugez-en. TED Holding se dit équipementier est pourtant ses activités consultables sur le site de l’EDBM le désavouent. Même la date de sa création au mois d’octobre dernier, soit quelques mois après l’arrivée de la nouvelle équipe de la FMF, crée des doutes. Elle pourrait être créée en vue de l’appel d’offres dont l’issue serait connue d’avance. Sinon comment expliquer cet engouement de la majorité des membres du comité d’évaluation des offres reçues à lui attribuer les meilleures notes et ce devant un équipementier de renommée mondiale, MACRON. Le fait d’avancer un chiffre d’affaires de 10 millions d’Euros, dès la première année du contrat, s’avère farfelu. On peut bien rêver mais les yeux ouverts et les pieds sur terre. TED Holding n’a habillé aucun club, aucune équipe et encore moins une sélection régionale. De quelle marque va –t-il mettre à la disposition des Barea ? Comment ainsi lui faire confiance pour habiller la sélection nationale et de commercialiser les dérivés tout autour ?

TED holding, d’après les documents en notre possession, est une filiale de Mart trading et consulting dont le comme nom commercial est Aiko négoce et conseil. Cette société, qui vend de boissons en gros, est basée à…Mayotte, plus précisément au 304 RUE HACOMBA BANDRABOUA et elle a comme principal dirigeant Tafika Rakotondrahaso, qui est également le boss de Ted Holding dont le siège se trouve du côté d’Ambohitrarahaba.

Il est temps maintenant de mettre fin à la mascarade et d’annuler cet appel d’offres et les résultats. Des sérieux candidats connus mondialement et réalistes dans leurs projections figurent sur la liste, à charge aux membres de la FMF de faire le tri, en leur âme et conscience, et de désigner l’équipementier des sélections nationales. Les Barea méritent mieux !

Rata

La Vérité0 partages

Soutien à la lutte contre le coronavirus - Une réduction d'impôt pour les entreprises donatrices

Un coup de pouce pour le secteur privé. Le Gouvernement favorise les entreprises qui œuvrent dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Après l'annonce d'un vaste et généreux Plan d'urgence sociale par le Président de la République, les autorités ont lancé un appel à la solidarité à l'endroit du secteur privé. Afin de motiver les entreprises, les dépenses complémentaires ou dons utilisés directement dans la lutte contre le Covid-19 seront déduits de l'impôt sur le revenu. « C'est une mesure exceptionnelle en cas de catastrophe ou état d'urgence. Auparavant, le Fisc accepte uniquement les charges normales dans la déclaration comptable des entreprises. Les dons n'étaient pas déductibles également », explique Germain, directeur général des Impôts, hier.

 

Toutefois, la déductibilité de ces dépenses sociales doit s'effectuer dans le respect des conditions. « Ces dépenses doivent être engagées au cours de l'exercice de l'effectivité de la lutte contre le Covid 19 et appuyées par des factures régulières établies au nom de l'entreprise, en suivant le Code général des impôts. Elles sont transcrites et comptabilisées dans les livres comptables tenus par les entreprises. Pour les entreprises donatrices, la remise doit avoir fait l'objet d'un bon de livraison et d'une attestation de réception délivrée par l'une des autorités chargées de la coordination de la lutte contre le coronavirus, à savoir le Centre de commandement opérationnel Covid-19, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) ou le Comité de vigilance au niveau des Districts ou des Communes », souligne le DG.

Il faut dire que les dons livrés auprès des autorités chargées de la coordination de la lutte contre le coronavirus se sont multipliés depuis mardi dernier. Le Groupe Star a produit et a offert 1 million de bouteilles d'eau. Le Groupement des exportateurs d'huiles essentielles de Madagascar a fait un don de 100 000 euros. La compagnie minière d'Ambatovy a également apporté sa part, hier au BNGRC Tamatave.

Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

BNGRC de Toamasina - Des produits de première nécessité offerts par Ambatovy

La contribution de tous est la bienvenue. Aujourd'hui, le monde fait face à une importante crise sanitaire. De ce fait, tout le monde doit s'engager pour que toute la population mondiale, et en particulier la population malagasy, puisse vaincre ce virus, d'où la multiplication des dons faits par des entreprises engagées dans cette cause commune. Dans ce contexte, l'industrie minière Ambatovy a ainsi offert des produits de première nécessité (PPN) pour appuyer le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) de Toamasina.

« Veiller à la santé et à la sécurité des employés, mais surtout celles des communautés, figure parmi nos priorités absolues. Le BNGRC figure parmi les principaux acteurs luttant contre la propagation de coronavirus dans le pays. Il a besoin de soutien pour mener à bien ses activités », ont soutenu les responsables au niveau d'Ambatovy. Cette compagnie minière a ainsi remis au BNGRC dix sacs de riz de 50 kg et vingt-huit bouteilles d'huile. Une contribution qui devrait permettre à ce bureau de mieux se préparer et mieux répondre à certains besoins face à la propagation du Covid-19. Il ne faut pas oublier que le dispositif le plus efficace pour combattre cette pandémie reste la prévention. Il est donc important de soutenir toutes les actions y afférentes.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Coronavirus - Le TDR n'est pas suffisant

7 cas positifs ont été détectés, hier, durant le dépistage massif du Covid 19, pour les passagers en provenance de l'étranger, ayant voyagé sur les vols du 11 au 15 mars 2020. Cependant, d'après le Professeur Zely Randriamanantany, premier responsable du centre de Test de diagnostic rapide (TDR) au CCI Ivato, ce test n'est pas suffisant pour confirmer que ces passagers sont atteints ou non du coronavirus. Certes, la période d'incubation de la maladie, qui est de 7 jours est déjà dépassée, et ils ne sont pas malades. « Ces personnes sont peut-être testées positives, mais seules les analyses PCR (réaction en chaîne par polymérase) effectuées par l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM) peuvent confirmer si ces passagers sont atteints  ou non par la maladie. Une analyse PCR recherche le virus », explique-t-il.

 

En effet, ces passagers devront refaire le test. Et s'il s'avère négatif, la personne concernée peut rentrer chez elle, mais devra poursuivre le confinement comme tous les autres citoyens. Le Professeur d'avancer que le TDR est réalisé afin de savoir l'individu testé n'a jamais été en contact avec le coronavirus ou dans le cas contraire, son corps a produit d'anticorps, résistant à la maladie. Cela signifie que le virus est bel et bien entré dans son corps mais n'a pas développé aucun symptôme, et que sa défense immunitaire a ainsi éliminé le virus.

Pour les passagers testés positifs durant le dépistage massif de Covid-19, un prélèvement nasal sera envoyé à l'IPM pour une analyse PCR.

« Si ce test s'avère positif, on pourrait ainsi dire que le patient est atteint du coronavirus. L'individu sera donc de nouveau mis en quarantaine comme les autres malades et poursuit un traitement », poursuit le Professeur. Hier, 925 passagers ayant débarqué par les vols du 16 au 18 mars ont subi un TDR au CCI d'Ivato ou au Parking du Jumbo Score à Ankorondrano. Parmi ces passagers, on a recensé 4 cas positifs.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - 4 nouveaux sujets contacts confirmés

Le nombre des personnes contaminées en étant en contact avec les passagers positifs au Covid-19, suite à une analyse effectuée par l'Institut Pasteur de Madagascar, s'accroit. Au cours de ces dernières 24 heures, plus précisément entre mardi après-midi et mercredi à 12 heures, 4 autres sujets contacts, tous de nationalité malagasy, viennent se rajouter aux deux autres identifiés la semaine dernière. Selon le Professeur Vololontiana Marie Hanta, hier lors du rapport récapitulatif de 13 heures à la Télévision nationale malagasy (TVM), il s'agit de deux hommes âgés respectivement 30 ans et 49 ans, un adolescent de 13 ans, et une femme de 43 ans.

Les trois nouvelles contaminations sont identifiées à Antananarivo, tandis que le quatrième, étant d'ailleurs le seul symptomatique, est localisé au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Morafeno, Tamatave. « Ces quatre cas confirmés ont contracté le coronavirus par les proches du touriste ayant séjourné à Madagascar dernièrement. Même si  trois d'entre eux sont asymptomatiques, la recherche élargie, classée primordiale et qui a été mise en place, a permis de les identifier. Et actuellement, ils sont placés en isolement et  bénéficient d'un traitement au coronavirus », explique la doyenne de la Faculté de médecine et non moins porte-parole du CCO-Covid-19.

6 sujets contacts confirmés

Les chiffres arrêtés hier vers 13 heures indiquent 54 cas confirmés. D'après les explications de la porte-parole dudit centre, 6 d'entre eux sont des sujets contacts. « L'apparition des sujets contacts positifs au coronavirus ne doit pas nous déstabiliser. Au contraire, cette situation doit renforcer l'application des mesures de confinement  et/ ou les dispositifs mise en place pour éviter la propagation de cette pandémie », poursuit le Professeur Vololontiana Marie Hanta.

Par ailleurs, les 7 cas positifs identifiés au Test de Diagnostic rapide (TDR) au Centre de conférence international d'Ivato et au Jumbo Score Ankorondrano, ainsi qu'au niveau des centres de mise en quarantaine - à savoir les hôtels et la CNaPS Vontovorona,  mardi dernier, ne sont pas encore comptabilisés. Leur contamination au coronavirus ne sera officialisée qu'à l'issue des analyses effectuées au sein de l'Institut Pasteur de Madagascar (IPM).

K.R.

La Vérité0 partages

Collision à Tsarasaotra Imamba - Une personne tuée, deux autres grièvement blessées

Les images atroces montrant ces véhicules réduits en un amas de tôles froissées, parlent d'elles-mêmes. Il s'agit de cet accident survenu vers 16h mardi dernier sur la voie rapide située au niveau  de Tsarasaotra, sur l'Imamba, et qui a coûté la vie à une personne, mais aussi  occasionné de graves blessures sur deux autres. Les faits. Un véhicule tout-terrain de marque Nissan AX était entré en collision avec un minibus Mercedes Sprinter.

 

De sexe masculin, la personne qui a perdu ainsi  sa vie, se trouvait à bord de ce 4x4. Selon la Police, le conducteur du Sprinter ainsi qu'un passager du minibus ont été blessés dans cet accident. Ces derniers avaient été déjà évacués dans un hopital situé au cœur de la capitale, et ce, bien avant même l'arrivée de la Police pour faire le constat.

D'après la Police, la Nissan, pour une raison inconnue, avait d'abord percuté une borne qui borde la chaussée sur sa droite avant qu'elle fût déportée violemment sur l'autre côté pour cogner ensuite le minibus.

Cet accident, la énième du genre à survenir sur ce même axe, est sans doute l'un des plus violents qu'on puisse enregistrer. Il y a à peine deux semaines de cela, deux occupants d'un taxi Renault Super 5 y ont également perdu la vie dans des circonstances particulièrement tragiques. La petite berline qui a transporté trois personnes, s'était télescopée de front avec un minibus qui a transporté des personnes qui rentraient d'un enterrement. Le résultat fut effroyable : le taxi fut complètement endommagé et il a même fallu extirper les corps des victimes des décombres avec l'aide des sapeurs-pompiers.

Cette série d'accidents prouve que beaucoup d'usagers font preuve de négligence et d'une imprudence probante. Beaucoup reprochent à certains automobilistes de ne pas modérer leur allure alors que c'est souvent un excès de vitesse qui serait à l'origine de ces drames. Depuis le mois de février dernier, les accidents ne se comptent plus sur cette voie rapide qui supplante désormais le By-pass sur le nombre d'accidents qui y sont survenus.

Franck R.

La Vérité0 partages

Toliara II - Un cash-point attaqué, plusieurs coups de feu entendus

La Police a arrêté deux suspects dans le District de Toliara II. Ils venaient de perpétrer une attaque à main armée mardi dernier dans le quartier de Besasavy Maninday, Commune rurale de Mitsinjo Betanimena. Tout a démarré par l'alerte donnée par le « fokonolona » local à la Force d'intervention de la Police (FIP) ainsi qu'au Commissariat central de Toliara à propos d'un assaut de bandits ayant ciblé un cash-point situé dans le secteur sus-mentionné.

 

Lorsque la Police a débarqué sur les lieux, les assaillants, au nombre de deux et qui portaient chacun un revolver, selon des témoins, étaient déjà loin. Ils ont emporté dans leur fuite la somme de 117 600 ariary ainsi que 6 téléphones portables. Pour terroriser les riverains, les agresseurs ont fait tonner leurs armes. Les Forces de l'ordre ont parlé d'au moins 7 coups de feu.

Mais cela n'a pas empêché la FIP ainsi qu'une partie du « fokonolona » de se lancer aux trousses des fugitifs. Finalement, l'un d'eux fut arrêté avec la somme d'argent volé ainsi que les téléphones à Ambolofoty. De plus, le suspect a caché son revolver dont le magasin était vide, sur lui.

De leur côté, les éléments du Commissariat central et des riverains ont également capturé vivant l'autre fugitif. Durant l'audition des suspects, ils ont révélé que l'un des revolvers qu'ils ont utilisé dans ce forfait, appartiendrait à un agent des Forces de l'ordre, qui a perdu l'objet en 2017.

Enfin, l'un des suspects a dû être évacué à l'hôpital à cause de ses blessures lors de la course-poursuite à laquelle il s'est livré avec le « fokonolona » et son arrestation. L'enquête suit son cours.

F. Roland

La Vérité0 partages

Coronavirus - Le Président a confiance en la capacité du pays à maîtriser la pandémie

Le Président de la République a affiché sa confiance en la capacité de l’Etat à ramener sous contrôle la situation du nouveau coronavirus (Covid-19) dans un proche avenir. " Les mesures prises pour combattre le coronavirus ont jusqu’ici été efficaces (…) Un traitement d’attaque est administré aux patients atteints du coronavirus ", a-t-il indiqué lors de son allocution télévisée d’hier, sur les mesures de prévention contre le Covid-19.

 

" L’objectif pour les douze prochains jours sera la guérison du plus grand nombre de malades  ", a affirmé le Chef de l’Etat, et rajoutant que « Tous les patients sont à l’heure actuelle stabilisés, l’état de plusieurs d’entre eux va en s’améliorant. Prions pour qu’aucun malade n’atteigne le stade final de la maladie ».

Il précise ainsi être confiant quant au fait que jusqu’au 4 avril prochain, date de fin du confinement, Madagascar ne devrait pas atteindre le stade 2 de la pandémie, grâce à la stratégie mise en œuvre. Si les cas importés semblent être maîtrisés par l’Etat, le Président de la République appelle à la vigilance accrue par rapport aux cas contacts. Hier, le Chef de l’Etat a notamment évoqué le cas d’un étranger ayant transmis le virus à deux personnes de son entourage.

Le locataire d’Iavoloha raconte également le cas d’un jeune garçon de 13 ans qui a contracté le virus par un de ses proches, une marchande d’Isotry, qui a elle-même contracté le virus depuis un étranger contaminé venu dans son commerce. Le Président raconte également le cas d’une femme qui se serait enfuie par la découverte de sa positivité au coronavirus, précisant que des enquêtes seraient en cours à l’heure actuelle dans l’entourage de cette personne pour détecter d’éventuels cas contacts supplémentaires.

Face à la menace présentée par ces cas contacts, Andry Rajoelina lance un appel à toutes les personnes présentant des symptômes du coronavirus,  dans les localités où des cas contacts y ont été signalés notamment Antsirabe, Toamasina et Antananarivo, à se présenter immédiatement auprès des hôpitaux. Le Chef de l’Etat indique que le bilan final sera effectué le 4 avril. La décision de prolonger le confinement partiel, de décréter un confinement total, ou de prendre des décisions nouvelles, sera annoncée à cette date.

« Il est encore trop tôt pour en parler », dit-il tout en précisant qu’il se réunira avec les professeurs, les entreprises privées, les représentants des divers secteurs d’activité, avant de prendre la décision finale.  Andry Rajoelina a également annoncé durant son allocution la dotation de un ou de deux masques de protection pour chaque foyer, afin de freiner la propagation de ces cas contacts. Pour ce faire, l’Etat va négocier avec les sociétés qui peuvent confectionner les masques sur place.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Madagascar face au coronavirus - Le SEFAFI interpelle sur les défaillances du système

Comme à chaque période marquante de la vie de la Nation, l'Observatoire de la Vie publique (SEFAFI) a de nouveau émis une analyse de la situation. Cette entité aborde, cette fois - ci, les réalités derrière la lutte contre le Coronavirus. Pour cet observatoire, le Covid-19 est « révélateur de l'injustice sociale ». D'emblée, le SEFAFI rappelle les dispositions prises par l'Etat sous forme de Plan d'urgence sociale. Des mesures destinées à soulager l'absence de rentrée d'argent quotidienne pour les couches les plus vulnérables qui sont touchées par la décision de confinement. « Ces mesures semblent tomber sous le sens. Pourtant, la réaction d'une partie de la population, notamment dans les centres urbains et leurs périphéries donnent à réfléchir », souligne le SEFAFI.

 

Cet observatoire évoque l'ombre d'une crise sociale et économique qui pourrait affecter le pays, et souligne au passage la défaillance du système de santé à Madagascar. En prenant l'exemple de la ruée des citoyens vers les pharmacies, dans la nuit de l'annonce des premiers cas de Covid-19 à Madagascar, le SEFAFI y décèle une preuve de l'existence d'un énorme fossé social creusé par un système de santé qui fragilise les plus démunis.

Responsabilisation et prise de conscience

Du point de vue social, le SEFAFI ne manque pas de faire un gros plan sur la précarité sociale vécue par une grande partie de la population, au quotidien. Une triste réalité qui ne date pas d'hier, et que l'Etat tente de pallier.  « La crise du Coronavirus est devenue le révélateur puissant de la précarité dans laquelle vit la majorité de nos concitoyens. (…) les couches sociales les plus défavorisées  en concluent que le virus a été importé par les privilégiés », souligne l'analyse de l'observatoire. Tout n'est pourtant pas perdu.

Il appelle à la recherche de  « solutions locales » avec la participation de la Société civile (enseignants, commerçants, fonctionnaires, jeunes, religieux, etc.) afin d'impliquer et responsabiliser tous les acteurs dans le processus de la prise de décision. En vue d'assumer les contraintes liées aux mesures de l'Etat pour

endiguer le virus, la prise de conscience de chaque citoyen est nécessaire. Sur cette lancée, le SEFAFI estime que Madagascar, au même titre que le reste du monde, se trouve désormais face à une opportunité de reconsidérer ses priorités en mettant l'accent sur la justice sociale et l'équité des droits pour tous.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Route de Tsarasaotra : Trois blessés graves dans la collision entre un Sprinter et un 4X4

Un terrible accident est survenu sur la rocade reliant Ivato à Tsarasaotra ce mardi 31 mars 2020 vers 16 heures. Un 4X4 Nissan AX ayant deux personnes à son bord est entré en collision avec un minibus Sprinter, transportant le personnel d’une compagnie aérienne, et roulant en sens inverse après avoir heurté un borne installée sur le côté droit de la rue. Le choc a sérieusement endommagé, voire détruit les deux voitures. Le Sprinter transportait quatre employés quand l’accident a eu lieu. Selon le constat effectué par la police, un passager du minibus et les deux personnes dans le 4×4 ont été grièvement blessés. Ils ont été évacués d’urgence à l’hôpital. Selon la police, c’est l’excès de vitesse qui a été à l’origine de la tragédie. 

T.M. 

Midi Madagasikara0 partages

Exploitation de bois protégés : Un menuisier devant la justice à Morondava

Une affaire d’exploitation de bois « arofy » est en cours d’enquête auprès du tribunal de Première Instance de Morondava depuis lundi dernier. Celle-ci porte sur 200 planches de bois « arofy », appréhendées par la Direction Régionale de l’Environnement et du Développement Durable (DREDD) dans une menuiserie sise sur zone limitrophe des zones de mangrove. Les « arofy » font partie des bois interdits d’exploitation et de coupe selon une note ministérielle du 29 janvier 2019. Une disposition qui reste toujours en vigueur. Munie d’un mandat de perquisition délivré par le Procureur de Morondava, la DREDD a saisi, le 21 mars dernier, les 200 planches à l’aide des gendarmes de la localité. Arrêté, le menuisier responsable est dans une procédure judiciaire, depuis lundi. Au siège du ministère de l’Environnement et du Développement durable, on salue une telle initiative marquant la détermination des démembrements  de ce département de protéger nos ressources naturelles. Une affaire à suivre de près.

Recueillis par T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le COVID-19 : mélange de pression et de persuasion

(Vision) « Chi va piano, va sano ». Ce proverbe italien traduit parfaitement la situation prévalant en ce moment dans le cadre de cette lutte contre le COVID-19. La volonté des autorités sanitaires ne fait pas de doute. Les mesures prises sont justifiées, mais elles peinent à être appliquées à une partie de la population empêtrée dans sa lutte pour la survie quotidienne. Mais à force de persuasion et de mesures d’accompagnement, les responsables arrivent lentement mais sûrement à leur fin. La nécessité des mesures barrières est répétée, mais elles ne sont pas appliquées par tous pour le moment. Mais la grande majorité finira par en accepter le principe. Ce sera un grand pas de fait pour nos responsables, qui vont continuer à franchir d’autres étapes nécessaires dans la lutte contre l’épidémie.

Lutte contre le COVID-19 : mélange de pression et de persuasion

Le confinement et les mesures barrières font partie des éléments les plus importants de la lutte pour maîtriser la propagation du COVID-19. Ils doivent s’imposer à tout le monde. Mais, comme nous l’avons dit à maintes reprises ces derniers jours, la couche de la population la plus vulnérable ne s’y plie pas de bonne grâce. L’État combine donc les moyens de pression et la persuasion. La présence des forces de l’ordre n’empêchent pas le petit peuple de sortir pour chercher sa pitance quotidienne. Le chef de l’État a bien compris qu’il fallait combiner pression et mesures d’accompagnement. C’est la raison des distributions de vivres et d’aides financières aux différentes catégories sociales pénalisées par ces mesures de confinement. La lutte contre le COVID-19 n’est pas prête de s’achever. Les responsables le disent à demi-mot. Le nombre de cas de contamination va certainement augmenter, mais les moyens mis en œuvre vont être adaptés à la situation. Dès à présent, les dépistages vont se multiplier avec l’installation de nouveaux laboratoires. L’avenir n’est pas encore écrit. Le point sera fait le 4 avril prochain. Mais le réalisme nous fait dire qu’on n’est pas prêt de sortir de la période du confinement.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Andohatapenaka : Voasakan’ny jiolahy amin’ny basy ireo mpitondra môtô

15 minitra alohan’ny hitsaharan’ny « couvre feu » omaly maraina, tetsy Andohatapenaka. Tsy mpitandro filaminana no manakana ireo olona tsy hivezivezy teny amin’iny faritra iny fa jiolahy … mitam-basy ! Tokony ho tamin’ny dimy ora latsaka fahefany maraina, akaikin’ny toby fivarotan-tsolika iray teny amin’ny gare routière Maki, lehilahy roa, ny iray manao saro-tava ary ny iray mitondra basy poleta no manakana izay olona sy mpitondra môtô mandalo. Mpiasa eny an-toerana nahita ny zava-nitranga no nampilaza avy hatrany ny pôlisy. Tsy niandry ela fa nidina avy hatrany teny an-toerana ireto farany nanamarina ny zava-nisy. Tamin’ny fotoana nahatongavan’izy ireo teny no nahitàna olona mbola mifamaly. « Lehilahy iray nandeha moto no nosankasain’ireto jiolahy ireto ka nambana’izy ireo tamin’ny basy vita gasy. Nanohitra anefa ity lehilahy nandeha moto ity ka novelesiny tamin’ny « casque » ilay basy ary latsaka tamin’ny tany » hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny Sampana misahana ny serasera eo anivon’ny pôlisim-pirenena.  Ireo jiolahy kosa, raha vao nahita ireo polisy nanatona azy ireo dia rafitra nitsoaka ireo olon-dratsy, izay tsy nahazo na inona na inona tamin’ity lehilahy voatafika ity. Marihana hoy ny vaovao fa tsy nisy akory ny fanapoahana basy teny an-toerana ka noho izany tsy nisy ny naratra na ny namoy ny ainy. Voamarina ihany koa, raha ny fanazavàna hatrany fa tsy nisy bala ilay basy poleta vita gasy latsaka teny an-toerana. Efa mandeha moa ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo olon-dratsy mpanao fanafihana mitam-piadiana ireto.

m.L