Les actualités Malgaches du Jeudi 01 Mars 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara374 partages

Jirama : Coupure d’eau à Toliara depuis quatre mois

Les gens font la queue à partir de 21 heures pour s’approvisionner en eau auprès d’une borne-fontaine de Sanfily.

La population résidant dans plusieurs quartiers de la commune urbaine de Toliara, district de Toliara I dans la région Atsimo Andrefana, souffre d’une coupure d’eau de la Jirama depuis le 17 novembre 2017, soit près de quatre mois.

Selon les explications de l’adjoint au Maire en charge de l’urbanisme de cette collectivité territoriale décentralisée, les habitants de la ville ne peuvent s’approvisionner en eau potable que vers 20 heures jusqu’à cinq ou six heures du matin. En revanche, l’eau du robinet coule vers deux heures jusqu’à quatre heures du matin et  parfois c’est complètement à sec, d’après les témoignages locaux. Les gens commencent à faire la queue en plaçant leurs bidons auprès des bornes-fontaines publiques à Sanfily Ambahiboho et à Sanfily TSF Nord, entre autres, à partir de 20 heures ou 21 heures.

Détérioration des pompes. Un bidon de 20 litres d’eau coûte ainsi entre 100 Ariary et 200 Ariary. Mais il y a ceux qui font de la spéculation en vendant le même bidon à 500 Ariary, et ce, sous forme de service rapide, a-t-on appris de source locale. Notons que plusieurs quartiers sont touchés par cette coupure d’eau de la Jirama pour ne citer que Toliara centre, Antaninarenina, Andaboly et Sanfily, Ampasikibo, Tanambao, Tsianaloka et Tsimenatsy. Il en est de même dans le quartier d’Andakoro, commune rurale de Betsinjaka dans le district de Toliara II. De nombreux ménages prennent le cyclo-pousse pour s’approvisionner en eau à la rivière de Fiherena, selon toujours les témoignages locaux. « Cette perturbation de l’alimentation en eau potable est due à la détérioration des pompes servant au forage de la Jirama. Seules deux sur les quatre pompes sont fonctionnelles. Du coup, notre production s’élève à 10.400m3 par jour face à un besoin de 12.000m3 par jour. Ce qui a provoqué cette coupure d’eau dans certains quartiers. Une nouvelle pompe venant d’Antananarivo est arrivée hier à Toliara afin de remplacer celle hors d’usage. Cela devra être opérationnel ce jour. Ce qui permettra d’éliminer ce gap car elle pourra produire 3.600m3 », a expliqué M. Betsileo, un responsable de la Jirama à Toliara.

Rénovation des réseaux. Par ailleurs, des travaux de réhabilitation et de rénovation des réseaux de distribution de la Jirama par le biais de l’installation de nouveaux pipelines sont en cours. Ce projet sera réalisé dans le cadre de la mise en œuvre du programme PIC (Pôle Intégré de Croissance), dans sa phase II, et qui est financé par la Banque mondiale. « Une autre pompe sera mise en place pour assurer le 4e forage de la Jirama. On pourrait procéder aux essais techniques à partir de ce jour », a fait savoir un responsable au sein du programme PIC. Ce problème de coupure d’eau pourrait être ainsi résolu à compter de ce soir, selon la Jirama.

Navalona R.

Midi Madagasikara268 partages

Musique classique : Natacha Rajemison et Clarck Rajaona au Louvre

Natacha Rajemison, une valeur sûre du chant classique malgache.

Dorénavant, la musique classique gagne de plus en plus le cœur du large public. Cet enthousiasme pousse les professionnels comme Natacha Rajemison à s’ouvrir de plus en plus en multipliant les scènes. La soprano reviendra vendredi au Louvre Antaninarenina  à la conquête de ces noctambules. Pour ce faire, elle sera accompagnée par le pianiste Clarck Rajaona, une autre valeur sûre du piano malgache.

Si la chanteuse lyrique n’est plus à présenter, Clarck Rajaona est un grand habitué dont le talent n’a rien à envier aux autres. Se baignant dans le monde de la musique classique depuis des lustres, il s’avère être un accompagnateur par excellence et non moins enseignant de piano bien connu. Pour l’occasion, les deux artistes seront accompagnés par l’ensemble vocal Cantiamo.

Zo Toniaina

News Mada251 partages

Ravalomanana Marc : “ho kandidà aho…”

 Nanala ny ahiahin’ny maro ary mbola  nanamafy. “Tsy azo ihodivirana ny haha  kandidà ahy amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy  izao”, hoy ny filoha  teo aloha, Ravalomanana  tany  Imerintsiatosika, omaly. Nampahafantarina voalohany ny loka azony, amin’ny maha voalohany azy aty Afrika eo amin’ny fitarihana politik “Leadership political”  koa izany. “Anisan’ny nahazoako ity amboara ity ny vahoaka malagasy eo amin’ny fomba fitarihana. Maro anisa koa ny  tantsaha ka rariny raha any ambanivohitra ny nanehoako  izao loka lehibe azontsika izao”, hoy izy nitafa tamin’ny vahoaka. Avy any Ambohimandry Imerintsiatosika rahateo ny tanindrazan’ny ben’ny Tanànan’Antananarivo,  Ravalomanana  Lalao.  Mbola hoentina mitety faritra maro izany laza lehibe ho an’i Madagasikara sy ny vahoaka izany araka ny nambarany. Ahitana lelafo ilay amboara ka nilazany fa hitondra fahazavana izany.   Nialoha izany, niantsena sy nitafa mivantana amin’ny vahoaka tahaka ny efa mahazatra azy Ravalomanana.

Synèse R.

Midi Madagasikara196 partages

Procureur Général de la Cour Suprême : Le SMM s’insurge contre un limogeage illégal

Fanirisoa Ernaivo dénonce un limogeage contraire aux textes en vigueur.

Une fois de plus encore, la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine est pointée du doigt par ses pairs.

Arbitraire. C’est ainsi que le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) considère le décret d’abrogation de la nomination du Procureur Général près la Cour Suprême, Ranary Robertson Rakotonavalona pris par le Conseil des ministres de mardi dernier. Pour l’heure, le nom de son remplaçant n’est pas encore connu. Quoi qu’il en soit, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) s’insurge contre « une décision illégale ». Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Analamahitsy, Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat des magistrats a dénoncé « une ingérence de l’Exécutif dans les affaires de la Justice ». « Une fois de plus encore, l’indépendance de la Justice est complètement bafouée car le poste de Procureur Général près la Cour Suprême ne constitue ni un poste politique ni un haut emploi de l’Etat », a-t-elle martelé. En effet, si l’on se réfère à l’article 16 de la loi n°2007-039 du 14 janvier 2008 relative au Conseil Supérieur de la Magistrature, « Le Conseil Supérieur de la Magistrature assure la gestion de la carrière des magistrats. A cet effet, il décide notamment des nominations, promotion et affectation des magistrats… Le Premier Président et le Procureur Général de la Cour Suprême sont nommés par décret pris en Conseil des ministres sur proposition du ministre de la Justice, après consultations du Conseil Supérieur de la Magistrature ». Sauf que pour cette affaire, le CSM n’a pas été consulté.

Représailles. A entendre les explications de Fanirisoa Ernaivo, « il n’y eu aucun appel à candidature ni proposition de remplacement de la part du CSM. La question n’a même pas été évoquée lors de la dernière session du Conseil Supérieur de la Magistrature ». C’est certainement la raison pour laquelle le SMM estime que le limogeage du désormais ex-Procureur Général près la Cour Suprême est contraire aux textes en vigueur et ne respecte pas la procédure légale. D’autant plus que Ranary Robertson Rakotonavalona n’a pas démissionné de son poste. Il n’a pas non plus commis aucune faute grave. Une fois de plus encore, la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine est pointée du doigt par ses pairs. D’après le numéro Un du Syndicat des Magistrats de Madagascar, « soit c’est la Garde des Sceaux qui a tendu un traquenard au gouvernement en imposant le limogeage du PGCS, soit l’Exécutif a délibérément bafoué le cadre légal et l’indépendance de la Justice ». En effet, Fanirisoa Ernaivo estime que cette décision fait suite à la requête que le Syndicat des Magistrats de Madagascar a déposée auprès du Conseil Supérieur de la Magistrature pour réclamer l’ouverture d’une enquête contre la ministre de la Justice et quelques magistrats, suite aux révélations Houcine Arfa qui les accuse d’avoir touché des pots-de-vin pour favoriser son évasion. Cette requête aurait d’ailleurs obtenu l’accord de tous les autres membres du CSM. Le SMM soupçonne ainsi des représailles suite à cette demande d’enquête. Quoi qu’il en soit, le SMM condamne fermement le non- respect de la procédure légale dans cette affaire.  On attend désormais la réaction de la ministre Rasolo Elise Alexandrine suite à ces nouvelles accusations lancées à son encontre.

Davis R

Midi Madagasikara178 partages

Marc Ravalomanana : Le Trophée de leadership présenté à Imerintsiatosika

Marc Ravalomanana exhibant hier à Imerintsiatosika son Trophée international.

L’ancien président Marc Ravalomanana a choisi hier la commune d’Imerintsiatosika pour présenter publiquement le Trophée de Leadership Politique qu’il a obtenu à l’issue des votes organisées par « African Leadership Magazine ». Ce trophée qui a été remis à son épouse Lalao Ravalomanana lors d’une grandiose cérémonie tenue à Sandton (Afrique du Sud) a été attribué au président national du TIM pour sa contribution à la promotion de la démocratie dans le Continent africain. « Ce n’est qu’un début à Imerintsiatosika. Ce Trophée que j’ai gagné grâce au soutien du peuple malgache, sillonnera l’île. », a souligné Marc Ravalomanana devant une foule immense visiblement acquise à sa cause.

Candidature. Interrogé par les journalistes sur sa candidature à la prochaine élection présidentielle, Marc Ravalomanana de répondre : « Rien ne m’empêche d’être candidat. » L’ancien président a pu rencontrer hier à Imerintsiatosika les militants de son parti au niveau des communes et du district d’Arivonimamo. En tout cas, le président national du TIM poursuit sa tournée politique à travers Madagascar. Et c’est bien sûr en vue de l’élection présidentielle de novembre 2018.

R. Eugène

Midi Madagasikara117 partages

Raharimanana Mamy : Candidat à l’élection présidentielle de 2018

Le candidat du parti Maeva Raharimanana Mamy. (Photo Nary Ravonjy)

A l’approche de l’élection présidentielle de 2018, des candidats commencent à annoncer la couleur. Est-ce une précampagne ? Dans tous les cas, ils ne sont pas les premiers à le faire.

Enième candidat a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle. Il s’agit notamment de Raharimanana Mamy. Il sera le porte-fanion du parti « Madagasikara Endrika Vanona » (MAEVA). Déclaration faite, hier, à l’hôtel le Suc de la Ruche. Cet informaticien de formation propose ainsi la mise en place d’un système numérique mué en système physique. Il a tenu d’ailleurs à rappeler qu’il a donné des cours à un grand nombre de fonctionnaires travaillant dans la Capitale ou dans les provinces. Notons que lors de cette réunion, certaines régions ont été représentées, à savoir, Toamasina, Vakinankaratra, Ambositra, Haute-Matsiatra et Ihosy.

Mentalité. Ce parti se fixe comme objectif de répondre à ces questions, comment développer un pays à partir d’un changement de mentalité ? Comment changer la mentalité, à partir de l’information ? De bonnes intentions mais qui demandent beaucoup d’abnégation. Toujours est-il qu’un culte œcuménique a précédé la déclaration du président de MAEVA qui est un fervent chrétien d’obédience luthérienne. Il n’a d’ailleurs cessé de louer Dieu, lors de son intervention. En outre, il s’en remet au Tout-Puissant pour cette consultation populaire de 2018.

Informaticiens. Des deux candidats qui vont participer à la course à la Magistrature suprême, il y a de fortes ressemblances. D’abord, ils ont les mêmes patronymes et ils sont tous les deux informaticiens. Il s’agit de Raharimanana Mamy et Raharimanana Patrick. A l’allure où vont les choses des candidats « surprises » vont également annoncer leur candidature. On se demande s’ils ont été influencés pour être ce candidat qualifié de « Gisa mainty ». Pourquoi pas.

Dominique R.

Midi Madagasikara109 partages

Tanjombato : Vola 60 tapitrisa ariary sy volamena latsaka tao Ikopa

Ilay mpanampy an-trano izay niray tsikombakomba tamin’ireo olon-dratsy (sary polisy)

« Natelin’ny ranon’Ikopa, mifanandrify amin’Ankadievo ny vola mitentina 60 tapitrisa ariary sy volamena maro » raha araka ny fanazavan’ny pôlisy misahana ny fanadihadiana heloka bevava (BC). Toy izao ny zava-nitranga : ny zoma lasa teo, tokony ho tamin’ny fito ora sasasny alina dia nahazo antso avy amin’ny Commissariat Central Tanjombato ny BC ,fa misy roa lahy nandositra tamin’ny fiara Patrol iray rehefa avy nanafika. « Raha nihazo ny lalan-tsarety teo Ankadievo ireo jiolahy dia tapi-dalan-kaleha, satria dia tsy afa- nandroso intsony ilay fiara. Teo dia navelan’ireo jiolahy ny fiara ka lasa izy nitsoraka hiampita ny ranon’ikopa an-domano niaraka tamin’ny volabe sy ny volamena maro (…) rendrika ny iray ary ny faharoa kosa tafita ny rano ihany, saingy dia tsy tana intsony koa ny ainy » raha ny hita tao anatin’ilay fampitam-baovao hatrany. Raikitra ny fikarohana nanomboka teo, nifanampy ny fokonolona sy ny mpamonjy voina. Ny ampitson’iny vao hita ny fatin’ireo olona roa. « Ilay vola sy volamena nangalarin’ireo kosa dia natelin’ny rano ka mbola tsy hita ankehitriny » raha ny fanamarihana azo. Nisy kara-panondro roa teny amin’ireo razana. Rehefa nohamarinina dia kara-panondro sandoka koa ireo. « Ramanantsoa Roger sy Razafimahatratra Jacquot Jimmy no tena anaran’izy ireo. Efa in-droa voaheloka higadra valo taona an-tranomaizina teny amin’ny fonjan’i Tsiafahy i Roger noho ny halatra sy fikambanan-jiolahy, ny 12 aprily 2011. Nahazo fahafahana izy ny 23 aogositra 2016 rehefa nahazo famotsoran-keloka telopolo volana. Dia izao namerina ny asaratsiny izao indray » hoy ny polisy. Notohizan’ilay fampitam-baovao, fa ilay mpiasa vavy tao amin’ilay tokantrano voaroba ihany (sakaizan’i Roger izy io) no niray tsikombakomba tamin’ireo jiolahy. Ilay fiara 4×4 Patrol indray, dia fiara nangalarina tetsy Mahamasina ny tolakandron’ny zoma 23 febroary.

D.R

News Mada98 partages

Taom-baovao malagasy : «tsy manavaka finoana na fiaviana », hoy i R. Mbola Tiana

 Anisan’ny tanjona tratrarina atsy aoriana atsy ny hankalazan’ny Malagasy iray manontolo ny Taom-baovao malagasy. Miezaka ny manatanteraka izany ny mpikarakara. Iray amin’ireny ireo raiamandreny mitana ny hasina.

Eny amin’ny ivon’i Madagasikara, Rovan’Amboniazy Andriambahoaka Afovoan’ny tany, fokontany Anaritroa Sahapetraka, kaominina Manazary, ny fankalazana ny Taom-baovao malagasy fenohasina. Hetsika tanterahina ny 17 sy 18 ary 19 marsa izao, iarahana amin’ireo raimandreny mitana ny hasina manerana ny faritra misy azy. Taorian’ny fitsidihana ity toerana manan-tantara ity no nanambaran’izy ireo izao fanapahan-kevitra izao.

Fotoana nanamafisan-dRamamonjisoa Mbola Tiana, mitana ny hasin’Andriambahoaka afovoan’ny tany, fa « tsy manavaka finoana na fiaviana ny fankalazana ny Taom-baovao malagasy. Lamina voajanahary, Andriamanitra no nanao azy, isika olombelona no manatanteraka. Tsy mila atao tsangan-tanana… ». Nomarihin’ireto raiamandreny ireto fa « efa vita tamin’ny herintaona ny fanarenan-kasina, noho izany, roso ny dia, tsa mipody intsony ». Nanterin’izy ireo fa tsinam-bolana alohan’ny Paka ny fankalazana ny Taom-baovao malagasy. Andro fiakaran’ny vokatra. Tafiditra ao anaty fandaharam-potoana, ny 17 marsa, ny afotsimaty mitohy mandra-maraina. Ny 18 marsa, fanomezan-kasina sy tsodrano ataon’ireo Raiamandreny. Ny 19 marsa, famonoana omby mazava loha sy volavita.

Ireo raiamandreny nitsidika ny Ivon’i Madagasikara : ny katibo antemoro anakara Iaban’i Bela, Andriamatoa Emmanuel ; ny raiamandreny mitana ny hasin’ny any atsimo, Dimby Baovolo Chantal ; ny tangalamena Betsimisaraka, Raymond Josoa ; ny loholon’ny Trano kolotoraly, Rakotomalala Louis de Gonzague : ny printsy antanala Rakoto Jaona ; ny loholon’ny Trano kolotoraly avy any Antsihanaka, Rabearifeno Albert.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

Midi Madagasikara85 partages

Affaire Houcine Arfa : Le Directeur de Tsiafahy rejette les accusations portées à son encontre

Montée de toutes pièces. C’est la réaction du Directeur de la maison de force de Tsiafahy, Zafilahy Vonjy Stéphanson suite aux accusations portées à son encontre par Houcine Arfa qui continue de faire des révélations à travers les médias français malgré les plaintes des autorités malgaches. Des accusations que le patron de Tsiafahy nie en bloc. Au cours d’une conférence de presse qui s‘est tenue hier à Antanimora, ce responsable a expliqué que le document sonore que cet évadé français a publié sur les réseaux sociaux est un montage. « Contrairement à ce qui a été véhiculé sur facebook, je n’ai jamais reçu une somme de 4 millions d’Ariary venant de ce prisonnier », a-t-il déclaré tout en affirmant qu’il dispose de nombreuses preuves confirmant que ces accusations sont fausses. Le Directeur de la maison de force de Tsiafahy a annoncé hier qu’il va porter plainte contre Patrick Raharimanana qui a publié les accusations d’Houcine Arfa sur son compte facebook. Zafilahy Vonjy Stéphanson dément également les informations selon lesquelles Houcine Arfa a été torturé durant son incarcération.

Davis R

Midi Madagasikara81 partages

Fondation Air France-Akamasoa : Inauguration d’un «Palais» à Andralanitra

Le Palais des Sports d’Akamasoa a été inauguré hier.

50 000 euros ont été alloués par la Fondation Air France pour réhabiliter le Palais Akamasoa Andralanitra.

La joie et la bonne humeur ont été au rendez-vous à l’Akamasoa Andralanitra hier. La cause, l’inauguration du gymnase. Un bâtiment couvert et répondant aux normes sportifs et dénommé «Palais Akamasoa Andralanitra» remplace l’ancien gymnase qui a été ouvert et délabré. Le Père Pedro de faire savoir que «l’ancien gymnase ne permettait pas aux jeunes et aux enfants d’Andralanitra de pratiquer du sport lors des saisons des pluies». Par ailleurs, «la réhabilitation entre dans le cadre de l’axe stratégique de la fondation en question qui est l’éducation de l’enfance handicapée, en difficulté et malade» selon les dires de Cécile Vick, présidente de la Fondation Air France. Eduquer les jeunes par le sport tel serait donc l’objectif. Ce que le numéro un de l’Akamasoa a confirmé selon lequel «les jeunes ne disposent pas d’assez d’espace pour se cultiver, s’éduquer et s’exprimer, mais surtout de s’amuser (dans le bon sens du terme)». Le Père Pedro d’ajouter que «l’initiative de la réhabilitation du gymnase entend permettre aux jeunes d’avoir un espace leur permettant de s’amuser tout en suivant le droit chemin».

Perspectives. Présente à Madagascar depuis des années, la fondation Air France finance d’autres associations malgaches (environ cinq ou six) par an. D’autres actions sociales sont prévues pour cette année. Entre autres, le don de matériels et équipements scolaires ainsi que des jouets aux enfants de l’Akamasoa prévu pour le mois d’avril 2018 prochain. Outre cette action qui vise spécifiquement l’Akamasoa, un autre projet de dons de vaisselles aux associations partenaires de la Fondation est également  prévu. «Les anciennes vaisselles d’Air France vont être distribuées aux associations travaillant avec la fondation» a expliqué Cécile Vick. Cette dernière d’ajouter que l’Akamasoa est comprise dans la liste des associations bénéficiaires. Il convient de noter que les dons effectués par la fondation proviennent des collectes effectuées auprès des employés d’Air France chaque année. Permettre aux jeunes issus des familles en difficulté de s’épanouir et les éduquer seraient les moyens mis en œuvre par l’Akamasoa pour limiter l’écart qui se creuse  au sein de la  population malgache.

José Belalahy

Midi Madagasikara79 partages

Ambodin’Isotry : Mpanendaka 5 lahy voasambotra, mpanao taxi-phone ny iray

Ao anatin’ny fanatanterahana ny fanadiovana ho amin’ny fandriampahalena na « Opération de coup de poing » ataon’ny kaomisaria Boriborintany faha-4 eny Isotry, olona  dimy izay lehilahy avokoa no voasambotry ny Polisy, ny alahady sy alatsinainy  26 febroary 2018 teo noho ny fanaovana sinto-mahery teny amin’ny faritra Ambodin’Isotry sy ny manodidina iny. Ny alahady 25 febroary 2018 teo tokony ho tamin’ny sivy ora alina, dia voasambotra teo amin’ny fiantsonan’ny Bus  teo Ambodin’Isotry ny telo lahy. Izy  ireo moa, rehefa narahi-maso, dia hita fa mody miandry bus. Rehefa misy bus tonga eo dia misisika miaraka amin’ireo mpandeha  kanefa manararaotra mangarom-paosy ihany koa. Avy hatrany dia nosamborina izy telo lahy ka nentina teo anivon’ny kaomisarian’ny Boriborintany faha-4 mba hanaovana fanadihadiana. Nandritra ny fanadihadiana azy ireo dia voatonona koa ny lehilahy roa voalaza fa mpiray tsikombakomba amin’izy ireo. Ny alatsinainy  26 febroary tamin’ny enina ora maraina dia niroso tamin’ny fisamborana iretsy farany ny Polisy. Vokatr’izany, dia tratra tao amin’ny fonenany teo Ampefiloha ny roalahy izay fantatra fa mpanao Taxi-phone eo Ambodin’Isotry ihany ny iray. Ity vokatra ity dia manaporofo fa tsy mikely soroka tokoa ireo mpitandro ny filaminana eny amin’iny faritra voalaza fa mafampana iny mba hamongorana ny asa ratsy izay tsy mitsaha-mitombo eny an-toerana. Nefa na izany aza , dia miantso ny fiaraha-maisa’ ny rehetra izy ireo mba tsy hisalasala hanome vaovao raha misy zavatra mampiahiahy mba hahatrarana ny tanjona tiana hotratrarina, dia ny fandriampahalemana hoan’ny vahoaka.

T.M.

Midi Madagasikara77 partages

Taekwondo : L’Ecole Chung Do Kwan est là

A la tête de cet Association Taekwondo Malagasy pour la jeunesse – Ecole Chung Do Kwan qui a officiellement ouvert ses portes le 1er février dernier se trouvent Roty Randriamandranto et Oliver Sicard.

En ce moment de houle ou de silence du taekwondo (c’est selon), voici une nouvelle école d’arts martiaux qui ouvre ses portes à Antsahavola. Elle a pour but de développer les arts martiaux traditionnels et arts coréens en vue d’élargir les perspectives internationales de Madagascar. « Créée par le Grand Maître Lee Won Kuk en 1944, le Chung Do Kwan, ou originellement Tang Soo Do, est la plus ancienne des neuf écoles pionnières membres de la Korea Taekwondo Association. Cette discipline ancestrale vise à développer la force mentale et physique, la maîtrise de soi, la politesse, la courtoisie, la persévérance, le respect d’autrui, la loyauté et la patience » a notifié Roty Randriamandranto, un des fondateurs.

Aujourd’hui, Maître Olivier Sicard, 6e Dan en Chung Do Kwan et 5e Dan de Kukkiwon, et Maître Henri Randriamandranto, 5e Dan de Chung Do Kwan et Kukkiwon, disciples du Grand Maître Kim Yong Ho, 9e Dan et Président de l’école internationale de Chung Do Kwan, ont décidé d’ouvrir leur école à Madagascar. Par ailleurs ils sont respectivement au sein de l’AFTU/ WTA, Vice-Président de la zone sud et responsable technique.

« L’objectif de cette grande association est de donner au Taekwondo malgache de nouvelles perspectives sportives et techniques en permettant l’authentification des grades des athlètes, en actualisant les enseignements, en donnant à chaque Malgache la possibilité de s’entraîner et de se développer et en apportant une pédagogie de pointe. L’éducation de la jeunesse à travers le Taekwondo et ce qu’il apporte en matière de respect, de goût de l’effort, de persévérance et de tolérance, fait partie des priorités de cette nouvelle école ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara69 partages

Hopitalibe Toamasina : Mpanendaka notsaboina, tafatsoaka nefa nisy polisy niambina

Raha tranga na marary tsy manam-bola takian’ny hopitaly be aminy, mandritra ny fitsaboana azy no mpitsoaka ny hopitaly be hatramin’izay, dia hafa kely ity tranga niseho teo anivon’ity hopitaly oniversitera voalohany teto Toamasina ity,  ny talata misandratr’andro teo. Raha ny fanazavana marim-pototra voaray avy tamin’ny tompon’andraikitry ny hopitaly sy ireo mpitsabo tao amin’ity toeram-pitsaboana ity, dia jiolahy mpanendaka tratran’ny fitsaram-bahoaka notsaboina tao miandry ny fakana am-bavany azy sy nandrasana polisy roa lahy no tafatsoaka tsy hitan’ireo mpiambina azy ireo nefa nofatorana rojovy nandritra ny fitsaboana azy. Ny angom-baovao marim-pototra natao no nahalalana, fa ny alatsinainy teo no tratran’ny mpivarotra sy ireo mpiambina eo anivon’ny bazary kely ity zazalahy, zara raha 14 taona ity izay tena mpanendaka sy mpangarom-paosy “matihanina” mihitsy ao Bazary kely ao, ka niharan’ny fitsaram-bahoaka izay niteraka faharatrana mafy taminy. Ny fahatongavan’ny polisy no tsy nahafaty azy; izay nitondra azy notsaboina teo anivon’ny hopitaly ben’i Toamasina. Raha variana tamin’ny fanaraha-maso azy taty ivelan’ny hopitaly anefa ireo polisy roa misahana ny fiambenana azy , ny iray nandeha nisakafo ilay faharoa kosa naka rivotra teny amoron-dranomasina, dia nalany tao anatin’ny rojovy namatorana azy teo amin’ny fandrinan’ny hopitaly ny tananany ka na teo am-bavahady aza ireo polisy mpiambina azy nandritra izany dia tsy nahita ny nivoahan’ny hopitaly be akory. Eo am-pitadiavana azy io ireto polisy niambina azy ireto izao, nefa efa tsy hita ny misy ity mpanendaka “matihanina” ao bazary kely ity, izay miteraka tahotra ho an’ireo mpivarotra nisambotra sy nanoro azy amin’ny valifatiny.

Malala Didier

Midi Madagasikara61 partages

Gare routière Andohapatenaka : Transfert ce jour des transporteurs des axes RN4 et RN6

Transporteurs et voyageurs ont dû changer leurs habitudes et s’adapter à Andohatapenaka.

Après les coopératives desservant la RN1 le 21 février dernier, c’est au tour des coopératives de transport desservant les axes RN4 et RN6 de déménager vers la nouvelle gare routière d’Andohatapenaka à partir de ce jour, 1er mars 2018. Ainsi, les coopératives des zones nationales reliant Antananarivo aux régions du Nord et de l’Ouest de Madagascar, incluant Boeny, Betsiboka, Sofia et Diana, sont désormais appelées à accueillir et à déposer leurs passagers dans l’enceinte de cette nouvelle gare routière, si auparavant, elles étaient à Ambodivona. Nouvelles mesures d’adaptation également pour les usagers, lesquels devront s’habituer à Andohatapenaka pour les départs et arrivées en taxi-brousse.

Comme pour les voyageurs de la RN1 depuis le 21 février, ceux des RN 4 et RN6 s’attendent également à des difficultés au niveau du transport urbain pour rallier Andohatapenaka ou en repartir. De nouveaux arrêts intermédiaires de taxis-be ont, certes, déjà été mis en place afin de faciliter le déplacement des usagers vers  Andohatapenaka,  il n’en demeure pas moins que les lignes de taxis-be actuellement disponibles qui desservent le quartier de la nouvelle gare routière restent largement insuffisantes en nombre. Une situation qui n’assure pas aux usagers suffisamment de mobilité, les zones desservies par les lignes passant sur cet axe Andohatapenaka étant assez limitées.

Hanitra R.

Midi Madagasikara57 partages

Douanes : Madagascar à l’honneur à Bruxelles à travers le Contrat de Performance

Les Douanes malgaches mènent des efforts pour améliorer leur performance.

Après la Tunisie en octobre 2017, le contrat de performance, mis en place au sein de l’Administration des douanes malgaches, a suscité une nouvelle fois l’intérêt des participants au cours de la 9e session du Comité de renforcement des capacités de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), qui s’est tenu du 26 au 28 février à Bruxelles. « Douane Intelligente : Passerelle vers la Haute Performance et Pérennité », tel a été le thème de la session cette année. Le directeur général des Douanes malgaches, Eric Narivony Rabenja, a été invité à intervenir sur le volet « Utilisation des données pour une mesure de la performance et une gestion efficace ». Il a exposé les instruments de mesure, à travers l’analyse des données, permettant l’évaluation de la performance organisationnelle, incluant l’analyse des comportements de par le contrat de performance. Le suivi et l’analyse de l’implication de l’organisation dans le processus de changement constituent des éléments importants pour la mise en œuvre des mesures de réforme et de modernisation au sein de l’administration.

Suite à cela, bon nombre d’experts et de représentants, notamment des pays africains, ont manifesté leur souhait d’organiser des échanges avec les Douanes malgaches sur cette expérience probante. A cet effet, les représentants des douanes de la République du Niger seront déjà dans nos murs durant la semaine du 12 mars.

Performance. L’événement a permis aux membres présents de relever la spécificité du cas à travers l’analyse des comportements des douaniers qui conditionne en grande partie la gestion de performance de l’organisation. A titre indicatif, un délai de dédouanement réduit au niveau du port de Toamasina et un surplus de 46 milliards d’Ariary enregistré par rapport aux objectifs, ont été constatés à la fin de 2017. A travers l’intervention du Directeur Général des Douanes malgaches, les participants à cette session ont reconnu la complexité du recueil et de la gestion des données, provenant des partenaires opérant dans la chaîne logistique internationale. Cela nécessite une nouvelle façon de penser pour les douaniers, appuyée par des solutions informatiques adaptées. L’Organisation Mondiale des Douanes s’est fixée comme objectif la mise en place de standards de mesure de performance et formuler des recommandations et orientations stratégiques à l’endroit des pays membres. Actuellement, la ministre des Finances et du Budget contribue activement au déploiement et à l’extension de ce concept de performance au sein de son département, au niveau des administrations douanière et fiscale, bénéficiant du soutien continu de la Banque mondiale.

Antsa R.

News Mada45 partages

Miaraka amin’ny Ortana : mpianatra 30 000 hanao kilasy vakoka sy fizahantany

Hitohy amin’ity taom-pianarana ity ny kilasy vakoka sy kilasy fizahantany iarahan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny Ofisim-paritra misahana ny fizahantany eto Analamanga (Ortana). Hoentina mitsidika ny toerana sy fotodrafitrasa manan-tantara ny mpianatra eny anivon’ny lycée miankina amin’ny fanjakana amin’ny Cisco maromaro, Dren Analamanga. « Hitombo ho 30 000 ny isan’ny mpianatra amin’ny lycée lehibe eto Antananarivo hamantatra ny toerana sy ny tantaran’ny rovan’Ilafy, rovan’Ambohimanga, rovan’Ambohidratrimo, ny vohitra Antsahadinta sy ny hafa maro », hoy ny fanazavan’ny talen’ny Ortana, Razafinavalona Harimisa, omaly teny Anosy. Efa misy ny mpitari-dalana voaofana manokana handray ireo mpianatra mandritra ny hetsika. Hanomboka amin’ity volana ity ny fitsidihana ary tsy hifarana raha tsy ny volana desambra izao.

“Miditra amin’ny taona fahatelo ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta hitondra fivelarana ho an’ny mpianatra amin’ny tontolo manodidina azy”, hoy ny minisitry ny Fanabeazana, Rabary Paul. Tokony hahafantatra ny asa na sehatra tiany hotrandrahina ny mpianatra tsirairay dieny any amin’ny lycée ka tsy ho sahirana amin’ny fisafidianana ny lalam-piofanana ho an’ny fampianarana ambony. Efa misy rahateo ny sampandraharaha misahana ny fampiofanana ny daholobe ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana. Ho fanampiana ny mpianatra hahalala ny lalan-kombany, ampahafantarina azy ireo ny sehatra rehetra misy sy ny fomba hahatongavana amin’izany.

Vonjy A.

Midi Madagasikara45 partages

Viol à Sambava : « Le français a nié en bloc ses accusations » selon son avocat

« L’audition de mon client a été faite par la gendarmerie locale le 23 février dernier. Il s’est bien présenté devant les enquêteurs bien qu’un peu en retard pour une raison indépendante de sa volonté. Il lui a fallu du temps pour avoir une place dans l’avion menant vers Sambava où devait se dérouler l’enquête. » La précision vient de l’avocat du ressortissant français inculpé dans une affaire de viol sur une Malgache habitante de cette ville de la région Nord-Est. Me Vivier Raoelison continue par ailleurs que son client a nié en bloc tous les chefs d’accusation contre lui. « Le dossier est en cours de traitement et le déferment se tiendra prochainement puisque la police judiciaire est en train de clôturer l’affaire. La justice aura le dernier mot à dire pour déterminer si le concerné est un violeur ou non » a-t-il poursuivi. Avant de terminer que son client a aussi porté plainte auprès du parquet de Sambava contre la femme et son mari français pour diffamation publique, menace de mort et escroquerie. Une plainte réciproque qui en dit long sur un éventuel règlement de compte personnel entre les deux étrangers pourtant compatriotes. En outre, la publication de la photo de la jeune femme sur notre journal a provoqué une certaine polémique sur les réseaux sociaux. Nous tenons à préciser que nous avons eu son autorisation avant la prise de cette décision.

D.R

Midi Madagasikara43 partages

Ambatondrazaka : Mpanendaka matin’ny fitsaram-bahoaka

Efa narahan’ireto jiolahy moramora avy taoaoriana ireto fianakaviana avy nivarotra vary fotsy tao amin’ny tsenan’Ambatondrazaka  no avy hatrany dia nositominy ny harona kely misy ny volabe ,namely nisintona ihany koa ilay renim-pianakaviana ary tsy navelany mihitsy ilay harona ,                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               matanjaka no ranjanana ilay jiolahy ka nikarapoka tamin’ny vatokely ny lohan’ilay renim  -pianakaviana izay nitazona ilay harona misy vola ka naratra mafy, notaritaritin’ilay jiolahy tamin’ny vatokely izy ka teo vao nahaloa-peo niantso vonjy ity renim-pianakaviana ity izay efa nihoson-drà ny lohany .Nirohotra nanatona ny olona satria mbola  betsaka ireo olona mivezivezy handeha hamonjy fodiana tamin’io  fotoana io izay maro ny nilaza fa noheverinay ho ady mivady ilay izy teo Samy  nananany lalana nilefasany anefa ireto jiolahy telolahy nanao ny fanendahana ka ny iray    tafatsoaka ny lalana hihazo ny tsena ka mora tamin’ireo vahoaka ny nanenjika ka       dia tratra,ary dia  raikitra ny daroka sy ny hitsaka ary ny  toraka   vato ,mpitandro ny filaminana handeha hamonjy    fodiana no niaro ity jiolahy ity tamin’ny fitsaram-bahoaka nahazo azy ka io no niantso ny namany mpiara-miasa , ireo jiolahy roa lahy kosa tafatsoaka tany anaty kirihitra. Efatsy nahatsiaro tenacity jiolahy ity tamin’ny nahatongavan’ny mpitandro ny filaminana teo ka rehefa  tonga teny amin’ny hopitaly dia namoy ny ainy. NyTalataa 27 Febroary 2018 teo tokony ho  tamin’ny 7 orasy 15 minitra no nitrangan’ny fanendahana sady tao anatin’ny fahatapahan’ny jiro ,no teo ampovon-tanana ihany koa. Toa saika isanandro dia ahenoana fanafihana mitam-piadiana eto amin’ny renivohitr’Ambatondrazaka ary ahitana faharatrana sy fahaverezan’entana sarobidy maro hatrany izany .Manampy trotraka ihany koa ny fahatapahan’ny jiro eto amin’ny renivohitra toa saika  isanandro lava izao izay manomboka amin’ny 6 hariva hatramin’ny 9 ora sy sasany alina .Maro  nomihorohoro sy matahotra, misy ireo mampiasa mpiambina manokana mihitsy amin’izaofotoana izao ,ireo fivarotana lehibe moa dia efa ambenan’ny mpitandro ny filaminana.Manao antso sy mitaraina ny vahoaka ny tokony hanamafisana ny fandriam-pahalemana satri mivoaka ny trano azon’ny fanendahana mijanona any antrano voaroba sy maratra

Janus R.

News Mada33 partages

Transition énergétique : la NPE n’est pas officiellement disponible

«La lente marche vers la transition énergétique à Madagascar: état des lieux et perspectives». C’est un ouvrage de Ketakandriana Rafitoson, chercheur en science et économie politique,  édifié par la fondation Friedrich Ebert (FES). Il s’agit d’un résultat de recherches sur le secteur énergie à Madagascar, présenté au public, hier, au Café de la Gare Soarano.

Le principal auteur de cette étude montre une grande indépendance aux hydrocarbures. «Malgré les déclarations d’intention de la NPE, la mise en place de centrale thermique se multiplie. Depuis 2015, il y a eu plus de 160 MW de centrales thermiques installées», a-t-elle expliqué avant de déplorer le manque de volonté politique dans la mise en œuvre de la NPE, la politisation du secteur énergie.

Tarifs jugés élevés

Les dernières études en date montrent en outre que les prix de vente de l’électricité à Madagascar figurent parmi les plus élevés des pays de la Sadc et même, du monde. Ketakandriana Rafitoson note cependant que les tarifs de la Jirama sont jugés abusifs alors que la société vend à perte et rencontre donc des difficultés qu’elle n’a pas choisies d’avoir.

Concernant le prix de l’électricité, Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama explique : «La Jirama a revu à la hausse le tarif depuis 2005 pour arriver à 20 cents de dollars le prix du kWh en 2008. Aujourd’hui, le kWh reste à 15 cents alors que la Jirama produit à 22 cents. Ce qui a coûté à la Jirama 300 milliards d’ariary de subvention en 2017».

Les consommateurs vivent dans un flou total faute de communications officielles, alors qu’ils sont les premiers concernés. Il faut faire comprendre, par exemple, que pour redresser la Jirama, il est logique et impératif d’ajuster progressivement ses tarifs que des mesures populistes ont maintenus à un niveau trop bas, contribuant à l’insolvabilité de la société.

Quid des investissements?

Les coûts d’aménagement sont encore élevés par rapport au solaire et à l’éolien mais surtout par rapport au thermique. C’est le cas, notamment, pour toutes les infrastructures hydroélectrique qui coûtent une fortune en matière d’investissement et qui sont très rentables sur le long terme, puisque le prix de l’électricité qu’on obtient est largement attractif comparé aux autres technologies.

Olivier Jaomiary a également fait savoir que le business plan de la Jirama cherche à améliorer la gouvernance, optimiser la production, réduire les pertes qui sont actuellement évaluées à 33% de la production. «En 2017, la Jirama a produit 1.700 GWh mais a seulement facturé 1.200 dont 700 GWh fournis par le biais des centrales hydroélectriques. Ces chiffres nous donnent presque un mois de recettes», a-t-il expliqué.

Aujourd’hui, un nouveau cadre juridique pour l’électricité est en train d’être mis en place: le code de l’électricité devrait passer ce jour devant l’Assemblée nationale. «Quel que soit l’horizon, 2020, 2030 ou 2050, la transition énergétique est possible. Le but est de faire preuve de volonté, dépasser les discours et passer à l’action», conclut ainsi Ketakandriana Rafitoson.

Arh.

Midi Madagasikara31 partages

Assises nationales des Forces Vives : 420 participants attendus à Fianarantsoa

Tabera Randriamanantsoa poursuit l’œuvre du Pr Zafy Albert.

Le CRN maintient son défi en ambitionnant inviter 420 personnes à Fianarantsoa dans le cadre de ces assises.

Les préparatifs des Assises nationales sur la réconciliation qui se tiendront à Fianarantsoa du 17 au 18 mars prochain battent leur plein. On a appris hier que 70 participants par province sont attendus dans la capitale Betsileo. Au total, 420 personnes participeront à ces assises nationales organisées par le Comité pour la Réconciliation Nationale (CRN). « Ces 70 participants par province représenteront toutes les entités des Forces Vives de la Nation. La société politique, la société civile et la société religieuse en font partie. », a précisé hier Tabera Randriamanantsoa du CRN. D’après ce dernier, tous les participants seront présents à Fianarantsoa dès le 15 mars. Tabera Randriamanantsoa de réitérer : « L’objectif de ces assises nationales est de donner suite aux déclarations des évêques catholiques et du Conseil Œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar (FFKM) sur la situation socio-économique et politique du pays. Les résolutions des assises nationales sur la réconciliation organisées en 2015 au CCI Ivato par le FFKM seront également discutées. »

Problème budgétaire. Selon Tabera Randriamanantsoa, on ne fait que poursuivre le chantier déjà entamé par le Pr Zafy Albert, celui qui n’a eu de cesse de militer pour une vraie réconciliation nationale à Madagascar. Jusqu’ici, cette réconciliation nationale reste un vain mot, malgré les efforts déployés par les quatre chefs d’Eglise du FFKM. Actuellement, les dirigeants religieux font profil bas pour laisser travailler un organe officiel prévu par la Constitution qui est le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy). Force est cependant de constater que ce CFM se trouve déjà confronté au problème budgétaire qui handicape l’accomplissement de sa mission. Quoi qu’il en soit, le Conseil du « Fampihavanana Malagasy », après avoir rencontré des leaders politiques et des Chefs d’Institution, effectue actuellement des descentes au niveau régional et provincial. Descentes qui lui permettent d’identifier les obstacles à la prévention d’une éventuelle crise politique dans le pays en cette période électorale.

R. Eugène

L'express de Madagascar27 partages

Tsara «Lavenona» ny maty !

Voninahitry ny maty, maro mpandevina ; voninahitry ny velona, maro mpanotrona. Mety tsy maintsy ho asiam-panovana kely io fiteny amin’ny kabarim-pandevenana io, indray andro any, satria dia efa tafiditra tsikelikely amin’ny fandorana razana ny eto Madagasikara : Antananarivo aloha no tena tsikaritra.Mbola tsy mahazatra ny olona ilay hoe dorana fa tsy alevina. Fanontaniana takoritsika teny Andohalo omaly izany tamin’ny famoaham-paty an’i Tsilavina Ralaindimby. Gagagaga ny olona, sadaikatra be ihany ny hafa, te hanontany hoe «Fa maninona» ny sasany. Tsilavina Ralaindimby tokoa no toa olona tena malaza voalohany natao toy izany teto amintsika. Saingy efa fanaon’ny olona na fianakaviana sasantsasany ny fandorana razana.Raha ny tenako manokana, dia efa tamin’ny Mamalan-kira iray izay aho no nanafatra : «Raha ho avy, Rankizy, ny taona hodiako» (08.11.2017) : «Ny ahy, ny zanako, efa nafarako : rehefa lasana rainareo dia dory sao misy mangalatra ao am-pasana ao ny taolambaloko ka sady ho alahelo no haterezana ary raharaha ho anareo. Maro olon-tsy vanona ny fiaraha-monina ankehitriny, indrisy anefa, nofoanana antsokosoko ny fanamelohana ho faty. Ny raiko sy ranjoky efa lasan-ko vovoka, tsy misy ahiana intsony hisavika ny fotaka aminy. Ny fandriana vato sivy ao am-pasana koa efa hipoka : taranaka firifiry, zahao sy tetezo ara-bakiteny amin’ny tetiarana navelako ho anareo. Tandremo, fa izaho nankahala vangongongongo fahaveloko, aza ampifampikasohana rehefa maty. Dory, dia ataovy izay tianareo hanaovana ny lavenona fa mibahan-toerana loatra ny fasana. Jereo ny tanindrazantsika, zary tokontanim-pasana sisa : izay ho anjaran’ny velona, mitombo isa moramora na dia mahalana miteraka aza noho ny fanabeazana, zara raha mbola misy ijoroan’ny tsirairay».Levina raha asitrika ambany tany. Lavenona kosa sisa rehefa levona nandalovan’ny afo. Tsy misy fikarakarana be tahaka ny fanomanana ny razana ho aterina am-pasana : tsy mila lambamena maro fa iray tokana atafy dia mety. Tsy mila mandeha lavitra any ambanivohitra satria, raha mbola ny etsy amin’ny Fasan’ny Karana Hindoa aloha no faleha, efa misy olona hafa mihevitra hanangana orinasa hikarakara ny havana nisafidy ho dorana. Tsy mahagaga raha ny mponin’Antananarivo, sahiran-dava, maika lava, leo «embouteillages», no voasarika satria, lainga lainga, fa mandany andro ity adidy lavareny etsy sy eroa ety : efa fotoana ny filaharana hamangy ; mbola fotoana no afoy amin’ny fotoam-pivavahana any am-piangonana ; fotoana hatrany ny mandroso sy miverina, miala ny Renivohitra «hanatitra maloto» any an-tanindrazana.«Mba hafa indray no hihaonana», hoy ny fifampirariana rehefa samy hody any an-tokantranony avy. Fantatra sahady anefa fa zara aza misy ireny fahoriana tsy anisana fanasana ireny («Manasa olona roa avy aminareo») mbola ahafahan’ny Tandrenivohitra mifampiarahaba sy mifanontany vaovao. Matoa mantsy mifanatri-tava eo, mbola mba samy velon’aina aloha.Tamin’ireny firedaredan’ny areti-mifindra ireny no nahatsapana tokoa fa milalao maloto sy misangy loza isika amin’ny fiandrasam-paty andro maromaro («Mbola misy andrasana angamba») sy amin’ny fomban’ny olona sasany manao famadihana. Rehefa lasa lavenona, tsy misy ho avadika intsony. Ary mamay aza ny afo, fandio tsy manam-paharoa ihany koa izy.Maro ny fomba fandaozana ny havana nodimandry. Ao amin’ny bokin’i Mompera Dubois (Monographie des Betsileo, tak.698), ohatra, misy fitantarana ny fanafenana an-dRajoakarivony, Mpanjakan’Isandra, tamin’ny taona 1892. Taona tokoa satria, ny 3 aprily 1892 izy no niamboho, 17 desambra vao nafenina tanaty lavabato noloahana tamin’ny harambato ao Vohitsisaky. Fomba nolovaina avy any Kalimantan izany. Mbola avy any Azia Atsimo-Atsinanana ihany ny fomba tranainy mamily ny renirano na manodina ny ony mandra-panafina ny razan’ny Mpanjaka efa napetraka anaty lakana mifanarona. Toy izany hono tetsy Imerimanjaka fahizany.Manahirana antsika mihitsy ity taolambalo ity. Mararirary ery raha hoe «very faty» ka na handoavana volabe ary dia ampodiana «naman’ny entana» anaty «soutes» avy any Andafy. Ankehitriny anefa, manao tohy vakana ny vaky fasana sy halatra taolam-paty : ny lavenona, tsy misy mpangalatra, no tena laro azo antoka fa tsy hiala an-tanindrazana raha afafy any. Indray andro any, ho’aho, ho zary fomba fanao io dia izahay izao, namaky lay, no razan’ilay fomban-drazana vaovao.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

Midi Madagasikara25 partages

Erick Manana – Lalao Rabeson : Réunis au Casino de Paris !

Erick Manana et Lalao Rabeson seront réunis au Casino de Paris lors du concert que va donner le chanteur au Casino de Paris à l’occasion de ses 40 ans de scène.

Et de deux pour ces deux grands monuments de la musique malgache. 20 ans après leur duo à Washington DC, la seule et l’unique fois où ils ont été sur une même scène, Erick Manana a voulu retenter l’expérience et a donc invité Lalao Rabeson à son concert au Casino de Paris le 18 mai.Inédit ? Ce duo l’est sans aucun doute. Le 18 mai, Erick Manana et Lalao Rabeson seront réunis sur la scène du Casino de Paris. Un moment unique pendant lequel les deux artistes créeront la surprise et feront certainement la joie de tous ceux qui seront avec eux dans cette salle de spectacle au cœur de la France. Le premier et le seul moment pendant lequel ces deux grands de la musique malgache se sont retrouvés sur une même scène date effectivement d’il y a vingt ans. « C’était en novembre 1998, à Washington DC. Une expérience que j’ai beaucoup appréciée. Ce fut malheureusement la seule et l’unique fois lors de laquelle j’ai partagé la scène avec cette grande dame. Un moment d’une telle rareté que je vais avoir l’occasion de revivre le 18 mai au Casino de Paris », relate Erick Manana. Pour la célébration de ses quarante ans de scène, le chanteur revient au Casino de Paris. Et pour ce jubilé, il a décidé d’inviter Lalao Rabeson, mais également sa fille avec qui il va interpréter quelques- unes de ses compositions. Son grand ami Dama, la contrebassiste Gabrielle Randrian Koehlhoeffer ainsi que le « Lokanga Köln Quartet » seront eux aussi de la partie. Les musiciennes allemandes seront non seulement présentes dans ses tournées et concerts européens, mais également malgaches.

Tana. Véritable globe-trotter musical, Erick Manana n’hésite jamais à collaborer avec ses amis musiciens de divers horizons musicaux. Le 18 mai 2017, il nous présentera en grande première « Erick Manana and the Lokanga Köln quartet ». Son tout nouveau projet à travers lequel il est entouré de ce magnifique et talentueux quartet à cordes composé de musiciens venus d’ailleurs. Une collaboration que le public malgache de Tananarive pourra bientôt apprécier. En juillet, l’interprète de « Zoke » va retrouver le public de La Réunion, mais aussi celui de la Capitale et il ne sera pas seul mais accompagné de ce groupe de virtuoses. Les fans malgaches, en attendant, devront prendre leur mal en patience. Ceux qui se trouveront en Hexagone le 18 mai auront quant à eux la chance de les retrouver sur scène pour un avant-goût, mais également d’apprécier le duo avec Lalao Rabeson.Mahetsaka

Midi Madagasikara25 partages

Art Visuel : « Clipse Teean » joue dans la cour des grands

« Clipse Teean » posant devant son portrait.

Performant dans un monde d’homme, « Clipse Teean » a pourtant réussi à se hisser vers le haut dans le graffiti. Rares sont les femmes artistes qui versent dans le graffiti, mais « Clipse Teean » semble réussir haut la main dans cet art. A l’approche de la journée internationale des droits de la Femme, elle fera partie des exposantes à l’Alliance française de Diégo- Suarez. Baptisée « Wall of Femme », son exposition a pour vision de promouvoir toujours l’art visuel dont elle est une des  ambassadrices.

Si comme ses pairs, elle ornait les murs et les grands espaces de ses dessins, aujourd’hui l’artiste enchaîne les expositions. Effectivement, la jeune femme compte environ six évènements dans son agenda jusqu’au mois de mai. Allant de Paris à Tanà, en passant par l’île Maurice, l’artiste privilégie toujours le public malgache. La semaine prochaine, « Clipse Teean » participera au « Commerz’art » à Paris avant de mettre le cap sur le « bluetiful » et l’ « underground till the sky » dans l’île voisine. Vers le début du mois de mai, elle reviendra à Antsirabe le temps d’un « Mandrevo » avant de faire l’expo 30Free à l’Is’art galerie Ampasanimalo.

A ses premières apparitions devant le public, il y a quelques années, une partie de sa collection de tenues urbaines, « Sample Kollection » a été dévoilée. Se baignant dans la culture hip hop depuis son adolescence, « Clipse teean » voue une passion pour cet art. Un art qui est dominé par les hommes, mais dans lequel elle trouve une place prépondérante. Si sa carrière se fonde  sur le graffiti, la jeune femme touche également à la peinture et à l’écriture.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara23 partages

Festival « Ambony-ambany » : 410 danseurs, ensemble pour la paix

Aperçu de la soirée création chorégraphique du samedi dernier.

Une grande journée de danse, deux grandes finales et 410 danseurs, des chiffres qui en disent long sur le festival « Ambony-ambany », « Battle for peace ». Plusieurs heures pour découvrir  et vivre au cœur de la danse sous toutes ses formes.

Faire de la danse un outil pour véhiculer la paix. Une arme redoutable dont les festivaliers usent  depuis les premières exécutions du projet « Battle for peace». Dimanche, la cinquième édition de la bataille pour la paix se tiendra au Palais des Sports Mahamasina et rassemblera des centaines de professionnels et des passionnés de danse. Pour cette année, le festival s’ouvre à l’île de la Réunion, grâce aux participations actives d’artistes issues de l’île voisine à l’instar du Dj Yankee. Ce dernier sera derrière les platines avec le Dj RS.

Toute une armada de danseurs se relayeront sur la grande scène, comptant pas moins de 410 personnes sur la même plateforme, de quoi faire frémir le grand public. La grande finale dispersera les participants dans trois catégories, professionnel, inter-établissement et inter-école de danse. Des duels, des concours, des danses debout, break dance, bref toutes les figures possibles de la danse urbaine du moment.

Le clou du spectacle reste cependant, le « battle exhibition » qui mettra Madagascar contre la Réunion. Mettant en exergue, avant tout, l’échange et la comparaison artistique, tout en partageant les expériences à travers la socialisation sans jamais perdre de vue l’objectif premier du festival : la promotion de la paix.

Zo Toniaina

News Mada20 partages

Tsilavina Ralaindimby : des adieux à un grand homme

Décédé le 25 février dernier, Tsilavina Ralaindimby, a déjà laissé un grand vide dans l’univers culturel malgache. Après un ultime hommage à la paroisse internationale FJKM d’Andohalo,  la crémation du corps de  Raintsi a eu lieu, hier à Anosizato.

Funérailles émouvantes. Rossy était effondré de chagrin. Il a insisté pour transporter le cercueil, le visage plein de larmes. «Il était mon mentor», a-t-il souligné. En effet, Raintsi était son premier producteur. Il avait découvert Paul Bert Rahasimanana, alias Rossy, au sein du groupe Jomak’Ampama. Dans l’album «Ny hazo midoroboka, les deux compère avaient créé deux compositions».  Il s’agit d’  «Ampitampitao» et «Isika», avec Bessa à l’orgue et Kelly à la guitare.

Visionnaire, Rossy a été l’ un des «artistes» qui ont su fusionner la tradition et la modernité. Ces deux titres mélangent à la fois le vakisôva et les instruments modernes. Dans ce sens, Raintsi l’a poussé davantage en lui offrant une formation avec Franck Bayer en Allemagne.

Du flair pour détecter les grands artistes

Toujours dans cette optique, Raintsi avait su détecter les nouveaux talents qui bourdonnaient dans le monde de la musique malgache, tels qu’ Olombelo Ricky, D’Gary, Tselonina, Mahaleo… Il était même l’auteur de la chanson «Bilakarenjy» qui a propulsé la carrière musicale du groupe Lôlô sy ny Tariny…

L’audiovisuel mis en avant

Par ailleurs, Tsilavina Ralaindimby avait aussi contribué à l’évolution du cinéma à Madagascar. Conscient de son apport, l’Office malgache du cinéma (Omaci), dirigé par Bon-Temps Ramitandrinarivo, a mobilisé les cinéastes malgaches pour lui rendre aussi hommage. Le producteur et réalisateur Gégé Rasamoelina était ainsi présent, ainsi que Laza, directeur du festival RFC…

Rappelons que Rainitsi a effectué, au début de sa carrière (1967-1969), une formation sur l’audiovisuel en France, avec cinq autres grands professionnels, entre autres, Léon Razafitrimo. Ils étaient donc les premiers techniciens et journalistes de la TVM. Par la suite, il a créé une agence dénommée «Horizons communication». Par la suite,  il était devenu journaliste sportif mais n’a jamais délaissé sa passion pour la culture et la communication.

Un politicien malgré lui

Au fil des années, convaincu par ses expériences, le Premier ministre Francisque Ravony l’a nommé ministre de la Culture et de la communication, sous la présidence d’ Albert Zafy. Petit à petit, il a été séduit par la politique et a fini par créer un parti dénommé «Maha Olona», où il a nommé Dama, du groupe Mahaleo, pour être député.

En 2014, il était nommé directeur de la communication de la Présidence de la République. Il avait aussi obtenu une distinction de Commandeur de l’ ordre des Arts, des lettres et de la culture. Et hier. Le Gouvernement lui a attribué le titre de Grand croix à titre posthume, à la paroisse FJKM Andohalo.

Par ailleurs, comme le veut la tradition malgache, à laquelle il s’est donné corps et âme pour la promouvoir, le corps doit être enterré. Mais sa famille a fait respecter ses dernières volontés comme quoi, s’il venait à disparaître, son corps devrait être incinéré. Un point qui a d’ailleurs soulevé un débat. C’était son dernier testament, ce qui est également sacré dans nos us et coutumes.

Rossy, Dadah, Tselonina, Sareraka et Jean-Bà ont chanté pour lui rendre un dernier hommage à Anosizato.

 

 

Midi Madagasikara20 partages

Douanes : Prise de mesures d’urgence au Port de Toamasina

Plusieurs mois après, MICTSL (Madagascar International Containers Terminal Services Ltd) n’arrive toujours pas à régler les problèmes au niveau du port de Toamasina. Les opérateurs économiques et les autres usagers du port sont les victimes de cette défaillance qui provoque un blocage des containers durant des semaines. Face à cette situation qui sévit les douanes ont décidé de prendre des mesures d’urgence pour éviter que la situation n’empire. Prises au niveau du bureau des douanes de Toamasina Seranana, ces dispositions visent à assurer la bonne marche des activités, la célérité et la fluidification du traitement des dossiers. Et cela consiste notamment à la mise en place d’un système de permanence pour assurer les opérations en week-end. Ainsi si une demande est formulée 12 heures à l’avance, il est possible d’opérer la visite à l’importation un samedi. Par ailleurs, le portail n°1 est ouvert 24h/24h pour assurer l’enlèvement des marchandises ayant reçu l’autorisation de sortie. Enfin, une cellule d’aide aux usagers, conduite par un Coordonnateur est fonctionnelle au niveau du bureau des douanes de Toamasina Seranana. A noter qu’un dialogue a eu lieu entre la Direction Générale des Douanes et les partenaires pour mettre en place ces mesures d’urgence.

R.Edmond.

Midi Madagasikara19 partages

Obsèques de Tsilavina Ralaindimby : Son « revy » lui survivra !

La paroisse internationale d’Andohalo était archi-comble hier pour rendre un ultime hommage à Tsilavina Ralaindimby. Que son âme repose en paix !

Le pays a fait ses ultimes adieux à Tsilavina Ralaindimby, Tsitsi, ou encore Raintsi hier. Il est parti pour de bon, vers un monde meilleur. Mais ses réalisations, son « revy » lui survivront, exactement comme le disait son fils et ses enfants dans le vibrant hommage qu’ils lui ont rendu.

Après deux jours de veillée funèbre, la dépouille mortelle de Tsilavina Ralaindimby a quitté la Salle Rado de la Bibliothèque nationale à 13h pour rejoindre la Paroisse internationale d’Andohalo, avant l’incinération au « Fasan’ny Karana » à Anosizato. Oui, Raintsi fut incinéré, conformément à sa volonté. Il est resté jusqu’à sa mort, une personnalité libre et affranchie des conventions, qui assumait ses choix. Si durant les veillées funèbres, l’assistance était aussi bien composée du monde artistique que politique, les obsèques elles, ont réuni tout le monde- opérateurs économiques, hommes politiques, artistes , universitaires, journalistes, familles et particuliers- exactement comme Tsilavina Ralaindimby, qui de son vivant, côtoyait aussi bien ceux qui étaient au sommet comme ceux qui étaient au bas de l’échelle. Encore une fois, il a su rassembler autour d’une cause commune des individus issus d’horizons divers.

« Revy » et décoration. Il est intéressant de noter, qu’à titre d’hommage posthume (comme il est d’usage au pays) Tsilaivina Ralaindimby fut décoré Commandant de l’Ordre National par le ministre de la Culture Jean- Jacques Rabenirina. Mais l’un des moments ayant marqué la cérémonie était sans doute les oraisons funèbres faites par son fils et sa fille, représentant ses  enfants. Ayant baigné dès leur enfance dans l’univers artistique et la tolérance et l’ouverture d’esprit de leur père, ils ont unanimement reconnu que ce modèle d’éducation qu’ils ont reçu, a forgé leur caractère et leur personnalité. Ils ont également parlé d’un père présent et très aimant, bien que peu démonstratif. Une petite tape sur l’épaule et ce petit sourire qui le distinguait étaient pour lui la manière d’exprimer son affection.  Par ailleurs, ses enfants ont également fait part de leur émotion face à tous ces messages d’affection et ces hommages qui ont fusé sur les réseaux sociaux. Mais le plus important à retenir de tout cela, à part la revue de sa carrière exceptionnelle que l’on connaît tous, c’était l’appel lancé par son fils, dans l’éloge qu’il a rendu à son défunt père : « A vous tous qui êtes ici et qui nous ont soutenu depuis le début de cette épreuve, je tiens à ce que vous sachiez que « Dada » vous aimait et qu’il faut continuer le « revy » ou les « projets » que vous aviez concocté de son vivant, osons rêver et battons-nous pour qu’un jour un monde et un Madagascar meilleur soient un jour possible, c’est ce qu’il aurait voulu. » Oui, Tsitsi est parti, mais ses réalisations lui survivront, ces compagnons de route ont d’ailleurs déjà affirmé leur volonté de poursuivre le rêve, jusqu’au bout.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara16 partages

AICT 2018 : 450 participants à la recherche d’opportunités de coopération

Conférence de présentation des AICT 2018, hier au Palais de Mahazoarivo

Les Deuxièmes Assises de la Coopération Internationale des Collectivités Décentralisées Malagasy et Française (AICT 2018) se tiendront du 5 au 7 mars au Carlton Anosy.

 Une bonne formule ! Après le grand succès des « Premières Assises de la Coopération Internationale des Collectivités Malagasy et Française », qui se sont tenues en 2006, les organisateurs rééditent l’évènement. La deuxième édition est organisée conjointement par le Comité de pilotage français et le Comité de pilotage « Malagasy » constitué par le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID) et le Ministère des Affaires étrangères (MAE). 450 participants dont 177 représentants des collectivités « Malagasy », 237 Français et une quarantaine de représentants d’organisations et partenaires œuvrant pour la coopération, seront au rendez-vous. D’après les promoteurs de l’événement, des ateliers thématiques – portant sur la jeunesse, la gestion des risques et catastrophes, le développement économique local, le volet eau, assainissement et hygiène – seront au programme. Une séance plénière, des expositions, ainsi que des rencontres bilatérales sont également prévues.

Economie. L’événement permettra à tous les acteurs de se rencontrer et d’échanger, de créer de nouveaux liens et d’envisager ensemble les grandes orientations pour la coopération décentralisée franco-malgache. Lors de la conférence de présentation qui s’est tenue hier au Palais de Mahazoarivo, le secrétaire exécutif des Comités de pilotage des AICT, Roger Mahazoasy a soutenu l’importance des impacts des premières assises sur le développement économique et social des communes et régions bénéficiaires, raison pour laquelle, presque toutes les collectivités décentralisées ont exprimé leurs intérêts sur ces rencontres internationales. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, Henri Rabary-Njaka a évoqué les opportunités à saisir pour le secteur productif. « Outre la coopération dans le secteur public, on peut également développer les Partenariats économiques privés. On peut prendre par exemple la filière viticole qui devrait être développée, car la région Haute Matsiatra a un grand potentiel en termes de production de vigne; et la France est connue comme étant le leader mondial de production de vin », a-t-il noté. Le secrétaire d’Etat en charge de la Coopération et du Développement, Bary Rafatrolaza d’ajouter : « Outre la coopération avec la France qui a donné de très bons résultats, nous devons également chercher à développer la coopération décentralisée avec autres pays qui entretiennent des relations diplomatiques avec Madagascar. Mais cela doit se faire en respectant la coopération bilatérale nouée par l’Etat central avec ces pays ». Bref, la coopération décentralisée offre d’immenses potentialités et des accords de coopération pour le développement local sont attendus des AICT qui se tiendront la semaine prochaine à Antananarivo.

Antsa R.

Midi Madagasikara16 partages

BFV-Société Générale : Formation des policiers sur la sécurité bancaire

Bruno Massez le PDG de la BFV-SG, lors de l’inauguration de la séance de formation sur la sécurité bancaire pour les officiers de police.

La BFV-Société Générale s’associe avec différentes entités dans les efforts qu’elle entreprend pour une meilleure bancarisation du pays

Partenaire de longue date la BFV-Société Générale et la Police Nationale viennent de renforcer davantage leur collaboration en mettant en place un système de formation bancaire pour les policiers.

Développement. « Notre métier de banquier ne s’arrête pas dans nos agences » a déclaré, hier le PDG de la BFV-SG, Bruno Massez, dans le discours d’ouverture de cette séance de formation des policiers, qui s’est tenue au centre de formation de la BFV-SG à Analakely. Une manière de dire que la banque s’active dans différents domaines susceptibles de contribuer au développement de la société. A travers ce partenariat, les officiers de police bénéficient de formations concernant l’environnement bancaire. Plus exactement sur la sécurité bancaire. « Cette collaboration affirme l’ouverture du groupe Société Générale aux autres entités et son appui à l’inclusion financière ». D’ailleurs, depuis 2015, la BFV-Société Générale propose des formations sur la sécurité financière auprès de la gendarmerie nationale.

Bancarisation. A l’issue de cette formation, les 25 enquêteurs de la Police Nationale auront beaucoup plus de connaissance sur la sécurité bancaire à Madagascar. Une formation qui arrive à point nommé quand on sait que la sécurité bancaire est encore un sujet encore peu connu alors que les enjeux sont importants. La formation a également pour objectif d’augmenter le taux de bancarisation à Madagascar. Faut-il en effet rappeler que pour le moment, seulement 6% de la population est bancarisée. L’objectif premier de cette formation est d’inciter les salariés de la police nationale à intégrer le système bancaire en sachant que celui-ci est régi par des lois et règlements stricts. La cybercriminalité sera aussi abordée pendant cette formation afin de concevoir et d’anticiper les fraudes pouvant survenir. En tout cas, la BFV-Société Générale démontre, une fois de plus qu’elle oriente ses actions dans le développement de la société malgache. « Comme sa devise le témoigne : « Développons ensemble l’esprit d’équipe », BFV-Société Générale favorise l’élargissement de l’horizon malgache en initiant petit à petit les différentes institutions publiques, en les incluant dans le processus d’évolution de l’environnement bancaire à Madagascar. Nous avons la volonté d’être la banque relationnelle de référence, et nous nous engageons auprès de nos partenaires à tous les niveaux : qualité de services, actions sociales et accompagnements ».

R.Edmond.

Midi Madagasikara14 partages

Lion’s Club Ambositra-Zafimaniry : Dons à l’orphelinat « Akany Vavaka, Mianatra, Miasa » d’Ambohim...

Remise des dons à l’orphelinat.

Après avoir passé quelques moments de difficultés, le Lion’s Club d’Ambositra-Zafimaniry se remet à rugir de nouveau. Le samedi 3 février dernier, le Lion’s club d’Ambositra-Zafimaniry  conduit par son président le lion  Hery Ramanantsimiavona a procédé à une remise de dons à l’orphelinat « Akany vavaka,mianatra,miasa » d’Ambohimiadana-Ambositra. Ces dons destinés aux 18 enfants de l’orphelinat étaient composés de quatre sacs de riz, trois  cartons de savons et des boîtes de craie. Dans son allocution, la président du Lion’s club d’Ambositra- Zafimaniry, de réitérer que le Lion’s club d’Ambositra-Zafimaniry est un club de service affilié au Lion’s club international et que sa devise est de servir les plus démunis et aussi concevoir et réaliser des projets pour le bien- être de la population et que ces dons ne sont qu’une contribution et d’exhorter tout un chacun à œuvrer dans ce sens. A noter que chaque année, ce club de service organise des levées de fonds à travers lesquelles, il convie tous les hommes de bonne volonté à prendre part pour le bien- être social.

Remuer ciel et terre. La présidente de l’orphelinat « Akany vavaka,mianatra, miasa », émue,  a tenu a remercier vivement du soutien du Lion’s club d’Ambositra-Zafimaniry  chaque fois que l’occasion se présente. L’orphelinat ne dispose pas de partenaire pour financer le fonctionnement de cet établissement se plaint la présidente fondatrice qui doit  chaque fois remuer ciel et terre pour donner de l’espoir à ses protégés de vivre comme tous les enfants du Monde et de jouir de leurs droits les plus fondamentaux.

A noter également, la contribution du président de zone 412, le lion Brice Marie Jocelyn Andrianomenjanahary à cette manifestation et de la présence effective du président de zone sud Andriamarolafy Alson Samuel, du président du Lion’s club d’Antsirabe Ranovisy, Andriamboavonjy José et de l’immédiat-past président de zone, Rakotondramavo Raymond.

La prochaine activité de ce club est prévue au mois de mars, où une campagne de lutte contre la cataracte sera au programme avec le « Lion’s  Sight First »

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara12 partages

Rock : Tselatra investit le « Telozoro »

Tselatra retrouvera ses inconditionnels au « Telozoro ».

L’ambiance s’annonce très  électrique au « Telozoro » Andrefan’Ambohijanahary. Il n’est pas le genre à se produire très souvent. Quand l’occasion se présente, il faut donc la saisir. Demain soir, Tselatra reviendra à nouveau sur le devant de la scène. Une occasion pour les inconditionnels du groupe de retrouver leur idole. Pour ces retrouvailles avec le public, rien n’a été laissé au hasard. Les répétitions ont commencé depuis plusieurs semaines. Le « live » va d’autant plus durer jusqu’au bout de la nuit. Le répertoire, pour l’occasion, ne comportera pas moins d’une trentaine de titres. Tselatra, en souvenir du bon vieux temps, c’est au « Telozoro » demain soir… à apprécier sans modération !Mahetsaka

News Mada11 partages

Carburant : les prix repartent à la hausse

Comme il a été annoncé, une hausse des prix du carburant est effective, depuis hier soir, auprès des distributeurs de produits pétroliers.

Après un gel de prix durant trois mois pour des raisons de négociations entre l’Etat et les compagnies pétrolières, les prix à la pompe sont repartis à la hausse depuis  hier. Sans surprise, car, Lanto Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, l’a annoncé, il y a quelques jours. D’ailleurs, le prix maxima à la pompe a été adopté en Conseil du Gouvernement.

Les prix du litre du super carburant et du gazole ont connu une hausse de 90 ariary. Le litre du super carburant est donc de 3930 ariary contre 3840 ariary auparavant. Celui du gazole est passé de 3 190 ariary à 3 280 ariary. Par ailleurs, le prix du litre du pétrole lampant a connu une hausse de 30 ariary, allant de 2 370 ariary à 2 430 ariary.

Hausse continue

Ce qui est sûr, c’est que les prix à la pompe  augmenteront encore dans les prochains mois. Car, d’après le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, il existe un écart de 600 ariary entre les prix actuels à la pompe et la vérité des prix.

Et même si l’Etat et les compagnies pétrolières se sont entendus  sur  une marge bénéficiaire de 140 ariary sur le litre du carburant au lieu de plus de 500 ariary auparavant, le contexte qui prévaut en ce moment tend vers la révision à la hausse des prix à la pompe. L’Etat a d’ailleurs annoncé une hausse progressive dans le cadre de l’application de la vérité des prix à la pompe.

En effet, une tendance à la hausse du prix du baril est constatée sur le marché mondial depuis maintenant quelques mois. Le baril est à 63,1 dollars selon les chiffres publiés, hier. A part cela, la dégringolade de la valeur de l’ariary par rapport à l’euro et au dollar impacte considérablement  sur les prix à la pompe. A cela s’ajoute, la révision à la hausse des taxes sur les produits pétroliers depuis janvier.

Riana R.

News Mada10 partages

Prm a Taolagnaro : le préfet oblige les fonctionnaires à fermer les bureaux

«Dans le cadre de la visite officielle de son Excellence monsieur le président de la République et son épouse à Taolagnaro, pour une cérémonie de remise de matériels pour la prévention et la prise en charge de la malnutrition dans le Sud de Madagascar, il est recommandé à tous les directeurs régionaux et chefs de service régionaux de libérer les personnels sous leurs ordres pour la journée du 28 février 2018 pour leur permettre d’assister à ladite cérémonie».

C’est le contenu d’une note circulaire que le préfet de Taolagnaro, Georget Mandehatsara a adressé à la région Anosy, à la mairie de Taolagnaro ainsi qu’aux services territoriaux décentralisés. Sous cet angle, le préfet a ainsi intimé les fonctionnaires à fermer les locaux et de suspendre tous les travaux, au grand dam des citoyens.

Il est incontestable que la distribution de matériels ainsi que la présentation de la vision «Emergence» sont des évènements à ne pas minimiser pour le régime en faveur de cette région souvent délaissée. Mais est-il vraiment nécessaire d’obliger le personnel de toute l’administration locale à ne pas accomplir sa mission ?

Cet évènement à Taolagnaro a une fois encore démontré la mainmise politique du régime. Hier, le parti au pouvoir n’a pas lésiné sur les moyens pour faire la propagande du candidat d’Etat. Les banderoles brandies par les pro-HVM en disent long en cette période pré-électorale.

Rakoto

 

Midi Madagasikara10 partages

Ancien membre du CSR : Rakotonirainy Julien n’est plus

Rakotonirainy Julien dit Kama est décédé, avant-hier. De son vivant, il a présidé l’association Antso en 1989. Kama a été également membre du Conseil supérieur de la révolution (CSR) du temps de la deuxième République. Il a été aussi membre du parti Mfm. Il a enseigné au lycée Raherivelo Ramamonjy et au lycée J.J Rabearivelo tout en publiant des œuvres littéraires. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Recueillis par Dominique R.

News Mada8 partages

Fitsaram-bahoaka tany Sambava sy Befotaka : iray maty voarasarasa antsy, telo novonoina ampahibemaso

Tany Sambava, mpangalatra lavanila iray maty voarasarasa antsy. Tany Befotaka, tovolahy telo novonoina ampahibemasy tamin’ny fomba feno habibiana. Mirongatra tsy misy farany ny fitsaram-bahoaka. Malemy, miraviravy tanana tanteraka ny fanjakana.

Manao tohivakana tampoka ny fitsaram-bahoaka tany Sambava sy Befotaka. Voalaza fa nanao “Opération tsy mitsitsy” ny tantsaha mpamboly lavanila any Sambava ka niafara tamin’ny famonoana olona izany. Voarasarasa tamin’ny antsy ny tovolahy iray 30 taona raha tafiditra tao anaty vavasaha lavanila ao Ampihevohana Ambariomihambana, any Sambava, ny talata tokony tamin’ny 11 ora alina. Tratra ireo mpanao andrimaso saika hangalatra lavanila izy io ka voalaza fa namaly ary izao niafara tamin’ny fitsaram-bahoaka izao. Nanamafy ny lehiben’ny fokontany ao an-toerana, Tonganasy Berson, fa namaly izy io ka raikitra ny fifandonana teo aminy sy ireo mpamboly ary niafara tamin’ny fahafatesany. Efa-dahy ireo nanao latsak’alina hangalatra lavanila fa raha vao tratra ny iray, nandositra ny telo izay mbola karohina ankehitriny. Lavanila maitso 20 kg, izay mitsinjara amin’ny gony efatra, no sisa tavela teo an-toerana.

Olona telo maty tany Befotaka

Resaka fitsaram-bahoaka ihany, tany Befotaka ny alahady hifoha alatsinainy teo, ary mbola nitohy ny alatsinainy tontolo izany. Ady teo amin’andiana tovolahy nisotrosotro izy io, ary niafara tamin’ny fahafatesana lehilahy iray. Voatondro ho dahalo niova fo io lehilahy io ka niitatra tamin’ny fifamaliana izany. Voakapan’ny famaky ny lohany ary nitarika ny fahafatesany ihany. Tezitra, noho izany, ny fianakavian’izy io ka nilaza fa hamaly faty. Niitatra ny alatsinainy antoandro ny ady sy ny savorovoro ka nisy telo lahy voasambotr’ireo andaniny tamin’izany ary voalaza fa novonoina teo an-kianja tao an-tanàna. Araka ny vaovao tany an-toerana, nitazam-potsiny ny mpitandro filaminana nanoloana ity tranga ity. Toy izany koa ny olona teny amin’ny manodidina. Fantatra fa nisy ny fampiasana basy tamin’ny famonoana azy telo ireo, izay tsy fantatra ny nivoahan’izany fitaovam-piadiana izany.

Miandry fandraisana andraikitra

Manoloana ireo tranga famonoana miendrika fitsaram-bahoaka ireo, miandry fandraisana andraikitra avy amin’ny mpitandro filaminana ny rehetra. Tsy misy intsony ny fahatahorana fitondrana raha izao toe-javatra izao. Eo ihany koa ny tsy fahatokisan’ny olona ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana. Matetika mantsy, ireo tratra amin’ny halatra, mivoaka vetivety ihany. Hany ka vonoin’ny olona izy ireo rehefa voasambotra indray.

Ilay tranga tany Befotaka ity, valifaty ny resaka izay nampikorontana ny tanàna, kanefa mbola tsy voafehy ihany koa. Aiza ny vahaolana amin’ny tsy fandriampahalemana atolotry ny fanjakana toy ny “Task force”? Mahavaha olana sa resabe fotsiny ihany?

Yves S.

 

Midi Madagasikara8 partages

Pétanque- Elections CBT : Un programme alléchant pour Rina Andriamampiadana

Non content d’être déjà populaire et surtout adulé par les boulistes, Rina Mahefa Andriamampiadana va encore plus loin dans cette campagne pour la présidence du Club Bouliste de Tananarive en sortant un programme autant le dire alléchant, car se reposant sur la mise en place d’un club moderne dans un cadre féérique. Jugez-en plutôt.

Au cas où il se ferait élire président du CBT, ce qui ne saurait vraiment pas tarder, Rina Mahefa Andriamampandry mettra en branle des travaux de rénovation tant dans la gestion du club que pour le décor avec, cerise sur le gâteau, la construction d’un gymnase couvert contenant dix terrains et pouvant être utilisé à tout moment.

Rénovation. Mais bien avant, il va s’atteler à redorer l’image du CBT en mobilisant les grands moyens pour éponger ses lourdes dettes tout en cherchant les voies et moyens pour faire rentrer de l’argent avant de s’attaquer à la rénovation du clos incluant la connexion des lieux et même la mise en place d’un Canal Sat et d’un poste téléviseur pour qu’on puisse y suivre les compétitions de pétanque à travers le monde..

Parmi les priorités de Rina figurent le recours au panneau solaire pour alléger les charges de la Jirama et éclairer davantage tous les terrains. Il va également mettre en place des caméras de surveillance pour se préserver des vols devenus fréquents ces derniers temps.

Mais parmi ses promesses les plus attractives, on notera la création d’un site web pour que chacun puisse tout savoir sur les membres du CBT et leurs performances. Mais l’idée de mettre un logiciel pour que chaque membre puisse connaître le budget du club, fait aussi partie de ses points forts sinon une expression, une de plus, de l’honnêteté de ce jeune homme qui entend tout faire le bien de chaque membre. Et plus particulièrement les champions du monde qui vont bénéficier à vie de l’exonération du droit annuel au sein du CBT. Les champions de l’année en cours bénéficieront aussi de cette largesse pour la prochaine saison sans oublier les reconnaissances qui vont avec.

Etant joueur de haut niveau pour avoir été champion du monde junior en 2003, Rina connaît plus que tout autre la nécessité d’avoir un entraîneur à plein temps.

Enfin et non des moindres, Rina Andriamampiadana va mettre un accent tout particulier sur l’aide aux vétérans, aux juniors et aux dames. Ces deux derniers se verront même offrir de l’aide lors des déplacements en province. De quoi séduire tout le monde. Vraiment tout le monde !

Clément RABARY

News Mada7 partages

Fifidianana filoham-pirenena : ho kandidà Raharimanana Mamy

 Mitombo isa. Naneho ny  fahavononany ho kandidà ho filoham-pirenena, ny mpanorina ny Madagasikara amin’ny endrika vanona (Maeva), Raharimanana Mamy.  «  Ilaina ny  fanovana ny  toetsaina. Hampiasaina ny teknolojia avo lenta. Eo koa ny fiahiana ny maha olona ary ny fampitoviana ny  rehetra tsy misy fitongilanana eo amin’ny fitsarana… », hoy izy nanambara ny vina sy ny fampandrosoana ny firenena, teny  Ankadikely Ilafy, omaly. Na eo aza anefa izany, mirona  bebe kokoa amin’ny  fametrahana ny firenena eo an-tanan’i Jesoa Kristy ny tenany sy ireo ekipa miaraka aminy amin’ny hampandrosoana ny firenena. Nohitsiny fa anisan’ny mahamaika azy ny olona. “Ny anay tsy ny vahoaka fa ny tsirairay mihitsy aloha. Manaraka ny tontolo manodidina ny  olona  ary ny fitsarana, tsy mitanila”, hoy ihany  izy. Anisan’ny vinany  koa  ny  hanamaivana ny andavanandrom-piainan’ny olona. “Efa misy paikady fa  ho avy ny fotoana hanambarana izany”, hoy  ny kandidàn’ny Maeva.

Synèse R.

 

News Mada7 partages

Coopérations décentralisées : les opportunités s’ouvrent aux CTD malgaches

Place à la deuxième édition de la coopération internationale des collectivités malgaches et françaises (AICT 2018) qui se tiendra la semaine prochaine à Antananarivo. 450 participants, issus des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) malgaches et françaises, seront présents à cette rencontre de trois jours.

La deuxième édition des assises de la coopération internationale des collectivités malgaches et françaises (AICT 2018)  se tiendra du 5 au 7 mars. L’enjeu est majeur pour la partie malgache  car des opportunités sont à saisir en vue des futurs partenariats avec les collectivités françaises.

Le cas s’est déjà présenté lors de la première édition de ces assises organisées à Antananarivo en 2006 qui a permis la réalisation de 245 projets dont le financement s’élève à 7 millions d’euros.

« Les missions d’évaluation menées en décembre 2017 ont montré que les premières assises ont porté leurs fruits et que la coopération décentralisée  contribue largement au  développement local. C’est la raison pour laquelle, nous devons profiter de cette 2e édition. Le nombre de participants étant limité, certains communes ont constitué un groupement pour être représentées aux AICT 2018 et profiter de cet événement international », a affirmé le  secrétaire exécutif des comités de pilotage des AICT 2018 à ce sujet.

450 participants, dont 177 représentants des collectivités malgaches, 237 pour les collectivités françaises et une quarantaine de représentants d’organisations et partenaires œuvrant pour la coopération, seront au rendez-vous. Les Collectivités territoriales décentralisées (CTD), le secteur privé, les autorités étatiques, ainsi que des délégués la Société civile-issus de la Grande île et de l’Hexagone participeront également  à ces rencontres de trois jours.

Coopération avec d’autres pays

«Outre la coopération avec la France, qui a donné des résultats positifs, nous devons également chercher à développer la coopération décentralisée avec d’autres pays qui ont une relation diplomatique avec Madagascar. Mais cela doit se faire en respectant la coopération bilatérale nouée par l’Etat central avec ces pays», affirmé le secrétaire d’Etat en charge de la coopération et du développement au niveau du ministère des Affaires étrangères, à l’occasion d’une rencontre organisée, hier, au palais de Mahazoarivo.

A ce propos, «la loi 2015/ 958 du 15 juin 2015 permet aux CTD de nouer directement un partenariat avec les CTD des pays étrangers ayant une relation diplomatique avec Madagascar, suivant le plan communal de développement», a expliqué le directeur de la coopération décentralisée au niveau du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid), lors d’une rencontre organisée à Antananarivo en octobre dernier.

Quatre thématiques seront abordées durant les assises.  Il s’agit, notamment, de la gestion des risques et des catastrophes, du développement économique local, du secteur de l’eau et l’assainissement,  de la jeunesse.

Riana R.

 

La Vérité7 partages

Paix et stabilité - Le Premier ministre contre des conseillers à Iavoloha

Le Premier ministre  Olivier Mahafaly Solonandrasana reste peu diseur sur ses attributions selon les dispositions constitutionnelles. Mais le locataire de Mahazoarivo a brisé le silence au cours de la cérémonie d’inauguration à Ampandrianomby mercredi dernier. L’occasion a été pour lui de rappeler la teneur de l’article 65 de la Constitution. L’alinéa 9 dudit article stipule qu’il (ndlr : le Premier ministre, chef du Gouvernement) « assure la sécurité, la paix et la stabilité sur toute l’étendue du territoire national dans le respect de l’unité nationale. A cette fin, il dispose de toutes les forces chargées de la Police, du maintien de l’ordre, de la sécurité intérieure et de la défense ». En s’appuyant sur cet aspect, le principal concerné a évoqué la nécessité pour l’administration, sous sa férule, de prendre le contrôle du territoire en vue des sacro-saintes paix et stabilité en cette veille des élections.

Les mouvements sur les routes nationales sont particulièrement visés. Le contrôle des flux des marchandises, y compris les convois transportant des bœufs sur pied, seront renforcés. Il va sans dire que le vol de bovidés qui écume à longueur d’années les diverses régions est à la source de l’insécurité rurale grandissante sur de l’île. Mais, en voulant passer à l’action, le Premier ministre risque de se heurter à des tout-puissants conseillers du Président de la République. Ils sont des multimilliardaires pour la plupart et se comportent ainsi comme des intouchables. Ils font ce qu’ils veulent au détriment des intérêts de la population. Les véhicules affectés au transport de marchandises douteuses de tout acabit leur appartenant sont plus souvent exempts de contrôles et de fouilles. En particulier, ceux prenant la direction de la ville du port de Toamasina, où le Président dispose d’un concentré de conseillers spéciaux, donnent du fil à retordre aux simples agents. Même les hauts responsables de l’administration active et de l’appareil judiciaire ne peuvent rien contre eux. Tellement ils sont considérés comme des géants parmi les géants.M.R.

Midi Madagasikara7 partages

Football – Ligue 1 : Les nouveaux venus font sensation

La deuxième journée du championnat d’Analamanga de Ligue 1 a permis aux deux nouveaux promus de se distinguer. Si Fosa Juniors s’est logiquement débarrassé de Mi20 sur le score de 1 à 0, la CNaPS Sport annonce un lendemain prometteur en allant battre Mama FC sur le même score de 1 à 0.

Deux performances qui relancent déjà ce championnat tananarivien promis à de rudes batailles notamment avec le réveil d’USCAFOOT désormais confié à Raux Auguste et qui vient de battre un des prétendants au titre en l’occurrence le COSFA par 1 à 0.

Dans les autres rencontres, l’AS Adema poursuit sa marche en avant en infligeant un camouflet au COSPN (3 à 1) tandis qu’Elgeco Plus a remis Tana Formation à sa place en lui marchant carrément dessus et finir sur une opération portes ouvertes de 6 buts à 0.

Voici par ailleurs le calendrier de la 3e journée de ce dimanche et comportant notamment un sulfureux Fosa – CNaPS connus pour être des frères ennemis :

A Carion

10h00 : AS Adema contre Tana Formation

12h00 : Elgeco Plus contre MAMA FC

14h00 : Fosa Juniors contre CNaPS Sport

A Mahamasina

09h00 : Mi20 contre USCAFOOT

11h00 : COSFA contre COSPN

Clément RABARY

Midi Madagasikara6 partages

A la recherche d’un « gisa mainty »

La course à l’élection présidentielle est bel et bien engagée. Ceux qui veulent briguer le poste de chef de l’Etat commencent à se faire connaître. Cependant, déclaration de candidature ne veut pas dire qu’elle sera validée par la HCC. Néanmoins, on peut se rendre compte qu’il n’y a pas de fatalité et qu’il ne faut pas se résigner à voir les mêmes personnalités occuper le devant de la scène. Certes, les obstacles à surmonter sont nombreux. Il y aura beaucoup d’appelés et peu d’élus.

A la recherche d’un « gisa mainty »

Les noms des candidats potentiels commencent à circuler dans le milieu des médias. On connaît bien évidemment ceux qui font figure de favoris. L’actuel chef de l’Etat est bien évidemment en tête de liste. Il en est de même d’Andry Rajoelina. L’ancien président de la République Marc Ravalomanana est, lui aussi sur la ligne de départ malgré l’épée de Damoclès qui est suspendue sur sa candidature par le pouvoir. A côté de ces personnalités connues, il y a des outsiders qui commencent à se montrer. Le pasteur Mailhol a très tôt affirmé qu’il entrerait en lice. D’autres se sont déclarés officiellement récemment. C’est le cas de Patrick Raharimanana sur son compte facebook ou de Mamy Raharimanana présenté par le parti Maeva. D’autres laissent filtrer des informations sur leur possible candidature. Plusieurs hommes politiques proches du pouvoir ne cachent pas leur intention de se lancer dans la course. On peut se demander si ces derniers ne roulent pas effectivement pour le régime et s’ils ne sont que des faire-valoir. Les citoyens attendent un véritable débat d’idées et la confrontation de projets sérieux permettant un développement de Madagascar. Pour le moment, on est bien loin de cela. Le « fisandratana 2030 » de Hery Rajaonarimampianina et l’IEM d’Andry Rajoelina font miroiter un avenir radieux pour la Grande Ile, mais aucun détail de leur réalisation n’est dévoilé jusqu’à présent. On attend donc des propositions concrètes de tous ceux qui vont briguer le poste de président de la République. C’est un « gisa mainty », (oiseau rare) comme le met en exergue un film projeté en ce moment, qu’on espère voir surgir dans le paysage politique actuel.

Patrice RABE.

L'express de Madagascar5 partages

Anosy – Un avenir tracé dans l’émergence

Le président de la République, était à Taolagnaro hier pour présenter le « Fisandratana 2030 » aux acteurs de développement dans la région.

La tournée présidentielle pour l’information, explication et mobilisation des acteurs pour l’émergence 2030 a commencé dans la capitale de la région Anosy, hier. Dans la grande salle de la commune urbaine de Taolagnaro, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a exposé en une heure, cette vision présidentielle devant les autorités locales de la région Anosy et Androy, les acteurs de développement ainsi que les partenaires techniques et financiers.« Ce plan d’émergence a été concocté pendant 18 mois avec l’appui d’un cabinet de renom international. J’ai fait le tour du pays et rencontré mille deux cents personnes issues de différents secteurs économique et social pour que ce plan puisse répondre aux aspirations de chacun. C’est un projet réaliste et qui placera Madagascar à côté des pays émergents d’ici une dizaine d’années », souligne le président de la République.Un programme ambitieux qui entend porter le revenu par habitant à 1 000 dollars en 2030 contre 416 dollars en 2004. En construisant l’avenir du pays sur sept moteurs de croissance comme le tourisme et l’agriculture, ce plan veut redonner espoir à la majorité pauvre en promettant une croissance inclusive, créatrice d’emploi et de valeur ajoutée.

Pôle économiqueLes manches de chemise retroussées, il a martelé dans ces propos que c’est aux malgaches de tracer leur avenir et qu’il est temps de dépasser la culture de court terme et bâtir sur le long terme. Selon ses explications, Madagascar entame déjà son décollage économique en enregistrant un taux de croissance de 4,1% en 2017 et 5,1% pour cette année. Et, cette trajectoire se doit d’être ascendante. « On ne peut plus permettre que le pays sombre à nouveau dans une crise », indique-t-il avec fermeté.Dans ce « Fisandratana 2030 », le grand Sud se dessine parmi les quatre pôles économiques. Le Sud regorge de ressources potentielles et a seulement besoin d’un coup de pouce pour amorcer son take-off et améliorer le niveau de vie de ses habitants. « Le développement commence dans le Sud. À travers des projets structurants que nous avons déjà entamés, le Sud sera transformé en une région d’opportunité et ne sera plus vu comme une région de famine et de pauvreté », poursuit-il. Sous un tonnerre d’applaudissements, surtout des autorités locales, le locataire d’Iavoloha, n’a pas hésité à annoncer la réhabilitation et la construction de certaines routes à l’instar de la RN13, RN12A.« Nous sommes aussi en phase d’étude et de dialogue avec nos partenaires chinois pour la construction de la route reliant Toliara – Ampanihy », confie-t-il.Outre la mise en place de la Zone Économique Spéciale, le projet Bovima dans la région Anosy, les deux ceintures d’ilménites à Toliara et à Taolagnaro, le Président prévoit aussi de mettre en place des stratégies précises pour améliorer la situation énergétique dans le Sud. Ceci à travers l’exploitation du charbon et de l’énergie renouvelable.« Les infrastructures pour l’alimentation en eau dans le Sud date des années 60 – 70. L’heure est venue pour corriger les erreurs du passé. Et, les partenaires japonais sont prêts à nous épauler », a expliqué le Président. En ce sens, un projet de deux cents forages en partenariat avec la Chine se profile à l’horizon pour l’approvisionnement en eau du Sud. Par ailleurs, le Président annonce que « la Banque Mondiale financera à hauteur de quinze millions de dollar l’alimentation en eau à Toliara et à Antsiranana ».En appelant les autorités locales à rétablir l’autorité de l’État, le PRM a plaidé pour la stabilité politique et l’État de droit.

Solofonomenjanahary Fanomezantsoa Moïse

Midi Madagasikara5 partages

John Love, le fédérateur des fonctionnaires sportifs

John Love veut redorer le blason du sport pour les fonctionnaires et les agents de l’Etat.

Depuis tout petit, il rêve de devenir dirigeant. Il l’a réalisé en étant déjà élu plusieurs fois président de club de football et de handball.

 Andrianarison Jean Aimé Botosera dit John Love est le nouvel homme fort du sport des fonctionnaires et des agents de l’Etat. Il a été élu président de l’association regroupant les fonctionnaires sportifs, hier, à l’Académie nationale des Sports (ANS) à Ampefiloha.

79 voix. Aider les autres, John Love est très connu dans les actions sociales et surtout dans le domaine sportif. Il est l’un des fondateurs du club 3FB Handball et Football. Il a été déjà coach de la sélection malgache de handball à l’île Maurice. Il est discret, il travaille dans l’ombre et veille à ce que son club triomphe. Très actif au sein du sport des fonctionnaires, il avait l’ambition de diriger l’association des fonctionnaires sportifs. Lors du championnat national organisé par le CISEF dont il a été membre à Toliara, c’est lui qui a géré les finances où aucun couac ou problème n’a été constaté. Et dans la continuité de ses actions, il a été élu président de l’association des fonctionnaires sportifs en raflant 79 voix sur les 116 votants. « La porte est grandement ouverte pour tout le monde et pour le dialogue. Les différentes compétitions vont reprendre d’ici à quelques semaines. Les finales inachevées à Toliara seront jouées » a expliqué le nouveau président. « Nous allons apporter du changement et un nouveau souffle pour le sport d’entretien des fonctionnaires et des agents de l’Etat » a-t-il continué. Ce qui a marqué John Love est sa capacité de fédérer et de convaincre ses pairs. La nouvelle équipe de John Love sera présentée ce jour. Le nom de la nouvelle association sera décidé en assemblée générale.

 Dirigeant né. Pour la petite histoire, John Love a déjà occupé le poste de vice-président de « fokontany » à Toamasina à l’âge de 16 ans. Il a étudié à l’EPP Lohariandava Brickaville puis au CEG Mangarano Toamasina et au Lycée Rabemananjara. Après le baccalauréat, il a poursuivi ses études à l’Université de Barikadimy à Toamasina au sein de la filière « Economie ». Il a continué ses études à l’IFIRP (filière santé mentale) à Antananarivo et actuellement il suit une formation à l’ENAM. Au-delà de ses fonctions au sein des associations et équipes sportives, John Love est le Directeur général de l’« Institut de formation de paramédicaux » à Sofia. C’est un fervent des luttes syndicales si on ne parle que du « syndicat de paramédicaux », de l’association des « paramédicaux de Madagascar » et de l’ « ordre des infirmiers ». Cette élection à la tête de l’association des fonctionnaires sportifs est la suite logique de son combat entamé depuis très longtemps…

 T.H

News Mada3 partages

Rakotoamboa Jean-Louis : « tsy demokrasia ny eto fa izay mangala-bato no lasa mpitondra »

Efa samy miketrika ny fiatrehana fifidianana izao… Hanao ahoana?Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny antoko Teza, Rakotoamboa Jean-Louis: « Karazana demokrasia misy eto: tsy azo iainana, tsy demokrasia akory fa izay mangala-bato no lasa eo amin’ny fitondrana. Tsy mety fa tsy maintsy ovaina izay. » Dinidinika, talohan’ny fandrafetana ny volavolana lalàm-pifidianana …

 Gazety Taratra (*): Inona no heverin’ny Teza ho vahaolana amin’ny tontolo politika misaritaka be amin’izao fotoana izao? 

Rakotoamboa Jean-Louis (-): Rehefa dinihina amin’ny saina tsy miangatra, olana ara-drafitra no misy eto amintsika amin’izao fotoana izao. Tsy mety ny rafi-pitantanana, rafi-pifehezana, rafi-pandaminana amin’ny firenena. Vokany, lasa miady an-trano amin’ny tsy misy dikany isika.

Raha te hanao izany demokrasia izany isika, tsy mety ny fototra sy ny rafitra ary ny fitsipika: voatery manao fifandimbiasam-pahefana an-keriny hatrany, ary tsy mandroso ny firenena fa tsy marin-toerana. Fototra demokratika ny lalàmpanorenana sy ny lalàm-pifidianana ary ny lalàna mifehy ny serasera.

Santionany iray amin’izany, ohatra, amin’io lalàmpanorenana kitoatoa be io: milaza amin’ny vahoaka ny fandaharanasany tiany hatao raha voafidy ny filoham-pirenena, tokony ho izy no manendry ny ekipany sy ny lehiben’ny ekipany. Nefa ny depiote indray no manolotra ny lehiben’ny governemanta hanatanteraka izany. Efa tsy mety izao izay. Voatery manangona sonia an-tsokosoko ny filoham-pirenena mba hahazoana manendry ny lehiben’ny governemanta.

Ohatra hafa, hatramin’ny Repoblika I ka hatramin’izao: hitantsika fa manana fomba ampiasana ny fahefam-panjakana ny eo amin’ny fitondrana, ary mangalatra ao anatin’ny kitapom-bolam-panjakana hahazoana misahana ny fifidianana rehetra. Atao haingon-tsehatra fotsiny ny sisa…

* Fa manao ahoana ny enti-manana amin’ny fiatrehana fifidianana?

 – Mila any amin’ny 5 tapitrisa dolara ny antoko iray vao mahasahana an’i Madagasikara, amin’ny fanaovana fifidianana filohan’ny Repoblika. Any amin’ny 5 tapitrisa dolara avy raha hanao fifidianana depiote sy fifidianana ben’ny Tanàna. 15 tapitrisa dolara izany vao mahasahana ny fifidianana rehetra eto Madagasikara ny antoko iray. Tsy misy antoko manana an’izany eto. Izay eo amin’ny fitondrana afa-mangalatra ao amin’ny kitapom-bolam-panjakana no afa-manao izany.

Raha jerena amin’ny saina tsy miangatra, ny filohan’ny Repoblika: filoha faratampon’ny Foloalindahy, lehiben’ny mpanara-maso ny volam-panjakana… Ry zareo ihany no manao azy ao. Lasa mibanaka be ho azy ny fakana vola ao amin’ny kitapom-panjakana amin’ny fomba maro isan-karazany.

Tsy misy izany fanadihadiana parlemantera izany eto. Anarany fotsiny ny hoe manara-maso ny mpanatanteraka ny parlemantera. Tsy afa-manao inona izy raha ny tena marina, satria tsy manana ny enti-manana amin’izany.

* Tsy misy fanaraha-maso ny volam-panjakana ?

– Na ny fitsarana momba ny kaonty aza, mba nanao tatitra tamin’ity taona ity: resaka famalifaliana fotsiny. Manome lamandy no ataony, fa izay no ao anaty lalàmpanorenana sy ny lalàna fehizoro. Mibanaka be ho an’ny mpanatanteraka amin’izay fotoana izay ny volam-panjakana.

Afa-mangalatra ao izy amin’izany, afa-mampiasa ny fahefam-panjakana, afa-mampiasa ny fiaram-panjakana mandritra ny herintaona sy tapany ametrahany ny ambaindainy, afa-manery ankolaka ireo orinasa isan-karazany hanome vola hahazoana manao fifidianana… Haingon-tsehatra fotsiny ireo antoko politika hafa ety ivelany, mody asaina mirotsa-kofidina fa tsy ho voafidy mihitsy. Voatery misy ny fifandimbiasam-pahefana an-keriny.

Raha jerena izao ny fifidianana farany teo, nandrotsaka kandidà avokoa Ravalomanana, Rajoelina, Ratsiraka. Iarahantsika mahita ny vokany: haingon-tsehatra fotsiny… Manana depiote 21 Ravalomanana; Ratsiraka, tsy nahazo na iray aza. Tamin’ny fifidianana kaominaly, raha misy 1 700 ny ben’ny Tanàna eran’i Madagasikara: zara raha nahazo 300 na 400 ny fitambaran’ireo antoko hafa rehetra, fa lasan’ny eo amin’ny fitondrana avokoa.

Izany no karazana demokrasia misy eto: tsy azo iainana, tsy demokrasia akory fa izay mangalatra no lasa eo amin’ny fitondrana. Tsy mety fa tsy maintsy ovaina izay.

* Ahoana ny amin’ny lalàm-pifidianana?

– Toy izany koa ny lalàm-pifidianana… Tokony ho ny fokonolona no manao ny lisitry ny mpifidy. Miainga amin’ny kahien-drejistra izany. Manapaka farany ny lisi-pifidianana amin’ny fivoriambe ny fokonolona, fa tsy ny fanjakana.

Tsy tokony hisy intsony ny kara-pifidianana, fa homena fakan-tsary nomerika tsirairay avy ny kaominina 1 700 manerana an’i Madagasikara. Anjaran’ny kaominina ny mitety ny fokontany ao aminy mandritra ny roa volana, herinandro isaky ny fokontany: maka sary izay olona tokony hanana kara-panondro.

Amin’izay, manana izany avokoa ny eran’i Madagasikara ao anatin’ny enim-bolana. Iny kara-panondro iny no entina mifidy, fa tsy kara-pifidianana amboarina ary andaniam-bola amin’ny tsy misy dikany: omena na tsia ny mpifidy, arakaraka izay tiana hanaovana azy.

* Ahoana ny amin’ny fanaraha-maso ny fifidianana amin’izany?

– Raha jerena koa, ohatra, ny amin’ny fanaraha-maso ny fifidianana, ny endri-javatra ivelany no hitan’ny fiombonambe iraisam-pirenena: distrika dimy na folo no voajeriny. Any amin’ny fitrandrahana vato, ohatra, izay hahafahana manodinkodina ny raharaha momba ny fifidianana: tsy misy manara-maso. Any amin’ny fokontany sy ny kaominina lavitra be no tena amboarina ny isam-bato. Vokatr’izay, tsy mandeha amin’ny laoniny ny voka-pifidianana.

Ny vahaolana arosonay, omena fahalalahana koa ny fokonolona amin’izany: manendry olona azony antoka hiaro ny safidiny. Manara-maso sy manao fitanana an-tsoratra (PV) ireo olona ireo. Tsy maintsy raisina sy omen-danja ny PV ataony, rehefa manapaka sy mamoaka ny voka-pifidianana.

Raha misy toerana hita fa  misy tsy mety, atao ny fanadihadiana: raha omena 15 taona an-tranomaizina amin’izay hita fa manao ny tsy mety amin’ny fanodinkodinana vato, tsy hisy intsony ny fanodinkodinana  safidim-bahoaka.

 Nangonin’i R. Nd.

News Mada2 partages

Foot – CAN 2019 : un stage à Montdidier au programme

Les Barea de Madagascar A attendent de pied ferme le coup d’envoi du prochain tour de qualification pour la Can 2019. On a annoncé auparavant la tenue des deux matchs amicaux face, respectivement, au Togo (21 mars au stade Leu la Foret) et au Kosovo (24 mars à Franconville), durant le mois en cours. Après le coup d’envoi du regroupement, les protégés de Nicolas Dupuis seront en stage au centre sportif de Montdidier, du 19 au 25 mars, dans le cadre de la trêve internationale.

Un choix judicieux, selon les techniciens, car le centre dispose des infrastructures adéquates et de plusieurs autres salles qui répondent aux besoins des sportifs. Notons que Madagascar sera mis à rude épreuve pendant la seconde journée des éliminatoires de la Can 2019, après une victoire non usurpée face au Soudan.

Par ailleurs, le Conseil des associations de football d’Afrique australe (Cosafa) organisera cinq tournois cette saison. Chez les hommes, la compétition aura lieu en Afrique du Sud, du 27 mai au 9 juin. Les jeunes footballeurs de la zone, notamment les U17, entreront en lice à partir du 19 juillet à Maurice. C’est un tremplin pour la joute continentale 2019 en Tanzanie. Les moins de 20 ans seront aussi à l’honneur en décembre. Un championnat féminin du Cosafa est également dans l’agenda mais les dates restent à déterminer. On espère que Madagascar alignera quelques formations pendant ces différentes compétitions.

Rojo N.

News Mada2 partages

Bloco Malagasy : direction, le Cambodge

En pleine tournée internationale en Asie, les dix jeunes filles du groupe Bloco Malagasy étaient en Thaïlande la semaine dernière. Actuellement, elles mettent le cap sur le Cambodge pour deux semaines de tournée, ponctuées de rencontres, d’échanges, de découvertes et surtout, de concerts.

La tournée a débuté le 16 février  en Thaïlande. Le groupe a surtout découvert d’autres arts, tels que la boxe thaï, la danse Apsara, sans oublier la musique traditionnelle thaïlandaise. De leur côté, les jeunes filles ont aussi démontré la culture malgache à travers une démonstration de danse traditionnelle d’Antadroy ou encore d Tsapiky.

Ensuite, le moment fort de cette tournée s’est tenu le 21 février, où Bloco Malagasy a rencontré la femme du Premier ministre Thaï à l’Institut de musique de la Princesse Galyani. Le lendemain, elles ont participé à un évènement culturel durant lequel plusieurs pays ont participé, comme les Etats-Unis, la Chine, La Réunion…

La deuxième partie de la tournée débutera cette semaine au Cambodge. Le programme s’annonce aussi chargé. Jusqu’au 10 mars, elles assureront des concerts, animeront des ateliers, effectueront de nombreux échanges culturels avec d’autres jeunes élèves et lycéens. Et le clou de cette tournée sera le concert au Madison corner, qui se déroulera le 8 mars, dans le cadre de la célébration de la Journée de la Femme. Rappelons que Bloco Malagasy a choisi de véhiculer le message «Agir pour l’autonomisation des femmes».

Holy Danielle

News Mada1 partages

Us et coutumes : Je suis, tu es, il est privilégié

Droit : ce qui est exigible, permis dans une collectivité humaine.

Privilège : avantage particulier accordé à un seul individu ou à une catégorie, en dehors de la loi commune.

C’est assez simple à comprendre quand la plupart des individus sont soumis à la loi commune. Mais quand chaque individu revendique toujours plus de privilèges, que le régime des faveurs est la norme, la société marche sur la tête. Elle ne peut plus fonctionner et pourtant, ici, elle tourne ! A-t-on, par la magie de l’histoire et la nature des hommes, découvert une association nouvelle du droit et du privilège ? La formule n’est pas encore brevetée mais elle fait ses preuves à tous les niveaux de la société.

 

La Vérité1 partages

Omnisport - sport d’entretien des Fonctionnaires - « John Love » prend les commandes

Comme il fallait s’y attendre, Jean Aimée Botosera Andrianarison présidera l’association du sport d’Entretien des Fonctionnaires pour les prochaines années. Il  a été élu par les représentants des sportifs de chaque ministère avec 79 voix, hier, lors d’une élection organisée par le Cisef (Comité Interministériel du Sport d’entretien des Fonctionnaires). Le nouveau président s’attachera à revaloriser l’association.

« Notre priorité est de relancer toute compétition, de mettre l’association à la place qu’elle mérite et de la réserver exclusivement  pour les vrais fonctionnaires. Nous devrons aussi corriger les erreurs du passées et diriger l’association dans la transparence totale que ce soit en matière de gestion ou de compétition. Dans cette optique, nous solliciterons des experts pour collaborer avec nous », promet le nouveau président après son élection. Et d’ajouter que sa nouvelle équipe est ouverte à tous les fonctionnaires.Pour le coordonnateur du Cisef, Paolo Emilio Raholinarivo Solonavalona, « j’ai sollicité le nouveau président de collaborer avec ses adversaires de vote et de tout faire pour qu’il n’y ait plus de problème au sein de l’association. Et qu’aucun autre individu n’utilise le nom de l’association pour organiser des sports au nom de l’association », lance-t-il. Le scrutin a eu lieu à l’ANS Ampefiloha qui a vu la participation de tous les représentants des départements ministériels et institutions de l’Etat. 106 électeurs ont voté sur les 116 inscrits issus des 32 départements ministèriels, 5 institutions à savoir, la  Présidence de la République, la primature, l’Assemblée Nationale, le Senta et le CENi ainsi que les 50 collèges des techniciens. Quatre candidats  ont postulé pour le poste. Il  s’agit de Marie Jimy Mamy Rahaga issue du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), de Jean Aimée Botosera Randrianarison du ministère de la Santé (MS), de Mahefatiana Philibert Rasolomandimby du ministère de l’Education nationale (MEN), de Naly Cindy Mireille du Ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures (MEEH). Cette dernière a remporté 26 voix tandis que les deux autres candidats ont remporté respectivement 3 et une voix. Malgré la demande  de quelques ministères pour le report de cette élection, tout s’est bien déroulé sans le moindre incident. Au contraire, tous les représentants des ces ministères étaient bien présents pour y participer.  Tout a été assisté par les représentants du MJS garant du texte. D’après le directeur du Sport pour tous, Falimanana Julien Juste  Angelo, « l’objectif principal est de reconsidérer l’association, le ministère a assisté le Cisef en tant que garant de la transparence de l’élection.  En ce qui concerne le nom de cette nouvelle association, c’est une assemblée générale que le nouveau président devra tenir le plus vite possible pour adopter un nouveau règlement intérieur et un statut ainsi que de décider un nouveau nom de l’association ». Notons que la nouvelle équipe a déjà annoncé que le championnat national aura lieu cette année à Antsiranana. E.F.

La Vérité1 partages

Education des jeunes à l’Akamasoa - Un « Dina » pour corriger les délinquants

Une soixantaine de jeunes emprisonnés. C’est ce que le Père Pedro Opeka a informé en se référant à la délinquance juvénile dans son centre « Akamasoa » sis à Andralanitra. En fait, ce dernier enregistre 14 000 enfants et jeunes scolarisés, contre quelques dizaines châtiés. « Ce chiffre aurait grimpé jusqu’à des centaines voire un millier de jeunes délinquants dans cette localité sans les écoles et autres activités sportives ou associatives entreprises », avance le père fondateur de ladite association.

Toutefois, il existe un « Dina Akamasoa » afin de limiter les dérives, non seulement destiné aux jeunes mais aussi  à tous les habitants de ce centre. Parmi les actions d’application de ce « pacte communautaire » figure l’isolement des délinquants dans une « maison de correction » au sein du centre même. « Les prisons à Madagascar sont déjà surpeuplées et l’on constate un embouteillage au Tribunal alors autant sanctionner les jeunes à partir d’un « Dina ». Ainsi, ceux qui ont commis des délits mineurs sont intégrés dans cette maison, au lieu de porter plainte contre eux ou de les emmener devant les Forces de l’ordre. Ce moment d’isolement leur permettra de mieux réfléchir et de se repentir de leurs actes. Ils doivent également s’excuser publiquement, avant que l’on leur donne une seconde chance. Enfin, les parents, enseignants, membres du comité et coachs les corrigent et les suivent de près », explique le Père Pedro.Le « Dina Akamasoa » exclut les jeunes qui ont commis des délits en dehors du centre. C’est le cas d’un jeune homme ayant travaillé du côté d’Ivato et qui y est accusé de vol. « Les gendarmes l’ont emmené ici ce matin. Cela constitue une honte pour le centre, malgré les leçons et mesures prises pour éviter ce genre de situation. Désormais, cette affaire est entre les mains des autorités compétentes », se désole le fondateur du centre.  « Je n’ai pas de formule magique mais tant que je serai en vie, je ne cesserai d’encourager et de corriger si besoin est, non seulement les jeunes et les habitants d’Akamasoa mais aussi les divers responsables et même les dirigeants… », conclut notre homme.Patricia Ramavonirina

L'express de Madagascar1 partages

Port de Toamasina – Le dédouanement fluidifié

Un mois après les intempéries qui ont causé un ralentissement des activités, le port de Toamasina devrait enfin retrouver son rythme de croisière.

Persistante. La situation d’exception qui sévit au port de Toamasina est actuellement source de nombreuses doléances de la part des opérateurs. Récemment, le groupement des entreprises  franches et partenaires (GEFP) a exprimé son inquiétude par rapport à la paralysie que la lenteur des procédures entraîne dans la productivité de l’industrie, en général et dans le domaine textile, en particulier. Selon les explications de Hery Lanto Rakotoarisoa, président du groupement, il y a quelques jours, « Des entreprises mem­bres ont rencontré des difficultés pour toutes leurs opérations en importation et exportation au niveau du Port de Toamasina. Les  récents mouvements au sein du port ont paralysé les activités dans la mesure où les matières  premières ont été bloquées au risque de provoquer la fermeture de certaines usines ». Face à cette situation alarmante, la direction générale des douanes a initié des mesures de facilitation concernant le commerce licite. Ainsi, un système de permanence est mis en place pour assurer les opérations. Et le week-end, si la demande est formulée douze heures à l’avance, il est possible de réaliser la visite à l’importation un samedi. Par ailleurs, le premier portail est ouvert non-stop pour assurer l’enlèvement des marchandises ayant reçu l’autorisation de sortie ; tandis qu’une cellule d’aide et assistance aux usagers, conduite par le coordonnateur, est fonctionnelle au niveau dudit bureau.

Dialogue « Avec ces démarches, le problème de congestion du port, ainsi que le retard d’enlèvement de marchandises dans le terminal à conteneur du port de Toamasina devraient être résolus partiellement, en attendant les projets d’élargissement des infrastructures. Cependant, la direction générale des douanes reste ouverte au dialogue avec le secteur privé dans le cas où des propositions de solution provenant de ce dernier seraient avancées pour résoudre le problème », souligne Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes. Les travaux d’extension ne débuteront que d’ici deux ans. Les alternatives entreprises jusque-là pour fluidifier les procédures au port s’apparenteront ainsi à des solutions ponctuelles. Combinées aux mesures déjà prises par MICTSL, le gestionnaire du terminal à conteneur du port, celles-ci consistent à appliquer la coordination des horaires des mouvements du terminal avec les horaires de travail de la douane. Il ouvrira le premier portail à toute heure afin que les enlèvements de conteneur puissent s’effectuer à longueur de temps. Ainsi, les problèmes d’encombrement seront résolus en partie. «Le terminal est opérationnel vingt quatre heures sur vingt quatre, sept jours sur sept en utilisant quatre grues mobiles pour le débarquement  et l’embarquement des  conteneurs ou sur les navires», selon Michaël Ratrimo, directeur en charge de l’Administration et du développement du terminal. L’ouverture non-stop du portail permettra ainsi, au final, d’accélérer la livraison des matières premières auprès des industriels afin de ne pas ralentir la productivité de ces derniers.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Respect des droits de l’Homme – Razafindravahy prône des actions concrètes

Edgard Razafindravahy a rencontré les associations et ONG œuvrant pour la promotion des droits de l’homme. Des actions concrètes seront entreprises.

Réunion décisive. L’entraide des associations et des organisations non-gouvernementales issues de la société civile et Edgard Razafindravahy, leader du parti Antoka sy Dinan’ny Nosy (ADN) avance à grands pas. Soucieux et conscient de la dégradation de la préservation des droits humains à Madagascar, la deuxième réunion entre les deux parties qui s’est tenue, hier, à Akorondrano, prévoit des actions concrètes face à ce problème récurrent qui affecte la couche de la population la plus vulnérable.Membre actif du comité des droits de l’Homme au sein du « Libéral international », Edgard Razafindravahy a suscité l’adhésion de ses acteurs locaux pour rendre effectives les activités qui devraient être entreprises pour la promotion des droits de l’homme.Dans la foulée, le renforcement de la sensibilisation de la population à adhérer l’initiative de dénoncer les cas de non-respect et de violation des droits de l’homme a été exigée lors de cette rencontre. Ce premier volet du thème adopté pendant la réunion tenue à Ankorondrano a été débattu sans ambages. « Les Malgaches ont toujours peur d’entamer une poursuite judiciaire. C’est l’un des problèmes qu’on doit résoudre impérativement », souligne Hani­triniala Rafolisisoa, présidente nationale de l’Union Nationale Malgache pour les Droits de l’Homme (UNMDH).Un manque de résultat palpable, envers la défense des droits de l’homme a été constaté lors des échanges d’idées entre le leader du parti ADN et les représentants de la société civile. « Le résultat est négatif même si beaucoup d’efforts ont été fournis. C’est à nous de trouver des solutions », a interpellé Edgard Razafin­dravahy pendant la réunion.

Refondation Face à ces contraintes, les représentants de la société civile ont conçu des solutions efficientes pour rendre efficaces des actions prises contre ce fléau. « Ensemble nous réussirons. Il ne faut pas avoir peur de prendre l’initiative de dénoncer les méfaits autour de l’instance judiciaire. Il faut se battre pour gagner cette bataille », s’enthousiasme Arlette Ramaroson, juriste international, représentante de l’Association Nosy Malagasy (ANM). L’appui du pouvoir central, garant de l’effectivité du respect des droits de l’homme a été aussi sollicité. « L’État en tant qu’obligataire de droit devrait nous aider. Sinon on ne peut pas avancer quelque chose de concret », continue la juriste.Le deuxième thème débattu pendant cette rencontre s’est focalisé sur le problème du manque de confiance de la population envers les acteurs qui œu­vrent pour la défense des droits humains sur le terrain. Devant ce constat, les représentants des associations et des organisations non-gouvernementales réunis à Ankorondrano ont exigé un changement de comportement et d’agissement de ces acteurs œuvrant dans ce domaine. « Nous sommes déjà conscients que la vraie solution découle de notre volonté de vaincre la corruption. Par contre, il faut aussi garantir notre sécurité », avance un représentant de l’UNMDH.La refondation venant de la base a été encore réclamée lors de cette réunion. Pour Joel Harison, membre du cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CRAM) c’est « notre mentalité qui devrait être changée ». « C’est la base de notre développement. Il faut changer le système actuel », continue-t-il. Cette rencontre a aussi été l’occasion d’aborder le thème sur l’adhésion des organisations de la société civile, qui doivent impérativement travailler ensemble dans le but de rendre effectives les actions entreprises pour la promotion de la défense des droits de l’homme. « Il faut se donner la main, sinon rien ne changera », souligne les participants à ce caucus.« Pour le dernier thème, je peux avancer des solutions. Il faut prendre un cas concret sur chaque secteur sensible. On prendra toutes les initiatives y afférentes pour avancer », lance Edgard Razafindra­vahy. Lui d’ajouter que son intention est d’aider les associations ou les organisations non-gouvernementales qui excellent dans la protection des droits de l’homme à continuer leurs travail. « Je ne vais pas former une autre association », a précisé le leader du parti ADN.La réunion qui s’est tenue à Ankorondrano a vu la participation d’une vingtaine de représentants de la société civile, en l’occurrence celles de l’Union nationale pour les droits de l’homme (UNMDH), la « Justice et paix », la Com­mission nationale indépendante du  droit de l’homme (CNIDH), le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CRAM), le réseaux social  »Iors »….

Juliano Randrianja

L'express de Madagascar1 partages

Startup dating – Place à la dimension sociale des entreprises

Plus de réseautage, plus d’opportunité. C’est toujours à partir de cette ligne de conduite que se tiendra ce soir la septième édition de l’évènement Startup Dating. Ainsi, les startups, les investisseurs ainsi que les entrepreneurs se donneront rendez-vous au Café de la gare Soarano dans la salle Chef avenue. Pour ce soir, la scène sera confiée à de jeunes porteurs de projet qui ambitionnent d’apporter une dimension sociale à leurs activités entrepreneuriales. À l’instar de la société Tree Island qui œuvre dans le domaine de l’agro foresterie. « Notre participation à l’évènement repose essentiellement sur la recherche de partenariat ainsi que d’investissement. Nous mettons un point d’honneur à impacter tant sur le plan environnemental parallèlement à notre activité commerciale », souligne Gergory Rabeson, gérant de la société Tree Island. Cette dernière concentre ses actions sur la reforestation, mais aussi et surtout sur la culture de fruits et légumes sur ces mêmes surfaces de reboisement. L’objectif de cette initiative de l’agence de communication événementielle Mercatis  Co est de servir de plateforme de rencontres entre les jeunes porteurs de projets et les potentiels investisseurs, communément appelés dans le milieu comme étant les business angels. Une plateforme de discussion qui se présentera comme à l’accoutumée, par une première partie composé de pitch (petite présentation des projets des parti­- cipants) et une deuxième partie où le concept standard du speed dating sera repris afin de renforcer les échanges, les partages ainsi que le réseautage entre les investisseurs et les porteurs de projets.

H.R.

Madaplus.info0 partages

Projet de loi organique à l’élection présidentielle : plusieurs dispositions présentent des irrégul...

L’édition du projet de loi organique relative à l’élection du Président de la République a semé la polémique.
Selon le juriste Imbiki Herilaza, ce projet de loi comporte des dispositions qui ne se conforment pas à la Constitution, notamment sur le report de la tenue de la présidentielle. D’après ces précisions, l’Article 5 de la Constitution stipule qu’au cas où le cas il y aurait un décès d’un des candidats ou la survenance des faits exceptionnels, c’est uniquement la Haute Cour Constitutionnelle qui peut demander à ce que les élections soient reportées. Le projet de loi avance que lors premier tour du scrutin, le vote sera exprimé au moyen d’un bulletin unique tandis que pour le second tour du scrutin, il est exprimé au moyen de bulletin de vote individuel établi pour chaque candidat. Alors que les modèles de bulletins de vote avec leurs caractéristiques sont déterminés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). La nature des bulletins de vote du second tour est fixée par Décret pris en conseil de gouvernement après avis de la CENI.
Madaplus.info0 partages

Sécurité financière : formation des éléments de la police économique pour détecter les infractions ...

Le secteur bancaire à Madagascar n’est pas à l’abri des différentes infractions. L’utilisation de chèques sans provision ainsi que les escroqueries sont actuellement les formes d’infractions bancaires les plus courantes.
Malgré le taux de bancarisation encore très bas. Plusieurs formes d’infractions sont déjà enregistrées. Le manque de maîtrise des systèmes existants, notamment le recours à la nouvelle technologie peut s’avérer crucial dans le traitement et la détection de ces infractions. En vue d’améliorer la capacité de détection de ces différentes infractions bancaires, 25 éléments de la police économique au sein de la Police Nationale suivent des formations relatives à la sécurité financière dispensées par la banque BFV Société Générale. À part la formation relative à la sécurité financière, la cybercriminalité sera également abordée lors de ces 3 jours de séances de formation afin de concevoir et anticiper les fraudes pouvant survenir selon les précisions.
Madaplus.info0 partages

Lalatiana Rakotondrazafy : le projet de loi présidentielle et référendum porte atteinte à la liberté ...

Plusieurs dispositions dans le projet de loi porte atteinte à la liberté d’entrepreneuriat, d’expression et d’antennes des organes de presse selon la présidente du groupe Free. Le projet lui-même représente plusieurs formes de menaces vis-à-vis des médias privés a-t-elle dénoncé.
D’après les conclusions de Lalatiana Rakotondrazafy, tout porte à croire que le projet de l’Etat veut contraindre les médias privés à Madagascar avant et pendant les élections. Plusieurs articles font pression sur les médias privés si on se réfère à l’Article 111 du projet de loi qui stipule que « Durant la période électorale ou référendaire officielle, l’Autorité Nationale de la Régulation de la Communication médiatisée veille à ce que les temps des paroles et les temps d’antennes accordées par les services de radiodiffusion et de télévision publics et privés, aux candidats, aux listes des candidats ou aux options et à leurs soutiens soient égaux, dans des conditions de programmation comparable. ». Lalatiana Rakotondrazafy parle même du projet de loi liberticide en faisant référence à l’Article 118 énonçant « Qu’il est interdit, durant la campagne électorale ou référendaire officielle et pendant la période du silence électoral, la veille du jour du scrutin, de diffuser et de publier à travers les différents médias, les résultats des sondages d’opinion directement ou indirectement liés aux élections et référendums, ainsi que les études et commentaires journalistiques qui s’y rapportent ».
News Mada0 partages

Vondrom-paritra itsinjaram-pahefana : fiaraha-miasa akaiky amin’ny Frantsay

 Manamafy ny fiaraha-miasa amin’ny faritra sy ny kaominina any Frantsa ny vondrom-paritra itsinjaram-pahefana eto amintsika. Hifantoka amin’ny fampandrosoana ny toekarena eny ifotony, ny famatsian-drano sy ny fidiovana, ny tanora ary ny fitantanana ny loza voajanahary ny tanjona.

Hatao eto Antananarivo, ny 5 hatramin’ny 6 marsa ho avy izao, ny fivoriambe, andiany faharoa, iarahan’ny vondrom-paritra malagasy sy frantsay. Lehibe tokoa ity hetsika ity, ahitana mpandray anjara manodidina ny 450, ka avy amin’ny Vondrom-paritra itsinjaram-pahefana (CTD) malagasy ny 177, miisa 237 ny delegasiona frantsay ary manodidina ny 40 ny avy amin’ny fikambanana sy mpiara-miombon’antoka.

Hifantoka amina lohahevitra efatra lehibe ny fihaonana, ny fikarohana fiaraha-miasa hitondra fampandrosoana eny ifotony, indrindra ny eto amintsika (fokontany, kaominina, faritra, …), ny fiahiana ny tanora amin’ny lafiny samihafa, ny famatsian-drano fisotro sy ny fahadiovana ary ny fitantanana ny loza voajanahary.

Soso-kevitra tamin’ny andiany voalohany

Mandritra ireo fotoana ireo, hisy ny fihaonana mivantana, fifanakalozam-baovao sy traikefa amin’ny samy mpandray anjara, ny vahiny sy ny Malagasy, amin’ny mpiara-miombon’antoka samihafa arakaraka ny lohahevitra voalaza etsy ambony. Tanjona ny ahazoana fifanarahana fiaraha-miasa. Ao anatin’izany ny fanohizana na fanavaozana ny efa nisy ary koa fikarohana fiaraha-miasa vaovao.

Hodinihina amin’io fotoana io koa ny soso-kevitra naroso tamin’ny fivoriana andiany voalohany, natao ny taona 2006. Tsiahivina fa nitondra voka-tsoa tokoa io  fihaonana io, notombanana ny desambra 2017 teo. Tao anatin’izany ny fanatrarana ny voafaritry ny Tanjon’ny fampandrosoana maharitra (ODD) amin’ity fihaonambe sy fanamafisana ny fiaraha-miasa ity, ny fifehezana ny sisin-tany, ny fampandrosoana toekarena ho an’ny andaniny sy ny ankilany, sns. Tafiditra ao anatin’ny fiaraha-miasan’i Madagasikara sy i  Frantsa rahateo izany.

Miara-mikarakara ity fihaonambe ity ny vaomiera manokana frantsay sy malagasy avy amin’ny minisiteran’ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana sy ny ao amin’ny Raharaham-bahiny.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Tetikasa Go Teach : nanamafy ny fiaraha-miasa ny DHL sy ny SOS Village …

Notontosaina omaly tetsy Ankorondrano ny fanamafisana ny fiaraha-miasan’ny orinasa DHL sy ny SOS Villages d’enfants ao anatin’ny tetikasa Go Teach. Amin’ity taona 2018 ity, hisy ny fandraisana ireo tanora 12 eo amin’ny sehatry ny asa. Eo koa ny fianarana asa izay hataon’ny tanora ary ny “forum des métiers” izay fanao isan-taona.

Raha ny tombana teo amin’ny fiaraha-miasan’ny roa tonta, nahatratra 40 ny hetsika ho an’ny tanora nokarakaraina nandritra ny taona 2010 hatramin’ny taon-dasa. Tao ny fiahiana arakasa natao tamin’ireo tanora, fitsidihana ireo toerana manan-tantara, Olympiade math-phy….

Manodidina ny 2.500 ireo tanora nisitraka ny tetikasa Go Teach….

Efa hatramin’ny taona 2009 ny fiaraha-miasan’ny orinasa DHL iraisam-pirenena sy ny SOS Villages d’enfants. Niompana betsaka tamin’ny fampidirana ny tanora amin’ny sehatry ny asa sy ny fizarana azy ireo hiditra amin’ny tontolon’ny asa ny fiaraha-miasa.

Mahazo mari-pankasitrahana  amin’ny fahavitana ny fianarana asa ireo tanora rehefa avy miasa ao amin’ity orinasa ity.

Efa ampiharina amin’ny firenena 30 ny tetikasa Go Teach ary anisan’ny misitraka izany ny tanora eto Madagasikara.

Tatiana A

News Mada0 partages

Kandidà Raharimanana Patrick : “tsy misy adihevitra fa afaka mirotsan-kofidina Ravalo”

Na kandidà mifaninana aza Raharimanana Patrick, naneho  ny  heviny momba ny resabe amin’ilay volavolan-dalàm-pifidianana ahin’ny maro fa hisakanana ny filoha teo aloha,  Ravalomanana.

 Fanazavana tsotra narahina  fampahatsiahivana ny nambaran’ny  kandidà  Raharimanana Patrick  momba izany volavolan-dalàna izany. Nanteriny fa takina hatrany ny “Bulletin N°3”  isaky ny fifidianana. Izany hoe, ny olona tsy mbola nigadra ihany no mahazo milatsaka. “Mahitsy ny teniko  momba ny  filoha teo aloha.  Tsy nahazo ny filazana fa misy didy managadra azy  izy  ka midika izany fa manana “Bulletin N°3”  mbola  madio  ary afaka milatsaka”, hoy izy.

Na  izany  aza anefa, nambarany fa raha anaovan’ny fitsarana “notification” kosa izy momba ny “Raharaha 2009”, manasazy azy higadra mandra-pahafaty, manomboka amin’iny andro anaovana “notification” azy iny, afaka mampakatra izy. “Manomboka eo ny adim-pitsarana fampakarana. Tsy mihatra aminy mihitsy io sazy tamin’ny didy voalohany io raha manao fampiakarana izy. Midika izany fa mijanona ho madio hatrany ny “Bulletin N°3” an-dRavalomanana ary afaka milatsaka izy”, hoy ihany ny mpanorina ny Vitantsika. Hafa indray anefa ny  tranga miseho raha tsy hoe vita tanteraka mialoha ny fifidianana ny ambaratongam-pitsarana fampakarana rehetra ka voatana hatrany ny didy fanamelohana azy.

Tsy tokony hisy sakana ny  haha kandidà azy…

 Momba ny hetran’ny Tiko  kosa, nambarany  fa sasanangy samy hafa izany. “Hafa ny hetran’ny orinasa sy ny hetran’ny vatan-tenany manokana. Tsy misy manakana an-dRavalomanana na misavovona aza ny hetra tsy voaloan’ny Tiko, raha misy izany. Hafa ny Tiko ary hafa Ravalomanana”, hoy  izy. Nanteriny anefa fa ady hevitra mbola azo atao ny amin’ny  hoe kandidà tsy mandoa hetra ve ny orinasany nefa hitondra fanjakana. “Resaka politika ranofotsiny izany fa tsy manakana azy tsy ho kandida velively”, hoy Raharimanana Patrick.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Nouveaux textes electoraux : critiques tous azimuts

Les nouveaux textes électoraux à peine sortis, les critiques fusent déjà de partout. Le KMF/Cnoe n’a pas hésité à émettre ses doutes.

Al’allure où on va, l’avenir d’une élection crédible et inclusive semble être déjà compromis. Et il le sera davantage si par malheur, les deux parlements allaient adopter ce projet de loi électorale. Sous cet angle, une vague de contestations et de polémiques contre ce texte à sens unique ne tardera pas à déferler sur la scène politique. Sur les réseaux sociaux, le ton monte déjà. Mais pour l’heure, le KMF/Cnoe a été le premier à dire le fond de sa pensée.

«Beaucoup de choses sont à rectifier au pays dont les textes électoraux», a indiqué le président du KMF/Cnoe, Andoniaina Andriamalazaray, joint au téléphone hier. Le texte vient à peine d’être déposé auprès des deux chambres que les critiques se font déjà entendre de toute part. Pour le KMF/Cnoe, «Il est question ici de stratégie mais aucunement d’intérêt général, ce qui pourrait être source de conflit si les parlementaires l’adoptent», a déploré son président.

Il faut noter que des propositions ont été apportées par l’organe auprès des parlementaires et de l’équipe gouvernementale, mais à la vue de la version finale de l’avant-projet, «L’intérêt du peuple semble avoir été écarté», a-t-il poursuivi.

Source de conflit

Pour Andoniaina Andriamalazaray, «Ces textes pourraient être source de conflit si les parlementaires ne font pas attention». Le KMF/Cnoe soulève par exemple l’utilisation de bulletin unique et multiple lors des élections. «Où veulent en arriver les législateurs», s’est-il interrogé. Il en est de même pour le raccourcissement du délai de proclamation des résultats. «Il est facile de légiférer mais l’exécution pose souvent problème».

D’autre part, des observateurs jugent inadéquates certaines dispositions visant à mettre en cause certains acteurs comme les médias… privés, frappés d’interdiction et de restriction lors de la période électorale.

Les nouveaux textes prévoient dans son article 10 alinéa 2 que «Le principe d’équité doit être respecté à la fois pour le temps de parole et pour le temps d’antenne. Le principe de l’équité des temps d’antenne ne s’applique pas aux émissions véhiculant les lignes éditoriales». Une disposition qui dérange vu que les médias privés devraient rester libres dans leur diffusion. Comble du cynisme l’Autorité nationale de régulation de la communication (ANRC) sera ainsi dotée d’un plein pouvoir de contrôle.

Les questions se posent ainsi sur la volonté du régime à aller vers des élections crédibles et transparentes.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Volley-ball – “CCCOI Zone 7” : ekipa telo hiaro ny voninahi-pirenena

 Hanana solontena telo i Madagasikara eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina, ho an’ny faritra fahafito, eo amin’ny taranja volley-ball (CCCOI Zone 7). Vonona izy ireo, hiaro ny voninahi-pirenena.

Ny GNVB (Zandary) , eo amin’ny lehilahy ary ny Stef’Auto sy ny VBCD kosa ho an’ny vehivavy. Ireo no solontena malagasy, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI Zone 7), taranja volley-ball. Fihaonana hatao any Seychelles, manomboka amin’ity alakamisy 1 marsa ity ary haharitra hatramin’ny asabotsy 10 marsa ho avy izao.

Raha tsiahivina, tompondakan’ity faritra ity ny GNVB, eo amin’ny lehilahy ary anisan’ny mbola “favori”, indray amin’ity. Nialoha ny niaingany, naka tsodrano sy vatsin-dalana, tamin’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria, ny jeneraly Randriamahavalisoa Girard, teny amin’ny toby Jeneraly Philibert Ramarolahy, Betongolo izy ireo, omaly.

Eo amin’ny vehivavy, anisan’ny andrarezina ny Anse Royal avy ao Seychelles. Saika izy ireo hatrany mantsy no nandrombaka ny amboara. Heverina fa ry zareo Seiseloazy, no tena ho mpifanandrina goavana, amin’ny Stef’Auto sy ny VBCD. Nahazo fanohanana avy amin’ny lehiben’ny faritra Analamanga ny Volley-ball Club Diamand. “Efa nifanerasera amin’ny mpanao  fanatanjahantena izahay ary mahita ny  olana amin’ny fivoahana any ivelany  tahaka izao. Ezahina ny hanohanana anareo toy ny efa natao amin’ny  taranja hafa.  Na izany  aza,  ampahany  ihany   ny vitanay”, hoy Ratefinanahary Ndranto, omaly, tetsy  Antanimena.  Etsy andaniny, nanome toky ny mpitarika ny ekipa fa hiezaka ny tsy hampitsanga-menatra ny Malagasy, amin’izao lalao hataony atrehiny izao. Na  izany aza anefa, mbola manana  olana izy ireo. “Hany mbola nahitana ny hoenti-manana ny mpilalao  10 amin’ireo  12 tokony handeha  ary ny mpitarika. Miantso tolo-tanana amin’ny  rehetra  izahay satria mbola  mitady fanampiny mba handehanan’ny delegasiona  rehetra”, hoy ny  mpitarika ny VBCD.

 Synèse R.   

News Mada0 partages

Alim-pikoranana : hizara « Ambiansy mafana » ny Aja-Misafa

Anio alina, etsy amin’ny Le Glacier Analakely, hiaka-tsehatra hizara « ambiansy mafana » amin’ny alalan’ireo gadon-kira mihetsika ny tarika Aja-Misafa. Tarika avy any atsimon’ny Nosy mirona amin’ny filalaovana ny mangaliba miampy ireo ban-kira mampitsinjaka mampiavaka ny tany mafana.

Hitety ny rakikira voalohany « Fangilinao ». Hitohy amin’ny fitondrana an-tsehatra ireo vazo mandrafitra ny kapila mangirana laharana faharoa « Tsy soa gny mifamitaky ». Hipaka hatrany amin’ny filalaovana ny sanganasan’ireo mpanakanto malagasy sy vahiny ny fandaharan-kira eny an-toerana. Samy ao anatin’ny “ambiansy mafana” avokoa izany.

Hangotraka indray izany ny etsy Analakely, anio alina, miaraka amin-dry zalahy Aja-Misafa izay adika tsotra amin’ny fehezanteny hoe : « Mpitondra teny na hafatra ho an’ny mpiara-belona » amin’ny alalan’ny mozika. Nomarihin’ny tarika mantsy fa manome lanja ny tononkira ihany koa ny mozika mafana. Azo hanabeazana sy hitaizana tsara sady mampiala voly rahateo.

Nanangona: HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Raharaha Houcine Arfa, Ikongo…? : nesorina tamin’ny toerany ny talen’ny fandraharahana fonja

 Nesorina nandritra ny filankevitry ny minisitra teny Iavoloha Randrianandrasana Désiré, tale aloha ny fandraharahana fonja. Voatendry hisolo toerana azy kosa i Camara Didier Djibril. Hatreto aloha tsy fantatra mazava ny anton’izao fanalana tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny fitsarana izao. Misy ifandraisany amin’ny “Raharaha Houcine Arfa” sy fitsoahana gadra marobe tany Ikongo? Niteraka resabe teto amin’ny firenena rahateo ireto santionana raharaha ireto, hatrany ivelany mihitsy koa aza. Raha tena misy ifandraisany amin’ity raharaha ity, sao tsy izy irery ihany koa no tokony ho nesorina tamin’ny toerana? Mbola misy tompon’andraikitra ambony hafa tokony hoesorina koa ao amin’ny fitsarana.

Tsy nandray vola aho…

Manoloana ity “Raharaha Houcine Arfa” ity, nitondra fanazavana ny talen’ny fonjaben’i Tsiafahy, ny contrôleur d’adminisitration pénitentiaire, Zafilahy Vonjy Stéphanson nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety omaly teny Antanimora. Nilaza izy fa zavatra namboarina avokoa ireny horonampeo naparitaka tamin’ny tambajotran-tserasera “facebook” ireny fa tsy marina velively. “Niezaka nangina hatrany izahay hatramin’izay. Tsy nandray vola tamin’i Houcine Arfa aho ary tsy nisy koa ny kapoka natao taminy, araka ny fielezan’ny feo. Mitovy amin’ny voafonja rehetra izy. Ampiasao amin’ny tokony ho izy koa ny facebook”, hoy izy.

J.C

News Mada0 partages

Toby Akamasoa : efa indroa namono ny zanany ilay renim-pianakaviana

 Roa izay ny zanak’ity renim-pianakaviana antsoina hoe Faniry ity novonoiny. Efa nigadra teny Antanimora izy ny taona 2009 raha namono ny zanany voalohany. Saron’ny polisin’ny FIP teny  Ankamasoa, ny alatsinainy teo indray izy satria namono ny zanany faharoa…

Ny polisin’ny Fip no nahasambotra ity renim-pianakaviana, 24 taona nahavita fihetsika mamoafady sady feno habibiana ity ary natolotr’izy ireo ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) indray, afakomaly. Araka ny fanazavan’ny polisin’ny BC, ankizy notezaina tao  Akamasoa i Faniry. “Vao feno 14 taona anefa izy dia niala teny  Akamasoa ka niroso tamin’ny asa fivarotan-tena teny Mahazo sy ny manodidina”, hoy ny polisy. Efa nigadra izy ny taona 2009 satria nanary ny zanany vao 16 volana monja tao anaty dabam-pako. Potika nohanin’ny voalavo ny tanan’ilay zazakely tamin’io fotoana io, saingy avotra soa aman-tsara ihany. Ny alin’ny alahady 25 febroary 2018 lasa teo indray, maty novonoiny koa ny zanany faharoa izay vao iray volana monja. Nilaza izy nandritra ny fanadihadian’ny polisy fa hoe mamo tamin’io fotoana io ka raha natory izy, voatsindriny tao ilay zazamenavava. Nentiny niala tao an-trano eny Mahazo ny fatin’ilay zanany ka lasa teny amin’ny rahavaviny monina eny  Akamasoa izy sy ny nofo mangatsiakan’ilay zazakely. Tsy niandry ela anefa fa nampandre haingana ny polisy ity rahavaviny ity ka tonga teny an-toerana nisambotra azy ny polisin’ny Fip. Niaiky  ny heloka vitany izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy.

Nalevina ny alatsinainy teo ihany ity zazamenavava namoy ny ainy ity.

J.C

News Mada0 partages

Sendikàn’ny mpitsara (SMM) : «tsy ara-dalana ny nanesorana ny tonia mpampanoa lalàna »

 Manao hitsin-dalana indray ny mpitondra  ary manampatra fahefana.  “Tsy  ara-dalàna  ny  nanesorana tamin’ny filankevitry ny minisitra ny tonia mpampanoa lalàna, Ranary Rakotonavalona Robertson. Anjaran’ny Filankevitra ambonin’ny mpitsara (CSM) ny  maka fanapahan-kevitra momba izany fa tsy misy idiran’ny governemanta”, hoy ny filohan’ny SMM, Fanirisoa Ernaivo, tetsy  Analamahitsy,  omaly. Tsy vitan’izany fa tsy nisy hadisoana  goavana nataon’io tonia mpampanoa lalàna io na niakarany teo anivon’ny filankevi-pitsi-pifehezana (Codis)  nefa  izao nesorina izao. Tsy mazava amin’izy ireo ny  tena anton’ny  fanalana ity lehiben’ny rantsam-pitsarana ity. Miahiahy amin’ny fihetsiky ny minisitry ny Fitsarana, Rasolo Elise ireto mpitsara  ireto ka nahatonga ny governemanta nandray izao fanapahan-kevitra izao.  “Tsy andraikitra politika na mitovy amin’ny mpiasam-panjakana ambony na tale  jeneraly io fa lehiben’ny  rantsam-pitsarana”, hoy  ihany ny  SMM.

Tsy nanaiky  hohadihadiana momba ny “Raharaha Houcine”

Adikan’ireto mpitsara ireto ho fitsabatsabahan’ny fahefana  mpanatanteraka amin’ny fahefan’ny fitsarana  tanteraka izao.  “Fanamparam-pahefana tsotra izao ka tsy azo  ekena…  Tsy misy idiran’ny governemanta mihitsy ny  fanesorana azy. Tokony  hiteny sy  haneho  hevitra koa anefa ny CSM manoloana izao tranga izao.  Iza ny nanala ny tonia mpampanoa  lalàna”, hoy ihany i Fanirisoa Ernaivo.

Tsy vitan’izany  fa tsy nety nandinika ny fitorian’ny  SMM momba “Raharaha Houcine Arfa” ny minisitra  sady tsy nanaiky hatao  fanadihadiana koa fa ahemotra amin’ny fivorian’ny CSM manaraka ny volana avrily izao ny momba izany rehetra  izany. Midika ireo fa  tsy  tan-dalàna izao fitondrana izao ary ireo tokony ho fitaratra  sy filamatra mihitsy no manome ohatra ratsy amin’ny fandikan-dalàna eto amin’ny firenena.

Randria 

News Mada0 partages

Vokatry ny rivodoza « Ava » : nitondra fanampiana tany Toamasina ny Star

Anisan’ireo nitondra takaitra betsaka indrindra taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava ny teto Toamasina.Tsy mipetra-potsiny manoloana izany ny orinasa Star, satria nidina taty an-toerana ireo avy any amin’ny foibeny ny marainan’ny alarobia 28 febroary teo.Tokantrano miisa 100 no nisitraka tombotsoa avy amin’ny fanampiana entin’ny orinasa Star, etsy amin’ny fokontany Anjoma. Samy nahazo fanitso 4 takelaka avokoa ireo tokantrano miisa zato, miampy vary 5 kilao, menaka iray litatra ary siramamy sy savony.Raha iverenana dia nahatratra hatramin’ny 51ireo  maty nandritra ny fandalovan’iny rivodoza Ava iny, araka ny tatitry ny BNGRC.  22 kosa tsy hita popoka 54.000 rava trano tsy manan-kialofana.Nohamafisin-dramatoa, Karine Razafindrakoto, mpandrindra ny seraseran’ny orinasa Star fa efa fomba fanaonan’ny orinasa ny fanaovana asa soa amin’ny faritra misy ny masoivohon’ny Star tahaka izao.

Sajo

News Mada0 partages

Valorisation des enseignants : le Sempama revient à la charge

Après quelques mois d’accalmie, les enseignants relancent  la revendication de leurs droits. La Confédération syndicale Sempama, initiatrice de ce mouvement, bénéficie de l’appui de la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM) dans sa démarche.

La bataille s’annonce farouche. Les enseignants ne comptent pas céder plus longtemps face aux différentes injustices perpétrées à leurs encontre. D’ores et déjà, ils comptent remettre sur le tapis leurs revendications allant dans ce sens. Mais avant de se lancer dans les mouvements de revendication, ils vont d’abord décortiquer tous les maux qui minent leur métier. Ainsi, une investigation pour scruter à la loupe les problèmes auxquels sont confrontés les enseignants est actuellement en cours au niveau des 22 régions.

«Les résultats de cette investigation au niveau national seront soumis à la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM) pour être diagnostiqués de près dans un très court délai», a fait savoir la Secrétaire générale de cette confédération, Bodo Ranivoarisoa. C’était hier, à l’occasion d’une conférence de presse organisée à Mahamasina. Les revendications à faire valoir aux dirigeants seront ainsi dressées en fonction des problèmes rencontrés à travers le pays. «Une bonne partie de ces difficultés auxquelles sont confrontés les enseignants dans l’exercice de leur métier ont été soulevées maintes fois auprès des responsables compétentes, mais aucune mesure qui puisse aboutir à leur dénouement n’a été prise jusqu’ici», a fait remarquer le président national de cette confédération, Claude Raharovoatra.

Le SSM à la rescousse

Quoi qu’il en soit, la lutte continue et cette fois, avec plus de détermination. Actuellement, le Sempama bénéficie de l’appui de la SSM dans sa démarche. «Cette structure nous appuiera dans les démarches nécessaires surtout au niveau de la législation», a indiqué Claude Raharovoatra.  Ce dernier reconnaît que la bataille sera rude. Les descentes qui ont été effectuées récemment dans quelques localités depuis le mois dernier, entre autres, dans le Grand Tana, dans les districts d’Ambohidratrimo, Ankazobe, Arivonimamo, Anjozorobe, Manjakandriana ou encore Ambatolampy, ont permis d’avoir un aperçu des problèmes à résoudre. «A titre d’exemple, des enseignants ne sont pas autorisés à adhérer à un syndicat sous prétexte que cela ne pourrait que semer le trouble au lieu d’apporter un apaisement», a évoqué le président de la confédération dans la province d’Antananarivo, Espérant Tomarielson. Affaire à suivre.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

« Classe patrimoine » : des lycéens partiront à la découverte des patrimoines

Apprendre l’histoire et la culture autrement que sur les bancs de l’école. Le partenariat entre le ministère de l’éducation nationale (Men) et l’Office régional du tourisme d’Analamanga (Ortana), qui vient d’être signé hier lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à Anosy, permet de concrétiser cet objectif. Le projet y afférent, dénommé «classe patrimoine» consiste en la réalisation et à l’organisation d’activités de randonnées et de visites de sites ou patrimoines existant à Antananarivo dont les Rova d’Ilafy, d’Ambohimanga, d’Ambohidratrimo et d’Antsahadinta.

Dans ce cadre, une visite d’Alasora ainsi qu’un tour de la ville des Mille sont également programmés. Les élèves des lycées publics dans la capitale et ses environs sont les bénéficiaires de ce projet organisé avec l’appui du ministère de la Culture et du patrimoine en collaboration avec la société Jovenna. «Mis à part les retombées suscitées, cette initiative permet également d’ouvrir l’horizon des élèves sur des domaines différents qui vont leur servir de guide dans leur parcours universitaire et professionnel», selon le ministre Paul Rabary. Le numéro un du Men attend à ce que grâce à une telle initiative, qui se complète avec celle menée par la direction de la Formation de masse au sein de son département, les lycéens auront la capacité de s’orienter vers les filières qui les passionnent une fois le diplôme de baccalauréat en poche, sans se tromper de cursus universitaire, comme c’est le cas pour de nombreux nouveaux diplômés.

D’ailleurs, le domaine du tourisme constitue des opportunités d’emploi dans le pays. «La  classe patrimoine» concours également dans la promotion du respect et la protection de l’environnement dans la mesure où la visite sera précédée d’une séance d’information sur la protection de l’environnement via l’éthique «Sans Trace» et une visite du kiosque d’information de l’Ortana», a ajouté son directeur exécutif, Harimisa Razafinavalona. En 2016, le nombre des participants  bénéficiaires de ce projet initié par l’Ortana est de 9.730 tandis qu’ils sont au nombre de 14.103 l’année dernière.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Gendarmerie Ankazobe : le bâtiment rénové

En présence de différents responsables du district, la gendarmerie nationale a procédé hier à l’inauguration d’un bâtiment rénové de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale d’Ankazobe. Le bâtiment est composé de 14 chambres destinées au logement des gendarmes en poste dans la localité. D’après les explications du général Njatoarisoa Andrianjanaka, commandant de la Circonscription de la gendarmerie nationale à Antananarivo, l’amélioration des infrastructures au niveau de la gendarmerie fait partie de son objectif.

«L’entretien des bureaux et habitations dans toutes les unités est une priorité pour la gendarmerie nationale. Une parfaite harmonie doit exister entre le lieu et les méthodes de travail pour avoir de bons résultats», a-t-il souligné. «Ce n’est pas pour faire beau mais cela provient du principe selon lequel lorsque les conditions de travail sont bonnes, on est amené à chercher la perfection dans le travail qui est la mise en place de la sécurité», a-t-il ajouté.

Dans la même foulée, le lieutenant Arthur Sylvestre Ramanantsefera a été proclamé officiellement le nouveau commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie à Ankazobe après la cérémonie de passation de commandement avec son prédécesseur.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Arfagate : l’affaire est loin d’être terminée

Accusé à tort ou à raison d’avoir reçu un pot-de-vin de la part de Houcine Arfa, le directeur de la maison de force de Tsiafahy a réagi et a annoncé avoir saisi la justice afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Houcine Arfa. Le contrôleur d’administration pénitentiaire Vonjy Stéphanson Zafilahy, directeur de la maison de force de Tsiafahy, s’est dit très offusqué par les allégations publiées dernièrement sur les réseaux sociaux (facebook).

Avec bande sonore à l’appui, celui qui avait transmis l’information à l’utilisateur du compte facebook en question a affirmé que le fonctionnaire de l’administration pénitentiaire a reçu 4 millions d’ariary de la part du détenu Houcine Arfa. Dans l’enregistrement, à peine audible, l’on entend discuter trois ou quatre personnes dont une femme qui parle avec un accent étranger.

Au cours d’une rencontre avec la presse, hier à la maison centrale d’Antanimora, le directeur de la maison de force de Tsiafahy a indiqué que, «C’est un grotesque montage. Tout d’abord, je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas de ma voix. On peut le vérifier. Secundo, la prétendue transaction s’est déroulée dans un bureau plutôt animé. Or, dans mon bureau à Tsiafahy, c’est toujours le calme plat. C’est une histoire montée de toutes pièces», a-t-il indiqué.

Le responsable de l’établissement pénitentiaire a aussi signifié que Houcine Arfa a été placé en détention préventive le 23 juin 2017. «Il a quitté notre établissement le 13 novembre pour un transfert à Antanimora. Il a pris la fuite le 28 décembre soit  plus d’un mois après son transfert. Tout ça pour vous dire que je n’ai rien à voir, de près ou de loin, dans son évasion et je n’ai reçu aucun centime de sa part», a-t-il ajouté.

Le contrôleur d’administration pénitentiaire Vonjy Stéphanson Zafilahy a aussi annoncé qu’il a porté plainte contre le titulaire du compte facebook pour dénonciation calomnieuse et diffamation publique.

Mparany

News Mada0 partages

Toamasina : les nouveaux branchements électriques en cours

Le nombre d’abonnés à l’électricité dans la zone de Toamasina augmentera à partir de ce mois, selon le programme annoncé par le directeur interrégional de la Jirama, Jean de Dieu Toto. Les branchements des nouveaux demandeurs, cumulés depuis 2013,  devaient débuter hier.

Les 2.500 demandes de branchements aux réseaux électriques enregistrées  à la Direction interrégionale de la Jirama de Toamasina, de l’année 2013 au 12 février 2018, devront être satisfaites du mois de mars au mois de juillet, ont déclaré récemment les responsables locaux. Ils ont promis en conséquence que le calendrier des travaux sera publié dès le début de ce mois avec les noms des bénéficiaires.

Le chef de service distribution d’électricité de la Jirama Toamasina, Haja Razatovo, a révélé en plus une amélioration des prestations des travaux de connexion des nouveaux clients au réseau, qui n’excéderont point  les 3 semaines après le paiement des devis.

Le directeur interrégional de la Jirama, Jean de Dieu Toto, a annoncé que son service dispose d’énormes potentiels énergétiques pour supporter des charges supplémentaires. Il a balayé ainsi toutes les inquiétudes sur les risques de saturation du réseau, avec ces nouveaux branchements, puisque les abonnés de Toamasina ne consomment actuellement que 27,7 MW sur les 32 MW produits localement, selon les chiffres de la base de données fournis par ses services. Le responsable de la communication de la Jirama Toamasina, Chadly Wander Assany, a souligné par ailleurs que l’initiative annoncée concerne aussi bien le secteur de Toamasina que ceux de Vatomandry et de Fenoarivo-Atsinanana.

Manou

 

News Mada0 partages

Alaotra : la chenille légionnaire attaque

Les agriculteurs de la région Alaotra-Mangoro s’alarment actuellement de l’attaque de la chenille légionnaire d’automne (FAW) dans leurs rizières et champs de maïs. Une baisse de la production vivrière est à craindre pour cette saison à cause des dégâts provoqués par son passage.

Les districts d’Ambatondrazaka, Andilamena et Amparafaravola sont quasiment infestés par la chenille légionnaire d’automne (FAW), apparue pour la première fois dans la région Atsimo-Andrefana, vers le mois de septembre 2017. Conformément au guide lancé par le FAO pour lutter contre le fléau, la population utilise le bio-pesticide de fabrication locale pour s’en débarraser.

Toutefois, l’urgence est signalée pour endiguer la prolifération de cette chenille à multiplication rapide dans les autres zones de culture. Le secteur d’Ambohimanga-Station est la zone la plus touchée dans la région actuellement, selon les techniciens agricoles locaux.

Manou/Solo

News Mada0 partages

Chronique : 1er avril ? non, pas encore, on est le 1er mars…

Antananarivo, vendredi, huit heures du matin : la circulation est fluide, les piétons marchent sur les trottoirs ; quelques deux roues, ils sont très rares, serrent à droite sur la chaussée ; les bus ne sont pas beaucoup plus nombreux. Une voiture ralentit et s’arrête sans brusquerie. Que se passe-t-il ? Ah, le feu est passé au rouge… Plus loin, une autre voiture est à l’arrêt. Non, elle n’est pas en panne mais le conducteur attend patiemment que la voiture de devant soit correctement garée. Il fallait bien lui laisser faire son créneau. Cela n’est pas expressément stipulé dans le code de la route, on vous l’accorde. Mais associé au bon sens et au savoir vivre, il devient un code de bonne conduite très appréciable à Antananarivo, un vendredi à huit heures du matin.

Un coup de klaxon vous extirpe de votre rêverie matinale. Réveillez-vous, retour vers le futur, vous êtes bien à Antananarivo : les bus ont décrété unilatéralement que la ville leur appartient et celui qui leur démontrera le contraire n’est pas encore né. Les piétons se faufilent entre les voitures qui roulent au pas, les deux-roues serpentent entre les véhicules quand ils ne s’imposent pas sur les trottoirs. Ah, pas ce trottoir-ci, il a été transformé de facto en stationnement pour véhicules encombrants. Pas celui-là non plus, des marchands de vêtements «tombés du camion» ont eu un véritable coup de cœur pour cet emplacement stratégique. Après un bref regard vers les feux de circulation éteints, vous remisez votre code de bonne conduite et, main soudée à l’avertisseur sonore, vous décidez de vous mettre au diapason de la circulation à Antananarivo, ce vendredi, à huit heures du matin.

Ravalez votre soupir et les mots outranciers qui l’accompagnent, laissez cela aux grossiers personnages. Attention, vous allez émerger lentement de votre rêverie… Un, deux, trois… Réveillez-vous : aujourd’hui, c’est jeudi. Ce n’était pas un poisson d’avril, on n’est que le 1er mars.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Les lieutenances (1)

L’idée que nous avons émise, l’autre jour, de constituer un sous-gouvernement de l’Est malgache, avec chef-lieu à Tamatave, ne rencontre pas d’opposition proprement dite ; il n’y est fait que quelques objections de forme, que nous allons examiner brièvement.

On dit que, du temps du Général Galliéni, il fut essayé de grands Commandements de l’Est, du Nord, du Sud, et que l’on dut y renoncer.

C’est tout simplement que c’était prématuré. C’était, comme on l’a si bien dit, «l’époque héroïque» ; l’Administration était encore obligée à des méthodes quasi militaires qui ne cadraient pas avec les besoins de la vie civile des colons.

Il s’agissait de «Commandements» et non de «Sous-Gouvernements» ; ces derniers entraînent à plus d’ampleur dans les conceptions de l’exploitation d’u pays donné, tout en facilitant la propagation des idées pratiques. Le principe d’Autorité n’en est atteint d’aucune façon, mais, au contraire, il s’étend et s’applique avec plus d’efficacité ; le détail n’est plus entièrement sacrifié à l’ensemble, ce qui est le mal dont tout le monde se plaint actuellement.

Il est bon de remarquer que le système de la «lieutenance» fait partie de la hiérarchie militaire elle-même.

Il y a deux sortes de généraux, deux sortes de colonels ; le capitaine commandant une compagnie délègue une partie de son autorité à son lieutenant et à un sous-lieutenant ; le caporal n’est pas autre chose que le lieutenant du sous-officier. Et qui contestera l’efficacité d’un système que, l’expérience de plusieurs siècles le prouve, fait donner tout son rendement au principe d’autorité, loin de l’affaiblir, si bien que toutes les nations militaires n’en ont pas d’autre ?

Après vingt ans d’expérience, les choses se sont fixées à Madagascar, en ce qui concerne l’Administration. L’espèce d’état d’hostilité qui régnait entre administrateurs et colons s’est de beaucoup amélioré. Ces derniers prennent une part de plus en plus importante à l’administration de la Colonie, ce qui est la logique même.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : fanaovana fihetsiketsehana an-dalambe

Zanak’omby tsy ampianarin-domano. Zanak’Iarivo tsy atoro fikatson’ny fifamoivoizana. Nimenomenona ihany anefa ny mpamily sy ny mpitaingina fiara nampiasa ny làlan’ny Digue, raha nanao fihetsiketsehana ireo mpitatitra, mpivarotra, sy mpanao asa madinika ary irakiraka teny amin’ny garan’ny taksiborosy eny amin’ny Fasan’ny karana, izay samy te haneho ny tsy fankatoavany ny famindrana io Gara io eny Avaratr’Andohatapenaka. Asa na ny fahazaran’ireo olona ireo niaina tao anatin’ny fikorontanana izay nanjaka teny amin’ny Fasan’ny karana no antony nanaovana fanakorontanana ho fomba fanehoana ny fanoherany io famindrana toerana io. Ny anaovana hetsika an’arabe be dia anairana ny tompon’andraikitra mikasika ny tsy fetezana na ny tsy maha rariny ny fepetra noraisiny, no sady ho fangalana ny fon’ny mponina mba hiraisany hina amin’ny tolona ataon’ny mpanao fihetsiketsehana.

Aiza moa izany hoe fanaovana fihetsiketsehana eny an-dàlana izany no tsy hiteraka fahasahiranana ho an’ny mpampiasa ny arabe, na mpandeha an-tongotra izany na mpitaingina fiara. Na ny andaniny, ireo manao fihetsiketsehana, na ny ankilany, ny mpampiasa ny làlana amin’ny fivezivezena andavan’andro, samy tsy zatra. Iretsy tsy mahafehy tena ka mihoa-pefy amin’ny fanakorontanana tsy ilaina, ireto kosa tsy manana fandeferana ka lasa maneho fankahalana ny fanaovana fihetsiketsehana an-dàlana. Maro amin’ireto olona mimenomenona ireto anefa no miaka-pofona rehefa mandray didy fandavana ny fangatahana hanao filaharana eny an’arabe ny vondrona maniry haneho fangatahana na alahelo.

Ity hetsika ity anefa efa diso fotoana. Efa tonga ny fampiharana an’ilay fanapahana vao nikoropaka hanao fanoherana. Navelan’ny tompon’andraikitra hanala ny fony izay tsy faly, nalalaka hatramin’ny fanaovana fanakorontanana niteraka fahasahiranana ho an’ny besinimaro. Nahazo vahana noho izany ny fitondrana izay mitady lalandava ny fomba hanagejana ny mponina mba hahafahany manjaka na manjakazaka am-pilaminana. Ny fanehoana na ny tsy fankatoavana ny tsy rariny na ny fitakiana ny rariny eny an-dalambe dia anisan’ny zo fampisehon’ny olona ny falalahany maneho ny heviny. Ny hevitry ry zalahy ihany no tiany ho heno. Tsy misy andro tsy itateran’ny RNM na TVM ny kabary nataon’ny mpitondra.

Léo Raz

News Mada0 partages

Basikety – «Amboaran’ny filoha» : tsy misy mpandresy Analamanga

Misongadina ny ekipan’ny ligin’Analamanga, eo amin’ny fifanintsanana hiadiana ny “amboaran’ny filoha”, taranja basikety, ho an’ny faritra afovoany. Fihaonana tanterahina ao amin’ny kianja Soavita Toamasina. Hatreto mantsy tsy misy mpandresy mihitsy ny MB2 All ao amin’ny sokajy “A” sy ny Cospn ho an’ny sokajy “B”.

Nandresy hatrany mantsy izy ireo, teo amin’ireo lalao dimy natrehiny. Mbola noporofoin-dry zalahy izany, omaly, teo amin’ny andro fahadimy. Nanamontsana ny Angaredona avy any Alaotra Mangoro, tamin’ny isa 111 no ho 34 ny MB2 All. Fihaonana tsy niady satria nanjaka tokana ny mpilalaon’Analamanga. Toa izany koa ny nandavoan’ny Cospn ny MBC Atsinanana, tamin’ny isa 68 no ho 47, izay niady ny laharana voalohany. Ankoatra izay, resin’ny AS Fanalamanga Alaotra Mangoro, tamin’ny isa 74 no ho 70 ny AMBB Analamanga. Tetsy ankilany, 70 no ho 42 kosa ny nanilihan’ny DBC Analamanga ny FBBC Analanjirofo ary lavon’ny USBA Alaotra Mangoro, tamin’ny isa 61 no ho 46 ny HKML Atsinanana.

Marihina fa manohana ity “Amboaran’ny filoha”, ity ny orinasan-tserasera Telma.

Torcelin

 

Ino Vaovao0 partages

TOLIARA I : Tovovavy iray maty novonoin’ny sipany tamin’ny fomba mahatsiravina

Tamin’ny alatsinainy hariva no voalaza fa nalain’ ity sipany tao an-tranony, mandranto fianarana eny amin’ny Oniversite ilay tovolahy namono nahafaty, taona fahaefatra ao amin’ny ENS Maninday. Araka ny fitantaran’ireto fianakaviany dia nampidiran’ity lehilahy ity hazo ny maha vehivavy azy sady mbola izy ihany koa no naka ny maso anankiray dia ny ilany an-kavia izany, ary mbola tratra tao an-tranony ny kiraro sy ny lamban’ilay tovovavy feno rà ka nandositra mbola tsy hita izy hatramin’izao.

 Eo am-pikarohana ny nahavanon-doza ny mpitandro filaminana, noho ny heloka bevava vitany. Ataon’ny Dinabe kabary ny tompon-tranon’ity lehilahy namono ilay sipany satria tsy fantatry ny fianakaviany fa mpanofa trano izy.

Enim-bolana niarahana

Raha ny filazan’ny  fianakavian-dralehilahy sy ravehivavy mantsy dia  niaraka izy roa ireo tamin’ny alatsinainy lasa teo iny ka ny talata maraina vao mangiran-dratsy no hita faty razazavavy.  Nampiahiahy avy hatrany  ny zava-nisy satria tsy hita popoka io sakaizany io hatramin’izao. Enim-bolana niarahana izy roa ireo raha ny fanazavan’ny fianakaviany hatrany saingy tsy mbola vita fomba kosa. Hatreto aloha dia efa mipetraka amin’io sakaizany io ny ahiahin’ny mpanao famotorana ka andrasana ny fivoaran’izany. 

Efa misy ihany koa ny ahiahiana ho nanampy azy tamin’ny fanatanterahana izany asa ratsy izany ka eo am-piandrasana ny valin’ny fanadihadiana ny rehetra. Raha tsiahivina efa malaza amin’ny faritra Toliara ny fakana kaneti- maso, indrindra fa ny zaza sy ny vehivavy no tena iharan’izany, ary izany no mahatonga ny vaky fasana aty Atsimo Andrefan’ny nosy, satria tsy ny velona ihany no lasibatr’ity fakana kaneti- maso ity, fa na ny efa any am-pasana dia mbola misy mikaroka ihany. Andrasana ny tohin’ny raharaha mahakasika ny fitadiavana ny nahavanon-doza.

Nangonin’i Jen’s Bonde sy Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FITSARAM-BAHOAKA TAO SAMBAVA : Jiolahy tratra nangalatra lavanila notetitetehina

Jiolahy iray tamin’ ireo efatra niara-nangalatra indray no saron’ny mpiambina alana lavanila tao Ambariomiambana, Kaominina ambanivohitry Farahalana, Distrikan’i Sambava, ny talata alina tokony ho tamin’ny 11 ora teo. Noho ny fifandonana teo amin’ilay mpiambina sy ialy jiolahy tratra io dia maty ity farany. Tafaporitsaka kosa ny namany telo hafa nandritra ny fifandonana teo amin’ny roa tonta izay. Navelan’ireo jiolahy teo an-toerana ihany koa ny lavanila maitso milanja 20 kilao eo ho eo natao tao anaty gony.

Araka ny fampitam-baovao azo dia dahalo efatra niditra an-tsokosoko tao anaty alana lavanila no tazan’ny olona tao an-toerana. Tsy nanampo ireto farany fa misy mpiambina io tanimboly mirefy amina hektara io. Kinanjo notairin’ilay mpiambina sady tompony tampoka ireo jiolahy ary efa vonona tamin’ ny antsy lava maranitra ity farany, nanatona azy ny iray tamin’izy efatra ka raikitra ny fifandonana. Nofirafirain’ilay tompon-toerana antsy ny vatan’io jiolahy io ka naratra mafy. 

Vao nahita izany ireo namany dia nandositra avy hatrany. Nalemy tsy tafatsangana intsony ity farany vao niantso ny fokonolona tao an-toerana ny tompon’ny lavanila nokasain’ireto olon-dratsy nangalarina ity. Vory ny vahoaka kinanjo efa tsy nisy aina intsony ilay lehilahy nangalatra. Omaly maraina tokony ho tamin’ny 5ora no nidina ifotony ny mpitandro filaminana avy ao Farahalana nijery ny zava-nisy sy nangala ny vata-mangatsiakan’ilay dahalo niharan’ny fitsaram-bahoaka ity.

 Efa eo am-pikarohana ireo namany telo ny mpitandro filaminana any an-toerana amin’izao fotoana. Manahy ny mety mbola hiverenan’ireo jiolahy hanao valifaty ny mponina ao Ambariomiambana ankehitriny fa indrindra ilay tompon’ny lavanila nokasain’ ireto jiolahy nangalarina. Mahazo vahana hatrany ny halatra lavanila maitso ao Sambava. Misedra olana goavana ireo mivelona eo amin’ity sehatra iray ity.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I MAROANTSETRA : Mpivarotra basy an-tsokosoko saron’ny zandary

Naheno loharanom-baovao io ben’ny tanàna io fa misy olona antsoina hoe Ratianarison izay avy any Antalaha tonga mivarotra basy poleta vita gasy amin’olona ao Manambolo. Raha vao naheno izany ny ben’ny tanànan’i Manambolo, dia nampandre avy hatrany ny zandary tao Maroantsetra tampon-tanàna. Ireto farany indray avy eo no nametraka vela-pandrika nahafahana nisambotra an-dRatianarison.

Nanao fanamiana sivily nilaza ho mitady basy vidiana ny zandary ka nosamborim-potsiny tao amin’ny faritra Manambolo i Ratianarison ny 18 febroary lasa teo. Mbola sarona niaraka taminy ny basy poleta vita gasy miisa 4. Nandritra ny famotorana natao azy, nilaza ilay mpivarotra basy vita gasy fa mbola misy basy miisa valo napetrany any amin’ny Kaominina Ankofabe izay mbola ao anatin’ny distrikan’i Maroantsetra hatrany. Nidina tany Ankofabe avy hatrany ny zandary.

Sarona tany an-toerana ireo basy valo nolazainy sy olona telo nividy basy tsy ara-dalàna. Raha atao ny tontaly, dia olona efatra no voasambotra tamin’izao raharaha izao ary basy poleta vita gasy miisa 12 no sarona sy balana basy calibre 12 miisa 8.Ny fanadihadiana no nahalalana fa amidin-dRatianarison 600 000 Ariary ny basy iray raha 20 000 Ariary kosa ny balan’ny calibre 12 iray. Nandritra ny fampitam-baovao nataon’ny Kaomandin’ny borigadin’nyZzandarimariam-pirenena ao Maroantsetra Gphc Tefinanahary, dia nanentana an’ireo izay olona te hividy basy ny tenany mba hividy izany amin’ny fomba ara-dalàna ary tokony hanatona hatrany ny biraon’ny fiarovam-pirenena.

Kamy  

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO HIARAKA ISIKA : Hanatanteraka fihaonam-be nasionaly ireo mpikambana

Ny mpikatroka rehetra ao anatin’ny antoko manerana ny Nosy no andrasana ho avy amin’io fotoana io, fotoana izay hoentin’izy ireo hifampidihana ny mahakasika ny toe-draharaham-pirenena amin’ity taona ity. Nambaran’ny filoha lefitry ny antoko fa anisany taona manan-danja eo amin’ny tantaram-pirenena ity taona 2018 ity, ka manoloana izany indrindra no ilaina ny fivoriam-be eo amin’ny samy mpikambana mba hahafahana maka ny hevitr’izy ireo.

Mazava tsara ny laha-dinika mandritra an’io roa andro hanatanterahana ny fivoriam-ben’ny antoko Hiaraka Isika io. Ho amin’ny andro voalohany dia entin’izy ireo handinihana manokana ny fiainan’ny fikambanana amin’ny ankapobeny ary hamakafakana ny toe-draharaham-pirenena misy eto Madagasikara. Ary ho amin’ny andron’ny sabotsy kosa no hanaovana tatitra izay zavatra tapaka nandritra ilay fivoriana natao ny zoma. 

Aorian’io dia fantatra fa hisy ny fampahafantarana ho an’ny firenena izay hevi-dehibe nisongadina nandritra ny fihaonam-be io.  Marihina fa manana olom-boafidy maro ny antoko Hiaraka Isika, toy ny solombavambahoaka, ben’ny tanàna ary mpanolotsain’ny tanàna. Mandrafitra ny vondron’ny antoko politika mpanohitra Armada ihany koa ity antoko ity ary anisany nanangana izany tamin’ny taona 2015.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FILAN-KEVITRY NY FAMPIHAVANANA MALAGASY : Hiantoka ny fitoniana ara-politika

Amin’ny maha rafitra natao hiahy ny fampihavanana azy ireo dia antoka iray isian’ny filaminana eto amin’ny tany sy ny firenena ihany koa ny fanelanelanana hataon’ireo mpikambana.  

Amin’izao ankatoky ny fotoana hiatrehana ny fifidianana izao dia nilaza ny filohan’ny Ffm, Maka Alphonse fa “hiantoka tanteraka ny fitoniana ara-politika eto amin’ny firenena izy ireo mialoha, mandritra ary aorian’ny fifidianana”. Maro amin’ireo karazana antoko politika no manahy amin’ny mety hisian’ny korontana, indrindra aorian’ny fivoahan’ny valim-pifidianana raha toa ka tsy mifanaraka amin’izay noeritreretin’ny maro an’isa izany. 

Manoloana izany indrindra no ijoroan’ireo mpikambana voafidy sy voatendry ao anatin’ny filan-kevitry ny fampihavanana malagasy mba hisorohana amin’ny mety hisian’izay korontana sy savorovoro politika izay. Fantatra fa amin’ny alalan’ny fanantonana sy fihaonana amin’ ireo hery velona ara-politika eto amin’ny firenena no anisany paikady hoentin’izy ireo amin’izany, tahaka ireo filoham-pirenena teo aloha sy ny maro hafa. Hisy ny fifampiresahana ao anatin’izany mba hahafahan’ireto farany mihaino ny hetahetan’izy ireo mba handaminana ny fitsipi-dalao rehetra ao anatin’ny fifidianana.

“Ahoana no hataontsika mba hisian’izay fifampitokisana eo amin’ny sehatra ara-politika izay fa tena fifidianana maro no hatao, mba ho ilay olona tena lanim-bahoaka marina no ho eo fa tsy hoe hifampiahiahy fotsiny amin’ny fisian’ny hala-bato.  Ezahina ny ahalalana izay zavatra takiana mba hampisy ny fifampitokisana, ary tokony hanaiky ny tsy fahalaniany ireo kandidà.  Ny hataonay dia ny mifampiresaka araka ny sotoavintsika Malagasy”, hoy ny fanazavana nomen’ny filohan’ny filan-kevitry ny fampihavanana malagasy, Maka Alphonse. 

Nambarany hatrany fa tsy misalovana ny asan’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana na ny andraikitra sahanin’ny eo anivon’ny minisiteran’ny atitany izy ireo fa mandray ny andraikiny feno amin’ny fisorohana mialoha amin’ny mety hisian’ny krizy politika eto amin’ny firenena amin’izao vanim-potoana mafampana hiatrehana ny fifidianana izao. 

Ankoatra izay araka ny fanazavana nomen’ny filohan’ny Ffm hatrany dia ny fanatanterahan’ireo hery velon’ny politika no teny nomeny sy ny fanajana izany ary ny fanatanterahana sonia izay natao no tian’izy ireo hapetraka mba hisian’izay fitoniana ara-politika eto amin’ny firenena mialoha, mandritra ary aorian’ny fivoahan’ny valim-pifdianana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA TOAMASINA : Voafidy ho filohan’ny mpanolotsaina indray Razafimanana Christin

Fivoriana izay maharitra 15 andro eo ho eo. Ny andro voalohany, alatsinainy, dia nirosoana avy hatrany ny fifidianana izay ho birao maharitra mandrafitra ny mpanolotsaina noho ny fametraham-pialana nataon’ny filohany, Solofo Ginah.

Miisa 2 ny kandida nifaninana teo amin’ny toeran’ny filoha, dia Razafimanana Christin, mpanolo- tsaina voafidy tamin’ny anaran’ny lisitra Mapar tamin’ny fifidianana sy Dr Gervais Rakotomanana nirotsaka tamin’ny anaran’ny Tim.  Ity farany izay efa ben’ny tanànan’i Toamasina teo aloha.

Mpanolotsaina 16 amin’ny 19 no tonga niatrika ny fivoriana. Miisa 19 ny mpanolotsaina ho an’ny tanànan’i Toamasina. Ny telo amin’izy 19 izay tsy tonga niatrika ny fivoriana kosa, dia nandefa taratasy fanomezan-dalana hifidy. Izany hoe 19 amin’ny 19 no nandray anjara tamin’ny fifidianana. Voafidy ho filohan’ny filan-kevitra monisipaly Razafimanana Christin tamin’ny isam-bato 11 raha 8 kosa ny an’i Dr Rakotomanana Gervais. 

Voafidy fanindroany ho filohan’ny filan-kevitra monisipaly indray araka izany Razafimanana Christin. Izy izay efa nitazona io andraikitra filohan’ny filan-kevitra monisipaly io talohan’ny nandraisan’i Solofo Ginah ny toerana. Teo amin’ny toeran’ny filoha lefitra kosa, dia roa hatrany ny mpifaninana, dia Dr Hassanaly Zara mpanolotsaina voafidy tamin’ny lisitra Hvm sy Victor mpanolotsaina voafidy tamin’ny lisitra Tim. Nivoaka ho mpandresy i Victor tamin’ny isam-bato 11 raha 8 kosa ny an’ny mpifaninana taminy.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

VAVA SIMA SY VAKY LANILANY : Hisy fandidiana maimaim-poana eto Mahajanga

Hanatanteraka indray ny hetsika “opération smile” izy ireo, ka ireo olona tratry ny fahasembanana eo amin’ny vava na koa ny vava sima sy vaky lanilany no hisitraka izany asa soa izany. Maimaimpoana avokoa ny fitsaboana mandritra sy aorian’ny fandi diana, izay mety haharitra hatramin’ny 10 andro ka tafiditra amin’izany ny saran-dalana mandroso sy miverina ho an’ireo monina lavitra.

 Efa afaka misoratra anarana eny amin’ny BAS na bureau d’assistance sociale na koa eny amin’ny Bmh izay maniry hodidiana. Ny vahoakan’i Mahajanga sy ny eto amin’ny faritr’i Boeny no voakasik’izao asa soa izao. Manentana izay manana fahasembanana amin’ny vava ka mila io fitsaboana io ny  Dr Vanombelina ao amin’ny Bmh mba hanararaotra izao fotoana izao, satria lafo dia lafo ny fandidiana io fahasembanana io ary mila fitaovana matihanina.

Voafetra ihany koa ny isan’ireo olona hotsaboina. Manao antso avo ho an’ireo olona tsara sitrapo manan-talenta rehetra ihany koa mba hiara- hiasa amin’io fikambanana tsy miankina io hanampy azy ireo mandritr’izany hetsika izany. Raha mila fanazavana fanampiny dia afaka manatona ny bureau d’as sistance sociale na miantso ny 034 1440133.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ORINASA STAR : Nitondra fanampiana ho an’ireo traboina ao Anjoma-Toamasina

Nosafidiana manokana ireo traboina ao amin’ny fokontany Anjoma noho io toerana io izay ahitana biraon’ny Star miorina. Ny alarobia 28 febroary lasa teo no nanatanterahana izany. Fianakaviana miisa 100 no nisitraka fanampiana izay nahitana tafo fanitso 400, vary 500 kg, menaka 100 tavoahangy, siramamy 100 kg ary savony miisa 100, no natolotry ny orinasa tamin’izany.

Nomarihin’i Karine Razafindrakoto, mpandrindra ny serasera eo anivon’ ny orinasa Star fa orinasa malagasy mijery ny vahoaka ny orinasa Star. Natao izao fitondrana fanampiana izao mba hanamaivanana hatrany ny fahasahiranan’ny vahoaka vokatry ny takaitra navelan’ny Ava.

Ny rivo-doza Ava izay nandravarava tokoa teto Madagasikara ny zoma 5 janoary 2018. Raha ny antontan’isa navoakan’ny Bngrc mantsy dia nahatratra 51 ireo namoy ny ainy, olona 22 tsy hita popoka, ary olona 54 000 voatery niala tamin’ny trano fonenany.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TSIHOMBE : Tompon’andraikitra ara-pahasalamana mpirotsaka an- tsitrapo 24 nahazo fiofanana

Eo anatrehan’izany dia ilàna fanohanana izy ireny, na izany ara-bola na ara-pitaovana. Tsy ferana ihany koa anefa ny fanohanana azy ireny ara-traikefa satria anisany sehatra saropady izany tontolon’ny fitsaboana izany. Mahakasika izay indrindra dia nomena fiofanana ireo tompon’andraikitra ara-pahasalamana mpilatsaka an-tsitrapo 24 mianadahy miasa ao anatin’ny faritra Androy. Tanjona ny hanatsaràna ny kalitaon’ny fitsaboana amin’ny ankapobeny ka tao amin’ny distrikan’i Tsihombe no nanatanterahana izany nandritra ny telo andro. 

Araka ny fantatra dia vokatry ny fiaraha-miasa matotra teo amin’ny ministeran’ny fahasalamam-bahoaka sy ny Unicef, izay mamatsy vola, no nahatontosana izany hetsika izany. Ny Unicef ihany koa izay manome ny tambin-karaman’ireo mpiasan’ny fahasalamana mirotsaka an-tsitrapo. Tanjona amin’izao hetsika izao, araka ny fanazavana, ny mba hanamaivanana ny vesatry ny asa ataon’ny mpitsabo eny amin’ny tobim-pahasalamana tsirairay. 

Hetsika izay isany vahaolana naroson’ny ministeran’ny fahasalamam-bahoaka rahateo. Tsara ny manamarika fa efa niasa teny anivon’ny tobim-pahasalamana izy ireo talohan’izao fanamafisana traikefa izao araka ny fanazavana nataon’ny «  adjoint technique du médecin inspecteur  » ao Tsihombe. Tombony lehibe ho an’ny faritra Androy izao fitombon’ny mpitsabo izao satria rehefa salama ny vahoaka afaka miara-miasa malalaka mampandroso ny fihariany.

Lucien R.   

News Mada0 partages

Port de Toamasina : des dispositions prises par la Douane

La hausse des flux au port de Toamasina entraîne un problème d’organisation depuis maintenant quelques mois. Quelques dispositions sont alors prises par la Direction des douanes, notamment, au niveau de son bureau à Toamasina Seranana,  pour désengorger  le grand port de l’Est qui absorbe jusqu’à 80% du trafic national.

La Douane a annoncé dans un communiqué publié hier, qu’un système de permanence est mis en place au port pour assurer les opérations. Il est également possible de faire la visite à l’importation le samedi dans la mesure où la demande est formulée 12 heures à l’avance.

A cet effet, le premier portail est ouvert 24h/24 pour assurer l’enlèvement des marchandises ayant reçu l’autorisation de sortie. Dans la foulée, la Direction des douanes a également mis en place une cellule d’aide et assistance aux usagers, conduite par le coordonnateur  au niveau du bureau de Toamasina.

En attendant l’extension du port de Toamasina prévu en 2020, le traitement des marchandises reste un réel défit pour les responsables présents sur les lieux, vu sa quantité qui ne cesse d’augmenter. On estime que chaque année, pas moins de sept millions de produits sont importés et exportés à partir du port de Toamasina.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Tic bus : pour le suivi en ligne des activités électorales

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN) ont procédé hier à Alarobia, à la signature d’une convention de partenariat, visant à utiliser la technologie pour une meilleure gestion des opérations électorales.

Il s’agit d’un appui technique en matière d’organisation et de gestion des opérations électorales mais aussi d’un appui infrastructurel (logistique et personnel). Pour ce faire, le MPTDN met à la disposition de la Ceni un «Tic Bus» doté de plusieurs ordinateurs, d’une connexion internet, d’une sonorisation et connecté en permanence à la Ceni centrale.

«En sachant que cette année est une année électorale, le gouvernement procure un appui infrastructurel à la Ceni afin que cette dernière mène à bien ses missions. C’est également une initiative prise pour plus de proximité avec les électeurs», a déclaré à cette occasion le ministre, Neypatraiky Rakotomamonjy.

 Hery Rakotomanana, président de la Ceni, a assuré pour sa part que «nous sommes encore en pleine période de refonte de la liste électorale et cette station mobile devrait faciliter la vérification de la liste des électeurs».

Aves le Tic Bus, la Ceni et le MPTDN vont sillonner la partie sud de l’île, allant d’Antsirabe à Toliara, afin de sensibiliser la population sur la vérification de la liste des électeurs, via internet, mais également auprès des fokontany.

Arh.

News Mada0 partages

Basket-zone centre : Alaotra Mangoro fait sensation

Fin de la phase de poule aux éliminatoires de la Zone centre de la Coupe du président à Toamasina. Deux équipes d’Analamanga terminent en tête de leurs poules respectives, en l’occurrence, MB2ALL (A) et COSPN (B).

Pour autant, cette domination d’Analamanga n’occulte pas la performance des formations issues de la ligue d’Alaotra Mangoro. Malgré son statut d’outsider, cette dernière a pu qualifier deux équipes pour les quarts de finale qui auront lieu demain, à savoir, l’AS Fanalamanga et USBA. Mais, malheureusement, la formule croisée de la compétition les mettra aux prises lors de la phase finale ce qui fait que seul un club fera figure de proue dans le carré d’as.

Naisa

Programme des quarts de finale

COSPN (Analamanga)-AMBB (Analamanga)

AS Fanalamanga (Alaotra Mangoro)-USBA (Alaotra Mangoro)

MB2All (Analamanga)-DBC (Analamanga)

MBC (Atsinanana)-Ascut (Atsinanana)

News Mada0 partages

Volley-CCZ7 : Madagascar avec deux formations

La Coupe des clubs de la Zone 7 (CCZ7) aux Seychelles du 2 au 10 mars 2017 verra la présence des équipes malgaches. Toutefois, sur les trois formations annoncées, seules la GNVB chez les hommes et VBCD chez les dames seront de la partie. Quant à Stef’Auto, elle reste à quai.

Coup de tonnerre! L’équipe championne de Madagascar de la première division, à savoir Stef Auto, brillera par son absence à la CCZ7. L’information émane de la Fédération malgache de volley-ball sans pout autant fournir de plus amples explications. Aucune information n’a filtré sur ce départ raté des volleyeuses de Toamasina et non moins vice-championnes en titre de la Zone 7. Mais, dans pareil cas et comme à l’accoutumée, les moyens financiers relatifs aux frais de déplacement sont toujours cités parmi les principales causes.

En tout cas, cette absence pourrait amoindrir la chance de la Grande île de bien figurer dans la compétition chez les dames. En effet, jusqu’à preuve du contraire, cette équipe championne de Madagascar est la seule à pouvoir contester la suprématie d’Anse Royale des Seychelles, grandissime favorite.

Malgré tout, l’unique représentante malgache chez les dames qu’est VBCD ne fera pas du tourisme en terre seychelloise. Pour leur première participation à cette compétition de la zone 7 Afrique, le moral des protégées de Tony Andriambao et Hasina Randriamaro est gonflé à bloc. De plus, hier, elles ont bénéficié de l’appui financier du chef de région d’Analamanga, Ndranto Rakotonanahary afin de contribuer aux charges liées au déplacement du club aux Seychelles.

«Aider les sportifs de haut niveau à  réaliser leur quête de sacre est un devoir citoyen», a-t-il lancé à l’endroit des habitants de sa circonscription pour les inciter à soutenir ce club.

La passe de trois

Contrairement à ce qu’on laisse entendre, la GNVB, championne de la Zone 7, demeure l’équipe en forme du moment. L’intégration de nouveaux éléments dans l’effectif s’est déroulée de la plus belle des manières durant la préparation.

L’équipe présidée par le colonel Heriniaina Rakotomalala n’a qu’un seul objectif en tête, faire la passe de trois et  remporter définitivement la coupe après ses deux premiers sacres. Cette équipe a les moyens  pour y arriver, sous la houlette du plus réputé des entraineurs malgaches, en la personne d’Honoré Razafinjatovo.

Naisa

La Vérité0 partages

Loi sur les élections - Vers une mobilisation sans précédent de la presse privée

Un véritable tollé. Suite à la publication des projets de loi organique devant régir les futures élections à Madagascar, bon nombre des responsables d’organes de presse audiovisuelle privée sont montés au créneau pour dénoncer certaines dispositions qui sont une régression sans précédent en matière de liberté de presse et de liberté d’entreprenariat.

Mis à part le projet de loi organique relative à l’élection du Président de la République ainsi que le projet de loi organique relative à l’élection des députés qui ont été rendus publics par la Primature en début de semaine, c’est surtout le projet de loi relative au régime général des élections et des référendums qui retient l’attention de l’opinion en général et des gens du monde des médias en particulier.  Dans ce projet de loi, la tendance à régenter les organes de presse privée est manifeste, avions nous fait remarquer dans notre édition d’hier. Faut-il rappeler en effet que si le projet de loi relative au régime des élections et des référendums est adopté dans son état actuel, les organes de presse privée devront par exemple obligatoirement accepter d’être le support de tous les courants politiques, si tant est que l’organe en question a décidé d’en recevoir un. Autrement dit, les propriétaires de médias risquent de ne plus être les maîtres de leurs entreprises lesquelles seront ouvertes à toutes les sensibilités politiques… En outre, il est également interdit aux médias privés d’utiliser à des fins de propagande tout procédé de publicité commerciale. Reformulés autrement, les médias privés devront se priver des annonces payantes. A l’image du Code de la communication médiatisée, ce projet de texte sur les élections et les référendums, qui sera examiné et adopté par les députés et les sénateurs lors de la prochaine session extraordinaire du Parlement, suscite actuellement toutes les controverse. Une effervescence particulière est palpable au niveau du monde des médias privés.  Selon les informations, les propriétaires de médias privés, audiovisuel et écrit, devraient d’ailleurs tenir prochainement une réunion au cours de laquelle des mesures devraient vraisemblablement être prises pour contester ce projet de loi. En tout cas, pour un certain nombre d’analystes, la situation actuelle pourrait déboucher sur une véritable crise préélectorale. Force est ici de faire remarquer que depuis la deuxième République, aucun régime n’avait osé autant malmener la profession du journalisme.  Depuis ses débuts, les tenants du régime actuel ont vraiment eu le don de s’en prendre particulièrement à la presse privée. Est-il encore utile de rappeler l’adoption du fameux code de la communication médiatisée liberticide, concocté de manière unilatérale par le régime et adopté aux forceps par le Parlement ? Dernièrement, il y a également eu la mise en place de la commission de délivrance de la carte d’identité professionnelle des médias. Une commission mise en place en catimini et de manière unilatérale par le ministère de la Communication, sans l’assentiment des patrons de presse et des journalistes. Ce nouveau projet de loi relative au régime général des élections et des référendums sera-t-il la goutte d’eau qui fera déborder le vase ?A.R.

La Vérité0 partages

Affaire Houcine Arfa - Le directeur de Tsiafahy sort de l'ombre !

Un nouvel épisode dans l'affaire Houcine Arfa. Suite à la publication d'une bande sonore incriminant le directeur de la Maison de force de Tsiafahy et qui a été relayée par plusieurs médias en ligne, ce dernier a lancé une contre - offensive. Au cours d'une conférence de presse, hier à Antanimora, le concerné a démenti en bloc l'information selon laquelle il aurait demandé et perçu un pot-de-vin d'un montant de 4 millions d'Ariary de la part d'Houcine Arfa. Ce ressortissant français qui s'est évadé après avoir été transféré à la prison d'Antanimora.

D'emblée, le directeur de Tsiafahy a déclaré haut et fort qu'il n'a jamais perçu une telle somme et pour preuve, la voix de la personne dans ladite bande sonore n'est pas la sienne. Selon lui, il s'agit d'un pur montage. « Dans la bande sonore, on entend beaucoup de bruits. Pourtant, Tsiafahy se situe dans un endroit lieu éloigné de la Capitale et mon bureau est très calme, donc sans le moindre bruit », explique Zafilahy Vonjy Stéphanson, numéro un de l'établissement pénitentiaire de Tsiafahy. Toujours en se référant à la bande sonore en question, il note l'existence d'une voix féminine qui l'interpelle en le saluant par un « coucou ». La femme en question est censée être la femme du prisonnier français. « Madame Arfa ne m'a jamais salué de cette façon. En tant que directeur, j'exige toujours qu'on me montre du respect », souligne - t - il encore.Plainte  Sur cette lancée, il a annoncé avoir déposé une plainte contre Raharimanana Patrick qui a publié l'information sur les réseaux sociaux. La plainte aurait déjà été déposée auprès du tribunal de 1ère instance. Le directeur de Tsiafahy rappelle que dans ses confidences dévoilées sur les chaînes françaises telles que Rtl, l'évadé de 53 ans a affirmé que le directeur de Tsiafahy était le meilleur directeur qu'il n'ait jamais connu. « Alors pourquoi aujourd'hui, on m'accuse d'avoir reçu de l'argent de sa part », martèle - t - il.En répondant aux questions des journalistes, le patron de Tsiafahy a profité de cette occasion pour démentir certains propos d'Houcine Arfa selon lesquels des tortures sont exercées sur les détenus au sein de cet établissement pénitentiaire. Ces tortures ont été évoquées par le quinquagénaire français pour justifier son évasion. « Je demande qu'une enquête soit ouverte. Il n'y a jamais eu la moindre torture. Un décret en date de 2006 a déjà abrogé la pratique de torture », soutient - il.  Il rappelle que Houcine Arfa avait fait une grève de la faim ainsi que des tentatives de suicide à maintes reprises. C'est la raison pour laquelle il aurait été placé à l'infirmerie mais il n'aurait pas pour autant bénéficié de traitement de faveur. Cette sortie médiatique du directeur de Tsiafahy retient de nouveau l'attention sur l'affaire Houcine Arfa. Histoire à suivre !Sandra R.

La Vérité0 partages

Scrutin présidentiel - Les artistes malgaches incompris

A Madagascar, l'élection présidentielle approche à grand pas et ceux qui pensent se présenter pour l'aventure, ils commencent déjà et ce, discrètement leur propagande. Depuis plusieurs années, les artistes sont des figures récurrentes des élections présidentielles. Les politiques cherchent le soutien de des vedettes populaires. Il y a lieu de dire qu'ils sont, en quelque sorte, incontournables dans ce genre de situation. Effectivement, la plupart de ces derniers acceptent les demandes des partis mais apparemment, ce sera uniquement pour l'argent.

En tout cas, les observateurs peuvent apercevoir qu'un groupe d'artistes ayant soutenu un candidat peut également animer une propagande d'un autre politicien. Ceci dit, les artistes à Madagascar ne dévoilent pas au grand public leur vraie orientation politique. Une question se pose donc s'ils ne veulent vraiment pas divulguer leur propre avis ou le candidat qu'ils soutiennent par peur d'être jugés bêtement.Droit citoyenEn effet, les célébrités, encore une fois dans la Grande île ne peuvent pas jouir de leur droit, en tant que simple citoyen, celui de soutenir le candidat ou la candidate de son choix. En cette période pré-campagne électorale pour la présidentielle, certains artistes malgaches sont déjà sous les feux de la rampe sur les réseaux sociaux comme quoi ils sont des « artistes caméléons », c'est-à-dire soutenant tous ceux qui se présentent à l'élection. Certains, apparemment, ne connaissent donc pas qu'avant leur propre orientation politique, le principal leitmotiv d'une formation qu'elle soit en groupe ou en solo est avant tout d'encaisser le maximum de cachets en période d'élection. Beaucoup ont tendance à juger bêtement le choix de ces artistes pour assurer l'animation ou la chanson pour amener et à appuyer certaines idées pour le compte du candidat. Une éducation s'impose puisque Madagascar est le seul pays où une célébrité ne peut pas montrer publiquement, en tout cas, de son propre gré, son opinion politique. Pourtant, dans les autres pays notamment les Etats-Unis, France ou encore les autres pays de l'Afrique, tous citoyens, vedettes ou non peuvent prendre position. Puisqu'il ne faut pas oublier qu'on ne soutient pas le personnage en personne mais plutôt son projet et ses idées pour diriger en mieux le pays.Sujet tabouL'orientation politique peut parfois être un sujet tabou. Si certains artistes ne souhaitent pas prendre publiquement position, d'autres en revanche n'hésitent pas à s'engager pour un parti qui leur tient à coeur. Certaines célébrités ont également choisi de ne plus communiquer sur leur vie politique juste par peur d'être jugées comme beaucoup de gens le font déjà actuellement. En effet, cela aura un trop gros impact sur leur notoriété et leur image. S'engager politiquement publiquement lorsqu'on est une personne connue, c'est aussi prendre le risque de perdre une partie de son public qui ne partagerait pas les mêmes opinions. Mais dans le contexte actuel, surtout à Madagascar, cela ne se limite pas que sur les points de vue des fans. Un artiste dévoilant publiquement son opinion politique, peut être boycotté par le gouvernement lui-même, de par ses activités comme par exemple : être privé de certains lieux ou salles de spectacle. Par ailleurs, se référant à une étude effectuée par Harris Interactive sur comment la population perçoit-elle de manière générale le fait que des artistes prennent publiquement position sur des sujets politiques. Selon l'étude fait il y a quelques années de cela, 41% des Français estiment que le fait que des artistes incluant chanteurs, comédiens, humoristes… prennent position sur des sujets politiques est une bonne chose, tandis que 56% considèrent qu'il s'agit d'une mauvaise chose, et même 22% d'une très mauvaise chose. Les personnes les plus susceptibles de percevoir négativement ce type de prise de parole sont les personnes les plus âgées (67%), ainsi que les sympathisants de Droite (64%) et du Front National (76%), qui considèrent sans doute que les artistes utilisent à mauvais escient leur notoriété lorsqu'ils rendent publiques leurs opinions politiques. A l'inverse, une majorité de sympathisants de Gauche juge positivement cette attitude (58%). Cette lecture différenciée selon la sympathie partisane découle sans doute d'un positionnement des artistes français perçu plutôt à Gauche de l'échiquier politique.Les artistes internationaux ayant soutenu leur candidatAvec Nicolas Sarkozy, l'on retrouve des fidèles de 2007 : le chanteur Enrico Macias ; le compositeur Didier Barbelivien ; les acteurs Gérard Depardieu, Emmanuelle Seignier, Nadine Trintignant, Véronique Genest, Christian Clavier ; les journalistes Thierry Roland, Jean-Claude Narcy, Patrick Besson, Marie Drucker ; le réalisateur Claude Lelouch et les animateurs Igor et Grishka Bogdanoff ; les sportifs David Douillet et le rugbyman Christophe Dominici. Et bien sûr Carla Bruni, l'épouse du chef de l'État.Avec François Hollande : Les milieux artistiques étant réputés plus proches de la gauche, François Hollande dispose de très nombreux soutiens. On compte ainsi les chanteurs Yannick Noah, Michel Delpech, Juliette Gréco, Ridan, Benjamin Biolay, Cali, Higelin, Bénabar ; les comédiens Jeanne Moreau, Christophe Malavoy, Charles Berling, Pierre Arditi, Jacques Weber, Dominique Blanc, Myriam Boyer, Macha Méril, Fanny Cottençon, Daniel Mesguish, Eva Darlan, Josiane Balasko, Gérard Darmon ; les écrivains Tahar Ben Jelloun, Dan Franck, Yves Simon ; l'animatrice Valérie Damidot ; l'imitateur Gérald Dahan ; Stéphane Hessel et jusqu'à son décès le résistant Raymond Aubrac. L'entraîneur de handball Claude Onnesta soutient Hollande tout comme Geneviève de Fontenay, ancien soutien d'Arlette Laguiller.Marine Le Pen à l'époque a été soutenue par Me Gilbert Collard, Brigitte Bardot, le champion de rallye Pierre Lartigue et Denis Seznec. Philippe Poutou a reçu l'appui de George Moustaki et Eva Joly celui de la chanteuse Björk.Pendant le dernier scrutin présidentiel en France, lors de son grand meeting parisien, à Bercy le 17 avril, beaucoup de « people» étaient de la partie pour soutenir Emanuel Macron. Line Renaud, fidèle parmi les fidèles, était même assise à côté de la mère d'Emmanuel Macron, Françoise Noguès-Macron, de son épouse Brigitte et de ses deux belles-filles Tiphaine et Laurence. Dans les tribunes VIP de l'AccorHotels Arena on pouvait aussi apercevoir l'écrivain Erik Orsenna, les acteurs Pierre Arditi et Vincent Lindon, les chanteuses Dani, Catherine Lara, Keren Ann ou encore le footballeur Yohan Cabaye. Le président du club de rugby de Toulon Mourad Boudjellal, fils d'immigrés algériens, était quant à lui monté sur l'estrade pour vanter « la France qui s'est enrichie avec des gens venus d'ailleurs ».Lady Gaga, Katy Perry, Snoop Dogg ou encore Eva Longoria. Toutes ces stars ont affiché publiquement leur soutien à la candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine, Hillary Clinton. Du côté de son rival, le milliardaire républicain Donald Trump, les célébrités se pressent beaucoup moins pour afficher leur engagement. Hormis les très peu populaires Jesse Hugues, chanteur des Eagles of Death Metal, ou encore le boxeur Myke Tyson, ami de longue date du candidat républicain.  De moins en moinsMais apparemment, ce problème ne touche pas que Madagascar, en France également, lors de la dernière élection présidentielle, les artistes français étaient également peu à répondre aux appels des candidats. On a beau les chercher aux meetings des candidats à la présidentielle, mais les people sont aux abonnés absents. Et lorsqu'un journaliste en vient à leur demander ce qu'ils pensent de la campagne, la plupart des célébrités bottent en touche et refusent de dévoiler pour qui elles voteront. A quelques semaines des propagandes, ils n'étaient que quelques dizaines à avoir soutenu publiquement un candidat. Les deux personnalités politiques ayant engrangé le plus d'appui de people sont Emmnauel Macron (Geneviève de Fontenay, Guy Bedos, Renaud, Line Renaud, François Berléand, Françoise Hardy et Pierre Arditi) et Jean-Luc Mélenchon (Richard et Romane Bohringer, Jacques Weber, Yvan Le Bolloch et Bernard Lavilliers). Mais Marine Le Pen ne peut se targuer que du soutien de Brigitte Bardot et de Franck de Lapersonne, Benoît Hamon de celui de Valérie Donzelli et de Juliette Binoche. Quant à François Fillon, les seules têtes un peu connues qui le soutiennent sont Frigide Barjot et Alain Afflelou…Des points de vue" Les artistes ont peur de perdre des fans et des engagements. Et à une période où les films, la musique et les bouquins se vendent mal, ils jugent que le jeu n'en vaut pas la chandelle " , explique un citoyen. « D'autant qu'aujourd'hui un artiste engagé doit aussi subir la vindicte de ses détracteurs sur les réseaux sociaux et les questions incessantes des journalistes sur son positionnement politique », poursuit un autre. Pour soutenir un politique sans prendre trop de risque, mieux vaut donc être un artiste installé et être raccord avec son public. C'est-dire qu'un artiste doit soutenir un candidat de même conviction que lui. Et alors que l'on pourrait croire que les artistes sont de formidables relais d'opinion pour des candidats, il semblerait que ces derniers en doutent eux-mêmes. « Afficher une liste de soutiens de stars n'a jamais rapporté de voix, mais cela montre un candidat proche du monde de la culture », analyse Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop. Le hic, c'est que lors de cette campagne, la culture semble quasi absente des débats politiques. A quoi bon donc pour un candidat faire croire à une réelle proximité avec les artistes ? Et d'ailleurs, est-ce même souhaitable ? « Non », répond d'emblée Frédéric Dabi. « Car à l'heure actuelle, les artistes sont perçus comme une élite, "la France d'en haut". Et les hommes politiques ont bien compris qu'ils n'avaient pas intérêt à en faire des caisses de ce coté là, s'ils voulaient en même temps jouer la carte de la proximité avec leurs électeurs ». Les politiciens malgaches devraient en faire autant!Recueillis par Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Nouvel an malagasy - Trois jours festifs à Anatirova

Le Nouvel an signifie clémence, pardon et purification. A l’issue d’une réunion des conservateurs de la tradition malagasy dans chaque Région du pays, la célébration du Nouvel an malagasy aura lieu les 17, 18 et 19 mars prochains.

La cérémonie aura lieu au palais d’Amboniazy Andriamabahoaka Afovoan’ny Tany, dans le « Fokontany » d’Anatirova Sahapetraka, Commune de Manazary. Les traditionalistes ont déjà visité les lieux et sont convaincus que cet endroit est sacré, d’autant plus qu’il conserve la tradition et l’histoire du pays.Cette célébration sera une occasion pour les Malagasy de faire connaître au monde entier leur identité à travers des costumes traditionnels, chansons et danses ainsi que leur gastronomie. L’année dernière, une cérémonie de purification a été faite. « Le Nouvel an malagasy est un  processus naturel. Dieu l’a créé et nous exécutons. On n’a pas besoin de vote, ni de démocratie, mais seulement de la conviction pour célébrer cette fête. Pour que tout redevienne normal, il est important de faire une purification collective dans tout Madagascar », avance Ramamonjisoa Mbolatiana, représentant de l’association « Mitana ny hasin’Andriambahoaka afovoan’ny tany ».  En observant l’astre, le Nouvel an malagasy ou « Alahamady be » devrait se tenir durant la période des récoltes, équivalente au mois de mars du calendrier grégorien, plus précisément le jour de la pleine lune ou deux semaines avant la fête des Pâques. La fête sera caractérisée par la célèbre tradition « Afo tsy maty » dans la nuit du 17 mars jusqu’à l’aube, suivie d’une bénédiction, un grand festin et le partage de viande de zébu ou  « Mazavaloha » et « Volavita » pour les invités.Anatra R.

La Vérité0 partages

Transition énergétique - « Madagascar passe encore par une crise d’électricité »

En retard. Ketakandriana Rafitoson, chercheur en science et économie politique, a dressé un état des lieux de la transition énergétique à Madagascar. Son œuvre s’intitule « La lente marche vers la transition énergétique à Madagascar ». La Grande île se retrouve en effet parmi les pays signataires de la Cop 22 dont les objectifs sont axés sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Et la transition vers les énergies renouvelables fait partie des objectifs à atteindre d’ici 2030. La nouvelle politique énergétique adoptée par le pays en 2015 va dans ce sens.

Toutefois, d’après Ketakandriana Rafitoson, « cette politique reste une vision idéaliste de la combinaison de la préservation des ressources énergétiques malagasy avec l’extension et l’expansion des réseaux de distribution ».  D’après elle, c’est la dépendance du pays aux hydrocarbures qui ne favorise pas le basculement du choix des producteurs vers les énergies renouvelables. En plus, ces dernières requièrent des investissements assez conséquents, favorisant ainsi leur abstention. Cependant, les énergies renouvelables peuvent créer de larges bénéfices sur le long terme. Pourtant, le pays dispose d’un grand potentiel dans ce secteur. Pour l’hydroélectricité par exemple, Madagascar dispose de 7 800 mégawatts, mais seulement 2 % sont exploités.  Aujourd’hui, le pays fait donc face à une insuffisance de capacité d’exploitation étant donné qu’il n’est pas très attractif pour les investisseurs, alors que le secteur a déjà été libéralisé depuis 1999. Il ne faut pas non plus oublier la détérioration des réseaux de distribution ainsi que les problèmes de maintenance.  C’est pour toutes ces raisons que Ketakandriana Rafitoson a affirmé que « Madagascar passe encore par une crise d’électricité ». Les freins pour la JiramaLa Jirama a également été au centre des discussions. Selon le constat fait par Ketakandriana Rafitoson, les freins pour le développement de la Jirama sont encore dus à l’instrumentalisation politique subie par la société ainsi que les ventes à perte effectuées par elle jusqu’à aujourd’hui. « Normalement, la Jirama doit effectuer une révision tarifaire deux fois par an, mais les différentes décisions politiques empêchent ces réajustements. Dans ce cas, elle se doit de rattraper sur les réajustements de tarifs. Mais les révisions de prix deviennent plus conséquentes, ce qui entraîne les consommateurs à se révolter », explique Ketakandriana Rafitoson. « Les consommateurs ne comprennent pas ce que l’entreprise doit endurer pour assurer leur production », ajoute-t-elle. Et la Jirama finit par se retrouver entre le marteau et l’enclume. Toutefois, « la Jirama procède déjà à un redressement de la compagnie en appliquant un business plan centré sur le changement de gouvernance et l’optimisation de la production », a répliqué Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama, lors d’un débat.  Rova R.

La Vérité0 partages

En délire !

Panique à bord ! Le samedi 24 février dernier, les formations politiques qui évoluent dans le giron de l'ancien président de la Tradition, et non moins leader de la Révolution Orange de 2009, Andry Nirina Rajoelina, se sont donné rendez-vous à Ambohimangakely pour la cérémonie de présentation de vœux du Nouvel an 2018. D'importantes délégations du Mapar et du Tgv en provenance des six anciennes Provinces de la Grande île tenaient à venir honorer de leur présence et répondaient massivement présent à l'invitation de leur dirigeant.

En tout, quelque 2 500 bonnes âmes envahirent le site paradisiaque servant d'accueil. Une véritable démonstration de force qui déclencha, au final, une onde de choc paralysant le régime. Ainsi, une retrouvaille, en grandeur nature, bouleversa le paysage politique national en provoquant une crise de nerf à l'état-major du Hvm d'Iavoloha.Andry Nirina Rajoelina, en vue des échéances électorales à venir, mobilise ses troupes. Son appel à resserrer le rang pour une éventuelle bataille a reçu un écho suffisamment positif auprès des « militants ». Les feux de l'amour, plutôt de l'engagement brille toujours, et ce, malgré les vicissitudes de l'histoire de ces quatre longues années de traversée du… désert et de la répression morale, en particulier des caciques du Hvm. En dépit des « départs », des trahisons de certains éléments pour se prostituer ailleurs, le Mapar et le Tgv tiennent toujours le cap. Au contraire, la flamme redouble de puissance, voire d'intensité. Eh oui, ça brûle ! Selon même les termes du député élu du Vème Arrondissement de Tanà-ville, Raholdina, l'absence des « ivraies » auraient amélioré davantage la « production ». En somme, le rendez-vous d'Ambohimangakely servait à tout le monde pour renouveler leur attachement à un principe selon lequel l'amour prime à tout. C'est le plus grand commandement qui doit diriger toutes les actions ! Au final, ce fut une grande opportunité offerte à tous, l'illustre hôte au même titre que les délégations venues nombreuses de toute l'île de manifester la fidélité réciproque. Une occasion, également, pour tous les membres issus de tout le pays de bien vouloir donner leur bénédiction, le « tso-drano », à leur leader pour affronter le « combat » de demain. A son tour, Andry Rajoelina de leur prouver sa gratitude.En face, la tension monte ! L'angoisse pèse et plonge les caciques du pouvoir dans une crainte d'une éventuelle défaite. L'accident vasculaire cérébral (Avc) menace l'état-major du parti le plus « fort » et le plus « grand » de Madagascar. La panique envahit la haute sphère de l'Etat.En réalité, la mobilisation générale visible et constatée lors de la rencontre d'Ambohimangakely surprenait la bande à Rivo Rakotovao, les tenants du régime. Eux qui croyaient que le Mapar et le Tgv, après la défection de certains élus, des traitres en puissance, seraient affaiblis. Loin s'en faut, l'enthousiasme des premières heures gardé intact, non écorné, retrouve la ferveur sinon l'entrain.Iavoloha organise la contre-attaque, mais avec quelle maladresse ! La clique du Hvm s'affole et dit n'importe quoi. La presse, à la solde du régime, en ordre dispersé, se livre à des répliques superficielles. En délire, des chroniqueurs confondent les mouvements de contestations populaires de 2009 à une conquête de pouvoir par la voie des urnes.Ndrianaivo

Tia Tanindranaza0 partages

Seranam-piaramanidina IvatoAhitana kolikoly isan-karazany

Araka ny mari-pandrefesana ny kolikoly 2017 dia tsy nahafa-po ny ady amin`ny kolikoly eto Madagasikara .

 

 Maro ireo sehatra ahitana kolikoly be indrindra ary anisan`izany ny harena voajanahary. Mahavalalanina tokoa fa na dia fantatr’ireo mpanondrana harem-pirenena fa henjana ny sazy miandry azy ireo amin’izany afera maloto izany dia hita maso sy azo tsapain-tanana mihitsy fa tsy mety fay ary vao mainka maro no mahasahy manao izany. Efa betsaka ireo tsy manaraka rafitra sy lamina ka tsy vao ela akory ilay tovolahy iray 27 taona sarona nitondra vola vahiny tsy ara-dalàna saika hihazo an’i Frantsa ka nahatrarana vola vahiny na « devise » mitentina 7 500 Euros na 30 000 000 Ar tsy nanaovana fanambarana teny amin’ny fadin-tseranana. Momba ireny raharaha izay niteraka resa-be ireny dia mbola fanontaniana mipetraka hatrany ny hoe ``tandrevaka sa gaboraraka`` no misy eny Ivato ? Misy ihany anefa ny ezaka ataon’ny sampandraharaham-panjakana rehetra izay miasa amin’ny fiarovana ny seranam-piaramanidina saingy misy ny lava tanana akanjo ka mahita irika hatrany.

 

 

Malaza ratsy tokoa noho ireo trafika maro samihafa sady manalabaraka ny firenena Malagasy ary indrindra koa manaporofo fa gaboraraka ny fanaraha-maso ataon`ny mpitandro ny filaminana eto amintsika na misy izy ireny no mikipy maso tsotra izao noho ny antony maro samihafa. Moramora ny fivoahana eto Madagasikara ho an`ny manan-katao na koa lava tanana. Betsaka anefa ny mikaikaika fa mafy loatra ny fisavana eo Ivato ary tsy vitsy ihany koa ny mitaraina fa be loatra koa ny « manotra ». Ny mivoaka koa mora fotsiny eo amin’ny fitiliana sy ny fisavana ara-batana rehetra na ny harena voajanahary na ny olona ihany koa.

EFITRA TELO

 

Efitra telo ao amin`ity seranam-piaramanidina ity no azo hanaovana izany kolikoly avo lenta izany. Ny efitra voalohany, izay eny Atsinanana ny fidiranana natokana ho an`ireo mpandeha,  dia ao amin`ny ``salon VIP`` izay andraisana ireo manamboninahitra na eto an-toerana toy ny filoham-pirenena, ireo mpanolotsaina manokana, ireo minisitra, ireo manaboninahitra … Toerana iray tsy dia misy fisavana be ary tsy misy fitaovana fitiliana na ``scanner`` fa ny polisy misahana ny filaminana sy ny fisavanana ihany no miasa ao. Ny entam-be kosa dia ny “protocol” no mandray an-tanana izany eo anivon`ny ``enregistrement`` kanefa tsy misy fisavana ``bagages à main`` na entana entin-tanana. Misy indray ny ``salon faharoa`` izay natokana ho an`ireo manan-katao na ``1ere classe`` izay mitovy endrika amin`ny voalohany voalaza teo ihany ny fomba fiasan`ireo  sampandraharaham-panjakana rehetra izay miasa amin’ny fiarovana ny seranam-piaramanidina. Marihana fa matoa misy ny mpanao kolikoly dia eo ihany ny mpanome izany ary ao indrindra ny mpiaro izany. Farany dia ilay efitra fahatelo izay mbola hatao fanamboarana satria mifanila amin`ilay fanitarana trano atao eny Ivato ankehitriny. Amin`izany indrindra no manararaotra ireo olona ambara fa manampahefana sy ireo mahitahita eto amin`ny firenena.  Voalaza fa ny polisy sy ny mpiasan’nny fadin-tseranana no tena mahazo tombony amin`ity fisavana ao anatin`ny seranam-piaramanidina ity.

Ny zandarimariam-pirenena kosa no matetika voarohirohy amin`ity fanondranana harena voajanahary ity noho izy ireo araka ny lalàna,  tsy mandalo fisavana satria misahana ny faritra ivelan`ny seranam-piaramanidina kanefa afaka mivezivezy ao an-trano hatrany. Nandritra ny fanadihadiana natao no nahafantarana fa ny zandary matetika no anisan`ny tompon`antoka amin`ny famoahana volamena an-tsokosoko. Noho izy ireo tsy savaina ary afaka miditra sy mivoaka ary mivezivezy ka mety misy sasany amin’izy ireo manararaotra izany fahefana izany. Misy ireo mpijirika mikaroka izay olona mitondra harena voajanahary ireo. Kanefa maro ireo dingana tsy maintsy arahina rehefa mivoaka an`ny nosy ny olona iray ka eo amin`ny dingana famaranana no manatanteraka ny famindrana entana izy sy ilay olon-dratsy.  Marihina fa ny PAF na ny polisy misahana ny sisintany sy ny habakabaka, dia miandraikitra ny fisavana ao anatin`ny seranam-piaramanidina ihany. Tsara ihany koa no manamarika fa azo haondrana ny volamena saingy misy kosa ny rafitra mila arahina ao anatin’ny fanatanterahana izany amin’ny tokony handoavana ireo haba sy hetra voatondron’ny lalàna.

Tena efa miharihary ny kolikoly eny an-toerana ary miseho amin`ny endriny samihafa. Tsy voatery fanondranana volamena no heloka eny Ivato fa ny karazana tsy fanarahana lalàna ihany koa. Mpanondrana devizy tra-tehaka izay tovolahy iray 27 taona izay no sarona nitondra vola vahiny tsy ara-dalàna teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ny 14 febroary 2018. Saika hihazo an’i Frantsa izy no nahatrarana vola vahiny na « devise » mitentina 7 500 Euros na 30 000 000 Ariary ka tsy nanaovana fanambarana teny amin’ny fadin-tseranana. Raha ny lalàna velona eto amin’ny tany sy ny fanjakana, dia tsy maintsy hanaovana taratasy fanambarana izany satria harena mivoaka eto amin’ny firenena.  Notanana avy hatrany tao amin’ny « Bureau de l’Unité de Surveillance de l’aéroport d’Ivato,  porte TBE1 » izy sy ny volabe. Milaza fa mahitahita ity tovolahy ity ary mpanolotsainan`ny filoham-pirenena no niaro azy. Mazava ho azy ny mety tsindry avy amin’ilay mpanolotsain’ny filoha sady naman’ity tra-tehaka nampiasa ny anarany sy ny fahefany ho fiarovana ny namany, io ilay antsoina hoe “trafic d’influence”. Ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro ny filaminana ihany no hahafantarana ny marina; afaka hiroso araka ny tokony ho izy anefa ve izany fanadihadiana izany satria misy anaran’olona maventy voatonontonona ao ?

 

Tsy kisendrasendra raha toa potiky ny kolikoly sy halatra ny eny Ivato. Noho ny ataon`ireo ireo tompon`andraikitra ambony ihany izay manao kolikoly no ianaran`ireo mpiasa madinika. Mila malina hatrany rehefa eny Ivato satria raha entana sendra mipetra-potsiny dia atahorana ho voan`ny ``Doudah``. Teny iray ilazan`ireo mpiasa eo anivon`ny fadin-tseranana fa tsy misy tompon`ny valizy na entana iray. Toa izao no isehoan`izany: Raha sendra variana iny ny tompon`entana dia misy mpiasa manisy ``talon`` na fanamarihana mahakasika ny tena tompon`entana tampoka. Mbola mirongatra hatrany kosa ny fitondrana an-tsokosoko ny harem-pirenena, izay hilana paikady hentitra kokoa avy amin’ireo tompon’andraikitra isan’ambaratongany. Ny sokatra ohatra di any mpiasan`ny Adema no tena tompon`antoka amin`izany. Mampiasa ilay fomba ``Talon`` voalaza etsy ambony ireo mpanararaotra ary datin ny ampitso ny daty izany. Ny fitondram-panjakana anefa tsy mandefitra manoloana ny gaboraraka.

 

 

 

Eo ihany koa ny entana atao hoe ``Hors norme`` na tsy manaraka ny fenitra ny endrika na ny haben`ny valizy iray toy ny angady … Ny “agent de comptoir” no matetika manao ity ``bizna``ity ary ny teratany vahiny, indrindra ny sinoa, no tena lasibatra ary ahazoana 50 000 Ariary hatramin`ny 300 000 Ariary hatrany. Ny lanja mihoatra na ``surpoids`` ihany koa dia anisan`ireo kolikoly mateti-pitranga eny Ivato  ary ny kaompania tsirairay avy dia manana ny “canevas”. Tsy vitan`ny fanaovana kolikoly ny eny Ivato fa tena lasa iainanan`ireo mpiasa misahana ny fanaraha-mason`ny entana ny fanokafana valizin`olona. Na dia arifomba sy ara-teknolojia ny fanaraha-maso eny an-toerana dia ao anaty raoplanina indray izy ireo manatanteraka izany. 

 

 

Nisy ny fanaovana sonia ny fitanana an-tsoratra ny: ladoany, zandary, polisy. Izany rahateo ny fepetra takiana rehefa misy ny fanagiazana harem-pirenena izay saika haondrana an-tsokosoko toy ireny. Nohamafisina ny fitsirihana sy fanaraha-maso eny amin`ny seranam-paiaramnidina iraisam-pirenena Ivato. Voakasik`izany fandraisan`andraikitra izany ny Air Mad, ACM, Adema, polisy misahana ny fiarovana sisintany, ny zandarimariam-pirenena, ny fadintseranana sy ireo sampandraharaha hafa. Ary zavatra efa nitranga teny ivato ny hoe: nisy volamena nosakanana tsy navela nampidirina tao anaty fiaramanidina kanefa dia nisy manampahefana ambony niantso an-tariby ary nanome baiko ny hamelana izany volamena izany hiondrana. Mila matotra ny fandraisan`andraikitra ary raha tokony havoaka mazava ny anaran`ireo olona ambony mpanao ``intervention``.  Fa na mivory isan`andro aza ny polisy, rehefa mbola misy ny lava tanana dia mibanaka be foana ny eny Ivato ary entana sombintsombiny mody atao tratra no avoaka amin`ny fampahalalam-baovao fa ny tena bizna goavana mandeha foana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

SyriaMbola sarotra ny fampiatona ny ady

Tamin'ny alarobia teo ny minisitry ny raharaham-bahiny Rosiana Sergei Lavrov dia niantso ireo mpikomy Sirianina sy ireo mpifanandrina iraisam-pirenena handray fanapahan-kevitra mba hanatanteraka ny fampiatoana ny ady any Ghouta atsinanana eo ambany fiahin’ny fitondrana Sirianina, izay namoahan’i Rosia didy.

 

 Nanambara ihany koa ity minisitra Rosianina ity fa i Moscou dia manohana hatrany ny tafika Sirianina amin’ny ady atao amin’ny mpampihorohoro. I Rosia sy ny governemanta Sirianina dia nanambara ihany koa teo alohan’ny filankevitry ny zon’olombelon’ny firenena mikambana tany Geneve fa hametraka toerana misahana ny maha olona ao Ghouta. Ity fiatoana ity moa dia maharitra 30 andro ka tokony ho adiny 5 isan’andro mba ahafahana mitondra ireo fanampiana sy mamoaka ireo maratra na mponina hivoaka io faritra io, kanefa misy foana ny fifandonana any ary zara raha misy ny fiatoana. Nanambara ny minisitry ny raharaham-bahinin’i Rosia fa ity no krizy amin’ny resaka maha olona mafy indrindra natrehan’ny mponina Syrianina. 

 

Lamasinina 2 izay ny iray mpitondra entana ary ny iray hafa mpitondra olona no nifandona tany amin’ny tanànan’i Al-Bahaira any avaratr’i Egipta ka olona tsy latsaky ny 10 no maty ary maherin’ny 15 ireo naratra raha ny nambaran’ny minisitry ny fahasalamana any. Raha ny nambaran’ny mpitondra tenin’ny minisiteran’ny fahasalamana Khaled Megahed dia fiara mpitatitra marary 30 no nalefa farak’izay haingana any ary efa nalefa any amin’ny hopitaly ireo naratra sy maty

 

3 andro taorian’ny fiafaran’ny lalao Olaimpika amin’ny andro ririnina tany Korea atsimo dia nalan’ny komity iraisam-pirenen’ny Olaimpika ny sazy mandrara ny fandraisana anjaran’ireo ekipa Rosianina amin’ny lalao olaimpika. Ity fandrarana ity moa dia nampiharina nanomboka ny desambra teo noho ny fandraisan’ireo mpilalao sy atleta Rosiana fanafody mampatanjaka, ka tsy nahafahan’izy ireo nilalao tamin’ny anaran’ny Rosianina. Tafaverina tanteraka amin'ny zony ho mpikambana ao amin'ny komity iraisam-pirenena Olaimpika manomboka izao ny Komity Olaimpika Rosiana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivoizana foko sy firazananaMbola mampahantra ny Malagasy hatrany

Raha niditra nametraka ny fahefana kolonialy teto Madagasikara ny frantsay ny taona 1897 dia efa voarakitry ny tantara fa naniraka mpandinika maro hijery ny kolontsaina sy fiavahan’ny faritra tsirairay avy teto.

Anisan’ny nalaza, ohatra, ilay mpahaiolona (anthropologue) sady Jezoita, Pirolier, nisantatra izany. Nandritry ny fitondran’i Gallieni, nanomboka ny taona 1910 koa, dia noraketin’ireo mpahay vondron’olona (ethnologue) tanatina boky siantifika navoakan’ilay rafitra hoe ORSTOM (Organisation de recherche scientifique du territoire d’outre mer) mihitsy ireo voka-pikarohana. Nalaza moa fa tamin’izany no nivoahan’ireo fiteny hoe merina malama loha, betsileo jokotsorika, tandroy fangalarana, betsimisaraka hakamoana sy ny sisa. Ankehitriny dia hita ho mbola voizina hatrany ity resaka zanaky ny faritr’izao sy izao ity. Lasa sarintsariny sisa ilay firaisankinam-pirenena fa mainka aza izy ireny miteraka fizarazarana. Misy minisitera sasany, ohatra, na rafitra hafa koa dia saika iray fiaviana avokoa no hita ao. Farany teo koa moa dia niaraha-nahita fa hoe misy ny kandidan’ny faritra zatsy sy zatsy. Raha aravina dia ny fomba nahazatra tao anatin’ny repoblika faharoa no nankaty ihany no mbola lovain’ireo mpanao politika satria ve mety aminy ilay zarazarao hanjakana izay mbola mampahatra antsika mandrak’anio?

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basy gasy tratra tany MaroantsetraOlona 4 voasambotra

Anisan’ny olana ao amin’ny kaominina Manambolo distrikan’i Maroantsetra tao anatin’izay fiakaran’ny vidin’ny vokatra fanondrana lavanila izay, ny resaka tsy filaminam-bahoaka amin’ny fampiasan’ireo andian-jiolahy basy amin’ny fanafihana ataony.

 

 Vao naharay vaovao tamin’ny mponina tao amin’ny kaominina iadidiany ny ben’ny tanàna tany an-toerana dia avy hatrany nampandre ny zandary tao Maroantsetra. Vao naharay ny vaovao koa ireto zandary dia tsy niandry ela fa avy hatrany dia nijery ifotony ny zava-nisy ny 18 febroary 2018 lasa teo ary nanao izay fomba rehetra nahatrarana an’ingahy Ratianarivo sy ny basy PA vita gasy amidiny. Tratra ambodiomby tsy afa-nihetsika izy nandritra ny fisamboran’ny zandary izay nahatrarana basy PA vita gasy 4 teny aminy ary izy ihany no nanoro ireo namany ao amin’ny kaominina Ankofabe izay nametrahana basy miisa 8 hamidin’izy ireo. Nidina tany amin’ity kaominina ity koa ny zandary tao Maroantsetra nikaroka ireto olona ireto sy ny basy tany aminy, ka tratra avokoa mbola niaraka tamina bala “calibre 12” miisa 8. Nandritra ny fakana am-bavany azy efa-dahy ireto no nahalalan’ny zandary, araka ny fanazavan’ny GPHC Tefinanahary lehiben’ny zandary ao Maroantsetra, fa amidin’izy ireo 600.000 ariary ny basy iray ary 20.000 ariary kosa ny bala “caliber 12” fampiasa aminy. Nambaran’ity lehiben’ny zandary ity ihany koa fa hentitra izy ireo amin’ny fampiharana ny lalàna ho fiarovana ny vahoaka sy ny fananany, nefa azon’ny olona tsirairay ny mangataka ny hitana basy saingy ny lalana mifandraika amin’izany izay tsy maintsy arahina, ary afaka manatona azy ireo ireo tantsaha sy ireo mpanangom-bokatra te-hiazona izany.

 

Rakoutou

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nisondrotra indray ny vidin-tsolikaEfa tena famonoana ny Malagasy

Toy ny mahazatra hatrany isaky ny fiandohan’ny volana, dia niakatra 90Ar isaky litatra indray ny vidin-tsolika eto Madagasikara. Raha 3840Ar ny vidin’ny lasantsy teo aloha dia lasa 3930Ar indray nanomboka halina tamin’ny 12ora.

 

 Ny gazoala izay 3190Ar teo aloha kosa lasa 3280Ar. Mazava ho azy ny mety hisian’ny fimenomenonan’ny mpitatitra, izay mety hitarika amin’ny fampiakarana saran-dalana indray. Azo antoka ihany koa fa hisondrotra hatrany ny vidim-piainana sy ny vidin’entana noho ny solika iankinan-javatra maro eto amintsika, ary sokajiana ho ain-dehiben’ny firenena mihitsy. Miraviravy tanana ny fanjakana, tsy manana vahaolana fa dia mizaka ny tsy eran’ny ainy ny vahoaka. Mbola famelomana ny Malagasy ve izao ? Efa mazava ny mety ho fialan-tsiny hoe vokatry ny fitotongan’ny sandan’ny ariary, izay vokatry ny tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra ihany koa. Taorian’ny fampidanganana ny vidin-jiro dia ny vidin-tsolika indray no niakatra. Tetsy an-kilany anefa, dia tsy nisy ny fisondrotan-karama. Re fa tsy hitsahatra ny hisondrotra io solika io, ka 600Ar isaky ny litatra no tanjona mba hahatongavana amin’ilay hoe vidin-tsolika tena izy na “verité de prix”. Mety hasondrotra tsikelikely. Raha atao ny kajikajy hoe misondrotra 90Ar isam-bolana, dia ho tratra io 600Ar io any amin’ny volana oktobra, izany hoe mety hahatratra hatrany amin’ny 4770Ar ny lasantsy ary 3820Ar ny gazoala. Tsy misy fanantenana ho an’ny Malagasy fa fidanganan’ny vidim-piainana andro aman’alina no mitatao aminy. Resaka vidin-tsolika sy vidin-jiro aza ity manahirana ny fanjakana HVM, kanefa dia mbola sahy mieboebo amin’ilay ambara vina hampandrosoana ny firenena amin’ny alalan’ny “fisandratana 2030”. Izany ve tsy mbola porofon’ny fampiesonana efa ho lava ?

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaonfederasionin’ny SempamaEfa “loza mamotika” ny aretin’ny fanabeazana

Sarinteny tsy sarinteny omaly no nanaingon’ny avy eo anivon’ny kaonfederasionin’ireo sendikan’ny mpampianatra eto Analamanga (kaonfederasionin’ny Sempama) nentina nilazana fa efa faran’izay marary, na loza mamotika (phase finale) ny fanabeazana eto Madagasikara ankehitriny tetsy amin’ny Koots food Mahamasina.

Nampahafantarina io omaly io, noho izany, ireo « dokotera manampahaizana » nidina sy mbola hidina ifotony hijery ny tena fototry ny olana. Santionany amin’ireo aretina moa ny fahatapahana karama, ny tsindry hazo lena manjo ny mpampianatra ary ny fandrahonana mahazo ny sendika, raha ny fanazavana. Nisy ny zava-bitan’ny kaonfederasionina tao anatin’izay 20 taona nijoroany izay, toy ny fampiakarana ho mpampianatra raikitra ireo Fram saingy ny mampalahelo dia nahena ho 4000 isa indray izany ankehitriny. Ny randrambaon’ny sendika na ny SSM noho izany no hatokisanay fa profesora matihanina hanao ny fitiliana, hoy izy ireo, satria ireo no tompon’ny lalàna sy ny firaisankina. Antenaina fa ho fantatra amin’ny herinandro ny tokony ho atao, hoy izy ireo. Ny SSM rahateo efa nanao fanambarana tetsy Antaninarenina tamin’ny faran’ny taona fa raha mbola misy tapaka karama aorian’ny volana janoary dia tsy azo ekena intsony satria mamono olona izany. 120 isa eo moa izay mpampianatra mbola tapaka karama izay, raha ny fanazavana, raha 3000 isa teo aloha saingy ny takiana dia ny hiverenan’ny fandraisan-karaman’ny rehetra amin’ny laoniny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Diso lazaolana

10 volana sisa dia hifarana tanteraka, raha sitraky ny Nahary, ny fitondrana Rajaonarimampianina. Azo antoka, raha tsy fahagagana,

 fa tsy hisy asa fampandrosoana goavana hanala ao anatin’ny fahantrana hotontosain’izao fitondrana mijoro izao intsony. Sarinteny ihany ny filazana matetika fa tsy nisy ny zava-bitany. Azon’ny sarambabem-bahoaka anefa ny tao ambadik’io fa tokony hitohy hoe tsy nisy nanatsara ny tao am-bilanin’izy ireo. Nohirahiraina fa miasa izao fitondrana izao ary noporofoina tamin’ny alalan’ny fitokanana ireo fotodrafitrasa tetsy sy teroa ny bainga voavadika. Nipaka tany am-bilanin’ny vahoaka izay efa miha fadiranovana ve ? Diso lazaolana ny fitondrana mijoro satria na dia efa natoro foana aza ny amin’ny tokony hametrahany ny fanontaniana tokony hipetraka manoloana ny zava-misy marina dia nohenoiny fotsiny hatrany. Dia toy ireny manao fanadinana ireny ihany rehefa aravona ny nanjo ny fitondrana ka rehefa diso ny fandraisana ny laza adina dia diso koa ny lazaolana niaingana hamahana ny olana hany ka nivaona tsy araky ny tokony ho izy hatrany ny valim-panontaniana nasesika.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ASOIMILany ho filoha i Jhon Love

Lany ho filoha vaovaon’ny Asoimi na Ciset (lalao hifanandrinan’ireo mpiasam-panjakana eny amin’ny andrim-panjakana samihafa eto amintsika tamin’ny fifidianana

notanterahina tetsy amin’ny ANS Ampefiloha omaly alarobia 28 febroary i John Love nahazo ny vato 79 tamin’ny 109 nanankery. 21 no vato azon’i Mme Cindy minisiteran’ny Rano raha 2 no azon’ny solontenan’ny Mjs ary 1 ny an’ny solontenan’ny Men. Marihina fa anisan’ny vaindohan-draharaha ho an’ny birao vaovao tarihin’i Jhon Love ny fanovana ny anaran’ny fikambanana tarihany sy ny fandravonana ny disadisa nisy teo aloha.

Ntsoavina Evariste

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zanak’i Fandriana sy FikasànaHifankahita etsy Soanierana

Aleo tara toy izay tsy misy ! Izay no azo hanambarana ny hetsika fifampiarahabana nahatratra ny taona fanao isan-taona ho an’ny Zanaky ny distrikan’i Fandriana, Fisakàna ary ny faritra Amoron’i Mania. Hetsika faha-7 hokarakarain’ny Association Ny Aina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovam-beloma farany an’i Tsilavina RalaindimbyNoredonin’ny rehetra ny “Ny lanitra mangamanga”

Tamin’ny fanaovam-beloma farany ny nofo mangatsiakan’i Tsilavina Ralaindimby tao amin’ny efitrano Rado tetsy amin’ny tranombokim-pirenena Malagasy tetsy Anosy,

Tia Tanindranaza0 partages

Haavon’ny entana hoentin’ny fiaraTsy voahaja ny 80 Sm

Tsikaritra ho manjaka ny gaboraraka amin’ny resaka fitaterana sy fifamoivoizana eny an-dalambe eto Antananarivo sy ny mivoaka ny renivohitra.

Misongadina io eo amin’ny fitaterana entana. Tsy voahaja intsony ny refy 80sm fetra farany ambony azo ekena amin’ny haavon’ny entana. Tsy natao hanenjehana sokajinon’olona na fiveloman’olona manokana fa hahatarafana izany ny fitaterana ny “éponge” amidy eto an-drenivohitra. Misavovona sy mihoatra avo telo na efatra heny amin’ny refy ekena. Nahazo fahazoan-dalana manokana ve ireny fiara ireny sa misy ny resaka kolikoly matoa tsy mba voasakana ? Tsy vitan’ny mety hitera-doza fa miteraka fanelingelenana ho an’ny hafa. Iza no homen-tsiny raha sanatria ka mivadika noho ny entana tsy mifanaraka amin’ny tokony ho izy, na koa mirehitra noho ireo “éponge” mora midedaka ? Ny kaominina na ny sampandraharaha misahana ny fitaterana an-tanety (ATT) ve no homen-tsiny ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andro ratsy any avaratry ny nosyHivadika ho rivo-doza tsy ho ela

Misy faritra andro ratsy vao miforona ao avaratra atsinanan'ny Nosy ka mety hivadika rivodoza izany amin’ny faran’ity herinandro ity.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fantson-dranon`ny JIRAMAMila fanavaozana goavana

Misy olana indray ny tsy fahalavorarian`ny asan`ny JIRAMA tato ho ato.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaHitavandra vola amin’ny Rosiana indray…

Re fa handeha ho any Moscou Renivohitr’i Rosia indray ny Filoham-pirenena Malagasy atsy ho atsy, raha ny loharanom-baovao azo. Mazava ho azy aloha fa hitangirika sy hitavandra vola sy hitady fiaraha-miasa no tanjona.

 

 Henika azy izao tontolo izao, saingy tsy misy vokany amin’ny ankapobeny fa ny vola sy ny fotoana fotsiny aza no lany. Nandeha tany Frantsa ny 1-2 desambra 2016, ary nahazo fampanantenana ny hahazo 10,2 miliara dolara. Tsy nisy mandrak’androany izany kanefa nireharehan’ny fanjakana HVM fatratra. Nandeha nihaona tamin’ny filoha Sinoa tany Sina indray ny volana martsa 2017, saingy tsy hita aloha izay tena vokatra nentiny herintaona aty aoriana. Ny mpandraharaha sinoa eto Madagasikara aza misy ny mangoron’entana noho ny endrika antsojay mahazo azy. Mahakely finoana ny hahazoan’ny fanjakana HVM rirany any amin’ny Rosianina rehefa tsy nahomby tany amin’ny Frantsay, Sinoa,… Fomban’ny firenen-dehibe ny mandray sy mifampiresaka, ary tsy hisy handa ankitsirano izany fa amin’ny alalan’ny fomba ara-diplomatika. Na aiza na aiza eto ambonin’ny tany dia tsy hisy hanome vola amin’ny firenena ratsy tantana izany velively. Miteny ho azy ny tarehimarika eto amintsika, ary ny sehatra iraisam-pirenena mihitsy no namoaka ny maha isan’ny tompondakan’ny fanaovana kolikoly antsika. Niharatsy hatrany ny naotin’i Madagasikara noho ny kolikoly hatramin’ny nitondran’ny fanjakana HVM satria very toerana 33 tao anatin’ny 4 taona nitondran’ny HVM, ary laharana 155 amin’ny firenena 180 ny taona 2017. Ny tahan’ny tsy fandriampahalemana sy ny vono olona, ny faty olona mirarakopana, ary ny fakana an-keriny, dia ity fitondrana HVM ity no tompondaka. Lojika raha tsy mahazo fitokisana, hany ka tsy misy vokany ny fitangirihana vola etsy sy eroa, ka ny tombony ho an’ny mpitondra dia ny filibana sy ny fandanilaniam-poana ny volam-panjakana any ivelany. Ny resaka tetikasa lehibe nambara fa hiarahana amin’ny vahiny aza mitsingevaeva, toy ny fananganana ny faritra manokana na ZES (Zone Economique Spéciale) aza io nokianin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena io. Tsy ao anatin’izao fotoam-pifidianana izao mihitsy ihany koa no hisian’ny fifanarahana lehiba na tetikasa goavana tahaka izany hijoro, satria mailo ihany koa ny vahiny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanesorana ny Tale jeneralin’ny fonjaMisy zavatra manjavozavo

Tsy nampoizin’ny rehetra ny fanalana ny filohan’ny fitsarana tampony, ny tale jeneralin’ny fandraharahana ny fonja, ny lehiben’ny fampanoavana eo anivon’ny fitsarana tampony nandritra ny filankevitry ny minisitra ny talata teo.

 

Ny tale ara-bolan’ny sekoly ambony manofana ho mpitsara sy mpiraki-draharaha (ENMG) ihany no efa fantatra andro maromaro fa nesorina noho izy voatonona tamina resaka kolikoly.  Maro ny mihevitra fa noho ny olana isan-karazany amin’ny tontolon’ny fitsarana toy ny resaka kolikoly na koa ny fahatafatsoahan’ny gadra ahiana ho nisy kolikoly ny sasany no antony. Ny fanendrena tompon’andraikitra sy mpiasam-panjakana ambony dia resaka politika io raha ny fahalalako azy, hoy kosa ny talen’ny seraseran’ny minisiteran’ny fitsarana Jeremie Napou tamin’ny fakana ny heviny sy fangataham-panazavana eo anatrehan’ny zava-misy. “Hatreto, na izahay aza manontany hoe misy hifandraisany ve sa tsy misy amin’ny resaka kolikoly io ?”, hoy izy. Raha ny fijeriny manokana kosa dia nambarany fa tsy tokony hisy an’izay resaka izay fa noho ny toerana ifandimbiasana. Ny talen’ny fandraharahana ny fonja teo aloha Désiré Randrianandrasana izao, hoy izy, dia tsy anisan’ny voatonontonona tamin’ireny resaka afera rehetra nandalo ireny ny anarany raha ny fahitako azy. Manoloana ny resaka mety nisian’ny fahadisoana goavana tamin’ny asa na ilay antsoina hoe “Faute Professionnelle” dia tsy nisy ny fangataham-panazavana notakiana taminy na “demande d’explication”, ary tsy nisy torak’izany ihany koa ny fampiakarana azy teo anivon’ny filankevi-pifehezana na CODIS. Mety ho fifanojoana na efa programan’ny mpanendry ny fanesorana azy angamba, hoy ny talen’ny seraseran’ny minisiteran’ny fitsarana satria izy no manana ny fahefana mametraka sy manala olona eo.Tsy misy fanampim-panazavana ofisialy no mahatonga ny resaka tahaka izao miitatra ka mahatonga ny tombatombana maro samihafa, ka anisan’izany ny hoe :tsy mazava ary tsy mangarahara ny antony nanesorana ny tale jeneralin’ny fonja teo aloha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivoriana tsy ara-potoana eny TsimbazazaMiroso mankany amin’ny fivoriana iray hafa

Lany teo anivon’ny Antenimieram-pirenena tamin’ny fivoriambe azon’ny besinimaro natrehina, notarihan’ny Filohany, Jean Max Rakotomamonjy, ny fandaharam-potoana iasany manomboka ny alatsinainy 26 febroary 2018 ka hatramin’ny 5 martsa 2018.

Anio alakamisy 1 martsa tontolo andro dia hodinihina amin’ny asam-baomiera ireo volavolan-dalàna miisa 6 hatolotra holanian’ireo depiote amin’ny fivoriana hitambarambe rahampitso zoma maraina. Ny volavolan-dalàna 2 dia ny n°015/2017 du 13 juin 2017 sur le recouvrement et l’affectation d’avoirs illicites sy ny volavolan-dalàna n°054/2017 du 28 décembre 2017 sur la lute contre le BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME no tsy handraisana fanapahan-kevitra eny Tsimbazaza. Amin’ny alatsinainy 5 martsa ho avy izao no hisy ny fivorian’ny birao maharitry ny Antenimieram-pirenena manaraka nefa azo inoana fa tsy dia hisy fandaharana vaovao ho voavolavola amin’izany satria samy hamonjy ny fankalazana ny 8 martsa andron’ny vehivavy any amin’ny misy azy avy ireo solombavambahoaka. Azo eritreretina fa tsy maintsy hisy indray fiantsoana fivoriana tsy ara-potoana faharoa handinihana ny lalàna mikasika ny fifidianana izay fototry ny fiantsoana ny fivoriana tsy ara-potoana voalohany.

 

Ntsoavina Evariste              

Tia Tanindranaza0 partages

Raveloson Constant“Tsy ny mpanongam-panjakana no handidy eto”

Mivoitra ao anatin’ny lalàm-pifidianana ny fanakanana an-kolaka an’i Marc Ravalomanana tsy ho kandida filoham-pirenena. Tsy dia ny lalàna loatra, fa ny fanitrikitrihana efa nataon-dry Rivo Rakotovao efa hatry ny ela hoe:

Manohana amin’ny lafiny rehetra an-dRavalomanana

Ny anjaranay amin’ny KMMR, dia manarato, manao izay hahazoana mifandray sy miara-miasa na amin’iza na iza manana anjara biriky azo hoentina amin’ny fanalana ny tany sy ny firenena amin’izao fahoriana mahazo ny Malagasy izao, hoy ny Filohany Raveloson Constant tamin’ny fakam-baovao natao taminy omaly. Tsy izao vao hamoromporona hoe amin’ny 2030 na fisandratana tsy fantatra sy tsy hita izay votoatiny, ka tsy zavatra tefitefena sy foromporonina tahaka izany io satria ny olona efa mahita sy mahalala ny efa nataon’ny Filoha Marc Ravalomanana, izay nokatsanana tamin’ny fanonganam-panjakana, hoy izy. Rehefa ho avy ny fotoana, dia raisina an-tanan-droa ny fanoloran-tenan’ny olona toy ny hoe : misy ny olona vonona hanonta peta-drindrina, hanohana ara-pitaovana,… izany hoe tsy ara-bola ihany fa amin’ny lafiny rehetra, ka izay tsy mahay sobika mahay fatam-bary, hoy izy.  Voaresaky ny tolo-dalàn’ny fifidianana ny hisian’ny fanaraha-maso ara-bola, vaomiera miaraka amin’ny manam-pahaizana momba ny fanaraha-maso ny toe-bola,… Ny fitondrana no manendry anio, ka aiza izany ny fahaleovantenan’io kaomisionina io? Ny olona ao anaty fitondrana na tohanan’ny fitondrana no atahorana mafy dia mafy satria fahazaran-dratsy raikitra teto amintsika mihitsy ny fampiasana ny fahefam-panjakana, fitaovam-panjakana, mpiasam-panjakana, volam-panjakana ho amin’ny fifidianana bontolo rehefa mirotsaka kandida. Mila atao mahaleotena io vaomiera hanaraha-maso ara-bola, hoy izy.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàm-pifidiananaSamy manana ny heviny ny mpanao politika

Anjaran’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny paositra sy ny fifandraisan-davitra (MPTDN) indray omaly no nanatontosa ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasany amin’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI tetsy Alarobia.

Taorian’io dia nisy ny fifampiresahana (cadre de concertation) indray tamin’ireo mpanao politika teny Nanisana. Efa saika ho isaka herinandro ny CENI tato ho ato no nanao ity fifampiresahana amin’ny mpanao politika ity ary samy manana ny fahitany izany moa ireo mpanao politika na ny efa nandray anjara na ny mbola tsy nandray anjara.

Jean Louis Rakotoamboa (Antoko Teza) : Mila atao mazava tsara aloha ny fitsipi-dalao rehetra raha tiana ny hiditra amina fifidianana milamina sy mangarahara ary eken’ny rehetra.

Tarzan Ndremintsara (antoko Arema) : Tsara ny fisian’ny fifampiresahana satria miainga amin’izay no hahatongavana amin’ny antsoina hoe « inclusivité » ka hahatongavana any amin’ny fankatoavana iraisampirenena. Ny tanjona dia ny hananana olompirenena hifidy satria resy lahatra amin’ny programan’ny kandida. Ilaina ihany koa, noho izany, ny fanabeazana ny olompirenena.

Nangonin’i J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Voahangy RajaonarimampianinaHo lasa bebenoely amin’ny fifidianana ?

Antomotra ny propagandy ary efa nohamafisina tamin’ny alalan’ny volavolan-dalàna misahana ny fifidianana ny fanaraha-maso hentitra ny resaka fampiasam-bolan’ny kandida. Azo antoka fa tsy hisy fanovana firy, toy ny efa fanao mahazatra ny volavolan-dalàna hatolotra.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

Hampitotorebika etsy amin’ny Le Glacier Analakely i Black Nadia

“Hizara karatse” ho an’ireo mpankafy azy etsy amin’ny Le Glacier Analakely i Black Nadia, anio. Hafana, araka izany, ny fety hiarahana amin’ity andriambavilanitra mivoy ny gadona maro ity. Manomboka amin’ny 8ora hariva ny seho hotanterahin’ity mpanakanto manana ny lazany ity. Hitondra zava-baovao ho an’ireo mpanara-dia azy, izay ho tonga amin’io fotoana miavaka tsy fahita matetika io izy, toy ny “Mizara karatse”, izay mozika tena nampiakatra ny lazany tokoa. Mivoy ny gadona maroloko i Black Nadia fa ny mozika mafana no tena ahafantaran’ny maro azy hatramin’izay ary tena be mpankafy tokoa ny mpanakanto. Mozika tropikaly tanteraka no hanjaka eny an-toerana amin’io fotoana io.

Tselatra hitondra ny Rock etsy amin’ny Restaurant Telozoro

Hahazo laka eny amin’ny Restaurant Telozoro Andrefan’Ambohijanahary ny gadona rock, anio alina. Fantatra eo amin’ny gadona rock sy ny mozika malagasy i Tselatra. Noho izany talentany izany dia hanafana sy hampiala voly ireo mpankafy azy ny mpanakanto sy ireo ekipany amin’ity seho takariva hotontosainy ity. Hanomboka amin’ny 9ora alina ny fety ary mampanantena ambiansy ho an’ireo tonga hanotrona azy ny mpanakanto. Ity ihany koa ny seho hiarahany voalohany amin’ireo mpankafy azy eto an-drenivohitra amin’ity taona 2018 ity.

Tsinjaka mafana hiarahana amin’i Tence Mena etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo

Tamin’ny fiatombohan’ny taona 2018 ity izay dia efa maromaro ny rakikira navoakan’i Tence Mena, ka hoentiny hampilanonana etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo, ny zoma izao ny “Sitrany solo”. Hanomboka amin’ny 8 ora ny seho takariva hiarahan’ireo mpankafy amin’ity andriambavilanitra mivoy ny mozika mifangaro ity. Ankoatr’ireo hira voarakitra ao anaty rakikira vaovao dia hohirainy amin’io fotoana io ihany koa ireo hira nampalaza azy, toy ny “A fond le volume” sy “Fitiavagna adaladala”. Hiaka-tsehatra hanome ambiansy ireo mpankafy azy ny mpanakanto amin’io fotoana io, ka hafana araka izany ny sehatra ao amin’ny Jao’s Pub Ambohipo. Tsy voafetra ny fotoana fa ho mandra-paharaina ny andro.

Benny, Sammy, Sefo Nonoh sy Nini Kolibera etsy amin’ny Piment Café Behoririka

Vazo an-gitara sy gasigasy no hiarahana amin’i Benny, Sammy, Sefo Nonoh sy Nini Kolibera, etsy amin’ny Piment Café Behoririka anio. Hanomboka amin’ny 9 ora alina ny seho takariva hotanterahin’i Lolo sy ny tariny ireto. Hampialavoly ireo mpankafy azy indray ireto mpanakanto fanta-daza eo amin’ny tontolon’ny mozika an-gitara eto amintsika ireto amin’io fotoana io. Ho re mandritra ity alim-pandihizana hotontosain’izy efatra mirahalahy ireto ity avokoa ireo vazo nahafantarana azy ireo teo amin’ny sehatry ny mozika.

Hanolotra seho takariva etsy amin’ny Karibotel Twenty Six 26 ny Tarika Jeneraly  

Haneho ny talentany amin’ny alalan’ny hira madinika etsy amin’ny Karibotel Twenty Six 26 ny tarika Jeneraly, anio alina. Hanomboka amin’ny 9 ora ny lanonana, alim-pandihizana miavaka no hoentin’ny tarika hampiala voly izay ho tonga hanotrona azy amin’io. Hanakoako eny amin’ny manodidina ireo mozika nahafantarana ny tarika hatramin’izay, toy ny “Izany vehivavy izany”. Hilamina araka izany ny lanonana na ny fety hampiala voly ireo mpankafy hotontosain’ny tarika amin’io fotoana io ary mampanantena ambiansy ho an’ireo izay tonga ny tarika.Pounie

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Énergie: la transition en mutation ?

La transition énergétique est un engagement pris par Madagascar notamment dans le cadre des accords de la COP (conférence internationale sur le climat). Il s’agit d’adopter des énergies renouvelables de manière complète et ce à l’horizon 2030. Madagascar vise ainsi à utiliser  85 % d’énergies renouvelables pour la fourniture de son électricité, par exemple, sur les réseaux interconnectés : 75 % d’Hydro, 5 % Eolien, 5 % Solaire et seulement 15 % de Thermique dans une dizaine d’années. Le thermique représente aujourd’hui 48%, essentiellement en provenance de centrales louées au secteur privé. Le mix énergétique est programmé mais le chemin à parcourir reste long et incertain. La nouvelle politique de l’énergie vise également à favoriser l’exploitation rationnelle de toutes les énergies renouvelables dont le bois. On évoque 35.000 à 40.000 ha par an qui devraient être reboisés.Le cadre institutionnel est en pleine mutation. De nouvelles lois qui régissent le secteur énergétique ont été adoptées ainsi qu’un code de l’électricité. Cependant, comme le rappelait Madame Ketakandriana Rafitoson lors de la présentation d’une brochure consacrée à la transition énergétique dont elle est l’auteur (parrainée par la fondation Friedrich Ebert), « nous avons besoin de discipline pour avancer vers la transition énergétique. Il faut commencer par respecter les lois »…Plus qu’une transition vers des sources d’énergie « propres » il conviendrait, sans minimiser les problèmes environnementaux liés à la production d’énergie, d’assurer une transition vers… l’accès aux sources d’énergie. On rappelle que seulement 15 % de la population peut avoir recours à l’électricité (5 % en milieu rural). Pour tenter de satisfaire rapidement (période électorale oblige) une demande croissante, le régime actuel a nettement favorisé ces dernières années la production d’électricité… thermique. En totale contradiction avec ses engagements internationaux !
La Vérité0 partages

L'impasse

Les traitements  de certains dossiers qui défrayaient les chroniques, à l'époque, trainent lourdement. A en considérer l'évolution ou l'immobilisme voué au sort de certaines affaires sulfureuses, on est tenté de se faire une néfaste idée relative aux véritables intentions du pouvoir. Deux importants évènements secouèrent le pays au cours des quatre premiers mois de l'année 2017.

L'affaire d'Antsakabary, une banale Commune rurale dans le sillage du District de Befandriana-Nord, Région de Sofia, dans l'ancienne province d'Antsiranana, au Nord, piétine. Bref rappel, le 18 février 2017, deux agents policiers de la direction inter-régionale de la Police nationale de Mahajanga, dépêchés sur place pour s'enquérir d'une quelconque affaire de vol, furent lynchés à mort par les habitants, en furie, de la bourgade. Quatre jours après, 42 éléments étaient envoyés, sur place, pour une mission d'expédition…punitive. En effet, ils ont brûlé, sans autre forme de procès, au total 487 maisons d'habitation, réparties en 5 villages et laissé mourir une femme âgée de 76 ans. Un acte barbare que l'opinion publique nationale et même celle internationale condamnaient sévèrement. D'autant plus que les auteurs ne sont autres que des éléments de la Force de l'ordre. Un an après, aucune indication fait état de l'avancement du dossier. Aucun coupable, jusque-là, n'est interpellé. L'enquête confiée à des éléments mixtes (Police et Gendarmerie) semble tourner en rond. Devant la pression de l'opinion, notamment la presse et la Commission nationale indépendante des droits de l'homme (Cindh), le régime par le biais du ministre de la Sécurité publique se livre à des explications, pour le moins, laconiques : « l'enquête se poursuit ! ». Le 3 avril 2017, un dimanche dans l'après-midi en plein match de basket-ball au Palais des sports à Mahamasina, des éléments de la Gendarmerie d'Ankadilàlana arrêtèrent Mme Claudine Razaimamonjy. Immédiatement acheminée dans les locaux du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) d'Ambohibao, la milliardaire et principale bailleresse du parti d'Etat Hvm, allait subir les enquêtes d'usage. En fait, visée par une affaire d'extorsion de fonds publics de la Commune rurale d'Ambohimahamasina, Claudine Razaimamonjy devait répondre de ses actes. Des dirigeants haut placés du régime foulaient les…pattes dedans. Très vite l'affaire se transformait en une affaire d'Etat et secouait la crème du régime. Elle prenait l'allure d'un dossier éclaboussant les dignitaires de l'Etat. Claudine Razaimamonjy, une baronne incontournable de l'appareil dirigeant du parti et par ricochet, le pouvoir en place, ne se soumet pas facilement. D'ailleurs, certains membres du Gouvernement ne se gênaient point à chercher, par tous les moyens, de la disculper. Le patron de la Justice n'avait-il pas ordonné pour qu'on la libère illico ! Mais les hommes à Jean-Louis Andriamifidy n'ont jamais voulu céder. Seulement, le traitement du dossier grince. D'après les éléments d'explication émanant du Bianco, il apparait que d'autres cas de malversations aussi graves venaient s'ajouter au « palmarès » de la grande dame propriétaire du superbe palace, AC, d'Ivato. Des délits supplémentaires s'additionnant aux faits initiaux incriminés à cette fameuse conseillère et proche du couple présidentiel apparaissent.L'opinion commence à se lasser et s'impatienter de la tournure que prend l'évolution de ces dossiers. Ni pour le cas d'Antsakabary ni celui de Claudine Razaimamonjy, personne n'est en mesure de déterminer à quand sera l'aboutissement. On a l'impression d'emprunter une voie sans issue ! En quelque sorte une impasse.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Prix des carburants - Hausse successive inévitable

Il fallait s'y attendre. Après un gel de prix pendant plus de deux mois, les compagnies pétrolières doivent maintenant rattraper les écarts de prix.  « Cet écart de prix leur a notamment causé plus de 30 milliards d'ariary de perte » d'après le ministre de l'Eau, de l'Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, au cours d'une conférence de presse à Ambohijatovo hier dans le milieu de l'après-midi. Effectivement, avec ce gel en raison des négociations entre l'Etat et les pétroliers, la hausse devrait aller de 700 à 1 000 ariary, mais il n'en est rien. Les compagnies pétrolières vont donc enchainer les hausses jusqu'à la récupération de tout leur dû.

Face à cette situation, les consommateurs devront d'ores et déjà se préparer à une hausse successive des prix des produits pétroliers.  Effectivement,  le ministère en charge n'a pas fixé de délai d'échéance en ce qui concerne la montée de ces prix mais il requiert juste que cette montée de prix ne nuise pas trop aux consommateurs quitte à l'étendre jusqu'à la fin de l'année. Il ne faut pas non plus oublier que les cours du pétrole ne cessent d'augmenter sur le marché international. Le prix du baril de pétrole environne maintenant les 70 dollars alors qu'il y a deux semaines il tournait autour de 65 dollars. Et avec la dépréciation constante de la monnaie malagasy, le pays ne risque pas de s'en sortir gagnant. A cet effet, l'écart des prix augmentera en même temps que le prix du baril. Les compagnies pétrolières seront alors contraintes de suivre, d'où encore une fois, l'inévitable hausse des prix à la pompe.  Cependant, il faut préciser que ces hausses pourront varier d'un mois à un autre. Tout dépend du cours du pétrole sur le marché international. Pour ce mois-ci, le gazoil et l'essence ont enregistré une hausse de 90 ariary et le pétrole une hausse de seulement 30 ariary. L'essence s'achète alors aujourd'hui à 3 840 ariary et le gazoil à 3 190 ariary. Vu l'état des lieux, les citoyens malagasy devront également se préparer à une inflation généralisée de tous les prix. Rova R.

La Vérité0 partages

Projets de lois électorales - La durée de campagne inquiète le Kmf - Cnoe

Polémique sur polémique ! A seulement quelques jours après publication, les trois projets de lois électorales confectionnés par le Gouvernement font des vagues au sein de la classe politique, le monde de la presse et la société civile. Rappelons qu'il s'agit du projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums, du projet de loi organique relative à l'élection du Président de la République et enfin du projet de loi organique relative à l'élection des députés à l'Assemblée nationale. 

Le Comité national d'observation des élections (Kmf - Cnoe) n'est, d'ailleurs, pas resté indifférent sur le sujet. Interrogé par les journalistes, le président national du Cnoe, Andoniaina Andriamalazaray constate des points positifs et négatifs au niveau de ces textes.Il salue notamment l'option des bulletins uniques et multiples selon les scrutins. L'exécution d'une révision annuelle de la liste électorale est également considérée comme un point positif tout comme la confection d'une loi à part entière concernant le régime général des élections. En revanche, le numéro un du Cnoe déplore que la période de campagne électorale ait été écourtée. Notons que pour le second, la durée de campagne a été réduite à 7 jours au lieu de 15 jours. « Une campagne électorale doit même durer une année entière pour que chaque candidat puisse partager de manière effective ses idées d'où le sens du terme « fampielezan-kevitra ». Si la durée est trop courte, cela risque d'être une campagne de partage … d'argent (fampielezam - bola) tout simplement », estime - t - il. Les médias privés au même rang que ceux publicsSur cette lancée, ce responsable du Cnoe fait également part de ses préoccupations par rapport au délai accordé  à la Haute Cour constitutionnelle pour la proclamation des résultats. Dans son article 61, le projet de loi relatif à l'élection du Président de la République, souligne que « la Haute Cour constitutionnelle procède à la proclamation officielle des résultats définitifs dans un délai de neuf jours à partir de la date de la publication des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante ». Ce membre de la Société civile s'inquiète par rapport aux moyens humains et matériels à disposition pour arriver à cette proclamation.Plusieurs articles concernant les médias suscitent également la controverse si l'on ne citait que l'article 113 qui précise que « quelle que soit la période concernée de la campagne électorale, chaque entreprise de presse audiovisuelle doit tenir un décompte des temps de parole des personnalités politiques et des temps d'antenne accordés à chaque candidat, liste de candidats ou option (…)». A ce sujet, le président du Cnoe estime que cette disposition crée la confusion par rapport à la frontière entre médias publics et privés. Selon lui, si une telle mesure est appliquée cela revient à dire que les médias privés reçoivent donc les mêmes subventions étatiques - venant des taxes payées par les contribuables - que ceux publics. Du côté des médias, le débat sur le sujet est loin d'être clos.Sandra R.

La Vérité0 partages

Triple évasion à Antanimora - Un second fugitif arrêté

L’un après l’autre, les trois évadés de la prison d’Antanimora la nuit du 10 février tombent entre les mains des autorités. Le premier fut localisé à Ambohidratrimo trois jours après sa fuite !  Le dimanche 25 février dernier, c’était au tour d’un autre, le nommé Henintsoa Rafalk Rakotoarisoa d’être pris à Malaza Fenoarivo. Selon l’information, les traces du fugitif furent repérées dans le domicile de sa petite amie. Il s’avère que le couple venait à peine de louer la maison en question. Mais surtout, le comportement de l’homme a de plus en plus éveillé le soupçon, s’il n’a pas simplement  alarmé les riverains. Conscient de cette méfiance grandissante des autres à son égard, Henintsoa s’est conduit d’une autre manière.  Il a évité de se montrer en public et a décidé de se cloîtrer chez lui. Du coup, cette situation a ravivé encore la suspiçion et la crainte des riverains qu’ils ont été poussés à informer les Forces de l’ordre.

C’était dans ces circonstances que les Forces de l’ordre l’ont arrêté. Après l’identification et la vérification, il a été donc prouvé qu’il s’agit bel et bien du détenu d’Antanimora. Comme son acolyte Soloniaina arrêté à Ambohitsoa, Henintsoa Rafalk sera bientôt présenté devant le Parquet. C’est seulement après que son sort sera ficelé. Après que Soloniaina Raharimanana, placé en détention provisoire à la maison de force de Tsiafahy depuis,  et Henintsoa Rafalk Rakotoarisoa soient donc tombés dans le filet, il reste un troisième fugitif, le dénommé Nirina Rafalimanana à être en cavale ! A la différence d’Henintsoa, trop prudent,   Soloniaina a voulu naïvement continuer à vivre normalement en rejoignant son grand-père où les Forces de l’ordre l’ont repéré et arrêté. Rappelons que les trois larrons ont pris chacun leur chemin une fois qu’ils ont réussi à fuir la prison la nuit du samedi 10 février. Enfin l’enquête sur cette triple évasion à Antanimora semble piétiner, du moins pour le moment. De plus, le directeur de l’administration pénitentiaire, qui est le mieux habilité à fournir des explications sur ces faits, venait d’être limogé. Affaire à suivre.Franck Roland

La Vérité0 partages

Ecole « Fitahiana » de la Metm Antohomadinika - Les coups bas continuent

Un problème au niveau de la direction de l’établissement scolaire « Fitahiana ». L’affaire qui oppose Alain De Néri Andrianantenaina, pasteur au sein de l’église Metm « Zoara Famonjena Antohomadinika » au bureau national de l’église Metm (Misiona evanjelika teratany eto Madagasikara) et aux responsables actuels du collège « Fitahiana » prend de l’ampleur. En effet, après avoir échoué devant le Tribunal lundi dernier, le camp adverse, appuyé par le bureau national, a trouvé une autre façon d’expulser ce pasteur ainsi que sa famille d’une manière immérité et illégale. C’est au niveau des dossiers de l’école que la pression s’opère.  En effet, lors d’une visite auprès du ministère de l’Education nationale (Men) pour une rencontre avec le ministre mercredi dernier, le pasteur et ses équipes ont  été étonnés de voir le représentant du bureau national en la personne du vice-président. Il a été, par la suite, évoqué que ce dernier sollicite le ministère de tutelle à lui remettre l’autorisation d’ouverture. Etant donné qu’il s’agit d’une école rattachée à une église, les documents leur appartiennent ainsi.

Toutefois, des  fidèles malintentionnés ont essayé deux fois de la changer en leur nom.  Mais cette action qui n’a reçu l’accord de l’église elle-même a été annulée voire interrompue par la Circonscription scolaire (Cisco) d’ Antananarivo ville. Entre-temps, le bureau national a nommé, dans toute illégalité, une directrice qui occupe cette fonction actuellement à la place de l’épouse du pasteur. En outre, afin de régler cette affaire, les responsables auprès de la Cisco ont appelé le pasteur et son avocat ainsi que les membres du comité  défendant cette cause à se présenter hier. Il a été conclu que pour pouvoir poursuivre la préparation des examens officiels, cette affaire sera classée exceptionnelle. Les deux directrices disposent chacune d’elles des responsabilités dans la ratification des papiers. Rappelons que l’affaire a débuté le jour où  le pasteur a émis un doute sur la situation financière au sein de son établissement scolaire « Fitahiana ». A son plus grand étonnement, la situation s’est retournée contre lui.  Il a été immédiatement affecté par ce bureau national mais cela n’a pas été appliqué. Suite à cet échec, son expulsion a été reclamée. Les fidèles, parents d’élèves et riverains se sont opposés catégoriquement à cette décision. Cela a fait suite à un renvoi au Tribunal qui a abouti à l’échec pour les plaignants.

Recueillis par K.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tsimialonjafy – Des maisons exposées au danger

Les menaces d’écroulement de rocher persistent à Manjaka­miadana. Un rocher doit être enlevé rapidement.

Évacuation imminente. Les occupants d’environ une quarantaine de maisons dans le fokontany Tsimialonjafy, au quatrième arrondissement de la ville d’Antananarivo, devront quitter leur foyer temporairement et dans les plus brefs délais. Un bloc de rocher de 12 tonnes menace de s’ébouler dans ce fokontany, d’après le résultat de la prospection des techniciens de l’Institut et observatoire géophysique d’Antananarivo (IOGA) et du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), effectuée la semaine dernière. « Il y a deux blocs de rochers menaçants, dans ce quartier. L’un pèse 80 tonnes et l’autre 12.Ce dernier s’écarte de plus en plus de la roche mère. Il faut le dégager », détaille Njandry Andriamanaosoa, chercheur auprès de l’IOGA. La formation probable d’un cyclone à 700 km au Nord-Est de l’île, d’ici la fin de semaine, pourrait rendre la menace plus évidente.L’identification aérienne de la zone à risque a été réalisée, hier. « À peu près quarante maisons sont exposées directement au danger. Leurs locataires doivent quitter les lieux pendant les travaux, pour éviter qu’ils fassent des victimes », souligne un technicien du BNGRC. L’évacuation devrait commencer, dès ce jour. Ce sont les équipes du ministère auprès de la Présidence, en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, ainsi que de la Préfec­ture de police à Antananarivo- ville qui s’en chargeront. Le site d’hébergement pour accueillir les « sinistrés » n’est toujours pas identifié. « Nous avons prévu l’École primaire publique (EPP) de Mahamasina Sud. Mais cela dépend encore du nombre de personnesconcernées », indique le chef district du quatrième arrondissement.

FatalesLes travaux de démolition commenceront dès que ces personnes quittent les lieux. « Notre mission consiste à écarter les dangers. Nous allons extraire petit à petit ce rocher, mais nous ne le casserons pas », explique le responsable du BNGRC. Il serait formellement interdit d’y lancer une dynamite, pour éviter d’autres anomalies. « Si les travaux ne sont pas achevés avant l’arrivée des impacts du cyclone, nous y placerons une ceinture pour éviter qu’il tombe », rassure-t-il.Pour l’instant, on ignore combien de jours ces ménages devront quitter leur foyer. À Ambanin’Ampamarinana, les travaux de démolition des vingt-trois rochers, déjà détachés de la roche mère, dont le plus gros pèse 70 tonnes et les autres, de 1 et 4 tonnes, ne seraient achevés que la semaine prochaine, alors qu’ils ont déjà commencé la semaine dernière. Un travail ardu attend à Tsimialonjafy. Le rocher est encore accroché à la roche mère. Une petite erreur de calcul ou une maladresse pourraient être dangereuses et fatales.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Vols de bœufs – Le Premier ministre accable les juges

La population de bovidés est en nette régression. Le Premier ministre pointe du doigt les juges, les délégués d’arrondissement ainsi que les forces de l’ordre.

Des ma­gouilles. Les responsables au niveau décentralisé sont pointés du doigt. À entendre le Premier ministre Solonan­drasana Olivier Mahafaly, en marge de l’inauguration du nouveau bâtiment de l’Institut malgache des vaccins vétérinaires (IMVAVET) à Ampandrianomby hier, des juges, des responsables territoriaux ainsi que des responsables des forces de l’ordre seraient derrière la persistance du vol de bœufs.Il dresse ainsi un constat général sur cette filière. « Des responsables territoriaux délivrent des fiches individuelles de bovidés (FIB) régularisant des bœufs volés, de faux documents circulent dans le transport des bovidés et des fois, il est constaté du laisser aller au niveau de la Justice », affirme-t-il.Le chef du gouvernement déplore la régression inquiétante de la population des bovidés. « L’insécurité rurale est l’une des raisons de cette situation », s’insurge-t-il. Les hauts responsables en charge de la sécurité seront ainsi convoqués la semaine prochaine. «En tant que garant de la sécurité comme stipulée dans l’article 65 de la Consti­tution, j’assume mes responsabilités », poursuit-il.

AssainissementVéritable épine dans le pied des dirigeants successifs, le phénomène de vol de bovidé n’a jamais été maîtrisé à Madagascar. Son ampleur varie d’une région à une autre et d’une saison à une autre. Actuellement, le phénomène gagne du terrain même dans les zones réputées tranquilles comme Antsiranana et ses environs.Plusieurs mesures ont été prises, des opérations militaires et tout récemment la mise en place du Bataillon interarmes à Ihosy. Par ailleurs, les communautés locales s’organisent dans les dina pour endiguer la recrudescence des vols de bœufs. Toutefois, le phénomène persiste. Constitués en véritables réseaux, des dahalo en col blanc orchestrent les manœuvres.« Avec une bonne coordination des différents responsables au niveau local, je suis sûr qu’on arrivera à résoudre ce problème de l’insécurité. Des sanctions ont été prononcées à l’endroit des responsables défaillants. Les mesures de contrôles seront renforcées », continue le Premier ministre.Avec l’affaire Houcine Arfa, l’annulation du concours d’entrée à l’École nationale de magistrature et des greffes (ENMG), le système judiciaire malgache gagnerait à redorer son image. Réclamant sans cesse l’indépendance de la Justice, les magistrats ont tout intérêt à procéder à l’assainissement pour séparer le bon grain de l’ivraie.Avec cette déclaration du Premier ministre, le bras de fer entre la Primature et le Syndicat des magistrats de l’année dernière risque de s’embraser de nouveau.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructure – Le palais Akamasoa préserve de la délinquance 

L’ancien gymnase couvert d’Akamasoa refait peau neuve. Après presqu’une année de travaux de réhabilitation, un nouveau palais brille au milieu du village.

Un nouveau paradis. Les habitants du village Akamasoa, près du site de décharge d’Andralanitra se réjouissent de l’ouverture du Palais Akamasoa, inauguré hier. Chants, danses et jeux ont animé le lieu qui a rassemblé, élèves, enseignants, parents et invités de l’association.La Fondation Air France a remis à l’association la somme de 50 000 euros afin de garantir les travaux de restauration entrepris entre février 2017 et mi-janvier 2018. « Nous avons rencontré le père Pedro il y a cinq ans, et la demande de l’association mérite une aide utile et bienveillante. Nous avons financé la construction d’une crèche, la dotation de bancs et de tables et la réhabilitation du gymnase, un endroit ouvert qui devient un endroit fermé. Son existence encourage les jeunes à s’adonner aux sports dans le but de prévenir la délinquance », expose Cécile Vic, déléguée générale de la fondation qui œuvre exclusivement pour l’éducation des enfants et la promotion de l’éducation des filles. Cette dernière martèle que l’éducation change le monde, voilà pourquoi la fondation aide un maximum d’enfants et elle est déjà intervenue à Toamasina, Antsiranana, Antsirabe, Tolagnaro et Morondava. Cette année, l’association Akamasoa bénéficiera de lots de jouets, d’effets vestimentaires, de matériels de puériculture, d’ouvrages, de vaisselles, en marge d’une collecte effectuée par les employés d’Air France.

ConseilsLe père Pedro n’en revient pas. Le nouveau palais symbolise un exploit, un miracle pour la communauté. « Il nous sert de gymnase, de lieu de fête, de célébration de tous les événements, de messe. Nous avons dû bâtir des terrains de sport permettant aux jeunes de s’épanouir et de fuir les futilités de la vie. La preuve ? Nous avons notre équipe championne de basket d’Avaradrano chez les moins de 16 ans », partage-t-il.Les jeunes du village ne sont pas à l’abri des mauvaises fréquentations et influences comme le tabac, l’alcool ou encore les violences. Le prêtre explique qu’une bonne éducation et des conseils sont les remparts les empêchant de commettre des infractions. « En dehors de ce village, ils courent tous les risques. Ici, les parents, les enseignants et éducateurs, les  comités, les coaches les encadrent et leur donnent des leçons, que dans la vie, ils doivent se concentrer sur les valeurs familiales et communes pour ne pas devenir des ennemis de la société », martèle-t-il.Le « Dina Akamasoa » régit la discipline du village. L’association corrige les adultes et les jeunes, non pas par le biais de sanctions, mais en les obligeant à s’isoler dans une salle. Là, ils se recueillent et se repentent de leurs actes.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Processus électoral – Les femmes et les minorités à l’honneur

Reconnaissance internationale. Madagascar accueillera du 20 au 22 mars, par le biais de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les pays membres du Réseau de compétences électorales francophone (Recef) dans le cadre d’une assemblée générale et d’un séminaire sur le thème « Un processus électoral inclusif favorisant la participation des femmes et des minorités ». Suite à une précédente réunion du réseau qui s’est tenue au Cap Vert l’année dernière, il a été décidé que Madagascar serait l’hôte de ce séminaire, qui en est déjà à sa sixième édition.Selon le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, contacté hier, c’est la marque de la reconnaissance de la commission électorale au niveau international. « Non seulement Madagascar accueillera ce sixième séminaire, mais il faut également savoir que CENI Madagascar, à travers son président Hery Rakotomanana, est le vice-président du Recef. Cela montre que nous avons la reconnaissance de la communauté internationale », a-t-il soutenu.Dans le cadre de l’organisation de cet évènement, la CENI, représentée par Hery Rakotomanana, et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), représentée par son directeur régional pour l’océan Indien, l’ambassadeur Malik Sarr, ont signé, hier dans les locaux de la CENI à Nanisana, un protocole d’accord de subvention d’un montant de trente-cinq million sept cent mille ariary, qui servira à la communication et à la logistique du séminaire. « Ce qu’il faut savoir c’est que la quasi-totalité des dépenses engagées lors de cet évènement est aux frais du Recef. Nous avons tenu à demander cette subvention à l’OIF comme participation à la communication et an transport des invités », a expliqué Thierry Rakotonarivo.Toujours d’après le vice-président de la CENI, accueillir cet évènement bénéficiera grandement à Madagascar. « Sur le plan technique, des échanges d’expériences peuvent se présenter tout le long du séminaire. Sur le plan politique, la CENI Madagascar démontre sa crédibilité auprès des pays membres  du réseau », a-t-il attesté. Regroupant trente-deux États et gouvernements francophones, environ soixante-dix participants en provenance d’organismes de gestion des élections des pays membres de l’OIF, d’experts internationaux des élections et des enjeux relatifs à l’égalité homme-femme sont attendus lors de cet évènement.

Loïc Raveloson 

L'express de Madagascar0 partages

Mahazo – Une mère avoue  son infanticide

Infanticide. Hier, l’enquête d’une mère meurtrière a fait long feu à la brigade criminelle (BC) d’Anosy. Elle a tué son propre bébé âgé seulement d’un mois. Le meurtre a eu lieu dimanche à Mahazo. Cette maman était ivre au moment des faits, selon les explications reçues. « Elle a coincé le bébé dans son lit. Il n’a pu ni bouger ni pleurer. À l’aube, elle l’a retrouvé mort après qu’elle a repris conscience », a relaté un enquêteur de la BC.Ce lundi, vers 4 heures du matin, elle a amené le corps de la victime chez sa sœur, dans un orphelinat. Prise de panique, cette dernière a immédiatement prévenu les forces d’intervention de la police (FIP) qui ont ensuite mis la main sur la tueuse. Le cadavre a été enterré après l’absoute. Ce drame a causé tout un émoi chez les habitants de Mahazo et d’Andra­lanitra depuis lundi. «Ils étaient  une dizaine à appeler la police pour attester la découverte macabre au centre d’accueil des orphelins», a précisé Andry Vonison, un voisin.Soumise toute la journée au feu roulant des questions, la criminelle a reconnu l’infanticide. Le mobile exact du crime reste pourtant indéterminé, ainsi que les motivations de cette mère. «J’étais juste ivre. C’est ce qu’elle nous a répondu lorsqu’on lui a posé la question», a indiqué un policier judiciaire, hier au téléphone.Cette jeune femme avait également été élevée dans l’orphelinat, mais elle a fui à l’âge de 14 ans. Les informations de la police révèlent qu’elle avait commencé à se prostituer dans le quartier de Mahazo et ses environs. En 2009, elle s’est fait arrêter et a été incarcérée pour avoir jeté son premier enfant de seize mois dans un bac à ordures. «Les mains du bébé ont été mordues par les rats. Fort heureu­sement, il a survécu», a raconté un membre de la famille.C’est la deuxième fois qu’elle a commis un infanticide. Elle a été placée en garde-à-vue à la BC et devrait être traduite devant le parquet du tribunal de première instance d’Anosy, hier. «Le code pénal prévoit qu’une mère, auteur principal ou complice de l’assassinat ou du meurtre de son enfant nouveau-né, sera punie de travaux forcés à temps», a rappelé un juge des enfants.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Kick boxing – Championnats de Madagascar – Analamanga cartonne à Morondava

La nouvelle équipe de la fédération malgache de kick-boxing a organisé son premier championnat national à Morondava. Le sommet a été marqué par la domination d’Analamanga.

Le premier championnat de Madagas­car, organisé par la nouvelle équipe de la fédération malga­che de kickboxing et disciplines associées, s’est bien passé. Le sommet national s’est tenu dans la salle d’œuvre catholique de Morondava, ce dimanche.Quarante sept combats en low-kick, full-contact et K1 étaient au programme et la compétition n’a pris fin que vers 21 heures. En démonstration, les kick-boxers d’Analamanga ont raflé onze titres dont cinq en low-kick, remportés par Tojo (-54kg), Alain (-60kg), Jimmy (-67kg), Tovonay(-71kg) et Emile (-78kg). Analamanga rajoute deux autres or en full-contact, ravis par Tahiry (-57kg) et Tovondray (-60kg).Et chez les dames, cette ligue a aussi cartonné trois des quatre titres en jeu, dont deux en low-kick, signés Fahendrena (-56kg) et Larissa (-60kg) et un en full-contact ravi par Mioratiana (-52kg). Les trois ligues poursuivantes ont remporté chacune deux titres. En low-kick, Rado chez les -54kg et Tafita -63,5kg sauvent l’honneur de la ligue de la Haute Matsiatra. Celle du Sud-Ouest a aussi brillé avec deux or, ravis par Vazaha en lowkick -51kg et Mandim­bisoa en full-contact -54kg. Deux métaux précieux également pour Vakinankaratra. En full-contact, Tanjona s’offre l’or chez les -51kg et Sandra en low-kick chez les dames -52kg.

Sélection nationaleCe championnat national a servi de sélection des membres de l’équipe nationale pour le championnat d’Afrique de low-kick, full-contact et K1, prévu se tenir du 19 au 24 mars à Yaoundé, Cameroun. À cause de la tenue de l’élection sénatoriale camerounaise en marge de ces dates, la fédération hôte ainsi que la confédération africaine ont dû reporter l’évènement du 16 au 21 avril.«Les champions et vice- champions par catégorie seront logiquement appelés pour suivre le regroupement…Mais nous allons aussi appeler ceux perdants en demi-finales mais convaincants techniquement», a souligné Anigael Gastros, directeur technique national de la fédération. «Il y aura encore un autre test de sélection avant la publication de la liste finale des retenus», a-t-il poursuivi.Ce championnat de Madagascar a réuni cinquante sept combattants venant de neuf ligues à savoir Analamanga, Vatovavy fitovinany, Vakinankaratra, Boeny, Menabe, Haute ma­tsiatra, Sud Ouest, Atsinanana et Alaotra mangoro. D’autres sorties internationales seront intégrées dans le programme d’activités annuelles de la fédération qui sera bientôt bouclé, selon toujours le premier responsable technique de la discipline.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Hommages – Funérailles populaires pour Tsilavina Ralaindimby

Les adieux à Tsilavina Ralaindimby qui se sont affichés comme de véritables funérailles nationales ont été garnis d’émotions en tout genre.

Une journée chargée en émotions. Hier se sont tenus les derniers adieux à Tsilavina Ralaindimby dit Rain’Tsi, directeur de la communication de la présidence, journaliste et artiste. Des funérailles populaires à l’image de cette personnalité émérite de la scène culturelle nationale qu’était Rain’Tsi lui-même. Entre les vives émotions auréolées d’une tristesse commune qui se lisaient sur le visage de tous ceux qui y ont assisté, la convivialité et la bonne humeur propre à Rain’Tsi ont aussi plané durant cette journée. C’est vers 13 heures hier, que le corps de Tsilavina Ralaindimby quitta la Bibliothèque nationale d’Anosy où deux jours de veillée funèbres en son honneur se sont tenus.

La famille de Tsilavina Ralaindimby.

Bien avant ce départ pour la Paroisse internationale FJKM Andohalo, la crème de la scène culturelle et artistique a rejoint les lieux, emmenée par son fidèle ami de toujours et président du Syndicat des artistes, Rossy. Ému, les larmes aux yeux, Rossy est au chevet de la famille, veillant au grain pour le bon déroulement de cette journée comme s’il en avait fait la promesse à Rain’Tsi lui-même. Depuis la Bibliothèque nationale, majoritairement les membres de la famille ainsi que des artistes et acteurs culturels ont raccompagné Rain’Tsi pour Andohalo, honorant cet artiste dans l’âme, qu’il était. Une fois arrivé à la paroisse, l’homme d’État qu’était Rain’Tsi prenait le relais, car il y retrouva les sommités du gouvernement venues lui rendre un ultime hommage.

Le ministre Jean Jacques Rabenirina l’élevant au grade de Grand Croix.

« Une icône de la culture »À Andohalo, le temps d’un instant, c’est comme si le temps s’est arrêté. Tous en émoi, l’assistance dans sa majorité reflétait de ce respect intarissable qu’il a pour Tsilavina Ralaindimby et son parcours exceptionnel. Du président du Sénat lui-même, Rivo Rakotovao, au ministre des Affaires étrangères, Henri Rabarinjaka, ils ne tarissaient pas d’éloges vis-à-vis de ce fameux Rain’Tsi qu’ils apprécient aussi bien pour son humilité que son audace. Fort de ce parcours glorieux, qu’il a entrepris pour la valorisation et la promotion de la culture à Madagascar, Tsilavina Ralaindimby aura surtout marqué les esprits de son altruisme et de cette générosité qui l’anime depuis ses débuts. Le temps d’un discours, son fils Tanamiranga affirme « Notre cher père était une véritable source d’inspiration pour nous tous, on est fier d’avoir vécu à ses côtés et d’avoir partagé cette vision, sa vision de la culture avec lui. Il nous a légué un précieux héritage que l’on se doit tous de valoriser et d’entretenir pour les générations à venir. On lui en sera éternellement redevable de tout ce qu’il a accompli aussi bien pour nous, que pour la nation ».

Tanamiranga fils de Tsilavina Raindimby témoigne.

« Ce n’est qu’un au revoir ! »La cérémonie religieuse à Andohalo terminée, le cortège funèbre fit route pour le crématoire d’Anosizato où Tsilavina Ralaindimby a été incinéré. Une fois encore, Rossy a pris les devants, accompagné de quelques camarades artistes. Accablés de tristesse, Rossy, Sareraka, Tselonina, Dadah du groupe Mahaleo et Zamba Valiha, se sont plu à chanter ces chansons intemporelles qui reflétaient cette personnalité exceptionnelle de Rain’Tsi. On aurait dit qu’ils se seraient donné le mot, comme quoi ils allaient taquiner en chanson jusqu’au bout, ce bon vieux Rain’Tsi. Reprenant alors « Ry lanitra mangamanga » de Salala au cœur même du crématoire, alors que le brasier commença à s’enflammer, les larmes à l’œil ils enchainèrent avec l’hymne de Rain’Tsi, « Ampitapitao » celle qu’il a écrite pour la troupe « Hazo midoroboka ». Vers la fin, ils applaudirent tous à l’unisson Rain’Tsi, qui tel le grand phœnix qu’il est, renaîtra de ses cendres et restera à jamais immortel dans la mémoire collective, comme celui sans qui, la scène culturelle actuelle n’en serait pas là aujourd’hui.

Rossy, Dadah, Tsialonina et Sareraka, le fils spirituels de Tsilavina.

Érigé au rang de Grand Croix Fort de ce parcours glorieux, voire quasiment légendaire qu’il a entrepris pour la valorisation et la promotion de la culture à Madagascar, Tsilavina Ralaindimby aura surtout marqué les esprits de son altruisme et de cette générosité qui l’anime depuis ses débuts. C’est ainsi, comme une évidence, que l’homme qui fut érigé au rang d’icône par ses pairs, fut érigé au rang de Grand Croix de l’ordre national par lÉtat, représenté par le ministre de la culture, Jean Jacques Rabenirina. Il s’en est donc allé rejoindre un monde meilleur, un monde où fougueux comme il est, il magnifiera de son fameux « Revy ».

Ultimes moments avant l’incinération.

Rain’Tsi, le symbole de toute une générationSymbole d’une génération passionnée et persévérante, Rain’Tsi aura ainsi laissé une empreinte indélébile dans l’histoire. « Je suis convaincu qu’on est nombreux à reprendre le flambeau, à continuer et à aller de l’avant, pour la valorisation de notre culture. Ceci-dit, aucun d’entre nous n’a les qualités qu’avait Rain’Tsi, des qualités rares qui font de lui un être à part, une personnalité inégalable et indétrônable auprès des plus grands », affirme Frédéric Rakotoarison Ranaivo, jeune acteur culturel pour qui Rain’Tsi était un véritable père spirituel.

La crémation, le dernier instant.

Fraternel et fédérateurDans leur majorité, artistes et mélomanes de tous horizons, étaient nombreux à s’être relayés dans la salle Georges Andriamanantena de la Bibliothèque nationale pour soutenir la famille de Rain’Tsi, mais aussi pour honorer une dernière fois cet immortel qu’il est dans ce profond sommeil qu’il entreprend. Un homme de valeur, mais surtout un homme d’action, solidaire et fraternel pour la promotion de la culture malgache, Tsilavina Ralaindimby s’est alors redécouvert à travers les artistes qui ont sublimé leurs prestations de belles anecdotes à son sujet. Du fond de la salle, un sobre « Aoe! » se fait entendre. Paré de son « lambaohany », le Roi du salegy, Jaojoby est venu retrouver son ami de toujours. « Tsilavina est pour moi, plus qu’un ami, c’est un frère pour qui j’ai un profond respect. Chaque fois qu’on le croisait avec ma femme, le temps d’un concert ou d’une fête, il ne se privait jamais de venir me voir pour me réclamer une chanson. Ça a toujours été un plaisir de chanter pour toi Rain’Tsi », confie Jaojoby, l’air ému et une guitare à la main, lui qui n’en joue que rarement, a fait ce plaisir à son ami.

Textes : Andry Patrick RakotondrazakaPhoto : Tojo Razafindratsimba

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Six joueurs à retenir pour le Zimbabwe

Et on enchaine. Apres la tenue du tournoi ITF-CAT U14 grade 2 qui s’est achevé au Club olympique de Tananarive, les U12 prennent le relais. La confédération africaine de tennis organisera avec la fédération zimbabwéenne de tennis, le championnat d’Afrique australe par équipes des U12, du 14 au 18 mars, à Bulawayo au Zimbabwe. Madagascar est prévu participer à ce rendez-vous africain.Depuis hier, la Fédération malgache de tennis organise un tournoi de sélection sur les courts de l’ACSA en vue de former les trois filles et trois garçons qui iront défendre les couleurs malgaches à Bulawayo.Chez les filles, Miotisoa Rasendra a déjà pu briguer les deux premières places en sélection nationale, après avoir pris le dessus sur Zarasoa Randria en deux sets (6/0, 6/0). Même cas de figure pour Miarana Andria­nafetra qui a su batailler et arracher la victoire face à Fikasana Rakotomalala en trois 6/0, 3/6, 11/9. Au passage, Miarana a pu sauver une balle de match. Ce jour, le match comptant pour la troisième place se jouera alors entre Fikasana Rakoto­malala et Zarasoa Randira, à partir de 9h30 à l’ACSA. La gagnante complètera l’équi­pe qui est composée jusqu’ici de Miotisoa Rasendra de Miarana Andrianafetra.Chez les garçons, la poule A est composée de Tody Avo Rajaobelina, de Harena Raharinosy et de Eric Razafi­narivo. La poule B, quant à elle, recensera Tefy Ranja Rabarijaona, Matio Raoily et Yoan Deparcoin. Ce jour, ces six joueurs auront chacun deux matches à jouer.Les deux premiers de la poule effectueront une demi-finale croisée demain. L’après-midi sera réservé à la finale et pour le match comptant pour la troisième place.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – De l’héroïne cachée dans les parties intimes 

Une Malgache âgée de 36 ans a été arrêtée lundi 26 février, à sa descente d’avion. Elle avait dissimulé 259,05 grammes d’héroïne dans ses parties intimes. La valeur de la drogue est estimée à Rs 3 885 750 (Ar 272 milliards).La trentenaire s’apprêtait à quitter l’aéroport de Plaisance à travers le Green Channel. Son allure suspecte a toutefois interpellé les limiers de la brigade antidrogue basés à l’aéroport.Ses bagages ont été fouillés. Cet exercice s’est avéré infructueux. La Malgache a ensuite été soumise à une fouille corporelle. C’est ainsi que les officiers ont découvert la drogue qu’elle avait dissimulée dans ses parties intimes. L’héroïne se trouvait dans un préservatif…Interrogée par les enquêteurs, la Malgache a expliqué qu’elle est venue passer des vacances à Maurice. Elle devait loger dans une résidence à Trou-d’Eau-Douce. Un exercice de «controlled delivery» a été mené pour retracer les contacts locaux de la Malgache. Cela n’atoutefois rien donné. L’enquête se poursuit.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Carburant – Une hausse attendue

Comme beaucoup le craignaient, le prix du carburant a subi une hausse la nuit dernière. Si les supputations  appréhendaient une hausse allant jusqu’à 700 ariary, voire 1 000 ariary par litre, elles sont de l’ordre de 90 ariary pour le gasoil et le super carburant, et 30 ariary pour le pétrole lampant. Le prix appliqué depuis le 1er décembre 2017 pour le gasoil qui était de 3 190 ariary affiche aujourd’hui, de ce fait, 3 280 ariary à la pompe, 3 930 ariary pour le supercarburant acheté auparavant à 3 840 ariary et le prix du litre du pétrole lampant de 2 370 ariary revient depuis minuit à 2 400 ariary.Apparemment, la zizanie entre l’État et les pétroliers sur la révision des marges bénéficiaires de ces derniers a conduit vers cette révision à la hausse du prix à la pompe.  Le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures indique que l’augmentation du prix à la pompe s’explique par la dépréciation de la monnaie nationale, la hausse du baril et les tensions dans les pays producteurs. « La hausse a été contenue grâce à une stratégie proactive, aux discussions et aux négociations menées par l’État avec les opérateurs pétroliers », souligne un communiqué du ministère. « Les subventions initialement destinées aux carburants seront dorénavant focalisées sur les projets.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – XXIVe CCCOI – VBCD fait tout pour partir, Stef’auto reste à quai

La délégation du Volley­ball club Diamant, vice-champion de Madagascar seniors dames a été reçue, hier, par le coordonnateur du parti Hery Vaovaon’i Mada­gacascar section Anala­manga, Ndranto Rakotona­nahary à son QG à Antanimena.À la veille du départ du club pour participer à la Coupe des clubs champions de la zone 7, du 3 au 10 mars aux Seychelles, VBCD est encore en train d’arrondir le budget nécessaire pour le déplacement. Le HVM Anala­manga a répondu à l’appel du club et a remis une enveloppe en guise de participation aux frais de déplacement de ce club porte-fanion de la Grande île à cette joute régionale.« Après l’échec et le judo, nous apportons notre part d’appui à ce club de volleyball qui va défendre l’honneur du pays. Etant sportif et dirigeant de club, je suis conscient de telle épreuve à chaque veille de départ pour une compétition à l’étranger. Donc nous, les membres du parti, avons cotisé pour soutenir le club», souligne Ndranto Rakotonanahary. « Nous n’avons pas encore réuni le somme nécessaire jusqu’ à présent. On attend encore la réaction de quelques sociétés dans les deux jours qui viennent», a signalé Hasina Randriamanana deuxième coach du club.Cette équipe vice-cham­pionne nationale compte envoyer au moins dix joueuses dont trois habituées à des compétitions régionales, à savoir Clarel, Johanne et Ihoby, toutes les trois membres de l’équipe nationale. Trois joueuses de l’EVBI renforceront également le club à sa troisième participation à la Coupe de la zone 7.Deux coaches, Tony Ran­driambao et Hasina Randria­manana accompagneront les joueuses. Lors de sa première participation en 2012, VBCD sortait du tournoi en phase de poule et en 2013, le club a perdu en demi-finale.Quant aux deux autres clubs porte-fanions malgaches, la GNVB a quitté le pays tôt ce matin tandis que Stef’auto, champion de Mada­gascar seniors dames s’est déclaré forfait, hier, faute de moyens financiers.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Météorologie – Le prochain cyclone  baptisé en fin de semaine

Évolution. Les amas nuageux au Nord-Est de la Grande île évoluent progressivement et très probablement en un cyclone. Il serait baptisé Dumazile, en fin de semaine, selon la prévision des techniciens de la direction générale de la Météorologie à Ampandrianomby. « Il deviendra une tempête vendredi et sera baptisé, le samedi », explique Solonomenjanahary Andria-njafinirina, chef de service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, hier.Ces amas nuageux ont été localisés à 600 kilomètres au Nord-Est de l’île, hier. Ils avanceraient très lentement. Ce futur système pourrait suivre une trajectoire parabolique, comme Ava. Soit il va longer la côte Est de la Grande île, soit il va toucher l’île Maurice ou La Réunion.Ce sera le quatrième cyclone du bassin Sud-Ouest de l’océan Indien, après Ava, Berguitta et Cébile. Ava a laissé de lourds dégâts à Madagascar, avec plus d’une cinquantaine de personnes décédées et plusieurs dégâts matériels, en atterrissant à Toamasina II et en frôlant quelques districts, dont Toamasina I ou encore Brickaville. Les vigilances devront être renforcées dès maintenant, pour éviter des accidents.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Météo – Une tempête  tropicale pourrait  se former samedi

Dans son dernier bulletin, le centre météorologique régional spécialisé de La Réunion estime que le risque de formation d’une tempête tropicale modérée devient important samedi.«L’ensemble des modèles de prévisions disponibles suggèrent, depuis quelques jours, la survenue prochaine d’une nouvelle cyclogenèse* au nord des Mascareignes», note Actu Météo 974 sur sa page.Les conditions semblent en effet favorables à la formation d’un système dépressionnaire au Nord de Tromelin et à l’Est de Madagascar, à 1000 kilomètres au Nord de La Réunion.«Pour les cinq prochains jours, le risque de formation d’une tempête tropicale modérée devient important samedi», note le centre météorologique régional spécialisé de La Réunion. Ce système devrait transiter entre Madagascar et La Réunion lundi.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Sport des fonctionnaires – John Love nouveau patron

Un nouveau leader à la présidence de l’association. L’élection du président de l’association omnisports interministérielle et institutions a bel et bien eu lieu hier à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha.Le scrutin s’est tenu de 8 heures à 16 heures, puis le comité électoral a procédé ensuite au dépouillement. Quatre candidats étaient en course. Avec une victoire écrasante, le responsable de sport du ministère de la santé et du planning familial, Jean Aimé Botosera Andrianarison alias John Love remporte la victoire avec 79 voix.Ainsi, il assure la présidence de cette association nationale pour un mandat de cinq ans. Sa poursuivante, Naly Cindy Vermeille du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures se trouve en deuxième position avec 26 voix, et largement derrière Marie Jimy Mamy Rahaga du ministère de la Jeunesse et des sports avec deux voix et Mahefatiana Philibert Rasolomandimby du ministère de l’Education nationale, une voix.Cent neuf votants sur les cent seize inscrits dans la liste électorale ont participé au vote. Dans la liste figurent les deux représentants des trente deux ministères, des cinq institutions, cinquante membres du collège des techniciens et les quatre candidats.Sous l’égide du ministère de la jeunesse et des sports, la direction du sport pour tous a confié l’organisation de l’élection au comité interministériel du sport d’entretien des fonctionnaires (CISEF), mis en place l’an passé avant le championnat national à Toliara.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

« La prison, une école pernicieuse pour de simples voleurs »

Qui donc sont les Antemanatsa dont ont si peur les Français ? Selon Farannirina V. Esoavelomandroso (lire précédentes Notes), il ne s’agit ni d’une tribu ni d’un clan, mais d’un groupe de Mahafaly originaires du Sud-est d’Ampanihy. Ils sont nombreux. « Si- ce qui est à craindre- la plupart d’entre eux font cause commune avec ceux qui ont rallié la bande d’Ampotaka, le groupe ainsi formé va constituer un danger très sérieux pour la sécurité publique. Et chose beaucoup plus grave, la situation politique, jusqu’à ce jour calme, risque d’être fortement troublée. »L’intervention des réfractaires aux impôts comme les Antemanatsa, ou des «vagabonds » et «irréguliers»- deux mots qui, selon l’historienne, recouvrent une même réalité, les mauvais contribuables-, confère un caractère politique au prétendu « banditisme » des Sadiavahe. Dans le Sud-ouest, région où les concessions détenues par des étrangers sont relativement rares, « le poids de la colonisation est sensible, surtout par la présence des administrateurs, garants du maintien de l’ordre et d’une bonne rentrée fiscale ». Pour bien des gens du Sud, s’acquitter des impôts signifie reconnaitre la souveraineté française.Lors de la soumission de certains Sadiavahe, les médiateurs rassurent les administrateurs en ces termes : « Ils affirment leur vif désir de rester tranquilles, offrant de payer leurs impôts pour bien marquer qu’à aucun moment, ils n’ont l’intention de s’élever contre le Fanjakana » (autorité gouvernementale), lit-on dans un rapport de Gerbinis sur les évènements du Menarandra. Ainsi, celui qui ne paie pas ses impôts, est, quel qu’en soit le motif, un contestataire, un révolté.Or, précise Faranirina Esoavelo­mandroso, diverses raisons peuvent expliquer le non-paiement des impôts : le dénuement complet, fait courant dans le Sud, le manque de numéraires, la volonté de ne pas se dessaisir des troupeaux, le désir de rejeter des contraintes symbolisées par la fiscalité… Autant d’explications plausibles, mais l’historienne développe beaucoup plus la dernière raison.En ces années difficiles, bien que la disette soit quasi permanente, les impôts rentrent cependant d’une manière satisfaisante.Cela peut venir de pressions et de méthodes de perception « semblables à celles décrites par le gouverneur général Victor Augagneur pour les cercles de Farafangana ou de Fort-Dauphin ». Certains administrateurs critiquent les procédés de fonctionnaires indigènes trop zélés.« Donan Alfred participe en 1907 à une véritable expédition punitive contre les réfractaires aux impôts dans la circonscription d’Ambovombe. Il nous semble alors, connaissant les problèmes de tous ordres auxquels Antandroy, Karimbola et Mahafaly se trouvaient confrontés durant les années de guerre, que parmi les Sadiavahe l’on comptait peut-être des voleurs, mais que la plupart d’entre eux manifestaient sûrement leur mécontentement contre la fiscalité. » Pour rappel, Donan Alfred, originaire du Nord-ouest, est « exécré » car il exploite les populations locales « en abusant de la confiance aveugle de certains chefs de district ».Par leurs actes, les Sadiavahe s’efforcent de montrer leur opposition aux diverses formes de contraintes administratives. «Extrême mobilité, vie dans le bush en groupes dispersés expriment le refus d’accepter les injonctions des administrateurs de limiter les déplacements et de regrouper ces éleveurs dans des postes pour mieux les surveiller. »Un dernier argument vient renforcer l’hypothèse selon laquelle ces insurgés se sont révoltés contre le système colonial lui-même.« Évadés de prison, repris de justice constituent le noyau des rebelles. » Cette catégorie de personnes a déjà des rapports peu privilégiés avec l’Administration, en tant que prisonniers. L’un des objets de terreur des populations du Sud est la condition de vie dans lesprisons, ainsi que les conséquences néfastes d’un séjour dans ces « maisons de correction ».Les deux chefs de la province de Toliara et de Fort-Dauphin commentent. Ainsi, Gerbinis écrit dans un rapport : « Il convient d’ajouter que la prison est une école pernicieuse : tel qui y entre simple voleur de bœufs, incapable d’attenter à la vie d’un de ses semblables, en ressort malfaiteur de profession, capable des pires crimes. » Delpit va plus loin : « Nous les mettons dans un milieu malsain au physique comme au moral. S’ils ne meurent pas misérables et inutiles à la société pendant leur captivité, leur moral se corrompt parfois définitivement au contact de ce foyer putride qu’est la prison. Ces êtres épris de liberté meurent avec une facilité frappante en prison, les statistiques des prisons de la province et de Tananarive le prouvent… »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Internet

Midi Madagasikara0 partages

Mahazo : Une femme de 24 ans arrêtée pour avoir tué son bébé

Soupçonnée d’infanticide, une femme de 24 ans a été arrêtée par des éléments des Forces d’intervention de la Police nationale à Mahazo, lundi 26 février. La suspecte est poursuivie pour avoir tué son bébé d’un mois durant la nuit du 25 février. La police a décidé de procéder à cette arrestation suite à l’appel lancé par la sœur de la suspecte. Le matin de ce lundi, soit vers 4 heures, la suspecte a emmené le corps sans vie de son bébé chez sa sœur qui réside au centre Akamasoa. Cette dernière a alors alerté tout de suite la police quand elle a soupçonné quelque chose d’anormal dans ce décès. Sa suspicion serait due au fait que sa sœur a déjà une mauvaise réputation. En 2009, cette dernière est déjà passée en prison pour avoir jeté son bébé de 16 mois dans un bac à ordures. Heureusement que celui-ci a été sauvé de justesse, même s’il était sur le point d’être dévoré par des rats. Arrêtée, cette jeune femme a été remise à la brigade criminelle de la Police à Anosy qui a par la suite repris l’enquête durant laquelle, la suspecte a avoué que la nuit de ce 25 février, elle était sous l’emprise de  l’alcool quand elle dormait avec son bébé. Un aveu qui amène à s’interroger s’il s’agissait d’un acte intentionnel ou non. Malgré tout, l’histoire de l’enfance de la suspecte laisse penser qu’elle est tombée depuis toute petite, dans l’abîme où elle se trouve à l’heure actuelle. Issue d’une famille défavorisée, elle faisait partie des enfants pris en charge par le centre Akamasoa d’Andralanitra. A l’âge de 14 ans, elle a quitté le centre pour s’adonner à la prostitution à Mahazo et ses environs.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Elections : Le CFM se veut être garant de la stabilité politique !

A l’aube de l’élection présidentielle et celles législatives qui, en principe, devraient avoir lieu cette année, le CFM ou Conseil du « Fampihavanana Malagasy » s’érige en garant de la stabilité politique.

A haut risque ! En général, c’est la perception du grand nombre – en allant de l’opinion publique aux politiciens, en passant par les observateurs et les analystes politiques – chaque fois que le sujet relatif aux élections, notamment présidentielles, est mis au centre des débats. Nonobstant le fait que la Ceni ou Commission Electorale Nationale Indépendante conjugue beaucoup d’efforts pour que le processus électoral aille dans le bon sens, la stabilité est loin d’être au rendez-vous.

Tensions. Avant le scrutin, doit-on connaître les noms des candidats dont les candidatures sont validées par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). Il en est de même pour celles qui sont rejetées. Par rapport à ce point, si les projets de loi relatifs aux élections viennent à être votés par le Parlement, lesquels sont taxés d’exclure l’ancien chef de l’Etat Marc Ravalomanana, va-t-il avoir une crise comme ce dernier l’avait, sans cesse, claironné ? Mais ce n’est pas tout. Quid de l’ambiance postélectorale particulièrement délicate, notamment, avec les suspicions – assez tôt – de fraudes électorales et de manœuvres dolosives fomentées par telle ou telle entité ? De surcroît, l’article 64 du projet de loi en question donne, par exemple, la victoire au plus âgé en cas d’égalité au second tour. Une disposition extrêmement controversée et qui risque non seulement d’envenimer la situation mais aussi et surtout de biaiser les résultats.

Parole donnée. C’est justement pour éviter des scenarii susceptibles de porter atteinte à la stabilité politique que le CFM ou Conseil du « Fampihavanana Malagasy » se porte « garant de ladite stabilité avant, pendant et après les élections ». D’après les explications fournies par cette entité sur une station radio privée, il ne s’agit guère d’empiéter sur la mission de la Ceni ou à celle du ministère de l’Intérieur mais d’instaurer un climat favorable à la tenue des élections. Pour Maka Alphonse, cette initiative ne date pas d’aujourd’hui. « Des rencontres avec les forces vives de la Nation, les anciens chefs d’Etat ont été effectuées. A l’issue, nous avons pris en note leurs desideratas », a-t-il rappelé. Pour être à même de garantir cette stabilité politique qui ne relève pas tellement de ses attributions, le CFM entend mettre en place quelques recommandations, en l’occurrence l’instauration de la culture du dialogue, le respect de la parole donnée et la concrétisation des engagements signés.

Confiance. Cette mission herculéenne que le CFM va assurer est loin d’être une mince affaire. « La principale problématique est de savoir comment va-t-on arriver à instaurer un climat de confiance car actuellement, on parle beaucoup déjà, par exemple, de fraudes électorales. Il faut éviter cela. Quand un candidat est élu, il est élu. Quand il ne l’est pas, il ne l’est pas », a souligné Maka Alphonse. Dans une certaine mesure, cela revêt un caractère véridique. Néanmoins, si le CFM veut garantir la stabilité et instaurer la véritable confiance, il devrait vérifier qu’aucune supercherie n’est concoctée. Autrement, les efforts ainsi déployés seront réduits en vain. Et quand cet organe fait de la confiance son leitmotiv, il faut commencer par convaincre le régime de jouer à un jeu démocratique et d’éviter d’éliminer des potentiels candidats par tous les moyens, en particulier, juridiques. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Ceni : Un TicBus fourni par le ministère des Postes

Le MPTDN souhaite que le nombre d’électeurs inscrits sur les listes électorales augmente.

35.700.000 ariary, c’est la somme octroyée par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) pour l’organisation du 6e séminaire international d’échanges du Réseau des Compétences Electorales Francophones (Recef) qui se tiendra à Madagascar les 20, 21 et 22 mars prochain. La convention y afférente – émargée d’une part par Hery Rakotomanana, le président de la Ceni, et d’autre part, par Malik Saar, le directeur régional de l’OIF pour l’Océan Indien – a été signée lundi dernier à Nanisana. Par ailleurs, hier, le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN) a également appuyé la Ceni dans le processus électoral. Cette fois, cet appui se focalise sur la mobilisation des citoyens à vérifier leurs noms sur les listes électorales, pas seulement au niveau des « Fokontany » mais en ligne. Un TicBus a donc été fourni par le MPTDN pour arriver à cette fin. Il contient, d’après les explications du ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, plusieurs ordinateurs qui sont connectés à Internet et branchés continuellement au siège de la Ceni. Ce TicBus va donc sillonner les quartiers et bien évidemment, les régions pendant les 18 jours restant qui permettent aux citoyens de vérifier leurs noms sur les listes électorales et de formuler les recommandations et/ou réclamations y afférentes. « Le but étant de n’exclure personne des listes électorales et de rendre transparente leur exactitude », a poursuit le ministre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Insécurité : Le PM promet des actions concrètes

Le PM Mahafaly Solonandrasana Olivier hier à Ampandrianomby

Après l’annonce de la mise en place incessante d’un « Task Force », le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a saisi hier l’occasion pour déclarer qu’il va prendre ses responsabilités conformément à l’article 65 de la Constitution. C’était en marge de l’inauguration d’un nouveau laboratoire à l’IMVAVET (Institut Malgache des Vaccins Vétérinaires) à Ampandrianomby. Cet article 65 de la Loi fondamentale dispose que (…) le chef du gouvernement assure la sécurité, la paix et la stabilité sur toute l’étendue du territoire national (…).

PND et « Vina Fisandratana 2030 ». Lors de cette inauguration, Mahafaly Solonandrasana Olivier a déclaré que le développement du monde rural, via la promotion de l’agriculture et l’élevage, fait partie des priorités du régime en place conformément au PND (Plan National du Développement) et le « Vina Fisandratana 2030 » récemment lancé par le président de la République.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : Mpivarotra basy 12 saron’ny zandary

Mpivarotra basy 12 saron’ny zandary

Matotra ny fiaraha-miasan’ny zandary sy ny ben’ny Tanana, ao Manambolo distrikan’i Maroantsetra ka nahazoana vokatra amin’ny fiarovana ny filaminam-bahoaka, indrindra atsy ho atsy dia hiditra amin’ny fotoan’ny fiotazana ireo vokatra fanondrana ny tantsaha sy ny mpandraharaha ary ireo mpanagom-bokatra. Nandritra izany no nanomezan’ny ben’ny Tanana vaovao ny zandary, fa misy ity olona antsoina hoe Ratianarivo ity izay avy any Antalaha mivarotra basy PA vita gasy ao amin’ny kaominina iadidiany; vao  nahare izany ny zandary tao Maroantsetra dia tsy niandry ela fa avy hatrany dia nidina tany amin’ity kaominina ity nitady an’ingahy Ratianarivo ny 18 febroary 2018 lasa teo, ka nandritra ny fisamborana azy izay nanaovan’ny zandary vela-pandrika manokana, dia tratra tany amin’ity rangahy ity ny basy PA efatra vita gasy ambiny tsy lafo tany aminy. Nandritra ny famotorana azy no nilazan’ity rangahy ity, fa mbola misy basy PA vita gasy valo napetrany amin’ireo namany any Ankofabe, koa vao nandre izany ny zandary dia nidina tany amin’ity kaominina ity ihany koa nikaroka ireo olona voalaza fa nametrahana ireto basy PA vita gasy ireto hamidy. Tratra tamin’izany ny olona telo sy basy PA vita gasy valo izay mbola niaraka tamina bala  valo ihany koa. Raha ny fanazavan’ny zandary avy any an-toerana dia amidin’izy ireo 600.000 ariary ny basy iray raha 20.000 ariary kosa ny bala iray iray bala “caliber 12” fampiasa aminy. Ho an’ny komandan’ny vondron’ny zandary ao Maroantsetra ny GPHC Tefinanahary tamin’ny fanazavana nomeny, fa ho an’ireo te-hividy basy ho fiarovana ny tenany sy ny fianakaviany ary ny fananany, dia misy ny lalana tsy maintsy harahina ary afaka manatona ny tobin’ny zandary ireo te-hividy izany hahafahan’izy ireo manoro azy ireo ny làlana tokony haleha.

Malala Didier