Les actualités Malgaches du Jeudi 01 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara163 partages

Vente de la Villa Elizabeth : Avis de recherche contre le gérant de Mada Terrain

De nombreuses personnes ont déjà été auditionnées à Ambohibao.

Ambohibao demande le concours des forces de police afin de rechercher et de procéder à l’arrestation de cet individu poursuivi pour escroquerie et corruption.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Villa Elisabeth. Le Bureau Indépendant Anti-Corruption a sorti hier un avis de recherche n°001-18/Bianco/DG au nom de Ramangasoavina Herilanja Gérald, le gérant de la Société Mada Terrain. Cet individu fait l’objet de nombreuses plaintes auprès du Bianco, de la Police économique et d’autres services des forces de l’ordre pour escroquerie. D’après les informations, environ 3600 victimes ont été recensées rien que pour son projet « Tany Gasy ». Une opération qui consiste à vendre à des particuliers des terrains se situant dans la périphérie de la capitale, tout en offrant une facilité de paiement. Sauf que jusqu’ici et ce, plusieurs mois après le paiement, les acquéreurs n’ont reçu ni le titre ni la moindre parcelle de terrain. Pour revenir à la Villa Elizabeth qui, pour rappel, est la propriété mise à la disposition de l’ancien président feu Zafy Albert en sa qualité de Chef de l’Etat, plusieurs plaintes ont été reçues par le Bureau Indépendant Anti-Corruption. Parmi les plaignants figure l’ancien ministre de la Fonction publique Tabera Radriamanantsoa qui a fait sa déposition à Ambohibao, en début décembre.

Discrétion totale. Pour l’heure, l’on ignore si l’Etat a aussi saisi la Justice par rapport à cette affaire. Au cours d’une conférence de presse conjointe organisée à Anosy le 31 octobre 2017, le ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, Benjamina Ramanantsoa et la ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Andriambololona ont déclaré que l’Etat va porter plainte. Depuis, les responsables étatiques concernés par la vente de la Villa Elizabeth ont choisi la discrétion totale. D’après les indiscrétions, de nombreuses personnes ont déjà été entendues par les enquêteurs du Bianco depuis novembre 2017. A travers l’avis de recherche publié hier, Ambohibao demande le concours des forces de police afin de rechercher et de procéder à l’arrestation du gérant de la Société Mada Terrain Ramangasoavina Herilanja Gérald.

Annulation. Pour revenir aux faits : le 24 janvier 2014, soit la veille de la cérémonie d’investiture du président Hery Rajaonarimampianina, la Société Mada Terrain a conclu un contrat de vente du domaine Saint- Antoine IV sis à Alarobia Amboniloha avec le  vice-Premier ministre de l’époque en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Reboza Julien. Mada Terrain a acheté un terrain de 1ha 18a à un prix symbolique de onze millions huit cent trente- cinq mille Ariary. Pourtant, l’acte de vente n’a été enregistré que le 15 novembre 2016, soit presque trois  ans plus tard. Le 30 novembre 2016, Mada Terrain cède ladite propriété à la Société Prim Immobilier. Le 7 septembre 2017, cette société a cédé une surface de 700m2 au Ministère des Finances et du Budget. Au cours de leur rencontre avec la presse, les ministres Benjamina Ramanantsoa et Vonintsalama Andriambololona ont annoncé l’annulation de l’acte de vente par un arrêté ministériel. Un arrêté que l’actuel propriétaire du domaine Saint- Antoine IV, Prim Immobilier a attaqué auprès du Tribunal administratif. Au cours d’une conférence de presse, Serge Zafimahova, porte-parole de la famille Zafy Albert a déclaré que « si l’on se réfère aux textes, cette décision d’annulation est nulle et non avenue », car « tout litige relatif à l’acquisition, à l’exercice ou à l’exécution d’un droit réel portant sur un immeuble du domaine privé de l’État relève de la compétence exclusive du tribunal civil, conformément aux règles du droit commun ». La question est aussi de savoir si les forces de l’ordre parviendront à mettre la main sur la personne qui fait l’objet de cet avis de recherche. Quid également des actuels et anciens responsables étatiques cités dans cette affaire ?

Davis R

Midi Madagasikara80 partages

Coupures d’électricité à Antananarivo : Le coupable est… le mauvais temps !

Le retour des coupures de courant plus ou moins prolongées, ces derniers jours, n’a pas manqué de faire réagir les usagers autour de la zone Antananarivo. D’une durée de 45 minutes à 1h30, voire plusieurs heures pour certains secteurs, ces coupures d’électricité, bien que ne s’agissant pas de délestage, ont les mêmes conséquences chez les abonnés de la JIRAMA. Survenant généralement en début de soirée, mais également durant la journée, ces coupures du courant électrique s’expliquent par le mauvais temps de ces derniers jours qui ont occasionné des incidents au niveau de la centrale hydroélectrique d’Andekaleka. Tel est en tout cas l’explication fournie par les responsables de la société nationale d’eau et d’électricité. Lors des épisodes de mauvais temps, des coupures surviennent au niveau de la centrale. L’opération de redémarrage des groupes ne s’exécute, cependant, pas en une seule manœuvre. En effet, pour faire redémarrer ces groupes, les techniciens de la centrale doivent s’y prendre de manière progressive. L’opération peut, de ce fait, prendre un certain temps pour faire retrouver aux installations leur pleine capacité, expliquant les coupures plus ou moins prolongées de l’électricité chez certains abonnés. Ainsi, la coupure elle-même ne peut durer que quelques instants, mais le redémarrage de l’ensemble des installations peut, en revanche, nécessiter davantage de temps, assure la JIRAMA. Le rétablissement de l’alimentation électrique au niveau du réseau interconnecté d’Antananarivo se fait ainsi par étapes, en priorisant les secteurs prioritaires tels les hôpitaux et les zones stratégiques comme les camps militaires.

Hanitra R.

Midi Madagasikara76 partages

Canal + : Trois nouvelles chaînes disponibles et décodeur à 5000 ariary

La chaîne « TFX » du groupe TF1 renforce les bouquets Canal +.

Avec la qualité de ses services et la richesse de ses offres, Canal + détient la place de leader dans le domaine de la télévision payante à Madagascar.

Une année explosive. 2018 le sera pour Canal + qui débute l’année avec de très bonnes nouvelles. Le leader de la télévision par satellite payante innove et propose à ses clients trois nouvelles chaînes. Annoncées hier lors d’une conférence de presse donnée par Jean François Duboy, le  D.G de Canal +  ces chaînes vont, en tout cas, faire le bonheur des actuels et futurs abonnés de l’entreprise.

Compétitions sportives. Il s’agit, en premier lieu d’A + Sport, la dernière née des chaînes du groupe Canal +.  Destinée aux férus du sport continental et mondial, A + Sport propose  les grandes compétitions sportives dans de nombreuses disciplines. En ce moment, le football africain y est roi, avec la diffusion en direct des matchs du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN 2018). Mais il y a également la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Total et la CAN Total U 20 et U 17. Sans compter bien évidemment l’UEFA Europa League et les autres grands championnats européens, français, turcs , belges…-C’est tout l’ensemble du sport africain que les téléspectateurs découvrent avec A + Sport : basket, tours cyclistes, tennis ainsi que des magazines sportifs très divertissants. La deuxième nouveauté annoncée hier, c’est « Nollywood TV Epic », la chaîne africaine qui diffuse des films authentiques proches de l’héritage des coutumes et des croyances locales que l’on retrouve partout en Afrique et à Madagascar.  Tous les jours,  « Nollywood TV Epic » diffuse des sagas de films autour de grandes thématiques si chères aux Africains et Malgaches : village, magie, star et saga royale. Il y a enfin TFX, la chaîne 100% divertissement. TFX (anciennement NT1 est une chaîne du groupe TF1 et propose des programmes qui font le bonheur de toute la famille. On peut notamment citer les séries TV cultes comme  « Petits secrets entre voisins »,  « Les filles d’à côté », « Gossip Girl » ; ou encore les émissions de téléréalité comme « Secrets Story »,  « La Villa des cœurs brisés », « Flics, leur vie en direct ». Ainsi que les magazines de divertissement comme « Danse avec les stars », « Miss  France », « Super Nanny »…Ces nouvelles chaînes sont disponibles à partir du bouquet « Evasion ».

Gâteau de Nouvel An. La deuxième bonne nouvelle pour les abonnés de Canal + c’est la version encore plus améliorée de « myCanal », le service ultra innovant qui permet aux abonnés  de profiter de leurs programmes sur tous les écrans : ordinateurs, tablettes, Smartphone. En effet, avec une technologie encore plus moderne, l’interface devient plus ergonomique, facilitant ainsi la navigation entre les chaînes et les différents  services. Mais surtout, 25 nouvelles chaînes sont proposées en live TV, portant  l’offre « myCanal » à 50 chaînes dont les  sept chaînes malgaches distribuées par les bouquets Canal +. Enfin, et non des moindres, « myCanal » est désormais accessible gratuitement à tous les abonnés de Canal Plus à Madagascar car elle est offerte à partir de la formule Access. Par ailleurs, « Evasion + », la formule phare des bouquets de Canal + offre s’enrichit avec huit  nouvelles chaînes en plus des 135 déjà existantes.  Outre les trois  nouvelles chaînes « A + Sport », « Nollywood Epic » et « TFX », « Evasion + » offre également « Ciné + émotion », « Ciné + Frisson », « Eurosport », « Histoire ». Enfin, cerise sur le gâteau de Nouvel An offert par Canal Plus à ses abonnés, le décodeur est désormais à 5 000 ariary et la parabole et les installations offertes.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza74 partages

Voahangy RajaonarimampianinaVadina filoha be mistery

Hafa raha samy vadina filoham-pirenena nifanesy teto amin’ny firenena i Voahangy Rajaonarimampianina, vadin’ny filoha ankehitriny.

 Nandalo teo ry Céline Ratsiraka, Thèrese Zafy, Lalao Ravalomanana, Mialy Rajoelina, saingy tsy dia nandrenesana resabe firy, fa tena niavaka be mitaha an’ireo kosa i Voahangy Rajaonarimampianina. Tsy sanatria natao hanenjehana na hanaratsiana azy, fa toa tena nalaza ratsy ny tenany. Voalaza ho miditra lalina sy mitsabaka tanteraka amin’ny fitantanan-draharaham-panjakana, indrindra ny fanendrena tompon’andraikitra ambony. Voatonona ho be fandaniana, raha tsy hilaza afatsy ilay resaka fividianana raozy misy sarina mananasy miteti-bidy 7000 Euros nianjaikany ny 26 jiona 2016. Teo ihany koa ny fivoahan’ny resaka fandidiana orona  sy tarehy na ilay antsoina hoe “Rhinoplastie” ny fiandohan’ny taona 2017, izay voalaza fa nandaniana vola hatrany amin’ny 1 miliara ariary. Malaza ho tia mivezivezy any ivelany sy manao fiainana tokoa, ary isan’ny nalaza ny ho mitondra valizy maro be mivoaka sy miditra eto, izay tsy fantatra aloha izay ao anatiny. Ny fanaovana asa sosialy mba hanatsarana endrika hatrany ny filoha matetika no anjara asan’ny vadiny, izay ambara ho Renin’ny Malagasy. Toa manao ihany I Voahangy Rajaonarimampianina indraindray, saingy matetika mandefa iraka ambara fa avy amin’ny vadin’ny filoha. Ireo no toa omena baiko hanatsaratsara endrika hatrany azy, ka toy izay ny fomba fiasa amin’ny ankapobeny. Tsaroan’ny rehetra tsara ilay fananganana tranom-boky teny Antanimbarinandriana, izay nanaovana bodongerona tamin’ny Kaominina Antananarivo, saingy rehefa tonga ny fitokanana dia ilay voalaza fa reny mpiahy aza tsy tonga teo akory. Manome endrika tsara ny filoha sy ny fanjakana ve i Voahangy Rajaonarimampianina sa kosa poizina ho an’ny fitondrana? Ny azo antoka aloha, dia manan-daja lehibe amin’ny fandraisan’ny filoha fanapahan-kevitra momba ny fitantanany ny firenena ny filaminan-tsainy sy ny fiainan-tokantranony satria ny vadiny no hery voalohany sy akaiky azy indrindra. Misy vehivavy manana ny maha izy azy foana ao ambadiky ny lehilahy iray mahavita azy, hoy ny Frantsay izay..dia asa aloha fa ny iarahan’ny rehetra miaiky dia feno mistery Ramatoa Voahangy Rajaonarimampianina ary mahalala zavatra betsaka amin’ny fiainam-pirenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza68 partages

Orinasa AAA-TikoMiantso vonjy ny mpiasa

Nanao hetsika nentina nanehoana ny tsy fankasitrahana ny fanakatonana ny orinasa AAA-Tiko ireo mpiasan’ny Magro teto Antananarivo omaly,

 

News Mada67 partages

Enseignement : 65% des enseignants n’ont pas reçu de formation adéquate

65% des enseignants de l’éducation nationale n’ont pas reçu de formation pédagogique et académique adaptée à l’enseignement.

En marge de la signature de convention de partenariat sur un nouveau programme d’éducation entre l’association «Zazakely sambatra» luttant pour l’accompagnement des jeunes Malgaches dans le domaine de l’éducation et de la santé, et le ministère de l’Education nationale, Bruno Chatelier, vice-président et directeur de cette association a souligné que, «Dans un pays fragilisé par les carences et l’inadaptation du système éducatif, l’accès à l’emploi est toujours difficile».

A titre d’exemple, sur les 500 000 nouveaux diplômés arrivant sur le marché du travail, seuls 10 000 postes sont disponibles. Et sur les 4 millions de chômeurs, 83% sont des jeunes de moins de 35 ans. Quant aux 37% de jeunes souhaitant créer leur propre entreprise, seuls 2 % y parviennent.

Un corps enseignant de qualité

A travers cette convention de partenariat, l’objectif d’avoir un corps enseignant de qualité, capable de transmettre aux élèves les apprentissages académiques et civiques, a été mise en évidence. Une initiative qui entre d’ailleurs dans le cadre du Plan sectoriel de l’éducation (PSE) nationale. En fait, il a été rapporté que 65% des enseignants n’ont pas reçu de formation adéquate.

Allant dans ce sens, «Zazakely sambatra» va développer et mettre à la disposition des enseignants des EPP, des boîtes à idées et des outils permettant aux élèves d’appréhender et d’acquérir les notions de base indispensables aux  matières enseignées. L’enseignant et le directeur d’école sont également impliqués, tout en suivant des formations sur l’utilisation de ces boîtes à idées et d’outils.

En parallèle, l’association travaillera également sur deux axes. Primo, l’entrepreneuriat destiné à accompagner les jeunes désirant créer leur propre entreprise et secundo, la formation professionnelle.

Sera R.

Midi Madagasikara63 partages

Education sexuelle : Expérimentation dans 24 lycées

Les participants lors de la conférence nationale sur la santé, le droit sexuel et la reproductivité des jeunes

La santé reproductive des jeunes et les droits y afférents feront partie du programme scolaire  des lycées à partir du mois de février de cette année.

20% des jeunes filles âgées entre 15 et19 ans ont déjà eu leur premier rapport sexuel, 32%  sont mariées avant l’âge de 19 ans, 18% de celles de 15 et 19 ans ne ressentent pas le besoin de recourir aux méthodes contraceptives”. Ce sont là quelques statistiques sur la situation actuelle des jeunes malgaches dans le domaine de la santé, du droit sexuel et de la reproductivité. Une situation alarmante qui est à l’origine du fort taux de mortalité maternelle selon les dires du docteur Sylvain Razafy, représentant du ministère de la Santé publique lors du lancement de la conférence nationale sur la santé, le droit sexuel et de la reproductivité des jeunes à l’hôtel Le Panorama hier. Le Dr Sylvain Razafy de noter que « le taux de grossesse précoce est actuellement aux environs de 32% dans la Grande Île ». Et « que parmi les dix femmes qui meurent par jour suite à des complications liées à l’accouchement, trois d’entre elles sont des adolescentes de 15 à 18 ans ». La conférence sur la santé, le droit sexuel et la reproductivité des jeunes voudrait dans ce cas changer la donne. Initiée par SEED Madagascar, avec la collaboration de différents départements ministériels, l’évènement de deux jours consiste en des séances de partages d’expériences, de bonne pratique et de connaissance entre les différents acteurs. « Ce, pour aider les adolescents et les jeunes à faire face à leur avenir, surtout leur sexualité » a fait savoir Hasina Raonivelo, Directeur de la Formation de masse auprès du ministère de l’Éducation nationale.

Expérimentation. 24 lycées répartis dans 11 régions de la Grande Île sont choisis pour une phase expérimentale qui va commencer à partir du mois de février de cette année. Pour ce faire,  des thèmes spécifiques comme les abus sexuels, le consentement, la menstruation et la gestion de l’hygiène, ou encore la grossesse et le mariage précoce vont  être intégrés  la matière intitulée “ sciences naturelles”. Profitant de la cérémonie de lancement officiel de la conférence nationale, le Dr Sylvain Razafy de noter que «l’introduction de l’éducation sexuelle dans le programme scolaire s’inscrit dans la continuité des efforts et des  initiatives menés de façon conjointe par différents acteurs “. Avant d’ajouter que “ l’initiative représente une intervention innovatrice». Ce, afin d’atteindre les objectifs escomptés tels que la réduction de la mortalité maternelle et infantile à Madagascar. Objectifs qui ont pour «cible prioritaire les jeunes de moins de 19 ans »selon toujours le représentant du ministère de la Santé publique. Par ailleurs, le directeur de la Formation de masse auprès du ministère de l’Education nationale, quant à elle, a fait savoir que «le projet d’éducation sexuelle sera effectif d’ici à l’année scolaire 2019».

José Belalahy

Midi Madagasikara61 partages

Tany Gasy : Namoahan’ny Bianco filazàna fikarohana ny tompony

Ilay « avis de recherche » navoakan’ny Bianco

« Araka ny lalàna 2016-020 izay misahana ny ady amin’ny kolikoly dia mangataka ny fanomezan-tànan’ny mpitandro ny filaminana amin’ny fikarohana sy fisamborana avy hatrany an-dRamangasoavina Herilanja Gerald », raha adika tsotsotra amin’ny teny malagasy ny filazàna fikarohana izay nosoniavin’ny tale jeneralin’ny birao mahaleotena misahana ny ady amin’ny kolikoly, Andriamifidy Jean Louis. Ny alakamisy lasa teo (25 janoary 2018) no nivoaka izany ary naparitaka avy hatrany teny amin’ny biraon’ny mpitandro ny filaminana. Ny olona karohina, fantatra amin’ny fanampin’anarana hoe Gerald dia notorian’ny olona efa ho telonjato mahery noho ny fisolokiana momba ny fivarotana tany. Izany dia avy amin’ny alàlan’ny orinasany antsoina hoe « Tany Gasy ». Efa nandeha teny amin’ny pôlisy ny raharaha tamin’ny taon-dasa ary nirohotra mihitsy ny olona voafitaka nametraka fitoriana. Nisy namono afo indray anefa taty aoriana ary nanakorontana ny tolon’ireo olona izay nitaky ny zony, dia ny hahazoany ny tany novidiana. Niakatra hatrany ny lentan’ny raharaha ary taorian’ny fitoriana dia olona izay mpiara-miasa akaiky (mpiasany aza) amin’i Gerald no nosamborina ka nidoboka am-ponja vonjimaika. Ny voalaza anarana kosa dia tsy hita izay nisy azy ary toa tsy voatonona anarana firy aza tao anatin’ny savorovoro. Efa hatramin’ny taona 2014 no nisian’ny varotra tany ary raha kely indrindra dia vola mitentina 6 tapitrisa ariary no azony tamin’ny olona iray nikasa hividy tany. Tombanana ho 3.600 anefa no efa nividy taminy hatramin’izay ka tao anatin’izany dia nilaza ireo olona fa tsy nisy nahazo izay tany novidiany mihitsy. Niotrika teo foana ny afo mandra-pahatongan’ny 2017, taona izay nahasahian’ny sasantsasany nivoaka tamin’ny fahanginany amin’izay. Niakatra lenta ny raharaha noho ny tsy mety nahatratràrana an’i Gerald mihitsy. Mazava ankehitriny, avy amin’ity fidirana an-tsehatry ny Bianco ity, fa misy kolikoly avo lenta aoriany.  Misy ny milaza fa mahita an’ity lehilahy ity miriaria eto an-drenivohitra, toa ny tsy manana olana eny amin’ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsaràna mihitsy. Ny alahady teo izy dia mbola nisy nilaza nanatrika lanonana iray teto an-drenivohitra. Dia ahoana izany ireo olona 3.600 voasolokiny ? Raha tsiahivina kely dia mbola isan’ny voatonona koa ny orinasany tamin’ny raharaha Villa Elisabeth.

D.R

Tia Tanindranaza58 partages

“Fisandratana 2030”Fandrebirebena saim-bahoaka

Mbola mitana ny sain’ny maro ilay «Fisandratana 2030 », ambara fa vinam-pampandrosoana hoentin’ny filoha ankehitriny Hery Rajaonarimampianina hampisandratra an’i Madagasikara.

 Nandeha ny resabe avy eo fa tetikasan’ny tale jeneralin’ny tahirimbolam-panjakana teo aloha Orlando Robimanana no nalaina tahaka na nangalarina mihitsy aza. Nanda kosa i James Ramaroson voatonona ho namoaka ny tsiambaratelo fa tsy nivarotra na boky na fandaharan’asa na an'iza na tamin'iza izy sady tsy nobeazina tamin'ny fomba mamohehitra toy izany. Mbola mampiteraka ahiahy ihany koa ny fitoviany amin’ny an’i Andry Rajoelina, izay azo raisina fa tsy izy ireo akory no namolavola azy fa ny vondrona matanjaka ao an-damosiny. Tsy hita izay tanjona mazava fa fandrebirebena sy ronono an-tavy no betsaka. Tsy misy sary mazava hahafahan’ny Malagasy misaintsaina akory ny momba an’i Madagasikara ankehitriny sy amin’ny taona 2030 ? Tany ngazana na “desert” i Dubaï tany amin’ny taona 1990, saingy nazava ny tanjony sy paikady napetrany, ka nahatonga azy ho tany kanto sy mendrika ary tsara indrindra eto ambonin’ny aty aoriana. Zavatra azo tsapain-tanana sy azo porofoina tahaka izany hahafahana mitazona ny mpitondra amin’ny vavany no andrasan’ny Malagasy. Mila mazava hoe eo amina teboka lehibe iray iray isika izao, ary misy teboka iray tsy maintsy tratrarina, fa ity kosa zavatra petatoko sy abobo tsy hahafahan’ny Malagasy manonofy sy misaintsaina akory ny ambara fa fisandratana, ka dia tsy hay na hisandratra ho aiza marina ? Raha hanao fanoharana faran’izay bitika isika, dia aseho an-tsary, ohatra, ny fahoriam-bahoaka eny La Réunion kely amin’izao 2018 izao sy ny sary maneho ny vina, fa ho afaka ao anaty gejan’ny fahantrana sy manana asa ny olona afaka taona maromaro, ary tanàna kanto sy maha te honina no ho hita eo. Mila voafaritra mazava ny tanjona fohy ezaka, antonony ary lavitr’ezaka hoe: inona no zavatra azon’ny Malagasy tsapain-tanana sy miantraika aminin’ny fiainany afaka 3 taona, 5 taona, ary 10 taona ohatra. Ity ambara fa “fisandratana 2030” dia tsapa ho petatoko sy kitaitaitra lava fotsiny. Tsy nanana politika mazava, ka aty amin’ny fiafaran’ny taom-piasana vao miezaka mandrebireby saim-bahoaka.

Toky R

 

Midi Madagasikara57 partages

Prix de carburant : 898 Ariary par litre pour les pétroliers

Pas de hausse de prix à la pompe de carburant ce jour ! Cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas de changement pour ce mois-ci, selon l’Office malgache des Hydrocarbures (OMH). En effet, une rude négociation est actuellement en cours, entre l’Etat et les pétroliers, d’après les informations fournies par l’Administration publique. Pour les pétroliers, la hausse de taxe sur les produits pétroliers devrait engendrer une augmentation des tarifs pour qu’ils puissent garder le même niveau de bénéfices. De son côté, l’Etat malgache estime que ces pétroliers réalisent des superprofits qui peuvent encore être réduits. Alors que les négociations se poursuivent, l’écart se creuse entre les prix théoriques et les prix réels appliqués. Un gap qui pourrait encore être à combler, à l’issue des discussions entre les deux parties. Pour l’heure, les consommateurs sont les plus menacés par une hausse considérable des prix à la pompe. Selon la structure des prix observée en décembre 2017, les prix de référence équivalent à 48% des prix affichés à la pompe. Les coûts de transport et de stockage représentent 11%, les impôts et taxes 27% et les coûts de distribution 16% de ces prix réels appliqués. Un ajustement de -2% a donc été fait, suivant l’intervention de l’Etat dans le cadre du lissage des prix contre les fluctuations. A noter que l’Etat a déjà opté pour la suppression des subventions de carburant, depuis 2015, en appliquant la vérité des prix. Cependant, des mesures de mitigation ont été adoptées afin d’éviter les variations brusques des prix à la pompe. Si l’on se réfère à la structure actuelle des prix de carburant, la part des pétroliers par litre de carburant environne les 376 Ariary pour le transport et stockage, et 522 Ariary pour la distribution. En gros, les pétroliers encaissent donc 898 Ariary par litre de carburant vendu sur le marché.

Antsa R.

Midi Madagasikara56 partages

Ambatoboeny : Ankizivavy hita faty, norasarasaina ny ratsam-batany ary naboraka ny tsinainy

Tranga mampihoron-koditra tokoa no niseho tany amin’iny tananan’Ambatoboeny iny omaly maraina. Ankizivavy kely iray no hita faty tsy lavitra ny fonja tany an-toerana. Efa feno habibiana tokoa ny nataon’ireo nahavanon-doza tamin’ity zaza ity, satria dia norasarasain’ireo tsy mataho-tody ny ratsam-batany. Tsy vitan’izay anefa fa mbola notrobarana ny kibony ary navela hiboraka teo ny tsinainy. Raha ny fampitam-baovao azo avy any an-toerana dia efa somary nialon’andro maromaro ny razana hany ka efa nivoaka fofona sy nanomboka ho simba. Ankizivavy iray, izay monina ao amin’io toerana io ihany ity hita faty omaly maraina ity. Efa nanomboka ny alahady lasa teo izy no tsy niverina intsony tao an-tokatranony. Tamin’io fotoana io moa, araka ny vaovao azo hatrany, dia nandeha nivavaka no antony nivoahany ny trano, kanefa dia izao tranga mahatsiravina izao no tojo ireo fianakaviana. Raha ny vinavinan’ny maro dia mety ho tsy teo an-toerana no nanatanterahan’ireo tsy valahara ity vono olona feno habibiana ity fa mety tany amin’ny toeran-kafa. Nanomboka ny fotoana tsy nahitana an’ity ankizivavy kely ity mantsy dia efa natao savahao ny tanana rehetra. Olona sendra nandalo, omaly maraina teo amin’io faritra nahitàna ny vatany mangatsiaka io no nahatsikaritra kapa sy lamba. Kojakoja izay fantatra avy hatrany fa an’ilay zazavavy karohina teo an-tanana. Nampandrenesina avy hatrany ireo tompon’andraikitra ka rehefa natao ny fisavàna ilay kirihitr’ala dia io seho mampitsangam-bolo io no hitan’ny rehetra. Raha ny fahitàna ny razana, hoy hatrany ny fampitam-baovao, dia karazan’ny nampijalijaliana mihitsy ity zaza ity vao notaperina ny ainy. Nisy nendahina ihany koa mantsy ny volon-dohany, ary nesorina sy nanapenana ny vavany ny atin’akanjony. Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra na niharan’ny fanolanana izy na tsia. Nentina avy hatrany tany amin’ny tranom-paty moa ny razana nanaovana fitiliana. Nosokafana avy hatrany kosa ny fanadihadiana teo anivon’ireo mpitandro filaminana, hikarohana izay mety ho nahavanon-doza. Tsiahivina, raha ny vaovao hatrany, fa efa nisy tranga toy izao ihany koa tany an-toerana, vao tsy ela akory izay.

m.L

News Mada49 partages

Farafangana : nouveau conflit Zafisoro-Antefasy

Le district de Farafangana, dans la région Atsimo Atsinanana, a failli être le théâtre d’un conflit ethnique, mardi dernier. Une nouvelle escalade de la violence a, en effet, éclaté entre des groupes d’individus issus des éternels rivaux Zafisoro et Antefasy, dans une commune rurale de la circonscription.

Le vieux démon de la violence ethnique s’est de nouveau réveillé dans le district de Farafangana où le conflit ancestral, opposant les ethnies Zafisoro et Antefasy, s’est manifesté dans la banlieue du chef-lieu de la circonscription. Des attaques mutuelles entre les deux communautés ont déjà eu lieu, mardi, mais la tension s’est vite apaisée après les interventions des Ampanjaka, notabilités locales très respectées, dans cette partie de l’île, et des responsables des forces de l’ordre.

Résultant de litiges frontaliers dus à la proximité des territoires des deux ethnies depuis les temps anciens, ce genre de conflit éclate sporadiquement entre ces deux communautés qui cohabitent dans le district de Farafangana.

Manou

Midi Madagasikara43 partages

Toamasina I : Jiolahy nirongo « kalach » nanafika tokantrano, olona iray maty voatifitra

Ny talata 30 janoary nifoha ny alarobia 31 janoary tokony tamin’ny 01 ora maraina, dia nitrangana fanafihan-jiolahy nitondra kalaky tao amin’ity tokantrano iray ao Ambolomadinika, izay ny renim-pianakaviana sy ireo zanany ihany no tao an-trano, miasa any Breville ny raim-pianakaviana. Raha ny fanazavana azo dia nandondona toy ny olona rehetra miditra tranon’olona ireto andian-jiolahy telo nitondra kalaky ireto nefa niaraka tamin’ny fandrahonana ny hanokafan’ny tao an-trano ny varavarana. Noho ny tahotra tamin’ny fandrahonana azon’izy ireo dia nanokatra trano ilay raim-pianakaviana ka avy hatrany dia nambanan’ilay iray nitondra kalaky basy ny lohany. Tao anatin’izay dia nanararaotra naka ilay fahitalavitra “ecran plat” sy ireo zava-maneno tao an-trano samy hafa ary nikaroka ny vola tao an-tranon’ity fianakaviana ity koa ny roa. Tsy zakan’izy ireo anefa ireto entana nangalariny ireo ka nataon’izy ireo takalon’aina nitondra izany ilay raim-pianakaviana izay mbola tsy hita ny misy azy hatramin’ny nanoratana ny vaovao. Vao lasa anefa ireto andian-jiolahy telo nitondra kalaky ireto dia niantso vonjy ny tao an-trano nitrangan’ilay fanafihana, naheno izany ny tao amin’ny trano mifanila amin’izy ireo dia nivoaka mba hamonjy, saingy vao nanokatra varavarana ity tovolahy vao 18 taona dia notsenain’ireto andian-jiolahy tamin’ny tifitra. Voa teo amin’ny tanany havia ilay tovolahy saingy somary nirirana ny fahavoazana nahazo azy ka nahazo ny fony; raha nahita an-janany voatifitra ihany koa ilay renim-pianakaviana dia nivoaka namonjy azy, saingy voatifitra ihany koa saingy teo amin’ny tongony kosa. Niezaka namonjy hopitaly nitondra an-janany ilay renim-pianakaviana na efa voatifitra aza, saingy tonga teny amin’ny hopitalibe ,na nanao ny ezaka rehetra aza ny mpitsabo dia maty ity tovolahy ity. Avy hatrany dia notsaboin’ireo mpitsabo ity renim-pianakaviana ity izay nandalo fandidiana omaly ihany. Omaly mairaim-be ihany dia efa nanao ny fanadihadiana rehetra ny mpitandro ny filaminana saingy  tsy mbola nahitam-bokatra ny fikarohana nataon’izy ireo eran’ny tanana. Na izany aza dia efa manana vaovao mikasika ireto andian-jiolahy manafika tranon’olona amin’ny basy kalaky ireto ny polisy izao; efa eo am-pelatanan’izy ireo ihany koa ny ambin’ilay bala nahafaty ilay tovolahy.

Malala Didier

News Mada41 partages

Cinema : «disco Afrika» fera danser Rotterdam

L’année commence sous les meilleurs auspices pour Luck Razanajaona. Son long- métrage, fraîchement intitulé Disco Afrika, représente le continent pour la 35e édition du Rotterdam Film Festival- Cinemart, jusqu’au 4 février.

Ce long-métrage d’une durée de 80 min relate l’histoire de Kwame, un jeune homme dont l’âge frôle les 25 ans. «Kwame travaille dans les mines clandestines de saphir du Sud du pays, avant que la dépouille de son père, disparu des années plus tôt, ne soit retrouvée et l’oblige à rentrer chez lui. Il voyage ainsi de la capitale jusqu’à Toamasina, sur la côte est, pour rejoindre la maison de sa mère. Il démarre là une nouvelle vie, découvrant chaque jour de nouveaux éléments sur la vie d’un père qu’il n’a jamais connu. Il apprend que celui-ci, en plus d’être musicien de renom dans son pays, menait une activité politique dans les années 1970», résume le synopsis.

 «Etre cinéaste, c’est connaître un peu de tout», avance Luck Razanajaona. Effectivement, il a dû emprunter plusieurs chemins avant d’en arriver là. Il a fait ses premières armes dans le milieu antistatiques, en 1998, en tant que chanteur. Dans la foulée, il s’essaie également à l’art plastique avant de tomber dans le chaudron du 7e art.

Son court-métrage «Madama Esther», a raflé le Zébu d’or dans la catégorie fiction, dans le cadre des RFC. La fiction a déjà rencontré un beau succès d’estime dans des festivals d’envergure. Ce qui lui a amené à réaliser, par ailleurs, 3 films courts dont un a été présenté au Short film corner au festival de Cannes 2012. Dans le même registre, Luck fait aussi partie de 10 jeunes réalisateurs soutenus par Les Cinémas du Monde.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara39 partages

Lac Anosy : Nouveau bras de fer entre la CUA et le M2PATE

Une scène de désolation hier à Anosy.

L’Etat, à travers le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement engage un nouveau bras de fer avec la commune urbaine d’Antananarivo. Cette fois-ci, ce n’est plus sur Antanimbarinandriana, mais sur le Lac Anosy et les terrains environnants où le département ministériel de Benjamina Ramanantsoa se prépare à procéder à des aménagements en vue d’y réaliser des projets présidentiels. Depuis hier, on assiste à Anosy à une scène de désolation, car le M2PATE a démoli les constructions de commerçants se trouvant près du lac.

Propriété de la commune. La CUA est complètement ignorée dans la démarche du M2PATE. Alors que l’endroit en question lui appartient. Hier, la mairie a montré un certificat d’immatriculation et de situation juridique qui certifie que la « Propriété dite « LAC ANOSY », TN°3.845-A, Sise à Anosy, canton d’Andrefandrova, Tananarive-Ville, d’une contenance de dix- sept hectares quatre- vingt- dix- sept ares soixante et un centiares, appartient à la commune d’Antananarivo ». Le même certificat certifie en outre que « jusqu’à ce jour exclusivement ladite propriété n’est grevée d’aucune charge ni d’aucun droit réel immobilier. »

R. Eugène

Midi Madagasikara37 partages

Antsirabe : Miparitaka ny “tract” fa hanafika ny jiolahy

Ankaotra ny vaky trano, fanendahana sy ny halabotry dia manaparitaka taratasy indray izao ny jiolahy fa hanafika. Isan’ny nahazo ity taratasy milaza sy mampiomana ity ny teny amin’ny fokontany Andrefan’Ivohitra sy Tsivatrinikamo ny herinandro lasa teo. Mandry tsy lavo loha ny mponina eny amin’ity faritra ity indrindra fa ny akany iray mpitaiza ankizy sairana ao Antanikatsaka, ity toerana ity izay somary mihataka alavitra. Isan’ny nahazo ilay taratasy mantsy ity akany ity ka manao antso avy amin’ny tompon’andraikitra. Voatery naka mpitandro filaminana manokana ny akany hiantoka ny fiarovana azy saingy tsy mahasakana ny tahotra sy tebiteny izany hoy ny tompon’andraikitra sy mpandraharaha eny amin’ny manodidina. Tsy azo tsinotsinoavina ny tranga toy izao raha ny fanazavana hoy ny tompon’andraikitra mahefa eto Antsirabe. Nambaran’ny prefet an’Antsirabe fa hamafisina ny fisafoana ataon’ny mpitandro filaminana manarena ny fokontany rehetra. Ho entitra ny fisavana karapanondro sy ny fanakatonana ireo bara mivoha amin’ny alina.

Andry N.

Midi Madagasikara23 partages

« Les rats conteurs » : Des histoires à ne pas dormir debout par un trio atypique !

Gad Bensalem, parmi les initiateurs et acteurs de « Les rats conteurs ».

Ils ont bel et bien grandi, mais ont gardé leur âme d’enfant ! Slameurs, mais également membres de la compagnie théâtrale Miangaly, IBN Bini, Gad Bensalem et Haja Ravalison ont imaginé et mis en scène un spectacle dans lequel ils conjugueraient ces deux arts pour lesquels ils se passionnent. Ils ont donc repris, de manière très poétique et humoristique ces contes qui ont bercé leur enfance. De « Itsingory » à « Tsafetsy », en passant par « Darafify », les trois compères ont imaginé ensemble ce spectacle qui revisite à travers leurs élucubrations et leurs rêveries quelques- uns des contes populaires malgaches qui les ont marqués. Conjuguant avec brio théâtre, chant, danse et, par- dessus tout, poésie, « Les rats conteurs » est  une ode aux contes oratoires traditionnels malgaches, à ne rater sous aucun prétexte, autant pour les petits que les grands… à l’IFM ce samedi après-midi, à 15 heures. « Les rats conteurs », des histoires à ne pas dormir debout !Mahetsaka

News Mada22 partages

Tana games week : pour le développement des jeux vidéo à Madagascar

Soutenu par Orange Madagascar, Project Alpha organise la deuxième édition du Salon des jeux vidéo, dénommée «Tana games week», qui aura lieu, du 16 au 18 février, au gymnase couvert Ankorondrano. Son objectif est de développer cet univers des jeux vidéo et de l’e-sport à Madagascar et surtout, de promouvoir les métiers qui touchent ce secteur.

L’univers des jeux vidéo est une véritable industrie qui pèse 5 milliards d’euros dans l’Hexagone. Selon le site français gameblog, ils font vivre 23 000 salariés en 2014. A Madagascar, le secteur commence petit à petit à se développer. Conscient de l’ampleur que peut apporter ce secteur devant la frénésie des jeunes Malgaches actuels, Project Alpha propose diverses activités pour développer le jeu vidéo et l’e-sport à Madagascar, dont le salon Tana Games Week.

«Au début, pour créer cette manifestation, nous étions inspirés par l’évènement mondial Paris Games Week. Malheureusement, nous ne pouvons pas encore produire les mêmes activités mais nous proposons déjà des rencontres, des échanges, des challenges et surtout des découvertes, pour promouvoir le 10e art à Madagascar», a annoncé Muriel Randriamasimanana du Project Alpha.

Les nouveautés du salon

Si la première édition a séduit plus de 7 000 personnes, cette année, l’organisateur vise davantage en proposant d’autres nouvelles activités. «Le programme s’annonce chargé. Comme nouveauté, il y aura un concours dénommé Game jam qui consiste à développer un jeu vidéo en un temps assez restreint et avec un thème imposé. Une scène e-sport sera aussi érigée où les gamers pourront jouer connectés sur des écrans géants. Un espace pour enfants sera aussi aménagé…», a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, diverses animations seront aussi au rendez-vous, entre autres, un show cosplay, une exposition de voitures miniatures ou encore des dérivés des jeux vidéo, un retrogaming pour les joueurs nostalgiques… Bref, durant ces trois jours, le gymnase couvert Ankorondrano sera animé de 9 heures à 17 heures.

Et enfin, cette deuxième édition prendra de l’ampleur au niveau international. Des journalistes africains seront invités spécialement pour couvrir l’évènement. «Notre ambition est aussi de faire de Madagascar un carrefour de tous les passionnés de jeu vidéo et de l’e-sport au niveau du continent africain», a-t-elle conclu.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara22 partages

HCC : Le juge constitutionnel émet des réserves sur deux lois

Les inspecteurs chargés de la sécurité des aliments sont sous la surveillance du Procureur général près la Cour d’Appel.

Deux lois ont été soumises à Ambohidahy aux fins de contrôle de constitutionnalité. La première régit la sécurité sanitaire des denrées alimentaires et de l’alimentation animale. Quant à la seconde, elle concerne la Microfinance.

Antinomie.  Lors de son audience privée tenue hier, la HCC a émis des réserves sur la première loi soumise à son contrôle, en « considérant qu’il existe une antinomie entre l’indépendance accordée au Dispositif National d’Evaluation des Risques (DNER) et son rattachement au ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ». Selon le juge constitutionnel, « la loi déférée doit préciser la composition et le mode de désignation des membres du DNER ». Et de souligner par ailleurs que « ces inspecteurs en charge de la sécurité des aliments doivent être tenus aux exigences du code de procédure pénale, qu’ils sont notamment placés sous la surveillance du Procureur Général près la Cour d’Appel ». La HCC de faire savoir également « qu’en vertu du principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs, la fonction de contrôleur administratif et d’officier de police judiciaire doivent être clairement distinguées ».

Droits fondamentaux. Concernant la loi sur la Microfinance, la HCC d’émettre aussi une réserve en « considérant que la protection de données personnelles doit être respectée ; qu’en conséquence, des mesures d’application strictes doivent être prises afin d’éviter les abus et atteintes aux droits fondamentaux en matière de collecte de données personnelles et leur utilisation ». A l’instar de la loi régissant la sécurité alimentaire des denrées alimentaires et de l’alimentation animale, celle sur la Microfinance a été déclarée conforme à la Constitution sous les réserves en question.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara22 partages

« Empowerment » des jeunes : Signature de convention entre l’Association « Zazakely sambatra » et le MEN

Bruno Chatelier, vice-président de « Zazakely Sambatra » et un responsable du MEN face à la presse.

L’association « Zazakely sambatra » (enfant heureux) – fondée par Véronique de Bourgies, mère de deux enfants malgaches et tuée dans l’attentat de Paris en novembre 2015- passe à la vitesse supérieure en transitant d’une logique d’acteur de l’éducation à celle d’acteur du développement. Elle envisage notamment cette année d’encourager l’entrepreneuriat vert (traduction libre de « green business ») des jeunes.

Même si elle est en phase de transition, pour démarrer ses activités pour 2018, l’association demeure fidèle à sa mission première qui fut d’aider les enfants et les jeunes malgaches à bénéficier d’une éducation de qualité. « Zazakely sambatra » vient de signer une convention avec le Ministère de l’Education nationale au Carlton hier. Ce partenariat englobé dans le programme « Education » de l’association, vise à former un corps enseignant qualifié, apte à transmettre aux jeunes qu’ils éduquent aussi bien le savoir proprement dit, que le savoir-être et le savoir-vivre. Il s’agit autrement dit, de savoir transmettre aussi bien les apprentissages académiques que le civisme, pour former des citoyens responsables et actifs. Un projet fondamentalement pédagogique qui s’articule autour de trois personnes-ressources clés : l’élève, l’enseignant et l’équipe dirigeante des écoles. Notons qu’à ce jour, plus de 600 élèves bénéficient d’un accompagnement global (scolarité, santé-nutrition et social), en outre 27800 personnes ont accès à l’eau potable grâce aux actions de l’association.

« Empowerment ». Tout comme l’anglicisme « management », la notion d’ « empowerment » représente un concept anglo-saxon qui signifie «  donner le pouvoir ou rendre puissant ». Etroitement lié aux notions de « soft skills » (usage des talents à des fins stratégiques, mais sans violence), un peu dans le sens du  concept de « soft power » qui a permis, entre autres aux USA de devenir la première puissance mondiale. Ceci pour introduire la phrase de Bruno Chatelier, vice-président de l’association, disant : « L’empowerment des jeunes par la valorisation de leurs « soft skills » représente aujourd’hui l’une des principales missions de ‘Zazakely sambatra’. Etant donné que les jeunes sont les principaux acteurs du développement de demain. ».

Nouveau cap. Comme ce dernier l’a souligné avec Christian Platteau, Coordonnateur de l’Antenne sur Madagascar, « Zazakely sambatra » a récemment procédé à un audit de sa « légitimité de positionnement » à Madagascar et il en est ressorti que l’expression des besoins de la population tendait vers cette priorisation des jeunes et la valorisation et l’expression de leurs pleins potentiels, notamment dans le domaine professionnel. Bruno Chatelier d’ajouter : « Nous passons à un nouveau cap et montons en puissance avec cette convention qui illustre les relations partenariales que nous avons déployées depuis plusieurs années sur terrain. Nos objectifs sont clairs : optimiser notre impact opérationnel, garantir la pérennité des programmes, soutenir la mission globale de l’association et surtout continuer à financer des projets concrets et pérennes. »

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara21 partages

Pas de hausse des prix à la pompe pour le moment

Les consommateurs ont poussé un soupir de soulagement ce matin, en voyant les prix  affichés à la pompe dans les stations d’essence ce matin. C’est  avec angoisse qu’ils ont attendu ce premier jour de février, sachant que des négociations très serrées ont lieu entre les pétroliers et le pouvoir en place. L’entrée dans la nouvelle année s’était opérée sans hausse des prix, entraînant un répit dans la spirale de hausses qui a frappé durement les consommateurs. Ces derniers peuvent pour le moment exprimer leur soulagement, mais ils ont appris à être réalistes. Tout dépendra de la force de persuasion des négociateurs du gouvernement.

Pas de hausse des prix à la pompe pour le moment

La logique des dirigeants malgaches est différente de celle des sociétés qui fournissent les produits pétroliers sur le marché malgache. Depuis un certain temps,  des articles de presse insistent sur l’importance des marges bénéficiaires des pétroliers et concluent qu’une hausse des prix du carburant n’est pas réaliste. Ces derniers s’inscrivent en faux contre ces affirmations. Les deux parties ont donc entamé des négociations  et les discussions se déroulent dans un climat tendu. Le gouvernement avait obtenu qu’une pause ait lieu à la fin de l’année 2017. La baisse du prix du baril sur le marché international a été avancée, mais cela n’entame en rien la volonté des sociétés pétrolières installées à Madagascar de rattraper leur retard sur le plan financier. Le bras de fer risque de durer encore longtemps. L’opinion suit de très près l’évolution de la situation. Dans le contexte actuel, il s’agit d’un indicateur essentiel de la cherté de la vie.  On sait que cela peut entraîner une spirale inflationniste et le pouvoir  en place est tout à fait conscient de la dérive qui peut survenir. Pour le moment, la stabilisation du prix des carburants est acquise, mais on ne sait pas s’il s’agit d’un subterfuge pour calmer les esprits. Comme on dit ;  « Qui vivra verra ». Les jours à venir montreront si cette stabilisation est effective ou non.

Patrice RABE

Midi Madagasikara20 partages

Projet de société : L’ONG “Ny Fanahy Maha OLona” reprend “Vatoeka »

Initié par le Général Ratsimandrava en son temps, le projet « VATOEKA » refait actuellement surface. Cette fois-ci, signé ONG « Ny Fanahy Maha Olona », et à l’instar de l’initiative du général, le projet en question accorde une grande importance à la communauté de base, le « Fokonolona ». À cet effet, il entend mettre à profit les potentialités existantes à Madagascar. Ce, afin de réveiller et de valoriser le talent de chaque jeune pourqu’ils prennent part au développement du pays. Par ailleurs, le lancement dudit projet a été effectué à Fianarantsoa les 27 et 28 janvier dernier. Lancement qui a coïncidé avec des descentes sur terrain servant de consultation auprès d’une partie des publics cibles. Bénéficiant aux 22 régions, « Vatoeka » va concerner dix-sept secteurs d’activités, entre autres l’agriculture. Le projet mettra également en place des systèmes de formation technique pour encadrer les jeunes bénéficiaires. « Vatoeka » veut dans ce cas faciliter la création d’emplois pour les jeunes malgaches.

Recueillis par José Belalahy

L'express de Madagascar20 partages

Justice – Les pôles anti-corruption bientôt opérationnels

Dernière ligne droite. Le quatrième appel à candidature des magistrats pour intégrer le Pôle anti corruption (PAC) s’achèvera demain. Le comité de recrutement dispose de quinze jours pour trier, sélectionner et choisir chaque poste à pourvoir. Selon la loi sur les PAC, l’article 25 stipule que « les magistrats des PAC sont nommés par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), sur une liste de trois candidats par poste, proposée par le Comité de recrutement à la suite d’un appel à candidature ouvert ». Le PAC est composé de trente-six magistrats d’ordre judiciaire. Le comité de recrutement doit proposer cent huit noms à raison de trois par poste.Lancé depuis mars 2017, le PAC peine à trouver des candidats qui disposent des qualifications requises. « Nous avons reçu beaucoup de candidature mais les critères définis sont trop hauts. Ainsi, nous avons diffusé trois autres appels à candidature à l’endroit des magistrats », explique Boto Tsara Dia Lamina, directeur du service des renseignements financiers (SAMIFIN).Malgré l’abondance des dossiers reçus, le nombre de postulants qui remplissent tous les critères est insuffisant. « L’école de la magistrature et des greffes n’a pas recruté pendant dix ans. Ainsi, les magistrats expérimentés préfèrent poursuive leur carrière alors que les jeunes ne remplissent pas l’ancienneté », déplore Jean Louis Andriamifidy, directeur général du Bureau indépendant anti-corruption. Dès cette première étape, une grande partie des postulants est éliminée. Vient ensuite la phase de l’entretien et enfin l’enquête de moralité.Ainsi, rares sont les magistrats qui disposent de ces qualités. À l’issue des trois précédents appels à candidature, le CSM a déjà nommé le procureur, le juge d’instruction, le substitut et des juges du premier degré.

FiertéLe comité de recrutement dispose de quinze jours pour sélectionner les candidats méritants. « Si jamais nous ne trouvons pas les bons candidats, nous allons établir un procès –verbal de carence. Attendons le 31 janvier car nous ne recrutons pas par dépit », conclut Boto Tsara Dia Lamina.La lutte contre la corruption constitue un thème central dans l’assemblée générale de l’Union africaine à Addis Abeba. Le président de la République y a affiché sa fierté car Madagascar dispose d’une stratégie et plusieurs entités opérationnelles pour lutter contre ce fléau. Il a notamment cité le Bianco, le Samifin, ainsi que les PAC. Relevant plutôt de blocage technique, la mise en place des PAC est attendue vers le mois de mars.

A.R.

Midi Madagasikara19 partages

L’Entrepreneuriat Social

Les trois dimensions fondamentales de l’entrepreneuriat social : la dimension socio-environnementale, la dimension politico-économique et le « human centered approach », qui place l’Homme au cœur de toutes ses démarches.

Ce dossier aidera à mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette « nouvelle » forme d’entrepreneuriat relevant de l’Economie Sociale et Solidaire.

Apparu en 1980, le terme entrepreneuriat social désigne un concept relativement récent et encore en plein développement, tant dans le monde scientifique que dans le monde des affaires. La mondialisation impliquant une combinaison inquiétante de crises politico-économiques, sociales et environnementales, l’entrepreneuriat social apparaît comme étant une réponse incontournable face aux problématiques socio-environnementales semblant presque insolubles. En effet, il arrive à séduire certains tenants du pouvoir, mobilise divers investisseurs tout en améliorant la vie de bon nombre de bénéficiaires.

Terminologies et définitions. L’entrepreneuriat social est composé de « entrepreneur » et de « social ». Le premier renvoie au management dans la recherche du profit économique et le second est associé à un monde non marchand. L’entrepreneuriat n’a jusqu’à ce jour aucune définition officielle, mais se caractérise par l’initiative privée au service de l’intérêt général. Ce qui explique la pluralité de ses définitions.

Comme son nom l’indique, l’entrepreneuriat social est avant tout de l’entrepreneuriat. C’est-à-dire que ses fondements se basent sur un modèle économique viable incluant la prise de risques, la production de biens et/ou services répondant à un besoin du marché, la production de valeur et le développement économique. Cependant, l’entrepreneuriat social possède une finalité sociale et/ou environnementale le poussant à dépasser la valeur économique en créant une valeur sociale et/ou environnementale, c’est ce qui le différencie de l’entrepreneuriat dit classique.L’entrepreneuriat social englobe les initiatives économiques mises au service de l’intérêt général. La finalité est alors essentiellement sociale et/ou environnementale et la plus grande part des bénéfices est réinvestie au profit de cette finalité.« L’entrepreneuriat social, ce n’est pas de la charité ni de la philanthropie. C’est un système qui a pour but de résoudre les problèmes des populations au quotidien sans faire de dividendes. Tous les bénéfices que nous générons servent à améliorer leurs conditions de vie » Muhammad Yunus, prix Nobel de la Paix 2006.

 L’entrepreneuriat à l’occidentale :

L’approche occidentale de l’entrepreneuriat social en propose trois types avec leurs définitions respectives :

L’entrepreneuriat social vocationnel défini par « Social Entreprise Knowledge Network » (SKEN) de la « Harvard Business School » comme « Toute forme d’entreprise, d’une société commerciale ou d’entités du secteur public engagé dans une activité ayant une valeur sociale ou dans la production de biens et ou services ayant eux-mêmes une finalité sociale ».L’entrepreneuriat social coopératif, impulsé en 1991 par l’Etat italien consistant en des coopératives de solidarités sociales apportant aux citoyens italiens des services sociaux et sanitaires de qualité dans un contexte économique difficile ( la récession).L’entrepreneuriat social commercial, issu de la conception du business et du management à l’anglaise, définit l’entrepreneuriat social comme suit : « toute activité commerciale ayant essentiellement des objectifs sociaux et dont les surplus sont principalement réinvestis en fonction de ces finalités dans cette activité ou dans la communauté, plutôt que d’être guidés par le besoin de maximiser les profits pour des actionnaires ou des propriétaires »

 L’entrepreneuriat à l’ orientale :

De par ses spécificités culturelles, le monde oriental avance une approche particulière de l’entrepreneuriat social. Citons notamment :

Le « Social business » de Muhammad Yunus, prix Nobel de la Paix pour avoir créé la Banque des Pauvres. Le « social business » est une entreprise sociale ne versant aucun dividende, où les investisseurs sont autorisés à récupérer leur mise initiale, mais tous les bénéfices sont essentiellement investis pour le fonctionnement du « social business ». Le but ultime est de lutter contre la pauvreté.Le « Bottom of the pyramid » qui conçoit la pauvreté placée au bas de la pyramide de Maslow comme un marché porteur que les entreprises devraient percer pour se développer économiquement tout en aidant à l’éradication de la pauvreté.En se référant au cas de l’Asie de l’Est, l’on pourrait définir l’entrepreneuriat social comme toute entreprise basée sur une vision harmonique et spirituelle du monde, liée au Bouddhisme ou au courant de pensée de Confucius. L’entrepreneuriat social est impulsée en Asie de l’Est par l’absence d’une société civile opérationnelle, des crises économiques et des cataclysmes naturels cimentant la solidarité et enfin, une dynamique sociale forte, encore très ancrée dans les mentalités.

Nous constatons ainsi qu’en matière de définitions, l’entrepreneuriat social est riche de diversité, notamment en raison de l’importance de la dimension culturelle dans la façon d’entreprendre. Effectivement, on n’entreprend pas de la même manière en France, en Angleterre, ou au Japon.

Les trois dimensions de l’entrepreneuriat social

L’entrepreneuriat social a ceci de particulier qu’il est fondamentalement rattaché à trois mondes distincts :

Le monde marchand lui conférant sa dimension économique. Effectivement l’entrepreneuriat social implique une prise de risques dans une production continue de biens et de services et la création d’emplois rémunérés.Le monde social lui donnant sa dimension sociale, car l’entrepreneuriat social se fixe pour objectif explicite de rendre service à la société dans la résolution de problèmes sociaux et/ou environnementaux. Il s’agit d’une initiative privée au service de l’intérêt général impliquant une distribution encadrée des bénéfices.Le monde des institutions lui conférant sa dimension politique. En effet, l’entrepreneuriat social pour être efficace, devrait collaborer avec les institutions publiques. Cette dimension politique se manifeste également dans le mode de management participatif prônant l’autonomie et la prise de décision collective impliquant tout individu concerné par l’activité et ce indépendamment de la détention de capital.

Caractéristiques:

Bien que les définitions de l’entrepreneuriat social soient multiples, voici néanmoins des points communs permettant de le caractériser :

Le management collectif et participatif

Les entrepreneurs sociaux visent avant tout à concilier valeurs de solidarité et performance économique. Or, force est de constater qu’il s’agit parfois d’un dessein contradictoire, étant donné que les valeurs sociales et le profit économique entrent souvent en conflit. C’est la raison pour laquelle les entrepreneurs sociaux cherchent à gérer leur entreprise en produisant de la valeur sociale tout en réalisant des bénéfices. Le management collectif et participatif incluant une pluralité de parties prenantes demeure le meilleur moyen d’y arriver. Ces parties prenantes incluent le plus souvent des institutions comme les collectivités territoriales décentralisées, les partenaires sociaux tels que les associations, ou encore le mécénat comme les investisseurs philanthropes. Bien que convergeant vers un intérêt commun- l’intérêt général de la communauté d’implantation- les objectifs des parties prenantes peuvent se révéler spécifiques ; raison pour laquelle elles travaillent en étroite collaboration et dans un fort esprit de coopération, voire d’interdépendance.

Le profit comme un moyen et non une fin

L’entrepreneuriat social, quel que soit son statut juridique met son efficacité et son développement économique au service de l’intérêt général. Se mettant au service de sa communauté d’implantation, il cherche alors à créer de la valeur sociale par le biais de la production d’une valeur économique. Le profit s’y conçoit ainsi comme un moyen et non une fin en soi.

La volonté de servir la communauté locale

L’entrepreneuriat social promeut localement le sens de la responsabilité sociale. Les valeurs économiques produites créent ainsi une valeur sociale se révélant double, allant dans le sens des individus et de la collectivité.

L’autonomie

L’entrepreneuriat social se caractérise aussi par la production autonome de biens et/ou services. Une autonomie s’acquérant surtout dans la viabilité du projet grâce à diverses sources de financements et/ou de partenariats.

Une prise de décision collective, indépendante de la détention de capital

Le management collectif et participatif, mode de gouvernance des entreprises sociales, implique le partage des droits à la prise de décision pour toutes les parties prenantes du projet indépendamment de leur part de capital.

Défis à relever :

Une gestion participative inclusive

Encore appelé management démocratique, le management participatif prévoit la participation active de toutes les parties prenantes de l’entreprise sociale, qu’il s’agisse des membres, des clients, ou des partenaires. Dépassant les clauses juridiques, cet état d’esprit est réellement inscrit dans les démarches des entrepreneurs sociaux. Leur réussite réside en effet dans le partage efficace d’informations et de prise de décision ainsi que la mise en place d’un large réseau savamment entretenu.

La création d’un label « entreprise sociale »

Force est d’admettre que chercher à concilier profit économique et créations de valeurs sociales ne se fait pas sans quelques frustrations et même des échecs cuisants. Cela explique notamment le fait que le management des entreprises sociales ne soit pas toujours en adéquation avec leurs principes et idéaux de départ. Selon certains entrepreneurs sociaux européens, la création d’un label « entreprise sociale » pourrait remédier à cet état de faits. La création d’un tel label est d’ailleurs actuellement étudiée  au niveau européen.

La conception et la mise en place des enseignements dédiés

Bien que l’entrepreneuriat social soit déjà enseigné dans les grandes écoles françaises de commerce et d’autres universités, ce n’est pas encore le cas dans les formations économiques, juridiques ou de gestion. Or, pour former des acteurs performants en la matière, un enseignement dédié, à la fois pratique et théorique est nécessaire. Les étudiants seront ainsi aptes à comprendre et utiliser les dimensions sociales, politiques et économiques de l’entrepreneuriat social. Il leur sera plus facile d’appréhender et de manœuvrer les règles du jeu de chaque contexte auquel ils feront face, pour y élaborer des stratégies efficaces et innovantes, à la fois économiquement viables et socialement positives.

Dossier réalisé par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara19 partages

OIF-CFM : Des contacts pour éviter une crise pré-électorale

Marc Ravalomanana avec la délégation de l’OIF hier au Colbert Antaninarenina.

Le Conseil du « Fampihavanana Malagasy » et l’Organisation Internationale de la Francophonie agissent actuellement pour une élection présidentielle inclusive et démocratique en novembre de cette année.

Deux actions parallèles pour un seul objectif : éviter une crisepré-électorale. La première action est menée depuis un certain temps par le CFM (Conseil du « Fampihavanana Malagasy ») qui poursuit jusqu’à présent ses rencontres avec les différentes entités politiques et celles de la société civile. Ces rencontres s’inscrivent toujours dans le cadre de sa mission qui est la mise en œuvre de la réconciliation nationale. Hier, une délégation du CFM conduite par son président Maka Alphonse a rencontré à Anosikely le président national du HVM Rivo Rakotovao. « Durant cette rencontre, le numéro Un du HVM a reconnu que le CFM doit être le seul organe compétent à mener jusqu’au bout la réconciliation nationale à Madagascar. Il a également souligné que la réconciliation nationale ne doit pas favoriser un accord politique qui pourrait bafouer la Constitution. Le président national du HVM a aussi fait savoir que les acquis démocratiques qui se matérialisent par une alternance pacifique au pouvoir, doivent être capitalisés. », a expliqué Maka Alphonse hier à l’issue de son entrevue avec le numéro Un du parti au pouvoir.

A l’écoute des parties prenantes. La deuxième action est menée depuis lundi dernier par l’OIF. Conduite par Salou Djibou, la délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie a débuté ses consultations avec le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) Hery Rakotomanana. Hier, la délégation de Salou Djibou a rencontré à l’Hôtel Colbert l’ancien président Marc Ravalomanana. Malgré le fait que rien n’ait filtré de cette entrevue, on a appris que la tenue d’une élection libre, transparente, démocratique et inclusive a été évoquée par les deux parties. La délégation du TIM a saisi l’occasion pour informer l’OIF sur les faits dont son chef de file était victime ces derniers temps à Toliara, Fort-Dauphin et à Andranomanelatra. Avant l’ancien président Marc Ravalomanana, la délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie a été reçue par le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier et le président du Sénat Rivo Rakotovao. Revenant sur sa rencontre avec le président de la CENI à Alarobia, force est de constater que l’équipe de Salou Djibou  veut surtout s’enquérir de l’avancement des préparatifs électoraux dont entre autres la confection de la liste électorale.

Pré-campagne. En tout cas, la pré-campagne bat déjà son plein alors que le calendrier électoral n’est pas encore officiellement publié par le gouvernement. Le futur candidat du parti au pouvoir Hery Rajaonarimampianina envisage de sillonner l’île dans l’objectif de faire connaître aux Malgaches son « Vina 2030 ». Quant à lui, Marc Ravalomanana, malgré le fait qu’il ait été ces derniers temps empêché de rencontrer ses partisans dans certains endroits de Madagascar, n’est pas prêt à lâcher. En ce qui concerne l’ancien président de la transition Andry Rajoelina, il vient de lancer à Paris son IEM (Initiative pour l’Emergence de Madagascar). Les autres pressentis candidats à l’élection de novembre de cette année font profil bas pour le moment.

R. Eugène

Midi Madagasikara18 partages

CHAN 2018 : Une forte délégation malgache au Maroc

Les demi-finales de la CHAN 2018 ont débuté hier entre Maroc-Lybie dans la ville de Casablanca. Il n’y a pas grand-chose sinon que toute la population marocaine est derrière son équipe et cela se savait à chaque attroupement dans les rues de Casablanca.

Autant le dire, les Marocains ne vivent que par ce match prévu se tenir à 16h30, heures marocaines, c’est- à- dire à l’heure GMT.

Tout comme la CAF qui affiche complet avec une forte délégation conduite par le président Ahmad.

On notera aussi une présence massive des Malgaches avec notamment le président de la FMF,  Doda Andriamiasasoa ainsi que du vice-président Arizaka Rabekoto Raoul attendu ce jour.

Nathalie Rabe et Helly Zafinimanga font partie des organisateurs ainsi que le directeur du bureau de la CAF à Mahajanga, Stan Rakotomalala.

La surprise d’hier fut l’arrivée de Hery Rasoamaromaka, le candidat à la présidence de la FMF qui mettra à profit son séjour à Casablanca pour assister aux matches de la CHAN et surtout pour voir le président Ahmad qui pèse de tout son poids sur la conduite à tenir pour ses élections auxquelles participent aussi les têtes pensantes actuelles de la FMF notamment Doda Andriamiasasoa et Arizaka Rabekoto Raoul. Une sacrée bataille en somme et à laquelle Briand Andrianirina et Alfred Randriamanampisoa entendent aussi se mêler.

Jamais de mémoire on n’a vu autant de Malgaches en finale d’une CHAN, puisque quatre journalistes se trouvent aussi à Casablanca parmi les invités du président Ahmad dont Michel Rata Ramboa de La Vérité, mais aussi Tantely Razafinirina de Dream’in et Nathan Mahaiavy de TVM. Des sacrés veinards qui sont logés  au Movenpick, un hôtel 5 étoiles et tout le luxe qui l’entoure et le confort qui va avec. Et c’est tant mieux pour tout le monde.

Clément RABARY

Midi Madagasikara17 partages

Air France : Nouvelle prestation à bord de la cabine « Premium »

Remise des lots à l’agence d’Air France à Ankorondrano

La compagnie Air France renouvelle son offre « Flying Blue », à partir du 1er avril prochain ; ainsi que la prestation à bord de la cabine « Premium », à partir de ce jour. Cette nouvelle a été annoncée par les responsables auprès de la compagnie, lors d’une cérémonie de remise de récompenses de fidélité à ses clients, hier à Ankorondrano. « Les clients ayant acheté leurs billets d’avion à l’agence Air France Ankorondrano  du 15 novembre 2017  au 15 janvier 2018, avaient la possibilité de participer à un tirage au sort. Dans ce cadre, plusieurs lots ont été attribués, entre autres, un billet gratuit pour Paris, des bons de réduction, etc. », a affirmé le chef d’agence, Alain Andrianjatovo lors de la remise de lots. Pour cette fois, Chan Pen Him Lane est l’heureuse gagnante du billet pour Paris. Par ailleurs, les représentants d’Air France ont saisi  l’occasion pour annoncer le tarif promotionnel à partir de 490USD hors taxe vers Paris, Marseille et Bordeaux, proposé actuellement. Cette offre est également valable pour les destinations vers Rome et Genève, pour un achat jusqu’au 8 février prochain.Antsa R.

Madagate15 partages

Madagascar. Les tous premiers «Gasy Mahasaky Awards» décernés

Communiqué de presse

Le 31 janvier 2018, au centre Arrupe de Faravohitra, s’est tenu la première édition des « Gasy Mahasaky Awards », un label destiné à honorer les citoyens méritants ayant contribué à l’avancement et à la défense du soa iombonana (intérêt général) à Madagascar. Cette première édition des «Gasy Mahasaky Awards» a reçu le soutien de la FES (Friedrich-Ebert Stiftung) et le concours de la société civile Rohy (Rindran’ny Olompirenena Hiarovana ny Iaraha-manana). Une distinction honorifique et deux prix ont été remis à cette occasion.

Chevalier de l’Ordre National

Cette distinction honorifique est remise à Haingoarison RANDRIANOMENJANAHARY, président de la SIF, pour ses deux décennies au service du développement rural, et spécialement du foncier, pour que l’ensemble de la population malagasy, particulièrement les paysans, jouissent de leurs droits fonciers.

Depuis la création de la SIF ou «Sehatra Iombonana ho an’ny Fananantany»/Solidarité des Intervenants sur le Foncier, son Président en tant que membre fondateur n’a eu de cesse de plaider la cause des couches vulnérables, étant à la tête d’une organisation qui arrive à influencer deux fois de suite en 10 ans, la réforme de la politique foncière, pour une meilleure gouvernance du foncier.

Le Prix du Courage Citoyen 2017

Ce Prix rend hommage au courage des militants et des communautés de base qui se sont levés contre l’accaparement de nos terres et le pillage de nos ressources forestières et minières. Ils ont été arrêtés, emprisonnés, condamnés et/ou fait l’objet de poursuites officielles, certains y ont même perdu leur vie et leur famille.

Le Prix a été remis par la Diaspora Gasy Réunion et un collectif d’organisations de la société civile et de mouvements citoyens désireux de soutenir les efforts citoyens en faveur d’un meilleur Madagascar, à savoir : ROHY (Rindran’ny Olompirenena Hiarovana ny Iaraha-manana), SIF (Sehatra Iombonana ho an’ny Fananantany), AVG (Alliance Voahary Gasy) et WUM (Wake Up Madagascar).

Les récipiendaires du Prix sont:

·ATTOUMANY Alily, COBA Ambilobe Diana (à titre posthume)

·MAROZAFY Armand, COSAP Masoala, Coalition Lampogno, Maroantsetra

·RALEVA, membre de Justice et Paix et de l’Observatoire indépendant des droits économiques, sociaux et culturels à Madagascar (OIDESCM), Vohilava

·RAZAFIMALALA Clovis, Coordonnateur de la coalition Lampogno, Maroantsetra

·SAROVY Augustin, Masoala Analanjirofo

·TSIMANIRY Pascal, Toamasina Atsinanana

·Les militants de la communauté de Soamahamanina, à savoir Pierre ROBISON Gendarme retraité, ANDRIANONY Andriamanantsihoarana, conseiller communal; RANDRIAENDRIKARIVO Fenohasina, étudiant; RATSIRINIAINA Jean Augustin, RANAIVOARIVELO Augustin, ANDRIARAJONIAINA Tonona Guillaume, tous paysans.

En plus d’objets symboliques, les récipiendaires ont bénéficié d’un soutien financier de la part de la Diaspora Gasy Réunion d’un montant global de 5.000 euros.

Le prix « Soràty ny Demokrasia » 2017

Depuis 2013, Liberty 32 à travers son programme WYLD (Women and Youth’s League for Democracy) organise chaque année un concours national de rédaction sur la démocratie, ouvert à tout citoyen malgache de 15 ans et plus. Les meilleurs textes sont primés pour encourager l’expression citoyenne et la créativité. L’édition 2017 du concours a été soutenue par la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) et les lauréats sont:

·1er prix: RAZAFIMAHEFA Ny Aiko Nomenjanahary (Antananarivo)

·2e prix: RAJOELIMBOLOLONA Maryo Sébastieni (Antsiranana)

·2e prix ex aequo: RABENANTOANDRO Elodie (Antananarivo)

·Prix spécial du jury: BOUDI Evelyne Vanina (Toamasina)

Pour célébrer le cinquième anniversaire du concours, un recueil des 27 textes primés depuis 2013 a été édité avec le soutien de la FES.

CHEVALIER DE L’ORDRE NATIONAL

1. Haingoarison RANDRIANOMENJANAHARY

Haingoarison RANDRIANOMENJANAHARY dia teraka ny voalohan’ny volana aogositra 1962 tao Antsirabe, manambady izy, ary manan-janaka telo mianadahy. Mamboly vary eo amin’ny tany mirefy 17 hektara izy, ary miompy trondro amin’ny fomba matihanina amina tany mirefy 2 hektara sy tapany no asa fivelomany. Anisan’ny namorona ny fikambanana AJEA (Association des Jeunes Entrepreneurs Agricoles) izy tamin’ny 1993. Izy ihany koa dia anisan’ny nanorina ny fikambanana Vombo (Vovonan’ny Mpamokatra Bongolava na Fédération d'organisations paysannes du Bongolava) tamin’ny 2000, ary mbola filohan’izany fikambanana izany amin’izao fotoana izao. Ankoatr’izay dia mbola Mpikambana mavitrika ihany koa izy ao amin’ny FIFATA na Fikambanana Fampivoarana ny Tantsaha hatramin’ny 2004. Sekretera Jeneralin’io fikambanana io izy ankehitriny.

Tsy adino ihany koa fa filohan’ny filakevi-pitantanan’ny Formagri izy hatramin’ny 2006 ary filoha mpitarika ny fikambanana sady firaisamonim-pirenena mitondra ny anarana SIF na Sehatra Iombonana hoan’ny fananantany izy nanomboka ny taona 2010 ka hatramin’izao fotoana izao. Ny SIF dia mampivondrona fikambanana maro samihafa miisa roapolo eo ho eo, izay anisan’ny mpikambana ny federasionan’ny tantsaha lehibe indrindra eto Madagasikara. Nanomboka tamin’ny 2003 ny SIF no niantsehatra tamin’ny resaka fananantany raha nahita fa be ny olana mianjady amin’ny tantsaha, izay ny ankamaroany dia mpikambana ao. Manampy ny Malagasy amin’ny fiarovana ny zo amin’ny fananantany izy, singanina amin’izany ny tantsaha, raha tsy hiteny afatsy ny fiadiana amin’ny fibodoana tany ataon’ireo orinasa vaventy malagasy sy vahiny. Betsaka ny sosokevitra nentiny manoloana ny olana amin’ny resaka fananantany hatramin’ny niforonan’io vovonana io, ary dia niafara tamin’ny fanovana ny politikan’ny fananantany mihitsy izany tamin’ny 2005 sy 2015.

PRIX DU COURAGE CITOYEN 2017

 

2.ATTOMANY Alily, Ambilobe

ATTOMANY Alily dia isan’ny mpitandro ny filaminana ao CLB FIZAMITI ao Ambanja. Tamin'ny 20 Jolay 2016, izy sy ireo mpikambana dimy hafa ao amin'io vondrona io dia nandeha tany amin'ny ala honko (mangroves) Antsahampano mba hijery ny fisian'ny mpitrandraka arintany (charbon) ao amin'ilay toerana. Rehefa niverina izy ireo dia nahatsikaritra ny fisian'ny vondron'olon-tanora iray izay nanantona azy ireo avy hatrany, ary nanipy zava-maranitra azy ireo. Nandositra tany amin'ny kirihitr'ala izy ireo, ary i ATTOMANY Alily dia tsy tafiaraka tampoka tamin’ireo mpiaradia aminy. Tsikaritr’ireto vondrona tanora mpanenjika azy izy ka noenjehiny ary novonoiny, ny farany dia maty noho ny ratra nahazo azy izy. Rehefa nametraka fitarainana momba ny vono olona ny fianakaviany sy fikambanana misy azy dia nanao fanadihadiana ny zandary ary nisambotra olona marobe. Rehefa natao ny fitsarana, izay tsy natrehin’ny mpitory noho ny antony tsy fampilazanadia novotsorina noho ny fisalasalana (bénéfice du doute)ny rehetra. Ny iray tamin'izy ireo dia hita fa meloka tamin'ny famongorana hazo tsy nahazoana alalana ary voaheloka am-ponja. Rehefa nampiakatra ny raharaha tany amin’ny Cour de cassation ny CLB dia mbola tsy nahazo rariny ihany.

Raha ny resaka nifanaovan’ny fianakaviana tamin’ny mpisolovava dia mbola afaka atao ny manao fanoherana ny didy nivoaka, ka mandefa fehiteny eny amin’ny Fitsarana Tampony.

3.MAROZAFY Armand

I MAROZAFY Armand dia teraka tamin'ny 19 desambra 1965 tao Maroantsetra, mpitarika ny mpizaha tany izy ary mpino katolika. Zanaka vehivavy tantsaha avy amin'ny foko Betsimisaraka avy any avaratra atsinanan'i Madagasikara ny tenany ary niofana ho mpitantana tao amin’ny CNTEMAD. Ny taona 1995 ka hatramin’ny 2003 dia nifantoka tamin’ny tontolon’ny fizahantany izy ary dia nahazo ny carte professionnelle amin’ny maha guide touristique. Ny taona 2010 dia lany ho filoha ny COSAP Masoala (Comité d’Orientation et de Soutien d’Aires Protégés de Masoala) izy ary nanomboka niaraniasa tamina tourista amerikanina izay nanao tournage horonantsary mahakasika ny fitrandrahana sy fivarotana antsokosoko ny andramena tao amin’ny alabe AGNENA ANANDRIVOLA. Ny taona 2014 dia lasa mpandrindra lefitra ao amin'ny fiarahamonim-pirenena LAMPOGNO izy. Izany dia miasa amin'ny ady amin'ny fanondranana tsy ara-dalàna ny harena voajanahary ao amin'ny faritra MAMABAIE. Mpanatrika mavitrika ny adihevitra maro sy atrikasa momba ny famongorana ny fanondranana tsy ara-dalàna ny dalbergias eto Madagasikara koa izy. Ny taona 2015 dia nosamborina izy satria nanameloka ireo mpivarotra an-tsokosoko harena voajanahary. Nomelohin’ny Fitsarana Voalohany tao Maroantsetra izy ary nahazo sazy an-tranomaizina enim-bolana ary sy onitra 12 tapitrisa Ariary. Dimy volana taorian'ny nigadrany tany am-ponjan’i Maroantsetra, ny Fitsarana Ambony tao Toamasina dia nampihena ny sazy an-tranomaizina ho efa-bolana, fa ny onitra dia mitovy ihany.

Mandrak’izao izy dia anisan’ny mavitrika tamin’ny fanamafisana ny ady amin'ny fanondranana tsy ara-dalàna ny harena voajanahary amin'ny alàlan'ny fiaraha-miasa amin'ireo fikambanana miaro ny tontolo iainana sy ny zon'olombelona (toy ny Alliance Voahary gasy, CNIDH, CNPE, Amnesty International ......).

Nanampy ny mponina ao Ambanizana sy ny ESF amin'ny fanatanterahana ny tetik'asa fanentanana ho an'ny olona miisa 1300 izy.

4.RALEVA

I Raleva dia mpikambana ao amin’ny Justice et Paix sy ao amin’ny Observatoire indépendant des droits économiques, sociaux et culturels à Madagascar (OIDESCM) izay anisan’ny fikambanana tohanan’ny CCFD-Terre Solidaire. Mpiaro ny zon’olombelona amin’ny resaka tontolo iainana i Raleva. Ny antony nanenjehana azy dia ny fijoroany ho mpiaro ny zon’ny olombelona sy ny tontolo iainana manoloana ny fitrandrahana volamena izay voamarika fa tsy nanara-dalàna. Nitaky ny taratasy fanomezan-dalana itrandraka tamin’ny orinasa Mac Lai Sime Gianna izy ka dia voagadra tsotra izao ny 27 septambra 2017 tao Vohilava, ary dia nentina nafindra tany Mananjary izay nitazomana azy vonjimaika nandritran’ny dimy andro. Naiditra am-ponja izy ny 03 oktobra eo am-piandrasana ny fitsarana azy. Ny 26 oktobra 2017 dia nandeha izany fitsarana izany, ary dia voapanga roa taona an-trano maizina sazy miantona izy.

Ny 31 desambra 2017 dia nidin’ny Police des Mines ny toera-pitrandrahan’ny orinasa Mac Lai Sime Gianna volamena ao Vohilava, distrikan’i Mananjary, Faritra Vatovavy Fitovinany. Izany, dia noho ny fitokonan’ny mponina any ifotony nandritran’ny herinandro maromaro ary ny fitakiana ny rariny mahakasika ny mpiaro ny zon’olombelona sy ny tontolo iainana. Ny sazin-dRaleva kosa anefa dia mbola voatazona soamantsara.

5.RAZAFIMALALA Clovis [1]

Rain-jazakely roa, i RAZAFIMALALA Clovis dia miady amin'ny fivarotana tsy ara-dalàna ny harena voajanahary, anisan’izany ny andramena. Mpandrindra ny fiarahamonimpirenena Lampogno izy, mpikatroka miaro ny tontolo iainana ary manameloka indrindra ny fifamoivoizan’ny andramena izay mitranga ao amin'ny nosy lehibe.[1] Nahazo fandrahonana ho faty izy ary nisy nandoro mihitsy aza ny tranony tamin'ny taona 2009. Imbetsaka izy no nisy nanolotra vola - izay nolaviny – raha tokony ho takalony amin'ny fampitsaharana ny ady izay nataony amin’ny fiarovana ny ala atahorana aty Madagasikara izany. Ny varotra andramena, izay naondrana tany Chine, dia iharan'ny faneriterena iraisam-pirenena. Saingy mbola mitombo hatrany ny varotra maizina izay mitondra vola dolara aman'arivony maro. Noho ny tsy fahombiazan'ny Fanjakana eto Madagasikara dia tsy vitany ny miady amin'ny mpitrandraka antsokosoko ny andramena, ary lasa ataony fahazarana ny mampiditra am-ponja ireo rehetra izay mpiaro ny tontolo iainana.Tamin'ny volana septambra 2016, i A/toa Clovis dia naiditra tany am-ponja vonjimaika noho ny filazana sy fanendrikendrehana tamin’ny fandraisana anjara amin'ny hetsi-panoherana mahery setra any Maroantsetra any amin'ny morontsiraka avaratra atsinanan'i Madagasikara. Manamafy ny Vavolombelona fa tamin'izay fotoana izay tao amin'ny trano fisakafoanana iray no nisy ilay mafàna fo, saingy ny fitsarana natao tao Toamasina, 400 km miala ny fonenany, dia tsy naheno na oviana na oviana nandritra ny fanadihadiana.

Ny volana Jolay 2017, Clovis Razafimalala dia nahazo sazy miantona higadra dimy taona an-tranomaizina noho ny fiampangana azy. Mety hisambotra azy amin'ny fotoana rehetra ny Fitsarana.

6.SAROVY Augustin [2], Masoala

Ny mafia misehatra amin’ny ala sarobidy dia nanao hazalambo nandritran’ny volana maro an’i SAROVY Augustin. Izy dia fantatra amin’ny resaka ady amin’ny tontolo iainana izay nanamarina ary nanaporofo ho re tany ren-danitra mahakasika ny fanondranana antsokosoko ny andramena tao amin’i Masoala (Faritra Analanjirofo) eto Madagasikara izay niarahany tamin’i Alexander VON BISMARCK. Ankehitriny izy dia lasampitsoa-ponenana iray any Eoropa mba handosirana ny fandrahonana.

I SAROVY Augustin dia mikatsaka ny satan'ny mpitsoa-ponenana ara-tontolo iainana ary te hiady amin'ny fiarovana ny ala eto Madagasikara.

7.TSIMANIRY Pascal, Toamasina

Teraka tamin’ny 22 marsa 1960 tao Toamasina II, ary monina ao Toamasina I, Dépôt Analakininina, Parcelle 2344, i TSIMANIRY Pascal dia filohan’ny Fikambanana Miady amin’ny Tsindryhazo Lena (FMTL) ary fakitera no asa fivelomany ao Toamasina. Mivoy ny fiarovana ny « zon’ny tsirairay ny hanan-trano iray sy hanan-tany iray hipetrahana ary ho Malagasy tompon’andraikitra » ny fikambanana ka i TSIMANIRY Pascal dia anisan’ny mpitolona miady mafy ho an’ireo fokonolona.

Ny taona 2002 dia nisedra olana goavana ny mponina teo amin’ny parcelle 2344- Carreau 13 Toamasina ka niady mafy niaro ny zon’ireo mponina ny filoha ary nampigadra azy in-telo (3) tany am-ponja izany. Nandritry ny fotoana naharitra no nipetrahan’ny fokonolona teo amin’io toerana io ary nandritr’izany fotoana izany dia voalaza fa tsy misy titra ny tany nipetrahana. Taty aoriana dia nisy didy nanambara fa manan-tompo ny tany araka ny didim-pitsarana jugement n° 133 ny 09 aprily 1998. Araka io zava-nitranga io dia niaro ny tany ho an’ny fokonolona izay efa nitoetra teo ny FMTL, fikambanana notarihiny. Dingana maro no nolalovana tamin’izany fiarovana ny zon’ny fokonolona izany ka anisan’izany ny fanamarinana ity didim-pitsarana izay nivoaka ity teny anivon’ny fitsarana, niarahanatamin’ny Huissier iray tao Toamasina. Araka ny fanamarinana izay natao dia voalaza fa tsy misy ity didim-pitsarana voalaza teo aloha teo.

Ny taona 2002 dia voasambotry ny manam-pahefana i TSIMANIRY Pascal noho ny fiarovana ny fokonolona izay nataon’ny teo amin’ny Carreau 13 Toamasina I. Nihidy efatra (4) andro tao amin’ny fonjabean’ny Toamasina izy rehefa navoaka andro vitsivitsy ary nosamborina indray avy eo ka nogadraina efapolo (40) andro tao amin’ity fonjabe ity ihany.

Ny taona 2013 dia nosamborina indray izy noho ny antony izay tsy fantany ka dimy ambi-efapolo andro no nogadrana tao amin’ny fonjabean’ny Toamasina tamin’izany.

Ny taona 2018 ka hatramin’izao dia mbola mijoro ny fikambanana FMTL izay mbola tarihan’i TSIMANIRY Pascal, ary mbola mitovy ihany ny filamatrany.

8.ROBISON Pierre, Soamahamanina

Teraka tamin’ny 27 janoary 1960, A/toa Robison Pierre dia manambady ary manan-janaka efatra mianadahy. Zandary no asany teo aloha. Rehefa nisotro ronono izy dia nanori-ponenana tao Soamahamanina. Rehefa tonga nitrandraka volamena tany amin’io toerana io ny sinoa dia anisan’ny nanohitra izany izy, satria tsy an-drariny loatra ny natao azy sy ny mponina tao. Tsy nisy ny fifampiresahana fa tonga dia tiana noroahina tsotra izao teo amin’ny taniny zareo. Rehefa nikomy aza izy, dia voasambotra ary voaheloka tamin’ny fiarovana ny tanindrazana. Voalaza fa nitarika vahoaka hitokona tsy nahazoana alalana, nanimba ny fananam-panjakana, nandoro tanety, nanongam-panjakana ihany koa izy (7 ny fiampangana nihatra taminy), ka vokatr’izany dia nampidirina am-ponja nandritran’ny iray volana sy tapany ny tenany mandra-piandry ny fitsarana. Nahazo sazy mihantona heritaona an-tranomaizina izy tao aorian’nyfitsarana tamin’ny 2 novambra 2016.

Rehefa tafavoaka soamantsara ny fonja izy, dia tonga nijery ifotony ireo rehetra manana olana amin’ny fananantany ka mampahery azy ireo ary manoro hevitra azy ireo hahalala ny zo tokony hifandraika amin’izany. Rehefa taty aoriana dia lasa namana niara-nitolona tamin’ny SIF izy ny mba hisitrahan’ny Malagasy tsivakivolo ny taniny.

9.ANDRIANONY Andriamanantsihoarana, Soamahamanina

Teraka tamin’ny 1978 tao Mahajanga, manambady, ary mananjanaka mianadahy, monina sy mivelona ao Soamahamanina, dia mpanolotsainan’ny tanàna. Izy no faharoa tamin’ireo voasambotra mahakasika ny raharaha fitokonana manoloana ny fitrandrahana volamena nataon’ny Sinoa tao Soamahamanina. Efa nisehatra tamina resaka fiarovana ny tanàna izy ny taona 1992, resaka fitrandrahana volamena ihany ny tamin’izay, fa kosa Malagasy mpiray tanindrazana no nitrandraka.

« Amin’ny maha mpanolontsaina ny tanàna no nahatafiditra ahy tao anatin’ity tolona ity. Teo amin’ny andraikitra nosahaniko io no nahalalako ny resaka Sinoa ho avy hitrandraka volamena teto Soamahamanina », hoy izy. Teo amin’ilay resaka fandoroana tanàna no tena nanenjehana azy, ary rehefa nosamborina ka nentina tany amin’ny Brigadin’ny zandarmaria izy dia nilazana fa nisy basin’ny zandary very ka izy no anisan’ny ahiahiana amin’izany. Nisy mponina nahita anefa io basy io ary nateriny tany Ankadilalana, voaporofo amin’ny alalan’ny lettre de restitution izany. I Pierre ROBSON sy i Andriamanantsihoarana ANDRIANONY no voasambotra roa voalohany tamin’izy enina voaheloka herintaona sazy miantona tao Soamahamanina, ary milaza izy fa raha mbola ilaina dia tsy maintsy arovany mandrakariva ny tanindrazany na ahoana na ahoana.

10.RANDRIAENDRIKARIVO Fenohasina, Soamahamanina

Teraka tamin’ny 07 febroary 1996 tao Miarinarivo, i Fenohasina RANDRIAENDRIKARIVO dia zanak’i RAKOTONIRINA Christophe sy RAVOLOLOMIHANTA Christine, ary mbola mpitovo.

Mianatra eto Antananarivo izy, ary tsy nisy nidirany manokana tao anatin’ny hetsika fitokonana natao tao Soamahamanina hatramin’ny février 2017. Indray andro izy sendra nidina tany an-toerana hitsidika ny ray aman-dreniny mandritran’ny fotoana elaela. Ny alakamisy voalohany nahatany azy, andron’ny tsena, dia tsy mbola voasambotra izy raha efa nosamborina kosa ireo namany roa hafa, dia i Tsihoarana sy Robison. Ny alakamisy manaraka anefa, ny 27 septambra 2017, dia nosamborina izy noho ny antony hoe nitondra takela-tsoratra.

Tsy nanana eritreritra n’inona inona izy nefa dia io nentin’ny mpitandro filaminana io. Nankany Miarinarivo aloha, dia avy eo niakatra Antananarivo avy hatrany, miaraka amin’ny mpiray tanàna azy iray. Be ny vono nahazo manelanelana ny nanamborana azy sy ny nanapangana azy tany amin’ny tribonaly, fa dia paracétamol plaquette tokana no azony. Namela takaitra izany ary dia mbola entiny hatramin’izao isika miteny.

Toy ireo namany dimy hafa dia nahazo sazy miantona herintaona izy. Mafy ny nanjo azy, fa kosa, mbola vonona hiady hoan’ny tanindrazana izy raha ilaina izany.

11.ANDRIARAJONIAINA Tonona Guillaume, Soamahamanina

Teraka ny 17 Aogositra 1995 tao Arivonimamo izy ary mbola mpitovo. Izy dia anisan’ireo nilanja takelatsoratra mitaky ny tsy hampiasan’ny Sinoa ny taniny. Rehefa raikitra ny tora-bato sy ny tariny dia nanomboka nanipy baomby mandatsa-dranomaso ny mpitandro filaminana ary nisambotra izay tratrany. Anisan’izany voasambotra izany i ANDRIARAJONIAINA Tonona Guillaume, ary avy dia nampidirin-dry zareo tany anaty fiarany, izay efa nisy namany hafa voasambotra tao. Maty vono izy tao raha hihazo an’i Miarinarivo hatrany Antananarivo iny, miampy latsa sy ompa. Notazomina tao Fiadanana aloha izy sy ny namany, ary nalefa tany Antanimora eo am-piandrasana ny fitsarana izay tonga ray volana taty aoriana.

Toy ireo namany dimy hafa dia nahazo sazy miantona herintaona izy ary nanova zavatra be dia be teo amin’ny fiainany iny tranga iny.

12.RANAIVOARIVELO Augustin, Soamahamanina

Teraka tamina 1958, teto Soamahamanina, manambady ary manan-janaka fito, monina sy mivelona ao Soamahamanina, i RANAIVOARIVELO Augustin dia nosamborina tao antranony raha nisakafo hariva izy mianakavikely. Nolazain’ny mpitandro filaminana izy fa tadiavin’ny lehiben’izy ireo mahakasika ny fitokonana manoloana ny fitrandrahana volamena ataon’ny Sinoa ao an-toerana. Nentina avy hatrany niakatra any Antananarivo izy miaraka amin’ny mpiray tanàna aminy iray. Toy ireo mpitolona hafa tao Soamahamanina, dia notazomina dimy andro tao amin’ny violon izy, vao nalefa niandry fitsarana teny Antanimora. Arak’izany dia mitovy amin’ireo hafa ny sazy azony, ray taona sazy miantona.

13.RATSIRINIAINA Jean Augustin, Soamahamanina

Teraka tamin’ny 28 may 1981 tao Soamahamanina, manambady ary manan-janaka telo mianadahy, i RATSIRINIAINA Jean-Augustin dia anisan’ireo mponina voasambotra tamin’ny raharaha Soamahamanina.

Fahadimy tamin’ireo nosamborina. Maty vonon’ireo mpitandro filaminana teny an-dalana izy rehefa nosamborina ka nentina niakatra tany Antananarivo. Rehefa hita fa voa mafy izy tao amin’ny violon tao Fiadanana dia nalefa tany amin’ny Toby Ratsimandrava hotsaboina. Tsy naka sarotra ny tao fa dia nasainy nandeha nitsabotena aloha. Rehefa nivezivezy eran’io karazana toera-pitsaboana io izy dia voalaza fa mila niditra hopitaly fa mila arahina akaiky ny fahasalamany. Ary dia noraisin’ny Clinique Ankadifotsy ka nijanona roa volana tao. Marihina fa nianto-tena izy tamin’ny fitsaboana natao taminy rehetra ary tsy nandeha tany am-ponja noho izany anton’ny tsy fahasalamany izany. Tafiditra tao anatin’ny fitsarana foana izy ary dia toy ny rehetra, voaheloka herintaona an-tranomaizina sazy miantona. Fehiny, mihatra hatrany ny sazy mahakasika azy araka ny lalàna velona na tsy nifonja tany Antanimora aza.

Raha ny resaka itovizan’ny rehetra dia tsy hilefitra hatramin'ny farany izy ireo ary mitohy ny tolona, na dia mbola mitatao hatrany aza ny sazy mihantona.

[1] https://www.amnesty.fr/personnes/clovis-razafimalala

[2] https://www.youtube.com/watch?v=LwBp_tLSOQg

News Mada15 partages

Ski alpin : Mia Clerc soutenue ailleurs

Une réception, qui n’est pas passée inaperçue, s’est tenue dans la commune française d’Etaux, mardi dernier, en l’honneur de la Malgache Mialitiana Clerc.

Coup d’essai, coup de maître ! Mialitiana Clerc, alias Mia, est entrée dans les annales du sport malgache, en devenant la première skieuse qualifiée pour les Jeux olympiques (JO) d’hiver. Une performance dantesque pour cette jeune sportive âgée seulement de 17 ans. Elle sera l’unique représentante de Madagascar à PyeongChan, en Corée du Sud du 9 au 25 février.

La Fédération malgache de ski, les sponsors, les amis ainsi que la commune où elle habite avec ses parents ont apporté leur soutien, de différentes manières, à notre porte-fanion. Un bel élan de solidarité venu d’ailleurs qui fera du bien à Mia, en attendant la contribution de l’Etat malgache.

Jusqu’à preuve du contraire, ni le ministre de la Jeunesse et des sports ni le président de la République n’ont daigné faire un petit geste à l’endroit de la talentueuse Mialitiana Clerc. Pourtant, il est de coutume, qu’avant le départ d’athlètes malgaches en lice dans les compétitions internationales, les responsables concernés se précipitent pour offrir leur «Tsodrano». Malheureusement, ce n’est pas encore le cas pour Mia qui, malgré une bonne intégration dans son pays d’adoption qu’est la France, a décidé de porter les couleurs malgaches lors de ces Jeux olympiques, seule comme une grande.

Imperturbable

Malgré tout, Mialitiana et son team continuent leur préparation à une semaine du Jour J. Après le circuit mondial, le week-end dernier, Mia a pris le départ du slalom géant au championnat du monde junior de Davos, en Suisse, lundi dernier. Elle a occupé le 52e rang au classement général et se trouve au 4e rang dans sa catégorie.

L’une des plus jeunes skieuses aux JO poursuit sa marche en avant contre vents et neiges, loin de Madagascar, mais suivie de près par ses compatriotes.

Rakoto

Midi Madagasikara14 partages

Liste électorale provisoire : 9 678 606 électeurs recensés !

Le défi des dix millions d’électeurs n’est donc pas relevé pour cette année. (Photo d’archives)

Après la fermeture provisoire des listes électorales, des opérations de saisie restent à faire avant que la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) puisse établir les statistiques vitales.

Une rencontre avec la presse a eu lieu hier à Alarobia, au siège de la Ceni. Durant cette rencontre, le président de cette commission a informé que l’arrêtage provisoire des listes électorales est terminé à la date du 31 janvier (hier) et que des opérations de saisie sont effectuées, actuellement, au niveau des commissions électorales des districts (CED) lesquelles vérifieront la véracité et l’exactitude des listes électorales. « C’est seulement après ces opérations de saisie que la Ceni peut procéder à la proclamation des résultats officiels », a indiqué Hery Rakotomanana. Néanmoins, la commission électorale a fourni quelques chiffres officieux relatifs à la dernière Rale (Révision Annuelle de la Liste Electorale) du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018. Ainsi, il est mis à la connaissance du public que le nombre provisoire d’électeurs inscrits sur les listes électorales s’élève à 9 678 606, soit une augmentation de 4,94% par rapport à l’année 2017 où 9 124 901 électeurs l’ont été.

Hors système. Force est de reconnaître qu’il y a une énorme réticence des citoyens quant à l’idée de s’inscrire ou de vérifier les noms sur les listes électorales, une action citoyenne. De surcroît, et le président de la Ceni n’a pas manqué de le rappeler, ce sont malheureusement des actions qui ne revêtent aucun caractère contraignant. Aucune disposition légale ou réglementaire n’impose tous les citoyens en âge de voter de s’inscrire ou de vérifier les noms sur les listes électorales. Par ailleurs, dans les zones dites « enclavées » ou « hors système », pour reprendre les termes de Hery Rakotomanana, les activités relatives au processus électoral sont loin d’être une évidence, encore moins une facilité et pourtant, ce sont des votants potentiels. « Par rapport à cela, la Ceni ne peut qu’accentuer les sensibilisations », a ajouté son président.

CLRE. Actuellement, les listes électorales, sont donc entre les mains des districts, des CED pour être précis. Elles seront renvoyées au niveau des « Fokontany » et un délai de 20 jours à compter de leur arrivée au niveau de ces « Fokontany » est accordé à tout citoyen qui veut effectuer des réclamations. Par ailleurs, le président de la Ceni a rappelé l’importance de l’intégration des partis politiques au sein des Commissions Locales de Recensement des Electeurs (CLRE) présidée par les chefs de « Fokontany ». Le but étant de vérifier l’exactitude et l’exhaustivité des listes électorales.

Gel des listes électorales. Selon les dispositions légales en vigueur, les listes électorales définitives devraient être arrêtées au 15 avril prochain. Ce sont celles qui seront utilisées lors des prochaines élections, autrement, il faudrait attendre l’ouverture des prochaines « Rale ». C’est le fameux système de gel des listes électorales. Nombreux observateurs et politiciens estiment qu’il faudrait abroger cette disposition légale  aux fins d’éviter justement les éventuelles anomalies des listes électorales et d’y inscrire les citoyens, sans le moindre problème. Jusqu’à maintenant, l’on attend la convocation des parlementaires en session extraordinaire pour voter le nouveau code électoral. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara10 partages

« Kick Off Tournament » : L’UCM en roue libre

Les joueurs de l’UCM euphoriques après cette large victoire

Le coup d’envoi de la 2e édition du « Kick Off Tournament » a été donné, hier, au Gymnase  Couvert de Mahamasina. La tenante du titre de l’Université Catholique de Madagascar a frappé fort en s’imposant largement face à l’équipe de l’INSCAE. C’est sur le score sans appel de 10 buts à 2 que les Farah , Max, Faka et compagnie de l’UCM ont remporté ce premier match. Ils ont justifié qu’ils sont prêts à garder leur titre. Les formations de l’IUM, de l’IMGAM et de l’AGRO ont remporté respectivement leur match inaugural face à l’ISPM par 5 à 1 et par 6 à 2 devant IMGAM et par 4 à 3 contre INTH. L’équipe organisatrice de l’IEP a été accrochée par la formation de l’ESSCA sur le score de 1 but partout. Les éliminatoires se poursuivront ce jour à Mahamasina.

Résultats

10h: ACEEM contre ECONOMIE : 2-2.11h: ISPM contre IUM : 1-5.12h: St- MICHEL contre IMGAM : 2-6.13h: AGRO contre INTH : 4-3.14h: INSCAE contre UCM : 2-10.16h: IEP contre ESSCA : 1-1.

T.H

Midi Madagasikara10 partages

Tapatapany

# Nofaohin’ny taxi-be iray ny mpitondra scooter miisa roa, tetsy Ambohimahitsy. Maty tsy tsa-drano ny iray ary ny faharoa kosa tapaka ny tongony. Raha araka ny fanazavan’ny mpandeha tamin’io fiara fitaterana io dia taxi-be izay tsy nanaja ny zotra mankany amin’ilay toerana nandehanany akory izy io. Rehefa nitranga ny loza dia mbola saika hitsoaka ny mpamily saingy ny olona no niara-nientana nitazona azy teo an-toerana.

#  Zazalahy kely iray 15 taona  no maty nilatsaham-potaka tao Ambatofotsy, fokontany Antanambao Atsimo-Miarinarivo. Ny talata teo, tokony ho tamin’ny iray sy sasany tolakandro, raha niandry omby io zazalahy io, niaraka tamin’ny zokiny no nialoka kely raha avy ny orana. Nilatsahan’ny vartra izy ka maty tsy tra-drano niaraka tamin’ny omby telo nandrasany. Niezaka niala nenina ny mpitsabo fa tsy tana ny ainy. Teo amin’ny valahany no tsikaritry ny fianakaviany ho voan’ny varatra.

Judi

Midi Madagasikara10 partages

Rakotondrasoa Danny : « Un suffrage universel pour les élections fédérales arrangerait beaucoup de cho...

Journaliste sportif depuis 2008 chez « Tribune » pour continuer à « Basy Vava », « Diva », « Sportifa », « Le Citoyen » et « Skyone », Rakotondrasoa Dany connaît très bien le milieu du sport. Encore mieux, c’est aussi un sportif avec un choix pour le volley.

Il a fait ses débuts en volley en 1990 en tant qu’AS Jirama Mahajanga ensuite à l’AS BFV Mahajanga, à la BCM Banque centrale de Madagascar. En 1996, il a créé l’équipe de l’AS Star Ihosy, devenu Star volley-ball puis Config 21, Ressource volley-ball, JVCI avant d’être l’EVBI actuel. En tant que joueur, l’équipe avec laquelle il a joué a été championne de Mahajanga avec l’AS BFV, 3e  au championnat de Madagascar et vice- champion de Madagascar battu par la BNI. Dany a aussi été et reste coach de volley-ball. Il a commencé en 1997 avec les joueurs de la Poste Mahajanga chez les dames et ensuite les joueurs d’Ihosy. « J’ai suivi des stages d’entraîneur et le meilleur stage que j’ai fait a été celui de La Réunion en 2006 avec les coaches Raly, Nono et Ralem. C’était une formation d’entraîneur national. Actuellement je suis en niveau II ».

En tant qu’entraîneur, son équipe a été championne de Madagascar avec l’Uscav, championne d’Analamanga. Il a emmené des équipes à l’étranger. Elle a été médaillée de bronze à Maurice avec la CCCOI 2007, ainsi qu’aux Seychelles. Entraîneur national depuis 2007, il a emmené les dames en 2015 à une médaille d’argent aux Jeux des Iles. Il a été aussi entraîneur des jeunes et en 2010, Madagascar a été médaillé d’argent à la CJSOI à La Réunion.

Pour lui, le niveau du volley-ball commence à s’améliorer, surtout chez les jeunes. Les seniors manqueraient d’adversaires, car les meilleurs sont dans quelques clubs et n’ont pas d’adversaires de choix. « Heureusement que les équipes se rajeunissent tous ».

Il trouve dommage aussi qu’il manque de terrains à Madagascar, à Tana comme dans les régions  alors que chaque club, chaque ligue possèdent de bons projets. Autre chose, une innovation qu’il propose « il faut uniformiser le système de compétition. Si on adopte le statut de professionnel, on doit jouer en compétition professionnelle. C’est le même système que je souhaite qu’on applique à toutes les disciplines sportives, décider une fois pour toutes si c’est amateur ou professionnel. A la limite semi-pro ». Il rêve d’un Etat qui pousse les entreprises et les sociétés privées à aider les clubs sportifs. Avec des moyens de compensation, du genre annulation de taxes.

Quant aux élections fédérales toutes disciplines confondues, Dany rêve d’une élection au suffrage universel. « Chaque joueur de chaque fédération doit avoir la facilité de voter pour la fédération qu’il souhaite mettre en place. Et tous les joueurs licenciés qui ont joué aux dernières compétitions auront le droit de vote. Comme cela, tout le monde est responsable et chaque vote compte vraiment ». Une bonne idée,mais qui oserait toucher à la loi 97014  pour cela ?

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara10 partages

Boxe olympique : « Il faut respecter les dispositions statutaires » dixit Anselme Rabibisoa

Le feuilleton au sein de la fédération malgache de boxe olympique (FMBO) continue. Trois présidents des ligues à savoir Melaky, Analamanga et Menabe ont rencontré le Directeur général du Sport, Anselme Rabibisoa, mardi, dernier, pour parler de la situation au sein de la (FMBO). Une assemblée générale extraordinaire a été organisée par ces présidents de ligue sans la présence du ministère et du président de la FMBO au mois de janvier. « Je leur ai expliqué sur la lettre envoyée au ministère qui ne présente aucune en-tête ni signature. Par rapport à leur demande, je n’ai pas dit de suspendre ou de maintenir qui que ce soit. Il faut que vous respectiez  les dispositions statutaires » a fait savoir Anselme Rabibisoa, DGS. En somme, le litige opposant le président Hery Mamy Rabarisoa et son vice-président, Gégé Bosco Andriamanampisoa reste encore d’actualité au sein de la fédération. En octobre, les deux personnes auront l’occasion de se départager lors  de l’assemblée générale élective.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Cartes de presse : L’OJM Tana campe sur ses positions !

Non à l’illégalité autour de l’octroi de la carte de presse. Non à l’interférence de l’Etat dans cette affaire. Le message est clair pour l’OJM Tana avec des arguments juridiques à l’appui, notamment, l’article 55 du code de la communication et les principes constitutionnels de la liberté de la presse et d’expression. En effet, d’après cet article, il est écrit noir sur blanc qu’« il est créé au sein de l’ordre des journalistes une commission  paritaire (…) chargée de délivrer la carte d’identité professionnelle de journaliste conformément aux dispositions de l’article 54 ». Le ministère de la Communication n’a donc pas à intervenir, sauf – selon toujours le même article – au niveau de l’organisation et du fonctionnement de ladite commission, qui s’effectuent par voie d’arrêté ministériel. « Les journalistes sont libres d’en demander ou non, mais ils sont au courant qu’il s’agit d’une carte non-conforme à la loi en vigueur », poursuit l’OJM Tana. Par ailleurs, a-t-on informé que les instances internationales sont loin de ne pas connaître cette « triste réalité », pour reprendre ses termes. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara9 partages

Tao Ravao : Ode à Aimé Césaire

Aimé Césaire, grand homme de lettres qui inspire encore les artistes. Le bluesman Tao Ravao et son complice de scène Thomas Laurent rendront hommage à l’écrivain dans leur prochain concert.

On le connaît comme étant le plus malgache des bluesmen. Lui, c’est le musicien Tao Ravao qui joint son art avec  Thomas Laurent. A eux deux, le duo fera une ode à Aimé Césaire. Le 6 février encore, ils reprendront en live leur opus « Au bout du petit matin…» à l’Hermitage à Paris. Paru en 2016, l’album est un extrait de « Cahier d’un retour au pays natal » sorti en 1947.

Mélange parfaite du blues et de la musique folklorique malgache, avec un soupçon de musique créole, une pincée de « forro » brésilien tout en rapellant les résonances des îles des tropiques, les morceaux semblent être un cocktail musical de la diaspora noire puisant sa racine partout dans le monde. L’identification de cet héritage musical est accentuée par la virtuosité quant à son interprétation par Tao Ravao et Thomas Laurent.  Ceci rejoint par ailleurs le concept, forgé par Aimé Césaire en réaction à l’oppression culturelle du système colonial français. Cette négritude qui vise à rejeter d’une part le projet d’assimilation culturelle et à promouvoir l’Afrique et sa culture, dévalorisées par le racisme issu de l’idéologie colonialiste.

Si Tao Ravao est surtout présent sur la scène française, c’est à Madagascar qu’il s’est enraciné. Avec des amis comme Jean Emilien et Justin Vali, il aurait certainement fait carrière dans le folksong . Cependant, à douze ans, et  installé en France, il apprend vite  à jouer de la mandoline et du banjo. Sa maîtrise de la « valiha » vient plus tard, tout en se laissant influencé par le bluesman Homesick James.

Ses collaborations avec les musiciens internationaux ont toujours abouti à des albums portant la couleur malgache si l’on ne cite que « Tany Manga » fruit de son travail avec Vincent Bucher, dévoilant ce blues à la malgache.

Zo Toniaina

L'express de Madagascar9 partages

Révolte du Sud contre les exigences françaises

La Grande île est fréquentée par les Français, plus précisément des Dieppois depuis 1527. Vers le milieu du XVIIe siècle, avec la création de la Compagnie des Indes orientales en 1642, ils forment dans le Sud plusieurs petits établissements qui sont toujours « mal entendus et mal conduits ». Les premiers colons, dirigés par Pronis et Foucquembourg, arrivent à Sainte-Luce en septembre 1642.Les Français s’éparpillent dans cette partie de l’île. Ils y « portent » la guerre soit pour leur propre compte soit pour celui de quelques princes ou chefs du pays qu’ils soutiennent.Et à différentes reprises, les autochtones les trahissent et les massacrent, précise l’Auteur Anonyme (AA) d’un Mémoire sur Madagascar paru vers 1750.L’établissement principal est le Fort Dauphin dans l’Anosy. Mais selon AA, « au lieu d’y jeter les premiers fondements d’une coloniecommerçante, les Français après s’y être un peu fortifiés, ne pensèrent qu’à se rendre maîtres de cette province ». Ils déclarent la guerre aux grands du pays et grâce aux armes à feu, ils soumettent « un peuple sans défense ». « On leur imposa de fortes contributions en esclaves et en bestiaux et on mit des droits sur toutes les denrées. »Forcés de reconnaître la souveraineté des envahisseurs, les Malgaches prêtent serment « à leur manière ». Cependant, bientôt les demandes et exigences répétées de contribution qui vont toujours en augmentant, poussent à bout les chefs de la province. Leur premier signe de révolte consiste à refuser de payer cette contribution. Le commandant du Fort envoie de petits détachements parcourir la province pour sévir contre tous ceux qui initient le blocus de la garnison. « La plus grande partie de ses troupes périrent tant par la main des naturels que par les maladies dues aux fatigues. »Les survivants se retirent dans le Fort. Ils sont à deux doigts de mourir de faim lorsqu’arrive d’Europe un vaisseau avec le nouveau commandant de la colonie. Il s’agit d’Etienne de Flacourt, envoyé à Madagascar en tant que commandant général de la Grande île. Il trouve la colonie manquant absolument de tout et « le nom français en horreur dans tout le pays ».Pourtant, au lieu de traiter avec les chefs de l’Anosy, de leur rendre la liberté et de faire la paix avec eux, Flacourt se sert du renfort des troupes qu’il amène avec lui pour marcher contre les chefs qu’il réduit à l’obéissance. « Il en fit emprisonner plusieurs dans le fort et remit toute la province dans les fers. Il entreprit même de rendre tributaires toutes les provinces du Sud. Il mit sur pied des détachements qui se répandirent de tous côtés. » Ceux-ci pénètrent loin à l’intérieur des terres, mais ses hommes périssent presque tous et son projet échoue.Flacourt reste environ sept ans à Madagascar (4 décembre 1648-18 février 1655). Il en tire « toutes les contributions » que ses forces lui permettent d’arracher aux populations locales. Ses successeurs- de nouveau Pronis, puis Desperriers, Champmargou, de Beausse, de la Have et ce jusqu’au 9 septembre 1674- achèvent par leurs vexations et leurs « brigandages » de rendre la France odieuse dans tout le Sud malgache. De toute manière, depuis longtemps les chefs et les peuples de l’Anosy s’efforcent de secouer le joug et de se débarrasser d’un ennemi étranger qui les réduit à l’esclavage. L’occasion s’en présente, ils savent en profiter.« Quarante hommes de troupes qui composaient la garnison du Fort Dauphin, ayant été mis en campagne pour aller chercher un chef qui refusait de payer en bœufs ce qu’on lui avait imposé de contribution, firent une marche forcée dans le dessein de le surprendre et de s’en saisir. Ce prince, averti que les Français marchaient à lui, prit ses dispositions et embarqua ses hommes de guerre dans les environs de son village. Les Français parurent, mais pressés par la soif, ils ne purent tenir à la vue d’un champ de canne à sucre. Ils se débandèrent et entrèrent dedans malgré leurs officiers. Les naturels qui les épiaient, tombèrent sur eux, les surprirent et les tuèrent tous. »Ce combat a lieu le 27 août 1674, mais contrairement à ce qu’écrit AA, une moitié environ des Français peuvent s’échapper.Dans tous les cas, « cette nouvelle désastreuse apportée au commandant, le détermina à s’embarquer, lui et quelques employés et invalides qui faisaient le reste de la colonie. Ils profitèrent d’un sennault qui, heureusement, se trouvait en rade et firent voile pour l’île de Bourbon ». C’est le 9 septembre 1674 que les Français survivants sous les ordres de La Bretèche, s’embarquent pour l’île de La Réunion.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara8 partages

Mahazoarivo : Une délégation de l’OIF chez le PM

Une délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) conduite par Salou Djibo a rendu une visite de courtoisie au Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana, avant-hier, à Mahazoarivo. Cette visite en terre malgache rentre dans le cadre de la préparation du processus électoral et pour voir également ce que l’OIF peut  faire pour apporter son concours dans la concrétisation des différentes échéances électorales. De son côté, le Premier ministre a rappelé les différentes étapes franchies quant à la mise en œuvre du processus électoral.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

Tana Games Week : Trois jours de divertissement non stop !

Lors de la conférence de présentation de Tana Games Week au Kudéta Anosy (photo : Yvon RAM)

Les jeux vidéo sous toutes les coutures ! Du 16 au 18 février, geeks et amateurs de jeux pourront apprécier et découvrir les nouveautés au Gymnase couvert Ankorondrano et partager leur passion commune.

Une caverne d’Ali-Baba pour les adeptes de gaming ! Pendant trois jours successifs, les amoureux de jeux vidéo vont pouvoir se retrouver et partager leur passion commune. Plusieurs activités seront également au programme pour le bonheur des gamers et de tous ceux qui projettent de faire un saut au Gymnase couvert Ankorondrano. Depuis l’année dernière, Tana Games Week s’est imposé comme l’événement à ne pas rater pour tous les adeptes de gaming, cette année, il revient donc pour une deuxième édition. Au menu, diverses activités : ateliers et conférences, compétitions, vente et exposition, quizz geek, modélisme RC, rétrogaming… Pour les éditeurs, c’est l’opportunité de présenter les derniers titres susceptibles d’intéresser les joueurs. Nous citerons entres autres Lomay qui va dévoiler au grand public la deuxième version mobile de Gazkar. Comme la précédente, cette édition mettra également à l’honneur l’e-sport. Les meilleurs joueurs de Tana  se réuniront pour disputer des tournois endiablés sur des titres divers et variés : « Quake Champions », « Ghost Recon », « Clash Royale », « Rocket League », « FIFA 18 »… Les compétitions s’étaleront sur les trois jours. Au Gymnase couvert Ankorondrano, des écoles et formations présenteront les métiers, les principales structures et les cursus du secteur. Une occasion idéale pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans une carrière vidéo ludique.

En plein essor. Loin de n’être qu’un titre de film d’animation, Madagascar est avant tout une terre d’opportunité. Ce pays dit en voie de développement ne l’est pourtant pas en matière de jeux vidéo et d’univers Geek. Internet aidant, le nombre de joueurs, connectés ou non, ne cesse d’augmenter. Peu importe l’âge, le sexe, la plateforme et le genre. Cette évolution ne s’arrête pas sur ces points, car les concours, les émissions geeks, les salles de jeux vidéo, ou encore les studios de création de jeux, ne cessent de voir le jour. Au même titre que Paris Games Week, Project Alpha, organisateur de Tana Games Week désire donc fédérer tous les passionnés et démontrer aux yeux du monde que les jeux vidéo tiennent une place dans le Pays des lémuriens. Le responsable d’expliquer davantage. « Pourquoi les jeux vidéo ? Parce que c’est un marché en constante croissance, un loisir grand public accessible à tous. Au niveau mondial, le secteur du jeu vidéo est un des secteurs à avoir survécu à la crise économique. Se démocratisant à partir des années 90 à Mada, les jeux vidéo font partie des plus grands loisirs des Malgaches, des Tananariviens en particulier ». Tananariviens qui auront l’occasion de plonger dans l’univers du gaming, du 16 au 18 février, au Gymnase couvert Ankorondrano.Mahetsaka

Midi Madagasikara7 partages

« Lens culture portrait Awards » : A la recherche du nouveau portrait photographique

Ces derniers temps, la photographie connait un engouement quasiment sans borne surtout auprès de la jeune génération. Plus qu’une passion, le choix de la jeunesse d’aujourd’hui se porte grandement quant à son gagne-pain.  Un moyen de percer à l’international, le concours « Lens culture portrait Awards » est lancé. Le concours s’ouvre aux photographes du monde entier et  consiste à faire un portrait comme son nom l’indique.

Concours annuel, « Lens culture portrait Awards » est le rendez-vous des photographes du monde entier. Cette année, trois prix seront décernés, à savoir le « prix série », « prix image unique » et le « prix du jury ». Les gagnants exposeront leurs œuvres au « Photo London” au mois de Mai et à Arles au mois de juillet. Deux évènements d’envergures avec des  centaines d’exposants issus des quatre coins du globe.

Les jurés recherchent des portraits fascinants venus du monde entier. Les avantages comprennent des projections de œuvres dans des festivals internationaux, une évaluation écrite, une couverture presse internationale, et une visibilité auprès d’un public de 2,8 millions de personnes. L’inscription se fait en ligne sur le www.lensculture.com/portrait-awards-2018.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara7 partages

Ruées dans les carrières : Les périmètres miniers à sécuriser

L’implication de tous les ministères concernés s’impose, car il s’agit d’un secteur transversal.

Les occupations et les exploitations illicites des ressources minérales sont en recrudescence au niveau des carrières minières. Face à cette situation, le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole en collaboration avec le Comité national des Mines a organisé une 2e réunion qui a vu la participation de toutes les parties prenantes à l’Hôtel Panorama, hier. On peut  citer, entre autres, les ministères concernés tels que les ministères de l’Intérieur et de la Décentralisation, de la Défense nationale, de la Sécurité publique et de l’Environnement ainsi que le  Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie et le Madagascar National Parks. L’objectif consiste à maîtriser les ruées dans ces carrières en vue de sécuriser les périmètres miniers.

Comité de prévention. De nombreux cas ont été évoqués lors de cette réunion. A titre d’illustration, il y a des étrangers qui ne sont pas opérateurs, mais disposant d’un visa pour le tourisme alors qu’ils travaillent en permanence dans les carrières en tant qu’acheteur et revendeur de pierres précieuses et pierres fines. Il y a également des nationaux qui ont les moyens pour subvenir aux besoins quotidiens surtout en nourriture à des centaines de petits exploitants dans une carrière. En principe, tout étranger doit avoir une société de droit malgache pour pouvoir opérer dans ce secteur. Lors de cette 2e réunion, tous les acteurs concernés ont constaté qu’il y a des lacunes au niveau des textes réglementaires en matière de sécurisation des périmètres miniers à Madagascar, sans parler de l’insuffisance de la vulgarisation des lois existantes. A cet effet, ils ont décidé à l’unanimité de mettre en place un comité de prévention qui sera décliné au niveau de toutes les Collectivités territoriales décentralisées. En outre, l’implication des autres départements ministériels s’avère également indispensable étant donné qu’il s’agit d’un secteur transversal. On peut citer notamment les ministères des Finances et du Budget, de la Justice, de la Population et de la Protection Sociale ainsi que des  Douanes. Notons qu’une 3e réunion aura lieu ce mois de février. Une meilleure coordination des actions entre ces parties prenantes contribuera à maîtriser ces ruées dans les carrières, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara7 partages

Flash – Eco

La première édition  de « Global Startup Weekend Women » Antananarivo aura lieu du 9 au 11 février à l’ « American Center » Tanjombato  « Global Startup Weekend Women » est une initiative internationale menée par Paris pour encourager des actions entrepreneuriales plus diversifiées, inclusives et impactantes. Ce mouvement global poursuit l’ambition de créer, renforcer et de connecter les communautés d’entrepreneures et apprenties entrepreneures dans le monde. L’événement se déroule dans une vingtaine de villes du monde y compris la capitale malgache. Une finale mondiale se tiendra à Paris en mars 2018 et réunira les porteuses de projets lauréates de toutes les villes participantes. Nous en reparlerons.

 Le séminaire sur la filière cacao prend fin ce jour au Carlton. Portant sur le thème « Pour le développement durable de la filière cacao à Madagascar » ce séminaire international, organisé sous l’égide du Conseil National du Cacao a tourné autour de certains thèmes d’actualité comme le maintien d’une production de qualité, la gouvernance de la filière et l’intégration du territoire et enfin, la valorisation du cacao malgache sur les marchés internationaux.  Un document relatif aux travaux de synthèse sera remis à la fin de ce séminaire qui sera clôturé par une démonstration d’un chocolatier pâtissier.

 Recueillis par R.Edmond

News Mada5 partages

Gasy mahasaky awards : Clovis Razafimalala récompensé

12 activistes et défenseurs de l’environnement ont reçu le «Prix du courage citoyen» pour leurs engagements et contributions dans l’avancement et la défense de l’intérêt commun pour le pays. La cérémonie de remise de prix s’est déroulée, hier, au Centre Arrupe Faravohitra Antananarivo, autour d’une rencontre conviviale. Quatre autres ont reçu le prix «Soraty ny demokrasia».

Parmi ces activistes figurent, notamment, trois membres du réseau Lampogno à Maroantsetra, dont Clovis Razafimalala, Armand Marozafy et Sarovy Augustin. Chacun des gagnants a reçu un chèque de 2 millions d’ariary.

Comme l’a expliqué Clovis Razafimalala, connu pour avoir dénoncé le trafic de bois de rose dans cette partie de l’île, ces activistes ont tous été condamnés ou sont encore poursuivis pour leurs actes de dénonciations des trafics d’espèces sauvages ou encore des exploitations minières. Même le troisième primé, Sarovy Augustin, est encore en exil à l’extérieur.

Cette initiative est née de la collaboration entre diaspora malgache de La Réunion et certaines organisations membres de la société civile, à savoir, Wake Up Madagascar, WYLD, Liberty 32, la Solidarité des intervenants du fonciers (SIF), l’Alliance Voahary Gasy et le réseau Rohy.

Arh.

L'express de Madagascar4 partages

Branchement illicite – Le camp Ravalomanana réplique

Objection. Si jusqu’ici c’est le directeur général de AAA qui est monté au filet pour défendre la société contre les assauts de la Jirama, le camp Ravalomanana semble s’être décidé à contre-attaquer. Pour bétonner ses arguments qui démentent les accusations de vols d’électricité portées par la société d’énergie, le clan de l’ancien chef d’État met en avant le procès-verbal (PV) du constat fait par l’huissier de Justice, suite à sa descente sur le site de l’usine Andranomanelatra, le 24 janvier.« Les informations martelées par la Jirama ces derniers temps ne sont que des mensonges et n’ont semble-t-il comme objectif que de discréditer politiquement Marc Ravalo­manana », plaide l’un de ses proches. Il souligne particulièrement le fait que le PV de l’huissier de Justice précise que « l’usine étant scellée, nous n’avons pas pu entrer afin de constater les compteurs ». Aussi, l’acte ne précise pas s’il y a unbranchement illicite inhérent à un vol de l’électricité fournie par la Jirama dans l’usine d’Andrano­manelatra, et dans la résidence de l’ancien président de la République.Le PV rapporte juste le constat de « l’existence d’un groupe électrogène d’une puissance de 500 KVA qui alimente la société AAA en cas de secours, et occasionnellement le gite d’étape [appartenant à la société TIKO, mis à la disposition de Marc Ravalomanana, comme indiqué dans une autre paragraphe de l’acte]. Le gîte est alimenté par le groupe électrogène par le biais d’un branchement souterrain visible ».La Jirama a déposé  plainte pour vol d’électricité après que Ravalomanana a déposé une demande de rétablissement de courant après la suspension d’activité de la société AAA.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada3 partages

Raim-pianakaviana iray nalain’ny jiolahy an-keriny : tovolahy iray matin’ny tifitra variraraka

 Nandritra ny fanafihan-jiolahy nitranga tao Ambolomadinika, Toamasina, omaly maraina, maty norarafan’ny jiolahy tifitra variraraka ny tovolahy iray. Ny reniny naratra mafy, voa teo amin’ny ranjony. Ankoatra ireo, raim-pianakaviana iray koa no nalain’ireo jiolahy an-keriny.

 Nirefodrefotra indray ny basy tany amin’ny fokontany Ambolomadinika

parisela 13/44, Toamasina, omaly tokony ho tamin’ny 2 ora maraina. Tovolahy iray maty voatifitra ary raim-pianakaviana iray nentin’ireo olon-dratsy nanaraka azy. Nanafika tokantrano iray ny jiolahy miisa telo mirongo fiadiana mahery vaika toy ny Kalacknikov, hoy ny nahita maso ny zava-nitranga. Raha ny fitantaran’ ireto farany, tokantrano mifanila amin’ ilay trano nisy ilay tovolahy voatifitra no saika notafihin’ ireto jiolahy ireto. Naheno ny fahatongavan’ireo jiolahy ny tokantrano mifanila ka nivoaka ilay tovolahy 17 taona mpianatra kilasy fahatelo ao amin’ny lisea tsy miankina Camps. Norarafan’ ireo jiolahy tifitra variraka hatrany ary maty tsy

tra-drano ilay tovolahy. Nivoaka ihany koa ny reniny taorian ‘izay ary mbola notsenain’ ireo jiolahy ny tifitra ihany koa ka naratra mafy. Voa  teo amin’ny sorony sy tongony ity farany izay mbola tsaboina ao amin’ny hopitaly be.

Nandositra tamin’ny lalankely ireo jiolahy ka nisy raim-pianakvina iray indray tokony ho 5 metatra niala ny tokantrano nisy ilay tovolahy voatifitra no nivoaka. Tsy notifirin’ ireo jiolahy izy io fa nambanany basy ary noentiny nandositra niaraka taminy.  Tsy mbola hita ny misy an’ i Tovolahy Patrice, raim-pianakaviana 40 taona mpiasa ao amin’ny seranantsambon’ i

Toamasina, hatramin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra.

Mafana hatrany

Anisan’ny faritra mafana amin’ny asan-jiolahy an-tanan-dehibe hatrany ny any Toamasina. Rehefa tsy eto Antananarivo no itrangana asan-jiolahy mahery vaika, dia any Toamasina. Manao izay ho afany ihany ny mpitandro filaminana saingy tsy mahasoroka izany. Eo ihany koa ny mety fisian’ny firaisana tsikombakomba ka tsy ho tratra na oviana ireo jiolahy amin’ny fitsoahany. Tahaka ny fakana an-keriny niseho teny Antanimena farany teo, mbola tao anatin’ny mahabe fifamoivoizana sy mazava andro, kanefa tsy hita ny nanjavonan’ny jiolahy. Sarotra ny fanenjehana azy ireny raha tsy hoe sendra ny tampoka angaha? Na ny vokatry ny fanadihadiana aza tsy hita popoka ihany koa.

Sajo sy Yves S.

News Mada2 partages

Diana : des mesures d’assainissement à Nosy be

La commune urbaine de Nosy Be programme dans la priorité de ses activités la propreté et l’assainissement de l’île. Le maire de la ville a fourni des efforts dans ce sens avant d’en instaurer la charte qui a été officialisée dans le fokontany de Dar-Es-Salam, mardi dernier.

La réalisation de la politique d’assainissement et de propreté, élaborée par la commune urbaine de Nosy Be, a débuté par la mise en place de la charte de la propreté dans le fokontany de Dar-Es-Salam à Ambatoloaka, mardi. Un système de taxes mensuelles sur les ordures ménagères est donc imposé à chaque foyer, pour financer les travaux d’enlèvements d’ordures effectués conjointement par la commune urbaine, la Préfecture et des sociétés privées dans chaque secteur.

Des actions concertées à Nosy Be

« La propreté et l’assainissement doivent être à la base du développement de Nosy Be qui vit de son environnement par le tourisme », a déclaré le maire Aly Aboudou, initiateur de cette nouvelle politique de partenariat public-privé, destiné à lutter contre l’insalubrité de sa circonscription. Les acteurs économiques de l’Ile aux parfums sont ainsi impliqués directement dans le processus à différents niveaux. La conception de la politique de gestion des déchets à Hell-Ville et Madirokely-Ambatoloaka avec un service de recouvrements a déjà fait l’objet d’une concertation entre la commune de Nosy Be, la Préfecture et des opérateurs privés auparavant.

Le grand nettoyage du Bazary Be de Nosy Be a été effectué, la semaine dernière, avant la mise en application d’une nouvelle gestion du marché communal. Un nouveau bureau du fokontany et un bloc sanitaire construit par le député François Arosy Namiandrazana ont été inaugurés dernièrement après leur branchement  sur les réseaux d’eau potable et d’électricité, financé par la commune de Nosy Be. Dans la même foulée, le fokonolona de l’arrondissement de Bemanondrobe a procédé à des séances de désherbage de la route reliant l’aéroport de Fascène à Antsakolany, pour y planter des fleurs depuis le 16 de ce mois.

Pari gagné pour la commune urbaine de Nosy Be qui a pu redynamiser son secteur tourisme en drainant des milliers de touristes actuellement.

Manou

 

News Mada1 partages

Artisanat : Madagascar à la foire de l’Inde

13 artisans vont porter haut le flambeau de la Grande île, lors de la 32e édition de la foire internationale de l’Inde, du 2 au 18 février.

La délégation a été reçue, hier, à Analakely par le ministre de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine, Jean-Jacques Rabenirina. A cet occasion, ce dernier a rappelé  l’importance de ce carrefour international, ayant pour objectif de «promouvoir, stimuler et accompagner la créativité afin d’apporter un regard neuf sur l’artisanat malgache».

Ainsi, durant cette foire, ces artisans feront étalage des produits du terroir typiquement malgaches. Une représentation artistique et culturelle sera également prévue. «Nous sommes convaincus que cette collaboration contribuera à renforcer ce lien affectif et cette connaissance mutuelle entre les deux pays. Une collaboration bilatérale fructueuse qui s’est tissée depuis le retour à l’indépendance de Madagascar», a fait savoir Subir Dutta, ambassadeur de l’Inde à Madagascar.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Ny fanahy maha olona : « hotohizana ny vatoekan-dRatsimandrava… »

Vina hafa.“Tsy zava-baovao ho antsika ny Vaomieran’ny toekarena (Vatoeka).  Sehatra efa napetraky ny Kly Ratsimandrava  nanomezana lanja sy nihainoana ny hevitry ny fokonolona momba ny fampandrosoana sosaly sy toekarena teto”, hoy ny fanambaran’ny  ONG Ny fanahy maha  olona. Nanteriny  anefa fa  tsy fandikana be fahatany ny fomba fiasa tamin’izany ny ataon’izy  ireo.  “Fanohizana ny làlana efa natomboka, nefa efa hadinon’ny ankamaroan’ny maro  amin’izao  fotoana izao”,  hoy  izy ireo. Nandray andraikitra Ny Fanahy maha olona fa hikaroka ny ahafahana manome lanja ny talentan’ireo tanora malagasy  satria  nahatsapa ny fananantsika manampahaizana maro sy loharanon-karena voajanahary tsy hita noanoa.  “Hanome tantsoroka ahafahan’izy ireo manorina hoavy mamiratra sady ho fampandrosoana ny firenena. Natsangana  ny fikambanana  ny tetikasa Vatoeka noho ny tsy fahitan’ny  tanora mazava ireo lalana tokony hizorana  ho tari-dalana sy tantsoroka ho azy ireo”, hoy ny mpanorina ny Fanahy maha olona, Ny Rado Rafalimanana.

Nidina ifotony nihaona amin’ny tanora

Nisy fidinana  ifotony any anivon’ny  faritra  avy  hatrany.  Anisan’izany ny tany   Fianarantsoa,  ny herinandro teo. Nohazavaina tamin’izany ny tetikasa Vatoeka. Nifanankalozana hevitra tamin’ireo sokajin’olona maro avy any an-toerana. Nofidina manokana io tanàna io noho ny fananany haren-tsaina sy kolontsaina miavaka, nefa koa ahitana olana toekarena sy sosialy ilàna vahaolana maharitra. “Hahasahana sehatrasa 17 ny tetikasa. Anisan’izany ny fambolena sy ny fiompiana.  Samy hisitraka ireo tantsoroka ireo  faritra 22. Hisy drafitrasa fanofanana teknika sy ny momba ny fitantanana homanina ho an’ireo tanora mpahazo tombontsoa amin’izany”, hoy  ihany ny ONG Ny  fanahy maha  olona. Anisan’ny fanambin’izy  ireo ny hamerina ny fahefana  masi-mandidy sy ny hasin’ny firenena,  hahafahana mametraka ny fampivoarana lovain-jafy   (DD). “Hitondra fanovana fomba fisainana sy fomba fitondra ny fampandrosoana eto amintsika ny fahaterahan’ny tetikasa Vatoeka  sady fanolorana asa ho  an’ireo tanora” , hoy ihany izy ireo.

Synèse R.

News Mada1 partages

Avis de recherche – Bianco : le fondateur de « Tany gasy » recherché

Le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a lancé un avis de recherche à l’encontre de Herilanja Gerald Ramangasoavina, fondateur de la société Tany Gasy et gérant de la société Madaterrain 0321, sise à Ambohimahatsinjo, Ambohimanambola.

Cet opérateur  œuvrant dans le domaine immobilier est recherché pour des milliers d’affaires d’escroquerie. Selon les explications, depuis novembre dernier, plus de 1000 personnes, victimes ont déposé plainte au siège du Bianco contre cette agence immobilière.

Par la suite, ces victimes ont eu gain de cause au niveau des autorités chargées de l’affaire. Pourtant, depuis ce temps, Herilanja Gerald Ramangasoavina est perdu de vue. Et encore, d’après les informations fournies, l’opérateur de 40 ans est également soupçonné dans l’achat illégal du terrain où est bâtie la «Villa Elisabeth», ancienne  résidence de l’ancien président de la République Albert Zafy, sise à Alarobia Amboniloha.

Ainsi, le Bianco lance un appel à la collaboration de toutes  les entités chargées de la sécurité nationale et à tous les  citoyens  pour procéder au plus vite à l’arrestation du fondateur de la société Tany Gasy.

ATs.

Ino Vaovao1 partages

FAHAVITAN’NY RN7 : Niverina amin’ny laoniny ny famatsiana omby an’Antananarivo

Tsy nijanona hatreo anefa fa mbola nitohy tamin’ity taona ity, izay olana teo amin’ny tsenan’ny omby izay, indrindra ho an’Antananarivo. Tsikaritra mantsy fa taoriana kely ny taom-baovao no nahitana fidangan’ny vidin’ny hen’omby teny an-tsena saika nanerana an’ Antananarivo. 

Araka ny hita dia efa tafakatra hatrany amin’ny 12 000Ariary ny iray kilao tamin’izany. Tsy nisy tsy nitaraina araka izany, na ireo mpanjifa, na ireo mpivarotra noho ny tsy fisian’ny tsena. Tao anatin’ny tapa-bolana teo anefa izao dia efa nahitana fidinana sy nanomboka niverina tamin’ny laoniny izany, araka ny nambaran’ireo mpivarotra eny ifotony. Raha ny fantatra dia ny fahatapahan’ny lalana mianatsimo iny, izay tena mamatsy omby an’Antananarivo no nahatonga ny tsy fisian’ny omby ka nampiakatra izay vidiny izay. Amin’izao fotoana izao kosa dia efa tonga ara-dalàna ny omby, araka ny fanazavana hatrany. Tsara ny mampahafantatra fa ny “abattoir” na ny toeram-pamonoam-biby etsy Ampasika no mamatsy ny tapany atsimon’Antananarivo iray manontolo. 

Ity toerana ity izay mahatonga omby 80 hatramin’ny 120 isanandro eo. Araka ny fanazavana nomen’ny mpamily fiara mpitondra omby iray dia 65 000Ariary no saran’ny fitondrana omby iray avy any Ambalavao mankaty Antananarivo. Niakatra zato isan-jato anefa io sarany io satria lasa manao famindrana entana na “transbordement” ireo fiara lehibe vao tafita ny omby. 

Amin’izao fotoana izao àry dia fantatra fa efa manodidina ny 8 000Ariary ka hatramin’ny 9 400Ariary no hakan’ireo mpaninjara ny kilaon’ny hen’omby any amin’ny mpamongady. Eo amin’ny 11 000Ar kosa ny hamarotana izany eny an-tsena, raha toa ka efa tafakatra hatrany amin’ny 10 000Ar ny vidiny nangalana tany amin’ny mpamongady teo aloha. Antenaina ahitana vidinany tahaka izany avokoa ireo entana maro hafa eny an-tsena izay mampitaraina ny vahoaka ankehitriny.

Lucien R.    

Tia Tanindranaza1 partages

Fiainana antononyMila 500 000 Ar isam-bolana ny tokantrano iray

155 523Ar ny karama farany ambany eto Madagasikara raha toa ka 3 715 000Ar ny karaman’ny minisitra araka ny tatitra nataon’ny Transparency International Initiative Madagascar (TIIM).

Misy elanelana be, araka izany, ny karama eto Madagasikara ary ny ankamaroan’ny Malagasy anefa dia ao anatin’ilay kilasy “mitrongy vao homana”. Sahirana ny ankabeazan’ny olona eto Madagasikara ary olom-bitsy no matetika mandray karama be eto ka ny ankabeazany dia ny olona ao anatin’ny fitondrana. Tsy mahagaga raha voatarika amin’ny fahadalana toy ny halatra sy vono olona ny maro amin’ny Malagasy noho ny fahasahiranana mianjady aminy. Manoloana izany trangan-javatra izany mantsy dia hita ho mialangalana sy tsy manam-bahaolana ny fanjakana ka mety hiteraka fampitandremana ary hiafara amin’ny krizy mihitsy aza raha mitohy satria tofoka ny vahoaka. Manampy trotraka ihany koa ny fahalafosan’ny fanafody satria 75% amin’izy ireny dia mbola hafarana kanefa ny volantsika Malagasy efa hita ny fitotongany.

Tsy afaka miaina toy ny teo aloha intsony ny fianakaviana Malagasy ankehitriny. Noho ny fidangan’ny vidim-piainana no anisan’ny antony mahatonga izany amin’ny ankapobeny hany ka tsy maharaka intsony ny karama raisina isam-bolana na dia samy miasa aza ny mpivady. Voatery miditra trosa ny ankamaroany noho izany. Raha araka ny fanadihadiana natao tamina fianakaviana vitsivitsy dia manodidina ny 1 hetsy Ar eo ho eo isam-bolana  raha kely izany trosa izany,  vidina vary iray gony sy saribao iray gony sy tapany ho an’olona efa-mianaka. Mitantara ny mikasika izay ireto olona sendra ny gazety Tia Tanindrazana ireto.

Rtoa Hortensia, Renim-pianakaviana niteraka roa :Ny anay aloha  tsy ampy raha tsy 20.000 Ar isan’andro e ! indrindra taorian’ny niakaran’ny vidim-bary. Tafiditra ao daholo ny saran-dalan’ny mpianatra sy ny sakafo ary ny fandaniana madinika. Mbola mihafy nefa amin’izany a ! tsy mihinana hena isan’andro ohatra…

Atoa Solotiana, Raim-pianakaviana, niteraka iray : Ny anay  telo mianaka raha hatotaly dia manodidina ny 700 hatramin’ny 800 Ar isam-bolana eo ho eo a ! Izany aza efa  tsy mandoa JIRAMA sy hofantrano.  Samy misakafo any am-piasana mantsy izahay mivady dia samy mandoa frais koa. Ny fandaniana amin’ny zazakely no tena mandany be.

Pati sy Tsiry

Midi Madagasikara1 partages

« Gasy Mahasasaky Awards » : Des prix pour la défense du « Soa iombonana »

La première édition des « Gasy Mahasasaky Awards », un label destiné à honorer les citoyens méritants ayant contribué à l’avancement et à la défense du « soa iombonana » (intérêt général) à Madagascar s’est tenue, hier, au centre Arrupe, sis à Faravohitra. Cette édition 2017 a été soutenue par la Friedrich-Ebert –Stiftung (FES) avec également le concours de la société civile Rohy. Notons qu’une distinction honorifique et deux prix ont été remis dans le cadre de cette première édition. Ainsi, Haingoarison Randrianomenjanahary a été fait chevalier de l’ordre national malgache. Cette distinction honorifique a été remise au président de la SIF (Sehatra Iombonana ho an’ny Fananantany) pour ses deux décennies au service du développement rural et spécialement du foncier pour que l’ensemble de la population malgache puisse jouir de leurs droits fonciers.

Soutenir. Le prix du « courage citoyen 2017 » rend hommage au courage des militants et des communautés de base qui se sont levés contre l’accaparement de nos terres et le pillage de nos ressources forestières et minières. Ils ont été arrêtés, emprisonnés, condamnés et/ou fait l’objet de poursuites officielles, certains ont même perdu leur vie ou leur famille. Le prix est remis par la « Diaspora Gasy Réunion » et un collectif d’organisations de la société civile désireux de soutenir les efforts citoyens en faveur d’un meilleur Madagascar, à savoir ROHY, SIF, AVG (Alliance Voahary Gasy) et WUM (Wake Up Madagascar). Les récipiendaires sont, entre autres, Attoumany Alily, COBA Ambilobe Diana (à titre postume), Marozafy Armand, COSAP Masoala, coalition  Lampogno, Maroantsetra, Raleva membre de Justice et Paix et Razafimalala Clovis, coordonnateur de la coalition Lampogno.

Concours. Depuis 2013, Liberty 32 à travers son programme « Women and Youth’s League for Democracy » (WYLD) organise chaque année  un concours national de rédaction sur la démocratie à tout citoyen malgache de 15 ans et plus. Le premier prix « Soraty ny demokrasia 2017»  a été ainsi décerné à Razafimahefa Ny Aiko Nomenjanahary et le deuxième prix à Rajoelimbololona Maryo Sébastien.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar1 partages

Salon des mines – L’industrie extractive en promotion

Un rebond de croissance a été observé dans les secteurs miniers et pétroliers depuis quelques années déjà. Afin d’apporter une opportunité au secteur privé, l’agence de conseil en communication, marketing opérationnel et organisation évènementielle Média Consulting organise l’un des plus grands événements économiques de l’année. La deuxième édition du Salon des mines, du pétrole et de l’équipement se déroulera donc du 13 au 15 avril au Mining business center Ivato.Ce sera une occasion de taille, à ne pas rater, pour les sociétés en phase d’exploration ou d’exploitation, de s’ouvrir au grand public et de rencontrer d’autres sociétés en phase de prospection, des filières petites mines ou artisanales, les autorités locales, voire. La Grande île aura aussi la chance de présenter ses ressources minières, pétroliers ou d’équipement aux investisseurs locaux et internationaux.Selon les informations recueillies auprès de la direction générale de Média Consulting, l’objectif principal de ce salon est de promouvoir l’industrie extractive à Madagascar, un domaine très prometteur. La favorisation des échanges entre l’État, les opérateurs locaux et les exploitants ainsi que les investisseurs étrangers, mais aussi la redynamisation de ces secteurs d’activité rentrent dans la promotion de l’industrie extractive, avec des conférences débats autour de divers thèmes.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Le peuple qui murmure

Venez donc à l’Assemblée nationale. Rendez-vous donc dans un de ces motels que squattent les politiciens de tous bords politiques et de toutes provenances ethniques. Vous n’y trouverez pas le peuple qui murmure. Le député de la Sofia parle plus fort que le parlementaire d’Imerina : il en est ainsi de certains dialectes, de certaines prédispositions, de certains tempé­raments, qui ne prédisposent pas aux chuchotements.Les Français, par exemple, parlent fort. C’est ainsi qu’ils ont hérité de ce surnom bien malgache de «tsotsoka», le persifleur. Et ça râle, et ça gueule, et ça proteste pour tout et n’importe quoi. L’autre jour, j’étais attablé dans un restaurant quand les échos de la conversation d’à côté m’amusèrent au plus haut point. Il devait s’agir de touristes ou de missionnaires de l’éducation nationale française, mandés en évaluation auprès des écoles AEFE. Sans vouloir les écouter, je ne pus que les entendre : les Français parlent haut.Extraits significatifs : «C’est un peuple qui murmure», «On ne les entend pas du tout», «Ils ne râlent jamais». C’est vrai pourtant qu’il y aurait de quoi râler : l’Ariary qui perd 500 points sur la seule année 2017 ; les nids-de-poule qui sont autant de poignées de secondes dans l’éternité des embouteillages ; le sans-gêne-abus-d’autorité de tous ces officiels qui court-circuitent ces mêmes embouteillages plutôt que d’avoir la décence de partir dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne ; les coupures intempestives de la JIRAMA en soirée Ligue des Champions, alors que le Bayern corrige le Barça ; le poids du barda des écoles, AEFE justement, à croire que le gamin de dix ans s’entraîne déjà pour un parcours de la Légion étrangère…De tout ça, aucun écho direct. C’est un peuple taiseux. Les diffamations anonymes sur les radios privées ne font pas le caractère d’un peuple. Les coups de gueule sur Facebook s’écrivent, se postent et se lisent en silence. On n’élève pas facilement la voix chez nous autres qui n’avons pas les rixes en place publique («ady saritaka an-tsena») dans l’éducation, ni dans le tempérament…Dans «L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux», le gars de l’Ouest américain me semblait bourru. Pas trop causeur. Plus maladroit avec les mots à l’intention de la femme désirée que ceux à l’adresse du mustang à dompter. Que devait-il bien chuchoter à ce cheval qui n’a jamais l’homme : «Aie confiance», «Tout doux, tout doux», «Laisse-toi faire»… Ces mots-là étaient pour ainsi dire «tsi-ambara-telo», un vrai secret à deux…Dans mon enfance, j’accompagnais ma grand-mère faire le «tsena», soit d’Analakely, soit d’Andravoahangy. Maintenant que j’y pense, il me revient qu’on n’entendait personne crier. Les maraîchères étaient souvent bien trop occupées à quelque dernière retouche pour s’égosiller à rameuter le chaland. La seule «animation» était celle des hauts-parleurs du marché qui diffusaient les émissions de la Radio nationale : précisons que la radio de cette époque n’était pas l’hystérie de certaines émissions actuelles. Ce n’est que bien plus tard, c’est-à-dire de nos jours, que l’on ne s’entend plus parler : et ce sont les «aide-sôfera» malpolis aux arrêts de taxibe ou les «mpanera» intrusifs des stations de taxi-brousse ; et ce sont les Di-Jéi improvisés des vendeurs de camelote accoustique qui mettent le volume à fond ; et ce sont les sectes qui hurlent leur ferveur envers une divinité apparemment sourde aux multiples suppliques…Rien de tout cela, voilà quarante ans. Dans mon enfance, la messe des églises catholiques n’était pas cette kermesse folklorique ! L’organiste tapait sur des touches lourdes sans les effets électroniques des synthé modernes. On se tenait bien, dans les églises de mon enfance : chez les Jésuites de Faravohitra Saint Jean-Baptiste, à la Grande Chapelle du Collège Saint-Michel, à Saint-Joseph Mahamasina «chez» Émmanuel Razafindrasendra… Les presbytériens calvinistes du FJKM, les luthériens du FLM, les anglicans EEM, ces autres composantes du FFKM, ont su garder la quintessence du calme, propice au recueillement, que les catholiques «inculturés» ont jetée. Personne n’aurait idée de hurler à proximité d’une tombe vazimba, ni d’un Fitomiandalana (les sept-tombes-alignées) et, pour ma part, dans un Rova, qui est d’abord et surtout nécropole royale, j’ôte systématiquement mon couvre-chef sans plus de manifestation de respect que le silence.Alors, oui, ce peuple qui murmure, c’est le mien. Nous passons, pour ainsi dire, entre les décibels. Quand 72 serait la norme du trouble de voisinage, mon autre peuple de Cachan, en région parisienne, sait de prédisposition naturelle, veiller à ne pas dépasser les 69. Même là-bas, à 10.000 kilomètres, nous savons nous faire oublier : partout, nous savons faire comme chez nous ; jamais, nous n’oublions être chez autrui.Le peuple qui murmure… Des gens qui chuchotent volontiers…Un quant-à-soi endogame propice aux confidences collatérales ou aux dernières recommandations grand-paternelles plus verticales : «fa mahatsara ny lehilahy ny ranombary mena»…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Madaplus.info0 partages

Commune Ampahitrosy: Le Maire et la population lancent un appel de rénovation d’infrastructure routière

La commune Ampahitrosy est toujours isolée à cause de la coupure de la route du côté de Vahilava après le passage du cyclone AVA. Après les fortes pluies au courant de cette semaine, la rivière de Sisaony a encore augmenté le niveau de l’eau dans la commune de Soavina et de ses environs.
La population ne peut se déplacer qu’avec des canots en bois tandis que le transport en commun doivent contourner jusqu’à Soavina pour arriver à Ampahitrosy. Depuis que la route est coupée, les canots en bois travaillent dès deux heures du matin jusqu’à 21 du soir. Pour ce qui est de transport en commun, ils doivent contourner Soavina pour relier Anosy à Ampahitrosy, de plus, la route est presque impraticable. Cette situation impacte beaucoup les prix des produits de première nécessité dans la commune d’Ampahitrosy selon le Maire de la commune. Les prix ont augmenté, car l’approvisionnement connaît un problème depuis que la route est coupée. De ce fait, le Maire ainsi que la population lancent un appel pour que des solutions pérennes soient trouvées.
Madaplus.info0 partages

Triple A: Sit-in de revendication des employés pour la réouverture de l’usine d’Andranomanelatra

« La société triple A est légale » « Les employés sont au chômage » telles sont les plaintes des employés de triple A qui figurent sur les banderoles lors du sit-in d’hier, au sein du Magro Tanjombato. Les employés réclament la réouverture de l'usine triple A à Andranomanelatra, Antsirabe.
Selon certains des employés, c’est uniquement triple A qui est le seul moyen stable et durable qu'ils avaient pour subvenir aux besoins de leurs familles. Ils s’adressent donc au président de la République si le projet d'émergence de l'état consistait à fermer les entreprises malgaches. Ces employés craignent de ne pas toucher leur salaire ce mois de janvier après suspension des activités notamment ceux qui travaillent dans la région de Vakinankaratra. Pour l’usine triple A à Antananarivo, il continue toujours de fonctionner jusqu’à ce que les stocks des produits s’épuisent. Le triple A à Andranomanelatra était fermé.
Madaplus.info0 partages

Diaspora malgache: 1ere communauté africaine en France après celles du Maghreb

La diaspora malgache est la principale communauté africaine en France, après celle des Algériens, Marocains et Tunisiens.
Elle se caractérise par une forte proportion de femmes et un haut niveau d’éducation. Sa forte intégration sociale et géographique explique sans doute sa faible «visibilité». «La diaspora malgasy en France, une communauté oubliée?», se demandent les auteurs d'une étude.
En raison de sa forte présence à La Réunion (17000) et à Mayotte (5000), la communauté malgache est la première communauté d’Afrique sub-saharienne en France, devant celles du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun ou du Mali, mais loin derrière le Maroc ou l’Algérie. C'est ce qui ressort d'une enquête (La Diaspora malgasy en France et dans le monde, une communauté oubliée?) menée par Mireille Razafindrakoto (IRD*-DIAL*), Nicolas Razafindrastima (INED*) Nirintsoa Razakamanana (IRD-DIAL) et François Roubaud (IRD-DIAL).
Pour des raisons évidentes de proximité géographique, plus d’un migrant malgache sur dix réside dans l’île de la Réunion. Les évaluations de la diaspora malgache en France varient autour de 140.000 personnes selon deux définitions possibles (migrants originaires de Madagascar, nés à Madagascar) et (Malgaches actuels ou à la naissance résidant en France, quel que soit leur lieu de naissance).
Près de neuf migrants malgaches sur dix choisissent l’Hexagone, une proportion largement supérieure à celle des autres pays d’Afrique francophone. Une migration plutôt ancienne: seuls 12% des Malgaches sont arrivés en France dans les cinq dernières années, 29% dans les 10 dernières années. 27% résident en France depuis 10 à 19 ans et 28% depuis plus de 20 ans.
Deux femmes pour un homme
Mais le fait le plus marquant de cette étude est la forte proportion de femmes (63%), soit près de deux femmes pour un homme. A titre de comparaison, la part des femmes est de 20 points inférieure chez les migrants d’origine malienne (43%). Cette forte présence féminine s’explique par les nombreux mariages mixtes (un motif important de migration).
C’est entre 30 et 40 ans que les femmes originaires de Madagascar sont les plus représentées par rapport à leurs homologues masculins: elles y sont près de trois fois plus nombreuses.
Autre différence, la répartition géographique. Alors qu’un grand nombre des migrants venant d’Afrique sub-saharienne résident en Ile-de-France – on y trouve 70% des migrants d’origine sénégalaise et 87% de ceux venant du Mali –, les migrants originaires de Madagascar ne sont «que» 32% en Ile-de-France. On constate ment une présence plus forte dans les communes rurales.
Source Franceinfo.
Une diaspora particulièrement éduquée
58% des migrants d’origines malgaches ont obtenu le baccalauréat ou plus, alors que ça n’est le cas que de 45% des migrants d’Afrique sub-saharienne en général. Les hommes malgaches sont significativement plus diplômés que les femmes. Ainsi, chez les plus de 45 ans, 70% de chaque génération a atteint au moins le baccalauréat. « Cette proportion de 70%, étonnement stable dans le temps, souligne le caractère particulièrement sélectif de la migration historique en provenance de Madagascar » affirment les auteurs.
16% d’entre eux occupent des postes de «cadres ou de professions intellectuelles supérieures» et 19% des «professions intermédiaires», soit des proportions significativement plus élevées que celles des migrants sub-sahariens en moyenne (12% et 17% respectivement). Parmi les principales professions hautement qualifiées on compte les «ingénieurs en développement informatique» puis les «médecins hospitaliers non libéraux», les «professeurs agrégés certifiés du secondaire» et les «enseignants de l'enseignement supérieur».
A contrario, dans les premières professions moins qualifiées on trouve, dans l’ordre, les «conducteurs routiers salariés», ou encore les «cuisiniers, commis de cuisine». Pour les femmes, la situation est moins favorable et contraste avec celle des hommes.
«Communauté invisible»
«La diaspora malgache s’inscrit plus que les autres communautés dans une logique individuelle d’intégration dans la société d’accueil», écrivent les auteurs. «Elle est beaucoup plus souvent naturalisée que les autres diasporas (63%).» Par comparaison, seulement 25% des migrants du Mali sont devenus français.
«Les migrants originaires de Madagascar se singularisent donc par leur degré d’intégration à la fois familiale, sociale et spatiale. Cette spécificité explique sans doute leur faible "visibilité" en tant que communauté», concluent les auteurs.
*IRD Institut de recherche et Développement
*DIAL Développement, institution et mondialisation
*INED Institut national des Etudes démographiques
Source Franceinfo
Madagate0 partages

Inde. Des artisans malgaches à la 32è Foire Internationale de Surajkund

COMMUNIQUE DE PRESSE

32è Foire Internationale de l’artisanat en Inde

Remise de billets aux 15 artisans malgaches

La 32ème Foire Internationale de l'Artisanat se tiendra à Surajkund Faridabad, Haryana, en Inde, du 2 au 18 février 2018. Les produits issus du secteur de tissage et l’artisanat de l’Inde dans un environnement typiquement rural seront présentés au cours de cette foire. Plus de 1,5 million de visiteurs sont attendus à cet évènement. Toutes les provinces indiennes et plus de 20 pays participeront à cette exposition de leur artisanat. C'est la plus grande foire de l’artisanat au niveau mondial. C'est la première fois que 15 artisans malgaches qualifiés participent à une foire de ce genre. Le gouvernement de l'Inde facilite leur visite en Inde en prenant en charge la logistique y afférente.

Une conférence de presse a eu lieu au ministère de la Culture à Antananarivo, le 31 décembre 2018, en présence du ministre de la Culture et de la Promotion de l'Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine, Mr. Jean Jacques Rabenirina: du Secrétaire d'Etat au Ministère des Affaires Étrangères chargé de la Coopération et du Développement, Mr. Bary Emmanuel Ratatrolaza ainsi que l’Ambassadeur de l’Inde, M. Subir Dutta. A cette occasion, l’Ambassadeur a officiellement remis les billets d'avion aux quinze artisansmalgaches qui vont participer à cette Foire en Inde.

Ambassade de l’Inde à Madagascar

News Mada0 partages

Hamaky ady amin’ny entana hosoka sinoa ny Omapi

 Anisan’ny nisongadina tamin’ny dian’ireo delegasiona sinoa notarihin’ny minisitra misahana ny fitantanana ny varotra sy ny indostria sinoa, Zhang Mao, ny fiaraha-miasa  amin’ny Ofisim-pirenena misahana ny  fizaka-manana indostria (Omapi). Niraisan’ny roa tonta fa tsy afaka ny hiditra eto amintsika intsony ireo vokatra vita sinoa tsy ananan’ny Omapi ny mombamomba azy . « Natao ho fiarovana ny zon’ny mpanjifa sy hiadiana amin’ny fiparitahan’ny entana hosoka izany. Tsy maintsy misy fampahafantarana amin’ny teny frantsay na amin’ny teny anglisy ireo vokatra vita sinoa ireo”, hoy ny tale jeneralin’ny Omapi,  Ravoaraharison Christian Claude. Nosoniavina tamin’ity herinandro ity ny fifanarahana momba ny fiaraha miasa eo amin’ny firenena roa tonta. Nanampy  izany koa ny fitsidihan’ny vahiny ny foiben-toeran’ny Omapi etsy Ambanidia,  niarahana amin’ny tale jeneralin’izany ofisim-pirenena izany. Na  izany aza anefa, tsy  afaka manao fisavana ny Omapi saingy mandray ny fitarainana rehetra sy manome taratasy fanamarinana momba ireo entana nahazoana fanambarana hosoka.

Araka  izany, tsy tokony ho hita eto amintsika intsony ny entana hosoka, indrindra ny vita sinoa.

Randria

News Mada0 partages

Tahotra amin’ny fidangan’ny vidim-piainana : tsy nasondrotra ny vidin-tsolika

Hatramin’ny nanoratana, tsy nasondrotry ny fitondrana ny vidin-tsolika, anio 1 febroary. Tsiahivina fa miandraikitra ny famaritana azy ny Ofisy malagasy mitantana ny vokatra solika (OMH) miainga amin’ny tena vidiny eo amin’ny tsena iraisam-pirenena.

Nihemotra indray ! Raha ny tokony ho izy, isam-bolana ny famoahana ny vidin-tsolika ho an’ny mpanjifa, saingy tsy niova izany ny volana janoary sy izao fiandohan’ny febroary izao. Araka ny fanazavan’ny minisiteran’ny Rano, ny angovo ary ny solika (MEEH), miahy ny OMH, anisan’ny antony tsy nikitihina ny janoary teo, ny fifampidinihana eo amin’ny fanjakana sy ny mpandraharaha solika efatra, hikarohana fomba vaovao famaritana ny vidin-tsolika. Araka ny fanadihadiana nampanaovin’ny Banky iraisam-pirenena mantsy, be loatra (ambony indrindra) ny tombombarotra alain’ireo mpaninjara eto amintsika. Mitohy ny fifampidinihana na sarotra aza, ary mino ny fanjakana fa tsy maintsy hisy ny marimaritra iraisana.

Tsy mitsaha-mitombo ny tena vidin-tsolika

Etsy ankilany, efa tena mikaikaika ny vahoaka amin’ny halafosan’ny vidin-javatra sy ny vidim-piainana. Taom-pifidianana rahateo ity taona ity, mijery ny lafin-javatra rehetra ny mpifidy sy ny mpanjifa, ka ho saro-toerana ny fitondrana raha mitohy izao halafosan’ny vidim-piainana izao. Mandra-pahatonga izany, mitaintaina ny mpanjifa satria tsy maintsy hihatra ny tena vidiny eo amin’ny tsena, sady tsy hanampy vola ny elanelam-bidy intsony ny fanjakana, nanomboka ny oktobra 2015.

Raha jerena ny tsena iraisam-pirenena, tsy mitsaha-mitombo ny vidin’ny barila. Nahatratra 57 dolara ny volana desambra, fotoana famandrihana ny solika ary tokony hihatra roa volana aty aoriana (febroary), raha toa ka 50 dolara ny volana oktobra 2017, ampiharina ny janoary 2018. Ankehitriny, efa tafakatra 65 dolara ny iray barila. Tsy nihetsika firy kosa ny sandan’ny Ariary, 3.210 Ar ny 1 $ ny desambra 2017 ary 3.229 Ar izao febroary izao.

Randria

News Mada0 partages

Ralambomahay Toavina : « efa voa mafy amin’ny tsy fitiavana politika ny Malagasy »

 Araka ny fanadihadiana nataon’ny Afrobarometre, mihemotra ny finiavan’ny Malagasy hanao politika « Un recul très important de la politisation »(1). Maneho ny fijeriny ny mpamakafaka ara-politika, Ralambomahay Toavina. « Tokony hanao politika ve izany ny olom-pirenena rehetra? Raha ny Malagasy no anontaniana, « Tsia » no havaliny. Efa voa mafy ny toe-tsaina. » Dinidinika tohiny…

 Gazety Taratra (*): Tohin’ny dinika momba ny fanaovana politika ihany… Ahoana ny  amin’ny sendikà avy, talohaloha teo, no hoe tsy manao politika? 

 Ralambomahay Toavina (-): Mahita an’izany ho mety ny Malagasy. Sarotra be ny hanazava fa tena loza izany. Eto an-tany, anisan’ny namorona ny antoko enga ny sendikà. Any Angletera, ohatra: misy ny Antokon’ny mpiasa na Parti travailliste; tany Alemaina, lasa filoham-pirenena ny sendikalista, Friedrich Ebert; atsy Maorisy, toraka izany.

Nefa eto Madagasikara isika, mifamadika amin’ny lalan’izao tontolo izao. Ny olom-pirenena indray, nampianarina hanome voninahitra ireo hoe « tsy miankina », « mpamakafaka tsy miandany », « siantifika », « mpanara-maso », « olom-pirenena tsotra »…  Tena mahagaga, nefa izay no ampianarina.

Midera tena ho tsy manana antoko ny olom-pirenena. Toy ny hoe izay no mety. Maro, ohatra, ny milaza hoe tsy Tim fa « pro-dada », tsy mbola Arema fa ratsirakista… Eo indrindra ilay mahatonga ny fanindrahindrana olona, satria olona no tohanana fa tsy ekipa na antoko.

* Tokony hanao politika ve izany ny olom-pirenena rehetra?

 – Raha ny Malagasy no anontaniana, « Tsia » no havaliny. Efa voa mafy ny toe-tsaina… Ohatra no tsara omena: 16 taona any andafy, efa tanora sosialista na « jeune PS ». 17 taona, efa mametaka afisin’i Obama.

Eto amintsika, misy lalana tsy mamela olom-pirenena hanao politika. Mampalahelo… Anatin’ireny andrimpanjakana ireny, raha izay no filaza azy: misy fanavakavahana. Ao amin’ny HCDDED, Ceni, ohatra: lazain’ny lalàna mifehy azy hoe tsy azo tendren’ny andrimpanjakana izatsy na izaroa ho mpikambana izay olona manao politika.

Misy hoe rehefa manana toerana ambony eo amin’ny fanjakana ny tena, mametra-pialana alohan’ny hirotsahana ho kandidà amin’ny fifidianana. Tsy mahazo manao politika, hono, ny mpitsara. Vitsy ny firenena tandrefana manao an’io. Mila miala, hono, ny filoha vao mirotsaka indray, ny minisitra tsy mahazo manao fampielezan-kevitra…

Manaiky izany ny rehetra, satria efa voa mafy ny toe-tsaina. Tahotra ny politika sy tahotra ny fampiasana fitaovam-panjakana izany. Izay no mila iadiana, fa tsy tokony hisy fanavakavahana… Nefa sarotra ny hanazava izany amin’izao vanim-potoana fankahalana ny politika izao.

* Mifamadika amin’izany tsinona ny zava-misy?

 – Ny manao politika indray no voasazy, ary ny firaisamonina sivily no mahazo seza politika rehefa nisehoseho teny amin’ny fiarahamonina. Ny vahoaka, mifidy olona hatolotra fikambanana na « tsy miankina ». Saingy avy eo ry zareo ireny, manohana ny fitondrana avy hatrany. Rehefa izany ihany, tsy aleo manao firaisamonina sivily avokoa? Mampieritreritra…

Misy lalàna roa izao tena mafonja: ilay manaisotra ny fanamelohana ho faty anaty lalàna famaizana sy ny famindran’ny vehivavy malagasy ny zom-pirenena malagasy amin’ny zanany na manambady vahiny azy izy.

Tena tsara ireo lalàna ireo. Firaisamonina sivily no nanao an’ireo, fa tsy antoko. Nefa tena zava-dehibe. Any ivelany, ady an-taony ary mahakasika vahoaka manontolo vao mahatafita lalàna toy itony. Aty Madagasikara, zara raha misy mahalala ireo lalàna ireo. Ho hita eo, raha hoeken’ny vahoaka…

Efa hita io fa tsy eken’ny vahoaka ny fanamelohana ho faty, raha oharina amin’itony fitsaram-bahoaka sy fanafihana ary famonoana manampahefana itony.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Fifidianana : alohan’ny 25 aogositra ny hivoahan’ny tetiandro

« Ny voalazan’ny And. 47 ao amin’ny lalàmpanorenana, 60 andro farafahelany ary 30 andro farahaingany alohan’ny vanim-potoana hifaranan’ny fe-potoam-piasan’ny filoham-pirenena am-perinasa no tsy maintsy tanterahina ny fifidianana filoham-pirenena. »

Izay ny fanazavan’ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, momba ny famoahan’ny governemanta ny tetiandrom-pifidianana amin’ity taona ity. Raha izay voalazan’ny lalàmpanorenana izay: tsy maintsy eo anelanelan’ny 25 novambra sy ny desambra 25 ary amin’ny andro fiasana, miala izany ny sabotsy sy alahady, no hanatanterahana izany fifidianana izany.

« Tsy tokony hisy adihevitra intsony izany ny momba an’izay », hoy izy. Mazava ny voalazan’ny And. 35 ao amin’ny lalàm-pifidianana: 90 andro mialoha ny hanatanterahana ny fifidianana farafahelany no amoahan’ny governemanta ny didim-panjakana manaika ny mpifidy handatsa-bato. Amin’izay koa no ilazana ny datim-pifidianana.

Tsy misy olana ny tetiandrom-pifidianana

Raha hotanterahina eo anelanelan’ny 25 novambra sy ny desambra 25 àry ny fifidianana, hatramin’ny 25 aogositra izany no voalazan’ny lalàna iandrasana izay didim-panjakana fihaikana mpifidy sy famoahana ny datim-pifidianana izay.

Maro ny resaka mandeha momba ny karazam-pifidianana atao sy ny tetiandrom-pifidianana no anton’izay fanazavany izay. « Tsy tokony hametraka olana amintsika intsony ireo zavatra roa ireo », hoy ihany izy.

Ny amin’ny karazam-pifidianana atao: efa nanambarana ny filohan’ny Repoblika izay tomponandraikitra voalohany amin’ny fahefana mpanatanteraka fa fifidianana filohan’ny Repoblika aloha no hotanterahina amin’ity taona ity. Nambarany koa fa hatao mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana izany fifidianana izany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Réconciliation « politique » : le CFM en terrain miné

Le CFM envisage de réunir les acteurs politiques autour d’une table ronde avant les élections. Un exercice compliqué.

Le Conseil du Fampihavanana malagasy (CFM) projette de réunir les acteurs politiques dans le but d’instaurer un environnement apaisé durant la période électorale. Cet exercice pourrait toutefois ne pas être aisé vu les tempéraments des prétendants à la course à la magistrature suprême. Sans oublier que des décisions judiciaires pourraient s’inviter dans le débat.

« Après les appels que nous avons lancés, nous avons choisi aujourd’hui de rencontrer les acteurs politiques et aussi la société civile, ainsi que les chefs d’église », a expliqué le président du CFM Alphonse Maka hier durant son intervention sur la radio nationale.

D’après lui, « Les discordes ne seront résolues qu’à partir d’une concertation entre les concernés. Et, vu que ces derniers temps, des tensions commencent à apparaître, nous avons décidé de calmer le jeu conformément à notre responsabilité ». En effet, le numéro un du CFM a rencontré respectivement deux anciens Chefs d’Etat, à savoir Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana. Ce dernier a déjà déclaré qu’il sera candidat à la présidentielle cette année. Hier, les membres du CFM ont également eu une rencontre avec le Président du Sénat, accessoirement président national du parti au pouvoir, le HVM.

Primauté à la loi

Au sujet de la réconciliation, les pro-régime  mettent toujours en avant la primauté de la loi. « Ceux qui ont été jugés par la justice ne devraient pas se cacher derrière la réconciliation mais devraient se conformer à la loi », note les proches du régime. Ce qui risque davantage de compliquer la tâche aux ténors du CFM. Et pour cause, jusqu’ici, l’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana ne reconnaît pas la compétence de la juridiction  qui l’avait condamné suite à l’affaire du 7 février 2009.

« Je considère cette décision comme nulle car elle a un caractère politique. Le tribunal correctionnel ayant prononcé la condamnation à l’époque n’était pas compétente pour me juger », avait-il déjà soutenu face à la presse à Faravohitra. Pourtant, la coordinatrice nationale du parti « Miaraka amin’i Presidà Andry Rajoelina » (Mapar), ministre de la Justice à l’époque, défend la légitimé et la légalité de cette décision.

Quoi qu’il en soit, à chaque fois qu’il fait face à la justice, l’ancien Chef de l’Etat Marc Ravalomanana met en avant une volonté du régime à le dissuader dans ses ambitions politiques. Nul doute que sa situation, comme c’est le cas de l’affaire de branchement illicite de câbles d’électricité à Andranomanelatra, a été évoquée avec le CFM. Pour ce qui est du cas de l’ancien Président Didier Ratsiraka, il avait déjà souligne la nécessité de concrétiser la réconciliation nationale avant les élections.

Nouvelle crise

Le CFM devra ainsi batailler pour réunir les acteurs politiques autour d’une table avant les élections. En tout cas, l’article 4 de la  loi n°2016 -037 relative a la réconciliation nationale stipule, entre autres que le CFM a pour mission de contribuer à instaurer une atmosphère politique sereine  pour garantir la non  répétition des situations conflictuelles pouvant porter atteinte à l’unité  nationale d’une part, et d’autre part un environnement favorable au respect de la  constitution, un l’Etat de droit, le respect des droits de l’homme et l’approche  genre.

Lors de son intervention d’ hier, le Président du CFM Alphonse a noté que « Notre pays ne s’en relèvera pas d’une autre crise » et que,  « Pour éviter cela, nous allons à la rencontre des acteurs politiques (…). Car ils sont aussi  convaincus que le dialogue malgacho-malgache devrait primer ».

 J.P

News Mada0 partages

Ady totohondry : nanoro hevitra fa tsy nanome rariny ny minisitera

Nitondra fanitsiana sy fanamarihana ny tale jeneralin’ny fanatanjahantena, Rabibisoa Anselme, mahakasika ny olana misy eo anivon’ny federasiona malagasin’ny ady totohondry. Nambarany fa ny tenany, niaraka tamin’ireo ekipa teknika eo anivon’ny talen’ny fanatanjahantena federaly, no nihaona tamin’ireo filohana ligim-paritra telo : Analamanga sy Menabe ary Melaky, ny talata lasa teo tetsy Ambohijatovo fa tsy ny talen’ny fanatanjahantena federaly akory.

Nohazavainy tamin’ireo filohan’ny ligy ireo fa tokony hanaraka izay voalazan’ny sata mifehy ny federasiona ny rehetra fa tsy afaka mitsara na miditra amin’ny olan’ny federasiona velively ny minisiteran’ny Fanatanjahantena. Araka ny lalàna 2010 / 001, mifehy ny taranjam-panatanjahantena rehetra, manambara ny fahaleovantenany sy ny fahalalahany, izany.

Tetsy ankilany, nodisoiny ny filazana fa niteny tamin’ireo filohan’ny ligy ireo ny tenany fa manana ny rariny izy ireo ka mbola mijanona ho filoha lefitra eo anivon’ny federasiona Andriamanampisoa Gege Bosco.

Fanoroan-kevitra, amin’ny hijerena sy hanarahana izay voalaza ao anatin’ny sata mifehy ny ady totohondry, ny hany noresahiny, nandritra ny fihaonan’ny roa tonta.

 Torcelin

News Mada0 partages

Kitra fanomanana : hosedraina amin’Analamanga ny Fosa Junior

Ao anatin’ny fanomanana farany, hiatrehana ny lalao afrikanina, taranja baolina kitra,  ireo ekipa solontena malagasy. Anisan’izany ny Fosa Junior, izay hiatrika ny fiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona”.

 Herinandro mialoha ny hiatrehany ny lalao mandroso eo amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona”, taranja baolina kitra, fantatra fa hiatrika lalao fitsapana ny Fosa Junior. Fihaonana, hotanterahina ny asabotsy 3 febroary ho avy izao, etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina.

Araka ny fantatra, ny ekipa voafantin’Analamanga no hisedra azy ireo amin’izany. Raha tsy misy ny fiovana, lalao roa izy io ka hisy ny maraina ary hisy ihany koa ny tolakandro. Efa ao anatin’ny fametrapetrahana ny paikady entina miatrika ny FC Léopard avy atsy Kenya ny Fosa Junior, amin’izao fotoana izao.

Ao anatin’ny tanjany tsara avokoa ireo mpilalao rehetra mandrafitra ity ekipan’i Boeny ity. Efa tafaverina ao anaty ekipa ihany koa i Andry Kely sy i Rado, izay naratra. Fotoana hijeren’ny mpanazatra ny mety ho firafitry ny mpilalao ho tompon-toerana izany ity lalao hikatrohana amin’Analamanga ity.

Marihina fa saika hifandona amin’ny klioban’ny St Michel United, tompondakan’i Seychelles, ny Fosa Junior, amin’ny faran’ny herinandro ho avy izao, saingy tsy raikitra izany noho ny fahateren’ny fotoana ho an’ny Fosa Junior.

Tsiahivina fa hiatrika ny lalao savaranonando, eo amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona”, ny Fosa Junior, ary hatao any Nairobi ny lalao mandroso ny 11 febroary ho avy izao. Afaka herinandro kosa ny fihaonana miverina, hotontosaina any amin’ny kianja Rabemananjara, Boeny.  Tombony ho an’ny Fosa Junior ny fandraisany ny lalao miverina eto Madagasikara.

Tompondaka

News Mada0 partages

Foiben’ny kanto : feno fito taona ny Is’Art galerie

 Niorina ny volana febroary 2011 ny Is’Art galerie, etsy amin’ny La teinturerie Ampasanimalo. Araka izany, manamarika ny fahafito taony ity foibe natokana ho an’ny zavakanto sy ny kolontsaina ity.

 Tsy handalo fotsiny io fankalazana io fa hasongadina amina hetsika samihafa, mandritra io faran’ny herinandro io. Raha tsiahivina, tetsy Analakely no nisy ny Is’Art galerie ary nifindra eny Ampasanimalo, taona vitsivitsy lasa izay. Marobe ny zavatra vitany tao anatin’izay fito taona izay. Nisongadina ny fanomezany sehatra ireo tanora manan-talenta, nijanona tany ambadibadika tany. Nanome varavarana hivoahana amin’ny sehatra lehibe kokoa ny foibe.

Ankoatra izany, mivelatra amin’ny zavakanto samihafa ny Is’Art galerie : mozika, hosodoko, kanto araka endrika amam-bika, saripika, dihy, sns. Nandray hetsika samihafa mahakasika ny famoronana eo amin’ny tontolon’ny lamaody ihany koa izy. Anisan’izany, ohatra, ny hetsika « Takalo haingo ».

Tsy toeram-pampirantiana na fanaovana fampisehoana fotsiny ihany koa ny foibe fa manana ny toerana sy ny fotodrafitrasa ilaina amin’ny fiofanana sy atrikasa ary « résidences de création » na fotoam-pamoronana. Mandritra ity hetsika fanamarihana ny fahafito taona niorenany ity, hisy ny fampahatsiahivana ireo hetsika samihafa notanterahina tao. Ny 2 febroary io.

Ny asabotsy kosa, handravaka ny toerana ny varotra fampirantiana zavakanto sy asa tanana samihafa. Miara-dalana amin’izany, ny tolakandro, ny seho dihy ankehitriny, miaraka amin’ny vondrona « Art Dimy » ary ny fampisehoana « Jam session », mozika foronina eo no ho eo.

Landy R.

 

News Mada0 partages

“Tana Games Week” : hetsika ho fampiroboroboana ny “jeux vidéos”

Vaovao lehibe ho an’ireo mpankafy ny “jeux vidéos”. Hotontosaina ny 16 hatramin’ny 18 febroary ho avy izao ny “Tana Games Week”, ao amin’ny kianja mitafo Ankorondrano. Tanjon’ny hetsika ny fampiroboroboana ity fialamboly be mpankafy ity, eto Madagasikara. Manomboka mivelatra, ka misandrahaka tsikelikely ho seha-pihariana azo ianteherana ny tontolon’ny “jeux videos”. Noho ny fahatsapana izay no nanosika ny Project Alpha hanolotra tetikasa maromaro, ka anisan’ireny ny hetsika “Tana Games Week”.“Niainga tamin’ilay tetikasa Paris Games Week izahay tany am-boalohany. Tsy afaka ny hanatontosa izay rehetra hita tany amin’ity hetsika iraisam-pirenena ity eto anefa. Na izany aza, hisy ny fihaonambe sy fifanakalozana, fifaninanana ary fampahafantarana ireo zava-baovao”, hoy ny fanazavana nentin-dRandriamasimanana Muriel, avy ao amin’ny Project Alpha, omaly.Hitombo kokoa, araka izany, ny mety ho hita mandritra ny hetsika. Eo ilay fifaninanana “Game jam”, izay natao hamoronana karazan-dalao anatin’ny fotoana fohy, ary manaraka lohahevitra voafaritra. Mazava loatra fa hibahan-toerana ny filalaovana ho an’ireo mpankafy, ankoatra ny fampirantiana isan-karazany. Ho fihaonamben’ireo mpankafy “jeux vidéos” ny etsy amin’ny kianjan’Ankorondrano, mandritra io fotoana io.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Tsiahy an’i Jean Félicien Ratefy : fito hahazo ny diplaoma ABRSM

 Ankoatra ny maha mpanakanto, mpitendry zavamaneno, mpampianatra mozika, sns, azy, i Jean Félicien Ratefy no angady nananana sy vy nahitana ny fahazoan’i Madagasikara mandray anjara amin’ny fanadinana karakarain’ny « Associated board of the royal schools of music » na ny « ABRSM » manana ny foibe any Angletera. Fantatra araka ny fanazavana nomen-dRtoa Anna Ratefy fa hisy ny fizarana diplaoma farany amin’ny anaran’i Jean Félicien Ratefy, eny amin’ny Infra-Cenit Alarobia, ny 3 febroary izao. « Hanana endrika tsiahy an’i Jean Félicien Ratefy io fizarana diplaoma ho azy 7 mianadahy io », hoy izy. Nomarihiny fa 17 no mahazo ny diplaoma farany amin’ny anaran’i Jean Félicien Ratefy io, ka any amin’ny faritany ny 10. Ahitana ny lenta (grade) rehetra.

Efa tamin’ny taona 2003 no niandoha teto Madagasikara ny fanadinana maneran-tany amin’ny mozika manaraka ny fandaharan’ny ABRSM. Anisan’ny nimasoan’i Jean Félicien Ratefy fatratra ny hampitovy lenta ny mpianatra mozika eto Madagasikara sy ireo mpianatra mozika any ivelany. « Mbola vitsy anefa ny Malagasy afaka sy manana fahefa-mividy handeha hianatra mozika any ivelany… Izay no antony nilofosantsika mafy mba hanatanterahana ny fanadinana ABRSM eto an-toerana », hoy izy fony fahavelony.

Nanome toky Rtoa Anna Ratefy fa hitohy izay fahafahan’i Madagasikara mandray anjara amin’ny fanadinana ABRSM izay.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Vonoan’olona feno habibiana : tsy teo intsony ny tongotra aman- tanan’ilay zazavavikely

Hita, omaly, ny fatin’ilay zazavavikely 10 taona niharan’ny vonoan’olona feno habibiana tao Ambato Boeny. Natsipin’ireo nahavanon-doza tao anaty ala katsaka ny fatiny. Tsy hita teo intsony ny tanany sy ny tongony ary efa nivoraka ny tsinainy. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana, handeha hivavaka ny nivoahany ny trano ny alahady 28 janoary 2018 teo. Tsy nody tao an-tranony izy taorian’ny firavana ary tsy hita intsony na efa nanao izay ho afany tamin’ny fikarohana aza ny fianakaviany. Nitohy ihany ny fikarohana ka io omaly io no hitan’ny olona tao anaty katsaka tsy lavitra ny fonjan’Ambato Boeny, araka ny fampitam-baovao hatrany. Nampihoronkoditra ny nahita ny fatiny satria tsy vitan’ny efa nesorina ny tanany sy ny tongony fa mbola nendahin’ireo nahavanon-doza koa ny volon-dohany ka napetrak’izy ireo teo akaikin’ny fatiny. Efa simba tsy nisy namantarana azy intsony ilay zazavavikely niharam-boina.

Misy ifandraisany amin’ny halatra taova ity vonoan’olona feno habibiana ity? Vao ny herinandro teo koa; niharan’ny herisetr’ireo mpangalatra taova ilay ankizilahikely antsoina hoe Fernando tao Belanevoka Toliara II. Namoy ny ainy mihitsy izy noho ny voina nihatra taminy. Tokony homena ny sazy faran’ny henjana mihitsy ireo olon-dratsy manao herisetra amin’ny ankizikely tsy manan-tsiny toy izao. Aiza ny fiarovana ny zon’ny ankizy manoloana ny herisetra toy izao. Aiza ireo minisitera misahana ny fiarovana ny ankizy tsy ampy taona iharan’ny herisetra toy izao?

J.C

News Mada0 partages

« Gasy Mahasaky 2017 » : nankasitrahana Clovis R. sy Marozafy A.

Natolotra, omaly, teny amin’ny foibe Arrupe Ekar Faravohitra, Antananarivo, ny mari-pankasitrahana ho an’ny olona miisa 12, mpiaro ny tontolo iainana sy ny fananana iombonana, nomena anarana hoe: “Gasy mahasaky awards 2017”.

Nampiavaka azy, zanak’i Maroantsetra ny telo tamin’ireo nankasitrahana sady mendrika, mpikambana ao amin’ny fikambanana miaro ny tontolo iainana, CNPE sy ny Lampogno, Razafimalala Clovis, Marozafy Armand ary Sarovy Augustin. Marihina fa tsy eto an-toerana ity farany, fa tafiditra ao anatin’ireo mpitsoa-ponenana vokatry ny tontolo iainana any ivelany, noho ny fijoroany vavolombelona, sahy nanoro ireo mpanao trafika andramena. Niditra am-ponja noho ny antony toa izany koa i R.Clovis sy i Marozafy A.

Niara-nikarakara ny hetsika ny Malagasy monina any La Réunion, ny Wake up Madagasikara, ny WYLD, ny Liberty 32, ny AVG, ny Sif ary ny Rohy.

Njaka A.

News Mada0 partages

Itaosy : tsy mahazaka fampanarahan-dalàna ny taxi-be

Mikononkonona fitokonana fa tsy mahazaka fampanarahan-dalàna ataon’ny polisy eny an-toerana ireo taxi-be eny Itaosy. Miray hina amin’ny gaboraraka ireo mpitatitra ary mahavita mandrahona mpitandro filaminana mihitsy ny zotra 133, 143 ary ny A.

Etsy andaniny, milaza ny tsy hilefitra ny mpitandro filaminana eny an-toerana. Tsy manaiky ny tsindry bokotra sy ny ramatahora avy amin’ireo tompona taxi-be miseho mahitahita izy ireo.

Natao ho biby fampitahorana hatramin’izay ireo begalona sy mpitsara na olona mahitahita na hitam-poko hitam-pirenena izao aza ny fahadisoana ataon’ny mpamily ka mendrika fanasaziana. Milaza ny tsy hanaiky izany intsony ireo mpitandro filaminana mandamina ny fifamoivoizana ao an-toerana.

Mijaly ny vahoakan’Itaosy amin’ny afitsoky ny taxi-be tsy refesi-mandidy. Tsy misy tonga any amin’ny farany izy ireo amin’ny hariva. Mihodina an-dalana avokoa izy ireo ary mandika ny voalaza ao anatin’ny bokin’andraikitra. Manginy fotsiny ny familafilana ny mpandeha hoe eo amin’ny fiaro Ampefiloha ny fiantsonana farany fa tsy tonga hatrany Analakely.

Manasazy avy hatrany ny polisy. Maka ny taratasin’ny mpamily ary tsy afaka miasa avy hatrany ireo mpamily madi-doha. Tsy zakan’ny kaoperativa sy ireo miseho ho tsimatimanota izany ka miketrika grevy izy ireo hanoherana ny asa hentitra ataon’ny mpitandro filaminana. Tokony hijanona izay taxi-be tsy te hiasa fa tsy mamilafila toy izany.

Tsikaritry ny mponina eny Itaosy fa niha-nalalaka ny lalana tao anatin’ny volana vitsivitsy izay. Nampihatra ny lalàna velona ny polisy ary tsy nitsitsy tamin’ireo taxi-be. Maneho fankasitrahana ny fiasan’ny polisy mihitsy ireo mponina eny Itaosy amin’ny fandraisan’andraikitra toy izany.

Randria

News Mada0 partages

Ho fanatsarana ny kalitao : hanampy hanofana mpanabe ny Zazakely Sambatra

 Hiara-hiasa manomboka izao ny association Zazakely Sambatra sy ny minisiteran’ny Fanabeazana ho fanatsarana ny kalitaon’ny fampianarana homena ny zaza malagasy hosantarina eny amin’ny EPP. Hiainga amin’ny fanofanana mpampianatra ny tetikasa iarahana ary ampiana amin’ny fizarana fitaovana tsotra azon’ny mpanabe ampiasaina any an-dakilasy hanazavana haingana ny lesona. Efa vonona tao anatin’ny tetikasa Passoba Fanabeazana (hifarana amin’ity volana ity) ny fitaovana maromaro nefa tsy namparitaka toy ny kahie ho an’ny mpianatra efa voaomana mialoha sy ny kojakoja hafa. Ireny ihany no havadika hoampiasain’ny mpanabe ao anatin’ny tetikasa. “Manana mpiray ombon’antoka iraisam-pirenena ny fikambanana ka tsy hananosarotra ny hamatsiana vola ny fampitaovana ny mpanabe”, hoy ny tomponandraikitry ny tetikasa Zazakely Sambatra eto Madagasikara, Christian Platteau, omaly teny Anosy.

“Raha tiana handroso ny firenena, tsy maintsy ampianarina ny ankizy ary tohanana amin’ny fanofanana momba ny asa aty aoriana ka ho afaka hamorona tetikasa ho azy”, araka ny fanazavan’ny filoha, tale jeneralin’ny fikambanana, Bruno Chatelier. Eto amintsika, zaza iray amin’ny efatra no tsy mandia akory ny ambaratonga fototra. 50. 000 ny tanora mahazo diplaoma isan-taona nefa zara raha 10 000 ny tolotrasa misy. Amin’ny tanora 37% maniry ny hanangana tetikasa ho azy manokana, 2% monja ny nahatanteraka izany. 18 ny ivontoerana mijoro eto Madagasikara manohana sy manoro lalana ny tanora vonona hanangana orinasa raha 200 izany any Frantsa. Hanampy ny tanora vonona hiroso koa hametraka orinasa koa ny fikambanana hitondra fampandrosoana ho an’ny firenena malagasy.

Miahy ankizy malagasy 600

14 taona niasana eto Madagasikara sadynanohana ny fanabeazana ny Zazakely sambatra. 600 hatramin’izao ny ankizy notohanana amin’ny lafiny rehetra ka afaka nianatra. 400 raisina an-tanana eny Vontovorona, ny 200 hafa, eny Anosibe miaraka amin’ny ONG roa. I Veronique de Bourgies no nanorina azy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tanjombato : takin’ny mpiasa ny hanokafana ny AAA

Tsy afaka ny hangina intsony. “Miangavy izahay mpiasa raha tena ray amandrenin’ny Malagasy tokoa ianao  andriamatoa filoha, Rajaonarimampianina, hanokatra ny orinasa fa mijaly izahay. Teny  tsotra ny anay, miangavy ny minisitra sy tompon’andraikitra mba hijery satria mafy ho anay izao ”, hoy ny hiakan’ireo mpiasa marobe eo anivon’ny AAA tetsy amin’ny Magro Tanjombato, omaly. Nambaran’izy ireo  fa tsy miasa ny mpiasa izao  ka fahavoazana izany ka tokony hosokafana indray ny orinasa. Tsy vitan’izany fa misedra olana koa  ireo tantsaha mpamokatra mampihodina ny  orinasa, toy ny famokarana ronono hatrany amin’ny 10 000 litatra isan’andro ary koa ireo voankazo  isankarazany, hamidy amin’izany orinasa izany.

Araka izany, miandry ny mety ho fandraisan’andraikitry ny  fanjakana ireo mpiasa,  manoloana izao antsojay atao amin’ny  orinasa AAA izao. Ho feno  herinandro  rahateo izao ny nanakatonana ity orinasa ity ka mahatsiaro ho tena very  tanteraka ireo mpiasa.

Synèse R.

News Mada0 partages

Hetsika Rohy – Tetikasa Fanoa : « tsy hilamina ny fifidianana raha tsy mandray andraikitra isika”

 Nivahiny  tao amin’ny fandaharana  “Ambarao” ao  amin’ny onjampeo Alliance 92 FM ny mpandrindra  ny Hetsika  Rohy sy mitantana ny  tetikasa  Fanoa, Andriamoraniaina Harijaona,  omaly. Nivoitra  tamin’izany ny fanomanana ny  hiatrehantsika ny fifidianana.

 Mila manana fifidianana mandeha amin’ny  mangarahara sy am-pilaminana   isika. Tsy ho tanteraka anefa  izany  raha  tsy  mandray andraikitra ny olom-pirenena  ary tsy  hahomby “, hoy izy. Nambarany  fa anisan’ny hevitra ambadiky ny Fifidianana andraisan’ny olom-pirenena andraikitra (Fanoa) izany. Nanteriny fa tokony ho fifidianana hamoaka ny firenena amin’ny  fahantrana  sy hitondra fampandrosoana maharitra, tsy mitanila  ary mipaka amin’ny olon-drehetra izany.  “Mila miasa anefa  isika hahatongavana amin’izany fepetra izany.  Eo ny fanatsarana ny lalam- pifidianana,  hifanarahana”, hoy ihany izy.

Ankoatra  izany,  anisan’ny tetikasan’ny Fanoa ny  fanentanana ny olona hifidy. Manomboka amin’ny fisoratana  anaty lisi-pifidianana izany. Ny fandrindrana ny fanaraha-maso ny fizotry  ny fifidianana : mialoha sy mandritra, aorian’ny famoahana ny voka-pifidianana ary ny  fanaraha-maso ny lokalokan’ilay kandidà tamin’ny vahoaka, nandritra ny fampielezan-kevitra. Eo koa ny fanaraha-maso ny  hosoka  sy ny kolikoly amin’ny fifidianana.

Fihaonambe ahitana  ny mety hifanarahana…

Nanafatrafatra ny Hetsika Rohy fa tokony hahay  hifidy isika mba tsy ho  variana amin’ny  fanomezana kely  tsy  mahavita taona nefa tsy hijery fampandrosoana maharitra ny firenena.  “Miezaka izahay mifampianatra amin ‘ny  olom- pirenena  hanivana ny kandidà tena hijery  ny tombontsoan’ny firenena”, hoy ihany izy.

Niaiky ny tenany fa manahirana ny  fanentanana ny mpifidy ary mampisalasala ny olona  ny   tsy  fahafantarana ny daty  sy ny fifidianana hatao.  Ny lalàna  rahateo tsy mbola nivoaka.

Anisan’ny sosokevitray  ny tokony hisian’ny fihaonambe  ahitana  ny mety hifanarahana amin’ny fifidianana ary  hatolotra eny amin’ny parlemanta”, hoy Andriamoraniaina Harijaona.

Tsy ho sodokan’ny kobaka am-bava

 Notsiahiviny fa niezaka  amin’ny eo an-tanana amin’ny fanentanana ny mpifidy hisoratra anarana izy ireo mba hahatrarana ilay mpifidy 10 tapitrisa. Tsy tratra anefa  izany noho ny toetry ny andro sy ny fahasimbana  naterany.  Eo koa ny fandalovantsika ny fotoan’ny maitso ahitra ka sahirana ny maro.  Nitondra sosokevitra ny hanovana na hanitarana ny fotoana hisoratana anaty lisi-pifidianana izy ireo.

Anisan’ny hafatry ny Hetsika Rohy ny  tokony handraisan’ny rehetra andraikitra mba hahay hifidy sy  hahay hifidy. “Tsy ho sodokan’ny  kobaka  am-bava nefa hisy vokany ratsy mandritra ny  taona maro sy ny  taranaka  ny  safidintsika. Hiezaka  izahay hifanoro lalana amin’ny olom-pirenena amin’ny masontsivana amin’ny mety hamaly ny filantsika hitantana  ny firenena”,  hoy  izy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Décès de Dilan Eléonore : Maurice contacte l’Interpol malgache

A travers un communiqué du bureau de l’Attorney General sorti hier,

Maneesh Gobin a informé que les informations floues concernant la mort de  Dilan Eleonore à Madagascar nécessitent une enquête pénale d’autant qu’il s’agit d’un citoyen mauricien, mort sur le territoire malgache.

L’Attorney General souhaite impérativement que la police mauricienne démarre une enquête.  Pour ce faire, la branche Interpol de Maurice a transmis le rapport de l’autopsie à l’Interpol Madagascar pour espérer avoir plus d’explication sur l’affaire.

Pour rappel, Elvis Eleonore, le père de Dilan, a demandé à la Cour de Moka à ce que l’exhumation du corps de son fils soit effectuée afin de procéder à nouveau à l’autopsie. En fait, des rumeurs circulent que la mort de Dilan  est due à un accident de la route contrairement à ce qui était annoncé par  les autorités malgaches dans son certificat de décès évoquant une maladie non transmissible.

Les résultats de l’autopsie ont révélé que Dilan est mort des suites d’une hémorragie sous-arachnoïdienne suite à une fracture du cou. La famille du défunt a déjà engagé deux avocats pour prendre l’affaire en main.

Recueillis par ATs.

News Mada0 partages

Langue de molière : des « mallettes françaises » pour les instituteurs

Le processus d’amélioration de la qualité de l’éducation se poursuit. Le ministère de l’Education nationale, via l’Institut national de formation pédagogique (INFP) et ses partenaires, s’attèle depuis quelques mois à l’élaboration de guides pour les enseignants, dénommés «mallettes françaises», qui leur permettent d’améliorer l’enseignement de la langue française, notamment dans les écoles primaires. Après quelques mois de concertations et de travaux, ces supports pédagogiques sont actuellement disponibles et prêts à l’emploi. Lesquels permettront aux enseignants d’inculquer la langue de Molière autrement, notamment via des activités ludiques et culturelles, structurées et motivantes…

Ces outils sont destinés aux 300 instituteurs des Ecoles primaires publiques (EPP). Pour commencer, es derniers sont issus des régions Analamanga, Alaotra Mangoro, Bongolava, Itasy, Matsiatra Ambony, Amoron’i Mania et Ihorombe. Les enseignants concernés bénéficieront prochainement de formation sur l’utilisation de ces nouveaux supports d’enseignement.

D’autres supports sont déjà opérationnels, comme «les mallettes mathématiques». Le ministère de tutelle et ses partenaires comptent également innover d’autres outils pédagogiques pour les autres matières.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Promotion du genre : 30 filles soutenues par l’Unesco

Dans le cadre de la promotion de l’égalité du genre et de l’accès équitable à l’éducation, la Commission nationale malgache pour l’Unesco apporte son soutien à une trentaine de jeunes filles rurales, sélectionnées par voie de concours et issues des communes de Mangamila Anjozorobe et de Beforona Moramanga.

Sous cette optique, elles ont été les bénéficiaires du projet «Rural girls empowerment project (RGEP)» de l’Association des universitaires pour la promotion du genre (AUProG), qui promeut les ODD 4 et 5 sur l’accès de tous à l’éducation de qualité, l’égalité des sexes, ainsi qu’à l’autonomisation des femmes et des filles.

Avant et après les examens du BEPC durant l’année scolaire 2016-2017, ces jeunes filles ont reçu un appui matériel et pédagogique. Les charges et les frais relatifs à leur première année de lycée sont pris en charge par le projet. En outre, elles ont aussi acquis un renforcement des capacités sur la promotion du genre et de l’accès équitable à l’éducation. Cela  leur a permis de sensibiliser et mobiliser la population locale et leurs pairs, notamment à l’autonomisation des femmes et des jeunes filles.

La cérémonie de clôture du RGEP s’est tenue, hier, au jardin d’Andohalo, où les bénéficiaires se sont vues remettre chacune un kit complet de fournitures scolaires, des livres, des dictionnaires, une machine à calculer programmable, une tablette, des articles vestimentaires et une bourse d’études sous forme de  chèque épargne.

Sera R.

News Mada0 partages

Lycées : la santé sexuelle et reproductive au programme

L’intégration des volets relatifs au droit sexuel et reproductif (SDSR) dans le programme scolaire au sein des lycées est sur la bonne voie. Cette initiative, entrant dans le cadre du projet «Safidy phase 3», est le fruit d’un  partenariat entre le ministère de l’Education nationale (Men) et l’ONG Britannique Seed Madagascar. Le curriculum de formation y afférent, qui se concentre sur 12 thèmes fondamentaux de la SDSR, incluant la grossesse précoce et le mariage précoce, est actuellement prêt à l’utilisation.

«Il sera expérimenté à partir de ce mois de février dans 24 lycées avant son intégration définitive dans le programme scolaire des établissements à travers le pays à partir de 2019», a informé le directeur de la formation de masse auprès du Men, Hasina Raonivelo, hier à l’occasion d’une action de plaidoyer sur cette question, à l’hôtel Panorama  à Andrainarivo.

Grossesse précoce

A constater l’ampleur de la grossesse précoce dans le pays qui affiche un  taux de 32% actuellement, Lle Coordonateur du projet  de la santé de la reproduction au sein du ministère de la Santé, Dr. Sylvain Razafy, a évoqué l’importance de cette intervention. «Pour inverser cette tendance, le fait d’informer les jeunes sur ces questions est inévitable, surtout que seulement 18% de 15 à 19 ans ont recours aux mesures de contraception alors qu’une bonne partie d’entre eux sont sexuellement actifs», a-t-il fait valoir.

Le but ultime de cette initiative consiste ainsi à équiper les jeunes d’une compréhension du droit de l’homme tout en sachant qu’ils ont le droit de protéger et de préserver leur santé et leur bien-être. Dans ce sens, les leçons sur la SDSR fournissent aux élèves non seulement des connaissances en santé de la reproduction (SSR), mais aussi une gamme d’outils qui leur permettent de jouir de leur droit à la SSR.

Ce projet contribuera à l’atteinte de la vision du pays qui consiste à ramener le taux de planning familial (PF), actuellement de 30% à 50%  en 2030. Sur  ce, le pays dispose différents méthodes de PF en quantité suffisante. Grâce à une collaboration avec les Partenaires techniques et financiers, un budget de 4 millions de dollars est alloué chaque année à cet effet.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Réquisition de riz

Le gouverneur général nomma, à Tananarive, une commission pour la répartition du riz réquisitionné à Majunga et à Nossi-Bé.

Il fixa également la composition d’une commission devant examiner la question en diverses provinces.

Trop tard : la récolte commence à s’abattre et les achats se font. Il va falloir bientôt que l’on presse des mesures extrêmement sévères pour obtenir sans tricherie la déclaration des stocks. Autrement gare, les prix vont monter et l’on verra ce phénomène fâcheux : les cours du riz très hauts au début d’une récolte réputée très belle. La taxe ? Évidemment, la taxe, mais quelle sera la conséquence immédiate de cette mesure extrême ? Celle-ci : les indigènes, à moins d’y être énergiquement contraints, ne cultiveront que ce dont ils auront besoin pour eux-mêmes.

Trop lentement se mettent en mouvement les organes administratifs.

Nous sommes convaincus d’une chose : c’est que cette lenteur provenant d’indécisions n’aboutisse à un résultat diamétralement opposé à celui que cherche M. Merlin.

Qu’il n’hésite donc pas à faire pour ces opérations et plus largement encore appel aux colons.

Il trouvera près d’eux, partout où besoin sera, un sérieux appui et, disons-le, il allégera la besogne de certains de ses fonctionnaires d’autant plus utilement que l’Administration n’était nullement préparée à assurer ce service de la réquisition.

La répartition du riz à Tamatave

Depuis jeudi, l’Administration procède à la répartition du riz arrivé par le Louqsor.

La foule était si considérable et tellement pressée qu’il a fallu l’intervention de la police pour y maintenir l’ordre.

Il a été délivré le premier jour plus de 300 bons de riz.

Quant à la qualité, on nous assure que l’administration n’a reçu qu’une seule qualité de riz et qu’il n’est fait dans la répartition aucune préférence.

On dit…

Qu’il serait question de transformer ce qu’on appelle la poste à Tamatave en dépôt des archives et que l’on construirait, pour la commodité du service, du public et du personnel, un bureau modèle sur l’emplacement des agences boches. Le projet figure à la prochaine exposition coloniale de Marseille.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Chronique : ici, on vend du rêve…

Aujourd’hui, on a le lifting, le botox, la teinture pour les cheveux. On peut réduire les rides et estomper les tâches de vieillesse. On a finalement tout un arsenal de cosmétiques pour retarder à nos yeux, et parfois à ceux des autres, les marques des ans qui s’inscrivent sur notre visage et sur notre corps. Malheureusement, on n’a pas encore trouvé la pilule de jouvence qui nous ferait croire dans notre beau miroir que nous avons toujours vingt ans. Si les femmes sont prêtes à souffrir pour être belles, il faut entendre pour paraître plus jeunes, des hommes ont trouvé chez nous le chemin de la deuxième jeunesse.

Ces hommes ne connaissent ni le botox ni le laser. Ils ne perdent pas de temps à sculpter leur musculature dans les salles de sport parce qu’ils n’ont pas besoin de ces grandes glaces pour y voler un sourire admiratif. Quel est leur secret ?, vous demandez-vous. Pour ralentir les ravages du temps, ces hommes choisissent la compagnie de très jeunes femmes qui, dans leur grande générosité, les appelleront tonton plutôt que papy. Ne croyez pas que ces jeunes femmes, coquettes et apprêtées, soient des jouvencelles à la recherche de leur père. Elles proposent à des monsieurs du troisième, voire du quatrième âge, la douce illusion de gagner quelques années sur l’inéluctable destin de l’homme.

Notre île bénie des dieux mais maltraitée par les humains est aujourd’hui experte en cure de jouvence pour papys sur le retour. Les hautes terres centrales sont réputées pour la douceur de leur climat, on aurait pensé que c’est dans ces régions tempérées que ces monsieurs soigneraient leur arthrite et leurs rhumatismes. Dans leur très grande majorité, ils ont préféré la chaleur torride du littoral, avec une prédilection pour le canal du Mozambique. Ah… le canal du Mozambique, ses plages, ses couchers de soleil… et ses jeunes filles en fleur.

Mesdames, ne vous fâchez pas, il se dit tout bas que nous avançons sur le chemin de l’égalité. De jeunes hommes généreux de leur personne vendent aussi du rêve aux femmes qui veulent s’offrir une cure de jouvence.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : mahantra malala-tànana

Gina no sady tezitra ihany ny olona raha naheno ny tarehimarika milaza ny karama nifanekena tamin’ilay vazaha nampangaina ho faikan’olona taty afara. Tsy vitan’izany fa sady manana toe-tsaina farahidiny no tsy misalasala amin’ny fampisehoana toetran-jiolahimboto sy amin’ny fampiasana fomban-jiolahy. Houcine Arfa moa no anaran’izy io. Araky ny voalaza ao anatin’ny gazety mpandalina sy mpanao fanadihadiana dia efa vola manafosafo ny tambin’asan’olona 500 lahy amin’ny karama ambany indrindra no vola raisin’io olona io valin’ny fandraisany anjara eo amin’ny fandaminana ny fiarovana ny fiadidiana an-tampony eto amin’ny Repoblika.

Mahantrabe vola no sadymalala-tànana ! Milazaizany fa misyny vola rehefailainanyfandanyazy. Tsy ny rehetra anefa no misitraka fahalalahana toy izany. Ho an’ny maro dia fihafiana no anjara ary fifehezan-tena no fanafody.  Maro ireo nanakiana mikasika ny fikasokasohana tamin’olon-dratsy toa an’i Houcine. Hoe tsy ampy fahamalinana nefa tomponandraikitra ambony amin’ny fiadidiana raharaham-pirenena no sady lany fitokisana amin’ny olom-pirenena. Dia ilaozan’

izay iray azo nanankina ireo fahefana sy adidy natolotra vahiny tsy fantam-pototra ve ? Lany olomanga azo nametrahana fitokisana ny Repoblika. Ny tena nahagina anefa dia ity fetra eo amin’ny tsena fividianana olona : arakara-tarehy voa-javatra ! Raha izany no jerena dia latsa-bidy ny tera-tany, na samy vola baoritra izao aza dia ny tena ihany no tsy manome lanja ny an’ny tena fa mbola mitaiza takaitran’ny fanjanahana ka ny « importé » lalandava no mahasodoka ary izany anefa dia mifanipaka amin’ny kabary fanao. Tsy mitory fankahalana vahiny akory izany sanatria. Tsy maintsy miara-miasa amin’ izy ireny, izay tsy midika koa fivarotana ny nosy aminy. Nefa samy mitrandraka ny tombotsoany ka raha fitiavan-tanindrazana araky ny kabary no maniraka dia mailomailo lalandava rehefa manao fifanekena. Olon-tokana aza no nifanarahana tamin’ity raharaha Houcine Arfa ity nefa niseho ny tsy fahampian’ny tena fahamatorana. Na kely aza ny toky dia antenaina fa hafahafa kokoa ny fomba fijoro amin’ny maha olon-dehibe ny tena rehefa miresaka sy mifanamboatra amin’ny firenena manana ny maha izy azy na amin’ny orinasa matanjaka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : vendeur à la sauvette, métier des rêves de personne

Avez-vous déjà été vendeur à la sauvette ? Un de ces vendeurs qui harcèlent le passant, colonisent les trottoirs ou se faufilent entre les voitures pour proposer des articles vraisemblablement tombés du même camion ? Non ? Moi, non plus. Et ils m’ennuient autant qu’ils vous ennuient. Mais je suppose que vendeur à la sauvette n’est pas le métier de leurs rêves et que certains d’entre eux préfèreraient un emploi stable et régulier. S’il faut libérer les rues de ces citoyens qui ne paient pas d’impôts, ce qui serait une bonne chose pour les rues, il faut aussi leur proposer l’alternative entre l’emploi stable ou la régulière place de marché. Parce que les champs de haricots ou les cressonnières, ils n’en veulent pas. Moi non plus.

 

News Mada0 partages

Carburant : statu quo sur la restructuration des prix

Aucune révision des prix à la pompe n’est constatée sur le marché intérieur. La négociation sur  la nouvelle structure des prix en est la principale raison.

Une situation délicate et complexe. C’est ainsi qu’on peut traduire la négociation entre l’Etat et les compagnies pétrolières, actuellement, concernant la mise en place d’une nouvelle  structure des prix à la pompe. Visiblement, le terrain d’entente n’est toujours pas trouvé. Aucune révision des prix à la pompe n’est constatée sur le marché intérieur depuis le début de l’année même si le contexte qui prévaut laisse croire qu’une révision à la hausse à la pompe est fort probable.

En effet, la valeur de l’ariary face au dollar et le prix du baril sur le marché international sont les principaux paramètres déterminant  les prix à la pompe. Et une forte baisse de l’ariary face au dollar, suivie d’une  tendance à la hausse du baril, a été constatée ces derniers mois. Mais, les discussions actuelles sur la mise en place d’une nouvelle structure des prix à la pompe font qu’aucune révision n’est encore effective.

Questionnée à ce sujet, une source proche du dossier a avancé hier que «la négociation sur la restructuration des prix à la pompe est encore au statu quo actuellement», sans apporter plus de détails. Un autre responsable concerné par le sujet a par ailleurs avancé : «Il y a quand même des discussions en cours mais rien de concret n’en est encore sorti. La marge sur les prix à la pompe  reste le point de discorde».

Vérité des prix

La négociation sur la mise en place d’une nouvelle structure des prix a été lancée fin 2017, après la sortie de l’analyse menée par la Banque mondiale, selon laquelle les compagnies pétrolières prennent d’importantes marges bénéficiaires sur les prix à la pompe. La hausse de la taxe sur les produits pétroliers, annoncée dans la Loi de finances 2018, explique également cette situation.

Dans l’optique d’appliquer la vérité des prix du carburant, après l’arrêt des subventions attribuées aux compagnies pétrolières, une révision des prix s’est faite tous les fins du mois, ces deux dernières années. Seulement, la dernière révision date du 30 novembre dernier où une augmentation de 90 ariary par litre a été enregistrée sur le super carburant, le gazole et le pétrole lampant. Le prix du super carburant à la pompe a atteint les 3 840 ariary actuellement, le gazole se vend à 3 190 ariary et le pétrole lampant à 2370 ariary.

A rappeler également que depuis octobre, une révision à la hausse des prix à la pompe a été  constatée durant  les trois derniers mois de l’année 2017.

Riana R.

News Mada0 partages

Associations paysannes : Ambatovy poursuit son appui technique

Ambatovy poursuit son appui technique aux associations paysannes de ces deux districts à travers des séries de formations de renforcement de capacités organisationnelles, structurelles et techniques des exploitants agricoles de Brickaville et Toamasina II. Lesdites formations ont démarré au mois de décembre 2017 et prendront fin vers la moitié de ce mois de février.

Leadership, la vie des coopératives, les législations en vigueur… Ce sont, entre autres, les thèmes sur lesquels sont axées ces séries de formations organisées en collaboration avec la Direction régionale de l’Industrie Atsinanana et sur financement d’Ambatovy. Dans ce sens, les membres de dix coopératives agricoles, qui opèrent essentiellement dans l’aviculture, la culture de curcuma, de maïs et d’arbres fruitiers, en sont les principaux bénéficiaires de ces renforcements de capacités. Et pour permettre à tous les membres d’y participer, les formations ont été organisées dans les sièges des coopératives.

Parallèlement à ces ateliers, d’autres séries de formations destinées aux Associations d’usagers d’eau (AUE) se tiennent également dans le périmètre de base de chaque association, depuis décembre 2017 à mi-février. Elles sont dispensées en collaboration avec le Service du génie rural de la Direction régionale de l’Agriculture et de l’Elevage Atsinanana et portent sur la gestion et l’entretien des réseaux hydro agricoles.

Dans ces actions, Ambatovy a appuyé, jusqu’à maintenant, la création de 35 AUE dont une douzaine dans le district de Toamasina II et le reste à Brickaville.

Arh.

News Mada0 partages

Canal+ – compétitions internationales : les abonnés malgaches aux premières loges

2018 sera selon toute vraisemblance une année bien remplie pour Canal+ Madagascar. En effet, les nouveautés se succèdent, comme l’ont fait savoir les responsables de l’opérateur à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Andraharo.

Parmi les annonces faites, Canal+ Madagascar se fait donc fort de l’arrivée de trois nouvelles chaînes sur ses bouquets, en l’occurrence TFX (anciennement NT1), une chaîne de divertissements, Nollywood TV Epic (dédiée aux films dont la trame s’articule autour des coutumes et croyances locales africaines et malgaches), ainsi que A+ Sport. Cette dernière mettra à disposition des férus de sports malgaches de grandes compétitions dans un certain nombre de disciplines dont l’Uefa europa League, le Championnat d’Afrique des Nations qui est actuellement en cours, la Coupe d’Afrique des Nations, l’Afrobasket, les tours cyclistes africains… mais aussi

les matches d’autres grands championnats du football européen tels que la Ligue 1 française, la Superlig turque, la Jupiler pro league belge.

Pour rappel, ayant acquis les droits de diffusion pour Madagascar, de la Coupe du Monde de foot 2018 qui aura lieu du 14 juin au 15 juillet en Russie, Canal+ diffusera l’intégralité des matches. Sans compter que l’opérateur proposera également des événements tels que l’Uefa Champion’s league, les grands tournois de tennis (Roland Garros, Wimbledon, Masters 1000), les rendez-vous NBA, la nouvelle saison de F1…

Il faut savoir par ailleurs que le service myCanal qui permet de suivre les programmes sur ordinateurs, tablettes ou smartphones, a aussi fait peau neuve. Désormais accessible gratuitement à  tous les abonnés dès la formule Access, il arbore dorénavant une nouvelle interface ainsi que 25 nouvelles chaînes en live TV dont les sept chaînes malgaches accessibles sur les bouquets Canal+, sachant, enfin, dans le même ordre d’idée, que le bouquet Evasion+ s’est elle aussi enrichie de huit nouvelles chaînes.

N.R.

News Mada0 partages

Gare routière d’ambohimangakely : 65% des travaux achevés

Lancés en août 2017, les travaux de construction de la gare routière des véhicules de transport public des zones nationale et régionale d’Ambohimangakely By-pass sont à 65% achevés. A rappeler que cette infrastructure aurait dû se terminer vers la fin de l’année 2017, d’après les premières prévisions, mais cela a accusé un retard de quelques semaines, à cause du passage du cyclone Ava et de quelques imprévus, comme le dynamitage du rocher sur le terrain. Le calendrier a d’abord été retardé en février de cette année puis au début mars.

D’après les informations reçues, 110 coopératives se sont inscrites pour exercer leurs activités au sein de cette nouvelle infrastructure. Pour dire, tous les box disponibles sont d’ores et déjà, tous pris.

Cette infrastructure s’étale sur une surface de 28 000 m2. Elle est constituée de la gare routière proprement dite de  4 300 m2 avec 110 box de coopératives, 22 boutiques, 4 bureaux, 6 guichets, quelques restaurants et un espace accueil. En outre, un parking de 88 places pour embarquement, 25 places pour débarquement, 25 places pour attente et 86 places pour les visiteurs, est également en cours de construction.

Partenariat public-privé

Les deux gares routières d’Ambohimangakely et Andohatapenaka sont un projet datant déjà de quelques années, pour pouvoir délocaliser les deux stations de Fasan’ny Karana et  Ambodivona, qui ne répondent plus au flux des taxis-brousse entrant dans la capitale. Bien évidemment, l’Etat, manquant de moyens financiers, a fait appel à des partenaires privés, notamment,  les compagnies pétrolières Total et Jovenna, pour la réalisation de ce projet.

«Le choix des compagnies pétrolières comme partenaires est stratégique. Car, la construction de la gare routière se conjugue avec la construction de station-service. Ce qui permettra à la société pétrolière de compenser les investissements dans ce projet. Les coopératives paieront aussi une contribution pour le fonctionnement de la gare routière et cela ne veut pas dire qu’il y aura une quelconque répercussion sur les tarifs de transports», a fait savoir Benjamina Ramanantsoa, ministre de l’Aménagement et de l’équipement, lors d’une descente sur les lieux, hier.

La société Jovenna a investi près de 6,5 milliards d’ariary dans la construction de la gare routière d’Ambohimangakely, pour une durée de concession de 30 ans. Le protocole d’accord a été signé avec l’Etat, le 10 février 2016.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Boxe olympique : Gégé Bosco franchit la ligne rouge

«Vous devez respecter les règlements statutaires» ! Voilà, mot pour mot, les propos du directeur général des sports (DGS), Anselme Rabibisoa, à l’endroit des représentants des ligues régionales de la boxe olympique,  mardi dernier, à son bureau.

«Je n’ai jamais dit autre chose que le respect des règlements statutaires aux trois personnes que j’ai reçues à mon bureau. Le ministère de la Jeunesse et des sports n’interfère pas dans les problèmes internes de la fédération pour ne pas être taxé d’ingérence», a-t-il fait savoir.

Pourtant, l’équipe de Gégé Bosco raconte une autre version relayée par certains médias. En effet, il a été rapporté que le MJS reconnait Gégé Bosco comme vice-président de la Fédération malgache de la boxe olympique (FMBO). Un mensonge qui a fait bondir de son siège le DGS car malgré sa radiation à vie de la discipline, conformément à l’ordonnance de l’Aiba, l’ancien vice-président de la boxe continue de manipuler les présidents des ligues pour assouvir son désir de retourner sur le ring.

Nul ne devra donc pas s’étonner si le ministère ainsi que le comité olympique prennent les mesures nécessaires pour rendre effective cette radiation une bonne fois pour toutes pour le bien de la discipline.

Naisa

 

News Mada0 partages

Rallye virtuel – online : le Championnat national en 9 manches

Le Championnat de Madagascar de rallye virtuel Online sera disputé, cette année, en neuf manches qui seront réparties sur 39 semaines. Les organisateurs, notamment la fédération et Madagascar virtual rally championship (VMRC), ouvriront le bal avec le VMRC opening round 2018.

C’est reparti. La Commission rallye virtuel (VMRC), affiliée à la Fédération du sport automobile à Madagascar, promet des étincelles, cette année, en mettant à l’affiche neuf manches sulfureuses réparties sur 39 semaines. Les férus de cette discipline, faisant partie de l’E-sport, peuvent d’ores et déjà s’inscrire à la première épreuve prévue se dérouler du 12 au 19 février, à l’occasion du VMRC opening round 2018. Comme à l’accoutumée, les participants doivent se plier au règlement général du Rallyesim qui est le règlement standard VMRC.

Les éventuelles sanctions d’un pilote sur le live de cette plateforme seront appliquées sur le Championnat national Online. Comme au vrai championnat de rallye, la dernière épreuve spéciale de chaque manche servira de powerstage afin d’attribuer des points supplémentaires aux concurrents qui signent les meilleurs temps. Et même ceux qui roulent en Super rallye (ndlr, ceux qui ont abandonné sur des legs précéndents). Les cinq premiers au classement général et les cinq premiers au classement des deux-roues motrices seront primés à la fin du championnat.

En outre, VMRC a également dévoilé les différentes résolutions prises pour le championnat Contest outre le calendrier prévisionnel. Normalement, le Contest ERT ouvrira les hostilités à Antsirabe, le 31 mars prochain, et sera suivi d’une Séance portes ouvertes, à l’occasion du 10e anniversaire Virtuel en avril. Par ailleurs,  la remise des trophées du championnat 2017 se tiendra au «Les colonnades» le 10 mars prochain.

Rojo N.

Calendrier du championnat Online :

-MVRC opening round 2018 : 12 au 19 février

-East racing Tamatave Rally : 19 au 26 mars

-Team SO6 rally : 9 au 16 avril

-FMMSAM VRT rally : 7 au 14 mai

-Rond point racng rally : 4 au 11 juin

-Asacm VRT rally : 3 au 10 septembre

-Asatana RS rally : 24 septembre au 10 octobre

-Madagascar rally : 15 au 22 octobre

-MVRC final round 2018 :  5 au 12 novembre

 

News Mada0 partages

Volley-Afrique : nouvelle ambition pour la fédération

La Fédération malgache de volley-ball (FMVB) retente le coup ! Après avoir organisé le Championnat d’Afrique U18 filles en 2016, elle annonce de nouveau  sa candidature pour accueillir la joute continentale de la zone 7.

En fait, contrairement à l’édition 2016, une phase éliminatoire de zone précèdera le Championnat d’Afrique. Les meilleures équipes de chaque zone à l’issue des qualifications disputeront la phase finale. Ainsi, Madagascar devra passer par cette étape avant d’espérer une participation à la joute africaine.

Aucune confirmation, émanant de la Confédération africaine de volley-ball, n’a encore été reçue mais la FMVB reste confiante quant à l’obtention de l’organisation. «Maurice sera le pays hôte de la Coupe des Nations de beach-volley, les Seychelles organiseront la CCZ7. Il est normal si Madagascar accueille ce rendez-vous qualificatif chez les cadets et cadettes», selon le président de la FMVB, Jocelyn Andriamandimbisoa.

Pour la petite histoire, Madagascar a décroché le titre de vice-champion d’Afrique chez les U18 filles en 2016. Trois équipes nationales seulement étaient de la partie à l’époque, dont l’Egypte, vainqueur du tournoi.

Naisa

Ino Vaovao0 partages

TANAMBAO FAHADIMY TOAMASINA : Nirehitra ny talata teo RNA na radio Dadapasy

Ity farany izay naharitra ora 10 teo ho eo vao maty tanteraka ny afo. Ny alin’io talata io ihany tokony ho tamin’ny 9 ora latsaka fahefany dia nirehitra indray ny foiben-toeran’ny Radio Ny Antsika (Rna) 94.2 fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Radio Dadapasy izay ao Tanambao Fahadimy no misy azy. Tao amin’ny atin-trano no  nirehitra.

Tao amin’ny efitra fandraisan’olona sy efitrano fanaovana fandaharana (studio) no may tamin’izany. Solosaina, table de mixage, micro ary fitaovana iray mpampita feo any an-tokantrano no may kila forehitra miampy kojakoja madinidinika. Tetsy ankilany, dia nisy koa ny mpanararaotra. 

Very nisy nangalatra nandritra ny fitateran’entana ny groupe électrogène iray lehibe. Ny angom-baovao no nahalalana fa vokatry ny tsy fitandremana amin’ny afo avy amin’ny mpifanolo-bodirindrina no voalaza fa nahatonga ny loza. Vokatry ny fiaraha-mientana teo amin’ny fokonolona kosa, dia nalaky voafehy ny afo minitra vitsivitsy monja taorian’ny firehetana. 

Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra ao amin’ny Radio Rna dia hiato vonjimaika aloha ny onjam-peo mandra-pahavitan’ny fanarenana rehetra. Manoloana ireo hain-trano nisesisesy tao Toamasina ireo, dia lasa resabe ao an-toerana fa fambara loza ho an’i Toamasina,hono, ilay faridagnonana tamin’ny masoandro (halo) niseho ny antoandron’ny talata 30 janoary iny.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

BELO AMORON’I TSIRIBIHINA : Mahazo vahana hatrany ny ambalavelona

Kivy ary malaina mandefa ny zanany an-tsekoly avokoa ny ankamaroan’ny ray aman-dreny manana zanaka vavy any an-toerana ankehitriny. Raha ny fampitam-baovao dia tsy mitsahatra fa miha mahazo vahana hatrany ny ambalavelona mahazo ny ankizy ary isan’andro dia misy zazavavy mihetsika izany ao amin’ny Sekoly St François d’Assise. 

Voalaza fa ny mpianatra tamin’ny kilasy faharoa no nidiran’ity aretina azo avy amin’ny asan’ny maizina ity fa amin’izao dia ireo ankizivavy kilasy voalohany dia mihetsika izany ihany koa. Raha tsiahivina dia ny fiantomboan’ny volana teo no nangataka ireo ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny Ffkm miaraka amin’ireo mpiandry amin’ny fanamasinana na fanadiovana ny sekoly tena anjakan’ny aretina ratsy ity saingy tsy nanaiky izany ny tompon’andraikitra tao an-toerana. 

Miha mitombo isan’andro anefa ny aretina ary misy amin’ireo efa voa mbola niverina idirany indray. Hatramin’izao anefa mbola tsy nivadika amin’ny heviny ireo tompon’andraikitra ao amin’ny sekoly  St François d’Assise, araka ny fampitam-baovao azo. Isan’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra any an-toerana nampita vaovao taminay mahakasika ny fiparitahan’ny valanaretina manimba ny fianaran’ny mpianatra ireo. 

Ho an’ity raim-pianakaviana ity manokana dia niniana naparitaka tao amin’io sekoly lasibatra io ny ambalavelona. Raha tsiahivina dia nanomboka ny volana desambra 2017 teo ny fiparitahan’ny ambalavelona tany an-toerana ary mpianatra miisa 10 teo no nihetsika tamin’izany. Hatreto mbola tsy fantatra ny tena tompon’antoka amin’ny fanaparitahana io aretina azo avy amin’ny asan’ny maizina ity.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY : Olona iray maty, iray hafa naratra mafy, iray kosa nalaina an-keriny

Ny alin’ny talata hifoha alarobia teo. Tokony ho tamin’ny 2 ora sy 30 mn maraina, nisy jiolahy 3 nirongo basy kalachnikov ary tsy nisaron-tava nikasa hanafika trano iray teny Ambolomadinika «  parcelle 13/44  ». Nisy nahare anefa teo amin’ny manodidina ka nivoaka ny tovolahy kely iray 17 taona nijery ny zava-nisy. 

Avy hatrany dia notifirin’ireo jiolahy ity farany ka maty tsy tra-drano. Nivoaka ny trano ihany koa ny renin’ity farany dia tifitra variraraka no nitsena azy, ka maratra mafy ary miady amin’ny fahafatesana, araka ny loharanom-baovoa. Taitra daholo ny manodidina nahare ny feon’ny basy ka voatery nitsoaka ireo jiolahy. Teny an-dalana anefa nifanena tamin’ny raim-pianakaviana iray antsoina hoe Tovolahy Patrick 40 taona izay mpiasa ao amin’ny orinasa Smmc ireo jiolahy. Nentin’izy ireo an-keriny ilay raim-pianakaviana ary hatramin’ny ora nanoratanay tsy mbola nahazoana vaovao ny momba azy.

Tsy fantatra mazava tsara hatreto ny antony nitondran’ireto jiolahy ity raim-pianakaviana ity. Tsy vitsy ny milaza fa mety mahafantatra ny tarehin’ireo olon-dratsy ireo i Tovolahy Patrick ka mety izay ny antony nitondran’izy ireo azy. Raha mitombina izay ahiana ny mety hamonoan’ireo jiolahy an’ity raim-pianakaviana ity. Namono sy nandratra ary naka olona an-keriny araka izany ireto jiolahy ireto ka mihorohoro ny mponina any an-toerana. Tsara ny manamarika fa mpianatra ao amin’ny sekoly antsoina hoe Camp ilay tovolahy maty. 

Marihina ihany koa fa araka ny loharanom-baovao voary avy any an-toerana, Antandroy ireo jiolahy nanafika ireo ary Antandroy ihany koa no saika notafihina nefa olona hafa no lavon’ny balan’ireo voalohany. Karohina mafy ireto jiolahy ireto ary efa mandray andraikitra ny mpitandro filaminana any Toamasina.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FILANA ANDAVANANDRO : Mampitaraina ny mponina ny vidin...

Na izany aza anefa, saika mikolay sy mitaraina avokoa ireo mponina satria tsy maharaka ny filàna intsony ny vola azo amin’ny fidiram-bola atao. Ankehitriny izao dia ny resaka arina fandrehitra na ny “Charbon” indray no ahitana fiaka ram-bidy. Ny fandrahoana sakafo amin’ny ankapobeny no tena ilàna ny “charbon” raha ny eto an-toerana no asian-teny. 

Ary saika ny maro an’isa amin’ny Malagasy dia mbola io akora io avokoa no ampiasaina amin’ny fandrahoana sakafo. Ankoatra ny antony maro samihafa izay mahatonga ny fiakaran’ny vidin’entana anefa, ny vaninandro fahavaratra ihany koa vao mainka manampy trotraka ity tranga ity. Hany ka efa mahatratra 35 000Ar ka hatramin’ny 40 000Ar ny iray gony amin’ny arina fandrehitra vita amin’ny kesika. Tsapa izany fiakarana izany nanomboka tamin’ny fiandohan’ity taona ity. Ireo “charbon” vita avy tamin’ny hazo kininina kosa indray dia tafakatra hatrany amin’ny 20 000Ar ny iray gony. 

Manoloana izany zava-misy izany dia misy amin’ireo mpivarotra arina fandrehitra no misafidy ny hanakatona ny tsenany vokatry ny fahala fosan’ny entana. Antony mahatonga izany fanakatonana izany ihany koa, araka ny fanazavana, ny tsy fisian’ny arina miainga avy any ifotony mihitsy. Tsara ny mampahafantatra fa mikatona izao ny any Fanalamanga, toerana fakana ireo. Miteraka fahasahirana ho an’ireo mpanjifa anefa ny tsy fisian’ny arina fandrehitra eny an-tsena. Amin’izao fotoana izao dia efa maro ireo toerana tsy mahazo “charbon” raha tsy manomboka amin’ny 400Ar.

Tsara ho fantatra anefa fa ankoatry ny filàna arina fandrehitra amin’ny fiainana andavanandro dia tsy vitsy ihany koa ireo mila ity akory ity amin’ny asa fitadiavana. Ity farany izay ahitana fatiantoka be tokoa satria mitombo ny vola mivoaka amin’ny fividianana “charbon”.

Lucien R.   

Ino Vaovao0 partages

SAMPAN-DRAHARAHAM-PANJAKANA - FIOMPIANA SY FAMBOLENA : Vita ny famindram-pahefana

Roa taona no nitantanan’i Baofeno Micheline ity sampan-draharaham- panjakana ity ary betsaka ireo asa vita na teo amin’ny sehatry ny fambolena na ny sehatry ny fiompiana. Teo amin’ny sehatry ny fiompiana dia anisan’ny vita ny fanaovana vaksiny fanefitry ny haromotana. Betsaka ihany koa ny kaominina sy distrika nahazo tombontsoa, indrindra tamin’ny fampandrosoana ny seha-pihariana eny ambanivohitra dia tamin’ny fambolena lojy mainty maso sy katsaka ary vokatra hafa.

Nametrahana ny fambolena sy varotra ifanarahana. Nisy ihany koa ny famadihana bainga amin’ny alalan’ny trakitera ireo tany malalaka fambolena, ny fanomezana masomboly ireo mpanao voly avotra. Nanambara moa ny tale vaovao fa hanohy ny asa vitan’ny teo alohany izy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FANDRIRARIRANA NY FITAKIANA : Manambana ny hitokona indray ny mpiraki-draharahan’ny Fitsarana

Efa nisy  tamin’izany ny fifampidinihana tamin’ny minisitra mpiahy izay nitondran’ity farany vahaolana mahakasika ilay fangatahana. Araka ny vaovao voaray dia mbola eo am-pamaranana ny fandoavana ilay vola nifa- narahana ny fanjakana. Marihina fa mifanindra an-dalana tamin’ilay fitakiana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny fitsarana ny fitakian’ireo mpiraki-draharaha amin’izao fotoana izao.

Eo am-piandrasana izany indrindra anefa dia voalazan’ny filohan’ny sendika, Randriambololona Haja fa misy tompon’andraikitra sasantsasany no miezaka mafy mandrirarira azy ireo manoloana io fanatanterahana ny fangatahan’izy ireo io. Eo anatrehan’ izany dia mampitandrina amin’ny mety hisian’ny fitokonana indray ny sendika raha minia tsy manatanteraka izay nifanarahana amin’ny famahana ny olana ny tompon’andraikitra.

“Miandry ny famaranana an’ilay fandoavam-bola izay hataon’ny minisitera izay efa nifanarahana. Hatreto manontany ny tompon’andraikitra izahay dia mbola mandrirarira izy, manam-petra ihany koa anefa ny faharetanay”, hoy ny filohan’ny sendikan’ny mpirakidraharaha. Nohafa misin’ity farany fa vonona hatrany izy ireo ny hifampidinika amin’ny minisitry ny fitsarana raha toa ka ilaina izany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Mitaraina mafy amin’ny tsy fahampian’ny rano ampiasaina ny mponina

Ho an’ireo izay maka rano amin’ireny tobim-pantsakana ireny dia ilaharana izany ary andaniana fotoana maro. Toy ny amin’ny toerana rehetra izay ahitana fihalaran-drano dia rakotra ireny zerikana mavo ireny amin’ny paompin-drano satria manampy trotraka ny fahamoran’ny fandehan’ny rano. Matetika dia tsy mandeha amin’ny antoandro ny rano fa amin’ny alina vao mikoriana.

Manomboka amin’ny iray ora maraina dia efa mandahatra zinga iandrasana laharana hakana rano ny olona. Ao amin’ny fokontany Ambalakazaha, Morafeno, Scama, Manongalaza, Lazaret sy ny maro hafa no misedra olana amin’ny fijaliana amin’ny rano fisotro madio izany. Araka ny fantatra dia ireny toerana ambony ireny no tena lasibatra kanefa ahitana olona mijaly rano ihany koa eny amin’ny fokontany ambany toerana, tahaka ny ao Avenir sy ao amin’ny Place kabary. Izany fijaliana rano izany hatrany no fitarainana ataon’ireo fokonolona efa an-taonany maro izay. Tsy vitsy ireo tompon’andraikitra no midina ifotony mijery ny zava-misy fa hatreto dia mbola tsy nahitana vahaolana.

Mandritra ny maintany dia ijaliana ao anatin’ny andro roa na telo ny fahazoana rano amin’ireo fokontany voatanisa eo ambony ireo. Tahaka izany koa mandritra ny asara, efa tsy lazaina ihany koa ny fahalotoan’ny rano. Araka ny fantatra dia misy manapaka atondraka amin’ny tanimboly ny rano mikoriana avy amin’ny loharano ao Besokatra Joffre Ville mankaty Antsiranana. Izany no heverina ho mampijaly rano amin’ireny faritra maromaro ireny. Mifamahofaho araka izany ny mahakasika ny fitarihana rano amin’ity lakan-drano ity. Tsy sahy kasihana ireo nahavanona izany. Eo ihany koa ny fiitaran’ny tanàna ka tsy ampy tosika ny rano tonga aty an-tampon-tanànan’Antsiranana araka ny voalaza hatrany. Fa fananganana tobin-drano izay eo an-dalam-panamboarana ity fotodrafitrasa toby fanangonana rano ity ihany no natao ho famahana ny olana, izay avy ao Sahasifotra ankehitriny, izay  atao ho fanampin’izay efa nananana. 

Andrasana araka izany ny fahavitan’ity fotodrafitrasa ity. Mandra-pahavitan’izany dia mbola miaina ao anatin’ny fijaliana amin’ny rano fisotro ireo mponina ao anatin’ny fokontany maromaro aty Antsiranana. Ilaina amin’ny amin’ny fiainana andavanandro ny rano, rariny raha ohatra ka mitaraina mafy amin’ny fahasahiranana mahazo azy ireo ny fokonolona.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I FANDRIANA : Mbola mijaly herinaratra ny mponina na voavaha aza ny olan’ny solika

Manamporofo izany ny fiakaran’ny vidim-piainana rehefa miakatra ny vidin- tsolika. Vao mainka olana goavana mihoatra lavitra noho izay rehefa tojo ny fotoana tsy hisian’ny solika, toy izay niainan’ny mponina tao Fandriana herinandro vitsivitsy lasa izay. Ankehitriny dia efa miverina amin’ny laoniny ny famatsiana ny solika ao an-tampon-tanànan’i Fandriana, araka ny fantatra. Raha tsiahivina dia tsy nisy izany famatsiana solika izany tao anatin’ny roa herinandro. Araka ny fantatra dia olana ara-teknika sy noho ny fanamboarana ny tobin-tsolika tao an-toerana no nampisy izay fiatoana izay. Manoloana izany dia tany amin’ireo mpivarotra enta-madinika no nanjifa solika ireo mpanjifa rehetra mila izany. Koa zara raha misy dia sandaina amin’ny vidiny lafo dia lafo izany solika izany.

Etsy ankilany, tsy mbola miverina amin’ny tokony ho izy mihitsy ny fahazoana herinaratra any amin’ny distrikan’i Fandriana. Araka ny fantatra dia tao anatin’ny iray volana katroka izao no nisian’io olana io tao an-tampon-tanànan’i Fandriana. Araka ny fanazavana voaray dia vokatry ny fahasimban’ny milina manodina ny herinaratra any amin’ny toerana misy izany no mahatonga izao fahatapahan-jiro izao. Raha tsiahivina mantsy dia may noho ny varatra nilatsaka tao aminy ity milina mamokatra herinaratra ao an-tampon-tanànan’i Fandriana ity ny faran’ny volana desambra lasa teo. 

Fahasimbana izay tsy mbola misy fanamboarana hatramin’izao. Efa misy ihany ny vahaolana amin’ny fampiasana “groupe éléctrogène” mba hampandehanana araka izay tratra ny herinaratra saingy voafetra ihany izany. Araka ny fandaminana mantsy dia manomboka amin’ny 08ora maraina ka hatramin’ny 12ora antoandro sy amin’ny 6ora hariva ka hatramin’ny 11ora alina ihany no mandeha ny jiro.

Lucien R.

Tia Tanindranaza0 partages

Canal + MadagascarLasa 5 000 Ariary ny Décodeur

Niampy 3 indray nanomboka ny 23 janoary ny “chaînes” vaovao atolotry ny Canal + Madagascar ho an’ ny mpanjifany dia ny TFX, ny Nollywood Tv Epic ary ny A+Sport.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina pestaTokony ho mailo hatrany ny rehetra, hoy ny minisiteran’ny fahasalamana

Mbola mitohy hatrany ny fanentanana tanterahin’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka mikasika ny ady atao amin’ny aretina pesta amin’izao.

Tsiahivina moa fa nahatratra 33 ny isan'ireo nararin’ny pesta aretin-tratra  nanaraka fitsaboana ny 09 novambra taona 2017 lasa teo.  Enina ny isan’ireo narary vaovao tamin’izany raha 1.154 kosa ireo efa sitrana. Iray  kosa  no namoy ny ainy. Mbola nahitana tranga iray hafa indray anefa tamin’ny tapaky ny volana janoary lasa teo saingy efa sitrana soa aman-tsara  ilay olona.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mba henoy ny feon’ny fieritreretana e

Malaza ho olon’ny fihavanana sy ny fifampiresahana ny Malagasy, saingy efa tonga amin’ny fifampisoparana sy ny fifamotehana mihitsy noho ny lonilony sy ny hambom-po politika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohibao Antehiroka« Epicerie » maromaro mety hakatona

Nanao bemidina in-droa miantoana teny Ambohibao Antehiroka ny mpiasan’ny minisiteran’ny varotra etsy Ambohidahy tato anatin’ny iray volana teo izay.

 Nahatsikaritra tsy fanarahan-dalàna maromaro izy ireo nandritra izany. Tsy mametraka vidin’entana ny mpivarotra sasany, ny hafa tsy mahaloa ara-potoana ny patanty, ao ireo mampiasa mizana sy vatomizana ary koa famarana tsy voamarina. Nahazo fampiantsoana avy hatrany, ho eny Ambohidahy, ireo tsy nanara-dalàna. Mpivarotra folo mahery, raha ny andiany tamin’ity herinandro ity no voaantso. Teny an-toerana ny sasany vao nampahalalaina ny anton’ny fiantsoana sy ny sazy miandry azy ireo. Eo no velon-taraina ireo mpivarotra satria itakiana vola telo ka hatramin’ny dimy ambin’ny folo tapitrisa Ariary. “Na hamidy avokoa aza ny tsenanay tsy voaefa izany. Fotoana tsy mampandeha ny tsena rahateo izao”, hoy ny mpivarotra sendra ny Tia Tanindrazana. “Tsy ny fampitandremana na mba fe-potoana nomena anay, hanitsianay ny tsy mety, fa toa tian-kano tsy tian-kano izy ity”, hoy hatrany izy ireo. Manahy ihany koa ireto mpivarotra enta-madinika ireto “sao mifono fanararaotana”, hanerena azy ireo an-kolaka “hanao fandaminana ara-bola” ny zava-misy, ka anairan’izy ireo ny tompon’andraikitra.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Manameloka ihany, manameloka hatrany

Aaah! Jean aan! Manakory ianareo? Aleo tonga dia vantanina kosa rangahy fa mankaleo be ilay revinareo aa! Aiza moa ny tanana no handroso? Atrikasa dia velankevitra dia fikaonandoha dia inona koa?

Ny fantatra fotsiny aloha dia tsy maintsy miafara amin’ny fanamelohana. Manameloka ihany, manameloka hatrany. Dia mampaninona anefa izao izay izany? Tena mbola tsy nahita izay fiovana nentin’io revinareo io mihitsy aloha aho ry Jean! Isan’ny vazo tiako rangahy ilay hoe be ny zavatra azo atao ety aa! Ny mahagaga ahy anefa  dia toa ianareo be palitao be ireo indray no toa tsy mahita atao kanefa ny fiantsonay valalabemandry anareo anie hoe manan-katao ee! Hi hi hi..! Ny mahafinaritra aloha dia ilay ianareo mahatsikaiky foana ee! Fa ny mahasorena kosa anefa tena bobaka aa! Ilay zavatra lazainareo fa iadianareo toa vao maika mirongatra foana. Raha tsy izany, ny sasany mody ahena kely fa ny hafa indray no arongatra. Tonga dia kopy ianao amin’ilay tiako tenenina ee! Veloma fa tssss….

Marco  

Tia Tanindranaza0 partages

Ny Rado RafalimananaMivoy ny tetikasa « VATOEKA »

Noho ny fahatsapana ny fananan’ny Malagasy manampahaizana maro sy loharanon-karena voajanahary tsy hita noanoa dia nandray andraikitra ny ONG Ny Fanahy Maha Olona fa hikaroka izay ahafahana manome lanja ireo talenta isan-karazany ananan’ireo tanora malagasy,

 

 ka hanome tantsoroka ahafahan’izy ireo manorina ho avy mamiratra sady ho fampandrosoana ny firenena. Noho ny tsy fahitan’izy ireo mazava ireo lalana tokony hizorana, dia natsangan’ny ONG Ny Fanahy Maha Olona ny Tetikasa VATOEKA ho tari-dalana sy tantsoroka ho azy ireo.

Lova napetraky ny jeneraly Ratsimandrava

Tsy zava-baovao ho an’ny Malagasy ny VATOEKA fa sehatra efa napetraky ny Jeneraly Ratsimandrava nanomezana lanja sy nihainoana ny hevitry ny fokonolona mikasika ny fampandrosoana ara-tsosialy sy ara-toekarena teto amin’ny tany sy ny fanjakana. Tsy fandikana be fahatany ny fomba fiasa tamin’izany no ataon’ny ONG Ny Fanahy Maha olona fa fanohizana ny lalana efa natomboka, nefa efa adinon’ny ankamaroan’ny Malagasy ankehitriny. Nisy fidinana nataon’ny ekipa notarihan’ny filoha Ny Rado Rafalimanana tany Fianarantsoa, tao amin’ny Espace Royal, ny 27 sy 28 janoary lasa teo nanazavana momba ny Tetikasa VATOEKA sy nifanakalozana hevitra tamin’ireo sokajin’olona maro avy ao Fianarantsoa. Nosafidiana manokana io tanàna io noho ny fananany haren-tsaina sy kolontsaina miavaka, nefa koa ahitana olana ara-toekarena sy sosialy ilàna vahaolana maharitra. Nambara tamin’izany fa hahakasika sehatrasa 17 ny Tetikasa VATOEKA, anisan’izany ny fambolena sy ny fiompiana, ary ireo Faritra 22 dia samy hisitraka ireo tantsoroka hoentiny. Hisy drafitrasa fanofanana ara-teknika sy momba ny fitantanana homanina ho an’ireo tanora mpahazo tombontsoa amin’izany. Atoa Ny Rado Rafalimanana, rehefa avy nahita ireo traikefam-pampandrosoana tany amin’ireo firenena maro notsidihany tany ivelany, ary taorian’ny nitoerany ela tany ivelany noho ny asany, dia nanapa-kevitra ny hiverina eto an-tanindrazana hanatanteraka ny faniriany hamerina ny fahefana masi-mandidy sy ny hasin’ny Firenena Malagasy mba hahafahany mampitoetra ny fampivoarana lovain-jafy (Développement Durable).

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miasa ho anao ny fanjakanaMinisitera isanisany mivonona amin’ny fifidianana

Mihetsiketsika tampoka ny fitondram-panjakana tato ho ato amin’ny fanarenana sy fanamboarana fotodrafitrasa eto an-drenivohitra toy ny farihin`Anosy,

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Potika ny fiarahamoninaMirongatra ny herisetra sy ny vono olona

Mirongatra ny herisetra ary mahavita mandatsaka aina mihitsy ireo olon-dratsy. Tena lasa biby toetra sy lian-dra fa tsy vitan’ny mangalatra sy mandroba fotsiny. Nisy ny fakan-kevitra natao tamin’ny mpitandro ny filaminana, mpiantsehatra mivantana sy mandray an-tanana ny fanadihadiana hoe : inona tokoa no mety mahatonga izany ?

 

 Amin’ny ankapobeny dia ny fitezana any amin’ny fiarahamonina mihitsy no efa hafa satria lasa miharatsy mihitsy, raha ny fanehoan-kevitry ny Kaomandra Herilala Andrianatisaona, Tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Tsy hay intsony na ny fitadiavana na ny fahasarotan’ny fiainana no mahatonga izany. Tsy mipetraka tsara intsony ilay fanabeazana, ka tsy any am-tsekoly ihany no tokony hiresahana izany fa hatrany amin’ny fiarahamonina sy ny tokantrano, hoy izy. Avy any mihitsy satria  ilay olona mahatasapa ihany avy eo hoe tena diso aho. Eo ihany koa ny fitiavam-bola satria vitsivitsy ihany ny resaka valifaty noho ny resaka lolom-po. Noho io fitiavam-bola io, dia mahavita mamono olona mihitsy. Tsikaritra ho isaky ny vohitra no misy fiangonana, ka raha tena miaina amin’izay ny olona na inona finoany, ary arahina marina ireny, dia tsy tokony hirongatra ny vono olona sy ny tsy fandriampahalemana. Vao mainka anefa maro ny olona sahy manao ratsy sy mahavita mandatsaka aina. Taloha, dia am-polony na latsak’izany ny dahalo, saingy efa manao andiany an-jatony izany amin’izao fotoana izano, izay azo hilazana avy hatrany fa ny faharatsiana eny amin’ny fiarahamonina mihitsy no mitombo. Tsy hoe ny zandary no tsy miasa na ny polisy, araka ny hevitr’io tompon’andraikitra io satria tena efa miady aman’aina mihitsy izy ireo, indrindra fa ny eny ambanivoihitra raha ny fanazavany. Raha ny any amin’ny borigady na ny “poste avancé”, dia tena misaotra an’Andriamanitra fatratra raha manana herinandro hatoriana ao anatin’ny iray volana. Tena miasa miasa izy na misy ihany aza ireo mety mivaona amin’ny asany, fa tena ny olona mihitsy no miharatsy, ka tokony hohamafisina ny fitezana. Mila atomboka any amin’ny ray aman-dreny izany, hoy hatrany ny Kaomanda Herilala Andrianatisaona.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hahafaha-mandroba an’i MadagasikaraMiala any indray ny korontana 2018…

Mananontanona indray ny korontana sy ny krizy eto amin’ny firenena, raha tsy misy ny fitsipi-dalao mazava sy ny fifandaminana mialoha ny fifidianana, izay hatao amin’ity taona ity raha tsy misy ny fiovana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famaranana ny Chan 2018Nigeria sy Maroc no hifanandrina

Nidelira fandresena ny tao amin’ny kianja Mahommed V any Casablanca tamin’ny nahazoan’ny ekipan’ny Lions de l’Atlas ny fandresena nanoloana ny Chevaliers de la Méditerranée Lybiana 3-1 omaly alarobia 31 janoary 2018.

Tia Tanindranaza0 partages

Fonjan’i GuantanamoMitohy ny asay, hoy i Donald Trump

Nanapa-kevitra ny mbola hampiasa hatrany ny fonaj’I Guantanamo mba hihazonana ireo olona sokajiana ho mpanao asa fampiorohoroana ny filoha Amerikana Donald Trump; efa nomeny baiko momba izany ny minisitry ny fitsarana Jim Mattis ary efa voasonia ny didim-panjakana,

 hoy izy.Anisan’ireo mety hogadraina ao amin’ity fonja ity ireo olon’ny “Etat Islamique” azo babo nandritra ny ady tany Syria, mety hafindra any Guantanamo ihany koa ireo Islamista mampiorohoro an-jatony hazonina amina fonjamaromaro any Etazonia.Nieritreritra ny hanidy tanteraka an’I Guantanamo ny filoha Amerikana teo aloha Barack Obama, saingy ny mifanohitra tanteraka amin’izany no mitranga ankehitriny. 

Taorian’ny fipoahan’ny baomba dia nitrangana horohorontany indray tany avaratra atsinanan’i Afghanistan ny alarobia teo izay manana tanjaka 6,1 eo amin’ny mari-drefy Richter. Raha ny nambaran’ny sampana mpitsirika momba ny horohorontany Amerikanina dia tany Pakistan tao amin’ny tendrombohitr’i Hindu Kush manana halalina 191 kilometatra ny foibeny. Raha ny nambaran’ny mpitondra tenin’ny sampam-pirenena misahana ny loza voajanahary any dia tsy nisy ny traboina ao Afghanistan, fa noho ny fatahoran’ny olona hirodanan’ny trano no nivoahan’izy ireo. 

Notanan’ireo polisy mpanao famotorana vonjimaika any Parisy ilay mpahay momba an’ny silamo Soisa Tariq Ramadan mba ahafahana manadihady azy mahakasika ilay fitoriana momba ny fanolanana sy fanaovana herisetra. Vehivavy 2 no nametraka fitoriana tany amin’ny polisy nanomboka ny volana oktobra izay nilaza fa naholan’ity teratany Soisa ity ny taona 2009 sy 2012, ka nampiatsoana tao amin’ny polisy ity ary tonga tao ny alarobia teo

Tia Tanindranaza0 partages

LISI-PIFIDIANANA MAMPIAHIAHY

Omaly dia tafiakatra 9.600.000 ny olona izay nanoratra anarana anaty lisi-pifidianana, raha araka ny fanazavan’ny CENI. Mbola hanao ny fanaraha-maso izany izy ireo alohan’ny hamoahana ny lisitra farany amin’ny 15 aprily ho avy izao.

Raha jerena amin’io tarehimarika io dia tratra ny tanjona ho an’ny CENI. Saingy azo heverina ve fa nisy fanahy masina nilatsaka avy any an-danitra ka nanaitra ny olona ny hanoratra anarana tao anatin’ny fotoana fohy ? Mampiahiahy ny lisi-pifidianana.

BEKILY

Iharan’ny hain-tany any Bekily amin’izao fotoana. Hatramin’ny rivodoza Ava no nisy orana farany. Malazo ny voly ary karankaina ny tany. Mijaly ny biby fiompy. Manao antso avo ny any an-toerana mba hijerena izany.

 ASAN-JIOLAHY

Notifirin’ny jiolahy telo mirongo kalachnikov ny tovolahy iray tao Ambolomadinika, Toamasina. Izany dia nandritry ny fanafihana mitam-piadiana izay nitranga ny alin’ny talata teo. Sendra nanokatra varavarana izy raha niantso vonjy ny olona tao amin’ny trano voatafika. Taitra ny jiolahy ka nitifitra azy avy hatrany. Nahita izany koa ny mamany dia nihoraka ary mbola voatifitra koa. Mbola miady amin’ny fahafatesana io farany.

KAROHIN’NY BIANCO

Nivoaka ny « avis de recherche » na didy fikarohana  an’i Gérald Ramangasoavina izay nosoniavin’ny tale jeneralin’ny Bianco Jean Louis Andriamifidy. Ny olona karohina dia lava tanana amin’ny fanaovana kolikoly ary nivarotra tany tsy ara-dalàna tamin’ny olona efa maherin’ny telo arivo isa. Hatramin’ny Villa Elizabeth aza dia mbola ny orinasany koa no tompon’antoka tamin’ny famarotana azy. Izay izy vao tena karohina amin’ny fomba ôfisialy taorian’ny fisolokiana an’arivony izay efa nahazoany miliara marobe.

MPITAINGINA SCOOTER TRA-DOZA

Mpitaingina scooter roa karazana no nidiran-doza tetsy Ambohimahitsy noho ny hetraketraky ny taksibe iray. Raha ny filazan’ny mpandeha dia maty tsy tra-drano ny tamin’ny scooter iray ary ny tamin’ilay faharoa kosa dia mbola miady amin’ny fahafatesana. Io taksibe io dia manao « jono botry » ary nandeha tany amin’ny lalana tsy tokony handehanan’ny zotrany. Nofahony ireo mpandeha môtô ary mbola saika hitsoaka aza ny mpamily raha tsy notazomin’ny olona.

AHIAHY AMINA TRAFIKANA TAOVA

 Zazavavy kely iray, 13 taona, no hita faty tao anaty kirihitra. Mikorotan-tsaina ny tanànan’Ambato-Boeny noho ity tranga ity. Napetraka  teo amin’ny vavany ny silipony ary niboraka avokoa ny taova tao anaty kibony. Tsy nisy ratsan-tanana intsony koa ilay zazavavy. Mandeha be ny feo ao an-tanàna ny momba ny fisian’ny trafikana taova.  

 

ASAN-JIOLAHY

Nanao izay danin’ny kibony ny jiolahy miisa valo tetsy Ambohidratrimo. Notafihan’ireo ny tranon’ny mpambongady iray izay mba afaka nitsoaka tao amin’ny efitra iray ka notohanana tamin’ny gonin-tsiramamy ny varavarana mba tsy ho voavohan’ireo olon-dratsy. Mainka koa izany nanamora ny asan’ny mpamaky trano. Lasa ny vola sy ny entana marobe. Tsemboka sy nivavabavaka ireo fianakaviana kely mandram-pahalasan’ireo olon-dratsy tao an-tranony.

NIPOAHAN’NY VARATRA Mpianadahy, ny iray 13 taona ary ny faharoa 15 taona, mpianatry ny CEG ao Anivorano no maty nipoahan’ny varatra. Avy nianatra izy ireo ka hamonjy toeram-podiana no io niharan-doza io. Ketraka tanteraka ny ray aman-drenin’izy dahy nanoloana ny zava-nitranga. Maty tsy tsa-drano ireo zaza izay hany zanak’izy mivady raha araka ny vaovao azo avy any an-toerana.

VELON’AHIAHY NY KMF-CnoeVitsy loatra raha araka ny fanazavan’ny KMF-CNOE ny olona voasoratra ao anaty lisi-pifidianana. Raha handeha io fifidiana amin’ity taona ity io dia ahiana ho tsy mari-toerana izay filoham-pirenena voafidy eo noho izany antony izany. Isan’ny soso-kevitra naroso ny fanalavàna ny fotoana hanoratan’ny olona anarana ary koa ny fandresena ny olom-pirenena 18 taona noho ny miakatra mba hanoratra anarana ao anaty lisi-pifidianana. Raha ny tarehimarika noroson’izy ireo dia mbola latsaky ny 40% amin’ireo 10 tapitrisa tokony hifidy no mbola voasoratra anarana.

 FATIANTOKA AMINA MILIARA

 Tombanana ho folo miliara ariary ary mety mbola maherin’izany aza ny fahavoazana noho ny firehetan’ny toeram-pitahirizizana jirofo ao Salazamay-Toamasina . Navoaka avokoa ny fiara famonoana afo izay nisy tao an-toerana saingy mbola adiny dimy taty aoriana izay vao voafehy tanteraka ny afo. Saika mbola nihoatra noho izany ny fahavoazana raha tsy niezaka ny mpamonjy voina. Mbola nisy barika 80 mahery misy jirofo koa mantsy tao. Efa nitsoaka ny olona teo amin’ny manodidina. Voatonona ny anaran’ny Jirama satria niainga tamin’ny olan’ny herinaratra ny afo.

FANARENANA NY RN 44

 Tapa-kevitra ny sehatra tsy miankina ny hanarina ny lalana amin’ny RN44 izay mampitohy an’i Moramanga amin’Ambatondrazaka. Efa ho herinandro izay no nifandrimbona ny mpitatitra, ny orinasa ary ny olon-tsotra izay afaka manampy tamin’ny fanamboarana. Mbola mitohy ny fanentanana ny orinasa hafa izay tsy nahefa ny adidiny ary miankina amin’izany ny hahavitan’ny lalana hatramin’ny farany. Endriky iraa manazava fa leo ny andraso andrason’ny fitondrana ny zava-mitranga.

MPAMAKY TRANO

Olona nahazo fahafahana vonjimaika no mbola namaky trano sy nangalatra moto ihany. Porofo mivaingana fa mbola misy tsy fahamatorana ny fanapahan-kevitry ny fitsarana amin’ny raharaha sasany ka mahatonga ny olona hiahiahy kolikoly. Tsy izany ihany fa ireo mpanendaka etsy sy eroa dia efa mpamerin-keloka avokoa ny ankamaroany. Tsy mahavita ny saziny eny Antanimora akory ireo dia efa mivoaka indray ary miverina manao asaratsy.

KOLONTSAINA

“Les rats conteurs” na ireo voalavo mpilaza angano, io no tantara nosoratana holalaovina an-tsehatra hampifalifaliana ny olon-drehetra manomboka eo amin’ny faha 8 taonany etsy amin’ny IFM Analakely ny sabotsy izao. Ry zareo avy eo anivon’ilay tarika mpiangaly azy itony na ny IBN moa no milalao azy ity izay ahitana an’I Bini, Gad Besalem ary Haja Ravalison.

TSIROANOMANDIDY

Dahalo miisa 30 mitondra basim-borona miisa 04 no nanafika ny tanàna ka noraofin’izy ireo avokoa ny omby miisa 32 an’ny mponina antsoina hoe Razafimahatratra Jean Pierre ary nanapoaka basy in-droa izy ireo. Rehefa lasa ireo dahalo dia nifanena tamina olona 05 mianaka avy any an-tsaha ary nentin’izy ireo an-keriny niaraka tamin’ny omby ny 29 janoary 2018 tamin’ny 5 ora hariva tao amin’ny fokontany Kankaolo, kaominin’Ambanivohitr’ Ambalarinana. Nanara-dia ny PA Amparihivato ary nampahafantarina ny toby rehetra manodidina an’ny ZP sy ny DAS.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana sy ny OIF

Tonga nitsidika ny filoham-pirenena teo aloha sady filoha nasionalin’ny Tiako i Madagasikara,Marc Ravalomanana teny amin’ny trano fonenany teny faravohitra omaly ny delegasionina avy amin’ny fikambanan’ny Frankofonia (OIF) notarihan’i Djibou Salou, filohan’i Nigeria teo aloha.

Tsy nisy ny fanambarana ofisialy taorian’ny fihaonan’ny roa tonta, re kosa anefa fa manodidina ny fifidianana filoham-pirenena ny lahadinika ary nanindry mafy ny amin’ny hamelana ny kandida rehetra handray anjara amin’io fifidianana io ny OIF. 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversiten'i MahajangaNitsefotra ny fifampidinihana

Tsy nahomby ny fampifanatonana mivantana ny tompon' andraikitry ny oniversite sy ny mpianatra nataon'ireo solontenam-panjakana tao Mahajanga notarihin'ny Préfet Ravelomahay Lahiniaina Fitiavana sy ireo lehiben'ny OMC omaly maraina, nokasaina hamahana ny olan’ny oniversiten'i Mahajanga.

 

 Tao amin'ny Grand-Amphi Ambondrona no ambohimpihaonana. Nandritra izany no namakiana ny fehinkevitra tapaka nandritra ny fivoriana savaranonando natao tao amin'ny Lapan'ny tanàna ny talata tolakandro teo. Voarakitra ao anatin'io fehinkevitra io fa ny volana aprily 2018 vao miverina mipetraka amin'ny trano ny mpianatra, foanana ny fikambanan'ny mpianatra na ny CCE (Conseil Consultatif des Étudiants) na ny BDEUM (Bureau des Étudiants de l'Université de Mahajanga), tsy misy miova ny fanapahan-kevitry ny CODIS ny amin'ireo sazy rehetra ary misokatra ny fifampiresahana.  Taorian'ny namakiana io fehinkevitra io dia horakoraka tsy nifandrenesana maneho fandavana no nasetrin'ireo mpianatra nanerana ny efitrano nivoriana ka nivoaka avokoa ireo mpampianatra sy tompon’andraikitry ny oniversite. Ireo solontenam-panjakana sisa no nifandahatra sy nifandimby nandray fitenenana ary  nifampihaino teo. Taorian'io dia mbola nisy ny fifampidinihana tsy nahazo natrehina teny amin'ny biraon'ny KAKAL teny Mahajanga be.

Vahaniaina

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby seksiona Antananarivo RenivohitraMiato kely aloha taorian’ireo lalao ampahavalon-dalana faharoa

Tontosa tamin’ny an-tsakany sy an-davany ireo lalao rugby ampahavalon-dalana andiany faharoa nokarakarain’ny seksiona Antananarivo Renivohitra notontosaina tetsy amin’ny kianja Malacam Antanimena ny alahady 27 janoary 2018 teo.

 

 Araka ny fivoriana notinapak’ity seksiona Antananarivo Renivohitra ity izay nivory toy ny mahazatra azy omaly alatsinainy 28 janoary dia miato kely aloha ny fanohizana ny fifaninanan-dry zareo mba hahafahan’ny eo anivon’ny Analamanga Rugby miroso amin’ny fiadiana ny “Coupe d’Analamanga 2017” manomboka amin’ny alahady 4 febroary 2018.

Voka-dalao tetsy Malacam :

Csa 15 – 10 Tafia   

Cfa 13 – 11 Espoir   

Hiza 17 31 – 06 Fca   

XV Volks 15 – 08 Jamaïc  

Cosm du Sud 12 - 06 Usa Ankadifotsy 

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Ady totohondryMijanona amin’ny toerany i Gégé Bosco

Noraisin’ny talen’ny fanatanjahantena eo anivon’ny minisiteran’ny fanatanjahantena Malagasy nihaona taminy tamin’ny talata 30 janoary ireo filohan’ny ligim-paritry ny ady totohondry miisa 11 rehefa tapitra ny 48 ora niangavian'izy ireo ny Komity Olimpika Malagasy sy ity

  minisitera voalaza teo ity  mba hampiantsoan'izy ireo fivoriambe hahazoana mandray fanapahan-kevitra eo amin’ny disadisa miseho indray amin’ny fitantanana ny federasion’ny ady totohondry Malagasy. Nambaran’ity talen’ny Fanatanjahantena ity ary fa ny ligim-paritra no tompon’ny fanapahan-kevitra farany eo anivon’ny fitantanana ny ady totohondry Malagasy ka noho izany dia mijanona ho filoha lefitr’ity federasiona ity hatreto Atoa Gégé Bosco ary izy ireo irery ihany no afaka mandray fanapahan-kevitra indray amin’izay mety hanesorana azy raha ilaina izany. Nomarihan’ireto ligim-paritry ny ady totohondry Malagasy ireto fa mba niverina niarin-doha indray ity taranja ity tao anatin’izay herintaona mahery kely niverenan’i Gégé Bosco teo amin’ny fitantanana ny ady totohondry izay ary tena nanakoako any ivelany any ny fahaizan’ny mpikatroka Malagasy manao ady totohondry tamin’ireny niatrehana ny fiadiana ny ho tompondakan’i  Afrika 2017 tany Congo Brazzaville ireny. Na ireo mpandray anjara rehetra na ireo mpitantana avy amin’ny AIBA tonga nanatrika ny fihaonana dia resy lahatra avokoa amin’izay fahakingan’ny mpikatroka Malagasy izay ka nahatonga ny filohan’ny « Juge Arbitre » ny Boxe aty Afrika nanapa-kevitra ny handefa « Expert » hitarika fanofanana mpitsara ady totohondry Malagasy amin’ity taona 2018 ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Ady tany eny AmbohitrakelyTsy milefitra ny fokonolona

Mitohy hatrany ny tolon’ireo mponina eny amin’ny fokontanin’Ambohitrakely, ampitan’ny toby miaramila etsy Betongolo, manoloana ny fanerena olona hiala izay efa nonina sy nanajary ny tany hatramin’ny taona 1982, raha ny fazavana.

 Nisy ny fanangonan-tsonia tontosain’ireo lasibatra ary hiroso amin’ny dingana fanatonana ireo tompon’andraiki-panjakana hisahana ny raharaha manomboka izao izy ireo. Etsy an-kilany, tsy mety manala intsony ireo sora-baventy mitsatoka hazo milaza fa tany miaramila tsy azo idirana ao amin’ity tany ity ny eo anivon’ny militera.  Naneho tamin’ny mpanao gazety ireo taratasy manamarina ny maha tompon’ny tany azy moa ireto mponina lasibatry ny fibodoana tany ireto ary porofo fa nanajary ny tany ihany koa izy ireo raha ny fanazavana ny fisian’ny hazo fihinamboa midoroboka eo amin’ny tokotany. 

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady tany ao Salazamay-ToamasinaManjaka ny didin’ny be sandry

“Tsy tanin’ny orinasam-pifandraisan-davitra ‘’Telma’ intsony io tany eto Salazamay atsimo io.

 

Rakoutou

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taorian’i CébileTsy mbola atahorana ny rivodoza manaraka

Oram-pahavaratra ihany no mirotsaka amin’izao fotoana izao raha ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny sampana famantarana ny toetr’andro.

 Efa lasa lavitra any an-dranomasina ny rivodoza Cébile. Tsy mbola misy atahorana kosa ny hidirana rivodoza manaraka, araka ny fanazavana hatrany,  raha ny sary voaray avy amin’ny zanabolana. tombanana hanodidina ny 17°C  ka hatramin’ny 22 ° Ckosa ny marimpana manerana ny nosy.  Miisa 3 eo ho eo hatrany moa ireo rivodoza miditra aty amin’ny fari-dranomasina indianina isan-taona, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandrefy tany mpahay eto MadagasikaraMisy mitady hanakorontana

Misy mitady hanova sahady ilay lalana 2011/0015 mifehy ireo mpandrefy tany mpahay (geomètre) na dia mbola tsy niasa akory aza, raha araka ny fanazavan-dRasamimanana Rolland omaly, tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny holafitry ny mpandrefy tany mpahay eto Madagasikara.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hani-masaka eto an-drenivohitraBe ny laoka kanefa midangana ny vidin-kena

Anisan’ny mampitaraina fatratra ny rehetra amin’izao ny fiakaran’ny vidim-piainana. Ankoatra ny vary dia mila tsy ho azo vidina intsony ihany koa ny hen’omby.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fandinihana ny lalàm-pifidiananaHivory tsy ho ela ny parlemanta

Ho avy ato ho ato ny fivoriana tsy ara-potoan’ny antenimieram-pirenena handinihana ny lalàna mifehy ny fifidianana.

Mazava ny resaky ny praiminisitra teny Mahazoarivo omaly tolakandro raha nihaona tamin’ny delegasiona izay tarihin’Andriamatoa Salou Djibo avy amin’ny Fikambanan’ny tany miteny frantsay na OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) izy. “Nodinihina tamin’ny antsipiriany farany tamin’ny Filankevitry ny governemanta ny maraina teo (30-01- 2018) ny volavolan-dalàna momba ny fifidianana mialoha ny handefasana azy hankatoavina amin’ny Filankevitry ny minisitra ary avy eo dia halefa tsy ho ela hankatoavina eny anivon’ny parlemanta. Mety hisy, hoy ny praiminisitra ny fivoriana tsy ara-potoana ho an’ny Parlemanta amin’ny volana febroary ho avy izao.”. Notsiahivin’ny praiminisitra ireo dingana vita iomanana amin’ny fiatrehana ny fifidianana amin’ity taona ity, indrindra ny fanatsarana ny lafiny lalàna nanomboka ny taona 2016.Tonga eto Madagasikara moa main’izao fotona ary ny nihaona tamin’ny praiminisitra  Mahafaly Solonandrasana Olivier praiminisitra lehiben’ny governemanta ity delegasiona ity omaly tolakandro. Fantatra nandritra izany  fa tonga izy ireo hanao tombana ny fiomanana amin’ny firosoantsika amin’ny fifidianana,  hihaino ireo tompon’andraikitra samihafa na avy amin’ny fanjakana na avy amin’ny sehatra hafa toy ny fiarahamonim-pirenena mba hahafahana mandrefy ny ezaka vita sy hijerena ny fomba hanamafisan’ny OIF ny fanohanana an’i Madagasikara eo amin’izay lafiny fifidianana izay. Nampita hafatra fankaherezana avy amin-dRamatoa Sekretera jeneraly ihany koa Atoa Salou Djibo. Afa-po amin’ny ezaka ataon’i Madagasikara amin’izay firosoana amin’ny fifidianana izay ny delegasiona araka ny nambarany. Tsiahivina fa anisan’ny iandraiketan’ny OIF ny manara-maso sy manohana ireo firenena mpikambana ao aminy, eo amin’ny lafiny fiomanana amin’ny fifidianana, ary tafiditra amin’izany ny dian’ity delagasiona ity eto Madagasikara. Tanjona ny hanomezana vahana ny filaminana, ny demokrasia ary ny zon’olombelona.

RTT

 

 

La Vérité0 partages

Coopérations décentralisées - 2ème échange franco-malagasy en vue

Promotion de la coopération entre les Collectivités territoriales décentralisées. La 2ème Assise internationale des collectivités territoriales malagasy et françaises (Aict) aura lieu du 5 au 7 mars prochain à l’hôtel Carlton, Anosy. D’ici là, les organisateurs s’activent dans la préparation de cet évènement afin d’obtenir les résultats escomptés mais aussi pour que rien ne soit laissé pour compte. Pour ce faire, une réunion des différents Chefs de Régions s’est donc tenue mercredi dernier, dans les locaux du Fonds de développement local (Fdl) à Anosy, assistée par le Comité de pilotage de cette seconde assise internationale. Un évènement de cette envergure se prépare, plus particulièrement en ce qui concerne la mise en valeur de chaque Région de la Grande île. 

 

A part les différentes rencontres, une grande exposition se fera en parallèle sur le Toit de Tanà afin de présenter aux 200 représentants de collectivités françaises la particularité de chaque Région, les avancées accomplies en matière de développement, sans oublier les opportunités de coopération. « L’objectif est de faire des échanges afin de trouver des points communs  et  de développer un partenariat gagnant-gagnant », affirme Ndrantonomena Rakotonanahary, chef de la Région d’Analamanga.  Il a également ajouté : « L’efficacité de cette coopération décentralisée a été prouvée, et nous souhaitons l’exploiter avec d’autres secteurs, notamment dans des projets axés sur les jeunes ».

Avec une population relativement jeune, la formation ainsi que l’insertion professionnelle sont des priorités pour le développement de chaque Région. Et cette 2ème Aict tient à mettre en avant ces priorités, selon toujours les propos du chef de la Région d’Analamanga.  Outre le développement de nouveaux partenariats, il y a également ceux qui veulent les renouveler, notamment des coopérations de la Région d’Anosy avec une Région de la France et de La Réunion. « Ces coopérations concernent la pêche et la production d’huitres. Elles ont été suspendues, mais nous allons les renouveler à l’occasion des prochaines assises », a indiqué Jules E. Razafindramaro, chef de la Région. Cette Aict sera un évènement à ne pas rater pour toutes les Collectivités territoriales décentralisées.

Rova R.

La Vérité0 partages

Plateforme syndicale F3M - Les fonctionnaires vivent avec le « Sida »

Des conditions misérables. Les fonctionnaires malagasy se sentent délaissés par l’Etat ces dernières années. « A quelques mois de la fin de son mandat, le Président de la République (Prm) a omis la hausse de salaire des fonctionnaires pour cette année, ce qui est incompréhensible. Pourtant, ces agents de l’Etat et ceux retraités vivent avec le « Sida », c'est-à-dire un « Solde insuffisant depuis des années ». Nous avons décidé de nous taire depuis 2015, pour éviter le trouble. Apparemment, les dirigeants prennent notre silence pour de la faiblesse, voire une défaite », s’exprime Florentin Ramamonjisoa, coordonnateur national de la plateforme syndicale « F3M » (fiaraha-mientan’ny mpiasam-panjakana eto Madagasikara). Parmi les remèdes et traitements adéquats pour guérir leurs maux, les fonctionnaires s’attendent à la révision de la valeur du point d’indice, la grille indiciaire, les allocations familiales, l’indemnité de logement, une grille indiciaire alignée et consolidée ainsi que des indemnités de scolarisation.

« Chaque fonctionnaire touche actuellement une allocation familiale de 184 ariary et une indemnité de logement de 14 000 ariary par mois. Cependant, la valeur de l’ariary a chuté jusqu’à 2000% alors que la hausse appliqué pour le salaire des agents de l’Etat n’a pas dépassé les 7% », ajoute- t-il. Un fonctionnaire titulaire d’un diplôme de Cepe perçoit un salaire mensuel de 120 000 ariary et ce depuis 1979, faute d’amélioration de la grille indiciaire.

La sourde oreille des dirigeants

Depuis une dizaine d’années, les syndicats des fonctionnaires ont exposé leurs maux à travers des rencontres avec les dirigeants, mais en vain. « Ils continuent à faire la sourde oreille en négligeant les agents à leur service. Toutefois, aucun développement ne peut s’opérer sans des fonctionnaires motivés. La plateforme se souvient de la rencontre avec le Prm et son équipe, en 2013, sur la nécessité d’un changement des conditions de vie des fonctionnaires. D’ailleurs, les fonctionnaires ont largement contribué à ce qu’il rejoigne son poste actuel mais depuis, il les a oubliés. Au contraire, les fonctionnaires dont les magistrats, greffiers, pénitenciers, etc., sont poursuivis de toute part. « Certains d’entre les agents de l’Etat agissent sur un ordre politique de leurs supérieurs. Mais une fois que la situation s’envenime, ils sont traqués pendant que les commanditaires se reposent », dénonce le leader du F3M. Cette plateforme fait référence au cas des 3 pénitenciers placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy suite à l’affaire Houcine Arfa. Ladite plateforme syndicale, en connaissant la vérité, sollicite la libération de ces accusés. C’était lors d’une rencontre avec la presse, hier à Anosy. Dans tous les cas, les syndicalistes revendiquent la révision des conditions de travail des fonctionnaires avant qu’il ne soit trop tard pour les dirigeants. Ceci sans pour autant révéler leur stratégie, afin d’éviter tout acte de sabotage. Affaire à suivre !

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Ligne E - Un receveur de taxi-be écroué pour vol d’ordinateurs

Mercredi dernier, J.,  le receveur de 18 ans d’un taxi-be de la ligne E reliant la Capitale et Ambohimangakely, a été arrêté pour une affaire de vol par des limiers du poste de Police d’Ilanivato. Durant son audition et après que la Police l’eut piégé, J. a d’ailleurs reconnu les faits. Il n’a pu plus mentir devant les preuves sur le vol de deux ordinateurs portables l’ayant accablé. Ces objets ont pu être retrouvés grâce à un revendeur à la sauvette de téléphones portables. Ce dernier n’est autre qu’un ami du propriétaire dépossédé.  Le démarcheur lui a expliqué que l’inconnu a voulu céder un ordinateur pour 90 000 ariary !  

 

L’affaire a démarré le samedi 27 janvier lorsqu’un animateur d’évènements et de festivités a loué un taxi-be de cette ligne afin de transporter ses matériels de sonorisation à la fin d’une soirée. Pourtant une fois les matos transportés, l’animateur évenementiel a brusquement réalisé la disparition de ses ordinateurs se trouvant alors dans un sac. Aussitôt, la victime a demandé au receveur s’il a bien pu trouver ce sac. Ce dont le concerné a répondu par le négatif. Désemparé, l’animateur de soirée l’a même amadoué afin de le pousser à lui remettre le sac si jamais l’objet avait été oublié dans le minibus. Rien à faire ! L’autre n’a pas cessé de nier catégoriquement. De guerre lasse, la victime a informé tous ses collègues animateurs ou ses amis afin qu’ils l’avisent si jamais ils détiendront une quelconque information sur ses ordinateurs. 

C’était de cette manière que ce démarcheur de téléphone portable était apparu pour l’en informer. Selon la Police, ce dernier a eu la bonne initiative de payer une partie du montant proposé par l’inconnu comme prix des ordinateurs afin de pouvoir retenir les matériels !  Convoqué en vue d’une vérification, le propriétaire délesté a aussitôt reconnu ses ordinateurs. Ces derniers lui étaient rétrocédés de facto.  Par la suite, la Police a tendu une embuscade au receveur, mercredi.  Il n’avait plus aucun argument valable pour tenter de se disculper et a été poussé à faire l’aveu. 

Franck Roland

La Vérité0 partages

Blessantes et dérangeantes ?

Les remarques de Donald Trump qualifiant des pays africains et Haïti de « pays de merde » blessent et dérangent la plupart des dirigeants du monde surtout ceux du Continent visé. Réunis pour le 30ème Sommet de l’Unité Africaine (UA) à Addis-Abeba (Ethiopie), les dignitaires de l’Afrique exprimèrent leur indignation face au « débordement » indélicat du 45ème Président des Etats-Unis d’Amérique. Connu, notamment, dans le milieu des affaires après avoir été, un moment, animateur de télé, Trump met les pieds dans la politique tardivement. Ce grand amateur de golf claironnait, avec fierté, que le franc-parler constitue l’un de ses points forts.

Selon André Berkoff, l’un des rares journalistes français qui a pu l’accoster durant la campagne, les américains l’apprécient beaucoup sur ce côté « franc » de sa personnalité.  Pour en revenir à ces propos provocateurs que lui-même, Donald Trump, contestait de l’avoir prononcé, les analystes des affaires politique de l’Afrique se demandaient « Donald Trump avait-il totalement tort ? ». « N’y avait-il pas une petite part de vérité ? » Yoweri Musseveni, président de l’Ouganda, aurait-il tort quand il saluait, le seul d’ailleurs, la « francise » de Trump ?  D’abord, il n’avait pas jeté dans la poubelle tous les pays africains. Il disait « des » pays africains. Sans vouloir se verser dans le rôle ingrat d’un Avocat du diable, Donald Trump, le président des Etats-Unis crevait, quelque part, l’abcès de l’Afrique. Qui dit pays africains, on s’adresse, en premier lieu, à ses dirigeants. En effet, les maitres du pouvoir en Afrique doivent, d’abord, mordre leurs petits doigts avant de crier au scandale. Des dirigeants africains ont plongé leurs pays, sinon, leurs peuples dans des merdiers de vie. Des conditions d’existence impensable, inhumaine, dégradante ou même bestiale auxquelles ces pauvres peuples devaient endurer tandis que les tenants du pouvoir s’enrichissent démesurément et ostentatoirement.  Des dirigeants comme Salva Kiir du Soudan du Sud et son rival Riek Mashar auraient-ils le droit de s’offusquer à ces propos désobligeants quand eux-mêmes ils font subir une « cruauté incompréhensible et une violence insensible » à leur peuple ? Au moment où les Soudanais du Sud subissent les pires massacres de leur histoire, les Salva Kiir et Riek Mashar se font la part belle des richesses naturelles du pays.  D’autres, comme Théodore Obiang de la Guinée Equatoriale qui se permet d’acheter des biens luxueux à l’extérieur alors que son peuple vit dans la misère totale. Laurent Kabila, de la RDC qui, pour des raisons inavouées, fait subir la…merde à son pays et s’accroche au pouvoir contre vents et marées. Robert Mugabe, 92 ans, après 32 ans de règne et qui a conduit le Zimbabwe dans la ruine totale, voulait encore s’incruster au trône. Et liste n’est pas exhaustive. Pour le cas de Madagascar, Donald Trump divaguait-il réellement ? La Grande Ile est le seul pays au monde qui n’a jamais connu une guerre, en 60 ans d’indépendance, dégringole au bas fond de la pauvreté. Alors que ces dirigeants se calfeutrent dans une arrogante opulence. Peut-être que le locataire de la Maison a poussé un peu trop le bouton, mais, il ne se trompait pas entièrement. Il a eu le courage de dire tout haut ce que d’autres font tout bas !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Athlétisme - « Manani-bohitra Croix-Rouge Malagasy » - Ultra marathon solidaire en gestation

Une course tout en croix rouge. Baptisé « Manani-bohitra Croix- Rouge », qui veut dire littéralement assaillir, est un événement sportif organisé par la Croix- Rouge Malagasy (Crm). Il s’agit d’un ultra marathon qui aura lieu le dimanche 8 avril. C’est la course la plus longue et la plus intense jamais organisée dans le pays avec trois épreuves au choix pour les participants. Une course de solidarité dont tout le monde pourra y participer, licencié ou non licencié. L’objectif est de contribuer grandement à l’éducation des jeunes. De plus, cela permettra aussi de donner un élan sportif aux volontaires de la Crm ainsi que pour réveiller la vocation sportive des participants. 

 

Plus de 300 élèves issus des Ecoles primaires publiques (Epp), aux environs du site d’Ambohimanga, participeront à cet ultra marathon. C’est l’occasion pour les élèves d’Ambohimanga d’organiser un événement sportif et la Crm les accompagnera en leur offrant des équipements de sports.   L’inscription est ouverte à partir de ce vendredi 2 février au siège de la Crm et au bureau de l’Office régional du tourisme Analamanga (Ortana) à Antaninarenina. L’ultra marathon d’une distance de 42 km prendra le départ au stade d’athlétisme d’Alarobia pour une arrivée à Ambohimanga avec 1.700 mètres d’altitude à escalader. La deuxième épreuve est le semi-marathon de 20km dont le départ sera donné au beau milieu d’un champ de culture et la 3e épreuve sera une course de 10km et 4km. Tous les participants hommes et femmes seront regroupés dans les catégories : cadet (14-15ans),  junior (16-17ans), senior 18-39ans master 1 (40-49ans), master 2 (50 à 59ans), master3 (60 à 70ans). Durant cette course, les volontaires  pourront suivre de près les participants. Et des sensibilisations sur le secourisme en cas de catastrophes naturelles seront organisées tout le long du parcours.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Affaire Ametis - Le Ssm saisit le Bianco

Le Bureau indépendant anti-corruption ne risque pas d’être en manque de travail. Après la saisine du Syndicat des magistrats de Madagascar dans le cadre de l’affaire Houcine Arfa, une nouvelle doléance atterri sur les bureaux des enquêteurs d’Ambohibao. Par une lettre datée du 26 janvier 2018 signée par son secrétaire Général le Docteur Jean Raymond Rakotoniasy, la Solidarité syndicale de Madagascar demande au Directeur général du Bianco d’ouvrir une enquête « sur les suspicions d’illégalité teinté de favoritisme dans l’autorisation accordée à la société privée Ametis de collecter les droits de visa aux frontières à Madagascar, au nom et à la place de l’Etat malgache ».

 

Contacté par un confrère, les responsables au niveau de la Villa La Piscine confirment la réception de la doléance du Ssm et l’ouverture d’une enquête.  Secret de l’instruction oblige, aucune information supplémentaire relative au déroulement de l’enquête n’a cependant été dévoilé. 

Publiée dans la presse à la mi-janvier, l’affaire Ametis a défrayé la chronique. Pour rappel, dans le cadre de la mise en place du visa électronique ou e-visa, le droit de timbre sur visa aux frontières a été attribué à cette société privée sus nommée.  Une cession entachée d’irrégularités qui sont pour la plupart rapportées par la Ssm dans sa doléance.

Fonction régalienne de l’Etat

 « La perception des divers impôts et taxes relève de la fonction régalienne de l’Etat et ne peut nullement être cédée à une société privée » rappelle de prime abord la Ssm . « Que l’Etat concède à une société privée la mise en place du système de visa électronique, c’est son droit le plus absolu. Mais il ne peut en aucun cas concéder la perception des droits de ces visas parce qu’il s’agit ni plus ni moins d’une illégalité constitutionnelle » rajoute la plateforme syndicale,

Cette dernière base sa réflexion sur la décision de la Haute Cour constitutionnelle datée du 17 janvier dernier sur les zones économiques spéciales ou Zes. Pour rappel, les juges d’Ambohidahy avaient indiqué que « les attributions de l’Etat en matière de police administrative et ou relevant des fonctions régaliennes de l’Etat ne peuvent être déléguées ». Or, la perception des impôts relève incontestablement des fonctions régaliennes de l’Etat, martèle la Ssm.

La plateforme rappelle par ailleurs le fait que les textes en vigueur en la matière que seul un comptable public territorialement compétent ou un agent de recouvrement de l’Etat nommé par arrêté ministériel du ministère des finances a le droit de percevoir des impôts. La société Ametis n’est ni l’un ni l’autre… Faut-il pourtant rappeler que le droit de visa aux frontières est un impôt dont la perception est prévue par la loi de finances. 

Détournement de deniers publics

Répondant au ministère des Finances et du budget qui soutient que les modalités de perception des droits de visa sont fixées par texte réglementaire, la Ssm fait la précision selon laquelle « les attributions conférées à Ametis concernent la perception des droits de visa en espèce dans les aéroports et ports de Madagascar ». La Ssm note d’ailleurs une confusion savamment entretenue entre les deux modalités de paiement. 

« Dans le cas des droits de visa en ligne, l’argent collecté va directement dans les caisses du trésor public. Dans celui des droits perçus physiquement en espèce par Ametis, dans les ports et aéroports, l’argent transite d’abord dans les caisses de la société privée avant d’atterrir dans les comptes bancaires de la Direction générale des impôts.  Ce qui est tout simplement un cas de détournement de deniers publics et aucun agent de l’Etat, en service à la Dgi ou encore à la Dgt ne devrait se rendre complice de cette démarche en acceptant d’être l’intermédiaire de ces transferts illégaux ». 

La Ssm estime d’ailleurs que « dans le cadre de sa convention de délégation de service public avec la société Ametis, l’Etat devrait instaurer un système de paiement en ligne, tel des « terminaux de paiement électronique » qui permettraient aux droits de visa collectés d’aller directement dans les caisses du trésor public sans transiter dans le compte de la société privée ».

Illégalité

Toujours dans son plaidoyer, le Smm de mettre en exergue que le décret autorisant cette convention de délégation de service public entre le ministère de la Sécurité publique et un délégataire n’a été adopté que le 07 novembre 2017 en conseil de gouvernement alors que le ministère de la Sécurité publique a affirmé avoir lancé un appel à manifestation d’intérêt le 31 octobre 2016. « Ce qui veut dire que le ministère avait donc initié le processus en tout illégalité depuis 2016 parce qu’en l’absence d’une base légale l’autorisant » pointe du doigt la Solidarité syndicale. 

D’ailleurs, selon cette plateforme, il n’appartient absolument pas au ministère de la Sécurité publique de procéder à un appel à manifestation d’intérêt afin de trouver un délégataire chargé de collecter les impôts étatiques. Cette responsabilité devrait uniquement revenir au ministère des Finances et du Budget. Pour la Ssm, « Si l’appel d’offres lancé par le ministère de la Sécurité publique avait réellement eu lieu ne devait concerner que l’instauration du système de visa électronique et non la perception des droits de visa qui doit exclusivement revenir à la Dgi. A moins que la police nationale reconnaît donc une usurpation de fonction en ce qu’elle a autorisé la société Ametis à collecter les droits de visa en lieu et place du ministère des finances et du Budget ». La Solidarité syndicale de noter que ce dernier département n’avait jamais lancé un quelconque appel à manifestation d’intérêt afin de trouver un délégataire chargé de collecter les impôts et taxes à sa place.  La plateforme syndicale dénonce également le fait que, outre le droit de visa à proprement parler, la société Ametis s’attribue une commission sur cet impôt et institue une Tva sur les droits de visa aux frontières. Et de rappeler à cet effet que les recettes et les dépenses publiques sont strictement prévues et autorisées par la loi de finances, qui n’a jamais prévu de taxes sur les droits de visa. La loi de finances n’a pas non plus prévu des dépenses de l’Etat qui consistent à payer des commissions à la société Ametis après lui avoir concédé des attributions régaliennes de l’Etat, explique la Ssm. 

La rédaction

La Vérité0 partages

Carte professionnel des journalistes - Des médias privés forment un front de refus

A quelques jours de la date butoir fixée par le ministère de la Communication pour l’envoi des dossiers en vue de la confection des cartes professionnels des journalistes, plusieurs organes de presse audiovisuelle et écrite montent au créneau pour contester la démarche du ministère de tutelle. La mise en place de la très contestée Commission paritaire qui a été mise en place de manière hâtive par le ministère constitue le principal objet de contestation. Dans le communiqué ci – dessous, l’Ordre des journalistes est interpellée par les organes adhérents en vue de prendre les choses en main.

 

News Mada0 partages

Kolikoly sy fivarotana tany Madaterrain : Karohina momba ny ”Villa Elisabeth” Ramangasoavina Herilan...

 Navoakan’ny Bianco ny filazana fikarohana ny mpitantana ny Madaterrain, Ramangasoavina  Herilanja Gerald. Anisan’ireo tafiditra amin’ny ”Raharaha Villa Elisabeth” izy.

 Mety tsy ho afa-bela  ?  Namoaka ny filazana fitadiavana azy io ny Bianco,  nanomboka omaly  ary naparitaka amin’ny haino aman-jery. Voalaza  ao anatin’izany fa adiresy ahafantarana azy ny fonenany eny amin’ny Lot II H  10 A Nanisana sy Lot VL 2 Volomborona Fokontany Ambohimahatsinjo – CR Ambohimanambola. Nandefasana izany filazana fikarohana izany ny eo anivon’ny mpitandro filaminana rehetra, ny tale jeneralin’ny polisim-pirenena,  ny fiadidiam-paritry ny zandary sy ny eo anivon’ny sampandraharaham-paritry ny filaminana anatiny. Tahaka izany koa ny eo anivon’ny sampan’ny Bianco.

Tsiahivina fa anisan’ny  ahiahina tamin’ny fivarotana ny tany etsy amin’ny ”Villa Elisabeth” ny tenany amin’ny maha mpitantana azy ny Madaterrain, nanelanelana ny fifampivarotana.  Nambaran’ny mpiara-dia  amin’ny Pr Zafy,  Tabera Randriamanantsoa   ho  nitarika ny tsy  fahasalaman’ny rain’ny demokrasia io fivarotana ny tanàna natokana ho azy io.

Etsy andaniny, misy tompon’andraikitra maromaro eo anivon’ny fitondrana teo aloha na koa amperinasa koa ahina  ho tafiditra  sy mpiray  tendro amin’ny Madaterrain momba  ny Villa Elisabeth.

 Nametraka fitoriana eny amin’ny Bianco

 Ankoatra izany,  nanao fanambarana iombonana ny minisiteran’ny  Vola sy ny Fanajariana ny tanàna ny volana  novambra fa nofoanana io fifampivarotana io ary hitory ny fanjakana. Nanao ny azy koa ny CRN, tarihin’i Tabera ka nametraka ny fitoriana eny Ambohibao.

Tsy vitan’izany fa  ahina ho tafiditra amin’ny fivarotana velaran-tany maromaro,  tsy mazava eny Avaradrano eny koa  Ramangasoavina  Herilanja Gerald , saingy amin’ny alalan’ny anarana ”Tany Gasy” kosa indray .  Niteraka fitoriana  sy fitarainan’ny  olona marobe nahatsiaro ho voasoloky  izany.

Araka  izany, mety hahalalana ny manodidina  ireo resaka tany sy  tanàna, toy  ny ”Raharaha  Villa Elisabeth” sy ireo voasoloky amin’ny fividianana tany amin’ny ”Tany gasy” ny fahitana ity mpitantana  ny Madaterrain ity. Andrasana ny ho tohin’ny fikarohana.

Randria

News Mada0 partages

Asan-dahalo : sady mamono ny malaso no maka an-keriny

Mahery vaika ny asan-dahalo any amin’ny faritra any. Dahalo miisa 30 mitondra basim-borona efatra nanafika ny tanàna, tany Ambalarinana, Tsirianomandidy, ny 29 janoary teo tamin’ny 5 ora hariva. Noraofin’izy ireo avokoa ny omby miisa 32. Nanapoaka basy in-droa izy ireo. Nifanena tamina dimy mianaka avy any an-tsaha iro dahalo ary nentin’izy ireo an-keriny niaraka tamin’ny omby ireo. Nanara-dia ny zandary Amparihivato. Nampahafantarina ny toby rehetra manodidina ny zandary sy ny DAS.

Teo amin’ny toerana atao hoe Ambatoboribory, tokony ho tamin’ny 7 ora hariva, nifanehitra tamin’ireo miaramila DAS avy ao amin’ny kaominina Andriampotsy, Fenoarivobe ireo dahalo ka raikitra ny fifandonana. Novotsorin’ireo dahalo izy dimy mianaka ary tsy nisy maty na naratra. Mitohy ny faharan-dia.

Mbola mahey vaikao koa niseho tany Isandra, ny 30 janoary. Dahalo 60 eo ho eo mitondra Kalacnikov no nanafika sy nangalatra omby tao an-tanàna. Mpirahalahy telo maty novonoin’ireo dahalo nandritra ny fanafihana. Mbola tsy fantatra marina ny tena isan’ny omby very Fa ny filazan’ny ben’ny tanàna, manodidina eo amin’ny 110 izany. Nihazo an’i Manody ny dian’ireo dahalo. Mandeha ny fanaraha-dia.

Yves S.

Midi Madagasikara0 partages

Ikalamavony : Insécurité aggravée par la coupure de la route et de l’électricité

Ikalamavony peine à se relever des dégâts occasionnés par le passage du cyclone Ava. Le district est totalement enclavé, puisque le cataclysme naturel a provoqué la coupure de la route le reliant à Fianarantsoa qui approvisionne Ikalamavony en produits de première nécessité. «Les prix flambent car l’offre n’arrive pas à suivre la demande », déplore un originaire de la localité. Et de rapporter qu’il faut une journée entière pour parcourir les 95 km reliant Ikalamavony et  Fianarantsoa. Avec un transbordement obligé au niveau du pont  d’Andranombovo qui a été endommagé par Ava. La galère ne s’arrête pas là, car les usagers de cette route doivent encore faire 21 km à pied. Du …coût, les frais de transport augmentent. Pour ce trajet de moins de 100 km, le tarif est de 40.000 ariary par passager. Sans compter les  bagages qui doivent être transportés à dos d’homme pour ce transbordement de 21 km, à raison de 15 000 à 20 000 ariary par personne.

 « Jiro tsy mandeha, lalàna tapaka » pour parodier la chanson du groupe Rebika. En effet, depuis trois semaines, la ville d’Ikalamavony et ses périphéries sont dans le noir. Outre les dégâts causés par Ava sur les installations de la Jirama, la coupure de la route impacte sur l’approvisionnement en carburant. Face à tous ces problèmes, ç’Ava mal, très mal, pour la population d’Ikalamavony qui se sent abandonnée par les autorités.  Qui plus est, avec la recrudescence de l’insécurité dans ce district déjà classé zone rouge. Des « dahalo » armés écument la campagne. La commune d’Ambatomainty en a fait récemment  les frais. Le dimanche 28 janvier dernier, une horde de « dahalo » équipés de fusils d’assaut ont fait main basse sur 60 têtes de zébus. L’attaque s’est soldée par la mort des deux propriétaires des bœufs volés.

T.M.

L'express de Madagascar0 partages

Présidentielle – Course contre la montre entre les deux tours

Les dernières retouches aux projets de textes électoraux raccourcissent les délais des opérations électorales pour la présidentielle. Il s’agirait de prévoir les deux tours entre le 24 novembre et le 24 décembre.

Peaufinage. Selon les informations, un conseil du gou­vernement s’est tenu hier, au palais d’État de Mahazoarivo. L’équipe gouvernementale aurait apporté les dernières retouches aux projets de lois organiques sur les élections qui, sauf changement, seront soumis au conseil des minis­tres aujourd’hui, au palais d’État d’Iavoloha.« Les principales retouches, basées sur les recommandations issues des dernières consultations des acteurs électoraux concernent surtout l’article 47 de la Constitution. Il s’agissait de trouver la manière de respecter le délai qu’il prévoit sans passer par un référendum », indique la source. Partant de la date du 25 janvier 2019, qui est le Ve anniversaire de l’investiture de Hery Rajaonarimampianina, président de la République, la lecture de l’article 47 par les tenants du pouvoir est que les deux tours de la présidentielle devraient se tenir entre le 24 novembre et le 24 décembre.« Plusieurs délais ont été raccourcis pour respecter le timing constitutionnel. Un aménagement budgétaire pour couvrir les augmentations dépenses est aussi, prévu », affirme la source. L’alinéa 1er de l’article 47 de la Constitution dispose que « l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ». Pour respecter ce prescrit, des délais comme celui de la campagne électorale pour le second tour de vote seront fortement réduits.Au lieu de quinze jours comme le prévoit la loi organique sur la présidentielle en vigueur actuellement, les candidats retenus à l’issue du 1er tour pourraient n’avoir que moins d’une semaine de propagande.

ValidationC’est sur la collecte, le traitement, la publication et la proclamation des résultats, ou encore, l’impression des bulletins de vote pour le second tour que les raccourcis temporels pourraient connaître des enjeux importants.Une version du projet de loi sur la présidentielle ayant filtré, en décembre, ne prévoit par exemple que quatre jours, pour l’acheminement des résultats des bureaux de vote vers les Sections de recensement matériel des votes (SRMV), au niveau des districts. Sans quoi les SRMV dresseront un procès-verbal (PV), de carence. Ce projet de loi ayant filtré ne donne que « 24 heures à compter de la réception du dernier pli émanant du bureau électoral », aux SRMV pour transmettre les documents électoraux au bureau central de la Commis­sion électorale nationale indépendante (CENI).La CENI n’aura que quatre jours suivant la réception du dernier pli fermé émanant des SRMV, pour publier les résultats  provisoires. La Haute cour constitutionnelle (HCC), n’aura aussi que quatre jours à partir de la date de la publication des résultats provisoires pour proclamer les résultats définitifs. Des délais valables pour les deux tours de vote, étant donné qu’il faut aussi, tenir compte du fait que le Président nouvellement élu devra prêter serment le 25 janvier 2019.Concernant les bulletins de vote, l’idée de revenir à l’impression d’un bulletin par candidat a un temps fait son chemin pour réduire le délai d’impression. Il faudra vraisemblablement attendre la présentation des projets de textes au Parlement pour connaître leur contenu. Les retouches faites par le gouvernement hier, ne devraient, toutefois, pas trop s’écarter des informations précitées. Une fois les projets de lois organiques adoubés par le conseil des ministres, ce sera aux députés et sénateurs de les valider ou non.Un courant éventuellement majoritaire au Parlement abonde vers l’opportunité d’un référendum pour une révision constitutionnelle afin de lever les restrictions temporelles et les incohérences. Une partie de l’opinion estime pourtant, que les impératifs de l’article 47, ne concernent que le 1er tour de la présidentielle. Pour taire les débats, Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI, a déjà suggéré une demande d’inter­prétation par la HCC. Une recommandation qui semble sans suite.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Transport – Lignes spéciales pour les gares routières

Des lignes seront créées pour relier les deux nouvelles gares routières au centre-ville d’Antananarivo. Les transporteurs proposent des lignes spéciales.

Faciliter la mobilité. De nouvelles lignes sont en étude pour desservir les gares routières d’Andohatapenaka et d’Ambohimanambola. Les lignes actives actuelles ne seraient pas suffisantes pour les besoins des usagers des lignes nationales et régionales qui seront déplacées prochainement dans ces deux quartiers. « Nous en discutons déjà avec les coopératives de transport », explique Ralava Beboarimisa, ministre du Transport et de la météorologie, hier.Le projet de création de « Navettes » spéciales est évoqué. « Les deux gares routières sont éloignées du centre-ville. Nous allons proposer au ministère une navette, pour y transporter les usagers. Nous envisageons de lancer un appel d’offres », avance Fredinard Rakotondrafara, président de l’Association des Transporteurs de Madagascar (Astram). Selon lui, les points de départ seront les coins à forte agglomération, comme Sabotsy Namehana, Ankorondrano, Iavoloha ou encore dans d’autres quartiers du centre-ville.

RetarderFaire fonctionner des « Navettes » serait trop ambitieux. « Nous étudions encore la faisabilité d’un tel projet. Il se peut que nous allions simplement créer de nouvelles lignes pour desservir ces deux axes. L’important, c’est de faciliter le transport  pour les usagers dans ces gares routières », confie un responsable auprès de l’Agence de transport terrestre (ATT).Aucune décision n’est encore prise, pour le moment. Les deux gares routières ne seront, d’ailleurs, pas encore fonctionnelles, dans les jours qui viennent. Les travaux de construction de celle d’Ambohimanambola ne s’achèveraient qu’en mars. Les impacts du passage du cyclone Ava auraient retardé les travaux. C’est ce qui a été soulevé, lors de la descente de Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire de l’équipement, accompagné du ministre des Transports et de la météorologie. Celle d’Andoha-tapenaka a été prévue s’ouvrir fin janvier, mais la date a été repoussée. « Il faut d’abord bien coordonner les choses », ajoute la source au sein de l’ATT qui précise que les transporteurs sont plutôt exigeants. Une mésentente aurait lieu dans la gestion de ces infrastructures. Fredinard Rakotondrafara a, par exemple, cité que les transporteurs refusent que les gares routières soient gérées par une société privée. « Cela va sûrement nous coûter cher. Cela exigera beaucoup d’argent », lance-t-il. D’autres n’y trouvent pas d’inconvénients, dans le sens où cette gestion privée permettra l’entretien de l’infrastructure.Cent dix coopératives régionales se sont déjà inscrites pour occuper les lieux. Fredinard Rakotondrafara a indiqué que toutes les coopératives ont prévu de se déplacer dans ces gares routières.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

RN4 – Des trafics rocambolesques débusqués

Hippocampes, pierres  précieuses, ressources forestières  et produits halieutiques ont été interceptés sur la RN4 lors du passage à Maevatanàna.

La nationale 4, route de tous les trafics. En l’espace de quelques mois, la brigade de police routière (BSR) de la gendarmerie  nationale à Maevatanàna a réalisé des saisies multiples  de produits miniers, forestiers et halieutiques sur la RN 4. Pendant cette courte période,  des  hippocampes, du palissandre, des crabes, des pierres  semi-précieuses, des anguilles, des crevettes ainsi que du raphia sont tombés dans les mailles de leurs filets. Des trafiquants aussi bien nationaux qu’étrangers, dont deux Chinois, ont été arrêtés et placés sous les verrous.La dernière prise a été effectuée dans la nuit de lundi à mardi vers 23h 30, à la hauteur d’Antanimbary Maevatanana. En effectuant des fouilles sur un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter en  provenance de Marovoay, les gendarmes de la BSR ont mis la main sur une cargaison d’agate, une pierre semi-précieuse souvent destinée à l’exportation, utilisée dans l’industrie de la bijouterie. Au total, 150 kilogrammes d’agate, dissimulés dans seize sacs en polyéthylène tissé ont été saisis.Sur le même véhicule de transport en commun, la gendarmerie a, dans la foulée, intercepté près d’une demi-tonne de produits halieutiques, dont des camarons, capres, crabes et anguilles.

FlairCes produits de la pêche ont été confisqués en raison de la période de ponte, d’où la fermeture de la saison dans les régions Boeny et Melaky du 15 décembre 2017 au 15 février 2018.En essayant de dérouter tout contrôle, les personnes mouillées dans ce trafic les ont conditionnés dans des bidons en plastique, sans pour autant réussir à tromper le flair aiguisé des gendarmes. La charge pondéreuse trônant sur le porte-bagages, l’eau suitant à travers la bâche qui le recouvre ainsi quel’odeur qui s’en dégageait leur a mis la puce à l’oreille.Le pot-aux-roses a été découvert lorsque les marchandises suspectes ont été descendues. Périssables, les produits halieutiques saisis ont été remis à la maison centrale et au centre de rééducation et de réinsertion des délinquants mineurs de Maevatanàna selon la procédure en vigueur, où ils iront nourrir les détenus. L’agate a été en revanche laissée aux bons soins de la direction régionale des mines. Les personnes se trouvant derrière ces affaires sont encore en cavale.« Le secrétariat d’État en charge de la gendarmerie ainsi que le commandement ont ordonné une amélioration du mode opérationnel. Depuis longtemps, nous travaillons jour et nuit pour débusquer les trafics et assurer la sécurité des usagers de la RN4 lors de leur passage dans notre circonscription», lance le commandant de la BSR Maevatanàna.Immobilisée pour transport illicite de produits interdits, la Mercedes Sprinter est mise en fourrière.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Soutenance de thèse – Un doctorat sur la démarche de prospective territoriale

Harimanana Rabe a soutenu avec brio sa thèse de doctorat de l’Université d’Antananarivo sur le futur des territoires. 

La discipline est  très peu connue et très peu appliquée dans la planification du développement à Madagascar, mais elle n’est pas nouvelle pour autant.  Harimanana Rabe, actuellement directeur des Villes et de la planification territoriale au ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels et de l’aménagement du territoire (M2PATE), et également enseignant à l’Institut supérieur de la Technologie (IST), a choisi d’effectuer des recherches sur la démarche de prospective territoriale. Sa thèse de doctorat intitulée « Méthode d’analyse de prospective territoriale par modélisation suivant la théorie des jeux d’acteurs, cas de la Région d’Anosy », soutenue à l’école doctorale d’Ingénierie et géosciences, de l’École supérieure polytechnique d’Antananarivo, université d’Antananarivo, le 24 janvier dernier, confirme ainsi son rang parmi la poignée de spécialistes en urbanisme et aménagement du territoire dans le pays.En définition simple, la prospective sert à réorganiser le présent pour préparer l’avenir. Dans les années 50, la prospective était destinée à la recherche d’une stratégie de promotion des entreprises, avant de devenir une stratégie de développement des territoires, d’où le terme prospective territoriale. Elle s’impose comme une démarche indispensable dans l’élaboration des plans d’aménagement et de développement d’une commune, d’une ville, d’une région et d’un pays.

Jeux d’acteurs« La prospective territoriale prend en compte différents paramètres influençant le présent et le futur d’un territoire. Parmi ces paramètres, il y a lieu de tenir compte du rôle et des fonctions de chaque partie prenante, qui forme les jeux d’acteurs », expose l’impétrant. « La recherche porte justement sur la simulation des jeux d’acteurs à travers la modélisation hédoniques et de l’application de la théorie des jeux d’acteurs. Utilisé surtout pour l’analyse des marchés fonciers et immobiliers, le modèle hédonique est fondé sur l’analyse des prix dits « implicites» ou « hédoniques », qui sont fonction des valeurs de localisation et dépendant des préférences individuelles donc des comportements des acteurs », continue-t-il. Il a fallu pour ce faire étudier les jeux d’acteurs dont l’objectif est de pouvoir décider face à un problème de choix social, « c’est –à-dire de vote avec les notions d’ordre de préférence, de vote majoritaire, de vote à plus d’un tour, de profil de préférence. Les institutions locales ont à agir ou à prendre des décisions d’intérêt général impliquant l’évolution des territoires», précise encore le directeur dans sa soutenance.En termes de perspective, cette recherche pionnière va grandement contribuer à mieux planifier et à gérer les territoires. Elle va donc être très utile à l’État et aux Collectivités territoriales décentralisées. Les récents projets de schéma d’aménagement du territoire et de plans d’urbanisme, initiés par le ministère pour quelques régions, villes et communes malgaches, ont en effet, utilisé cette démarche. Et les résultats de la recherche doctorale de Harimanana Rabe viennent de conforter les méthodes scientifiques pour l’amélioration de la démarche de prospective territoriale à Madagascar.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Liste électorale – Trois cent mille individus manquent à l’appel

Le résultat provisoire de la révision annuelle de la liste électorale a été présenté hier. Le cap des dix millions d’électeurs n’a pas été franchi.

Essoufflée. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a présenté, hier, à Alarobia, les résultats provisoires de  la révision annuelle de la liste électorale (RALE) 2017-2018. Les efforts menés n’ont pas convaincu les quelques  trois cent vingt-et-un mille nouveaux électeurs nécessaires pour atteindre cet objectif.  « Une augmentation de 4,94% est observée par rapport à la dernière RALE. La CENI  a enrôlé environ un million d’électeurs par rapport à la situation de 2013 », se félicite pourtant le président de la CENI, maître Hery Rakoto­manana.Neuf millions six cent soixante-dix-huit mille six cent six personnes pourront ainsi participer aux élections cette année. « Comme il s’agit d’un résultat provisoire, ce chiffre peut encore connaître quelques changements. Il appartient aux  agents de la CENI au niveau des districts d’assurer la vérification de cette liste », continue-t-il. Après les opérations de retranchement et de vérification, la liste définitive est donc attendue le 15 avril 2018. « La liste arrêtée définitivement le 15 avril de l’année est la seule liste valide pour toutes les opérations électorales de l’année en cours et elle reste valide jusqu’au15 avril de l’année suivante », stipule l’article 26 de la loi organique  2012-005 portant code électoral.

Démarche volontaireL’inscription dans la liste électorale est basée sur une démarche volontaire. Cela explique le résultat mitigé de la RALE 2017-2018. Qualifiée d’être « trop courte » ou encore « inadaptée au contexte malgache », des personnalités politiques, des membres de la société civile ainsi que des techniciens constatent les difficultés liées à la RALE. Effectuée en pleine période de soudure et surtout en saison cyclonique, vérifier son nom ou s’inscrire dans la liste électorale ne se trouve pas dans les priorités du citoyen lambda. Ainsi, ces acteurs soulèvent l’idée d’une rallonge ou l’aménagement du calendrier de la RALE.Atteindre les dix millions d’électeurs n’est pas une fin en soi même si l’exhaustivité est l’un des critères d’une « bonne » liste électorale. En 2010, trois cent mille personnes ont disparu de la liste électorale. Par ailleurs, des doublons d’environ un million quatre cent quatre-vingt mille ont été relevés. Pour une élection crédible, transparente et démocratique, le SEFAFI suggère que la CENI publie les détails relatifs aux nombres d’inscrits (répartition géographique, répartition genre et tranches d’âge, comparaisons avec la liste de 2013).

Andry Rialintsalama

 

L'express de Madagascar0 partages

« Tana Games Week » – La culture geek et vidéo-ludique expose ses richesses

Un événement d’envergure pour la communauté des gamers et des geeks nationaux. « Tana Games Week » retrouvera le public, pour sa deuxième édition. 

Promouvoir la créativité d’une jeunesse passionnée, mais surtout contribuer à l’émergence de l’industrie florissante du jeu vidéo à Madagascar. « Tana Games Week » (TGW), initié par le collectif Project Alpha, s’est affirmé d’entrée comme un événement incontournable dans le milieu de l’événementiel national et ce, dès sa première édition. Ode à l’univers geek et vidéo-ludique dans toute sa splendeur, il a su marquer le public en s’affirmant comme l’un des rares salons consacrés au monde des jeux vidéos et du E-sport, dans tout l’océan Indien. Bien plus encore, TGW se veut être fédérateur d’une communauté, voire de toute une génération qui partage la même passion.Le rendez-vous manqué du mois de novembre à cause de la peste, a gagné en envergure et promet plus d’émerveillement, de découvertes et de partages durant trois jours, au Gymnase Couvert Ankorondrano, pour les 16, 17 et 18 février. Ouvrant ses portes aux inconditionnels de tous horizons et de toutes les générations, à ce qui est désormais considéré comme étant le 10e art, à savoir le jeu vidéo, TGW exposera à l’occasion les richesses de la culture geek et vidéo-ludique nationale, à travers divers concours et animations haut en couleurs.

Dynamique et solidaireMuriel Randriamasi-manana, responsable au sein du Project Alpha affirme « Madagascar est une terre d’opportunité où le monde du jeu vidéo est continuellement en plein essor. On est ainsi plus que fier de contribuer à l’épanouissement d’une industrie geek et vidéo-ludique nationale, à travers cet événement. On convie ainsi tous les passionnés de cet univers à collaborer avec nous et à promouvoir autant notre pays que ses créationsinédites en termes de divertissement numérique ». Outre cet objectif pérenne qui voit l’émergence d’une entreprise innovante, dynamique et solidaire autour de la culture geek et vidéo-ludique, TGW ravira ses visiteurs par les diverses manifestations qui sublimeront le Gymnase Couvert Ankorondrano, durant les trois jours de festivités.Au programme, on retrouve entre autres, dans le cadre du salon, un espace dédié aux exclusivités et nouveautés sur les consoles Playstation 4, Xbox One X et la Nintendo Switch. Une compétition E-sport autour des jeux Fifa18, Tekken7, Gran Turismo sport ou encore Pokemon s’ouvre aussi aux joueurs. De même pour les aînés, un espace retro-gaming, consacré exclusivement aux consoles de jeu de notre enfance est à découvrir, avec une bonne dose de nostalgie. Un concours de « cosplayeurs », durant lequel on est invité à se déguiser, voire interpréter quasiment un personnage fictif de notre choix, issu de l’univers des jeux vidéos ou du septième art.En groupe ou en solo, les participants à ce concours doivent envoyer leur nom à la page Project Alpha sur facebook pour les inscriptions avant le 11 février. Diverses conférences et ateliers autour des métiers et filières du jeu vidéo à Madagascar seront aussi à découvrir, notamment avec Lomay et la mise à jour de son jeu Gazkar ainsi que sa présentation de démo de son jeu d’aventure intitulé « Dahalo ».

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Isandra – Trois frères  abattus au Kalachnikov 

La terreur s’est installée à Isandra Fianarantsoa avant-hier. Au réveil, une soixantaine de bandits de grand chemin brandissant des Kalachnikov ainsi que des fusils de chasse, ont sévi dans le village d’Ifiva, commune rurale de Fanjakana. Les assaillants ont abattu trois frères selon un point de situation communiqué par le service communication et des relations publiques auprès du commandement de la gendarmerie nationale. Le mobile de ce brigandage aggravé de triple meurtre repose sur un vol de boeufs. Le nombre de zébus dérobés n’est pas encore déterminé de source auprès de la gendarmerie. Le maire de Fanjakana estime en revanche à cent dix les têtes de bovidés auxquelles les malfaiteurs ont fait main basse.Les dahalo ont fui vers le Sud, en direction de Manody. Sitôt alertés, des gendarmes de la brigade territoriale de Fanjakana ont engagé une poursuite avec une horde de fokonolona. Des  éléments ont été dépêchés à la recherche des troupeaux dérobés pour stopper les voleurs dans leur élan mais les fuyards demeurent jusqu’à maintenant insaisissables.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Jirama – La fin des microcoupures  encore indéterminée

Les plaintes se succèdent. Les coupures d’électricité reviennent en force malgré l’effectivité de nouvelles centrales inaugurées récemment à Ambohimanambola. Déles- tage pour certains, simples coupures pour d’autres, les avis divergent dans la mesure où les coupures durent plusieurs heures dans certains quartiers de la capitale. Cependant, «à cause du mauvais temps, nous subissons des mini coupures suite aux déclenchements de protection des lignes à Andekaleka.»,  explique le service communication de la Jirama. Autrement dit, avec un temps orageux qui persiste sur la région d’Andekaleka , sans aucun moyen d’en déterminer avec exactitude la fin, les générateurs hydrauliques subissent par rapport aux foudres qui tombent sur les lignes interconnectés. Les protections des lignes coupent ainsi automatiquement la connexion à Andekaleka, provoquant des phénomènes de microcoupures et ou de surintensité dans la capitale. Des phénomènes qui ne devraient durer en moyenne que quelques minutes. Quid des coupures de plusieurs heures observées depuis plusieurs jours un peu partout à Antananarivo.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Santé de la  reproduction – Expérimentation de l’éducation sexuelle

Les droits des jeunes à inculquer. L’éducation sexuelle sera intégrée progressivement dans le programme scolaire des lycéens. La phase d’expérimentation débutera en ce mois de février, dans vingt-quatre lycées dans tout Madagascar. Ce sera en 2019 qu’elle sera définitivement incluse dans le curriculum, selon Hasina Raonivelo, directeur de la Formation de masse au sein du ministère de l’Éducation nationale, hier, à l’hôtel Panorama Andrainarivo. C’est le fruit du partenariat de SEED Madagascar, un organisme britannique, à travers le projet Safidy, et le ministère de l’Éducation nationale.Cette matière comprend douze thèmes entre autres, la grossesse précoce, le mariage précoce. Elle vise à doter les élèves de connaissances en matière de santé, de droits sexuels et reproductifs. Les jeunes ont droit de se protéger et de préserver leur santé et bien-être. « Enseigner aux jeunes la santé de la reproduction est très important », souligne le Dr Sylvain Razafy,  coordonnateur du projet de la santé de la reproduction auprès du ministère de la Santé publique. À Madagascar, 32 % des filles tombent enceintes avant leur majorité, selon les données du ministère de la Santé publique.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Beach volley – Championnat de Madagascar – La Coupe de la zone 7 en ligne de...

Le sommet national de beach-volley se tiendra ce week-end à Toamasina. Un cadre de sélection des futurs membres de l’équipe nationale.

Confirmé. Le cham­pionnat de Madagascar de beach-volley se déroulera finalement les samedi 3 et dimanche 4 février à Toamasina.Ce sommet national était prévu se tenir avant la fin d’année 2017, les 16 et 17 décembre sur la plage du restaurant Océane 501 à Salazamay mais reporté pour des différentes raisons. « Nous allons aussi déplacer le site de compétition car la plage de l’Océan 501 a été endommagée par le cyclone AVA. Nous avons choisi, après négociation, la plage du Bateau Ivre », a souligné le président de la Fédération malgache de volleyball, Jocelyn Andria­man­dimbisoa. Ce cham­pionnat national de beach­volley sera organisé par la Fédération en étroite collaboration avec la ligue d’Atsinanana.Deux catégories, à savoir celle des moins de 18 ans et les seniors, pour les plus de 18 ans, sont concernées par le championnat. Celui-ci servira de sélection des joueurs qui pourront constituer l’équi­pe nationale pour la Coupe des nations de la zone 7. Cette joute régionale aura lieu à l’ile Maurice les 24 et 25 février, donc plus que vingt jours de préparation. « C’est une compétition pour les équipes nationales. Nous allons normalement essayer de faire une sélection des joueurs performants et pas forcément appeler d’office les joueurs membres des équipes championnes », a précisé le directeur technique nationale de la FMVB, Serge Saramba.

RecommandationConcernant les inscriptions, elles s’effectueront sur place, vu que le championnat se tiendra ce week-end, dans trois jours, selon toujours le DTN Saramba. L’inconvénient de ces dates est que bon nombre de joueurs ne veulent plus consacrer des jours de congé un mois après les fêtes de fin d’année et du nouvel an.Même problème pour les étudiants qui sont en rattrapage après les longues vacances de peste et qui seront pour la plupart indis­ponibles. Ainsi, les joueurs de la ligue d’Antsinanana ainsi que celle d’Analanjirofo seront donc avantagés. « Nous essayerons de programmer la journée du samedi les éliminatoires jusqu’aux quarts ou même demi-finales. Mais cela dépendra encore du nombre des inscrits. Et les finales auront lieu le dimanche», a expliqué le directeur technique national sur le déroulement du cham­pionnat. En 2016, la Grande île a accueilli la compétition de la zone 7 à Mahajanga et ce sera cette année au tour de Maurice de l’abriter.« Selon la recommandation de la Fédération internationale de volleyball (FIVB), la Fédération malgache va aussi prioriser la promotion du beachvolley, car le volleyball en salle est assez vulgarisé. Nous allons établir un programme de développement en organisant des festivals destinés surtout aux jeunes, la relève de la discipline», a lancé le président, Jocelyn Andriamandimbisoa.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

K1 – WuLinFeng Fight – Et de trois pour Fazaraly

Trois combats, trois succès. Fazaraly Razanajatovo poursuit sa lancée sur la scène internationale. Il a remporté ce week-end sa troisième victoire en combat de K1 WuLinFeng.Le quintuple champion de Madagascar de kick boxing, engagé dans la catégorie des moins de 63kg, a défait le Chinois Zhaozhansi, numéro un de la catégorie chez lui et titulaire d’innombrables titres nationaux. Le combat s’est tenu dans la soirée du samedi 27 janvier dans la ville de Nanchang Jiangxi en Chine.Déterminé et aussi habitué, Elfazar le superbadboy a fait tomber son adversaire par KO au deuxième round. Fazaraly, qui est cinq fois champion national, vice cham­pion d’Afrique, trois fois champion de l’océan Indien, a déjà brillé lors de ses deux premiers combats avant la fin d’année en effectuant un parcours sans faute en Chine, le 28 décembre et le 31 décembre.Son prochain combat, le quatrième, est déjà programmé pour le mois de mars. Ce combat, toujours en K1, compte cette fois pour le fameux combat de défi dénommé Kunlun Fight.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Nouvelles règles 2017-2018 – Six formations dans les régions 

La commission centrale des arbitres (CCA) de la Fédération malgache de basketball poursuit la formation sur les nouvelles règles de la Fiba, année 2017-2018. Après la formation pour les arbitres en octobre 2017, puis celle pour les entraîneurs d’Analamanga en fin novembre, le stage sera cette année décentralisé dans les régions.L’équipe de la CCA dirigée par son président Donga Jérémie, assisté de près par l’instructeur Andry Rabe­mananoro, a déjà établi le calendrier pour les deux prochains mois. Les modifications des règles ont été validées officiellement par la Fiba en mars 2017 et mises en vigueur puis effectives depuis le premier octobre dans toutes les compétitions nationales organisées par la Fédération malgache et ses démembrements, les ligues et les sections.Cinq formations sont programmées pour le mois de février. La ligue de Diana abrite la première, ce jeudi 1er et le 2 février à Antsiranana. Le week-end d’après, la deuxième aura lieu dans l’extrême sud de l’île, dans la région d’Androy, les 8 et 9 février. La suivante se tiendra les 15 et 16 à Itasy.En parallèle, les formations pour la ligue de la Haute Matsiatra et celle d’Atsi­nanana se dérouleront les 22 et 23 février respectivement à Fianarantsoa et à Toamasina. Trois semaines plus tard, les 15 et 16 mars, aura lieu à Toliara le stage pour la ligue du Sud Ouest.Le calendrier de formation pour les autres régions sera établi prochainement selon l’organisation de la commission régionale des arbitres des autres ligues d’après l’un des formateurs, Andry Rabemananoro.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Loisirs – Canal+ Madagascar promet une année faste pour ses abonnés

Encore et toujours plus de nouveautés. Dans l’optique de ravir continuellement ses fidèles abonnés, Canal+ Madagascar ne cesse d’enrichir son contenu. En cette nouvelle année, c’est autant d’exclusivités que d’innovations que cet opérateur numéro un, en termes de divertissements audiovisuels à Madagascar, propose pour sa clientèle. D’entrée, trois chaînes inédites seront désormais à la portée des abonnés Canal+ pour trois fois plus de divertissements tous disponibles, à partir de la formule Evasion. Il s’agit de la chaîne sportive « A+ Sport », qui proposera un large éventail de compétitions sportives dans de nombreuses disciplines.Les téléspectateurs se délecteront entre autres, des matchs de l’UEFA Europa League, mais également d’autres matchs de divers championnats européens, dans leur intégralité. De plus, le continent africain sera particulièrement mis à l’honneur à travers la diffusion de ses nombreuses compétitions sportives comme la Coupe d’Afrique des nations (CAN). Promouvant toujours autant la culture africaine, « Nollywood Epic TV » est aussi à découvrir. Cette dernière diffusera principalement des films authentiques proches de l’héritage, des coutumes et des croyances locales, aussi bien représentés partout en Afrique, mais également à Madagascar. La dernière chaîne à découvrir se décrit comme étant « 100 % divertissement », à savoir TFX de la filiale de TF1. Elle propose une programmation entièrement consacrée aux séries TV, aux émissions de téléréalité, mais aussi aux magazines de divertissement. En outre, l’offre « My Canal » disponible sur PC, Smartphone ou tablette, s’est vu aussi étoffer. Désormais plus ergonomique et facile d’accès, elle a fait peau neuve grâce à une nouvelle interface.La formule Evasion+ s’enrichit aussi cette année, offrant un large choix de contenus et de programmes, comptant désormais cent quarante-trois chaînes au total. Canal+ qui poursuit sa stratégie de démocratisation de ses produits, propose désormais à partir de cette année, un nouveau tarif pour son décodeur, qui est à 5000 ariary. Les bouquets Canal+ sont ainsi de plus en plus à la portée de tous.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Drame d’une vieille femme

Mort dramatique d’une vielle femme à Ankadikely Ilafy lundi. Après avoir retiré de l’argent dans une agence de micro-finance, elle a glissé dans la rue pour se faire écraser par un poids-lourd. Le chauffeur du camion a été entendu par la gendar­merie.

L'express de Madagascar0 partages

Nature de Madagascar – Entre sites et découvertes

« Madagascar, sanctuaire de la nature » est une expression en vogue dans les années 1990 pour désigner la Grande île, dont les richesses naturelles n’ont de cesse d’étonner. Ce 2 février célèbre mondialement la journée dédiée aux zones humides. Madagascar et ses vingt sites Ramsar est l’un des lieux les plus spectaculaires.

Convention Ramsar. Cet accord porte le nom de la ville d’Iran où, en 1971, la Convention internationale sur les zones humides a été signée. Les zones humides sont les marais, les fagnes, les tourbières permanentes et temporaires, ainsi que des étendues d’eau marine dont la profondeur n’excède pas six mètres lors des marées basses.Des sites de vies et de cultureEn 2017, Madagascar enregistre dix nouveaux sites Ramsar, doublant ainsi sa liste de zones humides, sur un peu plus de deux millions d’hectares. Des zones humides importantes à plus d’un titre, autant pour les hommes que pour les espèces qui non seulement y habitent, mais contribuent à créer un certain équilibre naturel.Elles ont leurs importances pratiques. En cas d’inondation, elles agissent en absorbant les crues et en atténuant les inondations, épargnant bien des dégâts aux zones riveraines. Elles ont également un rôle d’alimentation des réserves en eau potable et améliorent la qualité et la fraîcheur de l’air en fonction du climat ambiant.Ces rivières et ces lacs sont enfin des « chemins » qui relient les villages entre eux, tout en étant un moyen, parfois « le » moyen de subsistance principale de la population qui vit de la pêche et qui dépend des ressources halieutiques. Dans l’archipel des îles Barren, dans le canal de Mozambique, quelque quatre mille pêcheurs aux pratiques traditionnelles ont adopté de nouvelles gestions de pêches afin de protéger durablement leurs zones d’activité.Au-delà d’une utilité purement économique et écologique, ces sites sont aussi au cœur de la vie culturelle et sociale de la population. C’est le cas, par exemple, du complexe des lacs d’Ambondro et Sirave, à 90km de la ville de Morondava, qui sont également des lieux de cultes locaux et de cérémonies importantes appelées  Sorombe.

Des critères pour détenir le titre RamsarOutre les procédures nationales et internationales, un minimum de neuf critères est exigé à suivre pour proposer et valider l’inscription d’un site Ramsar. Entre autres, la présence représentative de zones humides, l’existence d’espèces aviaires rares ou menacées et d’espèces animales et végétales, dont la diversité écologique est largement représentée.Ainsi, par exemple, dans le site des zones humides de l’Onilahy, dans le Sud-ouest, les scientifiques ont répertoriés plusieurs espèces de mammifères, de reptiles, d’oiseaux et de poissons, dont la plus récente espèce trouvée est l’« Allebatrachus meridionalis », reconnue à Madagascar et dans l’île de La Réunion, en 2004. Dans le site de l’Ambondrombe, à l’Ouest, l’on retrouve l’ibis sacré de Madagascar et la tortue d’eau douce appelée aussi tortue à grosse tête, qui habite près des cours d’eau, des mares et des lacs.La Convention Ramsar est entrée en vigueur à Madagascar en 1999. Le lac Tsimanampetsotse est le premier site malgache et reste l’un des lieux les plus représentatifs du fameux Madagascar, « sanctuaire de la Nature », bien que dans la réalité, les ressources naturelles restent les plus lourdement victimes d’exploitations illégales.

Un habitat pour au moins 20 000 individus d’oiseaux aquatiques.

Ce que l’on doit trouver dans un site de zones humides   

• Une présence représentative de zones humides : lacs, rivières, marais, etc.• Un habitat d’espèces rares ou menacées.• Un habitat d’espèces qui contribuent au maintien de la diversité écologique.• Un habitat pour les espèces animales et végétales à un stade critique.• Un habitat pour au moins 20 000 individus d’oiseaux aquatiques.• Un habitat pour au moins 1% des oiseaux aquatiques du territoire.• Un habitat pour une population importante de poissons.• Un habitat pour au moins 1% d’espèces autres que les oiseaux.

Des microcèbes de Ganzhorn, 12cm et 90g.

Trois petits lémuriens parmi les petits lémuriens

Petits, nocturnes et endémiques. Voilà comment l’on pourrait décrire le « Microcebus ganzhorni », et « Microcebus manitatra » découverts dans le Sud-est de Madagascar et le « Microcebus Boraha, sur l’île de Sainte-Marie. Ils font partie des  trois espèces récemment découvertes et décrites par les scientifiques malgaches, américains et allemands de l’Université d’Antananarivo, du Centre allemand de Primatologie, de l’Université du Kentucky et de l’American Duke Lemur Center. Le premier des trois lémuriens est baptisé Microcèbe de Ganzhorn, en honneur au professeur Jörg Ganzhorn, écologue de l’université de Hambourg qui a longtemps travaillé et effectué des recherches sur les lémuriens dans les années 1990. Ces trois petits lémuriens font partie des fameux Microcebus » qui regroupent les vingt quatre plus petites espèces de lémuriens.Ils ne mesurent pas plus de 12cm, mais la queue reste aussi longue que le corps, pour 90g. Hypersensibles à la lumière, ils sont nocturnes et se nourrissent généralement d’insectes, de fruits et de plantes. Parmi les plus petites espèces de lémuriens, il y a le microcèbe de Madame Berthe découvert en 1993 dans la forêt de Kirindy. Il remporte le trophée du poids-plume : il pèse à peine… 30g et détient le titre du plus petit primate du monde.

Dahalokely tokana, le bandit solitaire de Madagascar

Il y a dahalo et dahalo, et celui-ci se trouve du bon côté de la barrière. En 2013, les scientifiques ont trouvé une nouvelle espèce de dinosaures à Madagascar et lui ont donné le nom de « Dahalokely tokana », littéralement le « petit bandit solitaire ». Ce dinosaure était un théropode carnivore et l’on estime qu’il a  vécu il y a quatre vingt dix millions d’années alors que l’Inde et Madagascar étaient encore côte à côte : c’est donc le premier dinosaure jamais trouvé qui a connu le continent anciennement formé par ces deux pays, entre cent millions d’années et quatre vingt huit millions d’années avant notre ère. De ce bandit, on a trouvé sept vertèbres, dont une cervicale et six dorsales, ainsi que des morceaux de côtes. Ces restes fossiles ont été localisés à Maevarano, dans le Nord.D’après les estimations des chercheurs Andrew Farke du Musée de la paléontologie, Raymond Alf et Joseph Sertich du Musée Nature et science de Denver, Dahalokely tokana est un bipède de 3,5m. Il appartient au groupe des « abélisauridés », appellation donnée par deux paléontologues argentiques qui nomment un grand dinosaure carnivore « Abelisaurus », le lézard d’Abel. Les « abélisauridés » ont un museau court et habitaient essentiellement l’hémisphère Sud. Ils peuvent atteindre 9m de hauteur. Les chercheurs n’excluent pas que Dahalokely Tokana puisse être l’ancêtre d’autres lézards d’Abel retrouvés en Inde et à Madagascar et qui auraient pu vivre après que les deux territoires se sont séparés.

Le Lac salé, de 20km sur 3km, est l’un des joyaux du Parc national de Tsimanampetsotse. C’est le seul lac malgache qui renferme du sulfate de chaux, raison pour laquelle aucun poisson n’y vit. D’où son nom qui signifie « là où il n’y a pas de dauphin » . Ce lac est devenu un site Ramsar en 1998.

 

Des araignées pélicans retrouvées à Madagascar

«Ces araignées montrent bien la biologie unique qui existe à Madagascar (…) Je pense que l’on va trouver beaucoup d’autres espèces qui n’ont pas encore été décrites ou documentées. »Hannah Wood, conservatrice en chef du département Araignées et myriapodes du Musée national d’histoires naturelles du Smithsonian, citée par Le Figaro, est enthousiaste. C’est à cette spécialiste de l’araignée pélican que nous devons la découverte de ces dix huit nouvelles espèces, réputées endémiques à Madagascar.

Eriauchenius andrianampoinimerina sp., une des dix huit nouvelles espèces d’araignées pélicans de Madagascar.

Les araignées pélicans ? Lazare, cannibales, sans toile!Les araignées pélican ne tissent pas de toile.  Elles tiennent leur nom de l’oiseau pélican à cause de ce cou, inhabituellement long,  et de ces longues pinces appelées chélicères qui ressemblent au bec. C’est une morphologie assez surprenante qui leur permet d’attaquer et d’immobiliser leur proie. Et comme proie, cet arachnide chasse uniquement ses propres congénères, car l’araignée pélican est cannibale.Selon Hannah Wood, ces araignées nouvellement identifiées sont de véritables fossiles vivants. En effet,  leurs ancêtres ont été trouvés dans des fossiles datant de 165 millions d’années et les scientifiques avaient supposé que ces espèces étaient éteintes. Ainsi, ces araignées vivantes font maintenant partie des« Lazare », espèces ainsi baptisées car elles sont revenues d’entre les morts. Les araignées pélicans sont généralement trouvées en Afrique du Sud, en Australie et à Madagascar. C’est une distribution assez large qui laisse penser que leurs ancêtres se sont répandus au moment où le supercontinent Pangée s’est disloqué, voilà 175 millions d’années.Les araignées pélicans au Smithsonian En l’an 2000, l’Académie des sciences de Californie a entrepris un important inventaire d’arthropodes à Madagascar, afin de cataloguer des araignées, des insectes et des invertébrés de toute l’île. Les araignées nouvellement recueillies  par Hannah Wood dans le cadre de cet inventaire vont enrichir la collection nationale entomologique des États-Unis, au Smithsonian.  Conservées auprès de cette institution, ces araignées seront accessibles aux scientifiques pour leurs travaux de recherche et d’observation.

Andrew Farke pose sur le site où les restes de Dahalokely tokana ont été découverts, à Maevarano.

Les vingt sites Ramsar de Madagascar 

Le lac Kinkony, le lac Alaotra, les sites de Mandrozo, le marais de Torotorofotsy, les lacs de Manambolomaty, la rivère Nosivolo, le site de Bedo, les lacs Ambodro et Sirave, le lac Tsimanampetsotse, le lac Tsarasaotra, Antrema, Nosy Ve Androka, Sahamalaza, Ankarafantsika, Bemanevika, les sites de l’Onilahy, les mangroves de Tsiribihina, le lac de Sofia, les îles Barren, les sites d’Ambodrombe.

Textes : Mialy RandriamampianinaPhotos : Express de Madagascar – M. R.

 

L'express de Madagascar0 partages

Vigile abattu

Douze bandits armés de fusils de chasse ont assailli un foyer à Bekarana Maevatanàna dimanche soir. Un vigile, payé pour protéger les biens de la famille attaquée, a été abattu et un autre blessé. Une somme de 800000 ariary, ainsi que des bijoux en or ont été dérobés d’après les gendarmes.

L'express de Madagascar0 partages

Futsal - Kick-Off Tournament – UCM cartonne d’entrée

Coup d’envoi hier. Six matches étaient au programme de la première journée du Kick-off Tournament hier au gymnase couvert de Mahamasina. Belle victoire d’entrée pour l’équipe cham­pionne en titre, l’Université Catholique de Madagascar qui a écrasé l’INSCAE sur le score fleuve de 10 buts à 2. Bon début également pour l’INTH, vice cham­pion. Cet institut a défait l’Agro par 4 à 3.Quant aux autres résultats, l’IUM a battu ISPM par 5 à 1 et IMGAM s’est largement imposée sur le score de 6 à 2 face à St Michel. Seize équipes réparties en quatre poules de quatre sont en lice dans cette deuxième édition. La phase éliminatoire s’étalera jusqu’à ven­dredi. Dix huit matches de poule auront encore lieu, neuf pour ce jeudi et neuf également pour vendredi.La durée de match pendant la phase éliminatoire est fixée à 20 minutes à deux reprises chrono non arrêté tandis qu’en demi-finales et en finale, chaque rencontre durera deux fois vingt minutes mais chrono arrêté. Les deux meilleures formations de chaque groupe seront qualifiées en demi-finales prévues ce samedi.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Replis de dahalo

Une attaque de bandits de grand chemin armés a été prise à contre-pied à Ambalamanakana Ambositra lundi soir. Informés que les mal­faiteurs s’apprêtaient  à s’emparer  de tout le bétail du village, la gendarmerie ainsi que les villageois les avaient attendus de pied-ferme. Craignant une virulente résistance, les dahalo ont fait machine arrière aux portes du village.