Les actualités à Madagascar du Mercredi 01 Février 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar1003 partages

Akamasoa – Le Vatican salue l’œuvre du Père Pédro

La visite du cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État au Vatican a créé une béatitude au village d’Akamasoa.

Akamasoa dans une véritable euphorie. Il était près de 16 heures, hier, quand le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat au Vatican, fait son entrée au village d’Andralanitra. Une foule d’élèves des écoles primaires, de quelques enseignants ainsi que de parents d’élèves, l’accueille et pousse des cris de joie. Même scénario au village de Manante­nasoa, où des collégiens, des lycéens, des universitaires, des parents d’élèves ont rempli la grande salle de messe, pour accueillir ce bras droit du Pape. Les ovations de ces enfants et jeunes ont ému le cardinal Piétro Parolin, mais aussi les autres membres de l’assistance, dont les archevêques et les évêques, venus spécialement des quatre coins de l’île, à l’occasion de cette visite de Pietro Parolin à Madagascar.« Je suis venu partager avec eux la joie et apporter la présence et l’affection du Pape François. Vous savez que le Pape François est très proche des pauvres, il est un grand défenseur des pauvres. Je pense qu’ils se sentiraient très à l’aise avec ces gens là. Alors c’est un peu pour représenter la figure et la parole du Pape », explique-t-il, parlant de l’objet de sa visite au père Pedro Opéka et de ses protégés.

Oasis d’espoirIl a remercié spécialement ce prêtre argentin qui a passé près de 47 ans de sa vie à lutter contre la pau­vreté à Madagascar. «Au nom du Pape François, nous remercions particulièrement le père Pedro et toutes ces personnes qui se lancent dans les œuvres sociales », indique le cardinal Pietro Parolin dans son discours.Depuis 28 ans, le père Pédro Opéka a essayé de retirer des milliers de familles de la pauvreté à Antanana­rivo, en créant Akamasoa. Actuellement, Akamasoa compte 26 000 résidents,13 500 élèves, collégiens, lycéens et universitaires.30 000 personnes par an y passent également pour bénéficier des assistances nutritionnelles et sanitaires. L’association compte une centaine de bénéficiaires qui ont réussi leurs études.Le père Pedro, le maître d’œuvre de cet « oasis d’espoir », rappelle à nos dirigeants, qu’ils ne doivent pas s’attendre à la « gloire », en rendant service à la Nation. « Nos dirigeants s’abstiennent à dire la vérité. D’autres sont à cette place pour leur gloire, et n’accomplissent pas leur devoir comme il le faut. Pour moi, en tant qu’homme d’Église, le service est ma seule devise. Si vous ne rendez pas service à la population, qu’est-ce que vous avez à faire à votre place   C’est un honneur d’aider nos enfants, nos jeunes, nos populations », souligne-t-il. Des paroles à méditer pour nos  dirigeants.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar773 partages

Drame d’Anjozorobe – Le Président pointe du doigt les victimes

En voyage à Addis-Abeba, le président de la République a réagi sur l’événement tragique d’Anjozorobe. Une réaction qui, aux oreilles de certains, pourrait être quelque peu grossière.

Déplacée. Telle est la réaction de la plupart de ceux qui ont entendu la réaction de Hery Rajaonarimampianina, président de la République, au sujet de l’accident meurtrier survenu à Anjozorobe, samedi au petit matin.Dans une interview enregistrée à Addis-Abeba, diffusée sur la Radio Mada­ga­sikara (RNM) hier, dans son édition de midi-trente et rediffusée le soir dans le journal de 19 heures, le chef de l’État commentait notamment au sujet du drame : « Lorsque vous savez que le chauffeur est ivre, vous ne devriez pas monter dans la voiture. Cela fait partie du courage nécessaire ». Les propos du chef de l’État ne sont pas faux, tout au contraire. Seulement, la proximité de ses mots avec les faits, surtout que la plupart des familles des victimes viennent juste d’enterrer leurs morts, fait qu’ils sont quelque peu inconvenants et qu’ils pourraient froisser certaines sensibilités.Le camion qui a fait une embardée dans la rivière Mananara, sur la route entre Anjozorobe et Talatani­volonondry, a décimé plus d’une dizaine de familles. Quarante-sept morts, vingt-quatre blessés et des disparus sont signalés.Présumé en état d’ébriété, le conducteur du poids lourd avait embarqué une soixantaine de passagers, les membres de la famille d’un couple qui allait célébrer son mariage, le jour du drame. La déclaration faite dans la capitale éthiopienne, en marge du sommet de l’Union africaine, est la première réaction présidentielle sur le drame d’Anjozorobe.

ResponsablesLe reportage de RNM ne dit pourtant pas si le locataire d’Iavoloha a présenté ses condoléances aux familles endeuillées. Le communiqué de la Présidence parle juste d’un fait « regrettable », sans que le chef de l’État n’exprime sa sympathie pour les familles des victimes.La partie diffusée de l’interview laisse entendre un ton moralisateur de Hery Rajaonarimam­pianina. « Des mesures sont constamment prises, mais il y a toujours des individus qui outrepassent les règles. (…) le conducteur de ce véhicule était, par exemple, ivre. Ses passagers étaient en surnombre, d’autant plus que la voiture n’est pas censée avoir le droit de transporter des passagers », a-t-il déclaré.De marque Mercedes Benz 813, le camion n’est effectivement pas prévu pour le transport de personnes. « Chacun doit assumer et prendre sa part de responsabilité, que ce soit les collectivités territoriales, les ministères, les forces de l’ordre et même la population », a ajouté le chef de l’État. Les réalités financières, ou encore des infrastructures routières dans plusieurs zones rurales de Madagascar font pourtant que les camions de ce type sont devenus les moyens de transports privilégiés et adéquats pour les voyageurs.Les aménagements grossiers pour accueillir les passagers, les conditions spar­tiates et le risque d’accident sont devenus secondaires, étant donné que, dans la majorité des cas, ils sont les seuls véhicules à pouvoir franchir les voies cahoteuses. Si le président de la République semble vouloir amener la popu­lation à oser prendre ses responsabilités dans les problèmes et drames causés par les transports en commun dans le pays, ses propos indiquent aussi qu’il est conscient que des responsables n’assurent et n’assument pas leur rôle mais qu’il ne peut rien y faire.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar137 partages

Arbitrage – Confirmation pour Hamada

Hamada Nampiandraza est de nouveau retenu pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Phase à laquelle il avait participé pour la première fois, lors de l’édition 2015 du sommet continental.Il s’agit ainsi d’une confirmation pour l’arbitre international, qui continue son bonhomme de chemin, au sein de l’élite africaine de l’arbitrage. Samedi soir, il a été désigné en tant que quatrième arbitre, lors du quart de finales entre le Cameroun et le Sénégal.Rencontre qui s’est conclue par une victoire des Came­rounais aux tirs au but, cinq buts à quatre.Auparavant, Hamada avait dirigé la confrontation entre la République démocratique du Congo et le Maroc, le lundi 16 janvier, pour le compte du groupe C. Il ne reste plus que quatre matches à disputer dans cette CAN, à l’heure actuelle, soit les demi-finales de ce mercredi, Burkina Faso-Maroc et Cameroun-Ghana, ainsi que les petite et grande finales du weekend.On attend de voir si Hama­­da est désigné pour l’une de ces affiches.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Madagascar Tribune111 partages

La moitié des investisseurs utilisant les terrains de l’Etat à grande superficie n’ont pas de permis ...

Sous l’initiative de l’Observatoire Foncier, une étude a été menée en 2017 sur les grands investisseurs utilisant des terrains de l’Etat à grande superficie. L’objectif est de constituer une base de données à jour sur les projets implantés à Madagascar à travers un contrat de bail ou de concession sur de domaine privé de l’état. Dans le cadre de cette étude, quelques 69 projets ont pu être renseignés. Toutefois ce nombre ne traduit pas la totalité des investissements à grande échelle dans le pays.

Sur les 69 projets recensés, seule la moitié des investisseurs utilisant les terrains de l’Etat arrive à régulariser leur situation foncière au niveau des Circonscriptions foncières. Les modalités d’attribution du terrain se font par contrat de bail (emphythéotique ou ordinaire), et attribution définitive si les sociétés sont régies par le droit malagasy.

Cette étude dévoile également la prépondérance des activités minières puisque le taux d’investissement minier se chiffre à 32 % contre 25 % pour l’agriculture. D’autant plus que si les gisements sont habituellement localisés dans des régions souvent reculées, la configuration schématique des investissements actuelle témoigne du déferlement des projets miniers — de toutes les tailles — à travers tout le pays. Un point encore plus important, seule la moitié de ces investisseurs disposent de permis environnemental. Une situation qui laisse souvent l’Etat indifférent.

Indifférence de l’Etat

A la lumière de ce bilan de l’Observatoire foncier, seuls 52 % des investisseurs ont obtenu de permis environnemental. Pour le reste (48 %), il est déplorable de signaler que pour les 18 %, aucune étude d’impact environnemental (EIE), ni Programme d’Engagement Environnemental (PREE) n’ont encore été effectués malgré qu’ils soient opérationnels sur le terrain. Pour les 30% restants, aucune information n’a été obtenue.

Or, rationnellement, l’étude d’impact environnemental (EIE) est un préalable qui conditionne l’octroi d’un permis environnemental. Elle consiste en une analyse scientifique et préalable des répercussions susceptibles d’affecter l’environnement. L’EIE a aussi pour objectif de réaliser des investissements avec une utilisation optimale de l’environnement et un coût social relativement réduit.

Pour couronner le tout devant le foisonnement des investisseurs à majorité européenne et asiatique, dont la France à la première place, suivi de la Chine, de l’Italie et de l’Australie, une contradiction s’installe. L’Etat malgache a l’habitude d’attendre que ce soient toujours ces derniers qui viennent vers lui et jamais l’inverse.

Ces derniers temps, l’Etat mise sur d’autres projets qu’il juge structurants comme la création de la ZES (Zones Economiques Spéciales), pourtant il n’arrive même pas encore à régulariser la situation des investisseurs illégaux déjà en activité depuis des années. Pour rappel, en l’état actuel des choses, la loi sur les ZES a été rejetée par la HCC. Cette juridiction a émis des réserves sur six articles. Reste à savoir si cette loi figurera de nouveau dans les ordres du jour de la prochaine session extraordinaire du parlement ou si les feux de projecteurs seront en grande partie orientés sur les lois relatives aux élections.

L'express de Madagascar94 partages

Transport aérien – Un intérimaire à la tête d’Air Mad

Après le départ en catimini de Gilles Filiatreault, vendredi, son adjoint prendra les rênes de la compagnie nationale.

Un départ précipité. Gilles Filiatreault a quitté son poste de directeur général de la compagnie Air Madagascar. Celui qui avait pour mission de redresser la compagnie avait quitté le sol malgache vendredi pour rejoindre une autre compagnie aérienne basée aux Caraïbes. « L’actuel directeur général adjoint  opération et technique prendra les rênes de la compagnie en assurant l’intérim », selon une source proche du dossier, sans pourtant préciser la nature de ce départ précipité.Depuis le 12 janvier, la presse de Curaçao, une île aux Caraïbes, avait relayé la nomination de « Gilles Filiatreault à la tête de la compagnie InselAir à compter du 15 janvier ». Interrogé sur cet éventuel départ, l’intéressé avait affirmé à L’Express de Madagascar, le 13 janvier qu’il s’agissait « d’une fausse information ». « Le DG n’a pas l’air de quitter la direction et aucune information dans ce sens ne nous est parvenue. Nous venons juste de lui présenter des vœux et il reste très serein », avait indiqué une source de la compagnie le même jour.

RedressementsLe Canadien  était nommé à la tête de Air Madagascar en octobre 2015 « au terme d’une sélection rigoureuse menée par une entreprise spécialisée en recrutement » pour mener à bon port le redressement de la compagnie aérienne malgache, une entreprise qui était en difficulté après une longue grève de quatre semaines entre juin et juillet 2015. Son départ précipité ne devrait pas affecter la réalisation du plan de redressement de la compagnie. « La sélection du partenaire stratégique se poursuit. Le dossier devait être bouclé d’ici deux mois », a souligné notre source.Réputé comme étant l’un des spécialistes du redressement de compagnie aérienne, InselAir a fait appel au service du Canadien. Il a l’expérience des compagnies aériennes en difficulté. Il dispose d’un CV très solide dans le redressement  et restructuration des compagnies aériennes en Afrique et en Amérique du Sud. Parmi ces compagnies aériennes figurent la compagnie des petites Antilles Leeward Island Air Transport, la BWIA au Panama, Pacific International Airlines ou Caribbean Star Airlines, la compagnie des Transports aériens du Cap-Vert (TACV).Son passage à la tête de Air Madagascar est marqué surtout par la sortie de la compagnie nationale aérienne de l’Annexe B de la liste noire de l’Union européenne, la restructuration des effectifs de la compagnie, la mise en place de Madagascar Handling Ground (MGH), une filiale de la société chargée d’assistance au sol, ainsi que la suspension et la réouverture de la ligne vers l’Asie.

Lova Rafidiarisoa

Madagascar Tribune87 partages

Le régime remet la pression sur sa condamnation

Le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) a effectué plusieurs rencontres avec les grandes figures politiques malgaches depuis un certains temps. Après une rencontre avec les anciens présidents Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana, Maka Alphonse, président du CFM a rencontré le président du Sénat Rivo Rakotovao qui porte également la casquette de président du parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM).

Alors que Didier Ratsiraka avait alors suggéré de tenir une réconciliation nationale malgacho-malgache afin d’éviter une prochaine crise post-électorale, son entretien avec Marc Ravalomanana n’a rien laissé filtrer jusqu’à maintenant. Ce dernier s’étant fait discret depuis les déconvenues qu’il a rencontré dans le Sud il y a quelques semaines. Quant à Rivo Rakotovao, il a réitéré son ouverture et sa disposition à collaborer avec d’autres personnalités. Il a toutefois souligné que ceux qui sont sous le coup d’une condamnation devraient tout simplement purger leurs peines avec les conséquences que cela implique. Bien évidemment, Rivo Rakotovao faisait allusion à l’ancien président Marc Ravalomanana qui a été condamné par la justice pour la tuerie du 7 février 2009. Pour l’heure, malgré des annonces faites par le ministère de la Justice, Marc Ravalomanana, n’a pas été notifié de ce jugement. Le régime à travers Rivo Rakotovao semble vouloir mettre ainsi la pression sur Marc Ravalomanana qui envisage de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

L'express de Madagascar71 partages

Infrastructure – Un projet d’hôtel Novotel à Ivato

Le groupe Accor Hotels et la société Eden annoncent le projet de construc­tion d’un établissement hôtelier de luxe.

Après Ibis, Accor Hotels et la société Eden annoncent le projet de construction d’un autre établissement hôtelier à Madagas­car. S’agissant d’un hôtel de luxe, l’établissement portera cette fois-ci l’enseigne Novotel. Bâti sur une surface de 3 hectares à quelques minutesseulement de l’aéroport d’Ivato, cet hôtel quatre étoiles international comportera150 chambres dont une vingtaine de suites présidentielles. « Grâce à notre partenaire, la société Eden, l’ouverture de cet établissement dans la Grande île ne fait que confirmer notre stratégie dans le continent africain. Plusieurs projets d’ouverture de Novotel prennent forme actuellement dans plusieurs villes africaines », a soutenu hier à Ankoron­drano Philippe Baretaud, directeur de développement Afrique du groupe Accor Hotels.

ExpansionLe groupe Accor Hotels poursuit son expansion dans la Grande île. Avec la construction de cet établissement de luxe, le premier hôtelier de France disposera ainsi deux enseignes à Madagas­car : un Ibis et un futur Novotel. Ce qui serait bénéfique à l’économie du pays en général et du tourisme en particulier.« Ce projet renforcera nos infrastructures d’accueil pour les prochaines rencontres internationales et le tourisme », s’est réjoui Narson Rafidimanana, ministre auprès de Présidence chargé des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement lors de la présentation de ce projet hier à Ankorondrano.Côté investissement, l’infrastructure coûterait 20 millions d’euros au promoteur du projet. Selon les explications recueillies sur place, l’hôtel sera fin prêt pour accueillir ses premiers clients « début 2019 ». « Les travaux proprement dits commenceraient dans les huit prochains mois. Il faut procéder ensuite à la construction du projet, au recrutement et à la formation des ressources humaines », a fait savoir Philippe Baretaud. Puisque les services fournis dans ce Novotel devraient être les mêmes que ceux qui sont proposés ailleurs. Cette formation est nécessaire pour inculquer l’esprit et les standards de services du groupe Accor Hôtels à ses futurs employés.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar64 partages

Consommation – Le prix du carburant poursuit son ascension

Les automobilistes, surtout les transporteurs en commun et de marchandises ris­quent de faire grimace ce jour. Leur budget de carburant n’est pas près de baisser avec cette ascension du prix à la pompe. Depuis minuit, le prix à la pompe a enregistré une hausse. Le litre de l’essence sans plomb est affiché à 3880 ariary soit une hausse de 160 ariary par rapport à sa dernière révision en début d’année.Tout comme l’essence sans plomb, le prix du gazole ne cesse de monter en flèche. Désormais, le prix affiché dans toutes les stations service du pays est de 3270 tandis que celui-ci était encore à 3150 ariary lors de la dernière révision. Cette révision à la hausse du prix du carburant n’est pas opportune avec la menace de révision du tarif du ticket de taxi-be. Les coopératives membres de l’Union des coopé­ratives de transport urbain (UCTU) avaient annoncé une révision à 500 ariary du ticket à partir de ce jour. Depuis janvier 2016, le gouvernement avait mis en place un mécanisme de fixation du prix maxima appliqué à la pompe. Une formule est établie et le prix varie chaque mois en fonction du cours du baril, et du cours de change.

L.R.

Madagascar Tribune53 partages

« Madagascar devra lancer une déclaration formelle d’urgence »

Depuis 2014, le gouvernement américain a fourni 39 millions de dollars pour l’aide alimentaire d’urgence dans le Sud de Madagascar à travers l’USAID selon la déclaration de l’Ambassade des Etats Unis à Madagascar Robert Yamate. Le dernier en date consiste en une enveloppe d’aide supplémentaire de 2,7 millions de dollars pour les secours d’urgence, dans la mesure où « l’urgence dans le Sud de Madagascar continue durant la période de soudure entre les récoltes ».

Près d’un million de personnes désespérées n’ont pas assez, voire rien à manger dans le Sud de l’île. « En ce moment, nous nous acheminons vers le milieu de la période de soudure et c’est la période durant laquelle la population souffre le plus et durant laquelle toutes les parties prenantes doivent agir » selon l’ambassadeur américain. Robert Yamate souligne l’importance d’une « déclaration formelle d’urgence venant de Madagascar qui peut ouvrir plus d’options pour la communauté internationale pour réagir et pour fournir davantage d’aide ».

On se demande justement pour quelle raison les dirigeants n’ont pas fait une déclaration formelle d’urgence pour le Sud vu que depuis la fameuse déclaration d’Ambovombe il y a un an, rien n’a été fait. A part la parade des 4X4 et les larmes de la ministre de la population à l’époque, le régime HVM n’a pas fait grand-chose pour les déshérités du Sud, ni pour aucune autre communauté d’ailleurs. Fidèles à leurs habitudes, ils font comme si de rien n’était. Ils organisent des sommets internationaux à tout va, des festins à qui mieux mieux, et sortent des communiqués tous les jours mais aucun mot pour les déshérités en tout genre. Heureusement que la communauté internationale est présente malgré tout.

Madagascar Tribune49 partages

Les textes électoraux enfin discutés

Une session parlementaire extraordinaire sera finalement convoqué pour le mois de février, selon le premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana. Sans plus de précision sur la date de celle-ci, les nouvelles dispositions des nouveaux textes électoraux seront bien au centre des discussions.

Ces textes étaient attendus depuis le mois de décembre 2017 mais n’ont pas pu être discuté pendant la session budgétaire. Aussi, dès la fin de la deuxième session ordinaire, l’annonce d’une session extraordinaire a été faite et par l’Assemblée Nationale et par le gouvernement. Ces textes électoraux devraient encore passer au niveau du Conseil des ministres auparavant.

Selon le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Hery Rakotomanana, les lois électorales devront être promulguées avant la fin du mois de mars afin de pouvoir être vulgarisées à temps. Passé ce délai, faire connaitre les textes aux citoyens deviendrait une course contre la montre, au risque qu’une majeure partie de la population ne soit pas informée des nouvelles dispositions.

Team building

Les agissements du gouvernement semblent vouloir confirmer l’éventualité d’un remaniement prochain. Depuis plusieurs semaines déjà, les informations concernant un possible remaniement du gouvernement ont persisté sans que le camp du premier ministre actuel ne réagisse. Les différends qui existent entre le premier ministre et le chef du parti présidentiel et non-moins président du Sénat étant évoqués comme cause. Le camp de Mahazoarivo aurait face à cela prévu d’organiser un team-building le 14 et 15 février prochain à Mantasoa. L’objectif serait de renforcer les capacités de ses membres et au passage de souder l’équipe gouvernementale. Une décision de construire une équipe alors que l’intention d’un remaniement se confirme de plus en plus, confirmant à l’avance celle-ci. L’équipe gouvernementale voudrait sans doute faire blocage et montrer sa cohésion. Pourtant, bien que des noms des potentiels remplaçants de Mahafaly Solonandrasana avaient circulé, dont celui de l’actuel Secrétaire Général de la Présidence le Général Ralala Roger et celui du ministre de la défense le Général Beni Xavier Rasolofonirina, actuellement, celui du ministre de l’économie le Général Herilanto Raveloarison serait en tête de liste. Dans tous les cas, le remplaçant de Mahafaly Olivier Solonandrasana serait donc un militaire.

News Mada24 partages

Anjozorobe : naiditra am-ponja ilay mpamily sy ny tompon’ny kamiao

Naiditra am-ponja vonjimaika, omaly hariva any Antanimora ilay mpamily sy ny tompon’ilay kamiao namoa-doza tany Anjozorobe, aasabotsy teo. Notanterahina omaly ny fakana am-bavany nataon’ny zandary sy ny fanolorana ny fampanoavana azy ireo, ary nalefan’ny mpitsara mpanao famotorana any am-ponja avy hatrany. Miandry ny fitsarana azy ny mpamily ilay kamiao sy ilay tompona fiara.

Araka ny fanazavana, tsy afaka amin’ilay loza ny tompon’ny kamiao satria namela ilay fiara hampiasaina hitaterana olona, na mifanohitra amin’ny lalàna aza izany. Ilay mpamily izay efa nametrahan’ny fianakaviana fitoriana sy ny fijoroana vavolombelona fa tompon’ny fahadisoana tamin’iny loza iny. Nahenoana fofon-toaka, nandeha mafy, nanidy ireo mpandeha tao anaty labasy. Ny fitsarana anefa no manameloka azy ireo rehefa mivoaka ny didim-pitsarana.

Raha tsiahivina, ny asabosy teo no nivarina tao amin’ny tetezan’i Mananara ilay kamiao, rehefa avy nilanonana tamin’ny fangataham-bady, ary saika hamonjy soratra tany Talatan’Ivolonondry. Olona 47 no maty, 24 naratra, ary valo nalefa aty an-dRenivohitra notsaboina. Anisan’ny velona ilay mpamily, notsaboina ary izao nalefa any Antanimora izao.

Yves S.

 

News Mada18 partages

Sambava : zanaka jeneraly voarohirohy ho nangalatra lavanila

 Natolotra ny fampanoavana ny herinandro teo ireo olona telo voarohirohy ho nanodinkodina sy nangalatra lavanila maitso mbola tsy matoy teo amin’ny telo gony teo ho eo. Araka ny fanazavan’ny kaomandin’ny borigadin’ny zandary ao Sambava, ny GPHC Rakotovao Rivo, zanaka manamboninahitra jeneraly ny iray amin’ireo voarohirohy ireo. Efa nalefa any amin’ny fitsarana ireo voarohirohy mba hisorohana amin’ny mety ho fitsaram-bahoaka. Ny 21 janoary 2017, lavanila milanja 345 kg no nanjavona tampoka tao amin’ny kaominina ambanivohitra Nosiarina Sambava ka 104 kg tamin’ireo no efa azon’ny zandary. Nitohy hatrany ny fikarohana ka dimy andro taorian’izay, tratra ny fiara Renault Express tsy misy laharana izay somary nampiahiahy ny mponina satria tsy nandalo teo amin’ny barazin’ny polisy nefa mivezivezy tao an-toerana. Nangataka fangatahana tany amin’ny fitsarana amin’ny ahafahana misava ny tranon’ilay tompon’ny fiara ny zandary ka mbola nahatrarana lavanila tsy matoy telo gony sy roa harona tao an-tranony. Mbola nisy lavanila milanja 32 kg koa niahy teo ambony tafon-trano. Nitohy hatrany ny fisavana ka hita avokoa ireo lavanila natao tanaty selofanina kely maromaro.  Mbola tsy nodorana kosa ireto lavanila maitso ireto ka somary mampiahiahy ny olona sasany any an-toerana.

Ahoana indray izany ny momba ity raharaha ity? Ho afaka indray rehefa tonga eny amin’ny fampanoavana? Rehefa zanaka olona ambony dia afaka ho azy na ho very an-javony ny tohin’ny fanadihadiana. Mandeha ny tsindry bokotra sy ny fandrahonana amin’ny tsy hanohizana intsony ny fanadihadiana?

J.C

News Mada15 partages

Accident mortel d’Anjozorobe : le chauffeur et le propriétaire du camion écroués

Trois jours après l’accident mortel survenu à Anjozorobe, le chauffeur et le propriétaire du camion impliqué ont été déférés hier au parquet d’Anosy. Comme il fallait s’y attendre, les magistrats en charge du dossier ont décidé de placer les deux hommes en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora.

« La responsabilité du propriétaire est engagée. Il a autorisé son chauffeur à transporter des passagers alors qu’il sait pertinemment que cela est interdit par la loi. En ce qui concerne le chauffeur, les témoignages recueillis ont permis d’établir qu’il sentait l’alcool et qu’il roulait à tombeau ouvert » a expliqué la gendarmerie avant de préciser que d’après la loi en vigueur, la mise en détention préventive est systématique quand il y a mort d’homme.

Pour rappel, un grave accident de la route est survenu samedi au pont de Mananara Anozorobe. Ce jour-là, 47 personnes issues des familles des deux nouveaux mariés sont mortes après la chute dans une rivière du camion à bord duquel elles se trouvaient.

Mparany

 

Orange Madagascar12 partages

O'Phare de Fianar, un nouveau concept à Madagascar

La cérémonie d’inauguration officielle d’une nouvelle bâtisse dénommée « O’Phare» à Andrianjato, Fianarantsoa, s’est déroulée le vendredi 27 janvier dernier. Cette cérémonie a été animée par Rossy.

« O’Phare » est tout un concept, débuté par la simple idée d’ériger un établissement qui pourrait écouler les produits locaux, les produits de la ferme de son propriétaire, Heritiana Rajosoarison, situé toujours dans la région de la Haute Matsiatra. L’idée est donc d’une vision de produire sur place, pour une débouchée locale, régionale, nationale et pourquoi pas internationale. Ils ont commencé par la construction d’une ferme. Puis la construction d’un petit snack qui est devenu cette nouvelle bâtisse qu’est « O’Phare ».

Le concept d’« O’Phare » est assez original car on n’y verra pas d’espaces comme de la restauration, d’un aire de spectacle ou encore d’un aire de barbecue, mais des espaces bien malgaches dont « Itono » pour l’espace barbecue, « Igaka » pour le bar, « Ikianja » pour l’aire de spectacle en plein air et « Iketrika » pour la cuisine, ou encore « Ivory » pour la salle de réunion, et ainsi de suite.

Alisoa Rasoanaivo, directrice générale et non moins vice présidente du conseil d’administration a mentionné qu’ "au début, on voulait juste faire un snack. Une Initiative due au besoin de transformer et écouler les produits de notre Ferme. Mais au cours des travaux, on s'est rendu compte qu'il manque d'établissements d'hébergement répondant aux besoins des résidents voyageurs, tels que les vacanciers, les missionnaires ou ceux en déplacement d'affaires.La plupart des hôtels à Fianarantsoa est destinée aux touristes. Alors que la ville de Fianarantsoa est bien située pour un break au long du circuit Sud et Sud-Est. En effet, la ville accueille plusieurs visiteurs en mission, et nous avons choisi de faire de notre établissement, des chambres d'hôtes. Au départ, nous nous sommes établis à pour notre projet agricole qui est aussi notre principale activité. Par la suite, nous avons remarqué que cette activité se marie très ben avec notre vision de faire déguster nos produits à nos hôtes."

Au fur et à mesure que la construction de l’établissement avançait, les propriétaires ont constaté bon nombre de difficultés, notamment les matériaux de construction et les équipements sur place qui sont très standards et qu'il faut souvent en faire venir d’Antananarivo. Les mains d'œuvre qualifiées sont également très limitées.

Berceau de gens compétents

D’un autre point de vue, force est de souligner que la ville de Fianarantsoa est une des berceaux de gens ayant suffisamment de compétentes pour le développement du pays. Malheureusement, ces gens de compétences ne restent pas dans cette ville, pour créer des édifices ou de foisonner leurs idées, dans le but de développer leur région natale. Ainsi, à part la fonction publique et les ONG, le secteur privé n'occupe qu'une toute petite place dans l’économie de la ville. Les structures d’accueil manquent énormément pour développer les connaissances théoriques des jeunes diplômés. Le tout est couronné par l’éternel problème du délestage qui ralentit l'épanouissement des projets d'initiative privée.

Dans ce dessein, le cout de revient devient très cher pour ces petits opérateurs, sans parler des formations du personnel, essentielles pour l’épanouissement de chaque projet. Ce sont là quelques raisons qui donnent une mauvaise image à la ville comme étant une ville. Une image perçus que ces opérateurs veulent modifier. Car, Fianarantsoa est réputée pour être une ville sans activité, une ville qui dort, une ville qui n'évolue pas pour ne pas dire une ville économiquement morte.

« On est la pour le changement. Avec l'appui de l'administration publique, je cite particulièrement le Chef de Région Haute Matsiatra en nous soutenant dans certaines démarches. Par ailleurs, notre snack spécialisé en barbecue ne peut se consommer seuls donc nous avons, jusqu'ici, choisi des partenaires de bonne référence, made in Madagascar, qui sont Dzama, Clos Malaza et Star » a affirmé Alisoa Rasoanaivo.

La directrice générale de continuer que « prochainement nos chambres seront disponibles et toujours dans cet esprit de promouvoir ensemble les produits de Madagascar, nous travaillerons également avec des partenaires de qualité dont Homeopharma, l'entreprise sociale Le Relais etc... Nous souhaitons animer et mettre en place une structure de référence dans notre fokotany, notre zone Andrainjato. Zone où il y a l'extension de la ville, digne de l'entourage de l'université, et surtout une étincelle et éveil pour la ville et la région. Le choix du groupe Rossy, un professionnel sans égal, n'est pas du hasard, pour le lancement de notre activité. Ce lancement a d’ailleurs été marquée par la présence d'invités VIP de tout genre. »

 

Faly R.

Madagascar Tribune11 partages

1 000 à 1 300 permis biométriques délivrés par jour

La rénovation des permis de conduire en permis biométrique continue au sein du service d’immatriculation d’Antananarivo. Environ 1 000 à 1 300 permis par jour sont délivrés. Les gens se ruent devant le bâtiment, où le service est assiégé, dès la veille ou à l’aube.

Avant la délivrance du permis biométrique, il y a encore différentes procédures à suivre. A noter les diverses paperasses comme la copie légalisée de la Carte d’Identité Nationale. Il faut aussi payer 38 000 Ariary.

Les tickets sont distribués à partir de 5 heures jusqu’à 5h 30mn du matin, ceux qui arrivent après peuvent rentrer et revenir le lendemain.

Ce qui fait surtout plaindre les concernés, c’est la centralisation de cette opération dans la capitale. « L’Etat aurait pu réaliser ce renouvellement sur plus d’une année, voire même en trois ans. D’autant plus que l’opération est centralisée à Antananarivo, nous devons nous déplacer, abandonner nos activités quotidiennes comme le travail alors qu’il y a encore plusieurs jours avant la délivrance du permis. Nous, nous avons la possibilité mais qu’en est-il des personnes qui vivent dans les régions éloignées et qui n’ont pas le moyen de se déplacer ? » dixit Andry qui est venu particulièrement de Mahajanga pour la transformation de son permis en permis biométrique.

Notons que le dernier délai pour les permis biométriques est le 31 mars 2017 si ça aurait dû être le 31 décembre 2016. Jusqu’à présent, les autorités ont surpris 100 faux permis de conduire biométriques, certains ont été vendus à 70 000 ariary.

News Mada11 partages

Affaire Lylison : le Sénat s’en remet à la HCC

Rebondissement dans l’affaire Lylison. Le président du Sénat Honoré Rakotomanana demande l’avis de la HCC relatif à la démission d’office du sénateur Mapar pour cause d’absence injustifiée.

La demande a été déposée hier auprès de la Haute cour constitutionnelle (HCC) et publiée sur son site. Honoré Rakotomanana demande l’avis de cette dernière sur « le cas du sénateur Lylison René de Rolland Urbain, en application de l’article 8 du Règlement intérieur du Sénat ». Cet article stipule que « Lorsqu’un membre du Sénat manque au cours de son mandat à la totalité des séances et l’une des deux sessions ordinaires sans excuse valable admise par le Sénat, il est déclaré démissionnaire d’office». Les excuses valables sont la maladie attestée par le médecin du Sénat ou d’un hôpital public, une mission officielle attestée par ordre de mission ainsi que des évènements familiaux.

Le numéro un de la Chambre haute demande ainsi l’avis de la Haute cour étant donné que le même article stipule que « La démission d’un sénateur est constatée par la HCC ». Si le cas se présente, le sénateur sera remplacé d’office par le suivant de la liste.

Dans tous les cas, le Sénat n’avait pas encore accepté la levée de l’immunité parlementaire du sénateur bien que le flagrant délit ait déjà été soulevé par la procureure de la République. Près de sept mois après les faits, le Sénat réagit en demandant la démission d’office du sénateur ayant manqué à ses obligations au sein de l’institution.

L’absence du sénateur pourrait cependant être justifiée par le mandat d’arrêt lancé contre lui officiellement le mois de septembre dernier. Mais l’histoire remonte quelques mois auparavant, au mois de juin de l’année dernière lorsque le sénateur avait lancé un appel à une ville morte dans la capitale. Le commandant de la CIRGN, le Général Florens Rakotomahanina avait alors confirmé un mandat d’arrêt contre le sénateur et depuis, ce dernier est resté introuvable. A certain moment, le sénateur s’est toutefois exprimé à travers des vidéos sur les réseaux sociaux portant sur les affaires du pays. Jusqu’à ce jour, personne ne sait où se trouve le sénateur et les forces de l’ordre ont du mal à l’appréhender.

Tahina Navalona

 

News Mada11 partages

Trass : la soirée acoustique reprend de plus belle

Mbola Talenta à la guitare, Fara Gloum à la basse et Orad Manalina au mélodica, trois artistes dont le talent n’a d’égal que leur volonté de partager, vont revisiter à la sauce acoustique les tubes malgaches des années 70, 80 et 90, ce vendredi, au Trass Tsiadana.

Trass a récemment inscrit dans son programme des soirées destinées  au style acoustique qui profiteront à tous les musiciens, soucieux de promouvoir ce genre musical. Ce trio éclectique s’apprête donc à inaugurer la saison en ce début d’année.

Les inconditionnels ont déjà eu un aperçu de la soirée, notamment avec une excellente interprétation de « Ilay fisarahantsika », le morceau de Kiki  et Nirina, que les artistes ont partagé sur les réseaux sociaux en début de la semaine. « Nous allons redécouvrir ensemble les tubes qui faisaient les beaux jours des années 70, 80 et 90 avec une bonne pincée de nostalgie et de souvenirs. Et comme on entre de plain-pied au mois de février,  ce sera un avant-goût musical à la fête des amoureux », scande le trio dans une vidéo partagée sur Facebook.

A l’image de « Bitsibitsiho » d’Ingahibe Tselonina, de « Mahereza » du charismatique Rambao, de « Vavaka » du groupe Raberanto ou encore « Solafaka » de Benja Andriatahina, la soirée s’annonce exceptionnelle à plus d’un titre.

Joachin Michaël

 

Madaplus.info10 partages

Journée consacrée à la littérature malgache - samedi 25 février 2017

La journée consacrée à la littérature malgache, co-organisée par le Centre de recherche sur l’océan Indien occidental et le monde austronésien (CROIMA-ASIEs, INALCO) et l’Havatsa-UPEM (Union des poètes et écrivains malgaches), section France aura lieu le samedi 25 février 2017, à partir de 10 heures.
Lieu: Inalco
65 rue des Grands Moulins
75013 Paris
Retrouvez plus d'infos dans la pièce jointe.
Madagascar Tribune10 partages

Stratégie politique agricole et commerciale incompréhensibles

Le ministre du Commerce et de la Consommation, Armand Tazafy, a signifié qu’il faut que les opérateurs importateurs se préparent car la production de riz de première saison (vary aloha) est très faible. Seules les 20% de la production de « vary aloha » seront produites cette année en raison des insuffisances de précipitations. Autrement dit, il manque 80% de récolte de « vary aloha ». On se demande comment a-t-il obtenu et osé affirmer de telles chiffres alors que les statistiques officielles ne sont même pas crédibles, fantaisistes ou du moins peu fiables et présentent des carences si on se réfère aux rencontres pour le lancement du site web CountryStat sur les statistiques agricoles et tout ce qui concerne le monde rural et les opérations y afférentes. Car même le nombre exact de population de Madagascar est fondé sur des estimations de l’Administration. Certes il y a la sècheresse dans de nombreuses régions habituellement arrosées en cette période de l’année mais aussi les remblais autour de la capitale qui ont réduit les surfaces rizicoles ; mais tout cela ne peut justifier de telles déclarations publiques. Les régions Anosy et une partie de la Sofia et la capitale sont certainement en difficultés mais le Sud-ouest et la province de Fianarantsoa ne le sont pas, loin de là.

Le même ministre Armand Tazafy rassure que la réserve en riz est suffisante pour six (6) semaines. On veut bien qu’il prévoie et lance des appels aux négociants et opérateurs/importateurs en riz mais sur quelle base ses prévisions sont-elles fondées ? Et surtout après la psychose sur les fournitures d’eau dans la capitale, les délestages qui n’en finissent pas et la sècheresse, déclarer que la production de riz est très largement insuffisantes provoque des conséquences importantes sur le marché et accroît les angoisses au sein de l’opinion publique. Une déclaration assurément audacieuse mais qui n’est pas sans entretenir la panique et la hausse des prix du riz. Ainsi par exemple, les transporteurs/collecteurs se sont rués vers les régions excédentaires en riz, tel l’Amoron’i Mania où les prix du riz sont montés en flèche. La hausse des prix du carburant vient en sus et déclenche un effet boule de neige (en cette saison pluvieuse sans pluies)

En tout cas le problème d’autosuffisance en riz est évoqué par le ministère d’Etat en charge de l’Agriculture et de l’Elevage. Un cadre dirigeant de ce ministère a mis le doigt sur l’imbroglio dans lequel le pays et la politique d’autosuffisance alimentaire est embourbée. Car il faut faire un choix entre les importations de riz, qui sont moins onéreuses par rapport aux coûts des transactions internes entre régions excédentaires en riz et régions en manque. Comment en effet faire profiter les autres régions et localités du riz de Bealanana ou de Tsaratanàna, ou d’Andapa ? Toujours est-il, soutient ce cadre du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage qu’il est inconcevable qu’un pôle de production excédentaire en riz soit réduite à abandonner la riziculture, ou à donner leur excédent de récolte au bétail comme cela s’est produit à une certaine époque à Ambatolampy ou encore à Ampefy-Analavory.

En tout cas, la commune rurale d’Ambalanirana, district de Tsiroanomandidy est toujours excédentaire en riz d’après Harisoa Arsène Andriamanoely, conseiller municipal, mais l’état de la route que le fokonolona entretient annuellement est le principal pierre d’achoppement pour son développement. Sans plus ajouter l’insécurité que cet état des voies de communication encourage car l’effectif des forces de l’ordre (gendarmes et militaires du Détachement autonome de sécurité) est largement insuffisant.

L'express de Madagascar4 partages

Diana – Une nouvelle ville en gestation

Un grand projet comprenant un complexe industriel, un aéroport et un port, entre autres, va voir le jour sur le plateau d’Andrakaka. L’économie en bénéficiera.

Après une réunion qui a rassemblé des parlementaires, des maires toutes couleurs politiques confondues, du chef de la région Diana et du préfet d’Antsiranana, pendant le weekend, le vice-président de l’Assemblée nationale, Freddie Mahazoasy, en sa qualité de porte-parole des participants, a procédé au lancement d’un projet de construction d’une nouvelle ville intégrée sur le site dénommé « plateau d’Andrakaka » ou la presqu’île du cap Diégo, situé au Nord-Ouest de la ville d’Antsiranana.Il fait partie intégrante des projets présidentiels, destinés à entraîner une forte croissance économique aux  niveaux régional et national. Les études de faisabilité techniques et financières relatives aux différentes infrastructures débuteront au cours de ce mois de février.« Le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, a signé le21 janvier dernier, un protocole d’entente avec le groupe EGIMS construction, unemultinationale basée à Dakar Sénégal, relatif à la construction de cette ville », a indiqué Freddie Mahazoasy.

Diverses filièresEn fait, ce projet com­prend la mise en place d’un complexe infrastructurel composé d’un aéroport international pour gros porteurs, d’un port multi-usages en eau profonde doté d’infrastructures relatives au maintien d’une chaîne de froid, d’une centrale énergétique géothermique de quatrième génération, d’un centre d’affaires, d’une unité de traitement de déchets et d’eaux usées, d’un pont reliant la ville d’Antsiranana au site.Le projet consistera aussi à la mise en place d’une plateforme de productions sectorielles incluant le tourisme, l’agrobusiness, les finances, l’industrie avec une cimenterie, le textile, et une unité de maintenance aéronautique. La construction de plusieurs hôtels de haut standing sur le plateau d’Andrakaka et sur d’autres sites balnéaires sera envisagée.En outre, la réalisation de travaux d’ingénierie sociale, au niveau notamment d’Antsiranana, comprenant des marchés et des infrastructures de quartier, des blocs sanitaires, ainsi que des centres de soins de base à Anamakia et à Cap Diégo, est incluse dans le projet.

Raheriniaina

News Mada3 partages

Mitazam-potsiny ny fanjakana : tsy ho ela dia ho 3.000 Ar ny kilaon’ny vary

 Tsy henatra tsy tahotra intsony ny mpaninjara sy ny mpamongady mampiakatra ny vidim-bary isan-kerinandro. Tato anatin’ny telo herinandro monja, nihoatra 600 Ar sahady ny vidiny ho an’ny mpanjifa. Raha mitohy izao fanararaotana mihoampampana izao, tsy ho ela dia ho 3.000 Ar ny kilaon’ny vary eto an-dRenivohitra, lafo noho ny tany Taolagnaro. Tsy hita soritra mihitsy ny finiavan’ny fanjakana hiaro ny mpanjifa.

200 Ar isan-kerinandro ny fisondrotana! Manararaotra samy manao izay saim-pantany ny mpivarotra mpamongady sy ny mpaninjara amin’ny vidim-bary eto Antananarivo sy ny manodidina. Raha 1.600 Ar ny kilaon’ny makalioka sy ny vary gasy mena, tapa-bolana lasa izay, niakatra 1.800 Ar izany ny herinandro lasa teo, ary tafakatra 2.000 Ar sahady nanomboka ny alatsinainy teo ary misy aza ny efa mivarotra 2.200 Ar .

Izany hoe, niakatra 200 Ar isan-kerinandro, 400 Ar tao anatin’ny tapa-bolana, koa hahatratra 800 Ar amin’ny tapaky ny volana febroary, manome 2.400 Ar ny kilao ary ho 2.800 Ar na ho 3.000 Ar mihitsy amin’ny fiandohan’ny volana marsa. Saika tsy mampiseho ny vidim-bary intsony ny ankamaroan’ny mpivarotra, toy ny eny Amboditsiry, Anjanahary, Andravoahangy, Besarety, 67 ha. Midika izany fa tahirim-bary efa azony ny amidiny fa tsy niankina tamin’ny nividianany azy tany amin’ny mpamongady. Ireto farany koa, efa nanararaotra hatramin’izay  manafim-bary, na mampiaka-bidy avy hatrany.

Tsy misy ny fiarovana ny mpanjifa

Nihaona tamin’ireo mpandraharaha ny minisiteran’ny Varotra sy ny ao amin’ny Fambolena, ny 23 janoary lasa teo. Nifampidinihana ny hanafaran’ireo mpandraharaha vary any ivelany, hanentsenana ny tsy fahampian’ny vokatra varialoha tamin’ity taona ity. Nanome toky fa  hiaro ny mpandraharaha koa izy ireo manoloana ny fifaninanana tsy madio ataon’ny tsy manara-dalàna.

Ankoatra izany, tsy hita mihitsy ny asa vita sy ny lanjan’ny fikambanan’ny zon’ny mpanjifa, fa mionona amin’ny fimenomenomana ihany raha hanao aza.

Midika ireo fa kabary ambony latabatra fotsiny ny an’ny fitondrana, fa tsy misy mihitsy ny fitsinjovana sy fiarovana ny mpanjifa, toy ny fanaony amin’ny fampiakarana ny vidin-tsolika sy ny saran-dalana ihany.

Efa mampiaka-peo ny ankamaroan’ny mpanjifa. Tsy misy sehatra ahafahany maneho hevitra afa-tsy ny fitarainana any amin’ny “onjampeo tsy miankina” na any amin’ny tambajotra sosialy toy ny “facebook”, ohatra. Efa nisehoan’ny hatezeram-bahoaka ny delestazy, toy ny tany Farafangana, ny fitsaram-bahoaka ho an’ireo jiolahy, sao sanatria izay vao tena hipoaka ny sarom-bilany satria ny foto-tsakafony mihitsy no voakitikitika. Tsy nohenoina ny hafatra sy ny anatry ny iraky ny papa, amin’ny hoe “jereo ny zo aman-kasin’ny maha olona”.

Randria

Voambolana nipoitra fony Repoblika faharoa ny hoe “varo-maizina”. Nivoaka koa,  nifanandrify tamin’io ny sampandraharaha “Bemidina” niady taminy, nanara-maso ny vidin-javatra teny amin’ny mpaninjara. Tsy manana paikady mahomby hiatrehana ny fanararaotan’ny mpaninjara, mifandray mivantana amin’ny mpanjifa, ny fanjakana foibe, ankehitriny. Na milaza fa tsy mitsabaka amin’ny famerana ny vidin-javatra sy ny fandraharahana aza ny fanjakana, misy ny vanim-potoana “ankamehana”, tsy maintsy handraisana fepetra manokana, fahita maneran-tany, afa-tsy eto Madagasikara irery ihany.

 

L'express de Madagascar3 partages

Automobile – Wynn’s renforce sa présence à Madagascar

La fiabilité de toute mécanique dépend de son entretien. Un secteur dans lequel Wynn’s opère depuis 75 ans. A l’occasion du passage à Madagascar d’un de ses représentants, en l’occurrence le Sud-Africain Brent Lacey, une séance d’information suivie d’une conférence de presse s’est tenue chez Materauto Ankoron­drano, hier. L’occasion de revisiter les différents produits de sa gamme. « Les produits Wynn’s ont prouvé leur efficacité depuis longtemps », a notamment souligné Brent Lacey. « De plus, ils sont proposés à des tarifs abordables et sont faciles à utiliser », a renchéri un dirigeant de chez Materauto. Cette gamme est aussi large que complète, allant des additifs moteur aux liquides de refroidissement, sans oublier les nombreux antifuites, les divers nettoyants, les lubrifiants ou encore les rénove-plastiques. Et on en passe… Brent Lacey a étalé tous leurs bienfaits durant la séance d’information, à laquelle étaient conviés les revendeurs d’Antananarivo. À l’heure actuelle, Wynn’s est disponible dans divers points de vente, afin de mieux desservir la Capitale entière.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada2 partages

Fiaraha-miasa amin’ny Amerikanina : hasiam-panavaozana ny lalàna momba ny solika

Nanomboka ny taona 2015, misy ny fiaraha-miasa amin’ny Departemanta amerikanina, momba izay hanampiana ny lafiny teknika EGCI* an’i Madagasikara eo amin’ny fitrandrahana solika sy gazy. Mandalo eto an-toerana ny delegasiona misahana ny fandaharanasa (EGCI)* tarihin’ny filohany, Levi White, izay nihaona tamin’ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika. 

Tanjona amin’izany fandaharanasa EGCI izany ny hahatonga an’i Madagasikara ho tsara toerana eo amin’ny fitrandrahana solika sy gazy, toy ireo firenen-kafa malaza amin’io sehatra io. Voaporofo manana ireo harena an-kibon’ny tany azo trandrahina tsara ireo i Madagasikara, loharanom-bola goavana hanaovana asa fampandrosoana maro. Faritana ao anatin’izany ny hanampiana ny eto an-toerana ho tompon’andraikitra feno ho amin’ny fahaiza-mitrandraka ireo angovo ireo.

Efa tamin’ny fotoana nanaovana fikarohana ny lalàna momba ny solika (code pétrolier), raha ny eto Madagasikara. Amin’izao fotoana izao,  efa tonga eo amin’ny fitrandrahana isika, toy ny ataon’ny orinasa Madagascar Oil. Marina fa mbola solika mavesatra izany, nefa tokony hapetraka amin’izay izao ny lalàna mifandraika amin’ny fitrandrahana”, hoy ny minisitra Zafilahy Ying Vah.  Maro ny orinasa avy any ivelany te hiditra hampiasa vola eto ho amin’ny fitrandrahana solika. Mandresy lahatra sy misintona mpampiasa vola amin’izany sehatra izany ny fivorian’ny mpamatsy vola ho an’i Madagasikara natao tany Paris, ny volana desambra 2016.

Hamafisina amin’izany fandaharanasa izany ny lafiny teknika, ohatra, ny fampiasana teknolojia ; ara-bola, eo amin’ny fitantanana ;  fanarahan-dalàna, amin’ny fampiharana lalàna iraisam-pirenena ; ary tsy ambanin-javatra ny fiarovana ny tontolo iainana. Manampy izany ny sampandraharaha amerikanina hafa, toy ny Bureau de gestion de l’énergie océane (BOEM), Bureau de la gestion des terres (BLM) sy ny maro hafa. Ny tanjona itoviana ny fitantanana ao anatin’ny mangarahara, hitondra fampandrosoana marina ara-toekarena sy sosialy.

R.Mathieu

EGCI* : Initiative pour la gouvernance et les capacités dans le secteur de l’énergie.

 

News Mada2 partages

Carburant : nouvelle hausse du prix à la pompe

La révision à la hausse des prix à la pompe se poursuit. Ce réajustement a été déjà annoncé par les autorités et réitéré par les opérateurs dans le secteur au début de l’année.

C’est ainsi que le prix à la pompe du super carburant a augmenté de 160 ariary depuis hier soir. Allant de 3 720 ariary à 3 880 ariary le litre actuellement. Celui du gazole est passé de 3 150 ariary à 3 270 ariary, soit une hausse de 120 ariary par litre. Par ailleurs, le prix du litre du pétrole reste inchangé.

En effet, il a été décidé en conseil de gouvernement en janvier dernier que les prix maxima affichés à la pompe seront fixés tous les mois en raison de la tendance haussière du prix du baril au niveau international. Cette décision a été prise pour éviter la forte augmentation  des prix au niveau national.

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle hausse est la quatrième depuis octobre 2016. Une hausse de près de 300 ariary a été enregistrée sur les prix à la pompe ces quatre derniers mois. Une situation qui a engendré une forte inflation des prix sur le marché local.

Riana R.

 

News Mada2 partages

Bisikileta – «VTT Bira descente» : lasan’i Tiaray sy i Rado ny amboara

Fahombiazana tanteraka ny andiany voalohany tamin’ny fifaninanana hazakazaka am-bisikileta tsy mataho-dalana na ny “VTT Bira descente”, notontosaina tany Ambohidava Antsirabe ny alahady 29 janoary lasa teo. Nisongadina ny zava-bitan-dRasoavatsara Tiaray, teo amin’ny sokajy “senior”, ho an’ny “vélo avec suspension”. Vitany tao anatin’ny fe-potoana 1 mn sy 03, 26 s ireo dingana samy hafa tsy maintsy novitaina, ity ny sakana dimy tsy maintsy tanterahina sy ireo fiolahana, miisa roa ary ny fandehanana amin’ny tohatohabato  iray.

Ho an’ny “vélo sans suspension”, sokajy “senior” kosa, norombahin’Andrianoelijaona Rado ny fandresena. 1 mn 06, 71 s ny nahatontosany ny fifaninanana ary nampiaiky ny rehetra ny fahaiza-manaony. Ankoatra ireo, nisy koa ny fihaonana teo amin’ny sokajy zandriny ka voalohany ho an’ny “junior”, Ramamisoa Fabrice, nahavita ny hazakazaka tao anatin’ny 1 mn 06, 36 s, raha i Aroniaina David, ny teo amin’ny “minime” nahazo fe-potoana 1 mn 14, 41 s ary i Patrick ny teo amin’ny “vétéran”. Sokajy tokana ny teo amin’ny vehivavy kosa,  norombahin-dRasanjison Lala, nahavita ny fihaonana tao anatin’ny 1 mn 21, 28 s.

Marihina fa nahatratra 110 ny isan’ireo mpifaninana, nahitana ireo efa za-draharaha sy ireo mpanavao. Afa-po ny Bira Moto Club sy ny Bikers 110 mpikarakara, notohanan’ny Cycle Madagascar Momotas. Miandrandra ny andiany faharoa sahady ireo mpifaninana sy ny mponina any Antsirabe.

Synèse

 

News Mada2 partages

Grand tournoi de l’amitié : la GNVB, première finaliste

Au fur et à mesure que la compétition se rapproche de son dénouement, les matchs deviennent de plus en plus serrés entre les prétendants au sacre final du Grand tournoi de l’amitié organisé par la Cnaps  à son centre de culture et de loisirs.

Number one ! La Gendarmerie nationale de volley-ball (GNVB) confirme une fois de plus sa suprématie au niveau national. Après deux journées, les protégés d’Honoré Razafinjatovo sont les premiers à avoir obtenu leur ticket pour la finale de ce dimanche.

Tour à tour, Andry be et sa bande ont dominé le Cosfa et la Cnaps, si face aux militaires, ils ont concédé un set avant de sortir victorieux. Lors de la deuxième journée d’ hier, alors qu’on s’attendait à un mano à mano intense entre les gendarmes et les caissiers, au final,  il n’y a pas eu photo. Les hôtes de la compétition se sont inclinés sur le score net de trois sets à rien

.

Ce succès de la GNVB lui donne le droit de disputer la finale alors que la Cnaps est obligée de chercher la victoire lors de la dernière journée des éliminatoires face au Cosfa pour s’assurer la seconde place.

Pourtant, cette dernière partie est loin d’être facile pour la bande à Raly. Les militaires sont dans le même cas de figure. Une victoire leur permettra de rejoindre la GNVB en finale. Une affiche inattendue s’offre donc au public demain jeudi dans le gymnase couvert flambant neuf de la Cnaps entre deux équipes en pleine progression où la jeunesse prend une place importante dans le dispositif des deux entraineurs.

Du chemin à faire

Le parcours des deux formations de la gendarmerie à ce tournoi ressemble à celui du Championnat national. Si la GNVB 1 domine outrageusement, la GNVB 2 par contre peine. En effet, sur les quatre écuries en lice, cette dernière a été  la première à être éliminée après les deux premières journées.

On voit mal cette formation obtenir une victoire lors de la dernière journée qui plus est face aux élites du volley-ball de la gendarmerie bien que le match soit sans enjeu majeur pour ces derniers.

Naisa

 

News Mada2 partages

HJRA : nampahery ireo naratra ny ben’ny Tanàna

Nitondra fanampiana ho an’ireo naratra mafy tamin’ilay lozam-piarakodia mahatsiravina tany Anjozorobe, omaly, tetsy amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha ny ben’ny tanànan’Antananarivo Ravalomanana Lalao sy ireo mpiara-miasa aminy akaiky.

Nitondra ny teny fampaherezana koa izy tamin’izany ho an’ireo fianakaviana nanana ny maty tamin’iny loza iny, izay nahafatesana olona 47, ary nisy naratra mafy ampolony. Ankoatra ny fanomezana ranom-boankazo sy fampaherezana ireo naratra mafy, nanome fanampiana ho an’ireo marary hafa niray efitra tamin’ireo niharan-doza tany Anjozorobe ihany koa ny ben’ny Tanàna.

Nambarany tamin’izany fa tonga nampahery sy nitondra ny teny fampiononona ho an’ny fianakavian’ny niharam-boina izy amin’ny maharaiamandreny eto amin’ny tanàna azy satria eto amin’ny tanànan’Antananarivo no misy ny hopitaly HJRA itsaboana ireo maratra tra-doza ireo. “Mafy ilay marary ka ilaina hatrany ny fifanomezan-tanana amin’ny mpiara-belona tratra ny tsy nampoizina toy izao”, hoy izy.

Tatiana A

Tananews2 partages

“C’est la faute aux passagers”

Intervention intempestive et plus que déplacée de sa Seignhery, depuis Addis Abeba, à propos de l’accident d’Anjozorobe.

D’un ton très docte, sa Seignhery a donc décrétée que les passagers étaient en surnombre et qu’ils n’auraient pas du embarquer dans le camion en voyant que le chauffeur de celui-ci était ivre.

Et sinon un petit mot de compassion et de condoléances pour les familles c’est trop demander ? Il y a vraiment des baffes qui se perdent dans ce pays.

L'express de Madagascar2 partages

Coopération – Le Japon au chevet de l’éducation malgache

Priorité à l’éducation. Le gouvernement japonais à travers son ambassade à Madagascar annonce son soutien à l’amélioration de l’environnement scolaire à Madagascar. Il vient d’apporter un soutien financier pour la réhabilitation et l’extension de deux collèges d’enseignement général (CEG) à Antanimalandy Mahajanga et à  Ambohi­man­droso dans le district d’Antanifotsy. « L’éducation est d’autant plus cruciale pour Madagascar que la majorité de sa population est jeune », a déclaré Ichiro Ogasawara, Ambassadeur du Japonà Madagascar lors de la signature des contrats, hier, dans sa résidence à Ivandry.Le premier projet concerne le collège d’enseignement général d’Antani­malandy à Mahajanga. Quatre salles de classe seront réhabilitées avec un financement de 69 464 euros.Quant au CEG Ambohi­mandroso, le Japon apportera son soutien dans la réhabilitation d’un bâtiment scolaire avec deux salles de classe et la réparation du toit d’un autre bâtiment avec cinq salles de classe pour un montant de 51205 euros.

L.R.

L'express de Madagascar2 partages

Orange Money dispo­nible auprès de plus 60 stations-service

Les services Orange Money sont déjà disponibles dans les stations-services Total, Galana, Jovenna et bientôt dans les stations Shell. Les clients peuvent recon­naître facilement les stations partenaires grâce aux signalétiques Orange Money. Plus de 60 sta­tions-service dans tout Madagascar proposent aujourd’hui le service Orange Money. Il est en cours de déploiement auprès de nouvelles stations-service pour se rapprocher davantage des clients.

Madaplus.info1 partages

La hausse du ticket de Taxi-be n’est pas unanime

La question sur la revue à la hausse du prix du ticket de transport en commun urbain défraye encore la chronique.
Aujourd’hui, mercredi 1er février est la date prévue par l’UCTU ou Union des Coopératives de transport Urbain pour augmenter le prix du ticket de taxi-be à 500 Ar, soit une hausse de 100 Ar. Cette hausse est le résultat du payement de la compensation de la part de l’Etat. Toutefois, ce ne sont pas toutes les coopératives qui vont appliquer ladite hausse. Les dernières informations reçues dont état de la division de l’UCTU : d'une part, les coopératives qui vont appliquer la hausse et de l’autre part celles qui ne vont pas le faire. Les bruits sur la revue à la hausse des prix du carburant pourraient également pousser les coopératives à mettre à exécution ce nouveau tarif.
Madaplus.info1 partages

Marovoay : les agriculteurs appellent à l’aide

Marovoay fait partie des greniers de riz de Madagascar et approvisionne toute l’ile. Mais la population locale et les agriculteurs se plaignent actuellement à cause de l’insuffisance de pluie et des semences.
Or cette production agricole dépend significativement de la pluie. Marovoay enregistre quatre récoltes de riz annuellement, avec environ 130 000 tonnes. Mais jusqu’à maintenant, la population ne peut rien faire et appelle à l’intervention de l’État pour faire tomber une pluie artificielle. En effet, la prochaine culture en mois de Mars dépend de la situation actuelle.
Si cette situation prévaut, la hausse des prix du riz depuis la semaine dernière n’est qu’un commencement. Les agriculteurs, par crainte d’une sous-production cette année, font une rétention de riz qui fait monter le prix du riz.
Tananews1 partages

Andry Rajoelina : mais quel mandat d’arrêt ?

Ah la la les rumeurs. On se demande bien qui a intérêt à propager ce genre de choses.

En tout cas le Mapar dément : non il n’y a pas de mandat d’arrêt à l’encontre de l’ancien Président de la Transition.

Il va, il vient, il sort, il arrive d’Ivato, libre comme l’air.

Tananews1 partages

Les jours fériés, chômés et payés cette année

Mercredi 08 mars : Journée Internationale de la Femme. (Férié pour les femmes uniquement)Mercredi 29 mars : Commémoration de l’insurrection du 29 mars 1947.Dimanche 16 avril : PâquesLundi 17 avril : Lundi de PâquesLundi 1er mai : Fête du TravailJeudi 25 mai : Fête chrétienne de l’AscensionDimanche 4 Juin : PentecôteLundi 5 juin : Lundi de PentecôteLundi 26 Juin : Fête de l’Indépendance nationaleMercredi Mardi 15 août : Fête de l’AssomptionMercredi 1er novembre : ToussaintLundi 25 décembre : NoëlA noter également que le dimanche 25 juin et le vendredi 1er septembre seront fériés pour les musulmans.

Tananews1 partages

Telma ça va (un peu mieux)

Forcément en transitant par les infrastructures d’Orange c’est mieux n’est ce pas ?

Quand on se gargarise d’avoir 3 millions d’abonnés et bien on ne met pas ses oeufs dans le même câble.

On installe 2, 3 , 4 câbles messieurs de chez Telma. C’est pourtant le b-a-ba en informatique : sauvegarde, redondance, backup, rescue, etc.

News Mada1 partages

Fiba 33 : les dames dans la cour des grands

Le basket à 3 ouvre la saison du Championnat national. Sauf changement,  il aura lieu dans la capitale le mois d’avril prochain. Toutefois, à partir de cette année,  la Fédération malgache de basket-ball (FMBB) va apporter des nouveautés par rapport à la précédente édition. Et cela va ravir les basketteuses.

En effet, la compétition dans la catégorie féminine est désormais reconnue par l’instance internationale de la discipline. A cet effet, celles qui prendront part à cette joute nationale seront enregistrées dans le ranking national et international en fonction des points obtenus. Dans ce cas, les futures championnes occuperont la première place du nouveau classement national de la catégorie.

Si chez les dames, ce sera une grande première, dans la catégorie masculine, l’heure est à la confirmation après la réussite des deux compétitions d’envergure organisées lors du précédent exercice. En tout cas, la formule a connu une belle affluence. Ce qui sera le cas cette année avec l’intégration officielle des dames dans le jeu.

Naisa

 

News Mada1 partages

Mahajanga : jiolahy nanafika tranombarotra voasambotry ny zandary

Efa-dahy voalaza fa jiolahy raindahiny ao Mahajanga no voasambotry ny zandary tany Mangatokana. Araka ny nambaran’ny zandary, tompon’antoka tamin’ny fanafihana tany Ankivonjy Ambalakida, Mahajanga II izy ireo. Fantatra fa enin-dahy nitondra basy enina izy ireo ka nanafika mpivarotra ambongadiny. Voaroba tamin’izany ny vola 1.900.000 Ar niaraka tamin’ny entam-barotra marobe. Raha ny vaovao  voaray ihany, nanapoaka basy ireo olon-dratsy izay anisan’ny nahatonga azy ireo tsy nisy nahavoasakana. Tratran’ny vela-pandrika kosa izy ireo tamin’ity indray mitoraka ity ka voasambotra ny efa-dahy. Mbola karohina noho izany ireo namany roa lahy tafatsoaka.

Anisan’ny faritra mafana amin’ny asan-jiolahy ihany koa ny any Mahajanga. Lasibatra amin’izany ny mpivarotra lehibe sy ny Karana. Nisy fotoana nisesisey mihitsy ny fanafihan-jiolahy mitam-piadiana tany an-toerana. Manao ny ezaka hatrany ny mpitandro filaminana, raha ny fanazavana azo, ka anisan’izany izao nahazoam-bokatra izao. Mitohy, noho izany, ny famotorana manodidina ity asan-jiolahy ity.

Yves S.

News Mada1 partages

Chronique : responsabiliser les parlementaires

Non, le système refuse de donner les responsabilités qui reviennent aux parlementaires pour que fonctionne l’Etat dans un équilibre des pouvoirs. Dernièrement lorsqu’il s’était agi de pousser le curseur en faveur du pouvoir législatif et ainsi rétablir un équilibre en instillant un semblant de parlementarisme au régime par une procédure donnant à la majorité au sein de l’Assemblée Nationale l’initiative de désigner le premier ministre et de le présenter au Président de la République qui le nomme à cette fonction, les forces occultes tirant les ficelles ont réussi par trois fois à  soustraire à ce protocole le mode de désignation et de nomination du premier ministre.

Facile ainsi de livrer à la détestation du public les membres de l’Assemblée Nationale en les chargeant d’une tendance égoïste budgétivore sans assumer grand-chose en contrepartie.  Faux de chez faux ! L’exécutif détourne des membres du pouvoir législatif les responsabilités qui leur reviennent et les moyens pour exercer ces charges. La bataille des 4X4 entre autres n’est que manière de détourner l’attention du public sur des prétendues prétentions exorbitantes des députés alors que question véhicule plus capricieux que les ministères tu meurs ! On accuse de tout l’Assemblée Nationale, on dit même le nombre des députés pléthorique à l’excès, mais qu’est-ce « nourrir »150 représentants du peuple en rapport aux centaines de généraux « engraissés » sans que le pays ne se soit jamais engagé dans une guerre, sauf peut-être contre la grande insécurité à laquelle on n’ose la déclarer, se suffisant de mener des opérations qualifiées d’opérette aux vues des résultats par les détracteurs de ces événements destinés à faire spectacle.

Dans les grandes démocraties même de régime dit présidentiel, le législatif dispose d’un pouvoir effectif pour

gendarmer d’éventuels excès l’exécutif. Ainsi aux USA on ne se formalise pas outre-mesure des rodomontades du nouveau Président, au sein même de son parti sénateurs et députés se préparent à lui rogner les ailes. En France les polémiques autour de l’« emploi » effectif ou fictif de Madame Pénélope Fillon mettent en valeur le rôle des députés qui s’assurent de l’assistance discrète d’une équipe de collaborateurs. La finale de la primaire de la gauche ne fait que confirmer l’importance de la fonction parlementaire, cette finale a opposé deux champions qui ont l’un et l’autre effectué les premiers pas en tant qu’assistants parlementaires.

Léo Raz

 

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : l’avenir de Madagascar (4)

(Suite.)

Peut-on imaginer une clause léonine plus odieuse, plus inique, plus anti-coloniale, plus monstrueuse enfin. Et, naïvement, M. Lebureau a le… courage de nous demander comment on peut aider au développement de la colonie ! Sa demande est-elle sérieuse ? On pourrait en douter.

La législation sur la propriété foncière remaniée de façon à offrir toutes facilités et toutes garanties au colon, à quoi ce dernier pourra-t-il employer son énergie et son initiative ? Il n’aura que l’embarras du choix suivant son goût et ses aptitudes, car Madagascar présente des ressources si étendues et si variées qu’il serait difficile de trouver une autre colonie, ou même un autre pays, en présentant un ensemble aussi complet.

Les crises que subit la France en ce moment vont nous guider dans cette énumération.

D’abord, celle du papier qui touche directement le journalisme, tant en France qu’en Angleterre.

Elle provient de deux causes : d’abord le manque de matière première que les fabricants tant anglais que français faisaient venir des pays étrangers, pour plusieurs centaines de millions par an. Pour y remédier, d’aucune ont proposé de mettre en coupe réglée les forêts de l’Afrique équatoriale, d’autres proposent d’aller exploiter les bambous de nos colonies de l’Extrême-Orient, etc. Personne ne songe aux ressources que présente Madagascar. Et cependant, il suffirait de remettre au jour le rapport dont nous avons parlé de la commission présidée par Monsieur Achille Bergès, et qui affirme que Madagascar possède des plantes textiles, et quantités inépuisables et de qualité bien supérieure à celles que l’on va chercher dans les pays étrangers. Quantités inépuisables, qualité supérieure… Que l’on demande à M. Augagneur, qui, frappé par cette affirmation, a tenu à en vérifier l’exactitude par lui-même.

L’énumération, ici, de toutes ces plantes, serait trop longue, elles sont d’ailleurs connues de tout le monde. En voici quelques-unes au hasard.

Les cypéranées, auxquelles appartiennent les zouzours, ou cyperus, avec les fibres duquel les anciens Égyptiens ont fait du papyrus, qui a donné son nom aux produits similaires, soit le papier.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Us et coutumes : l’air vicié

Nul besoin d’une complexe installation technique de mesure de pollution pour sentir que l’air d’Antananarivo atteint des pics élevés de saturation par des parcelles fines. Les pluies ont fait une réapparition mais ça n’a pas suffi pour purifier l’atmosphère. Qu’est-ce que ça doit être vicié dans le coin. Pas une pratique saine pour sauver d’un autre exercice à haute teneur de « vice ».

 

News Mada1 partages

Conflit entre un maire et un député : la situation a failli dégénérer à Bemanonga

La commune de Bemanonga, district de Morondava (Menabe), a été la semaine dernière en effervescence. Et pour cause, le maire Roberto Miadamanana et le député de Mahabo Ludovic Raveloson sont entrés en friction.

Sans l’intervention du chef de district et des autres membres de l’Organe mixte de conception, le différend entre les deux élus aurait dégénéré en bain de sang. Une cinquantaine d’individus équipés de fusils de chasse, de machettes et de sagaies ont en effet fait le déplacement à Bemanonga en vue de procéder à l’arrestation du maire le 25 janvier dernier.

Ce dernier aurait réussi à quitter le village à temps. Le pire a été évité de justesse, toujours est-il que de vives altercations ont eu lieu entre les partisans des deux protagonistes. Les membres de l’OMC sont intervenus et ont essayé d’apaiser la tension. Sans attendre, le chef de district a convoqué une réunion d’urgence afin de désamorcer la situation.

Le différend entre les deux élus ne date pas d’hier. « Leurs relations ont commencé à se détériorer en 2014 ou en 2015. A tort ou à raison, le maire a accusé le parlementaire d’avoir refusé de payer des ristournes. De son côté, le député a indiqué que le maire faisait l’objet de plusieurs plaintes mais personne n’osait l’arrêter », a expliqué une source locale.

Samedi, la réunion de réconciliation sous la férule du chef de district s’est tenue à Mahabo. Elle a vu la participation des chefs coutumiers et des notables de la ville. « Nous avons essayé de trouver un terrain d’entente sans favoriser l’un ou léser l’autre. Je dois dire que tout est bien qui finit bien », a ajouté la source.

Mparany

News Mada1 partages

Nanie : une mini-tournée pour célébrer ses 25 années de scène

Sept années d’absence et 25 ans de scènes, ce sont deux raisons suffisantes pour un grand retour au bercail et de donner un rendez-vous exceptionnel à ses fans. En effet, Nanie est bel et bien arrivée au pays vendredi dernier. Une rencontre avec la star s’est tenue, hier, au Piment café. Elle n’a pas manqué de répondre à quelques- unes de nos questions.

* Les Nouvelles : quel est votre programme durant votre séjour ?

– Nanie : Les deux organisateurs d’évènements, PF production et BKG, ont préparé mes spectacles qui entreront dans le cadre de la célébration de mes 25 années de scènes. D’abord, pour commencer, je donnerai un grand concert  le 5 février à partir de 15 heures, au Carlton Anosy. Des billets sont encore disponibles. Ensuite, j’effectuerai une mini-tournée nationale. Ainsi, je serai à Mahajanga pour un cabaret au Roche Rouge, le 18 février, puis à Toamasina à la Congrégation chinoise  le 24 février et à La Scène d’Antsirabe, le 4 avril. Mon retour est prévu  le 8 mars, mais avant,  il y aura encore un spectacle de clôture qui se fera dans la capitale et dont la date sera communiquée ultérieurement.

*Comment se déroulera donc le concert au Carlton ?

– Il se fera en trois parties. Durant la première partie, je n’interpréterai que les morceaux de mon troisième album intitulé « Isaky ny… ». Sorti en 2010, cet album est encore assez méconnu du grand public.  La deuxième partie sera plus acoustique et durant laquelle je chanterai respectivement en duo avec mes amis artistes invités, à savoir Rija Ramanantoanina, Rado Rakotorahalaly, Luk, Mahery et Farakely. Et enfin, la troisième partie sera réservée à tous les titres phares tels que « Nofiko », « Mpivahiny », « Ifonako » ou encore « Tanana tiako »… Durant le spectacle, je serai accompagnée de deux claviéristes, Samy Andriamasinoro et Fy, de Hents à la guitare basse, Sanda à la guitare électrique, Hasina et Anjaniony aux instruments à vent et des choristes Anah Quator.

* Et le prochain album… ?   

– Actuellement, nous sommes précisément en pleine préparation de mon quatrième album. Toutes les compositions seront réalisées avec Samy Andriamasinoro. Normalement, cet opus  est prévu sortir officiellement l’année prochaine et nous reviendrons au pays pour en assurer la promotion.

Holy Danielle

 

Tananews1 partages

12:00 Et delestages encore et toujours

Majunga se plaignait d’avoir subi plus de 450 heures de delestages l’année dernière.

A Tana cette année avec au moins 3 heures par jour, faites le compte.

An an, tsy telo taona kosa e“. Mais oui bien sûr.

Tia Tanindranaza1 partages

Andry RajoelinaTsy maintsy hosamborina ?

Nandeha be ny resaka omaly antoandro manodidina ny tamin’ny 1 ora sy sasany fa nosamborina i Andry Rajoelina.

 Nifamahofaho tanteraka ny resaka. Nisy nanaparitaka tamin'ny alalan'ny sms sy tao anaty facebook fa feno miaramila eny Ambatobe manakaiky ny fonenan'ny filohan'ny tetezamita teo aloha.  Re avy eo fa teny Ambodivona i Andry Rajoelina ary nisy ny fotoana somary nampikoropaka azy ka nialany tao. Nialoha ity raharaha ity moa dia nisy ny fisamborana vehivavy iray 50 taona teny Mahamasina ny alahady lasa teo, izay voalaza fa akaiky an’i Kolonely Lylison sy Alain Ramaroson, izay samy mpanao politika akaikin-dRajoelina. Saika hikotrika asa fampihorohoroana sy ra mandriaka no voalaza fa antony nisamborana ilay vehivavy. Hampidirina ao anatin’izany raharaha izany ihany koa ve i Andry Rajoelina ?

         Fomban’ny mpanao politika ihany koa anefa ny manomana toe-javatra mafana mba hampalaza azy  ary mety hitombina ihany koa ny hoe ilay mpanao politika ihany na ny mpomba azy no  mamorona vaovao mba hiverenana eo amin’ny tontolo politika amin’ny alalan’ny fanamarinana na fandisoana ny vaovao nivoaka. Fanaon’ny mpitondra ankehitriny ihany koa anefa ny misotasota sy mandranitra ary mamorona atsanga tsy aman’orana hanasoketana ny hafa ho anton’ny tsy fahaombiazana, ka ambara ho vokatry ny fanohintohinana ataon’ireo tsy mitovy hevitra amin’ny tena ny fitotonganan’ny firenena. Tsy misy aloha hatreto ny didy fampisamborana ofisialy an'i Andry Rajoelina raha araka ny fanamarinam-baovao natao saingy fantatra kosa fa tsy levon'ny vavonin'ireo manampahefana eto amintsika ny niverenany sy ny fikasany hitoetra maharitra eto Madagasikara, Andry Rajoelina rahateo dia hatry ny ela no efa nilaza fa amin'ny 2018 mifankahita.

Toky R

 

Tananews1 partages

2017 : anus horibilis ? C’est bien parti pour

Le riz qui augmente de 40% en quelques jours et c’est loin d’être terminé, le prix des légumes qui explose, la viande qui disparaît des étals, le carburant qui monte tous les mois, le taxibe à 500 ar bientôt, les délestages qui sont bien partis pour atteindre les 1000 heures cette année dans la Capitale, l’eau au compte-goutte, l’insécurité qui est partie pour atteindre des sommets avec cette paupérisation galopante, la corruption on n’en parle même plus.

Tout ceci ressemble fortement à de l’incompétence présidentielle et gouvernementale.

Nous ne sommes que le 1 février, cette année horibilis s’annonce longue, très longue.

Tananews1 partages

Air Madagascar : Gilles Filiatreault s’est barré

Vu que les perspectives d’investissements dans de nouveaux appareils sont plus qu’inexistantes, on peut donc penser que le Canadien a estimé que sa Mission était terminée.

Quand on imagine que du temps de Didier Ratsiraka on avait un Boeing 747 ça laisse rêveur, en lieu et place des poubelles d’Airbus que nous utilisons aujourd’hui.

“Je rêve d’un 787 Dreamliner”

Tananews1 partages

Anjozorobe : en taule le chauffeur du camion

Après un passage express au Parquet, il a été placé à Antanimora.

Au moins il y sera en sécurité.

Car il y a toute une meute de babakoto assoiffés de sang à ses trousses.

L'express de Madagascar1 partages

Institutions de L’État – Une piqûre de rappel par la HCC

Sur la base de l’article 40 de la Constitution, la HCC refuse le statut d’institu­tion de l’État au CFM. Vices protocolaires, excès et autres abus s’en dévoilent.

Stricte. Dans sa décision de contrôle de constitutionnalité de la loi sur la réconciliation nationale publiée, vendredi, la Haute cour constitutionnelle (HCC), a souligné que seules les entités énumérées dans la première partie de l’article 40 de la Constitution portent le titre d’institution de l’État.« (…) aux termes de l’article 40 de la Constitution, il est indiqué que, « les institutions de l’État sont : La présidence de la République et le gouvernement, l’Assemblée nationale et le Sénat, ainsi que la Haute cour constitutionnelle », rappelle la Cour d’Ambohidahy. À elle d’ajouter « qu’en matière constitutionnelle, il n’est pas loisible au législateur de modifier une énumération commise par la Constitution de manière exclusive, celle-ci étant d’interprétation stricte ».La raison de cette précision des juges constitutionnels est l’article 2 de la loi sur la réconciliation nationale qui érige le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), « au rang d’institution de l’État », et son article 24 qui dispose que le président cette entité « occupe le rang protocolaire d’un chef d’institution ». Si la HCC a déclaré le texte conforme à la Constitution, elle a cependant juste jugé anticonstitutionnelle les deux dispositions précitées, et demandé qu’elles soient « extirpées » de la loi sur la réconciliation nationale.Le CFM est ainsi relégué au rang de simple « organe constitutionnel ». Dans la pratique pourtant, le verrouillage prescrit par l’article 40 de la Constitution que la Cour d’Ambohidahy vient de bétonner n’est pas aussi hermétique. Dans les évènements officiels, comme lors de la cérémonie de présentation des vœux, à Iavoloha, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est estompé du rang protocolaire de chef d’institution.

AnarchieContrairement au CFM, la CENI n’est par ailleurs pas stipulé formellement dans la loi fondamentale. « L’organisation et la gestion de toutes les opérations électorales relèvent de la compétence d’une structure nationale indépendante », indique juste la Constitution, lorsqu’à son article 168 il est dit : « Dans le cadre du processus de réconciliation nationale, il est institué un Conseil du Fampihava­nana Malagasy ».Comme la HCC a tranché, quelques corrections s’imposent donc. Surtout que certaines personnalités ont dans l’idée de briguer la présidence d’autres organes constitutionnels que sont le Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’État de droit (HCDDED), ou encore du Haut conseil de défense nationale (HCDN), dans l’optique d’avoir le titre de chef d’institution, dans le sens « institution de l’État », arrogé de toutes les prérogatives et privilèges qui vont avec.Pour les profanes, le signe extérieur indiquant que l’on a affaire à un chef d’institution se démontre lorsque sa voiture de luxe bénéficie d’ouvreuse, pour en faire un convoi prioritaire. Outre l’organisation protocolaire, l’excès et abus entrainé par la confusion sur les statuts et privilèges des personnalités étatiques et même administratives gênent le quotidien du citoyen lambda.Il est devenu monnaie courante de voir de simples ministres s’arroger la prérogative d’avoir une voiture ouvreuse, ou d’allumer les feux de détresse de leur grosse cylindrée pour signifier de leur céder le passage, ou pour rouler à tombeau ouvert en contre sens. Pareillement, pour certains hauts responsables de l’administration et les élus, particulièrement les parlementaires et leurs proches qui abusent de l’usage de la cocarde, afin de non seulement outrepasser les normes de la circulation, mais aussi les contrôles.Une « instruction » formulée en conseil des ministres durant la Transition a restreint les privilèges en matière de circulation aux seuls chefs des institutions de l’État. Une dont la valeur juridique est discutable et n’a pas été suivie d’acte. Ranesa Firiana, juriste, explique que « l’absence de texte juridique pour le règlementer, ainsi que de sanctions », est la raison de cette anarchie.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Ambatofinandrahana – Dix individus tuent un gendarme et volent son arme

Un gendarme a été tué puis délesté de son Kalachnikov à Fenoarivo Ambatofinandrahana, avant-hier après-midi. Ces scènes sont survenues lors d’une surveillance de marché auquel  trois gendarmes, dont celui qui a trouvé la mort, ont été désignés. L’homicide suivi de vol d’arme a été commis lorsque le défunt, le gendarme de deuxième classe Delor Bruel Tsarazara, s’est détaché de l’unité, pour rejoindre le bureau de la gendarmerie. Selon les explications apportées par le service communication et des relations publiques auprès du commandement de la gendarmerie nationale, une dizaine d’individus armés se sont jetés sur le gendarme de deuxième classe, lorsque celui-ci traversait un endroit isolé, dans la partie-sud de la place du marché. Victime de trois coups de couteau en plein points vitaux, il n’a pas survécu. Ses bourreaux se sont, de surcroît, emparés de son fusil d’assaut après l’avoir poignardé.Des témoins de cette agression meurtrière ont donné l’alerte et prévenu les gendarmes. Des échanges de coups de feu ont éclaté lorsque ces derniers ont  volé au secours de leur collègue. Deux suspects ont été arrêtés après l’accrochage. Le fusil dérobé demeure, pourtant, introuvable.Le gendarme de deuxième classe Delor Bruel Tsarazara était marié et père d’un enfant. Sa dépouille mortelle a quitté Ambatofinan­drahana hier, pour être acheminée à Fénérive-est.

A.M.

L'express de Madagascar1 partages

Sous-pape

Le cardinal Pietro Parolin, le second du pape François est venu, il a vu mais il n’a peut-être pas convaincu. Pour un jubilé les catholiques auraient aimé le célébrer avec un cardinal et non avec un sous-pape. Y-a-t-il meilleure occasion que cinquante ans de fidélité à Rome pour mériter un «president» ?  Son éminence le cardinal Pietro Parolin aurait préféré venir dans des circonstances plus accueillantes et se serait senti gêné par la question qui taraude les catholiques depuis sept ans. Quel pêché ont-y-ils commis pour mériter un tel purgatoire ? La seule réponse entendue et ressassée à satiété est que la nomination d’un cardinal relève du pouvoir «régalien» du pape. Bien sûr, on le sait. Le premier cardinal avait été nommé par le pape Paul VI en 1969, le second par lui-même en 1976 et le troisième en 1994 par Le pape Jean Paul II. Qu’on ne vienne pas dire que le prochain sera nommé par Donald Trump et que cela explique cette longue attente. Il faut le dire qu’elle est exceptionnelle pour se poser des tas de questions auxquelles le cardinal Pietro Parolin n’a pas pu apporter de réponses précises et claires.Quand on sait qu’il n’a fallu que deux ans après l’ouverture des relations diplomatiques avec le Vatican pour que le premier cardinal en l’occurrence Jérôme Louis Rakotomalala (28-04-69 à 1-11-75 , date de son décès à l’âge de 62 ans)soit créé, on se demande d’où vient cette réticence. C’est d’autant moins compréhensible que la nomination de son successeur, le cardinal Victor Razafimahatratra (10-4-76 à 6-10-93, date de son décès a l’âge de 72 ans) n’a pas pris un an. De même la nomination du cardinal Armand Gaétan Razafindratandra le 26 novembre 1994 ( décédé le 9 janvier 2010)a eu lieu un peu plus d’un an après la disparition de son prédécesseur.Il est clair qu’il y a quelque chose de mystérieux autour de cette antipathie du Vatican vis-à-vis de Madagascar. Ce ne sont pas les occasions qui manquaient depuis sept ans s’il y avait une volonté de combler le vide. Et Madagascar aurait dû être une priorité par rapport à d’autres pays comme l’île Maurice où la population est plus musulmane que catholique.Ce ne sont pas non plus les candidats qui manquent. Et c’est peut-être là le fil d’Ariane. Les trois cardinaux étaient tous archevêques d’Antananarivo avant d’être créés cardinal. Celui qui a le titre actuellement, en l’occurrence Monseigneur Odon Razanakolona n’est-il pas en odeur de sainteté du côté du Vatican ?  On le chuchote sans que cela soit une vérité absolue. Son implication politique pendant la crise de 2009 lui aurait-il coûté la dernière marche de sa carrière   Tout reste dans les supputations, faute de lumière pour éclairer la lanterne des pauvres fidèles. Il est vrai qu’on est en plein dans les ténèbres avec deux heures d’électricité par jour. Quand on essaie vainement «que la lumière soit», on finit par se résigner à son sort. Pire, on finit par oublier les points cardinaux.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar1 partages

Portrait – Le jeune rappeur Kemyrah s’expose avec son « Kemy-Rap »

Représentatif d’une jeune génération de rappeurs passionnés, mais par-dessus tout persévérant pour la promotion de leur art. Le jeune rappeur et compositeur Kemyrah, ou Tahiana Andrianiaina de son vrai nom, s’affiche, désormais, dans la cour des grands après avoir sorti hier son tout premier album, sobrement intitulé « Kemy-Rap ». Il a voué une admiration particulière pour la musique urbaine depuis toujours. Porté par sa passion, c’est en 2012 qu’il a décidé de franchir le pas en lançant sa carrière musicale.Humble et modeste à la fois, Kemyrah, une personnalité et un personnage à part entière transcende alors le jeune public avec ses morceaux plus orientés vers le trap, un genre musical du rap représentatif de la nouvelle école. Il s’est découvert à ses débuts avec son premier morceau « Lasa ». Plusieurs collaborations avec quelques-uns des grands frères de la musique urbaine aux côtés desquels il a su s’épanouir ont suivi.« J’ai toujours été intéressé par la culture urbaine en général. J’étais presque toujours présent lors des concerts ou des manifestations y afférents. Au tout début, je ne savais même pas encore ce qu’était vraiment le rap, mais petit à petit je me suis imprégné de ce milieu, et sous l’influence des rappeurs nationaux, j’ai décidé de me baigner dedans », souligne-t-il.Il se plaît, depuis, à collaborer avec ses pairs, des jeunes talents avec qui il partage une passion commune. Du groupe Elita à Willkim, Sckariota, le tonitruant Mista, Da cush, Kougar, Farah, Tann faya, Elzo  et Skerzo, il multiplie sans cesse les collaborations. Tout à son image,« Kemy-Rap » compte seize morceaux en tout.

A. P. R.

L'express de Madagascar1 partages

AJSM – Recensement des journalistes sportifs

La commission préparatoire de l’élection des nouveaux membres de l’Asso­ciation des journalistes sportifs de Madagascar a procédé à sa première réunion, hier.Cette commission est constituée de douze membres, des désignés représentants de la presse écrite, télévision et radio, ainsi que les trois journalistes initiatrices de la présentation de vœux des journalistes sportifs en mi-janvier et deux membres de l’ancien bureau de l’AJSM, en l’occurrence, le président, Sylvain Ranja­lahy et son trésorier, Michel Ramboa, dit « Rata ». La commission procèdera bientôt au recensement des journalistes sportifs et reporters d’images, en sollicitant la liste certifiée auprès de tous les organes de presse de la capitale comme dans les autres régions et districts.Par la suite, c’est à la commission de trier les listes reçues selon les critères dans le statut d’association.La semaine prochaine, la réunion de la commission aura comme ordre du jour, la discussion sur les critères pour devenir membre actif ou sympathisant et surtout les critères de candidature à chaque poste. La date de l’assemblée générale élective des nouveaux membres ainsi que celle ordinaire, seront déterminées pendant la prochaine réunion.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Une hausse effective des frais de transports

La hausse du ticket de transport à 500 ariary s’applique, ce jour, pour certains membres de l’Union de coopérative de transporteurs urbains (UCTU). L’Agence de transport terrestre (ATT) les laissera faire, mais en contre partie, son directeur général, le colonel Andry Rakotondrazaka, annonce qu’ils seront soumis à se conformer aux cahiers des charges. Leur compensation sera également suspendue.

Tananews1 partages

Et une nouvelle hausse du carburant une

Le Sp95 passe de 3 720 à 3 880 ar.

Le GO de 3 150 à 3 270 ar.

Il est vraiment grand temps que sa Seignhery dégage, sinon c’est lui qui nous tuera à petit feu de par son incompétence.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Come back de Nanie, la voix d’or malgache

Connue pour son talent et sa voix rauque, l’artiste Nanie n’est plus à présenter. Celle qui a marqué la musique malgache avec sa voix d’or et les duos et trios avec des artistes malgaches de renom, revient sur scène pour un come back inédit et célébrer en même temps ses 25 ans de scène.

Airtel Madagascar en tant que entreprise promotrice de talent s’est engagée pour marquer cet événement à accompagner l’artiste dans la tournée qu’elle effectuera sur Antananarivo, Mahajanga et Toamasina

Le mardi 31 Janvier, l’artiste a tenu une conférence de presse au « Piment Café » à Béhoririka pour parler des grandes dates qui marqueront les moments forts de cette tournée. Le premier spectacle est donc annoncé pour le 5 février au Carlton à 15h. C’est avec plaisir que l’artiste a exécuté quelques chansons lors de la conférence de presse au piment café pour le grand bonheur des journalistes et invités présents.

Nanie est une artiste pas comme les autres, dotée d’un talent inouïe, elle s’adapte à tous les styles musicaux  et ses performances ont toujours convaincu et séduit tous les mélomanes et adeptes de la bonne musique. L’artiste est donc prête à faire vivre des moments inoubliables à ses fans pendant sa tournée.

Airtel Madagascar en tant que sponsor officiel de cet événement apporte son soutien aux organisateurs dans toute la campagne de communication, avant et pendant l’événement. Plusieurs animations sont donc prévues durant la tournée et Airtel Madagascar met également à la disposition des organisateurs de nombreux lots tels que des téléphones, tshirts… en guise de  récompense pour tous  les participants qui prendront part aux diverses animations.

Cette tournée coïncide aussi avec la période de la fête de St Valentin et pour ceux qui connaissent bien Nanie, ils sont sûrs d’être gâtés, car elle sait toucher la sensibilité des amoureux  à travers ses mélodies romantiques et sa voix suave et langoureuse.

Pour marquer son passage, l’artiste a fait appel à des grosses pointures de la musique Malgache avec qui elle a eu à travailler pour les uns et partager la scène pour certains. Rija Ramanantoanina, Tovo J’hay, Fanja Andriamanantena, Farakely, Luk, Mahery, Solo Andrianasolo, Elsie…seront donc de la partie pour faire vivre à tous les fans les meilleurs tubes de tous les temps. Des duos et trios inédits sont au programme de cette tournée.

News Mada0 partages

Beriziky : “Tsy lazaina fotsiny ny fampihavanana”

 « Azo tsoahina tamin’ny famelabelaran-kevitra nataon’ny kardinaly Pietro Parolin iny, ny fitadiavan’ny fiangonana ny hoe fampihavanana. Mandray anjara amin’izany ny katolika, mifikitra amin’ny foto-kevitra sosialin’ny Eglizy. Raha ny fiainana politika eto amintsika, tokony hazava amin’ny rehetra izany fampihavanana izany. Tsy lazaina am-bava fotsiny nefa ny kibay an-kelika ihany”, hoy ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky teny Mandrimena, afakomaly. Anisan’ireo mpanao politika nanatrika ny velan-kevitra nataon’ny kardinaly Parolin ny tenany ary naneho izany hevitra izany. Niaiky ny tenany fa ilain’izao tontolo izao ny fampihavanana, indrindra amin’ny tany misy tsy  fifankahazoana sy ady. “Zavatra iray lehibe tsara tazonina izany. Tokony hatao ny fitantanana madio, tsy misy an-kolaka sy mangarahara. Mifanaraka amin’izany ny asa rehetra hiadiana amin’ny zavatra mampahory ny vahoaka, toy ny tsy fandriampahalemana, kolikoly, tsy fahaiza-mitantana, fitiavan-tena”, hoy ihany izy. Andrasana  ny fandavan-tena avy amin’ny rehetra izany ; takina manokana hanana izany ny zanaky ny fiangonana, araka ny fanamafisany. Ho an’ny rehetra izany, tsy misy anavahana ny hafatra avy amin’ny sekreteram-panjakan’i Vatikana, raha fintinina.

Nangonin’i R.Mathieu

News Mada0 partages

PIC2 : vers un financement additionnel du projet

Le Comité national de pilotage (CNP) du projet Pôles intégrés de croissance (Pic 2) s’est réuni lundi dernier à l’Hôtel Le Louvre. L’objectif est d’élaborer les premières orientations stratégiques du Pic 2. Le rapport résumant les activités et réalisations du projet durant l’année dernière a été présenté. Attirer des investissements privés, créer des emplois, assurer des retombées sociales seront les objectifs de ce projet.

Présidé par le ministre auprès de la Présidence chargé des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Narson Rafidimanana, le comité s’est réjouit de la tournure que prend actuellement le projet. En effet, selon le rapport, «  Le projet est en bonne voie et a dépassé ses objectifs de décaissements sur le crédit Banque mondiale. Cette dernière envisage par la suite d’initier les réflexions et discussions avec le gouvernement pour un financement additionnel du Pic 2 ».

A titre d’information,  le montant approuvé pour le projet incluant les pôles intégrés de croissance et corridor et les pôles intégrés de croissance énergie est de 61 millions de dollars.

Le Pic 2 comprend deux composantes dont l’environnement favorable à l’entreprenariat et à l’investissement ainsi qu’à la croissance sectorielle dans les régions Atsimo Andrefana, Anosy et Diana.

Nadia

News Mada0 partages

Union Africaine : le Maroc accueilli en frère

« Il est beau le jour où l’on rentre chez soi après une longue absence ». Ce sont  les premiers mots du Roi du Maroc Mohammed VI hier, lors de son allocution sur les tribunes de  l’Union africaine. Le discours du roi d’une durée de quatorze minutes a été suivi d’une salve d’applaudissements.

Trente trois ans après avoir quitté cette institution, le Maroc fait en effet un retour triomphal. « Je salue le retour du Maroc au sein de l’Union africaine » a déclaré le nouveau président de la Commission de l’Union africaine.  Poursuivant son discours, le Roi du Maroc a ajouté qu’ « Il est temps de rentrer à la maison (…), nous avons choisi de retrouver la famille, une famille que nous n’avons pas véritablement quittée ».

Il a fait notamment référence au renforcement de la coopération initiée ces derniers temps avec les pays du continent, y compris Madagascar. Selon le roi du Maroc, des milliers d’accords avec ont été signés avec les pays africains  sans oublier les visites dans toutes les sous-régions du continent, dans quarante-six pays.

A ce propos, il a notamment mis en avant les formations ainsi que des projets sur l’énergie, la productivité agricole, la sécurité alimentaire. Sans oublier la participation au maintien de la paix. « Le Maroc, acteur économique de premier plan », a-t-il insisté.

Maturité

Le Maroc se dit d’ailleurs conscient de la situation au sein de l’organisation continentale. « Nous n’ignorons pas que nous ne faisons pas l’unanimité (…) Nous ne voulons pas diviser. Nous continuerons  à  persévérer et aller de l’avant », a plaidé le roi Mohammed VI. Et d’ajouter, « Nous souhaitions tout naturellement de retrouver la place qui est la nôtre ». Ce retour au sein de la grande famille africaine ne laisse pas indifférents les dirigeants et diplomates africains.  « Je crois que cette décision relève de la maturité. Parce que le retour du Maroc est un événement très attendu.

Voilà une grande nation qui compte parmi les fondateurs de notre Union qui s’est retrouvée pendant de trop longues années en-dehors de l’Union africaine, alors qu’elle est présente sur le terrain, dans la plupart des pays, par ses investissements, par ses diverses interventions. Il était temps que le Maroc revienne dans sa famille naturelle (…). C’est un événement qu’il faut saluer », a salué un diplomate congolais au micro de la RFI.

Jao Patricius

 

News Mada0 partages

Retrait de la CPI : l’Afrique hésite à franchir le cap

Le retrait collectif de l’Union africaine de la Cour pénale internationale (CPI) ne sera pas pour demain. Les pays africains ne sont visiblement pas sur la même longueur d’onde.

Le projet de retrait collectif de la Cour pénale internationale (CPI) des pays membres de l’Union africaine tâtonne. L’Afrique n’arrive pas encore à se mettre au diapason sur le sujet qui toutefois continue d’empoisonner les relations  entre le continent et l’instance juridique onusienne.

Ce dossier était inscrit à l’ordre du jour de l’UA depuis 2008 mais n’a pas jamais été tranché. Et à l’allure où les discussions évoluent au 28e Sommet de l’ Union africaine à Addis-Abeba, le dossier semble loin d’être clos. Et pour cause, une partie du continent veut quitter la CPI car selon les analyses, les dirigeants du continent sont toujours dans le collimateur de cette instance. C’est le cas de l’Afrique du Sud, du Tchad, du Soudan ou encore de l’Ouganda.

 « C’est une Cour où le Conseil de sécurité édicte ses lois », s’insurge un diplomate libyen, dont le pays ne fait pas partie de cette entité. L’un des arguments de ces pays s’articule aussi dans le fait que l’Union Africaine en tant que organisation ne fait pas partie du statut de Rome, l’acte fondateur de la CPI. Dans cette optique, le retrait collectif de la CPI n’a pas sa raison d’être.

Voix discordantes

Tandis que d’autres voix s’élèvent pour plaider en faveur de l’appartenance à cette instance, en arguant l’inexistence de l’impunité, « certains pays estiment que l’intégration au sein de la CPI se fait de manière souveraine. Il faut donc suivre cette option et non le retrait collectif », estime une source au courant de l’évolution de la démarche africaine.

Le Sénégal, la Côte d’ Ivoire, le Bénin, le Botwsana, le Cap Vert, le Nigeria ainsi que la Tunisie figurent dans cette liste. Ils veulent bien, a priori, soigner leur image au niveau international. « Le fait d’insister sur un retrait collectif constitue une violation de la souveraineté des Etats membres », a soutenu un autre diplomate.

Et la Grande île !

En tout cas, si le débat sur le retrait ou non de la Cour pénale internationale (CPI) fait rage au niveau du continent ces  jours-ci, la Grande île ne prend pas encore position.  A titre de rappel, Madagascar a intégré la Cour onusienne en 1992 sous la présidence d’Albert Zafy. Mais jusqu’ici, le pays, en réalité les dirigeants malgaches, n’a pas encore eu affaire à cette institution.

Même si durant la crise de 2009, suite aux massacres du 7 février, le sujet a été évoqué par certains juristes, il est resté sans suite. Il faut noter que selon les principes réglementaires du Traité de Rome, les conflits ne peuvent être traités devant cette Cour que lorsque les deux parties, à savoir la Cour et l’Etat concerné, ne soient consultés.

Jao Patricius

 

News Mada0 partages

Mpanao hosodoko : « Maro ireo nanary ny fitaovany », hoy i D’Ange

Zavakanto anisan’ny nampamirapiratra ny Malagasy fahiny ny hosodoko. Ankehitriny, zara raha misy manao azy ity… « Nampianatra ny teo aloha. Nampita fahalalana izy ireo, saingy maro aminay mpanao hosodoko no efa nanary ny fitaovany satria sarotra ny miaina na mivelona aminy », hoy i D’Ange.

Raha ny fanazavan’ity mpanao hosodoko ity, anisan’ny olana goavana mianjady amin’ny hosodoko sy ny Malagasy mpanao hosodoko ny tsy fisian’ny toerana ivarotana. « Hatramin’izay nanafoanana ny hosotra izay, nidina be ny fanjifana, satria saika vahiny ny ankamaroan’ny mpanjifa », hoy i D’Ange. Nomarihina anefa fa anisan’ireo sehatra iraisam-pirenena nahasarika vahiny tokoa ny « Hosotra ». Azo atao tsara ny manao hosodoko maro rehefa maro ny mpanjifa, raha ny fanazavany.

Ho an’ny Malagasy manokana, « tena tia sary, saingy mbola mila beazina eo amin’ny tontolon’ny fanjifana. Mbola vitsy amin’ny Malagasy ny mahafantatra ny lanjan’ny hosodoko. Tsy mbola tafapaka any amin’ny Malagasy ny maha harena sarobidy sy tsy manam-paharoa ny asa famoronana », hoy hatrany i D’Ange.

Tsetsatsetsa tsy aritra ny ilazana fa efa nizotra tsikelikely tany amin’ny lalan’ny « tsena iraisam-pirenena » ny « Hosotra » tetsy amin’ny Esplanade Analakely. Maro ireo vahiny, indrindra fa ny avy amin’ireo Nosy aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina no tonga teto Antananarivo.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

21 febroary : hiaraha-mientana ny fanamarihana ny Andro ho an’ny tenin-dreny

Ezahana hafonja ny fanamarihana ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny tenin-dreny, ny 21 febroary, amin’ity 2017 ity. Hiara-hientana amin’izany ny foibe momba ny teny an’ny Akademia malagasy, ny fikambanan’ny poety sy mpanoratra Havatsa Upem sy ny Faribolana Sandratra. Eo koa ny ministeran’ny Kolontsaina sy ny asa tanana ary ny Federasion’ny mpikanto ny teny sy ny soratra.

Hotanterahina eny amin’ny lapan’ny Akademia malagasy ny lanonam-panokafana ny fanamarihana, amin’io talata 21 febroary io. Anisan’ny ao anatin’ny fandaharam-potoana ny vela-kevitra sy ny famakiana ny hafatry ny Unesco* mahakasika ity fankalazana ny Andro eran-tany ho an’ny tenin-dreny ity. Eo koa ny antsa tononkalo, iarahana amin’ireo mpanoratra avy amin’ny fikambanana samihafa.

Ny hariva kosa, mbola hisy ny vela-kevitra eny amin’ny efitrano Rado eny amin’ny Tranombokim-pirenen­a Anosy. Hiompana amin’ny hoe “Ny hasin’ny teny Malagasy” ny resaka amin’io fotoana io. Hisy sokajiny telo izany vela-kevitra izany. Mandritra io tontolo andron’ny 21 febroary io hatrany, hisy fampirantiana momba ny teny malagasy sy varotra boky, eo amin’ny Tahala Rarihasina.

Irarian’ny mpikarakara izao hetsika manodidina ny Andro eran-tany ho an’ny tenin-dreny izao ny hampiova ny toe-tsain’ny tsirairay, hitahiry sy hamelo-maso hatrany ny tenin-dreny, ny teny malagasy, harena tsy hay vidiana ho antsika Malagasy.

Landy R.

*Unesco: Sampan’ny Firenena mikambana misahana ny fanabeazana, ny siansa ary ny kolontsaina.

News Mada0 partages

Japoney : havaozina ny CEG Antanimalandy sy Ambohimandroso

Hamatsy vola ny fanavaozana ny CEG Antanimalandy sy Ambohimandroso ny masoivohon’i Japon eto amintsika. Mitentina 120 000 euros ny sorabola hatokana amin’ny tetikasa roa, araka ny fanazavan’ny masoivoho japoney, i Ichiro Ogasawara, omaly teny Ivandry. Havaozina ny efitrano fianarana efatra ho an’ny CEG Antanimalandy. Tokana ny CEG ao anatin’ny kaominina Antanimalandy ka tsy ampy intsony handraisana ny mpianatra rehetra. Anisan’ny mandray ny mpilatsaka an-tsitrapo japoney io CEG io amin’izao fotoana izao. Avy amin’ny fahitan’ireo tanora ireo ny zava-misy tany an-toerana no nanosika ny masoivoho japoney hanohana ny fanitarana ny sekoly, hoy ny fanazavana.

Zava-dehibe amin’ny Japoney ny maha olona, antony hanampian’izy ireo ny fanabeazana eto amintsika. Natao omaly ny fanaovan-tsonia ny fifanaraham-piaraha-miasa eo amin’ny masoivoho japoney sy ny mpitantana ny CEG roa.

Ao anatin’ny tetikasa fanohanan’ny Jica ny fanabeazana ihany, hisantatra ny tetikasa hafefatra amin’ny fanorenana EPP ho an’ny faritra Atsinanana ny tomponandraikitra. Mahatratra 110 ny efitrano hatsangana ho an’ny faritra. 13 800 ny mpianatra hisitraka ny fotodrafitrasa vaovao hapetraka. Hanomboka amin’ny volana marsa izao ny asa ary hifarana ny volana febroary 2019. Mahatratra 88 ny efitrano hajoro amin’ny EPP 21 miaraka amin’ny biraon’ny talen-tsekoly sy ny toerana hitehirizana rano.

Vonjy A.   

News Mada0 partages

Antanamitarana (Diana) : afaka mianatra informatika ny vehivavy

Nahazo toerana ahafahana mikirakira ny informatika ny fikambanam-behivavy eo amin’ny kaominina Antanamitarana, faritra Diana ao Antsiranana II, avy amin’ny fondation Orange. Tanjona ny hanampy ny vehivavy eo amin’ny sehatry ny asa sy ny fampiasana ordinatera ary ny logiciel fototra. Azo ianarana mamaky teny sy manoratra ary mikajy, fitantanana varotra madinika ny fitaovana vaovao. Maimaimpoana ny fianarana izay natao hahomby satria miova amin’ny fomba mahazatra, hoy ny tomponandraikitra. Toeram-pianarana ho an’ny vehivavy faha-12 izao notokanana tany Antsiranana izao. Natolotra nandritra ny lanonana koa ny tablettte 10, ordinatera dimy sy kojakoja maromaro miaraka aminy ahafahan’ny ivontoerana mihodina tsara. 1 500 ny vehivavy mahazo tombontsoa amin’ny fijoroan’ny maison digitale 11 manerana ny Nosy.

Ankoatra ny vehivavy, nahazo ny anjarany koa ny mpianatra ao amin’ny CEG Antanamitarana satria nizarana tablette 50 miaraka amin’ny fahitalavitra, vidéo projecteur sy ny raki-kevitra toy ny Wikipédia ary ny fandaharam-pianarana avy amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. Miara-miasa ny minisitera sy ny fondation Orange mametraka ny fanabeazana nomerika manaraka ny fivoaran’ny teknolojia vaovao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Aides détournées dans le sud : le ministère de tutelle réagit

Le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) a réagi, suite aux déclarations des représentants du fokontany d’Antanimora dans le district d’Ambovombe, sur des accusations de détournements des aides dans leur localité.

Se dégageant de toute responsabilité dans les faits dénoncés, le ministère accuse l’initiative du Programme alimentaire mondial (Pam) de démarche cavalière et unilatérale qui échappe à tout contrôle et qui va à l’encontre des engagements pris par tous les partenaires techniques et financiers à Ambovombe, au mois de février 2016, sur la nécessité de confier au ministère de la Population (MPPSPF) la coordination de l’ensemble des opérations menées dans le Sud.

Les responsables de ce ministère ont déclaré dans un communiqué ne pas avoir été informés de l’action initiée par le Pam à Antanimora malgré une précédente communication. Ils en ont conclu que les faits rapportés par le fokonolona illustrent la nécessité de leur confier la coordination de toute initiative du genre sur l’étendue du territoire national.

Les suspicions subsistent.

Le MPPSPF se réserve toutefois le droit d’alerter les instances internationales et de demander aux juridictions compétentes l’ouverture d’une enquête sur ces actes de détournement concernant le dispositif de transfert monétaire destiné à renforcer la capacité de résilience de la population locale. Bénéficiant des aides du Pam, Antanimora est exclu des 317 fokontany de la commune  d’ Ambovombe bénéficiaires du fonds additionnel attribué par la Banque mondiale et mis en œuvre par le Fonds d’intervention pour le développement (Fid) en décembre 2016, a précisé le communiqué du ministère.

Le président du fokontany concerné et les représentants de la population locale ont pourtant confirmé que des cas de détournements des aides allouées par le MPPSPF sont constatés dans d’autres fokontany de leur commune.

Manou

 

News Mada0 partages

Fondation Orange : la 12e « Maison digitale » à Antanamitarana

Les femmes d’ Antanamitarana, dans le district d’ Antsiranana-II, à l’honneur. Ces dernières auront désormais l’opportunité de bénéficier d’un mode d’apprentissage, innovant et gratuit, utilisant des outils numériques, maintenant que leur commune héberge la 12e « Maison digitale » de la Fondation Orange. Cette structure, inaugurée avant-hier, consiste à favoriser l’insertion sociale des femmes.

Les bénéficiaires ont ainsi la possibilité de constituer et de développer leur économie domestique, grâce aux différentes offres de formation dispensées au niveau de ce centre, entre autres l’alphabétisation, les bases de gestion commerciale, la bureautique ou encore la pratique des logiciels… Autant de connaissances appliquées à l’artisanat, au petit commerce, voire au micro entrepreneuriat, qui auront une répercussion positive et pérenne au niveau de leurs familles.

A l’occasion de la cérémonie d’inauguration de l’infrastructure, la présidente d’Orange Solidarité Madagascar, Josie Randriambeloma, a procédé à la remise de kits numériques incluant 10 tablettes, 2 serveurs Raspberry, une imprimante et de cinq ordinateurs portables pour équiper la « Maison digitale ». Les jeunes d’ Antanamitarana n’ont pas été en reste. Ceux scolarisés au sein du collège public local auront l’occasion de se familiariser avec le numérique, via la dotation de 50 tablettes, un écran, un vidéo projecteur, deux serveurs Raspberry avec des contenus tels que Wikipédia, des contenus pédagogiques de la Khan Academy et le programme officiel du ministère de l’Education nationale (Men)… Laquelle entre dans le cadre du programme « Ecoles numériques ».

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Hankalaza ny 25 taona an-tsehatra : hifamotoana indray amin’ireo mpankafy azy i Nanie

Nanie sy ny feony miavaka… Aman-taonany no tsy nahitan’ny mpankafy azy an-tsehatra. Ho to kosa ny faniriana, satria mandalo eto an-tanindrazana ity mpanakanto ity.Seho mandritra ny ora roa tsy an-kiato, hamerenana ireo hira nahafantarana an’i Nanie hatramin’izay, miampy ireo hira vaovao. Nampanantena ity mpanakanto ity, nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety, omaly, tetsy amin’ny Piment Café Behoririka, fa hotsaroana ny fiarahana mandritra ny fandalovany eto.Fantatra nandritra izany fa hanamarika ny faha-25 taona niakarany an-tsehatra i Nanie amin’ity taona ity, ka aty an-tanindrazana no hanombohana izany. Ny marimarina kokoa, mandritra ny seho izay hotontosaina ny alahady 5 febroary ho avy izao, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro io, etsy amin’ny Carlton Anosy.“Misy ireo hira nataoko manokana. Maro ihany koa ny hira niarahako tamina mpanakanto namana, ary nampanantena ireo fa hifanotrona amiko sy ny mpankafy mandritra ny fiarahana”, hoy ny nambaran’i Nanie. Anisan’ireo hiray sehatra aminyry Tovo J’Hay, Luk, Mahery, Solo Andrianasolo, Elsie, Farakely, Fanja Andriamanantena, sns.Maharitra iray volana eto an-tanindrazana i Nanie. Tsy eto Antananarivo ihany, fa hisy koa ny seho izay hotontosainy any Mahajanga, Toamasina ary Antsirabe. Mety hisy koa ny seho faharoa eto Antananarivo, mialohan’ny hiverenany any Frantsa.Zo ny Aina

Tia Tanindranaza0 partages

Velom-bolo indray a !

Vita marina ny fety sy ny fialantsasatra fa dia efa niverina an-kianja tokoa ny ankamaroan’ireo mpanao politika.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

TSENA ETSY ANOSIBEHananganana "pavillon" vaovao miisa 40

Vinavinaina hampiditra vola hatrany amin’ny 1 miliara Ar any ho any ny tsenan’Anosibe amin’ity taona vaovao 2017 ity raha toa ka vita soa aman-tsara avokoa ny asa fanatsarana sy fanavaozana kasain’ny kaominina Antananarivo Renivohitra tanterahina ao an-toerana.

Efa natomboka tamin’ity herinandro ity izany tamin’ny alalan’ny fanamboarana ireo pavillon vaovao miisa 40 manamorona ny arabe, izay hivarotana ireo karazan-damaody toy ny akanjom-behivavy…Fampanantenana efa nataon’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana fony izy kandida izy io raha araka ny fanazavan-dRamarosandy Landry, lehiben’ny tsena ao Anosibe. Ankoatra izay dia fikasany ihany koa ny hanome toerana ireo mpivarotra tsy manana  izany ao Anosibe izay tena maro an’isa tokoa. Vokatry ny fiaraha-miasan’ny kaominina amin’ny sehatra tsy miankina no hanatontosana ny asa, haharitra enina herinandro. Nomarihiny manokana moa fa ireo mpivarotra ao  Anosibe  tsy mbola nahazo toerana hatramin’izay ihany  no hahazo ireto toerana vaovao ireto raha eo anelanelan’ny 38.000 Ar ka hatramin’ny 150.000 Ar isam-bolana no hofan’ny pavillon iray, miankina amin’ny habeny sy ny toerana misy azy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoaka MalagasyMila tezaina hifantoka amin’ny foto-tsakafo hafa

Nivoaka tamin’ny fahanginana indray omaly Rabenitsara Lita, filohan’ny fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanjifa RNDC.

Nambarany fa tsy ny vary ihany no foto-tsakafon’ny Malagasy fa azo atao tsara ihany koa ny mihinana katsaka…Tokony hampidirina anaty fandaharam-pianaran’ny mpianatra mihitsy izany entina hanabeazana ny tsirairay hisorohana ny olana mitranga tahaka izao fiakaram-bidin’ny  kapoakam-bary efa ho 600 Ar izao. Nomena  hafatra ihany koa ny mpitondra fanjakana. Anisan’ny noresahiny manokana ny tokony hanamboarana ny lalana rehetra any amin’ireo toerana be mpamoka-bary na sompitr’i  Madagasikara toy ny any Ambatondrazaka, Andapa,  Ambatoboeny…fa tsy variana fotsiny amin’ny fanentsemana ireo lalana misy lavadavaka eto an-drenivohitra ny mpitondra na manenjika ireo faritra be olona mba hanaovany propagandy. Mikasika  ireo vary  nafarana  avy any ivelany mba hamenoana ny banga eto an-tanindrazana manokana dia miantso ny rehetra mba ho mailo Rabenitsara Lita sao sanatria vary efa tsy azo hanina intsony mitovy amin’ny provandy no haparitaka eny an-tsena eny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Saran-dalan'ny Taksi-be 500 ArNy samy mpitatitra aza tsy mifanara-tsaina

Manomboka anio alarobia 1 febroary ny fotoana nambaran’ny Vondron’ireo mpitatitra an-tanàn-dehibe na ny UCTU ny mpanjifa fa hiakaran’ny saran-dalana ho 500Ariary.

Misy amin’ireo koperativa no efa nametaka filazana sy fampahafantarana izany tany anaty fiara fitateram-bahoaka, toy ny zotra 137, 172, 199... Maro ihany koa anefa no tsy nanao ary mbola baraingo hatreto na hampiakatra izy ireo na tsia. Raha ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny UCTU Andrianambinintsolomora Bernardin anefa dia iray tsy mivaky ny mpitatitra ary tsy hihemotra amin’ny fanapahan-keviny. Efa im-betsaka ihany ny UCTU no nilaza ny hampiakatra saran-dalana noho ny ambaran’izy ireo ho fantiantoka noho ny fiakaram-bidin’ny solika. Mbola mampifanolana azy ireo sy ny ATT ihany koa ny resaka fanampiana na “Subvention” sy ny fanonerana ny elanelam-bidin’ny solika na “Compensation”, izay tokony homena ny mpitatitra. Ny tamin’ny 2015 aza mbola misy ny tsy nahazo, hoy ny filohan’ny UCTU. Etsy an-kilany, manamafy ny eo anivon’ny Sampandraharaha misahana ny fitataterana an-tanety na ny ATT, fa tsy ara-dalàna ny fanapahan-kevitra tadiavin’ny mpitatitra hatao. Tokony hampahafantarina ny mpanjifa 15 andro mialoha, hoy ny ATT. Mahagaga ihany ny tenin’ny filohan’ny UCTU hoe iray tsy mivaky ny mpitatitra satria nilaza ny tsy hampiakatra ny saran-dalany ireo mpitatitra mivondrona eo anivon’ny UCTS, izay misehatra amin’ny fitaterana mampifandray ny renivohitra sy ny manodidina, izay toa mandiso ny filazan’ny filohan’ny UCTU. Raha atao kajy tsotsotra hoe mandany gazoala 25 litatra isan’andro ny mpitatitra, ka 100 Ariary ny fiakaran’ny vidin-tsolika, dia 2500 Ariary isan’andro izany no vesatra sy vola miala amin’ny mpitatitra vokatry ny fiakaran’ny vidin-tsolika. Anjaran’ny rehetra no misaintsaina hoe azo ekena sy ara-drariny ve ny fampiakarana saran-dàlana ho 500 ariary ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao RavalomananaNampahery ireo niharan-doza tany Anjozorobe

Tonga nankahery ireo niharam-boina tamin’ilay lozam-pifamoivoizana nahatsiravina nahafatesana olona 47,

izay zaza sy ankizy ny 10 amin’ireo, sy naharatrana olona miisa 24 tany Anjozorobe teny amin’ny hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona omaly ny ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra, Lalao Ravalomanana. Amin’ny maha voin-kava-mahatratra ny zava-nitranga sy amin’ny maha tompon’andraikitra voalohany eto Antananarivo ny tenany, dia tonga nitondra izay voatsirambin’ny tanany teny an-toerana ity renin’Antananarivo ity mba ho fankaherezana ireo nieren-doza sy ho fampiononana ny mana-manjo. Mafy izany marary izany ka ilana fifankaherezana, hoy ny ben’ny tanàna. Nahazo ranomboankazo sy fanampiana tamin’ny ben’ny tanàna koa, araka izany, ireo marary hafa niray efitra tamin’ny avy any Anjozorobe.Sady voin-kava mahatratra no fifanampiana eo amin'ny samy Malagasy no mbola fanaporofoana ny maha reny azy ity nataon-dRamatoa Lalao Ravalomanana ity raha araka ny fanamarihan'ireo mpiara-mias aakaiky aminy.

Mirija 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamarinana anarana anaty lisi-pifidianana2 hatramin’ny 5 isan’andro ny olona tonga

Tsy rototra ! Izay no azo ilazana azy raha mijery ny fanadihadiana natao isam-pokontany mikasika ny fahavitrihan’ny olom-pirenena hanamarina ny anaran’izy ireo ao anaty lisi-pifidianana hatreto.

 Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra iray ao amin’ny fokontanin’Ankaditapaka avaratra anisan’ireo fokontany manodidina an’Antanimena dia 2 hatramin’ny 5 isan’andro amin’ny mponina 1000 no tonga manamarina ny anarany tao anaty lisitra ho an’ny fokontany misy azy ireo. Azo heverina ho miabo ihany anefa raha oharina amin’ny hatramin’izay io tarehimarika satria efa mandeha ny fanentanana. Efa voatitra tany amin’ny komity mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI moa ny lisitra ho an’ity fokontany ity, raha ny fanazavana. Tsy lavitra eo fa ao amin’ny fokontany Antohomadinika avaratra kosa dia nisy fotoana herinandro, hoy ny tompon’andraikitra, tsy nahitana mpanamarina ny anarany tao anaty lisitra mihitsy ary tsy ampy ny ampahefatry ny mponina 1700 ao an-toerana akory izany. Raha nohadihadiana kosa moa ireo mponina avy amin’ny fokontany hafa toa an’Ambohitrakely sy Ambohidahy dia saika tsy mbola nahatontosa izay fanamarinana anarana anaty lisi-pifidianana izay avokoa.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivarotana varyNampifandramatra depiote sy Ben’ny tanàna

Niravona ny disadisa teo amin’ny Ben’ny tanànan’i Bemanonga, Distrika Morondava Miadamanana Roberto sy ny solombavambahoaka voafidy tao Mahabo faritra Menabe Raveloson Ludovic vokatry ny fivarotana vary

 

. Nisy ny raharaham-pihavanana nandaminana ny roa tonta, ka nandray an-tanana ny raharaha ny tompon’andraikitry ny filaminana (OMC) sy ny Fikambanan’ny Zanak’Atsimo Atsinanana ao Menabe, notarihin’i Thèmistocle, filoham-boninahitry ny fikambanana. Tonga tao Bemanonga ny OMC ny alatsinainy 30 janoary, avy eo nisy ny fifampihainoana ny roa tonta tao amin’ny biraon’ny prefektiora Morondava, teo anatrehan’ny lehiben’ny faritra Menabe Gilbert Romain sy ny Sekretera  jeneralin’ny Prefektiora ary ireo mpitandro ny filaminana. Nandray fitenenana ny Raiamandreny avy amin’ny an-daniny sy ny an-kilany izay samy niara-niaiky fa samy tompon’andraikitra ny Ben’ny tanàna sy ny Depiote ka tsy tokony hanao zavatra hanalabaraka ny fahefana izay tantanan’ny tsirairay, indrindra fa ny Razana izay nipoirana satria samy zanak’Atsimo Atsinanana » avokoa izy roalahy ireo. Nandritra ny fifampihaonana ihany koa no nametrahan’ny raiamandreny Sakalava hafatra fa ny faritra Menabe no tena afa-baraka rehefa misy ny zavatra toy izao koa « manafatra amin’ireo rehetra mpitady ravinahitra aty Menabe izahay Sakalava mba tsy hamerina ny fanalam-baraka ny Faritra toy izao ». Resaka tamberimbidy notakian’ny kaominina Bemanonga amin’ny fitarotana vary notaterin’ny kamiaon’ny depioten’i Mahabo ny zoma 27 janoary teo no niteraka disadisa teo amin’ny Ben’ny tanànan’i Bemanonga sy ingahy solombavambahoaka. Niditra an-tsehatra ny kalôny avy ao Mahabo nombam-pitaovam-piadiana ka voatafika ny trano fonenan’ny Ben’ny tanàna. Tafatsoaka ity farany raha tsy izany mety ho ra nandriaka tao Bemanonga. Nifampitadiavana i Miadamanana Roberto taorian’io. Azo nampifanatonina nalamina ihany ny roa tonta ary nifandray tanana taorian’ny fampihaonana azy ireo.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny UCTUAhiana hiharan’ny hatezeram-bahoaka

Mivoatra hatrany ny fahasorenan’ny mpanjifan’ireo zotran’ny kaoperativa UCTU amin’ny afitsok’ireo mpamily sy mpanerany.

 Nataon’ny filohan’izy ireo, Andrianambinintsolomora Bernardin, ho fehezanteny nentina nanamarinana ny fampiakarana ny saran-dalan’izy ireo hatrany anefa ny filazana fa ho hentitra ny fanaraha-maso ny kalitao saingy fitaovana nandinganana mpanjifa hatrany aloha izany hatramin’izao. Efa hatrany amin’ny faramparan’ny taona 1990, fony hoe hakarina 200 ariary ny saran-dalana no efa naharenesana io fehezanteny io saingy ny zavatra hita mampimenomenona ny maro dia mbola ratsy ny seza, misy fiara tsy misy radio, mpitatitra sy resevera manintsana eny an-tenantenan-dalana na ihany koa manivana mpandeha. Izany hatrany no iainan’ny ankamaroan’ireo mpandeha amin’ity kaoperativa mpitatitra an-drenivohitra mivezivezy manodidina an’Ambohijatovo, Anosy, Mahamasina ka hatrany Nanisana, toy ny zotra 193, 162, 147, 119. Ny mahagaga anefa dia izy hatrany no  maika indrindra hampiakatra ny saran-dalany noho ireo vondrona kaoperativa hafa misy. Ahiana mafy hiharan’ny hatezeram-bahoaka, noho izany, ity vondrona kaoperativa ity sy ny filohany.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Ravoninjatovo SahobyHandrotsahy orana artifisialy any Marovoay

Manao antso avo amin’ny fitondram-panjakana mahefa miainga any amin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina,

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy misy marina izay tsy hipoitra !

Aiza ho aiza ianao ry Jean ? Mila manohy ny resako nataoko omaly aho fa tsy afa-po ary mbola feno ny foko.

 Indrisy mantsy ry Jean fa tsy nasianao maso na teny kely akory ireo havana aman-tsakaiza traboina teto amin’ny tany ama-monina fa ny nataonao ihany no nataonao an ! Dia tsy tahotra tsy henatra ny anao ary tsy niherikerika kely akory nanoloana ireo mpiray tanindrazana maty vokatry ny loza mahatsiravina, fa ny lalanao nankany andafy no nizoranao, ka toy ny miteny aminay hoe aleo ho faty any izay maty fa tsy hampidi-bola hameno ny paosiko. Dia lasa ny saiko hoe mbola mihevi-tena ho filohan’i Gasikara ihany ve ianao io ary mbola mihevitra ny hampiasa ny mikimakinao hiarovan-tseza ? Efa niteny anao foana aho hoe aza manao toetram-boloky ka mamy ny atsy fy ny aroa, ka hafangaro avokoa ny fifanampiana (+) sy ny fifanalana (-), hany ka mitsimbadika ambony ambany ny zava-drehetra. Mbola ho lasa gaigy amin’io ianareo ry Jean fa ataovy ihany. Aiza ve ka rehefa mba vory eny Antsonjombe ny olona dia mba tonga ianareo. Mifamotoana eny Mahamasina ny olona, dia eo ihany koa ianareo fa tsy mba tara. Fa rehefa amin’ilay kajinareo manokana iny ihany ianareo no mahagaga fa tsy mba hitanay mihitsy, saingy rehefa mandinika amin’ny fomba amam-pihetsikareo izahay, dia mivoaka ihany ny marina, ka io no hitenenako anareo hoe tsy misy marina izay tsy hipoitra. Mpamosavy mandeha alina aza, hono, ry Jean misy mahita, ka aza mihevitra anay ho dondrona sy kentrina a !

Marco tonga fofona

Tia Tanindranaza0 partages

Vovonana TsimialonjafyFahavalony ny « extremiste » sy ny fahantrana

Tsy manam-pahavalo afa-tsy ny gaboraraka sy ny « extremiste » ary ny fahantrana ny Vononana Tsimialonjafy mifahatra amin’ny Soatoavina Repoblikanina tarihiko ankehitriny, hoy ny fanambarana nataon’ny filoha mpanorina azy, ny Dr Olivier Rabe Landry,

  tamin’ny kabary fohy nataony tao anatin’ny lanonam-pikoranana  fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao nifanaovan’ ireo mpikambana ao aminy sy ireo antoko politika na fikambanana nasainy toy ny « Grand Sakalava du Boeny » notarihan’ny  Ampanjaka Rasoamody  sy ny Mizatra (ex-militaire) … art ny firaisamonimpirenena teny amin’ny « Espace Green » teny Vontovorona ny sabotsy 28 janoary teo.  Samy resy lahatra ny rehetra fa tsy misy afa-tsy ny fifanatonana sy ny fifampiresahana no hahafahana mampandroso marina an’i Madagasikara fa tsy ny fanohanana hevitra bontolo (extremiste) ataon’ny mpanohana ny fanjakana sy ireo mpanohitra. Aorian’ny fivoahan’ny didim-panjakana maha ara-dalànan’ny Vovonana amin’ity herinandro ity, dia hidina ifotony any amin’ny Faritra 22 manerana ny nosy ny mpikambana hanangana ny rafitra any an-toerana sy hanangana ny « Force de développement » ho an’ny firenena Malagasy.

Ntsoavina Evariste

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA KAOMININA ANTSIRABE : Tsy manan-jo hampiato ny Ben’ny tanàna ny Mpanolotsaina

Anisan’ny niteraka olana teo amin’ny fitantananana ny tanàna, tsy ho an’Antsirabe ihany fa ho an’ireo Kaominina sasany ilay lalàna vaovao momba ny fifidianana ben’ny tanàna sy ny Mpanolotsaina, izay nilaza fa lany ho mpanolotsaina avy hatrany ireo kandida mpifaninana tamin’ny fifidianana. 

Ho an’Antsirabe dia manana mpanolotsaina 20 ny Kaominina. Enina amin’ireo ihany anefa no Mpanolotsaina azon’ny Transport Razanakolona, izay nahalany ny ben’ny tanàna amin’izao fotoana izao. Ny ambiny izany dia olona tsy mitovy firehana ara-politika aminy ka na dia tsara sy mety aza no nataony mba hampandrosoana ny tanàna dia mahita hevitra hanenjehana sy hanaratsiana azy hatrany ireo Mpanolotsaina sasany ireo.

Efa nanentana anefa ity Ben’ny tanàna ity fa raha tiana ny hampandroso sy hampivoatra ny tanànan’Antsirabe dia tokony hajanona any an-tranon’ny tsirairay any ny loko politika.Samy nanaiky izany ny rehetra ary samy tsara resaka avokoa saingy manao tari-bato vilam-bava izy ireo ka hafa no notondroin’ny molotra sy ny nataon’ny tanana.

Tim no ao ambadika

Io tarigetran’ny ben’ny tanana io anefa no nahavoafidy azy ho filohan’ny Ben’ny tanàna eto anivon’ny Faritra Vakinakaratra. Mbola nohamafisin- dRazanakolona Paul omaly fa tsy mahatanty ny fampandrosoana ataony amin’ny tanànan’Antsirabe ireo Mpanolotsaina sasany. Anisan’izany, ohatra, ny fahafantaran’izy ireo fa hanamboatra fotodrafitrasa lehibe ny tanora eto Antsirabe mba hahafahan’izy ireo mihanoka amin’ny fanatajantena na dia andro avy orana sy hatsiaka aza. “Complexe sportif” io hajoro eny amin’ny Vatofotsy io ary efa eo am-pelantanana ny vola hananganana izany.

Mametraka ahiahy amin’ny antoko Tim, ho ao ambadik’izao fankahalana izao ny Ben’ny tanàna Razanakolona Paul. Nambarany mantsy fa taorian’ny fivorian’ny Mpanolotsaina sy ny Ben’ny tanàna dia lasa manohy ny fivoriana ao amin’ny biraon’ny Tim indray ireo Mpanolotsaina sasany ireo avy eo. Marihina fa 6 no isan’ny Mpanolotsaina Tim ary iray ny HVM. Ho sarotra, araka izany, fiaraha-miasa eo amin’izy ireo sy ny Ben’ny tanàna. Tsy hihemotra amin’izany ary nilaza ny tsy hiala amin’ny maha Ben’ny tanana azy anefa Razanakolona Paul raha tsy ny vahoaka nifidy azy no mangataka izany.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

LALATIANA RAVOLOLOMANANA : “Mila atambatra ny hery ho an’ny antoko mpanohitra”

Raha ny fanazavana nentiny dia tsy ilaina ny fanonganam-panjakana fa ny fanoherena ataon’ny mpanohitra no hanalana izao Fitondrana manao didy jadona izao. Voalaza fa maro ireo milaza azy ho mpanohitra ary efa nitonona ho lehiben’ny mpanohitra, nefa toa tsy mitovy hevitra.

 “Mila atambatra ny hery ho an’ny mpanohitra rehetra ary milà mivondrona sy mampitovy hevitra fa tsy zarazarain’ny foton-kevitra tsy mitovy”, hoy hatrany izy. Nambaran’i Lalatiana Ravololomanana ihany koa fa amin’ny alalan’ny fifidianana ara-demôkratika ihany no handraisana ny fahefana. Nahitsy fiteny ihany koa ity mpanohitra ity, fa tsy mahavaha olana ity Fitondrana Rajaonarimampianina. 

Nitanisa zavatra maro izy, fa ny tena olana dia ny delestazy, ny tsy fandriampahalemana, ny fiakaran’ny vidim-bary sy ny saran-dalana, sy ny sisa. Fitondrana tsy izy ity, hoy izy, ka aleo atambatra ny angovo ho an’ireo mpanohitra rehetra hoentina manala izao Fitondrana tsy mahomby izao.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

NIVOAKA TAMIN’NY FAHANGINANY ELYSEE RATSIRAKA : “Mapar aho, ary tsy miala amin’ny Mapar”

Nandeha mantsy ny resaka nandritra ny andro maromaro fa hoe  : “efa namadika palitao ho lasa HVM ity Ben’ny tanàna Mapar ity. Nanampy io resabe io ny tsy fahatongavany niatrika ny lanonambe fifampiarahabana tratry ny taona izay notantaterahin’ny TGV sy ny ireo mpiara-dia amin’ny Filoha Andry Nirina Rajoelina izay natao teto Toamasina, tao amin’ny tokotany malalaka Stella-Maris, ny sabotsy 28 janoary teo iny. Nambarany fa noho ny raharaham-pianakaviana, izany hoe : nisy mariazy ara-pombandrazana  novonjeny ivelan’ny tanànan’i Toamasina, tany Tsangambato, any Mahanoro no tsy nahafahany nihetsika, noho izy ray amandreny tompon-draharaha na “zaman-jaza”. 

Nofaritany mazava tsara  fa efa niera ary niteny tamin’ny tompon’andraikitra ambony teo anivon’ny Mapar aty amin’ny foibe,  ny tenany tamin’izao tsy fahatongavany niatrika ity lanonan’ny TGV ny sabotsy teo iny. Momba ny filazana fa nisintaka Mapar indray dia namaly ity Ben’ny tanàna Elysée Ratsiraka fa : “lainga avokoa izany rehetra izany. “Tsy mbola manana eritreritra ny hiala amin’ny Mapar ny tenako. Mapar aho ary tsy miala amin’ny Mapar”, hoy izy. Namarana ny teniny ny Ben’ny tanana Elysée Ratsiraka ny amin’ny hoe : “tsy marina ny filazana fa namadika palitao, fa Mapar aho ary mijanona ho mpanara-dia ny Filoha Andry Nirina Rajoelina”.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

ACCORHOTELS : Hitondra tombontsoa ho an’ireo tanora Malagasy tsy an’asa

Fantatra ho isan’ ireo trano fandraisam-bahiny goavana indrindra ary manaraka ny fenitra iraisaim-pirenena izy io.

Ny orinasa malagasy “Eden” miaraka amin’ny vondrona “Accor” no tompon-kevitra sy mpiara-miasa manokana amin’ny fanatanterahana ny asa, izay haharitra ao anatin’ny 20 ka hatramin’ny 30 volana,ny fananganana azy araka ny fanazavana avy amin’ny tompon’andraikitra. Etsy Ivandry no hananganana ny fotodrafitrasa ka afaka telo volana eo ho eo dia hanomboka ny asa.

Ankoatra ny tombontsoa hoentin’ny trano fandraisam-bahiny eo amin’ny fandraisana sy ny fampiantranona mpizaha tany dia hitondra rivo-baovao ho an’ny tontolon’ny fampananana asa eto amintsika ny fananganana ity trano fandraisam-bahiny lehibe ity. Voakasika ao anatin’izany manokana ireo tanora, ka asa hatrany amin’ny 250 isa no ho ntin’ny “Accorhotels”, tafiditra ao anatin’izany ny fanadiovana trano, ny fandrahoana sakafo, ny fandraisana ny mpanjifa sy ny maro hafa tsy voatanisa. 

Araka ny fanazavana noentin’ny Talen’ny hotels Ibis Ankorondrano, Zak Mouafik dia hisy ny fampiofanana ireo mpiasa mialoha ’ny handraisan’izy ireo izay asa sahaniny.Maherin’ny 150 ny efitrano ho hita ao anatin’ity hotely goavana vao hantsangana ity, ankoatra izay ho hita ao ihany koa ny efitrano lehibe fanaovana fivoriana, trano fisotroana sy fisakafoanana ary trano fikarakarana vatana sy fanaovana fanatanjahantena. Vinavinaina hatrany amin’ny 20 000 000 Euros ny ho teti-bidin’ny fangananana ity hotely lehibe ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AKANY AO AMBATOLAMPY : Tsy nanadino ireo zaza kamboty ny Polisim-pirenena

Ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny Contrôleur Général Anandra Norbert, no tonga tany an-toerana niaraka tamin’ireo mpiara-miasa aminy akaiky eo anivon’ny minisitera.Nisy ny fety sy korana niarahana tamin’ireo ankizy kamboty tezaina eo anivon’ny akany. 

Nampifalifaliana tanteraka ireto farany ary tamin’izany, nisy fiara-misakafo izay nanoloran’ny minisitra omby mifahy iray sy kojakoja maro isan-karazany ilaina amin’ny fiainana andavanandro, toy ny vary, menaka, savony, voamaina, akanjo ary jiro mandeha amin’ny herin’ny masoandro ho an’ireo ankizy.

Nandray fitenenana fohy ny minisitra ary nirary soa ho an’ireo ankizy tezaina tao amin’ny akany. Tamin’io andro io ihany koa no nanatanteraka atrikasa ny minisitra ka tonga tamin’izany ireo tompon’andraikitra ambony avy eo anivon’ny Distrikan’Ambatolampy. Anisan’ny nodinihana tao ny fisorohana ny trangana fitsaram-bahoaka. 

Ankoatra izay novoriana ireo Polisy rehetra miasa ao amin’ny Faritra Vakinankaratra, ka tamin’izany no nanasongadinana ny andraikitra sy ny fomba fiasan’ireo Polisy na ireo eny an-dalana na ireo miasa anaty birao. Nanamafy hatrany ny minisitry ny Filaminam-bahoaka fa “tokony hanara-dalàna avokoa izy ireo mba ho maodely sy mba hiverenan’ny fitokisan’ny vahoaka an’ny mpitandro ny filaminana”.Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA : Betsaka ireo zaza tsy ampy taona tafalatsaka amin’ny fijangajangana

Saika mbola mpianatra avokoa ny ankamaroan’izy ireny ary voalaza fa efa misy olona manokana mihitsy manera azy.

Fantatra ihany koa fa misy ny mpampanofa trano fandraisam-bahiny miray tsikombakomba amin’ireo mpanera sy ireo mpila filàna, ka mahavatra mitady ankizy mpianatra mihitsy hampiarahina amin’ireo mpanjifany. Eo ihany koa ny fanararaotana ataon’ireo mpanao vato izay mandraviravy vola amin’ireo mpianatra ary mahavita miambina eny ivelan’ny sekoly miandry ny ora firavana. 

Efa misy ireo sekoly izay sarotiny tokoa amin’ity resaka hafahafa manimba ankizy ity ary efa nandray fepetra manokana entina hamehezana ny mpianatra saingy tsy ho araka avokoa ny ataon’ireo ankizy, hoy ireo mpanabe. Ahiana hanimba ny ho avin’ny ankamaroan’ny mpianatra, araka izany, ny sehatra tahaka izao. Nomarihin’ny ray aman-dreny iray fa nanomboka tamin’ny fisokafan’ny kariera taty Ambatondrazaka no nampirongatra io fomba ratsy io.

Hariliva R

Madagascar Tribune0 partages

Le régime remet la pression sur sa condamnation

Le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) a effectué plusieurs rencontres avec les grandes figures politiques malgaches depuis un certains temps. Après une rencontre avec les anciens présidents Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana, Maka Alphonse, président du CFM a rencontré le président du Sénat Rivo Rakotovao qui porte également la casquette de président du parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM).

Alors que Didier Ratsiraka avait alors suggéré de tenir une réconciliation nationale malgacho-malgache afin d’éviter une prochaine crise post-électorale, son entretien avec Marc Ravalomanana n’a rien laissé filtrer jusqu’à maintenant. Ce dernier s’étant fait discret depuis les déconvenues qu’il a rencontré dans le Sud il y a quelques semaines. Quant à Rivo Rakotovao, il a réitéré son ouverture et sa disposition à collaborer avec d’autres personnalités. Il a toutefois souligné que ceux qui sont sous le coup d’une condamnation devraient tout simplement purger leurs peines avec les conséquences que cela implique. Bien évidemment, Rivo Rakotovao faisait allusion à l’ancien président Marc Ravalomanana qui a été condamné par la justice pour la tuerie du 7 février 2009. Pour l’heure, malgré des annonces faites par le ministère de la Justice, Marc Ravalomanana, n’a pas été notifié de ce jugement. Le régime à travers Rivo Rakotovao semble vouloir mettre ainsi la pression sur Marc Ravalomanana qui envisage de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Madagascar Tribune0 partages

Les textes électoraux enfin discutés

Une session parlementaire extraordinaire sera finalement convoqué pour le mois de février, selon le premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana. Sans plus de précision sur la date de celle-ci, les nouvelles dispositions des nouveaux textes électoraux seront bien au centre des discussions.

Ces textes étaient attendus depuis le mois de décembre 2017 mais n’ont pas pu être discuté pendant la session budgétaire. Aussi, dès la fin de la deuxième session ordinaire, l’annonce d’une session extraordinaire a été faite et par l’Assemblée Nationale et par le gouvernement. Ces textes électoraux devraient encore passer au niveau du Conseil des ministres auparavant.

Selon le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Hery Rakotomanana, les lois électorales devront être promulguées avant la fin du mois de mars afin de pouvoir être vulgarisées à temps. Passé ce délai, faire connaitre les textes aux citoyens deviendrait une course contre la montre, au risque qu’une majeure partie de la population ne soit pas informée des nouvelles dispositions.

Team building

Les agissements du gouvernement semblent vouloir confirmer l’éventualité d’un remaniement prochain. Depuis plusieurs semaines déjà, les informations concernant un possible remaniement du gouvernement ont persisté sans que le camp du premier ministre actuel ne réagisse. Les différends qui existent entre le premier ministre et le chef du parti présidentiel et non-moins président du Sénat étant évoqués comme cause. Le camp de Mahazoarivo aurait face à cela prévu d’organiser un team-building le 14 et 15 février prochain à Mantasoa. L’objectif serait de renforcer les capacités de ses membres et au passage de souder l’équipe gouvernementale. Une décision de construire une équipe alors que l’intention d’un remaniement se confirme de plus en plus, confirmant à l’avance celle-ci. L’équipe gouvernementale voudrait sans doute faire blocage et montrer sa cohésion. Pourtant, bien que des noms des potentiels remplaçants de Mahafaly Solonandrasana avaient circulé, dont celui de l’actuel Secrétaire Général de la Présidence le Général Ralala Roger et celui du ministre de la défense le Général Beni Xavier Rasolofonirina, actuellement, celui du ministre de l’économie le Général Herilanto Raveloarison serait en tête de liste. Dans tous les cas, le remplaçant de Mahafaly Olivier Solonandrasana serait donc un militaire.

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni propose la date du 27 mai

Les élections législatives sont prévues se tenir le lundi 27 mai prochain, selon les propositions de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A la suite d’une sollicitation du gouvernement, cet organe en charge de l’organisation de l’élection dans le pays a proposé cette date pour la tenue de ces élections. La confirmation ou l’infirmation de ce nouveau calendrier électoral pour les députations dépend en effet de gouvernement qui prendra une décision à l’issue d’un conseil. Selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission, cette proposition a été adressée au gouvernement hier après-midi.

Dans cette proposition de calendrier électoral, la Ceni a entre autres indiqué que le dépôt de candidature auprès des CED devrait s’effectuer entre le 26 février et le 12 mars. La clôture de la liste électorale, elle, est déjà prévue par la loi en vigueur sur le sol malgache pour le 15 mai. Le début de la campagne électorale des députations est par ailleurs prévu à partir du 6 mai. Elle prendra fin le dimanche 26, la veille du scrutin. La proclamation des résultats provisoires est prévue le 17 juin. Ainsi, les nouveaux députés de Madagascar prendront leurs fonctions après la célébration de la fête de l’Indépendance, le 26 juin.

La commission électorale aurait également été sollicitée par le gouvernement sur la définition du montant de la caution des candidats pour les législatives. Selon toujours, Thierry Rakotonarivo, cette caution est fixée à 5 millions d’ariary, si elle était à 50 millions d’ariary, soit dix fois inférieur, lors de l’élection présidentielle. Mais ce responsable n’a pas apporté plus d’explication sur la définition de cette somme. L’on apprend toutefois de source sûre qu’il s’agit d’une sorte de gage de responsabilité et de détermination du candidat.

Concernant le tirage au sort du classement des candidats dans le bulletin unique, la Ceni aurait indiqué qu’il sera effectué au niveau de ses branches. Cela, parce qu’il s’agit d’une élection de proximité qui concerne notamment les districts. Cela devrait également être le cas lors de l’élection communale qui devra également se dérouler cette année car le mandat des maires de Madagascar va expirer d’ici quelques mois seulement.

Pour les députés en exercice, leur mandat expirera le 6 février prochain. Et depuis mercredi, ils tiennent une assemblée en session extraordinaire à Tsimbazaza, la dernière, pour étudier et décider de la manière à combler le vide institutionnel jusqu’à l’investiture de nouveaux parlementaires. A ce propos, le président de la République, Andry Rajoelina a décidé de se référer à l’article 104 de la Constitution qui indique que les députés peuvent lui déléguer le pouvoir de légiférer jusqu’à ce que les nouveaux membres de cette institution soient élus.

Un projet de loi y afférent est alors proposé aux députés lors de cette dernière session extraordinaire de leur mandat. L’adoption de celui-ci requiert toutefois le vote de 2/3 des membres de l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas tout à fait gagné pour le régime actuel qui compte seulement une cinquantaine de députés dans son groupe parlementaire quoiqu’ils soient majoritaires à la chambre basse.

Madagascar Tribune0 partages

Un franco-pakistanais décédé, son frère blessé

Un nouveau cas de tentative de kidnapping s’est déroulé à Tanjombato hier. Des individus armés d’objets tranchants, et d’armes à feu auraient attaqué les membres d’une famille franco-pakistanais. Selon les informations relayées par le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar, un homme a trouvé la mort lors de cette attaque alors qu’un autre se trouve actuellement dans un état critique.

Cette attaque aurait notamment ciblé les deux frères de la famille Daya. Les assaillants les auraient menacés avec un couteau et une arme à feu. Mais ils auraient réussi à prendre la fuite. C’est là que les malfaiteurs auraient tiré causant le décès de l’un des deux frères lors de son évacuation à l’hôpital. Son frère se trouve par ailleurs en soins intensifs.

Les informations auprès de la police nationale indiquent également une autre tentative de kidnapping avortée. Cette fois-ci dans le quartier des 67 Ha. Après avoir eu vent d’un projet d’enlèvement, les policiers auraient suivi les suspects pour pouvoir leur mettre la main. Mais l’un des malfaiteurs a essayé de résister et les forces de l’ordre ont lui tirer dessus, causant sa mort.

Madagascar Tribune0 partages

Un franco-pakistanais décédé, son frère blessé

Un nouveau cas de tentative de kidnapping s’est déroulé à Tanjombato hier. Des individus armés d’objets tranchants, et d’armes à feu auraient attaqué les membres d’une famille franco-pakistanais. Selon les informations relayées par le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar, un homme a trouvé la mort lors de cette attaque alors qu’un autre se trouve actuellement dans un état critique.

Cette attaque aurait notamment ciblé les deux frères de la famille Daya. Les assaillants les auraient menacés avec un couteau et une arme à feu. Mais ils auraient réussi à prendre la fuite. C’est là que les malfaiteurs auraient tiré causant le décès de l’un des deux frères lors de son évacuation à l’hôpital. Son frère se trouve par ailleurs en soins intensifs.

Les informations auprès de la police nationale indiquent également une autre tentative de kidnapping avortée. Cette fois-ci dans le quartier des 67 Ha. Après avoir eu vent d’un projet d’enlèvement, les policiers auraient suivi les suspects pour pouvoir leur mettre la main. Mais l’un des malfaiteurs a essayé de résister et les forces de l’ordre ont lui tirer dessus, causant sa mort.

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni propose la date du 27 mai

Les élections législatives sont prévues se tenir le lundi 27 mai prochain, selon les propositions de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A la suite d’une sollicitation du gouvernement, cet organe en charge de l’organisation de l’élection dans le pays a proposé cette date pour la tenue de ces élections. La confirmation ou l’infirmation de ce nouveau calendrier électoral pour les députations dépend en effet de gouvernement qui prendra une décision à l’issue d’un conseil. Selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission, cette proposition a été adressée au gouvernement hier après-midi.

Dans cette proposition de calendrier électoral, la Ceni a entre autres indiqué que le dépôt de candidature auprès des CED devrait s’effectuer entre le 26 février et le 12 mars. La clôture de la liste électorale, elle, est déjà prévue par la loi en vigueur sur le sol malgache pour le 15 mai. Le début de la campagne électorale des députations est par ailleurs prévu à partir du 6 mai. Elle prendra fin le dimanche 26, la veille du scrutin. La proclamation des résultats provisoires est prévue le 17 juin. Ainsi, les nouveaux députés de Madagascar prendront leurs fonctions après la célébration de la fête de l’Indépendance, le 26 juin.

La commission électorale aurait également été sollicitée par le gouvernement sur la définition du montant de la caution des candidats pour les législatives. Selon toujours, Thierry Rakotonarivo, cette caution est fixée à 5 millions d’ariary, si elle était à 50 millions d’ariary, soit dix fois inférieur, lors de l’élection présidentielle. Mais ce responsable n’a pas apporté plus d’explication sur la définition de cette somme. L’on apprend toutefois de source sûre qu’il s’agit d’une sorte de gage de responsabilité et de détermination du candidat.

Concernant le tirage au sort du classement des candidats dans le bulletin unique, la Ceni aurait indiqué qu’il sera effectué au niveau de ses branches. Cela, parce qu’il s’agit d’une élection de proximité qui concerne notamment les districts. Cela devrait également être le cas lors de l’élection communale qui devra également se dérouler cette année car le mandat des maires de Madagascar va expirer d’ici quelques mois seulement.

Pour les députés en exercice, leur mandat expirera le 6 février prochain. Et depuis mercredi, ils tiennent une assemblée en session extraordinaire à Tsimbazaza, la dernière, pour étudier et décider de la manière à combler le vide institutionnel jusqu’à l’investiture de nouveaux parlementaires. A ce propos, le président de la République, Andry Rajoelina a décidé de se référer à l’article 104 de la Constitution qui indique que les députés peuvent lui déléguer le pouvoir de légiférer jusqu’à ce que les nouveaux membres de cette institution soient élus.

Un projet de loi y afférent est alors proposé aux députés lors de cette dernière session extraordinaire de leur mandat. L’adoption de celui-ci requiert toutefois le vote de 2/3 des membres de l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas tout à fait gagné pour le régime actuel qui compte seulement une cinquantaine de députés dans son groupe parlementaire quoiqu’ils soient majoritaires à la chambre basse.

Madagascar Tribune0 partages

Un franco-pakistanais décédé, son frère blessé

Un nouveau cas de tentative de kidnapping s’est déroulé à Tanjombato hier. Des individus armés d’objets tranchants, et d’armes à feu auraient attaqué les membres d’une famille franco-pakistanais. Selon les informations relayées par le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar, un homme a trouvé la mort lors de cette attaque alors qu’un autre se trouve actuellement dans un état critique.

Cette attaque aurait notamment ciblé les deux frères de la famille Daya. Les assaillants les auraient menacés avec un couteau et une arme à feu. Mais ils auraient réussi à prendre la fuite. C’est là que les malfaiteurs auraient tiré causant le décès de l’un des deux frères lors de son évacuation à l’hôpital. Son frère se trouve par ailleurs en soins intensifs.

Les informations auprès de la police nationale indiquent également une autre tentative de kidnapping avortée. Cette fois-ci dans le quartier des 67 Ha. Après avoir eu vent d’un projet d’enlèvement, les policiers auraient suivi les suspects pour pouvoir leur mettre la main. Mais l’un des malfaiteurs a essayé de résister et les forces de l’ordre ont lui tirer dessus, causant sa mort.

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni propose la date du 27 mai

Les élections législatives sont prévues se tenir le lundi 27 mai prochain, selon les propositions de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A la suite d’une sollicitation du gouvernement, cet organe en charge de l’organisation de l’élection dans le pays a proposé cette date pour la tenue de ces élections. La confirmation ou l’infirmation de ce nouveau calendrier électoral pour les députations dépend en effet de gouvernement qui prendra une décision à l’issue d’un conseil. Selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission, cette proposition a été adressée au gouvernement hier après-midi.

Dans cette proposition de calendrier électoral, la Ceni a entre autres indiqué que le dépôt de candidature auprès des CED devrait s’effectuer entre le 26 février et le 12 mars. La clôture de la liste électorale, elle, est déjà prévue par la loi en vigueur sur le sol malgache pour le 15 mai. Le début de la campagne électorale des députations est par ailleurs prévu à partir du 6 mai. Elle prendra fin le dimanche 26, la veille du scrutin. La proclamation des résultats provisoires est prévue le 17 juin. Ainsi, les nouveaux députés de Madagascar prendront leurs fonctions après la célébration de la fête de l’Indépendance, le 26 juin.

La commission électorale aurait également été sollicitée par le gouvernement sur la définition du montant de la caution des candidats pour les législatives. Selon toujours, Thierry Rakotonarivo, cette caution est fixée à 5 millions d’ariary, si elle était à 50 millions d’ariary, soit dix fois inférieur, lors de l’élection présidentielle. Mais ce responsable n’a pas apporté plus d’explication sur la définition de cette somme. L’on apprend toutefois de source sûre qu’il s’agit d’une sorte de gage de responsabilité et de détermination du candidat.

Concernant le tirage au sort du classement des candidats dans le bulletin unique, la Ceni aurait indiqué qu’il sera effectué au niveau de ses branches. Cela, parce qu’il s’agit d’une élection de proximité qui concerne notamment les districts. Cela devrait également être le cas lors de l’élection communale qui devra également se dérouler cette année car le mandat des maires de Madagascar va expirer d’ici quelques mois seulement.

Pour les députés en exercice, leur mandat expirera le 6 février prochain. Et depuis mercredi, ils tiennent une assemblée en session extraordinaire à Tsimbazaza, la dernière, pour étudier et décider de la manière à combler le vide institutionnel jusqu’à l’investiture de nouveaux parlementaires. A ce propos, le président de la République, Andry Rajoelina a décidé de se référer à l’article 104 de la Constitution qui indique que les députés peuvent lui déléguer le pouvoir de légiférer jusqu’à ce que les nouveaux membres de cette institution soient élus.

Un projet de loi y afférent est alors proposé aux députés lors de cette dernière session extraordinaire de leur mandat. L’adoption de celui-ci requiert toutefois le vote de 2/3 des membres de l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas tout à fait gagné pour le régime actuel qui compte seulement une cinquantaine de députés dans son groupe parlementaire quoiqu’ils soient majoritaires à la chambre basse.

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni propose la date du 27 mai

Les élections législatives sont prévues se tenir le lundi 27 mai prochain, selon les propositions de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A la suite d’une sollicitation du gouvernement, cet organe en charge de l’organisation de l’élection dans le pays a proposé cette date pour la tenue de ces élections. La confirmation ou l’infirmation de ce nouveau calendrier électoral pour les députations dépend en effet de gouvernement qui prendra une décision à l’issue d’un conseil. Selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission, cette proposition a été adressée au gouvernement hier après-midi.

Dans cette proposition de calendrier électoral, la Ceni a entre autres indiqué que le dépôt de candidature auprès des CED devrait s’effectuer entre le 26 février et le 12 mars. La clôture de la liste électorale, elle, est déjà prévue par la loi en vigueur sur le sol malgache pour le 15 mai. Le début de la campagne électorale des députations est par ailleurs prévu à partir du 6 mai. Elle prendra fin le dimanche 26, la veille du scrutin. La proclamation des résultats provisoires est prévue le 17 juin. Ainsi, les nouveaux députés de Madagascar prendront leurs fonctions après la célébration de la fête de l’Indépendance, le 26 juin.

La commission électorale aurait également été sollicitée par le gouvernement sur la définition du montant de la caution des candidats pour les législatives. Selon toujours, Thierry Rakotonarivo, cette caution est fixée à 5 millions d’ariary, si elle était à 50 millions d’ariary, soit dix fois inférieur, lors de l’élection présidentielle. Mais ce responsable n’a pas apporté plus d’explication sur la définition de cette somme. L’on apprend toutefois de source sûre qu’il s’agit d’une sorte de gage de responsabilité et de détermination du candidat.

Concernant le tirage au sort du classement des candidats dans le bulletin unique, la Ceni aurait indiqué qu’il sera effectué au niveau de ses branches. Cela, parce qu’il s’agit d’une élection de proximité qui concerne notamment les districts. Cela devrait également être le cas lors de l’élection communale qui devra également se dérouler cette année car le mandat des maires de Madagascar va expirer d’ici quelques mois seulement.

Pour les députés en exercice, leur mandat expirera le 6 février prochain. Et depuis mercredi, ils tiennent une assemblée en session extraordinaire à Tsimbazaza, la dernière, pour étudier et décider de la manière à combler le vide institutionnel jusqu’à l’investiture de nouveaux parlementaires. A ce propos, le président de la République, Andry Rajoelina a décidé de se référer à l’article 104 de la Constitution qui indique que les députés peuvent lui déléguer le pouvoir de légiférer jusqu’à ce que les nouveaux membres de cette institution soient élus.

Un projet de loi y afférent est alors proposé aux députés lors de cette dernière session extraordinaire de leur mandat. L’adoption de celui-ci requiert toutefois le vote de 2/3 des membres de l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas tout à fait gagné pour le régime actuel qui compte seulement une cinquantaine de députés dans son groupe parlementaire quoiqu’ils soient majoritaires à la chambre basse.

Madagascar Tribune0 partages

Un franco-pakistanais décédé, son frère blessé

Un nouveau cas de tentative de kidnapping s’est déroulé à Tanjombato hier. Des individus armés d’objets tranchants, et d’armes à feu auraient attaqué les membres d’une famille franco-pakistanais. Selon les informations relayées par le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar, un homme a trouvé la mort lors de cette attaque alors qu’un autre se trouve actuellement dans un état critique.

Cette attaque aurait notamment ciblé les deux frères de la famille Daya. Les assaillants les auraient menacés avec un couteau et une arme à feu. Mais ils auraient réussi à prendre la fuite. C’est là que les malfaiteurs auraient tiré causant le décès de l’un des deux frères lors de son évacuation à l’hôpital. Son frère se trouve par ailleurs en soins intensifs.

Les informations auprès de la police nationale indiquent également une autre tentative de kidnapping avortée. Cette fois-ci dans le quartier des 67 Ha. Après avoir eu vent d’un projet d’enlèvement, les policiers auraient suivi les suspects pour pouvoir leur mettre la main. Mais l’un des malfaiteurs a essayé de résister et les forces de l’ordre ont lui tirer dessus, causant sa mort.

Madagascar Tribune0 partages

Un franco-pakistanais décédé, son frère blessé

Un nouveau cas de tentative de kidnapping s’est déroulé à Tanjombato hier. Des individus armés d’objets tranchants, et d’armes à feu auraient attaqué les membres d’une famille franco-pakistanais. Selon les informations relayées par le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar, un homme a trouvé la mort lors de cette attaque alors qu’un autre se trouve actuellement dans un état critique.

Cette attaque aurait notamment ciblé les deux frères de la famille Daya. Les assaillants les auraient menacés avec un couteau et une arme à feu. Mais ils auraient réussi à prendre la fuite. C’est là que les malfaiteurs auraient tiré causant le décès de l’un des deux frères lors de son évacuation à l’hôpital. Son frère se trouve par ailleurs en soins intensifs.

Les informations auprès de la police nationale indiquent également une autre tentative de kidnapping avortée. Cette fois-ci dans le quartier des 67 Ha. Après avoir eu vent d’un projet d’enlèvement, les policiers auraient suivi les suspects pour pouvoir leur mettre la main. Mais l’un des malfaiteurs a essayé de résister et les forces de l’ordre ont lui tirer dessus, causant sa mort.

Madagascar Tribune0 partages

Un franco-pakistanais décédé, son frère blessé

Un nouveau cas de tentative de kidnapping s’est déroulé à Tanjombato hier. Des individus armés d’objets tranchants, et d’armes à feu auraient attaqué les membres d’une famille franco-pakistanais. Selon les informations relayées par le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar, un homme a trouvé la mort lors de cette attaque alors qu’un autre se trouve actuellement dans un état critique.

Cette attaque aurait notamment ciblé les deux frères de la famille Daya. Les assaillants les auraient menacés avec un couteau et une arme à feu. Mais ils auraient réussi à prendre la fuite. C’est là que les malfaiteurs auraient tiré causant le décès de l’un des deux frères lors de son évacuation à l’hôpital. Son frère se trouve par ailleurs en soins intensifs.

Les informations auprès de la police nationale indiquent également une autre tentative de kidnapping avortée. Cette fois-ci dans le quartier des 67 Ha. Après avoir eu vent d’un projet d’enlèvement, les policiers auraient suivi les suspects pour pouvoir leur mettre la main. Mais l’un des malfaiteurs a essayé de résister et les forces de l’ordre ont lui tirer dessus, causant sa mort.

Madagascar Tribune0 partages

Un franco-pakistanais décédé, son frère blessé

Un nouveau cas de tentative de kidnapping s’est déroulé à Tanjombato hier. Des individus armés d’objets tranchants, et d’armes à feu auraient attaqué les membres d’une famille franco-pakistanais. Selon les informations relayées par le collectif des Français d’origine indienne à Madagascar, un homme a trouvé la mort lors de cette attaque alors qu’un autre se trouve actuellement dans un état critique.

Cette attaque aurait notamment ciblé les deux frères de la famille Daya. Les assaillants les auraient menacés avec un couteau et une arme à feu. Mais ils auraient réussi à prendre la fuite. C’est là que les malfaiteurs auraient tiré causant le décès de l’un des deux frères lors de son évacuation à l’hôpital. Son frère se trouve par ailleurs en soins intensifs.

Les informations auprès de la police nationale indiquent également une autre tentative de kidnapping avortée. Cette fois-ci dans le quartier des 67 Ha. Après avoir eu vent d’un projet d’enlèvement, les policiers auraient suivi les suspects pour pouvoir leur mettre la main. Mais l’un des malfaiteurs a essayé de résister et les forces de l’ordre ont lui tirer dessus, causant sa mort.

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni propose la date du 27 mai

Les élections législatives sont prévues se tenir le lundi 27 mai prochain, selon les propositions de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). A la suite d’une sollicitation du gouvernement, cet organe en charge de l’organisation de l’élection dans le pays a proposé cette date pour la tenue de ces élections. La confirmation ou l’infirmation de ce nouveau calendrier électoral pour les députations dépend en effet de gouvernement qui prendra une décision à l’issue d’un conseil. Selon Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission, cette proposition a été adressée au gouvernement hier après-midi.

Dans cette proposition de calendrier électoral, la Ceni a entre autres indiqué que le dépôt de candidature auprès des CED devrait s’effectuer entre le 26 février et le 12 mars. La clôture de la liste électorale, elle, est déjà prévue par la loi en vigueur sur le sol malgache pour le 15 mai. Le début de la campagne électorale des députations est par ailleurs prévu à partir du 6 mai. Elle prendra fin le dimanche 26, la veille du scrutin. La proclamation des résultats provisoires est prévue le 17 juin. Ainsi, les nouveaux députés de Madagascar prendront leurs fonctions après la célébration de la fête de l’Indépendance, le 26 juin.

La commission électorale aurait également été sollicitée par le gouvernement sur la définition du montant de la caution des candidats pour les législatives. Selon toujours, Thierry Rakotonarivo, cette caution est fixée à 5 millions d’ariary, si elle était à 50 millions d’ariary, soit dix fois inférieur, lors de l’élection présidentielle. Mais ce responsable n’a pas apporté plus d’explication sur la définition de cette somme. L’on apprend toutefois de source sûre qu’il s’agit d’une sorte de gage de responsabilité et de détermination du candidat.

Concernant le tirage au sort du classement des candidats dans le bulletin unique, la Ceni aurait indiqué qu’il sera effectué au niveau de ses branches. Cela, parce qu’il s’agit d’une élection de proximité qui concerne notamment les districts. Cela devrait également être le cas lors de l’élection communale qui devra également se dérouler cette année car le mandat des maires de Madagascar va expirer d’ici quelques mois seulement.

Pour les députés en exercice, leur mandat expirera le 6 février prochain. Et depuis mercredi, ils tiennent une assemblée en session extraordinaire à Tsimbazaza, la dernière, pour étudier et décider de la manière à combler le vide institutionnel jusqu’à l’investiture de nouveaux parlementaires. A ce propos, le président de la République, Andry Rajoelina a décidé de se référer à l’article 104 de la Constitution qui indique que les députés peuvent lui déléguer le pouvoir de légiférer jusqu’à ce que les nouveaux membres de cette institution soient élus.

Un projet de loi y afférent est alors proposé aux députés lors de cette dernière session extraordinaire de leur mandat. L’adoption de celui-ci requiert toutefois le vote de 2/3 des membres de l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas tout à fait gagné pour le régime actuel qui compte seulement une cinquantaine de députés dans son groupe parlementaire quoiqu’ils soient majoritaires à la chambre basse.

Madagascar Tribune0 partages

1 000 à 1 300 permis biométriques délivrés par jour

La rénovation des permis de conduire en permis biométrique continue au sein du service d’immatriculation d’Antananarivo. Environ 1 000 à 1 300 permis par jour sont délivrés. Les gens se ruent devant le bâtiment, où le service est assiégé, dès la veille ou à l’aube.

Avant la délivrance du permis biométrique, il y a encore différentes procédures à suivre. A noter les diverses paperasses comme la copie légalisée de la Carte d’Identité Nationale. Il faut aussi payer 38 000 Ariary.

Les tickets sont distribués à partir de 5 heures jusqu’à 5h 30mn du matin, ceux qui arrivent après peuvent rentrer et revenir le lendemain.

Ce qui fait surtout plaindre les concernés, c’est la centralisation de cette opération dans la capitale. « L’Etat aurait pu réaliser ce renouvellement sur plus d’une année, voire même en trois ans. D’autant plus que l’opération est centralisée à Antananarivo, nous devons nous déplacer, abandonner nos activités quotidiennes comme le travail alors qu’il y a encore plusieurs jours avant la délivrance du permis. Nous, nous avons la possibilité mais qu’en est-il des personnes qui vivent dans les régions éloignées et qui n’ont pas le moyen de se déplacer ? » dixit Andry qui est venu particulièrement de Mahajanga pour la transformation de son permis en permis biométrique.

Notons que le dernier délai pour les permis biométriques est le 31 mars 2017 si ça aurait dû être le 31 décembre 2016. Jusqu’à présent, les autorités ont surpris 100 faux permis de conduire biométriques, certains ont été vendus à 70 000 ariary.

Madagascar Tribune0 partages

Hausse prochaine du coût des soins médicaux dans les CSB II

Selon une proposition émanant de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), lors de la session ordinaire du Conseil municipal, le coût des traitements au niveau des centres de santé de base niveau II (CSB II) sera augmenté de 300 % pour les adultes, et de 286 % pour les enfants de moins de 15 ans. Ainsi, le tarif actuel de 1 000 ariary pour les adultes atteindra prochainement 3 000 ariary, tandis que les 700 ariary du tarif enfant deviendront 2 000 ariary, d’après cette proposition de la CUA.

Devant ce fait, la conseillère municipale de la liste Komba, Hilda Hasinjò Ravelonahina, a partagé sur son compte facebook que « Le Komba n’acceptera pas cette hausse considérable, car nous l’estimons trop pénible pour les défavorisés ».

Beaucoup craignent que cette hausse du coût des soins au niveau du CSB II puisse freiner la fréquentation de ces centres de santé par les malades, et inciter ces derniers à l’automédication.

« En général, ce sont les démunis qui vont au CSB II. Et malgré le modique tarif actuel, la plupart d’entre eux n’arrivent pas à payer les soins. D’autant moins si le tarif va être triplé » d’après un responsable de CSB II dans la ville d’Antananarivo.

L’ordre du jour de cette session ordinaire concerne aussi la fixation des taux fiscaux et parafiscaux et l’adoption du budget primitif de l’année.

Ainsi, la CUA a proposé un budget de 3 926 000 000 ariary pour l’achat de 10 000 tablettes à distribuer aux élèves des classes de 9ème à 7ème des Ecoles primaires publiques d’Antananarivo. Le budget proposé par la CUA pour les autres domaines sociaux tels la santé, l’hygiène et l’assainissement, la lutte contre la violence et bien d’autres, s’élève à 36 472 936 000 ariary. Mais le vote de toutes ces propositions de la CUA lors de la session ordinaire de son Conseil municipal ne se déroulera que la semaine prochaine.

La session ordinaire du Conseil municipal a commencé lundi dernier, et durera dix jours.

Madagascar Tribune0 partages

Panique et tollé suite à une information « non autorisée » d’un service d’un département

Hier, toute la communauté des réseaux sociaux, surtout ceux qui sont abonnés et membres du groupe « Fanaovan-gazety sy ny tontolony », un groupe sur Facebook dédié aux partages d’informations et de communication créé et géré par trois journalistes, a été prise de panique. Une communication faite par le Service de presse écrite et de presse online (SPEPO) au sein de la Direction de la régulation des médias (DRM) auprès du ministère de la Communication et de la culture était en cause.

Dans une communication adressée aux administrateurs du groupe, SPEPO Mitafa aurait demandé aux administrateurs de se rendre auprès de la direction centrale du ministère de la Communication et de culture pour régulariser leur situation vis-à-vis de la loi en vigueur. Selon les explications reçues par les administrateurs de « Fanovan-gazety sy ny tontolony », il y aurait des procédures à suivre pour la création et gestion des groupes de discussions sur les réseaux sociaux et sur les blogs. Elles seraient dictées par les textes du code de la communication.

La procédure semblait être compliquée pour des administrateurs d’un compte Facebook qui n’a qu’un seul objectif que de faire des échanges d’informations entre les professionnels des médias et de discussions sur des questions qui concernent le métier. Pour éviter d’éventuelles complications, ils décident alors de « fermer le groupe » auquel sont adhérés certains membres du staff du ministère de la Communication et de la culture dont la ministre, Lalatiana Rakotondrazafy et le directeur général de la Communication, Fanahimana Tiaray. Ce, à partir de dimanche.

Cette décision de fermeture du groupe et la communication faite par le service du ministère de la Communication n’ont pas manqué de susciter des commentaires et critiques violents envers le ministère de tutelle. Les professionnels des médias ont pour la plupart pointé du doigt le ministère. Mais ils n’auraient pas pu faire grand-chose qu’encourager les administrateurs du groupe face à cette triste décision.

Mais à la grande surprise de tous, en fin d’après-midi, une communication officielle est faite par le ministère de la Communication, par le biais de son directeur des relations publiques, Nampoina Ranarivelo. Celle-ci précise que l’information relayée par le SPEPO n’a pas eu l’aval du ministère de la Communication et de la culture. Autrement dit, elle n’est pas valide et n’engage en rien le ministère de tutelle. Le ministère indique en effet qu’une mesure va être prise à l’endroit des responsables de la diffusion de cette information qui n’en était pas une.

Le ministère de la Communication indique que toute communication officielle de ce département ministériel passera uniquement sur la Facebook du ministère de la Communication et de la culture. Par ailleurs, aucune direction ni service ne pourront communiquer au nom du ministère, sans l’aval des premiers responsables du ministère.

L'express de Madagascar0 partages

Mahabo – Un député arrête un maire avec cinquante miliciens

Dénonçant une non-réactivité de la police judiciaire, le député de Mahabo s’est rendu jeudi à Bemanonga, pour arrêter le maire.

Un conflit entre le maire et le député en exercice a mis en ébullition Bemanonga Morondava. La mésentente entre les deux élus a atteint son summum, jeudi, lorsque le député élu à Mahabo s’est dépêché dans le chef-lieu de la commune de Bemanonga, accompagné d’une cinquantaine d’individus armés de matraque, pour procéder à « l’arrestation » du maire de cette localité.Lorsque le député et ses sympathisants ont débarqué, l’élu de Bemanonga n’était pas sur place. Sitôt informés de la vive tension qui risquait à tout moment de dégénérer en altercation, le chef de district de Mahabo ainsi que le chef de la police à Moron­dava, sont intervenus, pour calmer les nerfs.Alors qu’une accalmie a saisi Bemanonga après ce coup d’éclat, un apaisement a commencé à s’installer samedi, lorsque des notables ont entamé des pourparlers avec le député élu.Le lendemain, une rencontre a été organisée au siège du district à Mahabo, pour rapprocher les deux parties et les inciter à enterrer la hache de guerre, laquelle s’estavérée payante.

Affaire personnelle« Le plus important est de faire en sorte que la paix et l’harmonie règnent dans le district. Au nom de ces  valeurs, il faut mettre de côté les conflits bien que les séquelles soient douloureuses », confie le maire de Bemanonga, Ludovic Raveloson. Selon les informations recueillies sur place, les relations entre le député élu à Mahabo et le maire de Bemanonga ont commencé à se détériorer en 2014, lorsque le parlementaire a eu de sérieux problèmes avec les autorités communales.Le camion du parlementaire a rencontré des problèmes avec les autorités locales, alors qu’il s’y était rendu pour effectuer une collecte de pois du cap. Alors qu’une tension couvait encore entre les deux élus à la suite de cette affaire, le camion du député de Mahabo a, une fois de plus, eu affaire au maire de Bema­nonga, le lundi 23 janvier, lorsque le chauffeur y a fait un arrêt pour écouler une partie de la cargaison de riz qu’il transportait. Sur ces entrefaites, le chauffeur du poids-lourd a d’abord poursuivi sa route jusqu’à Morondava où il a porté plainte contre le maire, pour agression.Informé de l’incident survenu à Bemanonga, le député propriétaire du camion, a lui aussi, attaqué le maire pour diffamation publique ainsi que violence et voie de fait, suite à des propos désobligeants qui lui ont été signalés. Le parlementaire et le conducteur de son poids-lourd se sont confiés au Parquet du tribunal à Moron­dava, le jour même de l’incident. Deux jours après le dépôt de leurs plaintes, le maire de Bemanonga n’a été ni arrêté ni auditionné. Du coup, le député a rameuté ses milices pour procéder lui-même à l’arrestation du maire.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Commissariat Atsimondrano – Des indemnités policières amputées en amont

Rebondissement sur l’affaire des indemnités des policiers du commissariat central d’Atsimondrano, mobilisés dans le cadre de la sécurisation du XVIe sommet de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), dont Antananarivo a été la ville hôte, fin novembre.« Les fonds qui nous ont été remis pour couvrir les indemnités des éléments sur terrain  étaient insuffisants. En tout et pour tout, nous avons reçu 700 000 ariary. Ce montant a été distribué entre tous nos éléments ayant participé à la sécurisation du sommet. Compte tenu de ce faible montant total, la part de chaque policier était très inférieure à la somme attendue », déplore le commissaire divisionnaire Victorien Andriamampionona, commissaire central d’Atsi­mondrano.

RenfortsEn saisissant la balle au bond, il met en exergue que des policiers sous ses ordres, assurant la réglementation de la circulation dans tout Atsimondrano, jusqu’à Alasora et Andoharanofotsy, ont prêté main forte aux effectifs mobilisés dans la sécurisation du sommet de l’OIF, bien qu’ils n’aient pas été listés parmi ceux qui perçoivent les indemnités afférentes.« Nous ne pouvions pas fermer les yeux sur le travail qu’ils ont accompli. De ce fait, ils n’étaient pas en reste lors des paiements, bien que le montant soit preétabli, ce qui a réduit encore plus la part de chacun », ajoute le commissaire central d’Atsimondrano. Les policiers d’Atsimondrano n’ont perçu leurs infimes parts qu’à la mi-janvier, ce qui a suscité des grognes.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Nanie revient en beauté

Fière et impatiente de retrouver ses fans de toujours, Nanie réserve de belles surprises pour la célébration d’un quart de siècle de carrière. La chanteuse est fin prête pour ce rendez-vous.

Un concert qui s’annonce prestigieux et mélodieux, tout en resplendissant comme toujours de la personnalité humble et conviviale de la chanteuse elle-même. C’est ainsi que s’illustreront les retrouvailles entre Nanie et ses inconditionnels sur la scène du Carlton Anosy, ce 5 février à 15h. Un moment que la chanteuse elle-même, qui intensifie d’ores et déjà ses répétitions en vue de ce concert inédit, a hâte de partager avec le public.Sobrement intitulé « Toy ilay voalohany foana », à l’occasion, Nanie se plaira à emprunter de nostalgie tout ceux qui se joindront à elle. En vingt-cinq ans de carrière, qu’elle célèbre fièrement durant son passage au pays, Nanie est restée la même, toujours aussi chaleureuse et proche de ses fans. Et comme à ses débuts, le concert au Carlton s’annonce comme orné de douceur et de mélodies à son image.« Je suis contente de revenir et reconnaissante de l’opportunité que les organisateurs m’accordent de pouvoir chanter de nouveau au pays. Comme l’indique l’intitulé du concert, on vivra ensemble ce moment mélodieux comme si c’était hier, même si de belles surprises y seront aussi à découvrir », affirme Nanie.

Fidèle à elle-mêmeEn répétition au Piment Café Behoririka hier, la chanteuse peaufine un répertoire enchanteur, qui convie le public à voyager à ses côtés à travers ses vingt-cinq ans de musique.Faire revivre ses compositions intemporelles en ces instants est l’essence même de la venue de Nanie au pays. Ceci étant, outre les chansons qui l’ont fait connaître et qui restent gravées dans le cœur de ses fans, Nanie chantera aussi sur la scène du Carlton Anosy ses nouvelles compositions. Avec Rija Ramanantoanina, Luk et Mahery, ainsi que Farakely à ses côtés, « Toy ilay voalohany foana » s’annonce d’autant plus exceptionnel. Un concert qui resplendira de vivacité et de dynamisme, notamment grâce à la belle brochette de jeunes musiciens qui l’accompagneront, le tout chapeauté par ses fidèles camarades

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Transfert en Europe – Mercato plat, sauf à Séville et City

Le mercato hivernal s’est clôturé cette nuit. À l’exception de Séville et de Manchester City, les grands clubs européens ont été plutôt discrets.

Le mercato hivernal est resté très cal­me dans les grands clubs des principaux championnats européens: seul le Séville FC s’est activé sous la houlette de son directeur sportif, Monchi, tandis que Manchester City enregistrait l’arrivée de l’avant-centre de l’équipe du Brésil, Gabriel Jesus.EspagneLe Real Madrid et l’Atle­tico Madrid étaient interdits de transferts cet hiver, et le FC Barcelone n’a pas bougé.Le Séville FC a finalement été le seul à s’agiter. Le club andalou, dont le directeur sportif Monchi est connu pour son flair, a réalisé quelques jolis coups: d’abord l’arrivée du prometteur défenseur français Lenglet (Nancy), puis celle de l’attaquant monténégrin Jovetic (Inter Milan), auteur déjà de 3 buts en 4 matches avec Séville, et enfin le milieu argentin Montoya (Rosario Central).Ailleurs, peu de mouvements majeurs: prêt de l’attaquant italien Zaza (Juventus) à Valence, retour de l’Espagnol Adrian (Porto) à Villarreal pour remplacer le Brésilien Pato parti en Chine (Tianjin Quanjian). Et l’arrivée en prêt de l’attaquant Jesé à Las Palmas après une demi-saison ratée au PSG.AngleterreCa bouge en Angleterre, mais très peu chez les gros. Principal mouvement, l’arrivée à Manchester City de Gabriel Jesus, champion du Brésil à Palmeiras et titulaire à la pointe de la Seleçao après avoir remporté les JO de Rio avec les Espoirs de Neymar. Le buteur de 19 ans avait été recruté dès l’été dernier (30 M EUR environ) et prêté dans la foulée au club pauliste.Les autres membres du Big Six ont surtout veillé à dégraisser. Le leader Chelsea a ainsi simplement rappelé de Bournemouth son défenseur Aké, mais a vendu Oscar (pour 60 M EUR) et Obi Mikel en Chine.Liverpool et Tottenham n’ont pour l’instant enregistré aucune recrue. Les Reds ont juste laissé partir Begovic et Ilori.Pas non plus d’arrivée à Manchester United, mais José Mourinho s’est débarrassé de Schneiderlin et Depay (à Lyon pour 16 M EUR plus bonus).Les clubs les plus actifs ont été ceux qui luttent pour le maintien. Hull a par exemple attiré six nouveaux joueurs dont le défenseur international italien Ranocchia (Inter Milan) ou l’attaquant Niasse (Everton). Crystal Palace, Swansea et Sunderland ont aussi dépensé avec deux à trois recrues chacun.

AllemagneLe transfert le plus retentissant est l’arrivée à Dort­mund du jeune prodige sué­dois de l’AIK Stockholm, Isak, déjà international à 17 ans, pour 10 millions d’euros.Globalement, la Bundes­liga a largement investi dans la jeunesse. Leverkusen, toujours en course en Ligue des champions, a recruté l’attaquant jamaïcain Bailey (19 ans, ex-Genk), pour environ 12 M EUR. Pour la même somme, Wolfsburg a attiré le milieu néerlandais Bazoer (20 ans, ex-Ajax).Hambourg, en perdition en fond de tableau, a misé sur le champion olympique brésilien Wallace (ex-Grêmio), pour stabiliser sa défense.Le Bayern Munich a également pensé à l’avenir, et annoncé le recrutement pour la saison prochaine de deux jeunes néo-internationaux actuellement à Hoffenheim: le défenseur central Süle et le milieu Rudy. Le Rekord­meister a aussi lâché deux joueurs: le défenseur Bad­stuber prêté à Schalke et l’attaquant américain Green parti à Stuttgart (2e division).ItalieLe principal coup du mercato porte sur Gagliardini: le très prometteur milieu est passé de l’Atalanta Bergame à l’Inter Milan en prêt jusqu’à la fin de la saison prochaine, mais l’opération s’accompagne d’une option d’achat estimée autour de 25 millions d’euros.

AFP

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Madagascar engagé  sur deux fronts

La sélection malgache de tennis affronte la Lituanie, en cette fin de semaine. Une confrontation pour le compte du groupe II Europe/Afrique, qui devait se tenir à Antana­narivo, mais qui se jouera finalement à Šiauliai, sur surface rapide.D’un autre côté, Miary Zo Rakotondramboa sera en lice au championnat d’Afrique U18. Tournoi qui se tiendra en Tunisie et qui débutera lundi.Après la victoire mémorable à domicile en 2016, la Grande île a été promue en groupe II. Et elle a hérité de la Lituanie après tirage au sort. L’équipe nationale malga­che comptera dans ses rangs, les habitués Antso Rakotondramanga, Jean Jacques Rakotohasy et Rija Rajaobelina dans le rôle de capitaine.On y retrouvera aussi Lucas Andriamasilalao, qui aura 20 ans en juin. Cette édition 2017 sera également marquée par le retour d’Ando Rasolomalala et les débuts d’Andritoavina Ratsiman­dresy. Ando retrouve la Coupe Davis, après avoir déjà pris part à la compétition en 2011, lors de la rencontre contre le Luxembourg dans le cadre des barrages de ce groupe II.Tandis que le jeune Andritoavina, le cinquième élément, découvrira l’ambiance des joutes internationales, pour sa première au sein de la sélection séniors.

ITF FuturesEn face, la formation lituanienne s’appuiera grandement sur Laurynas Grigelis et Lukas Mugevicius, respectivement 265e et 392e mondiaux. Les deux autres joueurs retenus sont Tadas Babelis et Tomas Vaise.La Coupe Davis, Miary Zo Rakotondramboa espère très certainement la disputer avec un de ces joueurs. Mais pour l’instant, il se concentre sur sa toute dernière apparition chez les juniors.Il visera le titre lors de ce championnat d’Afrique U18 en Tunisie. Après, il passera directement aux tournois ITF Futures, chemin à suivre pour espérer inté­grer l’ATP à l’avenir.Initialement, il devait prendre part à un tournoi ITF Grade 2 toujours en Tunisie, afin de préparer ce sommet africain. Mais il a préféré faire l’impasse sur ce rendez-vous, pour garder toute sa fraicheur et tout donner la semaine prochaine dans la conquête de la couronne continentale.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Contrôle de la collecte illégale du riz

Le ministère du Commerce et de la consommation a indiqué, hier, que des sanctions seraient appliquées aux personnes qui font des détournements de riz, entrainant la flambée du prix du riz, actuellement. Un responsable de ce ministère précise que la situation actuelle ne devrait pas entraîner une telle hausse.

L'express de Madagascar0 partages

Une quinzaine de jours fériés cette année

Dix jours ouvrables seront fériés, chômés et payés, au titre de l’année 2017, comme il a été indiqué au conseil du gouvernement qui s’est tenu au Palais d’Etat à Mahazoarivo, hier. Cinq lundis qui comptent les lundis de Pâques et de Pentecôte, la fête du travail, la fête nationale ainsi que Noël. L’Assomption sera un mardi. Le 8 mars, férié uniquement pour les femmes, le 29 mars, la Toussaint tomberont un mercredi. L’Ascension aura lieu le 25 mai. Le dimanche 25 juin, ou Id AL-FITR, ainsi que le vendredi 1er septembre ou Id ADHA, seront spécialement fériés pour les musulmans.

L'express de Madagascar0 partages

Accident à Anjozorobe

Traduit devant le Parquet du tribunal à Anosy hier, le chauffeur d’un camion ayant tué  47 de ses passagers, dans un accident de la circulation survenu sur la RN3 à Antetezana Anjozorobe, samedi vers 5 heures du matin, a été placé en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora. Il est inculpé pour homicide volontaire. Le prévenu aurait usé de subterfuges, pour faire en sorte que les gendarmes ne décèlent pas la cargaison humaine qu’il transportait dans sa remorque.

L'express de Madagascar0 partages

Commune urbaine Antsirabe – Le conseil municipal demande la suspension du maire

La cohabitation entre l’exécutif et le conseil municipal au sein de la commune urbaine d’Antsirabe se dégrade de jour en jour. Ainsi, après la demande d’explication sur la gestion financière et le fonctionnement général de la commune par l’Exécutif et son équipe, les conseillers municipaux ont proposé la suspension temporaire du maire Paul Razanakolona, ce en raison de l’affaire de suspicion de détournement de deniers publics qui est actuellement entre les mains du tribunal administratif.Au centre des discussions de la session ordinaire du conseil municipal ouverte lundi, cette résolution, faisant référence à l’article 127-2014-020 sur la gestion des services territoriaux décentralisés, a été prise hier. Huit conseillers sur les 17 présents ont donc voté pour cette suspension du maire, sept ont voté contre, tandis que deux conseillers n’ont pas donné leur avis. La mise en application de cette résolution dépend de la décision que prendra le ministère de l’Intérieur et/ou la Primature qui doivent être mis au courant du fait à partir du jour de délibération du conseil municipal réuni en session.Interrogé sur ce sujet, aucun membre de l’exécutif de la commune urbaine d’Antsirabe n’a voulu faire de commentaire, en attendant le retour du maire, actuellement en voyage de travail.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Fodilahimena, jila sy tia riaria

Fihetsiketsehana, hono, fodilahimena, anefa ny seza fiandrianana taho-mangahazo. Ohabolana somary maneso izany saingy izy Fodilahimena dia vorona kely tsara tarehy, mitaintaindava noho ny tahotra, ahiahy, tebiteby.Ny fodilahimena ho ataoko resaka eto, tsy mba manao fodilahimena mitsindroka alina. Fa fahanana hahavelon-tsiky antoandro. Ametrahana fotsimbary ny sisin’ny varavarankely dia misy anankiray tamy manarangarana eo, mitsikilo haingana dia haingana, mihelina mora manandrana, dia rifatra mandositra, vao miverina moramora.Rehefa tamana izy dia mitarika ny namany. Entiny hatramin’ny zanany izay miandry toloram-potsiny na dia efa foy elatra mahay manidina aza. Mitaraindraina mafy amin’ny reniny eo izy, mitanatana vava, tsy mety hitsindroka : jeren-dreniny fotsiny, dia mody ilaozany. Fitaizana.Indraindray aho mba te ho fodilahimena hahay ny teniny sy hahafantatra izay resakireo. Inona no lazain’ilay iray nitaona ny namany ?  Inona no hafatrafatra amin’ny ankizy alohan’ny hiatrehana ny varin’olombelona ?  Inona no mba eritreritrireo, satria matahotra sy mandositra olona izy, ka tsy mba lasa saina ve hoe iza no manatitra na fomba ahoana no misy fotsimbary isan’andro, ary maninona   Mahina kokoa noho ny vavy maitsomavo izy fodilahimena. Ny tanora dia manaram-po mijanona ela manao voky an-tsena : mbola tsy ampy traikefa dia mahatoky loatra. Tandremo, anaka, feno fitaka ny tany.Tahaka ireto fody misidina etsy, misidina eroa, dia mba lasa koa ny saina miampita. Tojo eny amin’ireo fody voafandrik’ireo mivarotra azy, etsy Ampefiloha, na etsy Ankorondrano. Raha nanam-bola aho dia novidiako avokoa izy rehetra dia alefako eo imason’ny olona nanidy azy anaty karakara. Mampalahelo ny mahita ireo voronkely mikiokio tsy misakafo, tsy misotro rano, dainan’ny masoandro. Miriorio malalaka no vintany ka tsy azoko ny hamatopatorana azy. Ny ahy vary diso tompo, fahana fa tsy fandrika. Tonga izy : tsara ; tsy tonga : atao ahoana ; miverina : arahaba ; tsy miverina : soava dia. Tahaka ity tononkalo ity : «Omeko veloma sy masina indrindra, ry tia findrafindra, Ry vorona jila sy tia riaria, fa vorona dia…» (Lala Rosat, gazety «Tanamasoandro», laharana 1564, 20 sep.1938).Fa mbola hafakely kokoa ity hainteny nataon-dRainizanabololona ity : «He ! rankizy, miandry fody eny am-balamparia ! He ! Ry zaza mikopa-damba miaro vary vokatra ! Aza miteny mahery, rahavana, fandrao manaitra ny voronay mbola sondriana ; ary aza mafy fiantso, sombin’aina, sao manabataba ilay fitatra tsy fohazi-matory. Tsy mba ny fody liam-bary vokatra anie iny, fa ny sorohitra mitsimpona ny latsaka ilalana. Iny no voro-miaingitra, voro-miangola, ka tsy mioty afa-tsy ny an-tendronkazo, ary tsy maka afa-tsy anoin-tsarotra. Iny no voro-mihaja, voro-miangoty, ka tsy tia ny ankabetsahana, tsy afa-pon-java-mitovy ; fa manana ny azy voafantina izy, ary mitoetra amin’izay notsongainy. Koa aza manasa-tena miheby izay tsy nokasainy ; ary aza sahirana miaro izay tsy heveriny. Ny tian’ny fony, hono, voatahiry an-karom-pito sosona ; ary ny mamin’ny kibony, voarakitra any saro-tadiavina, ka raha tsy ny tiana tsy amborahan-drakitra afenina. Sahondra maniry enyan-tampon’Ivodivato, hono, izy, rahavana, ka na viza-manombana aza Angavokely, ary sasa-manelatra ny eny Fody, dia tsy vaky vony hivelatra izy raha tsy midona tokana ny oran’Ankaratra» (gazety «Lakolosy volamena», laharana 109, 19 aprily 1912 ; nindramiko tamin’ny «Takelaka Notsongaina», nangonin’i Siméo Rajaona, Boky voalohany, takila 32).Angavokely sy Ifody, dia samy tendrombohitra ao akaikin’Ambatolaona, ao Imerina atsinanana. Ifody no nahatonga ny tanàna sy ny gara amin’ny lalamby Antananarivo-Toamasina, ho «Ambodinifody». Ivodivato dia any amin’ny faritra avaratra-atsinanan’Imerina, akaikin’Imangamila, eo amin’ny 60 km miala an’Antananarivo mihazo ny lalan’Anjozorobe. Fa raha Ankaratra sy Andrindritra indray dia tendrombohitra mamaritra an’Imerina atsimo sy avaratra ka tsy afaka teo am-bavan’ny Ntaolo : «Ankaratra iraisana, Andringitra iombonana ; Ankaratra fisehoana, Andringitra filalaovana» ; «ranomason’Andringitra, fendrofendron’Ankaratra : erika sy zavona ihany».Maro adidy Ankaratra, hoy ny «Tantara ny Andriana», araka ny fomba tsipelina tamin’izany andro izany, taona 1873 : «zavon’antoandro, Ankaratra hiany ; havandra vaventy, Ankaratra hiany ; rano miely amy ny ambaniandro, Ankaratra hiany ; afovoany ny tany, hiany ; avo indrindra amy ny izao tany rehetra izao, Ankaratra hiany» (takila 15).Misy tononkalon’Ny Avana, «Asakasakareo» (22 mars 1912), mampifanindran-dalana ireo tendrombohitra roa tsy afa-misaraka ireo : «Erinerina, Ankaratra ihany ; Olonolona, Andringitra izany». Io ilay tononkalo nasian’i Ramaroson Wilson feo ka lasa hira malaza : «Dobodoboka fomban’amponga, Tabataba ny maro kilonga, Horakoraka anjaran’akanga, Kalokalo fanaom-boromanga, Siontsioka fanaon-tsarivazo»…Ny vintsy tsy miakatra am-paria, ny fody tsy diso am-parihy. «Tsiriry sy arosy tsy miara-parihy, tsikirity sy fody mpiray lohasaha», «sorohitra tsy zatra ala», «arosy natakalo vorondreo, tsiriry natakalo vorompotsy, angaka natakalo toloho»… Maro ny voronkely fa ny fodilahimena no mahavantana.«Ny mason’olona tia zahazaha, Fa be randram-bao eto ambonin’ny tany» (tononkalo «Ohabolana», gazety Ny Telegrafy, laharana 215, 8 janoary 1925). Ny fody kosa no mihebiheby maso, mangala-pijery havia, miherika havanana : tahotra ny tora-bato sy ny fandrika hanambotra. Tsy tapitr’izay, tafatodika ivoho ; pihi-maso indray, kopak’elatra ery.«Ry vorona ery ! Ry rivo-mandalo !», hoy ny antson-dRabearivelo ao amin’ny «Fo Mitohy». Aza ny fody, hono, anefa, no hafarana, fa raha mahita vary izy, mipetraka. «Vorom-bary» tokoa ka nahavitan’ny taloha hira : «ny olona no sasatra teto, ny tenany manko no namafy, ny dinitry ny tavany ao, ny ainy nisy niala nankao, ny fanantenany natobany ao, koa nahoana ry fody, ianareo tsy nisasatra, ianareo tsy nifofotra, ianareo tsy nively vy, no hitsindroka ny vary ? »Ry vorona ery… Ry vorona jila sy tia riaria…fa vorona dia..

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Un adultère qui dégénère

Comme la dernière Note le rapporte, Pronis prend pour épouse légitime la fille d’un roitelet de l’Anosy, une belle princesse du nom d’Andria-Ravelo. Une bonne politique de colonisation, mais cela ne satisfait pas du tout ses hommes à qui, en outre, il impose toutes sortes de contraintes pour favoriser sa belle-famille et ses esclaves. Ils se révoltent et il se retrouve en prison. Il y sera resté longtemps, sans l’arrivée du capitaine Le Bourg qui le libère cinq mois plus tard.Mais à peine Pronis retrouve-t-il la liberté qu’il a l’amère désillusion d’apprendre ses infortunes conjugales. La belle Ravelo met à profit ses vacances imprévues pour tromper« abondamment son seigneur et maitre ». Urbain-Faurec raconte : « Un beau gaillard du nom d’Andrian-Rajao, véritable don juan de l’Anosy, régnait alors sur les cœurs des dames de Fort Dauphin où ses succès amoureux étaient innombrables. Il n’était femme ou fille de grand qui eut osé repousser ses avances de peur de le désobliger… »Dès qu’il apprend que Pronis vient d’être emprisonné, Rajao se souvient qu’il a à régler avec lui un vieux compte conjugal. En effet, deux ans plus tôt, sa propre femme, Rafitana, cédant aux galantes instances du gouverneur, « avait ridiculisé le pauvre époux ». Assuré que Ravelo est désormais sans protection, Rajao n’a de cesse que de faire subir à son rival la loi du talion.« À vrai dire, le siège de l’épouse du premier gouverneur de Madagascar ne fut pas long ; Andrian-Ravelo tomba vite dans les bras du sombre bellâtre ; elle le fit avec toute la spontanéité, l’ingéniosité et la fougue que l’on accorde aux filles des Tropiques. » Les choses auraient pu en rester là si le principal intéressé est laissé dans l’ignorance de sa mésaventure. Mais la liaison de Ravelo et de Rajao défraie la chronique scandaleuse de la garnison, heureuse de voir « mis au pillage » l’honneur d’un chef détesté ».Informé dès sa sortie de prison, Pronis jure de tirer une « vengeance éclatante ». Mais Rajao quitte aussitôt Fort Dauphin pour se réfugier sur le territoire de Fanisera où règne son frère Andrian-Ramaka. Il sait que ce dernier est, depuis longtemps, l’ami et l’allié des Français, et il compte par son intermédiaire apaiser la rancune de Pronis. Et justement c’est à Ramaka que Pronis demande la tête du fugitif. « Une tâche très délicate que de faire exécuter son plus proche parent, même pour satisfaire l’amour-propre d’un grand chef trompé ! »Aussi Ramaka essaie-t-il de tergiverser dans l’espoir de voir Pronis se calmer. Mais celui-ci passe aux actes, envoie douze soldats à la poursuite du coupable et l’un d’eux, Saint-Martin, réussit à gagner la confiance de Rajao et en profiter pour lui tirer à bout portant. Rajao qui reçoit toute la décharge dans la joue, se laisse glisser au bas de la falaise où il s’est réfugié et feint la mort au point que les soldats rentrent au Fort pour annoncer sa mort.Mais quelque temps après, Pronis apprend que son rival a échappé au guet-apens, envoie quatre autres soldats qui, n’arrivant pas à le rattraper, tuent son beau-père et remettent à Ramaka l’ultimatum du gouverneur : s’il ne lui livre pas la tête de Rajao, il lui déclarerait la guerre ainsi qu’à tout le pays. Comprenant que toute la famille risque d’y passer, Andrian-Ramaka laisse jouer la raison d’État.« Au petit jour d’un matin de novembre 1647, un émissaire parut sur la grande place de Fort Dauphin et, d’une corbeille de jonc, tira la tête exsangue de Rajao et la fit rouler aux pieds de Pronis. » Et « voulant faire preuve de bonne volonté à l’égard du gouverneur, il y ajoute même celle d’un inconnu, « obscur et vague comparse de Rajao ».L’honneur  conjugal du maitre de la Colonie est vengé, mais femmes et filles du pays portent dans leur cœur le deuil de leur idole. Et surtout, de l’autre côté de la frontière, Andrian-Ramaka jure : « Par adresse ou par surprise, il fallait exterminer tous les Français, comme pères et aïeuls avaient fait autrefois des Portugais. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles