Les actualités à Madagascar du Mercredi 01 Janvier 2020

Modifier la date
La Vérité0 partages

Ivato - Un gendarme élimine son présumé rival d’une balle

Scène tragique de jalousie au jour du Nouvel an, vers 2h du matin dans la localité d’Ivato. Un homme, encore jeune, a été assassiné. Un gendarme lui avait tiré dessus, presque à bout portant, pulvérisant ainsi la tête de la victime. Une plaie béante a pu être observée à l’endroit. D’après l’information, le gendarme en cause serait alcoolisé lorsqu’il a commis l’acte dans un bar. Il n’aurait pas supporté de voir son présumé rival en train séduire sous ses yeux sa compagne supposée, qui n’est autre que la tenancière de ce bar.

 

Une source auprès de la famille de la victime, n’a pas caché son indignation et n’arrive pas à comprendre pourquoi le membre des Forces de sécurité en question, était autorisé à porter son arme de service alors qu’il ne portait pas sa tenue réglementaire.

Sitôt informé sur le drame, le haut commandement de la Gendarmerie nationale a réagi. Dans un récent communiqué sur son site Internet, elle a fait savoir que le gendarme en cause aurait été déjà arrêté, et que son arme de service confisquée. De son côté, le secrétaire d’Etat à la Gendarmerie (SEG) a émis une autorisation de poursuite. Après l’enquête d’usage, l’affaire sera bientôt déférée au Parquet.

Hier, le corps de la victime avait été autopsié à l’HJRA, Ampefiloha. Par ailleurs, ses proches se sont occupés des formalités nécessaires à cet effet.

Franck R. 

La Vérité0 partages

Les grands procès attendus en 2020 - Affaire Mbola Rajaonah

Alors qu’on les a attendus depuis l’année dernière, ce n’est que dans le courant de cette nouvelle année 2020 que certains grands procès seront au rendez-vous. A la barre, des personnalités dont les noms ont défrayé la chronique pour abus et fraudes durant l’ère H. Rajaonarimampianina. Et pas des moindres. Un ex-conseiller spécial (encore) du Président sortant et non moins opérateur économique, en l’occurrence Mbola Rajaonah devra être bientôt jugé.  Il sera dans la gueule du Pôle anti-corruption (PAC) des 67 Ha.

 

Après son arrestation par les hommes du service anti-gang de la Police en février 2019 à Antsahabe, l’ex-conseiller spécial de H. Rajaonarimampianina et non moins opérateur économique a été placé en détention provisoire à la maison de force de Tsiafahy et ce, pour diverses incriminations. La première concernait une émission de chèque sans provision au nom de l’entreprise Tafaray dont le sieur Rajaonah fut l’un des actionnaires il y a deux ans de cela. Ayant déjà comparu à cet effet, le PAC a pourtant relaxé Mbola Rajaonah pour renvoi des fins de poursuite comme motif.

Mais il y a bien pire car il a de nouveau eu mailles à partir avec le Pôle anti-corruption à propos d’un autre dossier bien plus sale car ayant trait cette fois-ci à une accusation d’abus de biens sociaux et de blanchiment de capitaux.

Ce directeur dénéral de la société de transit Tafaray avait été ainsi auditionné au Parquet du PAC vers mi-février 2019. Il serait impliqué dans une affaire de trafic des ressources du pays lors de l’épisode du bateau Flying,  ce navire ayant été intercepté par les Forces de l’ordre au large d’Antalaha en novembre 2018. Durant leurs auditions, les membres de l’équipage de ce bateau, composés essentiellement de ressortissants  chinois, n’ont fait aucune réserve pour mentionner Mbola Rajaonah comme ayant orchestré le trafic. Il est également poursuivi pour divulgation non autorisée d’informations confidentielles lors des perquisitions effectuées dans son domicile à Ambohimahitsy et dans son bureau à Antsahabe. Enfin et surtout, il y a cette triple accusation liée à la corruption, l’abus de biens sociaux et au blanchiment d’argent.

 Mais cette fois, il y a plus grave. Concernant la fraude douanière dont on l’incrimine, l’affaire remonte en 2016 et dans laquelle le sieur Mbola Rajaonah, par le biais de Transit Tafaray, société lui appartenant mais aussi par deux autres entreprises de transit prévues pour pallier les activités de T. Tafaray mais qui sont aussi ses propriétés, a été accusé d’avoir fait sortir frauduleusement au port de Toamasina des huiles alimentaires (dont une TVA de 20 % et des droits de douanes de

20 %) dont la valeur est énorme, selon l’information. Des témoins ont parlé de vague d’arrivées de conteneurs dans ce port. Ainsi, M. Rajaonah et consorts déclarent à la place de ces huiles des sacs de ciment dont une TVA de 20 % et des droits de douanes de 5 %. Cependant, la valeur qui est la base taxable est très basse par rapport à celle des huiles alimentaires. Le côté frauduleux se traduit donc par les fausses déclarations où les huiles alimentaires ont pris la place du ciment. Or, ces huiles alimentaires sont des marchandises importées mais dont le suspect aurait payé seulement 1/5 des taxes dues. Ces produits frauduleusement importés auraient été destinés à être revendus par des négociants indo-pakistanais de la place.

Pour l’heure, la date du procès n’a pas été communiquée. En attendant, l’ex-conseiller spécial auprès de la Présidence de la République, connu et reconnu comme étant proche du couple Rajaonarimampianina, séjourne à Tsiafahy.

La Vérité0 partages

Perspectives 2020 - Les grands rendez-vous du sport malagasy

Jeux Olympiques

L'année sportive 2020 sera particulièrement riche pour Madagascar. Les  Jeux olympiques de Tokyo, 22 juillet au 8 août seront  le plus grand rendez-vous planétaire de cette année. Et Madagascar figurera parmi les pays participants à cette joute.

 

Football

 Le 7 janvier prochain, la Confédération africaine de football décernera les CAF Awards à Hurghada, station balnéaire égyptienne qui jouxte la mer Rouge. Sur les trois nominations, meilleurs joueurs par le biais de Carolus Andriamahitsinoro, de meilleur coach avec Dupuis Nicolas, les Barea Madagascar figurent parmi les finalistes pour le titre de meilleure équipe africaine qui sera décerné à cette date-là. Les Barea de Madagascar affrontent l’Algérie, championne d’Afrique en titre, et le Sénégal, finaliste malheureux de la Coupe d’Afrique des Nations dans la catégorie de "meilleure équipe de l’année" des CAF Awards 2019.

Rappelons que les Barea de Madagascar auront des rendez-vous phares cette année. Après le tirage au sort prévu le 21 janvier, la Grande île connaitra ses adversaires pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de Qatar en 2022.  Le premier match éliminatoire aura lieu au mois de mars pour l’équipe nationale malagasy tandis que celui deuxième vers la fin du mois de juin.

Trois mois après, cette fois-ci pour  la qualification à la CAN 2021, les Barea retrouveront la Côte d’Ivoire à domicile le 8 septembre pour le compte du match retour tandis qu’Abel Anicet et sa bande défieront les Eléphants de la Côte d’Ivoire à Abidjan le 31 août.

Rugby

Les Makis de Madagascar affronteront la Namibie le 28 juin à domicile pour la deuxième journée de la Coupe d’Afrique des Nations dans la Poule A. Avant cela, Madagascar doit disputer son premier match à l’extérieur le 13 novembre contre la Zambie. L’objectif des Makis est de terminer premiers de la poule (A), synonyme d’une qualification en demi-finale.

Les Makis jeunes disputeront également le Championnat d’Afrique du 1er au 6 avril 2020 qui se déroulera à  Madagascar.

Tennis

Les jeunes raquettes des moins de 14 ans et moins de 18 ans seront respectivement sous le feu des projecteurs en février et en juin durant la 3e édition de ces deux circuits mondiaux ITF à Madagascar.

Basket

Le basket malagasy, candidat à l’organisation de l’Afrobasket U18, attend le verdict de la Confédération africaine. Madagascar a une très grande chance de se voir confier cette organisation après les six Afrobasket organisés sur le sol malagasy.

Athlétisme

Le sommet africain à Alger du 24 au 28 juin est au programme. L'année sportive 2020 sera particulièrement riche pour l’athlétisme à Madagascar. Aux moins six grands évènement vont faire vibrer la discipline de base malagasy. Au mois de mars, la Fédération malagasy d’athlétisme aura  aussi en ligne de mire le championnat d’Afrique de Cross-Country à Lomé. Le vainqueur du championnat de Madagascar du 8 février à Antsirabe représentera le pays à ce rendez-vous continental. En mars et avril, nos athlètes seront au rendez-vous du meeting de Maurice et de La Réunion. 

La Vérité0 partages

Perspective 2020 - Un nouvel élan de l'économie

Une année propice et pleine de succès en vue. L'exécution du budget de l'Etat a suivi un rythme normal dans la loi de Finances 2020. En effet, la loi de Finances 2019 a été retardée à cause de l'attente des diverses nominations et l'ajustement du budget de l'Etat à la nouvelle politique du Gouvernement. Pour 2020, les objectifs sont déjà clairs concernant le budget étatique. Par ailleurs, cette année connait également une redynamisation de l'économie grâce à l'amélioration du climat des affaires.

 

Taux de croissance économique de 5,5 %

Pour l'année prochaine, le Gouvernement apportera un nouveau souffle à l'environnement économique de Madagascar. Dans la loi de Finances 2020, celui-ci affiche sa détermination d'atteindre une croissance économique à hauteur de 5,5 %. Par rapport au taux de croissance de 5,2 % estimé dans la loi de Finances rectificative (LFR) 2019, ce taux révèle une ambition d'asseoir l'économie sur un socle stable. En 2019, le Gouvernement a consacré 60 % de son budget aux infrastructures. Les perspectives établies pour la croissance et l'inflation sont respectivement de 5,5 % en 2019 et 6,2 % en 2020. Ce taux d'inflation devrait connaître une baisse progressive d'ici 2023, tandis que les investissements tant publics que privés seront renforcés pour booster la croissance. L'amélioration du taux de pression fiscale de 11,5 % figure parmi les mesures préconisées pour atteindre l'objectif visé.

Risques et défis

Selon la note de conjoncture économique publiée en octobre 2019 par la Banque mondiale, l'accélération des réformes génère une croissance supérieure à cette prévision, mais les risques à la baisse se profilent. Ces risques incluent un ralentissement économique des partenaires commerciaux comme la guerre entre la Chine et les Etats Unis, laquelle a impacté les échanges commerciaux dans le monde. Pour les dépenses publiques, la persistance des pertes d'exploitation de la JIRAMA et le retard dans la mise en œuvre d'un plan de redressement financier pourraient accroitre les transferts publics et les risques de difficulté financière. C'est également le cas pour la compagnie Air Madagascar dont les dettes envers les compagnies pétrolières et les dettes commerciales sont des sources de risque.

AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES

De l'industrie locale 

Promouvoir le label « Vita Malagasy ». Le Gouvernement contribue encore à l'instauration d'une croissance forte et soutenue et ce, en réhabilitant les industries locales. L'objectif consiste à produire localement tous les besoins du pays et d'augmenter les valeurs ajoutées du pays aux revenus tirés des produits transformés. Les industries d'Etat en difficulté tels que SECREN, SUCOMA, SIRAMA, Huilerie de Nosy Be seront remises en état afin de participer conjointement au projet d'industrialisation agroalimentaire de Madagascar. Le but étant de stimuler les exportations et de fournir au marché local des produits de première nécessité (PPN), actuellement dominés par les produits importés.

… aux investissements directs étrangers

L'installation du géant du fastfood américain « Kentucky Fried Chicken (KFC) » témoigne l'amélioration du climat des investissements à Madagascar. Le Président de la République malagasy lui-même a inauguré, le 18 novembre dernier, l'entreprise située au Tana Water Front, Ambodivona.  Le groupe Eclosia, leader dans le domaine de l'élevage avicole, détient la franchise KFC à Madagascar. Un deuxième restaurant ouvrira ses portes prochainement, d'ici avril 2020 à Akoor Digue, Andohatapenaka.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Fête du Nouvel an - 3 morts et plus de 125 consultations, selon un bilan de l’HJRA

Comme à chaque période de fin d’année, l’HJRA à Ampefiloha publie un bilan des victimes durant les festivités de la Saint-Sylvestre 2019-2020, toutes causes confondues, et du moins provisoirement. Ainsi, on a enregistré 3 morts et plus de 125 consultations entre le 31 décembre 2019 et le 1er janvier 2020. Notons que le chiffre est en légère baisse par rapport à l’année précédente où l’on a enregistré 196 consultations médicales.

 

Le service des urgences de cet établissement hospitalier de la Capitale, a enregistré un mort. Le concerné aurait succombé d’une maladie dès avant même son arrivée à l’HJRA. Quant à la seconde victime, il s’agit de cet inconnu, tué d’une balle vers 1h du matin à Ivato. Enfin, le troisième est un homme d’une vingtaine d’années, décédé à la suite d’un excès de boisson alcoolisée.

Pour le reste, les blessures liées aux accidents de la circulation, ont été assez nombreuses. Elles atteignent 30 victimes. La moitié de ces blessures proviennent de la terrible collision survenue vers la fin de l’après-midi sur le By-pass. Un minibus Mercedes Benz Sprinter s’était télescopé avec une voiture particulière, faisant au moins 15 blessés. Le fait que les deux véhicules avaient été projetés chacun de leur côté dans le marais qui borde la chaussée, ainsi que les dégâts constatés, témoignent de la violence du choc. Outre cela, plusieurs autres personnes ont été victimes d’accidents de moto, et la plupart auraient bu.

Les accidents à responsabilité civile constitués de violence en tout genre, ou autres coups et blessures volontaires, ont également fait beaucoup plus de victimes, soit 41 au total. Sans doute, l’attaque à main armée survenue vers 20h, le 31 décembre 2019 à Ambatolampikely, fut l’un des cas les plus spectaculaires. 8 individus en cagoule ont pris d’assaut le foyer d’un particulier, faisant au moins un blessé grave. Là, c’est un chef de famille qui a payé le plus lourd tribu à cette violence de bandits. Ces derniers ont volé 5 millions d’ariary chez les victimes.

Le nombre de personnes malades à cause des intoxications diverses a également été assez faible par rapport à l’année dernière. Au service de la réanimation médicale (REAMED) de l’HJRA, il n’y avait que 5 consultations enregistrées entre le 31 décembre 2019 et le matin du 1er janvier 2020, précisément à 8h. A part donc le décès de ce jeune homme à la suite d’un coma éthylique grave, seule une femme assez âgée a dû être hospitalisée pour abus d’alcool. En revanche, aucun cas d’intoxication alimentaire, n’avait pas été encore enregistré. « Souvent, c’est deux ou trois jours après les fêtes que des patients viennent pour une consultation auprès de la réanimation médicale. C’est dans cette période que les excès en tout genre se font ressentir », déclare le docteur H., médecin de garde. Effectivement, nous avons fait le constat nous-mêmes. Sur place, vers le milieu de la journée du 1er janvier dernier, les patients ont commencé à affluer dans ce centre hospitalier. A cet effet, les équipes médicales ont été particulièrement renforcées pour faire face au pire.

F. Roland 

La Vérité0 partages

2020, année d'envol !

A l'occasion du Nouvel an, qu'il nous soit permis, toute l'équipe du Journal, de vous féliciter et par la suite vous souhaiter plein de succès et de bonheur pour 2020. En cette année qui débute et qui s'annonce prometteuse et fertile, que le pays puisse se débarrasser pour de bon de ses démons de la malédiction.

 

L'année 2019 qui, de vie à trépas, vient de nous quitter a permis aux nouveaux dirigeants de jeter les bases des actions à entreprendre et ce pour l'épanouissement réel des 25 millions de Malagasy. De ce fait, Rajoelina Andry et son équipe ont dû retrousser les manches au vu d'implanter une solide fondation sur laquelle sera érigé pratiquement l'édifice du développement durable du pays. Des négociations respectant la dignité de l'Homme auprès des paysans concernés par les travaux ont été menées et serons bouclées incessamment. Des inaugurations des premières pierres effectuées. Les derniers préparatifs avant actes fins prêts. Des finalisations des dossiers de financement ficelés. En dépit des bâtons jetés ici et là, il ne reste pour la plupart des cas qu'à donner le signal de démarrage effectif sinon le décollage certain.

L'année 2020 qui pointe son nez verra ainsi la mise en œuvre de grands projets présidentiels consignés dans la Politique générale du Gouvernement selon l'esprit et la volonté de l'IEM et en vertu du « Velirano ».

Tana-Masoandro, la ville nouvelle, démarrera. En dépit des tentatives diaboliques des « ennemis » de la Nation, l'extension de la Capitale vers l'axe ouest aura lieu selon le planning établi. C'est une nécessité impérieuse pour venir en secours à une ville asphyxiée. Les autres grands chantiers de la même taille, genre Miami du grand port de l'Est, auront également le même sort.

La construction de logements aux loyers modérés destinés aux familles à revenus modestes, dans chaque ancien chef-lieu de province ou autres grands centres urbains, ne tarde pas non plus à démarrer. Il s'agit d'une initiative présidentielle qui s'inscrit dans le cadre de l'amélioration des conditions d'habitat des agents publics ou privés dont les faibles revenus ne leur permettent pas de se procurer d'une habitation convenable.

La dotation des infrastructures sportives « manara-penitra », tels les terrains synthétiques aux normes internationales dans tout Madagasikara, sera effective en cette année nouvelle. Quand le sport va, le pays va !

Le monde agricole connaîtra un essor significatif. Etant la base de l'économie, l'agriculture est vouée à s'épanouir et capable de subvenir aux besoins quotidiens du monde rural constituant les 80 % de la population.

Ces quelques points que nous venons de relever figuraient dans le discours de fin d'année du Président de la République. Cependant, il nous paraît plus qu'important de mettre en relief certaines conditions sine qua none pour que l'année 2020 soit vraiment une année d'envol. De notre humble avis, Rajoelina Andry doit revoir la liste des hommes et des femmes appelés à continuer la route avec lui. Du rang de ministre jusqu'aux techniciens à tous les niveaux, la compétence s'avère incontournable. La période d'essai est révolue. On attend avec foi les appréciations du Chef de l'Etat sur la prestation de chaque membre du Gouvernement. Pour beaucoup d'observateurs, le remaniement semble inévitable. Certains ministres peinent à maîtriser les arcanes de son département. Ils ne méritent plus de continuer.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Année 2020 - 60ème anniversaire de l’indépendance et décentralisation feront bon ménage

Madagascar célébrera cette année le 60ème anniversaire du retour de son indépendance. Le Président Andry Rajoelina a déjà annoncé que les Malagasy fêteront autrement cet événement à marquer dans les annales historiques du pays. Ce seront des festivités en grande pompe ayant leurs particularités jusqu’au niveau des « Fokontany ». Des dignitaires venus des pays amis seront invités au traditionnel défilé militaire au stade de Mahamasina, le 26 juin. Les Forces de défense et de sécurité seront dotées, en effet, d’équipements modernes dignes de notre ère.

 

Dans la même perspective, l’achèvement de la reconstruction du palais d’Antananarivo, un lieu hautement symbolique, est prévu avant cette date. Il en est de même de l’aboutissement du processus engagé depuis juin 2019 en vue de restituer les îles malagasy à Madagascar. Les consultations sur fond d’élan nationaliste, qui se sont déroulées à Ivato du 9 au 11 décembre, devaient porter leurs fruits. Il est à juste titre question de souveraineté nationale et d’intégrité territoriale pour les générations actuelles et celles à venir.

La consolidation des acquis de la décentralisation effective pour l’émergence véritable de notre pays s’élance cette année. Cette entreprise de taille s’appuie sur les résultats du vote du 27 novembre. Les nouveaux dirigeants municipaux/communaux sont les piliers à la base de la décentralisation émergente tant prônée par le régime. L’Etat a intérêt à renforcer leurs compétences. Pour ce faire, l’administration dispose de dispositifs juridiques et de ressources nécessaires. Il suffit de les mettre en œuvre à bon escient.

La plupart des conseillers et maires méconnaissent les textes régissant leurs fonctions. Pour les régions, l’élection des chefs de l’Exécutif et des membres du Conseil s’avère urgente. Partant, les sénateurs ont le devoir moral et constitutionnel d’être encore plus proches des Communes et Régions. Mais la priorité serait pour certains d’entre eux de préparer la fin inéluctable de leur mandat. Les sénatoriales anticipées et les régionales se tiendront prochainement, à considérer la loi de Finances théoriquement en vigueur depuis hier.

M.R.

La Vérité0 partages

Salaire des fonctionnaires - 13 % d'augmentation offerte par le 13ème Chef d'Etat malagasy

Un beau cadeau de début d'année. Les fonctionnaires malagasy ont reçu une étrenne du nouvel an du 13ème chef de l'Etat en bénéficiant une augmentation de leur salaire à partir de ce mois. Une des grandes annonces du Président Andry Rajoelina lors de son discours de fin d'année concerne les employés de l'Etat. « Si auparavant, il est de coutume d'augmenter le salaire des fonctionnaires à chaque début d'année de 5 %, cette fois-ci on fera mieux », entame le Président de la République quand il a touché un mot au solde des fonctionnaires dans son discours de 50 minutes, tenu dans la soirée de mardi.

 

Il a par la suite joué sur les nerfs des milliers de fonctionnaires qui font marcher la machine administrative. « On ne l'augmentera pas de 8 % ni de 9 % ou encore 10, ni 11 % ou 12 %. L'augmentation sera 13 % et elle sera effective dès le mois de janvier », a proclamé le 13e Chef d'Etat malagasy depuis l'indépendance.

Candidat portant le N° 13 aux élections présidentielles de 2018, Andry Rajoelina continue à tenir ses promesses électorales après avoir fixé l'année dernière le salaire minimum à 200 000 Ar.  C'est la première fois que l'Etat procède à une augmentation non négligeable du salaire des fonctionnaires. Un geste qui va droit au cœur des concernés dont la majorité n'a pas caché la joie.

« Une augmentation de 13 %, c'est déjà quelque chose pour nous. Cela nous permet de supporter certaines dépenses quotidiennes. On remercie le Président de la République d'avoir pensé à nous, les employés de l'Etat, en cette veille fête », clame un fonctionnaire du ministère de la Population. Certes, selon lui, on demande toujours plus mais à mon avis, c'est un effort qu'on apprécie à sa juste valeur.

Notons par ailleurs que pour les fêtes, le Président de la République a offert 65 000 ariary pour chaque employé de l'Etat. Chaque fonctionnaire, nonobstant son statut hiérarchique, a reçu la même somme. Chaque Institution a reversé le montant selon sa convenance. Certains fonctionnaires ont ainsi reçu directement la somme en espèces tandis que certains ont obtenu des paniers garnis d'une valeur de 65 000 ariary.

Le Président annonce une série de grâces et réductions de peine pour les détenus, allant de trois à douze mois selon la durée de la peine, notamment afin de solutionner le problème de surpopulation carcérale.

Par ailleurs, le Président Andry Rajoelina est revenu durant son discours sur le bilan de sa première année à la tête du pays.  Le Chef de l'Etat est revenu sur ses voyages à l'étranger, la visite de Paul Kagamé, la visite du Pape François ou encore la suppression des subventions aux pétroliers. Selon le locataire d'Iavoloha, la première année de son quinquennat a été consacrée à poser les jalons. « Nous sommes en train de bâtir la grande maison de Madagascar », illustre-t-il pour parler des défis qui attendent le pays.

La dotation de matériels et d'équipements pour les Forces de l'ordre afin de lutter contre l'insécurité, la réduction du prix des carburants à la pompe, la construction d'infrastructures scolaires, la construction de logements décents pour tous, le soutien aux start-up, la réhabilitation d'infrastructures routières, maritimes et fluviales, l'électrification du pays, autant de « Velirano » que le Chef de l'Etat a déjà réalisé ou compte bien réaliser.

La Rédaction