Les actualités Malgaches du Samedi 25 Mai 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara15 partages

Acquisition illicite de terrains : Un Vice-président du Sénat et un Préfet impliqués

Le Bianco a été chargé de l’affaire.

Les dossiers se suivent mais ne se ressemblent pas au niveau du central et de la branche territoriale du Bianco. Et ce ne sont pas les preuves qui manquent.

Ainsi, au mois de juin de l’année 2017, la Branche Territoriale du BIANCO de Toamasina a été saisie d’une doléance dénonçant des faits suspectés de corruption commis par les responsables de la Circonscription Topographique (CIRTOPO) et la Circonscription Domaniale (CIRDOM) de Fénérive-Est, et ce, entrant dans le cadre du traitement des demandes d’acquisition illicite des terrains au sein de la réserve spéciale dénommée « Pointe à Larrée », située dans la Commune Rurale de Manompana, District de Soanierana-Ivongo.

Affaire douteuse. Un groupe d’individus composé de plusieurs fonctionnaires auprès du service de Topo et des Domaines de Fénérive-Est, ainsi que des autorités publiques en service auprès de la Région d’Analanjirofo de l’époque seraient impliqués dans cette affaire douteuse. Toujours est-il que toutes les procédures suivies dans le cadre des acquisitions de ces terrains seraient entachées d’irrégularités et d’abus divers. Aussi, la totalité des surfaces déjà morcelées illégalement à l’intérieur de ladite réserve s’élèverait à 146 hectares. Une surface non négligeable. Les investigations effectuées par le BIANCO auraient permis de réunir des indices graves et concordants sur des faits d’usage de faux, de détournement de biens publics et d’ abus de fonction contre un ancien chef de Région non moins sénateur, un Préfet, plusieurs Inspecteurs des Domaines, un Chef de Service Régional de l’Environnement, un Chef de Service Régional des Domaines, un ancien Directeur de Cabinet de la Région Analanjirofo, un Chef de Service Régional de la Topographie, un maire et un Chef « Fokontany ».

Poursuite. Le dossier a été transmis au Pôle Anti-corruption, hier, et la procédure est actuellement en attente au niveau du Parquet pour l’accomplissement des démarches nécessaires pour la poursuite du Vice- Président du Sénat et du Préfet. Une affaire qui ferait du bruit dans ladite localité, vu que pas mal de responsables locaux n’auraient pas les mains propres dans cette affaire. Faut-il rappeler que suivant les articles 2 et 3 du Décret N° 2004-937 du 05 Octobre 2004, le BIANCO, doté d’une indépendance et d’une autonomie opérationnelle et de gestion, est chargé de conduire la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Lutte Contre la Corruption. Il s’agit notamment de la mise en application de la législation anti-corruption, la prévention par l’élimination des opportunités de corruption dans le fonctionnement des systèmes du secteur public et privé et l’éducation des citoyens sur les effets néfastes engendrés par la corruption et l’incitation de la communauté à lutter contre la corruption.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara4 partages

Analakely : Vazaha nandona olona, saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Nikorontana indray Analakely omaly hariva. Andian’olona marobe no nitangorona nibahana ny lalana teny an-toerana. Ny sasany kosa nifanenjika tamina fiara tsy mataho-dalana iray, ary ny hafa nitora-bato. Voalaza fa nandona olona ity farany ary nitsoaka.

Tokony ho tamin’ny efatra ora tolakandro teo ho eo. Raha mbola sorena amin’ny fitohanana lavareny ny sasany amin’ireo mpitondra fiara no tampoka teo nisy andian’olona maro dia maro nikotaba. Velona ny « sakano, sakano ». Fiara tsy mataho-dalana iray no niezaka nitsoaka mafy ireto andian’olona ireto. Niala teo akaikina tranombarotra eletronika iray teny an-toerana, nihodina tany amin’ny lalana nihazo ny tsenan’ny Pochard, kanefa efa nisy olona maromaro niandry azy niaraka tamin’ny vato ihany koa tany. Niverina nidina indray tany Analakely ary nihazo ny lalana mizotra any Ambohijatovo. Saingy tsy afa-niala intsony raha tonga teo amin’ilay hôtely lehibe sy fivarotana pizza malaza iray. Raikitra teo ny tora-baton’ny olona. Efa saika ratsy ny fandehan-javatra raha tsy tonga haingana teny an-toerana ireo mpitandro filaminana niezaka nandamina ireo olona efa tezitra tanteraka sy nitondra ny mpamilin’izany fiara izany niala teo.

Araka ny angom-baovao azo dia teratany vahiny ny mpamilin’io fiara tsy mataho-dalana io. Nandona olona teo amin’ilay toerana manakaiky ilay tranombarotra eletronika izy talohan’ilay fifanenjehana. Hitan’ny mason’ny rehetra izany, saingy ninia tsy nijanona ilay nandona ary mbola avo vava ihany. Teo no nanomboka ny fimenomenomana tamin’ireo olona nanatri-maso. Nisy ihany no niezaka nanatona ilay fiara saingy voalaza fa toa hoe izay rehetra nanatona ilay mpamily dia norarafany « bigboss » avokoa. Izay fihetsika izay no nampiakatra tanteraka ny hatezeran’ireo andian’olona, izay efa nanomboka nandray vato hitoraka ilay fiara. Nahita lalana teo anefa ity vazaha mpamily ary niezaka nitsoaka niaraka tamin’ny fiarany, ary io nifanenjehan’ny olona io. Araka ny fanazavàna azo tamin’ireo mpitandro filaminana omaly hariva dia efa voatazona ao Tsaralalàna ity terantany vahiny ity ary efa manomboka ny famotorana. « Tsy maintsy hisy ny fanadihadiana atao aminy, na io mahakasika ilay fitsoahana tamina loza nataony na io tamin’ilay filazàna fa hoe nampiasa herisetra, fitifirana « bigboss » ireo olona niezaka nanatona azy », hoy ny fanazavàna azo.

m.L

Midi Madagasikara2 partages

Nosy-Varika : Ady tany, tovovavy mpampianatra notondrahan’ny zanak’olomboafidy asidra

Taorian’ny fikasana hamono sy fanondrahana asidra ny mason’ i Vololoniaina Nomenjanahary Judianah, mpampianatra ao amin’ny EPP Mandanivatsy, ZAP Nosy-Varika, niseho tao an-tranony, ny 11 aprily lasa teo, izay nataona vehivavy roa zanak’olomboafidy ao Nosy-Varika, Rehefa nivoaka ny hopitaliben’i Mananjary nitsaboana azy i Judianah, ary voaporofon’ny dokotera mpitsabo maso, fa simba tanteraka lasa jamba tsy mahita intsony ny maso havian’ity mpanabe vao 22 taona monja ity, dia nametraka fitoriana teny amin’ny mpitandro filaminana ny niharam-boina sy ny reniny, ny 16 aprily lasa teo. Taorian’izay ihany koa anefa, dia nametraka fitoriana ireto zanak’olom-boafidy izay mpiofana ho « infirmière » ny iray, nilaza fa naratra voa mafy koa izy ireo fa notatahan’i Judianah tamin’ny « lame ». Ny 2 mey teo no niakatra Fampanaovana tao amin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany Mananjary ity raharaha disadisam-piarahamonina (adim-behivavy) ity, ka afak’omaly no nivoaka  ny didim-pitsarana. Nahazo sazy mihantona 5 taona sy mandoa onitra iray tapitrisa ariary ireo zanak’olomboafidy, ary mandoa onitra roa hetsy ariary kosa ilay mpampianatra voatondraka asidra. Raha ny vaovao voaray, dia resaka ady tany momba ny toeram-ponenana efa hatry ny elabe eo amin’ny ray aman-drenin’ireto tovovavy no fototry ny olana. Tsy nionona tamin’ny raharaham-pihavanana natao anefa ireto roa vavy zanak’olomboafidy, fa niditra an-keriny tao an-tranon’ity mpanabe ity, ary nila ady, ka rehefa nanda mafy tsy nanaiky hisotro ny ranon’asidra nentin’ireto zanaka olom-boafidy ilay mpampianatra, dia natondrak’izy ireo teny amin’ny tarehiny izany, ka voa mafy teo amin’ny masony i Judianah.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Observatoire Safidy sur les législatives : 32% des candidats ont distribué de l’argent !

L’observatoire Safidy de la société civile a présenté son rapport sur le dispositif d’observation des élections législatives dans 38 Districts, hier à Ambatonakanga. A l’issue, force est de reconnaître que nombreuses irrégularités ont été perçues durant la propagande.

Des chiffres clés. Au micro, Razanamahefa Stella explique et donne des chiffres: 95% des communes ont mis à la disposition des candidats des tableaux dédiés aux affichages. Néanmoins, 47% des candidats ont placé leurs affiches sur ou dans des lieux inappropriés. Et ce n’est pas tout. 13% des candidats ont été victimes de pression et de menace et les observateurs notent 14% de cas d’abus de pouvoir. Dans cette même optique, et la pratique (habituelle) reste la même et persiste, 32% des candidats ou de leurs représentants ont donné de l’argent et 5% des candidats ont  distribué d’autres dons. Ces cas ont été constatés dans les régions Diana et Antsinanana. Par ailleurs, et toujours dans ce cadre, 7% de la moyenne de la campagne électorale ont été effectués dans des zones interdites, en l’occurrence, les établissements scolaires, les camps militaires, les bureaux et bâtiments administratifs, ou encore les lieux de culte.

Faire fi. Enfin en ce qui concerne les médias, l’observatoire Safidy évalue que la RNM (R         adio Nationale Malagasy) n’a pas véritablement diffusé des débats politiques mais généralement des informations régionales. En ce qui concerne la TVM (Télévision Malagasy), l’observatoire Safidy estime que ce sont plutôt les autorités qui ont bénéficié d’une large couverture. Les deux principales chaînes nationales ayant fait fi des actualités ou des dossiers brûlants. Pour les médias privés, l’observatoire Safidy a trouvé que des débats politiques ont eu lieu mais que l’impartialité n’était pas au rendez-vous.

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Entrepreneuriat : Les femmes s’affirment… elles ont moins peur de l’échec

12,2% des femmes, des nouveaux entrepreneurs, sont propriétaires et gèrent leurs entreprises de moins de 42 mois.

L’entrepreneuriat féminin est un moyen de développement personnel avant d’être un moyen de subsistance.

En 2018, 12,2% des nouveaux entrepreneurs sont des femmes de 18 à 64 ans, tandis que les 9,6% sont des hommes. Ce qu’on peut lire dans le rapport sur les enjeux et défis de l’entrepreneuriat à Madagascar en 2018. En sa seconde édition et entrant dans le cadre du « Global Entrepreneurship Monitor », le document est le produit du partenariat entre l’INSCAE ou Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration d’Entreprises, de l’INSTAT ou Institut National de la Statistique et de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Voulant donner quelques éclairages sur l’entrepreneuriat féminin à Madagascar, le rapport note que les « intentions entrepreneuriales des femmes sont en hausse pour l’année 2018″. Soit, un taux de 39% comparé à celui de 2017 qui a enregistré un taux de 37% ». Une situation qui correspond à « l’émanation de l’affirmation des femmes dans le monde de l’entrepreneuriat », selon les dires de la professeur Claudine Ratsimbazafy, directeur général de l’INSCAE. Le rapport également de noter que « les femmes réussissent mieux que les hommes en affaires (…) elles sont plus résilientes« . Avant de faire savoir que les femmes entrepreneurs se distinguent « par le goût de l’innovation, un sens de l’opportunité plus aigües, l’importance accordée au réseau local, le focus sur le marché social, l’importance du rôle des parties prenantes, et enfin l’ancrage territorial ».

Entraves. Se basant sur la perception de l’entrepreneuriat féminin en fonction de la structure sociale et de la culture, le document de rapport sur les enjeux et défis de l’entrepreneuriat à Madagascar note que, « 26,3% des personnes enquêtées considèrent qu’il existe des entraves à l’insertion des femmes dans les affaires« . Ainsi, le monde économique « discrimine les femmes qui souhaitent entreprendre« . Une situation qui aurait comme origine « le poids culturel et la culture sociale en général » si l’on se fie aux explications du Pr Claudine Ratsimbazafy. Les femmes seraient également bloquées par le manque d’informations qu’elles ont sur les structures d’accompagnement. Les résultats des enquêtes menées dans le cadre de la production du rapport démontrent toutefois que « les femmes réussissent mieux dans leurs entreprises » malgré les difficultés, entraves et défis auxquels elles font face. Par ailleurs et d’une façon générale, l’activité entrepreneuriale serait présente de façon constante dans le quotidien des Malgaches. Pour cause, Madagascar « a le plus grand nombre d’entrepreneurs établis dans le monde avec un taux de 22,4%« . Et dont les femmes et les jeunes seraient particulièrement impliqués. Ce qui place Madagascar parmi les cinq premiers dans le classement mondial.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Agenda culturel : Samedi 25 mai ,Musique hors les murs aux « The Station » et « Kudéta Urban club ».

Que les amateurs de musique actuelle se réjouissent ! Cette demi-journée sera le grand rendez-vous des passionnés. Sept groupes se partageront l’affiche aux « The Station » et « Kudéta Urban club ». Kristel, Mashmanjaka, Loharano, Bradih, El3ktradam, Tsimihole et Atsi-mozika. Pour la première fois, trois acteurs importants de la vie musicale de Tana diffuseurs et découvreurs de talents, l’Institut français de Madagascar et le « Kudeta Urban Club » et le label Libertalia, s’unissent pour proposer au grand public, hors de leurs murs habituels, une véritable fête des musiques actuelles. Une programmation artistique exigeante  condensée du plus inventif de la musique contemporaine malgache, et une atmosphère conviviale favorisant le plaisir partagé de l’écoute, du groove et des rencontres. Véritable traversée musicale, hors des murs veut aussi, sept heures durant, abolir les frontières musicales, du rock à la musique électronique en passant par du RB au soul du Sud malgache…

Le Rnb de Rass au Dôme Ankorondrano

Plus que quelques heures et Rass illuminera la scène du Dôme Ankorondrano. Une bonne dizaine de chansons déjà sur les lèvres des inconditionnels, seront entonnées en chœur. Evidemment, les titres comme « Mbola ho avy », « Courir après le bonheur », « De passage » égaieront l’ambiance. Avec la présence de Johanne et Rak Roots, le public aura certainement le loisir de vivre en live le fameux « Demain ».

Dimanche 26 Mai

« Rindran-kira ho an’i neny » au CCEsca

Le cadeau parfait pour certaines ! Pour ces mamans du troisième âge, ou tout simplement de grands amoureux de l’âge d’or de la musique du kalon’ny fahiny, rendez-vous au CCEsca Antanimena. A l’affiche, Voahirana cette grande figure féminine de la variété malgache des années 70, Les cinq MR Razafy, Ny Alondrano et bien sûr, l’illustre Abel Ratsimba. Solo, duo, trio, ensemble, pas moins de 30 morceaux choisis constitueront le répertoire concocté spécialement pour toutes les mamans.

Bouquet musical à la Lalatiana à l’Arena Ivandry         

De passage dans la Grande Ile, Lalatiana en profite pour célébrer comme il se doit la Fête des mères. Une ribambelle de chansons avec un répertoire des plus alléchantes se profile à l’horizon. Les mamans seront particulièrement gâtées et se fabriqueront un beau souvenir avec cette grande du jazz malgache à l’Arena Ivandry. Au menu, les tubes de la chanteuse, les compositions d’Albert Rajaofara et les morceaux figurant sur ses albums.

MR/IH

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Des paquets d’héroïnes auraient été détournés.

Le 23 Mai 2019, l’incinération d’environ 21 Kg d’héroïnes, réparties en quelques sacs, a été annulée. Cette date a été fixée par la Justice après leur saisie, en Octobre 2018. Bien avant les opérations d’incinération, le Pôle Anticorruption, section d’Antananarivo a remarqué une anomalie. En effet, un paquet a été soumis à un test, le résultat s’est avéré négatif.
Un second test en laboratoire a ainsi été fait et le résultat est resté négatif. L’incinération a donc été annulée et une enquête est en cours. D’après le Président du Pôle Anticorruption, ceci pourrait être lié à des affaires de corruption et de détournement. Comme son Président l’a affirmé, il ne faut pas se focaliser sur la justice, mais aussi de considérer la possibilité de corruption au niveau de la Douane.
Madaplus.info0 partages

Madagascar pôle anti-corruption: Des paquets d’héroïnes auraient été détournés.

Le 23 Mai 2019, l’incinération d’environ 21 Kg d’héroïnes, réparties en quelques sacs, a été annulée. Cette date a été fixée par la Justice après leur saisie, en Octobre 2018. Bien avant les opérations d’incinération, le Pôle Anticorruption, section d’Antananarivo a remarqué une anomalie. En effet, un paquet a été soumis à un test, le résultat s’est avéré négatif.
Un second test en laboratoire a ainsi été fait et le résultat est resté négatif. L’incinération a donc été annulée et une enquête est en cours. D’après le Président du Pôle Anticorruption, ceci pourrait être lié à des affaires de corruption et de détournement. Comme son Président l’a affirmé, il ne faut pas se focaliser sur la justice, mais aussi de considérer la possibilité de corruption au niveau de la Douane.
Madagate0 partages

Mialy Rajoelina et les VBG. Traduction en français de son discours à Oslo

Honorable assistance,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis de la société civile.

Tout d’abord, permettez-moi de transmettre mes chaleureuses salutations au Gouvernement Norvégien, qui travaille depuis longtemps avec les organisations de la société civile. Permettez-moi également de souligner que la Norvège est l'un des plus grands partisans des organisations de la société civile dans le monde. C’est avec une grande humilité que je me présente devant vous aujourd’hui, pour prendre la parole devant des personnalités aussi importantes.

La séance intitulée «De la base au Gouvernement» s’accorde parfaitement avec mon parcours personnel en tant que fondatrice de l'organisation de la société civile appelée Fitia et en tant que Première Dame de Madagascar. Après le terrible cyclone dévastateur de Madagascar en 2010, j'ai créé une association apolitique à but non lucratifappeléeFitia, qui veut dire Amour. Fitia a été créée pour soutenir les personnes vulnérables, leur permettre de retrouver leur dignité et de faire en sorte que leurs droits fondamentaux soient respectés. Fitia s’efforce notamment de proposer des stratégies innovantes de lutte contre la violence sexuelle et basée sur le genre, y compris dans le cadre humanitaire.

Ma mission et mon travail de transformation dans le domaine de la violence basée sur le genre se sont récemment étendus, conformément à mes nouvelles responsabilités en tant qu'Ambassadrice du FNUAP pour la lutte contre la violence basée sur le genre et Présidente d'honneur de la Croix-Rouge Malagasy. J’ai officiellement renouvelé mon engagement de rompre le silence lors de la célébration de la Journée internationale de la femme et de la double célébration du 50èmeAnniversaire du FNUAP. Cela correspond parfaitement à ma récente mission en tant qu'Ambassadrice du FNUAP pour la lutte contre la violence basée sur le genre et le mariage des enfants.

Nos efforts communs en tant qu’organisation de base et gouvernement visant à éradiquer la violence basée sur le genre d’ici 2030, contribuerontde manière efficace à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable et à devenir l’Afrique que nous voulons être, comme l’indique l’Agenda 2063. Ensemble, en tant que société civile, nous ne pouvons être associés à aucune violation des droits de l'homme, y compris les droits des LGBT. Notre voix devrait être la clé de voûte pour mettre un terme à cette tendance globale et inacceptable vers plus de discrimination, plus d'inégalités et plus de souffrances, lesquelles touchent également une personne sur trois confrontée à la violence basée sur le genre.

Mesdames et Messieurs,

En tant qu'activiste de la société civile, j'ai constaté sur le terrain combien de femmes et d'adolescentes sont confrontées à plusieurs formes de violence – notammentpsychologiques, physiques et sexuelles – qui limitent leur développement. Toutes les formes de violence, nonobstant leur source, sont inacceptables. Elles constituentune violation des droits de l'homme. Malheureusement, dans de nombreuses régions d'Afrique, leur prévalence est élevée, en particulier dans les contextes humanitaires.

Pour mon pays, Madagascar, cela signifie mettre fin au fardeau de 30% de la population, qui souffre énormément de la violence basée sur le genre. Nous savons pertinemment que 30% des femmes Malagasy ont déclaré avoir vécu au moins un type de VBG, qui n’épargne aucune couche sociale. Les victimes sont des femmes et des filles des zones urbaines et rurales de toutes les régions de Madagascar, éduquées et illettrées, employées ou fonctionnaires, des femmes chefs d’entreprise ou des femmes au foyer. Mais il y a aussi des hommes et des garçons, et la moitié de la violence a lieu dans le cercle familial.

Plus de 55% des femmes ont été victimes d’une forme de violence à partir de 15 ans. Les agressions sexuelles représentent 45% des cas. Bien que l'âge légal du mariage soit de 18 ans, le nombre de mariages précoces augmente de manière alarmante à Madagascar. La fréquence est parmi les plus élevées au monde. Ce n'est plus acceptable et l’on devrait y mettre fin.

Chers amis,

Je suis vraiment reconnaissante que des événements tels que celui que nous vivons aujourd'hui existent. En fait, cela nous permet d’échanger des idées sur la manière d’avancer pour résoudre les problèmes. En tant que militante de la société civile, j'ai toujours été sensible et j'ai toujours accordé une grande importance à la dignité humaine, à la responsabilité civique en matière de droits de l'homme, à la santé des femmes et des enfants, à l'éducation, à la précarité des personnes vulnérables et à la préservation de l'environnement.

Pour continuer à réengager et même accorder plus d'attention aux survivants, en tant que Championne de la lutte contre la violence basée sur le genre, gardant mes racines en tant qu'OSC et ayant la possibilité, en tant que Première Dame, de plaider devant le gouvernement avec le soutien du FNUAP, j'ai pu :

- sensibiliser à la lutte contre la violence basée sur le genre en collaborant avec les survivants et les auteurs,

- Renforcer la capacité de la police à apporter une assistance dans les cas de violence basée sur le genre, notamment en plaidant en faveur de l'envoi d'un plus grand nombre d'unités spéciales à Madagascar afin de soutenir la réintégration économique et sociale des victimes; négociation avec le gouvernement en vue de l'adoption de lois contre la violence basée sur le genre, à la suite de deux réunions importantes que j'ai eues avec les ministres de la Justice, de la Sécurité publique et de la Population;

- mettre en place une structure de prise en charge et de soutien des survivants;

- étendre les zones d'intervention des brigades locales spécialisées dans la violence basée sur le genre sur le territoire national;

- mettre en place des tribunaux pénaux spécialisés dans les affaires de violence basée sur le genre, lesquels encouragent les femmes à s'exprimer et à dénoncer.

Il y a beaucoup à apprendre les uns des autres dans la lutte contre la violence sexuelle et basée sur le genre. Nous travaillerions sous toutes les formes de partenariats, du renforcement des capacités aux échanges, en passant par les meilleures pratiques, jusqu’à un éventuel soutien financier.

Encore une fois, merci sincèrement à vous tous. Notre implication et notre engagement pour cette cause réaffirment notre désir commun de sauver des vies humaines. Ensemble nous pouvons. Osons parler d'une seule voix.

Oui à la bienveillance, non à la violence.

Merci de votre attention.

Traduit par Hery Rakotoarijao

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra fizahantanyTsy ampy fahaiza-manao ny Malagasy

Atrikasa nandritra ny 3 andro hanamafisana ny traikefa sy ny fahaiza-manaon’ireo mpisehatra amin’ny fizahantany no notanterahina tetsy amin’ny Hotely Le Louvre Antaninarenina. Nifarana omaly alakamisy 16 mey ny hetsika ary mpandray anjara 70 teo no nandalo tao, nahitana ireo avy any amin’ny faritra. Lohahevitra 2 no novelabelarina sy nifampizarana omaly.

Ny maraina nahakasika ny fitaterana ary ny tapany hariva kosa niresahana ny valanjavaboary eto Madagasikara.  Fantatra tokoa fa maro ny toerana tena tsara sy manintona mpizahatany saingy olana hatrany ny fitaterana. Ny fitaterana ana habakabaka manokana dia nivoitra tao fa lafo ny sarany mankaty Madagasikara kanefa ela ny fombafomba ary tsy mifanaraka amin’izay akory ny tolotra omena ny mpizahatany. Tokony hisy fiofanana amin’ireo mpisehatra na amin’ny fomba fandraisana fotsiny ireo mpizahatany aza. Manginy fotsiny ny amin’ireo sehatra hafa izay tsy mamparisika azy ireny, tahaka ny sakafo, ny lalana, ny hotely sy ireo mpitaridalana (guides touristiques). Ilana fanatsarana avokoa ireo mba ahafahan’i Madagasikara milahatra sy mifaninana amin’ireo firenena hafa. Mahakasika ireo valanjavaboary tahaka ny ao Ranomafana, Masoala, Andasibe dia toerana tena manintona ny mpizahatany ireny ary anisan’ny ahafahana manao fizahantany avo lenta. Olana anefa ny tsy fahampian’ny fampahafantarana momba ny toerana ary na fantatra aza dia  mampihena ny mpizahatany ny faharatsian`ny fotodrafitrasa sy ny tsy fandriampahalemana ary ny tsy fanarahana ny fenitra iraisam-pirenena. Mbola vitsy ihany koa ny lalana vita tara (route goudronnée) ary maro ny faritra tsara tena mitoka-monina sy anjakan’ny fanakanan-dalana. Hampidi-bola be haingana ny fifotorana amin’io sehatra io raha manana finiavana ny fitondram-panjakana ary notsindriana mafy nandritra izao atrikasa izao ihany koa ny tokony hisian’ny fiaraha-miasa maharitra amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina. Ny teo anivon’ny “confédération du Tourisme de Madagascar” moa no tompon’antoka tamin’izao ary notohanan’ny Vondrona Eoropeanina amin’ny alalan’ny tetikasa PROCOM.  

Tsirinasolo

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : Dolys Randriamarohaja à deux doigts de claquer la porte

La situation se complique quant au devenir de la pétanque malgache tirée de deux côtés entre l’ancienne Fédération Malgache de Pétanque qui continue de clamer son existence légale malgré la suspension infligée par la fédération internationale, et la nouvelle Fédération des Sports Boules de Madagascar qui a du mal à se faire reconnaitre.

La pétanque à Madagascar va-t-elle être rayée de la carte ? Ce sera le cas si on n’arrive plus à s’entendre sur la conduite à tenir.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé, concède Dolys Randriamarohaja qui voulait tout arrêter, excédé par cette valse hésitation des responsables. Et il le fait savoir.

L’avis de Claude Azema ne pouvait, en aucun cas, prêter à équivoque quand il disait avoir retiré sa délégation et dénié tout pouvoir de représentation à la Fédération Malgache de Pétanque et a aussitôt accordé cette délégation à la Fédération des Sports Boules de Madagascar en lui conférant d’emblée tout pouvoir de représentation à Madagascar, y compris pour sélectionner et envoyer des équipes aux championnats continentaux ou mondiaux.»

Il n’accepte pas la proposition du Comité Olympique Malgache de s’ériger en comité de normalisation car ce n’est pas pareil comme au football même si c’est la FIPJP qui l’a nommé pour diriger la FSBM. D’ailleurs il s’étonne de l’implication du SG du COM alors que la pétanque n’est pas une discipline olympique.

De tout ce qui précède, Dolys Randriamarohaja, d’un ton amer, déclarait hier que si le problème venait de lui, il est prêt à tout arrêter. Ce qui ne serait pas aussi simple car il n’est pas exclu qu’en cas de démission de Dolys Randriamarohaja, la FIPJP opterait pour une suspension de la pétanque malgache tout court.

Or et comme le rappelait si bien Claude Azema, la pétanque est la meilleure arme pour permettre à Madagascar de briller dans toutes les catégories, hommes, dames et jeunes.

De fait, on a donc intérêt à voir la solution ensemble d’autant plus que le feu couve toujours à l’annonce de l’ancienne FMP de faire tenir sa grande finale pour permettre de désigner l’équipe qui ira à Lomé, au championnat d’Afrique. Décidément…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Tournées dans le cadre des fonctions présidentielles

Présider un conseil des ministres comme c’était le cas à Antsiranana, fait partie des attributions du chef de l’Etat.

Les déplacements du locataire d’Iavoloha s’inscrivent dans le cadre de l’exercice normal des fonctions du « Président de tous les Malgaches sans exception ». Du Nord au Sud. Et de l’Est à l’Ouest.

« Tout ce qui n’est pas interdit est autorisé ». Ce principe reconnu sur le plan juridique, est valable pour le président de la République qu’aucun texte n’empêche d’effectuer des tournées en province en période électorale. Ce n’est pas parce qu’il y a les législatives que les fonctions présidentielles sont suspendues. Qui plus est, l’actuel locataire d’Iavoloha entend rattraper rapidement le retard de développement du pays, comme il s’est engagé à le faire à travers ses « Velirano ». Pour ne citer que la réhabilitation de la RN 44 qu’il a confirmée à Ambatondrazaka. Ou encore la rénovation de la ligne ferroviaire Fianarantsoa – Manakara qu’il a réitéré hier dans la capitale du Betsileo. Et d’annoncer même l’arrivée avant la fin de l’année de deux locomotives avec des wagons pour mettre sur les rails – au propre comme au figuré – le TGV du développement.

Feu vert de la HCC. D’ailleurs, aucune banderole électorale n’a été brandie durant les déplacements du président. Pas plus qu’il n’a appelé à voter pour tel candidat ou contre telle liste. En tout état de cause, il ne pouvait interdire Untel ou Untel de s’afficher avec lui. Même la HCC a donné son feu vert en considérant que « l’utilisation de la dénomination « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » ne constitue pas une violation des dispositions de  l’article 49 de la Constitution ». Et ce, suite à la demande d’avis sur « le rapport entre l’utilisation par un groupement politique d’un slogan aux élections législatives et la violation des dispositions de l’article 49 de la Constitution ». Une demande d’avis déposée par le président de la République lui-même le 26 janvier 2019. Bien avant le coup d’envoi de la propagande pour les législatives pour lesquelles il peut légitimement aspirer à une majorité à l’Assemblée nationale afin de réaliser sa vision.

Interprétation stricte. En effet, en cas de cohabitation au niveau de l’Exécutif, le TGV du développement risque de se heurter à des obstacles. Les « adilahy politika » pourraient resurgir si le Premier ministre n’appartient pas à la majorité présidentielle issue du scrutin du 19 décembre 2018 qui a vu la nette victoire du candidat numéro 13. Lequel a promis durant la campagne présidentielle de revenir dans les régions qu’il a visitées après son élection à la magistrature suprême. Ses tournées actuelles vont dans ce sens. De toute façon, la loi électorale évoquée par certains, est d’interprétation stricte. « Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché », pour reprendre l’article 5 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

ENSOA : Kolonely Ratsarahevitra Andriamisetra no hitantana ny sekoly

Tontosa ny alakamisy 23 may 2019 teo ny famindram-pahefana teo amin’ny Jeneraly Rabotovao Emile, kaomandy teo eloha, sy ny Kolonely Ratsarahevitra Andriamisetra, kaomady vovaon’ny ENSOA na Sekolim-pirenen’ny manamboninahitra lefitry ny tafika. Marihina fa ity sekoly ity no sekoly tokana mpanofana ho manamboninahitra lefitra eo anivon’ny tafika malagasy. Mitondra aim-baovaoa ho an’ny fitantanana hatrany ny fifandimbiasan-toerana toy izao, hoy ny Jeneraly Rakotonirina Théophile, lehiben’ny Etamazaoro Jeneralin’ny tafika Malagasy, nanatrika sy nanome voninahitra ny ny lanonana. Ankoatra izay, hanamafy ny fiovana nentin’ny kaomady teo aloha ny mpitanana vaovao amin’ ny fanatsarana sy fanitsiana  bebe kokoa ny fampiofanana. Mila manamboninahitra lefitra matanjaka sy mahavaly ny iraka ampanaovina azy ny firenena. Izany no atao mba hananan’ny firenena antoka ho amin’ny fandriampahalemana. Marihina fa ny kolonely Ratsarahevitra Andriamisetra dia  nivoaka tao amin’ny andiany faha-22 tao amin’ny Sekoly manamboninahitra na ACMIL.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Grande Braderie : Les « Vita malagasy » de plus en en plus prisés

La Grande Braderie se poursuit aujourd’hui et demain au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina.

Les produits made in Madagascar sont manifestement les vedettes de la Grande Braderie de Madagascar. Plus particulièrement les produits d’hygiène ou alimentaire comme les savons, les pâtes alimentaires, les cafés, le thé… « vita malagasy » sont de plus en plus prisés par les visiteurs. Côté mode et accessoires, les entreprises malgaches comme Aigle d’or par exemple intéressent au plus haut point les visiteurs. Il y a également les meubles made in Madagascar qui sont de très bonne qualité. Par ailleurs, la promotion de la filière poulet et œuf se poursuit avec succès à la Grande Braderie qui, rappelons-le est aussi destinée à la fête des mères. Avec un rapport qualité-prix constaté dans les 250 stands, la Grande Braderie est le lieu par excellence pour trouver des cadeaux à offrir aux mamans. En tout cas, l’événement à ne pas rater de ce week-end, c’est la Grande Braderie de Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

FIM : Une foire multisectorielle

«Baolai» figure parmi les exposants de la FIM

La Foire Internationale de Madagascar se poursuit aujourd’hui au Forello expo Parc Tanjombato. Une Foire multi-secteur qui fait le bonheur des exposants et des visiteurs. Outre les industries locales qui représentent 50% des participants, les distributeurs des grandes marques internationales sont également très actifs durant cette manifestation. L’agro-business, le high-tech, les institutions financières, le traitement et la valorisation des déchets liquides et solides, les mines, la téléphonie, les transports aériens… figurent, entre autres secteurs exposant à la FIM. Dans le domaine de l’audiovisuel et de l’électroménager, «Baolai» figure parmi les exposants les plus visités, avec ses grandes marques chinoises qui sont très appréciées par les consommateurs. On rappelle que 35.000 visiteurs sont attendus durant la FIM.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Parvis Analakely : La CUA précise

L’affaire opposant la commune urbaine d’Antananarivo à la société « Le Zoma de Tana » continue de susciter des polémiques. Voulant mettre fin à ces polémiques, la CUA a réitéré hier sa volonté de « collaborer avec tout le monde, sans discrimination, notamment avec les opérateurs économiques et les promoteurs d’événements ». « Depuis 2018, il a été convenu entre la commune et « Le Zoma de Tana » que ce dernier utilise le Parvis de l’Hôtel de ville à Analakely chaque dernière semaine du mois. Cependant, pendant ce temps, celui-ci n’a pas payé les frais de location de cet espace, malgré la relance faite par la CUA et l’expiration du délai de grâce que la société en question s’est elle-même accordé. Le Zoma de Tana n’a pas honoré ses engagements, raison pour laquelle, la commune s’est trouvée dans l’obligation de suspendre le contrat de location du Parvis au dit locataire. », précise la CUA.

Notification. Se sentant lésé par la décision de suspension du contrat, « Le Zoma de Tana » a porté l’affaire devant le tribunal. Mais là où la CUA explique : « L’avocat de la société a déclaré qu’il y avait un verdict rendu par une juridiction et ordonnant le sursis à exécution de la décision de suspension du contrat prise par la commune urbaine d’Antananarivo. Mais la commune précise qu’elle n’est pas encore notifiée de ce verdict. » « Un pourparler a été entamé par les deux partis depuis mercredi. La CUA réitère que ses portes restent toujours grandes ouvertes à tout dialogue, notamment sur les questions relatives à la gestion de la Municipalité. », souligne un communiqué de la commune urbaine d’Antananarivo. A noter que la commune urbaine d’Antananarivo se soucie toujours de l’intérêt général dans tout processus de prise de décision.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Adonis Environnement : Près de 20 000 tonnes de déchets traités et valorisés chaque année

Les dirigeants de Adonis-Veolia accueillant les officiels lors de l’ouverture de la FIM. (Photo : Nary Ravonjy)

Le groupe Veolia s’est associé avec Adonis, en tant que filiale à Madagascar pour développer le traitement et la valorisation des déchets industriels au niveau de l’Océan Indien.

Valoriser des déchets d’hydrocarbures pour la production de fuel lourd. Adonis, un leader environnemental dans l’Océan Indien, est le seul à se lancer dans ce métier contribuant à la protection de l’environnement à Madagascar. Il est maintenant passé sous tutelle de Veolia, le leader mondial en matière de protection de l’environnement tout en contribuant au développement socio-économique des villes et des industries. En fait, « nous sommes spécialistes dans le domaine de la dépollution des sites contaminés, de nettoyage des stations, des cuves de stockages et bac pétroliers ainsi que des déchets industriels et de navires. Nous collectons également des déchets de matières plastiques qui seront broyés, puis traités en les exportant à l’étranger pour être ensuite réutilisés. En tout, nous traitons chaque année près de 20 000 tonnes de déchets tout confondu qui seront ensuite revalorisés. Nous incinérons également des déchets dangereux collectés comme des médicaments », a expliqué Patrice Wadley, le PDG de Adonis-Veolia, dans le cadre de la participation du groupe à la Foire Internationale de Madagascar au parc des Expos à Tanjombato.

Fuel lourd valorisé. Rappelons qu’Adonis a été reconnu par son intervention pour la dépollution du cargo turc échoué à Faux- Cap en août 2009 entraînant une marrée noire sur 75km de côtes. Il avait collecté et traité 339 tonnes de boulettes d’hydrocarbures, à cette époque. « Il y a un mois, nous avons également fait la dépollution dans le port de Toamasina tout en intervenant dans des accidents de camions ou le nettoyage des sites », a-t-il poursuivi. Parlant de valorisation des déchets, Adonis dispose d’un site à Ambatomirahavavy qui traite des déchets des hydrocarbures provenant des compagnies pétrolières, des stations d’essence ou des centrales thermiques de la JIRAMA. « Nous avons produit l’an dernier à peu près 2 400 000 litres de fuel lourd après valorisation de ces déchets. C’est réutilisé par des industriels employant une chaudière comme la STAR, HOLCIM et les entreprises franches. Ce qui leur permet d’avoir un coût de production moins cher », a-t-il poursuivi.

Complémentarité. Parlant de Veolia, c’est le leader mondial dans la gestion des services liés à l’environnement, qui opère dans 23 pays sur 54 en Afrique. Ce groupe se spécialise en matière de traitement des eaux usées pour en devenir potable comme à Namibie. « Nous disposons également de savoir-faire et d’expertise dans le domaine de la production d’énergies renouvelables et de traitement des déchets, à part cette intervention dans un cycle de l’eau. Nous sommes intéressé de s’implanter à Madagascar via notre filiale Adonis, en vue de développer le modèle très performant de cette dernière, qui mérite d’être dupliqué dans d’autres pays de l’Océan Indien comme à Maurice ou ailleurs, et ce, en déployant nos expertises au départ de Madagascar. Il y a d’ailleurs une complémentarité de nos actions dans le domaine de la protection de l’environnement. Nous sommes également à l’écoute de tous les projets lancés dans le cadre du plan d’Emergence de Madagascar. On peut citer, entre autres, le développement de l’accès à l’eau potable et à l’énergie sans oublier l’amélioration de l’environnement global du pays », a exprimé Rémi Bourgarel, le directeur de Développement Afrique du groupe Veolia.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque – Tournoi de qualification : Les meilleurs au rendez-vous !

Tous les boulistes de renom incluant les champions du monde tels Jean Randrianandrasana ou encore Hery ainsi que Ram’s étaient présents au tournoi de qualification au championnat d’Afrique et organisé par la FSBM.

Une belle brochette de boulistes qui ont formé 150 triplettes offrant ainsi une certaine légitimité à l’équipe de Dolys Randriamarohaja.

Nanti de cette onction populaire, Dolys Randriamarohaja a fait savoir que les vainqueurs iront à Lomé quelle que soit l’issue des négociations pour permettre à la FSBM d’avoir les coudées franches.

Logique donc si tous les boulistes étaient là. La permission de pouvoir former son équipe sans tenir compte de ses clubs d’origine a donné des ailes aux concurrents.

Et après deux journées pleines dans ce cadre idyllique du complexe Al Moutouza, les huitièmes de finales auront lieu ce jour à partir de 7h30. Cependant et comme ceux qui étaient qualifiés dans l’après-midi pouvaient encore disputer des matches et c’est ainsi que l’équipe d’Ali avec Mamy et Tafita sont déjà en quarts de finale.

On citera la formation du Club Bouliste Bon Avenir avec Hery et Andry Kely tout comme on mentionnera aussi la triplette formée par Jean Marc, Rata et Cobra du CBT. Eric Dakar et Balotelli figurent aussi parmi les favoris tout comme les Antsirabéens avec Bema et son fils Mick. Bond, Zakabe et Lova sont encore en lice et font partie des qualifiés offrant ainsi un plateau d’exception.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Une étape importante pour le renouveau de la démocratie

Tous les esprits sont tournés vers cette élection législative qui va être une étape importante du calendrier politique de ce début de quinquennat. Le président Andry Rajoelina ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisqu’il a décidé de reprendre sa tournée en province, donnant ainsi une impulsion à la campagne électorale des candidats de la plateforme IRD ; il a retrouvé l’élan mobilisateur qui lui avait permis de gagner les présidentielles. Les annonces de projets en cours de réalisation se sont succédé lors de ces déplacements ; il s’est conduit comme le chef d’une majorité qui veut conforter ses positions. Sur le terrain, on a remarqué le chassé- croisé entre les deux adversaires de la présidentielle. L’ancien président Marc Ravalomanana a fait le tour des circonscriptions depuis bien longtemps pour soutenir les candidats TIM. L’issue du scrutin conditionnera le nouveau rapport de force au sein de la classe politique. On peut établir un parallèle entre l’attitude du président malgache et celle de son homologue français qui lui, aussi a décidé de s’investir dans la campagne pour les élections européennes. Le contexte n’est évidemment pas le même, mais chacun a décidé de se mettre en avant pour permettre à son camp de prendre l’avantage. L’enjeu de l’élection législative malgache est important puisqu’il s’agit pour le régime d’avoir une majorité soutenant son action. Le camouflet infligé par la HCC à propos du référendum sur la suppression du Sénat a montré qu’Ambohidahy veillait au strict respect de la Constitution .Le pouvoir, poursuivant l’objectif qu’il s’est fixé a trouvé une autre alternative. La décision prise en Conseil des ministres de réduire le nombre des membres de la Chambre haute à dix-huit entre dans cette perspective.  On attend maintenant la réaction du président de cette institution qui ne devrait pas manquer de déposer une requête à la HCC.

Sur le plan international, les conséquences du décret pris par Donal Trump interdisant à Huawei l’utilisation de la licence Google ont marqué les esprits. C’est un vent de panique qui a soufflé dans le monde de la téléphonie mobile, la marque chinoise étant aujourd’hui leader dans son secteur. Pour le moment, les possesseurs de téléphones Huawei ne sont pas encore pénalisés car ils pourront encore durant trois mois avoir accès à Google et à tous ses services, mais, c’est le long terme qui va devenir problématique. Cette décision entre dans le cadre du bras de fer entamé par le locataire de la Maison Blanche avec la Chine. On murmure que ce dernier est prêt à inclure Huawei dans un accord commercial global.

En Europe, plus précisément, en Grande-Bretagne, la nouvelle était attendue. Theresa May a annoncé sa démission. Elle a dit dans une allocution qu’elle quitterait ses fonctions de Premier ministre le 7 juin. Le président de la commission européenne Jean Claude Junker a affirmé que la décision de la cheffe du parti conservateur ne changerait en rien la position des 27 sur l’accord conclu avec Londres pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. En France, les élections européennes sont le principal sujet de discussion du microcosme politique. L’entrée en campagne d’Emmanuel Macron cristallise les positions de ses adversaires. Le « tous contre Macron » est plus que jamais d’actualité.

Les Malgaches vont voter lundi prochain. Nul ne sait quel sera le comportement des électeurs lors de cette consultation. Néanmoins, tout le monde s’accorde à dire qu’il s’agit d’ une étape importante de la démocratie malgache. Place doit être faite à une nouvelle classe politique pouvant mener le pays sur la voie du redressement.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Paositra Malagasy : Nouvelle offensive sur le marché de la messagerie

La Paositra Malagasy présente à la FIM.

La Paositra Malagasy étend encore ses activités. Après avoir renforcé son parc automobile avec trois camionnettes neuves, cet établissement compte lancer une nouveauté, demain soir au Carlton Anosy. Nous en reparlerons.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Embouteillages dans la Capitale : Des mesures devront être prises avant la Fête de l’Indépendance

Des mesures devront être prises par la Police nationale pour résoudre le problème d’embouteillages qui persiste dans les rues de la capitale. Le Ministre de la Sécurité publique, le Contrôleur Général de Police Roger Rafanomezantsoa l’a annoncé mardi après la descente inopinée sur le terrain qu’il a effectué mercredi 23 mai pour constater de visu les réalités. Le ministre a décidé de faire ce déplacement suite à de nombreuses doléances parvenues auprès de la Police nationale et affluant sur les réseaux sociaux sur la recrudescence des embouteillages dans toutes les rues de la ville d’Antananarivo. Ces doléances reprochant souvent les policiers en tant que premiers responsables de la circulation dans la ville. Accompagné par son directeur de cabinet, le CGP Roger Rafanomezantsoa s’est rendu à Andohan’Analakely et Antanimena qui sont supposés comme étant les zones névralgiques de la circulation dans le centre-ville. Ce déplacement lui a permis de constater que les policiers chargés de la circulation affectés à ces endroits étaient tous présents à leur poste respectif et n’ont pas ménagé leurs efforts dans l’accomplissement de leur mission. Malgré tout, plusieurs facteurs font persister les embouteillages. Plusieurs taxis-be s’arrêtent en même temps dans un arrêt pendant plusieurs minutes par non-respect de cadence. Des piétons marchent dans les chaussées au lieu de sur les trottoirs destinés à eux. Ces derniers qui sont soit occupés par des marchands de rues, soit utilisés comme parking. A cela s’ajoutent les charretiers et les tireurs de pousse-pousse ainsi que les motards qui ne respectent pas le code de la route. Compte tenu de cette situation, le ministre Roger Rafanomezantsoa annonce que des solutions devront être proposées dès maintenant, à un mois de la célébration de la Fête de l’Indépendance.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Antanimena : Mpianatra fito nosamborina noho ny rongony

Raikitra ny fisamborana faobe teo Antanimena ambany. Ny alakamisy teo, tokony ho tamin’ny roa ora sy sasany no nigadona teo ny polisy, teo amin’ny manodidina ny CEG. Nisahotaka ireo mpianatra marobe satria tsy nampoiziny ny zava-niseho. Nosamborina izay nihainohaino teo ary avy hatrany dia nampidirina tao amin’ny fiaran’ny mpitandro ny filaminana. Miandahy miambavy izy ireo ary nentina tany amin’ny biraon’ny kaomisaria foibe etsy Tsaralalàna. Tao amin’ny sampandraharaha misahana ny heloka izay nataon’ny zaza tsy ampy taona no nohenoina izy ireo. “Koa satria  tsy mbola ampy taona ireo olona dia nampanantsoina avokoa ny ray aman-drenin’izy ireo”, raha araka ny fanazavana azo tamin’ny polisy. Nosokafana ny fanadihadiana noho ny fidorohana zava-mahadomelina ary amin’ny talata izao no hiakatra fampanoavana etsy Anosy ny raharaha. Mandra-piandry izany aloha dia nomena alàlana afaka mamonjy fodiana avokoa ireo mpianatra. Ny olona teo amin’ny manodidina izay nanontaniana dia nilaza fa tafaporitsaka ireo tena mpifoka rongony tamin’ny fotoana nitrangan’ny fisamborana. Ireo izay tafajanona teo akaikin’izy ireo no voasambotra. Ity tranga ity dia manamarina hatrany fa tena tandindomin-doza ny mpianatra manoloana ny fiparitahan’ny zavamahadomelina. Tamin’ity indray mitoraka ity izao dia mamon-drongony ireo adolatsento ary nanakan-dàlana teo Antanimena ambany. Ny olona izay sady voavingavinga rehefa niteny no koa saika voadaroka, no nampandre ny polisy. Tsy any amin’ny takotakona akory ireo tanora no midoroka fa eo amoron’arabe ary tamin’ity aza dia eo imason’olona izy ireo no sahy mifoka rongony ary izao nanao hadalàna izao. Mila jeren’ny sampana maromaro akaiky ny tranga toy izao. Eo ny mpiandraikitra ny heloka ataon’ny tsy ampy taona, fa indrindra koa ny sampana miady amin’ny fiparitahan’ny zavamahadomelina. Efa mananika tanteraka ny toeram-pianarana ny rongony ankehitriny…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Voter, un droit et un devoir sacré

C’est une étape qui va être franchie lundi prochain lors de cette élection législative. Le résultat va être décisif car il va permettre de connaître indirectement le degré de confiance dont jouit le régime. La campagne électorale a été rondement menée ces derniers jours par le camp présidentiel. Nul ne sait son impact sur l’électorat, mais maintenant la balle est dans le camp des citoyens. On ne peut que les exhorter à aller voter car c’est un devoir sacré. D’eux, dépend la qualité de notre démocratie. On la jugera à l’aune du taux de participation à la fin de cette journée du 27 mai.

Voter, un droit et un devoir sacré

 C’est un devoir qui doit être accompli. Des imperfections constatées lors de la dernière élection présidentielle ont été corrigées. Les listes électorales ont été mises à jour et le nombre d’électeurs a augmenté. A priori, ce scrutin devrait permettre de donner une meilleure vision de la situation actuelle car on connaîtra le nouveau rapport de force qui va s’établir. Le taux de participation s’il est élevé renforcera la démocratie en train de s’installer. Les citoyens auront exprimé leur opinion et ils auront alors montré leur intérêt pour la manière dont le pays est gouverné. S’il est aussi bas qu’en décembre dernier, on retrouvera ce sentiment de malaise qui a marqué les Malgaches durant ces dernières années On peut dire que cette élection est très ouverte. Les candidats ont pu mener campagne librement. Il n’y a pas eu d’incidents graves .ou de violences durant ces trois semaines de campagne. Chacun a pu juger de la qualité des candidats. Le choix sera fait selon différents critères. La couleur politique entrera en ligne de compte, mais la personnalité du prétendant sera déterminante. Il est nécessaire d’accomplir son devoir de citoyen. On ne le répétera jamais assez : « il faut aller voter,  exprimez votre choix librement ! »

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Soalala : Fanaovana seky tsy misy anto-bola, vehivavy iray vadina kandidà depiote, karohina fatratra

Tsy misy tandroka tokoa ny ratsy ankehitriny. Ramatoa iray vadina kandidà depiote mifaninana amin’ny fifidianana Solombavambahoaka ao amin’ny Distrikan’i Soalala, Faritra Boeny, no karohina fatratra ankehitriny noho ny fanaovana seky tsy misy anto-bola (chèque sans provision) mitentina 200 tapitrisa Ariary. Araka ny loharanom-baovao azo, dia naka entana mitentina 200 tapitrisa Ariary tamina tranombarotra iray tao Mahajanga ity vehivavy ity, ka seky no nomeny nentina nandoavana ireo vidin’entana. Nefa rehefa nalaina teny amin’ny banky ny vola, dia tsy nisy an’io vola io tao amin’ny kaontin-dRamatoa. Noho ny fivadiham-pitokisana sy fitaka be vava nataon’ity vehivavy vadina kandidà depiote ity, dia nitory azy ilay mpandraharaha tompon’ny tranombarotra voasoloky very volabe. Raha ny loharanom-baovao azo hatrany, dia nampandosirina ity Ramatoa ity, mba tsy hanamaloka ny fampielezan-kevitra ataon’ny vadiny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Fistule obstétricale : 5 à 7 cas par mois au HJRA

La fistule obstétricale, cette déchirure du canal utérin, à l’origine d’incontinence chronique, touche 4000 femmes chaque année à Madagascar. Actuellement, cinq à sept cas par mois sont vus à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) à Antananarivo. Hier, à l’occasion de la célébration de la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale dans ce centre hospitalier, la détresse des femmes qui en sont victimes a été particulièrement mise en avant. La majorité d’entre elles sont des adolescentes de 14 à 17 ans, non scolarisées et vivant en milieu rural, selon le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA). « La fistule obstétricale est une violation des droits humains, mettez-y fin maintenant ». Ce thème de la célébration de la journée internationale visait alors, à travers la sensibilisation, à mettre fin à l’exclusion des femmes touchées par ce problème de fistule obstétricale qui a un fort impact aussi bien physique que psychologique, économique et social, sur les victimes du fait de l’isolement suite à l’abandon de la famille, du conjoint et de la communauté.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Permis biométrique : 38.000Ar pour avoir la version « valide »

L’Administration lance les vrais permis et cartes grises biométriques, avec de nouvelles solutions de haute technologie.

Les usagers ont parlé d’ « Arnaque du siècle », lorsque l’Administration a affirmé que les premiers permis de conduire biométriques émis n’étaient pas vraiment « biométriques ». Depuis hier, un nouveau type de permis, « le vrai », est lancé.

 Le Centre Immatriculateur d’Antananarivo à Ambohidahy émet de nouveau des permis de conduire et des cartes grises biométriques. Cette émission, suspendue depuis plusieurs mois, est très attendue par les usagers. « Ces nouveaux permis de conduire et cartes grises biométriques ne sont pas comme les précédents, car ils disposent de puces électroniques et de code-barres, qui permettent d’avoir accès aux informations sur leurs titulaires. En outre, ils suivent les normes internationales indiquées dans la Convention de Genève de 1968. Pour preuve, il est écrit au centre de la carte « Permis biométrique » au lieu de « Repoblikan’i Madagasikara » comme auparavant. On y trouve également le signe du Ravinala, ainsi que la carte de Madagascar », a affirmé la société partenaire de l’Etat, en charge de la production de ces permis biométriques.

Doublement lésés. Certes, les usagers qui ont déjà payé cher pour avoir la version « invalide » de permis biométriques seront mécontents. « Nous avons payé deux fois plus et même au delà. En outre, bien que nous n’allons plus payer pour changer ce faux permis, on se rend compte que tous ceux qui ont fait et respecté les queues interminables à Ambohidahy en se levant parfois aux aurores, ces deux dernières années, devront donc refaire tout le processus, depuis le tout début. En plus, il faudrait attendre en janvier 2020. Les dirigeants devraient prendre des mesures sévères sur ceux qui ont fait les faux biométriques », nous a confié un usager qui figure parmi les premiers à avoir la première version de permis biométrique. Lors du lancement, hier, le Service auprès du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a indiqué que le frais à payer pour avoir le nouveau permis biométrique s’élève à 38.000 Ariary et pour la carte grise, 74.300 Ariary. D’après les explications, il faut 15 minutes pour l’émission d’un permis si tous les documents requis sont complets et ce delai peut durer au plus 24h. Seuls ceux qui ont les anciens permis en carton rose et ceux qui viennent de réussir leurs examens de code et de conduite, peuvent avoir le nouveau permis biométrique, pour le moment. Ceux qui ont déjà reçu les « faux permis biométriques » devront attendre en janvier de l’année prochane.

Antsa R.

Madagate0 partages

Mialy Rajoelina et VBG. Fer de lance d’un enjeu majeur pour Madagascar

Peu de temps après avoir été nommée Ambassadrice du FNUAP à Madagascar dans la lutte contre les Violences basées sur le genre ou VBG, Mialy Rajoelina, épouse du Président de la république, Andry Rajoelina, également Présidente-fondatrice de l’association caritative FITIA (« means Love »), est monté au créneau. A Oslo, en Norvège, plus précisément.

En fait, Mme Rajoelina née Razakandisa a été invitée officiellement par Ine Eriksen Søreide, ministre norvégienne des Affaires étrangères, pour assister à la conférence internationale sur la violence sexiste et le harcèlement sexuel, qui s’est tenue les 23 et 24 mai 2019 dans ce pays scandinave. Et c’est le Conseiller ministériel Johan Meyer, de l'ambassade de Norvège à Antananarivo, qui a confirmé que la Première dame de Madagascar avait répondu par l'affirmative à l'invitation.

Ainsi, le 23 mai, Mialy Rajoelina est monté à la tribune pour  dresser un état des lieux de la situation prévalant dans la Grande île de l’océan Indien, en matière de lutte contre les VBG et pour dévoiler ses intentions dans ce cadre, comme l’organisation à Antananarivo, en 2020, d’une Conférence internationale sur la violence basée sur le  genre et sur le Zéro VBG en 2030, selon les Objectifs du développement durable (ODD).

Parallèlement à cette Conférence des 23 et 24 mai 2019, la Première Dame de Madagascar a eu des entretiens avec, notamment, Marit Brandtzaeg, Directeur général adjoint de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement ou NORAD; avec Aksel Jakobsen, Secrétaire d’État auprès du Ministère norvégien des Affaires étrangères; avec Aano Kjetil, Chair du Norwegian Church Aid ainsi qu’avec des membres de l’Association Norvège-Madagascar.En attendant la mise en action de toutes les résolutions prises de part et d'autre, faites ample connaissance avec cette Conférence internationale à Oslo, dont le thème était: en finir avec la violence sexuelle et sexiste dans les crises humanitaires (« Ending Sexual and Gender-based Violence in Humanitarian Crises »). Rappelons qu’elle a été organisée conjointement par la Norvège, l’Irak, la Somalie, les Émirats arabes unis, l’OCHA (Bureau onusien de la Coordination des affaires humanitaires BCAH ou OCHA - acronyme anglais pour Office for the Coordination of Humanitarian Affairs), le FNUAP et le CICRi.

Survol de la situationIl a été prouvé que les crises humanitaires provoquent et aggravent la violence sexuelle et sexiste, notamment le viol, l’esclavage sexuel, la traite des êtres humains, le mariage forcé ou précoce et la violence domestique. Les inégalités qui existaient déjà entre les sexes sont exacerbées lorsque les mécanismes de protection font défaut: les structures économiques sont, dès lors, fragilisées et les services essentiels demeurent existant. Les femmes et les filles subissent de manière disproportionnée ces violations du droit international, aux  conséquences graves. Mais les hommes et les garçons sont également touchés, notamment en milieu carcéral. Bon nombre de crises humanitaires actuelles sont étroitement liées à un conflit armé. La violence sexuelle est souvent utilisée comme une stratégie ou une pratique de guerre et de terreur, et constitue une violation du droit international humanitaire (DIH). Les conséquences physiques, psychologiques, psychosociales et économiques de la violence sexuelle et sexiste peuvent fragiliser de manière significative le tissu social de communautés entières. Ces graves effets sur les rescapés et leurs communautés auront, si l’on ne s’y attaque pas, des conséquences négatives considérables longtemps après que les urgences humanitaires ont été résolues. Les données sur la violence sexuelle et sexiste dans les contextes humanitaires sont sporadiques, difficiles à cerner et souvent insuffisamment communiquées. Il est communément admis que, parmi les femmes déplacées dans leur propre pays ou réfugiées, au moins une sur cinq a subi la violence sexuelle, car les déplacements créent des risques spécifiques. Des groupes dans des situations vulnérables, comme les femmes et les filles handicapées, risquent davantage que les autres d’être confrontées à la violence sexuelle. Les filles âgées de moins de 18 ans, en particulier, mais aussi les garçons de cette classe d’âge, constituent souvent la majorité des rescapés de la violence sexuelle et sexiste, y compris de la violence sexuelle en temps de conflit. Comme la violence sexuelle et sexiste est une composante de toute crise humanitaire, des services efficaces devraient être accessibles dans toutes les situations de crise humanitaire. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. L’absence de services d’intervention dans de nombreux contextes, la peur de la stigmatisation ou des représailles, ainsi que d’autres barrières empêchent souvent les rescapés de la violence sexuelle et sexiste de solliciter un soutien vital.  Progrès et lacunes dans la réponse humanitaireLa réponse humanitaire à la violence sexuelle et sexiste s’est améliorée au cours des dernières années. Les initiatives mondiales, notamment l’Appel à l’action pour la protection contre la violence sexiste dans les situations d’urgence, la déclaration des Nations Unies sur la place centrale de la protection dans les actions humanitaires, et beaucoup d’autres initiatives insistent sur les obligations qu’ont les États et les différents acteurs à faire face au problème. Ce domaine fait l’objet d’une attention croissante, notamment par le biais d’engagements pris lors du Sommet mondial sur l’action humanitaire en 2016 et par la résolution de 2015 sur la violence sexuelle et sexiste adoptée par les États parties aux Conventions de Genève et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Cependant, beaucoup reste à faire. Primo: la population touchée doit toujours être au centre de l’intervention. Il est essentiel, par exemple, de renforcer la participation des ONGs locales de femmes, des autres associations de la société civile et des sociétés nationales de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge qui s’occupent de la violence sexuelle et sexiste. Les populations affectées doivent se voir confier un rôle dans la coordination humanitaire entre tous les groupes, et il convient de veiller à ce que le financement humanitaire parvienne aux acteurs humanitaires locaux autant que possible, notamment aux associations locales de femmes. Les femmes et les associations de femmes des communautés locales comptent parmi les premiers intervenants lors d’une crise, et commencent souvent la reconstruction alors que la crise n’est pas encore terminée. Leurs besoins et leurs capacités doivent être pris en compte et elles doivent être sollicitées en tant que partenaires actifs pour la conception et la mise en œuvre des interventions. Leur participation permettra de modifier les règles sociales délétères qui entravent la prévention de la violence sexuelle et sexiste et l’accès des rescapés aux services. Ceci atténuera les souffrances, protègera la dignité humaine des rescapés et permettra, à long terme, d’agir sur les causes profondes de la violence sexuelle et sexiste en bâtissant des sociétés inclusives et justes qui protègent les droits de tous les membres de la société.  Secundo: dans le contexte des crises humanitaires de plus en plus longues, il y a encore beaucoup à faire pour empêcher, plus fondamentalement, la violence sexuelle et sexiste de se produire. La violence sexuelle n’est pas une composante inévitable de la guerre et tous les acteurs armés ne sont pas forcément des violeurs. Il devrait donc être possible de prévenir les violences. Avec les gouvernements, des organisations humanitaires essaient de travailler sur les politiques et les cadres légaux afin d’assurer que les lois existantes soient les plus adéquates. Elles soutiennent les États dans leur besoin de diffuser le droit international humanitaire et apportent leur assistance pour apprendre au personnel militaire, aux fonctionnaires et aux agents de la force publique à lutter contre la violence sexuelle. Leur travail comprend également un dialogue avec les groupes armés non étatiques à propos de leurs obligations vis-à-vis du droit international humanitaire. D’autre part, il est nécessaire de renforcer les systèmes locaux et nationaux pour prévenir la violence sexuelle et sexiste, notamment la violence sexuelle liée aux conflits, et y remédier.  Tertio: la qualité de l’intervention humanitaire a besoin d’être encore améliorée afin que les programmes de lutte contre la violence sexuelle et sexiste soient, dans tous leurs aspects, centrés sur les rescapés. C’est la seule façon de promouvoir et préserver la non-discrimination et le respect des choix, des droits et de la dignité des rescapés et de leur assurer une plus grande sécurité. L’aide médicale (gestion clinique du viol); la santé mentale et les interventions psychosociales; l’accès à la justice et les systèmes d’orientation fonctionnels; les mesures de sûreté et de sécurité ainsi que les stratégies de rétablissement et d’existence doivent tous être sûrs et accessibles aux rescapés de la violence sexuelle et sexiste. Tous les acteurs humanitaires doivent être capables d’orienter les rescapés de manière sûre et éthique vers les services spécialisés.Quarto: le système humanitaire a besoin d’une approche plus intégrée. Conformément aux Directives pour l’intégration d’interventions ciblant la violence basée sur le genre dans l’action humanitaire du Comité permanent inter-organisations (CPI), les mesures de prévention et d’atténuation du risque de violence sexiste, notamment de violence sexuelle, doivent faire partie intégrante de chacun des secteurs humanitaires par la protection; l’hébergement; l’eau et les installations sanitaires,; la sécurité alimentaire et la nutrition; la santé et l’éducation. Le travail doit, dans la mesure du possible, être réalisé avec les entités gouvernementales pertinentes, en priorité avec les intervenants en première ligne, en s’appuyant sur un dispositif de responsabilisation à l’égard des personnes affectées. Cette approche permettra la création de plateformes institutionnelles efficaces en vue d’améliorer la qualité des services spécialisés pour prévenir la violence sexuelle et sexiste. Enfin, une réponse durable à la violence sexuelle et sexiste doit être mieux financée et dotée de capacités. Des moyens financiers supplémentaires et des capacités accrues en ressources humaines sont nécessaires pour consolider les mesures de protection, accroître l’accès aux services vitaux, notamment l’accès fiable et sûr aux services de santé sexuelle et génésique, pour protéger les femmes, les filles adolescentes et enfants de mortalité et morbidité évitables (A/RES/71/127), et pour atteindre l’ensemble des personnes affectées.

2019 : accélérer la lutte contre la violence sexuelle et sexiste, y compris la violence sexuelle en temps de conflit L’OCHA a qualifié la conférence d’Oslo comme l’un des événements majeurs de mobilisation de ressources internationales et de politique thématique en 2019. Elle s’inscrit dans une série d'événements internationaux de haut niveau en 2019, consacrés à différents aspects de la violence sexuelle et sexiste et de la violence sexuelle en temps de conflit. Ces événements comprennent: un événement sur la justice pour les rescapés, organisé à Wilton Park au Royaume-Uni en février; la 63e Commission de la condition de la femme en mars, une conférence internationale sur la violence sexuelle dans les environnements fragiles organisée par le Luxembourg en mars; le débat public du Conseil de sécurité sur la violence sexuelle en temps de conflit et la Conférence internationale sur la population et le développement en avril; un événement sur la prévention de la violence contre les femmes et les filles à Wilton Park en mai; une conférence du Conseil des droits de l’homme et la Conférence « Les femmes donnent la vie » au Canada en juin, la réunion annuelle de l’Appel à l’action en juin; la célébration du 10e anniversaire du Représentant spécial de l’ONU chargé de la question des violences sexuelles commises en période de conflit à l’ONU, à New York, et le débat public du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, tous deux en octobre; le Sommet mondial pour mettre fin aux violences sexuelles commises en période de conflit, organisé par le Royaume-Uni en novembre; le Sommet de Nairobi sur la CIPD25 en novembre et la 33e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en décembre. Par ailleurs, le gouvernement de la République de Corée prévoit d’organiser, cette année, une Conférence internationale sur les Femmes, la Paix et la Sécurité. Le seul de ces événements à se focaliser essentiellement sur la prévention de la violence sexuelle et sexiste et l’intervention humanitaire est cette Conférence d’Oslo. Elle a offert une perspective unique, dans le but de susciter des engagements et des ressources pour une priorité thématique applicable à toute intervention humanitaire. La prévention de l’exploitation et des abus sexuels, a suscité légitimement, en tant que forme de violence sexuelle et sexiste, une attention importante. Elle a ainsi été au centre de plusieurs événements récents de haut niveau et est incluse dans l’appel à l’action. Cela n’a cependant pas été le point essentiel de cette conférence. Objectifs de la Conférence d’Oslo● Susciter un engagement politique plus fort pour prévenir les incidents et protéger les populations risquant d’être victimes de violence sexuelle et sexiste, notamment la violence sexuelle en temps de conflit, et assurer que la réponse à la violence sexuelle et sexiste soit rapide et sauve des vies, et promeuve les besoins, les droits et la dignité des rescapés et des personnes à risque.  ● Recueillir des ressources financières supplémentaires pour les programmes de lutte contre la violence sexiste au sein des plans d’intervention humanitaire coordonnés par l’ONU, des opérations du CICR ciblant la violence sexuelle et d’autres actions humanitaires pour protéger et promouvoir la dignité et la résilience des rescapés et de leurs communautés, y compris des communautés d’accueil.   ● Mettre en avant les bonnes pratiques et les enseignements tirés des efforts pour prévenir et lutter contre la violence sexuelle et sexiste dans les situations humanitaires, et contribuer à l’amélioration de la base d’informations factuelles dans ce domaine. ● Construire des partenariats, notamment une coopération Sud-Sud, et développer la capacité des organisations dirigées par des femmes et d’autres acteurs locaux, qui sont les premiers intervenants, conformément à l’objectif de localisation de l’aide.● Contribuer à la réalisation des objectifs de l’Appel à l’action pour la protection contre la violence sexiste dans les situations d’urgence. ● Renforcer les liens entre la réponse humanitaire à la violence sexuelle et sexiste et les efforts politiques à long terme pour consolider la paix et le développement dans le cadre de la réalisation des Objectifs de développement durable. Dossier de Jeannot Ramambazafy. Source: endsgbvoslo - Egalement publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 15 mai 2019