Les actualités Malgaches du Samedi 16 Février 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara6 partages

Véhicules plaque rouge : Circulation strictement contrôlée par la police et la gendarmerie

Quand le Premier ministre Ntsay Christian a ordonné le changement en rouge de la couleur des plaques d’immatriculation de toutes les voitures et véhicules administratifs, son objectif serait d’empêcher l’utilisation abusive de ces matériels de l’Etat. Ce serait la raison pour laquelle, la gendarmerie et la police nationale ont décidé de procéder au contrôle strict de la circulation de ce genre de véhicules. Hier au Toby Ratsimandrava, le commandant de la gendarmerie nationale (COMGN), le Général de division Njatoarisoa Andrianjanaka et le Directeur de la Sécurité publique (DSP), Contrôleur Général de Police Herilala Rakotoarimanana ont donné une semaine à tous les services et institutions concernés à régulariser les documents qui devront être présents dans ces voitures à chaque fois qu’ils circulent. Il doit y avoir le livret de matricule (service, liaison, convoi), l’ordre de sortie mentionnant la destination, le trajet, le nom du chauffeur, l’heure du départ et d’arrivée. Pour ce faire, des modèles de ces documents sont déjà disponibles, a mentionné le commandant de la gendarmerie. En effet, ces pièces seront contrôlées par les policiers de la route. En cas de défaillance, il affirme que les Forces de l’ordre ne peuvent pas sanctionner l’incriminé. Par contre, elles doivent remplir un document appelé « fiche de contrôle de véhicule administratif ». Celle-ci sera transmise au service auquel est rattachée la voiture. Une copie sera envoyée à l’Inspection générale de l’Etat. Ainsi, ces hauts responsables des Forces de l’ordre souhaitent la collaboration de tous les concernés dans l’application de cette nouvelle disposition. Que la personne contrôlée s’y soumette volontairement car en cas de refus, le récalcitrant pourrait, faire l’objet d’un procès-verbal pour outrage aux Forces de l’ordre, a averti le COMGN.

T.M.

Midi Madagasikara6 partages

Retour du délestage : Bras de fer entre l’Etat et les opérateurs pétroliers

Durant son séjour en Addis-Abeba, le président Andry Rajoelina a déclaré que désormais, il n’est plus question de subventionner la JIRAMA.

Le délestage fait son retour en force à Antananarivo et ses environs. Selon un communiqué émanant du Service de la Communication de la JIRAMA, plusieurs localités du Réseau Interconnecté d’Antananarivo (RIA) reliant Antananarivo, Antsirabe, Analavory et Moramanga sont concernées par cette décision de délestage tournant. D’après les informations, cette situation est due à un boycott des opérateurs pétroliers. Depuis belle lurette, ces opérateurs ont eu la main mise sur la gestion et le contrôle de la JIRAMA, notamment sur l’approvisionnement en fuel lourd. Lors de son séjour à Addis-Abeba, le président de la République Andry Rajoelina a annoncé durant sa rencontre avec le Secrétaire Exécutif de la Banque Africaine de Développement que la JIRAMA sera autorisée incessamment à importer directement du fuel lourd afin que l’on puisse réduire de 30% le prix de l’électricité. Apparemment, cette déclaration ne convient pas aux opérateurs pétroliers qui imposent leur prix et approvisionne du fuel lourd à la JIRAMA à un prix de 3800Ar pour un bénéfice de 1500Ar, soit plus de 40%. Par ailleurs, actuellement, la Société d’Etat fournisseur d’énergie est contrainte par les mêmes opérateurs pétroliers de régler les factures selon la puissance installée au lieu de payer selon la puissance consommée. En effet, d’après les explications des techniciens, sur les 10 mégawatts installés, il n’y aurait que 3 mégawatts de production pour assurer la consommation.

Subventions. Pour mettre fin aux gabegies, le président Andry Rajoelina a déclaré en marge du Sommet de l’Union Africaine à  Addis-Abeba que : « désormais, il n’est plus question de subventionner  la JIRAMA. Il est temps de songer aux intérêts du peuple malgache… Nous ne sommes pas là pour servir les intérêts d’une minorité d’opérateurs ». En effet, le numéro Un d’Iavoloha exige l’austérité budgétaire dans la gestion des sociétés d’Etat. Actuellement, l’achat de fuel lourd provoque une dépense faramineuse de 65 milliards d’Ariary par mois à la JIRAMA. Conscient de la perte que subit l’Etat malgache à travers cette situation, le Chef de l’Etat exige la suppression des subventions. De source bien informée, cette initiative présidentielle aurait provoqué la colère des opérateurs pétroliers. D’où leur décision de suspendre l’approvisionnement de la JIRAMA, source du retour actuel du délestage, au détriment des tananariviens qui vivent dans le noir depuis jeudi, et ce jusqu’à une période qui reste indéterminée pour le moment. La question est de savoir jusqu’où va aller ce bras de fer entre l’Etat malgache et les opérateurs pétroliers. Qui va céder en premier ? Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara5 partages

Jardin d’Antaninarenina : Vers sa réintégration dans le patrimoine de la CUA

Le jardin d’Antaninarenina sera récupéré par la CUA.

Le jardin d’Antaninarenina a été bel et bien vendu par la Commune, mais en 1998. C’est le résultat de l’enquête menée par la commune urbaine d’Antananarivo face aux attaques médiatiques dont ses actuels dirigeants font l’objet ces derniers temps. Des attaques qui voulaient accuser le maire Lalao Ravalomanana de vendre des terrains appartenant à la CUA. « Le maire de l’époque était Guy Willy Razanamasy et une certaine Lalatiana Ravololomanana occupait le poste de secrétaire général. A la tête du Conseil Municipal de la ville d’Antananarivo, seule entité pouvant décider par délibération de toute vente de terrain, se trouvait un certain Lalaina Berthnès. Le maire ne peut décider de la vente de tel ou tel terrain de la Commune, le Conseil municipal étant seul habilité à le faire. », affirme un communiqué de la Direction de la Communication de la CUA en date d’hier.

Mesures. « L’affaire a refait surface, comme par hasard en 2018 à la production des documents de mutation. Le choix de production de tels documents officiels est du ressort du service des Domaines et de celui de la Topographie, départements rattachés au ministère de l’Aménagement du Territoire. », précise ledit communiqué. Avant de rajouter : « La mairie de la Capitale actuelle s’érige contre la vente du jardin d’Antaninarenina qu’elle considère comme un patrimoine historique et culturel de la ville et va prendre les mesures appropriées pour que cette place abritant la stèle de Philibert Tsiranana, Père de l’Indépendance Malagasy, continue à demeurer dans le domaine public. »

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara3 partages

« Antokom-bahoaka Malagasy » : Présenter des candidats aux législatives à Ambohimangakely

Le parti « Antokom-bahoaka Malagasy » (OBAMA) a déjà annoncé depuis 2018 qu’il va aligner des candidats pour toutes les élections qui se tiendront dans le pays. Les responsables de ce parti ont ainsi rencontré, hier, les membres de l’OBAMA de la commune d’Ambohimangakely. Il a été décidé, lors de cette rencontre, que pour les prochaines législatives, ce parti va présenter pour le compte de l’Avaradrano Ralitera Lisy et Rakotoson Herintsoa Dany. Lors de leur intervention, ces derniers ont notamment déclaré qu’ils sont prêts à harmoniser la vie sociale à Ambohimangakely en mettant en place des structures orientées pour le bien commun des gens de cette localité. Ils entendent également défendre la légalité. De ce fait, que chacun puisse vivre aisément. Sans oublier pour autant la liberté pour tout un chacun à pouvoir s’exprimer.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Météo du week-end : Des averses orageuses dans tout Mada

Les averses orageuses seraient au rendez-vous selon les prévisions de la direction générale de la Météo.

Les prévisions de la direction générale de la Météorologie annoncent un week-end pluvieux pour la majeure partie des régions du pays. « Toutes les régions observeront des averses orageuses dans les trois jours qui viendront » a fait savoir un technicien de la direction générale de la Météo joint au téléphone hier. Le technicien de noter que « les précipitations qui ont été observées dans la partie Ouest du pays vont s’étendre sur les régions Alaotra Mangoro et Analamanga« . Le ciel serait donc gris pour demain dans toutes les régions sauf pour les régions d’Analanjirofo et Vatovavy Fitovinany dans les trois jours à venir.

Eau. Les fortes précipitations font penser à d’éventuelles montées des eaux, à leurs évacuations mais surtout au risque d’inondations. La direction générale de la Météorologie, via son service d’hydrologie peut donner des informations relatives aux crues dans cinq régions à savoir : Toliara, Farafangana, Vohipeno, Morondava et Mananjary. Il conviendrait de noter que le service hydraulogique de la direction générale de la Météorologie n’intervient pas à Antananarivo. Cette tâche étant gérée par l’APIPA ou Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo n’empêche toutefois pas la collaboration entre les deux organismes.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Ankadindratombo : Soloky ho mahita asa, nahazoany volabe

Vola an-tapitrisany maro no azon’ilay vehivavy. Tsy sarotra ny fomba fisolokiany satria milaza izy fa mahafantatra olona etsy sy eroa ary mahatafiditra izay te hiasa ao. Orinasa afaka haba iray ary koa orinasa miandraikitra fifandraisan-davitra iray hafa no nampiasainy ny anarany ary nentiny namitahana olona. Miainga amin’ny 20.000 ariary ny vola alainy ary tonga hatramin’ny 300.000 ariary. Izany hoe tsy mifidy sarangan’olona hatao lasibatra ny tenany fa na ireo efa miady amin’ny fiainana aza dia mbola alainy koa ny volany. Olona efa manodidina ny efapolo isa no nametraka fitoriana an’ity ramatoa ity, satria tonga saina ihany hoe voasoloky rehefa tsy nisy tafiditra niasa. Izany ihany koa no nahafahan’ny polisy avy etsy Alasora nanokatra fanadihadiana ka nikaroka ity ramatoa ity. Teny Ankadindratombo izy no voasambotra ary avy amin’ny alàlan’ny fiaraha-miasa tamin’ny fokontany no nahitàna izay nisy azy. Ny tena mahavarina dia mora inoan’ny maro ny olona toa ireny. Ary izany dia isan’ambaratongany mihitsy. Toa ireo izay milaza fa akaiky ny filoha ary mitango volan’olona izay manana olana. Isak’zay fitondràna nitsangana dia nisy hatrany ny karazam-pisolokiana toy izany. Betsaka koa ireo izay milaza ho mahatafiditra ho mpiasam-panjakana ary tsy mila mandalo fifaninana akory. Isan’ny tena nanamarika ny resaka fisolokiana aza ny fisian’ny rangahy iray misandoka ho zandary ary ny mpitandro ny filaminana ihany no hangalany vola rehefa fitahiny fa afaka mampiakatra galona izy. Be loatra ny tsy an’asa ary manitatra ny sain’ireo mpisoloky izany mba hangalàna vola mora foana…

D.R

Toamasina : Telo lahy mitam-basy karohina

François dit dada, Jaques Jean ary Antoine Juils. Ireo no namoahan’ny polisy miandraikitra ny boriborintany voalohany noho ny fitazomana fitaovam-piadiana tsy nahazoana alàlana, fanafihana mitam-piadiana ary fikambanan-jiolahy. Tamin’ny 15 febroary teo no nivoaka ny fampilazàna fikarohana ireo voarohirohy ho olon-dratsy, 43 taona ny zokiny indrindra ary 21 taona ny kely indrindra ao anatin’ity fikambanan-jiolahy karohin’ny polisy ity. Ny renivohitr’i Betsimisaraka no isan’ny nahitàna asan-jiolahy be indrindra hatramin’ny taon-dasa teo. Nisesy ny fanafihana mitam-piadiana nataon’ireo jiolahy mandeha scooter ary tsy misalasala mitifitra. Betsaka koa ny maty noho izany fampiasana basy tsy misy ahiahy izany. Na tsy niteny mazava aza ny polisy momba ity fikarohana ity dia fantatra fa mifandraika amin’izay heloka bevava nisesy tao an-toerana izany.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Décès d’Andotiana : Aide de l’Etat au rapatriement du corps

Jeudi 14 février, le Ministre des Affaires Etrangères Naina Andrintsitohaina a reçu le père d’Andoniaina Randriamampianina à la résidence de l’Ambassade de Madagascar en France pour lui présenter ses condoléances et lui apporter son soutien dans cette dure épreuve, la disparition tragique de sa fille. Andotiana est l’étudiante malgache à l’université de Nanterre disparue et retrouvée morte le 4 février dernier. Pendant cette rencontre, le ministre a réitéré la disposition de l’Etat malgache à apporter son aide au rapatriement du corps de la défunte. La Résidence de l’Ambassade de Madagascar à Paris sise au 4, Boulevard Sechet 75016 à Paris est mise à la disposition de la famille pour les présentations de condoléances.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Jirama ; la situation dramatique des usagers

Les Malgaches sont durs à la douleur et ils peuvent supporter les pires avanies si le jeu en vaut la chandelle. Ils continuent d’espérer que le bout du tunnel dans lequel se trouve la Jirama n’est pas si éloigné. L’installation du nouveau régime et les perspectives qu’il a dessinées ont laissé entrevoir la fin des problèmes de la compagnie nationale. Mais les difficultés ont encore empiré et les consommateurs sont réduits à remâcher leur amertume. Ils supportent de plus en plus difficilement une situation qui, si elle perdure, peut dégénérer.

Jirama ; la situation dramatique des usagers

La situation est critique et les difficultés de la Jirama touchent tout le réseau national. A Antananarivo, certains quartiers sont victimes de ces coupures d’eau et d’électricité depuis des mois, Ils en subissaient les conséquences bien avant ces problèmes d’étiage révélés par les responsables. Aujourd’hui, c’est toute la capitale qui est touchée. Tous les usagers sont logés à la même enseigne. Ils doivent subir les délestages tournants qui durent plusieurs heures par jour. Les communicateurs de la compagnie nationale parlent de la baisse du niveau d’eau empêchant les turbines des usines hydroélectriques de tourner. On ne peut donc qu’acquiescer mais cela n’amoindrit pas le calvaire enduré par les usagers. Les centrales thermiques que l’on disait opérationnelles ne suffisent pas à approvisionner tout le réseau. Le dilemme pour le moment paraît insoluble. Les centrales solaires dont on attend monts et merveilles et qui ont été inaugurées par le régime précédent ne tiennent pas toutes leurs promesses. Les projets mirobolants avancés par Andry Rajoelina dans le secteur durant sa campagne électorale ne seront pas réalisés de si tôt. C’est l’instant présent qui compte. Ce que les consommateurs vivent est dramatique. Les responsables doivent tout faire pour trouver des solutions.

Patrice RABE

Madagate1 partages

Littérature. «Lamba et Poussière». Souvenirs en rime d’Alain-Aimé Rajaonarison

La culture, c’est réellement ce qui va rester au genre humain lorsque tout sera oublié. Et si les paroles s’envolent, les écrits, eux, resteront à jamais. En voici la preuve, à travers les œuvres d’Alain-Aimé Rajaonarison. Sans commentaires : regardez et lisez !

Jeannot Ramambazafy

Les souvenirs d'Alain-Aimé RAJAONARISON - la vie avec ses amis de différents quartiers d'Antananarivo, les relations entre parents et enfants, les vacances à la campagne chez les grands-parents, la fréquentation du grand marché du Zoma, les déplacements en taxi-brousse à travers l'Île, les dimanches au Temple et à l'Église, le stade de Mahamasina, ses nombreux voyages à l'étranger, et tant d'autres souvenirs - ont marqué profondément sa vie. Cet ouvrage remet en surface ces «trésors» blottis en sa mémoire.

Né à Madagascar, Alain-Aimé RAJAONARISON a rejoint la France pour poursuivre ses études supérieures. Docteur en Histoire, il continue ses recherches à Paris.

Broché - format : 13,5 x 21,5 cmISBN : 978-2-343-15754-2 • Publié le 26 novembre 2018 • 100 pages EAN13 : 9782343157542 EAN PDF : 9782140106224

*******************

Préface.

Avec ce recueil de poèmes, Alain-Aimé nous offre un beau et mystérieux voyage.

Un voyage dont la beauté nous étreint tout de suite, dès le premier mot, le premier vers, la première strophe. Un voyage dont le sens ne se découvrira à nous que lentement, au fil des pages, des images, des évocations. C’est un voyage initiatique que nous offre Alain-Aimé, le long d’un chemin où l’on se plait à flâner, revenir sur ses pas, s’imprégner des atmosphères, méditer sur ce que l’on voit, chercher le sens caché des choses.

Premières pages, premières impressions. La première dimension de la lecture est celle de l’appréhension d’un mystère. Un mystère qui, irrésistiblement, attire et aspire le lecteur ; autour duquel il tourne et retourne sans comprendre de quoi il s’agit tout en sachant que là réside quelque chose d’important. Le lecteur qui s’imprègne alors des mots. Des mots gorgés d’imaginaire comme certains fruits le sont de sucre et de jus, des mots gorgés de parfums, de sons, de paysages, de sensualité, d’émotion, de nostalgie. Souvent, le sens littéral de ces mots échappe à la compréhension immédiate. C’est qu’il s’agit de mots rares ou oubliés. Un peu à la manière des mots mallarméens dont l’un, le fameux et mystérieux « Ptyx » du sonnet en X, est purement et simplement inventé. De l’obscurité, de la rareté, de l’ésotérisme nait la poésie des « Passerelle colligeant », « séide martial », « excavation hadale », « lépidoptère verdoyant », « anatidés sagaies » « pétun ardent » ou autre « hypostase divine ». Mais, plus encore que ces mots empruntés au trésor de la langue française, il y a les mots malgaches. Mots malgaches qui, noms propres ou noms communs, sont omniprésents à travers chacun des poèmes, Ravolahanta, Ikelimalaza, Mandranofotsy, Dadamalala, Andriamparazato, Hozamanga, Faty no hisarahana, et tant d’autres encore. On s’imprègne de leur musicalité, de leur graphie longue et raffinée, on se surprend à finalement les prononcer facilement à force de les côtoyer, eux dont la réputation est d’être imprononçable pour qui n’est pas natif de la Grande île, on se découvre à les déguster en bouche, on se découvre à les aimer.

C’est alors que l’on entre dans la deuxième dimension de la lecture de ces poèmes, celle de l’exotisme. Ces mots qui nous parlent sans qu’on les comprenne vraiment prennent soudain leur sens plein quand on se plonge dans les notes qu’Alain-Aimé a eu la bonne idée d’insérer en bas de chaque page. On découvre alors Madagascar, ses paysages, ses odeurs, ses constructions, ses lieux-dits, ses traditions, ses rituels, ses personnages mythiques, ses habitants. Nous quittons Ambohimangidy pour Ambohijatovo, dans la proximité d’Antanarivo, avant de nous rendre dans le semi-désert de l’Androy puis sur les bords du Lac Anosy. Tandis que le voyage se poursuit, nous nous enivrons du parfum des acacias et dégustons un « anamany » à l’ombre d’une fleur de Madagascar. Nous saluons la belle figure de Jean-Paoly, honorons l’idole Ikelimalaza puis nous livrons à même le sol à une partie de Fanorona.

Mais ce Madagascar que le poète nous donne à voir, et c’est là la troisième dimension de la lecture, est un Madagascar de l’exil. Un Madagascar ancré dans les souvenirs d’enfance et de jeunesse du poète qui a quitté son île et son jeune âge depuis longtemps maintenant. Où que ses pas le conduisent à travers le monde, à Venise, à Vérone, à Paris, à Prague, à Bruxelles, à Heidelberg, à Reykjavik, à Copenhague, à Londres, à New York, à Dehli, à Chiang Mai, à Hanoï, ou encore dans le petit village alpestre de Notre-Dame-de-Bellecombe, l’exil toujours le ramène à sa terre natale et à ses premières années. C’est en cela que ces poèmes sont véritablement universels. Ils nous parlent de cet ailleurs, un ailleurs du temps et de l’espace, qui est en chacun de nous, que nous avons perdu en apparence, mais que nous retrouvons partout et à chaque instant quand notre sensibilité se met en éveil. C’est cet ailleurs que la poésie d’Alain-Aimé fait revivre en nous avec tant de force et de délicatesse. Que l’on soit Malgache, Européen, Américain, Asiatique, Africain ou même, si cela était possible, de la Lune. Par-delà nos différences de langues, de couleurs de peau, de croyances, de classes sociales, la force de cette poésie est de nous rappeler que nous sommes fondamentalement les mêmes. Nous qu’un rire d’enfant vient réveiller en nous celui que nous avons été au même âge, et la silhouette d’une vieille citadelle sur la colline la mémoire confuse de nos ancêtres.

Au terme de ce voyage initiatique, le lecteur sort purifié et revigoré. Il s’est un temps coupé de la frénésie et de la superficialité pour se mettre à l’écoute des correspondances du monde. Il s’est grandi en entendant l’autre résonner en lui-même, en entendant la poésie malgache entrer en symbiose avec la poésie française. Et il s’est ému en reconnaissant, à travers ce premier recueil, la figure d’un grand poète.

Paul Baquiast

Historien et romancier

*******************

 

EXTRAIT CHOISI PAR L’AUTEUR POUR VOUS LECTEURS DE MADAGATE

Androy[1].

Zébus comme lustres, bastide délicate.

Olympien fantsilohitra[2], panache sans ambages.

Déliés guerriers, contour spartiate.

Balahazo[3] erratique, vovo[4] : un mirage.

Tourbillon de poussière, couvre-chef acuminé,

Fleurs rouges en faction, les pagnes tempèrent,

Vénusté des tresses, masque de beauté.Lamba[5] en soie, les sobika[6] insèrent.

A l’ombre de Vénus, l’Androy frémit.

Étendue aux épines, hazomanga[7] en transe.

Cochenille[8], apocalypse, sanglots imprécis.

Extase partisane, clameurs et danses.

Sagaies au son de flûtes, frondes en éveil.

Ballets de rémiges, rimotse[9] impatients.

Sahiry[10] en éloge, beko[11] en tenaille.

Déambulation des esprits, passerelle colligeant.

Paris, 18 juillet 2016.

[1] Région semi-désertique située au sud de la Grande Île, dans la Province de Tuléar.

[2] Arbuste du sud de Madagascar, appelé également arbre pieuvre.

[3] « Manioc ».

[4] Un « trou » qu’on creuse dans le sable pour puiser de l’eau. Une pratique courante qui se fait dans la région d’Androy à cause de la rareté de l’eau.

[5] Élément emblématique du costume traditionnel malgache, constituée d’une pièce de coton ou de soie. Le lamba est porté indifféremment par les femmes ou par les hommes.

[6] Grand panier en osier.

[7] Plante offrant un colorant à la soie. Elle est censée éloigner les maladies du bétail, et est également reniflée pour le mal de tête. Aussi, c’est le nom donné par les Sakalava (Population de l’Ouest malgache) à toutes les plantes utilisées dans la cérémonie de la circoncision.

[8] Cochenille dactylopidae, insecte nuisible aux cactus. Pour détruire les cactus qui rendaient difficile la pénétration des troupes françaises dans l’Androy, le Gouverneur Général Marcel Olivier a sollicité Perrier de la Bâthie et Petit pour y introduire ce type de cochenille. Cette opération a ravagé les cactus entraînant une catastrophe écologique et humaine dans les années 1930-1931.

[9] Chant avec des passages de sons gutturaux, d’halètements ou de raclements de gorge.

[10] Chanteurs de beko qui effectuent les chants en psalmodiant. Ce sont des professionnels qui se produisent surtout à l’occasion des funérailles. Ceux-ci sont payés en zébus ou en chèvres.

[11] Tradition musicale de l’Androy, chantée en a cappella.

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Le nouveau représentant de FFE chez le PM

Le nouveau représentant de la FFE à Madagascar chez le Premier ministre.

Le nouveau Représentant résident de la fondation Friedrich Ebert Stiftung à Madagascar, Constantin Grund, a effectué une visite de courtoisie auprès du Premier ministre, Chef du gouvernement, Christian Ntsay, hier, à Mahazoarivo. Les discussions ont porté notamment sur plusieurs sujets concernant les défis socio-économiques dans la Grande Ile, et sur les points pour lesquels la fondation pourrait éventuellement accompagner les efforts en cours, du Gouvernement malgache. Notons que Madagascar fait partie de ces premiers partenariats Afrique, où le contact avec la fondation s’est développé, quelques années seulement après l’indépendance du pays, notamment dans le domaine de la promotion des coopératives et des syndicats.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Retranchement de 200.000 personnes sur la liste électorale

Selon le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, l’inscription des électeurs dans la liste électorale a pris fin, hier, (15 février) et que l’arrêtage provisoire sera le 28 février prochain. L’électeur aura ainsi 20 jours après la publication par le Fokontany de la dite liste pour procéder à des réclamations. Toujours d’après le vice-président de la CENI, après les opérations de retranchement des doublons et des décédés, l’on a dénombré 200.000 personnes qui ont été rayées de la liste électorale sur tout l’ensemble du territoire. Faut-il rappeler que l’ouverture de la liste électorale dans le cadre de sa révision annuelle a débuté le 1er décembre dernier. En outre, la Ceni a fait savoir que la clôture définitive de la liste électorale est prévue pour le 15 mai 2019. Concernant la caution pour les législatives, elle a été fixée à 5 millions d’ariary.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Début de la lutte contre l’impunité

Petit à petit, le régime pose ses jalons dans le paysage politique malgache. Il assume son emprise sur l’exécutif en disposant d’un pouvoir quasi absolu. L’onction de la HCC lui permet d’agir à sa guise jusqu’aux élections législatives. Il peut maintenant agir sans prendre de gants et entamer sa croisade contre les fraudeurs et les corrompus. Il l’a inaugurée en faisant procéder à ces arrestations spectaculaires de Maminirina Eddy, considérés auparavant comme intouchable et Mbola Rajaonah, l’une des personnalités de l’entourage de l’ancien président. Les actions menées par les forces de l’ordre ont frappé les esprits, mais on se demande s’il ne s’agit que d’un feu de paille et si les poursuites vont continuer et toucher tous les trafiquants et les corrompus qui jouissaient jusqu’à présent d’une totale impunité. Les noms de ces derniers sont sur toutes les lèvres et on attend donc la suite des événements avec intérêt. En dehors de ces actions montées en épingle par la presse, le régime continue à asseoir son assise, en reprenant en main le pôle diplomatique. La mise à l’écart d’ambassadeurs et consuls était certes attendu, mais on ne pensait que cela se ferait aussi rapidement. Tout aussi vite s’est faite l’annonce d’expropriation faite par l’état de plusieurs dizaines d’hectares à Ivato pour la construction de buildings « mora », respectant ainsi les promesses faites pendant la campagne électorale ;Mais le problème de la Jirama assombrit ce tableau que le pouvoir veut idyllique. Les délestages tournants et les coupures d’eau alimentent une grogne des usagers qui s’ils continuent, peuvent entraîner un début de révolte. Les explications fournies par les responsables tiennent la route, mais les consommateurs ont de plus en plus de mal à supporter les désagréments occasionnés.

Sur le plan international, c’est le 32e sommet de l’Union africaine qui a marqué cette semaine. L’Afrique a réussi sa grande réunion qui a vu le passage de flambeau entre le Rwandais Paul Kagame et l’Egyptien Abdel Fatah al Sissi. A la présidence flamboyante du premier succède celle plus classique du second. Le président égyptien a rappelé l’époque de Gamal Abdel Nasser, grand défenseur de l’Afrique. Ce sommet a été aussi marqué par la présence des deux présidents nouvellement élus, Andry Rajoelina et Félix Tsisekedi. Ils ont été chaleureusement accueillis par leurs pairs.

Aux Etats Unis, la catastrophe, est évitée après le vote massif des sénateurs sur le compromis budgétaire permettant d’éviter le shutdown. Le président Donald Trump a déclaré qu’il ne bloquerait pas cet accord et qu’il allait déclarer « l’urgence nationale » pour financer la construction de son mur.

En France, le grand débat initié par le pouvoir n’a pas encore réussi à éclipse les « gilets jaunes » de la scène nationale Les interventions des citoyens qui y participent sont très passionnées et même parfois irrespectueuses selon certains. En témoigne la manière dont a été apostrophé le Premier ministre Edouard Philippe lors d’une émission spéciale organisée par la chaine d’information LCI. Mais l’opinion publique commence à se lasser du mouvement comme le suggèrent les sondages d’opinion. La côte d’Emmanuel Macron et de son Premier ministre commence à remonter.

Le régime continue de s’affirmer. Il impose ses vues sans prendre de précautions. Il peut le faire puisque son pouvoir absolu est légitimé par la HCC. Ce pouvoir est certes limité dans le temps, mais il doit en profiter pour aller de l’avant. Les arrestations spectaculaires de ces derniers jours ont fait grincer les dents de certains. Il y a eu des réserves émises, mais les actions entreprises semblent justifiées. On peut parler du début de la lutte contre l’impunité.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Election du président du SMM : Clément Jaona mène provisoirement

L’élection du président du syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) s’est tenue, hier, à Anosy. Deux candidats sont en lice. Il s’agit notamment de Clément Jaona et de Franklin James Rakotomahanina. L’élection a débuté à 9h pour se terminer à 16h. Pour Antananarivo, cela a eu lieu à la Cour suprême et à la Cour d’Appel. Les résultats de cette élection devraient être connus avant le 8 mars prochain. Selon la tendance, le candidat Clément Jaona mène largement devant son concurrent direct. Notons que le mandat des nouveaux membres du bureau du SMM est de trois ans si auparavant il a été de l’ordre de deux ans.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Convention TOP Mada – ATBC : La biologie tropicale et le développement durable à l’honneur

A gauche M. Rampampionona Jonah – SG TOP MADA, A droite Pr Rakotomanana Hajanirina Président du Comité d’Organisation ATBC 2019.

La Grande Île va accueillr du 30 juillet au 3 août prochain la 56e réunion annuelle de l’association ATBC ou « Association for Tropical Biology and Conservation ». Un rendez-vous international durant lequel des spécialistes de la Biologie tropicale seront dans nos murs et il serait question de plaidoyer pour la conservation de la biologie tropicale. Une biologie tropicale rare qui attire des touristes étrangers que ce soit dans le dessein de recherches scientifiques ou encore dans le sens touristique de la question. La place du secteur tourisme dans la conservation de ces ressources est donc importante et n’est plus à expliquer. La signature de la convention de collaboration entre les associations ATBC et TOP MADA ou (Tours Opérateurs Professionnels réceptifs œuvrant à MADAGASCAR) dans le cadre de l’organisation de la 56e réunion annuelle de l’association ATBC au CCO Ivato conforte cette place. Concrétisées par la signature d’une convention le lundi 11février 2019 dans les locaux de la Faculté des Sciences de l’université d’Antananarivo, la collaboration entre les deux associations entend « réussir le pari d’un accueil professionnel et de qualité de quelque  600 participants internationaux composés de chercheurs, d’étudiants, de professeurs, d’éducateurs et de praticiens de la conservation issus de 67 pays membres de l’ATBC« . Outre les échanges relatifs aux biodiversités tropicales, 22 circuits de découvertes et scientifiques devront être proposés aux participants du congrès. Des circuits qui devraient mettre en lumière la richesse de la biodiversité malgache, tels les baobabs, les « angonoka » ou « fotsimaso » d’Antsohihy ou encore les « Tsingy ». La conservation de la biodiversité malgache étant l’affaire de tous, on devrait  profiter au maximum des opportunités comme la 56e réunion annuelle de l’association ATBC.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Amboangibe Sambava : Zaza 23 matin’ny kitrotro

Noho ny firongatry ny valan’aretina kitrotro mamono zaza maro latsaky ny sivy taona, any amin’ny distrikan’i Sambava, dia miaina ao anaty horohoro saika isan’andro ny mponina, indrindra ireo any ambanivohitra tany lavitra andriana, toy any amin’ny kaominina Amboangibe. Raha ny fantatra, zaza manodidina ny 3 300 no tandindonin-doza amin’ny kitrotro. Rehefa nahazo baiko sy toromarika avy amin’ny Minisitry ny Fahasalamam-bahoaka mba hijery haingana ary handray an-tànana ireo marary ny ekipan’ ny Fahasalamam-bahoaka ao Sambava, notarihan’ny « Médecin Inspecteur » Dr Volamiharana Adélaïde, dia nanao be midina tany an-toerana nanomboka ny alakamisy lasa teo, ary raikitra ny fanaovam-baksiny manonkana nifarana omaly. Tokony amin’ny volana martsa ho avy izao ny anjaran’ny distrikan’i Sambava, satria mbola mikatso any Ambilobe hatramin’ izao ireo fanafody avy amin’ ny fitondram-panjakana noho haratsian’ ny lalana iaraha-mahita.

“Tsy mazoto manatona tobim-pahasalamana ny mponina. Nandritra ny fidinanay, tao amin’ny fokontany Andravitokana, izay 4km miala avy ao Amboangibe”, hoy ny Dr Volamiharana Adélaïde, nandritra ny valan-dresaka tamin’ny mpanao gazety tao amin’ny birao fiasany, dia mbola nahita zaza 19 ao anatin’ny tapak’ andro tratran’ny aretina kitrotro izahay, ary ao anatin’ny iray andro zaza efatra no maty. Ny mahatonga an’ io fiakaran’ny tahan’ny zaza maty io, hoy hatrany ity mpitsabo ity nanohy ny fanazavany, dia 90% ny zaza ao tsy vita vaksiny avokoa, ary faharoa tsy mazoto manatona tobim-pahasalamana ny mponina, porofon’ izany ireo ankizy 23 maty ireo, dia saika tany amin’ ny fiarahamonina avokoa.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Football- CAN2019 : Le match Sénégal-Madagascar totalement occulté !

La rencontre entre le ministre de tutelle et le Comité de normalisation du football n’a pas finalement abouti à grand-chose. Les deux parties ont plutôt parlé de tout et de rien en omettant l’essentiel dont ce match Sénégal- Madagascar.

Curieux mais le Comité de Normalisation évite de parler du match entre le Sénégal et Madagascar du 23 mars à Dakar alors qu’il a toute son importance au cours du tirage au sort des poules. A moins bien sûr que la Présidente Attallah Béatrice n’a jamais envisagé une victoire de Madagascar qui propulserait le onze malgaches dans le premier chapeau évidemment favorable, ne serait-ce qu’à l’idée de pouvoir éviter les grosses cylindrées d’Afrique.

Lacunes. La dernière sortie médiatique du Comité de Normalisation avec le nouveau ministre des Sports, Tinoka Roberto, a encore montré ses lacunes notamment quand il parlait de ne partir que le 12 mai et que la préparation des Barea ne débute qu’en juin.

Une déclaration qui montre qu’il ne fait pas grand cas du match des Barea contre le Sénégal du 23 mars alors qu’une victoire de Madagascar le propulserait en tête de son groupe et donc figurant normalement dans le 1er chapeau lors du tirage au sort.

Certes en théorie, Sadio Mané et ses mais sont hors d’atteinte, mais quand on revoit les matches des Lions de la Téranga contre le Soudan ou la Guinée Equatoriale, on se dit qu’ils sont loin d’être des foudres de guerre et restent prenables pour peu qu’on arrive à rehausser le niveau de jeu des Malgaches.

Assainissement. Une initiative, qui devait revenir à la Direction Technique Nationale qui a intérêt à trouver un bon gardien autre qu’Ibrahima Dabo, celui qui a pris l’eau face au Soudan mais aussi un bon attaquant pour palier à nos lacunes offensives. Pas grand-chose en fait mais des renforts indiscutables pour espérer aller loin dans cette Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Mais pour l’instant, c’est le cadet des soucis du Comité de normalisation qui consent enfin à faire ce qu’on attendait de lui, notamment de s’occuper des élections en prenant contact, hier, avec la ligue du Bongolava. Une démarche indispensable ne serait-ce que pour voir de quelle manière l’actuel président Désiré Rakotoarimino a écarté du processus électoral, Vonjy, son plus dangereux rival.

Il en devait faire de même pour la ligue de Haute Matsiatra tout comme il ferait mieux d’ouvrir une enquête sur les élections avortées de Sambava et voir qui a fait quoi avant d’opérer à l’assainissement invoqué par la Confédération Africaine de Football et la FIFA.

Bref, il y a de la matière pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être ,même si on ne peut pas s’empêcher de demander pourquoi la mission de ce Comité de Normalisation s’éternise autant pour ne prendre fin que le 12 mai pour un travail qui nécessite au plus… 30 jours. C’est anormal non ?

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

4e revue de la FEC : Confiance du FMI concernant les réformes économiques et l’IEM

Une bonne entente entre le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato et Marshall Mills, Chef de mission pour Madagascar du FMI.

Les relations actuelles entre le Fonds Monétaire International (FMI) et Madagascar se présentent plutôt sous de bonnes perspectives

Le nouveau Président de la République et le gouvernement ont expliqué. Le FMI est convaincu. L’équipe du FMI dirigée par Marshall Mills, Chef de mission pour Madagascar est rentrée plutôt satisfaite de la visite qu’elle vient d’effectuer à Madagascar du 11 au 15 février dernier, dans le cadre de la quatrième évaluation du programme de réforme économique de Madagascar soutenu par la Facilité Elargie de Crédit (FEC).

Conformes. Les réunions avec les autorités malgaches, dont le Président de la République Andry Rajoelina, ont en tout cas permis aux techniciens du Fonds d’être convaincus de la volonté du régime actuel d’avancer dans le processus de développement du pays, à travers les réformes économiques et les projets d’investissements envisagés. « Le Président et le nouveau gouvernement ont signifié aux équipes du FMI leur engagement à accélérer les réformes économiques dans le cadre du programme appuyé par la FEC et à poursuivre la coopération avec le Fonds » a notamment déclaré Marshall Mills, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de l’Economie et des Finances Randriamandrato Richard. « Les plans du nouveau gouvernement pour renforcer les dépenses sociales et d’investissements sont déterminants pour une croissance inclusive et concordent avec les priorités du programme » a-t-il ajouté. Sur ce point d’ailleurs, Marshall Mills a reconnu que les orientations du nouveau programme national de développement et de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) sont conformes avec celles de la FEC. A propos de l’IEM, il a notamment déclaré : « J’ai vu le document et j’ai constaté que les priorités sont conformes avec celles de la FEC, concernant notamment la priorisation des dépenses sociales et des dépenses d’investissement ».

Continuité. En somme, le régime Rajoelina mise, tout d’abord, sur la continuité des réformes engagées ces dernières années et qui ont permis au pays de retrouver petit à petit la croissance. « Les développements économiques ont été généralement favorables en 2018, malgré le cycle électoral » reconnaît le FMI qui est donc satisfait des performances économiques enregistrées. «La mise en œuvre du programme soutenu par la FEC est restée généralement satisfaisante tout au long de l’année, en dehors de quelques faiblesses dans le recouvrement des recettes en fin d’année. Les autorités malgaches ont rempli tous les critères de performance du programme pour le premier semestre et ont fait des progrès sur les réformes structurelles clés, telle que l’ouverture du premier pôle anti-corruption à Antananarivo. Au deuxième semestre, l’exécution budgétaire a été compliquée par un léger manque de recettes intérieures, lié à la période électorale »

Perspectives positives. Et 2019 sera encore mieux, d’après toujours les estimations du Fonds. « Les perspectives restent positives pour 2019, avec une croissance qui devrait encore dépasser 5 pour cent dans un environnement économique stabilisé, renforcée par une plus grande stabilité politique et l’engagement des autorités à mettre en œuvre des réformes économiques ». Mais surtout, le FMI ne reste pas indifférent, par rapport aux bonnes intentions du nouveau gouvernement. « Les plans du nouveau gouvernement pour renforcer les dépenses sociales et d’investissement sont déterminants pour une croissance inclusive et concordent largement avec les priorités du programme. Ces projets reposent de manière critique sur l’augmentation des recettes fiscales dans le cadre du programme, ce qui suppose la poursuite des réformes de l’administration fiscale et elles que le renforcement des procédures comptables, et la préservation des recettes, lesquelles pourraient souffrir de dépenses fiscales ou des régimes d’exonération. Une priorisation rigoureuse en matière de projets d’investissement et la préservation de la soutenabilité de la dette sont par ailleurs essentiels pour le succès de ces projets »

Déblocage. En somme, on assiste actuellement à une détermination sans faille du gouvernement à poursuivre les réformes. La gestion des finances publiques se fera avec les normes de gouvernance requises, a déclaré, le ministre des Finances et de l’Economie Randriamandrato Richard. « Nous serons extrêmement vigilants sur les respects de nos engagements en ce qui concerne les dépenses publiques et nous accordons une importance particulière à la nécessité d’augmenter les recettes publiques » a précisé le Grand Argentier. Bref, les techniciens du FMI vont rentrer à Washington avec des chiffres et des intentions encourageants. On attend la décision du Conseil d’Administration du Fonds dans les semaines qui viennent. Normalement ce sera le déblocage de la dernière tranche de la FEC. Une bonne perspective en somme pour Madagascar, puisque quand le FMI ouvre le robinet des financements, les autres bailleurs vont suivre. Sur ce point, d’ailleurs, Marshall Mills a déclaré, en ce qui concerne les projets de l’IEM que sources de financement sont déjà identifiables. « Ces financements peuvent provenir des bailleurs de fonds multilatéraux ou bilatéraux, mais également sous forme de partenariat public- privé » a précisé, pour sa part le ministre de l’Economie et des Finances. C’est parti pour la marche vers une croissance soutenue et inclusive.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Filière lait : 100 millions de litres/an de production nationale

La population malgache consomme entre 5 et 7kg de produits laitiers/habitant/an. (Photo d’archives)

On recense près de 9 millions de bovins dont environ 90 000 sont de race laitière à Madagascar.

Ceux-ci procurent une production nationale de lait autour de 100 millions de litres par an. « Ce volume de production reste encore très faible. Il en est de même pour la consommation de produits laitiers. En effet, la population malgache en consomme 5 à 7kg/habitant /an contre 20kg/habitant/an en moyenne en Afrique et 250kg/habitant/an en France », a expliqué Haingotiana Razafindraibe, le PCA de Malagasy Dairy Board (MDB) lors d’une conférence de presse hier à son siège à Anosimasina.

Lait de qualité. Cependant, le triangle laitier regroupant les hautes terres centrales, est favorable à l’élevage de vaches laitières compte tenu de son climat tropical et de l’existence de vastes plaines propices à la culture fourragère. « Le MDB a été ainsi mis en place en 2004 dans le but de promouvoir et de coordonner le développement de la filière lait à Madagascar. Pour ce faire, de nombreuses actions ont été déjà entreprises depuis ses quinze années d’existence.  Il s’agit  de la structuration de tous les acteurs opérant dans la filière or blanc, qui sont entre autres, les groupements d’éleveurs, les collecteurs, les transformateurs et les industriels. La professionnalisation de ces groupements d’éleveurs en matière de culture fourragère, de qualité,d’hygiène et d’insémination, a été également priorisée. Il y a eu une distribution des bidons en aluminium pour la conservation du lait. Maintenant, nous nous engageons à assurer l’approvisionnement en lait de qualité des consommateurs autour de la ville d’Antananarivo, via le projet ASA financé par l’Union Européenne. Des points de collecte de lait de qualité viennent d’être inaugurés. La sensibilisation de la population à consommer du lait et de ses produits dérivés, n’est pas en reste », a-t-il évoqué.

Spéculateurs. Par contre, le MDB reconnaît que des spéculateurs effectuant la collecte de lait durant la période de production, ne sont pas encore maîtrisés alors qu’ils mettent en péril l’avenir de cette filière porteuse. En effet, « les transformateurs ne sont plus approvisionnés régulièrement car ils achètent le lait entre 1.300 Ar à 1.400 Ar le litre contre 1.200 Ar en moyenne. Ils les revendent pourtant au même prix à Anosy, 67ha, Ambodin’Isotry et à Andrefan’Ambohijanahary. Les analyses effectuées ont montré que ce lait vendu dans ces quartiers contient des additifs comme le poudre de manioc, l’urine et le formol », a-t-il dénoncé. Ce groupement d’intérêt économique interpelle ainsi les autorités compétentes à prendre des mesures car cela constitue en même temps un grand danger pour la santé publique.

Journée de fourrage. Par ailleurs, le MDB va célébrer son 15e anniversaire cette année. Pour commencer, une messe sera organisée le 20 février à l’ECAR St François Xavier à Antanimena. Une journée de fourrage grande saison aura ensuite lieu à Tsiroanomandidy le 8 mars. Ce sera suivi d’une journée de fourrage de contre saison à Fianarantsoa. Et le 01er juin 2019, une foire du lait sera organisée au palais des Sports à Mahamasina. La célébration sera clôturée par un gala-déjeuner le 23 novembre 2019.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Carburants : Une nouvelle structure de prix d’ici fin mai

La semaine des hydrocarbures a été clôturée hier.

Toutes les parties prenantes ont été réunies lors de la semaine des hydrocarbures organisée par le Ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures à Ampandrianomby. Il s’agit entre autres, des opérateurs de distribution pétrolière,de l’administration et de l’association défendant les droits des consommateurs. A l’issue de cet événement, le ministère de tutelle et ces opérateurs concernés ont convenu de relever un défi, qu’est l’établissement d’une nouvelle structure de prix des carburants d’ici fin mai. Une feuille de route sera ainsi élaborée d’ici la fin de ce mois. « Un grand pas a été accompli car toutes les parties prenantes vont désormais travailler ensemble sur l’établissement de la nouvelle structure de prix des produits pétroliers », a évoqué Vonjy Andriamanga, le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures lors de la clôture de cette semaine des hydrocarbures hier.

Vérité des prix. En outre, « il s’avère primordial de renforcer la sécurité de l’approvisionnement en produits pétroliers sur toute l’étendue du territoire. Les opérateurs sont ainsi sollicités à investir davantage pour faire en sorte que les 119 districts soient dotés d’au moins d’une station-service jusqu’en 2023. Notre objectif vise à préserver les intérêts des consommateurs tout en assurant la rentabilité des activités des pétroliers. L’application de la vérité des prix s’impose ainsi. En effet, il n’est nullement question de fixer les prix des carburants car cela conduirait à la faillite du secteur pétrolier en aval. Le ministère veillera donc à encourager les initiatives, développer la compétitivité saine et à amortir autant que possible les brusques variations des prix que le secteur connait si bien », a-t-il précisé. L’actualisation du cadre légal et réglementaire, n’est pas en reste. Ainsi, le ministère entend finaliser la politique de l’Aval Pétrolier, du Code Pétrolier Aval et du Plan National de Sécurité de l’Approvisionnement.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

MAINTIRANO : Dahalo roa tamin’ireo nanafika pastora, maty voatifitra

Taorian’ny nanafihan’ny andian-dahalo nitam-piadiana mpitondra fivavahana iray sy ny toby tantanan’ity Pastora ity, tao amin’ny fokontany Anaborano, Kaominina ambanivohitra Andranovao, any amin’ny distrikan’i Maintirano, faritra Melaky, dia voasambotra ny roa tamin’ireo malaso, afak’omaly. Mbola nanohitra ny mpitandro filaminana anefa ireto dahalo niravaka ody gasy maro, ka voatery niaro tena nitifitra ny tandroka aron’ny vozona, ka lavon’ny bala ireo mpanani-bohitra, ary tsy nandaitra ny ody gasy voalaza fa mahery teto.  Mbola karohina fatratra atao hazalambo kosa ireo malaso tafaporitsaka naman’ireto dahalo namoy ny ainy ireto.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Gouvernement : 8 ministres attendus au tournant

Les tâches ne sont pas faciles pour le premier gouvernement d’Andry Rajoelina.

Faut-il attendre six mois pour que la population ne vive plus dans l’insécurité et le délestage ?

L’insécurité et le délestage font parler d’eux ces derniers jours. Outre les cas de kidnapping qui ont paralysé pendant plusieurs jours le district de Tsaratanàna, la population de la commune rurale de Mahitsy a récemment vécu une scène effroyable d’attaque à main armée  qui a fait perdre la vie d’un père de famille commerçant et d’un prêtre catholique innocent. Par ailleurs, les Tananariviens subissent un phénomène de délestage sans précédent. Ce « délestage tournant » pénalise les ménages et le secteur productif de la Capitale. Les deux phénomènes sont liés car le délestage favorise l’insécurité. Ce qui amène bon nombre d’observateurs à s’interroger sur ce que font le nouveau ministre de la Défense nationale Léon Richard Rakotonirina et le nouveau ministre de la Sécurité publique Roger Rafanomezantsoa, ainsi que le nouveau secrétaire d’Etat en charge de la Gendarmerie nationale Richard Ravalomanana. Des voix s’élèvent également contre les coupures fréquentes de courant en interpellant le nouveau ministre en charge de l’Energie qui, interrogé par les journalistes sur ce problème de délestage, s’est contenté d’affirmer que la question sera discutée durant la « Semaine de l’Energie ». D’autres membres du gouvernement sont également attendus au tournant par la population qui aspire au changement depuis l’accession au pouvoir d’Andry Rajoelina. C’est le cas du ministre en charge des Travaux publics Hajo Andrianainarivelo par rapport à la dégradation de l’état de certaines routes de Madagascar.

Justice à deux vitesses. Dans le cadre de l’instauration de la culture d’impunité prônée par le nouveau président de la République, les regards sont tournés vers le nouveau ministre de la Justice Jacques Randrianasolo après l’arrestation de deux grands opérateurs économiques très connus du public dont Eddy Maminirina et Mbola Rajaonah. Dans l’exercice de ses fonctions, le nouveau Garde des Sceaux ne devrait pas donner l’impression qu’il y a une justice à deux vitesses à Madagascar en laissant impunis les autres opérateurs économiques qui sont également impliqués dans des affaires de trafic et de corruption. A l’époque, avant de quitter Mahazoarivo, l’ancien Premier ministre de la Transition Omer Beriziky a publié une liste des personnalités impliquées dans des trafics de bois de rose. Pour sa part, le nouveau ministre de la Santé publique Julio Rakotonirina devrait faire preuve d’efficacité dans la lutte contre la rougeole. Quant à la nouvelle ministre en charge du Commerce Lantosoa Rakotomalala, son intervention s’impose pour maîtriser la hausse des prix des PPN (Produits de Première Nécessité). Par ailleurs, les agents de l’Etat attendent du nouveau ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato la hausse à 200.000 Ar du salaire minimum. Bref, la population attend du nouveau régime des vrais changements qui ont d’impacts directs sur sa vie. A rappeler que le nouveau président de la République a donné six mois aux membres de son premier gouvernement pour réaliser des résultats probants au sein de leurs départements respectifs.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Farafangana : Mpampianatra iray maty notifirin’ny jiolahy, lasan’ny olon-dratsy ny basiny

Mpampianatra iray, antsoina hoe Ravelomanantsoa Benoit, « surveillant » ao amin’ny « Ceg de Référence » Farafangana, Dren Atsimo Atsinanana, no maty notifirin’ ireo jiolahy nanafika tao an-trano natoriany, ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy teo, tokony ho tamin’ny roa ora naraina, tao amin’ ny fokontanin’ i Mahatsara Avaratra, Distrikan’i Farafangana. Namela kamboty fito mianadahy sy sy mananon-tena iray Ratompokolahy. Raha vao tafiditra tao an-trano ireo jiolahy nanao be fiavy, araka ny nambaran’ny vadin’ny maty, dia nanontany avy hatrany : « aiza ny basinareo ? », ka raha vao niarina teo am-pandriana natoriany ity raim-pianakavina ity, dia tifitra no nitsena azy ary niantefa teo amin’ny tratrany sy ny sorony ny bala. Rehefa tsy afa-nihetsika, tsy afaka nanao na inona na inona ny iray trano, dia nentin’ireo olon-dratsy ny basin’ity mpampianatra nitolefika tsy nahatsiaro tena ity intsony, hoy ny tati-baovao voaray. Raha ny fantatra, dia anisan’ireo may trano ny 11 febroary lasa teo, tao amin’ny fokontany Morafeno ity mpanabe 60 taona katroka ity, izay an-dàlana mikarakara ny antontan-taratasy fisondroan-drononony, mamaramparana ny fanatanterahany ny asany, izao nindaosin’ny fahafatesana izao noho ny hetraketrak’ireo tsy mataho-tody.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Fakàna an-keriny tao Tsaratanana : Olona sivy no efa voasambotra, zandary ny iray

Taorian’ireo trangana fakàna an-keriny nisesisesy tany amin’iny faritra Betsiboka iny dia fantatra izao fa nahatratra sivy ireo olona nosamborina. Nisy zandary iray tao anatin’ireo voasambotra ireo izay miasa any amin’iny faritra iny, voarohirohy tao anatin’ity resaka fakàna an-keriny ity.

Tsy mikely soroka tokoa ireo zandary, eny fa na dia azo lazaina aza fa mafimafy ihany ny fanaovana fanadihadiana mahakasika ireto trangana fakàna an-keriny nitranga, indrindra fa tany amin’ireo distrika roa, Maevatanana sy Tsaratanana, araka ny fanazavàna azo. Eo aloha, hoy ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandary, izay nidina tany an-toerana mihitsy nijery ny zava-nisy, ny fahalaviran’ny toerana sy ny fitokana-moninan’ity distrika iray ity. Eo ihany koa ny tsy fahatokisan’ny vahoaka intsony ireo mpitandro filaminana, hany ka sarotra dia sarotra ny fanangonam-baovao, hoy hatrany fanazavàn’izy ireo nandritra ny tafa tamin’ny mpanao gazety omaly. Na izany aza anefa, misy ny vokatra. Olona valo, izay nandray anjara nivantana sy an-kolaka tamin’ilay fakàna an-keriny mpitsabo mpanampy tany Manakana no efa voasambotra ary atolotra ny Fampanoavana androany. Nanampy isa azy ireo ny zandary iray, izay miasa any an-toerana. Voaporofo fa isan’ireo mpiray tsikombakomba tamin’ireo mpaka an-keriny. Ny famotorana ireo valo voasambotra aza moa dia nilaza fa ity mpitandro filaminana mpihoa-pefy ity mihitsy no mamatsy bala sy basy ireo malaso. « Tsy mandefitra velively amin’izany ny zandary » hoy hatrany ireo tompon’andraikitra.

Tsy maintsy andraisana fepetra ihany koa anefa ireo tsy mahavita ny asany. Araka ny tenin’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandary hoe «  mila zandary miasa sy mandray andraikitra ». Fantatra ary fa nisy ny famindràna toerana tompon’andraikitry ny zandary maromaro tany an-toerana. Nisy ihany koa ny fandefasana zandary maromaro hafa indray, avy eo amin’ny vondron-kery manokana, hanampy isa ny any an-toerana, izay inoana fa hitondra vokatra eo anetrahan’ity trangana tsy fandriampahalemana manjaka any ity. Miraviravy tanana tokoa mantsy ireo mponina any amin’iny faritra iny amin’ity resaka fakàna an-keriny ity. Ary tsy ireo mponina ihany fa indrindra ireo mpiasam-panjakana miasa any. Tsiahivina tokoa mantsy fa efa nisy roa no lasibatry ny dahalo mpaka an-keriny tany amin’iny distrika Tsaratanana iny. Ny iray, mpitsabo mpanampy tao Manakana izay nahasamborana ireo olona voalaza etsy ambony ireo, ary ny faharoa ilay Sefo Zap tao Tsaratanana faharoa, izay marihana fa samy mbola eny am-pelatanan’ireo olon-dratsy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Basket-bal l- Afroleague : Le COSPN échoue d’entrée face au Petro

Les Angolais sont omniprésents aux contres face aux Malgaches (en blanc)

Prévisible. Peut-être pas tout à fait car on misait aussi sur la valeur des renforts dont le Franco-sénégalais Alpha Touré et Allan, l’ancien du SEBAM connu pour être l’un des meilleurs arrières-postes. Mais malheureusement, cela n’a pas empêché le COSPN de couler corps et biens devant l’expérience des Angolais du Petro Atletico.

Une classe d’écart sépare le COSPN aux Angolais du Petro Atletico. C’est le moins qu’on puisse dire de la première journée des éliminatoires de l’Afroleague de basket au niveau des clubs.

Nouvelle page. Les Malgaches avaient pourtant entretenu l’illusion en offrant un premier quart temps de rêve. Quand Rickley, le digne petit-fils d’Azaly Ben Marouf, claquait un trois points dès la première seconde et que son pote majungais Livio lui emboîtait le pas, on aurait cru, naïvement peut-être que le COSPN allait livrer une nouvelle page de l’histoire du basket-ball malgache.

Mais autant le dire, l’entame de match des policiers était exceptionnelle avec notamment le géant de 2m05, Alpha Touré, qui faisait le ménage sous les paniers. Même Claudio mit du cœur à l’ouvrage avec le soutien du public sous le charme.

Malheureusement pour les supporters, la mainmise des policiers allait prendre fin. Car en face et sous la conduite de l’international Chipriano, les Angolais revenaient dans le match en imprimant un rythme d’une rare intensité à tel point que les policiers baissèrent leur garde. Pire, certains se mirent à jouer sur l’homme plutôt que la balle.

Mesurer l’écart. Logiquement le Petro Atletico s’imposa avec de la marge sur un score de 99 à 76 qui aurait pu s’alourdir davantage tant l’écart est énorme.

Dans l’autre match, on a également assisté à la supériorité des Egyptiens du Smouha conduite par un James Justice dont le talent est inversement proportionnel à sa taille. Il est doué. Très doué pour servir ses coéquipiers dont Okosu qui incarne la puissance à l’état pur sans oublier ce tireur d’élite de Saaka Amu, le meilleur marqueur dans le camp égyptien.

La victoire finale de 78 à 65 devant le Mazembe illustre bien le statut de favori du Smouha. Comme le hasard fait bien les choses, le face à face opposant Smouha au Petro Atletico sera réservé pour dimanche, histoire de terminer les éliminatoires sur un show d’exception. Mais c’est au moins cela pour permettre au camp malgache de mesurer l’écart qui le sépare de l’élite africaine.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Délestage programmé à Tana : Grogne des abonnés de la Jirama

L’explication du bas niveau des eaux en pleine saison de pluies a du mal à être avalée par les abonnés de la Jirama.

La liste des quartiers touchés par les délestages est assez longue comme la durée des coupures.

Ras-le-bol total des abonnés de la compagnie nationale d’eau et d’électricité face aux coupures intempestives de l’électricité de ces derniers jours. Des coupures qui perturbent le quotidien de beaucoup de Tananariviens qui se sont habitués à un minimum de service de la compagnie en question. Les délestages sont de retour depuis hier et divers quartiers ont été impactés. Comme c’est le cas des 67 Ha, d’Ambodin’Isotry, d’Isoraka et bien d’autres encore. Trois coupures qui ont été de trop pour certains Tananariviens dont les activités économiques se basent surtout sur l’électricité. Les gérants de cyber café, de salon de coiffure, de multiservice ou encore de bar des quartiers touchés se sont plaints les premiers. Comme le cas de Koto (nom d’emprunt), propriétaire d’un multiservice situé aux 67Ha qui auraient vu ses recettes baisser considérablement. « Les gens viennent ici pour les services habituels comme la photocopie ou l’impression. Les coupures de l’électricité perturbent beaucoup l’offre de service et par la suite la rentrée d’argent. Les gens partent alors qu’ils auraient pu payer des services chez moi« . Outre les problématiques liées et causées par les coupures, les abonnés de la Jirama déplorent également le non- respect par la compagnie nationale des heures fixées dans le calendrier. « La Jirama ‘Officiel’ (page Facebook de la compagnie) te sort un programme de délestage avec des heures bien précises et les quartiers concernés. Chose incroyable, tous les horaires sont faux…On s’est préparé pour 14h00 mais on s’est réveillé sans électricité » déplore un internaute dans un poste sur le réseau social Facebook. Constat partagé par beaucoup de Tananariviens qui ont dû essayer de planifier leur journée par rapport au calendrier publié par la Jirama mais qui ont été désagréablement surpris.

Explication. Dans un communiqué, la Jirama explique « être contrainte d’appliquer à nouveau le délestage tournant dans plusieurs localités du Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) reliant Antananarivo, Analavory et Moramanga. La Jirama avance également qu’il y a « un déficit de puissance enregistré compte tenu du niveau des eaux de plus en plus bas des barrages« . Le communiqué de la Jirama a également laissé entrevoir la possibilité du changement des horaires de coupure. « Le programme indicatif de délestage, susceptible de flexibilité, tiendra compte de la disponibilité des équipements » peut-on y lire. Se voulant rassurant, la compagnie nationale d’eau et d’électricité a toutefois fait savoir qu’elle ne « ménagera aucun effort pour limiter autant que possible les multiples désagréments liés aux perturbations de la desserte en électricité et en eau ». Aussi, « l’administration générale de la JIRAMA déploie tous ses efforts afin de résoudre le problème et, ainsi de rétablir à la normale l’approvisionnement en électricité dans tout Madagascar« . On voudrait bien croire que la compagnie essaie de régler le problème mais pour le cas du réseau Interconnecté d’Antananarivo en particulier, on ne voit pas comment la Jirama va s’y prendre pour régler les problèmes de niveau des eaux dans les barrages. Quoi qu’il en soit, le retour des délestages dans la Capitale est survenu quelques jours après l’annonce de l’autorisation pour la Jirama d’importer des fuels lourds. La situation aurait-elle quelque chose à voir avec la fourniture de carburants suite à l’annonce de cette « opportunité » ? Si c’est bien le cas, la transition énergétique serait dans tous ses états.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Guide du weekend

Malm Martiora se déplace à Ivato

Depuis quelque  temps, Malm Martiora sillonne les lieux de concert en solo, ce chanteur possède un avenir certain. Il va le démontrer ce jour au « New Para Resto » à Ivato à partir de 14 h pour un concert « Love mifety ». Comme son titre l’indique, sa représentation se fera sous le signe de l’amour. Ce ne sera pas étonnant de le voir entonner les chansons comme « Fa misy inona », « Maninona anao », « Hainao » et bien d’autres. Autant de titres qui ont réussi à le faire connaître par les amateurs de musique urbaine. Les « featurings » seront aussi attendus, Malm Martiora possède également un répertoire assez fourni en duo.

« Rap Gasy Unity » en rassembleur

Le concert « Rap gasy Unity » aura lieu au « Kianjan’ny Kanto » Mahamasina ce jour à partir de 9 h. En tout, ce seront plus de 60 groupes qui vont se succéder sur scène. Toutes les générations seront représentées à commencer par les pionniers comme « Xcrew » ou « Big Jim Da ». La génération montante sera représentée par des formations comme « Brwhonix » ou encore « Fitia ». Les organisateurs ne comptent pas faire dans la dentelle en invitant le maximum de rappeuses. L’objectif de « Rap Gasy Unity » est de mettre en commun le talent des pratiquants et pratiquantes malgaches en un seul évènement pour l’unité.

Shyn à la « Suite 101 »

La « Suite 101 » Antaninarenina accueille un invité de marque ce soir à partir de 20 h, il s’agit du roi actuel du r’n’b malgache, Shyn. Pour un de ses rares concerts dans la Capitale, les fans pourront se délecter des « Resim-pitiavana », « Ngôma » et d’autres encore. Sûrement la nuit sera longue, comme il s’agit d’un « show case », l’artiste proposera sûrement quelques surprises qui vont ravir l’assistance. Cela fait un moment que Shyn est attendu par ses fans à Antananarivo, un concert sur une scène plus élargie est ainsi à espérer. Sans doute, la présence de Denise à ses côtés ajoutera encore plus de magie à cette prestation.

Mr Sayda au Kudeta Anosy

Mr Sayda débute son année musicale par un concert au « Kudeta » Anosy ce soir à partir de 20 h. Une scène qui est d’habitude réservée à des artistes confirmés ou des festivals de renom, pas le genre de « idole des ados » que traîne Mr Sayda. Cependant, dans cette catégorie, cet artiste est l’un des plus marquants de sa génération, avec des textes travaillés et une musique qui atteint de plus en plus la maturité. Avec ses titres comme « Tafalatsaka », « Mba marina anie », « Malala »… L’année 2019 semble être celle pour s’ouvrir à d’autres horizons pour Mr Sayda. Il faut attendre de voir pour en avoir le cœur net.

Fjkm Anosivavaka, récital de Silo et Sonn

Pour les amateurs de musiques évangéliques, le récital « concert d’orgue » au Fjkm Anosivavaka à 15 h sera un moment privilégié avec Silo et Sonn. Ce duo inédit jouera uniquement de l’orgue, tout un programme. Ceux ou celles qui veulent Silo sur un autre registre et passer des moments pieux pourront profiter de ce concert. L’évènement se tient à l’occasion de la célébration du 53e anniversaire de la chorale « Anjomara » Anosivavaka. Il faut croire que le Tout Puissant adorerait quelques louanges musicales avec quelques pointes de jazz ou de blues, comme seul Silo sait le faire. De quoi conclure la semaine avec grâce.

Cc Esca accueille Nate Tex

Nate Tex veut tenter un coup de poker en montant sur la scène du Cc Esca Antanimena, demain à partir de 15 h. Le jeune chanteur veut sans doute sortir de son statut de jeune premier et faire les choses comme les grands. Investir le Cc Esca, c’est comme sauter sur le tremplin. La réussite équivaut à poser un pied dans le microcosme des chanteurs confirmés. Avec ses titres comme « Tsara tso-drano », sans doute son meilleur tube depuis le début de sa carrière, et « Fo feno », qui a été classé dans le top des chansons lors de sa sortie. Nate Tex va donc confirmer pour ce concert au Cc Esca Antanimena.

Maminirina Rado/Zo Toniaina/Iss Herdiny

Madagate0 partages

Friedrich Ebert Stiftung Madagascar. Constantin Grund nouveau patron

De gauche à droite : Marcus Schneider, représentant sortant; Christian Ntsay, Premier ministre; Constantin Grund, nouveau représentant de la Friedrich Ebert Stiftung Madagascar

Madagate0 partages

Mahanoro. Fara-veloma ho an’i Jean Lucien (1953-2019)

Mahanoro, Zoma 15 Febroary 2016. Rehefa nandaho ny tranony ao amin’ny cité Valpinson, Toamasina ny nofo mangatsiakan’i Tompokolahy Jean Lucien -Papan’ny minisitry ny Mponina, Lucien Irmah Naharimamy- izay nodimandry ny 13 Febroary 2019, dia nentina fiara « corbillard » ho any Mahanoro (250 km eo ho eo avy ao Toamasina).

Ny Sabotsy 16 Febroary 2019 i Tompokolahy Jean Lucien no halevina ao amin’ny fasan-drazany ao Mahanoro ihany.

Aminy iray ora dia hisy fotoam-pivavahana ao an-tranony ao Ampapagnambo ary aorian’izay izy no halevina ao an-fasan-drazany ao Andranolava. Amin’ny anaranan’ny ekipan’ny madagate dia maneho etoana ny fiaraha-miory amin’ny fianakavian’ny Minisitra Lucien Irmah Naharimamy tsy ankanavaka.

Jeannot Ramambazafy – Sary Harilala Randrianarison