Les actualités Malgaches du Mercredi 24 Octobre 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara0 partages

Lieux de détention à Madagascar : Surpopulation carcérale et conditions de détentions inhumaines

La Commission nationale indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a organisé hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano, une table ronde sur l’urgence de l’amélioration des conditions de détention à Madagascar.

Surpopulation carcérale. Des conditions de détention inhumaines sur fond de surpopulation carcérale, qui dépassent l’entendement. Pour ne parler que de Tsiafahy où 200 personnes s’entassent et dorment à même le sol dans une cellule, normalement prévue pour 70 personnes. Sans parler de l’état de délabrement avancé des infrastructures, allant des cellules aux sanitaires, dont l’entretien et la propreté laissent vraiment à désirer ; avec tout ce que cela implique de prolifération de maladies et de risques pour la santé. Par ailleurs, les violences entre prisonniers, mais aussi celles perpétrées par les pénitenciers sont légions, combinés à la malnutrition sévère, cela bafoue non seulement les droits humains fondamentaux, mais les exposent carrément à la mort. Pas étonnant, si l’année dernière plus de 900 détenus, dont des mineurs, ont trouvé la mort en prison.

Détention préventive. Ont été principalement relevées lors de cette table-ronde les mesures à prendre en amont et en aval pour venir à bout de la surpopulation carcérale, les principales causes de cette surpopulation carcérale ; les violences au sein des maisons de détention ou des maisons d’arrêt, les conditions sanitaires, etc. Ainsi, il a été sans grand étonnement annoncé que la principale cause de la surpopulation carcérale est la tendance abusive à détention préventive. Des responsables auprès d’organisations de la société civile parlent même d’une « crise de la détention préventive à Madagascar ».  « Nous avons visité une prison dans le Sud-est de l’île, près de 90%, pour ne pas dire 100% des détenus n’ont pas encore été auditionnés et condamnés. Alors que la Constitution malgache même stipule que la détention préventive est une exception, le mandat de dépôt (MD) devient carrément systématique, avec de l’autre côté une lenteur exagérée des procédures d’audience et de jugement (environ 50% des détenus sont prévenus). C’est aberrant et il s’agit bien d’une injustice ».

Systématisation du MD. Lors de la table ronde, il a été relevé que la corruption qui sévit encore dans le milieu de la Justice fait partie des facteurs qui favorisent la systématisation des  MD. Toutefois, bien que connus de tous au niveau de la pratique ces cas de corruption et de vices de formes ne sont pas évidents à prouver, s’ils ne sont pas habilement coordonnés, voire camouflés. Ainsi, des solutions ont été avancées, à savoir : la construction de lieux de détention supplémentaires (prévus et promis par le ministère de tutelle pour 2019) ; l’éducation et l’information de la population sur ses droits avant, pendant et après toute procédure administrative pouvant mener à l’incarcération ; et enfin le renforcement, voire la mise en place de dispositifs de contrôle et de sanctions plus poussés sur les cas de corruption et vices de forme au niveau du Tribunal de première instance, afin d’éviter et/ou de limiter la systématisation de la détention préventive.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Campagne électorale : « On est dans la corruption des électeurs, on achète leurs voix », constate Lova...

Une fois de plus, le plafonnement des dépenses et des recettes de campagne (ou de précampagne) est exigé. Cette fois, cette recommandation émane de Lova Rabary Rakotondravony, journaliste. Hier, elle a présenté au Tamboho Ambodivona les résultats de ses recherches sur « les campagnes et pré-campagnes électorales à Madagascar : de mauvaises pratiques en pratiques malsaines. Contribution à une amélioration des pratiques politiques dans la Grande Ile ».

En effet, nous ne sommes pas sans savoir que nombreux observateurs, citoyens attendent des débats d’idées, des débats de fond aient lieu entre les candidats, et que les meetings soient véritablement l’occasion pour les citoyens (indécis) de choisir le meilleur projet de société à réaliser pour les cinq années à venir. Mais, ce qui se passe actuellement en est autrement. Pour Lova Rabary, « l’idée de la campagne étant d’éclairer le choix des électeurs, de les convaincre à voter pour tel ou tel candidat parce que celui-ci propose une vision, un programme bien ficelé, bien budgétisé ». Mais ce n’est pas tout. « Pendant la campagne, l’idée est aussi de montrer aux électeurs les qualités humaines d’un candidat : sa posture, son attitude, son leadership. Et tout cela se fait à travers les meetings, les débats publics, les brochures, les reportages dans les médias, les affiches », poursuit-elle. La liste est loin d’être exhaustive mais en tout cas, force est de reconnaître que les citoyens ne « voient » jusqu’ici que la personnalité de leur candidat, pérennisant le « culte de la personnalité ». Grâce ou à cause de (c’est selon) de la communication, peut-être.

Corruption des électeurs.Facebook, Instagram, Twitter, les médias traditionnels sont les principaux outils des candidats pour effectuer leur communication. Effectivement, cette dernière revêt un caractère essentiel durant la propagande pour permettre une meilleure inculcation des idéaux, de la vision de tel ou tel candidat chez les électeurs. Le candidat transmet son message sur Facebook (qu’est le plus utilisé par l’ensemble de la population malagasy) et les abonnés le reçoivent voire le partagent. De là, naissent les débats d’idées sur son projet. En principe, c’est ce qui doit être. Mais actuellement, « la communication prend le  pas sur les idées » selon Lova Rabary, dans la mesure où « beaucoup de candidats prennent davantage soin de leur communication et en oublient les idées, et certaines pratiques biaisent l’élection parce qu’elles occultent les débats et les idées : d’une part, les candidats ne vont plus en profondeur dans les explications de leur programme, de leurs idées ; et d’autre part, les électeurs ne peuvent pas poser les vraies questions, celles qui leur permettent de comprendre les enjeux de ce que les candidats proposent ». Le constat de Lova Rabary est même alarmant : « aujourd’hui, on est dans la corruption des électeurs, on achète leurs voix ».

Midi Madagasikara0 partages

Décès : Jonga Bass n’est plus

Reconnu par son talent entant que bassiste, on le surnommait Jonga Bassiste.

Ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier ! Il était un homme calme selon les artistes qui travaillaient avec lui. Un homme d’ardeur au travail, la musique était aussi bien une passion qu’une fonction. Il a posé ses marques des tubes célèbres depuis les années 2000. Tellement qu’il est reconnu par son talent en tant que bassiste, on le surnommait Jonga Bassiste.« Je n’ai pas cru quand on m’a informé que Jonga est décédé, je suis l’un de ses meilleurs amis. Je n’en croyais pas », affirme le chanteur de salegy Ckais Le Oui avec les yeux plein de larmes.Hier, à 4h 30 du matin, le grand bassiste de la chanson tropical a rendu l’âme après avoir subi une opération chirurgicale d’appendicite. Un choc pour la famille et les amis. A 8 h 30, managers et artistes sont venus à l’hôpital HJRA pour réconforter la famille du défunt.Avant d’être le bassiste d’Elidiot, ce jeune homme, né le 2 juin 1981, était le danseur du roi de dombôlo de Madagascar Toto Mwanjani. Après déhanché, il s’est intéressé à la musique. Alors, bercé par le salegy, il a composé plusieurs musiques des grosses pointures de la chanson tropicale comme Din Rotsaka, Brillante, Mima, Jerry Marcoss, Dah Mama, Farah john’s, Big MJ, Elodie. Herimampianina Manantsoa commençait à gratter sa guitare à cinq cordes depuis l’an 2000. « Je suis très bouleversé, c’est un des musiciens le plus talentueux que j’ai connu », affirme Elidiot avec des larmes et la gorge nouée. « C’était un frère pour moi, un frère de son » rajoute Big Mj. Beaucoup d’artistes ont présenté leur condoléance. Des photos de profil en noir, de la bougie allumée, la photo du jeune défunt, sont les marques de condoléance envers sa famille.

La dépouille mortelle quittera Ankadifotsy  ce vendredi à midi et l’enterrement du jeune homme sera  à Ambatolampikely. L’homme part mais ses œuvres  restent dans la mémoire des Malgaches.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Football – Elections : C’est conforme au désir d’Ahmad !

Tout est bien qui finit peut-être bien pour le camp du président Ahmad, qui a raflé sur tous les tableaux les dernières élections au sein des ligues.

Si Giscard Andriano remporte haut la main la ligue de Vatovavy Fitovinany, Maman’i Gan gagne logiquement celle de la Haute-Matsiatra ; et pas plus tard qu’hier, Désiré Rakotoarimino s’est imposé à Tsiroanomandidy malgré cette contestation des perdants, qui ont relevé de nombreuses irrégularités au nez et à la barbe de la Directrice fédérale des Sports, Rosa Rakotozafy. Elle n’a certes pas validé mais elle n’a pas non plus dit oui. Et selon le principe de « qui ne dit mot consent », on a bien peur que les élections de Bongolava soient validées. Ce qui constitue un danger, car le clan rival entend ne pas en rester là et ne pas saisir non plus la CAF et la FIFA, qui sont à l’origine de ce remake sans la moindre base juridique, mais bien le Tribunal Arbitral des Sports.

Pas de quitus. Il n’empêche, les faits sont là. Les hommes de Briand Andrianirina, à qui Ahmad avait offert tout son soutien, sont tous là. Pire, ce clan crie déjà victoire pour les élections du 3 novembre sans se soucier du fait que l’histoire risque de se répéter. Faut-il rappeler que les deux hommes ont tout fait pour que les présidents des ligues ne donnent pas le quitus à Doda Andriamiasasoa. On parlerait – le conditionnel est de mise – d’« indemnités » qui auraient été versées à quelques-uns mais le résultat est cette écrasante victoire de 20 sur 22 en faveur du président par intérim. Et quand l’un des présidents qui avait dit non se trouve aujourd’hui à la place de candidat, on se demande ce qui reste.

On ne peut jurer de rien sur les élections du 3 novembre. Toutefois, une incursion dans le milieu montre qu’il y a deux hommes qui sortent du lot. Et si ce n’est pas Doda Andriamiasasoa aux petits soins avec les présidents des ligues, et ce, depuis toujours, c’est donc Arizaka Rabekoto Raoul qui a tout pour plaire et à qui il n’a pas manqué grand-chose pour battre Ahmad en 2010 à Fianarantsoa. Sans l’aide de Doda Andriamiasasoa, qui est parvenu à inverser la tendance la veille des élections, Ahmad était battu.

Visionnaire. Maintenant qu’Ahmad n’est plus là, il suffirait à Raoul Arizaka Rabekoto de reconquérir les mêmes présidents des ligues pour parvenir à ses fins.Il a prouvé par CNaPS Sport interposée qu’il est capable de construire des infrastructures de premier choix à Vontovorona, montrant par la même occasion qu’il a l’étoffe d’un visionnaire, car sans son flair, on se serait planté pour la tenue du match contre la Guinée Equatoriale. Si on y ajoute son aura sur le plan international, où il est très à l’aise dans les négociations, on peut être sûr qu’il ferait un bon président.

Mieux, s’il décide du jour au lendemain de travailler avec Doda Andriamiasasoa, alors les élections risquent de n’être qu’une formalité.   A eux deux, ils formeront le tandem idéal, voire complémentaire. Reste à voir qui veut prendre la place du calife…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

La population peu intéressée par les manœuvres politiques

Les critiques virulentes d’une partie des médias vis-à-vis des candidats, ayant décidé d’organiser leur conférence souveraine demain au CCI, n’ont pour le moment aucun impact sur l’opinion publique en général. La population ne semble pas vouloir prendre parti pour les uns ou pour les autres car elle préfère prendre du recul par rapport à tous ces politiciens ayant été au pouvoir à un moment ou à un autre. Il n’y a pour le moment pas de véritable confrontation. Ce ne sont que des mots qui sont utilisés.

La population peu intéressée par les manœuvres politiques

La volonté du gouvernement et du président par  intérim de mener à son terme le processus électoral est réelle. Leurs déclarations ne laissent aucun doute sur  la nécessité de la tenue des élections. La CENI reconnait les imperfections du système mis en place, mais malgré cela, elle estime qu’il faut aller de l’avant et permettre aux électeurs de faire leur choix. Les remarques et les interpellations des candidats, remettant en cause le déroulement des  opérations, ont été écoutées avec attention par ses membres, mais elles n’ont eu finalement aucun impact sur le processus. La motion adoptée par les candidats présents à la réunion de vendredi dernier remet en cause le principe même de cette élection, et veut remplacer les institutions existantes. L’opinion est circonspecte, pour ne pas dire indifférente, devant cette confrontation entre partisans et adversaires des élections. Elle veut voir le pays sortir enfin de l’instabilité dans laquelle il se trouve depuis si longtemps. La population n’a pas envie de revivre la crise qu’elle a connue ces dernières années. Les explications données par les partisans du report des élections, même si elles sont parfaitement étayées, n’emportent pas entièrement son adhésion. La campagne électorale continue comme si de rien n’était. Les citoyens semblent peu intéressés par les manœuvres politiques et attendent  de voir de quel côté  penchera le balancier de l’histoire.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Ampasika : « Taxi » notafihana telo lahy mitam-piadiana

Ny iray tamin’ireo mpanafika « taxi » voasambotry ny zandary. (sary : ZP)

Fiara karetsaka iray nitondra mpandeha indray, no lasibatry ny andian-jiolahy teo Ampasika, ny harivan’ny sabotsy tokony ho tamin’ny fito ora tany ho any. Lasa tamin’io ny entana sarobidy rehetra nentin’ilay mpandeha. Tsy afa-nikofoka rahateo ny mpamily. Efa sabatra no teo an-tendany.

Isan’ny toerana iray, mampatahotra ny rehetra amin’ny resaka tsy fandriampahalemana raha iny faritra Andohatapenaka sy Ampasika iny. Indrindra fa rehefa manomboka ho hariva sy mirotsaka iny ny alina ka manjaka eny an-toerana ny fitohanana lavareny. Tamin’io  faran’ny herinandro io, dia sady nikija tsy nisy toy izany ny orana. Tamin’izay indrindra no nanararaotan’ireto telo lahy nirongo zava-maranitra, nanatona fiara karetsaka iray, avy aty an-drenivohitra, hizotra ho any Itaosy any. Toy ireny olona hiampita arabe ireny ry zalahy, kanjo nivily tampoka ny lalany ary avy hatrany dia ilay mpamily no natonin’izy ireo, nambanana sabatra mba tsy hampihetsika ny fiara nentiny. Nanokatra avy hatrany ny varavarana kosa ny roa lahy, ary nandrahona ilay mpandeha. Araka ny vaovao azo, dia lasa tamin’io ny sakaosy iray nisy solosaina fentin-tanana, ary poketra nisy vola sy finday. Tao anatin’ny fotoana fohy monja no nanatanterahan’izy ireo izany asa ratsy izany ary nirifatra nitsoaka izy ireo taorian’io.

Amin’izay lafiny izay indrindra no nahatonga ny teo anivon’ny borigadin’ny zandary eny Itaosy hametraka paik’ady manokana, hiadiana amin’io tsy fandriampahalemana manjaka eny an-toerana io. Nahitam-bokany tokoa izany. Raha ny fanazavana azo mantsy, dia « tsikaritry ny zandary mpanao fisafoana anefa io fanafihana io ». Raikitra teo ny fanenjehana  ary tsy lasa lavitra akory dia voasambotr’ireo mpitandro filaminana ny iray tamin’ireo mpanafika. Tafaporitsaka kosa tetsy an-danin’izay ireo namany hafa, izay karohina fatratra amin’izao fotoana izao. Nentina nohadihadiana tany amin’ny biraon’ny zandary moa ity olon-dratsy ity. Fantatra kosa, fa efa tafaverina tamin’ny tompony ireo entana lasan’ireo olon-dratsy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Météo de la semaine : Pas de changement de température

Un communiqué émanant de la direction générale de la météorologie fait savoir que, la « semaine sera régie par le régime d’alizée ». Ledit communiqué également de noter que « des pluies fines s’installeront sur Antalaha et Analanjirofo ». Des averses locales seraient également au rendez-vous à Vatovavy Fitovinany et Atsimo Atsinanana. Des vents forts seront toutefois attendus sur la pointe Nord, sur la région Boeny, Sofia et sur le littoral Sud-Ouest de Madagascar. Côté température, «  les valeurs maximales absolues resteront centrées sur toute la partie ouest du pays, annonce la météo ». Le même communiqué d’indiquer que la température ne connaitra pas de grand changement et qu’elle sera entre 14 et 36°.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Ankizivavy kely 5 taona naolana lehilahy 25 taona, simba tanteraka

Ankizivavy kely tsy manan-tsiny vao dimy taona monja no naolana tovolahy 25 taona mpiray tanàna aminy, afak’omaly, tany Sambava. Vokatry ny fanolanana nihatra taminy, dia voamarin’ny dokotera fa simba tanteraka ilay zaza, izay mbola manaraka fitsaboana ankehitriny noho ny herisetra ara-nofo feno habibiana nihatra taminy. Araka ny tati-baovao voaray tokoa mantsy, dia tsy vitan’ny nanaovan’ilay tovolahy fomba mamohehitra teo amin’ny maha vehivavy azy ity zaza, fa mbola nanamparany ny filan-drasiny koa tany amin’ny lava-pitombenany. Noho ity mpanolana voalaza fa manam-bola sy mirehareha fatratra manana fianakaviana olona ambony, dia tsy sahy nitory ny ray aman-drenin’ity zaza voaolana. Kanefa raha vao nahare momba ny zava-nitranga sy fitarainana ny avy amin’ny Sampan-draharahan’ny Mponina any amin’ny Faritra Sava, dia nandray andraikitra avy hatrany, ary tsy hanaiky izao raharaha izao havela mora fotsiny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Pêche : Gilets de sauvetage et filets pour les pêcheurs d’Antsanitia

Les ressources maritimes se raréfient, selon les petits pêcheurs de la côte Ouest de la Grande-île. Ces derniers ont reçu un appui du Ministère en charge des Ressources Halieutiques et de la Pêche.

 Une amélioration des produits de pêche pour les petits pêcheurs ! C’est l’objectif du Ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche, dans le cadre de la distribution de matériels à Mahajanga II. C’était en septembre dernier, lors de la descente du ministre de tutelle, Augustin Andriamananoro, sur les lieux. La mission principale de la délégation était de participer activement au reboisement pour la restauration de mangroves au Fonkotany Boanamary, Mahajanga II. Une activité menée en partenariat avec la Direction Régionale des Ressources Halieutiques et de la Pêche, les autorités locales de la région, ainsi que les habitants locaux, déjà conscients de l’importance de la préservation de l’environnement. Dans le cadre de cette mission, le ministre a également visité les entreprises opérant dans le secteur de la pêche et des ressources halieutiques. Parmi ces établissements visités figure le Centre de Développement de l’Aquaculture (CDA), une société d’Etat basée à Mahajanga.

Appuis aux paysans. Outre ces diverses activités, le Ministère n’a pas manqué d’attribuer des gilets de sauvetage et des filets de pêche, pour les petits pêcheurs de Mahajanga. Pour l’efficacité de cet appui, les représentants du Ministère sont revenus sur les lieux pour faire un suivi de la distribution et de l’utilisation de ces matériels. D’après leurs dires, les petits pêcheurs d’Antsanitia, Mahajanga II bénéficient déjà des impacts positifs de la dotation.  A noter que la majorité des habitants d’Antsanitia vivent de la pêche. Même des enfants de cette zone se lancent déjà dans ce secteur d’activité. « Ces matériels ont beaucoup aidé nos pêcheurs pour l’amélioration de leurs productions. Généralement, un pêcheur ne dispose que de deux à quatre filets. Un filet supplémentaire peut améliorer sa production journalière et donc d’améliorer ses revenus, ce qui a un impact direct sur la qualité de vie de sa famille », a affirmé Velonjara, président de l’association de pêcheurs « Ezaka » à Antsanitia. Par ailleurs, ces pêcheurs ont noté que les ressources maritimes se font actuellement rares, à cause des changements climatiques. Ils doivent aller jusqu’à 35 à 40Km au large pour avoir assez de poissons. Raison pour laquelle, le gilet de sauvetage devient également une nécessité, pour ces paysans.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Fitokonan’ny mpianatra ao Barikadimy : Manangasanga ny fanakatonana aloha ny Oniversiten’i Toamasina

Roa herinandro izao no nitokona noho ny olana eo amin’ny filohan’ny oniversiten’i Toamasina sy ny mpianatra ny ao Barikadimy Toamasina. Ireo mpianatra amin’ny taona fahatelo eo amin’ity oniversite ity ireto manao fitokonana ireto ; izay ny sampam-pianarana fitantanana sy toekarena ary ny kajy mirindra no nanomboka izany, na DEGMIA, izay narahan’ireo sampam-pianarana hafa eo anivon’ny oniversite ihany koa, taty aoriana.

Efa ho herinandro izay, dia nakaton’ny mpianatra ny vavahady miditra ny oniversite, nobahanan’izy ireo ihany koa ny birao miditra ireo sampam-pianarana samy misy ao Barikadimy. Tao anatin’izay, dia milaza ireto mpianatra ireto fa tsy nisy nihaino mihintsy, ka omaly alatsinainy faha-22 oktobra dia niha-mafy izany hetsika izany satria nakaton’ny mpianatra tena tsy ahafahana mivezivezy ny vavahadin’ny oniversite sy ny sampam-piofanana teny sinoa, “Confucius”, sy ny fampianarana momba ny teny, “Lettres”. Raha ny zava-misy eo anivon’ny oniversite izany, dia mikatona tanteraka ny ao Barikadimy noho ireo bahana samihafa ataon’ireo mpianatra.

Raha ny fanazavana nataon’ireto mpianatra mitokona ireto, dia ny tsy mangaraharaha mikasika ilay fampiharana ny LMD mandritra ny fanadinana ka nampilatsaka be ny taham-pahafahana tamin’ny fanadinana farany teo izao miteraka olana eo amin’ny mpianatra sy ny mpitantanana ny oniversite izao. Ho an’ny mpianatra, dia maika fotsiny hampihatra ilay fomba fampianarana LMD ny oniversite, saingy tsy manome ny mangaraharaha mikasika izany, koa takian’ireo mpianatra ny antsoina hoe “compensation générale” amin’ny naotin’izy ireo. Tsy nitsahatra teo anefa ny fitakian’ny mpianatra, satria tsy nanome fanazavana sy voarirarira raha niresaka tamin’ny sojabe samihafa, ka mitaky ny fialan’ny filohan’ny oniversite, Atoa Velo Jerôme, koa izy ireo izao satria amin’ny mpianatra dia izy no anton’izao olana ao Barikadimy izao.

Ho an’ny filohan’ny oniversite anefa, dia mpianatra tsy afa-panadinana sy mpianatra misy maniraka ireo manao fitokonana eo anivon’ny oniversite ireo; koa raha mitohy izao hetsika mety hanimba ny foto-drafitrasan’ny oniversite izao, dia tsy maintsy handray fanapahan-kevitra hanakatona ny ao Barikadimy indray ny mpitantanana ato ho ato, raha ny filan’Atoa Velo Jerôme. Ho hita eo indray izany ny fivoaran’ny raharaha, satria milaza ny tsy hanaiky lembenana ny mpianatra mitokona, miteny ny tsy hilefitra koa ny oniversiten’i Toamasina.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ankorahotra : Nisy nitory ny “restaurant thailandais” iray noho ny sakafo lany daty

Ao amin’ny polisy miandraikitra an’iny boriborintany iny no nipetraka ny fitoriana ny alahady lasa teo. Toa izao ny zava-nitranga, raha araka ny fitantaran’ny mpitory. Nisy ranom-boankazo izay efa lany daty nomen’ilay toeram-pisakafoana. Koa satria, noho ny hatsaran’ny toerana, dia tsy nisy nanana eritreritra ny hijery izany ilay fianakaviana mpanjifa. Rehefa nisotro, izay vao nahatsikaritra fa misy tsiron’asidra ilay rano fanalana hetaheta. Teo no nanomboka niakatra ny feo raha nangataka ny hahazo ny tompon’andraikitra ireo mpanjifa. Tompon’andraikitra izay tsy neken’izy ireo mihitsy ny hihaona aminy, raha araka ny fitarainan’ilay fianakaviana hatrany. Nahatsapa ireo fianakaviana, fa tsy mba nisy fanajana mihitsy, satria valy boraingina hatrany, sady miendrika fanambaniana no valin’izay rehetra nanontaniana tamin’ilay ramatoa izay solon’ny tompon’andraikitra voalohany. Raha ny fantatra, dia lasa any ivelany ny tena tompon’io toerana io ary io ramatoa io no nasainy miandraikitra vonjimaika ny asany. Rehefa nomena indray ny fitambaran’ny lany dia hita fa sady tsy nisy NIF no tsy nisy STAT ilay faktiora. Nantsoina ny laharana teo amin’ilay taratasy ary tsy nandeha koa. Tsy nanaiky hatramin’ny farany ireo fianakaviana izay narary koa ny roa tamin’izy ireo, ny alin’iny. Ny iray tsy maintsy nentina teny amin’ny “Clinique” rehefa nandoa tsy an-kijanona. Iny mba sitrana ihany fa ilay faharoa kosa tsy maintsy naiditra hopitaly ary mbola any hatramin’ny omaly. Nipetraka ny fitoriana noho ny fandrahonana, ny fivarotana entana lany daty ary ny fampiasana hosoka. Samy efa nohamarinin’ny mpitsabo, fa tena narary tokoa vokatry ny fihinanana sakafo misy poizina, ary nisy iray naiditra hopitaly, ny momba ireo olona izay nentina notsaboiny.  Handrasana arak’izany ny fivoaran’ity raharaha ity. Raha any ivelany no voamarina avokoa ny porofon’ny fitoriana toy izany, eo no ho eo ihany dia misy didy manidy ny toerana, satria mety hitera-doza ho an’ny hafa.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Hery Rajaonarimampianina : Il faut qu’on estime un dirigeant à l’aune de ses réalisations

Le Maire de la commune d’Alarobia recevant sa moto, une promesse de Hery Rajaonarimampianina.

Le candidat No 12, Hery Rajaonarimampianina, est venu rencontrer la population dans le district de Manjakandriana hier.

A cette occasion, il l’a promis qu’il va poursuivre sa vision à long terme « Fisandratana » ou « Renaissance et Emergence » 2030, qui lui tient à cœur, dans tout Madagascar, et particulièrement dans cette circonscription, et ce, afin que les générations futures puissent en bénéficier. « Il ne s’agit pas d’une promesse irréalisable étant donné que de nombreuses réalisations ont été faites durant mon mandat. Et la population de Manjakandriana en a beaucoup profité », a rassuré le candidat Hery Rajaonarimampianina. A titre d’illustration, dix nouvelles Ecoles Publiques Primaires ainsi que trois nouveaux lycées ont été construits dans ce district.  En outre, un centre CARMMA y a été mis en place. C’est un centre de santé d’excellence car il dispose de plusieurs services dont entre autres, la petite chirurgie, la dentisterie, l’échographie, la vaccination, l’accouchement. Ce centre CARMMA assure en même temps le planning familial, l’éducation sanitaire et nutritionnelle et la formation en économie domestique. Et ce qui a ravivé la population locale, tous les soins auprès de ce centre sont entièrement gratuits sauf s’il y a complication.

Améliorer le bien-être. Mais ce n’est pas tout ! De nombreuses autres infrastructures de base ont été réalisées dans les districts de tout Madagascar. Ce qui a répondu aux besoins quotidiens de la population locale. On peut citer, entre autres, les infrastructures routières permettant la libre circulation des habitants et facilitant l’acheminement de leurs produits agricoles sur le marché, ainsi qu’un autre centre de santé de base. En fait, le candidat Hery Rajaonarimampianina a beaucoup investi dans les secteurs sociaux afin d’améliorer le bien-être de la population tout en se souciant des générations futures.  « J’ai ainsi besoin de votre soutien pour que je puisse poursuivre cette vision. En plus, je pense qu’il faut estimer un dirigeant à l’aune de ses réalisations », a exprimé le candidat No 12.  Par ailleurs, ce dernier a tenu sa promesse en remettant une moto au Maire de la commune d’Alarobia qui lui a fait une demande. « Madagascar a besoin d’un Président qui a une vision et qui a bien travaillé pour le pays », a évoqué ce Maire bénéficiaire.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – N1A : Va pour la dernière journée éliminatoire

Toutes les équipes qualifiées pour les quarts de finale des Championnats de Madagascar N1A au Palais des Sports de Mahamasina seront connues ce jour. Une simple formalité pour les cadors qui ne font que confirmer leur statut. Hier, ASCUT d’Atsinanana a remporté sa neuvième victoire face à l’AS Victoire de Boeny. C’était sur le score fleuve de 121 à 68. Chez les dames, Fandrefiala d’Analamanga poursuit sa belle lancée. L’équipe a littéralement dominé la formation de BC EST d’Atsimo Andrefana en franchissant la barre de cent points (105 – 42). Le clou du spectacle de cette dernière journée est la rencontre entre les deux équipes féminines d’Analamanga MB2All et Fandrefiala. L’équipe victorieuse se classe à la deuxième place derrière SBBC de Boeny.

T.H

Calendrier du jour

Palais des Sports

09H00: D: ASA Analamanga # SBBC Boeny10H45: H: GNBC Vakinankaratra # COSMOS Diana12H30: D: MB2ALL Analamanga # FANDREFIALA Analamanga14H15: H: 2BC Vakinankaratra # SBBC Boeny16H00: H: SEBAM Boeny # ASCUT Atsinanana17H45: H: COSPN Analamanga # MB2ALL Analamanga

Petit Palais

09H00: D: JSB Boeny # BCEST Atsimo Andrefana10H45: H: ASCB Boeny # TMBB Analamanga

Midi Madagasikara0 partages

Football – Barea : Les joueurs offriront leur prime aux étudiants de Vontovorona

Geste solidaire. L’incompréhension de la lutte des étudiants de Vontovorona a alimenté le débat juste après le match des Barea de Madagascar contre la Guinée Equatoriale. Acquis à la cause des étudiants de l’Ecole polytechnique de Vontovorona, les joueurs et le staff technique ont décidé d’offrir leur prime promise par la Fédération malgache de football. Il s’agit de 250 euros par joueur plus les trois techniciens. « Le football, bien au-delà du sport est un vecteur de paix, de solidarité et d’esprit d’équipe. Ce sont des valeurs que nous tenons à partager avec vous. Nous avons pris conscience de la dure réalité à laquelle les étudiants de l’Ecole Supérieure Polytechnique confrontés dans leur quotidien et nous imaginons les conséquences que cela engendre par rapport à leurs études. Tous les joueurs avec le coach Nicolas Dupuis ainsi que le préparateur physique Bertrand et Sylvain Razafinirina ont pris la décision de leur offrir ces primes de match, à titre de solidarité », tel est le contenu du communiqué de presse des joueurs. « Nous espérons recevoir cette prime de la part de la Fédération malgache de football le 12 novembre pour pouvoir acheter les équipements qui seront destinés aux étudiants, le mardi 13 novembre. Ce n’est pas grand-chose, mais nous tenons à le faire pour vous montrer que vous n’êtes pas seuls, nous sommes avec vous. Par ce geste, les Barea voudront ainsi construire un élan de solidarité et inviter leurs compatriotes, la Diaspora Malagasy et surtout l’Etat à venir en aide aux étudiants pour qu’ils puissent poursuivre leurs études dans de bonnes conditions » continu le communiqué. Une histoire à suivre car la concrétisation de cette promesse dépend entièrement de la FMF.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

SIAL 2018 à Paris : Un très bon début pour les participants malgaches.

Les représentants de Madagascar au SIAL 2018 qui se tient à Paris du 21 au 25 octobre.

Des promesses de commandes, des demandes de partenariats et de bons contacts ont été reçus par les entreprises malgaches, dès les premiers jours du Salon International de l’Alimentation (SIAL), qui se tient à Paris du 21 au 25 octobre 2018.

Figurant parmi les plus beaux stands du SIAL 2018 à Paris, le pavillon Madagascar attire beaucoup l’attention des visiteurs. Sept entreprises malgaches y exposent leurs produits dans un stand collectif de 49m², sous la thématique « Madagascar Truly Authentic ». Une participation financé par la CCIFM (Chambre de Commerce et d’Industrie France Madagascar) et le PROCOM (Programme d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale) de l’Union Européenne. « Durant les deux premiers jours,  certaines de ces entreprises ont déjà eu de très bon contact, voire même des promesses de commande et de partenariat. A part le flux important des visiteurs internationaux, la journée du 22 octobre a été marquée par la visite au stand malgache d’Yvette Sylla, ministre du Commerce, accompagnée de son staff. Des échanges  ont eu lieu entre la ministre et les opérateurs malgaches participant au salon », a affirmé Rita Andriamiharisoa, chargée de mission de la CCIFM.

Opportunités. Comme dans toute manifestation économique internationale, la délégation malgache peut espérer beaucoup de ce plus grand salon alimentaire mondial. Pour Tovonanahary Rabetsitonta, PDG de la STOI, la participation à ce salon permet à sa société de soutenir le label Madagascar vis-à-vis des opérateurs économiques du monde, de tous les continents. Cette société a mis en avant les grains secs, le miel bio, la vanille, etc. De son côté, Heriniaina Ramboatiana de Phael Flor a évoqué l’importance de la qualité des produits malagasy sur le marché international. « Les cinq jours de l’événement nous aident à mieux connaître le marché extérieur. Nous sommes ici sans complexe, dans un stand de meilleur niveau que ceux des autres pays. Il faut montrer au monde notre savoir-faire, la qualité des produits malagasy certifiés bio et équitable », a-t-il indiqué. Pour Alain Jouzier de la société Parmace, les expositions de ce genre est très favorable à l’image de Madagascar. Cependant, malgré la demande importante, des difficultés subsistent au niveau de l’obtention des autorisations d’exportation, ce qui nécessite selon lui, une compréhension et un appui des personnalités politiques et administratives du pays. Par ailleurs, Mohamed Raza de Masoumin Trade témoigne de cette qualité du stand commun de Madagascar. « Cela fait 12 à14 ans que je participe au SIAL, mais c’est la première fois que je me retrouve dans l’un des plus beaux stands du salon, et cela grâce à la CCIFM et au PROCOM », a-t-il déclaré. Enfin du côté d’Homéopharma, parmi les nombreux produits qu’elle expose, le miel est le plus prisé, selon Holisoa Andriamahazo Ramanantsoa, représentante de la société. Vu l’importance de la demande sur le marché internationale, cette société mène actuellement un projet de construction d’une nouvelle usine. Bref, même si l’événement ne se terminera que demain, la délégation malgache enregistre un grand succès pour sa participation.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Startup Week-end : Trois lauréats malgaches primés à Paris

Les Startupers malgaches font toujours preuve d’innovation

Après quatre éditions de Startup Week-end, réalisées toujours avec plus d’énergie de motivation, Junior pour Madagascar confirme ses actions efficaces pour le développement et l’accompagnement des projets présentés par les jeunes.

Les Startupers malgaches ont le vent en poupe. Ils ont brillé, lors du Startup Week-end Paris, Editions Madagascar qui s’est déroulé le week-end dernier au SenseSpace à Paris.

10 projets ambitieux

Pour cette 4e édition, l’énergie et l’imagination des participants ont été au rendez-vous pour développer ensemble des solutions innovantes pour les problématiques de Madagascar en termes de développement d’une part, et les ressources et les potentiels qu’offre le pays de l’autre. Parmi les 25 projets présentés par les 54 participants, 10 ont été retenus. 10 projets ambitieux et démontrant la diversité des possibilités d’investissements à Madagascar. Le tourisme solidaire, l’énergie renouvelable, les objets de décoration design et éco responsables, livraison de nourriture à domicile ou encore plateforme de préparation à la retraite, représentent autant de secteurs d’activités prometteurs présentés par les candidats.

Trois lauréats

A l’issue de la session finale tenue en  présence de jurys, coachs et spectateurs venus sur place ou en live sur les réseaux sociaux, trois  lauréats  ont été primés.  La première place est revenue à Katro, pour son projet d’application mobile, cartographiant tous  les commerces de la Grande Ile pour valoriser les endroits les moins connus. Ce premier groupe remporte un an d’accompagnement offert par Miarakap et une autre année d’accompagnement  décernée par FTHM Consulting ainsi que six séances de coaching offertes par Evasion Coaching et un billet d’avion pour un membre de l’équipe.  En deuxième position se trouve l’équipe Sambatra qui a présenté une plateforme de créateurs de vêtements qui souhaitent produire à Madagascar.  Le groupe a obtenu pratiquement les mêmes prix que le premier. Enfin, en troisième position se trouve Fast pour son projet de livraison rapide et sécurisé pour les entreprises à Madagascar. Les membres de ce troisième  groupe ont eu droit chacun à un exemplaire du livre StartUp Lion dédicacé par Samir Abdelkrim, le fondateur d’Emerging Valley, le Sommet international sur l’innovation africaine et les technologies émergentes. Kiya’Z, le groupe qui a eu le coup de cœur du public  par vote direct sur facebook, a présenté la marque de maquillage bio et respectueuse de l’environnement, made in Madagascar. Les membres du groupe remportent chacun un bon d’achat de 50 euros chez Kara Kory et trois séances de coaching chez Evasion Coaching.

Série de conférences

Ce challenge organisé en partenariat avec Junior Pour Madagascar (JPM) a également permis  aux candidats  d’enrichir leurs connaissances  par le biais d’une série de conférences tenues par des orateurs de qualité. Pour ne citer entre autres que Thierry Rajaona, fondateur de JPM et associé de FTHM Consulting, qui a affirmé son soutien à l’entrepreneuriat et a fait état de l’importance de la jeunesse dans le processus du développement du pays. Pour sa part, Samir Abdelkim a témoigné  sur sa longue exploration  des écosystèmes startups africains durant trois années. En effet, entre 2014 et 2018, Samir Abdelkim a sillonné l’Afrique de l’innovation et a analysé les écosystèmes de 25 pays africains. Une expérience terrain dont il a tiré un livre intitulé Startup Lions. Il est également le fondateur de StartupBRICS.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatofinandrahana : Les otages libérés après le paiement d’une rançon de 40 millions d’ariary

Le scénario de prise d’otages de ce samedi 20 octobre, vers 15h 30 sur la RN 35 où, deux enfants ont été enlevés par des malfaiteurs, a pris fin en début de soirée, ce lundi 22 octobre, après que la famille ait daigné à verser une rançon de 40 millions d’ariary exigés par les  ravisseurs.

Selon les informations recueillies  et   comme d’une manière générale, dans ce genre de situation, la  famille des victimes n’a pas voulu porter plainte de peur des représailles, mais a préféré négocier auprès de ses ravisseurs.

Un pan de voile plane donc dans cette affaire de kidnapping qui tend à devenir un phénomène dans la partie ouest d’Amoron’i Mania jusqu’au Menabe. Les forces de l’ordre quant à elles poursuivent  leurs investigations pour appréhender ces malfaiteurs.

A titre de rappel, le samedi 20 octobre vers 15h30, sur la RN 35, un fourgon et ses occupants ont quitté Ambatofinandrahana pour rejoindre Ambositra. A 10 km de là, des bandits ont surgi visant la pare-brise du véhicule et obligeant le chauffeur de s’arrêter. Les malfaiteurs ont donc dévalisé l’intérieur de la voiture et avant de s’enfuir ils ont pris de force deux enfants.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Transport Urbain : Plainte d’un usager contre une coopérative

Beaucoup de bus ne respectent pas les arrêts.

Le receveur d’une ligne de taxi Be desservant la capitale a lâché la victime alors que le bus était en train de démarrer.

Courage. Outre la rancœur – qui est tout à fait compréhensible, étant donné le geste inqualifiable effectué par le receveur du bus immatriculé 4586 TAU- la plainte déposée par la victime au ministère des Transports relève d’une bravoure. Parce que pour une fois, un usager de la route ose remettre en cause la responsabilité du ministère des Transports quant aux abus des transporteurs. Pour en revenir aux faits, Solofo Ranaivo – qui a un handicape à ses pieds – a essayé lundi dernier de se frayer un chemin dans la mêlée d’un arrêt de bus à Ambohijatovo. Dans sa tentative d’avoir son bus – l’on sait quel effort doit fournir une personne normale pour avoir son bus lors des heures de pointes à Antananarivo – le jeune homme s’est agrippé aux bras du receveur du bus immatriculé 4586 TAU qui s’est trouvé être un bus de la ligne 161. «  Le receveur m’a tendu son bras pour m’aider à monter. Mais le bus a soudainement démarré. Le receveur a aussitôt lâché mon bras. Conséquence, je tombe violemment sur la chaussée. J’ai failli être fauché par la voiture de derrière mais heureusement que le conducteur a freiné à temps », s’est plaint la victime.  Les témoins le jour de l’incident ainsi que toutes les personnes qui ont entendu l’histoire ont tous été offusqués par l’attitude du receveur qui a démontré une grande irresponsabilité et un abus inqualifiable.

Suspendu. Résolu à ne pas laisser passer l’affaire, Solofo Ranaivo a appelé le colonel Jeannot Raberiake, Directeur Général de l’ATT ou Agence des Transports Terrestres. Une fois les faits racontés, le DG de l’ATT a conseillé Solofo Ranaivo de porter plainte auprès de la Cellule d’Intervention Rapide du ministère des Transports. Le colonel Jeannot Raberiake m’a également conseillé de remettre une copie à l’ATT et à l’UCTU, ou Union des Coopératives des Transports Urbains. La première mesure prise a été la suspension du taxi Be. Une décision prise jusqu’à ce qu’à la fin des enquêtes selon toujours les dires de la victime. Le cas n’est pas isolé. Beaucoup d’usagers des transports publics se plaignent tous les jours des agissements des chauffeurs et receveurs des taxis be. Si une mesure a été prise à l’encontre du bus immatriculé 4586 TAU, l’on attend celles à appliquer à l’encontre du chauffeur et du receveur. A suivre.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Foire Internationale des Gemmes et des bijoux : Un guichet unique minier inauguré

Cette foire internationale des gemmes et des bijoux se tient jusqu’au samedi au MBC. (Photo : Kelly R.)

Plus d’une cinquantaine d’exposants allant des petits exploitants, les transformateurs, les revendeurs, les joailleries jusqu’aux exportateurs, participent à la Foire Internationale des Gemmes et des Bijoux.

Cet évènement se tient depuis hier jusqu’au samedi au Mining Business Center (MBC) à Mamory Ivato. On y trouve les différentes pierres fines et pierres précieuses que recèle Madagascar. Il s’agit entre autres, du saphir, de l’émeraude, de la tourmaline, du béryl et du rubis. Les bijoux en or et en argent et de fantaisie y sont également exposés sans oublier les différentes pierres industrielles. « Les artisans du secteur de la petite mine sont à l’honneur dans le cadre de cet événement d’envergure internationale. En effet, « ils comptent plus d’un million de personnes dans tout Madagascar. L’objectif vise à ce que ce secteur de petite mine contribue au développement de Madagascar », a évoqué le ministre des Mines et du Pétrole, Henry Rabary-Njaka lors de l’ouverture de cette foire hier.

Traçabilité. Dans la foulée, un guichet unique minier a été inauguré au sein même de MBC. Les acteurs opérant dans le secteur minier en profitent, étant donné que tous les services y afférents y sont représentés. « Ce qui permettra de faciliter toutes les procédures administratives. Entre temps, cette structure est mise en place dans le but de réduire les exploitations illicites de nos ressources minérales grâce au contrôle de leur traçabilité depuis l’exploitation jusqu’à l’exportation. Une amélioration des recettes issues des activités minières est également attendue », a annoncé le Président de la République par intérim Rivo Rakotovao, lors de cette cérémonie.  A part cela, ce guichet unique minier permet de soutenir les informels à normaliser leurs activités minières tout en assurant la déclaration de production. Par contre, il a réitéré que les richesses minéralogiques constituent des ressources non renouvelables. « Tous les acteurs opérant dans ce secteur doivent ainsi se conformer aux règles régissant cette profession. Leur avenir et celui de la nation en tiennent compte. Il faut exploiter ces ressources non renouvelables avec beaucoup de responsabilité et avec respect de l’environnement. Des sanctions seront infligées aux contrevenants après informations et sensibilisations », a-t-il soulevé.

Adresse incontournable. En revenant sur la foire internationale des gemmes et des bijoux, des ventes expositions de gemmes et des bijoux ont eu lieu. Des conférences thématiques animées par des experts nationaux et internationaux y seront également organisées sans parler du développement des échanges commerciaux et des rencontres d’affaires entre opérateurs nationaux et étrangers. Par ailleurs, « le MBC servira d’une adresse incontournable pour les touristes  car la promotion du secteur minier est liée à celle de la destination Madagascar », a conclu le Président Rivo Rakotovao.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Hery Rajaonarimampianina : Marée humaine à Maevatanana et Marovoay

Bain de foule de Hery Rajaonarimampianina à Maevatanana

Le candidat n°12 continue son périple à travers le pays. Ainsi, il s’est rendu hier, dans la province de Mahajanga où il a pu visiter deux localités. Il s’agit notamment de Maevatanana et de Marovoay. Il a fait le plein dans ces chefs-lieux de district. Comme à l’accoutumée, une marée humaine est venue accueillir Hery Rajaonarimampianina dans ses différents déplacements. Malgré la chaleur suffocante, cela n’a pas empêché les gens de venir assister  à  son meeting.. En effet, Maevatanana est réputée pour sa chaleur torride. Une température qui n’a pas stoppé la ferveur des sympathisants du candidat N°12. Ils sont venus pour en savoir plus sur la « vision Fisandratana». D’entrée de jeu , le candidat n°12 a promis qu’il va lutter contre l’insécurité qui sévit dans la région.  Notons que Maevatanana compte parmi les localités qui ont été dotées de branchements en électricité et d’infrastructures d’adduction en eau potable sous son mandat a. De même, la RN4 a été réhabilitée : cette route nationale relie la capitale à Mahajanga, en passant par le district de Maevatanana.Détermination. Dans le cadre de sa seizième journée de campagne, Hery Rajaonarimampianina s’est rendu à Marovoay où la construction de près de 1000 km de barrage d’irrigation a été lancée. Il s’agit en effet de conduire ce district vers l’autosuffisance alimentaire et de le transformer en grenier rizicole, comme le prévoit la Vision Fisandratana. A l’instar de la population de Maevatanana, celle de Marovoay a accueilli également dans l’allégresse Hery Rajaonarimampianina. « Dès que l’on évoque Marovoay, on songe immédiatement à son potentiel de grenier à riz de Madagascar. Des actions en ce sens ont été entamées et je suis convaincu de la détermination de tout le peuple de Marovoay à les mener jusqu’au bout. Je suis à vos côtés et on poursuivra ensemble ces actions », a déclaré le candidat N°12.

Nouvelles mesures. Toujours est-il que parmi les autres réalisations qui se sont concrétisées au cours de ces cinq

Une foule immense a accueilli le candidat n°12 à Maovoay.

dernières années, figurent notamment la construction de neuf universités régionales, la mise en place d’une trentaine de blocs opératoires, l’achèvement d’écoles primaires publiques, la distribution de kits scolaires, ou encore l’installation de quatre centres de pesage de poids lourds sur la RN4. Pour clore son déplacement, le candidat N°12 a annoncé que de nouvelles mesures en matière de sécurité publique seraient mises en œuvre dans le district et dans toute la région de Betsiboka. Hery Rajaonarimampianina a ainsi déclaré à ses sympathisants et partisans sa volonté d’apaisement et son souhait de continuer les efforts entrepris en faveur d’un développement inclusif.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Mésentente : Flash B et son manager, un divorce prévisible

La jeune femme très connue par sa chanson « fausse Jokera » a déclaré officiellement qu’elle ne fera plus affaire avec son manager. Ce désaccord se sentait il y a trois mois. À noter que la jeune chanteuse et son manager n’avaient pas signé de  contrat. « Je ne suis pas responsable de tous les concerts organisés par mon ex-manager depuis 25 août 2018 », affirme la jeune chanteuse.

« Ceci n’aura pas une conséquence sur ma carrière musicale », rajouté- t- elle. Pour l’instant, la chanteuse va s’autoproduire. Combattive, en un an, seulement sa voix se fait entendre dans toute l’île. Cette jeune femme de 23 ans a déjà fait presque le tour de Madagascar, de la région Menabe, en passant par Tuléar jusqu’à Toamasina et Nosy-Be. Avec ses cinq chansons, colorées d’afro beat, dance Hall et tropical, ses morceaux ne quittent pas la bouche des Malgaches. Toujours charmante et sexy, Flash B est une nouvelle génération de la musique variété à Madagascar. Quand il y a flash B, il y a Tahina le claviste, Mario le Bassiste, Rico et Felana comme chœur qui vont avec !

« Avec ou sans manager, je ne compte pas baisser les bras », confirme Flash B

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Photographie : Henitsoa Rafalia va présenter « Tuerie »

Henitsoa Rafalia jongle le réalisme du reporter et le recul de l’artiste

L’exposition « Tuerie »photographe Henitsoa Rafalia sera probablement l’un des moments phares du festival d’Art Urbain de l’Is’art Galerie qui a débuté hier. L’installation sera ainsi ouvert officiellement au public le 26 octobre à partir de 18 h 30 à Ampasanimalo. Ce capteur d’instant est reconnu par les amateurs de photographie depuis son exposition poignant intitulé « Sambatra : aux pays des Antambahoaka ». Une plongée en apnée à travers le rituel multicentenaire de circoncision collective pratiquée par le groupe humain Antambahoaka dans le sud est de la Grande Île en 2015. Depuis cette année, l’ascencion d’Henitsoa Rafalia a été fulgurante.

Pour cette exposition « Tuerie », l’artiste photographe emmènera le visiteur dans un monde parfois pesant mais pourtant inévitable du circuit économique des bovidés. C’est un travail qui rappellera sans doute les premiers pas de photographes reporters d’Henitsoa Rafalia. D’ailleurs, plusieurs photographes professionnels de sa génération qui arrivent à se démraquer ont tous été formés dans ce moule de l’instantané. D’ailleurs, il est « correspondant pour l’agence de presse Turc Anadolu Angency en tant que photo-reporter et collabore avec d’autre organes de presse internationaux comme TheNational.ae basé à Dubaï et Télérama et So Press en France ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Peste : 28 cas confirmés à ce jour

Le laboratoire central de la peste a pu confirmer 28 cas de peste, dont huit décès, depuis le 1er août au 23 octobre 2018, selon les informations fournies par le ministère de la Santé publique dans son dernier bulletin sur la situation épidémiologique de la peste. Sur ces 28 cas confirmés, 23 sont des cas de peste bubonique parmi lesquels, trois malades ont succombé. Quant aux cinq autres cas – parmi les 28 confirmés- il s’agit de peste pulmonaire qui n’a laissé aucune chance aux cinq victimes, toutes décédées.

Jusqu’à présent, dix districts sont touchés par la peste. Il s’agit des districts d’Ambalavao, Ambatofinandrahana, Anjozorobe, Ankazobe, Befotaka, Betafo, Manandriana, Miarinarivo, Midongy Atsimo et Tsiroanomandidy.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ampoules basse consommation : Haut potentiel de recyclage

Les ampoules basse consommation consomment quatre à six fois moins d’énergie qu’une ampoule à incandescence… mais il y a mieux.

Plus de 90%, voire 95% des lampes basse consommation ou fluocompactes sont recyclables , mais la présence de mercure bien qu’en quantité infime dans ces ampoules, nécessite une procédure spécifique pour le stocker et l’éliminer.

 Plus de lampes basse consommation usagées à la poubelle ! Ces dispositifs d’éclairage de plus en plus utilisés par les ménages, à Madagascar comme ailleurs, nécessitent un traitement particulier.  En effet, en raison de la présence, bien qu’infinitésimale, de mercure dans les lampes fluocompactes, il est recommandé de les prendre en charge après usage. Ce, afin de gérer efficacement les risques environnemental et sanitaire que représente ce métal lourd. A Antananarivo en particulier, un dispositif existe afin d’éviter que le mercure présent dans les lampes ne soit rejeté dans l’environnement.

 WWF. Avec l’appui de WWF, une unité de traitement a été mise en place et confiée au SAMVA (Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo). Il s’agit d’un dispositif capable d’une part, de récupérer le mercure contenu dans les lampes usagées, et d’autre part, d’isoler les débris de verre qui l’entourent.Afin de faciliter la collecte, des bacs de récupération ont été repartis dans 61 fokontany de la capitale. Un bac à tri où les passants comme les habitants des fokontany, peuvent déposer leurs ampoules usagées. Le SAMVA collecte régulièrement les lampes recueillies dans les bacs et les transporte à la décharge d’Andralanitra où se trouve l’unité de traitement. Depuis la mise en place de celle-ci, le SAMVA propose le service de collecte et de traitement des lampes basse consommation à divers organismes et entreprises.

Rien ne se perd ! Certes, la quantité de mercure présente dans les lampes basse consommation est sans commune mesure avec celle présente dans les thermomètres à mercure dans la mesure où une ampoule contient entre 3 et 12mg de mercure (mélangé au gaz inerte contenu dans le tube) tandis que le thermomètre en contient un peu moins de 2g. Il n’en demeure pas moins que le traitement du mercure dans ces lampes n’est pas à négliger. Mieux, le recyclage permet à la fois d’éviter le rejet du mercure dans l’environnement, et de fabriquer de nouveaux produits. La quasi totalité d’une ampoule basse consommation est recyclable, s’étendant du verre – qui représente 88% de l’ampoule – aux métaux (cuivre, fer, aluminium) contenus dans les composants, en passant  par le plastique. Certaines lampes peuvent être également contenir des terres rares, utilisées dans l’industrie de l’électronique, de l’automobile ou du secteur médical.

Signalons enfin que si l’ampoule basse consommation consomme quatre à six fois moins d’énergie que l’ampoule à incandescence, l’ampoule LED (Light Emitting Diode ou lampe à diode électroluminescente) consomme jusqu’à dix fois moins que les ampoules fluocompactes.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana : En campagne de proximité dans l’Est

Le candidat n°25 haranguant la population de la commune rurale de Sahambala.

Le bâtisseur poursuit avec assurance et sérénité son chemin vers la victoire. Hier, le candidat n°25 et ses partisans ont mené une campagne de proximité qui leur a permis d’être plus proches de la réalité. Marc Ravalomanana était dans la région Atsinanana, de Brickaville à Fenerive-Est en passant par Miarinarivo et Vavatenina. Dans la commune rurale de Sahambala, le candidat n°25 a rencontré les populations d’autres communes rurales dont celles de Fotsimavo, d’Ambodiharatra et d’Ambalarondro. A Mahavelona (Foulpointe), le bâtisseur a donné rendez-vous à la population de Besokona, d’Andodabe, d’Antaratasy et d’Ampasime. Cette campagne de proximité lui a permis de proposer des solutions aux problèmes vécus quotidiennement par la population de la région Atsinanana, dont ceux  liés à l’insécurité, à l’éducation, à la santé, à la malnutrition, à l’infrastructure et à l’environnement. Bref des domaines sur lesquels, son « Manifesto » et le MAP2 prévoient des solutions concrètes. Lors de sa conférence de presse du  lundi dernier, Marc Ravalomanana a fait savoir que la Banque mondiale, l’Union européenne et nos partenaires bilatéraux et multilatéraux sont prêts à lui donner la main pour la reconstruction du pays.

Bonne cote de popularité. Si le candidat n°25 a visité hier plusieurs localités de la partie Est de Madagascar, sa femme a mené pour lui une campagne digne de ce nom dans le district d’Antananarivo Avaradrano. Là où elle est passée, Lalao Ravalomanana a toujours drainé une foule à ses meetings. La femme du candidat n°25 s’est rendue dans les communes les plus populeuses d’Avaradrano dont entre autres Sabotsy Namehana et Talata-Volonondry. Lalao Ravalomanana a poursuivi sa campagne à Andriampamaky et Ankazondandy, deux communes rurales du district de Manjakandriana. Les dix engagements du « Manifesto » et le MAP2 ont été expliquées aux populations de ces communes périphériques de la Capitale où le candidat n°25 jouit d’une très bonne cote de popularité. Bref, Marc Ravalomanana incarne toujours l’image d’un candidat proche du peuple et digne de la confiance de nos partenaires techniques et financiers.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Forum social russo-africain : Dovo Eloi Maxime représente Madagascar à Moscou

« L’Afrique actuelle qui est en quête de son émancipation a besoin de partenaires qui l’épauleront dans la mise en œuvre de son processus de développement. Aussi, ne peut-on se réjouir que cette longue amitié qui nous unit soit de raviver, car j’ose espérer que la Russie apportera son soutien à ce processus ». Ces mots sont du ministre des Affaires étrangères Dovo Eloi Maxime lors de l’ouverture du Forum social russo-africain qui s’est ténu hier à Moscou.

Le Chef de la diplomatie malagasy se trouve en effet sur place actuellement pour participer à ce rendez-vous diplomatique qui jette les bases d’une nouvelle relation entre le continent Africain et la Russie. Selon les explications du ministre Russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, cet évènement vise par ailleurs à « consolider les relations entre la Russie et l’Afrique qui remontent au XVe siècle ». Sur ce, le Chef de la diplomatie malagasy a fait remarquer que les relations entre la Fédération de la Russie et le continent Africain ont toujours existé et bien que l’on parle actuellement du retour de la Russie en Afrique, force est de constater que la Russie a toujours été présente en Afrique.

« Tout comme l’Afrique a beaucoup à donner, la Russie apporte également beaucoup aux pays africains tant dans le partage de son savoir-faire qu’au niveau économique, social et culturel. En ce qui concerne Madagascar, je me réjouis des accords déjà conclus et des nouvelles perspectives de coopération, notamment dans le domaine social tel que la santé, l’éducation et les recherches scientifiques », a-t-il ajouté. A titre de rappel, le 28 septembre dernier, un protocole d’accord de coopération entre Madagascar et la Fédération de la Russie a été signé lors d’une cérémonie officielle à Anosy. L’accord concerne la lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime.

Retrouvailles.La joie était totale pour Serguei Lavrov d’avoir retrouvé Dovo Eloi Alphonse Maxime à Moscou ! Les deux homologues se connaissent très bien vu que le deuxième était Ambassadeur de Madagascar de 2003 à 2018 et non moins Doyen du Corps diplomatique en Russie. Actuellement, en visite de travail à Moscou, le ministre Dovo Eloi Maxime rencontre son homologue Serguei Lavrov sur le sol russe. « Le Chef de la diplomatie malagasy revient en tant que fin connaisseur du lieu à Moscou. C’est donc avec tous les honneurs qu’il a été reçu par son ami Serguei Lavrov pendant la rencontre bilatérale d’hier, non plus en tant que porte-parole des ambassadeurs africains résidant à Moscou, mais en tant qu’homologues » remarque-t-on à Moscou.

Lors d’un point de presse, les deux hommes n’ont pas manqué de mettre l’accent sur l’importance de cette rencontre car les liens entre la Russie et Madagascar sont étroits. Madagascar était déjà représenté sur deux mappemondes russes, parues à Moscou en 1707 et Pierre le Grand essaya d’établir les premiers contacts avec l’île en envoyant deux petites frégates qui se rendirent le 21 décembre 1723 vers le «Roi de Madagascar». La coopération entre les deux pays a, par la suite, connu les vicissitudes de l’histoire mais, aujourd’hui, elle est en train de se revigorer. Madagascar et la Russie ont en effet plusieurs domaines de coopération à explorer ensemble, notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée et les trafics des stupéfiants ou encore la lutte contre la piraterie maritime et sur la surveillance des côtes et des zones économiques exclusives.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Colloque international sur la Cybersécurité : Importance de la responsabilité des entreprises et de la r...

Le colloque international sur la Cybersécurité a été officiellement lancé hier à « l’Akademia Malagasy » (nom propre). Il a mis en exergue l’importance de la réglementation et de la responsabilité des entreprises dans ce domaine.

Intitulé «  Cybersécurité et protection des données : de l’économie globale à la responsabilité des entreprises », le colloque est organisé par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) zone Océan indien ; et il est co-organisé par l’Autorité de Régulation des Technologies de la Communication (ARTEC) et la Coopération  franco-malgache. L’édition de cette année est centrée sur les aspects juridique et éthique de la question. Effectivement les organisateurs du colloque et les acteurs du milieu se sont rendus compte qu’auparavant, les travaux sur ces deux aspects de la cybersécurité n’étaient pas suffisamment poussés, alors qu’ils sont vraiment intéressants pour promouvoir la cybersécurité à Madagascar d’une part, et endiguer la cybercriminalité ou limiter ses effets d’autre part.

Collaboration et expertise. Pour collaborer avec des spécialistes nationaux, deux experts internationaux ont été invités durant ce colloque. Ils viennent tous de l’Université de Lille : le Pr. Marcel Moritz et Valentinon Gibello. Par ailleurs en raison de l’importance du volet juridique lors de ce colloque, l’Ordre des Avocats, le Tribunal du Commerce et le Magistrat chef de Service de la Législation étaient également présents ; sans oublier les nombreuses entreprises pour lesquelles la cybersécurité est d’une importance capitale ; et qui ont déjà fait montre de leur détermination à s’engager en faveur d’une meilleure cybersécurité à Madagascar. Effectivement, une meilleure participation des opérateurs économiques dans la promotion de la cybersécurité et des offres de formation y afférentes ; ainsi que la sensibilisation du grand nombre (étant donné l’avènement du numérique) sont les principaux objectifs poursuivis par ce colloque international.

Conférences. Après la conférence inaugurale portant sur « les opportunités économiques et juridiques des technologies numériques » ; une autre conférence portant sur un contexte international, « la construction européenne du droit du numérique » a été donnée. S’ensuivirent trois tables rondes, portant respectivement sur : le contexte global de la cybersécurité à Madagascar : la réglementation régionale sur la protection des données ; et enfin une autre qui a mené à réfléchir sur les offres de formation à proposer sur le sujet à Madagascar. Naturellement, puisqu’il s’agit d’un colloque à vocation régionale et internationale, des universités venant des îles voisines étaient au rendez-vous : celle des Comores , de l’île Maurice, des Mascareignes, ou encore de La Réunion. Sans oublier nos fiertés nationales, telles que le MISA( Master en Mathématiques, Informatique et Statistiques Appliquées), l’Ecole supérieure polytechnique d’Antananarivo.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Lehiben-dahalo, maty voatifitry ny mpitandro filaminana

Noho ny firongatry ny tsy fandriampahalemana misy sy mahazo laka amin’izao maitso ahitra (mosary) izao, any amin’ny Distrikan’i Betroka, Faritra Anosy. Ary mba ho famongorana ireo olon-dratsy, dia nanova fomba fiasa sy paikady amin’ny fampandriana fahalemana amin’ny alina ny mpitandro filaminana. Omaly tokony ho tamin’ny iray ora naraina, malaso iray no maty lavon’ny balan’ny mpitandro filaminana, tao Tanakompania tampon-tanànan’i Bekotra. Raha ny fantatra, dahalo nanodidina ny dimy teo no nikasa hanafika tokantrano iray tao amin’ity fokontany ity. Raha vao nahatazana ny mpitandro filaminana nanao fisafoana amin’ny alina ny malaso efatra, dia nitsoaka nandositra avy hatrany, fa ity voalaza ho lehiben-dahalo namoy ny ainy ity kosa no sahy nanohitra, ka voatifitra teo amin’ny tongony roa, izay tapaka tanteraka ny iray ankavia. Araka ny tati-baovao voaray farany tamin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra, dia mbola karohina fatratra atao haza lambo ireo malaso tafaporitsaka.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Football : Alefa Barea toujours prêt à soutenir l’équipe

Dans tous les matchs de football internationaux, les supporteurs jouent un rôle crucial dans le soutien de l’équipe. L’association des supporters Alefa Barea peut se vanter qu’elle fait partie intégrante des acteurs de cette victoire. Elle a cru depuis le début et a supporté les joueurs par tous les moyens possibles, ne serait-ce que par les messages d’encouragement, les accueils organisés à chaque arrivée des joueurs au pays, l’hymne des supporters Alefa Barea, la recherche de solutions pour l’équipe quand il y a eu des problèmes, l’organisation de rencontre avec les joueurs pour plus de proximité avec les supporters et bien d’autres. « Nous ne pouvons nous taire face à cette victoire contre la Guinée Equatoriale, un succès qui redonne vie au football malgache. Les amoureux du football malgache n’ont plus osé affirmer leur amour pour cette discipline ces derniers temps. Mais grâce aux résultats que les Barea nous ont apporté rien que cette année, le football reprend vie à Madagascar, et les supporters se réveillent comme jamais. Oui, les joueurs ont affirmé que le soutien des supporters malgaches y est beaucoup », annonce le communiqué de l’association Alefa Barea.

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : « Je serai le Président de tous les Malgaches »

Le candidat n°13 accueilli par une foule immense à Fénérive Est

Le TGV est en bonne voie d’engranger le maximum de …voix dans les districts où il s’est arrêté hier, en l’occurrence, Soanierana Ivongo, Fénérive-Est, Amparafaravola et Ambatondrazaka qui sont tous contre le report des élections.

« Nous allons changer l’histoire de Madagascar le 7 novembre. C’est un choix sacré  et un devoir envers la Nation car il y va de l’avenir de cette dernière pour les cinq prochaines années », a déclaré haut et fort le fondateur de l’ « Initiative pour l’Emergence pour Madagascar » (IEM). C’était hier à Soanierana Ivongo où il a fait le « velirano » de réaliser des projets « manara-penitra » (lycée, EPP, stade, marché, routes, wc public…) une fois élu à la magistrature suprême. A cette fin, le député Tody Arnaud a expliqué devant une foule nombreuse, le fonctionnement du bulletin unique, tout en fustigeant dans la foulée « ceux qui affirment gratuitement qu’il y a des bulletins pré-cochés pour le candidat numéro 13 ». L’élu du district n’a pas évidemment oublié de faire part des problèmes de Soanierana Ivongo. « Les difficultés vécues au quotidien par les Malgaches sont à peu-près les mêmes », a fait savoir Andry Rajoelina. Fort visiblement des réalités qu’il a constatées de visu durant la transition et depuis le début de la campagne électorale.

« Mahavita azy ».  « Nous sommes fermement contre le report des élections », a martelé pour sa part, le député Ahmad Ahmad à Fénérive-Est où le stade municipal était …Orange de monde. « Premier tour dia vita », scandait le « vahoaka » que son représentant à l’Assemblée nationale a exhorté à voter pour le candidat numéro 13 qui a reçu hier le « tso-drano » des Tangalamena. « Je sais votre « Fitiavana » envers ma personne ainsi que vos attentes et aspirations », a-t-il souligné. Le créateur de l’IEM de faire remarquer que « Madagascar a besoin d’un Président jeune, patriote, dynamique, « mahavita azy » et ayant une vision claire  pour le développement du pays ». Comme il l’a fait dans les autres districts, Andry Rajoelina a mis en garde la population contre certaines velléités de fraudes électorales. « Il faut faire preuve de vigilance dans les bureaux de vote ». C’est la recommandation du candidat numéro 13 qui a réitéré sa détermination à sauver Madagascar. « Les Malgaches ne méritent pas d’être pauvres. On les a appauvris. Aidez-moi pour que je puisse vous aider. Je serai le Président de tous les Malgaches, y compris celui des faibles et des déshérités », a spécifié Andry Rajoelina.

Travaux à Grande Vitesse. Le candidat numéro 13 qui n’est pas du genre à faire deux poids, deux mesures, a aussi

Andry Rajoelina sera aussi le Président des faibles

promis des projets « manara-penitra » à Amparafaravola. Entre autres, la mécanisation de l’agriculture, l’éradication du phénomène « dahalo », la création d’emplois pour les jeunes… Même engagement à Ambatondrazaka qui redeviendra le premier grenier à riz du pays, selon l’édificateur de l’IEM. « Nous allons augmenter de 100.000 ha la surface de rizières cultivables pour atteindre une production de 500.000 tonnes par an », a-t-il chiffré. Dès qu’il sera élu Président, la réhabilitation de la RN 44 fera partie des Travaux à Grande Vitesse enclenchés par le « Tanora malaGasy Vonona » qui était accompagné hier par le Dr Jean Louis Robinson qui a réalisé un très bon score dans l’Alaotra en 2013. Lui Président, Andry Rajoelina fera aussi l’acquisition de « 10 hélicoptères au moins pour traquer les « dahalo ». D’ici là, le candidat numéro 13 continue de sillonner tout le territoire en hélicoptère pour aller à la rencontre des Malgaches, écouter leurs problèmes et apporter des solutions, sans forcément attendre d’être élu, car le TGV est sur la bonne voie menant à Iavoloha.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Lieux de détention à Madagascar : Surpopulation carcérale et conditions de détentions inhumaines

La Commission nationale indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a organisé hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano, une table ronde sur l’urgence de l’amélioration des conditions de détention à Madagascar.

Surpopulation carcérale. Des conditions de détention inhumaines sur fond de surpopulation carcérale, qui dépassent l’entendement. Pour ne parler que de Tsiafahy où 200 personnes s’entassent et dorment à même le sol dans une cellule, normalement prévue pour 70 personnes. Sans parler de l’état de délabrement avancé des infrastructures, allant des cellules aux sanitaires, dont l’entretien et la propreté laissent vraiment à désirer ; avec tout ce que cela implique de prolifération de maladies et de risques pour la santé. Par ailleurs, les violences entre prisonniers, mais aussi celles perpétrées par les pénitenciers sont légions, combinés à la malnutrition sévère, cela bafoue non seulement les droits humains fondamentaux, mais les exposent carrément à la mort. Pas étonnant, si l’année dernière plus de 900 détenus, dont des mineurs, ont trouvé la mort en prison.

Détention préventive. Ont été principalement relevées lors de cette table-ronde les mesures à prendre en amont et en aval pour venir à bout de la surpopulation carcérale, les principales causes de cette surpopulation carcérale ; les violences au sein des maisons de détention ou des maisons d’arrêt, les conditions sanitaires, etc. Ainsi, il a été sans grand étonnement annoncé que la principale cause de la surpopulation carcérale est la tendance abusive à détention préventive. Des responsables auprès d’organisations de la société civile parlent même d’une « crise de la détention préventive à Madagascar ».  « Nous avons visité une prison dans le Sud-est de l’île, près de 90%, pour ne pas dire 100% des détenus n’ont pas encore été auditionnés et condamnés. Alors que la Constitution malgache même stipule que la détention préventive est une exception, le mandat de dépôt (MD) devient carrément systématique, avec de l’autre côté une lenteur exagérée des procédures d’audience et de jugement (environ 50% des détenus sont prévenus). C’est aberrant et il s’agit bien d’une injustice ».

Systématisation du MD. Lors de la table ronde, il a été relevé que la corruption qui sévit encore dans le milieu de la Justice fait partie des facteurs qui favorisent la systématisation des  MD. Toutefois, bien que connus de tous au niveau de la pratique ces cas de corruption et de vices de formes ne sont pas évidents à prouver, s’ils ne sont pas habilement coordonnés, voire camouflés. Ainsi, des solutions ont été avancées, à savoir : la construction de lieux de détention supplémentaires (prévus et promis par le ministère de tutelle pour 2019) ; l’éducation et l’information de la population sur ses droits avant, pendant et après toute procédure administrative pouvant mener à l’incarcération ; et enfin le renforcement, voire la mise en place de dispositifs de contrôle et de sanctions plus poussés sur les cas de corruption et vices de forme au niveau du Tribunal de première instance, afin d’éviter et/ou de limiter la systématisation de la détention préventive.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

FIMDA 2018 : La mode en faveur de la lutte contre le cancer du sein

La 3e édition du FIMDA, Festifal Internationale de la Mode d’Abidjan, se tiendra du 8 au 9 novembre prochain dans la capitale de la Côte d’Ivoire. Un grand événement qui réunit les designers et les professionnels de la mode en Afrique, et un carrefour incontournable pour conquérir le monde, puisque cet événement met en exergue le savoir-faire et l’identité de la mode africaine. Cette année, le thème retenu est: Mode, Art et Social. Une thématique très importante et très actuelle. La programmation prévoit donc des séances de dépistage du cancer du sein gratuit.  « Il y aura des ventes aux enchères pendant le dîner de la soirée de gala, qui se tiendra le 9 novembre. Tous les fonds récoltés seront versés à une ONG qui lutte contre le cancer du sein. Par ailleurs, la moitié des recettes issues des ventes des tickets sera également offerte à cette ONG », explique Stéphane Mambo, organisateur et promoteur du festival. Un volet social donc qui vient apporter une touche très personnelle, mais à la fois très humaine à cet événement pourtant très mode. « Le cancer du sein, et pourquoi pas. Un jour, j’ai rendu visite à la directrice de l’ONG que nous soutenons, et j’ai été fortement marqué par sonhistoire, car elle-même est une survivante du cancer du sein. Vu les coûts exorbitants du traitement, il est difficile pour beaucoup de femmes de se faire traiter. Cette ONG les aide donc du mieux qu’elle peut », continue-t-il. Outre ce volet purement social, l’événement reste très fashion, avec au programme des défilés, une exposition et un grand dîner de gala.

Anjara Rasoanaivo