Les actualités Malgaches du Jeudi 24 Mai 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara20 partages

Permis biométrique : Un document qui ne tient pas la route !

En octobre 2015, le ministère de l’Intérieur avait lancé l’opération « Permis biométrique » afin de lutter contre les fraudes. C’est une société slovène qui a été choisie comme prestataire pour la fourniture de la technologie permettant à Madagascar de disposer de ce document sécurisé et de disposer d’une base de données fiable tant au niveau national qu’international.

Code QR. Pourtant, le permis de conduire biométrique s’est par la suite avéré n’être qu’une vaste escroquerie. Si la traçabilité de ce document dans la lutte contre la fraude a été le leitmotiv de l’opération, le code QR utilisé n’apparaît nulle part alors que le scan de ce code devrait permettre de relier le contrôleur à un site web pouvant fournir les informations sur le détenteur de ce document biométrique. Pourquoi faire payer environ 40.000 ariary pour un permis qui n’a pas de valeur, notamment à l’étranger ? La société en question a reconnu ses défaillances et s’est engagée à améliorer ses produits. En même temps, elle a fait savoir que les permis déjà délivrés ne seront pas rappelés et restent valides. Comment alors différencier les faux permis biométriques qui ne sont pas « traçables » des vrais munis du code QR ?

Contrôle. Quid également du sort des automobilistes titulaires de faux biométriques en cas de contrôle routier ? L’escroquerie transparaît aussi par la non-vulgarisation des appareils de contrôle des permis biométriques. Normalement, c’est la société slovène qui devrait fournir aux agents de la circulation cet appareil. Seulement, depuis l’entrée en vigueur du permis biométrique, aucun contrôle n’a eu lieu. D’ailleurs, la société pourrait ne jamais fournir les équipements de contrôle afin de ne pas créer un scandale engendré par la circulation de deux sortes de permis biométrique. Ce document, en plus de la carte d’identité nationale, constitue un premier pas vers la constitution d’une base de données sur la population malgache. Mais force est de reconnaître que le permis biométrique mis en circulation ne tient pas la route.

Davis R.

Midi Madagasikara19 partages

Assemblées annuelles à Busan : Accord signé entre la BAD et l’ONUDI pour accélérer l’industrialisa...

Les Assemblées annuelles de la BAD auxquelles Madagascar participe se tiennent à Busan Corée du Sud du 21 au 25 mai 2018.

Madagascar participe aux Assemblées annuelles du Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement), qui se tient cette semaine à Busan, Corée du Sud. Durant les rencontres, les financements de l’industrialisation sont au centre des discussions.

 La cérémonie inaugurale de la 53e assemblée annuelle de la BAD et de la 44e assemblée du Fonds africain de développement (FAD), s’est tenue le 21 mai dernier à Busan. Dès cette première journée, un accord a été signé entre la BAD et l’ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel). En effet, ces deux institutions s’accordent à intensifier leur coopération pour accélérer l’industrialisation de l’Afrique. « En 2016, la BAD a lancé sa Stratégie pour l’Industrialisation de l’Afrique couvrant la période 2016 – 2025. Cette stratégie résulte d’un travail de collaboration avec l’ONUDI et la Commission Économique pour l’Afrique. La signature de ce protocole d’accord est importante pour la mise en œuvre de cette stratégie. La BAD bénéficie déjà énormément de l’expertise de l’ONUDI en matière de conception des politiques, de programmes et d’outils de connaissance en soutien aux efforts d’industrialisation de nos États membres », a déclaré Akinwumi Adesina, président du Groupe de la BAD. A noter qu’en 2017, la BAD a alloué 1,2 milliard USD pour l’industrialisation en Afrique, notamment pour les projets relatifs aux opérations du secteur financier. Pour Madagascar, le total des financements de la BAD jusqu’en 2021, dans le cadre de son DSP (Document de Stratégie Pays) avoisine les 6.206,85 milliards d’Ariary, dont une grande partie est dédiée aux infrastructures et à l’amélioration de l’accès à l’électricité, pour favoriser l’industrialisation.

Multisectoriels. Pour en revenir à l’accord signé lundi dernier, l’objectif pour la BAD et l’ONUDI, est de faciliter la coopération sur des activités conjointes et d’intérêt mutuel dans des domaines tels l’agro-industrie, l’économie circulaire, la construction de parcs industriels, les investissements dans l’innovation et la technologie, le développement des entreprises, le commerce et le renforcement des capacités ainsi que l’accès aux sources de financement. L’accord s’aligne d’ailleurs sur les cinq priorités ou High-5 de la BAD qui concordent parfaitement avec le PND (Plan national de développement de Madagascar), l’Agenda 2063, la 3e Décennie du Développement Industriel de l’Afrique (IDDA III), l’Agenda de Développement Durable des Nations Unies et l’Initiative du G20 pour l’Industrialisation de l’Afrique. Pour les acteurs concernés, réaliser le potentiel industriel de l’Afrique ne se fera pas par hasard.

Antsa R.

News Mada8 partages

Ambanja : ouverture de la 18e agence de la Star

La Star, industrie agroalimentaire implantée à Madagascar depuis 65 ans, poursuit son développement, tant sur les produits que les infrastructures. La 18e agence de l’entreprise a été implantée et inaugurée officiellement à Ambanja, mardi dernier, en présence des différents responsables de la Star, en l’occurrence le PDG adjoint, et des autorités locales.

Présente dans toute l’île, la Star compte aujourd’hui six usines, six plateformes logistiques et 18 agences commerciales dont la dernière, celle d’Ambanja qui vient d’être inaugurée en grande pompe. Avec cette nouvelle agence commerciale, la Star renforce sa présence dans la zone nord où entre 17 et 20% de l’ensemble des produits Star sont expédiés.

Le choix de cette localité n’est pas fortuit étant donné qu’elle est un carrefour des îles touristiques avoisinantes, telle Nosy Be, ainsi que des grandes villes du nord. Ce qu’a confirmé Rina Robijaona, directeur d’agence de la Star Ambanja.

«L’inauguration de la nouvelle agence symbolise aujourd’hui la volonté et le dynamisme de l’entreprise à vouloir se rapprocher davantage de ses clients et consommateurs. S’implanter à Ambanja pour la Star, c’est entreprendre et investir dans une localité à fort potentiel, carrefour de la zone nord, tant sur le plan économique que social. C’est toujours un nouveau challenge pour la société de s’implanter dans une nouvelle ville. Développer et déployer nos services dans tout Madagascar sont parmi les objectifs que nous nous fixons au quotidien», a-t-il déclaré.

Emplois et valeur ajoutée

L’ouverture de cette agence, en plus des activités déjà présentes dans la ville, sera un tremplin économique, grâce aux emplois créés et autres activités annexes ainsi qu’à la valeur ajoutée sur le long terme pour la localité. Et déjà, Darkaoui Sirtis, maire de la commune urbaine d’Ambanja, a souhaité à cette occasion à ce que les jeunes de la commune soient priorisés en termes d’emploi.

L’agence peut, en outre, être approvisionnée tout le long de l’année, soit par la route via la RN6 ou par voie maritime par les usines d’Antananarivo, Antsiranana, Ambatolampy, Antsirabe ou encore Andranovelona avec une capacité de stockage de 20 jours, comme l’explique toujours Rina Robijaona. Cela assure la disponibilité des produits, en tout temps, à tout moment et ce, malgré le mauvais état du réseau routier.

Cette nouvelle implantation répond aux valeurs que la Star véhicule actuellement : respect et considération, culture du client et création de valeur à long terme. Un investissement sûr et durable dans le savoir-faire local afin d’accroître l’économie de la région au profit de la population.

Arh.

Midi Madagasikara8 partages

Coliseum – 13 Mai : Risques d’affrontement ce samedi

Quel camp aura le « vahoaka » samedi prochain ?

Deux démonstrations de force politiques organisées par deux camps protagonistes auront lieu samedi prochain dans la Capitale.

Après l’échec des médiateurs étrangers qui ont quitté Madagascar sans avoir pu convaincre les protagonistes sur un consensus, le processus de sortie de crise s’est heurté à une impasse couronnée par la réplique du président de la République qui a déposé auprès de la Haute Cour Constitutionnelle son mémoire en défense. Et pendant que les neufs membres de la HCC planchent sur les deux arguments des deux parties protagonistes, avec des règles de procédure qui ne sont pas préalablement établies par un texte quelconque, les « 73 députés pour le changement » et les parlementaires pro-régimes (79 députés et 58 sénateurs) n’ont le choix que de se livrer à une guerre d’usure. Si les premiers se rendent tous les jours à Ambohidahy dans l’objectif de faire pression sur le juge constitutionnel pour que celui-ci ne tarde plus à statuer sur leur requête aux fins de déchéance de Hery Rajaonarimampianina, les partisans de ces derniers, après avoir fait profil bas, commencent à organiser leur riposte en multipliant leurs interventions médiatiques.

Summum du bras de fer. Depuis quelques jours, barons du HVM et parlementaires pro-régimes se mettent aux contre-offensives. Ils essaient d’occuper les médias pour défendre leur position et celle du président de la République accusé par l’opposition de violation grave et répétée de la Constitution (Non mise en place de la Haute de Cour de Justice dans le délai prescrit dans l’article 167 de la Constitution). En provinces, les partisans du chef de l’Etat multiplient leur mobilisation. Le summum du bras de fer serait atteint samedi prochain. En effet, les parlementaires pro-régimes se préparent à taper fort en organisant une grande démonstration de force au Coliseum à Antsonjombe. D’après nos sources, plus de 1.000 maires seront présents à ce méga rendez-vous populaire qui verra la présence des artistes vedettes, pour ne citer que Lôla, Stéphanie, Onja Tinondia et Mijah. De l’autre côté, les 73 députés de l’opposition envisagent de drainer une foule monstre sur la Place du 13 Mai ce samedi. Des artistes seront également présents à ce rendez-vous. Deux grandes démonstrations de force politiques auront donc lieu samedi prochain à Tana. Certains observateurs politiques y craignent des risques d’affrontement. Mais, entre Coliseum (Antsonjombe) et 13 Mai (Analakely), il faut parcourir environ 4km de route.

R. Eugène

Midi Madagasikara4 partages

Tsaratànana : Fokontany 7 indray notafihan’ny dahalo, omby maherin’ny 150 isa voaroba

Araka ny tati-baovao marim-pototra samihafa voaray, dia mirongatra izay tsy izy ny asan-dahalo mila tsy voafehy intsony ankehitriny, any amin’ny distrikan’i Tsaratanàna, faritra Betsiboka, ka mahatsiaro tena ho tsy misy mpiahy intsony ny vahoaka any an-toerana. Tao anatin’ny telo andro monja, fokontany fito no indray notafihan’ny dahalo, ka omby maherin’ny 150 isa no voaroba tamin’izany. Afak’ omaly naraina, tokony ho tamin’ny fito ora, omby miisa 70 mahery no lasan’ny valopolo lahy nitam-piadiana, tao amin’ny fokontany Mandiameva, Kaominina ambanivohitr’i Bekapaika. Ary tompon’omby roa teo an-tanàna niaro ny fananany no maty tsy tra-drano voatifitra. Mbola tao amin’ny Kaominina Bekapaika hatrany, saingy tany amin’ny fokontany Mahareraka kosa, dia omby 15 isa tamina tokantrano roa no norobain’ny dahalo folo lahy nirongo basy, ny alatsinain’ny pentekôty teo.  Ny andron’io hatrany, fokontany telo (Ampasiry,  Andranomandry ary Antsahabe) any amin’ny Kaominina Keliloha no lasibatry ny malaso 26 lahy mitam-basy, ka lasan’ireo dahalo avokoa ny omby teo amin’ireo tanàna. Nandritra ny fifandonana tamin’ireo mpangalatra omby, fokonolona iray maty rotiky ny bala. Ny 20 mey teo, tao amin’ny fokontany Ampitakely, kaominina Isinko, omby manodidina ny 50 isa teo no lasan’ny 20 lahy nirongo basy, ka ny roa tamin’ireo dahalo dia nanao fanamiana miaramila. Rehefa avy nandraoka ny omby tiany ireo malaso, dia naka olona telo takalonaina nentin’ireo olon-dratsy nanaraka azy. Ny andron’ny alahady io hatrany, trano miisa 80 mahery no may hotohoton’ny afo nodoran’ny dahalo, tao amin’ny fokontany Manakakely, Kaominina Andriamena.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara4 partages

« Semaine de la littérature jeunesse à Tananarive » : L’évènement qui favorise l’accès aux livres !

C’est parti pour cinq jours de fête et d’animations autour du livre ! Depuis hier, jusqu’au 26 mai, la « Semaine de la littérature jeunesse » s’invite à l’Alliance française d’Andavamamba et à l’IFM Analakely. Un évènement pendant lequel professeurs, parents, enfants et jeunes mordus de lecture et autres sont invités à prendre part. Plusieurs activités dont tables rondes, projections, ateliers et rencontres sont au menu de cette semaine mouvementée. Hier, ceux qui ont été au rendez-vous ont déjà pu apprécier le spectacle de contes avec Esther Randriamamonjy, assister à la projection de bandes annonces de livres réalisées dans le cadre du prix littéraire Ravinala, aux ateliers et rencontres avec des auteurs. Ces activités continuent ce jour et jusqu’au 26 mai. L’objectif de la manifestation étant de favoriser l’accès aux livres et donner l’envie de lire dès le plus jeune âge, toutes les activités sont gratuites.Mahetsaka

Toutes les expositions dans le cadre de cette semaine de la littérature jeunesse  – AFT : « La fabrication d’un livre : nous, notre histoire » de Yvan Pommaux, « Carnet de voyage » de Véronique Massenot, « Sous le tamarinier de Betioky » de Geneviève Maot et « D’une île à l’autre (Regard sur Madagascar) de Monique Bauer– IFM : « Nos héros préférés » – 50 ans écoles des loisirs et « Ho avy an-tsary, un avenir dessiné » de Catmouse, Moniri M’bae, Idah, Nino, Sébastin Sailly et Dwa.

Midi Madagasikara4 partages

« Ny Voninavoko » Dadagaby, hospitalisé à l’HJRA !

Dadagaby est actuellement au service de réanimation de l’HJRA.

A 83 ans, Dadagaby n’a plus sa force et sa santé d’autrefois ! Le leader du groupe « Ny Voninavoko » est actuellement en réanimation à l’ HJRA pour les mêmes problèmes pour lesquels il a déjà été hospitalisé dans le passé. Son fils Christian nous en dit davantage : « Il a, il y a quelque temps, été victime d’hypertension et d’une hausse du taux de cholestérol et a été hospitalisé pour ces raisons. Il a ensuite suivi des séances d’acupuncture. Son état de  santé s’est amélioré. Père a malheureusement glissé et a, une fois de plus été hospitalisé ». Il a été inconscient et sa tension artérielle a augmenté . « Son état s’est stabilisé,  mais on le garde toujours au service de réanimation, toujours à l’HJRA ». On souhaite à l’auteur de « Zanak’Iarivo » un prompt rétablissement !Mahetsaka

Midi Madagasikara4 partages

TOLIARA-REGION SUD OUEST : REACTION DES DEPUTES PRO-REGIMES

de gauche à droite sénateur Goulzar, Député JB, le CR colonel Rabe Jules et Sénateur Georges.

« Toliara tsy mankasitraka fanonganam-panjakana » c’est-à- dire Toliara ne cautionne pas « le coup d’Etat ni la prise du pouvoir dans les rues ». La salle de réunion de la Région Sud-Ouest est pleine à craquer devant le Patron entouré d’un député (JB) et deux sénateurs (Georges et Goulzar) ce mardi 22 mai. Le maître des cérémonies a chauffé à blanc les militants venus nombreux. Le chef de région Rabe Jules est le premier à prendre la parole pour relater tous les investissements et réhabilitations de l’Etat dans la Région. Ensuite, le député Helson Brisson ERAFA, VP de l’ANP, a été très agressif, accusant les députés frondeurs de « jaloux pour n’avoir pas reçu de récompenses. Il refuse qu’il y a eu corruption, qu’ils sont plus nombreux que les 73 députés. « Les électeurs sauront choisir leur préféré et qu’il fallait attendre les élections patiemment sans perturber l’ordre public », conclut-il son discours sous une salve d’applaudissements.

D’anciennes personnalités de la Transition (CT) et des maires des communes environnantes ont émis leurs réflexions, en pointant du doigt les occupants de la place du 13 mai, sur la situation politique qui prévaut pour terminer le meeting. Dommage que les parlementaires étaient pressés de prendre l’avion alors que beaucoup de citoyens voulaient encore prendre la parole.

Charles RAZA, correspondant

Midi Madagasikara3 partages

Musique « mafana » Jerry Marcoss : « Je suis bel et bien vivant » !

Jerry Marcoss revient de sa tournée réunionnaise et mettra prochainement le cap sur Bongolava et Ambositra.

Le roi du « kawitry » est sorti de son silence. Lors de sa tournée à La Réunion, les rumeurs de sa mort ont envahi la Toile. Jerry Marcoss a tenu à rassurer ses proches et ses fans.

Non, Jerry Marcoss n’est pas mort ! Depuis la semaine dernière, la rumeur a persisté sur les réseaux sociaux. « Jerry Marcoss s’en est allé suite à un grave accident de voitures/ou un accident vasculaire lors de sa tournée mauricienne », pouvait-on lire sur plusieurs publications sur facebook. Une nouvelle démentie par l’artiste qui se porte très bien. « Que mes fans se rassurent, je suis loin d’être mort, je suis même en très bonne santé comme vous pouvez le constater. Cette fausse nouvelle a juste été une rumeur qu’on a voulu lancer pour faire le buzz. Et deuxièmement, je n’étais pas à Maurice, mais à La Réunion », souligne le chanteur. Sa tournée a même été un grand succès. D’ailleurs, le roi du « kawitry » va repartir en tournée, dès ce weekend. Pas question de perdre du temps !

Tournée. Si Jerry Marcoss est devenu le roi du « kawitry », c’est à force de travail et de persévérance. Ainsi le grand frère de Simonda compte continuer dans cette voie. Si certains artistes prennent du temps avant de reprendre la course, l’interprète de « Tu me manques », lui, n’attendra pas des semaines pour revenir sur le devant de la scène. Il sera sous les feux des projecteurs ce weekend. « Nous rencontrerons nos fans dans le Bongolava ce dimanche. Nous mettrons ensuite le cap sur Ambositra ». Avant la fin du mois, un nouveau clip intitulé « Oh kawitry » pourrait également voir le jour et sera diffusé sur toutes les chaînes. « Nous allons prouver à travers cette nouvelle chanson que Jerry Marcoss a été et reste un grand danseur et une star qui a amplement mérité sa place dans le paysage musical ». Chanteur,mais également animateur de talent, Jerry Marcoss promet donc encore, selon lui, beaucoup de surprises à ses fans de toujours.Mahetsaka

Midi Madagasikara3 partages

Haute Cour de Justice : Les deux représentants du HCDDED connus

Le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) ont élu avant-hier ses deux représentants au sein de la Haute Cour de Justice (HCJ). Il s’agit d’Annick Tsiazonangoly et de Koera Ravelonarivo. Avec ces deux nouvelles élections, les 11 membres de cette juridiction chargée de juger le président de la République et les autres chefs d’Institution sont au grand complet. D’après nos sources, le décret présidentiel constatant la mise en place de la HCJ serait pris demain.

Femme d’un ministre. Avec l’élection d’Annick Tsiazonangoly, la Haute Cour de Justice sera composée d’une femme d’un membre de gouvernement. La question qui se pose est de savoir si la mise en place de la Haute Cour de Justice, tardive soit-elle, aura un impact sur la requête aux fins de déchéance du président de la République accusé de violer l’article 167 de la Constitution.

R. Eugène

Midi Madagasikara3 partages

Lutte contre la cybercriminalité : le CFOIM salue les efforts des autorités compétentes

La cybercriminalité regroupe les infractions commises sur Internet.

Lutter contre la cybercriminalité est aussi un autre moyen de protéger les personnes et les biens.

La lutte contre la cybercriminalité est une priorité pour les forces de l’ordre. Pour preuve nombreux ont été les cybercriminels appréhendés et emprisonnés ces derniers temps.

Travail de professionnel. Le dernier cas d’espèce a été celui qui a concerné  un « facebooker » qui, depuis des mois a mené sur les réseaux sociaux une campagne acharnée d’incitation à la haine. L’homme en question avait publié des propos injurieux et racistes en appelant notamment à une « OPK » ou opération Karàna contre la communauté indienne à Madagascar. Face à un tel agissement, le Collectif des Français d’Origine Indienne à Madagascar (CFOIM) avait déposé une plainte contre ledit internaute le 23 février dernier. Le service de la lutte contre la cybercriminalité de la Gendarmerie Nationale s’est saisi du dossier  et a immédiatement mené les investigations. Un véritable travail de professionnel, puisque le « facebooker » criminel a été arrêté dès le 7 mai et déféré au parquet le 9 mai dernier. Suite au verdict rendu le 18 mai 2018 par le Tribunal de Première Instance d’Antananarivo, le coupable a été condamné à une peine de deux années d’emprisonnement avec sursis.

Leçon. Le CFOIM, partie plaignante dans cette affaire, n’a en tout cas pas manqué de remercier les autorités compétentes. «Il y a tellement mieux à faire sur les réseaux sociaux. Le CFOIM se félicite de cette interpellation qui doit servir de leçon et sensibiliser les individus qui se cachent derrière des comptes « fake » pour développer des activités répréhensibles. Les propos désobligeants, haineux, les injures, ou diffamations par voie virtuelle sont désormais passibles de lourdes peines à Madagascar.» a déclaré un membre du CFOIM. Un autre membre du Collectif de souligner : «Le CFOIM travaille depuis des années à favoriser le mieux vivre ensemble à Madagascar. La liberté d’expression et le respect d’autrui dans le ‘respect’ des différences sont nécessaires à une cohabitation pacifique et le préalable au bon développement de notre pays. » Rappelons que la loi n°2016-031 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2014-006 du 17 juillet 2014 sur la lutte contre la cybercriminalité, en ses articles 18 et 20, réprimande et punit toute manœuvre allant dans le sens de l’injure ou de la diffamation.  La loi sur la cybercriminalité existe partout dans le monde et protège tous les individus quels que  soient leur origine, leur sexe, ou leur religion. Nous nous félicitons que Madagascar a  adopté et mis en application de telles dispositions légales au service de la protection des citoyens.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Antsonjombe : Grande mobilisation des élus pro-régime

Des maires reçus par le président Hery Rajaonarimampianina à Iavoloha.

Les partisans du régime en général et les élus pro-régime, en particulier, vont faire entendre leurs voix samedi au Coliseum.

Face à la situation qui prévaut dans le pays, le régime commence à réagir. Si auparavant, il s’est surtout manifesté en ordre dispersé, le pouvoir est en train de peaufiner sa stratégie. A cet effet, le groupe parlementaire pro-régime va tenir un meeting au Coliseum Antsonjombe samedi prochain, plus précisément le 26 mai. Plus de 1.000 maires issus de différentes régions du pays vont aussi grossir les rangs de ces parlementaires. Soit, une grande mobilisation des élus pro-régimes. Une riposte en sorte pour contrer le mouvement initié par les 73 députés qui occupent le terrain depuis un certain temps.

Affaires nationales. En vue de rassembler le plus de monde possible, des artistes de renom vont animer le meeting. Il s’agit notamment de Lola, Tence Mena, Onja Tinondia, Stéphanie, Lion Hill, Mijah et Samoann.  Vu ces dispositions, le régime entend mettre le paquet. Ce serait également une occasion pour ces élus d’exposer leurs points de vue concernent les affaires nationales, plus particulièrement sur la déchéance du président de la République. Sur ce point d’ailleurs, les partisans du régime estiment que selon la Constitution, le président de la République ne peut être mis en accusation que par l’Assemblée nationale et la majorité des deux tiers de ses membres.

Parlementaires. Par ailleurs, une émission spéciale a eu lieu, hier, au Carlton, avec comme invités les parlementaires pro-régimes. Ladite émission a été animée par le trio Heninkaja Rakotomanantsoa (IBC), Marc Antoine Klimchand (MATV) et Bertrand Ranaivomanana (TVM). On dirait, un avant-goût sur le meeting de samedi. Les Riana Andriamandavy, Milavonjy Philobert, Harijaona Andriarimalala, Lihaosoa Malement, Laisoa Jean Pierre, Rakotovazaha Olivier, Brigitte Rasamoelina et Vaonalaroy pour ne citer qu’eux ont ainsi avancé comme arguments, entre autres, que le pays a besoin d’apaisement et la tenue d’une table ronde.

Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

IEM d’Andry Rajoelina : Une quinzaine d’experts internationaux au Carlton

Coup d’envoi ce jour du Forum international « Initiative Emergence Madagascar » initié par l’ancien président de la Transition.

D’après les informations, environ 2.000 invités sont attendus à l’hôtel Carlton pour les deux jours de rencontre de haut niveau pour le développement de Madagascar. Une quinzaine d’experts internationaux et une dizaine d’experts malgaches vont intervenir pour apporter leur savoir-faire durant cet évènement. Parmi eux figurent entre autres, Richard Boucher (Etats-Unis), ancien Secrétaire d’Etat américain en charge de l’Asie centrale et du Sud ; Vincent Roux (France), Professeur agrégé en Economie et Gestion à la Faculté de Droit et de Sciences politiques à l’Université d’Aix-Marseille et non moins Secrétaire général de l’Institut de Droit d’Outre-mer (IDOM) ; Sahondra Rabenarivo, CEO de « Madagascar Law Office », sortante de « Harvard Law School » et membre de l’Observatoire de la Vie Publique (SEFAFI) ; Richard Randriamandranto, vice-président du Cabinet Conseil Cordia et Expert en Gouvernance et intelligence économique et non moins ancien Directeur de la Planification stratégique et de la recherche au Secrétariat du COMESA ; Nneka Eze (Nigeria), sortante d’Harvard, Directrice au sein du Cabinet Dalberg et ancienne consultante chez McKinsey Cie à Washington D.C. ; Joshua Rugema (Rwanda), Directeur d’ « East Africa Exchange », la bourse régionale qui met en relation les exploitants et les marchés agricoles ; Jean-Christophe DEBAR (France),  ingénieur agronome et consultant sur les questions de politique agricole à l’international et dirigeant de la Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (FARM) dont l’objectif est de faire émerger les petites et moyennes exploitations capables d’approvisionner les marchés locaux.

Energie. Iarilanto Andriamarosolo, ingénieur agronome spécialiste du riz, expert en évaluation des collectivités locales, Consultant formateur en culture d’épargne et du crédit et ancien coordonnateur de nombreux projets ruraux ; Ralalarison,  riziculteur et détenteur du record international de la production rizicole avec un rendement de 23,8 tonnes par hectare en 2003 ; Mamadou Ndyaie (Sénégal) qui pilote aujourd’hui un programme de développement agricole communautaire au Sénégal ; Papa Meissa Dieng (Sénégal), Enseignant à l’Unité de formation et de recherche en Science juridique et politique à l’Université Gaston Berger Saint-Louis au Sénégal ; Yves MAIGNE (France), Ingénieur de l’ESME SUDRIA et ancien Expert senior auprès de la Commission européenne. Il est le Directeur de la fondation « Energies pour le Monde » dont l’objectif est de favoriser l’accès à l’électricité dans le respect de l’environnement ; Hadrien Clément FROMENTEL (France), Spécialiste des énergies solaires et acteur de l’Association des Producteurs Indépendants Solaire Photovoltaïque (APESI) ; Vonjy Andriamanga, Directeur général adjoint de Distrigaz qui est une filiale du Groupe ENGIE (Roumanie) et a également travaillé pour le groupe EDF en tant qu’Ingénieur en construction des réseaux et ingénieur exploitation des postes sources ; Albert Ravelojaona, Consultant senior à la JIRAMA ; Andry Ramaroson, Directeur Madagascar et Comores de Schneider, représentant du groupe SSL, fondateur du Groupe des Professionnels de l’Energie à Madagascar (GDPEM) et PDS de la Commune d’Ivato Firaisana en 2013 – 2014 ; Hary Ravelojaona qui a travaillé avec la Société finlandaise Wartsila qui a importé plus de 100 Mgw dont 40 à Mandroseza ; Frederik Van Herzeele (Belgique) qui est un Expert international en infrastructures.

Association FITIA. Evelyne Tsague (Cameroun), Directrice Afrique à l’Institut de gouvernance des ressources naturelles (NRGI), experte des industries minières et non moins membres de l’ONG « Catholic Relief Services » ; Stéphane Brabant (France), président du groupe Afrique au Cabinet « Herbert Smith Freehills », en tant que coresponsable du groupe BHR. Il y dirige le département énergie et ressources naturelles pour la France, l’Afrique francophone et l’Europe de l’Est, il est aussi membre du Conseil « Business and Human Rights Project » de l’ « American Bar Association » ; Lynda HUBERT-TA (Canada) qui s’intéresse aux enjeux juridiques liés à la protection et la mise en valeur des ressources naturelles, Spécialiste du cas Madagascar ; Dr Fidiniavo Ravokatra ; Dr Etienne Bemanaja. Cet après-midi, Mialy Rajoelina, ancienne Première Dame, présidente de l’Association FITIA et présidente du « Panafrican Ethanol Stoves and Fuel Alliance » (PAESFA) et Astou Dia (Côte d’Ivoire), Directrice de Dalberg interviendront quant à elles au niveau de la Commission réservée à la Place de la femme malgache dans la Société. En effet, les participants à ce Forum international seront repartis en  cinq commissions, à savoir ressources naturelles, sécurité alimentaire, gouvernance, énergie, ainsi que le panel Femme et approche genre. L’objectif de cette rencontre étant de recueillir les propositions de tout un chacun afin que l’on puisse élaborer un projet de développement adéquat à la réalité socioéconomique et aux attentes des Malgaches. Hier, un dîner de bienvenue a été organisé à la maison Vue Royale à Andohalo. Une occasion pour Andry Rajoelina d’adresser ses mots de bienvenue aux panelistes venant des quatre coins du monde.

Davis R

News Mada1 partages

Kardinaly Tsarahazana : « hodinihinay ny fiainam-pirenena »

Hitohy, anio, ary haharitra herinandro, ny fivorian’ny Fivondronamben’ny eveka (Fem)  eto Antananarivo. “Iaraha-mahalala ny zava-misy eto amin’ny firenena. Haka fotoana mihitsy izahay hiresahana  izany. Hifampizara sy hitondra tolokevitra  hampandrosoana ny firenena. Tena hibahan-toerana ny raharaham-pirenena”, hoy ny kardinaly Tsarahazana Désiré sady filohan’ny Fem. Notsiahiviny kosa fa manana ny  maha izy azy ny firenena manana izany kardinaly izany. Anisan’ny andraikiny ny mampita amin’ny papa François ny zava-misy eo amin’ny fiarahamonina. “Mampisirika antsika hanao ny  tsara sy ny mety ary ny fahamarinana.  Ho tia an’Andriamanitra mba hilaminan’ny  tany”, hoy izy. Momba ny hitsidihan’ny papa François eto amintsika kosa, notsindriny fa mikasa ny ho avy tokoa  izy.  “Noraisiny an-tsoratra izany tamin’ny fihaonanay ny volana febroary teo. Tsy midika hoe 100% anefa izany.  Matoky  kosa aho fa ho  avy  izy  na tsy mbola  ofisialy aza”, hoy  ihany izy.  Araka  izany, andrasana  ny hafatry eveka manoloana  izao toe-draharaha  mafampana izao.

Synèse R.

Madagate1 partages

Andry Rajoelina. Discours d’ouverture en français du 1er Forum international de l’IEM

Comme prévu, le premier Forum international de l’Initiative pour l’Émergence de Madagascar ou IEM, créée et présidée par Andry Rajoelina, ancien Président de la Transition, de 2009 à 2014, a débuté ce jeudi 24 mai 2018, à l’Hôtel Carlton Anosy Antananarivo. Ci-après le discours intégral d’ouverture.

Premier Forum international de l’IEM

Initiative pour l’Émergence de Madagascar

Discours de SEM le Président Andry RAJOELINA

Hôtel Carlton Anosy, 24 mai 2018

Excellence Mesdames et Messieurs, Chers amis.

Mes premiers mots sont des mots de remerciements pour votre présence à ce premier Forum International de l’IEM à Madagascar.

Je voudrais remercier tout particulièrement les personnalités qui sont venues de loin et vont contribuer aux débats. Certains ont fait des milliers de kilomètres, sillonné des continents et traversé des océans.

Et vous voilà, parmi nous, en ce lieu, aujourd’hui.

Animés d’une volonté commune, vous êtes venus nombreux pour former un socle de solidarité et de fraternité. L’avenir de Madagascar vous importe et vous a transporté jusqu’à nous.

Je remercie, les membres des corps diplomatiques et consulaires qui accordent une importance particulière au développement de Madagascar.

Je salue également la présence du patronat, des dirigeants d’entreprise et des représentants du monde des affaires à Madagascar.

Je m’adresse à vous aussi chers élus parlementaires, sénateurs, députés et Maires. Merci également de votre présence.

A toutes les femmes et tous les hommes de toutes les régions de la grande île qui partagent une ambition commune pour l’avenir de Madagascar.

A vous tous ici présents, honorables invités,

Merci de croire en Madagascar, merci de croire en nous et de nous accompagner dans cette initiative, car c’est cette chaîne d’union qui rendra possible l’émergence de Madagascar.

Mesdames et messieurs, chers amis,

C’est notre patrie, terre de nos ancêtres, notre Nation qui nous est chère qui nous rassemble ici aujourd’hui.

Vous avez été nombreux à démontrer votre engouement pour prendre part à ce projet unique, visant à donner un nouveau souffle pour Madagascar.

Ensemble nous allons tracer la route menant le pays vers un avenir meilleur.

Nous croyons tous en l’avenir de Madagascar.

Alors, je lance un appel.

“Faites ce que vous pouvez, avec ce que vous avez, là où vous êtes.”

En unissant nos forces grâce à notre détermination, nous rendrons à notre beau pays toute sa splendeur et sa grandeur telles que nous en avons toujours rêvé. Il faut se donner la main au profit du peuple malagasy et des futures générations.

Cela fait trop longtemps que Madagascar reste dans l’obscurité.

Est-t-il normal que depuis l’indépendance, la production d’électricité à Madagascar est de 420 Mégawatt seulement pour 25 millions d’habitants soit, seulement 15% de la population ayant l’accès à l’électricité.

Est-t-il normal que le prix de l’électricité, à Madagascar coûte deux fois plus que chez nos voisins africains ?

Comment est-t-il possible que nous avons importé près de 300.000 Tonnes de riz en 2017 alors que nous étions le grenier rizicole de l’Afrique dans les années 70.Qu’avons-nous fait des 18 Millions d’hectares de Terres arables à Madagascar ?

Nous avons perdu certaines de nos valeurs morales, culturelles et même spirituelles, lesquelles sont les fondements de notre identité.

Qu’il est déplorable de voir les cloches de nos églises pillées, les symboles de nos valeurs spirituelles détruits.

La corruption généralisées, l’insécurité grandissante, sans oublier l’accaparement de nos terres.

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et regarder d’un œil passif et indifférent cette situation.

J’aimerais partager avec vous l’expérience de mon déplacement à Ambilobe le 08 mars 2018 qui illustre la réalité de ce qui se passe dans tout le pays.

Comment peut-on admettre, que la population n’a même pas d’eau potable alors qu’à proximité, cette Commune possède un lac d’eau ?

C’est scandaleux…

Pouvez-vous imaginer qu’à seulement 30 kilomètres d’Ambilobe, précisément à “Betsiaka” se trouve un des plus grands gisements d’Or de Madagascar, alors que la population locale ne bénéficie pas de retombée positive.

Si je reste sur l’extraction de l’Or, à titre comparatif, la Côte d’Ivoire extrait 25 Tonnes d’or par an, d’une valeur d’un milliard de dollars, contre 2,5 Tonnes à Madagascar officiellement. Et pourtant nos réserves sont de deux à quatre fois supérieures à celle de la Côte d’Ivoire.

C’est une aberration.

J’ai entendu les cris de désespoir, les cris de détresse du peuple. Les Malagasy portent un regard et un diagnostic lucides sur notre Pays. Ils savent les difficultés, ils en subissent les conséquences dans leur vie quotidienne. Ils connaissent les freins et les obstacles, mais aussi le potentiel de Madagascar.Il leur appartient de choisir la voie.

Je suis sensible à leurs appels. Je suis résolument déterminé à relever le défi et répondre à leurs attentes, et c’est pour cela que j’ai fondé l’Initiative pour l'Émergence de Madagascar.

Mesdames et messieurs,

Croyez-moi, j’ai conscience des limites des actions pendant la période de la transition de 2009 à 2014.

Car malgré notre isolement international et sans aide des bailleurs de fonds traditionnels, nous avons pu construire et bâtir des infrastructures pour les générations futures. Mais bien sûr, j’aurais aimé faire beaucoup plus.

Cette ambition exigera de nous un changement profond des mentalités et des habitudes. Pour franchir avec succès toutes les étapes de notre processus d’émergence, nous remplacerons le fatalisme par l’optimisme, car toutes les solutions sont déjà à portée de main. Avec l’INITIATIVE POUR L’ÉMERGENCE DE MADAGASCAR, il nous appartient de nous ouvrir au changement en étant souverain et maître de notre propre destin.

À compter de ce jour, nous ferons tout pour mettre Madagascar sur les rails de l’émergence.

Notre unité et cohésion nationales pourraient être préservées durablement à travers les valeurs du “Fihavanana”, “Firaisankina” et du “Fahendrena” ; c’est-à-dire l’unité et l’entraide et la sagesse, des valeurs propres à notre culture.

Il est grand temps que l'intérêt supérieur de la Nation prime car notre pays ne doit plus être l’otage des intérêts politiques de quelques-uns. Car il ne s’agit pas de moi, ni d’eux mais de l’avenir de Madagascar.

Mesdames et Messieurs,

Nous allons travailler durant les deux journées de réflexion et d’échanges, sur la base des thèmes prioritaires en vue de rattraper le retard de développement de Madagascar, et ce afin d’améliorer la qualité de vie de la population, à savoir :

L'énergie pour tous, qui consiste à électrifier, raccorder pour enfin éclairer toute l’île.

1.Développer le secteur Agro-alimentaire pour garantir que la population puisse manger à sa faim.

2.Créer les conditions nécessaires afin d’attirer les investisseurs nationaux et internationaux pour que tous les produits de première nécessité dont les Malagasy ont besoin soient fabriqués à Madagascar.

3.La gestion rationnelle de nos ressources naturelles devrait constituer une ressource financière importante afin de propulser l’économie pour le bien-être de tous.

Les Objectifs fixés sur ces quatre thèmes prioritaires ne seront pas atteints sans une bonne Gouvernance, et une valorisation de la place de la femme dans la société malagasy.

Ainsi pour créer les conditions du développement nous devons reconstruire le système éducatif de l’école à l’Université sans oublier la formation professionnelle. C’est évidemment la condition première.

Les panels sur l’éducation, la sécurité seront abordés lors d’un prochain Forum mais je ne voulais pas manquer de le souligner.

Mesdames et Messieurs,

A Paris lors du lancement de la démarche de l’IEM nous avions annoncé la tenue d’un Forum International à Antananarivo.

Nous y voilà !

Je suis très heureux de votre présence à tous. Vous, experts nationaux et internationaux, et personnalités de bonne volonté, vous l’avez compris, ce premier FORUM INTERNATIONAL DE L’INITIATIVE POUR L’ÉMERGENCE DE MADAGASCAR est un moment important.

Que ces deux journées d’intenses discussion, d’échanges et de débats sur l’avenir de notre belle Nation permettent de répondre aux aspirations profondes des Malagasy.

En s’inscrivant dans cette vision ce Forum, apportera des idées phares, des projets d’envergure comme moteurs de croissances pour le développement des secteurs clés de l’économie et de l’épanouissement social, afin de transformer notre VISION EN ACTION.

Nous sommes tous convaincus que Madagascar est une terre pleine d’avenir, et que son peuple mérite un avenir meilleur, et c’est ensemble que nous allons rendre enfin possible l’Émergence de Madagascar.

Ainsi, je déclare solennellement ouvert le Premier Forum International de l’Initiative pour l'Émergence de Madagascar.

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Je vous remercie de votre aimable attention.

Andry RAJOELINA, Président de la Transition de Madagascar (2009-2014)

Hôtel Carlton Anosy, jeudi 24 mai 2018

Midi Madagasikara1 partages

BFV-SG : Une journée découverte des métiers de la banque

Les jeunes ont suivi avec attention les exposés sur les métiers de la banque.

La 3e édition de la Journée Découverte des Métiers de la Banque organisée la semaine dernière par la BFV- Société Générale était une réussite. L’assistance composée essentiellement des étudiants des huit écoles partenaires, mais également d’autres jeunes et du grand public ont eu droit à des informations de qualité fournies par les responsables de la BFV- SG qui organise cet événement depuis trois  ans pour présenter les différents métiers, exposer les possibilités de carrière au sein d’une banque ; mais aussi, sensibiliser sur les valeurs, la culture et conduite qui animent au quotidien les équipes de la BFV- SG. La journée était également une occasion pour les collaborateurs de la banque de partager leurs expériences et contribuer à l’orientation des jeunes en leur prodiguant des conseils. Des formations autour de la communication et du leadership ont également été  proposées, en collaboration avec la Jeune Chambre Internationale de Madagascar. Il y avait également un partenariat avec une association de jeunes citoyens actifs, toujours dans le dessein  de promouvoir la jeunesse malgache. Sans compter les ateliers axés sur  le développement personnel programmé pour aider les jeunes à mieux s’affirmer, développer leur confiance en soi. L’innovation de cette troisième édition de la journée découverte sur les métiers de la banque a été sans conteste l’INNOV Place, un endroit où ont été recueillies les idées novatrices et ingénieuses sur la banque de demain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Grande Braderie : Une première journée réussie

Les mères de famille sont majoritaires parmi les visiteurs de la première journée de la Grande Braderie.

La Grande Braderie de Madagascar a débuté hier au Palais des Sports. Une première journée réussie, puisque la grande foule était déjà au rendez-vous pour cette 19e édition de la Grande Braderie de Madagascar dédiée à la Fête des Mères. Dès cette première journée, les articles de cadeau pour les mamans ont été très demandées par les visiteurs. Rappelons que la Grande Braderie dont les participants sont tous des professionnels regroupe une trentaine de secteurs d’activité. A commencer, bien évidemment par les articles de cadeau, ainsi que les habillements et accessoires, et tout ce qui a trait à la  Fête des  Mères, qui est d’ailleurs le principal thème de cette 19e édition. Mais il y aura également les  meubles, la téléphonie, le multimédia, les produits alimentaires, le cosmétique, les ustensiles de cuisine…La remise d’au moins 15% est encore et toujours pour cette édition qui ne prendra fin que dimanche.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

ATSIMO ANDREFANA : Toliara Mahazo laka ny fampiasana zaza tsy ampy taona, mitombo isa ireo tovovavikely miv...

Na dia voararan’ny lalàna tanteraka aza, dia mbola mahazo laka ny mampiasa zaza tsy ampy taona, indrindra ireo mpanampy ao an-tokantrano, eto Toliara, ary misy amin’izy ireny na lahy na vavy no mikarama vary masaka. Ary ny tena loza, noho ny fahasahirana misy, dia mitombo isa hatrany ireo tovovavikely mivaro-tena, mitady vola malaky sy mora mba hanampiana ny ray aman-drenin’ izy ireo amin’ny fivelomana (sakafo, hofan-trano, . . .) Ny fanaovana ity asa iray mamoafady ity dia mamotika ara-pahasalamana sy/na ara-tsaina ny ankizy. Amin’ity tranga ity dia mbola vitsy amin’ ireo mahatsikaritra ny zava-misy no sahy sy afaka mandray andraikitra avy hatrany eto an-drenivohitry ny Faritra Atsimo Andrefana, ka mitory izany any amin’ny mpitandro filaminana sy ny manam-pahefana, raha ny nambaran’ny tompon’andraikitra, ary ilaina, hoy ity farany nanamafy, ny fiaraha-mientan’ny rehetra.

Eric Manitrisa

Asan-dahalo : Maro ireo ankizy tsy afaka manohy ny fianarany intsony

Noho ny asan-dahalo sy ny fahasahiranana samihafa mianjady amin’ireo ray aman-dreny ary ny tsy fahampian-tsakafo mahazo laka misy, ny alaviran-toerana, ny faharatsian’ny foto-drafitrasam-papianarana, . . . , dia maro amin’ ireo ankizy any amin’ny Faritra Atsimo Andrefana ankehitriny no tsy afaka manohy ny fianarany intsony. Vokatr’izany, dia  betsaka amin’ireo ankizivavy tsy ampy taona no lasa manambady mialoha ny fotoana. Ny tovolahy kosa dia mipetra-potsiny ny ankamaroan’izy ireo, ka lasa manaotao foana ny sasany amin’ireo tsy an’asa  izay tafaroboka mihitsy amin’ny asa ratsy sy fidorohana zava-mahadomelina.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Affaires nationales : Les évêques catholiques en conclave

Les affaires nationales au menu de la session plénière ordinaire des évêques catholiques à Ambatoroka.

Trois jours après la décision du Pape François qui a créé Cardinal le Mgr Désiré Tsarahazana, les évêques catholiques se réunissent en « session plénière ordinaire » à l’Episcopat à Ambatoroka. Pendant ce conclave qui va durer une semaine, les évêques de l’église catholique vont plancher sur les affaires nationales dont la crise politique qui prévaut actuellement dans le pays. Comme d’habitude, une déclaration est attendue à l’issue de la session de la conférence épiscopale des évêques catholiques (CEM) dont le président en exercice n’est autre que le nouveau Cardinal Désiré Tsarahazana.

Intérêts de la majorité des Malgaches. Les évêques catholiques n’ont pas toujours mâché leurs mots lorsque les intérêts de la majorité des Malgaches sont en jeu. Et c’est le cas aujourd’hui avec ce bras de fer qui oppose les « 73 députés pour le changement » au régime en place. Le FFKM où l’église catholique est représentée par l’archevêque d’Antananarivo Odon Arsène Razanakolona s’est déjà exprimé dans son message de pentecôte. Message où les quatre prélats du Conseil Œcuménique des églises Chrétiennes de Madagascar ont prêché l’union et la réconciliation. En tout cas, force est d’anticiper que la présidence de la Conférence Episcopale de Madagascar serait confiée à un autre évêque après la nomination de l’archevêque de Toamasina en tant que nouveau représentant du Souverain Pontife à Madagascar.

R.Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Bâtiments publics : Des audits pour réduire la facture de l’électricité

La facture de l’électricité de l’Assemblée nationale s’élève à 53 millions Ar en une année. (Photo d’archives)

L’administration publique fait partie des gros consommateurs d’énergie électrique à Madagascar.

L’énergie électrique est utilisée notamment pour l’éclairage public ou le fonctionnement de divers équipements tels que les climatiseurs, les onduleurs, les imprimantes, les photocopieurs et les ordinateurs. Des audits ont été effectués dans six bâtiments publics, à savoir, l’Assemblée nationale, l’Hôpital militaire de Soavinandriana, la maternité de Befelatanana et la direction générale de l’Energie pour Antananarivo et le bloc administratif de la commune et l’hôpital à Androva pour Mahajanga. Cette action a été faite dans le cadre de la mise en œuvre du programme Energie de la Commission de l’Océan indien (COI) et appuyé par l’Union européenne. Les résultats de ces audits ont été présentés lors de l’atelier sur l’efficacité énergétique dans les bâtiments publics dans les Etats membres de la COI qui s’est tenu hier à l’hôtel Carlton.

 Perte considérable. « Ce qui donne des pistes pour la prise de décision en vue de l’effectivité de l’efficacité énergétique et de la transition énergétique, et ce, en adoptant les recommandations émises à l’issue de ces audits. L’objectif consiste à réduire les dépenses énergétiques des bâtiments publics, et par la suite, la facture de l’électricité. Ce qui permet entre temps d’avoir un gain économique  pour ces bâtiments publics », a expliqué Randrianoely Martin, le Secrétaire général du ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures. Mais il a également soulevé que la vétusté du réseau d’installation électrique dans ces bâtiments publics engendre une perte considérable d’énergie. En outre, le ministère de tutelle promeut la vulgarisation des lampes à basse consommation, la mutualisation des imprimantes et les pratiques économiques en matière de consommation d’énergie. Au niveau de l’Assemblée nationale, la facture de cette institution peut atteindre 53 millions d’ariary dans l’année. Pourtant, 450 m2 sur 4200 m2 seulement sont climatisés, d’après les audits.

Transition énergétique. Il faut savoir également que la conception des bâtiments peut avoir des impacts importants et positifs en matière d’optimisation de la consommation d’énergie. On peut citer, entre autres, la configuration des pièces pour avoir plus de luminosité naturelle ou l’emplacement des fenêtres pour une meilleure ventilation naturelle. « La réalisation de ces audits nous permet ainsi de lancer des constructions de nouveaux bâtiments publics avec une consommation énergétique proche de zéro. Il s’agit de promouvoir des sources d’énergie d’origine renouvelables » indique le Représentant de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez- Bénedito. Et parmi les recommandations émises à l’issue de ces audits, l’élaboration d’un guide de conception pour de meilleures performances énergétiques dans les bâtiments neufs est en vue. En outre, des audits seront réalisés prochainement auprès des entreprises de production. « L’efficacité énergétique dans les bâtiments publics est une étape incontournable de la transition énergétique », a conclu Véronique Espitalier-Noël, chargée de mission de la COI.

Navalona R.

Madagate1 partages

Madagascar. Pour sauver Hery Rajao, Ressuscitez Tsiranana et Zafy pendant que vous y êtes !

Une délégation de l’Afrique du Sud a débarqué dans la Grande île durant le week-end de la Pentecôte. C’est dans ce pays qu’a été mise en place la Commission de la Vérité et de la Réconciliation (CVR) pour en finir avec le régime raciste de l’apartheid. Rappels historiques d’abord.

C’est en 1995, sous Nelson « Madiba » Mandela, élu premier président de la république, noir (de peau) en 1994, qu’a été créée la CVR. Cette commission constituait une étape primordiale vers le processus de transition dont le but final (réussi, il faut le préciser) était de mettre fin au régime de l’apartheid qui reposait sur la domination de la minorité blanche en Afrique du Sud. Il faut rappeler que la CRV émane de l’entité Promotion of National Unity and Reconciliation Act (Promotion de l’Unité et nationale et de la loi de réconciliation).

Présidée par Mgr Desmond Tutu, Archevêque sud-africain de confession anglicane, la CRV avait pour objectif principal de recenser toutes les violations des droits de l’homme commises depuis le massacre de Sharpeville, le 21 mars 1960, où 69 personnes noires ont été tuées par la police alors qu’elles protestaient contre les passeports intérieurs (« Pass ») et demandaient leur abrogation. Au final, la CRV Sud-africaine a permis une réconciliation nationale entre les victimes et les auteurs d’exactions. Et l’ONU a même fait du 21 mars, la « Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale » en… 1966. Voilà pour les origines et l’histoire de la réconciliation que certains veulent standardiser aveuglément…

En ce mois de mai 2018, l’Afrique du Sud en sera bientôt à son troisième président noir après Nelson Mandela : Thabo Mbeki (1999 à 2008), Jacob Zuma (9 mai 2009 au 14 février 2018) et Cyrille Ramaphosa (depuis le 14 février 2018) tous du parti du Congrès national africain ou ANC (African National Congress). Et l’apartheid n’est plus qu’un mauvais souvenir raconté dans un musée. Afin que les générations présentes et à venir n’oublient pas les horreurs commises et que la gouvernance par le racisme ne revienne plus jamais.

A Madagascar, cette histoire de réconciliation nationale, littéralement importée par l’UA et la SADC (à partir de la CRV sud-africaine et à la suite de la révolution orange de 2009), a été érigée en loi : la loi n°2016-037 du 15 décembre 2016, relative à la réconciliation nationale. Et dès l’exposé des motifs, nous entrons de plain-pied dans le ridicule qui, hélas, ne tue plus. Car, concernant la composition du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), il est écrit noir sur blanc que « le Président de la République, garant de l’unité nationale selon l’article 45 de la Constitution, a la prérogative de choisir le tiers des membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy. En effet, appelé à avoir comme objectif la préservation de l’unité nationale dans ses travaux, celui-ci est également responsable de cette mission ». Faut-il vous faire un dessin sur ce que juge et partie signifie ?

En 2009, tous les présidents malgaches élus encore vivants plus le président de la transition de l’époque, avaient été invités à la même table dans un tour d’Afrique qui a abouti à une feuille de route jamais appliquée jusqu’au bout. Seulement, du 17 septembre 2011 au 24 janvier 2018, Madagascar a été dirigé par un président de la transition et -surtout- un gouvernement « d’union nationale » où tous les partis et particules politiques existant étaient présents avec un CT (Congrès de la Transition à Tsimbazaza) et un CST (Conseil Supérieur de la Transition à Anosikely) pléthoriques. Mission : organiser des élections libres, inclusives, justes, transparentes, accepter par tous. Cela n’aura eu lieu qu’en 2013 avec cette histoire de «Ni -Ravalomanana…Ni -Rajoelina» créée par les mêmes entités qui, aujourd’hui, parlent de participation de tous sans exception et montent au créneau pour tenter de sauver le soldat Hery Rajao. Ils croient réellement qu’en utilisant les mêmes conneries « réconciliatrices », ils auront un résultat différent…

Mais quelles sont les causes principales du bordel actuel dans lequel patauge la Grande île de l’océan Indien ? Dans son ouvrage « La réconciliation nationale à Madagascar : une perspective complexe et difficile » (éditions L’Harmattan, 2014), Imbiki Anaclet, magistrat à la retraite, ancien ministre de la Justice, écrit : « A Madagascar, les conséquences des graves crises politiques cycliques de 1972, 1991, 2002 et 2009 sont provoquées par un grave déficit chronique de démocratie et par la mauvaise gouvernance ». Et d’un. En août 2017, à propos de sa vision actuelle l’Etat de droit et la démocratie à Madagascar, Imbiki Anaclet, toujours, a été clair, en regard du régime Hvm : « Dans les pays développés, les magistrats disposent de leur indépendance, d’ailleurs l’opinion publique et la société civile les soutiennent dans cette démarche. Ce qui n’est pas le cas chez nous car l’opinion publique n’a pas confiance en la justice. Et le pouvoir est le plus grand prédateur de l’indépendance de la Justice ». Et de deux.

Enfin, jamais deux sans trois : dans un article intitulé « Madagascar. Tout un foin ridicule pour une mauvaise gouvernance paupérisante », publié sur madagate.org, j’ai écrit clairement :Mais en quelques termes faudra-t-il faire comprendre à toute une charretée de pitres politiques bouffant à tous les râteliers; de pieds nickelés permanents d’entités continentales et internationales et d’opportunistes malfamés et affamés nationaux que ce qui se passe à Madagascar, en ce mois de mai 2018, est une situation découlant de quatre années de mauvaise gouvernance d’un président de substitution qui, en ayant maintes fois violé la loi fondamentale malgache, aura bien réussi le tour de force d’avoir hissé la Grande île de l’océan Indien à la 5ème place des pays les plus pauvres de la planète, en moins d’un lustre (mot utilisé en Europe au XVIIème et désignant une période de 5 ans).

Ici, il ne saurait aucunement y avoir de « responsabilités partagées » avec qui que ce soit, déjà mort ou encore en vie. Hery Martial s’est foutu tout seul dans cette mouise, qu’il se démerde tout seul pour s’en sortir indemne. Madagascar, ce n'est pas l'Afrique du Sud et l'apartheid, et Maka Alphonse, président du CFM [payé, avec ses pairs, par les pauvres contribuables malgache], n'a pas à jouer au Desmond Tutu gasy, borde..reau d'envoi! Avec ce pseudo-président à ressort, il n'y a rien ni personne à réconcilier avec quoi que ce soit ni avec quiconque./. Voilà la stricte vérité.

Si Jacob Zuma a été obligé de démissionner par le parti ANC, c’est pour une question de corruption et non de racisme. Pour la démission de Robert Mugabe du Zimbabwe, s’il n’était pas âgé (93 ans au moment où des militaires l’ont mis en résidence surveillée), il serait déjà mort. Est-ce qu’une délégation de Malgaches est allée dans ces pays pour parler de coup d’état et de réconciliation nationale ? Non. Aujourd’hui, à Madagascar, si l’ONU, l’UA, l’UE et la SADC le pouvaient, ils ressusciteraient Philibert Tsiranana et Zafy Albert pour encore discutailler afin de sauver un président qui n’aurait jamais dû l’être, devenu trop imbu de sa personne pour voir la poutre dans son œil… Et ne voulant pas en démordre, toutes ces entités citées prennent un malin plaisir à s’enfoncer dans un chemin aboutissant à un cul-de-sac en s’entêtant à vouloir réconcilier le néant, avec des termes très colonialistes. Il n’y a pas d’autres mots et je n’ai pas à m’excuser. Résumé du communiqué récent de l’UA à partir de l’Ethiopie : « Les parties prenantes malgaches campent toujours sur leur position conjoncturelle éloignée des exigences de l’intérêt supérieur du pays, au risque d’aggraver la crise et de rendre hypothétique la poursuite du processus électoral ». Effectivement, Addis-Abeba c’est loin d’Antananarivo.

A ces personnages -plus que personnalités- qui s’entêtent à vouloir standardiser tous les mouvements populaires sauf chez eux, ci-après des exemples piqués dans un catalogue de scandales collectés par notre frère et confère Phil de Fer et publié dans La Gazette de la Grande île du 22 mai 2018. Car les écrits restant, il est impératif -pour les générations à venir et le tribunal de l’Histoire- de demeurer très efficace pour immortaliser des preuves d’une mauvaise gouvernance de renom mondial, pratiquée en moins d’un lustre donc :

- Plagiat d’un discours de Nicolas Sarkozy en guise de discours d’investiture de Hery Rajaonarimampianina

- Nomination d’un Premier Ministre non issu de la majorité parlementaire et au bout de 3 mois

- Remplacement de Christine Razanamahasoa par Jean Max Rakotomamonjy à la Présidence de l’Assemblée Nationale

- Affaires (il y en eu plusieurs) de bois de rose de Johnfringe Bekasy

- Plainte de Rivo Rakotovao contre des journalistes

- Mallettes aux députés pour empêcher la déchéance du Chef de l’Etat

- Chasse à l’homme contre le sénateur Lylison

- Exactions commises par des policiers à Antsakabary

- Déplacements à l’étranger sans compte-rendu du Chef de l’Etat

- Détournements de deniers publics par Claudine Razaimamonjy et son évasion couverte par des ministres

- 96 valises d’effets personnels, la robe coûteuse et l’appartement parisien de la Première Dame

- Insultes aux forces de l’ordre par le sénateur Riana Randriamandavy

- Robe coûteuse et appartement parisien de la Première Dame

- Retard dans le paiement du traitement des fonctionnaires

- Remplacement d’Honoré Rakotomanana par Rivo Rakotovao à la Présidence du Sénat

- Hold-up de SAMADA sur CSPIM

- Vente au rabais du terrain où est bâtie la villa Elizabeth, destinée au Pr Zafy en tant qu’ancien président de la république

- Instrumentalisation des médias publics TVM et RNM

- Appels d’offres truqués de l’Aviation Civile de Madagascar

- Intimidations faites aux maires- Visas électroniques de la société Atemis

- Insultes à la presse de la députée pro-HVM Robertine

- Evasion et révélations d’Houcine Arfa

- Gestion catastrophique de l’épidémie de peste

- Octroi abusif de terrains et de permis miniers à des Chinois

- Comptes farfelus de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics

- Incendie des copies d’examen à l’Ecole Nationale des Magistrats et des Greffes

- Interdiction faite à Andry Rajoelina de décoller

-par deux fois dont un vol commercial public- pour se rendre Mahajanga

- Limogeage avorté du Procureur Général de la Cour Suprême

- Mallettes aux députés et aux sénateurs pour le vote des lois électorales controversées

- Passage en force de la loi sur les zones économiques spéciales

- Tuerie du 21 avril 2018 à l’hôtel de ville d’Antananarivo

Ce ne sont que des exemples parmi d’autres comme l’insécurité institutionnalisée et les coupures de courant endémiques... Voilà pourquoi Madagascar est devenu le 5è pays le plus pauvre du monde. Ce qui, effectivement, est « éloigné des exigences de l’intérêt supérieur du pays ». Voilà pourquoi, à partir du 21 avril, le peuple malgache s’est levé comme en 1972, 1991, 2002 et 2009 pour exiger la démission sans condition d’un président même pas foutu d’avoir mis en place la Haute Cour de Justice.

Article 167 de la Constitution de la IVè république de Madagascar

Afin de respecter le prescrit constitutionnel, le Président de la République, dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les Instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute Cour de justice afin de procéder dès l'expiration de ce délai à l'installation de la Haute Cour de justice.

Toute partie justifiant d'un intérêt peut saisir les institutions compétentes de demande de sanction en cas de carence.

En ce qui concerne le Président de la République, exceptionnellement, l'instance compétente est la Haute Cour constitutionnelle qui serait autorisée à prendre les sanctions qu'aurait pu prendre la Haute Cour de justice si elle était installée.

Qui, dès lors, ne respecte ni ne fait respecter la loi fondamentale à Madagascar ? Le peuple ?

Jeannot Ramambazafy – article également publié dans « La Gazette de la Grande île » du 23 mai 2018

Madaplus.info0 partages

Plus d’une centaine de jeunes à la deuxième promotion MaRoY, une formation politique du parti ADN (Arc...

Le programme destiné à rendre les jeunes responsables en politique, tout en les incitant à ne rechercher que le bien commun, se poursuit. Après la réussite de la première promotion, la deuxième fournée de la formation MaRoY (Malagasy Roots Young), proposée gracieusement par le parti ADN (Arche de la Nation) aux jeunes désirant approfondir le monde de la politique, le leadership et la création de projet à la base, fait sa rentrée.
De la politique mettant en valeur la refondation. La formation MaRoY, destinée aux jeunes Malgaches voulant s’impliquer dans le professionnalisme en politique, devrait les mener vers un brillant avenir et vers une nouvelle manière de faire de la politique. C’est dans l’objectif d’apprendre et d’éduquer les jeunes à œuvrer pour le bien commun et à devenir des modèles au sein de la société en général que le parti ADN a initié cette formation gratuite. La deuxième promotion est déjà à pied d’œuvre après le démarrage, l’année dernière, de ce projet initié par les jeunes ADN.
Cent six jeunes, âgés de 18 à 32 ans, étudiants dans des Universités privées ou publiques, bénéficient des avantages de la deuxième formation MaRoY. De fait, à la suite d’une évaluation, l’association des jeunes ADN s’est rendu compte du grand nombre de jeunes Malgaches voulant prendre des responsabilités dans le développement de leurs fokontany, de leurs communes, voire de leur pays.
Face à cette aspiration dont très peu de partis politiques, pour ne pas dire aucun, ne donnent la possibilité aux jeunes d'apprendre et de partager des expériences acquises en politique et en leadership. Une jeunesse responsable, formée et capable de prendre en main leur destin, capable également de prendre des responsabilités dans le développement de leur. C’est dans ces objectifs que les jeunes ADN ont créé la formation MaRoy, appuyée et soutenue dans son exécution par Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti ADN.
Depuis l’indépendance, on constate la réticence des jeunes à entrer sur la scène politique. Il existe de nombreuses raisons. Certains jeunes ont même déclaré publiquement qu’ils en ont assez de la politique.
En fait, la formation MaRoY les incite à s’intéresser beaucoup plus à la vie de la Nation. Elle les attire surtout vers la prise de responsabilité et à n’être plus instrumentalisés par les politiciens. MaRoY les transforme en de vrais acteurs dynamiques de la vie nationale et en de détenteurs de la clé du bien-être du peuple et du pays.
Les jeunes ADN sont des exemples concrets de la prise de responsabilités dans leur propre parti et au niveau de la Nation, cela se fait à travers l'organisation de conférences-débats pour les jeunes dans toute la Grande île, ainsi que les actions sociales pour la population.
Les stages proposés par MaRoY sont choisis pour satisfaire à la prise de responsabilité des participants.
Durant leur formation, des cours sur l’histoire de Madagascar, l’administration, le management, les Institutions de la République, les relations internationales, le leadership...seront dispensés. Des formateurs expérimentés et maîtrisant leurs sujets, bénévoles, dispensent toutes ces matières programmées. Des spécialistes divers étrangers seront invités spécialement pour des échanges d’expériences réussies avec les participants.
La mise en valeur de l’apprentissage des jeunes en matière de politique entre dans le cadre de la refondation que le parti ADN met en place concrètement dans le pays.
En plus d’un programme académique, la deuxième édition de MaRoY met également l’accent sur la formation en tant que citoyen modèle. Donner confiance aux jeunes en leur apprenant que la politique est noble, ,que les responsabilités à prendre pour le développement de la Nation est à tout niveau, à toute échelle de l'administration tels sont entre autres les objectifs de la formation MAROY.
Le chef de file national de l’ADN, Edgard Razafindravahy et les membres de l’association des jeunes ADN ont honoré de leur présence la rentrée officielle de cette deuxième promotion MaRoY.
Dans son allocution, Edgard Razafindravahy a mentionné qu’« il faut donner aux jeunes de l’estime particulière parce qu’ils tiennent une grande part du développement de la Nation ».
, a-t-il martelé devant la centaine de jeunes de la deuxième promotion MaRoY.
Des visites sont programmées au cours de la formation, ainsi, les participants visiteront les Institutions, ambassades, associations à but social.
Une cérémonie particulière, suivie d’une remise de diplômes, marquera la clôture de la formation de la deuxième promotion MaRoY.
Madaplus.info0 partages

Éventuelle constitution de la HCJ: la position des 73 Députés ne change pas

Des bruits courent que la HCJ ou Haute Cours de Justice va être mise en place à la fin de cette semaine. Mais les députés TIM et MAPAR et certains indépendants, réunis avec le nom députés du changement ne renoncent pas à leurs demandes de démission du Président de la République.
Rappelons que dans la requête aux fins de déchéances du président de la République, Hery Rajaonarimampianina, déposée par ces députés du changement à la HCC la non-mise en place de cette entité, qu’est la Haute Cours de justice, figure parmi les motifs. Pour eux, la Haute Cours Constitutionnelle devrait baser leur décision sur les faits passes non pas sur les faits à venir. Ainsi, le sit-in des deputés de l’opposition continuera.
Madaplus.info0 partages

Antananarivo: grande manifestation des parlementaires pro-régimes

Certains députés HVM, pro-régime, ont déjà fait allusion qu’ils peuvent aussi faire un rassemblement de la population comme le fait à chaque jour les députés de l’opposition. C’est officiel, ils vont aussi se lancer dans une démonstration de force.
Le rendez-vous sera pour ce Samedi 26 Mai, au Coliseum d’Antsonjombe. Les pro-régimes ont fait circuler leur affiche sur les réseaux sociaux. Dans l’affiche, ils stipulent bien que, « le groupe parlementaire majoritaire » parlera avec la population. Des artistes seront également présents comme Lola, Tence Mena, Samoann… les portes du Coliseum seront ouvertes à 7 heures. Cette stratégie est surement pour faire une démonstration de force et pour gérer l’image du régime. Plus de 1000 maires honoreront de leur présence pour cet événement.
News Mada0 partages

Fetin’ny Pentekosta tao Toamasina : olona miisa 141 naiditra hopitaly, dimy ny maty

Toy ny fahita isan-taona, tsy ialana loza ny fety raha ny tatitra voaray avy amin’ny mpitsabo ao amin’ny Hopitalibe Toamasina nandritra ny fetin’ny Pentekosta lasa teo. Miisa 205 ireo nandalo fizaham-pahasalamana ka 141 amin’ireo naiditra hopitaly raha olona dimy kosa ny namoy ny ainy…

 Ny zoma ka hatramin’ny alatsinain’ny Pantekoty dia nahatratra 205 ireo olona nandalo fizaham-pahasalamana tao amin’ny sampana misahana ny vonjitaitran’ny Hopitalibe Toamasina ka tsy maintsy naiditra hopitaly ny 141 noho ny ratra nahazo azy ireo. Olona miisa dimy kosa namoy ny ainy nandritra ny fetin’ny Pantekoty teo. Nohamafisin’ny mpitsabo fa nihena izany isa izany raha oharina tamin’ny fetin’ny Paka lasa teo. Raha ny zava-nitranga nandritra izay efatra andro izay : ny zoma, ny sabotsy, ary alahady ary ny alatsinain’ny Pentekosta teo, miisa 11 ny trangana lozam-pifamoivoizana, 14 kosa ireo ratra vokatry  ny ady raha miisa 10 ireo ratra vokatry ny fianjerana an-dalambe. Dimy ireo naratra tany an-tokantrano ary telo naratra noho ny asa natao tany amin’ny toeram-piasana. Nisy koa ireo tsy nahatsiaro tena vokatry ny fisotroana toaka diso tafahoatra. Olona iray mbola tsy mahatsiaro tena hatramin’ny omaly ao amin’ny Hopitalibe Toamasina, araka ny tatitra nampitain’ny mpitsabo hatrany. Dimy ny olona maty ka iray maty teo anivon’ny hopitaly, iray hafa mpamily matin’ny lozam-pifamoivoizana nahazo azy teny amin’ny RN 2 ary ireo telo mianaka mianaka nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana, ireto farany izay mbola tsy fantatra hatreto ireo nahavanon-doza.

Nitohy ny fitsaram-bahoaka…

Raha variana tamin’ny lanonana ny isan-tokantrano, tsy kely lalana fa manao ny asa ratsiny hatrany jiolahy, toy ny nitranga tao amin’ny fokontanin’Ankirihiry, ny alin’ny asabotsy hifoha alahady 20 mey 2018 teo. Nifanenjehan’ny fokonolona ny jiolahy maromaro satria nanararaotra namaky trano tao anatin’ny ora-mikija ry zalahy tamin’io fotoana io. Vokany, jiolahy roa tratran’ny fokonolona ka niharan’ny fitsaram-bahoaka avy hatrany. Niantso polisy avy hatrany ny sefom-pokontany naka ireo jiolahy fa raha tsy izany, tapitra ny ain’izy ireo, araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana. “Amin’ny ankapobeny, nihena ny tranga mpiseho isaky ny andro fety ho an’i Toamasina nandritra ny fiatrehana ny fetin’ny Pentekosta sy ny alatsinain’ny Pentekosta teo, afa-tsy ny fisehoana aretina tahaka ny fivalanana sy ny aretin-kibo amin’ny endriny samihafa”, hoy hatrany ny mpitsabo.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Soavimasoandro : nifarombahana ireo fakon’entana may tao amin’ny Building Ramaroson

 Nahavariana ny mponina eny amin’ny Boulevard de la francophonie Soavimasoandro hatramin’ny afakomaly hariva ny fahitana ireo kamiaobe tonga teny an-toerana nitatitra sy nanary ireo fakon’entana may tao amin’ny Building Ramaroson nandritra ny firehetana tao amin’ity tranobe ity, ny alahady teo. Nariana sy naparitaka teo amoron-dalana ireo fakon’entana may ireo, araka ny fanazavan’ny mponia eny an-toerana. Raikitra ny fifarombahana teo amin’ireo olona nahita ireo fakon’entana may ireo. Nisy ireo nitsimpona sy nitaona ireo fakon’entana ireo tamin’ny sarety tarihin-tanana. Loto tsy misy toy izany no iainan’ny mponina eny Soavimasoandro manamorona ny toerana nanarian’ireo olona ireto fakon’entana ireto. Vokatr’izany, niteraka fahasorenana ho an’ny mponina eny an-toerana izany ka nahatonga azy ireo niantso ireo tompon’andraiki-panjakana hijery akaiky izao fihetsika mahamenatra izao. Fanaovana tsinontsinona mihitsy ny fandikan’ireo mponina izao fanariana fako eny Soavimasoandro izao. “Tsy misy toeran-kafa azo anariana ireto fako ireto ve?”, hoy hatrany ireo mponina nentin-katezerana.

Tsiahivina fa fipoahana herinaratra no nahatonga ny loza tao amin’ny Building Ramaroson, ny alahady teo. Amina miliara ny fahasimbana naterak’ity firehetana ity.

J.C

News Mada0 partages

Chronique : Majunga, ô Majunga…

Le calendrier scolaire n’est plus ce qu’il était. Habitués aux grandes vacances en juillet et en août depuis depuis, on ne voyait pas pourquoi il fallait le modifier. Il y a bien eu quelques tentatives, trop révolutionnaires pour nos esprits conservateurs. La dernière a été initiée au début de ce siècle quand le président de la République, la troisième à l’époque, voulait incarner la rupture avec les références passées. Las, son mandat écourté, nous avons retrouvé avec soulagement le bon vieux calendrier scolaire et ses grandes vacances en juillet et en août.

Autre temps, autre mœurs ? Nous avons un calendrier pour l’année en cours, et, une fois n’est pas coutume, pour les quatre années à venir ! Nous allons progressivement passer des grandes vacances en hiver à des grandes vacances en été.  Ainsi, en 2023, l’année scolaire débutera en mars et se terminera en décembre.

Et alors ? Il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Eh bien si ! Nous autres, habitants de la capitale, sommes consternés. Les décideurs du ministère ont oublié une question cruciale : quand irons-nous à Majunga ? Depuis plusieurs années, nous donnons rendez-vous à nos parents, cousins, amis, voisins, etc. à Tana-plage pendant la deuxième quinzaine d’août. Vous comprenez que ces prétendues grandes vacances entre Noël et Mardi Gras perturbent nos habitudes si bien ancrées. Entre nous, qui aurait envie d’affronter le soleil de Majunga en janvier? Il fait bien trop chaud pour des vacances !

Alors, que faire ? Au nom du fihavanana, on pourrait inviter nos amis de Majunga à goûter à la douceur de l’été en altitude, sans ventilateur ni climatiseur ; ou imaginer d’autres destinations que la ville des fleurs, le pays est suffisamment vaste pour varier les aventures ; ou se rappeler que le calendrier scolaire est pensé pour les enfants de tout le pays, notamment ceux qui affrontent le soleil de janvier pour aller à l’école ; sans oublier de lire le calendrier avec plus d’attention : deux semaines nous sont accordées pour des vacances d’hiver à Tana-plage.

  Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Hevitra mandalo , Resaky ny mpitsimpona akotry : sady azo atao fanafody no afaka ampiasaina ho fitaovam-p...

Fanafody mety handaitra tsara ny fanaovana ampamoaka, ny tsy fantatra dia ny fandraisan’ny Fitsarana an’izay fomba fihetsehana izay. Raha ny rariny aloha dia tokony hanokatra fanadihadiana mikasika an’izay asa maizina misarisary fahamelohana ahafahany manao fanenjehana an’ireo olona vaorohirohy mendrika hakarina fitsarana.

Inona moa no ilana ampamoaka raha hifanalana baraka fotsiny fa tsy ho tohizina amin’ny fampiharana lalàna, hany fomba fiady ho fanafoanana ny fisian’izany hoe tsimatimanota izany ? Tsy dia hisy zava-baovao mankaiza angamba ny maimbo aboraka eo, ny tsaho niely aza no mety efa nihoatra ny zavatra tena nisy. Mety ho rahom-bava fandrahonana fotsiny koa izany. Ny tsy misy pentina mihevitra ny tenany madiodio ihany no hany mety hanana fahasahiana hanao izany.

Didy voalohany eo amin’ny fahasahiana fanaovana ampamoaka «diovy ny tenanao toy ny fitiavanao handoto olon-kafa».

Iza moa no tsy mahafantatra fa samy nanota amin’ny fomba fitantanana maizina izay eo amin’ny fitondrana, na ny tany aloha na ireo ankehitriny ? Ny fanaovana ampamaoka angamba dia mety ho anisan’ny fanafody fanafoanana ny fanotana mikasika ny fanaovana an’io fahotana mahafaty teo amin’ny firenena io. Iza moa no tsy mifamatotra amin’ny andiana tsy nandalo teo amin’ny fitondrana ? Ahoana moa ny filazan’ny anatra ? Tsy hoe «izay tsy nanota taminareo no aoka hitora-bato azy» ?

Ny mponina rehetra anefa samy maniry ny fitrangan’izany mba hanaovana azy fanafody. Efa ela izay nampanantenana azy an’io raha io izay ho poizina ho an’ny mpanao ratsy eo amin’ny sehatry ny fitantanana firenena. Rehefa tsy sahy, aoka re tsy hanao hatsikana izay tsy mampihomehy intsony. Ny fanambarana tsy arahina fahasahiana manatanteraka an’

ilay fampanantenana natao mety hifototra amin’ny tena. Vavany fotsiny, maloto matoa tsy sahy.

Raha milaza mahafantatra ny fangirifirin’ny vahoaka tokony hahatsapa fa arakaraky ny fitarozaky ny krizy vao mainka mampitombo ny fahasahiranana ka na inona na inona fihogahogan’ireo mpivory eo andalam-be amin’ny fanekena ny faharetam-pery mandra pa… Ny any an-tokatrano efa samy maniry ny fahitana vahaolana arak’izay haingana.

Samy mahafantatra fa ny famahana ny krizy dia fomba ivoahana avy ao anatin’izao fikatsona izao. Fa raha ny hoe fomba ialan’ny firenena sy ny vahoaka avy ao anatin’ny lavaka nitaritana azy am-polo taona izay dia tsy ho efa vetivety. Fitaka ny filazana an’izay, ary ireo mandahatra kabary an’izany dia efa manomboka fampielezan-kevitra amin’ny fampanantenana ny tsy misy. Fanonganana ny Filoha ? Azo atao resaka na tanjona mihitsy aza. Fandrondanana ny fanjakana ? Raharaha hafa izay. Fanarenana ny tsy mety ? Rehefa tonga ny fotoanan’ny fifidianana dia mampiady hevitra sy tetika ary an’ny vahoaka mpifidy no manapaka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Petite monnaie

Si, à un moment donné, la petite monnaie avait fait défaut, c’est par suite du manque de carton et de timbres ; actuellement, la Colonie a des approvisionnements suffisants pour mettre en circulation toute la petite monnaie nécessaire.

En effet, la petite monnaie à Tamatave n’est plus aussi rare (quoique nous n’ayons pas comme à Tananarive un bureau de change) mais, d’une malpropreté repoussante, elle est un véritable foyer à microbes et il est très difficile parfois d’en distinguer les chiffres. On devrait donc la retirer de la circulation et la remplacer par des cartons neufs ; l’hygiène et les transactions y gagneraient.

Renseignements demandés

Ce n’est pas à Tamatave mais à Mananjary qu’aura lieu le 20 mai la vente aux enchères (par suite de détérioration) des marchandises allemandes.

Toutes celles de Tamatave ont été vendues l’année dernière, et l’immeuble de la maison O’Swald est occupé en ce moment par le Service des Mines.

Nous ne pouvons dire si cet immeuble sera mis en vente prochainement.

Il est vrai, en revanche, que l’hôtel Collomp est mis en vente et peut aussi bien que l’immeuble O’Swald servir, avec quelques modifications, soit pour y installer un commerce, soit à tout autre usage.

Mais, pour s’en rendre compte, il faudrait le visiter. La mise à prix est de 50 000 francs.

Gouverneurs Généraux

Dans les milieux en général bien informés, on croit que le décès du Gouverneur Clozel va donner lieu à un nouveau mouvement parmi les Gouverneurs Généraux.

Et ceux de Madagascar seraient-ils compris dans le mouvement ?

Le Tamatave

L’administration de Madagascar ne plaisante pas avec les sorciers

Un sorcier, le nommé Saidy, se livrait à des exercices de tromba et distribuait illégalement des médicaments. Or, au lieu de rappeler ce «zouave Jacob» de la Grande Île au respect des arrêtés, le fokonolona d’Ambodibonara se porta à sa rencontre, tam-tam en tête, le jour de son arrivée.

Par décision du chef de la province, approuvée par le gouverneur général, une amende collective de 115 francs (calculée à raison de 5 francs par contribuable) a été infligée à ce fokonolona trop débonnaire, et l’amende sera perçue au profit du budget local.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : et pour moi ce sera deux barres de fer, s’il vous plaît

Naïvement, on les croyait incassables. Vous savez les barrières nouveau modèle, plots anti stationnement, potelets et autres balisettes censés dissuader les automobilistes de s’approprier les trottoirs normalement réservés aux piétons. On avait tort. Ces aménagements urbains ont une durée de vie relativement faible et finissent désossés en à peine plus de temps qu’il ne faut pour l’écrire.  C’est parce que nous sommes les dignes descendants de Darafify et Fatrapitana, nous savons comment utiliser notre force pour arriver à nos fins. Les fins étant ici très simples : désarmer la maçonnerie joliment refaite et faire une razzia de fer, il est bien plus utile ailleurs que dans ces plots qui embêtent tout le monde.

Ino Vaovao0 partages

AMBATOFINANDRAHANA-FIANARANTSOA : Dahalo roa lavon’ny zandary, fito hafa voasambotra

Nifanesisesy izany tany an-toerana fa indrindra ao amin’ ireo distrika sy kaominina ambanivohitra mamehy ny Faritra.

Fiara nitondra omby no voasakan’ny dahalo tao anelanelan’Ambatofinandrahana sy Amporopotsy, ny faran’ny herinandro teo. Dahalo 100 lahy nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika nanakana sady nandroba ny omby niaraka tamin’ny fiara. Tsy nisy naratra kosa ny olona tao anaty fiara fa vao lasa ireo mpanafika dia nampandre ny mpitandro filaminana avy hatrany ireto farany. Nampandrenesina avokoa ny zandary na miaramila manao barazy amin’iny lalam-pirenena fahafito iny, ankoatra izay dia raikitra ny fanarahan-dia nataon’ny zandary avy tao amin’ny Kaompania Fianarantsoa. Tra-tehaka ny fiara niaraka tamin’ireo dahalo, ka raikitra ny fifampitifirana teo amin’izy ireo sy ny zandary.

 Nirefodrefotra ny basy ka lavo ny balan’ny zandary ny roa tamin’ireo malaso, fito hafa kosa voasambo-belona niaraka tamin’ny basy kalachnikov 3 sy bala. 

Omby 154 isa tamin’ireo 800 tao anaty fiara no tafaverina nandritra ny fifandonana, ka efa voarain’ny tompony avokoa izany ankehitriny rehefa voamarin’ny mpitandro filaminana tao Fianarantsoa ny taratasy rehetra. Mbola mitohy ny fikarohana ireo malaso tafatsoaka hatramin’izao, raha ny vaovao azo ihany.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

BUILDING RAMAROSON : Nariana teny amin’ny « Boulevard de la francophonie » ny fakon’entana

Vory ny olona ary nizaha ny zava-nisy ka voaporofo tamin’izany fa ireo entana may teny amin’ny Building Ramaroson ny alahady lasa teo no nariana teny. Ny tena  nahasorena ny mponina dia ity izy naparitaka teny amin’ny lalana sy nandotoana ny tontolo iainana, ka manome fanafintohinana ny rehetra. Betsaka ireo olona no nitsimpona izay mbola nety saingy efa hita fa  niteraka loto teo amin’ny manodidina izany. 

Manoloana ny zava-misy dia nitaraina ireo olona monina eny an-toerana ary nangataka ny fandraisan’andraikitra, ka mba hanasazy henjana ireo olona tompon-kevitra tamin’ izao satria fanaovana tsinontsinona ny tontolo iainana ary marika ny tsy fanajana ny zon’ olombelona.

Raha tsiahivina moa ny nahatonga ity fahamaizana ity dia voalaza fa noho ny tsy fahatomombanan’ny herinaratra  nampiasaina tamina “soudure” no niavian’ny loza saingy  mbola mitohy ny fanadihadiana momba ny raharaha hatreto. An-tapitrisany maro ihany koa ny fahavoazana  naterak’izay tranga izay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TENISY : Vonona hiady ny amboaran’i Madagasikara afaka volana vitsivitsy i Mahajanga

Efa manana atleta hiatrika izany ny klioba rehetra eto Mahajanga. Amin’ny alalan’ny fifanitsanana atao matetika no hijerena ireo atleta handrafitra ny ekipam-paritra. Ny  sabotsy teo dia nisy ny lalao nokarakarain’ny federasiona malagasin’ ny tennis. Nisongadina i Haritoky izay efa tompondaka faharoa…

Efa telo taona izy no niady ny amboara ary tompondaka hatrany. Nanambara kosa ramatoa Farida izay tompondaka amin’ny ‘veterans’ na ireo efapolo taona mahery fa mbola vitsy ny vehivavy mpikatroka tennis na mahafinaritra aza ity lalao ity ka manentana ny rehetra handray anjara. Manentana hevitra koa izy ny mba hisian’ny fampianarana tennis amin’ny fanatanjahan-tena atao any an-tsekoly.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

SEKSIONA KICK-BOXING TOAMASINA : Hiroso amin’ny fiadiana ny tompondaka 2018

Ny antoandron’ny alarobia 23 mey lasa teo, nisy ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety notanterahin’ny filohan’ny seksiona, Andrilalaina Gervais fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Gervais Madasoa. Valandresaka ho an’ny mpanao gazety niarahany tamin’ny mpandrindra teknika ny ligin’ny kick-boxing ligy Atsinanana, Razafimahandry Willy.

Nandritra izany no nampahafantaran’izy ireo fa hotanterahina, ny alahady 10 jona ho avy izao, ny fiadiana izay ho tompondakan’i Toamasina ho an’ny taom-pikatrohana 2018. Ao amin’ny kianja mitafo Soavita no hanatanterahana izany, izay andraisan’ny klioba enina anjara miampy klioba avy ao Brickaville.

Sokajy sy lanja rehetra no mandray anjara amin’izany, dia ny sokajy A, B ary C. Ny mpandresy roa isaky ny sojaky no hisolotena an’i Toamasina amin’ny fiadiana ny tompondakan’ny faritra Atsinanana.

Raha ny fandaharam-potoana, dia manomboka ny marainan’ny alahady 10 jona io dia efa misy ady hifampikatrohana. Tontolon’ny andro ny fifaninanana. Eny anelanelany, misy ny fanentanana ataon’ny Dj. Nasaina manokana ihany koa ny mpanakanto Matsubara sy Supreme. Mifanome tanana amin’ny seksiona kick-boxing amin’ny fanatanterahana izao fiadiana ny tompondakan’i Toamasina izao ny orinasa Madasoa, Transit Tass, Pattaya, Radanoelina Intel. 

Ny taranja kick-boxing izay ananan’i Toamasina mpikatroka maro ary efa nitondra avo ny lazan’i Madagasikara hatrany ivelany. Tafiditra ao anatin’ny taranjam-panatanjahantena mahavory mpijery maro indrindra ao Toamasina ihany koa ka anasan’ny seksiona ny vahoakan’i Toamasina ho tonga maro hatrany io fiadiana izay ho tompondakan’i Toamasina io.

Kamy   

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO MALAGASY MANARINA NY FIRENENA : Ny fifidianana mialoha ny fotoana no vahaolana

IIsany ao anatin’izany ny antoko  vaovao antsoina hoe  : Malagasy Manarina ny Firenena (MMF). Nampahafantatra tamin’ny fomba ofisialy ny antom-pisian’izy ireo ity vondrona ity, omaly maraina, tetsy amin’ny Hotel Saint Pierre Soarano Behoririka. Fikatsaham-bahaolana ho an’ny Firenena no tena vontoatin-dresaka tamin’izany ka nisongadina tao ny fanambaràna fa “ny firosoana amin’ny fifidianana mialoha no vahaolana amin’ny krizy lavareny tahaka izao”.

Nohamafisin’ireto farany anefa izany fa tsy maintsy  ialohavana fandaminana sy fanarenana. Ny filamatry ny MMF dia  ny hoe “ fifidianana ialohavam-pandaminana soa ho an’ny taranaka”. Atomboka amin’ny fametrahana lalàmpanorenana iombonana vaovao izany ary tsy ho azon’ny Filoham-pirenena ovaovaina  araka ny tombontsoany sy ny metimety aminy intsony. Na efa hita soritra ihany aza ankehitriny ny ezaka fifanatonana dia tokony hitarina izany satria efa miitatra tsikelikely ny fikatsoan’ny fiainam-pirenena. Izany hoe mila aroso haingana ny fifampidinihana arahim-pandaminana, ka faranana amin’ny fifidianana madio izany ao anatin’ny fotoana fohy. 

Ho fanampin’izay dia tokony hajoro ny governemanta tsy miandany mba hanomboka ny fandaminana hitondra any amin’ny fifidianana madio, mangarahara ary eken’ny rehetra. Ny mpikambana  rehetra ao anatin’ity governemanta ity dia tsy misy mahazo milatsaka hofidiana toy ny Filoham-pirenena sy Solombavambahoaka ary tsy misy mahazo manohana kandidà. Hisy moa ny fitetezam-paritra ato ho ato hakan-kevitra saingy mialoha ny zava-drehetra   aloha dia miandry ny  valin’ny fitoriana ny Filoham-pirenena nataon’ny Solombavambahoaka any amin’ny Hcc ihany koa izy ireto. Isany manantena sy miandry valiny mahafa-po moa ity antoko vaovao ity ka miangavy ny Hcc mba hitsara araka ny lalàna misy ary hamoaka izany ao anatin’ny fotoana fohy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

EPP AMPARATANANA - FENOARIVO ATSINANANA : Misitraka sakafo maimaimpoana ireo ankizy

Tetikasan’ny Onn Analanjirofo izy io saingy iarahany miasa amin’ireo mpiray ombon’antoka mahazatra aminy  dia ny Dren, ny faritra Analanjirofo, ny  AIM, SF MAda. Tanjona ny fanatsarana ny fanjarian-tsakafon’ireo mpianatra. Sakafo ara-pahasalamana no atolotra azy ireo. 

Telo andro isan-kerinandro ireo mpianatra no misitraka izany. Mandritra ny telo volana ny tetikasa. Ireo mpampianatra sy ny Fram no miantoka ny fandrahoana ny sakafo, izay atao eo ambany fanaraha-mason’ireo tompon’andraikitra avy amin’ny sekoly sy ny Onn. Tetikasa izay zava-dehibe tokoa. Ny tsy fanjarian-tsakafo mantsy no anisany antony mampitsoaka an-daharana ireo mpianatra an-tsekoly any amin’ny tontolo ambanivohitra.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

HETSIKY NY HVM ETSY ANTSONJOMBE : Misy tetika maloton’ny Hcc sy ny fitondrana ?

Manahy ny hisian’ny tetika maloto eo amin’ny Hcc sy ny fitondrana ny olom-pirenena mpanara-baovao. Sao misy ambadika hafa indray tahaka ilay fampananan-kery ny lalàm-pifidianana izay nataon’ny Filoha herinandro vitsy lasa izay.

Mifandraika indrindra amin’ny hetsika famoriam-bahoaka karakarain’ny mpomban’ny Hvm etsy amin’ny kianjan’Antsonjombe ny sabotsy ho avy izao dia manahy mafy amin’ny hisian’ny tetika maloto eo amin’ny fitondrana sy ny mpikamban’ny Hcc ny olom-pirenena. Araka ny vaovao niparitaka hatramin’ny omaly dia ireo mpikambana mandrafitra ny Fitsarana avo momban’ny lalàmpanorenana no voalaza ho nanolo-kevitra ny fitondram-panjakana hanao an’io hetsika famoriam-bahoaka io mialoha ny tena hamoahan’izy ireo ny fanapahan-keviny eo anatrehan’ilay fitoriana napetrak’ireo solombavambahoaka miisa 73. 

Hetsika izay hoentina indrindra hanindriana ny tolom-bahoaka etsy amin’ny kianjan’ny 13 mey, ary hetsika hoentina hanehoana fa mbola mahazaka vahoaka ihany koa ny fitondrana, araka ny fanehoan-kevitra noentin’ireo mpamakafaka ara-politika. Ny fomba fijerin’ireto farany ihany koa no noentin’izy ireo nilaza fa ahiana ho misy fifandraisany betsaka amin’io hetsi-bahoaka etsy amin’ny kianjan’Antsonjombe io ny hamoahan’ireo mpikamban’ny Hcc ny fanapahan-keviny. 

Ny loharanom-baovao voaray hatrany no nahafantarana fa efa mandeha amin’izao fotoana ny fanerena ny ben’ny tanàna manerana ny Kaominina samihafa eto Madagasikara hanatrika an’io fotoana io. Manginy fotsiny tahaka izany ihany koa ny fanangonan’olona arahin’ny fizaram-bola izay famitahan-tena ihany ho an’ny fitondrana satria tsy misy afatsy ireo voakarama no ho tonga hanatrika ny hetsika.

Ny Fanoratana

News Mada0 partages

Energivore : l’administration publique pointée du doigt

Dans le cadre du programme Energie de l’océan Indien, soutenu par l’Union européenne, un audit sur l’efficacité énergétique des bâtiments publics des Etats membres de la COI a été effectué. Les résultats ont été présentés hier à Anosy.

Pour Madagascar, l’Assemblée nationale, la Direction générale de l’énergie, le centre hospitalier de Soavinandriana, la maternité de Befelatanana, le bloc administratif et le centre hospitalier de Mahajanga ont été choisis pour effectuer ces études. Au final, il a été constaté que l’administration publique est trop énergivore, à l’instar de l’Assemblée nationale, dont la facture en électricité peut atteindre 53 millions d’ariary en une année.

Et dans ses différentes remarques, l’expert en audit, Aurélie Lenoir, a soulevé que l’usage inutile de matériels est le plus souvent la source de la hausse de la consommation.

Dans la foulée, elle a souligné à l’assistance que la plupart des bâtiments publics n’éteignent pas leurs ordinateurs durant le week-end. Elle a également évoqué la vétusté des installations et réseaux électriques dans certains locaux, engendrant  ainsi des pertes considérables en matière d’énergie.

Des recommandations ont été formulées dont l’objectif étant de réduire les dépenses énergétiques au sein des bâtiments publics et ce, afin d’améliorer leur trésorerie. Comme solution, l’assistance a proposé la promotion des énergies renouvelables, notamment le solaire, l’utilisation des lampes à basse consommation ou des lampes LED, la mutualisation des imprimantes et la sensibilisation du personnel à débrancher les outils de travail pendant les week-ends.

Nadia

News Mada0 partages

Hetsiky etsy amin’ny kianjan’ny 13 mey : homen’ny depiote fe-potoana ny HCC raha ela fiasa

 Efa manangasanga  ny  fepetra.  “Mbola hametra fotoana amin’ny HCC isika. Na izany aza, ilaina ny  faharetantsika satria efa nifanome toky sy nifanao velirano teto. Miandry ny etsy Ambohidahy izao ny rehetra.  Averinay ihany anefa  fa aza atosika amin’ny lalana tsy mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana  izahay. Mbola manaja sy mijanona ao anatin’izany aloha izahay hatramin’izao”, hoy ireo depioten’ny fanovana,  omaly tetsy amin’ny kianjan’ ny 13 mey.   Nialohavan’ny diabe  sy ny “sit  in” teny Ambohidahy izany. Notsiahivin’ireo nandaha-teny ny anton’ny  nijoroana eny amin’ity kianja ity. Anisan’izany ny hanaovana fifidianana  ao anatin’ny mangarahara.  Nohitsin’izy ireo anefa fa  tsy hotantanin’izao fitondrana izao  izany. “Ovaina ny  Ceni. Miala  ny praiminisitra  sy ny governemanta ary miala voalohany Rajaonarimampianina. Tsy miala  eto  isika  raha tsy tanteraka ireo. Tsy avelantsika  ho  very maina foana  ny ra latsaka sy ny aina nafoy  teto”, hoy ihany izy ireo.

Haseho  vahoaka ny sarin’ireo depiote nanao  kolikoly

Hitohy, anio, ny hetsika ka hanao diabe hihazo ny fitsarana  Anosy ny depiote ho an’ny  fanovana  sy ireo vahoaka miaraka aminy. Hiresaka amin’ny tonia mpampanoa lalàna izy ireo manoloana ireo karazan’ny fitoriana sy fiantsoana ny  sasany amin’ireo depiote. Eo koa ny hametrahana fitoriana ho an’ny mpitondra manoloana ny kolikoly sy ny hetraketraky ny zanaky ny mpitondra any amin’ny  faritra rehetra any. Hiverina etsy amin’ny HCC Ambohidahy indray izy ireo, aorian’izany.

Ho an’ny zoma  kosa, habaribary amin’ny sary lehibe etsy amin’ny  kianjan’ny  13 mey ireo depiote nanao kolikoly mba ho  hitan’ny  rehetra. “Ho  hitantsika  eo  avokoa  ny endriny sy ny distrika naha voafidy azy mba ho fantatry ny vahoaka”, hoy  ihany izy ireo.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Ramilina : « mba hitsara araka ny lalàna amin’izay ny HCC »

Hanao ahoana izao toe-draharaham-pirenena izao? Na ny vahaolana… Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny Antoko miombona ezaka (Ame), Ramilina: « Mba hitsara mahitsy araka  ny lalàna amin’izay ny HCC ny amin’ny marina. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ny fahitanao ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao? 

 Ramilina (-): Tena faran’izay manahirana… Any amin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) izao ny mason’ny rehetra. Raha ny marina: tamin’ny fampiatoana ny filohan’ny Repoblika amin’ny asany, roa taona lasa, no efa tokony ho afaka izy. Satria tena mitombina ny fitoriana.

Tamin’iny, nahita isika fa vahaolana tsy mahavaha olana no nentin’ny HCC, namorona zavatra tsy izy mihitsy. Tamin’izay ilay hoe fifanarahana andraikitra eo amin’ny filohan’ny Repoblika sy ny Antenimierampirenena: tsy ao anatin’ny lalàmpanorenana, tsy natao sy tsy vita, tsy hay. Toy ny natao fitaka fotsiny hitanana ny filohan’ny Repoblika iny. Ary hatramin’izao, mbola mitombina hatrany ilay fitoriana. Raha ny marina izany, afaka amin’ny toerany izy. Tsy hay indray izay mety ho fahagagana hitranga eo…

* Inona izany ny vahaolana amin’izao toe-draharaha izao? 

– Tsy hanosika an’izao na izatsy aho amin’ny hoe vahaolana, fa mba hitsara mahitsy araka ny lalàna amin’izay ny HCC ny amin’ny marina momba an’io. Tamin’ny lalàm-pifidianana ange, efa nanomboka izy: tsy mety, ohatra, ny fampielezan-kevitra fito andro amin’ny fifidianana fihodinana faharoa, fa tapa-bolana. Navoaka hanankery avy hatrany izany.

Nefa rehefa misy tsy mety, mila averina any amin’ny mpanao lalàna… Manao lalàna indray mandeha ny depiote amin’izany. Izay no tena mahitsy. Raha sanatria ka mbola mandeha amin’ny tsy fahamarinana izy amin’izao, atahorana ny zavatra mety hitranga eto amin’ny firenena.

* Inona izany ny tena vahaolana, ankoatra ny fiandrasana ny didin’ny HCC?

– Mba tokony hanaiky avokoa ny rehetra amin’ny fanelanelanana. Efa manao izao ny Komitin’ny fampihavanana malagasy (CFM). Asany rahateo io. Izay no ipetrahany. Nefa tsy tena atokisana toy ny FFKM izy, satria nisy nametraka azy eo. Manao izay fanelanelanana izay koa ny fiombonambe iraisam-pirenena. Ilaintsika izy e! Nefa ny olany, tokony hanaiky ny FFKM koa izy, araka ny fijerinay antoko Ame.

Marina fa manana lasitra ny fiombonambe iraisam-pirenena: rehefa izao, ohatra, ny firenena, izao ny olana, ary izao ny vahaolana. Nefa misy mampiavaka azy ihany ny firenena tsirairay avy, izay ny FFKM no miaina an’izany amin’ny alalan’ireo zanany eo anivon’ny fiangonana. Ireo izany no mahita ny olana. Tsy mihazakazaka amin’ny ady seza koa ny FFKM. Ny hafa: na miaro ny sezany, na miady seza. Arakaraka izay no ihetsehany.

Izay, ohatra, no mahadiso ny lalàmpanorenantsika hatramin’izay: manova izay filoha tonga eo. Arakaraka izay hahazoany aina no anaovany azy. Ny tombony ngezabe amin’ny FFKM, miaro ny vahoaka malagasy izy: ny vahoakany izany. Izay no iadiany, ary mba miaina amin’izay… Mieritreritra aho hoe: ny tolo-kevitry ny FFKM no tokony harahina.

* Aiza ho aiza amin’izany ny mpanao politika ?

– Ny sasany mahita hoe fifidianana mialoha ny fotoana no hatao; ny hafa, ny fifidianana amin’ny 28 novambra. Mahita aho hoe noho ny fisian’ny korontana, tsy vonona amin’izany ny Malagasy ankehitriny. Tsotra ny antony, tsy hoe lalàm-pifidianana ihany ny paika nataon’ny HVM, fa hatrany ambanivohitra lavitra indrindra: efa voapetrapetraka avokoa ny tetika hangalaram-bato.

Misy ireo mitaky ny hanaovana fifidianana ankamehana, manantena hahazo vato betsaka: raha sanatria àry ka HVM no lany noho ny hala-bato, ohatra. Inona no zava-kitranga eto amin’ny firenena amin’izany? Mety hisy ny maty. Nefa ny vady aman-janaky ny mpitondra: any ampita avokoa, fa isika eto no ho faty.

Izay no mahatonga anay miteny hoe aleo hasiana fitoniana kely aloha. Vahaolana izay.

Rehefa namory ny mpisehatra politika ny Ceni, samy nilaza ny ankamaroany, tsy haiko na mitady seza na tsia: aleo ihany hisy fitoniana aloha. Afa-tsy ny tena vonona hifandramatra amin’ny fifidianana no hafa.

* Ny hamaranana izao dinika izao?

– Te hampirisika mafy ny FFKM aho amin’ny fanelanelanana… Ankoatra izany, mba hijery ny firenena ny tena mpanao politika marina. Antsoina koa ny vahoaka hanaiky izay havoakan’ny HCC, fa izay no hitondra fitoniana. Raha tsy izany, vao mainka hiteraka korontana…

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Mpitsara sady mpahay lalàna,i Fanahimanana Tiaray : “tsy misy fe-potoana ny hamoahan’ny HCC ny didy”

 Nitondra ny  heviny manoloana  ny  raharaham-pirenena  tao amin’ny onjampeo Alliance  93 FM amin’ny alalan’ny  fandaharana  “Ambarao” ny  mpahay lalàna sady mpitsara, Fanahimanana Tiaray. Anisan’ny  nitondrany fanazavana  ny momba ny HCC.

 “Tsy voasoratra anaty  lalàna ny andro hamoahan’ny  HCC  ny didy. Nefa tokony  halainy tahaka ny zava-panao sy nahazatra teo  amin’io fitsarana io rehefa misy raharaha maika sy mivaivay .  Ohatra ny  tamin’ny  taona  2015, efa nisy fangatahana  fanesorana ny  filoha. Namaly ny HCC tao anatin’ny  firy andro ?”, hoy ity mpahay lalàna ity.  Nambarany anefa fa tsy midika hoe miandry 15 andro izany na  mihoatra izany. Azony  atao  ny mamaly izany rehefa  voadinika ambony ambany amin’ny maha mpitsara azy ireo izany  fa  tsy  ho  maika na hokorontanina ny HCC, araka ny  fanamafisany.  Notsiahiviny tamin’izany ny fomba fiasan’ireo mpitsara eo Ambohidahy. Miavaka io  rafi-pitsarana io ary hany afaka mandinika  sy manapaka ary mijery ny toe-draharaha politika. “Mety handray fanapahan-kevitra politika aza indraindray…”, hoy ihany izy.  Notanisainy tamin’izany koa  fa mety hizara ny  hevitra’ireo mpikamban’ny HCC ary mety ho tonga amin’ny tsangan-tanana izany. “Tsiahivina  koa anefa fa isa tsy ankasa ny mpikambana ao. Sivy izy ireo ka tompon’ny teny farany ny filohan’ny  HCC rehefa mitovy ny isa. Tsy haintsika anefa ny mandeha ao amin’izao fotoana izao.  Na misy aza anefa izany, hevitry  ny mpikamban’ny  HCC manontolo ny mivoaka eo na eo aza ny tsy fitovian-kevitra”,  hoy ity mpahay lalàna ity.  Nanteriny anefa fa tsy tokony hatao ela intsony ny  hamoahan’ny HCC  ny  didy satria efa iray volana mahery izao ny niandry sy nifandrirarira teo. Samy mahay lalàna sy mpahay lalàna avokoa izy ireo, araka  ny fanamafisany.

Rehefa 12 volana dia 12 volana

Nohitsiny koa anefa  fa ny voasoratra ihany ary tsy azo ampiana sy tsy azo analana io 12 volana,  noferan’ny lalàna tokony hananganana ny Fitsarana avo (HCJ)  io ary nametrahan’ny depiote 73 fitakiana ny hanesorana ny filoham-pirenena. Momba  ny mety hivoahan’ny fifanarahana politika ka hilazana  fa ambony no ho ny lalàmpanorenana kosa, nohitsiny fa tsy tokony hiandry izany ny HCC vao hanapa-kevitra. “Tsy tokony hisy izany fifanarahana izany ka handentehana ny didim-pitsarana havoaka.  Fitoriana napetraka ny fialan’ny filoha fa tsy nametraka ny HCJ  tao anatin’ny  12 volana…  Fizaran-tseza ny fifanarahana politika ka tsy anjan’ireo mpitsara izany.  Mamoaka didy izy ireo, araka ny fitoriana napetraka”, hoy i Fanahimanana Tiaray.

Notsiahiviny avy eo  ny fitoriana napetraky  ny SMM tamin’ ny  taon-dasa noho ny  fandrahonana nataon’ny loholona Andriamamnadvy Riana  azy  ireo.  “Norahonana  ho faty tao anaty pejy facebook  izahay. Teo koa ny momba ny  Ametis  amin’ ny fanomezana olo-tsotra ny hetra eny amin’ny seranana. Manampy ireo ny fitondran’io loholona  io vahoaka tsy nahazoana alalana teny amin’ny Bianco. Nitora-bato ny  biraom-panjakana sy mandrahona ho faty mpiasam-panjakana. Tsy nisy  valiny  nefa efa  herintaona izany. Efa nalaina am-bavany  teny amin’ny zandary izahay tamin’ny fametrahnana ny fitoriana. Tsy mety miteny momba io ny minisitry ny  Fitsarana, ny Tonia mpampanoa lalàna…”, hoy izy. Mahagaga azy anefa fa misy loholona mpiaro ny fitondrana   mitory mpanao politika ao amin’ny  TGV.

Tokony ho ambanin’ny lalàna avokoa

Andro vitsy aty aoriana, nivoaka ny fampiantsoana taorian’io fitoriana io, araka ny nambarany ihany. “Niadianay tamin’ny  herintaona ny tahaka  izany satria tokony ho ambanin’ny lalàna avokoa ny rehetra.  Mitovy ny zo sy andraikitra amin’ny  fandikan-dalàna  ary tokony hitovy lenta ny  rehetra na iza na iza…”,  hoy i Fanahimanana Tiaray.

Nitondrany ny heviny  koa ny momba ny hery nipoitra ny  faran’ny herinandro  teo. Ahitana sendikalista, mpanakanto, fiarahamonim-pirenena. “Tsy olana na miala  na tsia Rajaonarimampianina.  Lavin’izy ireo kosa anefa ny vahaolana hitadiavana seza. Tsy misy olona intsony misahirana amin’ny  vahoaka. Samy sahirana amin’ ny kandidàny avokoa  ny mpanohitra sy ny mpitondra  fa tsy mijery ny vahoaka, araka ny nambaran’izy ireo. Iombonako  hevitra amin’izy ireo  izany”, hoy ity mpahay lalàna ity.

Synèse R. 

News Mada0 partages

DFP : « mila torina ireo tsimatimanota… havan’ny filoha »

« Amin’ny fampiatoana ny filoha, tsara ny fifamenoan’ny hetsika amin’ny tolona toy izao, indrindra amin’ireo havan’ny filoham-pirenena, ny vady aman-janany, ireo milaza azy ho mpanolotsaina manokana, ireo mialokaloka ao ireo... »

Io ny fanehoan-kevitry ny mpandrindra ny hetsika Dinika ho fanavotam-pirenena (DFP) eo anivon’ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, momba ny fisian’ny tsimatimanota  amin’izao fotoana izao. Inona no hidiran’izy ireo amin’ny Fitsarana avo (HCJ)?

« Inona no mbola mampihanahana antsika mpitolona, izay tra-pahavoazana noho ny ataon’ny tsimatimanota? », hoy izy. Very omby, miaritra ny kolikoly… Tonga ny fotoana tokony hitoriana ireo tsimatomanota, hanaovana raharaham-pokonolona: aleo hilaharana sy hosamborina ireo havany…

Mila jerena avokoa ireo raharaha goavana rehetra

Aiza, ohatra, ny « Raharaha Bladine » tany Tsiroanomandidy? Vaton’olona an-taonina nalentik’ireo tao amin’ny fiadidiana ny Repoblika, tsy hita veroka hatramin’izao. Ireo fitrandraham-bato ao Anjozorobe. Toa tsy voatonontonona ny havan’ny filoha, fa izy ihany no hitrikitrihina hiala. Hany ka tsy matahotra ny havany.

Raha mba misy folo amin’izy ireo no voasambotra amin’izay noho ny heloka nataony izay fandikan-dalàna, tsy arovan’ny HCJ ireo havana sy ny mpanolotsain’ny filoha ireo. « Ny fangatahanay ho fanamafisana ny tolon’ny depiote, miantso azy ireo mba hanao ny fitoriana ireo olona ireo: aiza avokoa ireo heloka misy ao amin’ny fadintseranana, fitrandraham-bato… ? », hoy ihany izy.

Tsy ilaina ny governemantan’ny fampiraisam-pirenena

Mbola misy ny lalàna momba ny faritra ara-toekarena manokana (Zes), ohatra, efa namidy ny tany any Taolagnaro. « Kolikoly izany, ary ny filoham-pirenena no tompony », hoy izy. Mbola andrasana izay fifanarahana politika sy ny HCJ ve izany? Tonga ny fotoana hamitana ireo raharaha rehetra ao amin’ny Bianco.

Mba farafaharatsiny, tanana vonjimaika ireo olona ireo. Izany no tadiavin’ny vahoaka malagasy. Tsy governemantan’ny fampiraisam-pirenena no tadiavin’ny DFP, fa aleo tsaraina ireo olo-meloka: aiza avokoa ireo raharaha goavana ireo? Izay no tadiavina, fa tsy hialokaloka fotsiny amin’ny tsy fisian’izay HCJ ireo havan’ny filoham-pirenena.

R. Nd.

News Mada0 partages

Ladoany sy ny hetra : « tsy ekena ny fanampenam-bava…”

Nanao fanambarana  iombonana ny sendikàn’ny mpiasan’ny ladoany sy  ny hetra  (Sempidou-Snaim-Sacima). “Tsy ekenay ny fanampenam-bava,  ny fisintahan’ny  fanjakana ankolaka na mivantana amin’ny ampahan’ny  asan’ny fadintseranana sy ny hetra. Anisan’izany ny Gasnet  sy ny  Ametis”, hoy izy  ireo tetsy Analakely, omaly.  Tsipahin’izy ireo koa ny fanomezana fanalefahan-ketra noho ny antony politika  ho an’ny mpandraharaha akaiky ny fitondrana. Ny  tsy fanekena ny  fanaovana politika ho an’ny sampandraharahan’ny fadintseranana sy ny hetra ka hanenjehana ireo tsy mitovy hevitra  ary iarovana ireo akaiky ny mpitondra eo amin’ny fitsirihana momba ny  hetra. Tsy vitan’izany.  “Lavinay ary toherinay ny fampihorohoroana ataon’ny tompon’andraikitra sasany rehetra amin’izao fotoana izao”, hoy  ireto sendikà telo  ireto.

Ankoatra  izany,  takin’izy ireo ny hamerenana ny hasin’ny mpiasan’ny  fadintseranana sy ny hetra. Eo koa ny hampitsaharana ny fampidirana mpitandro filaminana eo amin’ny  sehatry ny asan’izy ireo. “Ny  fanaovana  lalàna sy ny  fampiharana azy  tsy araka ny tokony ho izy ka miteraka baranahiny amin’ny fiarovana  ny  harem-pirenena  sy ny sisin-tany”, hoy ihany izy ireo.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Kitra vehivavy – “DEFF 2018” : hifandona ny Sab-Nam sy ny Asot, samy ekipan’Analamanga

 Mety hamaritra ny ekipa handrombaka ny ho tompondaka, eo amin’ny dingana voalohany,  hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, ny fihaonana hatao anio, eo amin’ny fifaninanana baolina kitra, sokajy vehivavy. 

Hifandona ny ekipa  samy avy amin’ny ligin’Analamanga, anio, eo amin’ny andro fahenina, hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja baolina kitra vehivavy,; Division elite du football feminin «DEFF 2018». Fihaonana hikatrohan’ny AC Sab-Nam sy ny Asot, hotanterahina any Antsirabe.

Azo lazaina fa hiendrika famaranana kely ny an’ny roa tonta satria mitarika vonjimaika eo amin’ny filaharana izy ireo, taorian’ny fahavitan’ny andro fahadimy. Raha tsiahivina, manana isa 13 ny AC Sab-Nam, raha isa 10 kosa ny an’ny Asot. Na  eo aza izany, tsy maintsy mitady fandresena ny Asot, raha toa ka mieritreritra ny handrombaka ny laharana voalohany.  Tsiahivina fa mety hamaritra izay ho tompondaka, amin’ity dingana voalohany ity, ny fihaonana eo amin’ny roa tonta.

Misy seho telo azo lazaina fa mety hiseho amin’ity. Voalohany, raha toa ka mandresy amin’ny elanelan’isa 3 no ho mihoatra ny ekipan’ny Sab-Nam ny Asot ; etsy ankilany, raha tsy mandresy ny AS Comato ny Askam. Amin’izay fotoana izay, miakatra eo amin’ny laharana voalohany ny Asot.  Faharoa, raha resy amin’ny elanelan’isa latsaky ny 3 ny AC Sab-Nam  ka mivoaka ho mpandresy ny Askam,  ho voalohany izy ireo ka mety handrombaka mihitsy ny ho tompondaka.  Fahatelo, raha vao mivoaka ho mpandresy na manao ady

sahala  amin’ny Asot fotsiny ny AC Sabnam, anio, tsy misy kajikajy intsony fa mbola voalohany hatrany izy ireo. Na izany aza, mbola hikatroka amin’ny AS Comato izy ireo, eo amin’ny andro farany, izay mety hampitsimbadika  ny filaharana, raha toa ka sendra resy amin’izany fihaonana izany.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Requête en déchéance : la HCC invitée à suivre la voie du Conseil d’Etat

Les députés pour le changement estiment que le Conseil d’Etat est un exemple à suivre pour la HCC. Cette dernière devrait donc statuer sur la déchéance du Chef de l’Etat.

Pas de marche arrière. Après in sit-in mardi dernier, devant la Haute cour constitutionnelle (HCC), les députés pour le changement sont revenus à la charge hier à Ambohidahy, hier. Dans leur discours, ils ont manifesté leur reconnaissance envers le Conseil d’Etat. «Vous êtes en marche vers votre indépendance et cela mérite notre pleine gratitude», selon les orateurs.

Justifiée

Ces derniers espèrent que les juges constitutionnels emboîteront le pas aux juges auprès du Conseil d’Etat pour satisfaire les aspirations du peuple. «Nous vous demandons seulement de sortir une décision suivant ce qui est stipulé dans la Constitution. Des magistrats, des juristes ayant eu vent de notre requête ont affirmé que notre demande est justifiée et il n’y a aucune raison à ce que la déchéance ne soit prononcée», a scandé la députée Hanitra Razafimanantsoa tout en rappelant à la HCC de ne pas obliger le peuple à effectuer un mouvement anticonstitutionnel.

«Soit vous mettez fin à cette crise, soit vous continuez d’enflammer la colère de la population», a renchéri le député Roberto Tinoka.

Mardi dernier, pour rappel, le Conseil d’Etat a rendu son verdict par rapport à la requête des députés sur l’interdiction des manifestations en province inscrite dans le communiqué issu du conseil du gouvernement du 8 mai.

Il s’agissait d’un «non lieu à statuer» car le gouvernement avait lui-même donné une autre version de ce communiqué. Dans le même registre, le Conseil d’Etat avait déjà suspendu l’affectation d’un inspecteur et d’un sous-brigadier de police initié par le régime. A cela s’ajoute, le 12 mars dernier, la décision du Conseil d’Etat qui avait  déclaré nul et de nul effet le décret d’abrogation de la nomination du Procureur général près la Cour suprême, Ranary Robertson Rakotonavalona, pris lors du Conseil des ministres du 27 février.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Moto : Ranty, à 4 points de Claudio

Le classement général du Championnat de Madagascar de motocyclisme a été dévoilé, hier. Il est encore difficile de pronostiquer sur les potentiels vainqueurs de cet exercice fédéral car la concurrence est rude. Le résultat de la 4e manche MX Monster Energy, qui a été disputée sur le circuit de Djabala Stéphane Ferdinand de Nosy Be, en est la preuve.

D’après les responsables de son écurie, le jeune espoir de la discipline, Ernest Ranty, se trouve actuellement à 4 points du leader, Claudio Tida. Ce dernier a remporté la 4e épreuve du championnat avec 47 points contre 43 pour Ernest Ranty. C’est en tout cas une belle remontée pour Ranty qui a été victime de deux chutes, lors de la première manche, mais qui a su se rattraper lors de la deuxième course à Betsizaraina. On aura encore de belles surprises lors du grand prix d’Ilakaka, le 26 juin prochain, comptant pour la 5e manche du championnat national.

Rojo N.

News Mada0 partages

Pétanque – Andrezieux : un essai grandeur nature avant les Masters

Les boulistes malgaches ne cessent de faire parler d’eux à l’étranger. Ils sont effectivement attendus au tournant par la crème de la discipline dans le monde, ce week-end, lors de l’International d’Andrézieux-Bouthéon qui rassemblera près de 400 triplettes.

Les défis se suivent mais ne se ressemblent pas pour les boulistes malgaches dont les exploits continuent de faire des échos, aussi bien sur le continent africain qu’en Europe. En effet, l’International d’Andrézieux-Bouthéon n’est pas seulement un test grandeur nature pour les représentants malgaches, à la tournée 2018 des Masters de pétanque, mais c’est également un rendez-vous incontournable du printemps pour tout bouliste de renom qui se mérite.

Près de 400 équipes sont réunies chaque année pour l’occasion et la triplette Lacroix/ Rocher/Robineau demeure la formation à battre. Outre Madagascar, la Pologne, l’Espagne, Monaco, la Suisse, Andorre, la Turquie, la Belgique, l’Israël, l’Ukraine, la Russie, la République Tchèque, le Danemark et le Portugal seront de la partie.

Jusqu’ici, la Fédération malgache de pétanque n’a pas encore pipé mot sur les potentielles boulistes féminines bien que les organisateurs aient annoncé que la Grande île aura des représentantes dans cette catégorie. On notera également la participation de certains joueurs malgaches dans le tableau masculin mais ils vont constituer une alliance avec des boulistes étrangers. Comme ce sera le cas pour cette version 2018 des Masters de pétanque.

En effet, quelques ambassadeurs du talent malgache autres que le milieu Alain Mandimby Samson, le canonnier Lahatra Randriamanantany, Tiana Laurens Razanadrakoto et Tita Razakarisoa, seront dans l’arène. L’ancien champion du monde malgache, Christian Andriantseheno, venant tout juste de remporter la tournée 2017, a la cote car il bataillera aux côtés de maestros, à l’image de Christian Fazzino, Christophe Sarrio ainsi que Damien Hureau. C’est une opportunité offerte sur un plateau d’argent pour les boulistes malgaches d’accrocher une autre étoile sur leur tableau de chasse après avoir remporté le premier Open de Dakar le week-end dernier.

Rojo N.

News Mada0 partages

Kabary : hankalaza ny faha-55 taony ny Fimpima

Fikambanana zokiny indrindra eo amin’ny fanabeazam-boho sy fampiroboroboana ny kabary malagasy. Mandia ny faha-55 taony ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy na ny Fimpima.

Tsy holalovam-potsiny ny faha-55 taon’ny Fikambanan’ny mpikabary malagasy (Fimpima) fa homarihina mandritra ny taona 2018,  hitohy ny taona 2019. Ny 26 mey izao, amin’ny 2 ora sy sasany, ao amin’ny Ekar Md Josefa Anatihazo, fiaraha-miombom-bavaka amin’ny alalan’ny antsam-panahy hanasana ny olona rehetra. Fitondrana am-bavaka ny fikambanana sy ny firenena. Ny 2 jona, « Mpikabary mifalihavanja », lanonana manetriketrika ho fanokafana ny fotoam-pankalazana, eny amin’ny Yandy By Pass. Ny maraina, fanolorana mari-pankasitrahana ny mpikambana. Manomboka amin’ny 12 ora sy sasny, fiaraha-misakafo sy korana miaraka amin’ny Sanda Mozika. Ny 30 septambra ka hatramin’ny 6 oktobra 2018, fanatanterahana ny Zaikabe andiany faha-4, any Antsiranana. Fihaonamben’ny mpikabary Fimpima eto an-toerana sy hatrany ivelany.

« Ao anatin’ny fiotazana ny vokatra ankehitriny »

 Nambaran’ny filoha foiben’ny Fimpima fa nanomboka ny volana marsa teo, ao anatin’ny fiotazana ny vokatra ny kabary malagasy satria mpianatra maro no nahavita ny fianarany. Tsy ny eto an-toerana ihany fa hatrany ivelan’i Madagasikara ihany koa. Nosantarina tany Toliara izany. Nisesy ny famoahana mpianatra tany Frantsa, Soisa, sampana tany Norvezy, Belzika. Nosokafana ny 12 mey lasa teo ny sampana Fimpima Alemaina. Volana jona, hihazo ny faritany Fimpima Fianarantsoa indray ny foibe. Volana jolay manontolo, hamoahana ireo mpiofana sy takalo rehetra eo anivon’ny faritany Fimpima Toamasina sy Antananarivo, izay harahin’ireo faritany hafa.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Nampidirina “réanimation”… : marary i Dadagaby Voninavoko

“Mangataka fitrotroana am-bavaka ho an’i Dadagaby. Naiditra hopitaly noho ny aretina mahazo azy izy, ato amin’ny “reanimation” an’ny HJRA”. Fanambarana nataon’ny mpiandraikitra ny pejin’ny tarika ny Voninavoko, ao amin’ny “facebook” io. Rehefa nangatahim-panazavana ny zanany, nanamafy tokoa fa anatin’ny tsy fahasalamana tanteraka ity andrarezin’ny mozika malagasy ity.“Nianjera tao an’efitranony izy raha nitsangana hivoaka ny asabotsy maraina. Nianjera fanindroany indray, ora vitsy taorian’io, ka izay no nitarika ny aretiny”, hoy ny fanazavana avy amin’ny fianakaviany. Miady amin’ny aretina ao amin’ny sampana famelomana aina izy, araka izany.Miraradraraka ny firarian-tsoa ho an’i Dadagaby, lehibe sy nanorina ny tarika ny Voninavoko. Andrarezin’ny dihy sy mozika malagasy rahateo izy, ary maro ireo mpanakanto nahita soa taminy. Efa ao anatin’ny fandaharam-potoana, ohatra, ny “Pao-tsatroka ho an’i Dadagaby”, izay efa nambaran’i Rossy.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Trano nihotsaka tetsy Behoririka : mpiasa efatra maty nihotsahan’ny tany

Mpiasa mpanao trano enina no tototry ny tany, vokatry ny fihotsahan’ny rindrin’ny trano gasy iray, mifanilma amin’ny fanorenana ataon’ny sinoa, etsy Behoririka, omaly maraina. Taorian’ny fikarohana nataon’ny pompier, nandritra ny tontolo andro, efatra tamin’ireo mpiasa ireo no namoy ny ainy.

Nihotsaka tampoka ny rindrina be iray tamina trano gasy, tsy lavitra ny toeram-pivarotana Golden, eny Behoririka, omaly tokony ho tamin’ny 11 ora atoandro. Tao anatin’ny asa tanteraka ireo mpanao trano eny an-toerana no nitranga ny loza. Olona enina indray nihotsahan’ny tany tamin’izany. Roa lahy maty teo noho eo vokatry ny fianjeran’ny rindrina tany amin’izy ireo. Roa lahy hafa naratra ary nentina tany amin’ny hopitaly. Ny roa ambiny kosa tototry ny tany sy ny biriky tao, ary nokarohin’ny mpamonjy voina nanomboka tamin’ny 12 ora teo. Efa omaly hariva vao hita ireo roa tototra ireo ka tafakatra efatra ny maty tamin’izany.

Nanahirana tanteraka ny asan’ny mpamonjy voina noho ny halehiben’ny rindrina nihotsaka, ny tany sy ny biriky nanototra tao. Nampiasaina avokoa ny fitaovana rehetra nikarohana ireo olona tototra.

Nilaza ny lehiben’ireo olona ireo fa mpiasa mpanao trano daholo ireo, ary miasa amina Sinoa iray izy ireo. Ity trano nirodana ity izay ana Sinoa iray. Nantsoina teny an-toerana izy saingy tsy nipoitra mihitsy. Nihevitra mantsy ny rehetra fa teny izy, satria fanaony ny mijery ny asan’ireo mpanao trano. Ny omaly anefa, tsy tazana teny an-toerana ilay sinoa. Fantatra fa nisy tezitra ny olona teny an-toerana ary nitaky ny hamoahana azy io. Nikasa ny hanao fitsaram-bahoaka?

Raha ny fanazavana azo ihany koa, nisy ady teo amin’ity Sinoa ity sy ny Malagasy nilaza fa tompon’io trano io. Naharesy teny amin’ny fitsarana anefa ilay Sinoa ka nanorina trano izy. Voalaza fa nanorina tao ambadik’ity rindrina ity izy fa tsy nandrodana ka navelany nijoro teo ary izao nirodana izao. Misokatra ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana momba ity tranga ity.

Fanorenana tsy ara-dalàna…

Raha ny fanadihadiana teny an-toerana, ara-dalàna ary nahazo alalana ny fanorenana sy fanatsarana trano eny an-toerana. Nisy anefa ireo nilaza fa tsy manara-dalàna io Sinoa io tamin’ny fanorenana trano. “Tokony ho nanatsara ilay trano efa teo izy fa nanorina tao anatiny ka notakonany io rindrina be io. Nafenimpenina tao ny natao”, hoy ny filazan’ny olona monina eny an-toerana.

Amin’ny ankapobeny, maro ny trano tsy manara-dalàna ny fanorenana azy. Mety ara-dalàna ny taratasy, fa tsy manara-penitra ny toerana sy ny fomba anaovana trano. Mety hamoa-doza toy izao izany. Na ireo tranobe fivarotana eny Behoririka ireo aza mampanahy, indrindra amin’ny aro loza. Toy ny firehetana nitranga tamin’ireo fivarotana an’ny sinoa tao ambanin’ny Building Ramaroson. Efa nisy fotoana ny kaominina nanakatona fivarotana maromaro eo Behoririka noho ny filazana fa mety hitera-doza kanefa niverina nisokatra ihany rehefa elaela. Nisy ny fanamboarana natao? Ankehitriny, fotoana tokony hiverenana manara-maso ireny trano ireny izao, sao mbola hamoa-doza indray.

Yves S.

 

News Mada0 partages

 Avy nodidina aretina mamany lava : vehivavy 100 hofanina hahaleo tena

Ho fanampiana ireo vehivavy avy nodidina vokatry ny aretina mamany lava, misy tetikasa roa vaovao iarahan’ny minisiteran’ny Asa sy ny fampianarana teknika ary ny Sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny mponina. Homena fiofanana ireo mazoto hiavotra amin’ny fiainana sy hahaleo tena amin’ny vola, araka ny fanazavan’ny tomponandraikitry ny tetikasa, i Zafitsara Elysette, omaly teny Mahitsy. Napetraka ny toeram-panofanana mifandraika amin’izay any amin’ireo faritra mandidy ny aretina mamany lava ao Manakara, Ambovombe, Mahitsy… Nosantarina ny volana marsa lasa teo ny tetikasa ary hanomboka ny volana jona ny fanofanana ao Manakara.  Ho an’ny vehivavy 40 (amin’ireo 119 voadidy ao amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany) ny hetsika voalohany. Atao miandalana ny fanofanana ary mifanaraka amin’ny seha-pihariana misy ao amin’ilay toerana sy ny filan’ny mpiofana. Ho an’ i Manakara manokana, fahandroana sakafo, fanodinana voankazo, rary… Iray volana ny faharetany ary iantohana manontolo ny fitaovana ampiasaina sy ny trano ary ny sakafon’ny mpiofana. Amin’ity taona ity, 100 ny vehivavy hofanina, 15 amin’ireo avy eto Analamanga.

Isan-taona 50 000 ny trangana aretina mamany lava maneran-tany, 4 000 amin’ireo, miseho eto Madagasikara avokoa. Antony mitarika ny aretina ny fihetsehan-jaza maharitra loatra mialoha ny fiterahana. Lasa misy faharovitiana ny lalan-jaza ary lasa mifandray amin’ny tatavia ka mahatonga ny tsy fahatazonana fivalanan-drano intsony.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Faritra Atsimo Andrefana : nanaovana atrikasa ny fiarovana ny mpanjono madinika

 Omena toerana sahaza azy ireo mpanjono madinika any amin’ny faritra Atsimo Andrefana. Nanaovana atrikasa ny momba azy ireo sy ny asany ny herinandro lasa teo, tany Mangily, any Toliara, miainga avy amin’ny tetikasa Mihari (1), faritra atsimo. 97 ireo nandray anjara tamin’izany atrikasa izany ka 54 ireo mpanjono madinika. Lohahevitra tamin’ny atrikasa ny hoe “Riake mahavelo, ndao tantanintsika iabe ! »

Tambajotra ivondronan’ny mpanjono najoro ny taona 2012 ny “Mihari”, atao hamaha olana isan-karazany mianjady amin’ireo mpanjono madinika manerana ny Nosy. Ankatoavina ny fiarovana azy ireo amin’ny alalan’ny AMGL(2), fantatra amin’ny fiarovana ny fari-dranomasina. Ilaina izany ho an’i Madagasikara, manana morontsiraka 5.200 km. ​

Fifanakalozana sy fanamafisana ny fiaraha-miasa amin’ny fiarovana ny fari-dranomasina fiasana no niantsoana ireo mpanjono ireo. Betsaka ny vehivavy nandray anjara, anisan’izany i Pompiarivelo Emilienne, avy any Saint Augustin, nampahafantatra ny heviny sy nilaza fa betsaka ny fantany nandritra ny atrikasa hahafahany mampitombo ny fidiram-bolany.

Nisy ihany koa ny fanofanana azy ireo momba ny fiarovana manodidina ny morontsiraka, amin’ireo karazam-boly samihafa, anisan’izany ny ala honko. Ampolony maro ny tokantrano mety hahita tombony amin’izany asa izany.

Ny fivoriana farany natao ny taona 2017, namaritan’ireo solontenan’ny mpanjono ny amin’izay tokony hatao. Koa niangavy ny fitsarana izy ireo hankato ny Dina eo amin’ny fiarahamonina ; ezahina sakanana ireo fitaovana lehibe fampiasan’ireo mpanjono indostrialy ; ary faritana mazava ny faritra ho an’ireo mpanjono madinika ireo, tsy iharan’ny tsindry ataon’ireo sambo mpanjono lehibe. Koa ilaina ny fanaraha-maso hentitra ny fari-dranomasina, indrindra ny ataon’ireo sambo lehibe eto an-toerana sy ny avy any ivelany.

Nampitomboana izao ireo mpikambana ao amin’ny biraon’ny Mihari. Ny volana avrily lasa teo, voafidy ho filoha lefitry ny faritra Ramadany Edmond, solontenan’ireo mpanjono any amin’ny faritra Atsimo Andrefana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fanisana mponina : fanadihadiana ho an’ny asa fampandrosoana

 Nanomboka ny 18 mey teo ka hatramin’ny 10 jona ho avy izao, ny fanisana ny mponina sy ny toeram-ponenana manerana ny Nosy, sahanin’ny Ivontoerana momba ny antontanisa (Instat), miaraka amin’ny “Agence Ram’s Flare”.  Firy isika izao ?

Anio 25 mey ny fanombohana izany amin’ny fomba ofisialy, manoloana ny Instat eo Anosy. Raha ny tokony ho izy, isaky ny 10 taona ny fanaovana izany fanisana izany, araka ny fepetra nofaritan’ny Firenena mikambana, saingy efa tany amin’ny taona 1993 ny antsika no farany. Na ny lalàna farany momba izany fanisam-bahoaka izany aza, ny taona 1967, ka izao vao nohavaozina (2018-004).

Singa maro no fantarina mandritra ny fanadihadiana : isan’ny olona ao amin’ny tokantrano iray, ny lahy sy ny vavy ; ny ankizy; ny mpianatra; ny miasa sy ny tsy miasa ; momba ny trano fonenana, mpanofa sa tompony ; sy ny maro hafa, toy ny manana fahasembanana, sns. Nomena fiofanana momba ny amin’izay tokony hatao rahateo ireo mpanao fanadihadiana rehetra. Miisa 45.000 izy ireo manao izany asa izany, manerana ny Nosy.

26 tapitrisa dolara ny tetibola atokana amin’ity fanisana ny mponina sy ny toeram-ponenanana ity. Tombanana, kirakiraina, halalinina, hamoahana antontan-kevitra ny vaovao rehetra voaangona. Afaka mandray andraikitra mifanandrify aminy ny fanjakana, ny sehatra tsy miankina, ny mpandraharaha, ny mpikaroka, ny fiarahamonim-pirenena, ny ONG, ny fikambanana isan-karazany, hoentina hanaovana tetikasa ho an’ny fampandrosoana.

Mpikarakara ny “Agence Ram’s Flare”

Tsara ho fantatra fa miara-miasa amin’ny Instat amin’izao fanisana izao ny “Ram’s Flare”, tarihin-dRandriamamonjisoa Rija, manomana hetsika sy fanentanana lehibe anio tolakandro eo Anosy. Mpanakanto ho avy amin’izany ry Jaojoby, i Bakomanga miaraka amin’ireo mpandihiny, i Lola, i Honorat, i Gothlieb. Hisy ihany koa kilalao samihafa … Manome toky ny ao amin’ny “Ram’s Flare” ny amin’ny fiantohana ny fandriampahalemana, ary nanambara i Jaojoby fa tsy misy ifandraisany amin’ny raharaha politika ny fanentanana ataon’izy ireo.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Avy amin’ny Sekoly Telma : nahazo efitrano telo ny EPP Andohaomby

Nandray mpianatra nanomboka omaly ny EPP Andohaomby (distrikan’Antanifotsy) ahitana efitrano fianarana vaovao telo sy toeram-pidiovana sy fivoahana misy rano. Fiaraha-miasa eo amin’ny tetikasa Sekoly Telma sy ny association Tanana Mivelatra no nahazoana ny fotodrafitrasa vaovao. « Teo aloha, tsy manana efitrano manaraka ny fenitra handraisana ny mpianatra ny mpitantana fa izay trano efa tranainy misy teo no nampiasaina », hoy ny tomponandraikitra. Fanampian’ny Bushproof ny fitarihana ny rano avy any ambanin’ny tany ho azon’ny mponina rehetra eo amin’ny manodidina ampiasaina koa, ankoatra ny mpianatry ny EPP. Nomen’ny Fondation Telma fitaovana toy ny latabatra sy seza, ary fitaovam-pianarana ho an’ny mpianatra ny EPP. Natao manaraka ny fenitra napetraky ny ministeran’ny Fanabeazana ny fanorenana vaovao mba haharitra sy hampazoto ny kilonga. 300 ny ankizy mahazo tombontsoa amin’ny efitrano vaovao, mpianatra mipetraka lavitra sy sarodalana ny ankamaroany. Nanomboka ny taona 2015 ny tetikasa Sekoly Telma tohanan’ny Fondation Telma. Mampahomby ny asa ny fiarahana misalahy amin’ny ONG efa miasa amin’ny toerana hananganana ny fotodrafitrasam-panabeazana. Sekoly faha-60 notokanana ny tany Andohaomby ny herinandro lasa teo. 155 ny efitrano naorina hatramin’izay nitondra fivoarana ho an’ny ankizy 10 000.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Amnesty international : « Raleva n’est pas un criminel »

En contestant la légalité des activités d’une compagnie minière étrangère d’extraction d’or, la condamnation du militant écologiste, Raleva, a été confirmée malgré un recours auprès de la Cour d’appel de Fianarantsoa. Il écope de deux ans d’emprisonnement avec sursis pour «usurpation de titre».

Cette condamnation a pour but de «le réduire au silence et d’envoyer un message effrayant aux autres militants qui oeuvrent en faveur des droits humains et de l’environnement», a déclaré le directeur du bureau d’Amnesty international, Deprose Muchena hier, dans un communiqué.

«En maintenant le chef d’accusation ridicule d’usurpation de titre contre Raleva, le tribunal a confirmé nos pires craintes : à Madagascar le prix à payer pour contester les grandes entreprises est élevé», a-t-il ajouté en soulignant que «Raleva n’est pas un criminel».

Amnesty international déplore la situation et estime que «Les autorités malgaches doivent protéger les militants comme Raleva, qui se battent pour préserver les ressources naturelles du pays pour les générations futures, plutôt que de dévoyer les tribunaux pour les bâillonner». L’organisme appelle ainsi à l’annulation de la condamnation et à l’abandon de toutes les charges retenues contre ce militant écologiste.

T.N

 

News Mada0 partages

Androvakely-antsirabe : de l’eau potable au village

L’accès à l’eau potable demeure un  luxe pour la majorité de la population. C’est le cas depuis des années pour les quelque 500 habitants du village d’Androvakely, situé à quelques minutes de la ville d’Antsirabe, dans la région  Vakinankaratra.

Dans cette localité, femmes et enfants se ruent quotidiennement dès l’aube jusque tard dans la soirée, pour puiser de l’eau dans deux sources naturelles situées à 500 mètres des habitations. Avec un rythme pareil et dans un environnement compromettant une bonne hygiène de vie, la santé des villageois a toujours été menacée… Certains d’entre eux devaient marcher jusqu’aux étangs les plus proches, souvent pollués par les déchets humains et animaux…

Alertée par la précarité du mode de vie de la population locale, la Fondation Herrod de l’Angleterre a fait don d’une somme de 24.404.027 ariary pour l’installation de trois nouvelles bornes-fontaines, sont alimentées par un nouveau réservoir de 5m3 dans cette localité.  Les travaux ont été effectués par l’ONG Madagascar development fund (MDF) avec la  participation de la communauté locale.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Vivre sans carte nationale d’identité : témoignage d’une mère de famille

Mère de trois enfants, dont deux vont à l’école, Holymalala Mbinintsoa fait partie des familles nécessiteuses. A trente ans, elle n’a pas encore sa carte nationale d’identité nationale (CNI). Interview.

. Les Nouvelles : Pourquoi vous n’avez jamais eu votre carte nationale d’identité ?

– Holymalala Mbinintsoa: Mes parents se sont séparés. Nous avons habité avec notre mère à Sandradahy, dans la province de Fianarantsoa. Elle était morte quand j’avais 14 ans. De ce fait, notre père nous a recueillis pour vivre avec lui, dans la capitale, dans le quartier «La Réunion kely». Déjà, l’obtention d’un acte naissance a déjà posé un problème pour moi, lorsque j’ai voulu continuer mes études. Comme mes parents ne sont pas mariés civilement, nous n’avons pas de livret de famille. C’est pourquoi je n’ai jamais eu de CNI.

. Mais on peut avoir son acte de naissance en faisant la demande auprès de la commune d’origine et l’envoyer ensuite par la poste.

– Je ne savais pas cela. On m’avait dit qu’un acte de naissance, nécessaire pour avoir sa carte, ne peut être délivré par la commune que sur demande du concerné lui-même, ou du moins d’un proche de la famille. Or, le seul membre de la famille qui se souciait encore de nous à Sandradahy, notre grand-mère, était décédée quelques temps après notre départ. Comme nous n’avons pas réuni assez d’argent jusqu’ici pour se déplacer dans cette commune, je me suis fait une raison devant cette situation.

. Ne pas avoir une carte nationale d’identité ne vous a-t-il pas créé des problèmes, une fois que vous étiez majeure ?

– Si, notamment lors des échauffourées qui se sont déroulées durant la crise de 2009, l’année à laquelle j’ai eu mon premier enfant. Les contrôles d’identité étaient fréquents dans ces moments-là. Mais les forces de l’ordre ne se sont pas montrées trop exigeantes, une fois que nous avons déclaré qu’on habite à «La Réunion kely». Cependant, ce qui m’a surtout marqué, c’est lorsqu’une copine, qui est lavandière, m’a présentée chez une famille à Ampefiloha pour exercer ce métier. Mais c’était la déception car la possession d’une CNI était exigée. Il en est de même pour mon mari qui se trouve dans la même situation que moi, où une entreprise a recruté des ouvriers, même sans spécialisation. Depuis, nos activités se limitent à la vente de la collecte des ordures ménagères.

. Etant sans CNI, comment vos deux enfants ont-ils pu fréquenter l’école ?

Grâce à l’intervention d’une association de bienfaisance, accompagnée de magistrats du tribunal d’Anosy, qui a lancé une opération «Copie de naissance». Et c’est toujours cette association qui se charge de la scolarité de mes deux enfants actuellement. Malheureusement, l’opération s’est limitée à la prise en charge de la scolarité des enfants.

Propos recueillis par Sera R

News Mada0 partages

Feux d’artifice : autour de 70 000 ariary le paquet

A presqu’un mois de la fête de l’Indépendance, les feux d’artifice sont actuellement sur les étals de quelques marchands de rue de Tsaralalana et d’Isotry. Leurs prix varient entre 15 000 et 70 000 ariary le paquet.

D’après une marchande à Tsaralalana, c’est  la «Chandelle», représentée sous forme de tube d’environ 1m de hauteur pour quelques centimètres de diamètre qui est la plus prisée et également la plus chère de la gamme. Ce genre de feu d’artifice est vendu par paquet de deux tubes contenant chacun 8 pièces dont le paquet s’acquiert à partir de 50 000 ariary.

«Pour avoir un beau bouquet de feu d’artifice, comme la cascade ou le soleil, il faut prévoir au moins dans les 350 000 ariary», a-t-elle annoncé. La pièce «La bombe» est la moins chère, à partir de 15 000 ariary, «Uniquement à l’intention des enfants», a-t-elle précisé.

Le pétard à 100 ariary

Les pétards sont par contre vendus à moindre prix, de 100 à 200 ariary. Cela, malgré l’interdiction formelle de leur vente et de leur usage, suivant l’arrêté préfectoral n°16/2017/-MID/PREF.

De leur côté, les enfants continuent à fabriquer des pétards de manière artisanale avec des boîtes d’allumettes et une bougie de voiture. «Avec une boîte d’allumettes, je réussis à reproduire le bruit d’une dizaine de pétards», a affirmé l’un d’eux.

En effet, les bruits de pétards se font déjà entendre le soir dans certains quartiers,  à un mois de la fête de l’Indépendance.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Fistule obstétricale : réinsertion économique pour des victimes

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale hier au Centre hospitalier de référence régionale niveau II de Mahitsy, Madagascar renouvelle ses engagements dans la lutte contre cette maladie. Le thème a été «Ne laissons personne de côté, engageons-nous dès maintenant à éliminer la fistule».

Mis à part la poursuite de la campagne de prévention et de réparation chirurgicale des femmes victimes de cette lésion, le programme relatif à leur réinsertion socio-économique à travers une série de formation vient d’être lancé. Cela entre dans le cadre d’un projet démarré au mois de mars dernier et mené en collaboration avec le ministère de la Santé, le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) et les partenaires techniques et financiers.

«Cette année, une centaine de femmes, dont 25 dans la région Androy, 20 à Atsimo Andrefana, 15 à Analamanga et 40 à Vatovavy Fitovinany bénéficieront de cette opportunité», a informé le Point focal de la réinsertion socio-économique des femmes victimes de fistule obstétricale au sein du MEETFP, Elysette Zafitsara, hier.

Soins gratuits

La première vague de formation débutera le 11 juin prochain à Manakara pour les 40 bénéficiaires de la région  Vatovavy Fitovinany, qui récense actuellement 119 femmes guéries de la fistule. «Les formations à dispenser sont choisies en fonction des filières d’activité qu’on peut développer dans les régions d’intervention et en fonction de la demande des apprenants. Pour ladite région, les bénéficiaires seront formées en cuisine, transformation de produits fruitiers, broderie, vannerie et en informatique…», a précisé notre source.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Tsiazotafo : quatre ouvriers meurent dans l’effondrement d’un mur

Des ouvriers effectuant des travaux  sur un chantier de construction d’un bâtiment sis à Tsiazotafo ont été victimes de l’écroulement d’un mur. Bilan : 4 morts et 2 blessés.

Le drame s’est produit hier vers 11 heures sur un chantier de construction d’un nouveau bâtiment privé à Tsiazotafo. Alors que 34 ouvriers effectuaient les travaux, un mur d’une hauteur de 6 mètres qui délimitait le chantier de la voie de circulation s’est écroulé subitement. Travaillant dans une fosse d’une profondeur de 5 mètres environ, certains d’entre eux n’ont pas échappé à l’effondrement du mur. Six ouvriers ont été surpris par l’écroulement. Un d’entre eux a eu la chance d’être secouru rapidement par ses collègues. Il a été transporté dans un état grave à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) Ampefiloha. Un autre s’en est sorti avec des blessures légères.

Des pertes de vie sont à déplorer

Alertés, une vingtaine de pompiers sont arrivés rapidement pour dégager les ruines en espérant retrouver des survivants. Le sauvetage des quatre ouvriers coincés sous les décombres ne s’avérait pas facile. Le premier corps a été retrouvé vers midi. Il s’agit d’un jeune homme de 25 ans habitant à Imerintsiatosika. Hier était son premier jour de travail avec l’équipe. Le deuxième corps sans vie a été retrouvé vers 16 heures 15, tandis que le troisième a été découvert aux environs de 18 heures 30. La recherche du dernier ouvrier se poursuit, du moins jusqu’à hier soir.

D’après les explications, de l’eau s’écoulait sur le trottoir depuis un mois, à cause d’une fuite de canalisation. Suite à l’accumulation abondante d’eau dans le sol, le mur a fini par s’écrouler. Le sinistre a provoqué un embouteillage monstre dans le secteur.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Sava : polémiques sur la campagne de la vanille

Les transactions vanillières continuent de faire des vagues dans la région Sava. La date d’ouverture de la campagne risque de faire polémique entre les planteurs et les opérateurs, accusés de décision unilatérale par les producteurs de vanilles.

L’annonce conjointe du Groupement des préparateurs et acheteurs de vanilles de la Sava (GPAS) et des exportateurs de vanilles, fixant le début de la campagne officielle au 15 juillet, n’a pas recueilli l’unanimité au sein des producteurs de cette région.

«Les actions menées par le GPAS dans la préservation de la qualité du produit par différentes interventions, dont la mise en place du système de primes  pour lutter contre la récolte et les vols de vanilles immatures, nous ont été d’un grand apport mais ne leur permettent pas de nous écarter des grandes décisions concernant la filière», ont réagi des planteurs informés du projet. Ils ont ainsi déclaré qu’ayant plus de connaissances en matière de production, ils doivent être les premiers consultés dans ce domaine où les opérateurs sont très limités.

«Les produits des zones chaudes de la région Sava, tel le littoral des districts d’Antalaha et de Vohémar, arrivent généralement à maturité avant le 26 juin et doivent être récoltés et mis immédiatement sur le marché, afin d’éviter un long emmagasinage provoquant un taux de dessication élevé portant préjudice aux planteurs, victimes de la baisse du poids de leurs produits», ont-ils précisé.

Le « oui mais » des planteurs

Les deux groupes d’opérateurs, initiateurs de ce projet de décision, autorisent la récolte de la vanille arrivée à maturité mais en interdisent la vente avant cette date. Les dispositions prises antérieurement pour la protection de la filière restent en vigueur, selon cette nouvelle décision, et seront renforcées  par le recrutement de nouveaux membres pour étoffer le rang de la structure régionale du comité de vigilance régionale «andrimasompokonolona». Deux véhicules tout terrain seront mis à la disposition des forces de l’ordre pour  les aider dans leur mission de surveillance des infractions relatives aux transactions de vanilles immatures dans la région Sava.

Le Groupement des préparateurs et acheteurs de vanilles de la Sava (GPAS) et des exportateurs de vanilles prévoient une concertation avec les maires de la région Sava, avant la fin de ce mois, pour mettre une touche finale à ce projet de décision.

Manou

News Mada0 partages

Manifestation : le mouvement syndical s’intensifie

Le Syndicat des employés des douanes (Sempidou), le Syndicat national des agents des impôts de Madagascar (SNAIM) et le Sacima ont uni leurs voix, hier à la Tranopokonolona Analakely, lors d’une assemblée générale, pour pointer du doigt la mauvaise gouvernance au niveau de la Direction générale des douanes et celle des impôts.

A travers une déclaration commune, les membres des trois syndicats ont dénoncé «la privatisation d’une partie des services des deux directions, la persistance de la corruption dans le recrutement du personnel, les harcèlements fiscaux faits à des opérateurs qui ne sont pas proches du pouvoir…».

Par ailleurs, le Sempidou a mis un accent particulier  sur la réquisition des forces de l’ordre dans les zones où interviennent les agents de la Douane, comme c’est le cas au port de Toamasina depuis quelques semaines actuellement. «L’ingérence des forces de l’ordre au bureau de la Douane au port de Toamasina en ce moment est tout simplement inacceptable. Le bureau est entouré d’éléments de l’Emmoreg, depuis quelques jours, pour la raison que les agents de la Douane ont décidé de faire la grève», a fait savoir Herizo Andrianavalona, président du Sempidou.

Mais il n’y a pas que les syndicaux de la Direction des douanes et des impôts, les membres du syndicat des employés de la Jirama sont également sortis de leur silence, hier. Ils ont annoncé à cette occasion leur solidarité avec la manifestation des 73 députés.

R.R.

 

News Mada0 partages

« Prix musiques » OI : tonga eto i Kaloune, nahazo ny loka

Kaloune, tovovavy teratany renionezy, manan-talenta, nambabo ny mpitsara tamin’ny fifaninanana nahazoany ny loka « Prix musiques de l’Océan indien », andiany fahenina. Hanana tombony manokana ny mpankafy mozika sy kanto eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Hisy ny fiakarany an-tsehatra, ny 1 jona izao, etsy amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) etsy Analakely.

Azo lazaina ho manan-talenta feno i Kaloune, satria ankoatra ny feo manga sy miavaka ananany, mahay mitendry zavamaneno izy ka ny atao hoe « mbira kalimba», zavamaneno avy any Zimbaboe any no tena tsy misaraka aminy. Tsy izay ihany, mpanoratra ihany koa ny tovovavy ka asongadiny manokana ao anatin’ny asa sorany ny mahakasika ny vehivavy, ny tantara ary ny ara-panahy.

Eo amin’ny tontolon’ny mozika, manome lanja kokoa ny gadona afrikanina, izay nipoirany, i Kaloune sady miezaka mitrandraka ny fironana ankehitriny, toy ny mozika elektronika, izay heno tsara ihany koa ao anatin’ny sanganasany.  Tafiditra indrindra ao anatin’ny fitetezam-paritra, izay efa nomanina hatolotra ny mpandresy amin’ity fifaninanana ity, izao dia sy fiakarana an-tsehatra eto amintsika izao.

Hanokatra ny fotoana, amin’io voalohan’ny volana jona hariva io, i Caylah, tovovavy havanana amin’ny slam, endrika vaovaon’ny literatiora, izay mahaliana tanora maro tokoa ankehitriny.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Teny anglisy : hifaninana ny lisea eto Analamanga

Hisy fifaninanana miresaka amin’ny teny angilsy manerana ny lisea eto amin’ny faritra Analamanga. Iarahana amin’ny  “English language fellows” sy ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena izany. Tanjona ny hampiroboroboana ny fahaizana teny anglisy eny anivon’ny liseam-panjakana.

Manolotra mpianatra roa hisolo tena azy ary « coach » iray ny lisea. Raketina an-tsary « video » izany ary tokony haharitra roa minitra ny fifampiresahana ao anatiny.  Aterina eny anivon’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ao amin’ny varavarana faha- 515 izany alohan’ny 13 jona 2018.Hotsaraina avokoa izy rehetra ary hofantenana izay mahafeno ny fepetra. Hiatrika ny famaranana kosa ireo voafantina ary hatao ampahibemaso ny 27 jona 2018 izao.

Mahatsiaro tena ho zanak’Ikala hafa ireo lisea any amin’ny faritra hafa. Betsaka ireo maniry te handray anjara mba hitsapana ny lentan’ny mpianany amin’ny fahaizana teny anglisy. Tsy tafiditra ao anatin’ireo mahazo mandray anjara anefa izy ireo fa ny eto Analamanga ihany no afaka manao izany.

Mahatsiaro ho voahilikilika koa ny lisea tsy miankina amin’ny fanjakana. Minisiteran’ny fanabeazam-pirenena no mikarakara ny fifaninanana kanefa misy ny fanavakavahana raha ny hevitr’izy ireo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Musique tropicale : Djino revient avec un second opus

Jeune porte-étendard du salegy, rythme typique de la partie septentrionale de l’île, Djino signe son retour sur les feux de la rampe avec un 2e album sobrement intitulé «Mirentogno Aoé», qui sortira dans les bacs le courant de cette année.

Loin du matraquage médiatique infernal qui dicte sa loi dans la capitale, Djino trace son petit bonhomme de chemin sur la partie nord de la Grande île depuis l’année 2011. «Ce sont les gens de la campagne qui connaissent, pour la plupart, ma musique. Ce sont mes inconditionnels admirateurs», a avoué avec fierté Gergino Tognizara, le meneur du groupe. Cependant, il a quand même pu fouler les planches de grands festivals nationaux, à l’instar de Donia, Sorogno et Lampogno.

De fil en aiguille, plusieurs influences musicales ont nourri son talent, desquelles on citera tout particulièrement le «gouma», vakodrazana par excellence de  la tribu Sakalava, exécuté lors des cérémonies traditionnelles, ainsi que le fameux  «Aoé», une nouvelle forme de danse qui a vu le jour à Andoharanon’Ambanja à l’orée de 2015.

Fort du succès de son premier-né intitulé «Veloma woawa», Djino est en studio pour travailler sur un nouveau projet. Cette année verra éclore son deuxième album. En parallèle, le chanteur de «Ahologna mahitso»  va sillonner les régions Diana, Sava et Atsinanana, les prochains mois à venir.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Fimpima : 55 ans et pas une ride

La jeune génération des amoureux de l’art discursif vient grossir le rang de l’association des orateurs malgaches (Fimpima), qui marque d’une pierre blanche cette année ses 55 ans d’existence.

La célébration a débuté à Toliara au mois de mars,  en France et en Suisse en avril ainsi qu’en Norvège, Belgique et notamment l’Allemagne dont l’association vient d’être implantée le courant de ce mois-ci. La saison démarre ainsi sur les chapeaux de roues pour la Fimpima qui a procédé à la remise de parchemins, au terme de 10 mois de formation.

«Cela fait maintenant dix ans que la Fimpima déploie ses ailes sous d’autres cieux», a fait savoir, Hanitra Andriamboavonjy, le numéro un de Fimpima et non moins la première femme à la tête de cette association. «Au seuil du XXIe siècle et du IIIe millénaire, les femmes ont leur mot à dire en tant que rhéteurs. Elles sont d’ailleurs fièrement représentées au sein de l’association», a-t-elle enchaîné.

Un jubilé jubilatoire

Après un culte de célébration qui se déroulera  samedi à la paroisse Saint Joseph Anatihazo, une remise de distinctions honorifiques, des mains du ministère de tutelle, fera office d’inauguration de ce jubilé, chez Yandy By Pass, le 2 juin. La programmation sera dédiée au Mois de la langue malgache.

Puis, du 30 septembre au 6 octobre, la capitale de Diana accueillera le traditionnel «Zaikabe» de la Fimpima qui entame sa 4e édition. Grand-messe des porte-voix de la société de part et d’autres des horizons, «cette célébration va fédérer les orateurs issus des quatre coins de la Grande île et même la section Fimpima outre nos frontières va être représentée», a-t-elle poursuivi. Après Mahavelona Toamasina, ce sera donc Antsiranana qui va vibrer aux couleurs de la Semaine du kabary.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Ny voninavoko : l’état de santé de Dadagaby inquiète

Gabriel Rakotomavo, plus connu son nom de scène «Dadagaby», a été admis, mardi, à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), après une chute à son domicile, samedi dernier. Le fondateur de la troupe Ny Voninavoko est «encore en soins intensifs au service de réanimation de l’HJRA actuellement», a annoncé Christian Tsilavina, un des piliers de la formation, hier soir, avant d’enchainer que «voulant se rendre aux toilettes, il a fait un malaise après lequel il a perdu connaissance».

Selon les dires de ses proches, le chanteur de «Raozy mavokely» mène un rude combat contre l’hypertension artérielle depuis l’année 2002. Raison pour laquelle il s’est fait discret sur la scène artistique.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Handball : à la conquête de l’ouest

Le choix fort de la Fédération malgache de handball (FMHB) dans sa politique de décentralisation ! Pour la première fois, Mahajanga abritera deux compétitions majeures cette saison à savoir le premier tournoi de beach-handball du 8 au 12 juin et le championnat national senior du 26 octobre au 4 novembre.

Une belle récompense pour la ligue de Boeny où la discipline est au mieux de sa forme. En effet, grâce au titre de champion gagné par l’AS Tsiky chez les dames la saison dernière, cette ligue a mis fin au règne d’Analamanga. Une preuve irréfutable de l’essor de handball à l’ouest qui mérite plus de considération.

La ville des Fleurs possède de belles plages, propices à la pratique des disciplines sportives jouées sur le sable, c’est pourquoi, elle aura également le privilège d’abriter le premier tournoi de beach-handball.

En effet, pour ses premiers pas dans cette discipline, la FMHB a opté pour la tenue de deux tournois inauguraux à Mahajanga et un autre à Morondava dont la date reste à déterminer.

Désormais, la fédération et la ligue de Boeny sont main dans la main dans le développement du handball et du beach-handball dans la région.

Naisa

 

Ino Vaovao0 partages

TOLONA HO AN’NY FANOVANA : Resy ny fitondrana, hiverina an-kalalahana ny hetsika any amin’ny faritra

Foana tanteraka ilay didy navoakan’ny fanjakana ho fandrarana izany taorian’ny famoahan’ny filan-kevi-panjakana ny didim-pitsarana ny talata lasa teo. Ny fiandohan’ity volana ity, raha tsiahivina no nivoaka ny didim-panjakana tao anatin’ny filan-kevitry ny minisitra fa tsy azo atao intsony ny manao famoriam-bahoaka any amin’ny faritra ankoatry ny eto Antananarivo. 

Tsy nanaiky lembenana ireo solombavambahoaka miisa 73 nanoloana izany fa nametraka fitoriana teo anivon’ny filan-kevi-panjakana mba hanafoanana an’io didy ny datin’ny 11 mey izay nahazoan’izy ireo fandresena. Hiverina hihanaka manerana ny nosy indray araka izany ny hetsika sy fitakiana ho amin’ny fialàn’ny Filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina raha somary nangina izany tato anatin’ny herinandro vitsy. 

Maro amin’ireo fikambanana sy sendikan’ny mpiasa any amin’ny Faritra ihany koa no mangetaheta fatratra ny hanao izay tolona goavam-be hoentina hanovàna ireo mpitondra eto amin’ny firenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

BEANTITRA : Terena tsy maintsy manokatra kaonty amin’ny banky handefasana ny vola fisotroan-dronono

Nanambara tamin’ny tompon’andraikitry ny Cnaps izy ireo fa ny volany dia ilainy raisina mivantana fa tsy alefa any amin’ny banky koa dia tsy hay ny hahazoana azy. Mila ny volany azo an-tanana hividianana sakafo izy ireo fa mbola mihalava koa ny fe-potoana ahazoana vola raha mbola alefa amin’ny banky. Misy avy lavitra izy ireo, hoy hatrany ny nambarany, ary tsy volabe fa vola kely no raisina isan-telo volana. 

Miisa 583 ireo beantitra mandray fisotroan-dronono iandraiketan’ny Cnaps eto Mahajanga I sy II. Ny 230 efa nanaiky ny fandrotsahana izany any amin’ny banky, roa ao amin’ny tresor, ny sisa kosa miandry ny “Ordre de mise à disposition”. Ho an’ny tompon’andraikitry ny Cnaps dia manamora ny fandraisan’ireo beantitra ny fisotroan-drononony ny any amin’ny banky, ary hampihena ihany koa ireo milahatra eo amin’ny Tahirimbolam-panjakana amin’ny fotoana fandraisana izany. 

Ho an’ireo beantitra kosa dia mitovy ihany satria tsy maintsy hilahatra ihany koa izy ireo eny amin’ny banky nefa lavalava kokoa ny fotoana andrasana vao tonga ny vola. Mbola maro araka izany ireo tsy resy lahatra hanokatra kaonty amin’ny banky.

Vanessa  

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy mbola niova

Nahavelom-panantenana ny mpanara-baovao sy ny ankamaroan’ireo olom-pirenena ny nahita ireo vahoaka marobe voatarik’ireo depiote miisa 73 tetsy amin’ny Parvis Analakely ny 21 aprily teo.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Banky foiben’i MadagasikaraMitokona ny mpiasa, mikatona ny “caisse” rehetra

Niroso amin’ny fitokonana nanomboka omaly alarobia ny mpiasan’ny banky foiben’i Madagasikara (BCM). Efa ela loatra ny fitakianay kanefa tsy noraharahiana izahay, hoy ny solontenan’izy ireo raha nanontaniana.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Depioten’ny fanovana“Rajao no ho tsarain’ny HCJ voalohany !”

Malaza indray ankehitriny fa hovonjivonjena ny fananganana ny Fitsarana ambony na ny HCJ (Haute Cour de Justice), rafi-pitsarana afaka mitsara ny filoha, izay tokony ho natsangana herintaona taorian’ny fianianany.

 

 Azon’ny solombavambahoaka henjehina sy haongana amin’ny alalan’ny fitoriana eny amin’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana ny filoha rehefa tsy vitany izany. Anisan’ny efa nanamafy izany ny mpahay lalàna sady Filohan’ny antenimierandoholona teo aloha Honoré Rakotomanana, izay nilaza tamin’ny filoha hoe raha sanatrian’ny vava ka tsy tafatsangana io, dia azon’ny olona hanaovana fangatahana fanonganana ianao. Famadihana sy fanitsakitsahana matetika ny lalàmpanorenana no vesatra hanenjehana ny filoha amin’io. Nalaza ny valin-kafatry ny depioten’ny fanovana omaly fa tsy misy fiantraikany amin’ny fitoriana sy ny fitakiana ny fialan’ny filoha io tetika hananganana ny HCJ io. Inona no tanjona amin’ny fikoropahana hanangana an’io ? Hiala bala ve ny HCC ka hanipy ny baolina any raha vao mitsangana io ? Maro be ny mpahay lalàna nanontaniana hoe mba jereo ity fitoriana nataonay ity, fa tsy nisy niteny na iray aza hoe tsy mety io, eny fa hatramin’ny mpahay lalàna vahiny, hoy ny depiote sady mpisolovava Hanitra Razafimanantsoa. Ny zavatra nalefa tany amin’ny HCC dia mitombina avokoa, ka tsy misy antony tsy hamoahan’ny HCC ny didy fanesorana ny filoha, raha ny fanazavana hatrany. Dokotera aorian’ny fahafatesana izany fananganana ny HCJ izany, hoy ny depiote Tinoka Roberto. Misy moa ny resaka famoriam-bahoaka hataon’ny HVM eny amin’ny Coliseum Antsonjombe ny sabotsy izao, ka volabe 1,4 miliara ariary no  laniana amin’io ary volam-panjakana, hoy ny depioten’ny fanovana. Nambara mihitsy aza fa tao amin’ny minisiteran’ny atitany no anisan’ny nakana volabe. Aza adinoina fa rehefa tonga ny minisitry ny fanovana tsy maintsy hampanao “audit” na fanadihadiana ara-bola lalina, ka io HCJ hatsanganareo amin’ny zoma io raha voatsanganareo no hitsarana  anareo voalohany, hoy kosa ny solombavambahoaka Hanitra Razafimanantsoa. Nitohy hatrany moa ny “sit-in” teny amin’ny HCC omaly, ka nilazan’ny depiote fa tompon’andraikitra feno io rafi-pitsarana io satria na hampijanona ny krizy sy ny hatezeram-bahoaka na hampirehitra afo. Mitohy ny tantara !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaLalaovin’ireo manodidina azy ?

Mety efa manaiky ny hiala ihany ny filoham-pirenena am-perinasa Hery Rajaonarimampianina, saingy ireo manodidina azy no tsy manaiky lembenana sy managadra ary mamahan-dalitra azy, raha ny siosion-dresaka mivoaka avy any an-dapa any.

 

 Ny valin-tenin’ny HCC no iankinan’ny tantara na hitohy ny lalany na handao ny seza ny filoha. Ny governemanta kosa etsy an-daniny na teo aza ny filazan’ny praiminisitra, fa mbola ao ary miray hina tsara, dia toa tsy izany no miseho. Maro no efa tsy mazoto mamonjy asa sy birao intsony, ary toa efa nanomana ny lalan-kivoahany ny sasany. Nandeha rahateo ny resaka tany aloha fa efa maro no re saika hametra-pialana, saingy tsy sahy noho ny antony tsy fantatra mazava. Efa nambaran’ny depioten’ny fanovana ny fisian’ny fandrahonana izay mitetika ny hiala ny sambo dieny tsy mbola rendrika tanteraka, ary nambaran’ny teny an-kianja aza fa vonona ny hiaro izay mametra-pialana izy ireo raha tonga eny an-kianja ireto farany. Ny ankamaroany toa tsy te hiasa saina be intsony, ary mety efa mahatsapa fa tsy misy hevitra intsony ity fanjakana ity, saingy ireo tandapa mbola malahelo ny ho very fihinanana no miezaka mafy mitady hevitra tsy haharendrika ny sambo, raha toa ka efa miala voly sy toa milamin-tsaina ery ny fahitana ny sasany amin’ireo mpikamban’ny governemanta. Tsy andrenesam-peo ny ankamaroan’ireo minisitra, raha toa ka malaza ratsy amin’ny fiarovan-tseza sy fanakaramana mersenera kosa ny ao andapa, toy ny mpanolotsaina malaza iray. Re fa somary hentitra efa fotoana ela izay ny vadin’ny filoha, izay malaza amin’ny fitsabahana amin’ny raharaha politika, ary tena matahotra mafy ny ho very fihinanana. Maro no mihevitra fa tsy tompon’ny fanapahan-kevitra rehetra intsony i Hery Rajaonarimampianina ary misy amin’ireo olona manodidina azy no mamahan-dalitra sy milalao azy tsotra izao.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

HVM sy ny tarinyTsy fay fahafaham-baraka ?

Efa nitsefotra ny diaben’ny fisandratana tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina tamin’ny 8 aprily na dia nalaza aza hoe nizarana zavatra ireo nanotrona.

Niharihary koa fa voamaina sy fotsimbary fotsiny no nahamaika ireo vahoaka tonga teny an-toerana ihany, herinandro lasa izay. Ny mahagaga anefa dia mbola sahin’ny fitondrana HVM sy ny tariny ihany ny haneho hery etsy amin’ny Coliseum Antsonjombe ny sabotsy izao entina hamonoana ny tolon’ny fanovana tarihin’ireo depiote 73 etsy amin’ny 13 mey. Ny talata teo moa dia niely ny vaovao fa efa mandeha amin’izao ny fizarana vola ireo ben’ny tanàna manerana ny nosy mba hiakatra hanampy ireo mpamono afo eto Antananarivo ka hampijolofotra ny hetsik’ireo depiote 73 amin’io fotoana io. Nanamafy ny depiote Hanitra Razafimanatsoa fa efa fitadiavana lojikam-pifandonana ity kasain’ny HVM hatao ity ary dia tsy ho tompon’andraikitra amin’izany ny mpitolona sy mpitari-tolona etsy Analakely. Tsy mbola fay ny fahafaham-baraka efa nahazo azy hatramin’izay ve ny HVM ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Famorim-bahoakan’ny HVM amin’ny sabotsyFizaram-bola tahaka ny mahazatra no hiseho eny

Mitohy hatrany ny fanehoan-kevitra politika manoloana ny savorovoro eto Madagasikara.

 “Tsy fotoanan’ny fampisehoan-kery intsony izao sady fantatra hatrany fa fizaram-bola tahaka ny fomba fiady fanaon’ny HVM no hiseho eny Antsonjombe”, hoy Andriamatoa Alexandre Georget filohan’ny antoko Maitso manoloana ny hetsika fihaonam-be karakarain’ny HVM.  Izao savorovoro izao dia noho ny tsy fanarahan-dalàna nataon’ny mpitondra fanjakana tamin’ny fandaniana bontolo ny lalàm-pifidianana izay mifanohitra tanteraka amin’ny lalàmpanorenana. Tsy mahagaga amin’izao fotoana izao raha ny fialan’ny filoham-pirenena mihitsy no angatahana satria ankoatra ny  famonoan’olona nataony dia nisy ny tsy fanajana demokrasia izay nanakana ny fanehoan-kevitra malalaka amin’ny zavatra tsy mety amin’ny firenena. Ao anatin’ny fitsipika anatin’ny antenimieram-pirenena no tokony hanaovan’ny depiote tatitra amin’ny vahoaka saingy nosakanana. Ankoatra izay, tsy voapetraka mihitsy ny fitsarana ambony izay tokony ho napetraka 12 volana taorian’ny nanaovan’ny filoham-pirenena fianianana. Noho izany, mila mametra-pialana ny filoham-pirenena. Raha tsy izay dia ampiharina ny andinin-dalàna faha-54, izany hoe ny parlemantera maro an’isa no mahazo ny toeran’ny praiminisitra handehanana amin’ny fifidianana mirindra tsy misy korontana, hoy hatrany ny filohan’ny antoko Maitso. Hampiharina koa ny lalàna mifehy ny antoko politika amin’ny fifidianana. Manoloana ny fidradradradrana fa manana depiote maro an’isa 79 ny HVM dia fantatra fa solombavambahoaka namadika ny antokony daholo ireo ka ilaina ny fanaovana ny lalàna mifehy ny antoko politika mba tsy hamadibadika palitao tahaka ireo depiote HVM ireo.

Tsiry sy Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Politika malagasy Mizotra amin’ny fivoizana olom-baovao foana

Olom-baovao ny filoham-pirenena Didier Ratsiraka tamin’ny taona 1975. Toy izany koa ny Profesora Zafy Albert ny taona 1991. Marc Ravalomanana tamin’ny 2002.

 

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza mahatsiravina teny TsiazotafoOlona 4 maty tototry ny tany

Olona 4 no indray maty tetsy Tsiazotafo ampitan’ny tranomabrotra Venic omaly tolakandro vokatry ny firodanan’ny trano iray an-dalam-pananganana.

 

Teo am-pangadiana fototra, izay lavaka be izay nisy efa hatrany amin’ny 6 metatra no nisian’ny firodanana tampoka, ka nahavoa ny olona 6, saingy avotra soa aman-tsara ny 2, izay naratra sy voatery naiditra hopitaly ny iray tamin’izy ireo. Tototry ny tany tanteraka tao kosa ireo olona 4, izay sarotra ny nitady azy. Voasikotra vetivety kosa ilay iray naratra, izay efa any amin’ny hopitaly. Ny mpamonjy voina mihitsy no nitady sy nisikotra ireo tototra, ka ny 2 no hita voalohany, niampy iray, ka hatramin’ny omaly hariva no nikarohana ny iray hafa, izay tsy mbola hita tamin’ny fotoana nanoratana. Somary tratry ny rano ilay toerana, ka izay no mety nampalemy azy sy nahatonga ny firodanana, raha ny fanazavan’ireo mpiasa teny an-toerana. Niteraka fitohanan’ny fifamoivoizana teny an-toerana, indrindra fa ho an’ny fiara saika hihazo an’i Soarano sy ny manodidina moa ity loza niseho ity. Mikasika io trano io, raha ny fikaroham-baovao tsotsotra, trano efa tranainy no teo ary novidian’ny sinoa, ka narodana ary izy saika havaozina iny no izao nitera-doza izao. Re anefa fa tsy milamina loatra ny momba io trano io satria mbola misy adiady mikasika azy. Andrasana ny fanadihadiana lalina manoloana ity loza mahatsiravina namoizana ain’olona efatra ity.

Toky R

 

Madonline0 partages

Recensement général de la population

25 ans après le dernier recensement général officiel de la population de Madagascar, une nouvelle opération de recensement est programmée du 25 mai au 10 juin 2018 sur l’ensemble du territoire de la Grande Ile.

L’opération va mobiliser à peu près 45 000 agents recenseurs à travers le pays, grâce à la contribution des partenaires techniques et financiers de Madagascar, sous la houlette du Fonds des nations Unies pour la population (FNUAP). L’Institut national de la statistique (INSTAT) de Madagascar a souhaité lancer cette opération depuis des années, mais il a fallu l’implication des partenaires internationaux pour y parvenir, faute de budget.

Le premier recensement de la population malgache depuis l’indépendance a eu lieu en 1975. Un peu plus de 7 millions d’habitants ont été recensés à travers la Grande Ile à cette époque. Le deuxième recensement de 1993 a ressorti un peu plus de 12 millions d’habitants dans tout Madagascar.

Depuis le dernier recensement, l’INSTAT s’est basé sur des projections pour évaluer le nombre de la population malgache. Le nombre des habitants de Madagascar est estimé actuellement autour de 25 millions sur la base de ces projections, mais l’incertitude est réelle surtout au bout de plusieurs années de campagne de limitation des naissances à travers le pays, notamment dans le cadre des actions de la lutte contre la pauvreté. Seul le recensement général de la population sur le terrain permettra de dégager une nouvelle clarification ou une confirmation des projections établies au cours des derniers temps.

Tia Tanindranaza0 partages

Seranan-tsambon’i ToamasinaMandringa ny asa

Raha jerena ety ivelany dia mihodina hatrany ny raharaha famoahana entana eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina, na eo aza ny fitokonan’ireo mpiasan’ny fadintseranana sasany noho ny fisian’ireo inspektera sy ireo mpiasa sasany mbola miasa.

  Miteraka fatiantoka hatramin`ny 4 lavitrisa Ariary isan`andro ho an`ny fanjakana, famonoana an`ireo mpandraharaha sy mpanjifan’ny ladoany ny zava-misy izao kanefa toa misy no mahazo vahana ny hafa manoloana ny toe-draharaham-pirenena.

 

 

Mitsitaitaika

Ny tena mizaka ny tsy eran’ny aina amin’izao zava-misy eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina izao dia ireo mpandraharaha sy ireo mpanafatra entana ary ireo “transitaires - concessionnaires” misahana ny famoahana ny entan’ireo mpanjifany sy ireo sambo mpitondra entana izay tena miantoka ny fampidiram-bolam-panjakana. Nandritra izay nisian’ny fitokonanan’ny mpiasan’ny fadintseranana izay zon’izy ireo amin’ny maha olom-pirenena azy ireo, dia mitsitaitaika ny fivoahan’ny entana eo anivon’ny seranan-tsambo. Lasa mampitombo ho avo roa na telo heny amin’ny asa ataony izy ireo amin’ny famoahana na fampidirana kaontenera na entana iray kamiao. Manginy fotsiny ny vola amboniny tsy maintsy mivoaka amin’izy ireo isan’andro noho ny saran’ny fijanonan’ny entana eo anivon’ny seranan-tsambo sy ny sazy mihatra noho ny fahataran’ny sambo izay maro ireo miantsona afovoan-dranomasina noho ny zava-misy, izay tsy maintsy aloa amin’ny vola vahiny avokoa. Misy ihany koa ireo lava tanana sy manamboninahitra ambony mamoaka ireo entana toy ny tamin`ny andron`ny tetezamita. Ohatra ny taona 2012, mamoaka kaontenera an-tsokosoko eo anivon`ny seranantsambon`i Toamasina (SPAT) ny miaramilan`ny FIS (Force d`Intervention Speciale). Tamin`ny volana aprily lasa teo,  nahoraka ny famoahana entana nataon`ny teo anivon`ny zandarimariam-pirenena.

 

Fatiantoka ho an`ny mpandraharaha

Raha ny vaovao voaray farany anefa, sahirana maro ireo mpanafatra entana avy any ivelany amin`izao fotoana. Maro mpandraharaha izay mandray anjara amin`ny hetsika “Grande Braderie de Madagascar” no tsy nahatafavoaka ny entany kanefa manomboka anio izany hetsika izany. Ho an` ireo mpanondrana entana indray, toy ny GEM manokana dia mangataka ry zareo mba ny entana haondrana no alefa satria mety hanaratsy ny fiaraha-miasa amin`ireo mpiara-miombon`antoka vahiny raha toa ka tsy voahaja ny fe-potoana nifanaovana.  Raha kamiao 300 no zakan’ny seranan-tsambo dia zara raha misy kamiao 30 no tafavoaka isan’andro mahazo ny entan’ireo mpanjifany. “Tena famonoana anay mpandraharaha sy mpanjifan’ny ladoany mihitsy ny zava-misy izao, raha sanatria ka manakatom-baravarana izahay ireto dia hanao ahoana ny mpiasa Malagasy sy ny fiainam-pirenena izay efa misaritaka ankehitriny izao ity”, hoy ireo “transitaires – concessionaires” nilazan’izy ireo ny heviny. Nohamafisin’izy ireo hatrany fa “fiaraha-miasa no tadiavinay amin’ireo mpiasan’ny fadintseranana mitokona ho tombontsoa iombonana sy ho fitsinjovana ny Malagasy”. Na izany aza, nisy ihany ny fiandrasan-draharaha tamin'ny fampandehanana ny asa tena maika eo amin`ny seranan-tsambon`i Toamasina saingy miankina amin`ny tanjaky ny gravy izany. Ny laharampahamena kosa ho an`ny mpiasan`ny ladoany dia ny entana sokajiana “denrée perissable” no tsy maintsy mivoaka satria raha simba ireny dia ny ladoany no miantoka izany ary tamin`ity krizy ity.

4 lavitrisa Ariary isan`andro no very

 

Anisan’ny miantoka ny fiainana ara-bolan’ny fanjakana ny ladoany Toamasina noho izy mampiditra ny 70% ny volam-panjakana hahafahan’ny mpitondra migalabona amin’ny volam-bahoaka sy fampihodinana ny raharaham-panjakana. Marihana fa 80% ireo mpandraharaha dia tsy maintsy mandaloeo amin`ity serantsambon`I Toamasina ity hany ka tsy maintsy misy fiantraikany amin’ny tahirim-bolam-panjakana ny zava-nisy eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina efa ho iray volana izao ity. 90% ny zavatra ilaintsika eto Madagasikara ihany koa dia miditra ao Toamasina avokoa, izany hoe “toerana stratejika” ny seranan-tsambon`i Toamasina. Rehefa tsy miasa indray andro ny seranan-tsambo dia misy fatiantoka 4 lavitrisa Ariary eo amin`ny kitapom-bolam-panjakana. Ny angom-baovao no nahalalana fa ny ampahefatry ny tanjona amin’ny fampidiram-bola napetraka monja no tratran’ny ladoany izao. Manampy trotraka izany ny mbola fitokonan’ny mpiasan’ny sampan-draharahan’ny hetra. Tsy mampiova ny asa aman-draharahan’ny Spat amin’ny maha mpisahana ny fitantanana ny seranan-tsambo azy anefa ny zava-misy eo anivon’ny ladoany izao, satria mitohy hatrany ny asany andavanandro. Ny ezaka amin’ny fanitarana no resahina izay heverina fa hatomboka ny volana jolay izao ny ampahan’ny asa voalohany dia mandeha tsara, efa saika tonga eo anivon’ny seranan-tsambo ihany koa ireo ekipan’ny JICA mpamatsy ny vola.

 

Lasan-ko vavany fotsiny

Anisan’ny orinasa mahazo tombony betsaka amin’izao zava-misy eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina izao ny orinasa Mictsl misahana ny fitantanana ireo kaontenera miditra sy mivoaka ao aminy. Tsy misy fihantrana mihitsy izy ireo amin’ny saram-pijanonan’ny entana tavela ao amin’izy ireo, na misy avy amin’ity orinasa ity ihany koa aza ny fitarazohana amin’ny famoahana entana misy noho ny tsy fahampian’ny fitaovana eo am-pelatanany amin’ny fisahanana ny mpanjifany. Tsy misy ny vahaolana maharitra fa lany andro amin`ny famahana olana vonjimaika hatrany izay voakasik`ity olan`ny orinasa MICTSL ao amin`ny seranan-tsambon`i Toamasina. Taorian`ny fitokonana nataon`ny mpamily fiarabe farany teo ka nisian`ny fivoriana maika ary nahitana vahaolana vonjimaika dia nikendrena fotsiny amin`ny fotoana handehanan`ireo mpamily fiarabe nitarika ny fitokonana ny fampiharana ny famahana ny olana. Hatreto, tsy misy tohiny ny raharaha. Na ny naoty ho fampahafantarana ireo tompon’entana haka ny entany mihitsoka ela loatra eo anivon’ny seranan-tsambo aza araka ny vaovao tsy mbola nisy, hany ka mbola maro amin’ireo kaontenera 2.174 nijanona ela loatra teo anivon’ny seranan-tsambo mbola vitsy no nalain’ny tompony, manginy fotsiny ireo kaonteneram-bary an’arivony izay efa miditra amin’ny fahaloavany tsy misy mpaka noho ny olana ara-bola amin’ny fidangan’ny saran’ny famoahana ny entana noho ilay saram-pijanonany teo anivon’ny Mictsl sy izany vola 2.000 dolara isaky ny kaontenera takian’ireo mpanafatra vary izany. Ankoatra ny fahoriana mahazo ireo “transitaires – concessionaires” sy ireo mpandraharaha ary ireo mpanafatra entana amin’ny fitokonana efa ho iray volana izay, dia manampy trotraka ny olana sedrain’izy ireo koa ny zava-misy eo anivon’ny orinasa Mictsl. Miezaka mangataka fifampiresahana mikasika ity raharaha ity koa izy ireo saingy ampifilafilaina ihany koa ankehitriny, koa ho hita eo indray izay ho tohin’ny raharaha.

Rakoutou sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana “TSMA” ToamasinaMitohy ny fanampiana ara-tsosialy fanaony

Miezaka hatrany amin’ny fanampiana ireo fikambanana, vondron’olona, mila fanampiana aminy ireo fikambanana samy hafa misehatra amin’ny asa sosialy eto Toamasina, na eo aza ny olana samy hafa misy ara-politika sy ara-tsosialy misy eto amintsika izao, izay tena liana amin’ny fisian’izy ireo.

 

 Ho an’ny fikambanana Tanora Sahy mandray Andraikitra, “TSMA”, izao dia nisy ny fanomezana sy fanolorany fanomezana samy hafa ireo vondron’olona sy fikambanana niangavy fanampiana tamin’izy ireo. Anisan’izany ny Fikambanana Teraky Ford Dauphin ao Toamasina, “FITEFATO”, izay hanao ny fifampiarabany noho ny taona vaovao; ny Fikambanan’ny Ampelan’Androy hanomana fetim-biaviny; ny Fifanampian’ny Teraky Betsileo, “FITEBE”, izay hanomana ny taom-baovaony ary ny Fikambanan’ny Zafisoro eto Toamasina hifampiarahaba noho ny fahatrarana ny taona vaovao 2018 ihany koa; izay samy notoloran’ny fikambanana “TSMA” vary avokoa mba hahafahan’izy ireo miatrika am-pifaliana ny fetin’izy ireo avy araka ny fangatahan’izy ireo. Tsy adino koa anefa ireo vondrona tanora samy hafa, ka notoloran’ny fikambanana vola hahafahany miatrika ny fiatrehany ny fiadiana ny tompondakan’i Madagasikara amin’ny Basket-ball U20 atao eto Toamasina ny ekipan’ny “Squad” lehilahy; nahazo fanamiana fitondra milalao baolina kitra kosa ny ekipan’ny “Scorpion” Tanambao V. Ankoatra izay dia efa manomana ny ho fahatongavan’ny fetim-pirenena 26 jona 2018 amin’ny fanampiana ireo fianakaviana sy ireo ankizy avy amin’ny fianakaviana marefo koa izy ireo ankehitriny.

 

Rakoutou

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

NIGADRA NOHO NY FACEBOOK

Olona iray no nigadra roa taona an-tranomaizina noho ny fanaovana « compte fake » amin’ny tambajotra sosialy Facebook. Izany dia taorian’ny fitorian’ny fikambanan’ny teratany indiana (CFOIM) eto amintsika noho ny fandranitana ny olona hankahala azy ireo. Nosamborina ny olona voakasika ary nidoboka am-ponja izy taorian’ny nitsaràna azy.

TRANO NIRODANA NAMONO OLONA

Olona telo no efa hita faty noho ilay firodanana rindrina tetsy Behoririka omaly tamin’ny mitatao vovonana. Mbola tsy hita kosa ny fahefatra farany. Raha tsiahivina dia tany mbola hiadivana no nananganan’ny sinoa trano. Mody natao takona ny rindrina manoloana kinanjo ny tao ambany efa lavaka enina metatra ary efa vita fototra roa metatra. Ireo mpanamboatra no niharan-doza omaly ka efatra no maty hatramin’ny fotoana nanoratana.

MPIANATRY NY LTC HADIHADIAN’NY POLISY

 Manao tohivakana ny fihainoana ireo mpianatry ny lisea LTC taorian’ny nahafaty ilay « surveillant » an’ny lisea Rabearivelo tamin’ny herinandro lasa teo. Ny polisy etsy Tsaralalàna no miandraikitra ny fanadihadiana amin’ny mbola maha-tsy ampy taona ireo tanora mpianatra. Raha tsiahivina dia lalao basket izay nokarakarain’ny Bianco no nivadika sakoroka ny lalao famaranana ary io tonga hatramin’ny fahafatesana mpanabe io.

AFRIKANINA NITONDRA BAOMBA

Tsy ny borigady misahana ny heloka bevava na BC eo anivon’ny polisy irery intsony no miandraikitra ny famotorana ireo afrikana roa lahy izay nahatratrarana baomba tetsy Analakely. Lasa ny vondrona iraisana na « cellule d’enquête mixte » tarihan’ny zandarimariam-pirenena no misahana ny fanadihadiana. Fanohintohinana ny filaminana anatiny no vesatra mianjady amin’ireto vahiny saika nahavanon-doza ireto.

VONO OLONA

 Tompon’ny fivarotana vary mitsangana ao anatin’ny fivarotam-boky Ambohijatovo no nisy naka an-keriny raha vao avy naka vola izay maty ny andron’ny alahady teo.. Raha ny fanazavana azo dia vola mitentina efatra hetsy ariary no nalain’ireo jiolahy ka namonoana azy. Izy efa nifatotra tetsy Analakely ka natsipy tao anaty lakan-drano no hitan’ny olona ny alatsinainy lasa teo.

FANAFOANANA NY ZES

Sampan-draharaha telo karazana dia ny fananan-tany, ny fandrefesan-tany ary ny fanajariana ny tany no mitokona 100% manerana ny nosy. Mangataka izy ireo ny hanafoanana ny lalàna momba ny ZES, ny mba hitarihan’ny teknisiana ny minisiteran’izy ireo ary ny fampiatoana ny lalàna rehetra momba ny fananan-tany mba hialàna amin’ny fanararaotam-pahefana. Kely sisa izany dia hikatso tanteraka ny raharaham-panjakana rehetra raha mbola miziriziry ihany ny mpitondra ankehitriny.

BANKY IRAISAM-PIRENENA

Vola mitentina 75 tapitrisa dôlara no nampindramin’ny banky iraisam-pirenena ny fanjakana Malagasy ary hotantanin’ny minisiteran’ny fanajariana ny tany. Izany dia entina hanamboarana fotodrafitr’asa mba ho fanatsaràna ny tanànan’Antananarivo ka ny boriborin-tany voalohany sy fahefatra no hisitraka voalohany. Mipetraka ny fanontaniana hoe fanjakana efa ho rava ve no mbola vatsian’ny banky iraisam-pirenena vola ? Ny kaominina anefa etsy andaniny mila izany ary mbola misy herintaona ny fotoam-piasan’ny ben’ny tanàna…

HCC AMBOHIDAHY

Mitodika tanteraka any amin’ny HCC ny mason’ny depiote ho an’ny fanovàna ary nolazain’izy ireo mazava fa tompon’andraikitra tanteraka sy feno amin’ny fivoahana amin’ny olana na tsia io rafi-pitsarana io. Mahakasika ny feo izay mandeha fa hanangana fitsarana ambony ho an’ny mpitondra na Haute Cour de Justice ny fitondràna amin’ny zoma ho avy izao, nilaza ireo depiote fa tsy hampiova ny tolona izay hataon’izy ireo izany satria efa tara loatra.

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana fanafodyMisy olana kely ny toerana sasany

Ankoatra ny fitadiavana ny sakafo dia anisan’ny olana goavana iray sedrain’ny mponina ihany koa ny tsy fisian’ny fanafody eny amin’ny toeram-pivarotana voatokana ho amin’izany, indrindra ho an’ireo manana ny marary.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vinaninkarena AntsirabeRongony 30 kg saron’ny zandary

Rongony nilanja 30 kg indray no saron’ny zandary avy amin’ny BPR “ Brigade de la Police Routière” Antsirabe, nialoha kely ny fetin’ny Pentekosta teo.

  Niainga tany Ihosy ireto rongony ireto ary nokasaina haondrana eto Antananarivo izao tra-tehaky ny zandary izao. Olona tsara sitrapo no nampandre mialoha ny mpitandro ny filaminana ny fisian’ny entana tao anatin’ilay sprinter nitondra azy. Natao tsara fono tao anaty gony ary avy eo dia mbola nofonosina harona plastika sy nogejaina mafy tamin’ny alalan’ny scotch ihany ireo rongony. Marihina anefa fa misy ny anaran’ny tompon’entana avokoa ny entana rehetra mifatotra any ambony mba hisorohana ny fivadihan’ny entana. Nahagaga fa ireo rongony ireo dia tsy mba nisy anarana sy famantarana mihitsy, ary nohodidinina entana maro, sy natao tao afovoany indrindra, izany hoe tsy ho tazana mihitsy raha topazana maso ivelany fotsiny. Rehefa nohadiadiana moa dia mpivady no tompon’ny entana ary tsy nandà izy ireo saingy nambarany fa niray tendro tamin’izy ireo ny mpamily ilay taksibrosy amin’ny hitondrana ireo rongony ireo. Voalaza fa anisan’ireo rongony avo lenta sy lafo vidy, hono, ity tra-tehaka ity, ary nambara fa 5 hetsy no nividianan’ilay mpivady azy tao Ihosy ary 360 000 kosa ny sarany nitondran’ilay fiara azy miantoka ny hahatongavany eto Antananarivo. Io no mahagaga sy mahalasa saina fa toa ao Antsirabe avokoa no hahatrarana ireo mpanao afera ratsy mampiasa ny lalam-pirenena faha 7 iny ary misy mihitsy aza ny sahy milaza fa vao afaka an’Antsirabe ny entana tsy ara-dalàna dia malalaka ny ahatongavany amin’izay alehany.

Caius R

 

Tia Tanindranaza0 partages

La grande braderie de MadagascarNisy indray ireo mpandray anjara tsy afa-nihetsika

Nisokatra nanomboka omaly etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina, ilay hetsika « La grande braderie de Madagascar » natokana ho an’ny fetin’ny reny, karakarain’ny Madavision.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety N1 B vehivavy sy U 20 zatovolahyMiditra amin’ny lalao 1/8-ndalana anio ny U 20 lehilahy

N1B Vehivavy VBCM Betsiboka # ASCUT Atsinanana  (36-66)ABBS Analanjirofo # CRJS Atsinanana  (67-56)AS EMMA Haute Matsiatra # ANKARATRA Vakinakaratra  (38-63)

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny aretina tazomokaNorarahana ranom-panafody ny tao Ambohijanaka

Mbola mahazo vahana ny aretina tazomoka eto amintsika. Raha tsiahivina, mbola nahatratra sivy ireo olona namoy ny ainy vokatr’ity aretina iray ity hatramin’ny fiandohan’ny taona ka tany amin’ny faritra avokoa ny ankamaroan’izy ireo.

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Barean’i MadagasikaraHanainga anio ho atsy Afrika Atsimo

Araka ny fantatra dia hanainga anio ho atsy Afrika Atsimo hiatrika ny fifaninanana baolina kitra “Cosafa Cup 2018” ny Barean’i Madagasikara.

Tia Tanindranaza0 partages

“Rallye Motul 1ère edition”Dingana 1 amin’ny tompondakan’i Madagasikara 2018

Mahatratra 41 ireo fiara handray anjara amin’ny “rallye Motul 2018” ho tanterahina eto Antananarivo ny 25,26 ary 27 mey ho avy izao.

 

Tia Tanindranaza0 partages

MBS AnosipatranaManomboka ny asa fanatsarana

Manomboka ny asa fanatsarana ny orinasan-tserasera Malagasy Broadcasting System (MBS) eny Anosipatrana ankehitriny.

Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra SolonandrasanaNizara vary sy menaka ho an’ny mpino Silamo

Nanolotra vary 100 kitapo, lafarina 49 kitapo, siramamy 50 kitapo ary menaka 100 litatra, ho an’ireo mpino silamo ao amin’ny Mosquée 67 Ha ny Fitondram-panjakana, ka ny Praiminisitra, Lehiben’ny Governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier, narahina Mpikambana sasantsasany ao amin’ny Governemanta no solon-tena tamin’izany omaly.

 

Noho ny volana Ramadany, izay fotoana manan-danja tokoa amin’ny mpino silamo satria fotoana ibebahana sy angataham-pitahiana amin’i Allah na Andriamanitra no antony, ka niarahabany ny mpino silamo rehetra. Manohana ny tsara sitrapo rehetra izahay eo amin’izay finoana an’Andriamanitra tokana izay. Mirary soa ho an’ny mpino Silamo mba hahavita ny adidy amin’izao fotoana izao”, hoy hatrany ny praiminisitra. Nitondra hafatra ho an’ny vahoaka Malagasy ihany koa ny tenany, izay nilaza fa “miasa ny Governemanta, ary hitodiako amin’ny vahoaka Malagasy rehetra, mbola tsy vita akory ny asa, mbola ao anatin’ny fanaovana ezaka tanteraka ny fitondram-panjakana amin’izao fotoana izao…hoy izy”Manaraka izay dia “mitondra fitoniana ny Governemanta, mpampihavana ihany koa ny Governemanta, ary eto aho dia manentana antsika rehetra mba hiaina ao anatin’izany fampihavanana izany, hiaina ao anatin’ny firaisankina”. Ary farany dia himasoan’ny Governemanta ny fanomanana rehetra mba hahatongavantsika amin’ny fifidianana. Tapitra ny fe-potoam-piasan’ny Filoham-pirenena ankehitriny, ka manao antso avo amin’ny vahoaka aho, fa manana zo hisitraka izay fotoam-piasany izay hatramin’ny farany ny Filoham-pirenena ka tsy tokony ho korontanina, aoka hamita izany izy ary hiroso amin’ny fifidianana isika, hoy hatrany ny Praiminisitra. Hahavita inona intsony moa na havela eo aza, fa ny fampanantenana poakaty, toy efa natao no hatao. Ny resaka fifidianana indray, tsy ny governemanta Mahafaly Olivier intsony no heverina fa hampisy ny mangaraharaha na inona na inona hambara.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny orinasa FanalamangaManohana ny tolona saingy manohitra ny fanakatonana ny orinasa

Nivoaka tamin’ny fahanginany omaly ireo mpiasan’ny orinasa Fanalamanga maro isan-tsokajiny manoloana ny zava-misy ankehitriny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vondron’ny mpiasan’ny JIRAMA“Efa mandeha ny famarotana tsikelikely ny orinasa”

Omaly no nanao fanambarana tetsy amin’ny hotely Ny Railovy tetsy Andohanan’Analakely ireo vondron’ny mpiasan’ny JIRAMA.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Parlemantera HVMMaika amin’ny fifidianana

Miaro mafy ny filoham-pirenena ireo vondron’ny parlemantera HVM ary manizingizina fa fifidianana ihany no vahaolana amin’izao krizy izao;

Marigny A.

 

Midi Madagasikara0 partages

Amnesty International : Contre la confirmation de la condamnation de l’écologiste Raleva

En réaction à la décision de la Cour d’Appel de Fianarantsoa de maintenir une condamnation à deux ans de prison avec sursis contre le défenseur des droits humains, Raleva pour avoir contesté la légalité des activités d’une compagnie minière chinoise d’extraction d’or, Deprose Muchena, directeur du Bureau d’Amnesty International pour l’Afrique australe, a déclaré : « En maintenant le chef d’accusation ridicule d’ « usurpation de titre » contre Raleva, le tribunal a confirmé nos pires craintes, telles qu’à Madagascar le prix à payer pour contester les grandes entreprises est élevé ». Sa déclaration soutient alors que Raleva n’est pas un criminel. Ce directeur estime que cette condamnation avec sursis a pour but de le réduire au silence et d’envoyer un message effrayant aux autres militants qui œuvrent en faveur des droits humains et de l’environnement. Ainsi, il invite les autorités malgaches à protéger les militants comme Raleva, qui se battent pour préserver les ressources naturelles du pays pour les générations futures . « La condamnation prononcée contre Raleva doit être annulée et toutes les charges retenues contre lui doivent être abandonnées», a-t-il conclu.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Biodiversité : Bilan mitigé, 25 ans après l’entrée en vigueur de la Convention sur la diversité bio...

Madagascar est réputée pour sa biodiversité extrêmement riche, mais celle-ci est fortement menacée.

Il y a 25 ans, la Convention sur la biodiversité biologique entre en vigueur en vue d’une meilleure conservation de la biodiversité, une utilisation durable de celle-ci et un partage équitable des avantages qu’elle génère.

 1993-2018. Vingt-cinq ans après l’entrée en vigueur de la Convention sur la diversité biologique, ratifiée à ce jour par 196 pays, l’on se rend compte que les activités humaines continuent toujours de nuire à la biodiversité, faisant de l’humain, l’être vivant le plus destructeur au monde. La Convention sur la diversité biologique, instrument légal international permettant d’accompagner l’atteinte des objectifs de conservation de la biodiversité, d’utilisation durable des ressources et de partage équitable des avantages qui en découlent, a, toutefois, ouvert la voie à des avancées significatives. Elle a notamment permis d’élaborer les orientations scientifiques pour  la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité. Cette Convention a, par ailleurs conduit à l’entrée en vigueur du Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation. Parallèlement, des stratégies nationales et des plans d’actions nationaux ont vu le jour et ont été développés au niveau de chaque pays.

 Objectifs d’Aichi. L’adoption du plan stratégique 2011-2020 pour la biodiversité a permis la réalisation de quelques-uns des Objectifs d’Aichi pour la biodiversité, en vue d’établir des objectifs nationaux et régionaux, en cohérence avec les principaux objectifs de la Convention.

Ce plan stratégique décennal conduit alors vers la prise de décisions, traduisibles en mesures urgentes pour mettre un cran d’arrêt à la dégradation de la biodiversité, laquelle n’a cessé de s’appauvrir. A l’horizon 2020, les écosystèmes devraient être « résilients et continuent de fournir des services essentiels, préservant ainsi la diversité de la vie sur Terre, et contribuant au bien-être humain et à l’élimination de la pauvreté ». A deux ans de l’échéance, l’atteinte de ces objectifs n’est pas encore acquise.

Le 25e anniversaire de la Convention est alors une occasion pour dresser le bilan complet des réalisations et des avancées par rapport aux objectifs fixés au niveau national, régional et mondial. Rappelons que la Conférence des Nations Unies sur la diversité biologique aura lieu en novembre 2018 à Sharm El Sheikh, en Egypte.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Andravoahangy : Mpibata entana eo an-tsena tratra nangarom-paosy

Tovolahy iray 18 taona antsoina hoe Tojo no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faha-3 teny Andravoahangy ny sabotsy 19 may teo am-pangaronam-paosy. Ny marainan’io sabotsy ankatoky ny fety io, tamin’ny 6 ora maraina, dia tsikaritry ny polisy ity tovolahy ity nanara-dia tovovavy kely 13 taona mibaby kitapo  niara-niantsena tamin’ny reniny. Raha mbola samy variana iny izy mianaka dia nobedain’i Tojo ny Kitapo teny amin’ilay zazavavy kely ary lasa izy nitsaoka . Taitra tamin’izany fihetsik’ity tovolahy ity izany ilay renim-pianakaviana ka niantso vonjy mafy . Nisy avy hatrany ny olona teny an-toerana nanenjika ity tovolahy ity raha vao nandre ny antso vonjy nataon’ilay ramatoa, saingy tsy lavitra teo ihany koa ny Polisy ka tsy nampanano sarotra ny nisamborana ity olon-dratsy ity. Nandritra ny fanadihadiana azy no nahalalana fa mpibata entana eo an-tsena ny asany. Efa mpamerin-keloka ny tenany satria dia efa nifonja nandritra ny herintaona teny Antanimora izy ny taona 2017 noho ny resaka harom-paosy hatrany. Naverina any am-ponja avy hatrany i Tojo rehefa natolotra ny fampanoavana ny talata teo.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tennis de table : Pour plus de préparation physique

Rideau sur le championnat de tennis de table de la section. Les résultats sont là. Les meilleurs ont réussi à émerger. D’autres ont trébuché en cours, mais la remarque du président de la section Charles Edouard Rajosoa donne à réfléchir « le manque de conditions physiques est palpable. Il y a une faible performance lors des finales dans toutes les catégories ». En tant qu’ancien compétiteur et dirigeant, il a l’œil. Ceci n’est pas pour critiquer, mais pour améliorer les performances tananariviennes. « Merci aux 12 clubs ainsi qu’aux joueurs de Tana. Au président aussi de ne pas oublier ceux qui l’ont appuyé. Je remercie aussi nos partenaires de la Métropole à savoir l’agence Cap Madagascar particulièrement Rabarijaona Zo, les magasins Multiset et Friendships pour l’octroi de trophées et divers lots, le club de Tennis de Table Puteaux et Rouen ainsi que la Mairie de Puteaux, les expatriés internationaux Toanina, Doda, Mamy etc. Sur place, la contribution de la Fédération nous a permis de jouer au palais pendant 3 jours. De même, merci au DTN Tahiry de nous avoir donné les tables et les pare/balle ».

Résultats

1ère série homme Eric (Jovena)

2ème serie Andoniaina (Ostie)

3ème série Nicky (Aro)

1ère série dame Rondro (Jovena)

Cadet Nicky (Aro)

Minime Ron (Aro)

Equipe homme Jovena

Equipe dame Jovena

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Ambohijatovo : Mpivarotra hani-masaka voatafika

Ny alahady teo no nitranga ny asaratsy. Raha nandalo tao amin’ny tsenany izay ao anatin’ny fivarotam-boky ao Ambohijatovo ny lehilahy iray manodidina ny 30 taona ka naka ny vola maty, nisy nanaraka avy hatrany izy nony avy eo. Tsy fantatra ny toerana nisintoman’ireo olona azy sy ny vola teny aminy. Efa izy naratra mafy no nisy nahita nifatotra tetsy Analakely ny marainan’ny alatsinainy. Mbola nahavita nampandre ny mpiasany tao amin’ny fivarotana etsy Ambohijatovo izy dia torana tsy nahatsiaro tena nanomboka teo ary nampidirina hopitaly avy hatrany. Nalaza eraky ny tsenam-boky sy solomaso ary hani-masaka ny zava-nitranga ary natahotra ny olona satria efa misy manara-maso koa izany ny fivezivezin’ny vola ao amin’io toerana io. Tranga izay mbola tsy nisy toy izany hatrizay, raha araka ny fanazavan’ny mpivarotra iray ao an-toerana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Recensement général de la Population et de l’Habitat : Lancement officiel du dénombrement ce jour

La conférence de presse d’hier au qg du RGPH3.

La phase de dénombrement du RGPH3 (troisième Recensement général de la Population et de l’Habitat) commence officiellement ce jour, après la phase de numérotation des habitations qui a débuté le 18 mai dernier.

26 millions de dollars ont été engagés et 45.000 emplois créés dans ce long processus qu’est le RGPH3. Sachant que le dernier RGPH de Madagascar date de 1993 (alors qu’il est recommandé de faire un recensement général tous les 10 ans), ce RGPH3 se doit d’être exhaustif, comme l’ont souligné les responsables au niveau de l’INSTAT (Institut national des Statistiques) lors d’une conférence de presse au quartier général du RGPH3 à Anosizato. Exhaustif, c’est-à-dire qu’il devrait fournir, non seulement des chiffres, mais des données exploitables dans l’interprétation des phénomènes socio-économiques affectant la Grande  Ile ; et aussi et surtout des outils de décision quant aux projets de développement à mener.

Inadéquation. Rappelons que ce RGPH concernera les 22 régions, les 24 préfectures, les 119 districts, les 1.727 communes et les 18.251 « fokontany » composant Madagascar. Justement face à cette envergure, des questions se posent quand même quant à l’existence de nombreuses zones enclavées et au problème de l’inadéquation des chiffres officiels et des réalités du terrain (caractéristiques des enquêtes socio-démographiques en Afrique selon une étude récente (2017) concernant l’administration publique). Selon M. Razafimanantsoa,  coordonnateur du RGPH3 auprès de l’INSTAT, les localités enclavées disposent déjà de leurs agents recenseurs opérationnels sur le terrain. Et pour une meilleure adéquation entre les données réelles et celles fournies par le recensement, ces agents ont reçu des renforcements de capacité en amont.

Mobilité urbaine. La question de la mobilité urbaine et celle des sans- abri est également incontournable, étant donné que ceux-ci figurent aussi dans les sujets à recenser. A ce propos, le coordonnateur informe que plusieurs concepts seront mis en œuvre dans le cadre du recensement, dont notamment le « concept de résidence » prenant en compte les résidents absents, les résidents présents et les résidents secondaires. Par ailleurs, il convient de noter que le premier jet de résultats du RGPH3 se déroulant du 18 mai au 10 juin sera disponible trois mois après le 10 juin.

Cadre législatif. Notons que trois décrets forment actuellement le cadre législatif régissant le RGPH3 : le décret n° 2015-096 datant du 10 février 2015 ; le décret n 14 186/2015 datant du 15 avril 2015 et le décret 2018-0004 datant du 12 avril 2018. Ce décret composé de 75 articles apporte trois grandes innovations dans la réglementation des activités statistiques à Madagascar, notamment : la prestation de serment des agents statisticiens, l’existence de pénalités administratives et financières ; et l’institution d’un Conseil national de la Statistique. Soulignons au passage que la conférence de presse d’hier fut une occasion pour les responsables au sein de l’INSTAT de démentir la rumeur selon laquelle les agents recenseurs n’ont pas perçu leur salaire : « Effectivement une interruption a été observée momentanément pour cause de mise à jour de la liste ; mais le paiement a repris hier. » a souligné le coordonnateur de cette institution.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Eau : Période d’étiage

Nous entamons actuellement la période d’hiver austral. Froid et baisse du volume de précipitations, voire absence de pluies rythmeront les mois à venir. Nous entamons ainsi une période d’étiage au cours de laquelle les débits des cours d’eau atteindront leur niveau minimal. On se le rappelle, au début de l’année 2017, la Capitale a assisté à une « sécheresse » particulièrement marquée par le tarissement de l’Ikopa, que l’on traversait d’une rive à l’autre, à pied ! Cette année, les deux premiers mois, c’était plutôt l’inverse. Ce qui ne nous met pas pour autant à l’abri d’un problème de manque d’eau, période d’étiage étant. Aussi est-il plus judicieux d’utiliser l’eau de manière plus rationnelle, en évitant les usages excessifs comme les remplissages de piscines, les arrosages répétés, les lavages à grande eau des terrasses et des véhicules, préférant plutôt les seaux d’eau aux tuyaux à haute pression. Bref, économiser l’eau et éviter au maximum le gaspillage de cette ressource.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Zazavavy 14 taona, noterena hanambady rangahy, nitsoaka nandositra

Fomban-tany mbola mahazo laka amin’ny foko sasany, any amin’ny faritra Atsimon’ny nosy iny, ny “valy isoke” na vady fiandry sy fampirafesana. Misy mihitsy aza mbola any am-bohoka, na vao teraka ilay zazavavy, dia efa misy lehilahy mamandrika sahady, ka rehefa manomboka misy nono mibotsina na mandeha fadim-bolana ilay zaza, dia atao amin’izay ny fomba, ary aorian’izany dia lasa vadin-drangahy rakalakely, izay tsy fantatra intsony hoe : vady fahafiry ? Vokatry ny fanambadiana aloha loatra, dia maro amin’ireo ankizivavy tsy ampy taona no lasa reny tsy fidiny, misy maty am-piterahana. Ankizivavy iray 14 taona, mpianatry ny EPP kilasy T3 no teren’ny ray aman-dreniny hanambady lahiantitra 60 taona. Tsy nanaiky izany fanambadiana terena izany sy ny tahotra hanaraka an’ity lahiantitra rakalakely, ka nitsoaka nandositra niala ny tranon-dray aman-dreniny, afak’omaly. Nilaza ity “ajampela” ity fa aleony maty toy izay hanambady an’io nahoda be io. Araka ny tati-baovao voaray farany, dia mbola tsy hita popoka hatramin’izao ny toerana misy an’ity “somondraha” ity, ary tsy fantatra ihany na maty na velona izy. Entam-barotra hitadiavan-karena sy ivelomana. Noho ny fanambadiana tsy tanteraka, dia tezitra mafy ingahibe ary nitaky avy hatrany ny hamerenana ny volany fito hetsy Ariary izay vodiondrim-barotra fehim-panambadiana. Na dia nitalaho sy niangavy mafy aza ny renin’ilay zaza fa hikaroka an-janany, dia tsy nanaiky intsony ity lahiantitra nahatsiaro tena voafitaka, izay monina any ambanivolo, 57 km atsimon’i Toliara. Raha ny fantatra, dia ny 17 mey lasa teo no najanona tamin’ny fianarana razazavavy, ary ny talata teo no tokony nanaovana ny fombafombam-panambadiana ara-drazana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

« Compte fake » : Olona iray nigadra roa taona an-tranomaizina

Mbola betsaka ihany ny misetrasetra amin’ny tambajotra sosialy ary manao fihantsiana noho ny fiheverana fa tsy mampigadra na koa tsy fahafantarana ny lalàna manan-kery. Efa maro no nidoboka am-ponja ary nisy koa aza ny voasazy an-tranomaizina. Ny farany tamin’izany dia ity olona izay notorian’ny fikambanan’ny teratany Indiana eto Madagasikara, na “Collectif des Français d’Origine Indienne de Madagascar” (CFOIM). Ny 23 febroary lasa teo izy ireo no nametraka fitoriana teo anivon’ny sampana miady amin’ny heloka anaty aterineto (service de la lutte contre la cybercriminalité) noho ny fihantsian’ny olona iray tamin’ny tambajotra sosialy. Io farany dia mandranitra ny olona mba hankahala ireo teratany indiana ary izay no tena anton’ny fitoriana izay napetraka teo anivon’ny zandary. Rehefa natao ny fitsirihana rehetra dia voasambotra tamin’ny 7 mey lasa teo ny tompon’antoka tamin’ilay kaonty miafina ary nanomboka nidoboka am-ponja, roa andro taorian’izay. Ny 18 mey teo izy no notsaraina ka voasazy roa taona an-tranomaizina. Tranga mitovy tamin’io koa  no nitranga ary mahakasika ny fanimbàna anaran’olona avy amin’ny fisolokiana ny kaonty e-mail an’ny zandarimaria. Voasambotra ny lehilahy nanao izany ary nizaka ny vokany ihany koa. Tsy vitan’izay fa momba ny depiote iray izay nisy namoaka hitam-poko hitam-pirenena ny sariny miboridana dia mbola nisy olona voasambotra sy nidoboka am-ponja koa. Tsy hiverenana intsony koa ny momba ilay mpanakanto izay nisazy herintaona noho ny famoahana sarin’olona tsy nahazoana alàlana tamin’ny facebook. Izany rehetra izany dia manazava fa mihatra sy mampigadra avy hatrany ny fikirakiràna ny aterineto ary ny facebook indrindra indrindra rehefa mihoatra ny tokony ho izy. Ny tsikaritra anefa dia mbola betsaka ireo olona tsy tonga saina amin’izany ary mihevitra fa rehefa mampiasa kaonty miafina dia afaka manao izay tiany, indrindra fa ireo mpikarama an’ady politika izay efa fantatra ny ankamaroany ankehitriny ary efa misy hatramin’ny sary aza any amin’ny tompon’andraikitra sasany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Des avancées encourageantes dans l’espace COI

Les crabes de mangrove de Madagascar (ici, du côté de Namakia), ont été au centre d’efforts particuliers initiés par un des programmes mis en œuvre par la COI pour la préservation de cette ressource, soumise à de fortes pressions.

Dans l’Océan Indien occidental, l’un des 34 points chauds de la biodiversité mondiale, les initiatives sont nombreuses et constituent même des références dans le monde. Le programme Biodiversité, résultat de la coopération entre la Commission de l’Océan Indien (COI) et l’Union européenne est l’une de ces initiatives dans la région. Ce programme contribue à la gestion durable de la biodiversité marine et côtière en faveur des populations de six pays de la région (Comores, Kenya, Madagascar, Maurice, Seychelles et Tanzanie). Entre autres, le programme soutient activement la région pour adopter des lois favorables à la conservation de la biodiversité, pour des actions en vue de gérer les espèces exotiques envahissantes dans les îles, mais également pour des actions de conservation et de restauration des récifs coralliens, des forêts, et de la faune et flore. 2,4 millions d’euros de subventions ont été alloués à 29 entités de la société civile dans le cadre de ce programme Biodiversité pour la réalisation de projets mettant la biodiversité à contribution pour la réduction de la pauvreté.

Sources de revenus. Le programme a démontré, en outre, que la conservation de la biodiversité représente une source de revenus et non une perte d’opportunités économiques. Plusieurs communautés ont vu leur revenu augmenter après avoir adopté une gestion durable des ressources naturelles : davantage de crabes de mangrove à Madagascar, de poulpes de plus grande taille à Maurice, de poissons au Kenya et en Tanzanie après restauration de la mangrove.

Le programme Biodiversité a également permis la publication du premier rapport sur l’état des récifs coralliens de la région en décembre 2017, la création du réseau des herbiers ou encore l’intégration du capital naturel dans les comptabilités nationales aux Comores (Anjouan) et à Madagascar (Nosy-Be).

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Trouver de nouvelles voies de négociation

La flamme de la contestation est toujours aussi vivace chez les manifestants de la place du 13 mai, mais ces deux mois de manifestation commencent quand même à peser sur les organismes des plus résistants. La population dans son ensemble reconnaît la justesse de  la lutte menée par le mouvement des « députés du changement », mais on n’en voit point encore d’issue pour le moment, car tout le monde campe sur ses positions. On a l’impression que le pouvoir est en train de miser sur un début de lassitude qui gagne l’opinion.

Trouver de nouvelles voies de négociation

Tout le monde a applaudi à la manière dont a été conduit ce mouvement de contestation. Après quatre années de pouvoir sans partage, le pouvoir a subi  une attaque en règle. Les députés qui ont mené la charge ont été suivis par la majorité de la population. Ces manifestations ont permis à cette dernière d’exprimer son envie de changement et ce de manière démocratique. Mais on a pu mesurer la difficulté de faire aboutir les revendications tout à fait justifiées. On a voulu qu’elles s’appuient sur des bases légales, mais les leaders du mouvement ne sont pas maîtres du temps. L’attente s’éternise. Ces derniers essaient de galvaniser les manifestants de la place du 13 mai en créant l’événement tous les jours. La machine administrative commence à être paralysée, de nombreux secteurs de l’économie commencent à en souffrir. La recherche d’une solution de crise se heurte à l’intransigeance des différents acteurs politiques. On est donc suspendu à la décision de la HCC qui tarde à se prononcer sur les requêtes qui lui ont été présentées. Le pouvoir, de son côté, essaie de convaincre de sa bonne volonté. Le chef de l’Etat n’est pas prêt de démissionner et il répète que seules les élections permettront de dénouer la crise actuelle. Il passe sous silence tous les manquements et abus de pouvoir qui ont eu lieu durant ses quatre années de présidence. Voilà où on en est actuellement.  Il est nécessaire de trouver de nouvelles voies de négociation pour une sortie de crise par le haut.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

AMORON’I MANIA : Mandrosonoro Voly voanjo « donga mena », tafakatra avo roa heny ny vokatra tamin...

Tsy mitsahatra ny miroborobo ny voly vaonjo  “Donga mena”, voly fanondrana amin’ny ilany anderefan’ny faritra Amoron’i Mania iny, fa indrindra ao amin’ny  kaominina Mandrosonoro, ao anatin’ny distrikan’Ambatofinandrahana. Fantatra nandritra  ity taom-pamokarana farany teo ity, fa tafakatra avo roa heny ny vokatra. Na dia  eo aza izany dia mitarainana ireo tantsaha mpamokatra any an-toerana noho ireo olona maro samihafa misy, toy ny tsy fahandriam-pahalemana, ny  faharatsian’ny lalana, ny fitontongan’ny vidim-bokatra ataon’ireo mpividy.

3000 taonina. Ho an’ity taom-pamokarana farany teo ity, dia nahatratra 3000 taonina ny voanjo “donga mena” ao  amin’ny kaominina Mandrosonoro, raha 1500 taonina tamin’ny taon-dasa teo iny. Fantatra ihany koa, fa ny tetikasa “AROPA” vatsin’ny BAD (Banque Africaine de Développement) no nanampy an’ireo tantsaha tamin’ny fanomezana masomboly 15 taonina sy ny fanaovana ny asa tany  amin’ny alalàn’ny “tracteur”. Mitaraina ireo tantsaha mpamokatra fa mihena ny vidim-bokatra ataon’ireo mpividy sinoa. Ireto farany izay  nanazava, fa ny mahatonga izany dia vokatry ny haba takian’ny fanjakana amin’ireo sinoa amin’ny fandefasana ny entana (exportation) izay tsy mitsahatra miakatra. Ao ihany koa ny fiakaran’ny  saran-dalàna ateraky ny faharatsian’ ny lalana, ny tsy fandriam-pahalemana.

Fifindra-monina . Noho ny fiaraha-miasa misy eo amin’ny faritra Amoron’i Mania sy ny fandaharanasa “Matoy” dia tafapetraka ao Maroanakomby-Mandrosonoro, tamin’ny taona 2014 iny,  ny toby misy ireo mpifindra monina izay tsapa fa miroborobo fatatra amin’ny lafiny fambolena sy fiompiana.. Fianakaviana an-jatony no efa nifindra monina any Maroanakomby  amin’izao fotoana izao. Mbola mitohy ny ezaka amin’izao fotoana izao ataon’ny faritra Amoron’i Mania sy ireo mpiara-miombona antoka aminy ho fanatanterahana ny politikan’ny fifindra-monina antoky ny fampandrosoana maharitra  ny faritra.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

« Nuit de référence » – Recensement : Rendez-vous devant l’INSTAT ce jour

Jaojoby, le roi du Salegy et Bakomanga, reine du « hira gasy » seront de la partie ce jour, lors de la « Nuit de référence ».

L’Institut national des Statistiques (INSTAT) ainsi que ses partenaires techniques et financiers donne rendez-vous à tous les citoyens malgaches, sans exception, ce jour, de 16h à19h devant le parking de l’INSTAT à Anosy pour vivre ensemble la « Nuit de référence » qui marque le lancement du dénombrement entrant dans le cadre du troisième Recensement général de la Population et de l’Habitat (RGPH3).

Politique de proximité. Le volet communication de ce RGPH3 est assuré par l’agence de communication RAM’S FLARE. Dans la stratégie de communication qu’elle a élaborée, l’agence a mis l’accent sur la sensibilisation de masse en se mettant au niveau du public, en témoignent les spots publicitaires, sketches, etc. La devise « Vous êtes importants, recensez-vous… » parle d’elle-même. Ainsi durant la manifestation de ce jour, le public sera toujours à l’honneur, avec des animations participatives- sketches, quizz, etc.- qui lui permettra d’interagir pleinement avec les artistes et les organisateurs.

Artistes. La musique étant fédératrice par essence, les artistes seront de la partie et joueront un rôle prépondérant dans la sensibilisation au recensement. Ainsi seront de la partie  Jaojoby, Bakomanga et ses 35 collaborateurs, Lôla, Honorat et Gothlieb, etc. Jaojoby, roi du  « salegy » a tenu à soutenir que l’évènement socioculturel qui se tient ce jour à Anosy est absolument exempt de tout soubassement politique, mais concerne directement la population et l’amélioration de sa qualité de vie. Par ailleurs, il importe de noter qu’aujourd’hui les rues jouxtant Anosy seront coupées –pour garantir une sécurité optimale et une bonne organisation logistique- mais des déviations ont été mises en place. A part les forces de l’ordre, des éléments de la sécurité civile seront également sur place.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

ATSINANANA : Ambatovy ; Nahitana karazam-bitsika vaovao nomena anarana hoe “Ambatovy”

Isan’ny mampiavaka ny firenena malagasy ny fananany haivoaary maro, na ara-javamaniry izany, na ara-java-mananaina samihafa. Izany no nahatonga ny orinasa Ambatovy, raha nanangana ny orinasa fitrandrahany sy ny orinasa fanodinana ny vokatra nikela sy kobalta ataony eto amintsika, nanokana vola be amin’ny fiarovana ireo haivoaary malagasy misy ny toeram-piasan’izy ireo sy ny manodidina azy rehetra ary ireo faritra rehetra andalovan’ny asa ataony ihany koa. Mirefy 1.600Ha ny toerana hitrandrahan’Ambatovy ny nikela sy kobalta ataony, tsy maintsy nanokana toerana avo efatra heny amin’izany koa izy ireo hiarovana ireo haivoaary malagasy voakitika ao anatin’izany asa ataony izany. Izay no mahatonga ny orinasa manana ny sampan-draharahany manokana misahana ny resaka tontolo iainana ho fikajiana ireo haivoaary malagasy tafiditra ao anatin’ny toeram-pitrandraharany izay napetraka ao Ampandriantrandraka Moramanga. Miisa 211 ireo karazana zavamaniry, miisa 225 kosa ireo “orchidées” hita tany an-toerana amin’ireo karazany 1.000 misy eto amintsika, ka ny 09 tamin’izany dia tsy fahita eto ambonin’ny tany afa-tsy any an-toerana ihany. Miisa 344 ireo karazam-biby efa voaisa hatreto, ka isan’ny tafiditra tamin’izany ity karazana vitsika tsy hita afa-tsy ao Ambatovy Moramanga. Nomena ny anarana hoe “Ambatovy” izany taorian’ny fikarohana ara-tsiantifika azy. Nambaran’Atoa Rasamoelina Fanomezana misahana ity sampan-draharahan’ny tontolo iainana sy fiarovana ireo haivoaary eo anivon’ny toeram-pitrandrahan’Ambatovy ity, fa miditra amin’ny famerenana tsikelikely ireo ala tsy maintsy nosimbain’ny orinasa izy ireo izao, ka toerana 22ha no efa vita tanteraka amin’izao nefa efa manana tanjona 24ha isan-taona izy ireo manomboka izao mba hiverina toy ny endriny teo aloha ireo faritra nosimbainy. Maharaka tsara ny toeram-pambolena zanakazon’Ambatovy izay mirefy 01ha, izay hifanampiany koa amin’ireo vondron’ny vahoaka ifotony miisa enina any an-toerana. Manana olana anefa ireto ekipan’ny tontolo iainan’Ambatovy ireto amin’ireo zava-boahary hafa tafiditra ao anatin’ireo toerana arovana ireto, ka isan’izany ny fisian’ireo radriaka sy ny goavy entin’ireo vorona ary ny fozaorana. Efa manaisotra azy ireo tsikelikely ireto mpiasa ireto.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

VAKINANKARATRA : Antsirabe « To day for Mada” / Mahasarika ankizy 3000 isan-kerinandro

Fikambanana iray mpikarakaraka hetsika ara-panatanjahantena ny “To Day For Mada”. Mpikarakara “tournoi” basket ball ho an’ny mpianatra no tena hamantarana azy. Hiditra amin’ny andiany faha-10 ny hetsika amin’ity taona ity, izay efa nanomboka ny 5 may teo ka hifarana ny 27 may ho avy izao. Fotoana hisian’ny “grande finale” ho an’ireo sekoly tafakatra amin’ny dingana famaranana. Araka ny vokatra, eo amin’ny lalao “inter universitaire” dia ny CNTEMAD no hifanandrina amin’ny INATE. Eo amin’ny “inter lyceen kosa, “finale Cheerleaders”, dia ny LARA hifanandrina amin’ny St Joseph.    Tanjon’ity hetsika ity, araka ny fanazavana, ny fanentanana ny taranja basket eto Antsirabe hatrany amin’ny sekoly ary indrindra hanamafisana ny fifamatoran’ny fiaraha-miasa amin’ny ligy. Fahombiazana rahateo ny hetsika natao hatrizay, satria mahasarika ankizy 3000 isan-kerinandro isaky ny misy “match”, ary saika mandray anjara daholo ny sekoly. Maro ny ankizy mamiratra amin’ny fifaninanana toy izao, ary efa namoaka tanora milalao amin’ny ekipa nasionaly ny “to day for mada” raha ny fazavan’ny tompon’andraikitra.

Andry N.: Antsirabe ; Hahazo dobo filomanosana monisipaly vaovao

Tsy tafiditra ao anatin’ilay tetikasa fananganana fotodrafitrasa gymnase atsangana eto Antsirabe ny fananamboarana dobo filomasona monisipaly fa ny fiadidiana ny tananan’Antsirabe no hanamboatra azy io, araka ny fanazavana. Marihina fa ny fanjakana foibe no mamatsy vola ity fananganana kianja mitafo eto Antsirabe ity, izay heverina ho vita amin’ny volana jolay ho avy izao. Dobo mirefy 25m no atsangana hatao manaraka ny fenitra, satria hasiana “ligne d’eau” miisa 6, izany hoe afaka handray fifaninana ho an’ny atleta miisa 6 miara-mizotra. Ankoatra izay dia manaraka ny fenitra takiana ihany koa ny trano fidiovana sy fivoahana miampy ny trano fisoloana ankanjo sy izay kojakoja rehetra fampiasa amin’ny taranja lomano, raha ny fanazavan’ny ben’ny tanana Paul Razanakolona. Vina napetraky ny ligin’ny taranja lomano eto Vakinankaratra kosa ny handraisana ny lalao fiadiana ny tompondakan’i Madagasikara amin’ny taranja lomanao 25m aorian’ny fahavitan’ity fotodrafitrasa lehibe ity.

Andry N.

 

Midi Madagasikara0 partages

Douanes-impôts : Contre l’exonération fiscale pour des raisons politiques

Le SNAIM, le SACMA et le Sempidou ont expliqué le bien- fondé de leurs revendications.

Le Syndicat National des Agents des Impôts de Madagascar (SNAIM), le Syndicat des agents et des contrôleurs des impôts de Madagascar (SACMA) et le syndicat des employés des  douanes (Sempidou) mobilisent ses membres sur le bien- fondé de leurs revendications. Ils ont tenu ainsi une réunion, hier, à la « Tranompokonolona  » Analakely. Ce fut également une occasion de tenir une conférence de presse. Ils ont ainsi déclaré qu’ils sont  contre l’octroi de l’exonération fiscale ou douanière pour des raisons politiques à des opérateurs économiques proches du pouvoir ainsi qu’aux opérateurs économiques étrangers en l’occurrence la ZES. Les syndicats s’opposent également au musèlement, à la privatisation  en catimini ou de manière directe les activités des douanes ou des impôts qui relèvent notamment du pouvoir régalien de l’Etat. Ils ont cité, entre autres, le GASYNET et l’AMETIS.

Blason. En revanche, ils revendiquent ainsi l’arrêt de la réquisition des forces de l’ordre, trouver des solutions concernant les avancements et les mandatements. Ils pensent, en outre qu’il faudrait redorer le blason des agents et des contrôleurs des impôts de Madagascar ainsi que des employés des douanes. Ils disent ainsi non à la dilapidation de l’argent public, non à la politisation de l’administration et non à la privatisation.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Réflexion : Radioscopie du mouvement du 21 avril 2018

Initialement, le 21 avril 2018, 73 députés devraient faire un rapport sur le vote des lois électorales par l’Assemblée Nationale. La forte mobilisation de la population devant l’Hôtel de Ville de la Capitale, venue pour écouter le rapport des députés, s’est heurtée à une répression violente des forces de l’ordre qui a fait des blessés et des morts. Par la suite, la violence a transformé l’action des 73 députés. Du rapport sur les lois électorales au début, elle est devenue exigence de la démission du Président de la République.

1. Le mouvement du 21 avril 2018 est lancé. Un mouvement de plus en plus enflammé qui nous rappelait que les leaders historiques Monja Jaona, Zafy Albert, Andriamanjato Richard ne sont pas morts. Les « 73 députés pour le changement » reprennent le flambeau, ils sont là, soudés, complémentaires,  inflexibles. Des femmes comme Christine Razanamahasoa, Hanitra Razafimanantsoa, Marie Thérèse Volahaingo y jouent un grand rôle. La place du 13 mai respirait de nouveau la lutte de la capitale en colère.

2. Le lendemain de la répression, le Préfet de la ville a pris la décision personnelle de limiter l’action des forces à veiller « contre les pillages ». Les autorités supérieures des forces armées ont renforcé sa position en rappelant leur mission de « protéger les hommes et leurs biens ». Contrairement à 72, le mouvement de mai 2018 se déroule en toute liberté. Un mouvement légal, non violent, suivi par une population massive et intransigeante.

3. L’engagement des syndicats et des corps des fonctionnaires dans les ministères a permis une extension rapide du mouvement. La mobilisation générale a gagné aussi bien la population de la capitale que celle des villes des régions. Le mouvement des « députés pour le changement » est devenu un mouvement d’envergure nationale. De partout s’élèvent non seulement des appels pour le départ du Président mais également des déballages critiques sur les pratiques du régime : corruptions, dilapidation des ressources naturelles, État de non droit, insécurité, conditions de vie de plus en plus précaires de l’ensemble de la population. Leurs cris de colère traduisent une souffrance profonde.  Unis, les travailleurs, les cadres, les fonctionnaires, les jeunes et femmes ont décidé de lutter pour changer et améliorer leur vie. Ainsi, à cause des problèmes qu’ils subissent, ils ont occulté les anomalies des lois électorales et transformé le mouvement en soulèvement général pour la transformation globale de la société.

4. La radio « miara manonja » a joué un rôle déterminant dans le mouvement du 21 avril 2018. Pour la première fois, grâce à l’émission des radios et antennes privées Viva, Kolo TV, Free FM, les Malgaches ont pu suivre, là où ils sont, le déroulement et les enjeux du mouvement. La radio miara-manonja transmettait les discours des députés, les déballages des syndicats et des travailleurs, les informations sur la mobilisation dans toute l’Ile. Il faut souligner aussi que la radio miara-manonja, à travers des messages des artistes tels que l’hymne du mouvement 47, les compositions des Rossy, Sareraka, Rakotozanany Stanislas, Princio, Vetson’Androy, et les chants évangéliques, la radio a éveillé l’esprit critique et le sentiment patriotique de la population malgache plongée pendant des années dans la torpeur. La radio miara-manonja a mis en communion les Malgaches de tout le territoire. C’est une grande première dans le mythique mouvement du 13 mai.

5. Au nom de la solidarité intercontinentale et internationale, la communauté Internationale a dépêché à Antananarivo Abdoulaye Bathily des Nations Unies, Koen Vervaeke de l’Union Européenne, Ramtane Lamara de l’Union Africaine et Joachim Chissano de la SADC. En malgache on dit que « ce qui arrive à vos amis vous atteint ». La présence des représentants de la communauté Internationale constitue sans doute un geste d’amitié envers le peuple malgache, mais ce geste  a malheureusement été compromis par une feuille de route dont l’esprit a été dévoyé dans son application.  Son résultat a été de compliquer davantage les conflits antérieurs.

André Rasolo

Midi Madagasikara0 partages

Le projet Ambatovy, en marche « Vers le Développement minier durable »

La mine d’Ambatovy à Moramanga.Le nickel, après raffinage et prêt pour l’exportation.L’usine d’Ambatovy à Toamasina.Des techniciens travaillent quotidiennement sur des plates bandes de production à la pépinière d’Ambatovy à Moramanga.Des journalistes visitant le « Control room » de l’environnement physique de l’Usine lors d’un voyage de presse à Toamasina.

Ambatovy, la plus grande industrie de Madagascar a adhéré depuis le mois de février à l’initiative « Vers le développement minier durable ».

La transition vers les démarches visant à créer et à soutenir un développement durable, est dictée par le marché. Aucune entreprise ne peut se développer de manière pérenne sans y adhérer, c’est ce qui ressort des récentes études en management. C’est la raison pour laquelle, Ambatovy, a adopté récemment, depuis le 1er février 2018, le « VDMD », afin de raffermir son engagement en matière de développement durable.

Cette initiative VDMD a été initiée par l’Association minière de Canada (ACM), à laquelle est affiliée Sherritt International Corp., l’opérateur d’Ambatovy. Cette « VDMD » est régie par plusieurs principes : les normes de performance de l’IFC, les Principes volontaires sur la

Sécurité et les Droits de l’Homme (PVSDH), les Principes de l’Equateur, etc., ainsi que ses engagements envers l’Etat inscrits dans le Plan Gestion Environnemental et de Développement Social(PGEDS).

Développement minier. Dans le cadre d’un atelier relatif à la mise en œuvre de cette initiative pour le VDMD, M. Philippe Beaulne, vice-président en charge du Développement durable d’Ambatovy a soutenu : « Le développement durable est au centre des préoccupations et des activités d’Ambatovy et ce dans une démarche constante. L’adoption des standards internationaux est importante, non seulement les clients l’exigent, mais parce que cela rencontre nos valeurs et nos pratiques ».

 Canada. La plupart des entreprises minières canadiennes ont adhéré à l’initiative VDMD, mais d’autres pays africains, à l’image du Botswana, l’ont également fait. Cette initiative représente en effet un ensemble d’outils et d’indicateurs permettant une gestion responsable des risques relatifs aux activités minières. Depuis 14 ans, VDMD permet aux industries minières de respecter leurs responsabilités sociétales et environnementales tout en pérennisant leurs activités. Cela suppose donc des relations et des collaborations étroites avec les communautés locales, des actions de promotion et d’amélioration du système de santé publique ; ainsi qu’une politique et des démarches environnementales en adéquation avec les normes internationales.

Témoignages et précisions. « Le programme Vers le Développement Minier Durable va au-delà du cadre de la réglementation et touchent des domaines sensibles et difficiles à réglementer, comme la consultation des communautés, la gestion de la conservation de l’environnement et les parcs à résidus par exemple », a soutenu le Président de l’Association

Minière de Canada (AMC), Pierre Gratton en parlant des Principes du VDMD. Le Directeur Général de l’Office national de l’Environnement, Jean Chrysostome Rakotoary a quant à lui rajouté : « Le développement durable est très important dans le domaine de l’extraction minière ». Ces standards permettent la transparence et le suivi des efforts entrepris par les compagnies, surtout en matière de protection de la biodiversité. ».

Ambatovy en quelques chiffres

 Huit milliards de dollars d’investissement, ce qui fait d’Ambatovy le plus grand IDE (investissement directe étranger à Madagascar.

320 ha : c’est la superficie de l’Usine d’Ambatovy à Toamasina. Utilisant la technologie hydrométallurgie ; celle-ci comprend trois (3) grandes catégories d’usines : l’usine de lixiviation acide sous pression et la raffinerie.Ambatovy est un grand contributeur à l’économie nationale grâce surtout aux valeurs ajoutées économiques apportées par le raffinage des métaux à Toamasina :9 000 emplois directs et des milliers d’emplois induits240 millions de dollars d’achats locaux en 2017Plus de 3,3 milliards de dollars de contrats et d’achats locaux depuis 2007Plus de 550PME locales ont collaboré avec Ambatovy en 2017.32 %. Les produits miniers d’Ambatovy (nickel et cobalt), représentent 32% des recettes d’exportation de Madagascar.1er .Ambatovy est le premier pourvoyeur de devises étrangères à Madagascar. Et le nickel devient un des premiers produits d’exportation de Madagascar. Le plus grand atout d’Ambatovy d’ailleurs, c’est la raffinerie de nickel qui s’opère sur place et permet de générer une plus value.

Dossier réalisé par Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Basket – School Tournament 3×3 : Les éliminatoires se joueront à Mahamasina

Les matchs se dérouleront au stade annexe Mahamasina.

Un changement. Les éliminatoires de la zone 1 et zone 2 du tournoi de basket-ball 3 x 3, réservé aux établissements scolaires. Les « School Tournament 3 x 3 » seront déplacés sur le terrain extérieur du Stade Annexe de Mahamasina. Pour la zone 1, initialement prévue sur le terrain du Lycée Saint-Antoine à Ankadifotsy, les éliminatoires seront jouées ce samedi à Mahamasina. En effet, elles seront 24 équipes dont 12 féminines chez les moins de 18 ans à en découdre durant cette journée. Chez les garçons, elles seront seize dont dix dans la catégorie des moins de 15 ans. De leur côté, les formations regroupées au sein de la zone 2 entreront en lice le 2 juin toujours à Mahamasina, mais non sur le terrain de l’Esca à Antanimena. A l’issue de ces éliminatoires zonales, les six meilleures équipes en U15 et U18 garçons sont qualifiées pour la phase finale du tournoi sur le terrain de Saint-Michel à Amparibe, le 16 juin. Dans les hostilités féminines, quatre formations dans les deux catégories accéderont à la phase finale. Au total, 82 équipes dont 24 équipes en U18 garçons, 18 en U18 filles, 26 en U15 garçons et 14 en U15 filles se partageront leurs joutes durant ces trois journées de tournoi. Comme annoncé, ce tournoi « School Tournament 3 x 3 » promet de belles surprises. Une prime de 450.000 Ariary est à la clé.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Le petit-maître corrigé » à l’IFM du grand théâtre sur grand écran !

« Le petit-maître corrigé » est une comédie réjouissante dont la mise en scène rythmée et parfois clownesque entre en résonance avec notre modernité.

Alliance du maître et du valet, complicité de la maîtresse et de la servante, ce chassé-croisé amoureux est une comédie réjouissante dont la mise en scène rythmée et parfois clownesque entre en résonance avec notre modernité.Diffuser des pièces de théâtre au cinéma, c’est permettre à ceux qui n’ont pas ou peu l’occasion d’aller à une grande scène de théâtre de découvrir le théâtre en le parant des codes du cinéma. Le samedi 26 mai, « Le petit maître corrigé de Marivaux » s’invite à l’IFM Analakely ! L’histoire est celle d’un jeune Parisien à qui ses parents ont trouvé un bon parti, fille de comte, en province. Mais à son arrivée chez eux, le beau garçon, dont les codes parisiens sont à mille lieues des règles de bienséance en vigueur dans cette famille, refuse d’ouvrir son cœur à la charmante personne qui lui est destinée. Piquée, cette dernière décide de le corriger de son arrogance…Caricature. « La notion de petit-maître peut nous sembler bien étrangère, mais ne connaissons-nous pas, nous aussi, de jeunes élégants et élégantes, aux manières affectées ou prétentieuses, pour qui la mode est le seul guide ? Si on le caricaturait un peu, c’est ce que l’on appellerait aujourd’hui un fashion addict ». À travers cette pièce de Marivaux dont la langue est toujours « aussi fine, juste et pleine d’humour », Clément Hervieu-Léger met ici le XVIIIe siècle en résonance avec notre époque…Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Football féminin-Championat de Madagascar : Prescoi s’offre une première victoire !

La bataille faisait rage au stade Vélodrome d’Antsirabe avec cet écart qui se réduit au fil des ans.

L’ambiance était logiquement euphorique lors de la cinquième journée du championnat de Madagascar de football féminin à Antsirabe. Logique puisque pour la première fois, l’équipe locale de Prescoi gagnait sa toute première victoire devant le SOM majungais.

Une ère de fête planait sur le Vélodrome mardi à l’occasion de la première victoire de PRESCOI devant son public. Et avec de la marge, qui plus est, puisque les Antsirabéennes s’imposaient par 2 buts à 0 face au SOM.

L’exemple Sophie. Sabotsy Namehana reste cependant seul en tête malgré sa laborieuse victoire de 1 à 0 devant la lanterne rouge MIFA. Le club de Avotra Andriamosarisoa est en train de tout gagner avec la meilleure joueuse du tournoi du nom de Rina Raharimalala qui suivra certainement les traces de Sophie Faranirina aujourd’hui convalescente en France après une opération du ménisque du genou.

Ce n’est pas un secret que le maire de Sabotsy Namehana s’en est servi de l’exemple Sophie Faranirina pour remobiliser sa troupe.

Le même langage qu’utilise tous les présidents de club notamment celui de l’ASOT au sein duquel évolue la meilleure buteuse Ando Rasamison créditée de 6 buts.

Méconnaissable MIFA. ASOT se trouve d’ailleurs à la seconde place après sa victoire de 2 buts à 1 devant la surprenante AS Comato reléguée à la 4e place, car entre temps l’ASKM a repris de belles couleurs pour infliger une correction à l’ASCUT sur le score de 4 buts à 2.

Il reste donc deux journées pour cette première étape du championnat de Madagascar et à l’allure où vont les choses, on aura du mal à déloger Sabotsy Namehana de cette place de leader tant tout semble réussir pour cette sacrée équipe. Le danger viendrait surtout de l’ASOT et de sa tireuse d’élite Ando, mais l’ASKAM qui grignote les points au fil des journées n’a dit aussi son dernier mot.

Prescoi et Comato qui réalisent déjà une année exceptionnelle sont heureuses de ne pas être à la traîne comme cela avait été le cas lors des éditions précédentes. Des places aujourd’hui qu’occupent l’ASCUF et surtout MIFA de plus en plus méconnaissable.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Administrateurs des hôpitaux : Pour un statut particulier

Le président des administrateurs des hôpitaux Rahantanirina Jean Hersel.

Le corps des administrateurs des hôpitaux est monté au créneau. Selon son président Rahantanirina Jean Hersel, nombreux de ces administrateurs des hôpitaux n’ont pas encore obtenu de postes. « Nous demandons à l’Etat de considérer les administrateurs des hôpitaux. Ces personnes ont le savoir-faire et la capacité de diriger les hôpitaux et les établissements hospitaliers » a indiqué le président du corps des administrateurs. Toujours d’après ses explications, bon nombre des établissements hospitaliers sont dirigés par des personnes qui n’ont pas eu des formations académiques appropriées, pourtant, beaucoup d’entre eux occupent des postes de chefs de service dans divers départements. Toujours est-il que les administrateurs des hôpitaux sont également en train de mettre en place leur statut particulier tout en réclamant de faire partie des grands corps de l’Etat.

Recueillis par Dominique R.