Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Samedi 23 Janvier 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara3 partages

Retard de pluies : De nouvelles techniques de cultures rizicoles adoptées

Le CGARD a présenté, entre autres, que plus de 11 000 ha sont cultivés en riz à Itasy.

Analamanga fait partie des régions confrontées au retard de la période de pluies.

« Un peu moins de 50% des rizières n’ont pas pu être cultivées pour la campagne de contre-saison. On peut citer, entre autres, les districts d’Atsimondrano et d’Andramasina. La région Alaotra Mangoro, qui est également un des greniers à riz de Madagascar, a été également touchée. En dépit de tout cela, on ne peut pas encore statuer qu’il y aura une baisse de la production de riz étant donné que le service de la Météorologie prévoit des précipitations légèrement supérieures à la normale durant ce premier trimestre de l’année 2021. Les paysans peuvent encore se rattraper jusqu’à la fin du mois de février au plus tard pour effectuer le repiquage et la mise en culture du riz », a expliqué le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo, lors de la présentation des activités du CGARD (Centre Géo-informatique Appliqué au Développement Rural) hier à Nanisana.

Excédentaires. Entre-temps, « des mesures ont été prises pour soutenir les producteurs face à cet aléa climatique. On peut citer, entre autres, l’adoption de nouvelles techniques rizicoles, qui consistent à planter en semis direct par pot sans repiquage. Des semences à haute performance et à cycle court seront également vulgarisées », a-t-il poursuivi. Et lui d’enchaîner que la production issue de la culture de contre-saison ne représente que 10% de la consommation des Malgaches. « On ne peut pas ainsi généraliser que la production rizicole est en baisse dans tout Madagascar puisque des régions comme Menabe, Melaky et Atsimo-Andrefana ont enregistré une nette amélioration de leur production rizicole. D’autres régions sont également en pleine récolte. On peut citer, entre autres, le périmètre de Laniera à Analamanga. En tout, il y a neuf régions excédentaires en riz à Madagascar », d’après toujours ses dires.

Images satellitaires. Il est à noter que ces sites de production rizicoles sont identifiés par les images satellitaires à haute résolution utilisées par le CGARD au profit du secteur agricole à Madagascar. Dans la foulée, « des drones sont également employés, outre les vérifications sur le terrain », a fait savoir le Coordonnateur de ce centre. Par ailleurs, l’Observatoire du Riz sera redynamisé pour étudier l’évolution hebdomadaire des prix du riz dans tout Madagascar. Parlant du nouveau projet Bas Mangoky en partenariat avec les investisseurs arabes, le ministre de tutelle a réitéré que cela va démarrer cette année.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Trouver des solutions rapides aux problèmes

C’est une conjonction  d’événements plutôt troublants qui met le régime dans une position embarrassante en ce moment. Jamais depuis le début du mandat du président Andry Nirina Rajoelina, l’atmosphère sociale n’a été aussi électrique. La hausse incessante des prix des PPN que le pouvoir n’arrive pas à stopper est le ferment d’une grogne qui  s’exprime à mots couverts, les tarifs de la jirama que les consommateurs jugent excessifs  entretiennent ce malaise qui gagne du terrain. La mise en demeure faite lors du conseil des ministres à la jirama est un  début de réponse à cette situation inconfortable  vécue par les citoyens, mais c’est tout un ensemble de problèmes qui affectent leur vie quotidienne auquel ils veulent  des solutions.

Trouver des solutions rapides aux problèmes

Le prix du riz  et les errances constatées dans la manière d’établir les factures des consommateurs de la jirama  sont les sujets d’insatisfaction les plus flagrants. Pour beaucoup, la limite du tolérable a été atteinte.  Les descentes opérées par les employés du ministère  du Commerce sur les marchés ont été vaines. Les recommandations n’ont pas été suivies d’effet. Aujourd’hui, le prix du kilo de riz repart à la hausse . On dit  que des cargaisons de riz importé vont bientôt arriver pour réguler le marché. En ce qui concerne la jirama, c’est un dialogue de sourds qui s’était établi entre le service commercial et les clients  qui avaient l’impression d’être bernés. La révolte qui grondait a fini par émouvoir le  gouvernement. Ce dernier  a pris le parti des usagers. La mise en demeure faite à la direction de la société d’Etat a été accueillie avec satisfaction par le public. Le directeur général, interviewé, a  fini par concéder que le nouveau système de tarification avait  été mis en place pour faire  baisser le montant des  factures  des clients. Tout serait  fait pour rembourser les  montants perçus par erreur. Voilà où nous en sommes aujourd’hui. D’autres motifs d’insatisfaction sont en train de surgir et ont besoin d’une solution rapide. Pour le moment, il y a encore une marge entre le tolérable et le supportable, mais la patience a certainement des limites.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Palais d’Anosikely : Deux provinces exclues du bureau permanent du Sénat

Les 5 membres du bureau permanent du Sénat.

Le poste de vice-président au titre de l’opposition reste toujours vacant au niveau du Sénat. 

Le bureau permanent du nouveau Sénat a été bouclé. Les résultats de  l’élection tenue, hier, à Anosikely ont, en effet, fait sortir du lot deux sénateurs issus de la province de Fianarantsoa, un de Toamasina et un autre d’Antsiranana, qui vont siéger dans le bureau permanent de la Chambre haute. Les deux postes de vice-président sont occupés par Herilaza Imbiki pour les provinces du Nord et Nicolas Rabemananjara pour celles du Sud. Eddie Serge Fernand, élu dans la province d’Antsiranana, devient, quant à lui, questeur de la Chambre haute. Tandis que Raymond Rasolondratsimba, dit Raymond Nala, élu à Fianarantsoa, est propulsé au poste de rapporteur général. 

Front politique. La province d’Antananarivo occupe déjà le poste de la présidence du Sénat,  alors que les sénateurs des provinces de Mahajanga et de Toliara, qui ne figurent pas dans le bureau permanent, devraient ainsi concourir pour occuper les postes de président des commissions, en l’occurrence celle des finances, économie et développement durable, ou celle des affaires sociales, culturelles et communication, ainsi que la commission juridique, s’ils comptent détenir un portefeuille à la Chambre haute. Pourtant, les deux autres magistrats, devenus sénateurs, et qui sont amenés à mettre à profit leurs expériences au profit du front politique, notamment Landy Mbolatiana Randriamanantenasoa, Hajaniaina Tahina Andrianandrasana, sont les mieux placés pour diriger la commission juridique de la Chambre. Le nom de Richard Ramanambitana, quant à lui, circule également dans les couloirs du palais d’Anosikely pour diriger la commission des affaires sociales, culturelles et communication. 

Verrouillage. Un autre vote devrait être organisé la semaine prochaine, a indiqué un communiqué de cette institution. L’issue de cette élection annoncera alors les noms des futurs sénateurs qui vont diriger les commissions au Sénat. Les Alidy Bin Soufou et Odilon Dinaraly Tiandaza, de Mahajanga, ou Jean Marcel Eongobelo, Neypatraiky Rakotomamonjy, Mahaleo Tsiebo, issus de la province de Toliara, pourront alors briguer ces postes à la tête de ces commissions. Jusqu’à présent, la majorité issue de la liste IRMAR ainsi que les quotas présidentiels, règnent en maître à Anosikely. Sans surprise. Le bureau permanent est peint aux couleurs présidentielles et le verrouillage est parfait. Il ne laisse aucune place aux deux élus du parti Malagasy Miara-Miainga, notamment Ndriana Rakotondrainibe et Sidonie Raharinirina. 

Pléthorique. Quant au règlement intérieur du Sénat, il attend la correction de certaines dispositions relatives, entre autres, aux collaborateurs des sénateurs avant son entrée en vigueur. Des réserves ont été émises, jeudi dernier, par la Haute Cour Constitutionnelle sur la première mouture du règlement intérieur de la Chambre haute. L’effectif de 30 collaborateurs pour chaque sénateur fait beaucoup de bruit et la Cour d’Ambohidahy veut que la Chambre haute soit en « concertation avec l’exécutif » pour décider sur le sujet. Alors que beaucoup d’observateurs estiment que le nombre est pléthorique. Le nouveau président du Sénat, quant à lui, défend, pourtant, que « les travaux qui attendent les sénateurs nécessitent un nombre important de collaborateurs ». 

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Toamasina : Voeux des autorités locales à Andry Rajoelina

Énième visite du président Andry Rajoelina à Toamasina. En effet, le Chef de l’Etat est actuellement en visite dans la Région Atsinanana, et ce, pour une durée de trois jours. A son arrivée à l’aéroport d’Ambalamanasa hier en début de soirée, il a été reçu par toutes les autorités locales qui ont profité de la rencontre pour présenter leurs vœux de nouvel an au président de la République. Ce jour, le président Andry Rajoelina aura une journée très chargée engendrée par plusieurs inaugurations et pose de premières pierres, notamment pour la construction de nombreuses infrastructures pour l’Eglise Catholique Apostolique Romaine (ECAR). Cet événement permettra certainement au Chef de l’Etat de rencontrer le Cardinal qui était l’archevêque de Toamasina, mais aussi les responsables au sein de l’Eglise catholique. Demain, Andry Rajoelina aura encore un agenda chargé dans le cadre de cette descente à Toamasina.

Davis

Madaplus.info0 partages

Madagascar : des hotspots WI-FI pour un meilleur accès à internet des jeunes

Faire accéder la population a internet fait partie des objectifs de l’Etat, dans le projet Velirano lancé par le président de la République Andry Rajoelina, surtout pour les jeunes, dans le domaine de l’accès à l’éducation et également la modernisation de Madagascar.
Pour la concrétisation de ces projets, des hotspots Wi-Fi ont été installés un peu partout dans plusieurs villes de Madagascar. Le président de la République, Andry Rajoelina a profité de sa présence dans la région d’Anosy pour lancé le nouvel hotspots Wi-Fi dans la capitale de la région à Tolagnaro. Il a également rendu visite à la congrégation des sœurs Filles de la Charité, qui s’occupent des personnes vivant dans la malnutrition.
Midi Madagasikara0 partages

Police Nationale : Deux nouveaux Contrôleurs Généraux ont reçu leurs galons hier

Le camp Razafidrazaka Berthin à Antanimora a été honoré, hier. Le Ministère de la Sécurité Publique l’a choisi pour accueillir la cérémonie de la remise officielle de galons des deux Contrôleurs Généraux de Police, trois Commissaires Divisionnaires de Police, trois Commissaire Principale de Police, et 13 Commissaire de Police de 1ère Classe, nouvellement promus à ces grades respectifs. Dirigée par le Contrôleur Général de Police Dany Marius Rakotozanany et placée sous le haut patronage du Ministre de la Santé publique (MSP), le Contrôleur Général de Police Fanomezantsoa Randrianarison, cette cérémonie a marqué de nouveau la volonté de la Police Nationale de récompenser ses hommes et d’encourager ces derniers dans l’accomplissement de leur mission. Expliquant l’objectif de cette cérémonie, le MSP affirme que ces nouveaux promus savent déjà les responsabilités relatives au grade que chacun vient de recevoir. Des instructions y afférentes pour mettre en œuvre des stratégies et les visions ou « vina » définies par le Président de la République et le Premier Ministre ont déjà été communiquées à eux. « Et ces gens ont promis de ne jamais y faillir », souligne le Ministre. D’après lui, l’obtention d’une promotion de grade doit respecter certaines conditions. Telles sont l’honnêteté, l’intégrité, et la bonne conduite. L’appréciation de ces critères chez les personnes proposées par le ministre pour être élevées à un grade supérieur revient à un organe appelée  Commission administrative paritaire au sein de la Police Nationale. L’accession à un grade supérieur a besoin de courage et de persévérance et cela pour valoriser la Police Nationale dans l’accomplissement de ses principales missions à savoir la protection de la population et ses biens. Pour ces dernières, le MSP reconnaît qu’en matière d’effectif, le nombre des policiers existant est loin d’être satisfaisant. Mais cela n’empêche cette entité de force de l’ordre d’assumer ses responsabilités en se servant de moyens qu’elle possède. C’est pourquoi, le Ministre Souhaite la collaboration avec la population. Que cette dernière n’hésite pas à alerter la Police lorsqu’il  constate quelque chose de suspect dans la société.

Le Ministre de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo (MCC), le Maire de la Commune urbaine d’Antananarivo et plusieurs personnalités civile et militaire ont honoré de leur présence la cérémonie d’hier. Mis à part le MSP qui a effectué la pose de galons des deux Contrôleurs Généraux nouvellement promus, à savoir N’Diaye Tidahy et Laubel Rakototiana, ces autorités dont le ministre de celle des deux Contrôleurs Généraux de Police qui a été effectuée par le MSP, le MCC et le Maire, qui ont des Policiers affectés au sein de leur département respectif et parmi les récipiendaires d’hier, ont été invités à procéder à la pose de galon des policiers concernés.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Visite Technique inopinée : 939 véhicules sur les 4846 déclarés inaptes

Pour faire respecter la loi sur la circulation en matière de visite technique des automobiles dans le pays, la direction générale de la Sécurité routière (DGSR) a effectué une opération de contrôles inopinés des véhicules en circulation depuis le 18 janvier jusqu’au 22 janvier dernier. Les résultats de cette opération ont révélé que sur les 4846 véhicules contrôlés, 939 sont inaptes, c’est-à-dire ne doivent pas rouler. N’ayant pas passé de visite technique depuis des années, 157 ont été mis en fourrière. Il est également constaté que le nombre des voitures administratives qui se sont mises en règle en matière de visite technique a augmenté. Sur les 158 contrôlées, 103 sont en situation régulière. Puisque cette opération a également pour but la régularisation des véhicules d’immatriculation étrangère et ceux portant de plaque WW… , 201 sur les 353 véhicules d’immatriculation étrangère contrôlés ont réalisé la réception technique.  En ce qui concerne les anomalies constatées, 210 véhicules ont dégagé de fumée excessive. Ils ont été pénalisés et interdits de rouler. Leurs papiers ont été retirés. La DGSR ne tolère jamais ce genre de défaillance technique qui pollue l’environnement. Ainsi, les propriétaires ont été ordonnés de réparer leurs véhicules pour pouvoir les utiliser de nouveau. Satisfaite de ces résultats, la DGSR compte poursuivre cette opération. 

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

EX-détenus politiques : 1243 dossiers déposés au CFM

Les dirigeants de la fédération des ex-détenus politiques (encadrant Me Olala) entendent durcir leur position au cas où mes dirigeants ne considèrent pas leur cas.

Comme nous l’avions déjà annoncé dans notre édition d’hier, la fédération des ex-détenus politiques a tenu une conférence de presse, hier, à l’hôtel Colbert. Les différents intervenants, notamment le colonel Behavana Jean-Baptiste et Rakotomalala Henri dit Riri Be sur la non considération de la réconciliation nationale, plus précisément le décret d’application de cette rubrique par les tenants du pouvoir. A cet effet, le colonel Rabehavana a fait un rappel de la feuille de route pour la sortie de crise à Madagascar les 16 et 17 septembre 2011. Soit 10 ans après, d’ailleurs, ils n’ont pas manqué de rappeler ce cas. Selon les explications de Riribe, cette fédération compte 1868 membres et que 1243 d’entre eux ont déjà déposé leurs dossiers au CFM.  Ils ont, en outre, souligné qu’ils ont rencontré maintes fois,  ce dernier, mais les résultats se font attendre au niveau de cet organe. Ils ont également lancé un appel au niveau des dirigeants, notamment le Président de la République et le Premier ministre pour tenir compte de leur desiderata à savoir, entre autres, sur les décrets portant sur le fonds national de solidarité et la caisse nationale pour la réparation et l’indemnisation. Riribe est même allé plus loin en annonçant qu’ils donnent jusqu’au mois de mai au pouvoir  pour régler leur situation. Dans le cas contraire, ils vont prendre les dispositions qui s’imposent.

Dominique R. 

Midi Madagasikara0 partages

Fanaovana vola sandoka eto Toamasina : 750 isa tratran’ny zandary, mbola misy 600 tapitrisa ariary mbola ...

Efa ho iray volana no nahazoan’ny zandary teto Toamasina ny vaovao, fa misy mpanao vola sandoka eto Toamasina ka mitady mpividy izany izy ireo. Izany hoe 20.000 ariary amin’ny vola sandoka amidy 5.000 ariary amin’ny vola tena izy.

Ny alatsinainy teo vao natao ny valem-pandrika tamin’ity vola sandoka ity, ka fiara iray hihazo ny lalam-pirenena faha-02 iny no voasakana teo Barikadimy mifanakaiky amin’ilay toeram-pandanjana fiara. Tratra tamin’izany ity lehilahy iray nitondra vola sandoka mitentina 15 tapitrisa ariary na vola 750 isa amin’ny 20.000 ariary. Nanomboka teo no nanoro ireo mpiara-miasa aminy izy ireo, ka isan’izany ireto vehivavy mpitaiza jaombilo ireto. Ny iray nahazo fandrahonana tamin’ilay olona manana ilay vola sandoka 600 tapitrisa ariary mbola tsy hita, fa raha be resaka eo dia ho vonoiny nefa raha mahay mangina dia havotany. Mazavana anefa ny voasoratra anaty lalana mikasika ny fanaovana vola sandoka, fa mampigadra an-terivozona mandram-pahafaty ny fanaovana izany.

Raha ny fanazavana tamin’ny zandary ihany koa dia ireo olon-tsotra sahy mividy ilay vola sandoka 20.000 ariary amin’ny 5.000 ariary, sy sahy manakalo azy avy eo no amarotan’izy ireo azy. Eo koa ny fanaparitahan’izy ireo izany amin’ireo mpivarotra sy ny mpamboly ny vokatra fanondrana eny ambanivohitra izay afangaro izy ireo amin’ny vola tena izy vitsivitsy. Ny tena nahagaga ny zandary nahatratra ireto vola sandoka ireto dia ny fahasamihafan’ny laharana amin’ilay vola, ka izany no tena mahavoafitaka ireo tratran’ireo amin’izany ankoatra ny fitoviana samy hafa eo aminy. Izany no ilazan’ny zandary fa tena efa avo lenta ny fitaovana fampiasan’izy ireo amin’ny fanamboarana ity vola sandoka ity, satria efa mitovy ara-dalana ny loko fa eo amin’ny pitsopitson’ny marika rehetra no olana.

Izay no nolazan’ny komandin’ny vondromp-pileovan’ny sandary atsinanana Lt Col Ranaivoarison Théodule nilaza fa zavatra telo no tokony ho fantatry ny olona momba ny vola sandoka ity. Eo aloha ny fikasihana azy izay tsy mitovy amin’ny vola tena izy noho izy tsy mivoiboitra; eo ny antsoina hoe “filigrane” izay tsy ho vitan’ny mpanao vola sandoka mihintsy nefa maro ny famantarana eo aminy isan’izany ny sary na lohan’omby; ary ny mandray loko amin’ny fitarafana jiro “ultra-violet” ny vola tena izy.

Hatolotra ny fitsarana ny raharaha aoriana ny famotorana azy ireo, ka raha ny vaovao avy amin’ny zandary dia mety androany no hiakatra fampanoavana ireto olona tratra tamin’ny fanaovana sy fanaparihana vola sandoka teto Toamasina ireo. Ny banky foiben’i Madagasikara eto Toamasina no mpitory amin’izao raharaha izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Pollution atmosphérique : Eloïse “ a dépollué” l’air de Tana… provisoirement !

Antananarivo connaît régulièrement des pics de pollution alarmants.

A défaut de fortes précipitations, pourtant très attendues à Antananarivo, le passage du cyclone Eloïse a au moins “dépollué” l’atmosphère sur la capitale. 

Après plusieurs semaines de forte chaleur et de faibles précipitations, l’on attendait des pluies abondantes sur plusieurs jours dans la capitale quand le cyclone Eloïse allait toucher terre. Il n’en était rien dans la mesure où les fortes précipitations n’ont arrosé abondamment que les parties Nord, Nord-Est et Nord-Ouest du pays. Les précipitations sur Antananarivo et dans plusieurs régions des Hautes Terres centrales n’ont ainsi pas été à la hauteur des attentes. Néanmoins, le passage de ce cyclone a eu le mérite d’améliorer la qualité de l’air à Antananarivo. En effet, les données relevées dernièrement sur plusieurs endroits de la capitale indiquent que le degré de pollution de l’air a connu une baisse suite au temps venteux causé par Eloïse, il y a quelques jours.

Seuils OMS. Selon Météo Madagascar, les indicateurs affichent des taux en dessous des seuils de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Antananarivo, hormis au niveau du quartier d’Ambohidahy où les données indiquent que le niveau de pollution de l’air commence à nouveau à grimper depuis le jeudi 21 janvier. Rappelons que les lignes directrices OMS relatives à la qualité de l’air évaluent les effets de la pollution atmosphérique sur la santé et fixent des valeurs seuils au-delà desquelles l’air est estimé nuisible à la santé humaine. Ces seuils au niveau des particules fines PM2.5 (d’un diamètre inférieur à 2.5 microns) sont de 10 μg/m3 en termes de moyenne annuelle, et de 25 μg/m3 en termes de moyenne sur 24 heures. Quant aux particules fines PM10 (d’un diamètre inférieur à 10 microns), le seuil de l’OMS est de 20 μg/m3 (moyenne annuelle) et de 50 μg/m3 (moyenne sur 24 heures).

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Test de détection des Makis U20

Les Makis U20 ont été sacrés champions d’Afrique du groupe B en 2019.

Dans le cadre de la préparation au Championnat d’Afrique U20, la direction technique au sein du Malagasy Rugby organisera un test de détection la semaine prochaine.

Le Rugby Afrique a dévoilé le nouveau calendrier du Championnat d’Afrique de la catégorie de moins de vingt ans qui devait se dérouler l’an dernier mais a été décalé en raison de la crise sanitaire. En effet, les éliminatoires du groupe A se dérouleront fin mars à Nairobi. Etant champions du groupe B en 2019, les Makis U20 sont promus dans ce groupe supérieur en s’imposant face aux Zimbabwéens à Harare. La sélection nationale évoluera aux côtés des équipes du Kenya, de Zambie et de la Tunisie dans la poule A, tandis que le groupe B comprend la Namibie, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Zimbabwe. Après les matchs de poules, les deux meilleures équipes des deux poules disputeront la finale. Le champion représentera le continent au World Trophy Juniors 2021. 

Dans le cadre de ce sommet continental, le Malagasy Rugby renouvellera les joueurs membres de l’équipe nationale des Makis U20. L’entraîneur national Mboazafy Rakotoarivelo dit Razily et consorts organiseront un test de détection qui s’étalera en trois jours du 27 au 29 janvier au stade Makis Andohatapenaka. Cela s’ouvrira à tous les joueurs nés en 2001, 2002 et 2003, issus des clubs affiliés aux sections. 

« Vu la situation actuelle, le Malagasy Rugby ne pouvait pas organiser un championnat national mais ce serait à travers cette organisation qu’on pourrait détecter les meilleurs joueurs. On a déjà eu une discussion avec les autres ligues régionales et elles devront envoyer leurs représentants respectifs pour ce test », a fait savoir le directeur technique national (DTN) Antsoniandro Randrianorosoa. A l’issue de plusieurs épreuves notamment le test médical, le test physique et technique, le travail de vitesse et de musculation, 350 joueurs entameront le premier regroupement. L’effectif sera réduit en fonction de leur évolution. 45 joueurs seront ensuite retenus pour un stage bloqué. Après la sélection finale, 25 joueurs constitueront l’équipe nationale. « Les candidats devraient être habitués à jouer le rugby. Pour les postes, il en faut 1m70 et 100 kg pour le pilier, 1m85 et moins de 85kg pour la 2e ligne tandis que 1m75 et 75kg pour la 3e ligne. Avoir 1m65 et peser 70kg pour la charnière et 1m70 et plus de 75kg pour l’arrière », a-t-il ajouté. 

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Brieville Tsaratanana : Un cultivateur nommé Djadfard enlevé par des bandits armés

Un cultivateur nommé Djadfard, 29 ans, domicilié à Morafeno, fokontany d’Antsapandrano, commune rurale de Brieville, district de Tsaratanana a été enlevé par des individus inconnus armés, la nuit de mercredi vers 20h45. La direction prise par les malfaiteurs n’est pas fournie. Les malfaiteurs ont donné six coups de feu au moment de l’acte. Deux étuis de munitions 7,62mm ont été trouvés sur les lieux du crime. Une patrouille mixte composée de trois gendarmes de la brigade de Brieville et  cinq militaires de la 322è compagnie d’Ambakireny a été déployée sur les lieux pour la poursuite et la recherche de ces bandits. Selon l’enquête de la gendarmerie, la famille de la victime ne veut pas fournir des renseignements sur le contact avec le ravisseur. Le maire d’Ambakireny a informé la brigade de Brieville sur l’existence d’une rançon de 60.000.000 d’Ariary demandée par les kidnappeurs que la famille ne veut pas dévoiler. La recherche et l’enquête sont en cours par la brigade de Brieville. A rappeler que les communes de Brieville, dans le district de Tsaratanana, font partie des régions classées zones rouges en matière de sécurité. Les vols de zébus qui se sont transformés en kidnapping en 2018 et 2019. Le plus marqué a été le kidnapping des quatre ouvriers de la Kraomita malagasy et l’enlèvement d’un député prétendant candidat aux législatives à Tsaratanana.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Assainissement et hygiène : 80% d’écoles dépourvues d’eau potable

Ce partenariat permettra de construire des points d’eau dans quinze écoles à Analamanga

Plus de la moitié des établissements scolaires à Madagascar ne disposent pas d’eau potable. L’Ambassade du Japon a ainsi financé la construction de point d’eau dans quinze écoles à Analamanga

Faible. C’est le moins qu’on puisse dire du taux d’approvisionnement en eau potable dans les établissements scolaires. À Madagascar, 80% des écoles n’ont pas accès à l’eau potable, selon le ministre de l’Education nationale (MEN)  , Marie Michelle Sahondrarimalala. Pour y remédier, l’Ambassade du Japon a appuyé le MEN par le biais d’un projet de dotation d’eau dans quinze Écoles primaires publiques (EPP) au niveau de quatre Circonscriptions scolaires (Cisco) de la région Analamanga. Il s’agit de Manjakandriana , Anjozorobe , Antananarivo Avaradrano et Atsimondrano. La signature du contrat y afférent a été signée hier à Ivandry à travers le projet « dons aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine ». 1686 élèves et 78 enseignants en seront les bénéficiaires. « C’est un don d’une valeur de 75 000 euros soit l’équivalent de 330 millions d’ariary. Ce programme a pour objectif de délivrer un projet qui permet à chaque personne de vivre en sécurité sans laisser personne en retrait » , selon l’Ambassadeur du Japon , Yoshihiro Higuchi

Absentéisme. L’inexistence d’eau potable dans les établissements scolaires n’est pas sans conséquence. Cette situation figure parmi les causes d’absentéisme assez élevé chaque année à cause des  maladies dues aux mauvaises conditions d’hygiène et à l’utilisation d’eau non-potable et insalubre. Il y a entre autres la diarrhée, les douleurs abdominales, la fièvre ainsi que d’autres maladies infectieuses. Il est donc extrêmement important de maintenir l’hygiène par le lavage des mains avec du savon. Selon toujours le ministre de l’Éducation, ce projet contribue beaucoup dans la lutte contre le coronavirus. « L’accès à l’eau potable est un droit et contribue beaucoup à l’amélioration de  la santé et l’apprentissage des élèves. Ce don arrive à point nommé surtout dans le contexte où se trouve le pays », poursuit Marie Michelle Sahondrarimalala

Entretien. Le contrôle de l’entretien de ces  infrastructures qui seront installées au niveau de ces établissements sera strict.  Selon le président de l’association Miarintsoa , William Randriamiarina , un « comité scolaire wash » composé des enseignants , des parents et des élèves sera créé au niveau de chaque établissement pour veiller à la bonne utilisation des infrastructures . À noter que c’est cette association  qui va mettre en œuvre le projet proprement dit. « Nous avons déjà formé des personnes pour entretenir ces infrastructures. Des pièces de rechanges ont été aussi mises à leur disposition au cas où les bornes fontaines seraient endommagées », a-t-il indiqué.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : Les XV Espoirs Betafo sont là

Quelques membres des XV Espoirs Betafo

Betafo s’est offert une première équipe de rugby rattachée pour l’instant à la Ligue du Vakinankaratra. Il s’agit des XV Espoirs Betafo qui ont tenu leur première assemblée générale, samedi, dans les locaux du centre régional de la Jeunesse et des Sports. Un rêve devenu réalité pour les jeunes de Betafo qui ont attendu ce moment depuis que la section de rugby présidée par Lucien, leur a mis l’eau à la bouche. Mais la nouvelle fera aussi le bonheur du président de Malagasy Rugby, Marcel Rakotomalala qui est originaire de cette ville. Les XV Espoirs Betafo peuvent espérer un coup de pouce de Malagasy Rugby tant pour l’encadrement que pour les dons en matériels. Seule ombre au tableau, ces XV Espoirs Betafo n’ont pas de terrain pour s’entraîner si la pose d’une pelouse synthétique du seul stade de la ville se concrétise. Mais qui sait car après l’appel de détresse des candidats au BEPC et au Bac réclamant une piste d’athlétisme et maintenant celui des rugbymen qui ont besoin d’un gazon naturel, ce projet présidentiel peut prendre une autre option que le tapis synthétique qui n’arrange personne. Même le football aimerait bien retrouver son gazon anglais dont l’entretien est facilité par le climat de cette région. C’est une certitude que ce retour au gazon ferait le bonheur de tout le monde, sauf s’il s’agit d’un business faisant fi de l’intérêt des utilisateurs.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement supérieur : Une demande d’habilitation validée, 121 autres sous réserve

Des membres de la commission nationale d’habilitation lors de la clôture de la réunion hier.

Les réunions de la Commission Nationale d’Habilitation et de la Commission de Référence pour les Formations en Médecine ont pris fin hier. La liste des établissements homologués par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique devrait prochainement connaître une mise à jour. En effet, les réunions de la Commission Nationale d’Habilitation et de la Commission de Référence pour les Formations en Médecine ont décidé d’octroyer « l’habilitation sans réserve » à un (1) établissement d’enseignement supérieur. Le bilan desdites réunions note également 121 dossiers habilités sous réserve de révision mineur ». Par ailleurs, « 75 dossiers ont été ajournés sous réserve de révision majeur », selon toujours le bilan des réunions de la CNH et de la CRFM. Les réunions en question ont également décidé que « 19 dossiers ne sont pas recevables ». Il conviendrait de noter que le pays compte 241 établissements d’enseignement supérieur homologués selon les statistiques de 2018. Le nombre est réparti comme suit : 107 sont des établissements privés, 79 des établissements paramédicaux, 28 écoles doctorales publiques, deux écoles doctorales privées, 21 établissements publics rattachés au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et quatre établissements publics rattachés à d’autres ministères.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

Reko Band au Comptoir vintage

Reko band revient pour la promotion de leur album « Andao ». Au programme, showcase et séance de dédicace au Comptoir Vintage Ankorondrano. Une rencontre plus intimiste qu’au grand air pour le bonheur des inconditionnels. Fy Rasolofoniaina derrière le micro, Diary Razafimamonjiraibe à la basse, Princia Razakamahefa à la guitare et Maminiavo Razafindralambo à la batterie, ils dévoilent à nouveau leur musique qui a suscité tant d’engouement auprès d’un large public.

Slam avec Madagaslam à l’Ifm

De l’art oratoire, des vers et des proses à souhait pour les amateurs  de la discipline. Rendez-vous à l’Ifm Analakely cet après-midi avec les soldats de Madagaslam. Dans la pratique, le slam est une forme moderne de poésie qui allie écriture, oralité et expression scénique. De ce fait, les slameurs se focalisent à la fois sur ce qu’ils disent et comment ils le disent.

Encoder experiment au No Comment Bar

Novateur en matière de musique, Encoder experiment est à découvrir ce soir au no comment Bar Isoraka. Indie, synthwave, musique électronique… Rien n’échappe à Nicolas D. Derrière ses instruments, le jeune homme bidouille et chante le tout en live.  Une occasion de le voir performer ses propres morceaux à l’instar d’Arcad sunset, Lockdown ou encore Moon en live.  Assez proche des Daft Punk, Air ou M83 et Justice, ses titres ramènent son public dans sa bulle où la musique fait place à un univers fantaisiste.

A .R /M.R /I.H

Midi Madagasikara0 partages

Campagne de reboisement : 38 000 jeunes plants mis en terre dans la SAVA

Le gouverneur Justin Tokely a dirigé le lancement officiel de la campagne de reboisement 2021 dans la SAVA

La campagne de reboisement 2021 dans la Région SAVA a été officiellement lancée avant-hier dans le Fokontany d’Andampihely, Commune d’Ampondra, District de Vohémar. 38 000 jeunes plants ont été mis en terre sous la houlette du Gouverneur de la Région SAVA, Justin Tokely qui a été entouré pour l’occasion par les autorités locales. Entre autres, le Préfet de Sambava, les chefs Districts, les élus, les responsables des forces de l’ordre, les directeurs régionaux, les notables, le secteur public et privé. Sans oublier la population qui a fait preuve d’un engouement remarquable pour cet acte écocitoyen qui s’inscrit dans le cadre du projet présidentiel de 60 millions d’arbres pour reboiser la Grande Ile.

Prix de motivation. 4 millions d’arbres. C’est le quota de la Région SAVA pour la campagne 2021. A raison de 1 million de jeunes plants pour chacun des 4 Districts : Sambava – Antalaha – Vohémar – Andapa. La Région offre un prix à la commune la plus active sur les 81 que compte la SAVA. La commune rurale de Bealampona dans le District d’Andapa fut la première gagnante du prix 2020, en l’occurrence, une école composée de trois salles de classe. Pour cette année, la commune qui aura planté le plus grand nombre d’arbres recevra le même prix de motivation mais avec deux salles de classe. « La Région SAVA couverte d’arbres est l’objectif ».

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Betafo : Enin-dahy nangalatra ny «coffre »-n’ny kaominina

Vola anetsiny maromaro no lasan’ny jiolahy tao amin’ny kaominina Mahaiza Betafo, rehefa novakian’izy ireo izany tranom-panjakana izany ny alin’ny alahady lasa teo ary nentina nitsoaka ny vata-vy fitoeram-bola.

Efa tena sahy tokoa izy enin-dahy ireto. Heverina kosa fa olona mahafantatra tsara ny fisian’ny vola tao amin’izany biraom-panjakana izany izy ireo matoa sahy nandroba. Raha ny vaovao azo dia vetivety dia voapitsoka ny varavan’ilay biraon’ny kaominina. Ankoatr’ilay vata vy « mafy-hidy » izay fitoeram-bola sy ireo antontan-taratasy saropady rehetra dia lasan’ireo olon-dratsy ihany tamin’io fotoana io ny solosaina iray sy fitaovana maromaro. Marihana hoy hatrany ny fampitam-baovao fa milanja eo amin’ny 150 kilao any ho any ity « coffre » kanefa dia vitan’ireo olon-dratsy no nilanja azy tamin’ny kilaometatra maromaro. Nambara moa fa vola mitentina ar 740,200 no tao anatin’izany, niaraka tamin’ny fahana finday maromaro sy taratasim-bola.

Rehefa nidina teny an-toerana ary nanao ny fanadihadiana lalina ireo tomponandraikitry ny filaminana tany an-toerana, hikarohana ireo nanao ny asa ratsy dia fantatra fa misy tovolahy iray, ahiana fatratra ho isan’ireo nandray anjara tamin’ity famakiana ny tranom-panjakana. Rehefa nosamborina ilehio dia mbola nahatratrarana vola teo amin’ny ar 160,000 tany aminy. Tao anatin’ny famotorana no nanoroany ireo namany hafa. Anisan’izany ireo nilanja ny « coffre », ny nivarotra sy ny nividy ilay solosaina, izay marihana hoy ny vaovao fa ny sasany avy ao Tatamarina, ary ny hafa avy any Antsirabe. Enin-dahy izy ireo, izay voasambotra andro vitsy monja taorian’ilay zava-nitranga. Efa eo am-panaovana famotorona azy ireo moa ireo mpitandro filaminana ary heverina fa atolotra eny anivon’ny Fitsarana tsy ho ela ny raharaha. Ireo entana sy vola very tao amin’ny kaominina kosa dia saika efa voaverina tamin’ny tompony avokoa ankoatr’izay efa lanin-dry zalahy ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Panique à l’Université d’Ankatso

La panique est à son comble. C’est ce que ressentent actuellement les étudiants face à la propagation du coronavirus dans les cités universitaires et au campus de l’Université d’Antananarivo. Des étudiants issus de l’École supérieure des sciences agronomiques et de la Faculté des Sciences seraient dans la liste des étudiants testés positifs mais aucune information officielle n’a été communiquée sur le sujet. Les étudiants s’inquiètent ainsi de leur sort car l’année universitaire 2019-2020 n’a débuté qu’au mois de novembre mais un éventuel confinement risquerait de perturber encore une fois le calendrier en cours. Bien que les responsables aient déjà procédé à la désinfection des lieux, le risque  de contamination est à son maximum. Faute d’infrastructures, le respect des gestes barrières comme la distanciation sociale dans les salles de cours est quasi-impossible. Malgré ces vives inquiétudes et la multiplication des cas, la suspension des cours pédagogiques n’est pas encore envisagée par les responsables, du moins pour le moment. 

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Une nouvelle page de l’histoire américaine s’écrit

Pour les Malgaches, les semaines se suivent et se ressemblent dans leur vie quotidienne. Il n’y a aucune embellie dans leur vie quotidienne et ils ont même l’impression que tout va de mal en pis. Tout concorde pour leur donner le sentiment que le pays est en train de s’enfoncer dans une crise dont il sera difficile de sortir. La hausse incessante des prix des produits de première nécessité, les problèmes de la jirama qui n’arrive pas à satisfaire les besoins des consommateurs, la persistance du malaise créé par cette affaire des 73,5 kilos de lingots d’or interceptés en Afrique du sud, les menaces de grève dans le milieu estudiantin et à l’ACM sont autant d’événements qui créent un climat malsain pouvant se muer en explosion si rien n’est fait pour calmer la tension actuelle. Il y a bien évidemment la résurgence de l’épidémie de Covid-19 qui, même si l’on ne le dit pas officiellement, commence à faire des ravages. La prise de mesures par les autorités est une réaction salutaire, mais leur efficacité ne peut être assurée que si toute la population est consciente du danger qui plane sur elle. Une campagne d’information a débuté, mais elle devrait se renforcer au fur et à mesure. Le pays a entamé sa saison cyclonique avec l’entrée dans le nord de l’île de la tempête tropicale Eloïse. Cette dépression a amené beaucoup de précipitations et a entraîné la crue de nombreux cours d’eau, mais les dégâts n’ont pas été aussi importants qu’on le craignait. Le BNGRC , dans son bilan provisoire, parle d’un mort et de 2 800 sinistrés. Cela fut un mal pour un bien puisque le sud de Madagascar a pu bénéficier de ses premières pluies. Ces ondées salvatrices ont accompagné le début de la campagne de reboisement inaugurée par le chef de l’État dans la région Anosy. Malgré cela, le kere dont souffrent 1,3 millions de personnes malnutries doit être combattu de manière résolue. Des vivres et compléments alimentaires sont livrés de manière régulière à la population.

Sur le plan international, c’est l’investiture du président Joe Biden qui a marqué cette semaine. Le suspense entretenu autour de cet événement s’est dissipé petit à petit, l’attitude de l’ancien locataire de la maison blanche ayant été finalement conforme au comportement normal d’un ancien président. Il a mis en scène son départ de la maison blanche et a utilisé une dernière fois le Air Force One pour se rendre en Floride dans la luxueuse propriété où il va désormais résider. Son arrivée sur place a eu lieu devant une centaine de ses supporters. Ces derniers moments de la présidence de Donald Trump ont très vite laissé la place à l’émotion de la cérémonie de prestation de serment du 46ème président des Etats-Unis et de sa vice-présidente. Le monde entier avait les yeux braqués sur cette intronisation. Le discours du nouveau président fut d’une très haute tenue, appelant à l’unité du peuple américain et insistant sur sa volonté de travailler aussi dur pour ceux qui l’ont élu que pour ceux qui n’ont pas voté pour lui. Il s’est tout de suite mis au travail et a signé toute une série de décrets pour les premières mesures urgentes de sa présidence.

Cet événement a quelque peu éclipsé le problème de la Covid-19 qui continue sa progression dans tous les pays du monde. Les Etats-Unis restent le pays le plus touché, le Brésil et les pays du continent américain ainsi que l’Inde les suivent de très près et ce malgré l’accélération des campagnes de vaccination .

A la fin de cette semaine, le monde reste toujours préoccupé par la pandémie de Covid-19 mais une nouvelle page de l’histoire américaine est en train de s’écrire avec l’arrivée à la maison blanche du président Joe Biden. Le cours des événements va s’accélérer après l’épisode pittoresque de la présidence de Donald Trump. Madagascar va pouvoir profiter de ce climat plus apaisé .

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

IT University : Localisation humaine via une application

Les chercheurs travaillent d’arrache-pied au laboratoire de cette université privée spécialisée en informatique. Ils ont pour objectif le développement d’une application qui permet la localisation d’une personne, peu importe où elle se trouve. « Il s’agit d’une application complexe utilisant des matériels spécifiques comme les puces RFID. Les puces RFID ou radio-étiquettes sont de petits objets, tels que des étiquettes autoadhésives, qui peuvent être collés ou incorporés dans des objets ou produits et même implantés dans des organismes vivants (animaux, corps humain). Les radio-étiquettes comprennent une antenne associée à une puce électronique qui leur permet de recevoir et de répondre aux requêtes radio émises depuis l’émetteur-récepteur », selon une explication émanant de l’équipe de chercheurs. Alors qu’en stade de test, l’application permet déjà certaines fonctionnalités dont le suivi en temps réel (localiser sur une carte), les alertes entrées et sorties d’une zone (mouvement dans une zone spécifique à l’extérieur d’une plage horaire prédéterminée) et les historiques (vérifier à quel endroit se trouvait la personne à un moment précis). Une application pareille pourrait apporter ses avantages dans le processus des enquêtes judiciaires. Ailleurs, l’utilisation de la technologie dans la recherche de la vérité est devenue une pratique obligatoire. Fini les techniques d’antan du profilage criminel, ils mettent en avant l’usage de la technologie pour résoudre les énigmes…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Football Pro League : Et si la plaisanterie a assez duré ?

La troisième journée d’Orange Pro League serait-elle le déclic qui remettrait les choses à leur place et permettrait aux ténors habituels de retrouver des couleurs ? Jusqu’ici en effet, les grosses cylindrées sont restées en retrait en cédant la place à Five FC pour la conférence Nord et Zanakala pour la conférence Sud. La question est de savoir jusqu’où ces leaders…provisoires peuvent tenir? Toujours est-il qu’on entrevoit un retour à la normale de la situation et qu’on s’attend à voir Fosa Juniors ressortir ses griffes pour venir à bout d’Elgeco Plus même si ce dernier joue dans son jardin. Il en est de même pour l’Adema qui reçoit Zanakala au By Pass. Ces opérations rachat touchent également l’Ajesaia qui a toutes les cartes pour battre le 3FB à Ampasambazaha. Même Tia Kitra conserve une chance de battre le Five FC. 

Voici le calendrier de cette troisième journée : 

Samedi 23 janvier

 Elgeco Plus Stadium 

12h : JET Kintana contre COSFA 

14h30 : AS Adema contre Zanakala

 Ampasambazaha

 14h30 : 3FB Toliara contre Ajesaia

 Dimanche 24 janvier 

Elgeco Plus Stadium

 12h : Five FC contre Tia Kitra 

14h30 : Elgeco Plus contre Rosa Juniors

 Ampasambazaha 

14h30 : FCA Ilakaka contre Uscafoot 

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Abus de biens sociaux à Anosibe : Les victimes soupçonnent une corruption

Fait de Justice, une femme Karana présidente d’une société sise à Anosibe est soupçonnée d’abus de biens sociaux. Elle a déjà fait l’objet d’une enquête préliminaire auprès de la police pour abus de biens sociaux et abus de confiance», a-t-on appris de source proche du dossier. Les faits: les victimes en nom de Hanna, Masha et Reza Hiridjee portent plainte au parquet le 9 septembre dernier contre leur tante , la dame citée ci-dessus en tant que présidente de la société. Cette procédure fait suite à un soit transmis à destination des services de la police économique à Anosy par le procureur de la République. A cet effet, une enquête a été tout de suite ouverte par la police. Les enquêteurs en charge obtiennent sur la réquisition des documents officiels sur la société parmi lesquels les copies des comptes bancaires et les déclarations officielles de tva et autres taxes. Le point d’orgue arrive quand le commissaire principal référent de l’enquête convoque la dame, principale suspecte en audition dans ses bureaux à Anosy. Pour autant qu’on puisse en juger, l’affaire est grave et mérite d’être portée à l’attention de tous. Plusieurs centaines de millions d’ariary ont été détournés. D’ailleurs, si on se réfère à l’article 2016-021 du pôle anticorruption et compte tenu de l’importance des sommes en jeu, difficile de croire que cette affaire ne soit pas déférée auprès du Pôle Anti Corruption dans les jours qui viennent. De plus, les victimes soupçonnent une manœuvre dilatoire ainsi qu’une corruption passive de la part de la dame. Les victimes  lancent un appel à la juridiction afin de montrer la détermination de la Justice à ne pas tolérer cette pratique illicite.

Yv Sam 

Midi Madagasikara0 partages

Taxi-môtô : Voasokajy ho mampiroborobo ny asan-jiolahy

Miverina indray ny fanenjehana ireo mpanamory taxi-môtô. Nampitandrina avy hatrany aza ny tompon’andraikitra eo anivon’ny kaomina fa avy hatany dia hampidirina valam-pamonjàna mandritry ny folo andro ary mandoa lamandy ny kodiaran-droa izay voamarina fa manao izany asa tsy ara-dalàna izany. Ny anton’ny fandraràna indray dia noho ity karazana fitaterana ity izay manakorontana ny fifamoivoizana no sady manembatsembana ny mpitatitra ara-dalàna. Faritra maro eto an-drenivohitra no misy fitobian’ireo mpanao taxi-moto ary na izany aza anefa dia miovaova toerana izy ireo ary manatona izay be olona mifamezivezy. Miteny moramora amin’ny olona rahamila taxi-moto dia raikitra ny ady varotra izay tsy maharitra ela sao sanatria misy mahatsikaritra satria efa mifanao saka sy voalavo ankehitriny ireo mpanamory sy ny polisin’ny kaomina. Etsy 67Ha, Ampefiloha, Ankadimbahoaka, Andrefan’Ambohijanahary, Ampasapito ary  Anjanahary no tena hiantsonan’ireo kodiaran-droa manao taxi-moto. Nisy amin’izy ireo no mpanendaka ary nanararaotra ny mpanjifa izay nentiny. Ankoatr’izay, tsy misy fiantohana na antoka ho an’ny mpandeha azy ireny raha sanatria ka misy lozam-pifamoivoizana. Samy miala fotsiny izany rehefa mitranga izany ary tsy afaka ny mitory akory aza. Izany no mitambatra no lasa miteraka fandraràna ity taxi-moto ity. Na izany aza anefa, tena efa sempotra an-drenivohitra amin’ny lafiny fifamoivoizana sy fitaterana, sao mba tokony jerena ihany ny lalan-kizorana any amin’ny fampanarahan-dalàna sy fanomezana fanofanana ary koa fahafahana manara-maso ny taxi-moto ? Mba miteraka asa ho an’ny tanora maro ihany mantsy ity sehatra ity…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Basket – N1A : Retrouvailles entre GNBC- SEBAM en demi-finale

La GNBC reste invincible à Mahamasina.

Le carré final des sommets nationaux est constitué d’affiches alléchantes, surtout chez les hommes.

Le bouquet final des Championnats N1A s’annonce très intéressant ce week-end avec de beaux matchs en perspective. Des primes sont à la clé en plus de la qualification continentale pour l’équipe championne masculine !

GNBC sans forceps. Les joueurs de MB2All n’ont pas résisté aux forces des Fabrice et consorts de la GNBC qui se sont imposés largement sur le score de 73 à 58. Les gendarmes plus expérimentés et bénéficiant d’une bonne condition physique de leurs adversaires ont pris le jeu à leur compte dès le premier quart-temps. A la pause, la GNBC a mené par 9 longueurs d’avance, 39-30. À la reprise, les Mory et ses amis poursuivent leur belle lancée. Les tirs à 3 points se sont défilés du côté des gendarmes, ce qui a vraiment créé la différence. Très déterminés à reconquérir le titre cette année, les joueurs du Sebam n’ont point ménagé leurs efforts. Les Majungais du Sebam, malmenés tout au long de la rencontre, ont rattrapé leurs retards dans les deux derniers quart-temps. À la pause, le tableau affichait un score de 34 à 26. Ils ont confié cette mission à Faralahy (25 points) qui est à la fois meneur, défenseur et attaquant et enchaîne les tirs à 3 points. À la fin du troisième quart-temps, ce sont les Majungais qui ont pris les commandes de la rencontre d’un point d’avance par 49-48. Le money-time était plus que disputé. Côté Sebam, Nicolas est resté camper sous panier pour contrecarrer les attaques des policiers du Cospn. Les Arnold (15 points) et consorts n’arrivent plus à suivre le rythme de jeu des Majungais qui enchaînent les points, si les Policiers étaient au K.O. Sebam s’est imposé par 77 à 66. En demi-finale, les protégés de Bonaventure croiseront de nouveau les gendarmes de la GNBC. L’ASCUT, l’équipe la plus titrée, n’avait aucune difficulté à s’imposer devant la formation de l’ASCB pas au top de sa forme par 86 à 57. Avec un jeu rapide, défensif, les Olivier ont complètement dominé la rencontre. Les militaires du Cosfa ont battu les Nordistes du Cosmos par 84  à 60. L’autre affiche des demi-finales sera l’affaire des habitués entre le COSFA et l’ASCUT.

Sans surprise. Chez les dames, les ténors ont assuré. Le scénario d’une finale MB2All – SBBC est en train de se confirmer. Hier, les championnes en titre prêtes à défendre leur titre s’en sont sorties également mais avec beaucoup de difficultés. La troupe à Prisca a remporté la victoire par 59 à 42. Cospn 2 a pris le dessus sur les joueuses d’Ankaratra sur le score de 68 à 49. L’équipe du MB2All, l’équipe qui a présenté la meilleure copie depuis le début de la compétition s’est imposée largement face à Tamifa par 91 à 56. JEA a validé son ticket pour les demi-finales en s’offrant la formation de Serasera sur le score de 52 à 34. SBBC affrontera Cospn 2 et MB2All sera face à JEA. De l’intensité, du spectacle et toujours de l’ambiance au Palais des Sports mais réservé uniquement à 1000 supporteurs les plus assidus.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

PME : Formalisation de 300 femmes entrepreneurs

LA DGI, l’association ARENAMADA et NR Consult ; ensemble pour la formalisation des petites entreprises

Grâce au partenariat public-privé, de plus en plus d’entreprises informelles sont actuellement formalisées.

La Direction Générale des Impôts d’une part, et l’association ARENAMADA ainsi que la société NR CONSULT de l’autre, se sont associées pour un projet qui va aider  des entreprises privées à entrer dans le circuit officiel.

Tripartite. Ces trois entités ont  signé hier une convention tripartite en vue de la formalisation des activités de  300 femmes entrepreneurs rurales dans les régions Atsimo-Andrefana, Matsiatra Ambony  et Vatovavy Fitovinany. Grâce à ce projet, ces 300 femmes entrepreneures rurales œuvrant dans divers secteurs, tels que la production d’huile essentielle, le commerce, l’agriculture, l’artisanat vont bénéficier d’appui administratif et de formations pour les rendre plus professionnelles. Elles seront notamment dotées de carte professionnelle et de carte statistique qui vont leur permettre de se régulariser vis-à-vis de l’administration et de s’acquitter de leurs obligations fiscales.  Elles seront également formées en matière de gestion financière simplifiée et en fiscalité

Recettes fiscales. Un projet à double objectif en somme puisque, outre la formalisation, et partant le développement des activités de ces 300 femmes entrepreneurs, il permettra également d’améliorer les recettes fiscales. En effet, une  fois formalisés, ces entrepreneurs ruraux vont grossir le rang des contribuables de l’impôt synthétique. ARENAMADA qui n’est pas à sa première expérience en la matière connaît bien l’impact positif de ce genre de  projet de formalisation. Natolotra Rajaonarifetra Coordinatrice Nationale de  l’association a témoigné que lors d’un précédent projet, 5000 entrepreneurs ruraux ont rapporté 5 milliards ariary d’impôts synthétiques. La société NR Consult agit en tant que facilitateur de la mise en œuvre de la formalisation de ces femmes,  aux expériences acquises lors de la formalisation de plus de 3500 planteurs de vanille dans le Nord et l’Est de Madagascar durant ces trois dernières années.

Assiette fiscale. Bref, le projet correspond parfaitement à l’objectif de la Direction Générale des Impôts d’élargir l’assiette fiscale. Sur ce point, le Directeur Général des Impôts Germain a indiqué que l’administration fiscale maîtrise de mieux en mieux  la gestion de l’économie informelle. L’INSTAT qui est également un partenaire de ce projet en tant qu’autorité de délivrance de la carte statistique a également été représenté lors de la signature par son Directeur Général Romalahy Isaora Zefania. Ce dernier a mentionné l’importance de la formalisation dans le développement économique.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Cyclone Eloïse : Le nombre des sinistrés s’élève à 3 600

La collecte des données se poursuit pour l’évaluation des dégâts.

La forte tempête tropicale Eloïse s’est déjà éloignée des côtes malgaches mais elle a pourtant laissé de lourds dégâts humains. Outre le décès enregistré à Maroantsetra , le cumul des sinistrés se porte actuellement à 3601, selon le bilan provisoire émanant du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC). Ces personnes sont issues des 21 communes des six régions impactées par ce cyclone dont Analanjirofo, Atsinanana, Boeny, Melaky , Sava et Sofia. Le niveau de l’eau a déjà connu une baisse et la majorité des personnes déplacées ont déjà rejoint leurs foyers mais le bulletin du BNGRC a fait état de 835 déplacés. Concernant les dégâts matériels, 156 cases sont inondées, 645 endommagées et 193 complètement détruites.  Pour les infrastructures scolaires,  142 salles de classes sont endommagées et 12 détruites. La collecte des données se poursuit toujours et le BNGRC a déjà effectué un survol dans les zones les plus touchées par le cyclone.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

JIRAMA : Quid de l’audit de l’IGE ?

48h. C’était la durée de l’ultimatum ou du délai (c’est selon) que le président de la République Andry Rajoelina a donné aux responsables au sein de la JIRAMA pour rectifier les factures jugées exorbitantes reçues par les usagers. Ce délai ayant pris fin, l’on attend désormais la décision et/ou les sanctions du Chef de l’Etat. Nul n’ignore en effet que pendant plusieurs années, la Société d’eau et d’électricité de Madagascar fait face à de nombreuses difficultés et les services offerts sont loin d’être satisfaisants pour les consommateurs. Convaincu que les véritables problèmes de la JIRAMA sont au niveau de la gestion, aussi bien financière qu’administrative, le président Andry Rajoelina a demandé un audit au mois de février 2020. La mission a été confiée à l’Inspection Générale de l’Etat (IGE) qui est un organisme rattaché à la Présidence de la République. Mais un an après, aucun résultat. En tout cas, le grand public n’est au courant de rien par rapport aux résultats de cet audit qui ne devraient en aucun cas être tenus secrets car nul n’ignore que les problèmes de l’approvisionnement en eau et en électricité concernent et intéressent tous les Malgaches. Selon les informations, jusqu’ici, l’IGE n’aurait encore présenté aucun rapport concernant le dossier JIRAMA auprès du président de la République. Ici, le conditionnel est de rigueur car aucune source officielle n’a voulu confirmer ni infirmer l’info. Mais en cette période où la JIRAMA reste toujours au centre des polémiques, c’est plutôt primordial de publier toutes les infos y afférentes. La question est donc de savoir si cet audit est tombé à l’eau et/ou l’Inspection Générale de l’Etat, pourtant considérée comme l’organe suprême en matière de contrôle, a été inefficace dans ce dossier. Un échec qui devrait être intolérable au niveau de l’Administration publique, vu le fait que les problèmes de l’approvisionnement en eau et en électricité constituent un défi majeur pour le régime et figurent parmi les axes prioritaires du Velirano d’Andry Rajoelina. Quoi qu’il en soit, les résultats de l’audit doivent être rendus public, ne serait-ce que pour préserver la crédibilité de l’IGE qui est un organe important dans le domaine de la lutte contre les détournements et les malversations au niveau de l’Administration publique. D’autant plus que d’après les informations, des hauts responsables au sein de cet organisme sous tutelle de la Présidence de la République feraient actuellement l’objet de dossiers de poursuite auprès du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco). Des arroseurs qui risqueraient d’être arrosés en quelque sorte. Histoire à suivre.

Davis R