Les actualités à Madagascar du Lundi 27 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara14 partages

Affaire KRAOMA : L’ancien DG et trois autres personnes placés sous mandat de dépôt

Le dossier a été déféré au parquet du pôle anti-corruption aux 67ha, samedi dernier.

Sans surprise. L’ancien directeur général (DG) de la société Kraomita Malagasy a passé sa première nuit de prison samedi. En effet, à l’issue de son défèrement au parquet du Pôle Anti-Corruption (PAC) aux 67ha samedi dernier, l’ex-numéro un de la société d’Etat en charge de l’exploitation de chrome a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Trois autres personnes, soupçonnées d’être ses complices, ont subi le même sort que lui. Il s’agit d’un transitaire, d’un agent commercial et d’un directeur d’entreprise. D’après les informations, neuf individus soupçonnés d’être impliqués dans l’affaire de détournement et de malversations au niveau de la société Kraoma ont été déférés au PAC. Quelques-uns d’entre eux ont été placés sous contrôle judiciaire tandis que d’autres ont bénéficié d’une liberté provisoire. L’ancien DG de Kraoma va donc croupir en prison en attendant son procès.

101 milliards d’ariary. En tout cas, cette affaire est considérée comme faisant partie des grands dossiers de justice de cette année 2020 rien qu’en se référant au montant de la somme qui aurait été détournée au niveau de la société d’État Kraoma s’élevant, semble-t-il, à 101 milliards d’ariary. Par ailleurs, d’après les informations qui nous sont parvenues, durant son audition, l’ancien DG aurait maintenu son accusation portée contre des présumés complices. Le nom d’une femme très influente du régime Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) et celui d’un ancien secrétaire général du parti HVM, et non moins ancien ministre des Mines et du pétrole du temps du régime des « Kravaty manga », auraient été cités. Les deux individus se trouvent actuellement à l’étranger sans être inquiétés. Pour rappel, au mois de février 2019, le 21 février pour être exact, des enquêteurs du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) ont effectué une descente au domicile de cet ex-ministre, à Ambohimangakely, pour y déposer une convocation en son nom. Cependant, l’intéressé avait déjà quitté Madagascar. D’après les informations recueillies auprès de la Police de l’Air et des Frontières (PAF), il aurait quitté le sol malgache une semaine plus tôt, c’est-à-dire le 14 février 2019. Mis à part cette dénonciation du DG, considéré comme étant le principal accusé dans l’affaire Kraoma, cet ancien baron du HVM est aussi cité dans le dossier Air Madagascar.

Preuves accablantes. Pour en revenir au dossier déféré au parquet du PAC samedi dernier, l’ancien DG de Kraoma et ses présumés complices sont accusés, entre autres, de vol de 34 000 tonnes de chrome, d’exportation frauduleuse des produits de l’entreprise, de favoritisme, de créances douteuses basées sur des intentionnelles fausses informations, de fixation abusive du prix de vente des produits sans prendre en considération leurs prix de revient, de non-respect de l’Incoterm ainsi que de détention et usage personnel des biens appartenant à la société. Selon nos sources, des preuves accablantes auraient été présentées devant les juges du PAC. Le dossier contenait aussi certainement le bilan de l’année 2018 de la société Kraoma, réalisé par le Cabinet Delta Audit et les résultats de l’audit de gestion réalisé par le Cabinet PWC. Si l’on s’en tient à nos sources, ces documents auraient révélé plusieurs anomalies. En 2018, l’exercice comptable de ladite société est passé à un résultat négatif de 39 milliards d’ariary. Quoi qu’il en soit, tôt ou tard, les hauts responsables étatiques impliqués dans cette affaire vont être appelés à… s’expliquer.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Solika : Le Kalon’ny fahiny résonnera dans le hall de l’AFT 

Le groupe Solika offrira un spectacle à l’Alliance française Andavamamba le dimanche 2 février  prochain, à partir de 15h. Faisant partie des groupes les plus connus de kalon’ny fahiny, cette formation monte sur les planches pour la première fois à l’université. Durant ses 30 années d’existence, « Solika  a su conquérir le cœur du public grâce à ses reprises de chansons célèbres, tirées de pièces d’opérettes malgaches des années 1850 à 1950 ». Ce dimanche, le groupe interprétera les  anciennes chansons  de l’Emyrne ou Kalon’Imerina. Les chansons de Justin Rajoro, Naka Rabemanantsoa ou encore Andrianary Ratianarivo seront dans le répertoire de ce concert. Ce sera donc le rendez-vous à ne pas manquer pour les nostalgiques et les amateurs de « hira tranainy » de l’Imerina.

Recueilli par Iss Heridiny 

Midi Madagasikara2 partages

Remplacement des permis biométriques : Les nouveaux permis récupérables au CIM Ankadimbahoaka

On reconnaît que les permis de conduire biométriques délivrés il y a quelques années ne sont pas conformes aux normes internationales. Selon le communiqué du ministère de l’Intérieur, les nouveaux permis biométriques peuvent être récupérés gratuitement au Centre immatriculateur (CIM) annexe de l’Alhambra Gallery à Ankadimbahoaka, à partir de ce jour, de 8h30 à 11 h. Les titulaires doivent se munir du permis biométrique original, d’une copie certifiée de la carte d’identité nationale, d’une lettre d’engagement signée et légalisée, ainsi que d’un certificat de résidence. À noter que les nouveaux permis ne seront plus délivrés auprès du CIM à Ambohidahy.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara2 partages

COOPÉRATION ALLEMANDE : Le Programme d’Appui à la Gestion de l’Environnement (PAGE/GIZ) s’arrête ...

PAGE/GIZ au reboisement du 19 janvier à Sakaraha.

PAGE/GIZ a été le partenaire de tous les reboisements qui ont été effectués dans la région Atsimo Andrefana depuis juin 2015. Dimanche dernier à Sakaraha, sur la RN7 à 110 kms de Tuléar, PAGE/GIZ s’est distingué en assurant un service de logistique et de sonorisation sans faille durant le reboisement. Prévu durer cinq ans, le projet touche à sa fin en juin 2020. Les communes bénéficiaires espèrent une suite favorable et remercient déjà le peuple allemand. Comme son nom l’indique, PAGE appuie avant tout les communes et communautés locales à bien gérer leur environnement. C’est ainsi que quinze communes rurales de l’Atsimo Andrefana ont bénéficié de schémas d’aménagements des communes (SAC), pour une durée de quinze ans,  qui leur serviront de cadre de référence pour les grandes orientations présentes et futures de leur développement. Il serviront également pour l’aménagement et la valorisation du potentiel économique et environnemental de leurs territoires. Même si PAGE/GIZ ne peut les accompagner au-delà de juin, les responsables des communes pensent que les SAC ont été élaborés de telle sorte qu’ils puissent gérer eux-mêmes la suite, sans discréditer leur partenaire PAGE/GIZ.

Charles RAZA

Midi Madagasikara1 partages

Education et nutrition : Ambatovy finance des cantines scolaires dans les EPP de Toamasina II

Trois écoles primaires publiques de Toamasina II,  à savoir Vohitrambato, Ampihaonana et Soamahatsinjo, ont bénéficié de la mise en place de cantines scolaires par la société Ambatovy. Cela est le fruit d’un protocole d’accord signé entre la société et l’Office national de nutrition (ONN), au sein duquel Ambatovy s’engage à apporter un appui financier pour un projet comprenant la mise en place de jardins scolaires, la collation des élèves à la cantine scolaire, la formation et l’éducation sanitaire et nutritionnelle des parents, des enseignants et des membres du comité de gestion de chaque école (FEFFI). L’objectif d’un tel projet est l’amélioration de l’état nutritionnel des enfants, mais aussi l’augmentation du taux de scolarisation.

Selon les responsables de ce projet, il commence à porter ses fruits, puisqu’une hausse de l’effectif des élèves scolarisés a été enregistrée à l’EPP Soamahatsinjo durant la précédente année scolaire 2018-2019. Plus de 17 500 repas ont été servis durant l’année scolaire 2018-2019 dans le cadre de ce projet. 469 élèves et une vingtaine d’enseignants ont pu  bénéficier de deux repas par semaine grâce à l’appui financier d’Ambatovy.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Fermeture de Mini-market à Antaninarenina

Plusieurs individus se sont mis à se plaindre sur la malpropreté des nourritures, vendues chez MINI MARKET. De nombreuses images se sont répandues récemment sur les réseaux sociaux, montrant la présence des mouches dans les aliments. Par précaution, les responsables, au sein du Ministère de la santé, ont pris la mesure de fermer ce point de vente, afin de protéger la population contre toutes maladies qui pourraient y survenir.
En effet, les commerces et les ventes de produits alimentaires, devraient respecter les règles imposées, entre autres, le respect d'une bonne hygiène sanitaire. Cette dernière est d'une importance primordiale, puisque son irrespect pourrait mettre la vie d'un bon nombre de clients en danger. Mais on se demande toujours, faut-il un buzz sur les réseaux sociaux pour que les responsables prennent des mesures ? N’y a-t-il pas de contrôle effectué ? des questions qui ne seront pas encore de réponses exactes.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : des précautions prises pour prévenir le virus coronavirus

Des mesures drastiques ont été prises au niveau des aéroports et des ports à Madagascar pour empêcher le virus mortel chinois coronavirus. Samedi dernier, le ministre de la santé publique Professeur Julio RAKOTONIRINA est descendu à l’aéroport d’Ivato pour voir de visu la mise en place des stratégies.
L’épidémie coronavirus est détectée dans plusieurs pays d'Asie, aux États-Unis, en France et, tout dernièrement, en Australie. Ce virus se propage très vite selon les autorités chinoises. Ce virus provoque des symptômes grippaux chez les personnes contaminées, pouvant aller jusqu'à des syndromes respiratoires sévères. Espérant que les stratégies adoptées par les autorités à Madagascar vont empêcher ce virus d’entrer en sol malgache.
Midi Madagasikara0 partages

Jouer la carte de la transparence 

Une situation « grave » en Chine puisque l’épidémie « s’accélère ». Les propos du président Chinois Xi Jinpin sur le coronavirus à l’origine de l’épidémie apparue dans la ville de Wuhan, témoigne actuellement de l’ampleur de la situation. Dernier bilan connu : plus de 2000 cas dont 56 mortels. Baptisé « 2019-nCoV », ce coronavirus inquiète de plus en plus le monde. A Madagascar aussi.

Jouer la carte de la transparence

Un troisième cas vient d’être confirmé en France. Un groupe de touristes chinois est sous observation à Maurice, mais aucun cas avéré pour le moment. Aucun non plus dans les autres pays voisins de Madagascar. Il n’empêche que les inquiétudes commencent sérieusement à gagner la Grande île, notamment la capitale. Si les responsables du ministère de la Santé publique assurent que toutes les mesures ont déjà été prises dans les ports et aéroports, et que des structures sont déjà en place en cas de suspicion chez des passagers à leur arrivée, l’opinion n’en demeure pas moins inquiète : « Avec ce que nous avons déjà à subir actuellement, si jamais cette épidémie venait à s’introduire ici, qu’est-ce qu’on va devenir ? », lit-on sur les réseaux sociaux. L’inquiétude est plus que légitime. Nous avons, certes, mis en place des mesures que tous espèrent à la hauteur de l’éventuelle menace, mais alors nous n’avons pas droit à l’erreur car la moindre faille ouvrira la voie à une épidémie locale. Auquel cas – espérons ne jamais voir cela se concrétiser – la gestion du dossier sera plus que difficile. Jouer la carte de la transparence serait alors la meilleure attitude attendue par l’opinion de la part des autorités sanitaires, jusqu’au sommet de l’Etat, au cas où ce coronavirus venait à s’introduire au pays. Craindre que la population ne cède à la panique ne justifie pas le choix de la « rétention d’information ». D’autres, par le passé, ont choisi cette « option » dans la gestion de  la communication autour d’une crise sanitaire au pays, et ont vite été rattrapés par leurs erreurs. Nous n’en sommes pas là cette fois-ci, fort heureusement. Mais à en juger par les avis exprimés sur les réseaux sociaux, sur les ondes, ou par le quidam de la rue, les avis convergent vers cette intention de vouloir s’assurer que les décideurs ne se trompent pas dans leur stratégie de communication. Comme le dit si bien la sagesse malgache : « ny anongotsongoana ny maty, tahotra ny handevim-belona » ! 

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Transfert : Arnaud au Grenoble GF38 !

Arnaud Randrianantenaina était avec les Barea lors du match contre le Niger.

Arnaud Randrianantenaina de la CNaPS Sport vient de signer un contrat pro-stagiaire au sein de l’équipe de Grenoble GF38. Un transfert qui aurait pu couler de source car il s’agit avant toute chose de l’intérêt de ce jeune attaquant de 19 ans mais, malheureusement, ce n’était pas le cas.

Tout simplement parce que celui qui a été à l’origine de ce transfert, en l’occurrence le SG de l’Ajesaia, José, n’a pas jugé utile d’en avertir la CNaPS Sport, son club actuel. Un forcing qui a choqué plus d’un à la CNaPS qui revient sur les modalités du transfert à l’amiable du joueur de l’Ajesaia à la CNaPS Sport.

« Nous ne ferions rien pour empêcher ce joueur de partir mais la méthode est choquante car on n’a même pas pris la peine de nous informer alors que nous jouissons du statut de club quitté », rapporte un membre de la CNaPS Sport qui va plus loin en affirmant que l’Ajesaia, qui est derrière ce transfert, n’est même pas le club formateur car Arnaud Randriamanantena a fait ses débuts au FC AZ.

Il ne faut pas pour autant s’en prendre à Jérôme Mombris, le latéral gauche de Grenoble qui a vu Arnaud avec les Barea car il estime aussi que c’est dans l’intérêt du joueur qu’il l’a fait. Seulement il y a des règles à suivre où, juridiquement, l’Ajesaia n’a plus voix au chapitre. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Norolalao Andriamahazo : C’est encourageant !

La présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo, est très satisfaite du premier rendez-vous de l’année.

La présidente de la Fédération malgache d’athlétisme est satisfaite de cette journée inaugurale. Et elle l’a montré devant des journalistes venus en masse.

« Je suis satisfaite du déroulement de cette édition de “Eau Vive Athlétisme pour Tous”. Je suis certaine que ce genre d’événement va entraîner nos jeunes à se lancer dans l’athlétisme, et nous allons d’ailleurs tout faire pour accentuer cette sensibilisation de masse dès que l’occasion se présentera », confie Norolalao Andriamahazo.

Et elle de poursuivre « au final, je voudrais remercier tout le monde, notamment les établissements scolaires et tous les participants. Sans oublier ceux qui ont apporté leur aide à l’organisation, notamment la STAR, Telma, Homéopharma, Netter, par le truchement de la marque Marilan, BOA, CNaPS, Guanomad, sans oublier la CUA et le ministère de la Jeunesse et des sports. »

Un très bel élan de solidarité, mais c’est en agissant ainsi qu’on peut développer au mieux cette discipline. Sur ce point d’ailleurs, elle lance un appel au président Andry Rajoelina en demandant une ou deux pistes d’athlétisme dans les nombreux stades en chantier prévus recevoir une pelouse naturelle. Cela permettrait de délocaliser les championnats de Madagascar, d’autant plus que la piste d’Alarobia a aussi besoin d’un sérieux lifting.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Anosibe : Menace avec une arme à feu dans un bar

L’acte s’est produit dans l’après-midi de samedi dernier. En état d’ivresse, un individu proche de la cinquantaine a sorti son pistolet automatique. Il l’a armé et a menacé par la suite le barman. L’objectif n’était cependant pas de braquer la caisse. Il y a certainement eu un malentendu entre les deux personnes et une rixe s’est ensuivie. L’assaillant, de surcroît sous l’emprise de l’alcool, a vite dégainé. Le barman n’avait d’autre choix que de supplier son interlocuteur. Il s’est excusé bien qu’il n’ait pas eu forcément tort. Fort heureusement, les clients du bar ont eu le réflexe de prendre en vidéo la scène. Là aussi, ce n’était pas sans risque, puisqu’ils ont été, à leur tour, menacés par l’individu armé. La vidéo est devenue virale et certains internautes ont reconnu l’assaillant. Ce dernier serait un élément des forces de l’ordre affecté à la garde auprès d’une institution de la République. Contactées pour un recoupement d’informations, les trois entités – police, gendarmerie et armée – se renvoient la balle. Mais cela ne saurait durer puisque la vidéo s’est répandue comme une traînée de poudre. Cet acte ne sera pas toléré par l’opinion dans la mesure où des morts d’hommes sont survenues de cette manière ces derniers temps, et les citoyens exigeront certainement des éxplications sur cet abus de la part d’un élément des forces de l’ordre. Sur Facebook, on parle d’un certain « R.M », un adjudant-chef en poste à la Primature. Si l’on regarde bien la vidéo diffusée, un de ses supérieurs était également présent dans le bar. Ce dernier a ordonné aux clients de prendre en vidéo la scène. À ce moment-là, l’individu ivre et armé a compris qu’il avait été délaissé et a quitté les lieux. Les autorités concernées sont donc priées de prendre toutes les mesures et les sanctions relatives à de tels comportements. Pour le moment, une communication officielle de la part de son corps d’origine est attendue.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Administration et finances : L’autonomie des universités menacée par un décret en gestation

Le respect de l’autonomie des universités et le statut des enseignants de l’enseignement supérieur sont garantis par la Constitution de 2010.

Les grandeurs et les servitudes représentent le baroud d’honneur des universités. Bien que la Constitution de 2010 souligne l’autonomie de ces institutions dans le cadre de cette mission, une tentative de chambardement se prépare en coulisses, selon nos sources.

La Constitution de 2010, dans son article 95, dispose, comme étant du domaine de la loi, les statuts régissant les universités, leur autonomie et les statuts des professeurs d’université. En d’autres termes, ces éléments doivent faire l’objet d’un texte voté par les deux Chambres du parlement. En effet, les établissements publics et les universités font l’objet de deux alinéas différents, respectivement les 13 et 14 de cet article du texte fondamental.  Le même article 95 du texte fondamental, à l’alinéa 4, institue la Banque centrale, de par sa mission tutélaire d’émetteur de la monnaie, comme une entité dont les statuts doivent relever du domaine de la loi. Cela impose d’emblée que, tant sur le fond que sur la forme, les textes de loi régissant ces types d’institutions ne peuvent pas être identiques dans l’esprit du législateur. La Banque centrale dispose de statuts fixés par la loi.  Le parallélisme des formes est d’une évidence limpide : les institutions nommément citées relèvent de lois différentes.

Loi inadaptée. En octobre 2018, au crépuscule de l’ère HVM, la loi 2018-037 fixant les principes régissant les établissements publics a été votée et promulguée par le président de la République en février 2019. A noter que du moment que la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) en donne l’assurance de conformité, les lois votées par le parlement doivent être promulguées par le président de la République, fusse-t-il d’une autre obédience politique que le parlement. Ce qui était le cas, puisque le président Andry Rajoelina venait d’être élu. Au moins deux articles de cette loi ont été importés – pour ne pas dire plagiés – d’une loi sortie au Burkina-Faso, jetant l’opprobre sur ceux qui l’ont élaborée et fait voter par une Assemblée nationale en fin de règne, par des députés présents en nombre limité (une vingtaine seulement), et pendant la même période que la fameuse loi sur les zones économiques spéciales. Le 17 mai 2018, des universitaires, au plus fort de leur appui au mouvement des 73 députés, lancent leurs forces sur Antaninarenina, en conjonction avec des éléments, certes minoritaires, de syndicats du ministère des Finances et de la Banque centrale, pour en finir avec le régime d’alors. Les députés en charge de la coordination préfèreront, contre l’avis des universitaires, faire le siège de la HCC pour obtenir la destitution de Hery Rajaonarimampianina, sans succès. Cette erreur de jugement des députés ne portera pourtant pas à conséquence, puisque les deux protagonistes du second tour des présidentielles de 2019 seront les leurs : celui du Mapar, l’actuel président de la République ; et celui du Tim, Marc Ravalomanana.

Hauts risques. Dorénavant, trahissant l’esprit de la constitution de 2010 élaborée lors de la transition menée par le président de la République Andry Rajoelina, et préférant poursuivre les objectifs de cette loi élaborée par le régime HVM, des zélateurs cherchent à imposer aux universités de rentrer dans les rangs et le carcan des établissements publics. Il est sûr que les universités, évoquant le texte fondamental, se soulèveront contre une telle prétention, laissant présager d’un nouveau bras de fer  contre ceux qu’ils ont aidés à renverser mais qui restent étonnamment infiltrés fragilisant le régime. À moins qu’un texte de loi conforme à la constitution ne les régissent.

Autonomie. En effet, tout comme la Banque centrale préserve la souveraineté financière, les universités, par leur autonomie, préservent les valeurs universelles telles que le respect de la démocratie, et transmettent les valeurs éthiques et morales propres à un pays. C’est cette forme de souveraineté que le législateur a eu à coeur de souligner et de défendre dans cet article 95 de la Constitution concernant les universités, en leur accordant leur autonomie que les ennemis de la nation cherchent à torpiller.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Lehilahy nanendaka ramatoabe, saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Niaiky ny heloka nataony ity lehilahy iray, avy nanendaka ramatoa, teny amin’iny faritra 67ha iny, voasambotry ny andrimasom-pokonolona, ny faran’ny herinandro lasa teo. Voalazany moa, fa noho ny fitambesaran’ny trosany no nanaovany ilay asa ratsy. Efa saika niharan’ny vonon’ny fokonolona izy raha tsy tonga haingana ireo mpitandro filaminana.

Ny alakamisy tokony ho tamin’ny telo ora tolakandro lasa teo, nanararaotra ny mahavehivavy lehibe azy ity mpanendaka iray, izay efa nanaraka sy nitily ilay ramatoa efa ela, ka nony hitany fa varimbariana avy hatrany dia nendahany ny finday teny aminy. Nandositra izy nony avy teo. Ireo izay nahita ny zava-nisy kosa avy hatrany dia nanampy, niezaka nanenjika ilay olon-dratsy saingy tsy tratra fa tafaporitsaka ilehio. Tamin’ireto olona nanenjika ireto anefa, nisy nahafantatra an’ilay lehilahy ary hita hatramin’ny toeram-ponenany, teny Ampefiloha Ambodirano. Nalehan’ireo vaomieran’ny fandriampahalemana sy ilay lasibatra teny avy hatrany ity farany. Niaiky tokoa izy fa izy ilay nanendaka, saingy ilay finday lasany tsy tany aminy intsony, fa efa nokasainy hamidy. Nilaza anefa izy fa azony alaina ilay finday ary hateriny. « Tonga nanatitra ilay finday teny amin’ny 67 ha tokoa ary ity lehilahy ity tokony ho tamin’ny 01 ora  sy sasany. Manoloana ny hatezeran’ny olona tamin’ity olon-dratsy ity sy ny saika nisian’ny fitsaram-bahoaka anefa dia niantso polisy ny Vaomieran’ny fandriampahalemana ary tonga faingana ny polisy naka ilay lehilahy io ». Efa naverina tamin’ny tompony ilay finday. Ity farany kosa nilaza ny tsy hitory azy. Na izany aza anefa dia efa natolotra ny Fampanoavana ny sabaotsy teo ity mpanendaka ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Routes nationales : De nouvelles coupures à côté des travaux d’urgence menés à grande vitesse

Le ministre Hajo Andrianainarivelo et les équipes du MAHTP mènent des travaux d’urgence pour rétablir rapidement la circulation.

Les routes coupées se multiplient dans les différentes régions de Madagascar, suite aux intempéries accentuées de la semaine dernière. Bien que les travaux d’urgence pour la remise en état de ces infrastructures routières avancent à grands pas, plusieurs axes restent impraticables.

Plusieurs routes coupées sont réparées. Cependant, de nouvelles coupures se sont produites durant le weekend dernier, selon le rapport publié par le ministère de l’Aménagement de l’habitat et des travaux publics (MAHTP). Il en est ainsi pour la RN4 au PK435+500 à Anjiajia. Une déviation est déjà en place pour la circulation des véhicules, depuis le samedi 25 janvier. Sur la RN44, le ministère a émis un ordre de service à l’entreprise CGC pour la réparation des routes coupées pour le PK141 ; et à la société Colas pour le PK150. D’après les explications, il s’agit d’abord d’une urgente remise en état pour permettre la circulation, et cela ne concerne donc pas la construction de nouvelles grandes infrastructures. Sur cette RN44, l’effondrement des réseaux d’évacuation d’eau sous la route est l’une des principales causes des coupures, comme au PK141+200. Pour le PK143, c’est le pont Mabbey qui est tombé. Au PK151+500, la route est également coupée suite à un éboulement de l’infrastructure sur 80 mètres. Sur la RN34, au PK53+600, la circulation est rétablie au niveau du pont Andratsay, qui était coupé. Il en est de même sur la RNP6 au PK525+600.

Menaces. Jusqu’à hier soir, des menaces de coupures planaient sur les routes nationales. Les techniciens du MAHTP ont cité le cas du segment Antsohihy-Mampikony. D’après les explications, les menaces de coupures de buses vandalisées sont multiples. De ce fait, la circulation est réglementée, limitant le poids à l’essieu à 25 tonnes, contre 44 tonnes auparavant. Pour l’axe Antananarivo – Mampikony, une coupure a été constatée au PK30+850 de la RN6, au pont Mahajamba, près du village de Manerinerina. Hier, les transporteurs sur cet axe ont procédé à des transbordements. Entre Antananarivo et Madirovalo, les travaux de remise en état se poursuivent au PK443 de la RN4 à Anjiajia. En effet, une déviation permet déjà aux petits véhicules de circuler. Il reste à solutionner le cas des poids lourds. Deux points de coupures sont également enregistrés sur la RN33 B reliant Andranofasika à Ambatoboeny, entre les villages Soaniaviana et Ankijabe. Selon les informations, des déviations sont déjà construites, mais avec une traversée difficile pour les petits véhicules.

Coupures. A noter que plusieurs coupures ont été relevées par le MAHTP durant le weekend dernier. Ce département ministériel a cité la RNP4 au PK 443+500 à Ambalavondro. Pour ce cas, les travaux d’urgence ont déjà été lancés vendredi dernier. Pour la RNP6 au PK 537+200, l’accès au pont Ifasy a été emporté par les courants d’eau, de même aux PK32 et PK89. Bref, les coupures se multiplient davantage, pendant que le MAHTP et ses partenaires procèdent à la réparation des dégâts.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Santé : « 5S-KAIZEN » pour le développement des hôpitaux

« 5S-KAIZEN » est une approche d’amélioration de la qualité des soins et services venant du Japon. Introduite en 2007 dans le domaine de la santé, et particulièrement dans les hôpitaux malgaches, cette approche commence à porter ses fruits. 

L’appellation « 5S » vient de cinq mots japonais qui commencent par la lettre « S » : Seiri qui veut dire séparer, Seiton qui signifie systématiser, Seiso pour salubrité, Seiketsu ou standardiser, et enfin Shitsuke qui vient du verbe se discipliner. En mettant en pratique cette méthode “5S”, l’établissement peut parvenir à améliorer son organisation et obtenir ainsi une amélioration de la qualité des services. Il s’agit donc d’un outil de gestion permanente du lieu de travail  et de son environnement. Actuellement, cette approche est appliquée dans 22 hôpitaux universitaires, 16 hôpitaux régionaux et 24 hôpitaux de districts à Madagascar. Afin de mesurer le niveau de performance des hôpitaux suite à l’utilisation de cette approche, une évaluation est effectuée chaque année auprès de chaque structure.

CHUMET Tsaralalàna. Le centre hospitalier universitaire Mères et Enfants de Tsaralalàna figure depuis trois ans parmi les lauréats des concours nationaux dédiés aux hôpitaux qui appliquent l’approche « 5S-KAIZEN ». Ces concours permettent de primer les structures ayant obtenu les meilleurs résultats. Lors d’une visite au sein de cet hôpital le lundi 20 janvier 2020, nous avons pu remarquer que des plaquettes affichant les principes de base du « 5S-KAIZEN » sont affichées dans presque tous les services, de l’accueil aux différents pavillons. Selon le directeur de cet établissement, Annick Robinson: « Nous avons commencé à appliquer la méthode ‘5S’ en 2011. Ces quelques années d’application nous ont permis de constater une amélioration dans l’organisation du travail, ce qui impacte beaucoup la qualité des services au sein de l’hôpital. Toutefois, il arrive encore que certains membres du personnel l’oublient, mais cela ne nous empêche pas de continuer à promouvoir l’approche. » De son côté, Landivola Rasoamahenina, chargé du programme de développement social au sein de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), a affirmé que cet hôpital pourrait bien obtenir le label 5S, qui est un projet en cours.

KAIZEN. La première partie de cette approche comprend les « 5S » expliqués plus haut. Une fois que les « 5S » sont bien assimilés par tous les services et l’ensemble du personnel, la deuxième étape est « KAIZEN ». A ce stade, la tâche consiste à résoudre tous les problèmes qui empêchent  l’hôpital de fournir un service de très bonne qualité. « Actuellement, 60% des hôpitaux utilisant l’approche ‘5S-KAIZEN’ ont montré des résultats satisfaisants », d’après le chargé du programme de développement social de la JICA.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana sur le remaniement :  « Chacun est libre de son choix »

Marc Ravalomanana a fait le tour de l’actualité nationale. (Photo : Princy)

La plateforme de l’opposition a fait un tour d’horizon de l’actualité nationale, lors de sa rencontre d’avant-hier au Carlton. Sans oublier pour autant la préparation de son congrès national, prévu pour cette année.  

La plateforme de l’opposition, dénommée « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM), s’est donnée rendez-vous samedi dernier à l’hôtel Carlton, pour discuter des affaires nationales et du congrès national. Lors de son allocution, le président national de cette plateforme, Marc Ravalomanana, a reconnu que le redressement du pays n’est pas chose facile ; mais qu’il faut savoir quelles sont les priorités, a-t-il indiqué. Comme il fallait s’y attendre, il n’a pas manqué de lancer des piques à l’endroit des tenants du pouvoir en évoquant, entre autres, le non-respect de la constitution, mais aussi les anomalies lors des différentes élections qui se sont tenues dans le pays.

Remarque. Le fondateur du TIM a également touché mot du remaniement. À lui de noter que l’on ne devrait pas être nécessairement membre du gouvernement pour pouvoir apporter son savoir-faire aux fins de développement du pays. Avant de souligner que, pour les membres du RMDM, chacun est libre de son choix, notamment dans le cadre du recrutement aux hauts emplois de l’État au niveau de l’Administration malgache ; et que ce n’est pas le cas pour le parti TIM. Au nom du RMDM, il a aussi fait  appel à la contribution de tout un chacun pour aider les victimes des intempéries qui ont frappé le pays ces derniers temps.

Budget 2020. De son côté, Me Hanitra Razafimanantsoa de déclarer que les accords portant sur les 60 000 hectares de terres arables octroyés à une société arabe devraient passer devant l’Assemblée nationale et le Sénat. Toujours selon cette députée élue dans le premier arrondissement, le budget 2020 ne prévoit pas de solutions radicales pour le volet social. En dernier point, cette rencontre au Carlton avait aussi pour objectif de préparer le congrès national de cette plateforme qui se tiendra dans le courant de cette année.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Behoririka : Vehivavy hoe nandroba, niparitaka ny sary

Ny milaza ho tompon’ny fivarotana izay voatafik’ireto vehivavy roa no nizara ny sary. Poa toa izay dia niparitaka tamin’ny tambajotra sosialy ny horonan-tsary izay voarakitra tamin’ny « vidéosurveillance ». Tetsy Behoririka no nisian’ilay filazàna ho fanafihana. Ny sary mialohan’ny hidirana sy ny teo amin’ny fivoahana no azo ary niparitaka. Raha nanontaniana ny polisy miadidy iny boriborin-tany iny dia nilaza fa tsy mbola nahazo fitarainana momba ny fandrobàna. Naheno izy ireo  toa ny olon-drehetra ary nahita koa tamin’ny facebook fa kosa tsy mbola nisy ny fitoriana izay tonga teo anivony.D.R

Midi Madagasikara0 partages

Facebook : Mise en avant des initiatives en Afrique subsaharienne

Facebook a reçu 150 invités lors de l’événement de rentrée « Focus on Africa » qui s’est déroulé le 21 janvier dernier à Paris. C’était une occasion pour Facebook de présenter ses ambitions pour l’Afrique subsaharienne francophone, et de souligner le rôle-clé des réseaux sociaux pour promouvoir le nouveau récit africain. Entrepreneurs, artistes, influenceurs, ONG et médias panafricains ont répondu présents et ont pris part à la discussion en détaillant comment Facebook, Instagram ou WhatsApp contribuent à augmenter la portée de leurs messages, leur notoriété et leurs bénéfices. L’équipe de Facebook a ainsi fait un état des lieux de sa présence sur le continent et présenté les chiffres et initiatives qui ont marqué 2019. Deux projets phares ont été présentés. Il s’agit de « Third Party fact-checking », un programme de vérification des faits par des tiers afin de lutter contre la propagation de fausses nouvelles en ligne ; et de « Boost Avec Facebook », un programme de formation et d’accompagnement des PME africaines.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Forces armées : Un avancement spécial pour le Général Fidy 

Il a reçu son grade de Général mardi dernier, lors d’une cérémonie militaire qui s’est déroulée au bureau de l’OTME.

Spécial. C’est le moins que l’on puisse dire concernant l’avancement du désormais Général Fidimalala Norbert Rafaliarison. L’ancien aide de camp d’Andry Rajoelina du temps de la transition vient d’être promu Général de brigade. Il a été vu pour la première fois avec ses deux étoiles vendredi dernier, lors de la cérémonie de présentation de vœux du Nouvel An du ministère de la Défense nationale, au CEMES de Soanierana. Le fait que son nom n’ait pas figuré parmi ceux des 28 anciens Colonels promus au grade de Général de brigade au mois de décembre dernier a suscité des débats au sein de la Grande muette. Faut-il rappeler que le désormais Général Fidy figurait parmi les officiers considérés comme pro-Rajoelina qui ont subi une sorte d’acharnement durant le régime Rajaonarimampianina. Il a été considéré comme un élément perturbateur qui a cherché à renverser le régime. Mis à part le fait d’avoir été frappé d’interdiction d’entrée dans les camps et casernes militaires, et mis sous surveillance, il a également essuyé une affectation disciplinaire à Antsiranana. Par ailleurs, même s’il a rempli les conditions requises, notamment les années de port de grade, il a complètement été mis à l’écart pendant cinq ans dans la promotion en grade.

Cérémonie militaire. Au vu de ce qu’il a traversé, cet avancement au grade de Général ne constitue pas un traitement de faveur. Il l’a plutôt mérité. Actuellement, le Général Fidimalala Norbert Rafaliarison occupe le poste de directeur général de l’Office des transmissions  militaires de l’État (OTME), l’entité qui gère toutes les caméras de surveillance qui ont été installées dans plusieurs quartiers d’Antananarivo. Ce fut mardi dernier, lors d’une cérémonie militaire au bureau de l’OTME à Andafiavaratra, que le Général de corps d’armée et ministre de la Défense nationale, Léon Jean Richard Rakotonirina, a posé pour la première fois sur les épaulettes du Général Fidimalala Razafiarison les galons de Général de brigade. Une cérémonie conduite par le chef d’État-major général de l’armée malagasy (CEMGAM), le Général Théophile Rakotonirina. À noter que le décret d’avancement de l’ex-colonel Fidy date du 31 décembre 2019, tandis que le grade lui a été donné à partir du 1er septembre 2019.

Davis

Midi Madagasikara0 partages

Afro-latino malgache : DJ Magic Box met en extase le public 

Le Six Antaninarenina est devenu une paroisse de l’ambiance de la musique urbaine samedi dernier.  Animé par le talentueux DJ Magic Box. Ce dernier a mixé dans plusieurs établissements à Madagascar et a gagné beaucoup de « battle de DJ ». Il est désormais le DJ du Six depuis un an.

Une belle prestation, DJ Magic Box en a fait une samedi dernier ! Le public a pu voyager dans le temps en  écoutant  le répertoire varié offert par l’animateur. De Burna Boy à Daddy Yankee, en passant par Big Mj , la « playlist » était composée de morceaux africains, latinos et malgaches.

Cet évènement inédit est l’œuvre du gérant du Six. L’objectif est non seulement de faire danser le public, mais également de faire découvrir à la génération actuelle les tubes des années précédentes.  « Nous organisons cette première édition avec DJ Magic Box pour des sessions musicales afro-latino-malgache. Nous ferons une session chaque mois pour faire découvrir les meilleurs morceaux  du genre », a affirmé l’organisateur.

Situé à Antaninarenina, Le Six est au cœur de la Ville des Mille. Pour cette discothèque, la fête du Nouvel An sera prolongée jusqu’à la fin du mois de janvier.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar – Japon : Un bond pour la filière riz d’ici à deux ans

La technique du « P-Dipping », ou trempage des racines avant le repiquage. (crédit photo : Anja)

Le riz, aliment de base des Malgaches, entraîne beaucoup de discussions chaque année, puisque le pays ne parviendrait pas à atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ainsi qu’avec l’aide des Japonais, les experts malgaches essaient de trouver une solution pour améliorer le rendement du riz local, depuis 2015 et 2017, avec deux projets de recherche : « Papriz 2 » et « Fy Vary ». 

Lors d’une rencontre à Behenjy avec les institutions de recherche nationales, l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), l’Agence japonaise pour la science et la technologie, le ministère de l’Agriculture, ainsi que les paysans, nous avons appris qu’une technique permettrait actuellement d’augmenter le rendement en grain de riz de 170% par rapport à la riziculture paysanne sans engrais ; et de 35 % par rapport à l’application normale du triple superphosphate (TSP). Il s’agit de la technique « P-Dipping », ou trempage des racines en français. En effet, comme le sol malgache affiche un faible apport en intrants, la technique consiste à tremper les jeunes touffes de riz dans un mélange composé de boue, d’eau et d’engrais phosphaté, et ce avant le repiquage.

« Fy Vary ». Sur quelques champs observés à Behenjy, les résultats montrent qu’effectivement la culture utilisant le « P-Dipping » est plus productive que les autres techniques utilisées habituellement par les paysans. Toutefois, cette méthode est encore très peu utilisée étant donné qu’elle est encore en phase d’expérimentation dans le cadre du projet « Fy Vary » (Fertility sensing and Variety Amelioration for Rice Yield). Si les recherches se déroulent sans le moindre problème, l’application de cette méthode devrait être vulgarisée d’ici à deux ans.

« Papriz ». Ce projet est, quant à lui, est un projet d’amélioration de la productivité rizicole. Actuellement dans la phase 2, les agents du ministère de l’Agriculture et de la JICA procèdent à la formation de paysans formateurs sur les techniques qui permettent d’améliorer le rendement du riz dans plusieurs régions. Les formations en question concernent la formation théorique ; la pépinière et le semis ; le repiquage ; l’initiation paniculaire et l’utilisation d’engrais de couverture ; la pratique de récolte ; et l’évaluation participative. Dans le périmètre d’Ambohibary, une dizaine de paysans sont venus assister à la formation des paysans formateurs malgré la pluie du jeudi 23 janvier 2020, témoignage d’une réelle volonté d’améliorer leur productivité.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Water-polo : Victoire des anciens nageurs

Le défilé avec, en tête, les quatre dames membres de la Fédération malgache de natation.

Même sur une moitié de la piscine de Betongolo, le water-polo a franchement séduit le public.

Un retour, 20 ans plus tard, mais qui a permis aux anciens nageurs, dont ceux de l’équipe nationale, de mettre tout le monde d’accord.

Une première victoire 4 à 3 devant les nageurs de l’équipe nationale a ouvert la voie à ces anciens qui n’ont rien perdu de leur talent.

Et c’est en toute logique que ces anciens nageurs ont atomisé l’équipe de l’Ecole Normale Supérieure sur le score sans appel de 9 à 1.

Le directeur technique national en natation, Jean Joseph Razafimahefa, est optimiste quant à  l’avenir de cette discipline.

« C’est encourageant », se plaît à répéter le président Ramanantsoa, mais il faut une longue pratique pour espérer participer à une compétition internationale. À charge donc pour la Fédération malgache de natation de

La partie de water-polo a séduit le public de Betongolo.

multiplier les rencontres en respectant, cette fois, les règlements, notamment le fait de disputer une partie suivant la longueur du bassin de 30 mètres, ou à défaut de 25 mètres, avec les marquages d’usage à 2 mètres et à 5 mètres pour les penaltys.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Kaominin’i Fenerivo Atsinanana : Mpianatry ny Ceg matin’ny herinaratra teo amin’ny paositra

Ny zoma 25 janoary hariva teo tao amin’ny Fenerivo Atsinanana, dia hatairana ny an’ny olona nahita ity tovolahy 14 taona matin’ny herinaratra, teo amin’ny fefin’ny paositra izay misy ihany koa ny fonenan’ny “receveur” –n’ny paositra . Raha ny fanazavana, dia nitady ny akohon’izy ireo tsy hita ity tovolahy ity tamin’io zoma hariva io, ka teo am-pianihana ilay fefy izy satria heveriny fa tao ambon’ilay manga no nisy azy kinanjo nisy herinaratra ilay fefy nohazoniny nefa tsy nisy filazana ny fisian’izany ilay izy ka tsy fantatry ny olona. Noho io tsy fananan’ilay “receveur” ny paositra izay tompo-marika nanao izany herinaratra tamin’ny fefy alàlana manao izany, dia niakatra ny hafanan’ny olona manodidina sy ny fianakavian’ilay ankizilahy 14 taona maty. Nitaky ny hivoahan’ilay tompon-trano  hovonoina amin’ny herinaratra nataony tamin’ny fefiny io izy ireo, niaraka tamin’izany ny tora-bato , saingy nisy hirika nitsoahana ihany izy mianakavy ka niantso mpitandro ny filaminana nandamina ny raharaha. Lasa tànana haolo ny manodidina ny paositra ao Fenerivo Atsinanana. Ny sabotsy 25 janoary teo no nentina nankany  Fianarantsoa tanindrazany ilay ankizilahy 14 taona maty, ka nanome fotoana aorian’ny fandevenana ny mpiara-monina sy ny fianakavian’ny maty amin’izay ho tohin’ny raharaha nahafaty ny havan’izy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Football- Amical : Les politiciens corrigent les journalistes

Davis a mis à terre le DirCab du MJS, Hawel, sous les yeux d’Alain Rabenaivo.

Ambiance des grands jours, hier au stade Elgeco Plus, lors de la rencontre amicale opposant les politiciens aux journalistes. Contrairement aux matches de Pro League, la foule était venue en masse par curiosité sans doute ou tout simplement par désir de se détendre avec un match qui n’avait rien d’exceptionnel, puisque la plupart des joueurs étaient des vétérans.

Mais des vétérans qui ont de beaux restes à l’image de Guy Maxime élu meilleur joueur chez les politiciens ou encore du maire de Sabotsy Namehana Avotra qui rappelait, par sa prestation, le joueur du FC BFV qu’il était.

Chez les journalistes, Davis, Jacquinot et Alain Rabenaivo sortaient du lot mais les tentatives étaient restées vaines. Davis qui jouait de malchance se trouvait même sur la trajectoire d’un tir qui allait se loger dans le but des politiciens où l’on notera la présence du chanteur Tsiliva qui a dû savoir que le foot n’a rien à voir avec le “kilalaka”. C’est plus compliqué.

Finalement la logique fut respectée car les politiciens se sont imposés par 1 but à 0.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Gastronomie : Man vs Food s’oriente vers la cuisine du monde  

La cuisine du monde figure sur la carte de Man vs Food, un restaurant qui a ouvert ses portes il y a quelques mois. Siégeant à Analakely et Analamahintsy, Man Vs Food compte trente employés et un talentueux chef cuisinier qui a débuté en tant que vendeur de street-food à Analakely.

« Si au départ on ne préparait que des plats malgaches, aujourd’hui nous avons décidé de nous orienter vers la gastronomie thaïlandaise et européenne », a-t-il affirmé. Tacos, soupes, mine thaï et hamburgers sont, à présent, les spécialités de l’établissement.

Man vs Food est un restaurant qui cherche à mettre la gastronomie à l’honneur. Plats de qualité, cave honorable, accueil attentif, service soigné et cadre agréable, son originalité est de proposer des menus variant selon la complexité et/ou la valeur des plats proposés. Cet établissement propose, en général, un menu avec plat de viande ou plat de poisson. On peut ajouter que le cadre intérieur de l’établissement respecte  certaines règles.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Razafimahefa Jean Joseph : « On se doit d’innover !»

Partant du principe: qui n’avance pas recule, la natation malgache va élargir ses champs d’action à d’autres événements sans sortir du cadre de la natation.

C’est ainsi que la FMN va mobiliser les moyens pour développer le water polo après un break de presque 20 ans.

« On ne peut pas faire autrement car on se doit d’innover », explique le DTN, Jean Joseph Razafimahefa, à Betongolo.

Et les changements ne s’arrêtent pas là car la fédération, selon toujours Jean Joseph Razafimahefa, est en train de se mettre à la natation synchronisée dont on a pu voir, samedi, une petite mais édifiante démonstration. « Sait-on jamais car la natation synchronisée peut nous qualifier aux Jeux Olympiques », explique encore le DTN avec une note d’optimisme.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

INFA : Rentrée académique le 24 janvier dernier

La ministre Gisèle Ranampy a assisté à la rentrée académique de l’INFA.

La rentrée académique des étudiants à l’Institut National de Formation Administrative (INFA) s’est tenue à Androhibe, le 24 janvier dernier, dans le cadre de l’année universitaire 2020-2022. Ils sont ainsi au nombre de 376 à pouvoir bénéficier d’une formation de deux ans au sein de cet institut. Cette cérémonie a vu la présence du ministre du Travail, de l’emploi, de la fonction publique et des lois sociales, Gisèle Ranampy. Notons que ledit ministère et le Bianco ont travaillé en étroite collaboration dans l’organisation du concours d’entrée à cet institut. D’après la ministre, les épreuves se sont déroulées dans la plus grande transparence, et ce suivant le « Velirano» n°3, zéro corruption.

Recueillis par Dominique R. 

Midi Madagasikara0 partages

Sorakanto : Présentation des vœux de l’association des journalistes culturels au Chick’n Art 

L’association des journalistes culturels « Sorakanto » s’est réunie samedi dernier pour la présentation des vœux au Chick’n Art Ankorondrano. Qui veut aller loin ménage sa monture. À part le bilan de l’année dernière, qui, en général, est positif pour l’association, le président de l’association Faly Miarantsoa Randria a fait une esquisse des perspectives pour cette année 2020. Le tout dans une ambiance conviviale.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

“Africa Investment Forum” : Plus de 40 milliards USD mobilisés

Le président du groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, invité à procéder à l’ouverture de la séance de cotations de jeudi dernier, à la bourse de Londres.

En moins de trois mois après la tenue de l’Africa Investment Forum (AIF), organisé par la Banque africaine de développement (BAD), le président du London Stock Exchange, Group (LSEG), Don Robert, a invité le président du groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, à procéder à l’ouverture de la séance de cotations de jeudi dernier, à la bourse de Londres. À noter que l’AIF est une plateforme d’échanges innovante destinée à accélérer le rythme des investissements en Afrique. Elle joue un rôle extrêmement utile en rassemblant les investisseurs et les entreprises, en libérant les investissements, et en favorisant une libre circulation des capitaux à long terme. Selon la BAD, l’édition 2019 du forum, qui s’est tenue du 11 au 13 novembre à Johannesburg, a généré des transactions évaluées à quelque 40 milliards de dollars américains. Le Mozambique a enregistré la plus importante transaction, via la société d’État de pétrole et de carburant Empresa Nacional de Hidrocarbonetos (ENH), qui a mobilisé une valeur de 24,6 milliards de dollars. « Des marchés financiers solides et durables sont indispensables au soutien des entreprises et des infrastructures africaines. Nous nous réjouissons de pouvoir continuer à jouer notre rôle dans le développement de ces marchés et d’attirer les investissements en Afrique. À ce titre, nous sommes ravis de poursuivre notre collaboration avec la BAD qui, désormais, est officiellement membre du groupe consultatif africain du JSEG », a déclaré Don Robert du London Stock Exchange Group, lors de l’ouverture de la séance de cotations, qui s’est tenue à Londres. De son côté, le président Akinwumi Adesina a indiqué qu’il travaillerait à l’avenir avec le groupe consultatif africain du LSEG, en vue d’attirer sur les marchés africains une plus grande part des actifs internationaux gérés en bourse, dont la valeur atteint les 5 000 milliards de dollars.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Chronique de Mickey : Ministre, je le suis ce jour. Mais demain ?

Mon cas n’est sûrement pas isolé de ceux de mes collègues d’aujourd’hui. Combien en restera-t-il dans le prochain gouvernement si le remaniement s’avère vraiment incontournable ? Que de questions qui nous torturent l’esprit.

D’abord, pourquoi suis-je là ? Comment, par quel truchement ai-je été choisi et nommé ? Que m’a-t-on vraiment demandé de faire ? Qu’ai-je accompli ? Ai-je accompli ma mission ? Oui ou non, mais que puis-je dire – si me le permet-on encore – pour me défendre ?

Puis, quels sont les facteurs que je ne maîtrise pas, qui jouent en ma défaveur ? Que ou qui me reste-t-il comme appui ?

Enfin, quelles sont mes chances de rester ? Et après, que vais-je devenir ?

Ces interrogations me tourmentent jour et nuit ; et comme tout rationnel, je vais essayer d’y répondre, car comme on dit, problème bien posé est à moitié résolu.

Primo, je ne suis pas parmi les compagnons de lutte du cercle fermé du président. À priori, c’est un handicap, mais qui sait ? N’a-t’il pas prôné l’ouverture ? En plus, je n’ai pas derrière moi un lobby qui me soutient. Mon cas est donc plié, mais pour avoir les coudées franches, n’est- ce pas une aubaine pour lui ? Et d’ailleurs, il sait que je lui suis fidèle, et mon adhésion à sa seule personne est indéfectible, donc j’ai peut-être une chance…

Il m’a demandé de faire ceci et cela, mais en cours de route, j’ai dû jouer le pompier de service pour autre chose, en a-t-il conscience ? À mon avis, je pense que j’ai fait de mon mieux pour accomplir ma mission ; et les indicateurs  de performance plaident en ma faveur, mais… ?

Secundo, certains esprits malfaisants ont fait courir par ouï-dire ou par voie de presse des informations qui me sont négatives sur ce que je fais, sur ce que je suis, sur mon ministère, et même sur ma famille. Mais advienne que pourra ! Mon cas n’est de toute façon pas unique. Une fois ou deux, on m’a publiquement reproché des choses sur des sujets anodins, mais je n’ai pas fermement  publié avec la même véhémence la vérité. Et d’ailleurs, à ma connaissance, il n’y a pas eu de suite en haut lieu, donc je me considère comme lavé de tout soupçon, ou au moins absous si faute il y a eu.

Enfin, je n’ai pas d’appui et je suis contre toute forme d’appel de recommandation de telle ou telle personnalité. Bien sûr, j’en ai touché mot à des influents parmi le personnel du ministère. Bien sûr, on m’a poussé à discuter de cette affaire avec un très proche du président qui a ses entrées, même chez  lui, mais sans trop de conviction. Je m’en remets donc au bon Dieu et non à des « ombiasy » comme  d’autres. Alea jacta est, comme on dit. J’espère seulement qu’on ne me dise pas au téléphone : « Le président ne souhaite pas que vous participiez au conseil des ministres ».

M. Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Book – Havatsa-Upem : Fête du Nouvel An et élaboration de projet

Une ambiance conviviale au Tahala Rarihasina samedi dernier.

La présentation des vœux de Nouvel An des membres de l’Havatsa-Upem s’est déroulée samedi dernier dans la grande  salle d’exposition Tahala Rarihasina à Analakely. Plus de 120 personnes sont venues honorer l’événement, dont des membres, des écrivains amateurs, ainsi que des passionnés de la littérature malgache.

À 14 heures, Hajaina Andrianasolo, la présidente de l’Union des poètes et écrivains malgaches (UPEM),  a présenté ses vœux de Nouvel An aux invités et a souligné que « 2020 sera une année de littérature ». En effet, Havatsa-Upem a un almanach chargé. Hormis les programmes qui figurent dans le calendrier  de l’association, les membres sortiront un livre intitulé  « Tombokavatsa ». Après le discours de la présidente, ont pris successivement la parole le président d’honneur, le Général Désiré Ramakavelo, connu sous le nom de « Madera » ; Iharilanto Patrick Andriamangatiana, dit « I.P.A » ; ainsi que la romancière Esther Randriamamonjy.

Ce jour  était une occasion de souhaiter  la bienvenue aux 21 nouveaux venus, dont la plus jeune est âgée de quatorze ans, une preuve que la littérature attire les adolescents.  Des certificats ont été ensuite attribués, lors d’une cérémonie, aux quinze écrivains qui ont effectué un an de stage.

« Littérature malgache, art vivant et pérenne », tel est le thème choisi pour cette année. De ce fait, l’équipe d’Hajaina Andrianasolo s’engage à valoriser la langue malgache, parlée par plus de 20 millions d’habitants.

Puisque l’Havatsa-Upem fête ses 68 ans d’existence, des activités seront organisées tout au long de cette année. Hormis les programmes élaborés par les anciens ainsi que l’édition du prochain livre « Tombokavatsa », une stèle sera édifiée pour marquer ce moment.

À 16 heures, la cérémonie a été marquée par un moment de convivialité. Qui dit « koba » dit culture malgache ! Recette traditionnelle composée de bananes et d’arachides caramélisées, ce gâteau est l’un des arts culinaires les plus appréciés dans la Grande île. C’est dans la joie que la grande famille Havatsa-Upem s’est retrouvée en se régalant avec des « tsaky tsaky ».

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Natation pour tous : Un succès à rééditer !

Pari réussi pour la Fédération malgache de natation (FMN) qui a mobilisé une grande foule, samedi, à la piscine de Betongolo. La Natation pour tous, le thème de cette journée inaugurale, a trouvé tout son sens. En plus des nageurs tananariviens, il y avait ceux de Moramanga, sans oublier l’équipe de Handicap International, par le truchement de sa Fédération handisports.

La Natation pour tous a largement rempli son contrat. Il s’agit, selon le président de la FMN, le Général Gabriel Ramanantsoa, d’une initiative surtout destinée à faire connaître la natation et aussi de faire aimer ce sport.

Bako donne l’exemple. Une invitation qui a trouvé un écho favorable car les férus de natation sont venus en nombre lors de cette journée, marquée par ce désir d’innover. Cette nouvelle équipe fédérale a fait des pieds et des mains pour parfaire ce rendez-vous de samedi dernier, avec une note très encourageante puisque les sponsors étaient aussi là, pour n’en citer que Salone.

Le défilé était tout un symbole avec Bako Ratsifandrihamanana qui fait désormais partie des membres de la FMN. Elle est revenue dans le bassin de ses débuts pour montrer que la natation est, pour cette championne d’Afrique, plus qu’une passion. C’est un mode de vie car, comme toute l’équipe présente samedi, elle a envie que cela bouge. Et le plus tôt serait le mieux, avec en filigrane quatre nageurs qui sont partis aux championnats du monde. Preuve, si besoin est, que cette discipline commence à sortir la tête de l’eau. Après Tendrinavalona en Afrique du Sud et Michael Rasolonjatovo en Thaïlande grâce à une bourse de la Fédération internationale, on s’attend cette fois à voir nos nageurs se qualifier par les temps et non plus sur wild card. Croisons les doigts…

Clément RABARY

 

 

Madagate0 partages

Le Président Andry Rajoelina sauve des vies : “Misaotra Prezidà namonjy zahay!”

Des pluies diluviennes, qui ont duré plusieurs jours, ont fait des ravages dans diverses régions de Madagascar. Personne ne s'attendait à de tels impacts au niveau des infrastructures, qui ont causé des inondations gravissimes, particulièrement dans le Nord-Ouest, l'Ouest et le Centre de la Grande île de l'océan Indien. Pour utiliser un langage technique, et selon les services de la météorologie nationale et régionale, les pluies de la mousson et des prémices de la tempête Diane ont provoqué de graves inondations à travers Madagascar, avec perte en vies humaines.

Le pays a du faire face à des précipitations apportées par la mousson et par un système dépressionnaire embryonnaire en provenance du Canal du Mozambique, qui sera à l'origine de la tempête tropicale modéré dénommée Diane. Durant plusieurs jours, de fortes pluies ont affecté le Nord-Ouest, l'Ouest et le Centre de Madagascar.

Les régions Sofia, Alaotra Mangoro, Boeny, Betsiboka, Melaky, Analamanga et Diana ont été les plus touchées par ces trombes d'eau venues du ciel. Elles ont provoqué des coupures de routes, des ruptures de digues et des glissements de terrain et, surtout, des inondations qui ont submergé plusieurs villages des régions touchées. Les cours d'eau sont sortis de leur lit et ont atteint les toits des habitations.

La force de ce cataclysme naturel s'est affaibli à partir du 24 janvier 2020. Profitant de cette accalmie, le Président de la république, Andry Rajoelina en personne, s'est rendu à Maevatanana, Mitsinjo et à Mahajamba, dans les régions Boeny et Betsiboka, ce même 24 janvier. C'est donc aux premières loges, et non calfeutré dans son bureau du Palais un portable à la main, qu'il a assisté directement aux opérations de sauvetage de plusieurs de ses compatriotes transbordés sur vedettes rapides ou héliportés.

Et il est allé jusqu'à donner de sa personne dans le transbordement de bébés, d'enfants et de femmes qui, depuis trois jours blottis sur leur toiture, n'avaient que leurs yeux pour pleurer. “Misaotra Prezidà namonjy zahay!”. Nul besoin de traduire. 76 enfants ont été hélitreuillés et des membres de 48 familles transbordées sur vedettes rapides.

Si l'on parle chiffre, si 31 personnes ont perdu la vie; 4.467 enfants, femmes et hommes ont pu être amenées sur la terre ferme sur vedettes rapides; 130 ont été héliportées dont 10 femmes enceintes. 120 hommes en uniformes ont été mobilisés et ont été utilisés 4 vedettes rapides, 2 avions Cessna, 2 hélicoptères et 8 véhicules 4X4 tous terrains.

Du riz, des céréales, du savon, de l'huile alimentaire, des médicaments et des purificateurs d'eau ont été distribués ainsi que des kits solaires. Par ailleurs, des cliniques mobiles ont été mises à disposition pour prodiguer des soins et distribuer des médicaments Le Président Rajoelina aurait aimé resté pour sauver le maximum de Malagasy mais la nuit étant tombé et les carburants ayant baissé, il a du se résigné à suspendre toutes ces action de sauvetage.

Or, l'ampleur des inondations fait craindre des risques sanitaires importants et de grands problèmes alimentaires dans les jours à venir. C'est pourquoi l'état de sinistre national a été décrété, ce même 24 janvier 2020, lors du conseil de gouvernement.

Dans un communiqué diffusé par la porte-parole du gouvernement, l'état malagasy lance un appel tous les acteurs nationaux et partenaires internationaux afin de venir en aide à la population malagasy dans des activités d'aide d'urgence, de réhabilitation et reconstruction.

Pour l'heure, le Président Andry Rajoelina ayant montré l'exemple à suivre, dans une action responsable altruiste et empathique, plusieurs actions ont été et sont menées par le gouvernement pour faire parvenir, dans le meilleur des délais, les aides d’urgences destinées aux sinistrés des autres régions touchées de la Grande île.

Dossier de Jeannot Ramambazafy

Photos: Président de la République de Madagascar

Madagate0 partages

Le Président Andry Rajoelina sauve des vies : “Misaotra Prezidà namonjy zahay!”

Des pluies diluviennes, qui ont duré plusieurs jours, ont fait des ravages dans diverses régions de Madagascar. Personne ne s'attendait à de tels impacts au niveau des infrastructures, qui ont causé des inondations gravissimes, particulièrement dans le Nord-Ouest, l'Ouest et le Centre de la Grande île de l'océan Indien. Pour utiliser un langage technique, et selon les services de la météorologie nationale et régionale, les pluies de la mousson et des prémices de la tempête Diane ont provoqué de graves inondations à travers Madagascar, avec perte en vies humaines.

Le pays a du faire face à des précipitations apportées par la mousson et par un système dépressionnaire embryonnaire en provenance du Canal du Mozambique, qui sera à l'origine de la tempête tropicale modéré dénommée Diane. Durant plusieurs jours, de fortes pluies ont affecté le Nord-Ouest, l'Ouest et le Centre de Madagascar.

Les régions Sofia, Alaotra Mangoro, Boeny, Betsiboka, Melaky, Analamanga et Diana ont été les plus touchées par ces trombes d'eau venues du ciel. Elles ont provoqué des coupures de routes, des ruptures de digues et des glissements de terrain et, surtout, des inondations qui ont submergé plusieurs villages des régions touchées. Les cours d'eau sont sortis de leur lit et ont atteint les toits des habitations.

La force de ce cataclysme naturel s'est affaibli à partir du 24 janvier 2020. Profitant de cette accalmie, le Président de la république, Andry Rajoelina en personne, s'est rendu à Maevatanana, Mitsinjo et à Mahajamba, dans les régions Boeny et Betsiboka, ce même 24 janvier. C'est donc aux premières loges, et non calfeutré dans son bureau du Palais un portable à la main, qu'il a assisté directement aux opérations de sauvetage de plusieurs de ses compatriotes transbordés sur vedettes rapides ou héliportés.

Et il est allé jusqu'à donner de sa personne dans le transbordement de bébés, d'enfants et de femmes qui, depuis trois jours blottis sur leur toiture, n'avaient que leurs yeux pour pleurer. “Misaotra Prezidà namonjy zahay!”. Nul besoin de traduire. 76 enfants ont été hélitreuillés et des membres de 48 familles transbordées sur vedettes rapides.

Si l'on parle chiffre, si 31 personnes ont perdu la vie; 4.467 enfants, femmes et hommes ont pu être amenés sur la terre ferme sur vedettes rapides; 130 ont été héliportés dont 10 femmes enceintes. 120 hommes en uniformes ont été mobilisés et ont été utilisés 4 vedettes rapides, 2 avions Cessna, 2 hélicoptères et 8 véhicules 4X4 tous terrains.

Du riz, des céréales, du savon, de l'huile alimentaire, des médicaments et des purificateurs d'eau ont été distribués ainsi que des kits solaires. Par ailleurs, des cliniques mobiles ont été mises à disposition pour prodiguer des soins et distribuer des médicaments Le Président Rajoelina aurait aimé resté pour sauver le maximum de Malagasy mais la nuit étant tombé et les carburants ayant baissé, il a du se résigné à suspendre toutes ces action de sauvetage.

Or, l'ampleur des inondations fait craindre des risques sanitaires importants et de grands problèmes alimentaires dans les jours à venir. C'est pourquoi l'état de sinistre national a été décrété, ce même 24 janvier 2020, lors du conseil de gouvernement.

Dans un communiqué diffusé par la porte-parole du gouvernement, l'état malagasy lance un appel tous les acteurs nationaux et partenaires internationaux afin de venir en aide à la population malagasy dans des activités d'aide d'urgence, de réhabilitation et reconstruction.

Pour l'heure, le Président Andry Rajoelina ayant montré l'exemple à suivre, dans une action responsable altruiste et empathique, plusieurs actions ont été et sont menées par le gouvernement pour faire parvenir, dans le meilleur des délais, les aides d’urgences destinées aux sinistrés des autres régions touchées de la Grande île.

Dossier de Jeannot Ramambazafy

Photos: Président de la République de Madagascar